Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

Conscience africaine et inconscience belge ?

Valérie Piette

Texte intégral

1En cet été 1956, la publication du manifeste Conscience Africaine passe inaperçue en Belgique – du moins dans un premier temps. Le climat international retient toute l’attention : guerre froide mais surtout paroxysme de la crise du canal de Suez. Toutes deux seront bientôt éclipsées, le 8 août, par la catastrophe du bois de Cazier à Marcinelle. La Belgique décompte jour après jour les cadavres remontés à la surface et s’émeut devant une tragédie qui met à l’avant-scène les dangers auxquels sont confrontés les mineurs. Les Belges, presque fascinés par l’horreur, lisent avec émotion les récits de vie de ces 262 travailleurs que la presse ne cesse de publier. Ils découvrent par là même l’ampleur de l’immigration italienne en Belgique. Le Congo et le manifeste sont bien loin de leurs principales préoccupations de cette période estivale. Pourtant Conscience Africaine est aujourd’hui considéré comme un jalon important de l’histoire de la décolonisation. Il symboliserait une première prise de parole politique des Congolais. Comment alors décrypter cette absence de réaction ? Pour ce faire il nous faut quelque peu revenir sur la situation du Congo belge dans la seconde moitié du vingtième siècle.

1. Le Congo belge au sortir de la seconde guerre mondiale

2Le regard sur le Congo change lors du second conflit. Si, comme le souligne Isidore Ndaywel è Nziem, l’entreprise coloniale au Congo n’est pas complètement bouleversée, la guerre aura sans conteste sur elle des conséquences politiques, sociales et économiques. L’isolement de la Belgique, les campagnes africaines mais encore l’ouverture commerciale du Congo à de nouveaux partenaires commerciaux, le ravitaillement des alliés ainsi que le rôle de l’Union Minière du Haut Katanga et surtout de l’uranium congolais, sont autant de donnes nouvelles qui changent les perspectives du pays.

  • 1 Sur Pierre Ryckmans, voir J. Vanderlinden, Pierre Ryckmans (1891-1959). Coloniser dans l'honneur, B (...)
  • 2 Sur cet aspect, voir J.-C. Willame, « Le Congo dans la guerre. Coopération économique belgo-Alliés (...)

3Durant quelques années, l’effort de guerre est devenu une priorité. Les échanges commerciaux se sont ravivés, de nouveaux partenaires ont fait leur apparition. Même si la Belgique s’inquiète toujours de la présence britannique, elle doit accepter que le premier partenaire commercial du Congo belge pendant le conflit devienne le Royaume-Uni. Pierre Ryckmans1, alors gouverneur général du Congo, déclare alors : « Gagner la guerre, c’est aider la Grande-Bretagne à la gagner2 ». Des accords commerciaux sont établis augmentant de fait la cadence et la productivité des travailleurs congolais. Elles ne firent que s’accroître au cours du conflit. En 1942, l’occupation militaire de la Malaisie, de Singapour, de l’Indonésie et de Birmanie a pour conséquence que le Congo belge doit assurer le ravitaillement des alliés en caoutchouc, en étain, en huile de palme. Face à cette demande croissante, les autorités coloniales mettent en place une mobilisation civile et militaire. Bref, le Congo belge devient une source de matières premières essentielle à la bonne conduite du conflit pour les alliés. Économiquement, la guerre laisse des traces et permet au Congo belge de connaître une certaine croissance économique. Cette situation a évidemment des conséquences politiques. Si les Alliés venaient chercher au Congo du caoutchouc, de l’étain, de l’huile de palme, ils étaient également intéressés par les fameux « minerais stratégiques ». On considère aujourd’hui que l’Union Minière du Haut Katanga (UMHK) fournit plus de 70 % des besoins en uranium aux États-Unis au cours de la guerre.

4La guerre coupe les ponts étroits qui reliaient le Congo à sa métropole. Certes, c’est de Londres, et non plus de Bruxelles, que le gouvernement belge continue à diriger sa colonie. Mais dans les faits le cordon ombilical se distend au cours de ces quelques années. De plus, les Congolais, tout comme toutes les populations colonisées, découvrent la faiblesse des puissances coloniales. La Belgique est envahie tandis que le Congo tient bon. L’homme blanc serait-il moins parfait que ce que la propagande et les missionnaires tentent jusqu’alors de faire croire.

  • 3 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles (...)
  • 4 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles (...)
  • 5 J. Durieux, La répression du Kibamguisme et du Kitawala au Congo belge : 1921-1960, mémoire inédit (...)

5A la fin du conflit mondial, une aura entoure le Congo, aura que la métropole s’approprie, elle qui en a tant besoin. Mais l’image positive que dégage alors la colonie ne peut dissimuler les peurs du pouvoir colonisateur. La guerre sans conteste gagnée, la Belgique fait partie des nations victorieuses mais elle doit faire face dans sa colonie à quelques mutineries et révoltes qui perturbe quelque peu la joie de la victoire. Elles sont bien évidemment minimisées par le pouvoir colonial. Le rapport sur l’administration du Congo belge nous apprend néanmoins que des troubles locaux ont été réprimés pendant les années de guerre. De plus, le gouverneur général insiste sur « l’éclosion de certaines sectes capables de nuire à l’ordre et à la tranquillité publics3 ». Les « sectes » religieuses visées sont essentiellement Kitawala et Mission des noirs. Elles seraient responsables de la grande majorité des troubles et constitueraient une menace. Mission des Noirs est par ailleurs dissoute par l’administration coloniale car « la recherche d’autonomie religieuse dans une église purement indigène, jointe au désir de constituer des tribunaux confessionnels à la place des juridictions régulières ainsi que des rappels à peine voilés au kimbanguisme ont amené les autorités à prendre des mesures de protection dont la dissolution de l’association4 ». En 1944, la révolte à Masisi-Lubutu, dans la région de l’Utunda, dut le soulèvement kitawaliste le plus important. La révolte fut violente, sa répression également. La police procède à l’arrestation de 181 Kitawalistes ; 70 hommes sont condamnés à mort, 15 seront acquittés, les autres seront condamnés à de la servitude pénale5.

