Version classiqueVersion mobile

Le film de famille

 | 
Nathalie Tousignant

Jeux de l’image et du temps. Construction de la mémoire familiale et adoption internationale

Martin Pâquet

Texte intégral

« Et, si j’y fus si sensible ce jour-là, ce n’est pas uniquement parce que mes sens, engourdis par la grisaille du jour et l’alcool que j’avais dans le sang, me portaient naturellement à la mélancolie, mais c’est aussi parce que je me suis senti soudain triste et impuissant devant ce brusque témoignage du temps. Ce n’était guère le fruit d’un raisonnement conscient, mais l’expérience concrète et douloureuse, physique et fugitive, de me sentir moi-même partie prenante du temps et de son cours. Jusqu’à présent, cette sensation d’être emporté par le temps avait toujours été atténuée par le fait que j’écrivais, écrire était en quelque sorte une façon de résister au courant qui m’emportait, une manière d’inscrire dans le temps, de marquer des repères dans l’immatérialité de son cours, des incisions, des égratignures ».
Jean-Philippe Toussaint, Autoportrait (à l’étranger), p. 119-120

« See the world in green and blue,
« See China right in front of you. »
U2, Beautiful Day

  • 1 La notion de récit familial peut être saisie sous deux significations, la première étant comprise (...)

1Depuis une vingtaine d’années, nombre de Canadiens et de Québécois se tournent vers l’adoption internationale pour se constituer une famille. Après de longues démarches administratives auprès des services provinciaux et fédéraux d’aide à l’enfance et d’immigration, des autorités locales dans les autres pays et des intermédiaires agissant pour le compte d’agences privées d’adoption internationales, ces adoptants vont sur place chercher leur enfant. Grâce à l’adoption internationale, environ 2 000 enfants par année immigrent ainsi au Canada, dont un peu moins de la moitié au Québec (Québec, 1999. Voir infra tableau 1). Le voyage de l’adoption constitue donc un événement majeur, une intrigue centrale dans l’élaboration du récit familial1.

2Bien qu’il se déroule dans des lieux jugés exotiques au regard de l’Occidental, ce type de voyage diffère du tourisme habituel. En effet, il se veut le moment d’une grande intensité affective, puisqu’il implique l’ajout d’un nouveau membre à la communauté familiale. Ce faisant, il se déroule dans une série de temporalités denses et déstabilisantes. Chez les nouveaux parents, les conceptions du temps s’en trouvent profondément modifiées, étant soumises au paradoxe de l’étrangeté et de la similitude des lieux fréquentés (Augé, 1997), à la nécessaire réorganisation temporelle imposée par les rythmes et les habitudes d’un enfant en bas âge, à l’horaire imposé par les agences privées d’adoption internationale. Aussi, les parents adoptifs cherchent donc à reconstituer des temporalités intelligibles dans leur mémoire, à ordonnancer logiquement les souvenirs. Pour ce faire, ils rédigent des notes et des journaux personnels, ils se réfèrent aux documents produits par les différentes instances régulant l’adoption. En outre, ils usent surtout des jeux de l’image : photographies, vidéos, achats de cartes et d’illustrations, etc. Ces images seront à la fois autant de repères visuels des souvenirs familiaux, mais aussi contribueront à la construction de la mémoire familiale chez l’enfant adopté et les parents adoptants.

3Cette étude s’interroge sur les jeux de l’image et du temps dans le contexte effervescent du voyage de l’adoption, voyage constituant en soi un système culturel dense et complexe. Elle cherchera plus précisément à saisir les différentes dynamiques symboliques présentes, ainsi que les modalités et les finalités qu’elles poursuivent. Aussi, la volonté de fixer le temps sur l’image semble avoir une importance considérable au regard des acteurs impliqués, à la fois pour se donner des repères dans des espaces et des temporalités à l’altérité certaine, mais aussi pour faire mémoire. Selon les objectifs poursuivis par ces acteurs, les fonctions référentielle et mémorielle de la prise de l’image varient en conséquence, la constitution d’une unité familiale ne correspondant pas aux préoccupations économiques des agences d’adoption et à la volonté de régulation normative exprimée par les États.

4A cette fin, le terrain d’enquête se circonscrit à l’adoption d’enfants provenant de la République populaire de Chine. Ce choix d’enquête se motive par l’importance quantitative du phénomène, l’homogénéité des cas étudiés et l’accessibilité documentaire. En effet, la République populaire de Chine constitue au Canada et au Québec le principal bassin de cette catégorie particulière d’immigrants. Depuis 1990, les adoptées provenant de Chine représentent grosso modo la moitié du contingent annuel au Canada et au Québec (tableau 2). Bénéficiant d’ententes préalables avec les orphelinats, plusieurs agences d’adoption, au moins onze canadiennes et trois québécoises, se spécialisent dans ce créneau. Elles constituent des intermédiaires efficaces, ayant à leur crédit le règlement d’un grand nombre de dossiers. Par exemple, la Société Formons une famille inc. facilite plus de 1 800 adoptions depuis 1991, alors que plus de 2 000 enfants adoptés bénéficient des services de l’agence Enfants du monde depuis septembre 1990. Fondée en 1995, l’agence Family Outreach International organise quatre ou cinq voyages organisés par année, chacun des séjours impliquant entre dix et seize adoptions. Les enfants sujets à l’adoption sont surtout des filles, dont l’âge varie de la naissance à deux ans. Elles ont généralement une bonne santé, critère essentiel aux yeux des autorités canadiennes d’immigration, qui peuvent refuser d’émettre un visa pour raisons médicales. Enfin, le phénomène de l’adoption de petites Chinoises a produit une documentation considérable. La recherche a recensé en octobre 2000 près de 70 sites Web en Amérique du nord relatant les expériences familiales d’adoption en Chine. Toutes les agences d’adoption consultées publient des témoignages partiels ou complets d’adoptants ou d’accompagnateurs narrant leur voyage d’adoption. Une enquête de terrain, menée avec un groupe de parents adoptants à l’automne 1999 dans la province de l’Anhui et à Beijing, complète la saisie d’information.

Autres temps, autres lieux

5Peu importe sa forme, la constitution d’une unité familiale implique non seulement la présence actuelle de relations d’affection entre les individus, mais aussi l’existence d’une intention familiale, s’enracinant dans la mémoire des événements passés et se projetant dans l’avenir. Par la narration d’épisodes symboliques, qu’ils soient fondateurs, constitutifs ou traumatiques, le récit familial exprime cette intention. Il lui assure une orientation, une temporalité linéaire, jamais finies, offrant toujours des possibilités de recommencement.

