Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

Les évolués : situation au Congo belge

Jean-Marie Mutamba Makombo

Texte intégral

  • 1 Th. Kanza, Congo, pays de deux évolués, Léopoldville, Ed. Actualités Africaines, 1956 ; J.F. Iyeki,(...)

1Le manifeste de Conscience africaine dont nous commémorons aujourd’hui le cinquantenaire a été produit par une petite équipe d’intellectuels congolais, appelés alors « évolués ». Le terme était encore en vigueur en 1955-1956. Deux titres parus en 1956 en témoignent : Congo, pays de deux évolués de Thomas Kanza publié aux éditions Actualités Africaines à Léopoldville (Kinshasa) et L’essai de psychologie du primitif de J.F. Iyeki lancé aux éditions de la Voix du Congolais1 ; le terme « primitif » faisait pendant à « l’évolué » et le valorisait. Toutefois, en 1956, comme on le découvre dans le manifeste, les évolués préféraient être appelés « les élites » ou une périphrase euphémique : « Les Congolais qui réfléchissent ».

  • 2 A. Kalonji Ditunga Mulopwe, Congo 1960. La vérité du Mulopwe, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 37.

2Aujourd’hui le terme « évolué » qui a été un titre de gloire pour l’élite congolaise dans les années quarante-cinquante fait sourire parce qu’il fait ringard. Il se prête à la critique de ceux qui le revendiquaient dans le passé. Dans ses mémoires publiés en 2005, Mulopwe Albert Kalonji condamne ce terme qu’il juge « injustifié, méprisant et déplacé » : « Pour moi, dit-il, tout individu blanc ou noir évolue. Par conséquent, l’épithète “évolué” ne devait pas être appliqué uniquement aux Noirs... Il était injuste de juger le degré d’évolution des Noirs par rapport à la culture des Occidentaux vivant dans un milieu typiquement africain. Il était anormal de ne juger l’homme noir que vis-à-vis des valeurs occidentales. [...] L’homme ne s’arrête pas dans son évolution. Dès lors, personne ne peut qualifier définitivement quelqu’un d’“évolué”2. »

3Notre communication se propose d’élucider un certain nombre de questions : D’où vient ce mot ? Quand est apparue cette catégorie sociale ? Qu’est-ce qu’était un évolué ? Qui étaient-ils ? Combien étaient-ils ? Quelles étaient leurs aspirations ? Quel a été leur cheminement ?

1. Des origines et de l’usage du mot « évolué »

4Ce mot est un pur produit de la théorie de l’évolutionnisme culturel et social qui a vu le jour dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Cette théorie trace une ligne évolutive unique et valable pour toute l’humanité ; elle établit une hiérarchie de valeurs dans les cultures. Au premier stade de l’évolution des sociétés humaines, elle place les sociétés dites « primitives », « arriérées », « sauvages », en fait des sociétés non occidentales. Au sommet, en revanche, trône la société occidentale censée représenter les formes avancées de la société humaine : elle est peuplée de « civilisés ». Entre ces deux extrêmes, il y avait une diversité de nuances avec les évoluants, les quart de civilisé, les demi-évolués, et les évolués. L’évolué était celui qui avait subi son évolution, et qui se rapprochait du civilisé. On était évolué par rapport... au blanc. Le mot pouvait dès lors être revêtu d’une connotation laudative ou injurieuse selon le ton : Mais « c’est un évolué ! » ou « espèce d’évolué ! ».

  • 3 A. Tshimanga, dans Nkuruse, no 1, janvier 1931, p. 1.

5Si l’usage du mot « évolué » a été consacré au Congo belge dans les dernières années de la seconde guerre mondiale, l’une des premières définitions de ce concept date cependant du début des années trente. En janvier 1931, A. Tshimanga définissait l’évolué comme « tout homme qui a étudié et qui respecte tout ce qu’il a étudié, qui respecte les règles du savoir-vivre, les lois de Dieu, les lois de l’État et surtout de ses supérieurs3 ».

  • 4 P. Daye, L’empire colonial belge, Bruxelles-Paris, Ed. du Soir-Berger-Levrault, 1923, p. 205-228.
  • 5 Voir le décret no 377 daté du 29 juillet 1942 à Londres, dans Journal Officiel de la France Combatt (...)

6Entre les deux guerres, on parlait davantage de « déracinés », de « détribalisés », et de « transplantés ». Pierre Daye parlait en 1922 de « quart de civilisé4 ». D’autres préféraient parler de « vernivolués », néologisme mettant l’accent sur l’aspect clinquant et fragile ; ces vernivolués craquaient comme le vernis ; ils ne portaient qu’une couche superficielle de civilisation. En Afrique équatoriale française voisine, le gouverneur général Félix Eboué, un noir d’origine guyanaise, fit promulguer en 1942 par le général de Gaulle, le chef des Français libres, le statut des « notables évolués » complété et modifié en 1945-19465.

2. De l’émergence des « évolués » au Congo belge

7La catégorie sociale des évolués est apparue brutalement au sortir de la seconde guerre mondiale. Cette apparition s’est manifestée par les pétitions et les doléances présentées pour la première fois un peu partout dans les grandes cités qui connaissaient une forte attraction pendant cette période. Ces pétitions étaient faites au niveau local, et n’étaient pas coordonnées au niveau national.

  • 6 Déclaration de Paul Mutombo devant le commissaire de police Hubert Lardinois et le Procureur du Roi(...)
  • 7 Déclaration de Liévin Kalubi Tshamala devant le commissaire de police Émile Crespeigne et le Procur (...)

8En octobre 1943 est née dans la clandestinité une association des clercs d’Élisabeth ville, sous l’instigation d’un Belge, J. Decoster, éditeur de l’Echo du Katanga. Celui-ci avait demandé aux clercs de se mobiliser, de s’adjoindre les masses et de s’entendre avec les soldats pour éviter l’échec du mouvement de grève de décembre 1941 à l’Union Minière du Haut Katanga noyé dans le sang6. Découverte fin janvier 1944, l’association des clercs fut entendue par une commission rogatoire constituée par le gouverneur du Katanga, André Maron. Liévin Kalubi, secrétaire de ladite association, dénoncé comme le cerveau du mouvement, révéla les revendications des évolués d’Élisabeth ville. Ils voulaient créer un journal pour faire entendre leur voix ; ils désiraient plus de considération de la part des blancs ; ils souhaitaient une amélioration de leurs rémunérations et l’entente sur le plan social ; ils désiraient suivre des cours post-scolaires ; ils voulaient voir créé un service chargé de construire des logements et obtenir des facilités pour l’achat de cercueils destinés aux membres de l’association7.

  • 8 Documents parlementaires belges, 1947-1948, no 662, dans Rapport de la Commission des Colonies sur (...)

9En mars 1944, peu après la mutinerie de Luluabourg du 20 février, les évolués de ce centre présentèrent au commissaire de district, M. Gustave Sand, un mémoire reprenant leurs revendications8. Les griefs étaient analogues à ceux d’Élisabethville. Dans ce texte lu par Clément Beya et Etienne Ngandu avant d’être remis au commissaire, les évolués de Luluabourg demandaient la reconnaissance de « l’existence d’une classe des évolués ». Ils se posaient comme « les intermédiaires entre le Blanc et les indigènes non évolués », « la masse des indigènes arriérés ». Ils voulaient être entendus périodiquement pour présenter les doléances de l’opinion noire. Ils formulaient des griefs concernant leurs conditions de logement et demandaient la considération des blancs à leur égard : une classe intermédiaire dans les bateaux et les trains, une audience hebdomadaire dans les territoires, un régime pénitentiaire qui les distinguerait des « sauvages de la brousse », la fin des insultes publiques. Ils sollicitaient enfin « un statut spécial » ou du moins « une protection particulière du Gouvernement qui les mette à l’abri de certaines mesures, ou de certains traitements qui peuvent s’appliquer à la masse ignorante et arriérée ».

  • 9 B. Verhaegen, « L’Association des évolués de Stanleyville et les débuts politiques de Patrice Lumum (...)

10Au cours du dernier trimestre de l’année 1944, Louis Abangapokwa, président du comité provisoire de l’Association des évolués de Stanley ville, prit la parole pour présenter son mouvement et susciter des adhérents et des sympathisants. Pour lui, « le mot “évolué” indique [...] un sujet transformé par la civilisation, dont le moral et le train de vie diffèrent de ceux du primitif. En effet, un évolué n’est pas simplement un homme qui sait lire et écrire, mais il doit, en outre, posséder quelques qualités le portant à un degré plus ou moins supérieur et avoir une culture plus ou moins supérieure, [...] plus ou moins élevée. L’évolué, par rapport à l’autochtone non civilisé, a plus de raisonnement, de conscience, de compréhension, d’initiative et d’amour-propre9

11Il énuméra les desiderata qui tenaient le plus les membres à cœur. Il s’agissait de :

  • jouir d’une considération distincte de celle des autres indigènes, notamment dans les transports publics et privés, dans les dispensaires et les hôpitaux, dans les manifestations publiques, dans le choix de la résidence, dans les lieux publics, à la poste, dans les bureaux administratifs et les magasins, dans les banques ;

  • servir d’intermédiaires entre les Européens et les « indigènes ordinaires » ;

  • bénéficier du droit de présenter des suggestions aux autorités.

  • 10 P. Lomami-tshibamba, « Tribune Libre », La Voix du Congolais, 1re année, no 2. mars-avril 1945, p.  (...)

12Se félicitant de la création de la Voix du Congolais au début de l’année 1945, et de la latitude accordée aux Congolais d’exprimer librement leur opinion, Paul Lomami-Tshibamba rédigea son article début février 1945 : « Quelle sera notre place (à nous évolués) dans le monde de demain ?10 ».

