Version classiqueVersion mobile

Mobilités, fluidités... Libertés ?

 | 
Bertrand Montulet
, 
Vincent Kaufmann

Introduction. Mobilités spatiales et fluidités sociales

Vincent Kaufmann et Bertrand Montulet

Texte intégral

1Sommes-nous de plus en plus mobiles ? Cette question semble triviale. Force est de constater que les flux de déplacements dans l’espace public augmentent, que les distances parcourues s’allongent et que les temps totaux de déplacements, longtemps restés stables, sont également en train de se développer. Sommes-nous plus mobiles pour autant ? La question appelle elle-même un éclairage de la notion de « mobilité », car qui est le plus mobile entre le livreur se déplaçant quotidiennement aux quatre coins de sa ville et le cadre empruntant deux fois par semaine un vol transatlantique ?

2Accompagnant la préoccupation sociale, politique et écologique issue de l’encombrement routier, le monde des sciences humaines a témoigné un intérêt grandissant pour ce type de questions depuis une dizaine d’années. Cet investissement ne s’est pas fait sans mal, car le champ de la mobilité a été longtemps laissé à la seule responsabilité des ingénieurs de la circulation imposant par la notion de « gestion du flux » une lecture technique du phénomène. La réflexion s’est aujourd’hui élargie. Elle s’est ouverte aux enjeux sociaux et politiques sous-jacents aux formes et à l’organisation des mobilités. De ce fait, le débat scientifique s’est vu confronté aux questions relatives à l’interprétation des phénomènes de mobilité et non plus uniquement à leur gestion.

3Ainsi, au-delà des analyses des phénomènes de congestion urbaine ou d’usage des modes de transport, la recherche en sciences humaines s’est interrogée sur la manière d’appréhender de manière adéquate les dimensions spatiales et temporelles et sur la juste prise en compte des rythmes, de la vitesse, des territoires et de la technologie dans les changements sociaux qui lui sont concomitants. Autrement dit, aujourd’hui, la problématique des mobilités dépasse largement la simple question des déplacements pour comprendre les compositions sociales et spatiales que ces déplacements supposent et génèrent.

4Les contributions présentées dans cet ouvrage proviennent de la confrontation de chercheurs issus de différentes disciplines des sciences humaines (Sociologie, Géographie, Urbanisme, Sciences politiques, Économie...). Elles constituent un point de départ d’un travail collectif qui vise à améliorer nos connaissances et nos compréhensions de ces phénomènes. Or, ce travail collectif et interdisciplinaire semble, face à cette question, plus nécessaire que jamais. Chaque chercheur, dans son approche particulière, a en effet été confronté à la difficulté de se constituer un point d’observation stable pour observer les mobilités : soit parce que les méthodologies et les concepts traditionnels de sa discipline supposent une approche trop statique et dès lors trop réductrice du phénomène, soit parce que le contexte de son observation des phénomènes lui apparaît lui-même mouvant au point qu’il pressent que les mobilités observées sont au cœur même des bouleversements du contexte sur base duquel il comptait assurer son observation.

5Autrement dit, les questions de mobilité ne sont-elles pas au cœur même des transformations sociales ? La mobilité ne constitue-t-elle pas un phénomène social total au sens de Mauss, qui serait en train de provoquer une transformation sociale globale ?

6C’est dans cet esprit que le groupe de travail « Mobilités spatiales et fluidité sociale » a vu le jour. Si la notion de mobilité pourrait être prise au sens large de « tout déplacement dans l’espace et dans le temps » quel que soit l’espace (physique, social, affectif, conceptuel...) et quelle que soit la temporalité de référence (la période, l’activité, le rythme et le type de succession...), la notion de « fluidité sociale » semble plus polémique et polysémantique et ce, d’autant plus que la notion de fluidité sociale semble être l’image-guide d’une nouvelle utopie non exempte de relent idéologique.

7Mais qu’entend-on effectivement par cette notion de fluidité sociale ? Cinq interprétations peuvent à nos yeux être, aujourd’hui, distinguées.

