Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

« Je veux la civilisation, mais le Blanc ne veut pas de moi » ou le drame du Congo belge au travers de son élite

Jean Omasombo Tshonda et Nathalie Delaleeuwe

Texte intégral

Nous voulons être des Congolais civilisés, non des « Européens à peau noire ».
Nous rejetons avec véhémence, le principe « égaux, mais séparés ».
Nous voulons une civilisation complète.
Manifeste de Conscience africaine, 1er juillet 1956

1. Un nouveau maître vient s’installer chez moi

  • 1 P. Lumumba, « Pleure, ô Noir frère bien-aimé », Journal L’Indépendance, no 2, septembre 1959. Le ti (...)

O Noir, bétail humain depuis des millénaires
Tes cendres s’éparpillent à tous les vents du ciel
Et tu bâtis jadis les temples funéraires
Où dorment les bourreaux d’un sommeil éternel.
Poursuivi et traqué, chassé de tes villages,
Vaincu en des batailles où la loi du plus fort,
En ces siècles barbares de rapt et de carnage,
Signifiait pour toi l’esclavage ou la mort,
Tu t’étais réfugié en ces forêts profondes
Où l’autre mort guettait sous son masque fiévreux
Sous la dent du félin, ou dans l’étreinte immonde
Et froide du serpent, t’écrasant peu à peu.
Et puis s’en vint le Blanc, plus sournois, plus rusé et rapace1.

  • 2 Sur les origines et les connotations de ce mot, lire Z.A. Etambala, « Le Blanc dans l’œil du Noir : (...)

1« Suivez le modèle », crie l’officier colonial blanc aux soldats noirs. Martelé par le commandant de la Force publique, cet ordre deviendra « landa mundele » en lingala, le parlé de l’armée. Ce qui signifie : « Suivez le Blanc ». Les soldats congolais se disent : le nouveau maître s’appelle « mundele2 ».

  • 3 Sur le contenu que la colonisation mettait dans ce mot, se référer aux ouvrages de J.-M. Domont, Él (...)

2Le Noir se met bientôt au service de ce « mundele », qui se présente devant lui comme le vainqueur des esclavagistes. Le célèbre négrier Tippo Tip se soumettra également à ce nouveau maître. Le « mundele » prétend apporter la civilisation, cette culture supérieure3 qui devait éradiquer les coutumes ancestrales jugées trop primaires et rétrogrades.

3« Mundele » est un terme connoté : il désigne le Blanc, missionnaire ou agent de l’État, autrement dit le colonisateur. Dans la tradition populaire, le Blanc est respecté, voire admiré, non pas tant à cause de sa peau que du confort dont il jouit, de son standing de vie (habitation, alimentation, habillement...), de son savoir, de sa technologie développée... bref, de sa réussite socio-économique. La conscience collective du colonisé rapproche le Blanc de Jésus et parle du « mwana ya Maria », le fils de Marie de Nazareth bénie de Dieu.

4Mais le symbole du Blanc ne renvoie pas uniquement à la réussite. C’est aussi quelqu’un dont on a peur et qu’on respecte, quel que soit son âge d’ailleurs, pour le pouvoir dont il dispose et la crainte qu’il inspire. C’est quelqu’un à qui l’on doit rendre les honneurs et apporter œufs, poules et autres cadeaux chaque fois qu’il « visite » le village. C’est quelqu’un qu’on transporte en « tipoy » (palanquin) quand il n’est pas à moto ou en avion... Dans toutes les régions du Congo belge, la peur du Blanc, « Bula matari » ou missionnaire, est grande car il commande tous les indigènes, le petit chef du village et le chef de secteur mais aussi les grands « mwami » du Kivu ou du Kasaï. C’est le Blanc qui lève l’impôt, ordonne la chicote, impose les cultures obligatoires et les corvées (construction d’édifices administratifs, de routes, portage...), décide du recrutement forcé des travailleurs et des contingents de la Force publique, de la vaccination, du contrôle médical et du recensement de la population, et qui, dans l’inconscient collectif congolais, traque les Noirs, les fait disparaître, voire même les mange. Le Blanc tient entre ses mains le sort des « indigènes ».

5Le vocable « mundele » a plu au colonisateur, plus que « Bula matari » qui désigne l’État en tant que structure et renvoie à une charge de brutalité dont la seule période de l’E.I.C tend à devenir le symbole. Les correspondances des territoriaux de l’Équateur et de la Province Orientale dans cette partie où le lingala est utilisé comme langue vernaculaire portent de nombreuses signatures additionnées de l’inscription « mundele mboka mokondji », soit « Le Blanc chef du lieu ». Les coloniaux affichent une certaine arrogance tant leur pouvoir est omnipotent et cette expression restera en usage jusqu’à la fin des années 1950 malgré les campagnes en faveur de la création d’une communauté belgo-congolaise.

  • 4 Selon le Standard Swahili-English Dictionary (Johnson 1950), le thème – « shenzi » (pour une person (...)

6Les coloniaux continueront, eux, à désigner le Noir colonisé sous le nom commun d’« indigène » ; une dénomination péjorative qui ne plaisait pas aux Congolais et dont il était fait usage le langage administratif. Elle désigne le primitif proche de la nature sauvage, l’injure suprême était celle de « macaque » en référence à une espèce de singe de la région. Il y a un terme local encore plus offensant pour désigner le colonisé : « musenzi »4 qui traduit l’image de malpropreté, d’ordure, de poussière.

7En 1956-1957, de nombreuses « feuilles de route », appelées également « permis de mutation » ou « laissez passez » délivrées par des territoriaux reprennent une mention courante : « Des indigènes désignés ci-après se rendant de... à... pour... ». Le moindre mouvement de revendication est réprimé avec violence. Ce fut le cas des troubles qui eurent lieu pendant les années de guerre 1940-1945 à Élisabeth ville et à Luluabourg. Aux Noirs, on ne reconnaissait qu’un droit, celui de travailler et de se taire. Un véritable empire de silence qui frappait tous les habitants du Congo belge indistinctement, les coloniaux blancs compris. Seulement pour ces derniers, en cas de dérapage, les sanctions étaient plus discrètes car il est essentiel de sauvegarder le prestige de l’autorité de tutelle.

8Pour le Noir colonisé, c’est-à-dire le soumis, échapper au statut dénigrant d’indigène devient rapidement un rêve. Une élite cherchera, surtout dès les années 1940, à se distinguer de la masse, à se démarquer de ses confrères « de race » dans l’espoir de flatter le « mundele » et d’ainsi trouver le salut qui ouvrirait la voie à quelques avantages tant moraux que matériels apportés par la « civilisation ». Mais l’humiliation sera au bout de toutes ses initiatives ; la violence que subira cette « élite » marquera lourdement l’identité de ce qui deviendra la classe politique congolaise au moment de l’indépendance et plusieurs années après celle-ci.

  • 5 J.-M. Habig, op. cit, p. 487-488.

L’évolué est le Noir élevé et instruit par des célibataires [Blanc], c’est-à-dire par des individus. L’évolué naît d’une colonisation essentiellement économiste qui n’envoie sous les tropiques que des techniciens. Nous n’emploierons pas le terme de « colonisation d’exploitation » car, s’il est exact d’une part, il pourrait être, d’autre part, très mal interprété. Beaucoup de trusts coloniaux ont incontestablement pris soin des intérêts matériels et, dans certains cas, des intérêts moraux des indigènes. Dans ces dernières années, le Congo belge est devenu un modèle d’organisation sociale. Le mal n’est pas là. Il est dans l’incompréhension des lignes fondamentales de la culture et par conséquent de l’équilibre du peuple Noir. Il est aussi, ceci est plus grave, dans l’idéal économique inculqué à des êtres primitifs, en lieu et place de leur philosophie primitive essentiellement humaniste et perfectible de ce fait5.

9Professeur à l’école coloniale d’Anvers, J.-M. Habig fait preuve d’une saisissante lucidité face à la mission de « civilisation » belge :

  • 6 Ibidem, p. 491.

Qui fait la culture d’un peuple ? Les artistes, les savants intègres et les religieux.
Voilà l’équipe sociale effective et dynamique. Tous ces types d’humanité ne vivent que dans la souffrance physique ou morale. Et pour ennoblir l’affectivité indigène, nous [colonisateurs] n’avons apporté jusqu’ici que commodités matérielles et réalisations sensuelles6.

  • 7 Ibid., p. 487.

N’était malheureusement, la couleur de sa peau qu’il savonne tous les jours en vain et ses cheveux crépus dont il lisse les boucles récalcitrantes sous une quantité astronomique de cosmétique7.

10L’objet de cette étude vise à interroger une expérience coloniale à travers quelques pratiques concrètes qui perdurent jusqu’à ce jour. Elle interroge le vécu quotidien de l’« élite » noire en tant que catégorie sociale soumise à la colonisation et placée dans une position d’aliénation vis-à-vis des masses congolaises. Elle parle de leur espoir déçu d’accéder au « modèle civilisationnel » belge. Enfin, elle ambitionne, de manière indirecte, de parvenir à mettre l’accent sur le contenu opportuniste et ambigu du mot « civilisation » tel qu’il en était fait usage au Congo belge.

2. L’errance du « Mundele ndombe8 »

  • 8 Pour ce titre qui renvoie à la question des « évolués », nous recommandons la lecture de l’ouvrage (...)
  • 9 J.M. Habig, op. cit., p. 487.

11« Mundele ndombe » se traduit par « Blanc noir ». Le terme révèle la spécificité des relations entre Blancs et Noirs, il désigne cette « élite » de colonisés qui voulut imiter le Blanc en revendiquant l’acquisition de connaissances leur permettant de s’ériger au niveau de la civilisation européenne. Mais jusqu’à la fin de l’ère coloniale, le « Mundele » persistera à juger insuffisants les efforts de son pupille. En colonialiste, le Docteur Habig oppose nature et culture : « Il [le Noir] ne réalise pas le moins du monde que des forces biologiques héréditaires et climatiques travaillent son être9. »

  • 10 Service Colonial Belga, Dépêche no 1741, TSF.

12Le 8 juin 1936, un rapport du « Foyer social indigène d’Élisabethville » qui comptait parmi les mieux organisés du Congo Belge fait le point sur le monde du colonisé et sur l’œuvre civilisatrice10.

Les indigènes qui vivent dans leurs villages n’ont en somme que les danses, les unes à l’occasion des fêtes familiales (circoncision, puberté, décès), les autres en tant que réjouissances des villages (chasse, amusement et jeux), certaines enfin, exécutées aux grandes cérémonies rituelles (danses de sorciers, divination, etc.). Ajoutons à cela quelques petits jeux indigènes et nous avons le tableau complet de leurs distractions.
Les indigènes qui vivent dans les centres européens, sont dans une autre situation. Les cérémonies rituelles ou coutumières se transforment ou ne se pratiquent plus que clandestinement. Il ne respecte plus que quelques petites danses qu’on voit exécuter le dimanche après-midi dans un coin du camp ou de la cité indigène.
D’autre part, le désir presque instinctif du noir de vouloir imiter le blanc dans tout ce qui caractérise sa vie, les incite fortement à s’approprier un certain nombre des réjouissances en usage chez les Européens, entre autres les danses européennes.
Les femmes qui prennent part à ces danses sont généralement des célibataires ou des irrégulières. Très rares sont les femmes légitimement mariées qui s’y rendent. Danser à l’européenne s’appelle au Katanga danser le « Malinga ».
Le Foyer social indigène dut bientôt réagir contre le « Malinga » qui n’eut plus bientôt d’européen que le smoking de Monsieur et la robe de soie de Madame. Il eut été difficile d’y reconnaître pour le reste le rythme ou quelque vestige d’une valse !
On se mit alors en devoir d’offrir à l’indigène des distractions honnêtes pour l’arracher à ce « Malinga » qui devint bientôt une cause importante et néfaste de désunion dans les ménages et dans les familles indigènes. On a depuis près de cinq ans installé un cinéma qui attire une assistance de plus en plus nombreuse.
[...] Tout ce qui constitue du mouvement, qui manifeste la force, leur plait. Dans les comiques, leurs préférences sont à Chariot. Les films romans leur plaisent beaucoup moins. [...]
Outre le cinéma, le Foyer indigène a organisé des associations sportives. Ce qui prime tout, c’est le football, sport favori des indigènes.

