Version classiqueVersion mobile

Mobilités, fluidités... Libertés ?

 | 
Bertrand Montulet
, 
Vincent Kaufmann

1re partie. Les formes d'intériorisation de la mobilité

Mobilités spatio-temporelles et usages différenciés des modes de transport

Bertrand Montulet

Texte intégral

1. Introduction

1Encore « un conducteur du dimanche » ! Qui n’a pas prononcé cette phrase un jour, énervé, au volant de sa voiture ? Mais qu’est-ce qu’un conducteur du dimanche ? Un automobiliste qui maîtrise mal son véhicule ou un utilisateur qui parcourt l’espace de manière plus lente que nous ? De même, qui est l’usager « moyen » du bus ? Chaque mode de transport suppose-t-il un usage unique, comme on le suppute encore trop souvent dans la presse qui s’intéresse aux problèmes contemporains de mobilité ?

2Ce chapitre propose d’interroger cet a priori modal en tentant de comprendre divers usages différents pour chaque mode de transport. Pour ce faire, il se base sur la perspective spatio-temporelle et sur les logiques d’action différentes qu’elle permet d’identifier. Ensuite, nous dégagerons quatre types de mobilité. Ils nous permettront d’envisager diverses formes d’usages des modes de transport en fonction de la relation à l’espace et au temps que les individus mettent en œuvre dans leurs déplacements.

2. Fondements de la perspective spatio-temporelle

2.1. Genèse de l’analyse spatio-temporelle

3L’analyse des phénomènes de mobilité part d’un constat évident : toute mobilité est nécessairement spatiale sous peine d’être immobile, tout comme elle s’inscrit dans le temps puisqu’elle nécessite une durée, si courte soit-elle, pour ne pas se fondre dans l’ubiquité. Sur base de ce constat, il peut apparaître prometteur d’étudier les phénomènes de mobilité au départ des constructions sociales de l’espace et du temps que les acteurs mettent en œuvre dans leurs déplacements. Cependant, au départ de nos recherches, force fut de constater que nous en revenions à objectiver le temps lorsque nous tentions de prendre en compte la construction sociale de l’espace – en référence au temps de la montre – et à objectiver l’espace lorsque nous tentions de saisir la construction du temps – en référence à l’espace de la carte géographique. La contradiction analytique entre cette démarche et l’apport de la tradition sociologique en termes de constructions sociales de l’espace et du temps nous a conduit à remettre l’ouvrage sur le métier afin de comprendre de manière conjointe comment ces deux dimensions pouvaient être intimement liées. Sur cette base, nous avons élaboré un outil d’analyse des perceptions spatio-temporelles en tant que constructions sociales, afin de comprendre les mobilités contemporaines.

2.2. Percevoir l’espace et le temps : une question culturelle

4Les sociologues ont souvent utilisé l’expression de « représentations de l’espace et du temps » pour désigner les formes qui exprimaient ces deux dimensions. Cet usage suppose l’existence d’un temps ou d’un espace « réels », qui seraient perçus différemment par les groupes sociaux et les individus à travers des grilles culturelles qui leur sont propres. Cette approche induit par conséquent une « nature » du temps et de l’espace que chaque culture reproduit ou trahit plus ou moins bien. L’analyse sociologique ayant pour objectif d’« expliquer le social par le social », cette naturalisation implicite de l’objet d’étude conduit à une impasse.

5Pour contourner ce recours à un « espace » et à un « temps » préalables, ces dimensions peuvent être réfléchies, non en référence à un substrat naturel, mais comme un système culturellement produit. De ce fait, en parlant d’espace et de temps, « ce n’est pas d’une quelconque réalité objective que l’on va parler, mais de la réalité telle qu’elle est constituée symboliquement comme réalité dans notre société » (Wallemacq, 1989). Saisir les modes de spatialisation et les temporalités, c’est ainsi saisir les significations des espaces et des durées. Or, une durée, tout comme un espace, ne peuvent prendre réalité que si nous percevons une/des discontinuité(s) dans le temps ou dans l’espace, c’est-à-dire si nous parvenons à différencier diverses durées et divers espaces. Ces différenciations se réalisent en attribuant du sens à chacune des durées, ou à chacun des espaces identifiés. Cette perspective permet de rejeter l’objectivité de l’espace et du temps, ceux-ci ne pouvant être compris qu’à travers des significations produites socialement.

6Cette assertion, si elle est mal comprise, peut conduire à concevoir l’acteur comme un « être sous influence » (Remy. 1995), dont la perception ne serait que « programmation » sociale. Par son caractère à la fois social et subjectif, la notion de « forme » de Simmel permet de nuancer ce propos en fournissant un éclairage sur la construction des réalités spatiales et temporelles.

7Ce faisant, nous développons une approche culturelle pour laquelle l’espace et le temps ne peuvent êtres exprimés qu’à travers des formes constituées dans l’action collective, qui en assurent la perception en tant que « temps » et « espaces ». Par cette approche, nous postulons l’existence de « cadres sociaux de perceptions », c’est-à-dire de formes partagées dans une collectivité qui donnent à percevoir « la réalité » particulière qu’elles constituent, en tant que « réalité ». Autrement dit, les formes opèrent des structures de perceptions communes aux membres d’un collectif ; elles constituent du sens commun.