La réticularisation du territoire

8La première interprétation se rapporte aux transformations perçues dans l’espace géographique. Dans cette conception, les transformations contemporaines des espaces et l’expansion des mobilités spatiales résultent d’abord de l’usage des gains de vitesse (Harvey, 1990 ; Dupuy, 1999). Si un consensus se dégage autour de ce constat, deux positions antagonistes s’affrontent en revanche concernant ses implications sociétales. Dans les deux cas, les lignes de controverse oscillent entre une forme d’enthousiasme technologique radical estiniant que les potentiels de vitesse annulent les territoires, et des positions très nuancées, qui relativisent les relations de causes à effets et insistent sur les recompositions territoriales qui accompagnent l’usage des potentiels de vitesse.

  • 1 Cette position est souvent celle des géographes « postmodernes » anglo-saxons, tels que Edward Soj (...)

9Dans la première optique, le développement des réseaux favorise la mobilité des individus, des biens et des capitaux, fait fi des frontières et vide ainsi de son sens la notion de territoire entendue comme une délimitation aréolaire. Pour les tenants de cette position, nous sommes en train de vivre une phase de transition entre un monde organisé autour de territoires délimités et un monde réticulaire caractérisé par une fluidité spatiale1. L’espace est alors indéfini et ouvert, il est un potentiel d’opportunités en perpétuelle réorganisation, un rhizome. Le monde n’est plus qu’une vaste interface.

  • 2 Boden et Molotch développent leur argumentaire de la manière suivante : « The new communication an (...)

10À l’opposé, d’autres auteurs relativisent la nouveauté des réseaux et se méfient des analyses qui considèrent les territoires comme étant surdéterminés ou même annulés par les réseaux (Boden et Molotch, 1994 ; Offner, 2000)2. Dans cette optique, le territoire fixe les réseaux a priori autant que les réseaux fluidifient les territoires. La littérature permet de décliner cette position de différentes manières : certains insistent sur le fait que les réseaux ont des performances différentielles. Il n’y a donc pas un espace des flux homogène, mais des dynamiques spatiales diversifiées, si bien qu’il est vain d’expliciter les interactions entre réseaux et territoires sans prendre en compte les modalités de conception et de gestion de ces réseaux (Offner, 2000).

  • 3 Le livre de Marc Augé, Non-lieux, n’est sans doute pas étranger à cette tendance. Succès de librai (...)

11Par ailleurs, divers travaux suggèrent que les débats autour de la disparition des territoires partent d’une définition trop statique de ceux-ci3. Ces territoires sont vus comme des lieux homogènes délimités par des frontières. Le territoire ne peut-il pas être autre chose ? Ne peut-il pas se constituer autour des réseaux ? La recherche sur le rôle des moyens de transport sur la programmation de la vie quotidienne a montré que les gares et les trains sont appropriés par les individus comme un « en mouvement » (Kaufmann, Jemelin, Joye, 1999) : gares et trains sont investis affectivement et sont le lieu de pratiques sociales (se retrouver dans le wagon-restaurant tous les matins entre pendulaires) ou d’activités (faire ses achats dans le supermarché dans la gare, donner des rendez-vous dans la gare, etc.). Plus qu’une disparition des territoires, n’assiste-t-on pas au développement d’un nouveau mode de territorialisation prenant appui sur les réseaux ?

L’action publique en réseaux

12Une deuxième conception de la fluidification vise à identifier les processus de transformation à l’œuvre dans la sphère politique. Elle s’interroge sur les nouvelles formes de la décision politique qui se sont éloignées de la simple démocratie représentative pour développer des processus de prises de décision moins hiérarchiques, ou plus « en réseau ».

13La conception démocratique « traditionnelle » s’inscrit dans des délimitations territoriales strictes, définies géographiquement et spécifiant à la fois un espace social général désignant des électeurs et des circonscriptions censées signifier des entités sociospatiales d’où émergeront les représentants locaux de ces électeurs.

