Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citoyenneté, discrimination et préférence sexuelle

 | 
Vladimir Martens

La normalisation de la situation sociale des homosexuels masculins : les illusions perdues5

Michael Bochow

Texte intégral

  • 5 Traduit de l’allemand par S. NEUBERG.

1La forte représentation des homosexuels masculins engagés dans les associations contre le Sida créées jusqu’en 1987 dans les pays d’Europe de l’Ouest ne s’explique pas seulement par la volonté de nombreux gays d’empêcher une diffusion rapide de l’épidémie dans la population homosexuelle. Une autre raison au moins aussi importante tenait à la crainte que le Sida ne fournisse un prétexte à relancer la répression contre les homosexuels masculins et que la relative tolérance sociale gagnée depuis les années 70 (mais encore bien fragile) soit menacée. On redoutait que le Sida ne renforce l’isolement social des gays. Tout s’est passé autrement, et c’est ce que je veux montrer ici en prenant l’exemple de l’Allemagne. Les conflits, compromis et succès que je vais décrire ici sont en grande partie également valables pour la France et la Grande-Bretagne. Je veux m’attacher ici principalement aux traits communs à ces situations. Les différences entre ces trois pays ont sans aucun doute leur importance, mais ne sont pas d’une grande pertinence pour mon argumentation.

La visibilité accrue des homosexuels dans les années 80

2Contrairement à ce que craignaient de nombreux homosexuels engagés politiquement, mais aussi de nombreux hétérosexuels de gauche ou libéraux, le Sida a « paradoxalement » accru la visibilité sociale des homosexuels dans les années 80. La lutte pour une stratégie de prévention « libérale », basée sur la responsabilité individuelle et l’éducation, et contre une stratégie de contrôle telle que celle prônée par la Bavière (le Texas allemand), par la Suède et la RDA, a conduit en Allemagne à une sorte de coalition entre l’aile libérale du parti chrétien-démocrate, les socio-démocrates, le parti libéral et les verts. Cette vaste coalition face à un problème de santé publique a été, de façon surprenante, le catalyseur d’une amélioration de la tolérance vis-à-vis des gays. Le Sida a permis de discuter publiquement l’homosexualité masculine à une échelle que les vaillants mouvements d’émancipation (en général étudiants) en Allemagne, en France et en Angleterre n’auraient pas pu imaginer avant 1984. Les homosexuels masculins étant le principal groupe touché par le Sida, je m’attacherai moins à la situation sociale des lesbiennes.

La situation sociale actuelle des gays en Europe de l’Ouest : les avis sont partagés

3Pour les homosexuels masculins, la crise du Sida a atteint sa triste apogée dans les années 1984 à 1988. Par la suite, la politique de prévention a porté ses fruits en Europe de l’Ouest. Depuis 1996, on a affaire à une nouvelle situation grâce à l’apparition des multithérapies. La majorité sexuelle est aujourd’hui atteinte en France à 15 ans, en Allemagne à 16 ans, pour les homosexuels comme pour les hétérosexuels. L’acceptation sociale des homosexuels est-elle donc acquise ? Et dans quelle mesure ceci est-il un effet du Sida ou du militantisme gay ? Prenons l’exemple de l’exposition présentée à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin à l’occasion du l00ème anniversaire de la fondation du Wissenschaftlich-Humanitäres Komitee par Magnus Hirschfeld. Si l’on en croit les publications sur le sujet, il semble que personne au monde ne serait plus heureux que les gays allemands. En mai 1997, un article sur la situation sociale des gays paru dans le magazine Stern portait le titre combien intégrationniste : « Total normal ». L’auteur, journaliste, gay de son état, y déclarait que l’Allemagne était redevenue depuis les années 70 « un des pays au monde les plus agréables pour les gays » (Hinzpeter 1997 : 193). Manfred Herzer, un des pères du mouvement gay de Berlin-Ouest ajoutait : « Au niveau de la politique intérieure, le mouvement gay est aujourd’hui superflu » (cité par Hinzpeter 1997 : 193).

