Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

1908-2008. « République démocratique du Congo – Congo belge : regards croisés à travers les films de famille »

André Huet

Texte intégral

1« Nous ne devons pas nous payer de mots. Il ne suffit pas de l’écrire et de le crier pour que notre idéal se réalise. Il faudra de longs efforts, semés de difficultés, entravés par des échecs. Il faudra de la ténacité, de la persévérance, de la patience aussi. »

2Cette phrase extraite du texte de Conscience africaine datant de 1956, bien que sortie de son contexte original, est toujours d’actualité. Elle peut accompagner la plupart des projets que nous souhaitons mener à bien. C’est particulièrement le cas de celui dont je vous entretiendrai et qui concerne une coopération qui pourrait se développer entre la métropole et l’Afrique, entre Belges et Congolais.

3Comme en témoigne la réflexion proposée par ce colloque, l’avenir ne peut se construire sans accepter de se pencher sur un passé dans lequel s’enracinent les cultures et les mentalités d’aujourd’hui et de demain. Confronté aux oublis, aux disparitions, à l’amnésie sans oublier l’incompréhension voire l’ignorance des décideurs ou interlocuteurs politiques le travail de mémoire a bien besoin d’être accompagné (soutenu) par toutes ces qualités pour exister voire au mieux espérer se réaliser dans des conditions acceptables.

4S’il permet et encourage une distance critique dans la lecture de ce qui fut et apporte un apaisement et une sérénité indispensable aux discussions et échanges de regards portés sur le passé, le temps n’est pas un allié en la matière. Chaque jour qui passe s’accompagne de la disparition de témoins et d’acteurs dont la collaboration à la connaissance du passé représentait une contribution irremplaçable.

5Et dans ce qui peut paraître comme un vain combat contre le temps, les humains ne sont pas les seuls à être touchés ; les textes, les livres, les images elles-mêmes, la plupart pour ne pas dire tous les supports de mémoire sont victimes d’une lente détérioration annonciatrice d’une future destruction qui pourrait, à terme, nous priver de documents et traces indispensables à l’écriture de notre histoire.

6Cette situation qui touche la plupart des supports médiatiques pris en considération par les chercheurs, les professionnels des médias et le public lui-même devient catastrophique quand il s’agit de documents ne faisant l’objet, jusqu’à présent, d’aucun recensement ou dépôt légal, ne bénéficiant d’aucune protection juridique, victimes jusqu’à ces dernières années d’un mépris condescendant de la part des réalisateurs ou producteurs de cinéma et de télévision et dont l’existence même est tributaire des déménagements, du décès de leur auteur ou des hasards de la vie.

7Les images dont je vous parle, pour la plupart cinématographiques, n’ont pas été enregistrées par des reporters, journalistes, documentaristes ou réalisateurs dont c’est le métier. Il ne s’agit pas de films professionnels mais de films réalisés au sein des familles par des cinéastes amateurs dont la passion était le cinéma. A l’aide d’une caméra dont la publicité avait vanté les mérites, ils voulaient conserver des traces de leur vécu à différentes époques et notamment celle du Congo belge.

8Ils avaient appris, seuls ou au sein de ciné-clubs, à maîtriser les rudiments de la technique cinématographique qui leur permettait d’enregistrer avec plus ou moins de bonheur et plus ou moins de talent une sorte d’album de photos en mouvement de leur vie professionnelle ou familiale. Dans la majorité des cas, les images, destinées à la famille ou à un cercle restreint d’amis, n’ont jamais été projetées en public. Leur existence tient du document confidentiel. Les images révèlent une certaine intimité.

9Ce cinéma dit « amateur » s’est développé dès le début des années trente. Des milliers de cinéastes « du dimanche » ont depuis cette époque enregistré tout ce qui se passait autour d’eux, découvrant le monde du quotidien à travers un regard singulier.

10On s’étonnera que personne, avant le début des années septante, ne se soit intéressé à ces pellicules pour découvrir ce qui avait été filmé et ce que ces images pouvaient bien représenter comme intérêt.

11Le domaine des images ne semble pas être le domaine dans lequel en général les chercheurs se sentent le plus à l’aise.

12La méfiance, parfois compréhensible, entraîne des blocages qui hypothèquent mieux que de longs discours des initiatives qui se consacreraient à d’autres supports que l’écrit ou les intégreraient dans leur propos. Situation paradoxale au moment où nous vivons l’omniprésence des images et n’hésitons pas à évoquer une société, une civilisation de l’image. L’intérêt, la curiosité existent, mais la pratique, les moyens, les outils dit-on, bref, la volonté d’intégrer l’image, de la prendre en considération dans les recherches, quelles que soient les disciplines concernées, semblent toujours être le résultat d’une situation exceptionnelle voire accidentelle.

13Or la photographie, le cinéma puis la télévision ont fait la démonstration qu’une image se suffit rarement à elle-même. La diffusion, la projection d’images demande à être accompagnée », de faire l’objet de discussion, d’échanges afin que le spectateur puisse se les approprier.