14De plus, l’espace démocratique s’attache à un espace physique sur lequel s’appliqueront les normes décidées par les « représentants ». Comme le relevait déjà Weber, « le politique a besoin de frontières délimitant sa compétence territoriale ».

15Ce modèle se voit cependant aujourd’hui confronté à de nouveaux modèles présidant à la décision politique. Ces transformations sont, en partie, le fruit du développement des mobilités en ce que celles-ci délient l’attachement des acteurs à un territoire sociospatial défini a priori, d’une part, et qu’elles les conduisent à recomposer chacun des « territoires réticulaires » qui ne font sens que dans la dynamique de leurs propres activités. Cette recomposition territoriale met à mal le modèle spatial de la démocratie traditionnelle en quête perpétuelle de la « bonne échelle » de décision.

16L’émergence du concept de « gouvernance » est au cœur de ce débat, tout comme les nouvelles formes de « participation » présentes dans les « Plans de déplacements urbains » ou les « bureaux du temps » par exemple.

17D’un point de vue normatif, la référence territoriale a également changé. Les nouvelles formes de déterritorialisation du droit n’hésitent pas à multiplier les références exonomiques par rapport aux territoires traditionnels, ou à promulguer des compétences extraterritoriales. Empiriquement, les transformations du droit d’auteur suite au développement des réseaux informatiques, ou encore la « Loi de compétence universelle » qui permet de juger tout criminel de guerre ou génocidaire en Belgique quel que soit le lieu où les crimes ont été commis et où se trouve le plaignant, en sont de bons exemples.

18La fluidité sociale pourrait, dans ce cadre, s’interpréter comme la construction de nouveaux modes de territorialisation de l’action publique.

La réversibilisation des différentes formes de mobilité

  • 4 La citation suivante de Zygmunt Bauman synthétise bien cette idée : « People who move and act fast (...)

19Dans une optique « science-technique et société », un courant anglo-saxon de recherche s’est développé depuis une dizaine d’années autour de l’idée que les potentiels de vitesse procurés par les systèmes techniques élargissent le champ du possible dont disposent les acteurs dans leur insertion sociale. Dans cette troisième optique, la fluidification sociale doit être comprise comme une redéfinition des phénomènes de mobilité eux-mêmes. Les potentiels de vitesse procurés par les systèmes de communication et de transport permettent aux mobilités d’être plus réversibles et quasi ubiquitaires. C’est ainsi que se développent des formes de mobilités intermédiaires comme la multirésidentialité liée aux loisirs (la résidence secondaire où l’on passe trois jours par semaine), ou à la vie familiale (les enfants en garde partagée) ou la pendularité de très longue distance assortie de travail à domicile relié à son bureau par Internet. De même, la spécialisation spatiale et temporelle des sphères de la vie sociale est remise en question. Des positions antagonistes s’expriment sur les implications de cette réversibilité et contribuent à alimenter le débat scientifique. Pour certains, ce phénomène est le signe d’un effacement des structures sociales au profit d’une société fluide se caractérisant par une simple dichotomie entre les inclus et les exclus (Bauman, 2000 ; Frétigné, 1999)4, les différenciations se construisant autour des styles de vie, donc de la consommation. Certains, à l’instar de Robert Putnam dans Booling Alone (2000), dénoncent ce processus en montrant comment il s’accompagne d’un appauvrissement des relations sociales.

  • 5 C’est ainsi qu’il affirme que « Les élites sont cosmopolites et les masses, locales. L’espace du p (...)

20D’autres auteurs estiment que les potentiels de vitesse vont de pair avec l’émergence de nouveaux types de contraintes, et qu’au final il n’y a pas de fluidification sociale, mais une recomposition des structures sociales autour de nouvelles dimensions. C’est ainsi que John Urry (2000) estime que le concept de mobilité se substitue à celui de société comme épicentre des sciences sociales. Manuel Castells (1998) montre comment les structures sociales sont coiffées par une élite qui évolue dans un monde sans frontière5.

