Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Star Academy : Un objet pour les sciences humaines ?

 | 
Yves Cartuyvels

Une approche sociologique de Star Academy

Xavier Mattele et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

Introduction

1Le texte qui suit se positionne dans une double perspective, théorique et méthodologique, afin d’éclaircir et le succès d’une émission comme Star Academy et le lien spécifique entre théorie et empirie qui caractérise selon nous la sociologie.

  • 6 Nous aurions pu choisir un autre cadre de référence théorique. Par exemple, le modèle des cités de (...)

2Le cadre conceptuel que nous avons choisi – à savoir celui de Asiles de E. Goffman (1968) – nous procure, comme nous le verrons, une grille de lecture pertinente de Star Academy. Même si, dans la théorie sociologique, notre choix ne représente qu’une entrée possible parmi d’autres et implique donc inévitablement une réduction du réel6, sa pertinence demeure. Celle-ci est servie au mieux lorsque le potentiel d’élucidation des concepts proposés est exploité aussi loin que possible. Un ensemble conceptuel doit pouvoir rendre compte de la totalité de l’expérience observée. Il s’agit donc d’étudier jusqu’où l’outil théorique peut être utilisé. Dans notre cas, le choix de Goffman résulte d’un premier regard élémentaire sur l’émission. Nous avons ensuite approfondi l’application de ses concepts à notre objet et avons alors mieux perçu leur pertinence. C’est ce que nous tenterons de montrer à partir du concept d’institution totalitaire.

3Face à la structure théorique apportée par le cadre d’analyse initial, le travail sociologique se confronte à la résistance de l’expérience et s’ouvre par-là aux enseignements de l’empirie, aussi surprenants soient-ils. Il s’y joue donc une tension permanente et irréductible entre, d’une part, la réduction et la structuration théoriques, et d’autre part, la résistance et l’ouverture empiriques. C’est précisément cette tension qui peut rendre le travail sociologique fécond et pertinent (démarche heuristique). En d’autres termes, un cadre d’analyse sociologique n’est pas fermé vis-à-vis des faits observés : un concept sociologique est à considérer de manière adaptative, vivante, en fonction de ce que l’observation de la réalité révèle et afin d’enrichir toujours plus ce concept. En définitive, la théorisation se prolonge dans le travail empirique.

1. Modèle d’analyse et hypothèses

4Nous exposons ici brièvement les principales hypothèses et les principaux concepts proposés par Goffman dans Asiles et qui seront ensuite confrontés aux données empiriques.

5Concernant les hypothèses, nous ne retiendrons ici que les deux suivantes :

  • les comportements des individus ne peuvent se comprendre que de manière relationnelle, c’est-à-dire que s’ils sont replacés dans l’ensemble des relations dont ils participent. Ainsi, suivant Goffman, un comportement précis n’a pas de signification en lui-même ; il trouve cette signification dans la relation qui le relie à d’autres et qui relie, par le fait même, son auteur à d’autres personnes. Comme on le verra, l’institution totalitaire n’est rien d’autre qu’une structure spécifique de relations ;
  • la structuration du moi et l’identité individuelle résultent d’un compromis entre, d’une part, le fait de se prendre au jeu institutionnel et de le jouer (processus d’identification sociale) et, d’autre part, le fait de se ménager toujours une distance par rapport aux rôles que l’on est amené à y jouer (processus de distanciation sociale).

6Ces deux hypothèses centrales s’expriment à travers quelques concepts clés.

  • 7 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968, p. 4 (...)
  • 8 R. Castel, « Présentation », in E. Goffman, Asiles, op. cit.

7Tout d’abord, Goffman définit l’institution totalitaire comme « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées7 ». Ce concept vise à mieux rendre compte de la vie sociale dans des institutions telles que les asiles psychiatriques ou les prisons. Au niveau de l’articulation entre théorie et empirie, un concept n’est pas une photographie des phénomènes concrets, mais bien une manière de concevoir les phénomènes, un schéma théorique destiné à les rendre intelligibles. L’intérêt sociologique particulier du concept d’institution totalitaire vient du fait que celle-ci constitue une sorte de modèle réduit de la société, une forme d’épure de situations sociales plus « ordinaires8 ». L’avantage des situations extrêmes est en effet que les processus sociaux y apparaissent plus nettement car ils s’y exercent de manière plus accentuée.