8Adopter une approche culturelle ne signifie pas verser dans l’excès culturaliste. Il ne s’agit donc pas ici d’assener la primauté de la dimension culturelle dans les phénomènes sociaux, mais bien d’appréhender ceux-ci dans ce qu’ils ont de culturel. Autrement dit, pour nous, les formes de l’espace et du temps sont inhérentes à l’action, qu’elles soient à son origine, qu’elles constituent son corrélat ou qu’elles soient inférées par les limites d’une technologie. Ainsi, la perspective culturelle donne un éclairage sur les phénomènes sociaux sans pour autant insérer nécessairement la dimension culturelle dans un raisonnement causal.

9Cette perspective présente deux avantages. D’une part, elle permet d’éviter toute forme d’objectivation a priori de l’espace et du temps, impropre à la compréhension de leur construction en tant que « réalités » collectives données à notre perception. D’autre part, le propos dépasse la conception qualifiant l’espace comme « matérialité » et celle référant nécessairement le temps à l’horloge, pour s’appliquer à toutes formes d’espaces et de temps.

3. Perspective spatio-temporelle

10La perspective spatio-temporelle a été élaborée au départ d’interviews réalisées à Montluçon (France) et à Verviers (Belgique). Elle est dite spatio-temporelle en ce sens qu’elle lie nécessairement le temps et l’espace et conduit à les penser conjointement là où nos catégories de l’entendement amènent assez spontanément à les exprimer sous la forme de temps ET d’espaces. De ce fait, il est nécessaire de conceptualiser les notions de temps et d’espace pour ensuite analyser en quoi elles s’interpénètrent.

11Le temps est fréquemment appréhendé par la notion de durée. Celle-ci est généralement définie en tant « qu’espace de temps que dure quelque chose ». Autrement dit, la durée apparaît comme une forme de spatialisation du temps. Une durée est une délimitation particulière d’un espace de temps qui se différencie d’autres espaces de temps. La différenciation s’obtient par la mise en exergue d’un contenu symbolique et pratique qui les constitue à notre perception en tant que périodes distinctes. Ainsi, « la durée ne se perçoit que par rapport à une autre durée » (Gras, 1984). La lecture de ce texte dure le temps où le lecteur s’y attache dans un effort de concentration. « L’effort de concentration » est une des caractéristiques – nombreuses – qui permettent au lecteur de distinguer le moment de lecture de l’espace de temps qu’il prendra pour ranger ce document dans sa bibliothèque. Appréhender le temps sous cette forme le rend « statique », le construit dans la permanence relative aux limites de l’espace de temps qui servent de référence. Or, la situation de concentration dans laquelle le lecteur se trouve durant sa lecture n’est pas en soi permanente, elle est elle-même variable. Ainsi, si le lecteur fait référence à la durée de lecture de l’article, ces « sous-durées » où il prend distance au texte ne sont pas relevantes pour exprimer le temps de lecture dans sa totalité. Autrement dit, approcher le temps à travers des durées ne permet que d’exprimer des « permanences » relatives aux limites implicites ou explicites de l’espace de temps de référence.

12Reste qu’appréhender le temps sous forme de durée, c’est nier sa spécificité même, sa fluidité, le fait que le temps est insaisissable car toujours déjà passé. Dans cette optique, nous proposons d’entendre le temps non pas uniquement comme durée, mais d’abord comme « changement ». Le temps n’existe à notre perception, autrement dit, il ne peut prendre sens que parce que nous établissons des changements dans le temps que nous identifions comme relevants. La permanence exprimée sous forme de durée et l’éphémérité exprimée dans le changement constituent les deux extrêmes du temps.

13L’espace, pour sa part, est plus facilement appréhendable. Il apparaît dans son évidence au point que, pour nombre d’entre nous, l’espace se confond avec l’espace dit matériel. Pourtant lorsque nous parlons d’« espace de temps », cela n’étonne pas vraiment. D’aucuns penseront qu’il s’agit là d’une analogie, A notre sens, il s’agit du concept même d’espace qui se trouve mis en jeu dans cette expression.

14Mais qu’est-ce que l’espace ? Pour bien comprendre ce concept, il s’agit de différencier les espaces de l’étendue. Faisons référence, par facilité, à l’espace qualifié de matériel. Un espace particulier relève d’une délimitation explicite ou implicite à laquelle on associe diverses caractéristiques, qui permet de le différencier d’autres espaces. Dans un auditoire, l’orateur se voit généralement accorder un espace particulier qui lui confère le droit légitime à la parole. Cet espace est symboliquement délimité de celui où se trouvent les auditeurs. Les espaces relèvent ainsi de caractéristiques qui leur sont attachées et qui les différencient les uns des autres. Un espace particulier existe par la limite qui le différencie d’autres espaces.

15Supposer la possibilité de délimiter un espace d’autres espaces présuppose l’existence d’un espace plus vaste que l’on peut découper. Et si l’on délimite cet espace plus vaste, c’est qu’il existe encore préalablement un autre espace d’une plus grande amplitude que nous pouvons découper. Ce petit jeu intellectuel permet d’atteindre la notion d’étendue (Ledrut, 1986). Cette étendue consisterait en l’espace ultime, espace concevable intellectuellement mais jamais appréhendable, puisque toute tentative d’appréhension ramènerait à la construction d’un espace délimité particulier laissant supposer l’idée qu’il existe d’autres espaces, donc un espace plus vaste encore, qui les contient. Espaces au pluriel et étendue, toujours au singulier, constituent les deux extrêmes du Spatial.