Aperçus empiriques

4Les résultats d’une enquête représentative, effectuée en 1991 avec le soutien du Ministère Fédéral de la Recherche, jettent une ombre sur ce tableau idyllique. Entre février et avril 1991, 1.002 Allemands de l’Est et 1.220 Allemands de l’Ouest ont été interrogés. Les interviews standardisées, d’une durée moyenne de 50 minutes, apportent un bon exemple de la manière dont le contexte influence les réponses à certaines questions. Interrogés sur l’âge adéquat pour la majorité sexuelle pour les rapports entre jeunes hommes et hommes adultes, une personne interrogée sur dix se déclare favorable à l’interdiction de l’homosexualité. Sur les mesures à prendre pour lutter contre le Sida, 31 % des Allemands de l'Ouest et 27 % des Allemands de l’Est se déclarent d’accord avec la proposition « réintroduire l’interdiction des rapports homosexuels ». Une vue d’ensemble des résultats permet d’estimer qu’au moins un tiers de la population allemande doit encore être considéré comme fortement homophobe ; un tiers est ambivalent, c’est-à-dire pas complètement homophobe, mais avec une propension aux opinions négatives ou aux clichés (Bochow, 1994). L’enquête montre cependant aussi un recul de l’homophobie dans la société allemande (de l’Ouest) depuis les années 70. Aussi sympathiques qu’aient été les activités des groupes gays apparus en France, en Allemagne et en Angleterre après 1968, il serait naïf de mettre complètement à leur crédit l’évolution des mentalités. Un élément beaucoup plus important a certainement été le fait que la polarisation entre les sexes se soit relativisée. La mise en cause des rôles sexuels traditionnels, la montée de l’individualisme dans les sociétés capitalistes, le déclin des valeurs familiales contribuent aussi à créer des zones de liberté pour les gays. La finalité procréatrice de la sexualité n’est plus obligatoire que pour une minorité. Ces processus de changement social ont eu un effet beaucoup plus puissant que les campagnes de prévention du Sida, les actions des associations gayes et les campagnes des conservateurs hystériques qui veulent utiliser le Sida pour remettre à l’ordre du jour l’intégrisme catholique ou islamique.

Le féminisme, le patriarcat et l’hédonisme à tout crin des gays

5La lutte contre l’autoritarisme patriarcal a été menée sur plusieurs fronts et depuis beaucoup plus longtemps par le mouvement des femmes. Les gays ne font souvent qu’hériter des succès de ce mouvement. Ils sont en quelque sorte les profiteurs de la guerre des sexes. Pensons à Engels, qui disait que « dans une société donnée, le degré d’émancipation des femmes est la mesure naturelle du degré général d’émancipation » (Engels 1968 : 242 - traduction : S.N.). Ainsi, pour les protagonistes du mouvement gay allemand dans les années 70, il était évident que la lutte pour l’émancipation des homosexuels était aussi une lutte contre le patriarcat. Les phrases citées plus haut montrent bien à quel point ces éléments de l’émancipation homosexuelle sont aujourd’hui oubliés. Bien que la situation des femmes allemandes ne soit pas trop mauvaise en comparaison avec d’autres pays européens, il ne viendrait à l’idée de personne parmi les Allemands de gauche d'affirmer que le féminisme est « aujourd’hui superflu au niveau de la politique intérieure ». Pas plus que le droit de vote n’a apporté aux femmes en 1919 en Allemagne une complète égalité sociale, économique ou culturelle, pas plus la majorité sexuelle à 16 ans pour les homosexuels comme pour les hétérosexuels ne signifie que les gays et les lesbiennes soient entièrement acceptés socialement. Une des grandes figures du féminisme allemand a tiré le bilan suivant dans le grand hebdomadaire Der Spiegel en octobre 2000 : « Aussi bien l’expérience que les études et enquêtes récentes semblent indiquer que nous avons affaire à une société masculine des deux-tiers : le premier tiers est ouvert à la cause des femmes et sympathise avec celle-ci, tout en étant sujet à rechutes. Le deuxième tiers essaye de se défiler. Et le troisième tiers a compris et est fermement contre (...) les jeunes hommes ayant des mères et sœurs émancipées sont sur-représentés dans le premier tiers » (Schwarzer 2000 : 82). Il est frappant à quel point ce résumé d’Alice Schwarzer correspond aux résultats de ma propre enquête. Ce tiers fortement misogyne et homophobe correspond également à un tiers d’antisémites révélé par une enquête de 1987 (Bergmann/Erb 1991 : 56-57). 33 % des personnes interrogées ont été définies comme étant potentiellement antisémites, le taux d’Allemands de l’Ouest fortement antisémites est de 12 %. Le fait que 12 % de la population soit antisémite et raciste n’est pas spécifique à l’Allemagne. Le potentiel d’électeurs du Front National en France est de 20 % (même si tous ne votent pas Front National). Il serait naïf de croire que le potentiel xénophobe et raciste français se limite aux électeurs du Front National ou autres groupuscules d’extrême droite. La misogynie, la xénophobie et l’homophobie sont trois phénomènes basés sur les mêmes normes et opinions chauvines, machistes et racistes. Il serait étonnant qu’une population dans laquelle 40 % des hommes maximum croient à une égalité stricte pour les femmes, les immigrés et les personnes de couleur, soit majoritairement favorable aux homosexuels. Un climat évidemment plus libéral pour les homosexuels ne doit pas nous faire tomber dans l’illusion que l’orientation sexuelle soit aujourd’hui sans importance. Si tel était le cas, il serait inexplicable que tant de jeunes gays aient tant de mal à faire leur coming out.