  • 6 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles (...)

6D’autres problèmes sont soulevés par le pouvoir en place : la dénatalité perceptible dans certaines régions du Congo qui engendre des mesures de protection de la famille et de stabilité du mariage monogamique ; une main-d’œuvre africaine en augmentation qui a notamment pour conséquence un exode rural important ainsi que le statut des « évolués » dont certains auraient participé à diverses mutineries. Les troubles de Luluabourg sont pointés du doigt. Cette mutinerie qui démarre en février 1944 serait le résultat « de rumeurs favorisées par l’action de quelques gradés noirs eux-mêmes influencés par une poignée de civils noirs appartenant à la catégorie des évolués6 ».

  • 7 Ibidem, p. 9.

7La prise de parole des Africains « les plus avancés » préoccupe l’autorité en place au point de d’installer un service spécial d’information pour indigènes créé afin « de redresser les erreurs de jugement et les mauvaises interprétations et contrebalancer les propagandes subversives7 ».

2. Une vitrine de la réussite de la politique coloniale belge

  • 8 Voir notamment H. d’Almeida-Topor, L'Afrique au xxe siècle, A. Colin, Paris, 2003, p. 133 et s.

8A bien des égards, la seconde guerre mondiale sonne le glas de la colonisation8, quelle que soit la perception de cette situation. La guerre accélère les prises de consciences nationalistes chez tous les peuples colonisés. Le bras de fer que se livrent l’Est et l’Ouest n’est pas sans influence dans cet état de fait. La peur du communisme est prégnante. Elle n’est certes pas nouvelle dans le chef de l’administration coloniale. Les fantasmes sur la puissance des communistes au Congo dans l’entre-deux-guerres étaient déjà légion et ils ne font que se renforcer face aux déclarations du bloc communiste qui se pose en défenseur naturel des peuples « dépendants ». Dès le début des années cinquante, la Chine communiste emboîte le pas et prend également parti pour une décolonisation rapide de tous les peuples opprimés. Mais, en Belgique, le danger principal pour la colonie n’est pas le communisme, même si la vigilance est de mise, ni encore moins les Congolais eux-mêmes. Ce ne sont pas non plus les autres métropoles, anciennement rivales telles que la France, l'Allemagne ou évidemment la Grande-Bretagne. Seuls, les États-Unis focalisent l’essentiel des préoccupations : si danger il y a, il viendra du côté du l’Oncle Sam. L’ingérence des États-Unis dans les politiques coloniales, sa sympathie déclarée pour l’autonomie des peuples dérangent profondément la Belgique, qui ne voit pas d’un œil bienveillant la naissance, dès 1949, d’une Pan African Society of America, devenue par la suite l’African Affairs Society of America, fondée par des hommes d’affaires new-yorkais et dont le but est de développer les échanges avec l’Afrique. On suspecte les Américains de vouloir s’implanter économiquement en Afrique et d’utiliser l’anticolonialisme comme porte d’entrée. Les critiques émises par des missionnaires protestants ainsi que par des journalistes sur la colonisation belge, relayées par quelques diplomates américains, enveniment les relations entre les deux pays.

  • 9 G. Vanthemsche, La Belgique et le Congo, Empreintes d’une colonie, 1885-1960, Bruxelles, éd. Comple (...)

9De plus, les États-Unis participent activement à la toute jeune Organisation des Nations Unies (ONU), autre « menace » crainte par la Belgique. Dans ce nouveau cénacle des nations, comme le soulignait récemment l’historien Guy Vanthemsche, « l’atmosphère y est très hostile aux puissances coloniales9 ». En effet, l’internationalisation des politiques coloniales et des difficultés afférentes permet de mieux les visibiliser. Elles se discutent, et ce au plus haut niveau, dans toutes les grandes associations internationales qui voient le jour juste après la guerre. L’ONU constate, pose des questions, réclame des bilans. Bien pire, elle souhaite également intervenir au sein même des colonies. Les recommandations se succèdent les unes aux autres. La Belgique, qui depuis des dizaines d’années s’est toujours posée en victime des ingérences internationales, est mécontente. Elle y voit un danger évident. Au début des années cinquante, les réactions se multiplient face à la menace onusienne sur la souveraineté belge au Congo au point même que certains envisagent que la Belgique quitte l’ONU.

10La Belgique « victimisée » une fois de plus, « martyr » de l’internationalisation des colonies et des appétits économiques et politiques de nouvelles puissances, cette Belgique égratignée, blessée, se doit de réagir. Elle ne peut laisser dire, elle ne peut laisser faire. Elle veut et doit démontrer que sa colonie est calme et prospère, qu’elle bénéficie des dernières avancées techniques et scientifiques, bref qu’elle est irréprochable. Le Congo belge est ainsi érigé en modèle prouvant ainsi les réelles capacités et aptitudes colonisatrices de sa métropole. Les réalisations économiques, sanitaires, médicales belges sont encensées. Le consensus est total. Libéraux catholiques et mêmes socialistes parlent de concert. L’œuvre civilisatrice est ainsi approfondie et remise sur le métier. Elle induit une politique pragmatique et très empirique. Les bilans positifs se succèdent les uns aux autres. Les débats théoriques sont bannis de l’échiquier colonial belge, pour un temps du moins, car le Congo belge ne peut pas susciter de critiques. La tâche est importante. Le nationalisme belge est ici très agissant.