13Cependant, l’« élite » congolaise du milieu des années 1940 estime avoir dépassé ce stade. Les recrues congolaises qui avaient participé à la seconde guerre mondiale s’opposèrent à l’administration coloniale quand celle-ci voulut les réintégrer au sein de la Force publique aux conditions locales, arguant du fait qu’au cours de leur déplacement en dehors du Congo, ils avaient constitué un personnel assimilé aux membres d’autres troupes et donc soumis aux mêmes régimes qu’elles (uniformes, rations, etc.)

  • 11 B. Verhaegen, « L’Association des évolués de Stanley ville et les débuts politiques de Patrice Lumu (...)

14Malgré la résistance de l’autorité coloniale, des associations d’évolués virent le jour dans certaines agglomérations importantes comme Stanley ville, Léopold ville et Élisabeth ville. En 1946, à l’inauguration de l’AES/Stanley ville, Louis Abangapokwa alias « Amelot », tout premier président des « évolués », plaide pour l’entente entre Blancs et Noirs unis autour de la construction du Congo Belge. Il dépeint l’image de l’évolué et ses exigences puis il rappelle à la colonisation belge ses devoirs en se référant au modèle des colonies françaises11 :

De tous temps, nous sommes toujours demandé à quoi bon faire des réunions ? à quoi serviront ces associations ? [...]
Vous savez tous que le mot « évolué » indique, en ce qui nous concerne, un sujet transformé par la civilisation, dont le moral et le train de vie diffèrent de ceux du primitif. En effet, un évolué n’est pas simplement un homme qui sait lire et écrire, mais il doit, en outre, posséder quelques qualités le portant a un degré plus ou moins supérieur et avoir une culture plus ou moins élevée. L’évolué, par rapport à l’autochtone non civilisé, a plus de raisonnement, de conscience, de compréhension, d’initiative et d’amour-propre. [...]
Nous avons dit tout à l’heure que l’évolué ou le civilisé a l’amour propre (le primitif en a aussi, mais à un degré très limité). Le civilisé se prétend en droit de jouir de la part de ses chefs d’une considération distincte de celle des autres indigènes. Il a souvent tendance à vouloir approcher et imiter l’Européen le plus possible, essaie de régler son standing à l’instar de celui du blanc mais malheureusement il se trouve toujours devant un échec inévitable du fait qu’il n’est encore mis à sa disposition aucun moyen lui permettant de réaliser ses rêves. [...]
Nous avons eu l’occasion de voir ces derniers temps de passage à Stanleyville quelques sujets français, autrement appelés citoyens français. Eh bien ces hommes ne sont-ils pas des indigènes des Colonies françaises au même titre que nous, indigène du Congo belge ? Pourquoi les avons-nous tant admirés en les voyant approcher les Européens ? Pourquoi les appelle-t-on citoyen français ? »

15En 1947, faisant suite à la recommandation déjà formulée en 1938 par la Commission pour la protection des indigènes, quelques voix coloniales s’élèvent pour exiger à très brève échéance une législation sur le statut des évolués. G. Sand de la deuxième direction s’adressait au Conseil du gouvernement en 1947 en insistant sur cette nécessité : « Nous devons manifester de manière tangible notre volonté d’amener graduellement le noir du Congo, de l’état primitif dans lequel nous l’avons trouvé à un stade de civilisation comparable au nôtre. » C’est qu’un danger menace la colonie belge : le 25 février 1948, la première direction générale à Bruxelles dans une note au ministre se montre particulièrement lucide :

Refuser à ce groupe le signe extérieur de reconnaissance qu’il demande c’est-à-dire la carte d’identité spéciale qui lui garantirait l’octroi d’un minimum de marques de dignité de la part des sociétés de transport, des hôpitaux, des pouvoirs judiciaires, de la police et en général des européens, c’est donner aux autochtones l’impression que nous ne sommes pas logiques avec nos œuvres, que nous renions en quelque sorte nos propres enfants, produits de notre éducation, de notre enseignement, de notre évangélisation.
Le service attire l’attention de Monsieur le Ministre sur les premières réactions des noirs et entr’autres sur l’éditorial du no 21 de « La Voix du Congolais ». Il estime que le Conseil du gouvernement a commis une erreur politique et ouvre toutes grandes les portes de Léopoldville et de l’Ouest de la colonie à la propagande d’indépendance si intense du mouvement West-Africain qui nous vient surtout de Nigéria, de l’AEF et de l’AOF
Les évolués de Léopoldville n’ignorent pas que le gouverneur général Eboué a créé l’échelon notables-évolués dans la colonie voisine. L’attitude du gouvernement du Congo belge leur avait depuis plusieurs années laissé espérer que leurs aspirations seraient reconnues. Il fut un temps où les services de propagande du Congo pouvaient voir, sans trop d’inquiétude, nos noirs de Léopoldville aller dîner à Brazzaville avec le député français Tshikaya. Il ne pourra plus en être ainsi désormais et cependant comment les empêchera-t-on ?
La brusque fin de non recevoir du Conseil du gouvernement, ne peut mettre le point final à la question des évolués. C’est d’ailleurs semble-t-il l’opinion du gouverneur général lui-même.
La 4e direction de la 1re direction générale estime donc que le projet d’ordonnance du service des ΑΙΜΟ de Léopoldville devrait être repris encore qu’il n’accorderait qu’un minimum de satisfaction aux noirs évoluants.

  • 12 Cité par J.-M. Habig, op. cit., p. 489.
  • 13 Cf. « Commentaires sur l’avant projet d’ordonnance fixant une carte d’identité spéciale à l’usage d (...)

16Les coloniaux observent que « [les évolués] s’attachent à [les] imiter. Ce n’est pas qu’ils [les] admirent, c’est pour [leur] prouver qu’ils [les] valent...12. » Sans pour autant croire à la valeur de ce « brevet de civilisation », le colonisateur instaure par une ordonnance prise en juillet 1948 la « carte du mérite civique », – les services du ministère ayant conseillé d’éviter l’usage de mots « classe », « évolués, « évoluant » ou encore « qui désire sortir de la masse13 ». L’objectif est plus stratégique que sincère. Les directives du 14 avril 1948 adressées par le ministre Pierre Wigny au gouverneur général Eugène Jungers sont précises : « J’ai l’impression que la réforme est importante. Elle intéresse la politique générale. Elle est capable d’apporter un apaisement et de l’espoir à la classe des évolués qui attend de nous le soutien dans son effort de civilisation. Elle est susceptible aussi de faire valoir dans les milieux internationaux la politique généreuse que la Belgique poursuit à l’égard des indigènes qui lui ont été confiés. »

  • 14 Cartes du mérite civique, rapport officiel non daté et non signé, dans Dossier Évolués, AI/4743, Ar (...)

17En 1952, le colonisateur belge crée un nouveau statut appelé « Immatriculation ». Le législateur entend, avec la carte du mérite civique de 1948, désigner « un brevet de civilisation réservé aux élites congolaises soucieuses de développer harmonieusement leur personnalité sur le plan individuel et social tout en gardant un contact étroit avec la masse de leurs congénères ». Le second statut, « constitue le brevet de civilisation pour des autochtones qui, en adoptant les règles du code civil, choisissent la voie de l’européanisation intégrale. L’immatriculation réalise l’assimilation aux non-indigènes des Congolais qui, par leur formation et leur manière de vivre, justifient d’un état de civilisation impliquant l’aptitude à jouir des droits et à remplir les devoirs prévus par la législation écrite en matière de droit civil ; ces Congolais sont ainsi placés sous l’empire de nos lois civiles de type européen14. »

  • 15 Interviews réalisées à Kinshasa en décembre 2004.

18L’espoir est ainsi permis parmi l’« élite » noire. On peut aujourd’hui avec le recul difficilement imaginer la joie d’un Congolais qui apprend que la carte du mérite civique ou celle d’immatriculation lui a été octroyée. « Ce jour-là, on cessait d’être « musenzi » ou indigène, on devenait civilisé, ce qui équivaudrait au Congo belge à avoir le rang d’un Belge moyen, ceci correspondait dans le monde de l’emploi à un Belge recruté sur place au Congo15 ».

19Les Congolais qui cherchaient à obtenir cette distinction d’évolué formulaient ainsi leur demande :

  • 16 Une lettre de demande de la carte de mérite civique trouvée dans les Dossiers, Archives Africaines.

Monsieur l’administrateur de Territoire,
J’ai été engagé à votre service. [...] Jusqu’à ce jour, je n’ai pas eu de punition d’emprisonnement ni des difficultés avec mes chefs et les indigènes. Veuillez donc m’octroyer la Carte du mérite civique qui devra me permettre d’accéder aux avantages de la civilisation16.

  • 17 P.V. de la réunion de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civ (...)

20Les ordonnances précisant les modalités de ces brevets de civilisation fixent des règles généralement contraignantes et humiliantes. Une commission siégeant au niveau du district décide de l’octroi de la carte du mérite civique, un conseil situé au niveau de la province examine lui les recours, les cas de refus étant trois à quatre fois plus nombreux que les octrois. On lit dans un procès-verbal de 195317 :

Monsieur le Président [de la Commission] rappelle à nouveau les principes d’ordre général posés par l’Autorité supérieure en matière d’octroi de la Carte du mérite civique : les candidatures doivent être examinées avec sévérité. Les instructions données sont formelles à ce sujet et il importe, pour garder à la Carte du mérite civique son importance extraordinaire, de ne pas en faire une véritable distribution à tout qui la demande. [...] conviant [...] de choisir l’élite de l’élite.

21Ces instructions qui appellent à la sévérité émanent d’abord de la hiérarchie coloniale. Lors d’une réunion de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civique (District de Léopold II), le président fait à l’intention des membres la lecture de la lettre no 901/69/AIMO/G.22 du 20 juillet 1950 rédigée par le gouverneur de province :

Notre rôle doit se limiter à reconnaître les élites, c’est-à-dire ceux dont le comportement, sous tous ses aspects, les distingue de leurs frères de race et suscite de la part de l’Européen une certaine considération à leur égard. Pour atteindre le but réel susmentionné, une très grande circonspection s’impose et il faut procéder à l’octroi de la carte avec une rigoureuse parcimonie. D’ailleurs un examen très sévère des candidats fait apparaître qu’ils sont très bien peu nombreux ceux qui peuvent prétendre à cette distinction. C’est cet esprit de sévérité extrême qui doit présider aux délibérations des commissions à l’exclusion de tous autres mobiles quels qu’ils soient. [...]
Si l’impétrant remplit toutes les conditions exigées, il devient candidat mais ce n’est pas pour cette raison, qu’ipso facto, la carte du mérite civique doit lui être accordée.

3. L’accès au statut « d’évolué », un parcours du combattant

22De nombreux critères handicapent l’accès à ce statut : études, situation sociale (logement décent, bien équipé), repas à table en famille, garde-robe bien garnie, comportement exemplaire dans la société, casier judiciaire vierge, etc. Divers témoignages recueillis relatent qu’en matière de logement, faute de disposer des salaires suffisants, de nombreux postulants au statut « d’évolué » empruntaient du mobilier chez des amis afin de garnir leur maison en prévision des enquêtes réglementaires qui détermineraient si, oui ou non, le requérant méritait la carte sollicitée.

23Un groupe de Congolais, quelques centaines au total, parviendront à acquérir la carte du mérite civique et l’immatriculation. Au 1er janvier 1952 : 398 (dont 261 délivrées antérieurement à 1951 et 137 au cours de cette année), à la fin du régime colonial, les détenteurs de la carte du mérite civique ne dépassaient pas 2000 : 217 cartes d’immatriculation et 1557 de mérite civique sont attribués jusque 1958 ! Lors de sa remise, des grandes cérémonies sont organisées dans des salles aménagées pour la circonstance avec drapeaux belge et congolais.

24Trois types d’avis sont prévus par la commission : favorable, défavorable et prématuré, cette dernière indication signifie que le demandeur devra encore attendre quelques années avant d’accéder à ce privilège, le temps pour lui de bien « assimiler les valeurs de la civilisation ». Mais sur divers procès-verbaux, on voit repris des considérations du genre « insuffisant » ou « pas apte », ce qui équivalait sans doute à dire la même chose que défavorable ou « prématuré ». Mais de toute façon la commission semble disposer de larges prérogatives. Pour être reçue par la commission, le dossier du requérant doit contenir des recommandations écrites de supérieurs européens et même l’avis de l’administrateur de son territoire de résidence qui généralement réceptionne les demandes avant de les envoyer au district. Au moment de l’examen de la candidature par la commission, il suffit qu’à la suite d’une remarque « arbitraire » d’un témoin, d’une habitation mal équipée ou insuffisamment fleurie, d’une vie conjugale jugée « peu stabilisée » ou de l’entretien d’une maîtresse pour qu’une démarche qui aura coûté beaucoup d’efforts et surtout nourri beaucoup d’espérances soit refusée.