13Le passé, dit-il, avait bercé les évolués d’illusions et de promesses fallacieuses. Ceux-ci, ballottés entre les mœurs et la mentalité des indigènes qualifiés de primitifs et l’européanisme, ne savaient plus à quel saint se vouer. Ils croyaient pouvoir arriver à une assimilation complète avec les blancs à cause de leur culture. « Mais hélas ! ajoutait-il, de jour en jour, en présence et même victimes de faits, gestes, attitudes de ceux auxquels nous croyions être assimilés, notre âme ulcérée et aigrie nous fait douloureusement croire que nous avons dévoyé, ou mieux, l’on nous a sciemment mis hors de la voie qui doit nécessairement mener l’homme vers sa destinée sociale. »

14Il se demandait quels avantages sociaux et moraux réels l’avenir réservait aux évolués, et souhaitait que « les habitants évolués du Congo belge jouissent de mêmes droits civils que les Belges de la métropole » et que soit « réellement brisée la barrière établie par des considérations ethniques ou raciales ».

  • 11 P. Lomami-Tshibamba, « Les devoirs des évolués », La Voix du Congolais, 1re année, no 4, juillet-ao (...)

15En juillet 1945, Lomami-Tshibamba revint à la charge dans les devoirs des évolués : « De par le milieu et à cette époque où nous, génération actuelle, sommes nés, élevés, instruits, éduqués et de par la mentalité et la conception idéale que nous avons acquises, notre place dans la société indigène devait, à juste titre, être spécialement déterminée. Ceci étant devenu une nécessité, et même notre droit, dont on ne pouvait plus nous refuser la jouissance11. »

  • 12 L’Avenir Colonial belge, 26e année, no 348, vendredi 14 décembre 1945. Ce projet de statut fut sign (...)

16En décembre 1945, quatorze évolués de Léopold ville préparèrent un projet de statut des évolués. Celui-ci fut reproduit dans l’Avenir colonial belge. Les signataires affirmaient que la qualité d’évolué devait entraîner nécessairement un traitement préférentiel de la part de l’Administration car ils offraient des garanties ; en revanche, les autres individus devaient être surveillés étroitement car ils échappaient aisément au contrôle en se perdant dans la masse ; de plus des mesures trop modérées n’avaient pas d’effet sur ces individus en raison de leur mentalité frustre. Ils réclamèrent la création d’écoles laïques gratuites « dont certaines seraient exclusivement réservées aux évolués12 ».

  • 13 M.C.C. De Backer, Notes pour servir à l’étude des groupements politiques à Léopoldville, Bruxelles, (...)

17La revendication d’un statut particulier fut formulée aussi par les membres de l’Union des intérêts sociaux congolais (UNISCO). Créée en 1942 à l’initiative des Anciens élèves des Pères de Scheut (ADAPES), l’UNISCO fut reconnue officiellement par les A.I.M.O. en novembre 1945. Cette union ne regroupait que les responsables des associations d’anciens élèves. L’UNISCO préconisait la suppression totale de tous les signes extérieurs et intérieurs de la discrimination raciale, l’amélioration de la condition sociale des Congolais en général, et la défense des droits des évolués en particulier. L’UNISCO revendiquait en outre le libre accès aux lieux publics réservés aux Européens et une participation plus active à l’administration du pays13.

18Au cours de l’année 1947, le Congo reçut la visite des plus hautes autorités métropolitaines : le Prince-Régent Charles (20juin-12 août), le ministre des Colonies Pierre Wigny et une commission sénatoriale de neuf membres (fin août-fin octobre). Chaque fois que l’occasion fut propice, les évolués présentèrent leurs desiderata.

  • 14 A.R. Bolamba, « Monsieur Pierre Wigny, ministre des Colonies de Belgique, accorde un entretien à un (...)

19Lors de l’audience que le ministre accorda aux évolués de Léopoldville, Eugène Kabamba, Antoine-Roger Bolamba et JeanPierre Dericoyard abordèrent avec leur hôte trois points : le mémorandum des milieux coutumiers, les desiderata des citadins et les aspirations des évolués. Concernant le dernier point, ils insistèrent auprès du ministre sur la nécessité de doter les évolués d’une distinction autre que le statut qui leur avait été promis. Ils lui demandèrent aussi de faire aboutir le plus rapidement possible le projet d’octroi d’une carte d’identité spéciale aux évolués, remplissant certaines conditions, qui en feraient la demande14.

  • 15 « Chronique de la vie indigène et nouvelles diverses », La Voix du Congolais, décembre 1947, no21, (...)

20Les évolués de Buta eurent le privilège de présenter leurs vœux dans une lettre remise au ministre. Ils demandèrent au gouvernement de mettre à la disposition des évolués des chambres convenables dans les hôpitaux ; la Société des chemins de fer vicinaux du Congo devait aussi réserver des places convenables pour les évolués dans les trains et les autos. Ils souhaitaient que la durée de la carrière du personnel indigène sous-statut fût ramenée de 30 ans à 25 ans, que les traitements et indemnités familiales alloués au personnel auxiliaire indigène de la Colonie tinssent compte du renchérissement du coût de la vie, que la peine de servitude pénale fût remplacée par des amendes lorsqu’il s’agissait de fautes légères, etc.15.

  • 16 Rapport de la mission sénatoriale au Congo et dans les Territoires sous tutelle belge, Bruxelles, I (...)

21Dans leur mémorandum adressé à la commission sénatoriale, les évolués de Léopoldville ont soulevé des problèmes d’intérêt général dans la cité indigène de Léopoldville liés à l’insuffisance de l’infrastructure urbaine : crise du logement, absence d’électricité, manque d’eau et d’égouts, carence des moyens de transport, équipement sanitaire déficient, inexistence d’un régime de propriété foncière pour les noirs16.

  • 17 Rapport de la mission sénatoriale au Congo et clans les Territoires sous tutelle belge, Bruxelles, (...)

22En revanche les évolués du cercle de Paulis (Isiro) se sont étendus sur leurs propres doléances. Ils ont demandé aux sénateurs la constitution d’une bibliothèque pour les évolués, la création d’une école ménagère pour les femmes des évolués, l’amélioration du traitement médical des évolués : « Ils n’aiment pas être mêlés à des nègres sans dignité. » Ils regrettaient le manque d’égards de la part des blancs, les préjugés raciaux, les gifles et les insultes ; ils déploraient l’insuffisance des allocations familiales et de leurs salaires, et réclamaient enfin une place spéciale pour les évolués dans les transports publics (bateau et train)17.

3. Définition du concept d’« évolué »

  • 18 M. de Schrevel, Les forces politiques de la décolonisation congolaise jusqu’à la veille de l’indépe (...)
  • 19 A.R. Bolamba, La Voix du Congolais, 1re année, no 3, mai-juin 1945, p. 76-81.

23En examinant des documents congolais et européens datant des années 1945-1947, M. de Schrevel a relevé une quarantaine ( !) de définitions différentes du concept d’« évolué18 ». Toutefois, on peut ramener les critères à cinq points19.

24En premier lieu, le degré d’instruction. Il fallait avoir fait trois à quatre ans d’études post-primaires dans les écoles moyennes formant les auxiliaires de l’Administration et les commis, et dans les écoles normales pour instituteurs. Si les premiers collèges latins des Pères Jésuites de Lemfu et Kiniati-Yasa datent de 1946-1947, et le collège de Kamponde des Pères de Scheut de 1947, la réforme des six ans d’études secondaires n’a été introduite qu’en 1948.

25Quatre rédacteurs du manifeste de Conscience Africaine ont fréquenté l’école moyenne de l’Institut Saint-Joseph (paroisse Sainte Anne) à Léopold ville : Joseph Iléo, Albert Nkuli, Antoine Ngwenza, Dominique Zangabie. Joseph Ngalula a terminé quatre ans post-primaires dans la section arts graphiques au groupe scolaire des Frères de la Charité à Lusambo. Jean Bolikango, alias Tata Za, président de l’Association des anciens élèves des Pères de Scheut, était le doyen des instituteurs. Engagé dans l’enseignement depuis 1926 après deux ans post-primaires pédagogiques, il a donné cours à Cyrille Adoula, Joseph Iléo, Joseph Malula, Eugène Moke, Jacques Massa, Albert Mongita, etc. D’autres, comme Étienne Ngandu ou Gaston Diomi, avaient suivi la scolarité de l’École des assistants médicaux indigènes implantée à Kisantu en 1936, et à Kinshasa en 1937 ; la durée des études y était de six ans après un concours d’entrée du niveau de l’école moyenne.

26A l’époque, pour aller plus loin dans les études, il fallait avoir achevé le cycle complet du petit séminaire ou fait une incursion au noviciat et au grand séminaire. Du reste, les premières promotions de l’université Lovanium furent formées surtout d’anciens séminaristes. Le rayonnement des anciens séminaristes était perceptible dans la société : Liévin Kalubi, ancien séminariste de Kabwe, commis de l’administration, écrivain public à ses heures et secrétaire de l’Association des clercs d’Élisabeth ville ; Jacques Massa, condisciple de Joseph Malula et de Eugène Moke, secrétaire permanent dès 1946 du syndicat chrétien CSCC, membre du Conseil de gouvernement et de la députation permanente ; Joseph Kasa-Vubu, commis au Service des finances, secrétaire de l’Association des anciens élèves des Pères de Scheut, secrétaire de l’Union des intérêts sociaux congolais ; Paul Lomami-Tshibamba, président de la section Bibliothèque du Service d’information du gouvernement général, collaborateur de la Voix du Congolais, romancier primé par le jury du concours littéraire de la Foire coloniale de Bruxelles en 1948.

27Le prestige des abbés noirs tenait aux vingt ans d’études qu’ils avaient accomplis, dont trois de philosophie et cinq de théologie. La mode à l’époque voulait que l’on expose sur un mur de son salon son diplôme avec la mention et le rang obtenus.

  • 20 Rapport de la mission sénatoriale, op. cit., p. 24-25, p. 180-181, p. 280 et p. 283.