8Ce premier concept se décompose à son tour en plusieurs dimensions qui le précisent et permettent de confirmer ou d’infirmer sa pertinence au regard de situations concrètes. Outre celles qui se retrouvent dans la définition, retenons, parmi d’autres, la référence à une idéologie consacrée comme principe unique de jugement, la présence d’oppositions structurelles binaires (entre le dedans et le dehors, les activités légitimes et les activités clandestines, le personnel et les reclus), une réglementation contraignante s’appliquant à l’ensemble des reclus, la mise en œuvre de techniques de mortification et de dépersonnalisation ainsi qu’un système de privilèges consistant à lever momentanément des interdictions inexistantes dans la vie non recluse.

  • 9 E. Goffman, Asiles, op. cit., p. 99.

9Pour traduire la distanciation vis-à-vis de l’institution, Goffman propose un deuxième concept, celui d’adaptation secondaire. L’adaptation secondaire correspond à toute « action par laquelle un individu, dans une institution, tente d’obtenir des satisfactions interdites ou bien des satisfactions autorisées par des moyens défendus9. » L’idée est ici que l’individu, face aux normes de comportements exigées par l’institution, se ménage des espaces de liberté, des marges de manœuvre, afin de préserver son identité et son autonomie.

10Les dimensions de ce deuxième concept concernent l’ensemble des techniques utilisées pour se distancier de l’institution et du rôle qu’on est censé y jouer. Les adaptations secondaires peuvent être intégrées ou désintégrantes selon qu’elles contribuent à stabiliser ou à déstabiliser l’institution. Parmi celles-ci, Goffman indique par exemple le repli sur soi, l’intransigeance et l’opposition au personnel, diverses formes de solidarité entre reclus dans la déviance, mais aussi le fait de « surjouer » son rôle de manière hyper-conformiste et quasi caricaturale. Il signale également, au niveau spatial, la présence de zones franches, de coulisses, de territoires réservés, de refuges où les reclus peuvent retrouver une relative autonomie.

  • 10 Idem, p. 179.
  • 11 L. Van Campenhoudt, Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 41.

11Enfin, troisième concept central, celui de carrière morale désigne les « modifications durables, assez importantes pour être considérées comme fondamentales et communes à tous les membres d’une catégorie sociale, même si elles affectent séparément chacun d’entre eux10.» Ce concept met en évidence le « processus de transformation de la manière dont le reclus se représente les autres et soi-même et se reconstruit progressivement un nouvel univers adéquat au contexte de l’institution totale11.» Il exprime la malléabilité du sujet individuel face aux modifications de l’environnement social et ce à travers deux dimensions principales : d’une part, la transformation du statut de l’individu qui s’opère dans l’institution totalitaire, et, d’autre part, l’intériorisation subjective de cette transformation au niveau psychique. Goffman distingue trois phases dans la carrière du malade mental : la pré-hospitalisation, l’hospitalisation et la post-hospitalisation. Il insiste par exemple sur les difficultés de réinsertion des reclus lors de la troisième phase.

2. Observation

12Dans le cadre de notre « micro-recherche », nous avons choisi notre matériau en fonction de nos hypothèses et concepts tirés de Goffman et de nos contraintes de temps et de moyens. C’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur le visionnement répété d’une émission enregistrée, sur les quelques informations disponibles sur le site belge de Star Academy ainsi que sur certains articles du quotidien Le Monde qui traitaient de l’émission. Orientés par notre cadre théorique et notamment par le concept d’institution totalitaire, nous avons visé en particulier les données relatives au fonctionnement interne de l’émission.

3. Analyse des informations

13L’analyse qui suit se base sur ces trois concepts de Goffman et ce dans une double perspective : d’une part, montrer jusqu’où ils sont pertinents pour une meilleure compréhension de Star Academy et, d’autre part, comme indiqué dans notre remarque introductive, montrer en quoi l’émission s’écarte de ces catégories théoriques et appelle des interprétations complémentaires qui spécifieront et enrichiront le cadre théorique et l’élucidation qu’il offre.

3.1. Star Academy : une institution totalitaire ?

14Les éléments suivants confirment cette hypothèse.

  • 12 Dénomination du lieu où vivent et travaillent les participants dans la version française de l’émis (...)
  • 13 Le Monde, 26 octobre 2001.
  • 14 Extraits du site de Star Academy, version belge : http://staracademy.rtl.be

