Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et temporalités

 | 
Michel Hubert
, 
Bertrand Montulet
, 
Christophe Jemelin
, 
et al.

Première partie. Transformation des temps sociaux

Monter en âge, descendre en ville. Analyse du rapport de l’adolescence au centre-ville

Joël Zaffran

Texte intégral

Introduction

1En ayant choisi d’appréhender les mobilités sous l’angle des temporalités, ce colloque invitait les chercheurs en sciences sociales à revenir sur le caractère indissociable de la dimension spatiale et de la dimension temporelle. D’un point de vue sociologique, cette consubstantialité peut être le point de départ d’une problématique sur les structurations temporelles collectives, et partant les raisons de la mobilité. C’est dans cette perspective que s’inscrit notre contribution en proposant un modèle articulant les notions de temps libre, de jeunesse et de mobilité. Notre problématique s’appuie sur les concepts de subjectivation (être soi différent et unique) et de socialisation (dépendre d’autrui et des institutions) que l’on considère comme prépondérants à l’adolescence et qui permettent de concevoir la jeunesse comme une période de la vie partagée entre une fidélité à l’égard des adultes et une loyauté à l’égard des pairs. Il s’agit, à travers la lecture d’entretiens réalisés auprès de collégiens bordelais, d’interpréter la fréquentation du centre-ville à l’aune d’une logique d’émancipation. Nous formulons l’hypothèse selon laquelle cette aspiration est en butte avec une matrice éducative de la jeunesse marquée par une interdépendance fonctionnelle des temps sociaux. En conséquence, c’est durant le temps libre que cette logique s’exprime le mieux. C’est pourquoi on suppose que les « descentes en ville » représentent pour les adolescents une activité à forte valeur symbolique.

1. Organisation des temps de la vie quotidienne des « jeunes » et déplacements urbains

2En quoi l’organisation des temps sociaux conduit-elle à un désir de mobilité ? Pour le sociologue, cette interrogation suppose tout d’abord d’appréhender le temps comme une expérience subjective. On peut, en accord avec Daniel Mercure (1995, p. 5), définir l’expérience du temps par l’épreuve du changement (i, e. une succession d’états différents dans une durée déterminée) et de la continuité (i. e. la durée ininterrompue dont le retour périodique des mêmes phénomènes constitue la forme d’expression la plus concrète). Ce questionnement présume ensuite une approche de la vie quotidienne de la jeunesse à partir d’une matrice éducative fondée sur une alternance entre des périodes scolaires et familiales d’une part, des périodes scandées par le rythme des activités cadrées d’autre part. En somme, et c’est là un premier paradigme, les différentes institutions chargées d’éduquer et de socialiser les « jeunes » sont, pour reprendre la métaphore de Lasen (2001), des « donneuses de temps ». Elles s’organisent autour d’un principe de régularité des temporalités quotidiennes dans un contexte où prévalent l’interdépendance institutionnelle, la continuité ainsi que l’harmonisation des temps sociaux. Ainsi, la socialisation institutionnelle de la jeunesse se réalise en partie grâce au contrôle du temps et à un maillage éducatif suffisamment dense pour éviter les temps morts.

3Parmi les raisons expliquant cette organisation des temps de la vie quotidienne, on peut retenir ici une explication en lien avec les transformations de la jeunesse dans les sociétés industrielles (Galland, 1991). Autrefois l’attribution de rôles précis en rapport avec la scansion des étapes de la vie permettait de voir la jeunesse comme un simple passage avant une maturité pleine et entière que traduisait l’accomplissement des rôles sociaux et professionnels. On admettait que la jeunesse fasse du charivari et qu’elle prenne des risques puisqu’il fallait bien que jeunesse se passe. On surveillait moins les comportements juvéniles que leur excès. Cette façon de concevoir la jeunesse comme une étape de la vie plaçait le seuil de tolérance à un niveau supérieur à celui qui actuellement préside aux rapports entre adultes et jeunes. La modernité a contribué à faire de la jeunesse une période de l’indétermination en la maintenant dans un moratoire durant lequel l’attribution de rôles est suspendue. Ce qui va de pair avec l’image dominante d’une jeunesse encline à tous les excès, exposée et s’exposant à tous les dangers. Les écarts de conduites juvéniles seraient la conséquence du report dans le temps de l’accès au monde des adultes pour des individus qui ont pourtant une maturité et un développement physiologique identiques à leurs aînés.