14Les documents audiovisuels doivent faire l’objet d’une « exploitation », se prolonger par un dialogue confrontant des points de vue, des regards, des lectures différentes qui donnent sens aux images sans oublier leur mise en contexte. Cet exercice libère le spectateur de la solitude et de l’absence de communication qui caractérise sa position passive devant l’écran de cinéma ou de télévision.

15Sans envisager une exploitation hors des circuits habituels de diffusion (cinéma, télévision), l’existence publique d’un document audiovisuel est extrêmement courte. Résultat de mois de préparation et de travail, une fois diffusé (quelques semaines au cinéma, deux ou trois fois rediffusé en télévision), le produit réalisé, comme on dit aujourd’hui, quitte en quelque sorte le domaine public. Il devient une archive. Il est alors entreposé dans un lieu de stockage. Il ne réapparaîtra pour le public, intégralement ou sous forme de version raccourcie ou en séquences sélectionnées, qu’à l’occasion de rétrospectives, d’anniversaires ou autres opportunités qui ne risquent pas de nuire aux nouvelles productions. Cette rediffusion sera à nouveau suivie d’un retour aux archives, cette fois pour un séjour de durée indéterminée.

16Il est exceptionnel qu’un programme soit rediffusé plus de deux à trois fois.

17Dans notre époque sensible au travail de mémoire, un des moyens d’éviter l’oubli auquel aboutissent ces pratiques est de faire vivre ces images, de les intégrer dans un maximum de projets inter et transdisciplinaires. Pour développer de telles perspectives il est important de jeter des ponts entre institutions différentes, d’encourager des collaborations suivies entre les images animées et l’écrit, entre la recherche et certaines productions et réalisations audiovisuelles, d’organiser des réseaux de consultation et de valorisation d’images d’archives, en dehors des cadres habituels (devenu incontournable) de diffusion cinématographique et télévisuelle.

18Les difficultés, administratives et financières, rencontrées pour retrouver, obtenir une copie ou tout simplement pouvoir visionner un film sont pour beaucoup dans une mise en danger, voire une mort programmée de certains documents.

19Le cinéma amateur connaît lui d’autres avatars.

20La disparition des cinéastes amateurs touchés par l’âge s’accompagne souvent, faute d’interlocuteur ou d’adresse où déposer leurs films, du risque de destruction de leurs images. Si les documents sont sauvés, recueilli par des parents ou des proches, l’absence des auteurs prive les futures générations des commentaires qui permettent de comprendre leurs images, généralement muettes, et les réalités qu’ils ont filmées.

21En plus au sein des familles les nombreux problèmes techniques ne tardent pas à se multiplier. Les projecteurs défectueux, courroies cassées ou lampes qu’on ne sait plus remplacer, rendent souvent impossible la projection des images qu’on ne peut plus « visionner ». Les proches deviennent les héritiers de documents qu’ils ne peuvent plus regarder. S’ils souhaitent obtenir une copie des documents originaux sur des supports contemporains bien peu de laboratoires ou de photographes accepteront ou pourront assurer ce travail sur des films réalisés vingt, trente, cinquante ans plus tôt sur des pellicules non professionnelles qu’on ne fabrique plus et pour lesquelles on ne dispose du matériel nécessaire à leur traitement.

22Or sans pouvoir à ce jour fixer avec exactitude le nombre de cinéastes amateurs qui ont filmé le Congo belge on se trouve en présence d’une quantité d’images nettement supérieures à tout ce que les professionnels ont pu filmer pendant tout le temps de la colonie. Et une grande partie de ce matériel sommeille toujours dans les greniers belges, et peut-être, en RDC, malgré les collectes et l’exploitation de ces documents entreprise il y a quelques années.

  • 1 Une liste en annexe des principaux sujets touchant le Congo belge évoqués dans l’émission donnera (...)

23En Belgique, c’est au sein de la RTBF que s’est développé un mouvement d’intérêt pour ces films fin des années septante. Une fois par mois pendant vingt-cinq ans, des films amateurs témoins de leur temps, des images oubliées, inconnues que commentaient leurs auteurs ou des proches étaient révélées aux publics des téléspectateurs grâce au programme télévisé répondant au titre d’Inédits1.

24De 1979 à 2004, une recherche régulière et une mise en perspective originale de ces images ont fait de l’initiative de la télévision belge de service public une entreprise pilote qui a joué un rôle de moteur à l’échelon européen et international dans ce domaine particulier.

25L’originalité et l’intérêt de ces images résident principalement dans le fait qu’elles ont été enregistrées en dehors de toutes les contraintes de productions traditionnelles. Il ne s’agissait pas de commande. Réalisés « pour le plaisir » les documents révèlent une autre approche de la réalité que celle enregistrée par les reporters, les anthropologues, les missions ou les sociétés. Ils sont l’expression d’un souci de témoigner, d’enregistrer le Congo, « leur » Congo tel que leur auteur le voyait, le ressentait, le vivait à l’époque. Chaque film révèle une sorte de regard candide de son auteur porté sur la réalité congolaise d’une époque.