15A la fois un lieu de résidence et de travail, le « château12 » est en outre sous la direction d’une seule autorité qui domine tous les aspects de la vie quotidienne. En effet, selon le règlement, le directeur – P. Bertrand dans la version belge – ou la directrice – A. Laroche-Joubert dans la version française-, « autorité suprême, prend toutes les décisions relatives aux candidats et aux professeurs et peut à tout moment convoquer les élèves dans son bureau13 ». De plus, Star Academy regroupe un certain nombre de personnes placées dans des situations identiques pendant une période relativement longue (entre trois et quatre mois environ). Il ne fait pas non plus de doute que les participants mènent une vie recluse, les contacts avec l’extérieur étant très limités et réglementés. Ainsi, « à l’Academy, les élèves vivent complètement isolés du monde extérieur, sans télévision, sans radio, sans presse écrite et sans connexion Internet », « les contacts avec la famille et les amis sont strictement réglementés » et les élèves « ne peuvent sortir sans autorisation expresse de [...] leur directeur14 ». Bref, comme il est dit ouvertement dans l’émission française, nous avons affaire à « un château coupé du monde ». Par ailleurs, les modalités de la vie en commun sont également strictement réglementées et les élèves peuvent en permanence être convoqués, sanctionnés, voire exclus, s’ils ne respectent pas ces règles.

  • 15 P. Duret, et F. de Singly, « L’école ou la vie, Star Academy, Loft Story : deux modèles de sociali (...)

16En ce qui concerne la référence à une idéologie consacrée comme principe unique de jugement, il est utile de se référer à la bande-annonce de l’émission française qui exprime les « valeurs » du « château » : d’une part, « célébrité », « succès », « gloire », et d’autre part, « travail », « rigueur », « précision ». De plus, lors de la retransmission télévisée de l’émission, on observe que le présentateur et le jury insistent à plusieurs reprises sur l’importance du « travail ». Ainsi, l’idéologie de référence officielle se base sur le travail pour « devenir star ». On assiste à une véritable « sacralisation des valeurs du travail » qui est associée au « mythe d’une réussite possible de tous15 ». Dans l’institution totalitaire, cette idéologie est essentielle pour valoriser et motiver le fait d’y vivre ou d’y séjourner. Ce trait contribue sans aucun doute au succès de Star Academy (notamment en termes de satisfaction du besoin de reconnaissance).

17A propos des oppositions structurelles fortes, nous avons déjà indiqué la séparation entre dedans et dehors. Parallèlement, la ligne de démarcation entre le personnel et les reclus semble bien nette : nous avons, d’un côté, les professeurs, qui sont aussi les membres du jury, et, de l’autre, les élèves. Quant à l’opposition entre activités légitimes et clandestines, nous y reviendrons.

18Concernant les techniques de mortification et de dépersonnalisation qui visent, selon Goffman, à détruire la personnalité antérieure des « reclus », nous relevons, au sein du « château », une violation importante de l’intimité personnelle. En effet, les élèves vivent dans une promiscuité quasi totale – même les chambres sont communes – et, de plus, ils sont filmés dans la plupart de leurs lieux de vie : salles de cours, cuisine, chambre, salle de bains. C’est donc à un double niveau que l’intimité est quasi inexistante : en interne, vis-à-vis des autres élèves, des professeurs et du directeur, et, en externe, vis-à-vis de chacun des téléspectateurs. Tout ou presque devient visible dans une telle institution et la frontière cruciale entre sphère publique et sphère privée n’est plus respectée. A ce sujet, notons encore que le fait pour les élèves de devoir exclure un des leurs est également une technique déstructurante au sens de Goffman, à travers l’obligation de dénoncer. Enfin, le système de privilèges et de sanctions relève aussi de l’intériorisation forcée de l’institution et de ses règles.

19L'ensemble de ces techniques contribue également au succès de Star Academy. En effet, il semble qu’elles produisent un sentiment ambivalent, voire ambigu, auprès du public : à la fois, elles rebutent et choquent le téléspectateur et, à la fois, elles l’attirent et l’enthousiasment (cf. infra).

20Que dire à présent des nuances d’interprétation que Star Academy impose par rapport au concept théorique de Goffman ? Premièrement, la complexité de Star Academy vient notamment de la construction et de la manipulation médiatiques qui la caractérisent. En d’autres termes, le « château » n’a de sens que dans la perspective de sa médiatisation et, ajoutons son corollaire immédiat, de sa marchandisation. Ainsi, cette institution, aussi totalitaire soit elle, est au service d’intérêts financiers importants et multiples (sociétés de production, chaînes de télévision, firmes de disques, opérateurs téléphoniques). Les acteurs y sont donc pris dans un double jeu : celui du « château » lui-même et celui, plus diffus mais non moins contraignant, des sociétés privées intéressées. Ce deuxième niveau influence évidemment le premier, en particulier au niveau du comportement des participants, comme nous le verrons plus loin. Par-là, nous voulons souligner le fait qu’en réalité, le « château » est, à travers la présence de la caméra, structurellement ouvert vers l’extérieur, vers le grand public, qui est présenté comme le juge final de l’émission. En effet, ce qui se vit dans le « château » doit être vu. Star Academy est d’abord une émission de télévision au succès de laquelle son caractère d’institution totalitaire contribue. L’institution totalitaire doit donc ici être comprise à deux niveaux, en y intégrant les différents acteurs « extérieurs » au château – sociétés privées intéressées et grand public. En outre, ce deuxième niveau renforce à la fois le caractère totalitaire de l’institution Star Academy et le jeu qui y est rendu possible à travers les adaptations secondaires (cf. infra). Notons ici encore le caractère heurisitique du concept de Goffman qui ouvre des nouvelles voies de réflexion et qui peut être appliqué à différents angles de vue de la réalité étudiée.