4Il faut voir la transformation des formes de prise en charge éducative des jeunes générations comme un effet de cet allongement dans le temps. En reportant à un avenir plus lointain l’actualisation de l’indépendance, la modernité a exacerbé les demandes juvéniles d’individualisme éthique du droit à être authentique (Dubet, 2005) ; elle y répond par un contrôle accru des temps de la jeunesse. Si l’on accepte alors de définir la jeunesse comme une aspiration à la liberté, on peut s’accorder sur l’idée que cet affranchissement se joue pour l’essentiel durant un temps dégagé des obligations institutionnelles. Le modèle sociologique auquel il est fait appel concerne les trois principales institutions qui, du fait de leurs contraintes temporelles, socialisent la jeunesse en organisant les temps de la vie quotidienne : l’école et la famille d’une part, les loisirs d’autre part qui dans notre modèle prennent une connotation différente de celle qui est proposée par Elias et Dunning (1994). En effet, il ne s’agit pas d’attribuer à ces derniers un caractère mimétique (l’adjectif renvoyant au fait que les loisirs restituent les tensions et les affects chassés des routines quotidiennes) mais de les inscrire dans un système d’encadrement éducatif.

5En conséquence, outre le changement et la continuité, l’expérience du temps de la jeunesse est aussi une expérience de la contrainte. Or, la conscience de soi à l’adolescence procède d’une accentuation du changement sur celui de la continuité des temps sociaux. Aussi, la notion de mobilité des « jeunes » acquiert une valeur sociologique dès lors qu’elle s’articule avec la notion de temps libre qu’il faut définir d’emblée comme un temps dégagé des contraintes institutionnelles. En cela, le temps libre constitue une temporalité à part entière. En d’autres termes, il est une représentation particulière du temps construite par les acteurs, et donnant lieu à des modes d’activités et des conduites caractéristiques. Le temps libre serait en lien avec l’élaboration de stratégies d’un acteur visant l’aménagement d’un temps à soi marquant une rupture dans l’organisation des temporalités quotidiennes et grâce auquel il se ménage un espace autonome. On peut ainsi définir la ville, plus particulièrement le centre-ville, comme un lieu vécu par la jeunesse sur le mode de la découverte et les mobilités comme des déplacements sous-tendus par une logique de sociabilité juvénile et d’expérimentation.

2. Éviter les écueils de la stigmatisation de la jeunesse

6Une telle posture présente l’avantage d’éviter les écueils de la stigmatisation de la jeunesse dès lors qu’elle est appréhendée par le prisme des déplacements. Or, force est de constater que l’usage des mots jeunesse et ville par le discours politico-médiatique conduit souvent à agiter le spectre de la violence urbaine. Ces deux termes sont associés aux émeutes, aux actes de délinquances, d’incivilités et de vandalismes que l’on attribue au désespoir d’une jeunesse résidant dans des espaces que l’on peut très facilement localiser à partir de critères économiques, sociaux et scolaires. Les déplacements en ville des « jeunes en bande » inquiètent le quidam et préoccupent l’élu politique local qui peut, en la circonstance, proposer par exemple le vote d’un arrêté interdisant les regroupements intempestifs. Cette façon de lier les jeunes à la ville accouche d’une représentation de la jeunesse fonctionnant comme une métaphore sociale (Kokoreff, 1993) aux contours anxiogènes qui, par voie de conséquence, alimente des craintes dès lors qu’il s’agit de penser les mobilités urbaines : les « jeunes », quand « ils arrivent en ville », sont à la fois trop mobiles et pas suffisamment saisissables, véhiculant ainsi l’effigie du désordre qu’ils seraient toujours prêts à causer. Qu’il s’agisse des mobilités ou du phénomène de territorialisation, la définition politique des axes d’intervention urbaine dépendra en grande partie du souci de circonscrire les risques de débordements et de contrôler les déplacements.

