Version classiqueVersion mobile

L’exil de soi

 | 
Lionel Thelen

Chapitre V. La Belgique : ne pas espérer pour éviter de… désespérer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ah ! le jour où ils émargent est une belle journée pour les surnuméraires ! »
Balzac

Image

I. Introduction

Le terrain français fut essentiellement consacré à l’étude approfondie de l’existence des personnes sans-abri au sein d’une institution d’accueil d’urgence et des nombreux corollaires en résultant. Cette approche a permis d’illustrer à quel point l’asile de nuit – à cheval entre l’institution totale de par ses principes directeurs et l’anarchie entre usagers de par la façon dont ces principes restent inappliqués – ne diffère guère de la rue en ce qui concerne le sentiment d’insécurité régnant chez les usagers. Par là même, il a été possible d’établir que la rue elle-même – telle que vécue par la personne sans-logis – constituait sans doute la plus redoutable des institutions dites « totales ».

La situation rencontrée lors du terrain portugais a pu – sur un grand nombre de points – venir conforter l’idée d’une incomplétude des abris de nuit en général, notamment leur difficulté à sortir...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search