25Prenons le cas d’un rapport de visite (20 mai 1956 à Élisabeth ville) de la maison d’habitation d’un agent de l’Union minière du Haut-Katanga demandeur de la carte du mérite civique :

Aspect intérieur : propre. [...] Mobilier hétéroclite. Vieilles chaises et fauteuils et un vieux petit divan réparé avec du bois de caisse. Deux fauteuils meurisses sans cousin. Le divan n’en a pas non plus. Décoration pratiquement inexistante à part une carte d’é’ville, un petit cadre cassé et un calendrier. Tissus indigènes sur la table. Aucune ornementation dans la chambre à coucher. Les rideaux aux fenêtres sont déchirés. Lingerie : n’a ni lingère, ni armoire pour garder ses vêtements. Met tout dans des valises. Ustensiles : ses repas sont préparés par sa sœur habitant à proximité. A quatre assiettes et deux fourchettes. Un sac de farine et une casserole contenant des feuilles de manioc se trouvent au salon. Literie : couvertures et draps propres. La famille est-elle présente ? = Divorcé. Sa fille, née de l’union avec sa 1ère femme, vit avec celle-ci. Sa concubine venait de le quitter au moment de la visite. Divers : L’impression générale est que le demandeur vit au niveau d’un très grand nombre d’indigènes du Centre-Extra-Coutumier. Il gagne près de 4 000 francs par mois, n’a qu’une fille à entretenir (pension alimentaire 300 frs versée à la mère) employé son argent pour équiper sa maison d’une façon exemplaire (mobilier). Un tas d’objets (sac et fût de farine, paniers, boîtes vides et casseroles) sont empilés dans un coin du salon-salle à manger, il y a pourtant une cuisine, pouvant servir de magasin, dans cet appartement.

26Passons en revue divers jugements contenus dans des procès verbaux de demandeurs de la carte du mérite civique.

27L’administrateur de territoire de Watsa instruisait le 28 mars 1955 un agent de poste :

Suite à la demande d’octroi de la carte du mérite civique émanant du nommé Gwa Grégoire, clerc aux Mines de Moto à Watsa, je vous prie de bien vouloir contrôler l’habitation de celui-ci, sa façon de vivre, son comportement avec sa femme, sa façon de vivre, ses enfants, vous renseigner sur la vie privée du demandeur..., etc.

  • 18 P.V. de la réunion de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civ (...)

28Monsieur Joseph Ndjewandja, commis colonie à Oshwe, se voit refuser la carte du mérite civique parce qu’il est « hautain18 ».

Finalement la Commission estime que la conduite privée et l’activité professionnelle de Mr. Ndjewandja sont parfaites. [Mais] son attitude sociale doit cependant être perfectionnée, notamment à l’égard des égaux et des inférieurs de Mr. Ndjewandja. Ce dernier est très méritant mais n’est pas encore un élément d’élite. La candidature de l’intéressé pourra être réexaminé après un laps de deux ans.

29Le 9 mars 1953 à Inongo, le président de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civique du district du Lac Léopold II :

donne lecture des divers documents composant le dossier de Monsieur Lubamba Pierre, exerçant les fonctions de commis succursaliste de Douanes à Kwamouth. Les renseignements donnés ont été vérifiés et se sont avérés exacts. Il ressort de l’enquête menée que Mr. Lubamba Pierre est très poli et serviable et qu’il est de bonne éducation. Sa conduite privée ne serait pas sans reproche car il aurait entretenu, pendant un certain temps, une concubine. Mais ces relations ont pris fin un jour. [...]
Mr. Lubamba est certes un brave garçon. Je ne lui reproche rien et ne retient pas à sa charge la question du concubinage. J’ai eu cependant l’occasion d’entrer en contact avec lui, de voir son habitation et j’estime qu’il ne mérite pas la carte du mérite civique. [...]
[En définitive, la décision de la commission déclarée par son président] : Il estime que l’intéressé est certes un brave homme, comme on en rencontre beaucoup, mais que rien de spécial ne le distingue, actuellement, du grand nombre d’honnêtes gens méritants. Qu’en conséquence, le dossier sera réexaminé dans deux ans.

  • 19 « Rapport circonstancié des autorités territoriales » établi à Oswe le 7 octobre 1955 par l’adminis (...)

30C’est toute la vie de l’indigène qui est passée au peigne fin. Relevons quelques éléments contenus dans le rapport des autorités sur Albert Kaosa, commis adjoint de 2e classe au Territoire d’Oshwe, dossier qui a obtenu en 1955 un avis favorable19

[...] Monsieur Kaosa mène une vie exemplaire de bon père de famille. On ne lui connaît aucune concubine, on ne la jamais vu ivre, il n’a jamais causé de scandale, ni même la moindre petite palabre. [...]
C’est un homme loyal, qui par sa bonne connaissance de la région dont il est originaire devient un guide écouté et étant donné son loyalisme à notre mission est pour nous une aide très précieuse. [...]
Monsieur Kaosa, commis Colonie, loge dans une maison de la Colonie. Cette maison est très bien entretenue et d’une grande propreté. Il a entouré sa maison par des motifs floraux qu’il entretient avec cœur. A noter qu’il s’agit là d’une initiative personnelle. Son intérieur est confortable et bien ordonné. Il possède un beau salon, une salle à manger et deux chambres à coucher. Les pièces sont ornées de tableaux et photos convenables qui prouvent le bon goût de l’intéressé qui ne tombe pas dans les travers de la plupart des Congolais. Il possède un appareil de radio. Il a commencé un petit potager pour ses besoins personnels. [...]
Sa femme et ses enfants sont toujours proprement et correctement vêtus. Étant donné que son épouse est de race Bidjienkamba, c’est un résultat notoire. Le bébé est régulièrement conduit à la consultation pour nourrissons et les préceptes de la puériculture sont suivis.
Monsieur Kaosa, moniteur enseignant diplômé possède une petite bibliothèque à base didactique. C’est un des seuls lecteurs assidus de la bibliothèque publique d’Oshwe.
Il a déjà commencé à enseigner les rudiments de l’alphabet et du calcul à son fils aîné âgé à peine de quatre ans, et je connais des Européens, ayant des enfants du même âge, qui citent le petit Kaosa en exemple à leurs enfants moins appliqués que lui.

31Suivons les avis qui ont spécifiquement motivé un refus d’octroi de la carte du mérite civique.

32L’administrateur de territoire A.J. Liégeois écrit de Faradje le 20 juillet 1953 au commissaire de district du Kibali-Ituri au sujet de la demande de Lapini Missi :

Monsieur le Commissaire de District,
J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que j’estime prématuré l’octroi de la Carte du mérite civique au requerrant. Celui-ci ne possède pas encore la maturité d’esprit nécessaire. [...] J’aime beaucoup le requerrant que je connais depuis longtemps ainsi que sa famille mais j’estime que lui accorder à présent cette faveur serait trop gonfler une prédisposition à l’orgueil déjà fort excessive.

33Le commissaire de district assistant M. Kiesel répond de Bunia le 22 novembre 1955 à la demande de Doppas Joseph (chauffeur aux Mines de Moto) :

J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que la Commission de Kibali-Ituri pour l’octroi de la Carte du mérite civique a, en sa séance du 8/11/1955 rejeté votre demande du 26/1/1955 après avoir conclu que votre comportement allait à l’encontre d’habitudes prouvant un désir d’atteindre un degré plus élevé de civilisation.

34Un procès-verbal du 18 avril 1952 concernant un catéchiste catholique soutenu par le clergé :

Nzenze, Augustin, mission Umangi, Lisala, candidature rejetée, le caractère à une élite transcendante n’est pas atteint. ( !)
(Sé) A.T. M. Gielis

35L’administrateur de territoire M. Leonard de Dungu (Province Orientale) notifie le 4 mars 1953 à Wiligbodi Denis :

J’ai l’honneur de vous notifier par la présente, que la commission pour l’octroi de la Carte du mérite civique du district de l’Uélé a décidé de réexaminer votre demande dans trois ans en raison d’un certain manque d’évolution.

36La demande de Missoni Boniface recueille en 1956, de la part de la commission d’octroi de la carte du mérite civique d’Élisabeth ville au Katanga, l’avis suivant :

Au vu des conditions actuelles de vie, il nous semble prématuré d’accorder la Carte du mérite civique actuellement, il nous paraît préférable d’attendre l’achèvement complet de la construction (son habitation).

37Encore à Élisabeth ville au Katanga, l’administrateur de territoire J. Vannes écrit à M. le 24 février 1956 :

Monsieur,
J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que votre demande en vue de l’obtention de la carte du mérite civique sera réexaminée après agrandissement de votre maison. Vous êtes donc prié de bien vouloir m’avertir dès que les travaux seront terminés afin qu’une nouvelle enquête puisse être effectuée.

  • 20 On pourra se référer à la lettre confidentielle no 26/Cab. du 31 janvier 1959 adressée à tout le pe (...)

38La détermination de l’élite congolaise à se rapprocher de l’Européen se heurte continuellement au refus de ce dernier de partager le bien-être de la colonisation. Jusqu’à la fin de l’ère coloniale, une nette injustice sociale persistera dont les habitations et les salaires en sont les traces les plus tangibles. Le racisme marquera jusqu’aux gestes les plus anodins de la vie courante la gestion du Congo belge. En avril 1960 ( !), le gouverneur de la Province Orientale P. Leroy qui exhortait pourtant la population blanche à se contrôler face au racisme toujours dominant20, ne peut imaginer que Noirs et Blancs puissent se marier. Il écrit ainsi dans ses mémoires :

  • 21 P. Leroy, op. cit., p. 168-169.

[...] je ne voudrais pas être l’origine d’une lignée de mulâtres. Qu’un blanc épouse une noire ou un noir une blanche, c’est, pour moi, fixer une carrosserie de Rolls sur un châssis de Cadillac. Pour les époux, c’est leur affaire, mais quel cadeau pour leur descendance ! Que le Blanc se perpétue avec la Blanche et le Noir avec la Noire. Sans doute ceci paraîtra-t-il à plusieurs la marque d’un esprit borné et d’un orgueil racial sans justification puisque, par ailleurs, nous, les Européens de l’Ouest, résidus de toutes les invasions, ne pouvons être que d’inextricables métis. Mais je ne puis, pour m’accorder avec les lumières de demain, ne pas ressentir ce que je ressens, ne pas croire ce que je crois21.

4. L’élite noire ou quand l’amour déçu se transforme en dépit

  • 22 J. Stengers, cité par Le Flambeau (Bruxelles), no 7-8, septembre-octobre 1959, p. 456.

39Pour avoir vécu et subi l’humiliation coloniale, pour avoir tout essayé et tout donné, certains évolués congolais se dresseront contre la domination européenne. Dès le début de la seconde moitié des années cinquante, une nouvelle conjoncture s’ouvre au Congo, écrit Jean Stengers22 : « On assistait, tout le monde le sentait, à l’enterrement du passé. Et en tout cas, de cette "Communauté belgo-congolaise" qui avait jusque-là suscité tant d’éloquence. L’heure était à l’émancipation du Congo. » Le nationalisme congolais défendu par des évolués prend progressivement corps. La contestation du système colonial qui au départ avait longtemps été basée sur les récriminations sociales ou matérielles gagne à présent le monde des idées. C’est ainsi qu’apparaît le groupe Conscience africaine autour de Joseph Iléo ou que l’on assiste à la radicalisation de l’Abako avec en tête Joseph Kasa-Vubu qui affirme que « notre patience a dépassé les bornes ». Ces personnages comptaient pourtant parmi les plus enclins à collaborer avec le mundele, mais les regroupements politiques s’activent dès 1957 et les premières élections limitées à trois villes du Congo belge auront bien lieu. Dorénavant, on revendique le droit à l’indépendance. Le triomphe de l’Abako sur l’administration de la ville de Léopold ville aura un triple effet : un certain effacement de l’ethnicité au profit de la cause nationale une fois la victoire acquise, la politisation de la société « évoluée » et, enfin, un conflit latent, comme dans d’autres villes du Congo, avec l’autorité de tutelle.