7Plutôt que de chercher à interroger derechef l’imaginaire social que le politique et le médiatique cristallisent, on peut tendre à un élargissement de la problématique des « jeunes » par l’observation des formes d’accès à la ville et l’examen des pratiques localisées de sociabilités tournées vers l’extérieur (Zaffran, 2003). En d’autres termes, à quelles activités s’adonnent les « jeunes » lorsqu’ils sont en ville ? Quels types d’échanges établissent-ils avec leurs pairs ? Enfin, à quelles logiques sociales répond leur mobilité ? De telles interrogations ne cherchent pas à dénier la réalité des problèmes causés par une partie de la jeunesse en ville ou dans les transports en commun, ni même à critiquer l’action (nécessaire) des politiques de la ville qui, dans le cadre des contrats éducatifs locaux par exemple, s’assignent l’objectif de canaliser les « jeunes » grâce à des dispositifs implantés dans des secteurs géographiques « prioritaires ». Elles n’ont pas en outre la prétention d’évacuer le débat (lui aussi nécessaire) sur la constitution progressive de la jeunesse comme une nouvelle classe dangereuse (Dubet, 1987). Elles s’efforcent plutôt de contribuer à l’élaboration d’une synecdoque de la jeunesse différente de celle qui semble s’imposer aujourd’hui et qui la mette à la métonymie de la menace et de l’anomie. Dans ce dessein il est impérieux de dégager l’analyse des mobilités urbaines de celle de la marginalité ou de la déviance d’abord en appréhendant la jeunesse à partir de la notion de sujet puis en montrant que celle-ci est un âge de la vie durant lequel émergent des conduites urbaines singulières.

3. Le rapport au temps et à l’espace à l’adolescence

8Le regard porté sur le rapport à la ville et les mobilités qu’elle suppose doit d’abord suivre les évolutions d’ordre cognitif et « développemental » inhérentes à l’adolescence. Cette période marque le passage d’un univers topologiquement ordonné (celui de l’enfance) à une extension des limites spatio-temporelles et, de facto, un investissement de lieux et d’objets originaux (Rodriguez-Tomé et Barriaud, 1987). Il porte ensuite sur les conséquences sociologiques de ces changements dans la mesure où les demandes de sortie ressortissent à un désir d’affranchissement. Celui-ci trouvera son expression en grande partie dans un horizon collectif constitué par le groupe de pairs qui reconnaît et « ratifie » les conduites individuelles lors des multiples déambulations urbaines. Ce qui implique la fréquentation régulière de lieux spécifiques et la mise en œuvre de différents moyens de s’y rendre. L’adolescence est une expérience sociale se caractérisant par l’engagement progressif de l’individu dans un processus de subjectivation. Il se hisse au rang d’acteur critique ayant une capacité de distanciation à l’égard des sphères sociales composant sa vie quotidienne et qui, du fait de cette distance, élabore un travail de reconstruction de l’unité de son action. En d’autres termes, il devient un sujet qui apprend à mesurer les effets de la socialisation institutionnelle pour mieux en jouer par la suite. Cette découverte qui façonne son rapport au monde est progressive et s’élabore sur la base d’une dialectique du dehors et du dedans, du mobile et du stable (Faget, 1998).