  • 10 Voir G. Vanthemsche, Genèse et portée du « Plan décennal » du Congo belge (1949-1959), Bruxelles, 1 (...)
  • 11 Plan décennal pour le développement économique et social du Congo belge, Bruxelles, 1949, éd. de Vi (...)
  • 12 Ibidem, p. 2 1.

11La Belgique veut démontrer qu’elle a la capacité de gérer, seule, « sa » question coloniale et de donner un avenir au Congo. L’ambitieux Plan décennal pour le développement économique et social du Congo belge, paru en 1949, s’intègre dans ce mouvement10. Il est par ailleurs explicite. Dans ses conclusions, Pierre Wigny, alors ministre des Colonies, écrit que « dès à présent, la Belgique doit prouver, une fois de plus, au monde, qu’elle poursuit sa mission civilisatrice, au centre de l’Afrique, avec générosité et grandeur11 ». Le Plan passe en revue les différents secteurs économiques du Congo et s’intéresse au « bien-être indigène » ; une « nécessité sociale » car « l’amélioration des conditions d’existence des indigènes est la justification de notre présence et la récompense morale de notre effort12 ». Les efforts « magnifiques » déjà enregistrés doivent être soutenus et intensifiés. L’action médicale est sans cesse évoquée. Sa remarquable efficacité a déjà permis de lutter efficacement contre les maladies tropicales et de faire chuter la mortalité infantile. Les progrès sanitaires et médicaux au Congo résument à eux seuls la réussite de la politique coloniale belge. Ils forment une part essentielle de la vitrine coloniale que met en place la Belgique.

3. Processus de décolonisation : la Belgique paisible et insensible ?

  • 13 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo », Synthèses, 1956, p. 205.

12Dans l’immédiat après-guerre, une vague d’actions contestataires met à mal les certitudes des empires coloniaux. L’Inde et les anciennes colonies européennes d’Asie ouvrent la voie. D’autres la suivront. Les Empires vacillent... à l’exception de la Belgique. « Tout va bien » clame-t-on haut et fort. L’ordre règne. Pourtant les mouvements nationalistes parcourent l’Afrique. Les émeutes et les insurrections se propagent : Algérie (1945), Maroc (1955), Madagascar (1947) ; la guerre d’Algérie se profile (1954-62). Les accessions à la souveraineté se multiplient : Libye (1951) suivie par le Soudan, le Maroc et la Tunisie avant que le Ghana ne leur emboîte le pas (1957). Cette déferlante d’indépendances laisse la Belgique assez indifférente. L’émancipation politique n’est tout simplement pas à l’ordre du jour. Si des revendications congolaises existent, elles ne sont pas entendues et encore moins prises en compte. La Belgique « s’auto-félicite » et se congratule. Son système était bien le meilleur, elle qui regarde presque amusée les foyers insurrectionnels se développer en Afrique alors que « son » Congo reste calme, paisible, presque heureux ? La confiance dans l’avenir est générale. En 1955, le voyage triomphal du roi Baudouin renforce un peu plus, si nécessaire, cette conviction. Il souligne la « compréhension mutuelle » entre les deux peuples. Le futur perçu ave bonhomie, de nouveaux plans sont échafaudés : élections municipales, rôle croissant de l’énergie atomique pour le bien-être des populations, énergie atomique « dont nos riches gisements d’uranium permettent d’envisager l’expansion graduelle » souligne encore Buisseret en 1956. Le ministre des Colonies, libéral, insiste sur le difficile climat international. Il y perçoit l’accentuation « dans le monde les luttes issues du vieux conflit des races ! Les exemples de l’Indonésie, de l’Indochine voire même de la Chine sont là pour nous montrer que le rêve un instant entrevu d’une Asie spontanément unie à l’Occident doit être abandonné. » Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie retiennent également son attention mais la menace de contagion est inexistante car la situation est toute différente ; il existe « une politique fraternelle de nos concitoyens noirs ». Le doute n’est pas à l’agenda : « La prospérité dont notre Afrique centrale offre au reste du monde le spectacle exceptionnel qui a son principe dans le climat de sécurité que la sagesse de l’administration belge a su maintenir à un haut degré de perfection13. »

4. Des premières failles ?

  • 14 J. Stengers, Congo. Mythes et réalités. Racine, Bruxelles, 2005, p. 244.
  • 15 « Manifeste », Conscience Africaine, numéro spécial, juillet-août 1956, p. 2.
  • 16 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo » Synthèses, 1956, p. 204.

