Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citoyenneté, discrimination et préférence sexuelle

 | 
Vladimir Martens

Introduction

François Delor

Texte intégral

1Précisons d’emblée : ce colloque a été organisé et coordonné par l’association Ex Æquo, en collaboration avec le Centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis dont je fais partie.

2L’ensemble des Facultés universitaires Saint-Louis n’a pas participé à cette concertation, même si, et notamment sur le dépliant, celles-ci ont été citées et remerciées pour l’accueil remarquable qu’elles ont offert dans leurs locaux pour la tenue de nos travaux. Il va de soi que les Facultés ne sont pas responsables de la teneur de nos propos ni de notre programmation. N’est-ce pas d’ailleurs ainsi qu’il convient qu’il en soit dans toute prise de parole au sein d’une université ? Ce n’est pas une simple prudence de ma part, ni le signe de la méfiance de quelque instance que ce soit que de formuler cette remarque préalable. C’est juste un rappel de l’utilité et de la probité de la parole intellectuelle du sujet lui-même ou encore du chercheur nu, si j’ose dire, c’est-à-dire de celui qui ne s’appuie, ne se déguise ni ne se réfugie sous les tours ou les atours d’institutions instrumentalisées.

3Si le colloque d’aujourd’hui devait être caractérisé dans l’histoire des sciences d’un fait ou plutôt d’une collection de faits saillants, ce serait sans doute le thème de l’incapacité, de l’absence ou du coup dans le dos qui devrait venir comme mot-clé sur les moteurs de recherche des générations futures : on pense à l’anthropologie ou plutôt à l’ethnologie de Jeanne Favret-Saada qui, aujourd’hui boiteuse d’un pied brisé, doit être excusée. La proposition relative à la boiterie se rapporte bien entendu à Jeanne Favret-Saada et non à l’ethnologie qu’elle soutient, laquelle vise précisément à mettre en évidence et de manière rigoureuse dans quel sillon normatisant, voire théologisant, les pas cadencés d’autres auteurs – qui pourtant se réclament de la même discipline qu’elles – ont trébuché sinon glissé. Il est dommage de devoir se passer de cet exposé qui aurait été exemplaire du fait qu’il n’existe pas de discours anthropologique constitué en discours unique mais bien, au cœur d’une discipline (qui parfois porte mal ce nom), des discours plus ou moins rigoureusement anthropologiques, marqués par des tendances et des partis pris, agis et agissant au cœur de rapports sociaux.

4On pense encore à l’absence de Sabine Prokhoris, excusée car retenue à Paris pour des raisons personnelles tout à fait sérieuses. Cette absence est d’autant plus regrettable que Sabine Prokhoris ne se contente pas de mettre en lumière les effets de pouvoir qu’un certain savoir psychanalytique a pu avoir dans les débats dont il est question aujourd’hui. Elle développe de la manière la plus argumentée et soucieuse qui soit au sein de ses textes une véritable pensée psychanalytique post-lacano-freudienne, c’est-à-dire sevrée du rapport qu’entretenaient encore les géniaux géniteurs de la discipline avec le rapport sexuel complémentaire entre les sexes, à la lumière du biologique tel que la Nature en dictait la doctrine originelle. Certes, Freud comme Lacan avaient chacun, à leur manière, pris une distance critique parfaitement novatrice quant au crédit à accorder au modèle animal dont découle la norme naturalisante pour dicter l’agir humain. La formule choc de Lacan selon laquelle « il n’y a pas de rapport sexuel », formule qu’il faut bien comprendre comme la négation radicale d’un rapport sexuel à la fois tout à fait complémentaire et harmonieux entre les sexes, c’est-à-dire le mythe du bonheur dans le pré, va bien dans ce sens. Cependant, et c’est tout son mérite dans les débats d’aujourd’hui, Prokhoris va plus loin que ses prédécesseurs dans son récent ouvrage Le sexe prescrit, en s’attaquant ni plus ni moins qu’à l’irréductible Roc (avec majuscule) qui continue à fonder la dogmatique de leur pensée, entre Roc de la Castration, primat du Phallus et Roc indépassable de la différence des sexes. En cela, elle nous montre que non seulement, il y a bien des psychanalystes et des psychanalyses différents, ainsi que des pensées théoriques et des démarches cliniques qui se dépassent ou se laissent dépasser. C’est la première lecture qui doit être faite de ses textes. Elle montre aussi par son absence ce jour que, si elle s’est montrée capable de dépasser les apories de la Vienne freudienne et du Paris lacanien, Bruxelles est resté aujourd’hui hors de son atteinte. C’est une seconde lecture, sûrement moins légitime mais plus amusante, qui montre de plus que deux interprétations d’un même fait peuvent coexister selon les points de vue d’où elles semblent différer.