9Une telle approche ne peut être définie qu’en référence à la place que l’adolescent occupait précédemment et qui relevait d’une période enfantine certainement moins complexe et moins disjonctive que celle sur laquelle il se hisse. Plus généralement, cette position dépend du développement de l’individualisme expressif dans les sociétés contemporaines et de l’importance de la notion d’individu. En conséquence, et comme l’indique Eisenstadt (1965, p. 41) : « Le lien étroit entre le développement de la personnalité, la maturation psychologique et les modèles de rôles tirés du monde adulte est devenu très affaibli. Ainsi, la coalescence du jeune dans des groupes spéciaux a tendance à souligner seulement sa position problématique, incertaine du point de vue de valeurs culturelles et des symboles. Cela a créé une nouvelle constellation d’éléments archétypaux de base de la jeunesse. Cette nouvelle constellation peut le plus clairement être vue dans ce qui a été appelé l’apparition des problèmes de l’adolescence dus aux tensions dans des sociétés modernes. Tandis que certaines de ces tensions sont nécessairement communes à l’adolescence dans toutes les sociétés, elles deviennent particulièrement aigues dans des sociétés modernes ». C’est la raison pour laquelle le passage de l’enfance à l’adolescence est moins un « problème » psychologique qu’une recherche singulière du sens de l’action par un individu qui aspire à une certaine souveraineté au travers de pratiques qu’il voudrait autonomes. Dans ce cas, son action n’est plus réductible à une intériorisation de son rôle « d’enfant dans la famille » ou « d’élève dans sa classe » ; elle relève d’un travail de recomposition entre un souci de soi selon la formule de Foucault (1984) et des logiques d’action provenant des différents rôles à tenir à l’école, en famille ou durant les loisirs d’une part, et d’autre part lorsqu’il va rejoindre ses pairs.

10De ce point de vue, l’adolescent devra inévitablement gérer la contradiction entre le désir de découvrir des horizons nouveaux – ceux qui sont censés épauler l’authenticité à laquelle il prétend – et les multiples contraintes institutionnelles et organisationnelles qui entravent leur accès. Cela explique le fait que le centre-ville symbolise pour le sujet bien plus qu’une simple aire géographiquement située. Il représente un lieu où il faut se rendre car plus que les activités commerciales qu’il propose, il constitue un terrain d’expérience pour l’apprentissage et l’intériorisation de rôles sociaux, un espace de liberté et d’anonymat, une vitrine des symboles les plus significatifs de la culture de la société globale. À cela s’ajoute la rupture dans les rythmes de la vie quotidienne que favorise la mobilité et fréquentation du centre-ville. Ce dernier s’apparente alors à un espace interstitiel : on n’y est pas seulement « ailleurs » avec la possibilité d’y être « autrement » ; on y est durant le temps libre, hors des contraintes temporelles imposées par les institutions de socialisation.

11C’est pour vérifier cela que nous avons effectué une centaine d’entretiens obtenus à la suite de 23 séances d’interviews collectives non mixtes dans différents collèges de Bordeaux. Ces entretiens ont été réalisés dans le cadre d’une enquête menée en 2002-2003 pour le compte de la mairie de Bordeaux et la caisse d’allocations familiales (CAF) de Gironde (Cuin et Zaffran, 2003).

4. Une attirance pour les lumières de la ville

  • 1 Bien entendu, la fréquentation des centres commerciaux n’est pas incompatible avec la fréquentatio (...)

12Que viennent faire les adolescents en ville ? La réponse à cette question implique un éclairage préalable sur le sens de l’acte de « sortir ». Pour eux sortir apparaît comme le maître mot des conduites juvéniles. Ils « sortent » pour aller hors d’un lieu et se rendre vers un autre lieu, pour quitter la famille, l’école ou la structure de loisirs (sportifs ou culturels) ainsi que le statut dans lequel elles enferment. Ils « sortent » pour se rendre dans un espace singulier, celui des adultes « libres » et indépendants, à l’intérieur duquel ils auront le sentiment de parvenir à construire un monde à part avec ses normes, un monde superposé à celui des adultes, qui le surplombe dans une extériorité parfois conflictuelle. Les « descentes en ville » décrivent bien une trajectoire allant de l’intérieur à l’extérieur, les éloignant de la maison et du quartier. Descendre en ville, c’est ainsi échapper au regard des adultes proches, des voisins ou des leaders de quartiers qui étendent les relations de fraternité familiale à l’ensemble de leur cité (Duret, 1996). C’est pourquoi les adolescents préfèrent « consommer » au centre-ville plutôt que dans l’enceinte des galeries marchandes d’un grand centre commercial situé à proximité du lieu d’habitation1.