16Si nous réfléchissons aux relations entre un espace particulier et le temps, nous pouvons relever que cet espace nécessite une durée pour faire sens. En effet, si cette durée tend à l’éphémérité, l’espace délimité ne pourra prendre sens puisque nous n’aurons pas eu le temps d’y distinguer des caractéristiques per mettant de le discriminer.

17Cette durée propre à un espace relève des caractéristiques que nous y attachons et qui l’identifient ; plus précisément, de la permanence du lien entre ces (ses) caractéristiques et cet espace. Et cette permanence n’est elle-même qu’un espace de temps construit en référence à une métrique temporelle particulière qui paraît pertinente dans notre position d’acteurs.

18Autrement dit, là où nous délimitons un espace, nous arrêtons le temps un moment. Nous nions les changements qui pourraient s’y produire, tout changement des caractéristiques de cet espace créant d’autres espaces.

19Inversement, si nous revenons à la question du temps, le changement, au contraire de la permanence propre à une durée, ne s’inscrit pas d’abord dans la délimitation. Il ouvre au possible, il s’effectue dans l’étendue des possibles. Nous atteignons ici le cœur de la perspective spatio-temporelle. Nous pouvons la représenter graphiquement sous forme de tension. D’une part, nous avons l’espace « pur », institué, lequel nie le changement par sa prétention à la permanence. Il nie le temps. D’autre part, nous avons le temps « pur » compris comme éphémérité, comme changement. Celui-ci nie l’espace en empêchant toute forme d’institutionnalisation de ses délimitations puisqu’elles sont toujours déjà remodelées.

Tableau 1 : Représentation de la tension spatio-temporelle

Tableau 1 : Représentation de la tension spatio-temporelle

20Cette perspective spatio-temporelle permet de prendre en compte à la fois les structures et les dynamiques inhérentes à toute pratique d’acteurs. L’adoption de ce point de vue présente cependant une difficulté majeure : la nécessité de penser à la fois l’espace et le temps là où nos catégories opératoires constituent le temps et l’espace comme deux catégories dotées de sens en elles-mêmes. Autrement dit, s’il nous est possible de concevoir la « spatio-temporalité » par une construction analytique, nous sommes toujours ramenés à l’appréhender par le recours au temps et/ou à l’espace.

3.1. Deux morphologies de l’espace-temps : la « forme-limite » et la « forme-organisante »

21Afin de parvenir à exprimer pragmatiquement la tension spatio-temporelle, deux « morphologies spatio-temporelles » issues de l’étude des formes « en tant que formes » ont été dégagées : la morphologie de la « forme-limite » et celle de la « forme-organisante ». Chacune d’elles constitue un pôle extrême de la tension spatio-temporelle et elles ne peuvent être comprises indépendamment l’une de l’autre. Ainsi, les morphologies de la « forme-limite » et de la « formeorganisante » conjuguent le lieu et l’éternité d’une part, et l’éphémérité et l’étendue d’autre part. Dans cette optique, il ne devient plus possible de dissocier la perception de l’espace de celle du temps.

22La morphologie de la « forme-limite » en appelle à la perception d’une amplitude définie par ses limites, à un espace fini. Elle permet d’éclairer les particularités de la conception du temps d’un espace délimité. Dans ce cadre, l’espace dit le temps puisque aucun changement ne peut venir transformer la délimitation originaire sous peine de constater que la « forme-limite » qui en résulterait ne serait plus identique à la « forme-limite » initiale. Autrement dit, le temps ne peut avoir de prise sur sa structure. En ce sens, la « forme-limite » tend à illustrer l’espace « pur ». Elle s’incarne dans le « lieu ».

23La morphologie de la « forme-organisante » en appelle, pour sa part, à la perception d’une dynamique intrinsèque à l’organisation de sa structure, laquelle offre perpétuellement de nouvelles potentialités. La forme spatiale n’étant pas définie par ses limites, l’étendue renvoie logiquement à sa définition in actu. Dans ce cadre, le temps dit l’espace car toute nouvelle potentialité réalisée oriente la structure de la « forme organisant ». Autrement dit, contrariant toute institutionnalisation de délimitations, la « forme-organisante » tend à illustrer le temps « pur ». Elle s’incarne dans une conception dynamique de l’espace que nous avons appelé « espace kinétique ».

24Empiriquement, l’analyste peut faire référence à la morphologie de la « forme-limite » lorsque les locuteurs expriment l’espace « depuis l’intérieur ». D’une manière idéal-typique, ces derniers insistent sur la discrimination des espaces conçus comme des totalités de caractéristiques assurant leur singularité. Dans ce cas, la forme d’un espace appelle nécessairement sa frontière. Les relations des êtres et des objets à l’ensemble peuvent être exprimées en terme d’appartenance ou de non-appartenance spatiale, en termes de « in » et de « out ». C’est pourquoi l’expression des locuteurs fait sans cesse référence à un univers de sens clos par la limite qui le constitue comme un tout dont ils font intrinsèquement partie et dont ils ont la science infuse. Ils ne peuvent dès lors évoquer cet univers que sur un mode affectif.