28Un deuxième critère est la situation matérielle. Elle devait être « honorable ». En mai-juin 1945, il fallait jouir d’un revenu mensuel minimum de 1 000 francs. Deux années plus tard, lorsque la mission sénatoriale belge est venue au Congo, elle a constaté en 1947 que le salaire d’un infirmier variait entre 800 et 3 000 francs par mois. Un contremaître travaillant aux Usines textiles de Léopold ville avec quatorze ans d’ancienneté gagnait 1 725 francs. Un commis comptable pouvait approcher 3 000, 4 000, voire exceptionnellement 5 000 francs20.

29Cette situation matérielle honorable pouvait être accessible à ceux qui n’avaient fait que des études primaires, mais qui avaient l’expérience d’un métier et une certaine aisance économique. C’était le cas des commerçants indépendants et semi autonomes, des propriétaires de petites entreprises (boutiques, bars, entreprises de transport, plantations), des artisans diplômés travaillant à leur compte (cordonniers, menuisiers, tailleurs, peintres, sculpteurs). Ce sont eux qui vont constituer « les classes moyennes » des années 1952-1953. Ils possédaient des biens visibles : une maison en dur, une bicyclette, un phonographe, une radio, une machine à coudre, une lampe à incandescence, etc.

30L’évolué se reconnaissait par un troisième caractère : les responsabilités assumées dans son métier et la conscience professionnelle. Ce critère se retrouvait dans plusieurs professions : les « capita » de commerce gérant les magasins des sociétés coloniales, les comptables, les assistants médicaux, les infirmiers diplômés, les assistants agricoles, les animateurs de radio, les instituteurs diplômés, les gradés de la police et de la Force publique, les anciens combattants, les greffiers et les juges des tribunaux indigènes, les opérateurs de télégraphie, les gardes sanitaires, les arpenteurs-géomètres, les capitaines de bateaux fluviaux, les chefs de gare, les sous-percepteurs des postes, les ouvriers spécialisés détenteurs d’un diplôme d’études professionnelles et percevant des revenus comparables à ceux du personnel auxiliaire de l’Administration.

  • 21 L. Bongongo, « Que faut-il entendre par "évolué" », La Voix du Congolais, mars 1948.

31L’évolué se définissait par un quatrième critère : la bonne moralité. Il devait être monogame, discipliné dans la vie familiale, jouir d’un casier judiciaire vierge, disposer d’un certificat de bonne vie et mœurs. Ce critère échappait à la mesure, mais tous les évolués souscrivaient à cette clause de perfection morale. Pour certains, elle devait même passer en premier lieu comme l’a écrit Léon Bongongo, assistant médical : « Qu’un indigène ait fait d’excellentes études moyennes, qu’il jouisse d’un salaire mensuel de plusieurs milliers de francs, ne constituent nullement des critères suffisants pour que l’on soit admis dans le cadre des “évolués”. Ce qui fait qu’un indigène est évolué, ce n’est pas tant son instruction ni sa situation, quelles qu’elles soient, mais c’est surtout son fonds moral, spirituel, lequel s’obtient surtout par l’éducation21

32Le cinquième critère qui caractérisait l’évolué est l’adoption du mode de vie, des valeurs, des mœurs et des comportements des blancs. La mission sénatoriale l’a précisé en 1947 : on entend par l’assimilation des principes de la civilisation européenne « non seulement le comportement et la civilité, mais encore la façon de vivre matériellement, dans des logements se rapprochant autant que possible de ceux des Blancs, dont les vêtements sont aussi adoptés ». Une année plus tard, cette exigence a poussé les commissions d’octroi de la carte de mérite civique à inspecter les maisons des postulants pour voir si elles étaient bien tenues, si le mobilier et la vaisselle étaient en nombre suffisant, et les draps de lit et les lieux d’aisance propres.

33Dans leur souci de ressembler au colonisateur, les évolués ont poussé le mimétisme jusqu’à la caricature : on mangeait à table « comme un blanc », on faisait la sieste « comme le blanc », on s’habillait, on portait la raie, on parlait « comme un blanc », on apprenait à « rire en français ». On mettait des lunettes de soleil même la nuit pour imiter le blanc. Bref, dans toutes les circonstances de la vie, faire « tout à fait comme le blanc » était une expression communément utilisée : en lingala, « lokola kaka mondele mpenza », en kikongo « mutindu kaka mundele mpenza », en tshiluba « anu bu mutoke menemene », en swahili « kama muzungu kabisa ». Certains évolués ont troqué leurs noms africains contre des noms européanisés : Dericoyard pour Likwangola, Pierre Canon pour Pierre N’Kanu, Jacques Bonnard pour Augustin Mayanga, Mumbard pour Lumumba, Amelot pour Abangapokwa, Sapin pour Sapu, Cassongault pour Kasongo, Muthombon pour Mutombo, etc.

4. Qui étaient les évolués et combien étaient-ils ?

34A l’exception de Paul Panda Farnana, « le premier universitaire congolais », né en 1888, et de l’abbé Stéphane Kaoze, « le premier prêtre de la seconde évangélisation au Congo », ordonné en 1917, les évolués appartiennent à la génération de ceux qui sont nés entre 1905 et 1929. Ils viennent après la génération de ceux qui ont établi les premiers contacts avec les Européens (1880-1904), et avant la génération des premiers universitaires (1930-1954).

35Tels sont les cas de Jean Bolikango (1909), Eugène Kabamba (1911), Sylvestre Mudingayi (1912), Joseph Kasa-Vubu, AntoineRoger Bolamba, Zuza Bola (1913), Paul Lomami-Tshibamba (1914), Joseph Malula (1917), Dominique Zangabie (1918), Albert Nkuli, Antoine Ngwenza, Etienne Ngandu, Moïse Tshombe (1919), Joseph Iléo (1921), Antoine-Marie Mobe (1922), Jacques Massa (1923), Patrice Lumumba (1925), Joseph Ngalula (1928), Albert Kalonji (1929).

36Les évolués ont profité de la multiplication des écoles : création des écoles normales, moyennes et professionnelles, particulièrement à partir des années 1925 : création des petits séminaires et des grands séminaires de Baudouin ville (1905), et de Kabwe (1930), création de l’école des candidats commis à Borna (1906), création des écoles d’infirmiers de l’État (1910), convention scolaire du gouvernement colonial avec les missions chrétiennes (1925-1926), création à Kisantu de l’École des infirmiers de la Fondation médicale de l’Université catholique de Louvain au Congo (1927), réforme de la scolarité des candidats commis de Borna portée de six à huit ans, dont deux post-primaires (1931), changement du statut de l’Institut Saint Joseph de Kinshasa qui devint en 1933 une école moyenne alors qu’elle fut de 1917 à 1932 une école professionnelle, création à Kisantu d’une école moyenne d’agriculture du Centre agricole de l’université de Louvain au Congo (1933), création de l’École des Assistants médicaux indigènes à Léopold ville (1936) et Stanley ville par l’État, création de l’École des assistants médicaux indigènes à Kisantu par la Fondation médicale de l’Université catholique de Louvain au Congo (1937), réforme scolaire qui prolongeait de deux à quatre ans post-primaires la scolarité des candidats-commis (1938).

37Jean Bolikango est sorti de l’Institut Saint Joseph de Kinshasa en 1925 après deux années post-primaires et une année de sténodactylographie-comptabilité. Sylvestre Mudingayi est entré dans la vie active en 1931 après deux ans d’études de candidat-commis. Antoine-Roger Bolamba a fait ses études primaires et ses études de candidat-commis à la colonie scolaire de Borna. Paul Lomami-Tshibamba a commencé sa scolarité à l’Institut Saint Joseph de Kinshasa, et l’a poursuivie au petit séminaire de Mbata Kiela au Mayombe qu’il a dû quitter en terminale pour raison de maladie (1928-1932). Bonaventure Makonga a fait des études normales à Lukafu et Luabo auprès des Pères Franciscains (1928-1930). Il a commencé sa carrière comme instituteur aux écoles de l’Union Minière du Haut Katanga avant d’entrer dans l’administration des postes. Après ses études primaires à l’Institut Saint Joseph de Léopold ville, Joseph Malula a continué sa scolarité aux petits séminaires de Mbata Kiela et de Bolongo à Lisala. Au grand séminaire de Kabwe au Kasaï, il était condisciple de Joseph Kasa-Vubu et Jacques Massa. Moïse Tshombe a fréquenté l’école normale des Méthodistes à Kanono lez Kinda dans le territoire de Kamina (1931-1935).

  • 22 Mgr J.F. de Hemptinne, Mémoire adressé au Premier ministre belge et au ministre des Colonies, Eaton (...)
  • 23 Ibidem, p. 8.

38La montée des évolués a été favorisée aussi par les circonstances de guerre : la séparation de la colonie et de sa métropole empêchait le recrutement de nouveaux agents en Belgique. Il a fallu utiliser de plus en plus de noirs, et leur confier des responsabilités exercées jusque-là par des blancs. Les cadres subalternes européens furent remplacés par le personnel auxiliaire noir. Le nombre d’employés noirs est passé au Congo belge de 8 792 en 1939 à 10 745 en 1941, 12 609 en 1943 et 14 833 en 1945, soit une augmentation de près de 70 % en six ans. En décembre 1943, Mgr Jean-Félix de Hemptinne, vicaire apostolique du Katanga, et membre de la Commission permanente pour la protection des indigènes, faisait remarquer au gouvernement belge en exil que la conséquence la plus grave de l’effort de guerre paraissait être « la rupture d’équilibre qui s’est produite entre les deux portions de la population indigène, les travailleurs salariés d’une part et, d’autre part, la population des milieux coutumiers22 ». Il précisait sa pensée : « C’est de cette masse de salariés et des employés, devenue énorme, que part le mot d’ordre qui régit désormais l’attitude des milieux coutumiers eux-mêmes. Ceux-ci ne donnent plus le ton. Ils le reçoivent d’ailleurs...23

39L’estimation numérique des évolués varie avec le critère privilégié. Si l’on privilégie le facteur « instruction-diplôme », il faut avoir à l’esprit le niveau réel de ces écoles. Pour ne prendre que l’exemple de l’École des candidats-commis de Borna qui a formé les premiers auxiliaires de l’Administration, la scolarité était de six ans primaires de 1906 à 1931, de deux ans post-primaires de 1931 à 1938, et de quatre ans post-primaires après 1938.