La situation des gays aujourd’hui

6Martin Dannecker a le mérite d’avoir expressément attiré l’attention sur cette question. Il souligne que cette phase de l’évolution homosexuelle « même quand ils supposent ou croient savoir que leurs proches (par exemple leurs parents) ne rejettent pas les homosexuels » est aujourd’hui vécue de manière à peine moins conflictuelle qu’au début des années 70. Mes expériences cliniques et mes résultats empiriques non encore publiés ne confirment pas l'hypothèse selon laquelle les modifications dans la position sociale des homosexuels masculins et dans les structures de la sexualité auraient pour effet d’effacer la pertinence identitaire de ces aspects et feraient disparaître le coming ont. Les homosexuels en cours de coming out ont toujours du mal à accepter leur sexualité sans conflits, et ce, « même quand ils supposent ou croient savoir que leurs proches (par exemple leurs parents) ne rejettent pas les homosexuels » (souligné par M.B.) (Dannecker 1997 : 153).

7Inutile d’être aussi perspicace que Martin Dannecker pour constater que l’homosexualité masculine et féminine est aujourd’hui loin d’être « total normal ». Et même sans son esprit d’analyse, on peut se demander pourquoi les gays ont tant besoin de se déclarer mutuellement à quel point ils vont bien. Reimut Reiche, un compagnon de lutte et collègue de Dannecker à l’époque militante des années 70, a essayé de répondre à cette question. La stigmatisation traditionnelle des homosexuels les a conduits à développer une grande faculté d’adaptation, qui fait d’eux des piliers de la mode (trendsetter) dans bien des domaines (Reiche 1988 : 115). Reiche nous fournit ici les mots-clés : faculté d’adaptation et trendsetting. Jusque dans les années 80, une énorme faculté d’adaptation était pour la plupart des homosexuels un élément essentiel de survie physique et psychique. Didier Eribon décrit ceci de manière très vivante dans la première partie de son étude Réflexions sur la Question Gay (Eribon 1999).

8Le revers de cette faculté d’adaptation et de cette souplesse est l’assimilation exagérée et le conformisme. Ceci est également valable de l’attribut gay d’être à la pointe de la mode, que ce soit dans le domaine vestimentaire ou des habitudes ou accessoires un peu fous. Etre à la mode est le contraire d’être rebelle, indépendant ou autonome. La mode est également le contraire de l’avant-garde au sens d’une avant-garde politique ou culturelle. Qui n’est pas à la mode n’est pas au goût du jour, refuse le conformisme des modes, les rituels forcés dont la scène gaye se prend périodiquement et que l’on peut observer dans les microcosmos de Castro Street à San Francisco, de Oxford Street à Sydney, du Marais à Paris ou du quartier gay de Berlin Schöneberg. La manière dont les gays aiment à se présenter en champions olympiques de l’hédonisme et du sexe trahit le désir d’être « beau, riche et branché ». Le fait de répéter à qui veut l’entendre « comme nous allons bien et comme nous avons du succès » dissimule mal les doutes combattus par la méthode Coué. Il s’agit là d’anticiper la gratitude et la soumission que l’opinion publique libérale attend de la communité gaye. In fine ceci met en évidence le rôle que l'homosexuel idéal doit remplir : être le gendre favori de maman.

Postscriptum sur le PACS, la loi sur le partenariat enregistré en Allemagne et Henning Bech à Copenhague