  • 16 P. Duret et F. de Singly, « L’école ou la vie... », op.cit., p. 156.

21Deuxièmement, on ne peut passer sous silence deux caractéristiques supplémentaires de Star Academy : la logique de compétition et de performance qui y règne. Même si elle peut ne pas être totalement absente ailleurs, cette double logique spécifie néanmoins le « château » par rapport à d’autres institutions totalitaires. Elle est directement liée à la marchandisation de l’émission dont nous avons parlé ci-dessus. « Dans Star Academy, la logique mise en œuvre est celle de la concurrence, de la lutte de chacun contre chacun16 ». Il nous semble que ce facteur ne fait également qu’accentuer la pression qui s’exerce sur les reclus, tant au niveau physique, que psychique et social, et peut donc aussi être associé aux techniques déstructurantes mises en œuvre par l’institution totalitaire (cf. supra l’obligation d’exclure un des siens). Il s’agit donc d’un troisième niveau par lequel l’aspect totalitaire de l’institution est renforcé.

22Ces deux traits particuliers qui accentuent le caractère totalitaire de Star Academy expliquent aussi une part de son succès. En effet, sans médiatisation, l’émission n’aurait pas un tel écho, alors que sans marchandisation, elle perdrait son attrait financier. Concernant la compétition et la performance qui y règnent, elles correspondent bien aux caractéristiques de nombreuses situations sociales actuelles et nous semblent jouer également sur le ressort ambivalent de l’attraction et de la répulsion.

  • 17 En particulier, dans la version belge, les participants signent trois contrats : avec la société d (...)

23En outre, un niveau supplémentaire doit être ajouté pour caractériser le côté totalitaire de Star Academy. En effet, les participants sont impliqués contractuellement vis-à-vis des sociétés privées intéressées17 dans des conditions telles qu’ils se retrouvent fortement liés et dépendants de celles-ci même en dehors et au-delà du séjour dans le « château ». C’est donc en matière légale que joue ce quatrième niveau de contrainte.

24Notons encore deux nuances à apporter par rapport au modèle de Goffman. D’une part, le « château » ne concerne qu’un nombre réduit de personnes et, d’autre part, les reclus savent qu’ils vont sortir de l’institution.

25En conclusion, il ressort néanmoins que le concept d’institution totale peut aider à éclairer ce qui se joue dans et autour de Star Academy, même si celle-ci ne s’apparente pas à un bagne et qu’on n’y entre pas « à l’insu de son plein gré ». L’intérêt du concept se révèle surtout dans le fait que ce sont précisément certaines caractéristiques totalitaires quoique ambiguës de Star Academy qui expliquent, pour une large part, son succès.

3.2. Les adaptations secondaires dans Star Academy

26La question qui se pose à présent est de repérer comment les acteurs parviennent néanmoins à se créer certaines marges de manœuvre et certaines sources de satisfaction dans un contexte totalitaire, de comprendre que le pouvoir de l’institution sur ses membres n’est pas total.

27Nous nous basons ici sur quelques cas concrets tirés de la version française de l’émission (fin de l’année 2002).

28Un premier type, évident, d'adaptation secondaire consiste à résister à l’institution et à ceux qui y font office de gardiens, de surveillants, voire d’infirmiers, soit, essentiellement la direction et les professeurs. Même si ce n’est que dans une mesure réduite, les quelques accès de colère et le caractère plus résistant d’un participant (Georges-Alain), par exemple, relèvent de ce type d’adaptation, étant donné qu’il donne accès à des satisfactions internes (affirmation de soi et reconnaissance des autres élèves) et externes (jugement favorable d’une partie du grand public qui s’identifie à une personnalité soi-disant « rebelle ») par des moyens que l’institution désapprouve (« faire la tête »...).

29Un autre type d’adaptation secondaire consiste à se montrer indifférent à l’institution, à adopter une attitude de retrait. Le relatif « je-m’en-foutisme » d’un autre participant (Jeremy) nous paraît relever de ce type de comportement. Il peut procurer, lui aussi, des satisfactions internes (reconnaissance des autres élèves) et externes (identification d’une partie du grand public).