6Dans la constitution du récit familial, le voyage de l’adoption constitue un épisode symbolique très intense, remémoré et chéri. S’il s’agit d’une première enfant, ce moment en est un de fondation et d’initiation. D’une part, il institue l’unité familiale en rendant tangible le lien filial entre adoptée et adoptant. D’autre part, les individus impliqués reçoivent ainsi une nouvelle identité et des rôles sociaux neufs, porteurs d’une forte charge affective, soit ceux de père ou de mère, ainsi que celui de fille. S’il se délaisse de sa signification fondatrice dans le cas de l’adoption d’une cadette ou d’une benjamine, le voyage ajoute un acte supplémentaire tout aussi important à la trame du récit familial. Le départ pour la Chine représente aussi l’aboutissement d’une série de démarches entreprises auprès des instances étatiques et des agences privées d’intermédiaires. Il s’inscrit en fin de course d’un parcours s’échelonnant suivant des temporalités plus ou moins denses et intenses (voir annexe 1). Étant donné la période d’attente préalable au départ – de gestation, diraient certains-, le voyage est souvent assimilé au travail de l’accouchement. Cet accouchement symbolique diffère du biologique. Le père adoptant prend une part beaucoup plus active au processus. Les rapports entre l’homme et la femme se veulent ainsi plus égalitaires (Rude-Antoine, 1999 : 35-39). Les photographies et les films vidéos dévoilent au regard de l’observateur, celui qui reçoit et capte ces informations, des indices sur les gestes, les croyances et les pratiques sociales autour du voyage de l’adoption (Louvet, 1987 : 24-25), tout spécialement en ce qui concernent la distribution des rôles et la charge symbolique des événements. L’enfant adoptée d’abord, les adoptants – père et mère – ensuite, se trouvent au cœur de la saisie de l’image, occupant les premiers rôles. La mise en scène des images valorise ces acteurs, leurs gestes et leur attitude empreints de joie et d’émotion, en particulier lors des moments cruciaux du voyage, tels que la première rencontre ou le retour.

7Outre son caractère symbolique, le voyage de l’adoption bouleverse profondément les temporalités des adoptants et des adoptées. D’emblée, le décalage horaire, souvent très considérable, chamboule le temps biologique, les cycles de veille et de sommeil, les heures des repas. L’organisme des adoptants et des accompagnants doit s’adapter rapidement à ces changements. Ce déséquilibre du temps biologique s’accentue lorsque l’enfant adoptée, avec ses rythmes personnels, s’insère dans la famille. Les temps sociaux et intimes des adoptants s’en trouvent également perturbés, le contexte d’un voyage en un lieu exotique et la venue de l’enfant modifiant radicalement les repères du quotidien. Tout au cours du voyage, les adoptants bénéficient peu ou plus de moments bien à eux. Ils doivent reconfigurer leur horaire en fonction des exigences du milieu et du présent.

8Ces reconfigurations temporelles ont des répercussions. En influant aussi vigoureusement sur leurs codes sociaux et leurs structures sociales de personnalité, ces reconfigurations exacerbent la conscience du temps des voyageurs, conscience omniprésente parmi les membres des sociétés urbanisées relativement complexes (Elias, 1996 : 180). Bien qu’ils échouent souvent, les adoptants et leurs accompagnants cherchent constamment à se donner des références temporelles, telles que le jour du calendrier ou l’heure de la journée, voire la programmation des chaînes de télévision accessibles dans les hôtels. En scandant ces repères chronologiques dans leur récit du voyage, ils peuvent ordonnancer les différents événements, les nouant dans un sens global (voir annexe 2). La saisie de l’image contribue également à l’établissement des références temporelles et à la construction d’un récit familial cohérent. En effet, grâce aux gadgets techniques, les photographies et les films vidéo comprennent souvent une mention de la date sinon de l’heure et de la minute précises. Avec les inscriptions chronologiques des images, les voyageurs peuvent mieux se situer dans un cheminement relativement linéaire en dépit des dérèglements temporels. Plus encore, le récit familial ultérieur adopte ainsi un ton d’objectivité, en plaçant des épisodes subjectifs de l’adoption dans le continuum d’un temps universel.

9Les reconfigurations temporelles influencent aussi sur un autre point la saisie des images. L’expérience commune de l’adoption, en particulier le bouleversement des temps biologiques, sociaux et intimes des adoptants et des adoptées, favorisent la création de liens de solidarité et l’émergence d’un esprit de corps. Les sujets des photographies et des films vidéo reproduisent non seulement la seule unité familiale, mais aussi les autres participants du voyage. Nombre de ces images représentent le groupe en entier ou en partie, à des moments déterminés par les nouveaux temps sociaux des adoptants. Les visites collectives dans les lieux touristiques, les randonnées en commun pendant les pauses, les repas du soir au restaurant se révèlent des prétextes privilégiés pour une saisie de l’image. Par les péripéties vécues, par les affinités et les complicités liant les individus, les autres membres du groupe intègrent alors le récit familial. La pellicule et le ruban magnétique témoignent de leur présence, en les plaçant parfois au premier plan ou en les cantonnant aux utilités.

10Les temps autres accentuent les perceptions d’un autre lieu. De la Chine, l’imaginaire occidental a conçu un ensemble de représentations, dont les sédiments s’accumulent les uns sur les autres depuis plusieurs siècles (Spence, 2000). Les adoptants et leurs accompagnants n’échappent guère à l’inculcation de ces références mentales attribuant à ce lieu un exotisme certain et une radicale altérité (Chesneaux, 1999 : 249-261). Si l’espace chinois contribue à la désorientation des voyageurs, les lieux communs sur la Chine les rassérènent (voir annexe 2). Éléments du décor, les sites des photographies et des films familiaux traduisent ici une certaine convention culturelle et temporelle, celles des hauts lieux touristiques et historiques, repères immuables d’une civilisation millénaire nourrissant l’imaginaire. Les images des adoptants et de leurs accompagnants mettent en scène des épisodes familiaux devant la Grande Muraille, le Palais d’été, le Tombeau des empereurs Ming, la place Tien An Men, la Cité interdite, le Temple du Lama, les différents marchés et autres lieux touristiques. Cependant, la Chine réelle ne renvoie plus au fantasme de la différence avec l’Occident. Depuis les « quatre modernisations » de Deng Xiaoping, politique poursuivie par Jiang Zemin, la République populaire de Chine « s’inscrit dans le temps court de l’ouverture au capitalisme, au profit, à l’entreprise » (Chesneaux, 1996 : 81). L’incitation au zuo-mai-mai [« faire des affaires »] transforme profondément non seulement le rapport au temps des populations chinoises (Chesneaux, 1996 : 80-84), mais aussi leur rapport à l’espace. Marquée par le gigantisme (voir Cao, Zhao et Losier, 2000), l’urbanisation des centres économiques ne manque pas de déconcerter les voyageurs occidentaux, pourtant habitués à l’architecture des industries capitalistes. Ils fixent toujours sur la pellicule et le ruban magnétique ces décors familiers mais étranges des gratte-ciel futuristes et des boulevards encombrés par la circulation automobile. Enfin, ils se procurent aux échoppes marchandes des souvenirs – illustrations, bibelots, pièces de vêtements, colifichets exotiques ou contrefaçons de produits de luxe. Toutes ces photographies, ces films vidéo et l’achat de ces biens rassurent dans une Chine à la fois lointaine et proche. L’appétence de l’image permet ainsi aux voyageurs de mieux croire à la réalité environnante, tout comme leur accumulation de témoignages les confirme dans leur certitude, celle d’avoir bien vécu en ces lieux (Augé, 1997 : 80-81). Ce faisant, ils assemblent les pièces d’un bagage mémoriel, assurant éventuellement à l’enfant un maintien symbolique avec son pays d’origine (Rude-Antoine, 1999 : 221-222).