26Documents uniques d’un point de vue humain puisque chaque film représente le regard d’un auteur mais aussi d’un point de vue technique car comme les films ont été réalisés pour la plupart sur des supports reversai, il n’existe pas de négatif des images.

27Ajoutons qu’aucun de ces documents n’a fait jusqu’à présent l’objet d’un dépôt auprès d’une archive ou d’une société d’auteur. Ce n’est donc qu’à l’issue de recherche de proche en proche, en s’appuyant sur des enquêtes, interpellant des réseaux de contacts et de connaissances que ces images refont surface alors qu’elles avaient souvent déjà été oubliées par leurs auteurs qui les considéraient comme de simples « souvenirs » anecdotiques, sans intérêt, d’une époque révolue.

28Réalisés par des colons à l’attention de colons ou de leur famille de métropole, consacrés à la vie des colons, leurs activités, les contacts avec les Congolais, les lieux de travails, les aventures et réalisations ces traces représentent des récits, des témoignages sociologiques, anthropologiques ou tout simplement humains uniques.

29Oubli ? Manque de moyen ? Pratique inhabituelle à l’époque ? Absence d’interlocuteur ou d’opportunité ? Urgence et priorité du sauvetage de témoignages ? Cette première approche du vécu du temps de la colonie racontée par les cinéastes amateurs et d’autres acteurs, médecins, cadres, historiens, administrateurs, etc. ne comportait pas la participation de Congolais pour la lecture de ces films de famille. Nous restions entre blancs ? Ces images représentaient en quelque sorte une mémoire belge du Congo belge.

30Aujourd’hui la situation semble avoir évolué. La variété, la quantité, l’intérêt documentaire des films de famille mais aussi les études dont ils ont fait l’objet à la Sorbonne, dans quelques universités anglaises, américaines et canadiennes leurs ont donné en quelque sorte un statut de patrimoine pouvant tout aussi bien concerner l’anthropologue, l’historien, le sémiologue ou tout autre chercheur concerné par la mémoire.

31Après cette première approche de la colonisation, le temps n’est-il pas venu pour les Belges et les Congolais de passer à une autre étape, de s’asseoir autour d’une même table, de mettre en commun leurs savoirs et leur expérience afin d’apprendre ensemble à lire de manière nuancée ce patrimoine audiovisuel particulier si essentiel à la compréhension des mentalités et d’un passé commun ?

32Quelle passionnante hypothèse pour l’apprentissage, le partage d’une lecture de documents organisée au départ de regards croisés, d’origines et de générations différentes, portés sur un passé commun ?

33Même s’ils n’ont pas été très souvent le sujet principal des films de famille les Congolais d’un certain âge peuvent y retrouver une réalité qu’ils ont connue, des lieux aujourd’hui disparus qu’ils ont fréquentés, des situations qu’ils ont vécues.

34Pourquoi ne pas associer dans la lecture ceux qui ont connu le Congo belge et les jeunes Congolais, chercheurs ou simple citoyens qui sont nés après l’indépendance et n’ont pas connu l’époque de la colonisation mais qui vivent entourés aujourd’hui de traces d’un passé dont ils ignorent pratiquement tout et leur faire partager la découverte de ces trésors de plus de septante ans d’images et d’archives non inventoriées, une mémoire du Congo dont ils ne peuvent se passer.

35Une telle perspective ne s’improvise pas.

36Cent ans après l’avènement du Congo belge ces images non professionnelles et les réalités historiques, économiques, les comportements, les gestes dont elles témoignent ne peuvent plus être visitées aujourd’hui par les seuls réalisateurs de cinéma ou de télévision. Des chercheurs belges et congolais doivent à leur tour travailler sur le sujet et rendre accessible le discours de ces traces du passé aux différentes générations de congolais d’aujourd’hui.

37Depuis peu quelques laboratoires se sont équipés des machines permettant la numérisation de tous les supports amateurs aujourd’hui disparus ; des associations se consacrent en Belgique et à l’étranger à étudier les films de famille, des personnalités belges et congolaises, des chercheurs et des réalisateurs des deux nations sont sensibles à ces perspectives. Les moyens techniques existent ; les compétences intellectuelles sont présentes et l’opportunité de redonner une place à ces documents originaux dans la mémoire de la RDC et de la Belgique se profile à l’horizon.

38Le travail pourrait être partagé et se développer de manière complémentaire entre la Belgique et la RDC. Un volet métropolitain se consacrant à la rechercher, la collecte et le sauvetage des documents, l’enregistrement des commentaires et témoignages, un autre volet en République démocratique du Congo concernerait la recherche de témoins, l’organisation avec les collègues de la métropole de la lecture des documents, la mise au point d’une grille de lecture adaptée aux documents et leurs mises en perspective dans le contexte d’une histoire du Congo à écrire.