30A l’inverse, la conversion à l’institution, à travers l’obéissance stricte voire exagérée à ses règles, constitue un type différent d’adaptation que Goffman qualifie de primaire. Nous pensons ici au comportement particulièrement enthousiaste d’un troisième participant (Houcine) qui semblait jouer le jeu au maximum, ce qui lui apporte des satisfactions internes (appréciation favorable des membres du jury) et externes (vis-à-vis du grand public).

  • 18 Le Monde, 29 octobre 2002.
  • 19 Le Monde, 6 janvier 2002.

31Ce qui ressort dans ces trois exemples est le fait que c’est autant, si pas plus, la personnalité des élèves qui est décisive que leur qualité artistique, sachant ici encore que ce sont non seulement les membres du jury (de profession artistique) mais également et surtout, le grand public qui décide. Les commentaires du Monde vont dans le même sens : « Pour percer il ne suffisait pas d’une belle voix, il fallait aussi soigner son image auprès du public.18 [...] Tout au long du jeu, les téléspectateurs ont privilégié les candidats à forte personnalité au détriment des élèves doués pour le chant19. » C’est bien le caractère totalitaire de l’émission qui favorise l’expression tranchée du caractère de chacun et qui explique par là une partie de son succès.

32Dans l’institution totalitaire, les relations entre reclus sont marquées par l’ambivalence. D’une part, certaines manifestations de solidarité contre les règles de l’institution peuvent constituer une forme d’adaptation secondaire. Cette solidarité est bien présente et visible, à tel point que les relations entre élèves sont présentées comme des relations de camaraderie voire d’amitié. Elle apporte également des marges de manœuvre et des sources de satisfaction aux participants. Mais à travers la compétition très dure qui s’y déroule et trouve son paroxysme dans l’exclusion des pairs, nous retrouvons par ailleurs au sein de Star Academy l’ambivalence et les tensions propres aux institutions totalitaires. Dans cette tension entre la fusion et la compétition sans merci réside la source de la charge émotionnelle de l’émission et une des clés de son succès.

33Dans la mesure où elles contribuent à la stabilité de l’institution et au succès de l’émission, ces diverses adaptations secondaires mentionnées seraient qualifiées par Goffman d’intégrées. Cela explique bien la tolérance relative du personnel dirigeant vis-à-vis de tels comportements qui sont médiatiquement et donc financièrement fonctionnels.

34L’« ouverture » médiatique du « château » influence donc directement le comportement des acteurs et leur fournit diverses ressources qu’ils utilisent non seulement pour se distancier des règles du « château » (premier niveau d’analyse) mais également pour séduire le grand public et augmenter ainsi leur chance d’être élus (deuxième niveau d’analyse). Nous pourrions dès lors ici parler de comportements doublement stratégiques, sachant que les deux niveaux sont intimement liés et ne peuvent être séparés.

35Comme on l’a vu, à condition de rester dans certaines limites dûment contrôlées, ces diverses adaptations secondaires sont nécessaires au succès de l’émission. En effet, grâce à elles, les reclus jouent suffisamment le jeu (qui consiste précisément à ne pas le jouer complètement !) et le public s’en amuse. Rappelons à ce sujet que l’institution totalitaire Star Academy représente une sorte de modèle réduit de certains processus sociaux ordinaires, que le grand public peut lui aussi partiellement retrouver dans la vie de tous les jours et dans lesquels il peut se reconnaître. Intervient ici l’ambivalence entre obéissance et résistance, entre identification et distanciation par rapport à l’institution et à ses règles.

36D’autre part, au niveau spatial, soulignons la présence, du moins dans la version belge, d’un espace clos où les élèves peuvent se réfugier sans être ni filmés ni surveillés par les professeurs. Cet espace est ici prévu par les organisateurs et ne nécessite donc pas de jeu interactionnel avec le personnel dirigeant. Il va sans dire que ce point, sans constituer une adaptation secondaire au sens de Goffman, offre également une part (réduite) d’intimité et de liberté. En outre, un lieu est également prévu où les reclus peuvent exprimer leurs réactions et plaintes éventuelles sans être entendus (à ce moment-là) par les autres candidats mais en étant filmés. Les plaintes sont aussi une forme d’adaptation et de résistance à l’institution totalitaire. Leur exhibition par l’appareil médiatique renforce l’aspect totalitaire de l’institution. A travers ces deux espaces, nous percevons à nouveau l’importance des traits totalitaires de Star Academy dans la compréhension de son fonctionnement et de son succès, à savoir ici les coulisses et les espaces « secondaires ».