13« Sortir » c’est toujours « avec » : avec les copains en général, le petit ami ou la copine, jamais avec les adultes (les parents, les éducateurs) qui représentent à leurs yeux un obstacle objectif à la construction d’une expérience culturelle, sociale ou affective autonome. Ils descendent en ville, disent-ils, afin de retrouver des « potes » et de consommer des plaisirs gratuits. Ils ont leurs magasins préférés même s’ils n’hésitent pas à entrer dans tous les commerces pour écouter de la musique, tester les derniers jeux électroniques, regarder les DVD, essayer les parfums... ou consommer des marchandises peu onéreuses : des hamburgers ou des kebabs, des posters ou des gadgets. Plus simplement, ils se rendent en ville pour le seul décor de la consommation et de ses objets. Ils regardent tout ce que le spectacle du centre-ville leur donne à voir : les choses et les gens, les vitrines et les passants, les marchandises et les chalands. Ils se promènent, marchent beaucoup et longtemps en suivant généralement un même trajet, un « circuit » comprenant des rues et des points de repère bien localisés : une galerie marchande réputée pour son étalage de musique et de vidéos, un magasin de chaussures de sport très « branché », un commerce proposant un loisir commercial numérique (laser-quest, arcade, cybercafé...). Ils font et refont, ils voient et revoient, ils vont et viennent. En d’autres termes, ils « connaissent par cœur ».

  • 2 On trouve ces aspects dans l’enquête de F. Depras et M. Smolar (2001).

14Il faut situer les déplacements en centre-ville dans le cadre d’une temporalité courte venant s’intercaler dans les rythmes sociaux de la quotidienneté. Il faut aussi considérer cette temporalité dans sa récursivité car les « descentes en ville » sont à la fois un intermède qui, à mesure qu’il se répète, forge des habitudes spatiales (cf. Kaufmann, 2001, p. 8). Les déplacements en ville ne tardent pas en effet à se ritualiser autour de règles précises : se retrouver à tel endroit, ne pas dépasser telle limite géographique... Comme s’il fallait de la méthode pour exploiter tout le potentiel de significations que recèle la ville et que les adolescents devinent ; comme s’il fallait qu’ils se rassurent face à l’immensité de possibilités qu’offre la ville en général et le centre-ville en particulier, mais aussi face aux risques que suppose l’exploration urbaine2. C’est pourquoi les adolescents entretiennent un rapport ambivalent avec la ville dans la mesure où celle-ci les attire et, pour des raisons similaires, les frustre ou les inquiète. Ils redoutent l’hostilité des « grands » qu’ils conçoivent comme des voyous ou des marginaux potentiels et qui en tant que tels sont perçus comme menaçants. Ils appréhendent les frustrations puisque son accès est (trop) souvent difficile à cause des distances ou de l’enclavement du quartier, du coût des transports (collectifs ou individuels motorisés) et des marchandises, de la compétition ostentatoire à laquelle il invite. Le fait de s’afficher en ville consiste en effet à pénétrer dans l’univers des vêtements de marques puis à en faire l’acquisition sous peine de passer pour un ringard ou un « clandestin ».

15Les adolescents se rendent en ville pour « rigoler » ensemble (c’est-à-dire, dans leur langage, se détendre en parlant librement de soi et des autres), plus entre pairs d’âge que de sexe. En revanche lorsqu’ils descendent en couple, accompagnés par leur petit(e) ami(e), les adolescents font là encore les mêmes trajets, main dans la main ou encore bras sur l’épaule de l’un et bras sur la hanche de l’autre. Ils n’hésitent pas à s’enlacer, adossés à un poteau d’arrêt de bus. Ils privatisent alors l’espace public en s’embrassant, parfois fougueusement, au vu et au su de tout le monde. Loin d’être un non-lieu au sens de Augé (1992) bien que pouvant favoriser parfois l’anonymat, le centre-ville est le point de passage obligé d’une sociabilité adolescente se construisant avec les amis proches en compagnie desquels « on explore la ville » ou avec son petit(e) ami(e) que l’on retrouve et avec qui l’on passe le temps. Il est aussi un endroit vers lequel il faut se rendre en groupe afin de côtoyer d’autres groupes d’adolescents, chacun avec son style propre et ses « délires ».