11La saisie de l’image relève également un paradoxe sur le plan de l’espace symbolique. Plusieurs photographies et films campent leur décor dans des halls d’aéroport, des salles de conférences ou des chambres à coucher dans les hôtels, etc. Ces endroits constituent ordinairement des non-lieux (Augé, 1995 : 84-86). Étant donné leur conception originelle comme points de transit pour les individus, ils sont des espaces se désinvestissant de leur charge symbolique. Ainsi, par rapport à maints aérogares et hôtels dispersés sur cette planète, le style futuriste du nouvel aéroport de Beijing, le confort aseptisé à l’occidentale des salles et des chambres des Holiday Inns de Hefei, ne comprennent en soi rien qui puisse accrocher le voyageur ordinaire, l’introduire à la complexité d’un autre système de signes.

12Or, les différents épisodes du voyage de l’adoption irradient ces endroits d’une forte intensité symbolique pour les acteurs impliqués, soit les enfants adoptées et les adoptants comme familles et comme groupe. A leurs yeux, cette salle de réunion n’est plus une salle impersonnelle, elle devient celle de la première rencontre avec l’enfant. Cette chambre d’hôtel ne ressemble plus à aucune autre, elle est le théâtre du premier bain, du premier repas, des premières nuits blanches. Noués par les acteurs de l’adoption qui les enveloppent de leurs systèmes de signes, ces non-lieux se métamorphosent paradoxalement en lieux de mémoire individuels et familiaux. La remémoration s’en trouve alors exacerbée lorsque les acteurs, par les hasards de la vie, reviennent plus tard dans les halls d’aérogares — quoique la fréquentation des mêmes salles et chambres d’hôtel soit exceptionnelle.

13Plus encore, avec la saisie de l’image, ces lieux de mémoire individuels et familiaux transitent vers la virtualité. En conservant les épisodes valorisés de l’adoption, les photographies et les films vidéo de l’adoption les saisissent dans ces lieux à la fois exotiques et familiers. Lorsqu’ils sont regardés ultérieurement par les acteurs, ces lieux de mémoire individuelle et familiale s’estompent comme espaces physiques. Étant relégués aux représentations iconographiques et aux souvenirs, ils relèvent désormais de la cartographie mentale inhérente à la construction identitaire des individus et au récit familial.

Les trois temps de la famille

14Plus qu’une simple description des événements saisis sur pellicule et ruban magnétique, l’image témoigne d’une intention. Traces d’une volonté de faire mémoire, les photographies ou les films vidéo de la constitution d’une nouvelle unité familiale renvoient alors à la dialectique augustinienne d’un triple présent (Ricœur, 1983 : 32-33). Cette dialectique engage trois types de temporalités, ceux des présents du passé, du présent et du futur. Selon le registre emprunté par ces temporalités, la construction de la mémoire familiale poursuit maintenant des modalités et des finalités diverses.

15Primo, la saisie de l’image cherche d’abord à conserver le présent du passé. Cette saisie prend des formes figées pour les photographies, mobiles pour les films, mais toujours séquentielles quel qu’en soit le mode d’exposition. Ce faisant, les images en soi traduisent un présent disloqué, fragmenté, disparu. L’idée de conservation de l’image renvoie à celle de son stockage. Dans ce présent du passé, la mémoire se conçoit comme un entrepôt emmagasinant et régissant ces fragments de temps vécu auparavant, ces traces d’événements représentés sur papier, pellicule ou ruban magnétique. En les classant, le narrateur familial donne ensuite du sens aux séquences iconographiques désormais réunies. Ce sens emprunte une certaine linéarité temporelle, celle d’un ordonnancement chronologique des événements vécus. Les albums photo, les cassettes vidéo stockant les traces de ce présent du passé, présentent alors un agencement des séquences relativement fidèle au schème classique de la narration. Leur disposition des images débute ainsi par une situation initiale – l’arrivée en Chine des adoptants-, montre ensuite la perturbation constituant le nœud de l’intrigue principale (l’adoption de l’enfant), relate des développements secondaires liés au déroulement de l’action (les divers épisodes du voyage) et se termine par l’exposition du dénouement – l’arrivée de la nouvelle famille. De cette façon, la mémoire iconographique participe du même mouvement que la mémoire écrite. Inscription fixe et durable, « dont la limite essentielle réside dans les risques d’usure, de dégradation ou de destruction du document » (Lahire, 1998 : 122), l’album de photographies et le film sur cassette vidéo présentent, grâce à leur ordre et leur classification, le récit canonique de l’adoption de l’enfant.

16Secundo, la photographie ou le film innervent aussi le présent du présent, soit au moment de la captation de l’image, soit par l’expérience subséquente de la commémoration. D’emblée, la prise de l’image demeure un acte subjectif, réfléchissant les choix de celui qui la produit. Ce dernier sélectionne les sujets de la prise de l’image, les présente selon une mise en scène particulière, établit les cadres et la composition plastique. En soumettant à des critères de création esthétique, le photographe et le vidéaste reflètent leur valorisation plus ou moins grande de l’objet fixé par l’image, de l’événement qui se déroule devant leurs yeux. Les sujets des photographies et des films traduisent bien leur importance au regard du capteur de l’image. La descente de l’avion en territoire chinois, les derniers préparatifs avant l’arrivée de l’enfant, la réception de l’adoptée par les adoptants, le premier bain ou le premier sommeil en présence des parents, la visite de l’orphelinat, les excursions en famille des sites touristiques, les photographies des nannies responsables de l’enfant et du groupe d’adoptants, le départ de Chine et l’arrivée auprès des siens constituent autant de moments forts de l’intrigue familiale. Au contraire, d’autres sujets sont nettement négligés vu leur importance symbolique jugée accessoire eu égard à la constitution d’une unité familiale. Bien que les procédures administratives d’adoption, d’examen médical et d’acquisition d’un visa pour l’enfant aient une portée considérable, elles font rarement l’objet de photographies ou de films. La pellicule et la bande magnétique ne gardent pas trace des visages du notaire validant les documents officiels, du médecin ou de l’agent consulaire.

17L’image sollicite le présent du présent à un moment ultérieur au voyage de l’adoption. Au retour, l’observation d’une photographie ou d’un film suscite un type particulier de conscience, une expérience (Williams, 1983 : 126-127). Ressentie activement ou passivement au moment présent, elle implique à la fois les sensations et la pensée réflexive. Plus particulièrement, cette expérience en est une de commémoration puisque la résurgence de souvenirs non fixés par l’image. Elle ressortit à la mémoire involontaire, telle que cernée par Marcel Proust avec son épisode de la madeleine. Cette mémoire involontaire germe d’un déclenchement « spontané » de fragments de passé incorporés par l’acteur, plutôt que de naître de ses efforts conscients et intellectuels (Lahire, 1998 : 121-122). Bien qu’il soit difficile de l’harnacher, cette mémoire n’en demeure pas moins inséparable du filtre conceptuel et affectif de l’individu, un filtre tissé par son environnement social et par le monde perçu (Pomian, 1999 : 272). L’image devient ainsi un prétexte à de nouvelles variantes du récit mémoriel central, une amorce à des narrations plus éclatées et arborescentes, une incitation aux variations autour du thème proposé par la conservation des documents iconographiques. Ces variantes peuvent inclure des éléments antérieurs, parallèles ou postérieurs aux événements fixés par l’image, parfois distincts de la constitution d’une nouvelle unité familiale ou de l’adoption en tant que telle. Certains adoptants se rappellent ainsi d’autres voyages exotiques. En scrutant les images de l’orphelinat, certaines adoptées se souviennent aussi des épisodes traumatiques préalables à leur adoption. Dès ce moment, le récit familial de l’adoption s’ouvre aux multiples réinterprétations et réorganisations (Lahire, 1998 : 122).