  • 24 Cet ordre de grandeur a été obtenu en faisant des extrapolations à partir des chiffres donnés dans (...)

40Pour la seule année 1947, le nombre total des diplômés de l’enseignement post-primaire ne s’élève qu’à 815. Si l’on ajoute à ce chiffre les transfuges des séminaires, les assistants médicaux et les diplômés des années antérieures, on obtient un chiffre de l’ordre de 12 000 à 15 000 évolués24 en 1948, soit 5 évolués pour 1000 adultes masculins.

41Une seconde estimation est le nombre des membres inscrits dans les cercles pour évolués. Ces cercles se donnaient pour but de poursuivre la formation intellectuelle des adhérents et de leur procurer des divertissements sains : théâtre, musique, sport, jeux d’esprit, activités sociales. Ils furent créés un peu partout dans le pays par les missions, l’Administration, certaines entreprises et des coloniaux bénévoles. Le président d’honneur était souvent un agent européen de la territoriale, ou bien un missionnaire.

42Eugène Kabamba fut président du cercle d’études et d’agrément des évolués Emmanuel Capelle à Léopold ville. A Élisabeth ville fut créé sous l’égide du gouvernement en mars 1946 le cercle des évolués Léopold II présidé d’abord par Alfred Kia, puis par Antoine Munongo. Peu après, les missionnaires fondèrent à leur tour le cercle Saint Benoît que fréquentaient Pascal Luanghy, Mathieu Kalenda, Gabriel Kitenge, Bonaventure Makonga, Antoine Munongo, Boniface Mwepu, Amand Tshinkulu, etc.

43Le cercle d’agrément Prince Léopold III de Lusambo était présidé en 1945 par Sylvestre Mudingayi, assisté de Charles Lelo et Aloïs Kabangi. Le cercle Pierre Ryckmans de Kabinda avait comme président en 1945 Ferdinand Wassa. Etienne Ngandu fut le premier président du cercle Persévérance des évolués de Lodja, André Banishayi premier président du cercle social Saint Clément à Luluabourg, Moïse Tshombe président du cercle des évolués de Sandoa, Liévin Kalubi vice-président du cercle des évolués de Moba.

  • 25 Rapport annuel présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge (...)

44En 1948, les 490 cercles pour évolués (cercles récréatifs, cercles sportifs et cercles d’études) regroupaient 25 014 membres. Les cercles récréatifs et les cercles sportifs totalisaient les trois quarts du nombre des cercles, et atteignaient presque 80 % des adhérents. Par la suite, les cercles d’études ont pris peu à peu de l’extension avec 5 000 adhérents (1946), 8 182 adhérents (1953), 8 835 adhérents (1954), 14 878 adhérents (1955), 1 1 045 adhérents (1956)25.

  • 26 Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge pendan (...)
  • 27 P. Lumumba, Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?, Bruxelles, Office de Publicité, 1961, p. 57.

45Une troisième appréciation est fournie par la classification professionnelle élaborée par l’Administration, répertoriant « les travailleurs intellectuels, les travailleurs qualifiés ou semi-qualifiés, les contremaîtres et agents à responsabilité de commandement, les artisans indépendants, les commerçants autonomes ou semi-autonomes, les professions libérales ». En 1956, cette classification dénombra 143 865 personnes dont 110 381 dans les milieux urbains et 56 648 dans les milieux ruraux26. C’est ce chiffre que Patrice Lumumba a retenu lorsqu’il parle de plus de 100 000 véritables évolués en 1956 dans le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?27.

5. Les aspirations profondes des évolués

  • 28 Dans la relation qu’il a laissée sur ses premiers contacts avec les populations du bassin du fleuve (...)

46Au Congo, dans les années 1944-1947, il y a une effervescence dans les milieux évolués tempérée par la peur de la répression. La stratification sociale telle que perçue par les évolués se présente de la manière suivante. En haut de l’échelle, il y a les blancs (Mindele, Bazungu, Batoke). Puis viennent les évolués (Mindele Ndombe = blancs à peau noire), et en bas de l’échelle la « masse arriérée et ignorante » des autres noirs (Bassenji)28. Le combat mené par les évolués est de se rapprocher des blancs, d’intégrer les milieux européens en prenant la place occupée auparavant par les Coastmen, les Ouest-Africains venus au Congo pour remplir les emplois du personnel auxiliaire. Les évolués n’admettent pas que les mulâtres viennent s’intercaler entre eux et les blancs. D’aucuns rêvent d’assimilation avec les blancs. Mais avant d’y arriver, ils réclament un statut particulier, une distinction qui doit les démarquer de leurs autres compatriotes. C’est le sens de la considération et de la dignité de l’évolué qu’ils appellent de tous leurs vœux que nous avons déjà évoquées.

  • 29 J. Bolikango, La Voix du Congolais, novembre 1950, no 56, p. 655.
  • 30 A.-M. Mobe, « Échos de Stanleyville », La Croix du Congo, 28 janvier 1951, p. 1.

47Le front des évolués n’est toutefois pas monolithique. Ils le déplorent et l’écrivent eux-mêmes : « Le pire ennemi du noir, c’est le noir lui-même ». Les évolués de la capitale dédaignent les évolués de l’intérieur du pays qui se méfient d’eux à leur tour. A Léopoldville, Jean Bolikango écrit en mai 1950 que « les évoluants doivent se montrer plus unis et avoir conscience de leur responsabilité dans l’avenir de leur cher Congo29 ». Et pour prendre l’exemple de Stanley ville, en plus des frictions continuelles entre mulâtres et noirs, les évolués natifs de la province ne s’entendent pas avec les non originaires ; il en est de même des commis du gouvernement avec ceux des sociétés et des particuliers30.

48Par ailleurs, les contacts entre Congolais ne sont pas facilités par le pouvoir colonial. Les déplacements de plus de trente jours à l’intérieur du pays sont réglementairement subordonnés à l’obtention d’un visa médical et d’un permis de mutation signé par l’administrateur du territoire de résidence. La destination et la durée du séjour étaient portées sur la feuille de route qui devait être visée à l’arrivée. Celui qui ne pouvait pas justifier d’un permis de mutation était considéré comme un vagabond. Beaucoup de Congolais ne se sont rencontrés pour la première fois qu’à l’Exposition universelle en Belgique en 1958.

49La peur de parler était dictée par la répression subie.

  • 31 Témoignage oral de Beltchika Kalubye recueilli en août 1971 à Bruxelles.

50Liévin Kalubi avait été inculpé du chef de « meneur de troubles » parce que les autorités coloniales avaient établi un lien entre la mutinerie de Luluabourg et les activités clandestines de son association. Il fut détenu pendant dix-huit mois. Puis, sans être jugé, il fut libéré en 1945, réhabilité, réengagé... mais déplacé, pour ne pas dire relégué à Baudouin ville (Moba) où il resta jusqu’à la veille de l’indépendance. Il devait son élargissement au consul britannique à Élisabeth ville avec lequel il avait pu entrer en contact. Ce dernier avait joué le rôle de médiateur de conflits pendant la guerre, et était déjà intervenu dans le dossier de deux syndicalistes belges, Heynen et Dutron, poursuivis pour leur activisme syndical31.

51Etienne Ngandu, l’inspirateur du mémoire des évolués de Luluabourg, fut accusé de collusion avec l’Étranger parce que les autorités coloniales contestaient la paternité congolaise de ce texte. Un noir du Congo belge ne pouvait pas écrire seul ce genre de mémoire. Une perquisition minutieuse fut effectuée au domicile de cet assistant médical, qui avait fait partie du personnel médical envoyé à Madagascar en 1942-1943. Il en était revenu avec le grade de premier sergent-major. On découvrit la correspondance échangée entre le prévenu et Gustave Anguillet, d’origine gabonaise, comptable auprès de la société Interfina à Lusambo, très connu pour son violon d’Ingres, la photographie.

  • 32 Témoignage oral de Marthe Tshibola, veuve de E. Ngandu. recueilli en avril-mai 1988 à Kinshasa.

52Etienne Ngandu fut acheminé de Luluabourg à Lusambo, cheflieu de la province jusqu’en 1950, pour y être interrogé. La sanction fut prise de le reléguer à Lodja, loin des grandes voies de communication. Il présenta son recours et sollicita l’appui du colonel Dr Thomas, son chef, qui avait dirigé l’hôpital mobile pendant la guerre. Les raisons invoquées étaient que ses enfants étaient en âge de scolarité, et qu’il voulait qu’ils étudient en ciluba, sa langue maternelle, et non l’otetela. Etienne Ngandu obtint la faveur de revenir à Lusambo en août 194732.

53Pour avoir écrit ses articles dont on lui contestait la paternité, Paul Lomami-Tshibamba subit des vexations sans nombre du régime colonial. Pendant trois semaines, il fut fouetté afin de dénoncer le blanc qui l’avait inspiré. Pourtant il avait tiré son inspiration de la lecture de Batouala de René Maran, de la fouille des archives des Affaires politiques, administratives et judiciaires, de la lecture du Martiniquais Candace dans la revue Zaïre. Il fut marqué aussi par le passage au Congo du noir américain Georges Washington et de Félix Eboué.

  • 33 Témoignage oral de Paul Lomami-Tshibamba recueilli en octobre 1981 à Kinshasa.