40En concevant le statut d’évolué, le colonisateur visait une double stratégie qui, en évoluant parallèlement, ne pouvait que se révéler explosive. Il y a, d’une part, les charges, les conditions sociales et matérielles qui continuaient à peser sur les populations congolaises, après plus de cinquante ans de la présence européenne et qui sont comparées aux jouissances des nouveaux maîtres du Congo. La carte du mérite civique n’apportera aucune amélioration réelle, bien au contraire elle cristallisera les rancœurs raciales. D’autre part, la stratégie des autorités coloniales d’encadrer à son profit l’évolution d’une prise de conscience d’une catégorie sociale et de parer à la contamination extérieure venant des pays voisins s’avère lourde, tardive et semble manquer des stratégies habiles à même de sauver la colonisation.

  • 23 II existe de nombreux écrits sur le personnage de Patrice Lumumba. Sur sa biographie, nous renvoyon (...)

41Parmi les Congolais évolués qui se sont montrés le plus déterminés voire habiles à s’attaquer à la gestion coloniale et à son prestige, Patrice Lumumba reste la figure la plus éloquente23.

5. Patrice Lumumba : le parcours d’un « évolué » humilié

  • 24 J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, jeunesse et apprentissage politique (1925-1956), op. (...)

42« Patrice Osungu », soit « Patrice le Blanc » en otetela, sera le premier surnom que portera l’enfant Lumumba dans son milieu d’origine24. Le 5 février 1951, l’officier d’état-civil R. Peigneur notifie à Lumumba qu’il est immatriculé au « registre de la population indigène civilisée » sous le no 7742 vol. IX. Aussitôt Lumumba demande au chef du service du personnel, à la date du 6 février, de modifier à l’instar de nombreux évolués de son époque son identité en « Lumumba Patrice Hemery Mumbard » dont la consonance est plus européenne.

43Le cas de Lumumba illustre parfaitement la nature complexe et contradictoire du parcours de l’élite congolaise. Il fut d’abord président de l’Association des évolués de Stanleyville avant de se lancer en politique. Lumumba éprouva une attirance profonde pour les valeurs européennes, la culture, la langue, le respect de l’autre, de ses droits et de sa liberté. Mais son expérience de la colonisation était à l’opposé de ces principes puisqu’il subit violences et tortures de la part du système. Lui qui avait espéré obtenir le soutien de Belges en nouant des relations avec toutes les couches des représentants coloniaux, jusqu’à faire appel au sommet de la hiérarchie (le palais, le gouvernement et les chambres) devra bien constater que le Mundele reste sourd et aveugle devant la cause de l’homme noir.

  • 25 J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, jeunesse et apprentissage politique (1925-1956), op. (...)

44Dès son engagement en 1948 comme agent des postes à Stanley ville, Patrice Lumumba invoque la faiblesse de ses revenus comparée à ses compétences et aux fonctions réelles qu’il assume. Lumumba adresse de fréquentes réclamations à ses chefs afin d’obtenir soit des crédits, soit des avantages ; il ne parvient pas à suivre le train de vie qu’il croit devoir maintenir. Lumumba touche en décembre 1954 le salaire de 5 231 frs et de 5 951 frs en décembre 1955 ; en juin 1956, il gagnera 4 900frs. En raison de son nouveau mode de vie de chef des évolués et de son statut de président de nombreuses associations, son insatisfaction se renforce d’année en année. Dans ces conditions, le détournement d’argent révélé en 1956 ne surprend pas vraiment25.

  • 26 Patrice Lumumba à Stanleyville, adresse du 18 mars 1956 à l’occasion du voyage de Roger Tavernier. (...)
  • 27 L’Office de Publicité publie l’ouvrage à Bruxelles en 1961, après la mort de Lumumba.

45Lumumba adresse des appels à son chef de service de la poste de Stanleyville, R. Tavernier : « Le Noir est un homme qui prend en grande estime le maître qui l’apprécie, il reste attaché au chef qui le considère et le traite en homme26.» Sans succès. A la fin 1956, il achève un ouvrage aussitôt envoyé à un éditeur à Bruxelles, le titre choisi est bien évocateur : Le Congo terre d’avenir est-il menacé ?27. En septembre 1959, il fait paraître dans le numéro 2 de son journal L’Indépendance un poème « Pleure, ô Noir frère bien-aimé » qui de toute évidence constitue le point le plus avancé de son appréciation du sens de la présence européenne en Afrique.

46La vie de Lumumba manifeste une situation de violence, d’humiliation subie par l’ensemble de la population noire. Relisons quelques passages de sa longue lettre du 8 septembre 1956 adressée au roi Baudouin à un moment où il s’estime œuvrer pour la réussite de la colonisation dans le bien à la fois des colonisateurs et des colonisés :

Sire,
Je soussigné Lumumba Patrice, Commis de 1ere classe au service des Postes à Stanleyville, me trouvant actuellement en détention préventive depuis le 5 juillet 1956, ai l’honneur de recourir très respectueusement à Votre Majesté, pour implorer d’Elle la grâce d’être élargi. [...]
Les circonstances de cette affaire sont les suivantes :
Engagé au service de la Colonie le 20 novembre 1944, je totalise à ce jour plus de 11 ans de services effectifs dont 2½ ans passés au service territorial où j’exerçais les fonctions de : collecteur d’impôts, greffier du Tribunal de Territoire, recenseur, secrétaire.
Ma gestion au service territorial se clôtura à l’entière satisfaction de mes chefs, qui, comme en fait foi le certificat annexé à la présente, m’attribuèrent toujours la cote « Élite ». [...]
Affecté au Bureau Central de Stanley ville-I en 1950, je fus chargé de la comptabilité du service des chèques postaux, service qui, dans d’autres Provinces, est assuré par un agent européen.
J’assumais ce service avec compétence et, comme l’ont reconnu mes supérieurs hiérarchiques, mon rendement était égal à celui d’un agent européen, voire même supérieur, dans certains cas.
J’ai, en d’autres mots, de suffisantes connaissances professionnelles, tant théoriques que pratiques, qui me permettent de remplir n’importe quelle fonction, au service des Postes.
Mais malgré cela, ma situation ne fut pas améliorée en fonction de mon rendement, et j’avais très difficile à vivre et à assurer l’entretien de ma famille.
Immatriculé au registre de la population civilisée et assimilé aux non-indigènes, mon nouveau statut m’imposait, en plus, des nouvelles obligations et charges ; le premier souci était d’avoir un logement décent pour héberger ma famille (n’étant pas logé par la Colonie), l’entretien de celle-ci – surtout de deux enfants qui suivent leurs études avec les enfants européens à l’Athénée Royal et leur procurer une bonne alimentation, etc.
Sur le plan culturel, j’avais aussi le souci, comme nous le conseillent d’ailleurs nos éducateurs, de me développer intellectuellement par l’étude et la lecture en vue d’acquérir quelques connaissances qui sont nécessaires ayant opté pour la civilisation occidentale, et voulant rendre service à la collectivité, surtout pour être apte à remplir mes nombreuses charges sociales qui exigeaient une certaine formation ; d’où nécessité d’acheter des livres et de souscrire quelques abonnements à des journaux et revues.
Sur le plan social, j’exerçais en effet les fonctions suivantes :
— Président de l’Association des évolués de Stanleyville ;
— Président de l’Apic (Association du personnel indigène de la colonie) ;
— Président de l’Amicale des postiers de la Province Orientale, association multiraciale groupant les agents européens et congolais du service des postes ;
— Membre du Comité de l’« Union Belgo-Congolaise ».
En tant que représentant des différents groupements ci-dessus énumérés, j’avais des contacts permanents avec divers milieux européens de l’Administration pour traiter l’une ou l’autre question d’intérêt commun. A cela s’ajoutent également des entrevues et des présentations aux hautes personnalités de la Métropole, de passage à Stanleyville.
C’est ainsi que j’ai eu l’insigne honneur d’être présenté, en compagnie de mon épouse, à Votre Majesté lors de son triomphal passage à Stanleyville, l’année passée.
Devant cette position que j’occupais sur le plan social, force m’était d’avoir, aussi bien pour moi que pour les membres de ma famille, une mise, certes modeste, mais décente. Cela devait nécessairement m’occasionner des dépenses.
De par le concours de toutes ces circonstances que je viens de décrire, ma situation devint de plus en plus critique, en raison précisément de la médiocrité de mes émoluments. Mes derniers appointements mensuels nets, majorés de l’index, des allocations familiales et autres indemnités, s’élèvent à 4 957 francs.
De ce salaire, il fallait déduire plus de 1 000 frs pour payer la redevance pour abonnement à l’électricité et à l’eau courante, ainsi que la rémunération du garçon de ménage ; le reste devait être utilisé intégralement pour le manger, ce qui laissait toujours une grande marge déficitaire pour les autres besoins vitaux que réclamaient l’entretien de ma famille et l’éducation de mes enfants.
A titre purement exemplatif, mon entretien à la prison coûte, en moyenne, rien que pour la nourriture, 4 000 frs par mois (125 frs par jour + autres menus frais), alors qu’avec le même régime modeste, je n’avais, en tout et pour tout, pour nourrir et entretenir ma famille composée de cinq personnes, que 4 957 frs. A considérer aussi qu’à la prison les denrées alimentaires sont achetées au prix de revient, tandis que moi, je devais me les procurer au prix de détail.
Cette seule constatation prouve bien combien ma vie était dure et difficile.
Loin de me rebuter, je continuai à patienter. J’ai, durant plusieurs années, enduré avec courage les difficultés de l’existence, avec l’espoir de voir plus tard ma situation améliorée par une rémunération équitablement établie en fonction de mon statut qui m’assimilait aux Européens, de la valeur de mon rendement et de mes besoins réels. Étant surtout au service de l’Administration, j’avais de sérieuses raisons de compter avec confiance sur la justice sociale, mais malheureusement, ce ne fut qu’une succession de déceptions morales : ma situation ne fut pas régularisée, mon sort resta le même et les charges ne firent que peser de plus en plus sur moi et sur ma conscience.
Comme le signale le journal L’Afrique et le Monde dans son édition du 23 août 1956 ci-jointe, j’ai, à deux reprises, demandé aux Autorités supérieures la faveur de bénéficier des dispositions du contrat d’emploi applicables aux employés non-indigènes – faveur prévue pour les Congolais et mulâtres assimilés – mais on me la refusa, alors que mes collègues du secteur privé en bénéficient.
Sans me décourager, je continuai à travailler avec le même zèle comme me l’a conseillé Monsieur le Ministre des Colonies, par sa lettre no 211/700/I.A.2/II.T.2 du 3.10.55 jointe à la présente.
Ce dernier se pencha avec sollicitude sur ma situation, comme sur celle des autres auxiliaires de valeur et me fit savoir qu’une réforme était mise à l’étude tendant à l’admission de certains agents auxiliaires de la catégorie spéciale au statut des agents européens. Je ne pouvais pas bénéficier de cette réforme puisqu’elle n’était prévue qu’en faveur des agents de la catégorie spéciale, catégorie à laquelle, compte tenu de mon grade actuel, je ne pouvais accéder qu’après 15 ans, soit vers l’année 1970.
Certains Directeurs du secteur privé proposèrent de m’engager aux mêmes conditions qu’un agent européen engagé sur place, mais je déclinai chaque fois ces offres, préférant, par idéal, rester à l’Administration pour collaborer avec les Autorités à l’administration de mon pays et à l’évolution de mes frères de race.
Ma probité a été mise à l’épreuve durant des années, au cours desquelles j’ai manipulé des deniers publics tant au service territorial où je débutai qu’au service des Postes, sans jamais avoir le moindre déficit.
Mais malgré ma sobriété et mon courage, je devais finalement succomber sous le poids des insurmontables difficultés financières qui m’accablaient : les besoins ne faisaient qu’augmenter, eu égard surtout à la hausse toujours croissante du coût de la vie.
En effet, comme le signale le Révérend Père Maurice Janssen dans son rapport adressé en 1954 à Monsieur le Procureur du Roi lorsque j’avais sollicité mon immatriculation, ma vie a toujours été marquée par la sobriété.
Ma probité ayant été éprouvée bien des années, je suis bien convaincu qu’un bon salaire m’aurait indiscutablement évité tous les ennuis que je connais aujourd’hui.
C’est dans ce sens qu’un Magistrat avait déclaré au cours de mon interrogatoire, que « si l’on veut réellement aider les Noirs à évoluer, il faut leur octroyer des rémunérations équitables qui leur permettront de résister aux tentations et de mener un train de vie normal, ce qui influencerait notablement leur moral. »
Ce jugement est presque le même que celui qu’exprimait le grand humaniste, le Pape Léon XIII, dans son encyclique dite « Rerum Novarum » que : « C’est une loi de justice naturelle que le salaire ne doit pas être insuffisant pour faire subsister l’ouvrier sobre et honnête. »
Beaucoup d’autres familles évoluées souffrent de la même manière que moi. C’est ce qui justifie naturellement les pressantes et récentes revendications du Personnel Auxiliaire de l’Administration d’Afrique, au sujet desquelles une délégation, à laquelle je devais faire partie [sic], fut invitée récemment à Bruxelles par Monsieur le Ministre des Colonies pour donner son point de vue sur le problème de la rémunération des agents autochtones de l’État.