18L’expérience de commémoration devient collective lorsque, par des effets d’entraînement dialogique, elle se partage avec d’autres observateurs qui la reçoivent, par l’échange des photos ou par la projection du film. Ici, selon les cadres sociaux où s’exprime cette expérience collective, la remémoration par l’image acquiert des significations différentes. S’il s’agit des seuls membres de la famille nucléaire – l’enfant adopté, le ou les parents adoptants –, elle renforce les identités collective et individuelle par la réactivation des moments fondateurs et des épreuves du voyage, grandes ou petites. Elle permet ainsi de mieux souder les liens familiaux et les relations de parenté (Halbswachs, 1994 : 283-284). Si l’expérience est ressentie aussi par d’autres récepteurs, elle vient légitimer devant témoins l’unité familiale qui s’est constituée par adoption. Enfin, le dialogue entre les récepteurs de l’image enrichit davantage le récit canonique de l’adoption. En sollicitant leur mémoire orale par le jeu de la conversation, les divers intervenants proposent des variantes et des apartés dont l’importance symbolique et affective diffère selon les contextes.

19Tertio, la saisie de l’image implique une conception du présent du futur. Elle ressortit à une capacité de projection vers l’avant, d’établir une trajectoire, un sens du devenir. Le photographe et le vidéaste inscrivent sur la pellicule et le ruban magnétique des événements se déroulant souvent dans des contextes marqués par l’effervescence, la charge émotive ou l’altérité des lieux et des personnes. Privés des références de leur quotidien, les acteurs peuvent être dans un état de dépaysement sinon de confusion. En photographiant ou en filmant des épisodes du voyage de l’adoption, ils créent des repères iconographiques pertinents à la reconstitution ultérieure du fil des événements. La prise d’images suppose l’existence d’un horizon d’attente issu des expériences antérieures. Un horizon s’exprimant sous la forme d’une représentation idéalisée de soi et de sa famille dans un futur actualisé et pensable. Un horizon vers lequel les acteurs tendent, investissant de leurs énergies et de leurs ressources (Jauss, 1978 : 53 et passim ; Koselleck, 1990 : 310-315). L’image de l’adoption n’est pas que remémoration du passé et expérience présente de la rencontre. Elle suggère que les références du futur sont déjà là, incluses dans la photographie ou le film vidéo.

Les temps de l’échange et du don

20Dans la planification et la mise en œuvre du voyage de l’adoption, rares sont les adoptants canadiens et québécois pouvant entreprendre une démarche individuelle dans le cadre d’une adoption internationale. Ayant souvent une connaissance sommaire du milieu, ignorant parfois la langue, exclus des réseaux pouvant faciliter les contacts, ils doivent s’en remettre à des intermédiaires. Ce sont généralement des agences privées, parfois des entreprises familiales, qui offrent ces services aux candidats à l’adoption. Elles leur procurent des conseils au cours des différentes démarches. Elles négocient le règlement des dossiers d’adoption avec les autorités chinoises. Elles organisent le voyage en achetant les billets d’avion ou en réservant les chambres d’hôtel et les salles de restaurant. Elles s’assurent aussi de la présence de guides et d’interprètes assistant les voyageurs dans toutes les étapes du voyage, mais aussi dans les visites des lieux touristiques et les centres commerciaux.

21Bien qu’elles recherchent le profit, les agences d’adoption ne peuvent limiter leurs rapports avec leurs clients au seul échange marchand, puisqu’il ne s’agit pas d’un simple bien échangé, mais du bien-être d’un enfant et de la réussite du projet familial. En confiant leur capital financier à ces entreprises commerciales, les adoptants décident volontairement de se placer en situation de dépendance. Non seulement l’atteinte de leur objectif – l’adoption de l’enfant – dépend des stratégies de l’intermédiaire, mais ils se soumettent également à des temporalités qui ne sont pas les leurs. Le voyage en Chine se déroule aussi suivant le temps de l’agence, un temps social se découpant sur les lignes des échanges marchands. L’horaire des adoptants et de leurs accompagnateurs comprend toute une série d’activités strictement chronométrées. Comblant les périodes d’attente entre les ordalies administratives de l’adoption, ces activités fournissent des prétextes à la consommation idéelle et matérielle. Les courtes visites de lieux touristiques et de centres commerciaux – marchés, magasins, boutiques, ateliers d’artisanat – se suivent les unes après les autres, imposant un rythme effréné et essoufflant aux adoptants et aux accompagnateurs. Leurs temps biologiques, sociaux et intimes étant déjà fortement troublés, ces acteurs perdent encore plus leurs références quotidiennes. S’ils tiennent à les retrouver, ils ne peuvent que décliner les offres de visite, ce qui prête le flanc aux pressions latentes du groupe. Ici, la saisie de l’image photographique et vidéo reflète également les temporalités de l’agence. En photographiant ou en filmant les lieux touristiques et les divers marchands, les participants du voyage de l’adoption représentent implicitement les thématiques contemporaines de la consommation.

22En réciproque à cette dépendance, les adoptants exigent un dénouement heureux des procédures et la réussite du voyage de l’adoption. Aussi, le succès de ces agences repose sur l’établissement d’un lien de confiance préalable et constant entre l’intermédiaire et son client. A cette fin, l’État assure une légitimité à ces entreprises, en reconnaissant officiellement la qualité des services rendus. Agréées par les instances provinciales et fédérales responsables en matière d’adoption et d’immigration, les agences d’adoption sont aussi considérées comme des intermédiaires valables par la République populaire de Chine. De plus, tout au long du processus d’adoption, les agents de ces entreprises doivent attester de leur dévouement incessant et de leur disponibilité continuelle. D’ailleurs, des responsables de l’agence accompagnent les adoptants à toutes les étapes du voyage.

23En plus de la prestation convenue de leurs services, ces responsables fixent également sur images les événements publics du voyage. Ils opèrent néanmoins des choix spécifiques des sujets dignes d’être photographiés. Les enfants adoptées, les regroupements familiaux, le groupe des adoptants et accompagnateurs au terme du voyage constituent des thèmes privilégiés, s’ils expriment publiquement la joie et le bonheur. Les scènes de vie quotidienne en Chine peuvent être saisies par le photographe de l’agence.

24Cette sélection iconographique répond à deux intentions complémentaires. D’abord, il en va de l’impératif commercial. Les photographies se destinent souvent aux campagnes publicitaires de l’agence d’adoption. Elles sont reproduites dans les circulaires publicitaires, les bulletins de l’agence, les affiches et les sites Web. La mise en scène du bonheur des familles constituées par adoption fournit un argument de vente non négligeable, puisqu’elle affirme la qualité et la compétence de l’entreprise offrant ces services. Quant aux scènes du quotidien, elles ajoutent une touche d’exotisme au regard du consommateur occidental.