25L’espace extérieur à la frontière peut, pour sa part, être perçu comme composé de diverses formes-limites jointives et/ou comme relevant d’une forme-limite propre à une échelle spatiale inférieure. Cependant, l’espace extérieur peut également être perçu en tant qu’étendue dont les rares valorisations reposent sur des logiques endogènes propres au lieu de référence.

26Les locuteurs exprimant l’espace depuis l’intérieur insistent sur la « durée du temps », ses régularités et la nécessité d’intégrer tout changement à la force de l’habitude. Le rythme y est vécu sur le mode du cycle ou, plus exactement, sur le mode d’un ordre de succession d’activités veillant à intégrer toute nouvelle perturbation.

27L’analyste peut faire référence à la morphologie de la « forme-organisante » lorsque les locuteurs expriment l’« ouverture aux opportunités ». D’une manière idéal-typique, ces derniers insistent sur la perception du temps en référence à la notion d’éphémérité. Le temps apparaît comme une donnée que l’on peut prendre ou gagner, suivant le type de rapport à l’activité de l’acteur et ce, afin d’être disponible pour de nouvelles opportunités. Le rythme s’énonce dans la relation entre les activités et leur rapidité de succession. Dans cette perspective, le temps dit l’espace puisque tout acteur doit être « en permanence » prêt à assurer sa mobilité spatiale afin de profiter des opportunités contingentes.

28L’espace, quant à lui, n’est plus conçu par ses délimitations. Il ne s’agit plus d’un espace fini mais d’un espace indéfini, voire perçu comme infini : l’étendue, constituée d’un ensemble de repères caractérisés qui la structurent : les nœuds. Dans ce cas, il n’est plus question d’un Univers de sens, d’une totalité, mais d’une étendue indifférenciée marquée par des repères successifs. L’étendue multipolaire apparaît appréhendable par le parcours des liens qui la traversent de nœuds en nœuds et ainsi l’organisent. Elle s’exprime sur un mode rationnel. Chaque repère y est constitué en référence à l’étendue en tant que nœud relié à d’autres nœuds desquels il se différencie par sa configuration particulière de caractéristiques. La forme globale de l’espace repose ainsi, analytiquement, sur la structure réticulaire dynamique qui l’organise et, pour l’acteur, sur la possibilité d’être mobile dans l’espace afin de profiter des opportunités contingentes qui s’offrent à lui.

29Ces deux morphologies spatio-temporelles constituent des outils d’analyse qui permettent d’exprimer des généralisations quant aux structures et aux dynamiques des formes. En ce sens, il est toujours possible de figer analytiquement une structure et de tracer la limite de son développement, comme il est toujours possible de relever la dynamique organisant un espace défini par sa limite. Libre à l’analyste d’identifier la configuration la plus adéquate sachant qu’un des deux registres spatio-temporels prédomine toujours sur l’autre en fonction de la manière dont un locuteur tente d’appréhender un espace-temps particulier.

3.2. Quatre types de rapports à l’espace-temps, quatre types de mobilités

30Par la mise en exergue de la tension spatio-temporelle et l’incarnation de ses positions extrêmes dans les morphologies de la « forme-limite » et de la « forme-organisante », nous sommes parvenu à exprimer la relation analytique existant entre espace et temps. Pourtant, quoique nous soyons à présent capable d’exprimer analytiquement la spatio-temporalité, nous en sommes toujours ramenés, en tant qu’êtres humains, à parler d’espace et de temps. Il nous est donc loisible, en retour, de décomposer la tension spatio-temporelle et de conjuguer les extrêmes de l’espace et du temps. On obtient ainsi quatre types de rapports à l’espace-temps composés des deux extrêmes de la tension spatio-temporelle dans toute leur cohérence et de deux types hybrides. Ces quatre types de rapports espace-temps constituent bien des idéaux-types qui doivent aider à distinguer des comportements différents sans pour autant prétendre à la réduction de l’ensemble des phénomènes observables en termes de mobilité (tableau 2).

31Le premier type de mobilité se comprend comme mobilité sédentaire, elle conjugue la référence à un lieu délimité et à un temps permanent exprimés sous forme de régularité et/ou de durée. La personne développant ce mode de mobilité se déplace toujours dans le même espace et sur des trajets récurrents. L’espace existant en dehors de ces délimitations n’est pas maîtrisé. La mobilité extérieure au lieu de référence se comprend en tant qu’ex-cursion.

32La figure qui exprime le mieux ce type de mobilité est celle du « provincial ». Le « provincial » ramène l’ensemble de son expérience aux cadres du lieu d’origine. Sa vision du monde endogène le rend « inadapté » aux espaces qu’il visite, au point qu’il apparaît rapidement identifiable lorsqu’il quitte son espace clos. Peu importe l’endroit visité, ses excursions constituent des expériences qui prennent sens en référence à la vie sociale de son lieu d’origine.