9Le 28 septembre 2000, Libération titrait « Le mariage homo n’est plus tabou – Selon un sondage, la moitié des Français y est favorable » (Blandine Grosjean 2000 : 17). Le Monde du 29 septembre écrivait au même sujet : « En moins d’une année, le PACS est entré dans les mœurs » (Pascale Krémer 2000 : 11). L’association allemande gaye et lesbienne LSVD déclare depuis des mois que diverses enquêtes ont montré qu’une majorité d’Allemands est favorable au partenariat enregistré qui a été décidé par le Bundestag le 10 novembre 2000. Ces majorités favorables au partenariat enregistré sont en général considérées comme révélatrices de l’acceptation sociale acquise des gays et des lesbiennes. J’aimerais ici mettre en garde contre un optimisme naïf. Ce n’est pas un hasard si, ni en Allemagne, ni en France, il n’a jamais été sérieusement question d’ouvrir l’institution du mariage aux homosexuels. Le mariage est encore aujourd'hui considéré comme un fondement de la culture chrétienne. Il doit continuer à rester le privilège « protégé » des hétérosexuels. En effet, son ouverture aux homosexuels transformerait complètement le caractère traditionnel du mariage. Ce n’est pas un hasard si les conservateurs en Allemagne, en France et ailleurs refusent cette ouverture de toutes leurs forces. Et certains fonctionnaires gays et lesbiennes leur viennent en aide en revendiquant l’abolition du mariage, en quelque sorte « l’interdiction du mariage pour tous ». A cet égard, les conservateurs ne se limitent pas seulement aux chrétiens-démocrates Allemands, à la droite traditionnelle en France et aux Tories en Angleterre, mais comprennent également une bonne partie des socialistes et socio-démocrates dans ces pays. C’est pourquoi je ne peux que m’associer à la critique humoristique que mon ami Günter Dworek, des verts Allemands, fait de la position de Henning Bech. Bech prédit de la vaste acceptation sociale des homosexuels au Danemark que ceux-ci vont disparaître. Pour lui, il en sera de même dans les autres pays européens. L’acceptation des homosexuels découle selon lui de l’égalité entre les sexes réalisée au Danemark et du modèle Scandinave d’Etat providence qui abolit à long terme l'orientation familiale bornée des hétérosexuels (Bech 2000). Je pense avec Günter Dworek qu’il s’agit là d’un curieux bouddhisme scientifique lorsqu’on fait le pronostic d’une heureuse dissolution de l’homosexualité dans un nirvana transgender. Hélas, on est encore loin d’une véritable égalité des sexes, que ce soit en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne ou en Pologne – pour ne nommer que les pays européens les plus peuplés. Quant à l’Etat providence, il est sapé par la mondialisation, poussée non seulement par nos amis anglo-saxons de part et d’autre de l’Atlantique, mais aussi par nos amis, les socio-démocrates européens. Il reste donc fort à faire.

10* Cet article reprend certains passages parus en 1997 en Allemagne (Bochow 1997). L’auteur remercie l’éditeur MännerschwarmSkript, Hambourg, pour l’autorisation de reprendre ces passages et France Lert (Paris) pour la rédaction du texte.

Bibliographie

Bibliographie

BECH H. : « Gendertopia ». Zeitschrift für Sexualforschung. Vol. 13, no 3, 2000, pp. 212-242.

BERGMANN W. et RAINER E. : « Antisemitismus in der Bundesrepublik Deutschland ». Leske und Budrich. Opladen 1991.

BOCHOW M. : « Au-delà du mur : attitudes envers les hommes homosexuels en Allemagne ». Daniel Welzer-Lang, Pierre Dutey et Michel Dorais (eds.) : La peur de l'autre en soi - Du sexisme à l'homophobie. VLB éditeur. Montréal, 1994, pp. 252-274.

BOCHOW M. : « Hat AIDS die soziale Situation schwuler Manner verändert ? » Detlef Grumbach (ed.) : Was heisst hier schwul ? MannerschwarmSkript. Hambourg, 1997, pp. 139-149.

DANNECKER M. : « Probleme der männlichen homosexuellen Entwicklung. » Martin Dannecker (ed.) : Vorwiegend homosexuell. MannerschwarmSkript. Hambourg, 1997. pp. 147-167.

ENGELS F. : « Herrn Eugen Dührings Umwälzung der Wissenschaft » (« Anti-Dühring »). Marx-Engels-Werke (MEW). Vol. 20. Dietz-Verlag. Berlin (DDR) 1968, pp. 1-303.

ERIBON D. : Réflexions sur la Question Gay. Fayard. Paris. 1999.

HINZPETER W. : « Total normal » Der Stern, no 21, 1997, pp. 189-193.

REICHE R. : « AIDS im individuellen und kollektiven Unbewussten ». Zeitschrift fiir Sexualforschung. Vol. 1, no 2, 1988, pp. 113-122.

SCHWARZER, A. : « Die glaserne Wand. Siege und Niederlagen der Frauen im Kampf gegen die Männergesellschaft ». Der Spiegel, no 41, 9.10.2000, pp. 80-84.

THEIS, W. : « Mach Dein Schwulsein öffentlich. Goodbye to Berlin ? 100 Jahre Schwulenbewegung ». Catalogue de l'exposition du Musée Gay et de l’Académie des Beaux Arts. Verlag Rosa Winkel. Berlin 1997, pp. 279-293.

Notes

5 Traduit de l’allemand par S. NEUBERG.

Auteur

Sociologue, Berlin et Göttingen

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540