Version classiqueVersion mobile

Le film de famille

 | 
Nathalie Tousignant

Film de famille et mémoire ouvrière

Florence Loriaux

Texte intégral

1Cet exposé relatif au film inédit et à la mémoire syndicale et militante se basera essentiellement sur des cas qui se sont présenté dans le cadre des archives conservées au Carhop.

2Fondé en 1980, le Carhop, Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire, a été reconnu comme centre d’archives privées par la Communauté française en 1995.

3Une des premières missions du Carhop est de sauvegarder et conserver la mémoire ouvrière sous quelque forme que ce soit (écrite, iconographique, sonore...).

4En général, une des premières difficultés à laquelle se heurte l’historien est la minceur et la fragilité des sources. Cette vérité douloureuse et inhérente à toute démarche historique l’est encore plus quand elle concerne l’histoire du monde ouvrier qui semble ne pas (ou très peu) conserver les traces de son passé. En effet, peu nombreux sont les travailleurs qui sont conscients de l’importance de leur histoire et qui disposent des outils intellectuels pour en conserver les traces (faible alphabétisation, tradition orale plutôt qu’écrite, etc.). En outre, l’époque contemporaine est autant destructrice de sources que productrice d’une abondante information qui tend à nous submerger. La rareté devient vite le corollaire de l’abondance.

5L’histoire apparaît alors comme une formidable entreprise de destruction ou un gigantesque avaleur de déchets que l’historien aimerait tant pouvoir enrayer.

6La problématique de la conservation du patrimoine archivistique est terriblement préoccupante. Quotidiennement, nous sommes confrontés à ce problème car, lorsqu’on fait appel au passé qu’il soit plus ou moins proche ou lointain, les sources lorsqu’elles existent encore se trouvent les plus souvent éparpillées et de ce fait sont peu accessibles.

7Mais depuis quelques années nous arrivent sous formes diverses des films ou des cassettes (u-matic, uhs, ucr) dans les fonds d’archives émanant d’organisations ouvrières et de militants.

8Une de nos difficultés consiste à identifier les films qui nous parviennent sans aucun élément ni aucune piste d’information. Mais la difficulté est infiniment plus grande lorsqu’on se trouve en présence de films nitrate qui se voient interdits de tout lieu de projection.

9Afin de sauvegarder ce patrimoine, nous avons mené dans le cadre de projets sur l’histoire du Mouvement ouvrier chrétien, des campagnes de sensibilisation et de sauvegarde auprès de militants.

10Outre la préoccupation de la conservation de supports de films anciens, se pose également le problème de l’aspect obsolète du matériel de lecture. En effet, la plupart des centres d’archives sont dépourvus d’appareils de lecture ou de projecteurs en état de fonctionnement.

11Chaque jour, les évolutions technologiques apportent de nouveaux moyens d’enregistrement. En tant qu’archiviste devant conserver dans la longue durée ce patrimoine, nous devons également veiller à nous procurer les appareils nécessaires à l’exploitation des documents (cette démarche est également obligatoire pour les supports informatiques de plus en plus variés et nombreux).

12Si le cinéma durant l’entre-deux-guerres draine un important public, l’ensemble du Mouvement ouvrier a réagi relativement tardivement à l’impact que pouvait avoir le cinéma dans l’éducation de la classe ouvrière et dans la propagande.

13J’ai cherché à travers la presse du mouvement (principalement du Mouvement ouvrier chrétien), dans les rapports d’activités et les archives des encouragements auprès des membres des organisations, à tourner des films un peu sur le modèle de l’Association socialiste des cinémas amateurs (ASCA) et le développement de cinés-clubs ouvriers.

14Mais au sein du Mouvement ouvrier chrétien, la centrale d’éducation populaire qui avait pour mission première et essentielle la formation intellectuelle et morale du travailleur n’avait jamais promu le cinéma au rang de loisir au même titre que les cycles de conférence, les activités théâtrales, les chorales, le sport et l’écoute des chroniques ouvrières diffusées à l’INR.

15Enveloppés d’une odeur de souffre, les films n’ont pas bonne presse et seuls ceux possédant « une haute valeur morale » sont recommandés par des comités composés essentiellement de prêtres chargés de dresser des listes des films autorisés. Le cinéma étant souvent considéré comme un passe-temps stérile, on peut comprendre pourquoi on trouve peu de film-réalité au sein de la classe ouvrière chrétienne. En outre, l’utilisation du film présentait plus de difficultés dans la mesure où il était non seulement nécessaire d’avoir une caméra mais également de posséder un projecteur. Pour enregistrer la mémoire ouvrière, la caméra reste donc essentiellement à usage professionnel ou l’apanage d’amateurs éclairés appartenant à des classes favorisées.