39Mais nous voilà déjà à envisager les outils d’un projet qui n’est pas encore né.

40Comment faire ?

41C’est vers tous les participants de ce colloque que je me tourne. Rien ne me semble plus enthousiasmant que des rencontres de qualité qui se prolongent ensuite dans la réalité. Ne trouvez-vous pas qu’il serait encourageant et très positif qu’à l’issue de nos travaux des contacts se prennent, des échanges se développent ? D’abord pour savoir si l’étude et l’exploitation des films de famille vous semblent effectivement un projet digne d’intérêt et pertinent dans cadre de la République démocratique du Congo, ensuite pour imaginer et créer les synergies nécessaires à la mise en chantier de ce qui pourrait prendre la forme d’un projet à long terme qui a débuté en 2008.

42Concrètement il suffirait dans un premier temps que les personnes sensibles à ces propos se manifestent auprès du secrétariat de ces journées afin qu’elle puisse d’abord confirmer la pertinence du projet et leur souhait de participer dans l’affirmative à cette entreprise. Nous pourrions ensuite accorder nos agendas et utiliser les outils de communication modernes pour redéfinir ensemble les grandes lignes, les objectifs et le planning du projet, évaluer le travail à entreprendre, estimer les besoins et envisager la création d’un groupe de travail qui entamerait la stratégie et la mise en chantier proprement dite.

43Par ses implications, la démarche dépasse le cadre d’un simple projet de valorisation d’un patrimoine. Le propos interpelle aussi les relations et la coopération entre deux états qui ont un passé et un avenir à partager.

44Si de ces premiers contacts naissait une volonté de découvrir et de valoriser ce patrimoine et à travers celui-ci d’apprendre à se mieux connaître, les étapes suivantes ne devraient pas présenter de problèmes insurmontables : les outils, les techniques, les hommes, les savoirs et l’expérience existent.

45Tout sera bien sûr à organiser, coordonner, planifier. Mais ces étapes peuvent s’apparenter à une routine si derrière ces épisodes incontournables se confirme une volonté de faire aboutir le projet dans la perspective d’enrichir un chapitre de l’histoire du Congo dont les générations contemporaines de jeunes congolais ont le plus grand besoin.

46Ainsi, les « regards sur la société congolaise » de l’époque de la colonisation, mentionnés comme sous titre du programme de ces deux journées consacrées à l’étude du manifeste Conscience congolaise, s’enrichiraient d’un nouveau champs de témoignages audiovisuels inédits qui enrichirait les dialogues et les réflexions qu’inspire toujours l’ancienne colonie.

Annexes

Annexe

Regards sur le Congo belge et l’Afrique évoqués dans le programme télévisé Inédits (Radio télévision belge francophone-RTBF Charleroi) de 1981 à 2002.

Quelques contributions singulières des films de cinéastes amateurs :

Inédits no 5

1934 : avec l’objectif de créer une coopérative au Congo belge pour échapper à la crise, trente jeunes chômeurs belges partent pour l’Afrique en bicyclette avant d’être invités à rentrer au pays : l’Italie, la Yougoslavie, la Grèce, l’Égypte... Le reportage photographique de cette aventure extraordinaire.

Première diffusion : samedi 7 mars 1981.

Inédits no 6

30 juin 1960 : dernier jour du Congo belge. A Léopoldville, à l’écart des manifestations officielles, la Force publique congolaise reçoit le drapeau du futur État indépendant du Congo. Un amateur filme la cérémonie à laquelle la presse n’a pas été invitée.

Première diffusion : samedi 21 mars 1981.

Inédits no 8

Le Congo des années cinquante : des ouvriers congolais curent des étangs artificiels. Les femmes africaines traquent les poissons dans une sorte de grand bain de boue. Pêche, chasse ou cérémonie ?

Première diffusion : samedi 25 avril 1981.

Inédits no 11

Parti en 1926 pour travailler comme technicien dans les exploitations de cuivre au Congo belge, un mineur n’imaginait pas qu’il se transformerait en 1945 en chercheur d’or. Scènes de la vie congolaise : mariage, maternité, enterrements...

Première diffusion : samedi 14 novembre 1981.

Inédits no 13

En 1925, le pilote Edmond Thieffry réalise la première liaison Belgique-Congo par la voie aérienne. Pour garder un souvenir de l’événement, il filme la construction de l’avion Handlepage (version transport), les préparatifs, le décollage et la traversée du Sahara jusqu’à l’arrivée triomphale dans la colonie après 75 heures de vol.

Première diffusion : samedi 23 janvier 1982.