5Eric Fassin mérite le même commentaire que les deux intervenantes précédentes, cloué au lit par un de ces miasmes dont Pasteur, bien français pourtant, avait promis la domination. Nous voilà rappelés à une bonne modestie post-pastorienne dont j’espère, sans aller jusqu’aux excès de l’absence, qu’elle marquera les débats.

6On pense encore à ma propre absence, autre boiterie, forme de coup du sort ou de l’infortune, bref, un sale coup dans le dos qui me vaut de demander à Vladimir Martens (permanent à l’association Ex aequo, coordinateur du colloque) d’introduire pour moi ce colloque.

7Quatre absences, ma foi, c’est beaucoup, quelques « dits » bons psychanalystes diraient « ce n’est pas un hasard » et nous pourrions croire que nous sommes les rescapés de quelque expédition maudite, revenant d’un tombeau égyptien délétère, agonisant, ainsi qu’Hergé les a immortalisés, sur leur lit de souffrance, martyrs devant l’éternel des péchés sacrilèges commis en ouvrant ainsi les tombes et grottes sacrées.

8Heureusement que d’autres, bon pied bon œil et même inattendus, tel Didier Eribon, nous aident à sortir de cette ambiance malsaine où la pananoïa nous gagnerait et où quelques réflexes obsessionnels de vérification inquiète de nos rituels et de notre entourage nous envahiraient.

9D’autres aussi sont là parmi lesquels il me revient de remercier :

  • Les institutions qui ont apporté leur soutien à l’organisation de ce colloque : le Ministère de l’égalité des chances, La Fondation Roi Baudouin et la Loterie Nationale, la Présidence du Gouvernement wallon, le Ministère de la Communauté française et le Fonds national de la recherche scientifique ;
  • Les orateurs présents : Didier Eribon, Daniel Borrillo, Sébastien Van Drooghenbroeck, Olivier de Schutter, Robert Wintemute, Hans Ytterberg, Marcela Iacub, Michaël Bochow, Anne Cadoret, Yvon Englert ainsi que Paul Martens et Luc Van Campenhoudt.

10Je remercie également le public, le personnel de Saint-Louis (Monsieur M. Gotti et Mademoiselle J. Deleval), le Recteur des Facultés Saint-Louis pour son accueil mais surtout le Centre d’études sociologiques qui offre depuis plusieurs années le cadre stimulant d’une réflexion sur ces thèmes, et l’équipe d’Ex Æquo.

11La journée a été divisée en deux parties, l’une davantage consacrée aux aspects juridiques des débats, l’autre au regard, ou du moins à un certain regard, des sciences sociales au sens large.

12Deux spécialistes, l’un juriste, l’autre sociologue, tenteront de dégager des conclusions et de réaliser une mise en perspective.

13Pour ma part, j’ai dû remanier et réduire ma contribution initialement prévue sous le titre « l’oracle, la pythie et le politique », pour tenir compte de mon incapacité.

14Tout part pour moi d’une conviction : pour rendre compte des absences de ce jour, il n’y a pas de malédiction mais bien des faits. De même, pour aborder les questions à l’ordre du jour, ce sont des faits qu’il doit être question. Et c’est bien là tout le débat. Depuis le départ : comment sortir du religieux ou du théologique du magique ou du dogmatique transcendantal pour travailler avec rigueur dans une communauté de chercheurs respectueux d’un certain nombre de règles de fonctionnement du jeu intellectuel et du débat démocratique ? Comment ne pas utiliser en même temps les cercueils des momies de Toutankhamon, les trous dans la couche d’ozone, les vaches dites folles pour créer de nouveaux espaces qui seraient interdits au débat, entourés d’un grillage avec, écrit dessus, « risque de mort » ?

15E periculoso sporgesi. Oui, il est toujours dangereux de se pencher. La pensée droite est pourtant parfois trop raide. Ici, à courir le risque du mouvement, on en court toujours un autre, qui est celui d’être déjà réputé partisan, déséquilibré, d’avoir déjà choisi, soit par qui est raide, soit par qui penche d’un autre côté. C’est un risque que nous assumons puisque nous l’avons choisi. En effet, s’il faut, et c’est me semble-t-il de bonne guerre, exprimer un choix préalable à notre mise au travail, c’est celui de la pensée penchante, hésitante, non définitive, incertaine, quoique bel et bien enracinée dans l’expérience sociale et la recherche. C’est le choix d’une pensée sans concession quant à ce qui la fonde mais sans violence envers ses opposants, démarche sans relâche à la recherche d’alliances inédites et de mouvements féconds. Bref, le contraire du chêne de la fable qui sourit d’avance en disant des roseaux qui pensent qu’ils ont un mauvais penchant.

16Pour le dire autrement, pour ceux qui sont trop certains de penser juste ou droit, toute pensée est un mauvais penchant. Ici, le risque a été de donner place à nos mauvais penchants de pensées mais aussi et surtout aux pensées qui visent à réfléchir autrement au sujet des mauvais penchants.

Auteur

Psychanalyste et chercheur en sociologie, Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540