47En juillet 1956, Lumumba sera emprisonné pendant 14 mois. Parmi les accusations portées contre lui, le jugement rendu par le tribunal de district de Stanleyville en date du 20 août 1956 affirme notamment :

  • qu’étant un immatriculé et bénéficiant du même régime pénitentiaire que les Européens, Lumumba est mieux nourri en prison ;

  • qu’étant civilisé et assimilé aux non-indigènes, il est préférable qu’il soit maintenu en détention préventive plutôt que d’être libéré provisoirement pour aller vivre d’expédients...

  • que Lumumba a renvoyé sa femme pour prendre une concubine.

  • etc.

48Pareils propos humilient Lumumba. On lui oppose ici les jugements que la commission chargée de l’octroi de la carte du mérite civique avait opposés aux demandeurs de la carte du mérite civique. Le colonisateur s’en prend à la vie privée et à l’image que le Noir entend donner de lui-même. Dans son réquisitoire de juillet 1957 au tribunal de grande instance à Léopoldville contre Lumumba, le ministère public Léon de Waersegger affirme :

  • 28 On peut aujourd’hui encore, sur le monument de Léopold II à cheval, qui se dresse sur la digue d’Os (...)

Nous avons affaire à un individu rusé, retors, méchant, foncièrement malhonnête et dénué de tout scrupule.
Lumumba a une très haute opinion de sa valeur et de son intelligence. Il ne cesse de proclamer bien haut sa grande valeur professionnelle, ses connaissances très étendues et que ne possèdent que les employés européens.
[...]. Ceci implique un degré de perversion qui s’accommode assez mal avec le concept de civilisation... [...]. Lumumba [est] malhonnête à l’état permanent. Il ne s’agit pas de ces indigènes encore naïfs et près de la nature qui ne peuvent résister à une tentation momentanée, et qui s’approprient les sommes qu’ils ont en dépôt. Lumumba a organisé savamment ses détournements. [...]
Lumumba pose à l’homme d’élite, au civilisé. Il invoque son statut juridique, sa situation de famille, ses bons et loyaux services.
Sa situation familiale a été examinée d’un peu plus près et l’on a constaté que ce civilisé, qui est marié, a tout simplement renvoyé sa femme dans son milieu coutumier, pour vivre avec une concubine nommée Dembo Véronique [...].
Ses collègues de bureau ne sont pas aussi affirmatifs quant à l’assiduité de Lumumba au travail. Il s’occupait pendant les heures de bureau de questions qui n’avaient aucun rapport avec le service. Ses absences étaient nombreuses, les communications téléphoniques avec ses amis étaient nombreuses aussi.
Quant à ses bons et loyaux services, Lumumba devrait avoir la pudeur de n’en pas parler. Il a détourné des fonds dont il disposait en vertu des fonctions publiques qu’il exerçait ; il a abusé ignoblement de la confiance que l’on avait placée en lui. [...]
Lumumba est un Batetela [sic] de la région de Katako-Kombe qui est située dans cette partie de l’ancien Lomami qui fut jadis le théâtre des expéditions esclavagistes arabes. C’est dans cette région du Congo que les Belges livrèrent les plus dures batailles de la campagne antiesclavagiste où pas mal des nôtres payèrent de leur sang la libération des populations autochtones28. Sans notre présence au Congo, que serait Lumumba ? Mais s’il doit à l’État de n’être pas un esclave, il lui doit aussi cette instruction, cette éducation, cette formation dont il se vante et qu’on lui a prodiguées tout a fait gratuitement. Il doit aussi à l’État belge sa situation.

49La Belgique, affirme L. de Waersegger, a fourni aux colonisés des emplois et les a rémunérés à des niveaux parfois supérieurs à celui des Belges( !). L’insistance de Lumumba sur les insuffisances de son traitement est taxée « d’inconséquence, d’aberration, d’élucubrations ». Selon l’auteur, « l’affaire Lumumba a profondément déçu ceux [les Européens] qui se dévouent à l’évolution des indigènes dans un esprit de fraternité, de charité absolument désintéressées ».

50Il est à noter que pendant toute la colonisation, aucun évolué ne bénéficiera des avantages matériels concrets lui permettant d’accéder au même rang socio-économique que le Blanc ; l’accès aux privilèges souhaités par les détenteurs de la carte du mérite civique et des immatriculés restera un leurre. Pourtant, plusieurs évolués calqueront autant que possible leur comportement et leurs habitudes de vie sur celles des Européens. Mais ces derniers continueront à les rejeter, se moquant même d’eux, les qualifiant de « quart de civilisé, demi-évolué, vernivolué, évoluant... ». En septembre 1950, le gouverneur général accepte de créer un insigne pour le titulaire de la carte du mérite civique afin de le distinguer des autres indigènes, mais il s’oppose à la rédaction d’une législation sur le contrat d’emploi et à l’autorisation pour les évolués de résider dans les centres européens.

51Les revendications des évolués d’obtenir un barème de salaires égal ou proche de celui des coloniaux ont contribué à ouvrir la question du « statut unique » en matière de rémunérations, sujet de discussion dès 1953.

52Ce sujet fut d’emblée une foire d’empoigne administrative et syndicale. Le 24 septembre 1954, l’APIC (Association du personnel indigène de la colonie) remet au gouverneur général Pétillon un cahier de revendications qui suggère notamment l’élaboration d’un « Statut unique pour tous les agents blancs et noirs de l’administration coloniale ». Les coloniaux opposent aussitôt quantité d’objections, mais celles-ci sont en porte-à-faux avec la réalité. Ainsi, l’objection portant sur la valeur inférieure du diplôme congolais tombe en 1956 lorsque Thomas Kanza devient le premier Congolais universitaire formé en Belgique.

53La controverse renvoie à l’Arrêté royal du 27 juillet 1953 qui fixe le barème de l’administration : le traitement annuel du gouverneur général, grade le plus élevé dans la hiérarchie administrative coloniale est alors de 800 000 frs, le grade le moins élevé du cadre européen étant celui de rédacteur au service du secrétariat dont le salaire se monte à 100 000 frs. Le barème de grade d’assistante infirmière, auquel on peut accéder sans diplôme particulier est de 125 000 frs... pour qui n’est pas indigène. Selon l’ordonnance du 22 juin 1953, les traitements des agents auxiliaires, c’est-à-dire des Congolais, vont de 15 000 frs/an pour le commis-adjoint de 3e classe à 80 000 frs pour le commis-chef de 1re classe.

  • 29 L.A.M. Pétillon, Témoignages, discours et réflexions, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1967, p.  (...)

54Dans son discours de juin 1956, le gouverneur général Pétillon relève que 24 % du revenu national du Congo sont destinés aux quelque 1 200 000 salariés noirs, tandis que 22 % reviennent aux 25 000 engagés européens ; que la rémunération annuelle moyenne est de l’ordre de 9 000 frs pour un Africain et de 400 000 frs pour un Européen. Enfin, il relève que les Congolais de la brousse, soit dix millions d’habitants représentant quelque 80 % de la population totale de la colonie, ne se partagent que 28 % du revenu national29. Lors de son discours du 17 juillet 1956 prononcé à l’occasion de l’ouverture du Conseil de gouvernement, le gouverneur général, affirme la détermination d’aboutir à l’égalité des droits, des dignités et des responsabilités.

55De son côté, le ministre Auguste Buisseret décide de réunir en Belgique en juillet 1956 une commission chargée de l’examen des traitements des agents auxiliaires de la Colonie. A ce moment, la question des salaires des Congolais intéresse les milieux politiques et syndicaux belges qui se sont implantés dans la colonie et y trouvent dorénavant un champ pour régler des comptes, souvent en fonction de positions et d’intérêts métropolitains.

  • 30 A. Van Ostade, « Le manifeste de Conscience Africaine : les origines et les implications immédiates (...)

56Les décisions élaborées à Bruxelles en vue de l’accession des Congolais au cadre des agents de l’administration d’Afrique – réservé jusqu’alors aux seuls Européens – soulèvent dès leur publication une telle vague de protestations qu’elles sont remises sur le métier par le Conseil de consultation syndicale, lequel ne fait rien pour les faire progresser. L’APIC, au nom du personnel « indigène », en profite pour remettre le 25 juillet 1956 au ministre des Colonies une déclaration traitant des revendications du personnel auxiliaire de l’administration, qui est sans doute dans l’histoire de l’émancipation congolaise un document aussi important que le Manifeste de Conscience africaine30.

57Cette démarche permettra d’engranger, par l’ordonnance du 4 octobre 1956, de nouveaux barèmes pour les 4e, 3e et 2e catégories, mais l’APIC souhaite aussi obtenir une valorisation de traitement pour les quelques agents de la 1re catégorie, et surtout – car c’est là que le bât blesse ! – leur accès, sous certaines modalités, au « cadre européen ». Et la revendication fondamentale de l’APIC est la création d’un « Statut unique » de la fonction publique, susceptible d’intéresser directement les (plus ou moins) 6 500 agents auxiliaires de l’administration coloniale mais aussi, par extension, des milliers d’autres employés congolais du secteur privé. Les préoccupations de l’APIC sont exposées dans Le Courrier d’Afrique du 11 février 1958 :

Ce que nous voulons – et rapidement, sans que l’on continue à nous lanterner – c’est le Statut Unique. C’est-à-dire avec les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous. Et que soit définitivement levée la barrière qui ferme encore l’accès des Congolais aux emplois des catégories supérieures de l’administration. Nous voulons aussi, non pas des faveurs spéciales mais des conditions équitables loyalement appliquées à tous pour l’accès à ces catégories.

  • 31 C’est la mort de la Communauté belgo-congolaise et la naissance du nationalisme congolais.

58En porte-à-faux avec leurs prises de position au Congo, les syndicalistes européens sont placés devant un dilemme : défendre les positions des travailleurs blancs (plus nombreux et payant de plus fortes cotisations) ou celles de leurs collègues noirs (qui cotisent moins mais constituent la force travail de l’avenir), fameuse acrobatie qui ne pouvait que mal se terminer31.

59L’application du statut unique se heurte certes à des raisons budgétaires. Il aurait eu notamment pour conséquence la mise en place de barèmes insuffisamment attractifs pour les Blancs. Mais une autre raison explique le blocage : la peur d’une concurrence à l’embauche entre employés « indigènes » et européens fait obstacle à toute réforme substantielle.

60Après six années de négociations, de contre-propositions, de ruptures, de reprises ou de saupoudrage, on aboutit enfin – soit en janvier 1959 ! – à la promotion de trente-six commis-chefs congolais au grade de rédacteur ! L’intégration du statut du personnel « auxiliaire » (congolais) dans un statut général des fonctionnaires ne sera même pas été obtenue.

61En octroyant à certains indigènes le statut fort symbolique d’évolué, le colonisateur avait voulu principalement insister sur la considération sociale qu’il est censé renfermer. Mais le colonisateur n’avait pas perçu que ce statut contraignait les détenteurs à supporter des charges matérielles voire financières à la fois pour venir en aide à leur communauté pauvre (parents et amis) et pour s’entretenir eux-mêmes conformément à leur image de « Blanc Noir ». Les moyens dont ils disposaient étant minimes, cela a inévitablement ouvert la voie à la recherche des sources supplémentaires afin de soutenir le standing de vie adéquat et sur ce point, l’autorité coloniale ne voudra jamais rien comprendre ou concéder. Sans issue légale, plus d’un évolué se verra accusé de détournement ou de faux en écriture. Belle occasion pour le Blanc de le ridiculiser davantage, allant jusqu’à ravir la carte octroyée. Plutôt que d’exprimer en pareille circonstance un sentiment de regret, la notification de l’agent colonial à l’évolué est généralement introduite par la formule : « J’ai l’honneur de vous informer que la carte du mérite civique no... qui vous a été octroyée en date du... vous est retirée suite à... ». Citons le cas d’un procès-verbal :

L’an mil neuf cent cinquante cinq, le dixième jour du mois de décembre, devant nous G.I. Kint, Administrateur de Territoire, chef du service de la population noire de la ville d’Élisabeth ville, nous trouvant à la prison centrale à Élisabeth ville, comparaît le nommé Mwenda Odilon [...] actuellement détenu à la prison centrale à Élisabeth ville [...] lui avons notifié que, par décision en date du 23 juillet 1955 de Monsieur le président de la commission de la carte de mérite civique du district du Haut-Katanga, la carte no55 délivrée le 24 décembre 1953 lui est retirée suite à sa condamnation par le tribunal de 1re instance à Élisabethville le 16 juin 1955 à 2 ans et 57 mois de S.P.P. du chef de détournement. [...] De ce fait la prédite décision est exécutée à la date de ce jour. La susdite carte du mérite civique est reprise par nous.