16Somme toute, le centre-ville permet à chacun de rencontrer d’autres personnes, de côtoyer d’autres catégories sociales, de s’éviter ou de se défier. Il permet de se comparer aux autres, et parfois de se provoquer mutuellement. Il n’est rien de moins qu’un lieu à jamais transitoire où l’on se met en scène et où se font les rencontres lorsqu’on a repéré une personne qui est « gavée top », où s’exprime l’indifférence voire le mépris lorsqu’il ou elle « se la pète trop ». Il est un lieu enfin où les dragues éhontées de la part des garçons (dont l’impertinence n’a d’égale que la virilité exhibée et dont le but est moins de convaincre autrui que de se convaincre soi) sont une réponse malhabile à la coquetterie affichée des filles.

  • 3 L’incognito n’est-il pas, comme l’affirmait Balzac, l’un des plus grands plaisirs des princes ?

17Les adolescents y sont à la fois des acteurs et des spectateurs, attentifs à leur anonymat mais profitant de la moindre rencontre pour élaborer des formes d’interconnaissance selon des attitudes diversifiées. Par moments, ils cherchent « à se faire remarquer » en faisant le pitre ou le « fou » ; à d’autres moments, ils veulent se « fondre dans la masse », considérant le centre-ville comme un lieu dont l’étendue garantit la discrétion3. Les adolescents oscillent entre ces deux attitudes mais sans « en faire trop » afin que le plaisir éprouvé lors des « descentes en ville » reste intact. Le centre-ville participe moins à la production d’une identité collective (Kokoreff, 1996) qu’à éclairer un pan de la personnalité adolescente d’où ils laissent percevoir des traits différents de ceux arborés face aux enseignants, aux parents ou aux éducateurs. À moins qu’il s’agisse d’une accentuation de quelques traits affichés quotidiennement.

18Ainsi le centre-ville est à la fois le lieu de tous les plaisirs et un lieu menaçant. En tant que tel, il favorise l’expression d’une consommation hédoniste et, dans le même temps, devient le lieu d’expression de tous les fantasmes : rien n’est moins attirant et conjointement plus comminatoire qu’un lieu qui préserve la liberté mais qui oblige chacun à entrer dans la sphère immédiate d’un public qui juge et réagit en fonction des évaluations qu’il adresse à chacun des protagonistes. En cela, le centre-ville est un espace où s’expriment le mieux les tensions du sujet qui, à l’instar d’un équilibriste un peu gauche, avance à petits pas sur le fil des expériences nouvelles et d’un nouveau rapport au monde. Attiré par les lumières de la ville et porté par le désir de briser les routines et l’horizon de familiarité, l’adolescent sait que la liberté présente un risque et de ce fait exige une certaine prudence.

19Le centre-ville « appâte » les adolescents qui considèrent finalement que les lieux de proximité comme le quartier, le domicile des copains ou les structures de loisirs organisés comme le club sportif sont de moins en moins adaptés aux buts poursuivis, ces derniers se résumant d’une certaine manière à cette quête d’autonomie et d’authenticité. Le centre-ville possède, par sa position géographique, par les activités marchandes qu’il abrite et par les normes culturelles et sociales qu’il condense, l’exclusivité d’un certain nombre de ressources particulièrement adaptées à cette quête. Il offre, tout à la fois, une concentration d’activités ludiques commerciales, un terrain d’expérience pour l’apprentissage et l’intériorisation de rôles sociaux, un espace de liberté et d’anonymat, une vitrine des symboles les plus significatifs de la culture de la société, y compris celle de consommation. On ne s’étonnera donc pas du formidable attrait du centre-ville car « descendre en ville » signifie sortir du monde très normatif de l’enfance pour entrer dans un autre monde où l’espace et le temps n’ont plus la même valeur, où le mouvement peut s’opérer librement tant en longueur qu’en durée, où il est possible de s’afficher sous un jour différent.

