Version classiqueVersion mobile

Le film de famille

 | 
Nathalie Tousignant

Le film de famille, composante nécessaire de la mémoire collective

Jean Puissant

Texte intégral

1Le hasard fait que, depuis novembre 2000, se sont manifestées différentes utilisations stéréotypiques du film de famille, dans la publicité de la part d’un important opérateur de téléphonie, un sketch humoristique ancien, le pastiche d’une émission de sécurité routière, Faux contact de M. Thoreau, voire dans l’un ou l’autre film de fiction, qui utilisent l’aspect bricolé, saccadé, inachevé de la prise de vue, l’absence de cadre ou au contraire le sujet hors « cadre ». Le film de famille comme style imprègne d’autres imaginaires que les supports traditionnels (8 mm, vidéo).

  • 1 R. ODIN, Le film de famille dans l’institution familiale, dans R. ODIN (sous la direction de), Le (...)

2La question initiale a bien sûr porté sur la définition du film de famille : « film tourné sur la famille pour la famille », tel que le propose Roger Odin, « par film de famille, j’entends un film (ou une vidéo) réalisé par un membre d’une famille à propos de personnages, d’événements ou d’objets liés d’une façon ou d’une autre à l’histoire de cette famille et à usage privilégié des membres de la famille1 ». La définition précise cerne un objet donné qui montre tout l’intérêt de son observation tant du point de vue anthropologique que des mentalités, de la vie quotidienne et de leurs représentations. L’analogie avec les photos de famille s’impose d’elle-même. L’ensemble est parfaitement circonscrit. Il fait l’objet de colloques scientifiques, sa reconnaissance est obtenue. Mais Roger Odin est le premier à en convenir, il est légitime de sortir de la stricte représentation de la famille étroite, élargie, ouverte aux amis, animaux familiers, maison, jardin ; sujet et destination de la réalisation. Tous ces éléments participent de l’ensemble et ouvrent l’horizon. Mais qu’elles en sont les limites ? Ou, au contraire, s’il s’agit d’horizon, il n’y en aurait aucune ?

3Roger Odin propose d’y associer comme sous-catégorie le film de voyage, qui n’a donc pas nécessairement la famille pour objet mais qui lui est sans doute destiné : faire voir ce que l’on a vu. Il introduit également le film personnel qui ressort du domaine de la création et présente un autre type de produit avec certainement un autre type de destination, soit personnelle à l’instar du journal intime que l’on n’envisage pas de faire lire, le film que l’on n’a pas forcément le projet de montrer. Mais est ce possible ? Au moment où un investissement, important dans tous les sens du terme, est consenti (temps, argent, conscience aiguë de ce qu’on est en train de faire ou d’essayer de réaliser). De ce point de vue, l’image se distingue sans doute définitivement de l’écrit, elle est a priori destinée à être vue, regardée par plus d’une personne mais surtout sa force de suggestion en fait un objet d’intérêt partagé, un objet nécessairement social. Il existe un marché d’images intimes de famille tant inanimées (photographies) qu’animées ; tant à usage de diffusion collective que d’usage privé (photographies uniquement sans doute).

  • 2 Voir Rencontre autour des inédits ; Essays on amateur films, Charleroi, 1997.
  • 3 E. DE KUYPER, Aux origines du cinéma : le film de famille, dans R. ODIN (sous la direction), Le fi (...)

4De son côté, André Huet inscrit nettement l’émission TV qu’il anime Inédits2 dans le cadre du film amateur : « la profession crée l’amateur », inversement Eric de Kuyper3 évoque les origines familiales du cinéma comme on pourrait évoquer les origines « amateurs » de nombreux grands réalisateurs, au sens de non professionnel mais aussi au sens de « aimant » le cinéma. « On ne naît pas cinéaste, on le devient ». On conçoit bien les deux types de catégorisation mais aussi leurs origines inexorablement mêlées. Le film amateur peut conduire à un usage de techniques quasi professionnelles qui donnent naissance à des films de grande qualité, objets de pré-constructions, de tournage maîtrisé et de montage minutieux avec commentaires sur imprimés ajoutés, postsonorisation, mixage, etc. La modernisation des matériels favorise évidemment cette évolution encouragée, encadrée par le dynamisme des clubs de vidéastes qui, grâce à la saine concurrence qui y existe, améliorent rapidement la qualité des documents qui y sont présentés.

