Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Star Academy : Un objet pour les sciences humaines ?

 | 
Yves Cartuyvels

Star Academy : un retour au Circus maximus ?

Jean Florence

Texte intégral

1Une contribution psychanalytique au débat interdisciplinaire qui nous rassemble sur le sujet d’actualité Star Academy exige, à mon sens, quelques précautions qui ne sont nullement oratoires. En effet, on pourrait s’attendre à ce que la discipline psychanalytique qui s’est, non sans difficulté, taillée une certaine place parmi les sciences humaines, dispose d’un certain appareil conceptuel qui lui permettrait de fournir quelque interprétation du « phénomène » ou – pour rester dans un discours plus habituel aux psychanalystes – du « symptôme » Star Academy. Il ne manque certes pas de collègues éclairés qui en cette place auraient des considérations à proposer sur ce que ce type d’émission à succès révèle quant à certaines mutations de notre société.

  • 265 Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation, tr. franç. Paris, PUF, 1971. Voir également : Psychol (...)
  • 266 Wilhem Reich, La révolution sexuelle, Paris, Union générale d’édition, 10/18, 1968.
  • 267 Herbert Marcuse, Eros et civilisation, Paris, Minuit, 1963 ; L’homme remidimentionnel, Paris, minu (...)
  • 268 Gérard Mendel, La révolte contre le père, Paris, Payot, 1965.
  • 269 Norman Brown, Eros et Thanatos, Paris, Denoël, 1972.
  • 270 Erich Fromm, De la désobéissance et autres essais, Paris, Laffont, coll. Réponses, 1983.
  • 271 Paul Ricoeur, De l’interprétation. Essai sur Freud, Paris, Le Seuil, 1965.
  • 272 Pierre Kaufmann, Psychanalyse et théorie de la culture, Paris, Denoël-Gonthier, Coll. Médiation, 1 (...)
  • 273 Serge Moscovici, L’âge des foules, Paris, Fayard, 1981.
  • 274 Eugène Enriquez, De la horde à l’État, essai sur la psychanalyse du lien social, Paris, Gallimard, (...)
  • 275 Pierre Legendre, L’amour du censeur, Paris, Le Seuil, 1974.
  • 276 Jean-Pierre Lebrun, Un monde sans limite. Essai pour une psychanalyse du social, Paris, Erès, Coll (...)
  • 277 Jean-Pierre Winter, Stupeur dans la civilisation, Paris, Pauvert, 2002.
  • 278 Daniel Sibony, Le groupe inconscient, le bien et la peur, Paris, Ch. Bourgeois, 1980.
  • 279 Philippe Van Meerbeeck, L’in-famille, Bruxelles, De Boeck, 2004.

2Il est vrai que des psychanalystes ne se sont pas privés de considérer la société et de se livrer à quelques interprétations d’ordre général. Le premier à l’avoir fait est bien sûr Freud lui-même, notamment dans son essai Le Malaise dans la civilisation (Das Unbehagen in der Kultur – 1936265). Tout un courant de pensée s’est formé à sa suite dans le concert des Sciences humaines pour y inscrire la découverte de la psychanalyse et les questions cruciales sur les déterminants sociaux et culturels de la souffrance individuelle (névrotique, psychotique, psychopathique). Cela fut particulièrement sensible dans le dialogue avec le marxisme (Wilhem Reich266, Herbert Marcuse267, Gérard Mendel268) ou avec des philosophes de la culture (Norman Brown269, Erich Fromm270, Paul Ricoeur271, Pierre Kaufmann272, Serge Moscovici273, Eugène Enriquez274), ou des historiens du droit inspirés par Lacan (Pierre Legendre275). Les tentatives actuelles d’appliquer le regard psychanalytique aux transformations de notre monde se manifestent encore dans les tentatives de mettre à jour l’émergence de « nouvelles pathologies » (essentiellement liées à une perturbation du narcissisme et des repères de l’identité), ainsi que sur les conséquences, dans la clinique analytique elle-même, d’événements traumatisants que l’actualité judiciaire, politique et économique ne nous épargne pas. Que l’on se réfère aux récents essais de Jean-Pierre Lebrun276, Jean-Pierre Winter277, Daniel Sibony278, Philippe van Meerbeeck279...