L’utopie de la société égalitaire

21La quatrième interprétation de la notion de fluidité sociale est celle dont le contenu idéologique est le plus évident. Elle ne doit cependant pas être négligée pour autant. Elle renvoie au rêve d’une société sans classe garantissant l’égalité des chances (Erikson et Goldthorpe. 1992 ; Wright et al., 1992). La fluidité sociale est, dans ce cas, le ravalement de l’ancienne utopie libérale.

22Si l’on en croit Rosanvallon, les grands apports de la pensée d’Adam Smith dans sa philosophie politique reposent dans les réponses qu’il a apportées aux impasses des tenants du contrat social. Ces derniers, dans leurs tentatives d’expliquer le « lien social », concevaient un espace social délimité d’où pouvait émerger un « contrat » permettant aux membres de cet espace de fonctionner entre eux. Il n’apportait cependant aucune réponse à la gestion des conflits intercontrats ou, plutôt, interétatiques, d’une part, ni à la régulation quotidienne du « contrat social ».

23La pensée libérale d’Adam Smith ne repose pas sur des espaces définis a priori. Du point de vue marchand, le monde entier n’est qu’un seul peuple. Je peux commercer avec qui je veux, il me suffit de déposer les armes. L’idéologie économique conduit ainsi à la déterritorialisation des rapports sociaux. La notion de marché permet, de ce point de vue, de penser à la fois la paix intérieure et la paix entre les Nations. Dans la pensée de Smith, le marché apparaît comme ce qui auto-institue le lien social. Nous avons intérêt à échanger avec les autres et ainsi à élaborer des relations sociales. Dans cette optique, il n’est donc plus nécessaire de penser à l’établissement d’un accord politique préalable aux relations sociales, il n’est plus nécessaire d’imaginer un « contrat social » qui permette aux hommes de vivre ensemble. Les mécanismes du marché se substituent aux procédures d’engagements réciproques prévues par la lecture politique propre au « contrat social ». En résumé, le marché constitue une loi autorégulatrice de l’ordre social qui n’a plus besoin d’un législateur plus ou moins indépendant de lui, ni d’une règle établie une fois pour toutes. L’autorégulation institue la fluidité du social au sens libéral du terme.

24Cette représentation du fonctionnement social, issue également de la Révolution française, va être valorisée par la société industrielle. Tous les hommes sont égaux et ce n’est qu’en fonction des qualités qu’un individu développe et de son opiniâtreté au travail, bref de son mérite, qu’il pourra se positionner avantageusement dans la hiérarchie sociale en fonction de ses performances personnelles.

25Pour la sociologie classique, une société fluide ne présente aucune barrière et permet aux individus de circuler verticalement d’un statut à l’autre, dans l’espace socioprofessionnel selon une logique strictement méritocratique. La sociologie s’est saisie de cette question dès les années 1920, avec les travaux de Pitirim Sorokin, et elle a connu un développement considérable dès les années 1960, avec notamment les travaux de Lipset, Zetterberg et Bendix, et ceux de Blau et Duncan (voir Cuin, 1983). Dans l’optique de ces travaux, souvent très orientés idéologiquement, la fluidité sociale est connotée très positivement au titre de vecteur de justice sociale. Notons cependant que la question de la vitesse de la fluidité n’y est jamais discutée, pas plus que les aspects spatiaux de la mobilité sociale. Or c’est précisément celle qui nous intéresse dans cette perspective : les potentiels de vitesse procurés par les systèmes techniques de transport et de télécommunication sont-ils de nature à rendre les sociétés plus égalitaires ou plus inégalitaires ?

La fluidité comme exigence socio-économique

26La notion de fluidité sociale se voit attribuer aujourd’hui une nouvelle interprétation issue à la fois des critiques de la représentation libérale de la société et, paradoxalement, du renforcement de la prégnance de l’idéologie libérale depuis le début des années 1980.

27Ce que la société industrielle valorise à travers cette conception libérale du social, c’est une société qui privilégie le statut conquis et non plus le statut prescrit. La société industrielle promeut l’achievement (la conquête et l’accomplissement d’un statut) plutôt que l’ascription (attribution stable d’un statut dans lequel on demeure rivé).

