Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

1956 dans le monde

Nathalie Tousignant

Texte intégral

1Dresser l’état du monde en 1956, pour reprendre le titre d’une publication devenue incontournable, c’est tenter, de manière rétrospective, de dessiner les contours des enjeux déterminants pour la conduite des affaires du monde tels que les contemporains ont pu les percevoir.

2D'un objectif modeste, on voit tout de suite poindre les écueils de cette tâche. Avec quelque cinquante ans de recul, ne déformerait-on pas cette perception puisque maintenant nous savons ? Ainsi, nous mettrions en évidence des événements, des discours, des incidents qui ont pu passer relativement inaperçus pour certains témoins. Nous pourrions identifier des causalités totalement étrangères aux acteurs. Le décalage nous donne une lisibilité des fils rouges tissés entre les sphères d’influence, invisibles dans le vif des crises. Enfin, comment rendre compte de l’instant vécu par les acteurs ? Les sources sont abondantes, trop même pour un compte-rendu qui se veut essentiellement descriptif.

3L’objet de cette contribution est de restituer les grands enjeux internationaux de 1956 afin de percevoir le cadre plus général dans lequel la publication du manifeste Conscience africaine s’inscrit. Après avoir consulté la presse quotidienne de 1956, les mémoires des différents acteurs et les synthèses rédigées par les historiens, nous pouvons identifier quelques constantes qui donnent une réponse certes parcellaire. Demeure une inconnue : que percevaient les rédacteurs du manifeste ? Que connaissaient-ils de l’année 1956, comme nous allons la reconstruire ? C’est en dépouillant la presse coloniale belge que nous aurions pu y répondre.

4Pour décrire 1956, nous optons pour un découpage géographique reflétant le nouvel ordre mondial tel qu’il a émergé des grandes conférences des années 1943, 1944 et surtout 1945. Ainsi, nous passerons en revue la situation en Union soviétique et dans la sphère d’influence soviétique. Puis, les États-Unis et leur sphère d’influence constituent le contrepoids de ce panorama. Enfin, la situation spécifique en Europe de l’Ouest et dans les empires coloniaux se resserre pour s’attarder à la Belgique et au Congo dans le monde.

1. L’URSS en 1956

5La mort de Staline, survenue le 5 mars 1953, marque encore l’année 1956, ne serait-ce par la gestion de l’héritage et de la succession de ce dernier. Au départ, de nouveaux acteurs s’imposent, principalement regroupés en deux groupes. D’un côté, Gueorgui Malenkov, Lavrenti Beria et Molotov se rejoignent. D’un autre, Nikita Khrouchtchev et Nikolaï Boulganine organisent l’opposition. Entre les deux camps, la lutte pour le pouvoir sera sans merci. D’autres acteurs, Mikoyan, Pervoukhine, Sabourov, Vorochilov, Kaganovitch ou Joukov, sont aussi parties prenantes de cette difficile succession.

6La coexistence pacifique a-t-elle débuté avant 1953 ? Si l’on définit la coexistence pacifique comme étant un nouvel accent de la politique étrangère soviétique qui délaisserait une politique de harcèlement pour réaffirmer la victoire finale du communisme sans qu’il y ait nécessairement un conflit armé entre les deux superpuissances, rien n’est moins sûr. Au contraire, on note une radicalisation de l’attitude de Staline, dont le dernier épisode, la découverte du complot des médecins, en date du 13 janvier 1953 signerait le dernier avatar de cette période. Cependant, après mars 1953, le triumvirat formé de Malenkov, Beria et Molotov proclame la fin de l’état de siège, attitude qui avait galvanisé les efforts soviétiques durant la seconde guerre mondiale et qui avait justifié toute forme de compromission avec les forces capitalistes après Yalta et Potsdam.

7Pour bien mesurer le changement induit par les nouveaux hommes forts du Kremlin, il est utile de revenir sur ce qu’ont été ces grandes conférences, dans les décisions prises et dans la construction du mythe « Yalta », spécifiquement chez les décideurs américains.

8Depuis l’entrée en guerre des Américains le 8 décembre 1941 dans le camp allié, plusieurs conférences ont réuni les chefs d’État des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union soviétique. Ces conférences ont servi à coordonner les actions militaires et à préparer l’après-guerre. De Casablanca (janvier 1943) à Potsdam (août 1945), les chefs alliés se sont penchés sur les enjeux de la conduite de la guerre.