3Ce n’est pas le lieu d’être exhaustif dans cette évocation d’auteurs qui se veut, certes, allusive mais suffisamment illustratrice d’un réel souci, chez les praticiens de l’analyse et de la thérapie, de saisir le jeu des forces et des représentations culturelles qui exercent leurs effets sur l’homme contemporain.

  • 280 Charles Melman et Jean-Pierre Lebrun, L'homme sans gravité, Paris, Denoël Médiation, 2002, allusio (...)

4Si on entre dans la perspective déployée par un Ch. Melman280, par exemple, dans l’ouvrage écrit en collaboration avec J. P. Lebrun (qui prend ici la position du questionneur), il semble qu’il y aurait un certain savoir analytique, sinon un savoir psychanalytique certain, qui d’autorité pourrait dire le sens d’un tel événement médiatique en l’inscrivant dans la série des manifestations d’un nouveau mode de fonctionnement psychique qui caractériserait l’homme contemporain – cet homme qu’il nomme, non sans un clin d’œil à R. Musil, « L’homme sans gravité ».

5Je ne sais pas me déterminer à adopter une telle attitude vis-à-vis de notre monde qui afficherait toute une série de signes cliniques – perte de repères, évanescence de l’autorité – en particulier celle du père – prévalence d’un mode généralisé de recherche d’une jouissance immédiate, perte des valeurs protectrices du sujet ancré dans un ordre symbolique, réveil des pulsions partielles en voie de désublimation... Bref, un diagnostic de perversion, porté du haut d’une tour surplombant le monde décadent des humains d’aujourd’hui, sidérés et hypnotisés par les pernicieuses images que diffusent les médias.

6Si je force le trait, c’est pour poser vigoureusement la question : tenir un tel propos, développer un point de vue d’une telle généralité sur le monde, relève-t-il proprement du discours psychanalytique ou ne représente-t-il que l’opinion de son auteur qui n’engage que sa position de citoyen ou de téléspectateur ?

7Pour ma part, sollicité par mes collègues universitaires pour parler de Star Academy, je ne pourrai que m’engager à traduire une expérience qui a été d’abord subjective – c’est-à-dire la vision de quelques épisodes de cette émission à suspens. C’est, singulièrement, le fait d’avoir assisté à la finale de cette série, à la demande expresse de notre petite-fille de 10 ans, qui me permet de formuler quelques propos et commentaires. Mais ces propos et commentaires, même s’ils s’articulent dans un langage psychanalytique qui, par conséquent, les met en connexion avec un champ plus vaste de considérations théoriques potentielles, doivent s’entendre comme le témoignage d’un téléspectateur « engagé »...

8L’engagement était double : celui de répondre d’une part à l’insistante invitation de la petite-fille en question désireuse de faire partager à ses grands-parents son enthousiasme et ses inquiétudes quant à l’issue de cette compétition ; et celui d’acquérir, d’autre part, un minimum de connaissance de la chose dont on parlait tant pour pouvoir légitimement partager la réflexion critique avec mes collègues des Facultés.

9Ce préalable qui clarifiera ma position d’énonciation me semble inévitable, si tant est que c’est comme psychanalyste qu’il m’est demandé de parler. Ne disposant ni de moyens d’enquête, ni du temps pour constituer un dossier avec toute la rigueur requise d’un point de vue scientifique, je choisis ici non pas de disputer à d’autres l’interprétation la plus fine de ce que devient l’homme d’aujourd’hui (et dont la télévision fournit une vue partielle intéressante et sans doute significative), mais, comme énoncé plus haut, de mettre en forme mon expérience de spectateur interpellé par ce type de spectacle.

10Ici, je chercherai à articuler cette expérience de la réception du spectacle avec ma longue fréquentation des artisans et créateurs des arts du spectacle, et du théâtre en particulier, au Centre d’études théâtrales de Louvain-la Neuve.