5Partant de l’idée que souvent on réunit dans la même catégorie « film de famille » l’ensemble des films amateurs, Colette Piaut évoque la proposition de réserver le terme aux films « peu élaborés voire naïfs », ce qui est certainement réducteur pour beaucoup d’entre eux et ne tient pas compte de ce que nous avons constaté en commençant – à savoir l’utilisation du stéréotype du film de famille dans des productions professionnelles. Si la catégorisation est absolument nécessaire pour permettre l’étude sérieuse, scientifique de produits cinématographiques (qui, pourquoi, pour qui avec quelles caractéristiques et l’interprétation qu’on peut en faire), il est sans doute utile de distinguer les films qui sont réalisés dans la perspective d’une diffusion vers un public indifférencié le plus large possible et les films destinés à une diffusion restreinte ; la famille, les amis, les associés, les employés, etc. Les images de Ben Laden, même maladroites et sautillantes, sont destinées au monde entier, celles, imparfaites, de la naissance de Philibert ne le sont pas, même si nombreux sont ceux qui regrettent de ne pouvoir disposer d’images de la naissance du Christ. Les arts plastiques y ont suppléé.

6Mais aujourd’hui le film amateur rencontre d’autres horizons, voire même il les recherche. Il obtient éventuellement une reconnaissance qui le propulse à la Une du journal télévisé ou à la diffusion d’émissions divertissantes. Les images de la catastrophe du Concorde à Gonesse participent de cette catégorie. On a d’ailleurs compris pourquoi, à l’occasion des derniers envols ou atterrissages du Concorde observés, photographiés, filmés inlassablement par de fidèles admirateurs. De même les émissions de vidéogags sont truffées de séquences de films de famille entremêlées, sans que ce soit très clair, de séquences semi-professionnelles ou professionnelles. Le fait que ce soit diffusé comme des films de famille ajoute à l’intérêt que porte le téléspectateur-voyeur à ce type d’émission « télé-réalité », avant la pseudo « télé-réalité ». Le Loft, encore plus la Pfaff story en Flandre..., ce sont des films de famille qui concernent une famille réelle ou une pseudo-famille « castée » qui ont pour unique objet ces familles particulières mais pour objectif d’être regardée par toutes les familles.

7Le film de famille au sens strict du terme ne comporte pas moins d’intérêt tant du point de vue de l’analyse formelle que de l’analyse de contenu. De ce dernier point de vue, on peut retenir les intérêts anthropologiques, sociologiques, culturels ou, à proprement parler, historiques. Lorsque dans les films de famille coloniaux, on observe l’attention portée à la maison, au jardin (important pour les spectateurs en métropole), aux animaux domestiques ou autres (important pour les « anciens » enfants) et l’absence quasi totale d’indigènes sauf furtivement (important pour le spectateur distancié), l’historien y trouve l’illustration, plus efficace qu’un long traité, de la ségrégation sociale, ethnique, spatiale, caractéristique de la société coloniale. Voire, a contrario, le questionnement qu’entraînerait dans certains cas leur présence à l’image. Lorsque Martin Pâquet dresse un corpus de représentations sur internet de familles adoptives au Canada et les interprètent, le sociologue et le psychologue disposent là d’une source de premier choix sur la famille idéelle à un moment donné dans une société donnée.

8Lorsque l’opérateur, qui officie normalement dans le cadre familial, se trouve en présence d’un événement historique, il se trouve alors en position de médiateur de cet événement unique. C’est le cas de ces images furtives de l’exécution à la caserne Trazegnies à Charleroi de membres de la bande de Courcelles, de sinistre mémoire, après la Deuxième Guerre mondiale, rendues publiques par Inédits. Ce bout de film ne nous apprend sans doute rien, mais nous fait réfléchir sur les questions de l’engagement durant un conflit, la répression de la collaboration et l’exécution des peines prononcées ; il illustre le fait qu’il y eut, relativement, plus de condamnations à mort exécutées en Wallonie qu’en Flandre.

9La réflexion nous entraîne vers une troisième et dernière considération. La famille est par excellence le sujet privilégié de cinéastes amateurs appartenant à la bourgeoisie au sens large du terme puisqu’elle se situe au centre du projet individuel et social de ce type de milieu. La démocratisation des moyens techniques et de la culture de la prise d’images ne changent-ils pas la position et les sujets privilégiés ? La caméra ne constituerait-elle pas un moyen d’appropriation du monde extérieur plus valorisant que l’univers familier, considéré comme banal intuitivement connu ou que la famille ne serait-elle plus qu’un prétexte de découverte de ce monde extérieur ? Le cinéma amateur au sens premier du terme (et non dans celui de cyclisme amateur, en fait semi-professionnel) élargit donc progressivement son propos et ses objectifs, d’où la création de clubs qui deviennent un lieu de destination de ces réalisations, voire le lieu par excellence, ou leur utilisation au sein d’un milieu associatif a-spécifique.