25Ensuite, la sélection de l’image renvoie aussi à sa réception par les familles constituées par adoption. Elle nourrit le lien de confiance entre l’intermédiaire et son client, transcendant la simple opération commerciale. Ainsi, l’agence fait des dons d’images représentant le bonheur de l’enfant adoptée et de la famille. Certaines entreprises vont plus loin encore en préparant, à l’intention des enfants adoptées une fois adultes, une trousse comprenant une lettre de la responsable et des photographies du voyage. Ces gestes s’inscrivent dans une relation circulaire de réciprocité mémorielle (Godbout et Caillé, 1992 : 241-272), où le don — l’image – appelle implicitement en contrepartie un contre-don – la gratitude des parents et des enfants à l’endroit du personnel de l’agence. Dès lors, l’agence contribue à la construction de la mémoire individuelle et familiale. Quant aux adoptants et aux adoptées, plusieurs expriment leur gratitude en envoyant des exemplaires de leurs photographies et de leurs films vidéo, maintenant ainsi un lien avec l’agence. Plus encore, leur récit ne peut plus exclure l’intermédiaire qui a permis la constitution de l’unité familiale, sans nécessairement rompre la réciprocité du don. Désormais, dans les expériences ultérieures de commémoration, l’agence d’adoption participe aux trois temps du présent familial.

26Enfin, le don de l’image reflète parfois les croyances et les valeurs politiques. Ainsi, en hommage à la responsable aimable et fort efficace d’une agence d’adoption, des adoptants ont confectionné, à partir de photographies et de dessins imprimés sur des pièces de tissu de même dimension, une courtepointe présentant les visages des enfants adoptés. Ce cadeau fut remis à l’occasion d’une cérémonie à Ottawa le 1er juillet 2000, soit le jour de la Fête du Canada. Outre le moment symbolique du don, la courtepointe renvoie aussi à la mythologie d’une nation multiculturelle, où chaque citoyen, peu importe son origine, constitue un élément de l’ensemble canadien. Ce don témoigne de la prégnance des valeurs étatiques au sein de la culture populaire canadienne.

Le temps de l’État

27A l’instar des autres types d’adoption légale, l’adoption internationale reste une institution de filiation étroitement contrôlée par l’État (Ouellette, 1995 : 157), qu’il soit républicain, fédéral ou provincial. Les États interviennent constamment tout au long du voyage de l’adoption. Grâce aux ordalies procédurières, ils imposent leurs propres catégories de perception et de pensée (Bourdieu, 1994 : 123-124). Dans la constitution d’une mémoire bureaucratique, essentielle à leurs capacités de classification et de gestion (Douglas, 1986 : 69-80), les États produisent une documentation foisonnante, comme autant de traces des rituels officiels d’adoption. Ces documents comprennent à la fois des indications scripturaires et iconographiques. Mentionnons les divers dossiers administratifs relatifs à l’établissement des procédures d’adoption et d’immigration ; les certificats notariés de naissance, d’abandon d’enfant, d’adoption et d’examen médical ; les passeports et les visas. Conçues à des fins gestionnaires de régulation étatique des situations potentiellement conflictuelles, les mesures des États en matière d’adoption introduisent aussi une logique de l’usager, consommateur de services (Godbout et Charbonneau, 1994 : 21).

28Ce faisant, les documents étatiques s’inscrivent dans un double registre. D’une part, ils sont partie prenante de la mémoire bureaucratique des États. Pièces d’identification vouées aux classifications gestionnaires et à la prestation de services, ils se déchargent de toute dimension affective au regard des administrations concernées. D’autre part, la mémoire familiale s’approprie ces documents produits par les États. Désormais, aux yeux des membres de la famille, ils constituent des gages de l’authenticité des sentiments qui ont mené à la constitution d’une famille, des preuves officielles du long parcours du combattant de l’adoption. Ils possèdent dorénavant une valeur ajoutée, celle de la charge émotive. Oscillant entre ces deux mémoires aux rationalités divergeantes, les significations des documents de l’adoption renvoient alors aux dispositifs normatifs des États, ainsi qu’au travail subséquent de l’oubli. Ils se révèlent généralement tels que des discours de l’ordre, soulevant l’obédience des familles aux disciplines étatiques. Mis en relief avec d’autres traces produites par les acteurs familiaux, sous formes textuelle ou imagée, ces documents étatiques témoignent néanmoins d’une résistance à la mémoire bureaucratique.

  • 2 Adoptée en mai 1993 par 66 pays, dont le Canada, la Convention sur la protection des enfants et la (...)

29Répartissant les compétences respectives entre les différents ordres de gouvernement, les dispositifs normatifs se reflètent dans la production des divers documents relatifs à l’adoption. Vu leurs compétences spécifiques en droit civil, les états provinciaux canadiens gèrent les questions relatives à l’adoption selon les dispositions juridiques de la Common Law, alors que l’État fédéral s’occupe à la fois des domaines de l’immigration et de l’octroi de la citoyenneté. En ce qui concerne le Québec, les procédures diffèrent, étant donné les règles particulières du Code civil et l’exercice conjoint avec l’État fédéral des compétences en matière d’immigration. En Chine même, la République populaire demeure l’ultime instance responsable de la gestion de la circulation des personnes, de la citoyenneté et de l’adoption. L’État permet le départ de ses citoyennes à l’extérieur du pays, émet les passeports des enfants adoptées et les visas d’entrée des parents adoptants. Par le biais des gouvernements des provinces, la République populaire de Chine reconnaît officiellement la naissance des enfants, leur abandon par les parents biologiques, et leur état de santé. Organisme relevant de l’État central, le Bureau des affaires relatives à l’adoption gère spécifiquement les dossiers d’adoption. Enfin, le droit international constitue une pièce importante de ce dispositif de régulation de l’adoption avec l’application des accords multilatéraux (Rude-Antoine, 1999 : 110-122). Bien que la République populaire de Chine et certaines provinces canadiennes, dont le Québec, n’adhèrent pas aux dispositions de la Convention de La Haye2, des accords existent entre les appareils étatiques concernés afin de convenir des règles communes à suivre en cette matière.

30Sur les assises de ces dispositifs normatifs régulant l’adoption entre ces pays, les appareils étatiques assurent une discipline légitime en maintenant un contrôle constant sur le temps des parents et des enfants (Jewsiewicki, 1996 : 67). Chaque État ayant ses propres catégories de pensée et de perception, leurs temporalités sociales diffèrent dans le cadre du voyage de l’adoption, au préjudice des temps de la famille (voir annexe 1). Ainsi, les parents adoptants et les agences d’adoption doivent se plier aux rythmes administratifs de la bureaucratie de la République populaire de Chine. Entre la réception du dossier en Chine et le jumelage, les candidats à l’adoption doivent attendre six mois. Avant que le voyage soit autorisé par les autorités chinoises, six semaines supplémentaires s’ajoutent. Ces périodes d’attente ne reflètent pas quelque incurie bureaucratique. Au contraire, elles correspondent aux conceptions chinoises du temps, où s’enchevêtrent les chaînes de temporalité non linéaires. Fidèles au wu-wei taoïste, les autorités chinoises s’évitent « tout immixtion imprudente dans un flux temporel dont la perpétuelle recomposition suffit à ouvrir des perspectives nouvelles », si l’on sait attendre le moment venu (Chesneaux, 1996 : 105). Dans les négociations de l’adoption, ces dernières manifestent une patience de pêcheur vu l’importance de l’enjeu, celui du bien-être de l’enfant adoptée. En plus des objectifs d’identification et de classification, la saisie de l’image revêt donc d’une signification supplémentaire. Illustrant les membres de la nouvelle unité familiale – parents adoptants et enfant adoptée – au moment précis de leur première réunion, la photographie officielle du certificat d’adoption chinois, dûment étampée du sceau de la République populaire, représente ici l’aboutissement des pourparlers, le point d’orgue de la négociation, la clôture du récit étatique.