Inédits no 18

Congo Belge 1959 : premières élections au Conseil de circonscription indigène, un document pittoresque révélant les difficultés et les possibilités d’adaptation à l’Afrique d’un système électoral conçu sur un autre continent. Photos de candidats filmés, isoloirs, urnes, files d’attente, l’ambiance des élections.

Première diffusion : samedi 16 octobre 1982.

Inédits no 19

Juillet I960 : au lendemain des fêtes de l’indépendance, des troubles agitent la jeune République du Congo. Un témoin filme les premiers incidents devant la toute nouvelle ambassade de Belgique. Arrivée des députés congolais élus à Bruxelles, préparation des fêtes de l’indépendance, danses tribales.

Première diffusion : samedi 6 novembre 1982.

Inédits no 20

1932, le Club alpin belge entreprend une de ses plus célèbres expéditions : l’ascension du Rywenzori en Afrique centrale. Un des derniers témoins commente les séquences d’un film nous montrant la lente et périlleuse progression vers le sommet, la colonne des porteurs congolais supportant difficilement les rigueurs de la montagne, etc.

Première diffusion : samedi 18 décembre 1982.

Inédits no 22

1927 : Congo belge. Un ingénieur souhaite prouver le bien-fondé de deux projets auxquels il tient : le premier créer un grand port à l’embouchure du fleuve Congo pour éviter les encombrements dus aux transbordements des marchandises sur des péniches et le second, installer une centrale hydroélectrique sur le fleuve.

Il s’embarque pour l’Afrique emportant une caméra avec l’intention de rapporter des images qui confirmeront ses théories. L’embarquement, le bateau, l’exploitation du bois, la promenade en automobile dans le Mayumbe, les sentiers indigènes, le port et la gare de Matadi, le repas au camp des travailleurs, le chemin de fer, le premier train lourd de 500 tonnes, la fête du souvenir, la Force publique, le monument à l’abolition de l’esclavage, l’aérodrome, la fête sportive au Katanga, à l’Union Minière, les mines de cuivre, les villages, le campement, etc.

Première diffusion : samedi 2 avril 1983.

Inédits no 24

En 1926, un passionné de moto relie Bruxelles à Léopold ville en side-car. Deux ans plus tard, il récidive à bord de deux voitures FN. En 1930, il effectue la première liaison postale aérienne entre la Belgique et le Congo.

Robert Fabry commente aujourd’hui son volumineux album de photos, témoins de ses aventures.

Première diffusion : samedi 19 novembre 1983.

Inédits no 25

8 mai 1945, à des milliers de kilomètres de la Belgique, l’armistice est célébré avec faste à Élisabeth ville, Congo belge.

Un médecin commente un film tourné sur une cérémonie d’excision au Congo belge en 1958.

Première diffusion : samedi 17 décembre 1983.

Inédits no 27

Film réalisé en 1908 par un explorateur belge retraçant la remontée du Nil en caravane jusqu’au Congo belge. Les épisodes pittoresques ne manquent pas : guerriers soudanais, la chasse à l’hyène, au lion, les marchés indigènes, la capture d’hippopotame, les coutumes... Le tout est commenté par une correspondance d’époque.

Première diffusion : samedi 9 juin 1984.

Inédits no 28

La République du Congo de 1960 à 1964. Sécession katangaise et intervention des troupes de l’ONU. Coupures de presse, organisation de l’autodéfense, destructions, retours des parents en Belgique, bombardements, enterrements des victimes, retour de Tshombe et réjouissances populaires.

Des agents coloniaux pleins d’idéaux sont entraînés dans la tourmente. Des images dramatiques des événements du Katanga dans des régions où les cameramen professionnels étaient absents. 1956 : le départ, le voyage.

Première diffusion : samedi 2 mars 1985.

Inédits no 38

1904. L’État indépendant du Congo au travers des photos stéréoscopiques prises par un membre de la commission chargée d’assurer la protection des indigènes.

Première diffusion : samedi 14 mars 1987.

Inédits no 41

Chroniques congolaises (série en quatre épisodes) : Première partie

Des chars décoratifs, évoquant des étapes de l’histoire du Congo belge, défilent dans le cadre de la commémoration de la mort de Stanley organisée à Stanley ville en 1954. Puis ce sont les évocations de la recherche par le Roi Léopold II d’une colonie un peu partout dans le monde. Les rapports et une correspondance inédite révèlent les raisons du choix du Congo et la manière dont cette contrée devint une colonie de l’État belge.

Évocation de la vie quotidienne et de l’installation des premiers fonctionnaires ; l’œuvre des missions, l’organisation de l’enseignement, la lutte contre l’esclavagisme, l’épisode des « mains coupées » alimentant les campagnes anti-belges organisées par les autres puissances colonialistes européennes. Fondation de la Compagnie du chemin de fer du Congo, prospection et découverte des premiers gisements de cuivre, création de l’Union Minière du Haut Katanga.

Film montrant les activités de la première exploitation, les maisons des indigènes, l’infirmerie, etc. la mine de l’Étoile, entre 1912 et 1919.