62Cet (ex) évolué ainsi désavoué par l’autorité coloniale refusera de signer le procès-verbal, son nouveau statut n’ayant finalement rien modifié à sa situation passée. Toujours est-il qu’il sera tourné en dérision par la foule noire, ces autres indigènes dont il avait un moment prétendu se séparer. La foule « indigène » se moque à présent de l’évolué, lui collant l’épithète de « Mundele Ndombe », ce qui veut dire « Blanc Noir », portrait du vrai faux Blanc.

63Lorsqu’à la conférence de la Table Ronde politique (tenue à Bruxelles du 20 janvier au 20 février 1960) qui portera sur l’indépendance du Congo, les représentants de la Belgique défendent le maintien en place des Belges qui résident dans la colonie, en particulier les fonctionnaires, Lumumba répliquera que les emplois reviennent en priorité aux Congolais ; la charge incombera au nouveau pouvoir congolais d’apprécier en fonction des besoins du pays les positions et les fonctions qui seront attribués aux étrangers.

64Derrière cette réplique cinglante au colonisateur, il y a du dépit amoureux qui pourrait se résumer ainsi : « Puisque vous, le Blanc, refusez de me reconnaître, moi non plus je ne vous reconnais pas ».

  • 32 Le « Blanc-Belge » au Congo, une interview avec Lomami Tshibamba réalisée par Emongo Lomomba le 1er(...)

65« Nous étions déçus » affirme Paul Lomami Tshibamba. « Demi-Dieu avant la [seconde] guerre, le Blanc est devenu finalement un intrus qu’il fallait chasser32.» Dans son discours du 30 juin 1960, jour de l’indépendance du Congo, Patrice Lumumba évoque son vécu de colonisé en mettant l’accent sur la discrimination par rapport au travail et aux conditions sociales dont il a tant souffert lui-même malgré sa position privilégiée parmi les colonisés :

Nous avons connu le travail harassant, exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. [...] Tout cela, mes frères, nous en avons profondément souffert.

6. La Démocratie en marche ou quand Blanc et « évolué » deviennent des « Ndumba »

  • 33 Interviews réalisées à Kinshasa en décembre 2004.

66Dans leurs témoignages, divers détenteurs du statut d’évolué s’offusquent d’entendre les coloniaux affirmer qu’ils aimaient les Noirs, leurs ouvriers ou leurs boys. Il n’y a là rien de plus faux, répliquent-ils33. Les sentiments d’affection des coloniaux envers l’ouvrier congolais étaient perçus comme un moyen de mieux exploiter sa force de travail et de tirer le meilleur rendement de la main d’œuvre.

  • 34 Se référer aux divers propos repris dans l’ouvrage de J. Labrique, Congo Politique, surtout le chap (...)

67Cependant le Mundele s’adaptera rapidement à la marche vers l’indépendance. Dans l’espoir de maintenir certains de ses privilèges du passé en des temps de plus en plus incertains, le colonisateur se livre à une opération de séduction à l’égard des évolués appelés à former la nouvelle classe dirigeante du Congo. Le colonisateur change dans un premier temps de discours. Fini le mépris affiché envers cette « nouvelle classe de parvenus naïfs et égoïstes34 » !

68Au moment de la poussée vers l’indépendance du Congo, les coloniaux avaient appris à bien connaître leurs sujets. Le Docteur Habig précise le rôle et les limites du savoir de l’évolué :

  • 35 J.-M. Habig, op. cit., p. 488.

L’évolué est un individu primitif que l’on rencontre dans toutes les colonies organisées par des Européens. [...] Formés par des célibataires agents de société ou de célibataires fonctionnaires eux-mêmes en équilibre mental très instable, l’évolué est nanti, par écolage, d’une mécanique mentale adaptée uniquement au service économique qu’il doit rendre. C’est un être utilitaire dont le pragmatisme naturel a été décuplé par la mise en mouvement de l’intelligence.
« Ouvriers, techniciens, dactylos, beachmen, capitas, gérants, capitaines de steamer, soldats, infirmiers... ». Toute une armée en réalité, qui n’est pas formée pour une croisade du Bien. L’évolué est payé. Il est parfois bien payé. Et, là encore, la justice du xxe siècle est respectée. Les administrateurs vérifient les contrats d’emploi, des jugent absolument intègres écoutent les doléances des Noirs et jugent plutôt en leur faveur. Il y a des évolués très riches. Beaucoup trop riches ! Leur cerveau ne sert qu’à gagner de l’argent... l’avidité au gain devient une attitude mentale très commune. Il n’est pas question de « service » à rendre au genre humain. L’évolué est rarement chaste. Il organise le plus souvent une douce débauche dans laquelle l’argent rend les plus grands services35.

69Le Noir « évolué » éprouve lui aussi des difficultés face à cette masse congolaise qui ne manque pas d’afficher son mépris à l’égard de celui qui avait voulu « s’émanciper » d’elle. Lorsqu’ils accéderont à la tête de partis politiques créés en toute hâte souvent avec le concours des Blancs, plusieurs évolués adopteront un langage qui vise principalement à attirer l’attention de la population. Nous sommes à la veille de l’indépendance. Il est désormais mal vu d’apparaître comme un « collaborateur » des Européens. C’est le cas de Jean Bolikango, leader des Bangala à Léopold ville, qui, suite aux critiques des Noirs et d’autres catégories d’évolués, décline en mars 1959, pour « convenances personnelles », l’offre de devenir l’attaché du ministre Hemelrijck. Nommé peu après Commissaire général adjoint de l’information, il démissionnera aussitôt de peur d’hypothéquer son prestige, ce qui lui permit de devenir porte-parole du « Front commun » des Congolais à la Table ronde politique de Bruxelles en début 1960. Toutefois, l’image passée de « collabo » lui vaudra en partie ses échecs politiques en juin 1960 quand il se présentera aux élections présidentielles contre Joseph Kasa-Vubu et puis, lors de l’élection de Joseph Kasongo (un partisan de Patrice Lumumba), au poste de président de la Chambre des représentants.

70Confrontés à l’étiolement de l’ordre colonial, soumis aux pressions de la rue de plus en plus débordantes, évolué congolais et « mundele » colonial s’unissent dans une opération de séduction mutuelle qui se révèlera mortelle pour le Congo. Il s’agit d’une forme de prostitution politique et économique qui ne tient pas compte de l’intérêt public et de l’autorité de l’État. Tous les coups sont permis. En lingala de Léopoldville, la prostituée se dit « Ndumba ». Par définition, la prostitution est une transaction éphémère qui consiste à échanger un service sexuel contre paiement en argent. Une fois cette transaction achevée, le lien entre le client et la prostituée disparaît.

  • 36 J.-M. Habig, op. cit., p. 491.
  • 37 Ibidem, p. 489.

71Le colonisateur percevait les Congolais évolués comme des individus qui « forment dans l’ensemble un cadre artificiel très séparé de la masse, incapable de se fusionner à elle, si ce n’est dans la destruction36 ». Le Blanc tirera encore largement profit de cette analyse : « n’ayant pas obtenu d’élévation [pendant toute la période coloniale], écrit J.M. Habig, l’intelligence [de l’évolué] organise plutôt une méthodique veulerie. De sorte que l’on peut dire que l’évolué fait partie des intellectuels, mais il ne fait pas partie de l’élite. Ne connaissant que son moi et toutes les satisfactions qu’il peut en retirer, l’évolué est fatalement imbu de lui-même, il porte beau, il est bien fagoté, mais il est injuste pour les autres, dominateur, odieux, cynique et toujours tyrannique ! »37

72Si une grande partie de la responsabilité du drame post-indépendance du Congo repose sur les évolués, les Blancs n’en sont pas pour autant excusables. En colonial, J.M. Habig ne dit-il pas : « Nous n’avons pas le droit d’abandonner ces enfants de la brousse après avoir désorganisé leur structure organique... Ce serait une sauvagerie sans précédent. »

7. La fin de la colonie : un lâchez tout ?

73Divers travaux ont stigmatisé le lâchez tout de la part de l’autorité coloniale lors des derniers mois de la colonisation. Pareille affirmation mérite d’être nuancée et replacée dans son contexte parce qu’en réalité le colonisateur maintiendra sa logique d’exploitation sans rien organiser de durable. Il s’agit moins d’un réel abandon de la colonie par la Belgique qu’une adaptation à la situation nouvelle de son autorité affaiblie et menacée par les foules noires. C’est ainsi que les autorités de Léopoldville, choquées par la politique de désobéissance civique pratiquée par l’Abako, notamment par son mot d’ordre de saboter les élections communales préconisées dans la déclaration gouvernementale du 13 janvier 1959, « beto ko tuvota ko » (Nous, on ne vote pas), sanctionneront celle-ci en gênant les agents Bakongo dans l’administration coloniale. L’autorité provinciale favorisera une immigration massive des Congolais originaires du Kwango à Léopoldville dans le but de gonfler le nombre d’électeurs originaires d’autres ethnies et de renforcer peu après la position des Bayaka avec les « Luka Mambo » (originaire du Kwango en général) au détriment du peuple kongo.

74Dès 1957, le pouvoir colonial et les « évolués » se disputent le leadership sur les masses populaires. A Léopoldville, Kasa-Vubu, chef de l’Abako, représente la plus grande menace politique. Fin 1959 à Stanleyville, le M.N.C. de Patrice Lumumba joue ce rôle. L’ordre colonial devenu embryonnaire, les règles édictées par ce qu’il reste de la présence européenne au Congo s’empêtrent dans leurs propres contradictions ; et même les officiels belges s’y perdent. C’est ainsi que lorsque l’avant-dernier ministre Maurice Van Hemelrijck, voulut prendre au mot la « Déclaration gouvernementale » du 13 janvier 1959, il fut rapidement rappelé à l’ordre. Il reçut tout d’abord un blâme du chef du gouvernement de Bruxelles avant d’être forcé à démissionner. G.H. Dumont témoigne (juin 1959) :

  • 38 G.H. Dumont, 1958-1960..., op. cit., p. 132. Ce récit se rapporte au dernier voyage du ministre, en (...)

A peine installé à la résidence de Luluabourg, le ministre est appelé au téléphone par Gaston Eyskens. Quelques instants après sa longue conversation avec le Premier ministre, il nous réunit tous dans un salon. Il est furax.
— Le Premier ministre exige que je mette un frein aux déclarations en faveur de la non-discrimination raciale et qu’au contraire, je prône publiquement la fermeté à l’égard des partis politiques congolais. [...]
Silence de notre part.
— Comme je lui faisais part de mes réticences, Gaston Eyskens, très rough, a ajouté : « Tu dois choisir entre te soumettre ou te démettre ». J’ai furieusement envie de démissionner.
[Peu après, adoptant un ton humoristique bien amer, le ministre instruit ses collaborateurs] :
— Il nous faut maintenant préparer le discours sur la fermeté !38

  • 39 Se référer au long commentaire de G.H. Dumont dans son ouvrage 1958-1960..., op. cit., p. 147-149.

75M. Van Hemelrijck achève par une conférence de presse le 24 juin 1959 son quatrième voyage de ministre belge à Léopoldville au cours duquel il tiendra un discours adapté aux dernières injonctions de son Premier ministre ; sa démission n’interviendra que trois mois après, le 2 septembre, quand il se déclarera « las, fatigué, écœuré39 ».