31Les procédures administratives des États canadiens et québécois se font plus conformes aux impératifs de productivité des temporalités occidentales. Elles se veulent efficaces, rompues aux rythmes de la vitesse. Ainsi, à l’ambassade canadienne de Beijing, les responsables fédéraux analysent les cas des enfants adoptées pendant quatre jours entre la présentation de la demande d’un visa et sa délivrance (Wallis, 1998). Les images destinées aux administrations occidentales reflètent maintenant leur conception productiviste du temps, de son caractère immédiat et éphémère. Exigées pour les passeports et les autres documents administratifs, les photographies ne fixent que le seul individu, saisi dans un décor anonyme et dans un temps très court. Elles ont de plus une période de préemption, les passeports devant ainsi être renouvelés aux cinq ans. Étant donné leur obsolescence programmée, les cas personnels ne peuvent plus paralyser par accumulation la mémoire bureaucratique.

32La réussite du voyage dépendant de l’obédience aux horaires des États, adoptants et adoptées ne peuvent échapper à cet exercice régalien de la domination étatique (Chesneaux, 1996 : 110-111). Néanmoins, ils en sont vivement conscients, le temps biologique, l’expérience familiale et le temps public faisant hiatus (Greenhouse, 1996 : 214). Si tous ces délais semblent de courte durée pour les administrations concernées vu les tâches à accomplir, les adoptants regimbent devant ces laps de temps jugé d’une longueur excessive, les assimilant volontiers aux tracasseries bureaucratiques. Quant aux enfants adoptées, impatientes face à des procédures sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle au moment de l’adoption, inquiètes devant le chambardement de leur quotidien, leur réaction se fait souvent viscérale. Devant les contraintes des États, les acteurs des unités familiales se trouvent donc dans une situation de dépendance sur laquelle ils n’ont peu de recours, hormis l’expression orale ou écrite de leur frustration. Cette expérience de l’obédience aux temporalités étatiques fait rarement l’objet d’une saisie de l’image par les adoptants et leurs accompagnants. Désirant oublier ou introduire une zone d’ombre au récit familial, les acteurs familiaux ne cherchent pas la production ou la conservation de ces moments jugés pénibles sur pellicule ou sur ruban magnétique.

33Lorsque s’introduisent les temporalités des États, la mémoire bureaucratique exerce aussi un travail d’oubli (Douglas, 1986), en se consacrant au façonnement des identités individuelles et familiales. Ce travail se manifeste tout d’abord par les procédés de régulation de la situation problématique. En conformité avec les dispositions de la déclaration de l’ONU sur l’adoption internationale (Gutton, 1993 : 169-174), les accords entre la République populaire de Chine et les différents appareils étatiques au Canada ne reconnaissent qu’un seul type d’adoption entre les deux pays, soit l’adoption plénière (Ouellette et Séguin, 1992 : 119 ; Ouellette, 1995 : 157). Cette dernière exige la résiliation totale des droits des parents biologiques. Ainsi, tout lien juridique entre les parents biologiques et l’enfant doit être annulé avant que les procédures d’adoption et d’immigration puissent aboutir (Canada, 1997 : 12). Les appareils étatiques chinois, canadiens et québécois conviennent de ces procédés à la fois pour des motifs internes et externes. Internes, puisque la culture confucéenne insiste sur une discipline axée autour de la primauté de la famille patriarcale et le culte des ancêtres (Trolliet et Béja, 1986 : 123-135 : Ong, 1999 : 40-41 et 118-129), alors que les systèmes de droit civil du pays d’accueil, la Common Law canadienne et le Code civil québécois, promeuvent les modèles normatifs des droits individuels et de la famille nucléaire unie fondée sur des relations d’attachement durable (voir Chunn, 1995 : 383-384 ; Young, 1994 : 15 ; Ouellette et Séguin, 1992 : 120). Externes, car les différentes instances étatiques contrôlent la circulation extra-territoriale de leurs ressortissants, empêchant toute adoption de convenance qui ne serait qu’un moyen illégal d’immigration. De plus, elles tiennent à éviter des conflits potentiels entre parents biologiques et adoptifs, pouvant envenimer les autres relations bilatérales établies entre les deux pays.

34Aussi, les autorités chinoises attribuent systématiquement une identité civile nouvelle aux enfants adoptées, le nom de famille changeant selon l’année de naissance. De plus, les parents biologiques sont toujours considérés comme inconnus sur les documents officiels, qui ne conservent pas non plus d’images de ces derniers. Le simulacre de l’identité inconnue convient volontiers aux autorités canadiennes et québécoises, puisqu’il fait l’économie de démarches administratives plus complexes qui retarderaient davantage le processus. Ici, les traces documentaires ou plutôt leur absence introduisent une brisure supplémentaire dans la constitution des récits mémoriels de l’enfant adoptée et de la famille. Après son abandon par ses parents biologiques, les différents États impliqués conviennent de l’anéantissement d’une part importante de l’histoire de l’enfant, le privant de toute possibilité de retrouvailles postérieures. En effaçant son passé, ils lui prescrivent une identité présente et, de facto, un avenir.

  • 3 Notons ici que les acteurs impliqués refusent de relier ces dons de biens à l’adoption de l’enfant (...)

35Les stratégies étatiques d’amnésie et de façonnement identitaire demeurent très efficaces, puisque les parents adoptants n’ont peu de possibilités d’assurer pour l’enfant la reconstitution de sa vie antérieure au passage à l’orphelinat. Comme l’itinéraire du voyage est strictement balisé dans l’espace et le temps, les photographies et les films vidéo ne fixent guère sur pellicule ou sur ruban magnétique les lieux de naissance des enfants adoptées, souvent des chefs-lieux en zone rurale. Les adoptants se rabattent sur l’orphelinat. Les autorités chinoises tiennent à cette étape obligée du voyage. Elle permet l’offrande de dons de charité – vêtements, jouets – à l’institution, condition essentielle à la poursuite d’une relation d’échange entre les parties impliquées (Ouellette, 1995 : 166-167)3. Elle est aussi une opération de relations publiques destinée à l’opinion internationale. Étant donné les allégations de mauvais traitements aux orphelines, les autorités chinoises tiennent à rassurer les éventuels candidats à l’adoption grâce au témoignage des adoptants. A cette fin, elles distribuent des dépliants publicitaires de l’orphelinat, encouragent la prise de photographies et de films vidéo. La signification de ces images est toute autre pour les adoptants, qui voient en cette étape une chance de garder une trace, fut-elle minime et partielle, de l’histoire de l’enfant. Aussi, les clichés des chambres et des salles de jeu de l’orphelinat, ainsi que du personnel responsable des enfants, abondent. Ici, en dépit d’un matériel commun, les récits de l’État chinois et des familles fondées par l’adoption divergent nettement.