Création de la Force publique congolaise et rappel de ses engagements au cours de la première guerre mondiale. Un film évoque la lente progression d’une caravane allant du Katanga au Kasaï vers 1920.

Première diffusion : vendredi 1er mars 1988.

Inédits no 42

Chroniques congolaises : Deuxième partie

Après la première guerre mondiale, la Belgique semble commencer à s’intéresser à sa colonie. Les photos des albums de famille racontent de long voyage en bateau vers l’Afrique, emportant médecins, fonctionnaires, familles vers une aventure en terre inconnue.

Découverte de la vie à Élisabethville : premier chemin de fer, visite du Prince Albert et de la Princesse Elisabeth. Scènes du quotidien, messes, fêtes, commerces, enseignements, logements et passe-temps en vile. D’autres films d’amateurs nous révèlent la solitude du travail en brousse, la complicité des boys, le rôle des sorciers et des médecins itinérants, la découverte d’une autre civilisation, les succès remportés dans la lutte contre les épidémies et l’éducation prodiguée par les missions.

Convaincus de leur rôle civilisateur, les colons filment leur entreprise, la culture, la récolte, le traitement et le conditionnement du coton ou d’autres denrées. Les succès commerciaux remportés confirment à leurs yeux l’intérêt social et économique de leurs initiatives.

Mais la crise des années trente ébranle de nombreuses sociétés qui obligent leur personnel à regagner la métropole où ils ne retrouvent bien souvent que l’incompréhension d’une société qui ignore tout de leurs réalisations. C’est avec impatience que bon nombre d’entre eux attendent une opportunité pour rentrer en Afrique.

Première diffusion : vendredi 8 mars 1988.

Inédits no 43

Chroniques congolaises : Troisième partie

1925, images de la première liaison aérienne Belgique-Congo et du premier vol régulier de la Sabena en 1935. Un film d’amateur nous permet d’accompagner un médecin dans sa progression de village en village où il soigne l’onchocercose. Des centaines de noirs aveugles, se tenant par l’épaule comme dans une toile de Breughel, se rendent au dispensaire pour recevoir des soins.

A force de ténacité, certains colons ont créé d’énormes fermes d’élevage qu’ils doivent protéger contre les carnassiers. On assiste à l’impatiente attente du courrier amené par bateau. La formation reçue en métropole permet d’affronter les difficultés de tous ordres qui font le quotidien des Européens.

A côté des divertissements organisés par les blancs et les manifestations officielles, on découvre des traditions, des coutumes, une manière d’être différente des Congolais qui s’adaptent au travail nouveau auquel on les invite à participer.

Première diffusion : vendredi 15 mars 1988.

Inédits no 44

Chroniques congolaises : Quatrième partie

1938. Alors qu’ils assistent au mariage d’un ami, des jeunes gens lancent un défi « et si on rendait visite aux jeunes mariés en Afrique où ils comptent s’installer ? ».

Dès ce moment, la caméra enregistre les préparatifs, l’aménagement d’une camionnette Chevrolet, le départ, l’embarquement, l’arrivée à Alger, la traversée du désert avec les ensablements, les arrêts imprévus, la rencontre d’un avion contraint d’atterrir et enfin l’arrivée dans la colonie.

Découverte de l’organisation de la plantation du frère d’un des jeunes gens, les mariages mixtes, la récolte du caoutchouc, différents camps de travailleurs, le paiement en sel, etc.

Ensuite, c’est la progression en voiture sur les pistes, les réparations, le roi Niapou et ses 400 femmes, l’activité commerciale au port d’Akéti, la construction d’un barrage en cours, les forgerons d’un village, le marché de bananes et la fabrication de la bière de banane.

La ferme de dressage d’éléphants de Gangala Nabodio, un nuage de sauterelles qui interrompt la progression, la traversée du lac Kivu, la fonte de lingots d’or à Kilomoto. Chasse au crocodile, course cycliste, concours hippiques, etc.

En 1939, l’armée congolaise est mobilisée. Quand la guerre éclate, le Congo belge devient une importante source d’approvisionnement en matières premières pour les forces alliées.

Première diffusion : vendredi 22 mars 1988.

Inédits no 97

Document en trois parties

« Monsieur, vous mentez ! ou le départ de l’aventure » (1/3)

Quand Robert Bodson nous proposa de visionner un film consacré au Congo belge des années cinquante, nous ignorions que ce film était l’aboutissement d’une aventure extraordinaire. Une leçon de débrouillardise, de dynamisme et de réussite vécue dans des années cinquante.

Rien ne semblait prédisposer Robert Bodson à ce parcours étonnant. A la fin de la guerre, l’avenir est incertain. La reprise économique se fait attendre, les perspectives semblent limitées. Au cours d’une réunion familiale, une parente n’a pas de difficulté à le convaincre des possibilités offertes au Congo. Bodson n’hésite pas et s’embarque pour le Congo belge.