1. Star Academy : un théâtre de la cruauté ?

11Profondément irrité par le succès envahissant d’une émission que je jugeais, comme d’autres personnes de ma génération, aliénante et débile, c’est la présence de cette enfant enthousiaste qui m’a forcé à une sorte d’« épochè », de suspension du jugement – et m’a conduit à modifier quelque peu mon regard.

12Chez les enfants de cette génération (de 8 à 12 ans) existe de façon indéniable un emballement pour les candidats et une forme d’identification qui transforme leur goût, leur gestuelle, leur rapport à la musique et à la danse en créant du même coup une forme de lien social particulier. Ce lien est attesté par une connaissance progressive, savamment distillée par les responsables de l’émission, des candidats et des règles du jeu auxquelles ils sont durement soumis et par des signes de ralliement dans l’usage des chansons, dans le choix de la tenue vestimentaire, dans les propos échangés et rebondissant lors de chaque nouvel épisode de cette course au succès. J’ai assisté à une discussion assez soutenue des qualités respectives des candidats et en particulier des deux finalistes.

13J’ai donc dû me rendre à cette constatation que cette jeune génération peut à la fois nourrir sans réserve un désir de devenir chanteur/chanteuse sur le modèle de ces jeunes concurrentes et concurrents mais qu’il n’y a pas pour autant abêtissement, aliénation, perte de sens critique et méconnaissance de la grosse machine commerciale qui ordonne l’ensemble – simplement, ce n’est pas cette machine qui les empêche de tirer tout le plaisir possible du spectacle.

14A cela s’ajoute le fait que c’est l’ensemble des générations qui me semble-t-il, à des degrés divers, a suivi cette aventure. C’est qu’il y avait de quoi être accroché par un aspect ou par un autre de cette importante mise en scène télévisuelle. Je verrais bien, dans ce spectacle, une sorte de réactualisation du succès antique des jeux du cirque romain où des combattants s’affrontaient sans pitié et où les choses étaient menées jusqu’au sacrifice humain sous les yeux jouisseurs et fascinés de tout le populus romanus...

15« Panem et circenses »... Cette évocation de l’Antiquité fait surgir l’hypothèse d’une permanence de l’exigence populaire basale qui veut du spectacle, de la sensation, de la compétition, de la cruauté. Exigence à laquelle les empereurs romains on largement répondu. Cette hypothèse mériterait, certes, un examen plus sérieux par des historiens de la culture. On trouve une confirmation de cette analogie (à cadrer et à délimiter, en tout état de cause) dans les propos du metteur en scène Jacques Delcuvellerie, qui a créé Rwanda 1994 : « Depuis longtemps maintenant, écrit-il, un certain cinéma scrute et ressasse l’espace intime, les drames infinitésimaux du sentiment sous tous ses avatars... Il y eut aussi l’étape intermédiaire des sitcoms, genre « Hélène et les garçons » avec, déjà, de très jeunes gens. A faire épopée du quotidien le plus insipide, il était fatal que le public finisse par préférer l’original à la copie, les drames provoqués en direct chez le voisin plutôt que leur laborieuse et prétentieuse mise en fonction.

  • 281 Jacques Delcuvellerie, « L'acteur entre personnage et performance », Études théâtrales, no 26, 200 (...)