36La mémoire bureaucratique poursuit son travail d’amnésie par l’emploi des catégorisations étatiques en matière d’adoption. Les adoptants se regroupent ainsi en deux catégories, soit celles des célibataires et des couples hétérosexuels mariés civilement ou religieusement. Même si la Common Law et le Code civil québécois reconnaissent des droits aux couples vivant en union libre, ces derniers ne peuvent pas se prévaloir pleinement du droit à l’adoption, puisque ce statut civil n’est pas reconnu comme condition préalable par la République populaire de Chine. Il en va de même en ce qui concerne le droit à l’adoption par des conjoints du même sexe, en dépit de leur reconnaissance légale par les états provinciaux de la Colombie-Britannique en 1996 (Fisher et al, 1998) et du Québec en 1999 (Québec, 2000). Cependant, certains couples en situation de concubinage ainsi que des gays et lesbiennes deviennent malgré tout adoptants. Ces personnes bénéficient du concours implicite des intervenantes des services sociaux et des conseillers des agences d’adoption, qui subordonnent les aspects légaux de l’adoption à sa dimension psychologique (Ouellette et Séguin, 1992 : 120 ; Enfants du Monde, 2000). Un membre du couple se prévaut alors d’une identité administrative de célibataire. Au moment du voyage en Chine, cette adoptante célibataire – souvent une femme – se rend parfois seule, parfois escortée par son conjoint ou sa conjointe.

37Ne reconnaissant pas légalement l’accompagnant ou de l’accompagnante, la classification étatique gomme les traces de sa présence au cours des rituels entourant l’adoption et l’immigration. Ainsi, les documents légaux d’adoption, les passeports et les visas ne comprennent pas de mention de l’autre conjoint ou conjointe. En outre, les procédures de classification normative omettent de fixer l’image de l’accompagnant ou de l’accompagnante sur les photographies pertinentes aux fins de gestion et d’administration des documents étatiques. Dans la construction de la mémoire familiale, ces documents étatiques offrent à ces familles une image tronquée de la constitution des liens entre adoptants et adoptée. Fort effervescente dans le cas des familles jugées légitimes au regard de l’État – familles composées de couples mariés ou de véritables célibataires –, la charge émotive de ces photographies officielles s’en trouve amenuisée pour les autres unités familiales. Aussi, les autres images du voyage de l’adoption acquièrent dès lors une signification supplémentaire, soit celle d’une résistance implicite de la mémoire et des liens familiaux devant les classifications de l’ordre étatique. Elles veulent marquer la présence officieuse des deux parents qui, en dépit de la négation étatique, investissent tous deux de leurs efforts et de leur affection à l’endroit de l’enfant adoptée. Grâce à ces preuves, le récit familial peut infirmer par la suite le canon officiel de la mémoire bureaucratique.

38Au cœur d’un système culturel dense et complexe, celui du voyage de l’adoption, les jeux de l’image et du temps révèlent leur caractère polymorphe. Déjà, ils dévoilent leur complexité inhérente dans le cas des principaux sujets saisis par l’image – les enfants adoptées et les adoptants – qu’elle ressortit à leurs rapports entre le temps et l’espace, à leurs intentions s’exprimant dans un présent aux triples dimensions. Lorsque s’activent les stratégies des autres intervenants – l’agence d’adoption et les diverses instances étatiques-, ces jeux s’insèrent dans des dynamiques autres, celles des temps de l’échange marchand et du don, des rapports conflictuels entre une mémoire bureaucratique hégémonique et une mémoire familiale tentant d’y résister.

39Dès lors, une kyrielle de significations jaillit de la trace photographique et filmique. Elle devient une référence balisant le parcours des individus, ballottés dans la pluralité des temps biologiques, sociaux et intimes. Elle arrime la mémoire dans ses formes variées, celles du stock d’informations accumulées consciemment et des fragments de passé surgissant spontanément. Produite par des acteurs immergés dans des champs de force sociaux, elle témoigne aussi de l’actualité des rapports sociaux s’activant au cours du voyage de l’adoption, des relations affectives ou mercantiles, de l’exercice d’une domination ou de la résistance à l’assujettissement.

40La photographie et le film vidéo livrent ici leur principal message. Illustrant la constitution d’une famille dans des temps pluriels et des lieux mariant l’altérité et la similitude, ils expriment la volonté des acteurs de manifester leur identité. Une identité sociale d’abord. L’image conserve l’impression des cadres sociaux – la famille, le groupe de voyageurs, l’entreprise privée, les États – assignant à l’individu un rôle et une position. Une identité temporelle ensuite. Sans la représentation de ces cadres sociaux, la mémoire ne peut survenir, l’oubli recouvrant alors de sa chape les événements de l’adoption. Instruments du récit, la photographie et le film vidéo amorcent alors leur travail de déchirure. Ils opèrent autant d’incisions, d’égratignures dans l’immatérialité du temps.

Tableau 1. Adoptions internationales au Québec, 1990-1998

Année

Nombre

1990

528

1991

876

1992

639

1993

719

1994

829

1995

970

1996

947

1997

761

1998

912

Source : Québec, 1999.

Tableau 2 Adoptions internationales selon les principaux pays d’origine, Québec, 1996-1998

Tableau 2 Adoptions internationales selon les principaux pays d’origine, Québec, 1996-1998

Source : Québec. 1999.
Il s’agit d’autorisations d’adoption émises par le Secrétariat à l’adoption internationale.

Bibliographie

Bibliographie

Augé, M. Non-Places. Introduction to an Anthropology of Supermodernity, Londres, Verso, 1995 (1992).

Augé, M. L’impossible voyage. Le tourisme et ses images, Paris, Payot et Rivages, 1997 (Coll. : « Petite bibliothèque »).

Bourdieu, P. Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action. Paris, Seuil, 1994.

Canada, Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, L’adoption internationale et le processus d’immigration, Ottawa, Ministère des Travaux publics et Services gouvernementaux.

Cao Huhua, Y. Z. et S. Losier (2000), Le projet urbain de Pudong à Shanghai, dans Les Annales de la recherche urbaine, n° 86 (2000), p. 92-100.

Chesneaux, J. Habiter le temps. Passé, présent, futur : esquisse d’un dialogue politique, Paris. Bayard Éditions, 1996 (Coll. : « Société »)

Chesneaux, J. L’art du voyage. Un regard (plutôt...) politique sur l’autre et l’ailleurs, Paris, Bayard Éditions, 1999.

Chunn, D. E. "Just Plain Everyday Housekeeping on a Grand Scale" : Feminists, Family Courts, and the Welfare State in British Columbia, 1928-1945, dans L. A. Knafla et S. W. S. Binnie (sous la direction de), Law, Society, and the State : Essay in Modem Legal History, Toronto, University of Toronto Press, 1995, p. 379-404.

Douglas, M. How Institutions Think, Syracuse (New York), Syracuse University Press. 1986 (Coll. : « The Frank W. Abrams Lectures »).

Elias, N. Du temps, Paris. Fayard, 1996.

Enfants du Monde (2000) : http://www.microtec.net/saem/chine.htm

Fisher, J., R. Jurgens, A. Vassal et R. Hughes, Questions juridiques concernant les gais et les lesbiennes dans le contexte du VIH/sida : rapport final, Montréal, Réseau juridique VIH/sida et Société canadienne du sida, 1998.

Halbwachs, M. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 [1925] (Coll. : « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité »).

Godbout, J. T., en collaboration avec A. Caillé, L’esprit du don, Montréal, Boréal, année manquante.