16Quoiqu’il en soit, l’apparition dans les années 1920 d’appareils photos bon marché va rendre plus accessible à la classe ouvrière la pratique de la photographie. On peut imaginer en observant le nombre de concours photographiques organisés par la presse des organisations chrétiennes et les appels pressants adressés aux lecteurs de photos afin d’illustrer les magazines que l’appareil photo était répandu parmi ses membres et ses militants. Citons en exemple le journal JOC qui affiche dans les années 1920 un besoin urgent de 3 000 photos par an.

17En observant les photos prises dans le cadre des congrès ou des journées d’études, on remarque la présence d’appareils photos mais pas celle de caméras.

18Après avoir réfléchi sur la façon de rencontrer les objectifs du colloque en matière d’inédits représentant les milieux populaires, je m’interroge sérieusement sur la pertinence de l’hypothèse qui guide cette réunion et j’ai essayé d’en détailler les raisons.

19La première raison est le caractère peu diffusé du matériel cinématographique dans les milieux populaires. Le matériel coûte cher, son usage également, et il demande un savoir-faire peu répandu dans des milieux souvent peu alphabétisés.

20Mais la raison la plus importante est peut-être que je ne suis pas convaincue après une recherche sans doute trop rapide et incomplète des sources disponibles, j’en conviens, que les inédits familiaux constituent véritablement des témoignages de la vie quotidienne dans nos régions ou dans nos pays et cela pour une raison assez simple : à savoir que les propriétaires de caméras sont très rarement intéressés à filmer les scènes courantes de la vie familiale et qu’ils se focalisent sur des événements rares ou exceptionnels : baptêmes, mariage, vacances, etc.

21Le regard du cinéaste amateur est peut-être naïf et transparent, mais il est dans doute excessif de croire que ce regard ouvre automatiquement les portes de la mémoire collective, spécialement ouvrière.

22Ce qu’on peut attendre d’un cinéaste professionnel ou d’un journaliste pour mettre en évidence des regards pénétrants sur les aspects de la vie quotidienne ne peut vraisemblablement pas être attendu d’un amateur.

23Qui filmait parmi les représentants des classes populaires les manifestations, les grèves, les famines, les conditions de travail, les réunions syndicales ?

24Il fallait que des Storck et des Ivens s’émeuvent du sort des mineurs et des conditions de vie déplorables des populations boraines pour qu’on en garde des images qui ont contribué à forger la mémoire d’une région et d’une classe sociale.

25Ce qui me paraît donc un peu dangereux dans une formulation trop rigoureuse de l’hypothèse sur le rôle des inédits familiaux dans l’identification de la structuration de la mémoire collective, c’est le caractère très partiel, et donc forcément partial de cette information qui risque de laisser dans l’ombre des pans entiers de la réalité sociale, et de mettre sous le feu des projecteurs des aspects très particuliers ou très sélectifs qui peuvent donner une vision biaisée des conditions réelles d’existence et de vie de populations.

26Pour ne pas terminer sur une présentation trop négative du rôle des inédits, nous avons cependant tenté à titre expérimental de réaliser une évaluation de nos inédits tout en sachant que cette démarche nous éloigne quelque peu de l’inédit familial réalisé par des amateurs privés et qu’elle rejoint des travaux filmés souvent commandités.

27Ainsi l’expérience des Équipes Mémoires Ouvrières, groupes de travailleurs qui veulent se réapproprier leur histoire, confirme qu’il est important de collecter les témoignages oraux qui peuvent carrément pallier l’absence totale de documents écrits concernant des pans entiers de l’histoire ouvrière : un grand nombre de ces entretiens ont été filmés. La mémoire collective s’effaçant lentement mais inexorablement et les témoins directs se faisant rares, nous pensons que l’enregistrement visuel de ces témoignages prendra une forme d’inédits. Ce qui, dans la mesure où on assiste aujourd’hui à une multiplication de générations ayant connu ou connaissant des histoires personnelles extraordinairement diversifiées, nous semble nécessaire afin d’instaurer l’échange des savoirs et des expériences entre les générations.

28C’est pourquoi il nous paraît important de recueillir des récits de vie filmés qui sont une façon de réinsérer l’histoire passée dans l’’histoire présente et de mettre à la disposition des générations les plus récentes des informations nécessaires à la compréhension des trajectoires suivies par nos sociétés.

29Actuellement au sein des syndicats, les services de presse et d’information se chargent plus volontairement de filmer les congrès et les manifestations ou d’engager un caméraman, ce qui constitue un indéniable progrès par rapport aux pratiques passées, mais au total ces initiatives ne couvrent qu’une partie du champ des activités collectives dans lesquelles les classes ouvrières sont impliquées. Un gros effort de systématisation dans la collecte des informations iconographiques reste à faire et des centres d’archivage comme le Carhop ne peuvent apporter des contributions significatives dans ce domaine que si leur mission est confirmée et surtout si les moyens nécessaires leur sont reconnus.

Auteur

Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (CARHOP)
Historienne

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search