9A Casablanca, du 14 au 25 janvier 1943, Franklin D. Roosevelt, président des États-Unis, pose le principe de la reddition sans conditions de l'Allemagne, de l’Italie et du Japon. Winston Churchill en aurait accepté le principe, mais aurait manifesté quelque réticence à l’égard de l’Italie. La question sera posée à nouveau lors de la conférence de Québec (août 1943), alors que Mussolini a été renversé et qu’un nouveau gouvernement avec le général Badoglio à sa tête négocie une armistice. A Québec, Roosevelt et Churchill discuteront de la façon d’intégrer l’Italie vaincue dans l’effort de guerre allié. A Téhéran (28 novembre-1er décembre 1943), se réunissent pour la première fois Roosevelt, Churchill et Staline. On y décide un débarquement d’envergure en Normandie pour le 1er mai 1944. Staline et Roosevelt rejettent le projet de Churchill d’une offensive alliée par la Méditerranée et les Balkans. A propos de l’Allemagne, les trois Grands se mirent d’accord sur le principe du démembrement de celle-ci, l’annexion de Königsberg par l’Union soviétique et le déplacement des frontières polonaises.

10Station balnéaire de Crimée, Yalta symbolise l’un de ces moments clés de la résolution du second conflit mondial. Tenue du 4 au 11 février 1945, elle réunit Staline, Churchill et Roosevelt. Dans l’immédiat, ces alliés de circonstance veulent mettre fin au régime hitlérien. Cependant, à Yalta et davantage à Potsdam, les divergences d’intérêts politiques, économiques et militaires s’accentuent. Dès lors, au-delà de la nécessaire collaboration sur les champs de bataille, la défense des buts de guerre nationaux constituera la ligne directrice des événements. Cette attitude influencera donc les solutions mises de l’avant pour l’Europe d’après-guerre.

11En marge des discussions et des résolutions émanant de la conférence, s’érige, sur le moment même et au fil des ans, le mythe de Yalta. Plusieurs éléments se conjugueraient : l’intransigeance de Staline, la maladie de Roosevelt, la vieillesse de Churchill, l’absence de la France représentée par De Gaulle, le partage du continent européen, les affaires asiatiques. Les témoins et les historiens ont contribué à la construction et à la diffusion de ces perceptions.

12Que s’est-il réellement passé à Yalta ?

13Lors des sessions plénières et des discussions moins formelles telles que les dîners, les trois Grands ont discuté du traitement de l’Allemagne, de l’organisation du monde, l’intervention soviétique dans la guerre contre le Japon, de la situation de la Pologne et des Balkans. De leurs travaux, émanent quelques résolutions capitales et une « Déclaration de l’Europe libérée ». Cette déclaration, proposée par Roosevelt, vise à « résoudre par des moyens démocratiques les problèmes politiques et économiques les plus pressants des peuples libérés ». S’appuyant sur les principes de la Charte Atlantique, dont le droit des peuples à choisir la forme de leur gouvernement, elle prévoyait la tenue d’élections libres. Les ministres des Affaires étrangères discutèrent de ce projet. Molotov, ministre soviétique, proposa que les Alliés soutiennent les chefs politiques actifs dans la résistance et que la responsabilité conjointe des Alliés dans la concrétisation de la déclaration soit atténuée. Résultat, dans les pays sous contrôle soviétique, de telles élections n’eurent pas lieu.

14A la différence des conférences de Québec (août 1943) et de Téhéran (28 novembre-1er décembre 1943), les trois puissances sont maintenant présentes sur le continent européen. Chacun semble craindre que les autres n'utilisent leur position militaire pour revendiquer droits et concessions. Au cours des pourparlers, Churchill et Roosevelt ont affiché des attitudes différentes à l’égard de Staline. Roosevelt a cherché à établir un lien de confiance, basé sur une amitié personnelle avec Staline. Il a privilégié le compromis et l’ouverture. Churchill, par contre, a voulu éviter une trop grande emprise soviétique en Europe centrale et orientale.