A son arrivée à la Sykin, il commence par balayer le magasin. Ensuite il remplace un responsable tombé malade. Enfin il occupe la place d’un responsable rentré en métropole. Tout se passe bien. Il filme le travail, sa découverte du Congo, son activité professionnelle. Mais Bodson se rend compte des limites de sa formation acquise pendant la guerre. Il aimerait progresser. C’est alors qu’un ami de la Texaco lui parle des cours de l’université de New York. N’étant pas boursier, il lui faudra épargner. A l’issue du terme de trois ans, il dispose de la somme nécessaire pour payer le voyage et les premiers frais.

Le temps de saluer sa famille en Belgique, le voilà qui s’embarque pour l’Amérique. L’accueil des douaniers américains a de quoi le décourager. Il fera un séjour forcé de plusieurs semaines à Ellis Island avec l’angoisse d’être refoulé en Europe. Mais tout finit par s’arranger. Il découvre enfin la vie américaine faite de petits boulots, des cours à l’université, des contacts avec des entreprises belges de New York.

Un jour, il est invité à participer à une rencontre consacrée à l’Afrique. Un étudiant africain prend la parole et affirme que le Congo belge ne prend aucun soin de l’éducation des enfants, que les noirs y vivent dans des conditions proches de l’esclavage. Robert Bodson l’interrompt d’un vigoureux : « Monsieur, vous mentez ! ». On l’invite à s’exprimer. Face à un public de 200 personnes, Bodson découvre l’ignorance des Américains pour tout ce qui concerne l’Afrique et le Congo belge en particulier.

C’est alors que naît l’idée d’organiser une série de conférences à travers les États-Unis pour informer les Américains de son expérience africaine et des réalités congolaises.

Première diffusion : mercredi 17 juillet 1996.

Inédits no 98

« L’aventure américaine » (2/3)

Après une première conférence devant le Junior Businessmen Club de New York, Robert Bodson et un ami entreprennent la tournée américaine. Quelque 35 conférences les attendent, organisées dans des Lions Clubs, Rotary, universités et chambres de commerce américaines aux quatre coins des États-Unis.

Dans le coffre de la voiture, quelques films sur le Congo belge, en main une caméra double huit avec laquelle ils enregistreront plus de 8 heures d’images.

Rapidement les villes de l’Amérique des années cinquante se succèdent : Washington, Detroit où ils rencontrent des ouvriers en grève, Chicago avec ses abattoirs et sa banlieue, Kansas City où un homme d’affaire demande à Robert Bodson si les Congolais sont musulmans. « Simple explique-t-il, s’ils sont musulmans, ils ne boivent pas d’alcool. Donc ils boiront peut-être du coca et nous pourrons leur vendre nos distributeurs automatiques ! ».

Du Texas à Hollywood, des champs de pétrole au Grand Canyon, le Nouveau Monde défile sous leurs yeux. La presse s’intéresse aux propos de ce jeune homme qui leur parle d’un lointain Congo. Robert Bodson sera interviewé à la radio et à la télévision. Bientôt les voilà sur la côte Ouest. Los Angeles, Hollywood où des producteurs souhaitent être informés sur l’Afrique où se déroulera un prochain tournage.

Contrastes entre les villes du nord et du sud, à l’époque de la guerre de Corée, de la guerre froide. On n’est pas à un paradoxe prêt. Bodson n’est-il pas amené à défendre l’action de la Belgique au Congo dans un pays où certains parcs sont interdits aux noirs qui doivent emprunter des accès distincts de ceux réservés aux blancs pour entrer dans certains édifices.

Inlassablement Robert Bodson enregistre les propos, prend des notes pour trouver l’information qui fait défaut aux Américains pour qu’ils puissent apprécier à sa juste valeur le travail réalisé par la Belgique au Congo.

Une gageure à l’échelle du dynamisme des deux jeunes gens.

C’est cet étonnant album d’images animées que Robert Bodson nous fait découvrir...

Première diffusion : mercredi 24 juillet 1996.

Inédits no 99

« Enfin, les réalités congolaises ! » (3/3)

Seattle, Vancouver, Lac Louise, peu à peu le voyage touche à sa fin. L’expérience a été riche et les contacts nombreux. Ont-ils réussi à convaincre les Américains du travail réalisé par les Belges au Congo ? Ce n’est pas sûr. Mais Robert Bodson a bien l’intention d’utiliser les notes accumulées au cours du voyage.

De retour en Europe, il rédige un rapport qui sera apprécié dans les milieux officiels. Si bien que cette fois on lui propose de donner une série de conférences pour évoquer son expérience américaine en Belgique et... au Congo. Voilà l’occasion rêvée pour réaliser un nouveau film qui rassemblerait cette fois un ensemble d’informations qui manquent aux Américains.