5. La question (politique) de la mobilité

20« C’est l’esprit qui confère à l’espace sens et fonction », affirme Simmel (1999). En ce qui concerne le centre-ville, on voit bien que celui-ci représente pour tout adolescent le macrocosme culturel, social et économique vers lequel tendent sa curiosité ainsi que ses désirs d’intégration sociale, de construction d’une expérience et d’une autonomie propres. Parce qu’il est l’espace public par excellence, le centre-ville est, tout à la fois, un lieu d’initiation à la culture exogène dont il faut apprendre et intérioriser les codes et les normes, un lieu d’anonymat qui permet d’échapper au contrôle familial et scolaire. Il est un lieu suffisamment ouvert pour permettre des rencontres et offrir des divertissements à bon compte. Il s’apparente à un espace chargé de symboles, un lieu où se concentrent les moyens et les fins de la socialisation adolescente. Le centre-ville, horizon fantasmagorique en même temps qu’espace bien réel, ne peut donc pas manquer d’être à la fois un pôle d’irrésistible attirance, un instrument privilégié du processus d’autonomisation et un lieu capital d’exercice de la sociabilité adolescente naissante.

21Les adolescents, partagés entre l’attachement à Hestia et la dévotion à Hermès, sont parmi ceux qui aspirent le plus à une modification des conditions d’accès aux différents lieux urbains. Si tous sont attirés par les lumières de la ville, certains devront surmonter plus d’obstacles pour s’y rendre. La mobilité et les différentes manières de se déplacer ou d’élaborer des itinéraires, nous le savons bien, restent dépendantes des moyens et des ressources dont disposent les acteurs. Ainsi, la possession d’un véhicule motorisé à deux roues est déterminante du fait des possibilités de maîtriser les parcours et le moment du départ, de se déplacer de manière autonome et surtout rapide (à la différence du vélo). Pour les autres, les transports en commun sont l’unique moyen de se déplacer. Mais, à l’instar du mode de transport précédent, celui-ci représente un coût économique (le prix du titre de transport est parfois élevé) et temporel (les horaires de passage sont imposés). Ce qui revient à dire que la ville intègre ou exclut dans la mesure où des règles implicites régissent généralement l’accès à certains sites ou en restreignent le passage (de Singly, 2001).

22Au facteur économique intervenant dans l’accès à la ville et au centre-ville s’ajoute le facteur géographique. Ce sont en effet les jeunes habitants des quartiers enclavés qui doivent parcourir une distance plus grande. Ce qui ne laisse pas d’interroger le sociologue qui peut y voir une inégalité de ressources sociales et économiques renforcée par une différence de modes d’accès au centre-ville. Et ce alors que les aspirations juvéniles à la consommation et aux loisirs sont très largement partagées. La distance spatiale entre les « quartiers d’exil » et le centre-ville de Bordeaux, réputé animé et concentrant une multitude de commerces diversifiés, peut selon les cas renforcer la distance sociale.

Conclusion

23En nous appuyant sur des données empiriques, nous poursuivions l’objectif d’apporter quelques éléments sociologiques permettant de mieux cerner le rapport entre la ville et la jeunesse. Sans prétendre épuiser la question de la jeunesse et de la mobilité, nous souhaitions insister sur les écueils éventuels d’une définition du temps libre des adolescents comme une rupture avec les cadres classiques de socialisation, et d’une appréhension de la mobilité comme un ferment de désordre. Notre propos visait l’élaboration d’une problématique sur la gestion autonome des espaces urbains comme une réalité constitutive de la ville et non comme un dysfonctionnement tragique.