54En décembre 1949, il fut obligé de quitter Léopoldville précipitamment pour aller à Brazzaville. L’un de ses amis congolais qui travaillait à la Sûreté coloniale l’avait prévenu d’une arrestation imminente. Les autorités étaient en possession d’une critique du régime colonial belge parue dans Présence Africaine à Paris avec les initiales de P.L.T. Il était considéré comme un récidiviste. A Brazzaville, Lomami-Tshibamba fut d’abord engagé aux Affaires sociales pour s’occuper de la construction de foyers sociaux. Puis il fut récupéré par Cornut-Gentille, haut-commissaire pour l’AEF, qui l’utilisa pour donner une impulsion aux cercles culturels. Il s’occupa de Liaison, la revue des évolués de l’Afrique équatoriale française, et demeura à Brazzaville jusqu’en 1961. Si Lomami-Tshibamba a trouvé des facilités à Brazzaville, c’est parce qu’il y était né en 1914, de l’union d’un père, milicien lulua qui avait fui le fort de Shinkakassa après la mutinerie de 1900 et avait épousé une femme banza de la Mobaye (Oubangui)33.

  • 34 P. Lumumba, Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?, op. cit., p. 189.

55Ces trois exemples que nous venons de donner permettent de comprendre l’auto-censure pratiquée par les évolués. En 1956, Patrice Lumumba pouvait écrire dans le Congo terre d’avenir est-il menacé ? : « [...] le temps n’est pas si éloigné où tout Congolais était pénétré de l’idée que la moindre rouspétance insolente à l’égard des autorités peut lui coûter des châtiments34.» Dès lors, en dehors de la presse reconnue comme la Voix du Congolais, la Croix du Congo et d’autres organes, l’évolution des idées s’est faite clandestinement, souterrainement.

  • 35 Témoignage oral de S. Mudingayi, recueilli en janvier 1979 à Kinshasa.

56Sylvestre Mudingayi nous a révélé l’existence d’un bulletin interne Pro Luce, qui tenait lieu de gazette. Rédigé et tenu par les évolués de Lusambo en 1942-1943, ce bulletin avait l’originalité d’être manuscrit ; chacun d’eux consignait des faits observés, particulièrement les vexations et les injustices et rapportait des informations centralisées par un rédacteur ; on se le passait de main en main après avoir paraphé, et on le retournait au rédacteur en chef, Constantin Kabeya35.

  • 36 Témoignage oral de Joseph Iléo recueilli en juin 1984 à Kinshasa.

57Joseph Iléo nous a confié qu’une dizaine de Congolais avaient été réunis secrètement par le Dr Toussaint, fondateur de la Confédération générale des syndicats. Parmi eux il y avait Arthur Pinzi, le futur président du syndicat APIC, et lui-même. Le Dr Toussaint est le premier à leur avoir parlé de syndicat et de leurs droits. En terminant son discours, Toussaint leur avait dit : « Si le gouverneur général Ryckmans apprend que je vous ai réunis, je vais être arrêté et expulsé36 ». C’est effectivement ce qui est arrivé. Le Dr Toussaint a été expulsé sans ménagement et interdit de séjour au Congo en novembre 1946.

6. La réponse métropolitaine aux revendications des évolués

58Plusieurs réformes virent le jour au Congo après-guerre. On voulait payer les « dettes de guerre » contractées vis-à-vis de la population congolaise, et récupérer le mouvement de mécontentement des évolués.

59Un groupe d’évolués de Léopoldville avait réclamé en 1942 une gazette pour autochtones ; l’association de Liévin Kalubi voulait éditer à son compte un journal en 1943. Le Gouvernement général lança au début de 1945 la Voix du Congolais, supervisée par deux fonctionnaires belges, d’abord Jean-Paul Quix, puis Jean-Marie Domont, deux anciens administrateurs de territoire à Watsa et aux Cataractes. Les fonctions de rédacteur en chef furent confiées à Antoine-Roger Bolamba. Bimestrielle à ses débuts, la Voix du Congolais devint mensuelle devant le succès rencontré. Elle comblait un vide en enregistrant les vœux et les aspirations des évolués.

60Des évolués, « spécialistes d’une profession et parlant français » avaient émis le vœu de s’organiser dans une Confédération générale des syndiqués indigènes (CGSI) regroupant les syndicats des travailleurs indigènes congolais spécialisés. Le comité de Léopoldville avait fait parvenir début mars 1946 au gouverneur général ses statuts ainsi qu’une lettre sollicitant l’octroi de la personnalité civile, et demandant l’extension de sa représentativité au niveau national.

  • 37 Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge pendan (...)
  • 38 Ordonnance législative no82/AIMO du 17 mars 1946. Voir Bulletin Administratif du Congo Belge, Léopo (...)

61Pour contrecarrer la création de ce syndicat qui « risquait de provoquer du désordre37 », le gouverneur général prit le 17 mars une ordonnance législative réglementant la constitution des syndicats et contrôlant le recrutement des membres. La formation d’un syndicat véritablement interracial était écartée. Ne pouvaient se grouper dans ces organisations professionnelles que les indigènes du Congo belge et des colonies voisines qui exerçaient la même profession ou des professions connexes et similaires38. L’idée de fédération était difficile à envisager, car l’union ne pouvait se faire qu’avec l’autorisation du gouverneur général ou de son délégué. C’est sous le régime des ordonnances de 1946 que sont nées en mai 1946 la Confédération des syndicats chrétiens du Congo (CSCC), puis les Associations du personnel indigène de la colonie (APIC). La Fédération générale des travailleurs de Belgique (FGTB) s’est substituée à la Confédération générale des syndiqués en août 1951.

  • 39 Ordonnance no98/AIMO du 6 avril 1946 créant les conseils indigènes d’entreprise ; ordonnance no99/A (...)

62Les évolués furent invités en avril et mai 1946 à faire partie des conseils indigènes des entreprises, des comités locaux des travailleurs indigènes, des commissions régionales et provinciales du Travail et du Progrès social indigène39. Ces organismes avaient pour mission de donner au personnel autochtone l’occasion de faire connaître leurs desiderata et d’être tenus au courant des mesures les concernant, de coordonner et d’examiner les revendications des conseils d’entreprise à l’échelon du territoire, du district et de la province.

  • 40 Discours d’ouverture du gouverneur général Jungers au Conseil de gouvernement, session 1951.

63Toujours en 1946, quelques Congolais furent appelés à devenir membres des conseils consultatifs existant au niveau des provinces et du pays : les conseils de province, le Conseil de gouvernement, et la Députation permanente. Ces délégués furent désignés, non pas à cause de leur représentativité, mais en raison de « leur instruction, leurs qualités morales, leur réussite professionnelle40 ».

  • 41 Ministère des Colonies, Plan décennal pour le développement économique et social du Congo Belge, Br (...)

64Pour résoudre la crise de l’habitat dans les centres urbains, le pouvoir relança le Fonds d’avance qui était un organisme de crédits immobiliers afin de construire des logements en matériaux durables à son goût. En 1949 et 1950 furent créés des offices de cités indigènes pour rationaliser la construction de logements nouveaux et le développement des agglomérations africaines41.

65Toujours dans le cadre des réformes, les premiers foyers sociaux furent créés en 1949. Desservis par des assistantes sociales européennes, par des religieuses et par des coloniales, ils se préoccupaient d’encadrer les épouses des évolués, et de leur donner des cours de français et d’économie domestique, à savoir l’hygiène, la cuisine, la puériculture, le blanchissage, le repassage, la couture, le raccommodage, le tricot, etc.

66Les deux réformes censées apporter une réponse au statut des évolués sont la carte de mérite civique instituée en 1948, et le nouveau régime d’immatriculation en 1952.

  • 42 La carte du mérite civique fut réglementée par l’ordonnance no 21/258 du 12 juillet 1948 édictée pa (...)

67La carte de mérite civique était accordée sur demande, écrite ou verbale, adressée à l’administrateur du territoire par les Congolais de plus de vingt et un ans qui savaient lire, écrire, calculer et « justifier d’une bonne conduite et d’habitudes prouvant un désir sincère d’atteindre un degré plus avancé en civilisation42 ». Les non-lettrés devaient fournir un certificat de qualification ou de maîtrise professionnelle délivré par un jury de classification des travailleurs ou l’employeur, ou bien justifier de vingt-cinq ans de bons et loyaux services dans l’Administration. La carte de mérite civique était octroyée à titre individuel. Pour obtenir la sienne, la femme d’un « mérite civique » devait produire un certificat de capacité professionnelle ou une attestation de formation familiale et ménagère complète délivrée par la directrice d’un foyer social.

68La carte était délivrée après une enquête portant sur l’étude du comportement du candidat et de sa famille, ses possibilités financières, et le respect des prescriptions en matière d’hygiène.

69Quels sont les avantages acquis ? En matière de justice, les « mérites civiques » pouvaient bénéficier d’un sursis à l’exécution de leurs peines s’ils étaient condamnés ; la détention préventive ne leur était appliquée qu’en cas de réelle nécessité. Ils échappaient au fouet. Dans les prisons et les hôpitaux, des locaux et des salles leur étaient réservés. A partir de 1950, les enfants des mérites civiques commencèrent à être admis dans les écoles pour Européens après un examen approfondi du certificat médical. En 1951, les mérites civiques furent autorisés à circuler la nuit dans les centres urbains et les quartiers européens. C’est parmi eux que le choix se porta pour désigner les représentants congolais aux conseils de province et au Conseil de gouvernement. Dans les transports publics, ils pouvaient voyager dans la classe intermédiaire entre les blancs et les autres noirs. Dans les centres urbains, ils accédaient aux quartiers réservés aux élites, souvent à la lisière du quartier européen. Ils avaient la faculté d’acheter et de boire du vin, de la bière brune, du champagne, des apéritifs. Ils avaient accès aux restaurants et aux magasins à clientèle blanche alors que leurs compatriotes étaient servis dehors devant des guichets. Plus tard, ils ont eu accès aux séances de cinéma pour blancs. Mais les mérites civiques restaient assujettis aux coutumes.

  • 43 Bulletin Officiel du Congo Belge, année 1952, p. 1174.