16« Ce qui importe pour nous [comédiens et metteurs en scène de métier] dans cette évolution massive, c’est que – plus que jamais – la société du spectacle embauche désormais n’importe qui comme acteur de ses productions, et que l’art du comédien y est de moins en moins nécessaire [...] « Cette évolution du spectacle réduit la différence structurale, entre réel et représentation, réalité et fiction, et, par conséquent, la tension paradoxale qui permet que des acteurs réels en chair et en os soient aussi des personnages imaginaires. Dans le monde où nous sommes, la surenchère étant de règle, les acteurs de demain se feront sans doute mirmillon ou rétiaire281. » Dans ces propos quelque peu amers, exprimés dans le contexte d’une réflexion sur les modalités de présence de l’acteur dans la représentation contemporaine, je retiens cette aperception, prophétique peut-être, du retour du gladiateur. Corrélativement à ce retour du gladiateur aperçu en direct dans sa lutte et dans sa « mise à mort », c’est évidemment le retour d'une attitude correspondante du spectateur qu’il faut remarquer. Si cette idée se confirmait, il faudrait en tirer les conséquences sur la manière de penser la question du mode d’identification qui se trouve là sollicité. A suivre la méditation de Jacques Delcuvellerie, il ne s’agirait plus, dans ces reality shows, de structure qui relèverait encore de l’organisation spectaculaire héritée du théâtre, établie sur la distinction entre réalité et fiction sur laquelle se fonde le jeu de l’acteur de métier.

2. Les identifications282

  • 282 Jean Florence, L’identification dans la théorie freudienne, Bruxelles, Publications des Facultés u (...)

17L’identification théâtrale est complexe puisqu’elle est à la fois identification mimétique, immédiatement participative, au comédien qui joue, présent en chair et en os, et une identification imaginaire aux personnages représentés et à l’interaction qui les lie, identification qui, toute créatrice d’illusion qu’elle est, n’en est pas pour autant aliénante, car elle n’est édifiable qu’appuyée sur une identification signifiante à un ordre particulier de lien social symboliquement établi par l’acceptation et l’adhésion – le temps de la représentation – de la convention propre au jeu théâtral (présentifiée par le public et le cadre).

  • 283 Octave Mannoni, Le théâtre du point de vue de l’imaginaire, in Clefs pour l’imaginaire ou l’Autre (...)
  • 284 Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien, Paris, Gallimard, 2000.

18Toute la question est de mettre en jeu le mécanisme à double détente de la « croyance » qui maintient le spectateur à sa place et à son rôle dans le jeu collectif qu’est le théâtre (et qu’un auteur comme O. Mannoni283 a résumée dans la phrase « je sais bien [que c’est du théâtre], mais quand même... [j’y crois] »), ce qui veut dire que le plaisir théâtral repose sur cette possibilité de clivage subjectif qui est, dans la langue du psychanalyste, l’équivalent de ce que Diderot décrivait dans son Paradoxe sur le comédien284 – conscience dédoublée de jouer.

19Mais, me direz-vous, il s’agit dans Star Academy d’une émission de télévision et non d’un théâtre.

20Certes. Il faudrait distinguer la relation que nouent les spectateurs invités dans la salle elle-même où se jouait cette finale et la relation de ceux qui n’y ont accès qu’à travers le relais de l’écran de télévision et qui sont tout autrement libres de leurs mouvements et de leurs commentaires que celui qui est pris dans la contrainte spatio-temporelle de l’action en direct.

21Cela nous amènerait-il à chercher une analogie de cette place de téléspectateur à celle du spectateur de cinéma ? Pour celui-ci aussi se dresse le relais de l’écran – écran néanmoins vite oublié comme tel par les effets d’hypnose de l’obscurité générale de la salle de projection et l’immobilité.

22Mais il faut sans doute exiger davantage et arriver à mieux prouver ce qui est spécifique, voire exclusif, dans la relation qui s’instaure entre la performance bien orchestrée de Star Academy (avec les accès successifs du regard aux coulisses de l’exploit et aux moments de monstration et de compétition) et le téléspectateur que nous sommes ou fûmes. Regarder une vidéocassette dans l’après-coup de la grande aventure constitue encore une relation différente, parce que différée et privée de toute surprise ou effet spectaculaire.