Godbout,.J. T. et J. Charbonneau, Le réseau familial et l’appareil d’État, dans Recherches sociographiques, vol. 35 n° 1 (1994), p. 9-38.

Greenhouse, C. J. A Moment Notice. Time Politics across Culture, Ithaca (New York), Cornell University Press, 1996.

Gutton, J.-P. Histoire de l’adoption en France, Paris, Publisud (Coll. : « Courants universels – Histoire »), année manquante.

Jauss, H. R. Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978 [1974]. (Coll. : « Tel », 169).

Jewsiewicki, B. La mort du temps, la naissance des temps et l’histoire dans F. Piron et D. Arsenault (sous la direction de), Constructions sociales du temps. Sillery, Septentrion, 1994. p. 65-87 (Coll. : « Les nouveaux cahiers du CÉLAT », 15).

Koselleck, R. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1990 [1979].

Lahire, B. Vers une anthropologie politique des usages réels des dispositifs de mémoire objectivée, dans Revue européenne des sciences sociales, t. 36 n° 111 (1998). p. 119-130.

Louvet, J.-R. Du proche au lointain : les images en histoire, dans Images et histoire. Actes du colloque Paris-Centier. Mai 1986, Paris, CNRS – Publisud, 1987, p. 23-27.

ONG, A. Flexible Citizenship. The Cultural Logics of Transnationality, Durham (North Carolina), Duke University Press, 1999.

Ouellette, F.-R. et J. Séguin, L’évaluation professionnelle des demandes d’adoption : la composante affective et l’approche biographique, dans Revue internationale d’action communautaire, t. 27 n° 67 (1992), p. 119-127.

Ouellette, F.-R. La part du don dans l’adoption, dans Anthropologie et Sociétés, vol. 19 n° 1-2 [1995], p. 157-174.

Québec, Institut de la statistique (1999), http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/demograp/fam-enf/theme/2_2_13.htm

Québec, Ministère de la Justice (2000), Le sexe n’a plus d’importance. Conjoint de même sexe. Conjoint de fait. Québec, Ministère de la Justice, 26 juillet.

Pomian, K. Sur l’histoire, Paris, Gallimard, 1999 (Coll. : « Folio-Histoire », 97).

Ricoeur, P. Temps et récit, t. I, L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983 (Coll. : « Points-Essais », 227).

Rudé-Antoine, E. Adopter un enfant à l’étranger, Paris, Odile Jacob, 1999.

SPENCE, J. La Chine imaginaire, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000.

Trolliet, P. et J.-Ph. Béja, L’empire du milliard. Population et société en Chine, Paris, Armand Colin, 1986 (Coll. : « U »).

Wallis, D. Ça bouge au bureau de Beijing. Entrevue avec Susan Gregson, dans Vis-à-vis, Automne 1998. p. 3-6.

Williams, R. Keywords. A Vocabulary of Culture and Society, Londres, Fontana Press, 1983 (1976).

Young, B. The Politics of Codification. The Lower Canadian Civil Code of 1866, Montréal-Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1994.

Annexes

ANNEXE 1.

Estimation du temps consacré aux différentes étapes du processus d’adoption internationale

Estimation du temps consacré aux différentes étapes du processus d’adoption internationale

Annexe 2

Journal de bord. Garçon de 9 ans, accompagnant ses parents adoptants avec son frère de 6 ans. Transcription intégrale.

« Oct. 30, 1999

I went front Vancouver to China today. It was a 11 our ftit. The eltatuot was 33 000 feet. That’s relly high. And were getting the baby Oct. 31.

– Oct. 31

We got the baby today. She is so cute. It took her a while to get used to us. And we’re in the city of Hefei. And her name is [M.].
Nov. 2
People seem to likr my Currly hair because it is rare to have curely hair in China. And lots of people seem to like are baby. And we went to Bao temple.

– Nov. 4
I flew from Hefei to Bashing today. I was going to Summer Palis today but I was sick.

– Nov. 6
I went to the great wall of China today. It was aosom ! I also went to a secret road. My brother and I saw lots of stachows.
Did you know that the great wall is 5 000 km ? And on the secret road there is a tom. A tom is a bilding bilt for eperor that died, The peror is baried under the tom. There is a tuertle in the tom. He is a stachow and if you tuch it you will live a long life. In other words you will be lucky.

– Nov. 7
I went to Tiananmen Squre today. It is the bigest squre in the world. I also went to the Forbidden City today. It is treasharis. A fire burned it down so they had to rebild it. It was the home of the eperor.

– Nov. 8
I went to the tempull of hevan. The emperer used to pray there. It is vary big and it takes a long time to get throw.

– Nov. 9
I went to Lama tempull. It has lots of Buddhas. Abuddha is what they call god. They imangine him as a round bald man. There was one that was 36 meter’s tall.

– Nov. 10
I am flying home to Toronto. My gradma is picking us up at the Toronto airport. »

Notes

1 La notion de récit familial peut être saisie sous deux significations, la première étant comprise stricto sensu et la seconde relevant de la construction symbolique du groupe social. Sous sa première acception, le récit renvoie aux procédures légales de l’adoption. En effet, afin d’obtenir l’autorisation des services d’adoption, les postulants sont soumis à une évaluation psychosociale par les intervenantes en services sociaux. De plus, après le voyage de l’adoption, ces intervenantes doivent rencontrer à deux reprises les familles pour mieux s’assurer du bien-être de l’enfant. A chacune de ces rencontres, les adoptants présentent leur cheminement personnel et familial suivant une approche biographique (Ouellette et Séguin, 1992), sous les formes de narrations à l’oral et à l’écrit, ainsi que de photographies. La seconde acception renvoie la construction de l’unité familiale sur un long terme, puisque la remémoration des événements fondateurs, maintes fois répétée, permet de légitimer et de solidifier les liens sociaux.

2 Adoptée en mai 1993 par 66 pays, dont le Canada, la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, dite Convention de La Haye, fixe des normes internationales minimales et des procédures d’adoption entre les pays signataires. Elle exige entre autres que l’autorité centrale en matière d’adoption du pays de destination et l’autorité centrale du pays d’origine de l’enfant s’entendent réciproquement sur le placement de l’enfant adoptif. De plus, la Convention stipule que les autorités de l’immigration du pays de destination décident de l’autorisation de séjour de l’enfant adopté, avant que les procédures d’adoption soient complétées et que l’enfant soit confié aux parents adoptifs (Canada, 1997 : 2-3).

3 Notons ici que les acteurs impliqués refusent de relier ces dons de biens à l’adoption de l’enfant en tant que telle. Ils établissent une distinction entre deux types de relations menées simultanément. D’une part, les parents recueillent un enfant, ils donnent en adoptant. D’autre part, avec les dons de vêtements, de jouets ou d’argent, ils aident les autres enfants de l’orphelinat, celles qui « restent à l’arrière ». Selon Françoise-Romaine Ouellette (1995 : 167), « cette interprétation de la part du don dans l’adoption est, en fait, la seule dont la légitimité n’est jamais compromise. »

Table des illustrations

Titre Tableau 2 Adoptions internationales selon les principaux pays d’origine, Québec, 1996-1998
Légende Source : Québec. 1999.Il s’agit d’autorisations d’adoption émises par le Secrétariat à l’adoption internationale.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/10937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Estimation du temps consacré aux différentes étapes du processus d’adoption internationale
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/10937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

Historien (Université Laval, Québec)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search