Version classiqueVersion mobile

L’exil de soi

 | 
Lionel Thelen

Chapitre VII. L’exil de soi : de la nudité sociale à la versatilité du Soi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les formes de relation et d’interdépendance entre les fourmis, les abeilles, les termites et autres insectes vivant en sociétés peuvent, pour autant quil s’agisse de la même espèce, se répéter pendant des milliers et des milliers d’années sans le moindre changement. […]
L’une des particularités spécifiques des sociétés humaines réside précisément dans le fait que leur structure, la forme des rapports d’interdépendance entre les hommes, peut se modifier, sans que l’organisme biologique de l’homme change. […] Autrement dit, la constitution biologique de l’espèce permet que son mode de coexistence sociale évolue, sans que l’espèce évolue. »
Norbert Elias

Image

I. L’exil de soi

A. Définition

L’exil de soi peut être défini comme : la capacité de restreindre tant ses besoins que la manière même de concevoir le monde de façon à se conformer aux exigences d’un milieu hostile et ce, en adaptant sa perception temporelle, sa relation à autrui et le souci que l’on a de soi, de façon extrêmement rapide ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search