28Ainsi, en valorisant la mobilité sociale individuelle, la société industrielle institue une forme de guerre de tous contre tous, puisque tous les acteurs sociaux sont conçus comme étant perpétuellement en concurrence pour atteindre une meilleure position sociale qui est automatiquement enviée par d’autres acteurs. Les rapports sociaux dans cette société sont donc constamment marqués par les rivalités interindividuelles de classement de soi sur l’échelle hiérarchique des statuts qui est devenue une échelle mobile. Les autres sont des rivaux qu’il faut surpasser.

29Cependant, la sociologie critique des années 1960, et particulièrement celle de Pierre Bourdieu, va montrer, par ses observations, que les hiérarchies sociales ne reposent pas (ou très peu) sur le mérite individuel et que tous les individus ne sont pas égaux dans l’acquisition des statuts. Les théories de la reproduction, des capitaux et de l’habitus apportèrent ainsi des éléments d’interprétation pertinents pour l’analyse d’une société dont les statuts étaient, eux-mêmes, définis de manière relativement stable. En ce sens, la conception libérale de la fluidité sociale semblait démentie par les faits.

30Pourtant, dès les années 1980, la conception libérale du social retrouve une nouvelle vigueur sous l’impulsion du « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski et Chiapello, 1999). Les hiérarchies statutaires sont remises en cause et la fluidité sociale s’exprime dorénavant au travers de projets toujours renouvelés. Ainsi, sous cette transformation sociale, l’enjeu a changé, il ne s’agit plus d’abord de conquérir un statut dans une structure hiérarchique, mais bien d’être apte à « rebondir », à passer d’un projet à l’autre pour « surfer » d’une position enviable à une autre dans un environnement changeant. De ce fait, dans cette optique, l’enjeu de la critique a changé également. Il ne s’agit plus de relever les inégalités des jeux de positions dans l’acquisition d’un statut, mais bien de relever les inégalités d’accès à la potentialité d’être mobile. Ainsi, « ... dans un monde connexionniste, la mobilité, la capacité à se déplacer de façon autonome, non seulement dans l’espace géographique mais aussi entre les personnes ou encore dans des espaces mentaux, entre des idées, est une qualité essentielle des grands, en sorte que les petits s’y trouvent caractérisés d’abord par leur fixité (leur rigidité). Encore convient-il de ne pas attacher trop d’importance à la différence entre la mobilité proprement géographique ou spatiale et les autres formes de mobilité » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 445-446). Cette nouvelle sociologie critique entend dénoncer l’exploitation des immobiles par les mobiles qui ne peuvent assurer leur mobilité que grâce à l’immobilité des autres. « C’est la raison pour laquelle l’enracinement local, la fidélité et la stabilité constituent aujourd’hui, paradoxalement, des facteurs de précarité... » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 449)

31Si cette approche de la fluidification sociale nous semble stimulante, elle renvoie cependant à la confusion entre un potentiel et des mobilités. Ainsi, ce n’est pas parce qu’on se déplace plus loin ou que l’on communique quotidiennement par e-mail avec la Nouvelle-Zélande qu’on est plus « libre ». Tout comme ce n’est pas parce que les flux internationaux se développent que les structures sociales ne se construisent désormais plus qu’autour des mobilités et transforment les catégories sociales en « zombies » (Ulrich Beck cité par Bauman, 2000 : 6).

Un nouveau chantier de recherche

32Les cinq interprétations de la fluidité sociale présentées ci-dessus devraient nous permettre de mieux poser le débat des relations entre mobilité et fluidité sociale, et de mieux différencier ces concepts, leurs imbrications. Mobilité spatiale et fluidité sociale sont deux ordres de réalité n’allant pas forcément de pair. Les enquêtes menées sur l’origine de la dynamique de l’étalement urbain ont montré que l’utilisation intensive de l’automobile dans la mobilité quotidienne et les mobilités résidentielles vers des tissus périurbains ne sont pas toujours le reflet des aspirations de la population. L’offre de transports et le marché du logement offrent des opportunités qui poussent à l’usage de l’automobile et à l’habitat périurbain, qui ont tous deux été d’une certaine manière institutionnalisés comme étant désirables par un arsenal législatif qui les favorise.