10Entre film de famille et film amateur, la frontière est incertaine ; elle est surtout fluctuante et sans doute modifiée par le temps qui passe, tant du point de vue de la qualité du produit lui-même que de l’analyse qu’il est possible, nécessaire, d’en faire. Quel que soit le point de vue envisagé, l’historien se doit de reconnaître l’intérêt de ce type de document. Au moment où la correspondance manuscrite s’efface de plus en plus devant les moyens de communication modernes qui ne laissent pas ou ne laisseront pas de traces (la diminution du coût des déplacements, téléphone fixe ou portable, courrier électronique... bien qu’on soit sidéré par l’usage que peuvent en faire les services de police et de renseignement, Big Brother est bien là, je l’ai rencontré), les images privées, amateur, de famille prennent toute leur importance pour l’histoire de demain. Les entrepreneurs privés s’en sont rendus compte, qui constituent des fonds d’images dont les droits sont préservés.

11Il est donc urgent que la société se préoccupe de la sauvegarde de ce type de document. La Bibliothèque de France dispose d’un important fonds de photographies « privées », d’autres institutions photographiques en collectionnent éventuellement, mais qu’en est-il des images animées ? Des films concernant les organisations et les mouvements sociaux, sans doute des films liés à des militants, sont collectés par des organismes comme le CARHOP, le KADOC, l’AMSAB ; d’autres organismes réunissent d’autres types de documents privés. Mais pour le reste, en Belgique nous ne sommes nulle part. Ces institutions, très utiles par ailleurs, ne disposent pas toujours des compétences et moyens techniques indispensables pour préserver ce type de document et surtout la pérennité de leur projection dans l’avenir (même la disposition d’une simple table de montage permettant de visionner plan par plan). Inédits qui a réalisé un travail pionnier en Europe, et donc en Belgique et en Wallonie, n’a jamais eu pour mission (et donc de moyens) de préserver les documents que ses animateurs ont réussi à faire émerger d’un public progressivement intéressé. Il ne subsiste que les émissions, de plus en plus remarquables avec le temps, qui en ont été extraites. Les pays en voie d’industrialisation et de développement, économique, social et culturel ont tous dès le début du XIXe s. compris la nécessité de préserver leur mémoire « papier ». Sans doute pour garantir la « publicité » du fonctionnement des divers pouvoirs, centrale dans la constitution des systèmes représentatifs mais aussi dans une perspective patrimoniale et historique. D’entrée de jeu la mission des services d’archives a été étendue aux archives privées. On pensait alors aux archives de personnages ou de familles prestigieuses puis d’associations de premier plan (comme les grandes entreprises, les partis..).

12Depuis dix ans en Flandre, puis en Communauté française Wallonie-Bruxelles, des décrets ont été adoptés, élargissant les domaines sauvegardés (voir supra). Pourquoi ce ne serait pas le cas des images, en particulier animées pour ce qui concerne notre propos ? Il est donc nécessaire d’entreprendre un archivage systématique de ce type de document et de créer les conditions nécessaires à leur inventorisation, leur préservation, leur consultation et leur diffusion, que ce soit indépendamment ou en association avec les institutions publiques ou subventionnées qui produisent de l’image animée (RTBF, TV locales...). La question est d’ailleurs plus générale encore si l’on pense aux institutions privées (TV, firmes publicitaires, producteurs indépendants) et si l’on n’oublie pas le document-son, qui risque d’être écrasé entre le papier et l’image, et qui exige également des moyens spécifiques de préservation.

13La question est aujourd’hui urgente et cruciale Il conviendrait de lui apporter une réponse appropriée.

Notes

1 R. ODIN, Le film de famille dans l’institution familiale, dans R. ODIN (sous la direction de), Le film de famille usage privé, usage public, Paris, 1995, p. 27.

2 Voir Rencontre autour des inédits ; Essays on amateur films, Charleroi, 1997.

3 E. DE KUYPER, Aux origines du cinéma : le film de famille, dans R. ODIN (sous la direction), Le film de famille..., op. cit., p. 11 et ss.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search