24Avoir en vue un tel objectif est une invite à dépasser l’approche pusillanime et/ou « adultocentrique » de l’action publique afin d’envisager la mobilité des jeunes comme une dimension constitutive de la ville. Ces derniers en effet sont mus par ce désir parfois inextinguible d’avoir d’abord un temps à soi, d’aller ensuite au-delà de leur horizon de familiarité pour construire une expérience émancipée (donc affranchie) de la ville et des espaces publics attrayants. C’est dire si une réflexion politique sur les transports urbains et les territoires attractifs s’avère sinon impérieuse, du moins utile dès lors que sont posées les deux questions indissociables de la facilité d’accès au centre-ville et des attentes des jeunes en matière de mobilité.

Bibliographie

Bibliographie

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Cuin C.-H. et Zaffran J., 2003, Les loisirs des adolescents bordelais, rapport de recherche Lapsac, département de sociologie, université de Bordeaux 2, CAF de la Gironde et mairie de Bordeaux.

Depras F. et Smolar M., 2001, Les déplacements en ville des 10-13 ans de l’agglomération du Val de Brièvre, rapport de recherche, Institut pour la ville en mouvement et RATP, octobre.

Dubet F., 1987, La galère : jeunes en survie, Paris, Editions du Seuil.

Dubet F., 2005, « La jeunesse est une épreuve », Comprendre, 5, p. 275-291.

Duret P., 1996, Anthropologie de la fraternité dans les cités, Paris, PUF.

Eisenstadt S. N., 1965, « Archetypal Patterns of Youth » in Erikson E. H. (ed.), The Challenge of Youth, Anchor Books, New York.

Elias N. et Dunning E„ 1994, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Faget J., 1998, « Mobilités et violences urbaines », Agora, 13, p. 87-95.

Foucault M., 1984, Histoire de la sexualité 3 : Le souci de soi, Paris, Gallimard.

Galland O., 1991, Sociologie de la jeunesse. L’entrée dans la vie, Paris, Armand Colin, collection U.

Kaufmann V., 2001, Mobilité et vie quotidienne : synthèse et questions de recherche, Centre de prospective et de veille scientifique, direction de la recherche et des affaires scientifiques et techniques, ministère de l’Équipement, des transports et du logement.

Kokoreff M., 1996, « Jeunes et espaces urbains. Bilan des recherches en France, 1977-1994 », Sociologie et sociétés, volume XXVIII, no 1, printemps, p. 159-176.

Kokoreff M., 1993, « L’espace des jeunes. Territoires, identités et mobilité », Annales de la recherche urbaine, no 59-60, juin-septembre, p. 171-179.

Lasen A., 2001, Le temps des jeunes. Rythmes, durée et virtualités, Paris, L’Harmattan.

Mercure D., 1995, Les temporalités sociales, Paris, L’Harmattan.

Rodriguez-Tomé H. et Bariaud F., 1987, Les perspectives temporelles à l’adolescence, Paris, PUF.

de Singly F., 2001, Se déplacer en ville quand on a entre dix et treize ans, rapport de recherche, Institut pour la ville en mouvement.

Simmel G., 1999 (1908), Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Zaffran J., 2003, « Les manières d’investir l’espace », Agora, no 32, p. 94-107.

Notes

1 Bien entendu, la fréquentation des centres commerciaux n’est pas incompatible avec la fréquentation du centre-ville. On peut considérer du reste que les flâneries dans les centres commerciaux n’offrent pas les mêmes possibilités qu’en centre-ville du fait de la présence de vigiles ou de la probabilité plus forte d’y rencontrer des parents proches.

2 On trouve ces aspects dans l’enquête de F. Depras et M. Smolar (2001).

3 L’incognito n’est-il pas, comme l’affirmait Balzac, l’un des plus grands plaisirs des princes ?

Auteur

Docteur en sociologie, maître de conférences, Lapsac, université de Bordeaux 2
<joel.zaffran@u-bordeaux2.fr>

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540