33La figure du « provincial » se retrouve fréquemment parmi les membres de voyages organisés. Dans cette perspective, le voyage ne prend sens que par rapport au collectif local, au point que la région et/ou le pays traversés ne constituent qu’un « paysage-support ». Tout se passe comme si le « provincial » ne quittait pas le « lieu » mais changeait de décor. Ainsi, à chaque question posée sur les pays visités répond une anecdote concernant les participants au voyage.

Tableau 2 : Types et figures de la mobilité

Tableau 2 : Types et figures de la mobilité

34La « mobilité microcosmique » se retrouve chez des individus qui sont tout aussi attachés aux espaces délimités, aux lieux. Le microcosmique a pris cependant connaissance d’autres lieux de références au cours de son existence. Il a été confronté à la « non-permanence », au changement ; qu’il ait quitté le lieu pour immigrer ou qu’il soit revenu en son lieu d’origine après plusieurs années le conduit à constater que les choses « ne sont plus les mêmes ». Cette attitude le conduit fréquemment à ne plus rien revendiquer sur la scène sociale locale puisqu’il ne se sent plus tout à fait « en phase » avec les personnes qu’il a connues précédemment dans son village ou dans sa ville d’origine.

35La mobilité kinétique constitue le troisième type de mobilité. Elle est l’œuvre de personnes qui cherchent d’abord à répondre aux opportunités qui se présentent dans le temps. Le temps est vécu par eux comme un flux, comme un flot de changements. Le kinétique se doit d’être mobile dans l’espace afin de répondre à toutes ces opportunités. De ce fait, l’espace n’est pas d’abord perçu comme un ensemble de délimitations mais bien comme un support aux limites indéfinies, voire infinies : l’étendue.

  • 1 L’étymologie du terme businessman renvoie à la traduction d’« homme affairé ». Son usage et ses co (...)

36La figure du « businessman »1 est relative à la « mobilité kinétique ». Four ce néo-nomade, l’espace se construit dans la dynamique des relations qu’il vit. Retrouvant la même chambre d’hôtel aux quatre coins de l’étendue planétaire, il passe d’un endroit à l’autre dans une logique consommatoire. Les lieux ont peu d’« épaisseur » pour lui, seules quelques caractéristiques explicites les différencient. Il s’agit en fait plus de « nœuds » de réseaux auxquels le kinétique se connecte successivement tels des repères dans un espace fondamentalement peu différencié.

37Enfin, un quatrième type de mobilité se comprend sous les termes d’une mobilité incursive. Dans celle-ci, les incursifs parcourent l’étendue spatiale tout comme les kinétiques, mais ont la volonté de « prendre le temps », de s’arrêter, pour découvrir des temps lents synonymes d’espaces particuliers.

38La « mobilité incursive » s’incarne dans la figure du « voyageur » qui désire « prendre le temps » pour découvrir le monde lors des « grands voyages », ou pour profiter des espaces proches plus familiers. L’espace se décline pour lui sous forme de fragments présentant des singularités. Ainsi il s’offusquera de découvrir un MacDonald là où il cherchait l’authenticité ancestrale. Le voyageur ne se réfère cependant pas à un « lieu ». Pour lui l’espace doit être parcouru, il faut « voir » le monde. Ainsi, la « mobilité incursive » peut tout aussi bien favoriser la traversée rapide d’étendues pour arriver au lieu de destination tout comme elle peut également favoriser le fait de prendre le temps dans le parcours lui-même.

39Précisons encore que les types et figures de la mobilité trouvent leur pertinence pour n’importe quelles métriques spatiales ou temporelles. En effet, l’appréhension d’un phénomène définit toujours un espace de pertinence dans lequel il est possible de distinguer de la réticularité ou de nouveaux lieux, tout comme les métriques temporelles peuvent être décomposées en durées ou en instantanéités en fonction d’échelles temporelles sélectionnées par l’analyste. Ainsi, il est concevable d’imaginer qu’un individu privilégie diverses formes de mobilités en fonction de l’une ou l’autre sphère de son existence. Tout comme il est également concevable que l’analyste identifie diverses formes de mobilités pour un même comportement analysé dans des métriques différentes.

4. Usages des modes de transport et types de mobilités spatio-temporelles

40Les quatre types de mobilités décrits ci-dessus permettent aussi d’interroger l’usage des modes de transport. L’analyse des phénomènes de mobilité au départ des modes de transport a souvent conduit à confondre les deux objets. La perspective que nous proposons permet de dissocier clairement les phénomènes en montrant que les diverses formes de mobilités supposent des usages différenciés des modes de transport. Autrement dit, l’usage d’une automobile par un sédentaire ne pourra être confondu avec un usage incursif.

41Le sédentaire incarne l’imaginaire des déplacements pendulaires domicile/travail. Pour cet usager, la référence modale reste la marche à pied car elle représente la « sécurité » qui permet de revenir « au cas où ». Le vélo est également mentionné par plusieurs individus comme étant un mode valorisé.

42L’usage de l’automobile est donc d’abord un usage local qui reprend chaque fois les mêmes trajets dont il maîtrise les durées. Les rares personnes rencontrées capables de signifier le nombre de kilomètres réalisés par an l’estiment à moins de 10 000 kilomètres voire à beaucoup moins, même s’il s’agit du seul mode de transport utilisé.

  • 2 Ce terme « captif » n’est pourtant pas adéquat du point de vue de l’usager sédentaire des lignes d (...)