70En 1952 intervint le nouveau régime de l’immatriculation. Ce statut était l’apanage « de la seule élite indigène ayant réellement accédé à la forme occidentale la civilisation43 ». Il était réservé à ceux qui justifiaient, par leur formation et leur manière de vivre, de l’aptitude à jouir des droits civils et à remplir les devoirs prévus par la loi écrite.

71Jean-Grégoire Kalonda-Djessa, président des immatriculés du Katanga, donne un témoignage sur les « attendus » de son jugement dans son livre Du Congo prospère au Zaïre en débâcle, paru chez l’Harmattan en 1991 :

  • 44 J.G. Kalonda Djessa, Du Congo prospère au Zaïre en débâcle, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 28-29.

Attendu que le requérant a fait de bonnes études et possède une excellente formation qu’il cherche à perfectionner ; qu’il lit et écrit très correctement le français ;
Attendu que le demandeur gagne très convenablement sa vie ; que son épouse a fait l’école primaire ; qu’elle élève son fils à la manière européenne ;
Attendu que le demandeur habite une maison en matériaux définitifs où il vit d’une manière très proche de celle des Européens ;
Attendu qu’il est certain, d’après le dossier, que le demandeur est détaché, depuis toujours, de la coutume indigène et que, par sa formation, son intelligence, son travail et sa manière de vivre, il se rapproche plus des Européens que des autochtones ;
Attendu que presque tous ses employeurs en disent grand bien ; qu’il est constant que Kalonda cherche non seulement à s’élever mais aussi à élever l’élite indigène ; qu’il a indiscutablement une grande influence dans le milieu des évolués, pour le développement et le progrès desquels il travaille avec ténacité ;
Attendu que Kalonda possède une formation et une maturité qui le rendent apte à jouir des droits et à remplir les devoirs prescrits par la loi écrite...44.

  • 45 Déclaration du gouverneur général Pétillon à la Députation permanente le 4 mai 1953.

72L’immatriculation était accordée avec plus de solennité que la carte de mérite civique après une séance minutieuse du tribunal de première instance. Et le résultat n’était pas acquis d’avance. L’intéressé était là avec sa femme et ses enfants. Tous étaient interrogés puisque le statut d’immatriculé était étendu à toute la famille. L’immatriculé relevait du droit civil européen. En plus des avantages reconnus aux mérites civiques, l’immatriculé pouvait se faire hospitaliser dans les cliniques pour Européens. Pour les autorités coloniales, l’immatriculation n’était que « l’acte juridique qui réalis[ait] le transfert d’un individu de l’empire du droit coutumier à celui du droit écrit45 ». Pour les évolués au contraire, c’était le rêve de l’assimilation complète qui commençait à prendre corps. L’incompréhension allait vite tourner au vinaigre.

7. De la déception des évolués à la rupture

73Au début de l’institution de la carte de mérite civique et du nouveau régime d’immatriculation, il y avait beaucoup d’engouement chez les évolués. Le 3 juillet 1949, lors de la remise des premières cartes de mérite civique à Léopoldville, Joseph Kasa-Vubu figurait parmi les treize bénéficiaires ; il la reçut en même temps que Jean Bolikango et son épouse Claire Ngusa, Henri Bongolo, Adolphe Decorte, Eugène Kabamba, Daniel Kanza, Philippe Kinkela, André Koffi, Léon Lomata, Georges Malutama, Antoine Ngwenza, et Ekete Pululu.

  • 46 B. Verhaegen (éd.), ABAKO 1950-1960 : Documents, Bruxelles, CRISP, 1962, p. 42.

74En 1953, le même Joseph Kasa-Vubu fit partie des sept premiers immatriculés à Léopoldville, en compagnie de Pierre Canon, Daniel Luzolanu, Jacques Massa, Ernest Mombong, Ruffin Mujinga, Eugène Suakameso. Comment comprendre son volte-face lorsque l’Abako dont il était le président, et Daniel Kanza le vice-président, déclara en août 1956 : « Bien qu’il y ait des élites, tout est masse et tout est citoyen. Dans aucun pays civilisé on ne donne des certificats pour distinguer les élites de la masse46 ». L’Abako désapprouvait la division de la population « en couches », en évolués et masses.

  • 47 J. Omasombo Tshonda et N. Delaleeuwe, « Je veux la civilisation, mais le Blanc ne veut pas de moi » (...)

75Ceux qui n’avaient pas pu obtenir « ces brevets de civilisation » éprouvaient de l’humiliation et de la rancœur. Dans son article écrit en collaboration avec Nathalie Delaleeuwe intitulé « Je veux la civilisation, mais le Blanc ne veut pas de moi », Jean Omasombo illustre bien les cas de refus par les commissions chargées d’instruire les dossiers de demande des cartes de mérite civique47. En dix ans, de 1949 à 1958, il n’a été délivré que 1 557 cartes de mérites civiques. En six ans, de 1953 à 1958, on n’a reconnu que 217 chefs de famille immatriculés, et 768 femmes et enfants.

  • 48 La Voix du Congolais, octobre 1952, no 79, p. 628.
  • 49 Compte rendu de la Députation permanente, 24e session.

76En revanche, ceux qui les avaient obtenus ont vite déchanté et déclaré en 1953-1954 que c’étaient des documents « trompe-l’œil », des documents « mpamba », inutiles, bons à rien48. Au début de l’année 1953, des immatriculés de Léopoldville se sont réunis et projeté de remettre leurs cartes au Procureur du Roi en signe de protestation. Le 26 mars 1953, Jacques Massa, porte-parole des évolués, introduisit une requête auprès du gouverneur général pour faire inscrire « l’immatriculation » à l’ordre du jour des travaux de la Députation permanente. Il demandait qu’on supprime les pratiques discriminatoires pour les immatriculés et qu’on les traite « en hommes mûrs et civilisés49 ». M. Pétillon ne l’autorisa à lire sa requête que dix-huit mois plus tard.

  • 50 En mai 1954, il n’y avait qu’un seul immatriculé admis au contrat d’emploi : le syndicaliste chréti (...)

77Les bénéficiaires n’étaient pas totalement assimilés aux blancs. En matière de contrat professionnel, le noir relevait du contrat de travail quelles que fussent ses activités50 ; le blanc – intellectuel ou manuel – bénéficiait du contrat d’emploi. Le bénéficiaire d’un contrat d’emploi le moins payé percevait toujours une rémunération et des indemnités supérieures à celles du noir le plus payé. En 1957, un groupe d’assistants médicaux adressa au gouverneur général une lettre dans laquelle ils relevaient les écarts de salaires entre les membres de leur corporation, les agents sanitaires et les infirmières européens moins compétents qu’eux.

78Malgré leurs cartes, les mérites civiques et les immatriculés étaient difficilement acceptés dans les débits de boissons, les hôtels, restaurants et salles de spectacles pour Européens. Et lorsqu’ils exhibaient leurs cartes, quelquefois les agents du service d’ordre leur rétorquaient qu’ils ne connaissaient pas ces cartes : ce n’étaient pas des cartes d’identité. Quand ils les avaient oubliées par mégarde, ils devaient faire « comme tous les noirs ». La classe moyenne en gestation – les colons noirs – qui sollicitait des crédits n’obtenait que des sommes insuffisantes lorsqu’ils n’étaient pas simplement déboutés. L’administration ne facilitait pas l’accession à la propriété immobilière. Dans l’enseignement, en 1957, les enfants noirs admis dans les écoles européennes ne représentaient que 4 % ; ceux qui étaient dans le secondaire ne dépassaient même pas 2 %. Dans le domaine des relations humaines, il n’y avait pas de contacts en dehors des heures de service.

  • 51 P. Lumumba, La Croix du Congo, no 48, 18e année, 24 décembre 1950, p. 4, repris dans J.M.K. Mutamba (...)
  • 52 La Voix du Congolais, 8e année, octobre 1952, no 79, p. 609.

79Les Congolais qui avaient la possibilité de traverser le fleuve pour aller à Brazzaville constataient qu’ils n’étaient pas dans le meilleur des mondes. On connaît le choc ressenti par Patrice Lumumba en revenant de Brazzaville en 1947. C’est sans doute ce qui l’a amené à poser des questions sur la discrimination raciale à la rédaction de la Croix du Congo en décembre 195051. Les rares évolués qui avaient la faveur de voyager en Afrique de l’Ouest témoignaient qu’il n’y avait pas de discrimination raciale là-bas. C’est ce qu’ont rapporté Antoine-Roger Bolamba et Antoine Ngwenza qui ont représenté le Congo belge au congrès de l’Assemblée mondiale de la jeunesse (W.A.Y.) à Dakar en août 195252. C’est le même message rapporté par Dominique Zangabie, Achille Mbumba Ngoy et Paul Mohamedi qui se sont rendus au Togo en janvier 1956 pour une session d’études de la Confédération internationale des syndicats chrétiens sous l’égide de l’Unesco. Les privilégiés invités en Belgique (Jacques Massa en 1949, Thomas Kanza en 1952, Joseph Malula en 1953, les Notables en 1953) témoignaient de l’accueil chaleureux qui leur était réservé en métropole contrairement au comportement des coloniaux.

  • 53 J. Davier, « Communication sur l’immatriculation et l’assimilation », La Voix du Congolais, juin 19 (...)
  • 54 Kazadi wa Kabwe, « La carte écarte. Rôle des élites congolaises dans l’évolution du pays et respons (...)

80Déçus, les évolués se sont retournés contre l’assimilation. La rupture était complète avec les déclarations des années 1944-1947. Désormais, ils disaient qu’ils voulaient « rester eux-mêmes », et non des copies certifiées conformes de blancs. Joseph Davier, commerçant, secrétaire de l’association des mulâtres, fustigeait ceux qui recherchaient ce « badigeonnage hypocrite » ; la véritable assimilation, écrivait-il en juin 1953, « n’a pas besoin d’étiquette. Elle ne réclame ni décret, ni requête ni enquête, parce qu’elle s’impose53 ». En mai 1954, Kazadi wa Kabwe trancha : « Non, nous sommes des noirs, nous devons le rester avec nos bonnes coutumes et nos langues ; il ne faut pas que la carte nous écarte.54 »

  • 55 J. Ileo, « Éditorial », Conscience Africaine, novembre 1952, p. 2.