33Aller vite et loin ne veut pas dire qu’on est plus « libre » de ses mouvements dans l’espace et le temps. Les entretiens menés sur le rôle de la mobilité dans la conduite de vie (Kaufmann, Jemelin, Joye, 1999) ont montré que les répondants qui développent les formes de mobilité les plus diverses sont aussi ceux qui parcourent le plus de kilomètres, bref les grands mobiles souhaitent généralement être plus sédentaires et sont tant mobiles parce qu’ils investissent beaucoup dans la sphère du travail.

34La mobilité est ambivalente. Confondre mobilité spatiale et fluidité sociale revient de fait à confondre des pratiques sociales et les représentations du fonctionnement collectif. La mobilité est une valeur et elle s’impose aux acteurs comme telle. Les discussions relatives à la fluidification sont minées par cette confusion et ce n’est pas nouveau. Dès les années 1950, par exemple, dans l’analyse des tables de mobilité sociale intergénérationnelles, ne considère-t-on pas trop souvent la reproduction sociale comme l’indicateur du « blocage » de la société et la mobilité comme l’indicateur d’une fluidité sociale ? (Cuin, 1983)

35Personne ne nie que certains domaines de l’économie fonctionnent de façon déterritorialisée, mais est-ce que pour autant le territoire disparaît ? Personne ne nie que l’on trouve les mêmes objets de consommation dans le monde entier, mais l’usage des mêmes objets, voire le développement des mêmes pratiques n’est-il pas trompeur ? De même que personne ne nie que les dimensions classiques de la structuration sociale ont un pouvoir explicatif sur les comportements plus faible que par le passé. Mais est-ce là forcément l’indicateur d’une disparition des territoires et d’une fluidification des sociétés ? Analyser les relations entre réseaux, territoires et structures sociales sans prénotions nécessite de distinguer les potentiels de vitesse des usages et les usages des logiques d’action qui les sous-tendent. Ceci est d’autant plus important qu’il est apparu que la mobilité est autant une pratique mesurable sur le terrain qu’une valeur culturelle.

  • 6 L’appareil conceptuel des sciences sociales reste largement basé sur des concepts aréolaires, soit (...)

36Pour développer une telle ambition, encore faut-il pouvoir l’asseoir sur un paradigme et, surtout, sur un appareil conceptuel. Or c’est précisément ce dernier aspect qui fait défaut. A y regarder de près, on se rend compte que l’état des savoirs bute sur l’absence d’outils conceptuels adéquats pour traiter de la question de la mobilité et des flux. Cette absence d’outils est d’ailleurs liée à l’hégémonie de catégories d’analyses aréolaires et fonctionnalistes dans de nombreux champs des sciences sociales jusqu’à une période récente6. Dans cette optique en effet, le mouvement dans l’espace géographique des lieux n’est pas un objet de recherche, il n’est qu’un interstice ou une transition entre des temps sociaux. En bref, si on sait conceptualiser la fixité, on sait en revanche mal conceptualiser la mobilité (Dupuy, 1991). Or comment peut-on aborder un objet de recherche sans disposer d’un appareil conceptuel et méthodologique capable de le décrire ?

37L’ouvrage qui s’ouvre ici en pose les premiers jalons en s’intéressant à des travaux portant sur les relations entre mobilité, culture, technologie et politique. Il s’articule autour de trois parties : la première, intitulée « Les formes d’intériorisation de la mobilité », s’intéresse aux usages de la mobilité ; la deuxième interroge les relations entre mobilité et technologie. Enfin, la troisième abordera la problématique de la gouvernabilité des mobilités.

38Le chantier est ouvert.

Bibliographie

Bibliographie

ASCHER F., Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 1995.