3.3. La carrière morale au sein de Star Academy

37Il s’agit ici d’étudier dans quelle mesure la participation à Star Academy provoque chez les jeunes impliqués dans ce même type d’expérience des modifications identiques et relativement durables tant de leur statut que de leur propre appréhension mentale d’eux-mêmes et des autres.

38Dans les sources que nous avons retenues, nous n’avons pas pu recueillir d’élément pertinent par rapport à ce concept. Cependant, à titre d’hypothèse, il nous semble que, malgré la durée limitée de la « réclusion », certaines modifications s’opèrent bien, tant au niveau statutaire des participants qu’au niveau mental. En effet, au niveau statutaire, les professeurs, les sociétés privées intéressées et le grand public contribuent au processus de « starification », même si ce n’est qu’à très court terme. Quant au niveau mental, il semble bien que certains participants intériorisent le fait d’être de « vrais » chanteurs et ils se comportent d’ailleurs déjà comme des vedettes. A la sortie du « château », l’industrie du disque et des médias fait d’ailleurs tout pour exploiter au plus vite cette veine éphémère. Comme pour les deux concepts précédents, ce trait supplémentaire de l’institution totalitaire n’est pas sans effet sur le succès de l’émission car il favorise la crédibilité des « valeurs » mises en avant et accentue le caractère exaltant de l’aventure.

Conclusion

39Notre perspective était double : théorique et méthodologique. Sur cette base, que retenir de notre courte étude ?

40Au niveau théorique, les hypothèses et concepts que Goffman a développés dans Asiles nous ont permis d’appréhender plusieurs tensions structurelles qui sont caractéristiques de l’institution totalitaire en général et de Star Academy en particulier : ami ⇔ ennemi, amour ⇔ cruauté, proximité ⇔ distance, dedans ⇔ dehors, conformisme ⇔ déviance, adaptations primaires ⇔ adaptations secondaire, espace primaire ⇔ espace secondaire, espace clos ⇔ espace ouvert, espace visible ⇔ espace invisible, attraction ⇔ répulsion. Ces tensions, qui sous-tendent la dramaturgie de l’émission, se révèlent parfaitement fonctionnelles en termes médiatiques et cette ambivalence multiple, quasiment paroxystique, participe dès lors à son succès.

41Cela est d’autant plus vrai que nous avons également montré que l’institution totalitaire agit à plusieurs niveaux. Nous en avons relevé quatre : dans le « château » lui-même, dans les interactions avec le grand public (contexte de médiatisation et de marchandisation), dans la logique de compétition et de performance entre les participants et dans les contrats qui lient les candidats aux diverses sociétés privées intéressées. Le caractère totalitaire est donc renforcé dans l’émission sous diverses formes.

42Enfin, pour Goffman, il n’est pas d’institution totalitaire sans adaptations secondaires ni déroulement d’une carrière morale pour les participants. Nous avons vu que ces deux concepts pouvaient également être utiles pour saisir ce qui se joue aux différents niveaux de l’émission ainsi que certains facteurs qui contribuent à son succès. Par exemple, les différentes manières de se prendre au jeu tout en lui résistant à certains moments constituent autant de comportements attractifs au niveau médiatique.

43Par conséquent, saisir Star Academy en tant qu’institution totalitaire apporte un éclairage pertinent. Cet outillage conceptuel, tiré d’un courant de la sociologie classique, apparaît comme un révélateur de logiques de comportement dont les organisateurs de l’émission ne sont certes pas dupes mais qu’ils ne pourraient sans doute pas exprimer aussi clairement. En particulier, à travers nos trois concepts, nous avons montré les différents enjeux de pouvoir qui coexistent au sein de Star Academy ainsi que les distanciations des acteurs par rapport à ce pouvoir.

44Au niveau méthodologique et en lien avec ce qui précède, nous avons tenté de mettre en évidence la complémentarité et la tension qui doit exister en sociologie entre la théorie et l’empirie. Cela signifie que les catégories conceptuelles ne sont pas là pour être validées de manière opportuniste mais bien pour nourrir et féconder l’observation et l’analyse des données. Nous avons ainsi illustré en quoi les concepts d’institution totalitaire, d’adaptation secondaire et de carrière morale pouvaient devenir ouverts et vivants lorsqu’ils étaient appliqués à l’analyse de Star Academy.

45Pour terminer, il faut souligner, avec réalisme et modestie, qu’une analyse sociologique, au même titre que toute autre analyse disciplinaire, constitue forcément une réduction du réel, tant au niveau de l’interprétation et du sens qui lui est donné (plan théorique) que de la manière dont il est observé (plan méthodologique). En outre, il est clair que ces deux plans s’influencent mutuellement : la manière de penser le réel influence la manière de l’observer et vice-versa. Cette dernière remarque encourage dès lors une approche interdisciplinaire, qui est précisément l’horizon du présent ouvrage.