13Néanmoins certains Belges regardent avec curiosité les politiques menées par les puissances coloniales voisines. En 1953, une Fédération d’Afrique centrale regroupant les Rhodésies et le Nyasaland voit le jour. Elle repose essentiellement sur les principes de partenariat et de « l’association des races » en fonction de leur degré d’évolution. Au même moment naît en Belgique, au sein du monde social-chrétien, le concept d’une « communauté belgo-congolaise ». La parenté avec la fédération d’Afrique centrale est floue voire incertaine mais le vocable usité n’est pas anodin. Pierre Wigny se fait le chantre de ce nouveau concept tout comme le gouverneur général Pétillon qui précisera ce concept à l’ouverture du Conseil du gouvernement en 1955. Le rapprochement entre les communautés belge et congolaise devient un mot d’ordre mais souvent vide de sens. Chacun y met ce qu’il y entend. Mais comme le souligne Jean Stengers cette formule « traduit bien, chez presque tous ceux qui l’emploient, l’espoir, la volonté même d’une union indissoluble du Congo à la Belgique14. » La formule devient tellement célèbre que les auteurs du manifeste Conscience Africaine y font référence, constatant « que l’opinion congolaise réagit avec une certaine méfiance lorsqu’on lui parle de "communauté belgo-congolaise" », craignant que certains ne déforment cette, « pour en faire un frein à l’émancipation totale du peuple congolais ; un moyen aussi pour perpétuer indéfiniment la domination prépondérante d’Européens, formant une caste de privilégiés ». Pourtant les auteurs du manifeste prennent le concept de cette communauté belgo-congolaise, à leur compte en lui donnant une nouvelle définition ; « une fraternité humaine basée sur l’égalité foncière des hommes sans distinction de races15 ». Auguste Buisseret y voit pour sa part une manière de lutter contre les dangers du nationalisme car une attitude « plus humaine et une politique plus progressiste peuvent seules écarter les périls d’un nationalisme, d’un contre-racisme noir dont on rencontre quelques traces, non pas encore d’une façon apparente jusqu’à présent dans la Colonie, un racisme noir aussi blâmable et dangereux que le racisme blanc16 ».

  • 17 S. de Coster, « Le problème de l’enseignement pour indigènes au Congo belge », Revue de l’Universit (...)
  • 18 M. Fischer, « Réflexions sur la Communauté belgo-congolaise », Synthèses, 1956, p. 226.
  • 19 M. Fischer, « Réflexions sur la Communauté belgo-congolaise », Synthèses, 1956, p. 227.

14Quoi qu’il en soit, cette communauté fait couler beaucoup d’encre et elle doit, selon la majorité des acteurs, être instaurée dans la colonie. Sylvain de Coster, professeur à l’Université libre de Bruxelles, voit dans ces années cinquante le début d’une « maturation sociale » au Congo et note même que depuis la guerre « la notion d’amitié belgo-congolaise s’est substituée à l’idée de colonisation17 ». Colonialisme, paternalisme, des notions dépassées ? D’aucuns estiment en effet que les Congolais « les plus évolués » prennent conscience de leur force, de leur personnalité et aspirent ainsi « à être considérés comme des partenaires et non plus comme des pupilles18 ». On exhorte alors les coloniaux à plus de retenue et on espère beaucoup des cours de « relations humaines » donnés aux futurs coloniaux et institués par le gouvernement et les grandes associations belges. Les sociaux-chrétiens deviennent de fervents partisans de la communauté belgo-congolaise. Le voyage du jeune roi Baudouin au Congo, en 1955, ne fait que renforcer cette conviction. Mais à la fin de cette même année 1955, Jef Van Bilsen, un professeur belge à l’INUTOM publie dans la revue du Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) un véritable brûlot ; « un plan de trente ans pour l’émancipation politique de l’Afrique belge ». Ce plan Van Bilsen, nom qui lui sera dorénavant accolé, agite tous les milieux politiques. Pour la première fois, la fin de la colonisation belge au Congo est formulée explicitement. Mais si les idées émises par Van Bilsen n’ont certes pas été prises au sérieux par une grande majorité de la population belge, il ne faudrait néanmoins pas sous-estimer les quelques craintes émises ci et là. On tente d’ailleurs d’y répondre, prouvant ainsi leur existence. En 1956, Fischer écrit : « Il semble nécessaire à certains de combattre un certain esprit de défaitisme, qui semble s’être emparé de beaucoup de nos compatriotes : jugeant de l’avenir d’après les événements d’Afrique du Nord ou de certains pays d’Afrique centrale, ces pessimistes se voient déjà boutés hors du Congo, ne se rendant pas compte que la situation y est toute différente. [...] En outre, il n’est pas inutile de rappeler que les habitants du Congo se répartissent en une multitude de races aux langues et dialectes différents. L’unité administrative existant actuellement n’est, en fait, due qu’à notre action et, sans le ciment que constitue la présence belge, il est probable que cette unité se désagrégerait, à moins que les races les plus fortes ne cherchent à asseoir, par la contrainte, leur domination personnelle sur les éléments les plus faibles [...]. La présence belge est une réelle nécessité pour le Congo, et les Belges joueront pendant longtemps encore un rôle prépondérant sans son gouvernement19. »

5. La fin du règne catholique et l’arrivée d’Auguste Buisseret

  • 20 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo », Synthèses, 1956, p. 202.
  • 21 Ibidem.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., p. 203.