81Les évolués de Conscience africaine partageaient également ces sentiments. Joseph Iléo écrivait en novembre 1952 : « Dans cette ascension où nous mène cette belle civilisation, point n’est question de rejeter tout ce qui est de nous : nos coutumes, nos langues, notre conception bantoue et même notre logique. Pareil désir serait d’ailleurs aussi fantaisiste qu’utopique. Mais nous devons plutôt en extraire la “substance” bonne, l’entretenir, la développer, la mettre en valeur en harmonie avec la civilisation que nous recevons55. »

  • 56 A. Nkuli, « En marge du voyage royal », Conscience Africaine, juillet-août 1955, p. 65.

82Et Albert Nkuli de renchérir en critiquant le système employé pour l’immatriculation : « Quant à nous, nous croyons que le peuple congolais devrait garder quelques-unes de ces bonnes coutumes qui lui confèrent sa personnalité et son individualité, car le Congo est tout différent de l’Europe et les problèmes qui se posent ici ne sont certes pas les mêmes qui se posent en Europe. Il importe, nous semble-t-il, de donner aux Congolais le statut propre qui répond à sa conception bantoue et non le modeler sur le schéma européen56. »

Conclusion

83Les évolués parlaient tout bas entre eux et commentaient ce qu’ils voyaient, ce qu’ils entendaient, ce qu’ils lisaient et ce qu’ils vivaient. Dans les années 1953-1956, les échanges avaient lieu dans les cercles pour évolués, les associations d’anciens élèves, les associations culturelles et d’entraide à caractère ethnique, les mouvements syndicaux, les cercles chrétiens, libéraux et socialistes, les bars, les stades.

84Les évolués évoquaient leurs déconvenues avec l’immatriculation et le mérite civique. Ils parlaient de la communauté belgo-congolaise et de l’union belgo-congolaise lancées en 1952 par le gouverneur général Pétillon, et attendaient avec un certain scepticisme. Ils reprenaient à leur compte la formule choc des gouverneurs généraux adressée aux coloniaux : « La main tendue trop tard risque d’être refusée » (Eugène Jungers, 1951), « S’il y a des personnes qui ne sont pas d’accord avec nous sur la politique choisie, nous ne leur en voudrons pas ; elles pourront s’en aller » (Léon Pétillon, 1955).

85Les évolués se passionnaient pour ou contre l’école laïque depuis que Pascal Luanghy, commis, David Mukeba, planteur. Moïse Tshombe, commerçant, avaient présenté individuellement en 1951 des vœux au Conseil de gouvernement dont ils étaient membres pour l’organisation d’un enseignement officiel non confessionnel. Ils prenaient position pour Auguste Buisseret ou faisaient la neuvaine pour sa mort en 1954. Ils soutenaient le syndicat des fonctionnaires noirs APIC qui revendiquait en septembre 1954 un statut unique pour les fonctionnaires noirs et blancs ; bientôt, il ne fut question que de « à travail égal salaire égal » ; il fallait que cesse la politique en vigueur : « le plafond du Noir est le plancher du Blanc ».

86Les évolués découvraient les partis politiques métropolitains, particulièrement les partis au pouvoir, le parti socialiste avec ses amicales, et le parti libéral introduit à Léopold ville par Mc Jabon. Ce parti recrutait des affiliés, non seulement dans la capitale, mais aussi à Stanleyville, Élisabeth ville, Luluabourg, etc. C’est du reste l’existence de ces embryons de partis qui ont poussé le syndicaliste chrétien Auguste Cool à provoquer l’abbé Malula, et à lui lancer le défi de lancer un mouvement national (chrétien) exprimant les aspirations et les sentiments des Congolais.

87Le Roi Baudouin était attendu au Congo depuis 1952 pour l’inauguration du stade portant son nom. Le périple royal n’est intervenu qu’en 1955. Les évolués qui avaient longtemps attendu cette venue ont présenté de nombreuses doléances au souverain pendant son séjour au Congo et après son retour en Belgique. Ils escomptaient une nette amélioration de leurs conditions de vie.

88Au début du deuxième semestre de l’année 1956, l’attention des évolués allait se cristalliser sur un petit groupe d’entre eux, qui existait à Léopoldville depuis quatre ans, et éditait un bulletin paraissant d’ailleurs irrégulièrement. Conscience africaine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archives régionales du Katanga à Lubumbashi, Dossier no 7, Pro justitia.

L’Avenir Colonial Belge, 26e année, no 348, vendredi 14 décembre 1945.

Bolamba, A.R., La Voix du Congolais, 1re année, no 3, mai-juin 1945.

Bolamba A.R., « Monsieur Pierre Wigny, ministre des Colonies de Belgique, accorde un entretien à une délégation des évolués de Léopoldville », La Voix du Congolais, septembre 1947, no 18.

Bolikango, La Voix du Congolais, novembre 1950, no56.

Bongongo, L., « Que faut-il entendre par “évolué” ? », La Voix du Congolais, mars 1948.

Bulletin Administratif du Congo Belge, Léopoldville, 1946, 1948.

Bulletin Officiel du Congo Belge, année 1952.

Bulletin Officiel de la France d’Outremer, 1946.

« Chronique de la vie indigène et nouvelles diverses », La Voix du Congolais, décembre 1947, no 21.

Compte rendu de la Députation permanente, 24e session.

Davier, J., Communication sur l’immatriculation et l’assimilation, La Voix du Congolais, juin 1953, no 87.

Daye, P., L’empire colonial belge, Bruxelles-Paris, Ed. du Soir-Berger-Levrault, 1923.

De Backer, M.C.C., Notes pour servir à l’étude des groupements politiques à Léopoldville, Bruxelles, Inforcongo, 1959, tome 1.

Déclaration du gouverneur général L. Pétillon à la Députation permanente le 4 mai 1953.

De Hemptinne, J.F. (Mgr), Mémoire adressé au Premier ministre belge et au ministre des Colonies, Eaton Square, Londres, 15 décembre 1943.

De Schrevel, M., Les forces politiques de la décolonisation congolaise jusqu’à la veille de l’indépendance, Paris, Editions universitaires, 1970.

Discours d’ouverture du gouverneur général E. Jungers au Conseil de gouvernement, session 1951.

Ileo, J., « Editorial », Conscience Africaine, novembre 1952,

Iyeki, J.F., L’essai de psychologie du primitif., Léopoldville, Ed. La Voix du Congolais, 1956.

Journal Officiel des Colonies (françaises), 1945.

Journal Officiel de la France Combattante, vendredi 28 août 1942.

Kalonda Djessa, J.G., Du Congo prospère au Zaïre en débâcle, Paris, L’Harmattan, 1991.

Kalonji Ditunga Mulopwe, A., Congo I960. La vérité du Mulopwe, Paris, L’Harmattan, 2005.

Kanza, Th., Congo, pays de deux évolués, Léopoldville, Ed. Actualités Africaines, 1956.

Kazadi wa Kabwe, « La carte écarte. Rôle des élites congolaises dans l’évolution du pays et responsabilités vis-à-vis de la masse », La Croix du Congo, 9 mai 1954, no 18.

Lomami-Tshibamba, P., « Tribune Libre », La Voix du Congolais, 1re année, no 2, mars-avril 1945.

Lomami-Tshibamba, P., « Les devoirs des évolués », La Voix du Congolais, 1re année, no4, juillet-août 1945.

Lumumba, P., La Croix du Congo, no 48, 18e année, 24 décembre 1950.

Lumumba, P., Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?, Bruxelles, Office de Publicité, 1961.

Ministère des Colonies, Plan décennal pour le développement économique et social du Congo Belge, Bruxelles, Ed. de Visscher, 1949, tome I.

Mobe, A.M.,« Échos de Stanley ville », La Croix du Congo, 28 janvier 1951.

Mutamba Makombo, J.M.K., L’Histoire du Zaïre par les textes, tome 2 : 1885-1955, Kinshasa, Edideps, 1987.

Mutamba Makombo, J.M.K., Du Congo Belge au Congo indépendant 1940-1960. Emergence des « évolués » et genèse du nationalisme, Kinshasa, Ifep, 1998.

Mutamba Makombo, J.M.K., Patrice Lumumba correspondant de presse (1948-1956), Paris, L’Harmattan, 2005.

Nkuli, A., « En marge du voyage royal », Conscience Africaine, juillet-août 1955.

Omasombo Tshonda, J. et Delaleeuwe, N., « Je veux la civilisation, mais le Blanc ne veut pas de moi », inédit, 25 p.

Rapport de la Commission des Colonies sur le projet de loi contenant le budget ordinaire du Congo Belge pour l’année 1948, Documents parlementaires belges, 1947-1948, no 662.

Rapport de la mission sénatoriale au Congo et dans les Territoires sous tutelle belge, Bruxelles, Imprimerie Graphica, 1947.

Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge pendant les années 1945 à 1958.

Stanley, H.M., A travers le continent mystérieux, trad. H. Loreau, Paris, Hachette, 1879, 2 tomes.

Tshimanga, A., Nkuruse, no 1, janvier 1931.

Verhaegen, B., (éd.), ΛΒAΚΟ 1950-1960 : Documents, Bruxelles, CRISP, 1962.

Verhaegen, B„ « L’Association des évolués de Stanley ville et les débuts politiques de Patrice Lumumba (1944-1958) », Les Cahiers du Cedaf, mai 1983, no 2.

Voix du Congolais (La), 8e année, octobre 1952, no 79.

Témoignage oral de Beltchika Kalubye recueilli en août 1971 à Bruxelles.

Témoignage oral de Joseph Iléo recueilli en juin 1984 à Kinshasa.

Témoignage oral de Paul Lomami-Tshibamba recueilli en octobre 1981 à Kinshasa.