43L’automobiliste sédentaire est peu enclin à utiliser les transports en commun lorsqu’il ne maîtrise pas les lignes et/ou les horaires. Pourtant ces modes de transport, dans leur organisation traditionnelle, rencontrent chez les sédentaires une population potentiellement « captive »2.

44En effet, le peu de flexibilité inhérent à l’organisation et à l’installation des lignes de transport en commun correspond à la « maîtrise » de l’espace-temps attendue par le sédentaire. L’usage des lignes de bus, par exemple, est ainsi très valorisé pour autant que celles-ci soient connues et leurs horaires maîtrisés. « C’est pas difficile, mais il faut dire, on connaît bien les lignes. C’est pareil depuis plus de trente ans à Montluçon, on connaît bien. »

45Le respect relatif de l’horaire est essentiel pour ces personnes, car tout retard risque de désorganiser l’ensemble de la journée, organisée elle-même sur un horaire strict et récurrent. La prévisibilité offerte par les horaires des transports en commun est donc bien adaptée à leurs déplacements. « Pour aller à Chattelard, les cars ne correspondent pas beaucoup, donc il faut bien choisir l’heure, il faut bien choisir le retour. »

46Plus généralement, ce qui est essentiel pour ces personnes, c’est le sentiment de sécurité que procurent l’habitude et la régularité. Être « captif » d’un mode de transport est un gage de sécurité. Pas question d’imaginer une multi-modalité flexible qui accentuerait l’insécurité.

47Inversement, lorsque le sédentaire quitte son espace de référence, l’insécurité est ostensible. Il n’y a plus de maîtrise de l’espace, ni de maîtrise de l’espace propre au mode de transport. « Quand je vais chez mes enfants, parce qu’il le faut, il faut par exemple prendre le train, puis après il faut changer, il faut passer tous les quais dans les souterrains. C’est pas gai, moi je m’énerve dans les... toute seule comme ça. Je m’énerve d’attendre, et puis d’avoir peur de me tromper parce qu’on a des numéros par exemple pour le train. On avait un numéro quand j’ai arrêté à Saint-Pierre des Corps, mais c’est une gare tellement importante. Vous avez tellement de quais et tous on est à se demander si vraiment on est sur le bon quai. Tandis que, quand on s’en va en car, bon on se laisse aller quoi, on a toujours quelqu’un qui rigole ou qui raconte quelque chose. » Le car crée alors un « espace » où la vie collective peut naître parce que le trajet est perçu dans sa durée globale propre à l’ensemble du déplacement alors que le train, lorsqu’il est pris hors de trajets récurrents, ne permet pas cela, car il nécessite des correspondances où l’on perd de vue les voyageurs qui accompagnaient jusque-là. Dans ce cas, le train est insécurisant, sauf dans le cas de voyages organisés..., ce que préfèrent, et de loin, les sédentaires.

48Certains sédentaires limitent leur espace de référence à l’espace du domicile. La voiture apparaît dans ce cas là comme la « bulle de sécurité », l’espace privé permettant de circuler dans un espace insécurisant.

49La personne adoptant une mobilité microcosmique garde sa référence à l’espace délimité même si elle a fait l’expérience de l’éphémérité. Son insécurité ne naît pas tant d’une absence de maîtrise des espaces ou de la manière de disposer des réseaux pour les inter-relier que d’une insécurité quant au temps nécessaire à l’accomplissement des trajets.

  • 3 Rappelons que les personnes interrogées l’ont été dans les villes de Montluçon (F) et Verviers (B) (...)

50Ainsi, les personnes identifiées3 comme proches de ce type utilisent-elles toutes une voiture pour leurs activités locales. Il ne s’agit pas d’une question de non-maîtrise des transports en commun, mais de la volonté de maîtriser le temps, de s’adapter aux horaires potentiellement variables.

51Le transport en commun peut néanmoins être valorisé pour la traversée des espaces extérieurs aux espaces de référence, car il offre un contrôle du temps dans la traversée d’espaces non maîtrisés qui séparent deux lieux.

52La mobilité kinétique se caractérise spatialement par son rapport à l’étendue et par sa volonté temporelle de répondre aux opportunités, d’écraser le temps. Il s’agit de profiter des opportunités que les changements proposent. Le kinétique va ainsi souvent privilégier l’automobile car celle-ci reste le mode de transport qui offre la plus grande flexibilité tant dans l’espace que dans le temps. Elle conduit où on veut quand on le veut... pour autant que les engorgements qu’elle produit ne contraignent pas sa propre flexibilité.

53C’est bien là que la particularité de la mobilité kinétique se révèle, en ce sens que l’individu kinétique ne se sent pas lié à un mode de transport particulier mais cherche l’usage des modes qui correspondent le mieux à son souci de compresser le temps. La multimodalité est pour lui une solution adéquate pour autant qu’elle permette le gain de temps et que la lisibilité des réseaux soit suffisante pour éviter les inerties relatives à la quête d’informations nécessaires à la coordination des déplacements.