15Mais en Belgique, en 1954, les sociaux-chrétiens perdent les élections. C’est un coup de théâtre qui secoue la Belgique. Le PSC subit un revers électoral d’envergure. Les catholiques perdent le pouvoir, eux qui depuis 1884 participent à tous les gouvernements. Ils sont maintenant cantonnés sur les bancs de l’opposition. Un gouvernement libéral-socialiste voit le jour dirigé par Achille Van Acker. Cette coalition inédite, qui dirigera la Belgique jusqu’en 1958, propose une politique coloniale originale. Le libéral Auguste Buisseret devient ministre des Colonies. Il ne s’agit pas d’une première dans l’histoire politique de la colonie. Les libéraux Louis Franck et Robert Godding l’ont précédé à cette fonction. Mais ces deux prédécesseurs faisaient alors partie de coalitions dans lesquelles participaient les catholiques. Récupérant subtilement les discours du jeune roi Baudouin, le ministre libéral insiste sur « la politique fraternelle » menée par la Belgique, « envers nos concitoyens noirs20 ». Seule le prolongement de cette politique permettra au Congo belge de perdurer à « une époque où s’accentuent dans le monde les luttes issues du vieux conflit des races !21 ». Il insiste néanmoins – et ce avec emphase – sur le rôle des idéologies sur le continent africain. En effet, « sur le sol africain, le libéralisme fondé sur le respect de la personne humaine et le socialisme issu d’une juste aspiration des peuples au bien-être peuvent collaborer en faisant de l’humain, du social et de l’économique, trois grandes voies parallèles d’ascension vers le progrès22.» Le ministre des Colonies ne remet pourtant point en cause la mission civilisatrice menée jusqu’alors par la Belgique au Congo, mission qu’il divise en trois étapes : La Belgique a d’abord délivré de « l’esclavage et de la tyrannie arabe les populations noires opprimées », ensuite dans l’entre-deux-guerres « la grande croisade poursuivie contre la maladie et la misère » et enfin la période de démarrage qui résulta de l’adoption et la mise en application du plan Décennal ». Il constate qu’un dynamisme nouveau transcende la colonie et voit avec enthousiasme la « progression soudaine d’une élite indigène qui s’initie avec une rapidité surprenante non seulement aux tâches modernes de la main-d’œuvre ouvrière, mais encore à des techniques en rapport avec les exigences de l’administration et du commerce ». Bref, poursuit le nouveau ministre des Colonies, « la barrière à la fois sociale et raciale, nous l’avons brisée23 ! »

16Auguste Buisseret croit à l’émancipation par l’éducation. Ce n’est guère original. Les libéraux ont toujours favorisé cette voie en Belgique, notamment au xixe siècle pour la classe ouvrière.

  • 24 Cité par J. Stengers, Congo. Mythes et réalités, Racine, Bruxelles, 2005, p. 210.
  • 25 Sur la place et le rôle des femmes au Congo belge voir C. Jacques et V. Piette, « L’Union des femme (...)
  • 26 Sur les foyers sociaux féminins, voir l’excellent mémoire de licence inédit de P. Taquet, « J’atten (...)
  • 27 « Le Foyer social pour femmes indigènes à Élisabeth ville », Revue coloniale belge, 15 novembre 194 (...)
  • 28 « Le Foyer social pour femmes indigènes à Élisabeth ville », Revue coloniale belge, 15 novembre 194 (...)
  • 29 Plan décennal pour le développement économique et social du Congo belge, Bruxelles, 1949, éd. de Vi (...)