15Des décisions prises à Yalta, on retient généralement que Staline a obtenu que la frontière soviétique de la Pologne soit avancée jusqu’à la ligne Curzon, limite orientale allant de Grdno aux Carpates en passant par Brest-Litovsk et Przemysl. Pour la frontière occidentale, il n’y eut pas de décision, l’Oder-Neisse étant rejeté par les Américains et les Britanniques. Les rapports entre le gouvernement polonais en exil et le gouvernement pro-soviétique de Lublin ont divisé les Grands. Roosevelt et Churchill ont, dans un premier temps, proposé la création d’un nouveau gouvernement représentatif des tendances, sous l’égide des trois Grands. Staline n’envisageait que l’élargissement du gouvernement de Lublin à quelques personnalités de Londres. Par l’insistance britannique, la France obtient une zone d’occupation en Allemagne et un siège au Conseil de contrôle. Les projets de démembrement, évoqués à la conférence de Téhéran, se heurtent aux réticences de Roosevelt et de Churchill. On réaffirme le principe. Il n’y eut pas d’accord sur les réparations.

  • 1 Y. Durand, « 1945. Les trois Grands terminent la guerre à Yalta », in L’Esprit de l'Europe, t. 1, (...)

16Le mythe de Yalta se construit sur les tractations de cette conférence. Les trois Grands ne se sont pas partagé le monde et l’Europe à Yalta. La non-application des accords a mené à la formation de deux blocs européens. Pour l’Europe, Yalta signifie la fin de la guerre sans que des solutions soient consignées dans des traités de règlement global du conflit. La question allemande, par exemple, n’est pas tranchée. Comme l’écrit Yves Durand1, « [V]éritable inversion de sens de la réalité, il [le mythe de Yalta] est devenu, depuis 1947 et jusqu’en 1989, élément d’explication et d’évolution de l’histoire plus puissant que l’événement auquel il s’est substitué. »

17Tenue du 17 juillet au 2 août 1945, la conférence de Potsdam réunissait Staline, Harry Truman, successeur de Franklin D. Roosevelt décédé en avril 1945, Winston Churchill puis Clement Attlee, vainqueur des élections britanniques dont les résultats sont proclamés le 26 juillet. Conférence de la bombe, elle marque la détérioration des relations entre les Alliés. D’une part, les positions se radicalisent. D’autre part, la venue de Truman et d’Attlee apporte une nouvelle dynamique. La guerre est finie sur le continent européen depuis le 8 mai. La situation militaire en Europe s’est modifiée depuis la conférence de Yalta. L’occupation soviétique est devenue une réalité, exerçant ainsi une pression sensible en Roumanie et en Pologne. Churchill a utilisé, dans un télégramme daté du 12 mai 1945, l’image choc du « rideau de fer ». A Potsdam, les principales décisions règlent le sort de l’Allemagne. L’Allemagne sera désarmée et dénazifiée, décentralisée et démocratisée. Le territoire, déjà partagé entre l’Union soviétique, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, fournira à chaque occupant ses réparations. Berlin est découpée en quatre secteurs, administrés conjointement par les commandements des quatre puissances. Il n’y aura pas de règlement définitif et global pour l’Allemagne, laissant ainsi l’avenir indéterminé. C’est une conséquence de la capitulation sans condition. C’est un effet de ce qui deviendra la guerre froide, dont les signes précurseurs apparaissent quasi dès Potsdam.

18Parallèlement aux mesures diplomatiques qui visent à régler le conflit, on trouve aussi des mesures économiques pour éviter les crises, analogues à celles qui avaient secoué l’entre-deux-guerres. Ce sont les institutions financières internationales dont le Fonds monétaire international qui fonctionne depuis 1946 sur base de statuts rédigés à Bretton Woods. Le premier principe établit une parité officielle fixe entre les monnaies des pays membres par rapport à l’or. Le dollar américain, principale monnaie de réserve, était convertible en or. Le second principe autorise une marge de fluctuation d’un pourcent.

19Guerre froide et capitulation sans condition accentuent les difficultés qu’ont rencontrées les Alliés pour signer les traités de paix. De Potsdam à Paris, plusieurs rencontres des ministres des Affaires étrangères eurent lieu. D’ailleurs, le communiqué final de Potsdam prévoyait une négociation rapide de traités avec les pays satellites. La France serait impliquée dans la négociation avec l’Italie, mais écartée des traités avec la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie et la Finlande. Ce sont les signataires de la reddition sans condition qui en seraient les principaux acteurs. Londres (septembre-octobre 1945), Moscou (décembre 1945) établissent le mode de fonctionnement des négociations qui s’ouvriront lors de la conférence de Paris (29 juillet-15 octobre 1946) entre les vingt-et-un pays vainqueurs et les cinq pays vaincus. Cela aboutit à la signature, le 10 février 1947, de cinq traités de paix avec l’Italie, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et la Finlande. L’Italie perd ses colonies : à défaut d’entente, la question est soumise aux Nations unies. En juin 1949, on décide que la Libye sera indépendante dans un délai de deux ans, que la Somalie soit soumise à la tutelle italienne pour dix ans. L’Érythrée sera rattachée à l’Éthiopie. Un statut international est prévu pour Trieste : il ne verra jamais le jour, conséquence de tensions entre Italiens et Yougoslaves. Le traité de Londres (5 octobre 1954) règle le partage. Les frontières sont revues : Tende et La Brigue à la France, l'’Istrie à la Yougoslavie. La Roumanie rend la Bessarabie dont elle s’était agrandie en 1918. La Finlande doit rétrocéder une partie de la Carélie, Viborg et la région de Petsamo.