A nouveau, ne comptant que sur son enthousiasme et sa débrouillardise, Robert Bodson s’organise et réalise le film qu’il intitulera Réalités congolaises.

Parcourant les régions reculées il montre des paysages qu’a dû connaître Stanley. Puis peu à peu, thème par thème, il illustre les réalisations belges dans lesquelles les congolaises ont leur place. Le film enthousiasme les premiers spectateurs. Il est cependant refusé par le Centre d’information sur le Congo parce que réalisé par un cinéaste amateur !

Mais l’avis de quelques ambassadeurs, l’appréciation du Prince de Ligne aboutissent à une invitation à projeter le film au Palais royal. Nous sommes à la veille du premier voyage du Roi Baudouin au Congo. Le document est demandé en vision, traduit. Il finit par devenir un document de référence sur le Congo belge, aux Nations unies. Que pense aujourd’hui Robert Bodson de ce film tourné, il y a plus de quarante ans ?

« Beaucoup de jeunes gens qui ont entendu parler du Congo n’imaginent pas que le Congo connaissait déjà à cette époque un tel développement. Si ce film est loin d’être parfait, il contient des éléments d’informations susceptibles d’intéresser la jeunesse actuelle. Et pour les anciens, cela leur rappellera quelques bons souvenirs. »

Première diffusion : mercredi 31 juillet 1996.

Inédits no 120

Série « Un film, un cinéaste »

Raymond Bouche : Ça s’est passé au kilomètre 30

Pharmacien retraité, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain, ce cinéaste-vidéaste ne cessera de nous étonner autant par la qualité de ses réalisations que par le soin apporté au montage et à la finition d’un travail qu’il ne considère jamais comme achevé.

Mais le plus étonnant est sans doute Ça s’est passé au kilomètre 30 un reportage réalisé au Zaïre en 1995.

Sur une piste au nord de Kisangani, une voiture transportant 160 kg de médicaments progresse pour installer à Panga un centre de santé. Et voilà que trois roues passent au travers d’un pont en rondins. Le câble en acier du treuil casse ; le cric refuse de fonctionner. Impuissants, les Européens regardent des Zaïrois qui se regroupent autour du véhicule, coupent des branches, rient, chantent, palabrent.

Les Européens attendent en silence. Six heures plus tard, grâce à la débrouillardise des Congolais et sans aucun outil moderne, la voiture est sur la route et la mission reprend la route sous les acclamations de tous.

Première diffusion : 6 avril 2000.

Inédits no 128

« L’Afrique autrement »

Quelque part sur un volcan du Rwanda en 1988, quelques hommes, Jean-Marc Lince, sa caméra et un groupe de gorilles.

« ...Je le voyais au travers de la caméra, un regard terrible. Et alors quand il charge et qu’il hurle, j’ai eu le Rwandais qui était avec moi qui m’a planqué au sol... et j’ai filmé le gorille en étant couché sur le dos. Il était devant moi. C’est très impressionnant... »

Des souvenirs inoubliables, impressionnants comme la plupart des témoignages filmés en super huit par Jean-Marc Lince et montés en collaboration avec Jean Renaut. Leurs contacts et leur approche de l’Afrique leur permettent d’enregistrer la parole d’un chef noir ou d’un guérisseur africain qui leur confie ses pratiques.

« Si Banjun m’était conté » nous conduit à la chefferie de Banjun au Cameroun en 1986. Le chef vient d’être victime d’un accident de voiture. Lince filme les funérailles où se mêlent traditions et modernité, clergé et sorcier, boisson locale et Moët et Chandon. Grâce à la caméra, nous assistons, au cœur de l’événement, aux danses rituelles, aux scènes de recueillement, aux discours de personnalités religieuses, aux défilés de sociétés secrètes et des innombrables épouses du disparu.

« Au 72e jour des funérailles, dans une atmosphère d’allégresse, la vie a vaincu la mort. Le chef est mort, vive le chef ! ». Le nouveau dignitaire confie au cinéaste ses premières impressions et ses projets.

« Avoir quatre z’yeux » nous révèle Ondoa, guérisseur à Yaoundé, Cameroun. Nous l’accompagnons dans sa pratique quotidienne. Tout en prodiguant les soins, le guérisseur nous explique l’expérience qui guide ses gestes, les envoûtements qu’il combat et les évolutions de la maladie. Avec un éclairage de fortune, la caméra nous révélera une séance de soins nocturnes, au cours de laquelle le patient doit être enterré pour avoir une chance de guérison.

D’autres images passionnantes évoquent les progressions en pirogue, la fabrication du charbon de bois (makala), la coulée des croisettes katangaises sous une hutte indigène et bien d’autres pratiques traditionnelles.

Première diffusion : le 15 août 2000.

Notes

1 Une liste en annexe des principaux sujets touchant le Congo belge évoqués dans l’émission donnera une idée de la variété et l’intérêt d’une partie minime des documents qui ont été traités jusqu’en 2004.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search