Version classiqueVersion mobile

L’exil de soi

 | 
Lionel Thelen

Chapitre IV. Le sans-abri portugais : plutôt la « cloche » que la honte…

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Sa métamorphose avait un caractère si net qu’il ne pouvait s’empêcher d’en être fasciné. Il était devenu un clochard. Ses vêtements étaient décolorés, chiffonnés, dénaturés par la saleté. Une épaisse barbe noire, parsemée de taches grises, lui recouvrait le visage.
Ses cheveux, longs et emmêlés, s’agglutinaient en touffes derrière les oreilles et roulaient en boucles presque jusqu’aux épaules. Plus qu’à tout autre il avait l’impression de ressembler à Robinson Crusoé et il était abasourdi de voir à quelle vitesse ce changement avait eu lieu. Il avait suffi de quelques mois, à peine, pour qu’il se transforme en quelqu’un d’autre.
Il voulut se souvenir de lui-même, tel qu’il avait été, mais cela lui fut difficile.
Il regarda ce nouveau Quinn et haussa les épaules. Ça n’avait guère d’importance. Il avait été quelque chose auparavant et maintenant il était autre chose. Ce n’était ni mieux ni pire. C’était différent, voilà tout. »
Paul Auster, Trilogie new-yorkaise

Image

I. Introduction

A. « Premi...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search