20Pour les pays d’Europe centrale et orientale, l’occupation militaire de l’Armée rouge provoquera des changements de régime, s’appuyant sur les partis communistes nationaux. L’infiltration des communistes, secondés par des experts venus de Moscou, conduit à la prise de pouvoir de ceux-ci : contrôle des postes de clés, réforme agraire d’envergure et épuration scandent la marche vers le pouvoir qui s’étend sur quelque deux ans. Ainsi, le glacis soviétique s’étend sur l’ensemble des pays derrière le rideau de fer.

21Simultanément, soit dès la fin des hostilités en mai 1945, on espère un redressement économique rapide. Dans un premier temps, les fonds de secours des Nations unies (UNNRA), nouvelle organisation créée lors de la Conférence de San Francisco (25 avril 1945, en vigueur le 24 octobre 1945), fournissent une aide de premier secours. Cependant, l’Europe occidentale, après un hiver rigoureux (1946-1947), n’arrive pas à sortir du marasme. Devant la menace communiste et dans la logique de la politique du « containment » énoncée dès le 12 mars 1947 par le président Harry Truman, le secrétaire d’État américain, le général George Marshall, annonce une aide décisive à l'Europe lors d’un discours prononcé à l’université d’Harvard le 5 juin 1947 pour la remise d’un doctorat honoris causa. Pressés de s’organiser, seize pays européens se réunissent à Paris en juillet 1947 pour gérer l’aide américaine. L’OECE (Organisation européenne de coopération économique) est créée. La proposition d’aide américaine ayant été refusée par les Soviétiques en juillet 1947, le climat se détériore progressivement entre les Alliés d’hier. Le coup de Prague, en février 1948, jouera sans doute un rôle déclencheur dans le durcissement des relations entre les deux grandes puissances. Au « containment » économique, succédera le « containment » militaire dans le camp occidental. C’est la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord le 4 avril 1949 par le traité de Washington. Elle a pour objectif de protéger les signataires qui partagent les valeurs de la démocratie libérale. Les Soviétiques mettront progressivement des organisations analogues à celles du camp occidental : le pacte de Varsovie, créé en 1955, reprend des ententes bilatérales entre l’Union soviétique et les pays satellites. Le COMECON (Conseil d’assistance économique mutuelle, CAEM) a été fondé en janvier 1949 en réponse à l’OECE.

22L’Europe, l’Allemagne plus spécifiquement, se retrouve donc au cœur de cette Guerre froide qui s’étendra aux zones asiatiques et africaines où la décolonisation se met en branle. La question du statut de l’Allemagne et de l’Autriche, toutes deux divisées en quatre zones et gérées par les Alliés, demeure sans réponse. Pour l’Autriche, il faut attendre le 15 mai 1955 pour que le « traité d’État » soit signé au palais du Belvédère, à Vienne. S’inscrivant dans un des premiers moments de détente entre les deux blocs, ce traité établit le respect de la neutralité, garantie demandée par Molotov, toujours ministre soviétique des Affaires étrangères.

23Les nouveaux hommes forts du Kremlin doivent donc gérer l’héritage de Staline à trois échelons : en Union soviétique, dans la sphère d’influence soviétique et sur l’échiquier mondiale. Entre juillet 1953 et janvier 1955, c’est Gueorgui Malenkov qui est aux commandes. Après l’arrestation (juin) et l’exécution (10 juillet) de Beria, en charge du ministère de l’Intérieur, dont relèvent les services de renseignement, la police politique, le NKVD (jusqu’en 1954, avant de devenir le KGB) et le Goulag, la nouvelle équipe doit composer avec Nikita Khrouchtchev, devenu secrétaire général du parti communiste. A partir de février 1955, c’est le tandem formé par Nikita Khrouchtchev et Nikolaï Boulganine qui reprend les rênes, après la démission de Malenkov.