17Il assimile donc logiquement « bien-être des populations » à « l’élévation morale de l’indigène » et donc à la nécessité d’offrir aux Congolais un enseignement de qualité. Auguste Buisseret sera donc l’homme de l’arrivée de l’enseignement officiel au Congo belge. On ne mesure pas encore aujourd’hui la haine qu’il suscita. Attaques politiques évidemment mais également personnelles. Depuis les débuts de la colonisation l’enseignement des jeunes Africains a été laissé aux mains des missionnaires et des congrégations. Le consensus politique est total illustrant sans doute l’adage devenu célèbre du ministre libéral Walthère Frère Orban lors des débats sur l’enseignement en Belgique au xixe siècle : « Un curé vaut mieux que cent gendarmes ». Pas une voix ne s’élève contre cet état de fait. Seule la Ligue de l’enseignement, à l’origine libérale et dont des membres éminents appartiennent à la franc-maçonnerie, appelle plus ou mois régulièrement à un enseignement laïcisé au Congo belge au cours de l’entre-deux-guerres. Durant longtemps donc, instruction et évangélisation allèrent de pair. La moralisation des Africains ne pouvait exister que la par leur christianisation. Louis Franck, ministre des Colonies de 1918 à 1924, libéral et franc-maçon, n’écrivait-il pas en 1924 : « Pour l’éducation morale, c’est sur l’évangélisation qu’il faut surtout compter. On ne fera rien de permanent sans elle. Cette conviction est indépendante de toute conviction de foi ou de dogme. Elle est basée sur cette observation que la vie indigène est profondément pénétrée de religiosité et de mystère24. » La religion garante de l’ordre et de la discipline ? Le parallèle avec le xixe siècle est ici frappant. Longtemps durant le xxe siècle, la Belgique appliqua au Congo les politiques menées en Belgique tout au long du xixe siècle pour résoudre la fameuse « question sociale ». Jusqu’en 1946, le monopole des missions en matière d’enseignement est absolu. Enseignement primaire pour la masse de la population, enseignement de petit et moyen séminaire en vue de former et de fonder un clergé africain et un enseignement professionnel pour former les cadres subalternes de l’État et des grandes sociétés. En 1946, Robert Godding, le ministre libéral des Colonies, crée les premières écoles officielles laïques, écoles destinées aux enfants des Européens. Auguste Buisseret ira beaucoup plus loin. Il instaure l’enseignement officiel laïque pour les Congolais. La révolution et le succès sont totaux. En quelques mois, on construit des écoles primaires, des écoles de moniteurs, des athénées interraciaux. Cet enseignement se distingue de celui des missions, jusqu’alors monopolistique en ce sens qu’il n’est établi, dans un premier temps, que dans les centres extra-coutumiers, donc dans les grandes villes, et qu’il permet surtout, dès le degré primaire, d’apprendre le français. Cette création engendre un flux d’immigrants nouveaux au Congo : instituteurs, institutrices, professeurs viennent quelque peu changer la physionomie sociale de la société coloniale congolaise. On met également l’accent sur l’éducation et l’instruction des fillettes et des jeunes filles. Les appels répétés pour un enseignement féminin adéquat souligne les faiblesses du système25. Diverses difficultés sont pointées : instabilité et inconstance de la population scolaire, indifférence voire hostilité des familles, difficulté de former et de maintenir en place des monitrices africaines. L’enseignement donnée aux filles est avant tout moral et pratique. Il vise surtout à former de futures ménagères et bonnes mères de famille. Mais le pouvoir colonial constate que cet enseignement ne suffit pas et simultanément prend conscience de l’importance de la femme dans la société congolaise. Les foyers sociaux féminins26 prennent de plus en plus d’ampleur car « si on éduque un homme on n’éduque qu’un individu, mais si on éduque une femme, on éduque toute une famille27 ». Fondé en 1934, le Foyer social pour femmes indigènes d’Élisabeth ville est destiné « à éduquer les femmes et les jeunes filles noires, par la formation d’un milieu éducatif et moralisateur où elles peuvent à leur tour se transformer, se civiliser. C’est là qu’elles apprennent en plus de la couture, l’ordre et l’économie, l’hygiène, la propreté, l’épargne et la régularité au travail28 ». Ici encore la comparaison avec le xixe siècle belge est des plus pertinente. La fondation d’écoles ménagères en Belgique s’accélère après la crise sociale de 1886. Elles ont pour but de former de futures bonnes mères de famille. Parallèlement l’enseignement moyen pour jeunes filles de la bourgeoisie fait ses premiers pas, encouragé par des libéraux qui souhaitent donner une instruction digne de ce nom à leurs futures épouses et donc mères de leurs futurs enfants. Le constat est identique au Congo. Comme le souligne déjà le plan décennal de 1949 : « L’enseignement féminin doit être développé. Jadis, les familles, pour des raisons sociales, religieuses et peut-être même économiques, retenaient les filles aux travaux ménagers. Aujourd'hui encore, la population scolaire féminine est beaucoup moins élevée que celle des garçons. Et pourtant la civilisation ne progressera que dans la mesure où se développera l’éducation des femmes. Au Congo comme ailleurs, c’est sur les genoux de sa mère que l’enfant reçoit les premiers rudiments de son instruction. L’éducation féminine est importante pour une seconde raison. Il est émouvant d’entendre les plaintes des évolués qui ne trouvent pas parmi les femmes d’aujourd’hui les compagnes de leur existence. L’homme ne peut fonder un foyer uni qu’avec une femme qui est son égale et sa collaboratrice29. »

6. Une « pilarisation » accélérée de la société congolaise

  • 30 Voir notamment W. Bourgeois, « L’université officielle du Congo belge et du Ruanda-Urundi », Revue (...)
  • 31 On dénombre donc 84 étudiants européens dont 64 garçons et 20 filles.

18Certes l’instauration d’un enseignement laïque en 1954 n’a pas pu laisser de traces tangibles ou en tout cas n’en a pas eu le temps. On ne peut expliquer le processus de décolonisation par cette seule révolution. Mais elle en engendre d’autres. En 1954 également, l’Université catholique de Lovanium ouvre ses portes. Il ne s’agit pas là d’une réaction à la politique libérale de Buisseret. Le projet est évidemment pensé depuis plusieurs années. Ses promoteurs voient dans cette nouvelle université une aventure spirituelle extraordinaire ; Africains et Européens unis dans un enseignement de qualité, symbole de cette communauté belgo-congolaise. Cette création n’est pas simple. Certains, notamment libéraux et socialistes, repoussent dans un premier temps, une telle initiative. Le danger politique est trop grand. Les exemples français et anglais sont sans cesse invoqués. L’université y aurait surtout formé les cadres futurs des mouvements contestataires et de la décolonisation. Mais les libéraux et les socialistes ne peuvent impunément laisser faire les catholiques. Deux ans après Lovanium, c’est au tour de l’université d’Élisabeth ville de voir le jour30. Créée par décret le 26 octobre 1955, l’université officielle du Congo belge et du Ruanda-Urundi d’Élisabeth ville a pour objectif d’empêcher Lovanium de devenir l’unique université d’État. Elle ouvre en 1956 et comporte les facultés de philosophie et lettres, de droit, de sciences, de médecine (dès 1959), d’anthropologie, de linguistique africaine, d’agronomie... Si cette université a été essentiellement pensée pour les Congolais, à ses débuts, la majorité de ses étudiants est issue de la bourgeoisie européenne. Ainsi, sur les 92 étudiants inscrits en 1956, seuls huit sont Congolais31 ; en 1957, on en recense 27 sur les 150 étudiants de la jeune université. A côté des universités préexistent ou surgissent nombre d’associations scientifiques amies notamment à titre exemplatif dans le domaine médical avec le Cemubac de l’ULB et le Fomulac catholique.

  • 32 « Le Congo belge est-il en danger ? », Le Flambeau, 1956, p. 527.