AUGÉ M., Non-lieux, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

BAUMAN Z., Liquid modernity, Cambridge, Polity Press, 2000.

BODEN D. and MOLOTCH H., « The compulsion of proximity », in FRIEDLAND R. and BODEN D. (sous la direction de), Now Here – Space, time and modernity, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 1994.

BOLTANSKI L. et CHIAPELLO E., Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

CASTELLS M., La société en réseaux – l’âge de l’information, Paris, Fayard, 1998.

CHALAS Y., « Les figures de la ville émergente », dans DUBOIS-TAINE G. et CHALAS Y. (eds), La ville émergente, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1997.

CUIN Ch.-H., Les sociologues et la mobilité sociale, Paris, PUF, 1983.

DELEUZE G. et GUATTARI F., Mille plateaux – capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Éditions de Minuit. 1980.

DUPUY G., L’urbanisme des réseaux, Paris, Armand Colin, 1991.

DUPUY G., La dépendance automobile, Paris, Anthropos, 1999.

ERIKSON R. and GOLDTHORPE J. H.. The constant Flux – A Study of Class Mobility in Industrial Societies, Oxford, Clarendon Press, 1992.

JOYE D. et al., Habitants des quartiers, citoyens de la ville ?, Zurich, Seismo, 1995.

JUDGE D.. STOCKER G., WOLMAN H. (eds), Theories of urban politics, London, Thousand Oaks, Hew Dehli, Sage, 1995.

KAUFMANN V., JEMELIN C., JOYE D., « Entre rupture et activités : vivre les lieux du transport » PNR41-A4, Zurich, EDMZ., 2000.

LE GALES P, « Urban Governance and Policy Networks : on the Urban Political Boundedness of Policy Networks, a French Case Study », Public Administration, 2001, Vol 79/1, 167-184.

LÉVY J., « Les nouveaux espaces de la mobilité », dans BONNET M. et DESJEUX D. (sous la direction de). Les territoires de la mobilité, Paris, PUF, 2000, 155-170.

LÉVY J., Le tournant géographique, Paris, Armand Colin, 1999.

LÉVY J., « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire », Espace Temps, 1991, no 51-52.

MONTULET B., Les enjeux spatio-temporels du social – mobilité, Paris, L’Harmattan, 1998.

NEWMAN P. and THORNLEY A., Urban Planning in Europe, Londres, Routledge, 1996.

NEWMAN P. and KENWORTHY J., Cities and Automobile Dépendance, Sydney, Gower Technical, 1989.

OFFNER J.-M., « Territorial Deregulation : Local Authorities at Risk from Technical Networks », International Journal of Urban and Regional Research, 2000, vol. 24/1. 165-181.

OFFNER J.-M. et PUMAIN D., Réseaux et territoires, significations croisées, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1996.

ORFEUIL J.-P, « L’automobile entre controverses d’experts et valeurs contemporaines », dans GOUX-BAUDIMENT F. et al. (sous la direction de), Cerisy – Expertise, débat public : vers une intelligence collective – Prospective II, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001b, 277-288.

PUTNAM R., Booling Alone, New York, Simon et Schuster, 2000.

RALLET A., « Communication à distance : au-delà des mythes », Sciences Humaines, 2000, no 104, 26-30.

ROCH Μ., « La spatialisation du social à l’épreuve de la mobilité : l’exemple de l’espace péri-urbain », Espaces et Sociétés, 1998, no 94.

ROSANVALLON P., Le Libéralisme économique – histoire de l’idée de marché, Paris, Seuil, Points 134, 1979, 237 p.

SOJA E., The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London and New York, Verson, 1989.

THRIFT N., Spatial Formations. London, Thousand Oaks New Delhi, Sage, 1996.

URRY J., Sociology beyond Societies, Mobilities for the Twenty First Century, London, Routledge, 2000.

VELTZ P., Mondialisation, ville et territoires, Presses universitaires de France, Paris, 1996.

WELLMAN B. et RICHARDSON R., « Analyse des réseaux sociaux – principes, développements, productions », Un niveau intermédiaire. Séminaire du CESOL, Les réseaux sociaux, Paris, 1987.