Addendum

46Au cours du séminaire où fut discutée cette contribution, deux questions ont fait l’objet de débats particuliers. La première touche à la neutralité de la démarche scientifique en sociologie et la seconde à la spécificité ou la nature du travail sociologique. On se propose de reprendre ici rapidement ces deux questions.

Comment appréhender la neutralité axiologique dans le travail sociologique ?

47Une question cruciale, vaste et récurrente qui se pose à toute analyse sociologique et, plus largement à toute analyse dans le domaine des sciences humaines et sociales, est celle de la neutralité axiologique. Pour Max Weber, celle-ci consiste dans l’exigence de distinguer rigoureusement la production de connaissances scientifiques et les jugements de valeur. Cette insistance de Weber sur la neutralité axiologique prend place dans le contexte de l’Allemagne du début du xxe siècle, marqué par l’impérialisme et le nationalisme conquérants de Guillaume II. Weber reprochait à de nombreux collègues d’utiliser leurs chaires et leurs travaux universitaires pour promouvoir des positions politiques, le plus souvent conformes au idées du Kaiser. Non seulement Weber savait qu’un projet de recherche obéit inévitablement à des préoccupations politiques et morales, mais il estimait que les travaux scientifiques devaient avoir la plus grande portée politique possible. C’est seulement à l’intérieur du dispositif même de recherche que l’idéal de neutralité doit être poursuivi. Il faut donc éviter de faire une interprétation sommaire et réductrice de cette exigence chez Weber.

48Une série d’auteurs plus récents, dont Goffman, estiment cependant que même si le chercheur est habité du plus grand souci de rigueur et d’impartialité, une stricte neutralité axiologique est impossible, y compris au coeur du travail scientifique. Lorsque Goffman décide d’intégrer les médecins et le système médical dans son objet d’analyse, lorsqu’il décide d’entendre et de prendre au sérieux les témoignages et propos des reclus, il fait d’abord un choix scientifique : pour comprendre les comportements au sein de l’asile, il faut passer par là. Mais un tel choix, au départ scientifique, est inévitablement et indissociablement politique et éthique dans la mesure où il remet en cause ce que Howard Becker appelle la « hiérarchie de crédibilité », soit le fait d’accepter plus facilement la version de la vérité des personnes en position de pouvoir et de les épargner de l’analyse. La manière dont le chercheur construit son objet de recherche et, dans une certaine mesure, choisit ses concepts et ses méthodes a immanquablement des répercussions politiques et éthiques. En ce sens, la neutralité axiologique, comme dissociation radicale du travail scientifique et des jugements de valeur, est donc illusoire.

  • 20 L. Van Campenhoudt, Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001.

49Si l’on accepte ce point, la neutralité axiologique bien comprise consisterait plutôt à élucider et à expliciter les liens entre ces deux registres de la connaissance scientifique et du jugement de valeur. A cette condition, la scientificité du travail sociologique n’est pas diminuée mais au contraire accrue : plus la lucidité du chercheur est grande à cet égard, plus la validité scientifique de son travail est renforcée, car ses résultats ont moins de chances d’être altérés par des présupposés normatifs refoulés par le chercheur20.

  • 21 Idem.

50La dimension politique et éthique de l’analyse sociologique peut alors être pleinement assumée. Bien plus, aux yeux de beaucoup, l’exigence émancipatrice devrait résider au coeur des sciences sociales. A l’aide de méthodes rigoureuses, notamment l’analyse des sources historiques, elles doivent conduire à une évaluation critique du monde en vue de le transformer. Placé à sa juste place dans le processus de connaissance, juger n’est pas un défaut mais une obligation21.

La spécificité de la sociologie ne réside-t-elle pas dans l’analyse de la tension entre l’individu et l’institution ?

51La nature du travail sociologique consiste à désubstantifier les entités collectives, et donc les institutions, ce qui signifie rendre compte des actions sociales et des relations concrètes signifiantes qui les constituent. C’est le grand message de Weber : le capitalisme, le protestantisme, l’État, la classe ouvrière ou le Marché consistent en actions concrètes d’un ensemble d’individus en relation qui donnent un sens à leurs actions. Ces actions ont tendance à se conformer à certaines « logiques » (de champ, d’intérêt, de système...) que la sociologie tente de mettre au jour. Une institution, comme un Asile ou Star Academy, est alors considérée et analysée comme un ensemble de schémas d’interactions qui se répètent, en l’occurrence celui qui est propre à l’institution totalitaire.