  • 2 R. Rémond, Introduction à l'histoire de notre temps, t. 3, Le xxe siècle, de 1914 à nos jours, Par (...)

24Le xxe congrès du parti communiste de l’Union soviétique (du 14 au 25 février 1956) est souvent analysé comme un moment-clé dans l’évolution de la politique soviétique. Qu’en est-il2 ?

25Selon Hélène Carrère d’Encausse, la déstalinisation forme une période de sept ans (de février 1956 à octobre 1964) qui s’organise autour d’une politique de rupture avec le temps de Staline et avec le système de Staline. Cette politique serait la mise en application d’une intuition, celle de Nikita Khrouchtchev, marquée par une alternance d’espoirs de changement et liberté et de désarrois face aux difficultés à améliorer les conditions matérielles de la vie quotidienne de l’ensemble de la population. Khrouchtchev a voulu mettre fin à un système contrôlé par une seule personne en réaffirmant le rôle du parti communiste dans la gestion de l’État dans l’intérêt général. Il s’est heurté à la « nomenklatura » qui voit sa position et ses privilèges menacés par les réformes.

  • 3 S. Bernstein et P. Milza, Histoire du xxe siècle, t. 2, 1945-1973. Le monde entre guerre et paix, (...)

26Le congrès, premier à se tenir après la mort de Staline, dénonce le « culte de la personnalité », définit de nouveaux rapports entre l’Est (Moscou et ses alliés) et l’Ouest (Washington et ses alliés) et affirme l’importance des « neutralistes » dans cet équilibre : l’Inde, la Birmanie, l’Afghanistan, l'Indonésie, l’Égypte et la Syrie. Lors de son voyage à Belgrade, du 26 mai au 3 juin 1955, Nikita Khrouchtchev avait anticipé cette déclaration en affirmant que chaque pays pouvait trouver sa propre voie dans « l’édification socialiste ». En rupture avec la vision stalinienne des relations entre blocs, déjà amorcée par Malenkov, la ligne de Khrouchtchev encourage la détente internationale définie par trois principes : « la coexistence pacifique, le caractère inévitable des guerres entre États de systèmes différents, la pluralité des voies vers le socialisme3. » Déjà, sur la scène internationale, la résolution de la guerre de Corée (27 juillet 1953), la fin de la première guerre d’Indochine (21 juillet 1954), la signature du traité avec l’Autriche (15 mai 1955) et la conférence de Genève (17-24 juillet 1955) étaient autant de signes d’un certain assouplissement de la position soviétique.

  • 4 Bien que Lyndon B. Johnson succède à John Fitzgerald Kennedy dès le 22 novembre 1963, on considère (...)

27Notons que ces changements à la tête de l’Union soviétique ont des effets jusqu’en octobre 1964, année à laquelle Khrouchtchev est démis. Ils se produisent simultanément avec l’arrivée du président Eisenhower (janvier 1953 à janvier 1961) qui marque la décennie jusqu’à l’élection de Johnson (novembre 1964)4.

2. La sphère d’influence soviétique en 1956

28Ce sont les effets de la « déstalinisation » et du discours de Belgrade qui caractérisent la dynamique en marche dans les pays sous influence soviétique, notamment en Pologne et en Hongrie.

29Pour rappel, la formation du glacis soviétique, pour reprendre l’image des géopoliticiens, s’inscrit dans la libération de ces territoires à partir de 1944, la remise sur pied de gouvernements légitimes, y compris par la tenue d’élections libres demandées par Franklin D. Roosevelt à la conférence de Yalta et l’engrenage que constitue la Guerre froide, essentiellement cristallisée autour de la question allemande. Un à un, les États d’Europe centrale et orientale entreront dans la sphère d’influence soviétique par le biais du Kominform, du CAEM et du Pacte de Varsovie. Seules la Yougoslavie et l’Albanie ont partiellement échappées à cette mainmise. Le Kominform, créé en septembre 1947, se veut l’organisme d’information et de concertation entre partis communistes. Animé par Andreï Jdanov, responsable de l’idéologie et de l’orthodoxie stalinienne, cet organe sera la courroie de transmission de la stalinisation des États satellites et justifiera toutes les actions entreprises pour casser les résistances internes. Le Kominform est dissous le 17 avril 1956, ce qui a pu être interprété comme un encouragement au polycentrisme, renforcé par les désaccords entre les dirigeants staliniens des démocraties populaires et leurs opposants.