54Ce qui importe, c’est que le mode de transport utilisé ne donne pas le sentiment de perte de la maîtrise du temps. Autrement dit, qu’il ne rende pas l’usager « captif ». Rien de plus énervant pour le kinétique que de voir le RER le dépasser lorsqu’il est coincé dans les embouteillages, alors qu’il vantait la flexibilité de son automobile pour atteindre son domicile situé en zone périurbaine. Ce qui est important pour lui, c’est le flux qui lui donne l’impression relative de maîtriser le temps. Le giratoire est ainsi préféré aux feux, car il maintient une impression de maîtrise de l’espace-temps non dépendant du mode de transport. De même, le détour importe peu pour autant qu’il permette de gagner du temps. Notons que l’état de l’infrastructure des transports publics et leur organisation peuvent contraindre le kinétique à opter exclusivement pour le transport privé. Une ville de province mal connectée avec les réseaux nationaux et internationaux et peu encombrée localement conduit le kinétique à favoriser l’automobile. « Mal desservi au niveau des transports. Bon, au niveau des transports train il n’y en a pratiquement pas. Bon pour aller à Paris, c’est pff tu as un train le matin, un train le soir quoi, grosso modo possible. Pour aller à Lyon pareil et puis euh. descendre dans le Midi, par exemple, pour aller à Cannes, on s’était renseigné, tu mets douze heures. Donc euh, mal desservi à ce niveau-là. Aéroport, il n’y en a pas. Reste la voiture. »

55L’incursif enfin, cherche également à répondre aux opportunités en voyageant dans l’étendue, mais désire cependant prendre le temps afin de « profiter » des opportunités qui se présenteront à lui. Autrement dit, tout en parcourant l’étendue, l’incursif recherche des temps lents. La voiture est également privilégiée pour sa souplesse, mais son usage est cependant différent de celui du kinétique. Ainsi, là où le kinétique valorisera l’accès rapide, l’usage des autoroutes et la vitesse, l’incursif ne dédaignera pas l’usage des nationales pour la « découverte » qu’elles offrent. « Donc, ça dépend du temps... dont je dispose quand je me déplace effectivement, c’est souvent l’autoroute, mais bon j’essaye de freiner et bon d’une part c’est très cher et puis, et puis effectivement on découvre beaucoup moins quand on est sur un grand grand axe alors que les petites nationales ont leur charme et je crois que c’est... et puis il y a pas grand monde, on est tranquille, donc je fais un peu les deux quand même. »

56L’incursif ne craint pas non plus l’errance, sa tension ne porte pas d’abord sur l’espace, mais bien sur son désir de retrouver du temps là où il est confronté à un mode qu’il sait valoriser l’éphémérité. Son rêve de vacances demeure le parcours à pied, sac au dos, à vélo ou en bateau... « ... pour voir les paysages et rencontrer les gens ».

5. Conclusions

57L’application de la perspective spatio-temporelle aux usages modaux nous a permis d’identifier la diversité de logiques d’usages d’un même mode de transport. Ce constat, s’il se limitait à cela, demeurerait trivial. L’apport de la différenciation propre à cette perspective apparaît dès que, par exemple, l’analyste s’intéresse aux frictions pouvant naître entre utilisateurs d’un même mode de transport. Le conducteur du dimanche n’est-il pas ainsi, souvent, un usager vivant des temporalités lentes, un automobiliste sédentaire ou incursif auquel est confronté l’usager kinétique ? Mais l’intérêt de la perspective dépasse l’approche comportementale, sensu stricto, lorsqu’elle s’arrête à l’analyse des logiques favorisées par les infrastructures elles-mêmes. Autrement dit, lorsqu’elle permet de révéler les perceptions spatio-temporelles sous-jacentes aux conceptions de ces infrastructures. Les engorgements autoroutiers aux abords des grandes villes révèlent ainsi souvent la structuration localiste d’une infrastructure que l’on aurait d’abord cru conçue pour les kinétiques. Les autoroutes sont ainsi souvent orientées vers les zones urbaines et non agrémentées de dessertes urbaines. Cette conception conduit à la friction entre utilisateurs sédentaires et kinétiques ne faisant que traverser l’espace. Combien d’automobilistes du Nord n’ont-ils pas maudit le passage obligé par Paris pour se rendre à Bordeaux ou à Nantes ? Outre les effets sur les structures propres aux modes de déplacement, la perspective proposée permet également d’interroger les structures de perceptions implicites aux analystes des transports lorsqu’ils parlent de « clients captifs ». Le sédentaire ne se sent jamais captif de son mode de transport, qui lui donne, au contraire, sa liberté de parcours sur « sa » ligne préférée. Par contre, le kinétique ne supportera pas cette idée de « captivité » et connotera négativement tout mode de transport risquant de l’empêcher de répondre à de nouvelles opportunités, qu’il s’agisse du chemin de fer dans la rigidité d’horaires qui peuvent ne pas lui convenir, ou de l’automobile lorsqu’elle se voit immobilisée dans les encombrements urbains.

58Dans le même ordre d’idées, elle interpelle les politiques de communication mises en œuvre par les différents gestionnaires de modes de transport. Là où l’horaire reprenant les différentes lignes ne rebute pas le sédentaire, les informations ponctuelles, en lignes, correspondent mieux aux besoins du kinétique devant jongler entre des temporalités incertaines. De même, la présentation analogique des lignes de transports en communs ou leurs représentations réticulaires ne conviennent pas au même public, ceux-ci ne disposant pas des mêmes « capitaux » culturels de lecture géographique, ou plus spécifiquement aux mêmes capitaux de « motilité » (voir Kaufmann et Thiry).