76Les interventions coloniales sont en réalité dirigées contre les figures congolaises les plus dynamiques et les plus populaires, c’est-à-dire contre celles qui expriment leur insatisfaction et leur humiliation sous la forme de revendications sociales et politiques. L’autre courant est constitué par des évolués qui se plient aux exigences du pouvoir colonial et limitent leur rôle à des actions culturelles ou récréatives. Découvrant que la seule intimidation n’est plus une méthode efficace (cf. les émeutes de Léopoldville en janvier et celles de Stanley ville en octobre 1959), le mundele recourra désormais à ce qu’il avait pourtant toujours présenté comme des contre-valeurs de la « civilisation » : la corruption au grand jour, bafouant ainsi la propagande coloniale qui érigeait l’honnêteté au rang de principes sacrés quand il s’agissait de sélectionner les « meilleurs colonisés ». Voilà oubliées les causeries morales dans les cercles des évolués ; voilà remisés les sermons des missionnaires. On ne consulte plus le casier judiciaire de l’« évolué ».

77Les colonisateurs tentent de s’associer les Congolais qui leur paraissent à même d’apporter un quelconque concours pour les aider à maintenir leur position au Congo quand ces évolués accéderont aux commandes du pouvoir politique. Ainsi s’instaure une nouvelle forme de rapprochement entre Belges et Congolais jusque-là séparés par le modèle colonial.

78Dès 1958, l’Interfédérale (regroupement des associations ethniques) qui constituera peu après le Parti national du progrès (PNP) entre en scène avec les véhicules gracieusement offerts par des Européens dans l’espoir de rétablir le calme après les émeutes du 4 janvier 1959. Divers regroupements politiques et personnalités congolaises trouveront un appui financier et/ou matériel auprès de diverses entreprises et des pouvoirs européens.

  • 40 Document cabinet Premier ministre (belge), 2 mars 1960, Conversation avec Mr Doucy – 1er mars I960, (...)

79Le 1er mars 1960, au cabinet du Premier ministre Gaston Eyskens au cours d’une « conversation » entre Harold d’Aspremont-Lynden et Arthur Doucy, se dessine ce qui pourrait être perçu comme le premier plan d’ensemble de la gestion du Congo indépendant40. Les idées portent à la fois sur l’identification des (bons) conseillers (belges) et la coordination de leurs activités (point 1) et sur l’assurance du concours de ceux-ci lors la préparation de la Table ronde économique (point 2) dont les travaux débuteront en avril 1960. Parmi les préoccupations du gouvernement belge, il y a le problème des Belges au Congo qui perdront leurs postes (point 6) après l’indépendance ; il faut trouver le personnel belge qui va œuvrer au Congo après le 30 juin 1960 (point 5) et, aussi, côté congolais, promouvoir des alliés (point 4). L’« élimination » de Lumumba qui gène devient alors un objectif suggéré et organisé (point 3).

[...]
3. Action politique. L’homme à éliminer est Lumumba. Dans toute la mesure du possible faire valoir ses contacts avec l’étranger. Regroupement des forces modérées par province [...] :
Katanga : Conakat, Balubakat.
Équateur : Union Mongo, Bolikango, Fédunec (Djoku).
Province Orientale : PNP, Arabisés.
Kivu : ARP, Kabare.
Kasaï : Kalonji, Union Mongo, Ilunga, Lulua-PNP
Léopoldville : Bateke, Kiamfu des Bayaka.
Il faudrait pouvoir mettre à la disposition de ces partis des techniciens, de la propagande et des fonds. L’ensemble pourrait coûter au maximum 50 millions.
4. Il [Doucy] considère que Bolikango est le seul Premier ministre modéré valable. Il faut à tout prix éviter qu’il se jette dans l’aventure de la création du parti catholique. Cela aboutirait à éloigner de lui quantité de modérés, notamment Bolya.

80La Table ronde économique sera une occasion parfaite pour approcher davantage l’élite congolaise. On dispose d’une indication particulièrement significative sous la forme d’une lettre manuscrite écrite à Bruxelles le 9 juin 1960 par André Mandi, étudiant de l’Université libre de Bruxelles, à Patrice Lumumba qui se trouvait lui à Léopoldville.

  • 41 Cfr. R.2, p. 23-24

Mon cher Patrice,
Les circonstances m’obligent de t’écrire cette lettre. J’y tiens particulièrement pour te mettre au courant d’une série de problèmes qui méritent une attention particulière. Comme tu le sais, un groupe de travail a été constitué à l’issue de la Conférence économique et que Mobutu et moi-même en faisons partie. Les travaux de ce groupe se sont déroulés dans une atmosphère de corruption déconcertante. Certains collègues se sont montrés des collaborateurs de l’administration et cela d’autant plus que l’Administration ou plutôt le ministère du Congo et les milieux financiers essaient d’inféoder le Congo.
Les problèmes les plus importants qui furent discutés sont :
— Le statut de la Banque centrale
— La Société de développement et enfin les parastataux.
En ce qui concerne la « Banque centrale », je te mets sur tes gardes. En effet, la Belgique a fait voter des lois d’urgence pour nommer certains congolais corrompus à des postes de haute administration. Il y a lieu de ne rien accepter et surtout prends garde pour des étudiants41.

81Dans cette lettre, Mandi évoquait longuement à Lumumba le cas d’Albert Ndele.

  • 42 Cfr. R.2., p. 23-24.

[...] Je t’entretiendrai plus spécialement du cas de Mr Albert Ndele. Celui-ci s’est conduit très maladroitement ; il est le collaborateur le plus direct des milieux financiers et de l’Administration. Il ne faut pas accepter sa candidature au poste de direction de cette société car ce jeune homme nous a déçus tous. Il vient spécialement à Léo pour essayer de t’avoir et surtout t’influencer alors qu’ici sa conduite nous a découragés. Il faudra exiger qu’un de tes collaborateurs de confiance soit à la tête de cette Banque quitte à ce qu’il soit entouré des conseillers que vous pouvez choisir.
D’autre part, Albert défend maintenant Kasa-Vubu. Et de ce fait il a tout arrangé avec ce dernier pour désigner des gens de droite à la Banque. Comme Mobutu pourra te l’apprendre, Albert Ndele a mené une campagne anti-Lumumba quelque chose d’incroyable. En conséquence, il ne faudra rien accepter des propositions qu’il te fera, elles sont toutes intentionnées et tout cela est conçu pour t’écarter, toi et tes collaborateurs aux postes clés de l’Administration du Congo. Je me suis moi-même insurgé contre ces manœuvres au ministère, d’ailleurs Mobutu te dira le tout de vive voix. Il faudra te méfier systématiquement de Ndele car c’est un mauvais garçon, il ne vise que l’intérêt des gens de droite et il est corrompu complètement. Le seul jeune homme qui s’est tenu un peu à l’écart de toutes ces tractations c’est Loliki Evariste.
Une autre chose est la création de cette fameuse Société de développement. A franchement parlé, cette société est du néocolonialisme malgré les aspects flatteurs qu’elle présente. A mon avis, il faut purement et simplement rejeter la dite Société, toujours, Albert Ndele a essayé de tout manager pour que la direction de cette société soit mise entre les mains des collaborationnistes. Il y a donc lieu de ne pas accepter la création de la dite Société. D’ailleurs, plusieurs nominations viennent de vous être proposées au Collège Exécutif Général, la plupart de ces nominations sont partisanes et l’Administration a essayé tout simplement de placer les gens qu’elle sait qu’ils défendent une thèse belge.
De toutes façons, j’ai demandé à ce que Mobutu t’entretienne de tous ces problèmes. Je ne suis pas venu moi-même parce que je suis en plein examen.
Voici encore un autre aspect du problème. Le ministère du Congo est en train de tout arranger pour nommer comme stagiaires diplomates des gens qui sont strictement à sa solde. Je suis allé protesté au cabinet du ministère pour cette manœuvre et comme ils avaient peur que je dénonce cette manœuvre ils ont accepté ma candidature. Il s’agit de tout faire pour que les postes les plus importants soient occupés par des nationalistes. Il y a donc lieu de surveiller le télégramme qu’ils ont envoyé au Collège Exécutif pour mon cas et de faire procéder de toute urgence à trouver une solution. Voici le numéro de ce télex : no 23508/cab. qui est parti le 8 juin 1960. C’est le seul moyen de sauver le Parti MNC. Il faut que votre Œil soit partout et surtout aux nœuds des problèmes.
Il faut demander tous les renseignements à Mobutu. C’est moi-même qui ai exigé pour qu’il accompagne Ndele et les autres et cela afin de déjouer ses manœuvres et de te mettre au courant de son attitude ainsi que celles des autres. Si tu as strictement besoin de moi il suffit de m’envoyer un télégramme. Voici mon adresse : André Mandi, 39 avenue Brillat-Savarin. Il faut lutter Patrice car c’est pour sauver le Pays et tu es le seul qui comprends.
Pour finir, j’aimerais t’entretenir brièvement d’un jeune homme que je trouve très bien. Il est dynamique et très capable. Il est nationaliste : c’est Mr Lumbala. Ce jeune homme est le seul avec Mobutu et moi-même qui te défendons. Tous les autres essaient plutôt de défendre Kasa-Vubu ou Mr Kalonji à la tête de l’État. A ce propos, Albert Ndele a tout arrangé pour que l’on porte Kasa-Vubu à la tête de l’État. Il vient à Léo pour justement essayer de contacter les autres partis pour les amener à faire un front anti-Lumumba.
Donc
1° méfiance à l’égard d’Albert Ndele ; rejette toutes les propositions faites à son nom car il est collaborationniste et surtout il s’est montré ici anti-Lumumba.
2° rejette la Société de développement car, c’est du néocolonialisme. N’accepte rien de cette société à moins d’y placer à sa tête des gens qui sont nationalistes.
Courage, courage Patrice.
Bien à toi
(Sé) Mandi42.

  • 43 Cfr R.1, p. 40-42.

82Avant de rentrer au Congo, Albert Ndele parviendra à intégrer des réseaux belges ; il a gardé des liens avec ses professeurs et ses amis qui continueront à peser sur son action politique (il fera partie du Groupe de Binza et coordonnera la constitution du Collège des commissaires généraux en septembre 1960). En témoigne encore une longue lettre du 10 décembre 1960 de E. De Jonghe43, à l’époque conseiller près le cabinet du Premier ministre de la Belgique, qui aborde les principaux problèmes politiques entre les Congo et la Belgique. D’entrée de jeu, le ton est donné :

  • 44 A cause de cette lettre, le communiqué du Collège des commissaires généraux dénonçant les pouvoirs (...)

Monsieur le Vice-Président, (du collège des commissaires généraux)
Puis-je me prévaloir des relations cordiales que nous avons toujours entretenues pour écrire des choses du Congo. Je le ferai d’une façon claire et directe et sans intention aucune de vous attirer dans un quelconque imbroglio para-diplomatique. Mon seul but est de rendre service à mon pays et d’aider ceux de mes anciens étudiants congolais dont je suis fier et que je considère comme des grands patriotes qui méritent bien de leur patrie en ce moment. Je tiens tout particulièrement à vous féliciter personnellement de votre conduite courageuse et même héroïque dans la période difficile que traverse votre beau pays [...]44.

  • 45 J. Omasombo, « Affaire Lumumba : organisation et fonctionnement du Collège des commissaires générau (...)
  • 46 On pourra se référer à la lettre de V. Nendaka à Mobutu du 13 avril 1991 ou à cette autre affaire d (...)

83Une fois aux commandes du pays, le Groupe de Binza et le Collège des commissaires généraux fonctionneront sur le modèle d’une « confrérie » née dans le cadre d’une conspiration violente et secrète pour éliminer Lumumba et s’assurer de la gestion du Congo post-colonial ; la sélection des membres est empreinte de la peur de la trahison45. D’où le recours à un langage codé, à des désignations connues des seuls membres d’un groupe dont le niveau d’information se rapporte à leur rang hiérarchique. Certes, le réseau d’implication est de taille variable, mais chaque membre tient à son rôle auquel toutes les parties impliquées se sentent solidaires46.

  • 47 A. Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, 1998, p. 171.
  • 48 Intervention d’Albert Kalonji à la Conférence nationale souveraine (CNS), Kinshasa, mai 1992. Cf. D (...)
  • 49 A. Kalonji affirme : [...] La Forminière a envoyé à ma suite un certain monsieur Cravate, un sujet (...)