  • 5 J.B. Duroselle, op. cit., p. 164.

30Finalement, après la mort de Staline, on assiste au dédoublement des fonctions dans les démocraties populaires : d’une part, la fonction de président du conseil des ministres et d’autre part, la fonction de premier secrétaire du parti, spécifiquement en Pologne, Cyrankiewickz et Bierut, en Tchécoslovaquie, Sirovky et Novotny, en Hongrie, Rakosi et Nagy5.

  • 6 F. Fejtö, 1956 : Budapest, l'insurrection : la première révolution antitotalitaire, Bruxelles, Com (...)

31Trois ressemblances semblent s’imposer entre la situation en Pologne et en Hongrie : d’abord, une direction stalinienne, une opposition libérale réhabilitée depuis février 1956 et des mouvements populaires formés par les étudiants et les travailleurs, soutenus par des intellectuels en vue6. Une différence notable : la résolution de la crise.

32Depuis la fin de la Guerre froide et l’effondrement de l’Union soviétique, les historiens ont revu l’interprétation de ces événements, et notamment la mémoire collective de ces épisodes. Ces travaux, plus récents, tendent à montrer que les résistances ont toujours existé, en dépit du régime de peur et de répression instauré, instillé et institué par Moscou, que la dissidence était le fait de gestes quotidiens autant que de prises de position agglomérées en crises, aussi spontanées que désorganisées, par la suite récupérées. Il faudrait sans doute distinguer la dissidence de « ceux qui pensent autrement », l'intelligentsia qui dénonce la violation des droits de l'Homme, des minorités nationales et des libertés fondamentales (opinion, expression, religion) des insurrections ouvrières, témoin du mécontentement économique et social, qui réclament du pain et de meilleures conditions de vie et de travail. A posteriori, cette distinction révèle le caractère multiforme des oppositions, bien qu’au moment même des crises, ces groupes de pression ont pu être concurrents : opposés dans les objectifs et les méthodes, ils ont pu être instrumentalisés par le système totalitaire pour mieux les affaiblir.

33Après le xxe Congrès et la dénonciation des crimes de Staline, il apparaît comme urgent de réhabiliter tous ceux qui avaient été désignés comme déviants, soupçonnés de titisme. Dans la revendication d’une voie nationale vers le socialisme, plusieurs démocraties populaires voudront donc se débarrasser de ces leaders staliniens, imposés par Moscou lors de la mise en place du glacis soviétique. Au sein des partis communistes nationaux, on assistera à de violents échanges entre fractions. A ce mouvement de fond, correspond aussi différents épisodes de révoltes contre le système.

34Dès le 1er juin 1953, les ouvriers des usines Lénine à Plzen (Skoda) manifestent contre une réforme monétaire inégalitaire. La réforme est suspendue après de violents affrontements ayant provoqué la mise à sac de l’hôtel de ville et la mort de plusieurs participants.

35Dès le 16 juin 1953, le mécontentement des ouvriers de Berlin-Est se fait jour contre une augmentation de dix pourcent des normes individuelles de production, qui se traduirait par une diminution du salaire ou une augmentation du rendement. Walter Ulbricht, chef de l’État, ne cède pas. Les émeutes s’attaquent aux bâtiments publics. Les Soviétiques interviennent pour réprimer ce mouvement, entraînant la mort d’une vingtaine de manifestants et en blessant plusieurs centaines. Cependant, ces événements se feront ressentir jusqu’à la fin de l’année.

36Le 28 juin 1956, à Poznan, l’usine de machinerie Zispo est le théâtre d’une émeute de trois jours. Les ouvriers protestent contre leurs conditions de vie, la présence des troupes soviétiques et la politique générale du régime. Réprimée par les tanks, cette manifestation contribue au « coup d’État » d’octobre. Depuis la réhabilitation de Ladislas Gomulka (20 mars 1956), les intellectuels proclament leur opposition au régime, soutenant les « libéraux » Cyrankiewicz et Ochab. Lors du renouvellement du bureau politique du comité central, prévu le 19 octobre, Gomulka fut élu membre et premier secrétaire du parti le 21 octobre, en dépit de la présence des amis soviétiques Khrouchtchev, Mikoyan, Molotov et Kaganovitch. La « voie polonaise vers le socialisme » s’ouvre, marquée par le pragmatisme. D’une part, l’allégeance à Moscou est réaffirmée, notamment par le rôle géostratégique de gardien de l’Oder-Neisse. D’autre part, Gomulka introduit des réformes dans les limites acceptables par Moscou. Le traité du 18 novembre 1956 confirme l’indépendance nationale.