Témoignage oral de Sylvestre Mudingayi, recueilli en janvier 1979 à Kinshasa.

Témoignage oral de Marthe Tshibola, veuve de E. Ngandu, recueilli en avrilmai 1988 à Kinshasa.

Notes

1 Th. Kanza, Congo, pays de deux évolués, Léopoldville, Ed. Actualités Africaines, 1956 ; J.F. Iyeki, L’essai de psychologie du primitif, Léopoldville, Ed. La Voix du Congolais, 1956.

2 A. Kalonji Ditunga Mulopwe, Congo 1960. La vérité du Mulopwe, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 37.

3 A. Tshimanga, dans Nkuruse, no 1, janvier 1931, p. 1.

4 P. Daye, L’empire colonial belge, Bruxelles-Paris, Ed. du Soir-Berger-Levrault, 1923, p. 205-228.

5 Voir le décret no 377 daté du 29 juillet 1942 à Londres, dans Journal Officiel de la France Combattante, vendredi 28 août 1942, p. 47 ; le décret du 25 juillet 1945, dans Journal Officiel des Colonies, 1945, p. 590 ; le décret du 30 mars 1946, dans Bulletin Officiel de la France d’Outremer, 1946, p. 233.

6 Déclaration de Paul Mutombo devant le commissaire de police Hubert Lardinois et le Procureur du Roi a.i. Etienne Declerck, Élisabeth ville, le 1er février 1944, Archives régionales du Katanga à Lubumbashi, Dossier no 7, Pro justifia.

7 Déclaration de Liévin Kalubi Tshamala devant le commissaire de police Émile Crespeigne et le Procureur du Roi a.i. Etienne Declerck, Élisabethville, le 1er février 1944, Archives régionales du Katanga à Lubumbashi, Dossier no 7, Pro justifia.

8 Documents parlementaires belges, 1947-1948, no 662, dans Rapport de la Commission des Colonies sur le projet de loi contenant le budget ordinaire du Congo Belge pour l’année 1948, p. 31-35. Ce texte a été reproduit dans J.M.K. Mutamba Makombo, L’histoire du Zaïre par les textes, tome 2 : 1885-1955, Kinshasa, Edideps, 1987, p. 176-180.

9 B. Verhaegen, « L’Association des évolués de Stanleyville et les débuts politiques de Patrice Lumumba (1944-1958) », Les Cahiers du Cedaf, mai 1983, no 2, p. 112-11 5. Ce texte a été reproduit dans J.M.K. Mutamba Makombo, op. cit., p. 180-1 84.

10 P. Lomami-tshibamba, « Tribune Libre », La Voix du Congolais, 1re année, no 2. mars-avril 1945, p. 47-51. Ce texte est repris dans J.M.K. Mutamba Makombo, op. cit., p. 185-195.

11 P. Lomami-Tshibamba, « Les devoirs des évolués », La Voix du Congolais, 1re année, no 4, juillet-août 1945, p. 114.

12 L’Avenir Colonial belge, 26e année, no 348, vendredi 14 décembre 1945. Ce projet de statut fut signé par André-René Aimba, Arthur-Joseph Amisso, Léon-Jackson Baruti, Pascal Diatuka, Jean Ebykot, Edouard Kebana, Albert Koka, José Lobeya, Anselme Longola, Jean-Lambert Mangalibi, Joseph Mongwama, Pius Niele, Jean Sala, Sylvain-Maxime Zinga,

13 M.C.C. De Backer, Notes pour servir à l’étude des groupements politiques à Léopoldville, Bruxelles, Inforcongo, 1959, tome 1, p. 6.

14 A.R. Bolamba, « Monsieur Pierre Wigny, ministre des Colonies de Belgique, accorde un entretien à une délégation des évolués de Léopoldville », La Voix du Congolais, septembre 1947, no 18, p. 766-767.

15 « Chronique de la vie indigène et nouvelles diverses », La Voix du Congolais, décembre 1947, no21, p. 935-936.

16 Rapport de la mission sénatoriale au Congo et dans les Territoires sous tutelle belge, Bruxelles, Imprimerie Graphica, 1947, p. 267-268.

17 Rapport de la mission sénatoriale au Congo et clans les Territoires sous tutelle belge, Bruxelles, Imprimerie Graphica, 1947, p. 268-269.

18 M. de Schrevel, Les forces politiques de la décolonisation congolaise jusqu’à la veille de l’indépendance, Paris, Editions universitaires, I 970, p. 63.

19 A.R. Bolamba, La Voix du Congolais, 1re année, no 3, mai-juin 1945, p. 76-81.

20 Rapport de la mission sénatoriale, op. cit., p. 24-25, p. 180-181, p. 280 et p. 283.

21 L. Bongongo, « Que faut-il entendre par "évolué" », La Voix du Congolais, mars 1948.

22 Mgr J.F. de Hemptinne, Mémoire adressé au Premier ministre belge et au ministre des Colonies, Eaton Square, Londres, 15 décembre 1943, p. 6.

23 Ibidem, p. 8.

24 Cet ordre de grandeur a été obtenu en faisant des extrapolations à partir des chiffres donnés dans le Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles, Edimco, 1947, p. 89. Les diplômés des sections normales, moyennes et professionnelles s’élevaient à 31 8 en 1929, 428 en 1934, 605 en 1939, 618 en 1943, et 645 en 1944.

25 Rapport annuel présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge..., Bruxelles, ministère des Colonies.

26 Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge pendant l’année 1956, p. 95.

27 P. Lumumba, Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?, Bruxelles, Office de Publicité, 1961, p. 57.

28 Dans la relation qu’il a laissée sur ses premiers contacts avec les populations du bassin du fleuve Congo, H.M. Stanley oppose le « mshenzi », le nègre de l’intérieur, aux « Voua-Ngouana », les habitants de Zanzibar, les nègres musulmans. Voir H.M. Stanley, A travers le continent mystérieux, trad. H. Loreau, Paris, Hachette, 1879, 2 tomes.

29 J. Bolikango, La Voix du Congolais, novembre 1950, no 56, p. 655.

30 A.-M. Mobe, « Échos de Stanleyville », La Croix du Congo, 28 janvier 1951, p. 1.

31 Témoignage oral de Beltchika Kalubye recueilli en août 1971 à Bruxelles.

32 Témoignage oral de Marthe Tshibola, veuve de E. Ngandu. recueilli en avril-mai 1988 à Kinshasa.

33 Témoignage oral de Paul Lomami-Tshibamba recueilli en octobre 1981 à Kinshasa.

34 P. Lumumba, Le Congo, terre d’avenir, est-il menacé ?, op. cit., p. 189.

35 Témoignage oral de S. Mudingayi, recueilli en janvier 1979 à Kinshasa.

36 Témoignage oral de Joseph Iléo recueilli en juin 1984 à Kinshasa.

37 Rapport présenté aux Chambres législatives sur l’administration de la Colonie du Congo belge pendant les années 1945-1946, session 1947-1948.

38 Ordonnance législative no82/AIMO du 17 mars 1946. Voir Bulletin Administratif du Congo Belge, Léopoldville, 1946, p. 623 et ss.

39 Ordonnance no98/AIMO du 6 avril 1946 créant les conseils indigènes d’entreprise ; ordonnance no99/AIMO du 6 avril 1946 créant les commissions régionales et provinciales du Travail et du Progrès social indigène complétées par l’ordonnance no120/AIMO du 10 mai 1946. Voir Bulletin Administratif du Congo Belge, Léopoldville, 1946.

40 Discours d’ouverture du gouverneur général Jungers au Conseil de gouvernement, session 1951.

41 Ministère des Colonies, Plan décennal pour le développement économique et social du Congo Belge, Bruxelles, Ed. de Visscher, 1949, tome 1, p. 31-36.

42 La carte du mérite civique fut réglementée par l’ordonnance no 21/258 du 12 juillet 1948 édictée par le gouverneur général. Voir Bulletin Administratif du Congo Belge, Léopoldville, 1948, p. 2345.

43 Bulletin Officiel du Congo Belge, année 1952, p. 1174.

44 J.G. Kalonda Djessa, Du Congo prospère au Zaïre en débâcle, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 28-29.

45 Déclaration du gouverneur général Pétillon à la Députation permanente le 4 mai 1953.

46 B. Verhaegen (éd.), ABAKO 1950-1960 : Documents, Bruxelles, CRISP, 1962, p. 42.

47 J. Omasombo Tshonda et N. Delaleeuwe, « Je veux la civilisation, mais le Blanc ne veut pas de moi », inédit, 25 p.

48 La Voix du Congolais, octobre 1952, no 79, p. 628.

49 Compte rendu de la Députation permanente, 24e session.

50 En mai 1954, il n’y avait qu’un seul immatriculé admis au contrat d’emploi : le syndicaliste chrétien Jacques Massa, membre de la Députation permanente. L’année suivante, ils furent deux avec Antoine Ngwenza, secrétaire-adjoint du département commercial de la Compagnie du Kasaï.

51 P. Lumumba, La Croix du Congo, no 48, 18e année, 24 décembre 1950, p. 4, repris dans J.M.K. Mutamba Makombo, Patrice Lumumba correspondant de presse (1948-1956), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 82-84.

52 La Voix du Congolais, 8e année, octobre 1952, no 79, p. 609.

53 J. Davier, « Communication sur l’immatriculation et l’assimilation », La Voix du Congolais, juin 1953, no 87.

54 Kazadi wa Kabwe, « La carte écarte. Rôle des élites congolaises dans l’évolution du pays et responsabilités vis-à-vis de la masse », La Croix du Congo, 9 mai 1954, no 18, p. 1.

55 J. Ileo, « Éditorial », Conscience Africaine, novembre 1952, p. 2.

56 A. Nkuli, « En marge du voyage royal », Conscience Africaine, juillet-août 1955, p. 65.

Auteur

Professeur ordinaire à l’université de Kinshasa département d’histoire, faculté des lettres

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search