52L’individualisme méthodologique de Weber n’est qu’une des différentes manières de rendre compte de ce « social » qui constitue le véritable substrat des entités collectives. Il considère que les phénomènes sociaux (comme le capitalisme) résultent de l’agrégation de conduites individuelles. Mais, les conduites qui l’intéressent sont éminemment sociales, c’est-à-dire effectuées en fonction d’autres acteurs.

  • 22 Idem.

53Il est bien d’autres manières de désubstantifier les entités collectives qui sont plus ou moins étiquetées et consacrées en paradigmes théoriques. Leur point commun consiste en une approche relationnelle des phénomènes sociaux. Les sociologues raisonnent en termes de position relative (d’une classe, d’une fraction de classe, d’un groupe ou d’un individu) par rapport à d’autres et de relation entre eux, non de situation propre22. Les comportements n’appartiennent pas aux individus mais à la relation entre eux. Les changements sociaux résultent de processus de mobilisation collective et non de lois abstraites. Dans une optique relationnelle, l’opposition classique entre individu et institution perd de sa pertinence.

Toutes les approches sociologiques se valent-elles pour autant ? Comment faire le tri ?

54Hegel déjà critiquait l’éclectisme aussi bien que le relativisme et le subjectivisme. Toutes les approches ne se valent pas. A l’exigence de rigueur interne d’un processus de recherche, soit l’adéquation entre ce qu’on dit et ce qui permet de le dire (Ladrière), s’ajoutent le critère de justesse (l’adéquation entre l’approche et l’objet) et, in fine, celui de l’intersubjectivité, soit l’épreuve de la discussion « hors les murs » (de l’équipe ou de l’institution de recherche) qui doit conduire à la reconnaissance du travail non comme vérité mais comme pertinent pour la recherche de la vérité et digne de s’inscrire dans le processus d’accumulation de connaissances à cette fin de vérité. Cela ne concerne évidemment pas que la seule sociologie.

Bibliographie

Bibliographie

Castel R., « Présentation », dans Goffman E., Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968, pp. 7-35.

Duret P. et de Singly F., « L’école ou la vie, Star Academy, Loft Story : deux modèles de socialisation », Le Débat, no 125, mai-août 2003, pp. 155-167.

Garapon P., « Variétés françaises : le boom de la télé-réalité », Esprit, mars-avril 2003.

Goffman E., Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968.

Martuccellid., Sociologies de la modernité, Paris, Gallimard, 1999.

Quivy R. et Van Campenhoudt L., Manuel de recherches en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995.

Raskin J. F., « Star, mais à quel prix ! », La Libre Belgique, 11 janvier 2002.

Van Campenhoudt L., Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001.

Notes

6 Nous aurions pu choisir un autre cadre de référence théorique. Par exemple, le modèle des cités de Boltanski et Thévenot nous aurait permis d’éclairer les régimes d’action et de justification mobilisés par les acteurs de Star Academy (hypothèse : articulation de la cité du renom, basée sur l’opinion d’autrui, de la cité marchande, basée sur la valeur monétaire, et de la cité industrielle, basée sur l’organisation et l’efficacité). En particulier, le concept d'épreuve propre à chaque cité aurait été ici pertinent. Par ailleurs, la théorie des champs de Bourdieu nous aurait amenés, quant à elle, à élucider les propriétés pertinentes et les stratégies des « nouveaux entrants » dans le champ du show-business dominé par certaines figures « consacrées ». Nous n'en avons pas moins retenu Goffman pour des raisons méthodologiques (il permet de lire les interactions concrètes) et de clarté pédagogique qui apparaîtront dans le texte ci-dessous.

7 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968, p. 41.

8 R. Castel, « Présentation », in E. Goffman, Asiles, op. cit.

9 E. Goffman, Asiles, op. cit., p. 99.

10 Idem, p. 179.

11 L. Van Campenhoudt, Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 41.

12 Dénomination du lieu où vivent et travaillent les participants dans la version française de l’émission.

13 Le Monde, 26 octobre 2001.

14 Extraits du site de Star Academy, version belge : http://staracademy.rtl.be

15 P. Duret, et F. de Singly, « L’école ou la vie, Star Academy, Loft Story : deux modèles de socialisation », Le Débat, no 125, mai-août 2003, p. 159.

16 P. Duret et F. de Singly, « L’école ou la vie... », op.cit., p. 156.

17 En particulier, dans la version belge, les participants signent trois contrats : avec la société de production de l’émission (Endémol), avec la société de disques et avec la société de management des « artistes ».

18 Le Monde, 29 octobre 2002.

19 Le Monde, 6 janvier 2002.

20 L. Van Campenhoudt, Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001.

21 Idem.

22 Idem.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540