19Assiste-t-on là à une course contre la montre entre catholiques et libéraux pour la création d’une élite congolaise ? Course contre la montre dont on ne connaît pas encore bien les conséquences. En tout cas, en 1960, on compte seulement 16 universitaires congolais. La revue Le Flambeau n’écrivait-elle pas, en 1956, que « les Belges apportèrent au Congo, dans leurs bagages, leur problème scolaire et leur inaptitude à le résoudre32 ».

  • 33 Cité par A. Doucy et P. Feldheim, « Le syndicalisme indigène au Congo belge », Le Flambeau, 1951, p (...)
  • 34 G. Vanthemsche, La Belgique et le Congo, Empreintes d'une colonie, 1885-1960, Bruxelles, éd. Comple (...)
  • 35 « Le Congo belge est-il en danger ? », Le Flambeau, 1956, p. 530.

20Deux réseaux d’enseignement, deux universités... La « pilarisation » de la société congolaise est en marche. La confrontation est inévitable et elle est partout, on dénigre l’autre, le libéral, le socialiste ou le catholique. Les partis politiques belges investissent le Congo, en rivaux. Les syndicats, de plus en plus présents font de même. Les syndicats ne furent admis en tant qu’association professionnelle organisée qu’en 1946. Ils sont encore peu nombreux. En 1950, on recense une quarantaine de syndicats professionnels indigènes regroupant cinq mille membres. Les dirigeants syndicaux sont mal à l’aise avec la question coloniale. Louis Major, dirigeant important de la FGTB, syndicat socialiste belge, craint que la lutte des classes se transpose en « lutte de races » et que l’employeur soit confondu avec l’Européen, le blanc. Il insiste sur les étapes nécessaires afin d’arriver à une plus grande égalité. En tournée au Congo, au tout début des années cinquante, il précise que « le premier devoir qui sera rappelé aux évolués, qui nous rejoindront volontairement, est celui de se tourner d’abord vers la masse de leurs frères de race en les faisant bénéficier de leurs connaissances pratiques et en leur apprenant à travailler plutôt que de développer à leur usage des théories aussi fumeuses que souvent subversives, qui ne peuvent que gêner la saine collaboration entre blancs et noirs, et entraver l’évolution sociale du peuple Congolais33 ». Cette concurrence entre mouvements, partis, associations, syndicats aura des conséquences sur la colonisation belge. C’est certain. Le manifeste Conscience Africaine sera égratigné par certains libéraux parce que explicitement catholique. Le MOC se propose par ailleurs de financer discrètement le groupe de Conscience Africaine34. La revue libérale Le Flambeau est très explicite et n’est pas tendre envers des catholiques belges qui « tentent de susciter un nationalisme "africain" dans l’espoir d’augmenter leurs chances de conserver une situation qu’ils croient, à tort, menacée35 ».

7. Eté 1956 : Marcinelle, Suez et Conscience Africaine !

  • 36 Le Soir, 10 juillet 1956, p. 2.
  • 37 Ibidem.
  • 38 Le Soir, 29 août 1956, p. 2.

21A sa publication, le manifeste retient peu l’attention de la presse, bien plus préoccupée par les derniers avatars internationaux de la crise du canal de Suez ainsi que par la catastrophe de Marcinelle. Seul le quotidien néerlandophone Het Volk fera paraître l’intégralité du manifeste. Le journal Le Soir souligne l’importance du manifeste car pour la première fois « on se trouve devant l'expression politique d’un groupe de l’opinion publique congolaise. Il s’agit incontestablement de quelque chose de neuf, dont il faudra tenir compte36 ». Le ton nationaliste de certains passages surprend car « on concevrait le nationalisme en Afrique belge s’il concernait toute la population : Blancs et Noirs. Il ne faut pas oublier toutefois, que les Blancs jouèrent seuls un rôle pendant les 75 dernières années et que sans les Blancs, les Noirs ne seraient rien ou presque aujourd’hui37 ». Le quotidien bruxellois signale néanmoins que le manifeste « fait l’objet de toutes les discussions dans les milieux évolués et semi-évolués de la ville indigène de Léopoldville38 ».

  • 39 Propos de Rassart repris par le journal Le Soir du 29 août 1956.

22Mais d’autres interlocuteurs préoccupés par le Congo font également entendre leur voix en cet été 1956. Le manifeste est ainsi analysé conjointement avec l’appel des évêques de l’Afrique belge et le congrès extraordinaire du parti socialiste pour l’étude des problèmes coloniaux. Trois textes appelés dorénavant « les documents dits du 1er juillet ». Les socialistes estiment qu’il est plus que nécessaire de fonder des fédérations socialistes au Congo belge. Ils n’échappent pas encore à cette confiance belge dans son modèle de colonisation : « Il est bon qu’on sache à l’étranger, que l’émancipation des Noirs se fera plus facilement sous la puissance tutélaire, sous le contrôle des Chambres législatives belges et sous la pression de mouvement socialiste. Les Belges n’ont pas à rougir de leur œuvre en Afrique et n’ont pas de leçons à recevoir de ceux qui laissent courir leurs propres peuples pieds nus ou de certaines puissances capitalistes qui s’intéressent trop au Congo39.» Les évêques africains sont sans doute plus à l’écoute des premiers frémissements de décolonisation. Ils ont dans leur rang des Africains ; plus de 600 prêtres congolais et très symbolique, un évêque ; une élite africaine catholique. Il ressort de la conférence plénière des évêques tenue à Léopold ville que « tous les hommes sont égaux entre eux, le racisme est condamnable, l’écart entre le niveau des diverses classes doit être réduit [...]. L’Église ne doit pas se prononcer sur les modalités de l’émancipation d’un peuple. Elle la considère légitime du moment qu’elle s’accomplit dans le respect des droits naturels de la charité ». Ces documents dits du 1er juillet feront par la suite couler beaucoup d’encre.