23Ces quelques aperçus, par le biais d’analogies entre formes de spectacles qui devraient être davantage évaluées dans leur pertinence – à savoir : le cirque romain, le théâtre, le cinéma, la télévision – me permettent seulement d’avancer l’idée que le spectateur actuel de Star Academy développe devant ce qui lui est offert une structure complexe d’identifications où réalité brute, réalité arrangée, fantasmes de désir, fiction, illusion, se composent pour produire une expérience originale, proprement contemporaine du plaisir ou de l’art de voir. Il ne s’agit donc pas, à mon sens, d’une identification monolithique, massive, aliénante, mais d’une pluralité d’identifications étayées, morcelées, en dialogue potentiel entre elles en chaque spectateur – et cela en raison de la complexité du montage des différents cadres et référents associés entre eux.

  • 285 On trouvera quelques propositions sur les identifications théatrales dans le recueil : Jean Floren (...)

24Il reste que cette expérience collective produit de nouvelles règles et conventions et qu’il ne faut pas y voir trop hâtivement une déperdition, une dégradation de la règle spectaculaire, mais plutôt un nouage plus complexe de scènes et de représentations. Les enfants en témoignent eux-mêmes, dans leur attitude mixte faite de fascination et de jugement – jugement parfois très affûté sur le dispositif, les agents et les enjeux de ce show. La théorie analytique des identifications doit complexifier ses concepts et en jouer aussi subtilement qu’en joue, dans son émouvant enthousiasme, la jeune génération285.

Notes

265 Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation, tr. franç. Paris, PUF, 1971. Voir également : Psychologie des masses et analyse du moi in Essais de psychanalyse, tr. franç. Paris, Payot, 1965.

266 Wilhem Reich, La révolution sexuelle, Paris, Union générale d’édition, 10/18, 1968.

267 Herbert Marcuse, Eros et civilisation, Paris, Minuit, 1963 ; L’homme remidimentionnel, Paris, minuit, 1964.

268 Gérard Mendel, La révolte contre le père, Paris, Payot, 1965.

269 Norman Brown, Eros et Thanatos, Paris, Denoël, 1972.

270 Erich Fromm, De la désobéissance et autres essais, Paris, Laffont, coll. Réponses, 1983.

271 Paul Ricoeur, De l’interprétation. Essai sur Freud, Paris, Le Seuil, 1965.

272 Pierre Kaufmann, Psychanalyse et théorie de la culture, Paris, Denoël-Gonthier, Coll. Médiation, 1974. L’inconscient et le politique, Paris, PUF, 1979.

273 Serge Moscovici, L’âge des foules, Paris, Fayard, 1981.

274 Eugène Enriquez, De la horde à l’État, essai sur la psychanalyse du lien social, Paris, Gallimard, 1983.

275 Pierre Legendre, L’amour du censeur, Paris, Le Seuil, 1974.

276 Jean-Pierre Lebrun, Un monde sans limite. Essai pour une psychanalyse du social, Paris, Erès, Coll. Point hors ligne, 1997.

277 Jean-Pierre Winter, Stupeur dans la civilisation, Paris, Pauvert, 2002.

278 Daniel Sibony, Le groupe inconscient, le bien et la peur, Paris, Ch. Bourgeois, 1980.

279 Philippe Van Meerbeeck, L’in-famille, Bruxelles, De Boeck, 2004.

280 Charles Melman et Jean-Pierre Lebrun, L'homme sans gravité, Paris, Denoël Médiation, 2002, allusion évidente à Robert Musil, L’homme sans qualité, Paris, Seuil, 1965.

281 Jacques Delcuvellerie, « L'acteur entre personnage et performance », Études théâtrales, no 26, 2003, pp. 31-32.

282 Jean Florence, L’identification dans la théorie freudienne, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1985.

283 Octave Mannoni, Le théâtre du point de vue de l’imaginaire, in Clefs pour l’imaginaire ou l’Autre Scène, Paris, Le Seuil, 1969, p. 161-183.

284 Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien, Paris, Gallimard, 2000.

285 On trouvera quelques propositions sur les identifications théatrales dans le recueil : Jean Florence, Ouvertures psychanalytiques, philosophie, art, droit, psychothérapie, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1985, ainsi que dans la revue Études théâtrales publiée par le Centre d’études théâtrales de l’UCL, Louvain-la-Neuve.

Auteur

Psychanalyste, professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis et à l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540