37Depuis le début de 1956, la Hongrie semble en pleine ébullition, conséquence de conditions économiques difficiles. Les intellectuels, regroupés dans le cercle Petôfi, dénoncent les atteintes à l’indépendance nationale. Le bras de fer entre Rakosi et Imre Nagy ouvre la voie à Gerö et Janos Kadar. 20 octobre 1956, à Budapest, quelques milliers d’étudiants quittent les Jeunesses communistes pour fonder une association indépendante. Suite à de nombreuses manifestations, les soviétiques lâchent Rakosi au profit de Gerö, puis de Kadar à la tête du parti. Imre Nagy, très populaire, préside le gouvernement. On espère qu’il puisse utiliser son influence pour rétablir l’ordre, à l’image de ce que Gomulka avait réussi en Pologne. Submergé par les manifestants anti-communistes et antisoviétiques, Imre Nagy dénonce le Pacte de Varsovie et proclame la neutralité de la Hongrie. Cette position, inacceptable aux yeux de Moscou et de ses alliés, conduit à l’intervention armée, du 4 au 14 novembre. Janos Kadar revient aux affaires, alors qu’Imre Nagy s’est réfugié à l’ambassade de Yougoslavie. Des milliers de Hongrois quittent le pays.

38Ces événements montrent les limites du « socialisme national ». Dans la sphère d’influence soviétique, la préoccupation est désormais de garantir la cohésion et de limiter la déstalinisation dans ce qui serait une remise en cause du système. Dans le monde communiste, les Chinois et Mao Zedong souhaiteraient prendre le relais de Nikita Khrouchtchev et des Soviétiques. Cependant, leurs différends idéologiques et la politique américaine en Asie conduisent au statu quo à la fin des années 1950 : l’Union soviétique est encore et toujours l’autre super-puissance.

3. Les États-Unis en 1956

39Après quelque huit années d’administration Truman (avril 1945-janvier 1953), les électeurs américains choisissent Dwight Eisenhower comme président. Militaire de carrière, il est courtisé par les deux partis politiques avant de s’engager dans le camp républicain pour contrer l’isolationniste Robert Taft. Durant la campagne présidentielle, la politique étrangère est bien présente, encapsulée dans le slogan « Korea – Communism – Corruption ». Le conflit en Corée semble enlisé. Dwight Eisenhower et son vice-président Richard Nixon s’engagent à mettre fin à cette guerre, tout comme ils proposent de rompre avec la politique de « containment » (endiguement), très critiquée et jugée inefficace. La politique du « roll-back » (refoulement) devient le leitmotiv de cette diplomatie « new look », dirigée par le secrétaire d’État John Fuster Dulles. Repousser les Soviétiques sur leurs positions de départ n’est pas possible sans risquer un conflit généralisé, d’autant que les États-Unis n’ont plus le monopole nucléaire. Cette position défendue par les « faucons » de l’administration Eisenhower sera abandonnée face à l’Union soviétique et à la Chine communiste, mais redéfinie pour le Proche-Orient en « Doctrine Eisenhower ». En dépit des effets rhétoriques, le fondement même de la politique étrangère américaine ne change pas : il faut endiguer toute tentative d’expansion communiste. Pour ce faire, l’administration Eisenhower met de l’avant la nécessité de représailles immédiates et massives (« instant and massive retaliation »). Elle aura aussi recours aux opérations secrètes de la CIA, dirigée par Allen Dulles, pour lutter ponctuellement contre la menace communiste comme en Iran ou à Cuba.

40Dans la même veine, les interventions publiques comme le discours prononcé lors de l’investiture du président le 20 janvier 1953, comme « Chance for Peace » du 16 avril 1953 ou encore « Atoms for Peace » du 8 décembre 1953 caractérisent la vision de la politique étrangère américaine d'Eisenhower, plus réaliste que les positions défendues durant la campagne présidentielle. Le 20 janvier 1953, Eisenhower présente son programme pour les quatre années à venir. Au Capitole, ses premiers mots forment une prière. La suite du texte est jalonnée de métaphores religieuses ou militaires. Quelques extraits illustrent la vision du rôle des États-Unis dans les affaires mondiales :

  • 7 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/1953_inaugural_address (...)