WRIGHT E. O. et al., « The American Class Structure », American Sociological Review, 1992, 6/47, 709-726.

Notes

1 Cette position est souvent celle des géographes « postmodernes » anglo-saxons, tels que Edward Soja (1989) ou Nigel Thrift (1996). On la retrouve en sociologie urbaine avec des auteurs comme Yves Chalas (1997) ou Bertrand Montulet (1998). D'une manière générale, cette position est largement inspirée des travaux de Gilles Deleuze et Félix Guattari sur la déterritorialisation et la notion de rhizome, soit les livres Anti-Œdipe et Mille plateaux.

2 Boden et Molotch développent leur argumentaire de la manière suivante : « The new communication and information technologies so heighten global and temporal intégration that many regard them as harbingers of a deeper transformation in social relations. In the same way that previous commentators credited the steam engine and atomic bomb with ushering in new modes of civilization, so the “communication révolution” putatively brings a new form of existence. (...) People can live where they want without loss of friendships or kin solidarity, and capitalism can progress beyond fixed production Unes and trading centers into a contemporaneous, multilocational, nonstop world market. » (Boden and Molotch, 1994 : 257). « (...) we argue that the conséquences for social life, whether begign or nelarious, have been exaggerated. The robust nature and enduring necessity of traditional human communication procedures have been underappreciated » (Boden and Molotch, 1994 : 258).

3 Le livre de Marc Augé, Non-lieux, n’est sans doute pas étranger à cette tendance. Succès de librairie, notamment dans sa traduction anglaise, il est tout entier consacré aux « non-lieux ». Cet ouvrage oppose en effet les lieux, soit une référence identitaire, relationnelle et historique, aux non-lieux qui se définissent comme non identitaires, non relationnels et non historiques. Augé définit l’espace du voyageur comme archétype du non-lieu (Augé, 1992 : 110) ; ce faisant, il n’envisage pas que le territoire puisse être un lieu du mouvement.

4 La citation suivante de Zygmunt Bauman synthétise bien cette idée : « People who move and act faster, who come nearest to the momentariness of movement, are now the people who rule. And it is the people who cannot move as quickly, and move conspicuously yet the category of people who cannot at will leave their place at all, who are ruled » (Bauman. 2000 : 119-120).

5 C’est ainsi qu’il affirme que « Les élites sont cosmopolites et les masses, locales. L’espace du pouvoir et de la richesse se projette dans le monde entier tandis que la vie et l’expérience des masses s’enracine dans des lieux, dans une culture, dans une histoire » (Castells, 1998 : 467).

6 L’appareil conceptuel des sciences sociales reste largement basé sur des concepts aréolaires, soit des délimitations nettes renvoyant à des territoires enclos. Ils font donc référence à des territoires statiques : on est dedans ou dehors (Wellman et Richardson, 1987 ; Montulet, 1998). Or bon nombre de ces « lignes claires » conceptuelles ne sont plus des facteurs de différenciation sociale aussi forts que par le passé. On pourrait ajouter que dans les cas où elles existent, les tentatives de reconceptualisation sont souvent encore incomplètes. La sociologie urbaine en est un bon exemple. Cette discipline a abandonné la notion de ville comme espace aréolaire opposé à la campagne pour lui substituer une approche basée sur l’urbain qui considère la ville comme une réalité dépassant la matérialisation morphologique (Joye et al., 1995). Pourtant, à l’échelle micro, elle se trouve malgré tout limitée au plan empirique par des concepts basés sur le modèle aréolaire. C’est ainsi que la notion de quartier, qu’un consensus de chercheurs s’accorde à considérer comme un espace d’analyse inapte à décrire les pratiques sociales, reste un concept très usité. De même, la ségrégation spatiale, formalisée comme aréolaire à l’échelle de la commune ou du quartier, est considérée par beaucoup comme très largement insuffisante pour prendre la mesure de la distribution des inégalités sociales dans l’espace urbain (Roch, 1998).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search