23La publication du manifeste de Conscience Africaine restera comme un moment charnière dans la phase de décolonisation du Congo belge. Ses origines sont multiples. Mais l’inconscience du monde politique belge, l’autosatisfaction envers sa politique coloniale ainsi qu'une pilarisation de la société belge ont sans conteste porté un coup fatal à la colonisation de l’Afrique par la Belgique.

Notes

1 Sur Pierre Ryckmans, voir J. Vanderlinden, Pierre Ryckmans (1891-1959). Coloniser dans l'honneur, Bruxelles, De Boeck université, 1994.

2 Sur cet aspect, voir J.-C. Willame, « Le Congo dans la guerre. Coopération économique belgo-Alliés de 1940 à 1944 », Le Congo belge durant la deuxième guerre mondiale. Recueil d'études, Bruxelles, Académie royale des Sciences d'outre-mer, 1983, p. 213-252.

3 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles, 1947, p. 8.

4 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles, 1947, p. 9.

5 J. Durieux, La répression du Kibamguisme et du Kitawala au Congo belge : 1921-1960, mémoire inédit en histoire, ULB, 2007, p. 57.

6 Rapport sur l'administration de la colonie du Congo belge pendant les années 1939 à 1944, Bruxelles, 1947, p. 234.

7 Ibidem, p. 9.

8 Voir notamment H. d’Almeida-Topor, L'Afrique au xxe siècle, A. Colin, Paris, 2003, p. 133 et s.

9 G. Vanthemsche, La Belgique et le Congo, Empreintes d’une colonie, 1885-1960, Bruxelles, éd. Complexe, 2007, p. 145.

10 Voir G. Vanthemsche, Genèse et portée du « Plan décennal » du Congo belge (1949-1959), Bruxelles, 1994.

11 Plan décennal pour le développement économique et social du Congo belge, Bruxelles, 1949, éd. de Visscher, p. 43.

12 Ibidem, p. 2 1.

13 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo », Synthèses, 1956, p. 205.

14 J. Stengers, Congo. Mythes et réalités. Racine, Bruxelles, 2005, p. 244.

15 « Manifeste », Conscience Africaine, numéro spécial, juillet-août 1956, p. 2.

16 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo » Synthèses, 1956, p. 204.

17 S. de Coster, « Le problème de l’enseignement pour indigènes au Congo belge », Revue de l’Université de Bruxelles, 1956-1957, p. 302.

18 M. Fischer, « Réflexions sur la Communauté belgo-congolaise », Synthèses, 1956, p. 226.

19 M. Fischer, « Réflexions sur la Communauté belgo-congolaise », Synthèses, 1956, p. 227.

20 A. Buisseret, « Trois voies parallèles d’une politique belge au Congo », Synthèses, 1956, p. 202.

21 Ibidem.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 203.

24 Cité par J. Stengers, Congo. Mythes et réalités, Racine, Bruxelles, 2005, p. 210.

25 Sur la place et le rôle des femmes au Congo belge voir C. Jacques et V. Piette, « L’Union des femmes coloniales (1923-1940). Une association au service de la colonisation », dans A. Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, xxe siècle, Paris, Karthala, 2004, p. 95-1 I 7 ; C. Jacques et V. Piette, « Féminisme et société coloniale au Congo belge (1918 1960) », dans Ph. Denis et C. Sappia (dir.), Femmes d’Afrique dans une société en mutation, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2004, p. 7797 et C. Jacques et V. Piette, « La femme européenne au Congo belge : un rouage méconnu de l’entreprise coloniale. Discours et pratique (1908-1940) », Bulletin des séances de l'Académie royale des sciences d’outre-mer, t. 49, 3, 2003, p. 261-293.

26 Sur les foyers sociaux féminins, voir l’excellent mémoire de licence inédit de P. Taquet, « J’attends mon mari » ou la promotion des familles heureuses au Congo belge. Aperçu du service social colonial féminin au Congo (1945-1960), ULB, 2006.

27 « Le Foyer social pour femmes indigènes à Élisabeth ville », Revue coloniale belge, 15 novembre 1946, p. 307.

28 « Le Foyer social pour femmes indigènes à Élisabeth ville », Revue coloniale belge, 15 novembre 1946, p. 307.

29 Plan décennal pour le développement économique et social du Congo belge, Bruxelles, 1949, éd. de Visscher, p. 24.

30 Voir notamment W. Bourgeois, « L’université officielle du Congo belge et du Ruanda-Urundi », Revue de l’Université de Bruxelles, 1956-1957, p. 347-358.

31 On dénombre donc 84 étudiants européens dont 64 garçons et 20 filles.

32 « Le Congo belge est-il en danger ? », Le Flambeau, 1956, p. 527.

33 Cité par A. Doucy et P. Feldheim, « Le syndicalisme indigène au Congo belge », Le Flambeau, 1951, p. 523.

34 G. Vanthemsche, La Belgique et le Congo, Empreintes d'une colonie, 1885-1960, Bruxelles, éd. Complexe, 2007, p. 82.

35 « Le Congo belge est-il en danger ? », Le Flambeau, 1956, p. 530.

36 Le Soir, 10 juillet 1956, p. 2.

37 Ibidem.

38 Le Soir, 29 août 1956, p. 2.

39 Propos de Rassart repris par le journal Le Soir du 29 août 1956.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search