84Nous pourrions brièvement évoquer ici les ressemblances avec le monde des sorciers qui exploitent la peur que leurs interventions suscitent. La politique est comme la chasse, dit la sagesse populaire africaine. On entre en politique comme on entre dans l’association des chasseurs. La grande brousse où opère le chasseur est vaste, inhumaine et impitoyable comme le monde politique. Avant de fréquenter la brousse, le chasseur novice est initié à l’école des maîtres chasseurs47. « On m’élut président du MNC pour déstabiliser Lumumba », déclare, en 1992, Albert Kalonji qui fut certainement un acteur de la coalition anti-Lumumba48. Avec le soutien de la Forminière (devenue par après La Minière de Bakwanga, MIBA en sigle), Kalonji dit s’être engagé à créer en août 1960 « L’État sécessionniste du Sud-Kasaï49 ». Mécontent de n’être qu’un second rôle, Kalonji propose aujourd’hui une relecture de l’histoire et de son action.

  • 50 Les exclusions au sein de l’élite seront surtout politiques. Au moment de la composition du Collège (...)

85Quelque huit décennies de domination coloniale auront bien entendu apporté au Congo et aux Congolais des avancées matérielles notables largement soulignées. Les Belges étaient réellement fiers de leur « colonie modèle » que la presse décrivait comme une réussite. Touristes, visiteurs étrangers et hommes d’affaires affluaient à Léopoldville qui avec ses buildings à l’américaine passait pour la capitale de l’Afrique centrale. Mais il mérite d’être rappelé ici que la présence coloniale belge au Congo demeure un énorme gâchis du point de vue de la rencontre humaine et de la gestion durable du pays. La relation prostituée/client qui s’instaura entre le Blanc colonisateur et l’« évolué » colonisé à la fin du régime colonial a donné naissance à des bâtards qui se transformeront en héritiers de l’œuvre postcoloniale. Ceux qui s’opposeront à cette réalité seront « éliminés50 » de la scène sociopolitique congolaise.

  • 51 Au moment de la proclamation de l’indépendance, l’Abako qui passait pour un parti extrémiste passer (...)

86A la fin de la colonisation, l’expression « faire de la politique » prend un nouveau sens. Il s’agit non plus d’administrer la chose publique mais de trouver l’argent pour se servir, « arroser tout le monde » et faire taire les « grandes gueules51 ». Désormais le pillage et la corruption domineront la gestion du Congo pour ne plus jamais le quitter. Avec les conséquences que l’on connaît.

Notes

1 P. Lumumba, « Pleure, ô Noir frère bien-aimé », Journal L’Indépendance, no 2, septembre 1959. Le titre de ce poème de Lumumba est inspiré de l’œuvre célèbre du Sud-Africain Alan Paton, Pleure, ô pays bien aimé (traduction française : Paris, Albin Michel, 1950), qui dénonce la politique de ségrégation raciale et décrit la misère de l’homme noir dans son pays.

2 Sur les origines et les connotations de ce mot, lire Z.A. Etambala, « Le Blanc dans l’œil du Noir : quelques regards des Congolais sur les Belges (1885-1960) », Congo-Meuse, no 1, 1997, p. 349-383.

3 Sur le contenu que la colonisation mettait dans ce mot, se référer aux ouvrages de J.-M. Domont, Élite noire, Léopoldville, Imprimerie du Courrier d’Afrique, 1948 ; J.-M. Habig, Initiation à l’Afrique, Bruxelles, Ed. Universelle, 1948.

4 Selon le Standard Swahili-English Dictionary (Johnson 1950), le thème – « shenzi » (pour une personne ce sera « mshenzi ») se traduit par barbare, non civilisé. Il viendrait du farsi, une langue iranienne.

5 J.-M. Habig, op. cit, p. 487-488.

6 Ibidem, p. 491.

7 Ibid., p. 487.

8 Pour ce titre qui renvoie à la question des « évolués », nous recommandons la lecture de l’ouvrage de J.-M. Mutamba Makombo, Du Congo Belge au Congo indépendant : 1940-1960. Émergence des « évolués » et genèse du nationalisme, Kinshasa, IFES, 1997.

9 J.M. Habig, op. cit., p. 487.

10 Service Colonial Belga, Dépêche no 1741, TSF.

11 B. Verhaegen, « L’Association des évolués de Stanley ville et les débuts politiques de Patrice Lumumba », Les Cahiers du CEDAF, no 2, mai 1983, p. 1 12-115.

12 Cité par J.-M. Habig, op. cit., p. 489.

13 Cf. « Commentaires sur l’avant projet d’ordonnance fixant une carte d’identité spéciale à l’usage des indigènes du Congo belge faisant partie de la classe évoluante », annexe 1. Le ministre Wigny reprend ces directives dans une lettre du l0 mars 1948 adressée à M. Van Hove.

14 Cartes du mérite civique, rapport officiel non daté et non signé, dans Dossier Évolués, AI/4743, Archives africaines, ministère [belge] des Affaires étrangères, Bruxelles.

15 Interviews réalisées à Kinshasa en décembre 2004.

16 Une lettre de demande de la carte de mérite civique trouvée dans les Dossiers, Archives Africaines.

17 P.V. de la réunion de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civique tenue à Inongo, le samedi 27 juin 1953.

18 P.V. de la réunion de la commission chargée de désigner les bénéficiaires de la carte du mérite civique tenue à Inongo, le samedi 27 juin 1953.

19 « Rapport circonstancié des autorités territoriales » établi à Oswe le 7 octobre 1955 par l’administrateur de territoire W.J. Carels.

20 On pourra se référer à la lettre confidentielle no 26/Cab. du 31 janvier 1959 adressée à tout le personnel européen de la Province Orientale par le gouverneur Pierre Leroy. Cf. P. Leroy, Journal de la Province Orientale : décembre 1958-mai I960, Mons, Presses de la Buanderie, 1965, Annexe ΙII, p. 193-195. Cette version originale de 264 pages contient beaucoup plus de détails instructifs par rapport à la version abrégée publiée par l’Académie royale des sciences d’outre-mer (Arsom), Recueil d’études : Congo 1955-1960, Bruxelles, 1992, p. 307-327.

21 P. Leroy, op. cit., p. 168-169.

22 J. Stengers, cité par Le Flambeau (Bruxelles), no 7-8, septembre-octobre 1959, p. 456.

23 II existe de nombreux écrits sur le personnage de Patrice Lumumba. Sur sa biographie, nous renvoyons les lecteurs à J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, jeunesse et apprentissage politique (1925-1956), Paris-Tervueren, L’Harmattan-Cahiers Africains, 1998 ; J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, acteur politique. De la prison aux portes du pouvoir (juillet 1956-février I960), Paris-Tervueren, L’Harmattan-Cahiers Africains, 2005.

24 J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, jeunesse et apprentissage politique (1925-1956), op. cit., p. 87-88.

25 J. Omasombo et B. Verhaegen, Patrice Lumumba, jeunesse et apprentissage politique (1925-1956), op. cit., p. 119-134.

26 Patrice Lumumba à Stanleyville, adresse du 18 mars 1956 à l’occasion du voyage de Roger Tavernier. Ce texte a paru sous le titre « Chez les postiers de Stan », La Croix du Congo, no 14, dimanche 1er avril 1956, p. 4.

27 L’Office de Publicité publie l’ouvrage à Bruxelles en 1961, après la mort de Lumumba.

28 On peut aujourd’hui encore, sur le monument de Léopold II à cheval, qui se dresse sur la digue d’Ostende, lire (en français et en néerlandais) : « Hommage aux héros flamands et ostendais de la fin du xixe siècle morts dans le combat contre les Arabes et les Batetela ».

29 L.A.M. Pétillon, Témoignages, discours et réflexions, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1967, p. 191.

30 A. Van Ostade, « Le manifeste de Conscience Africaine : les origines et les implications immédiates », dans Recueil d’études : Congo 1955-1960, Bruxelles, Arsom, 1992, p. 525-555.

31 C’est la mort de la Communauté belgo-congolaise et la naissance du nationalisme congolais.

32 Le « Blanc-Belge » au Congo, une interview avec Lomami Tshibamba réalisée par Emongo Lomomba le 1er janvier 1985, dans Zaïre 1885-1985, Cent ans de regards belges, Bruxelles, 1985, p. 141.

33 Interviews réalisées à Kinshasa en décembre 2004.

34 Se référer aux divers propos repris dans l’ouvrage de J. Labrique, Congo Politique, surtout le chapitre sur « Les Congolais qui réfléchissent » (p. 175-198), Léopoldville, éd. de l’Avenir, 1957.

35 J.-M. Habig, op. cit., p. 488.

36 J.-M. Habig, op. cit., p. 491.

37 Ibidem, p. 489.

38 G.H. Dumont, 1958-1960..., op. cit., p. 132. Ce récit se rapporte au dernier voyage du ministre, en juin 1959.

39 Se référer au long commentaire de G.H. Dumont dans son ouvrage 1958-1960..., op. cit., p. 147-149.

40 Document cabinet Premier ministre (belge), 2 mars 1960, Conversation avec Mr Doucy – 1er mars I960, notes de Harold d’Aspermont Lynden. Notons incidemment qu’A. Doucy, à propos de la gestion du Congo, avait suggéré en 1957 déjà la division en cinq régions : Bas-Congo, Kasaï en ce compris le Kwango, Katanga, Kivu avec en plus le Kibali-Ituri et enfin un territoire formé du reste de la Province Orientale, de l’Équateur et du district du Lac-Léopold-II. Les territoires du Ruanda-Urundi conservaient leur statut de vice-gouvernement général sous mandat ONU. Voir A. Doucy, « Sociologie coloniale et réformes des structures au Congo Belge », Revue de l’Université libre de Bruxelles, no 2-3, janvier-avril 1957.

41 Cfr. R.2, p. 23-24

42 Cfr. R.2., p. 23-24.

43 Cfr R.1, p. 40-42.

44 A cause de cette lettre, le communiqué du Collège des commissaires généraux dénonçant les pouvoirs belges (gouvernement et monarchie pour leur accueil de Moïse Tshombe) qui devait paraître à Léopoldville le même 10 décembre 1960, ne sera pas diffusé. La lettre de E. De Jonghe répondait cependant au contenu du communiqué « annulé ».

45 J. Omasombo, « Affaire Lumumba : organisation et fonctionnement du Collège des commissaires généraux. 20 septembre 1960-9 février 1961 », vol. II, annexe 4 du Rapport d’enquête parlementaire visant à déterminer les circonstances exactes de l’assassinat de Patrice Lumumba et l’implication éventuelle des responsables politiques belges dans celui-ci », 16 novembre, rapport ronéotypé du Parlement belge, 2001, p. 930-969.

46 On pourra se référer à la lettre de V. Nendaka à Mobutu du 13 avril 1991 ou à cette autre affaire dénoncée par la presse, en 1990, sur l’existence d’un cercle d’initiés dénommé Prima Curia.

47 A. Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, 1998, p. 171.

48 Intervention d’Albert Kalonji à la Conférence nationale souveraine (CNS), Kinshasa, mai 1992. Cf. Dossier CNS/Archives de l’Institut africain/Cedaf.

49 A. Kalonji affirme : [...] La Forminière a envoyé à ma suite un certain monsieur Cravate, un sujet luxembourgeois qui était son président du conseil. Celui-ci m’a recommandé auprès de M. Fortant, le patron de l’Union Minière du Haut-Katanga (UMHK). Auparavant, il m’avait tenu le langage suivant : « Monsieur Kalonji, j’ai dépensé trop d’argent de la société pour aider vos compatriotes réfugiés. Eh bien, c’est fini ! Je ne voudrais pas que la société tombe en faillite. Je suis disposé à continuer à vous donner de l’argent, mais à condition que cet argent puisse être considéré comme une avance sur l’impôt que je paie. Pour que tout cela soit correct, vous devez vous constituer en une autorité politique et publique, pour que le gouvernement de Léopoldville ne me fasse pas payer une seconde fois le même impôt. Un point, un trait. A prendre ou à laisser. » Voir B. Kasonga Ndunga Mule, La vérité sur le Sud-Kasaï : entretiens avec Albert Kalonji Ditunga Mulopwe, Renaix, éd. Le Kasaï, 2005. p. 116-117.

50 Les exclusions au sein de l’élite seront surtout politiques. Au moment de la composition du Collège, Ndele chargé de constituer l’équipe exclut André Mandi, un Mungala (ethnie Gombe) de la Province de l’Équateur, bien que celui-ci participe à la première réunion.

51 Au moment de la proclamation de l’indépendance, l’Abako qui passait pour un parti extrémiste passera dans le camp des Alliés ; la Balubakat passera dans le camp des extrémistes nationalistes.

Auteurs

Section Histoire du temps présent (MRAC)

Journaliste

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search