59Cette dernière réflexion nous renvoie aux questions plus globales liées à l’idéologie de la fluidité (voir Lannoy), voire de la fluidfication sociale (voir Kaufmann). Ainsi, au-delà de l’interrogation propre aux mobilités et à l’usage des modes de transport, la perspective spatio-temporelle et les quatre types de rapport à l’espace-temps présentés ici permettent d’interroger la fluidification sociale. D’une part, cette notion relève d’une conception propre à l’étendue et à l’éphémérité, dans laquelle les statuts sociaux et les espaces sont perçus comme temporaires et changeants. Autrement dit, l’approche spatio-temporelle permet de stigmatiser le contenu idéologique de la notion de fluidification sociale. Cependant, comme le dit le théorème de Thomas : « ce que les hommes croient réel est réel dans ses conséquences », ainsi la force idéologique du libéralisme favorise la mise en œuvre de comportements kinétiques concrets, même s’il ne s’agit là que de comportements, non souhaités. Comme le dit Kaufmann, « la vitesse et la portée spatiale des mobilités (...) sont (...) un passage obligé pour l’insertion sociale ». Nul doute que le sédentaire dispose d’un capital de motilité nettement moins adapté aux demandes sociales contemporaines que le kinétique.

  • 4 Au sens de A. Touraine.

60Dans cette approche, les types de mobilités microcosmique et incursive bénéficient également d’un nouvel éclairage. La mobilité microcosmique est le résultat d’une mobilité « dominée »4 alors que la mobilité incursive présente une forme d’adaptation laissant supposer une volonté de maîtrise des contraintes de la logique kinétique.

61L’idéologie de la fluidité valorise le temps comme changement et nie les délimitations spatiales ; ainsi, nous pourrions dire que « lorsque le temps devient réel, l’espace devient virtuel ». Pourtant les hommes par leur corporalité, leurs représentations et leurs structurations sociales ne cessent de créer et d’investir des espaces. Les formes de mobilité distinguées dans ce chapitre n’apparaissent dès lors que comme des registres sociaux d’adaptation aux formes du temps et de l’espace que les hommes se donnent afin d’assurer leurs classements dans une société particulière.

Bibliographie

6. Bibliographie

ASCHER F., Métapolis ou t’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 1995.

BAILLY J.-P. et HEURGON E., Nouveaux rythmes urbains : quels transports ?, Paris, Édition de l’Aube, 2001.

BELLANGER F. et MARZLOFF B., Transit. Les lieux et les temps de la mobilité, Paris, Édition de l’Aube, 1996.

BOLTANSKY L. et CHIAPPELO E., Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

BONNET M. et DESJEUX D.. Les territoires de la mobilité, Paris, PUF, 2000.

CARLSTEIN T„ PARKES D., THRIFT N., Timing space and spacing time (3 tomes), London, Arnold, 1978.

DUPUY G., L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 1991.

HARVEY D., The Condition of Postmodernity, London, Blackwell, 1990.

FOUCAULT M., Les mots et les choses. Paris. Gallimard, 1966.

KAUFMANN V., Mobilité quotidienne et dynamiques urbaines – La question du report modal, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2000.

KAUFMANN V. et BASSAND M., « Mobilités quotidienne et pratiques modales : esquisse théorique », Revue suisse de Sociologie, 1994, 20 (2), p. 355-370.

LEDRUT R., « L’espace et la dialectique de l’action », Espaces et Sociétés, 1986, 48-49, p. 131-149.

MONTULET B., Les enjeux spatio-temporels du social – mobilités, Paris, L’Harmattan, 1998.

REMY J., Georg Simmel : ville et modernité, Paris, L’Harmattan, 1995.

REMY J. et VOYÉ L., La ville, vers une nouvelle définition, Paris, l’Harmattan, 1992.

WALLEMACQ A., Le temps – contribution à une sociologie de la perception, dissertation doctorale en sociologie, Louvain-la-Neuve, U.C.L., 1989.

WIEL M., La transition urbaine ou le passage de la ville pédestre à la ville motorisée, Sprimont, Mardaga, 1999.

Notes

1 L’étymologie du terme businessman renvoie à la traduction d’« homme affairé ». Son usage et ses connotations renvoient pour leur part à l’imaginaire de « l’homme d’affaires ».

2 Ce terme « captif » n’est pourtant pas adéquat du point de vue de l’usager sédentaire des lignes de bus et dénote une lecture des comportements du point de vue d’analystes se référant à d’autres formes de mobilités.

3 Rappelons que les personnes interrogées l’ont été dans les villes de Montluçon (F) et Verviers (B), villes ne disposant ni de réseau de tramways ni de métro ni d'aucun mode de transports publics privilégiant les « systèmes à fréquences » plutôt que les « dessertes horaires » (Bailly, Heurgon, 2001, p. 74).

4 Au sens de A. Touraine.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Représentation de la tension spatio-temporelle
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 2 : Types et figures de la mobilité
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

Auteur

Docteur en sociologie, chercheur qualifié aux Facultés universitaires Saint-Louis et chargé de cours invité aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search