How far have we come in man’s long pilgrimage from darkness toward the light ? Are we nearing the light – a day of freedom and of peace for all mankind ? Or are the shadows of another night closing in upon us ?[...]
At such a time in history, we who are free must proclaim anew our faith. This faith is the abiding creed or our fathers. It is our faith in the deathless dignity of man, governed by eternal moral and natural laws. [...]
The enemies of this faith know no god but force, no devotion but its use. They tutor men in treason. They feed upon the hunger of others. Whatever defies them, they torture, especially the truth. [...)
So it is proper that we assure our friends once again that, in the discharge of this responsibility, we Americans know and we observe the difference between world leadership and imperialism ; between firmness and truculence ; between a thoughtfully calculated goal and spasmodic reaction to the stimulus of emergencies. [...]
In pleading our just cause before the bar of history and in pressing our labor for world peace, we shall be guided by certain fixed principles. These principles are :
1. Abhorring war as a chosen way to balk the purposes of those who threaten us, we hold it to be the first task of statesmanship to develop the strength that will deter the forces of aggression and promote the conditions of peace. For, as it must be the supreme purpose of all free men, so it must be the dedication of their leaders, to save humanity from preying upon itself. [...]
2. Realizing that common sense and common decency alike dictate the futility of appeasement, we shall never try to placate an aggressor by the false and wicked bargain of trading honor for security. Americans, indeed, all free men, remember that in the final choice a soldier’s pack is not so heavy a burden as a prisoner’s chains. [...]
7. Appreciating that Economic need, military security and political wisdom combine to suggest regional groupings of free peoples, we hope, within the framework of the United Nations, to help strengthen such special bonds the world over. The nature of these ties must vary with the different problems of different areas.
In the Western Hemisphere, we enthusiastically join with all our neighbors in the work of perfecting a community of fraternal trust and common purpose.
In Europe, we ask that enlightened and inspired leaders of the Western nations strive with renewed vigor to make the unity of their peoples a reality. Only as free Europe unitedly marshals its strength can it effectively safeguard, even with our help, its spiritual and cultural heritage. [...]
No person, no home, no community can be beyond the reach of this call. We are summoned to act in wisdom and in conscience to work with industry, to teach with persuasion, to preach with conviction, to weigh our every deed with care and with compassion. For this truth must be clear before us : whatever America hopes to bring to pass in the world must first come to pass in the heart of America.
The peace we seek, then, is nothing less than the practice and fulfillment of our whole faith among ourselves and in our dealings with others. This signifies more than the stilling of guns, casing the sorrow of war. More than escape from death, it is a way of life. More than a haven for the weary, it is a hope for the brave.
This is the hope that beckons us onward in this century of trial. This is the work that awaits us all, to be done with bravery, with charity, and with prayer to Almighty God7.

41Ces principes sont repris le 16 avril 1953. Le contexte international a changé, mais les principes qui guident la politique étrangère américaine demeurent. Eisenhower entend saisir l'opportunité de renforcer la paix mondiale :

  • 8 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/Chances_For_Peace.html (...)

In this spring of 1953 the free world weighs one question above all others : the chance for a just peace for all peoples.
To weigh this chance is to summon instantly to mind another recent moment of great decision. It came with that yet more hopeful spring of 1945, bright with the promise of victory and of freedom. The hope of all just men in that moment too was a just and lasting peace. [...]
In that spring of victory the soldiers of the Western Allies met the soldiers of Russia in the center of Europe. They were triumphant comrades in arms. Their peoples shared the joyous prospect of building, in honor of their dead, the only fitting monument – an age of just peace. All these war-weary peoples shared too this concrete, decent purpose : to guard vigilantly against the domination ever again of any part of the world by a single, unbridled aggressive power. This common purpose lasted an instant and perished. The nations of the world divided to follow two distinct roads. [...]
There remained, however, one thing essentially unchanged and unaffected by Soviet conduct : the readiness of the free nations to welcome sincerely any genuine evidence of peaceful purpose enabling all peoples again to resume their common quest of just peace. The free nations most solemnly and repeatedly, have assured the Soviet Union that their firm association has never had any aggressive purpose whatsoever. Soviet leaders, however, have seemed to persuade themselves, or tried to persuade their people, otherwise. [...]
What can the world, or any nation in it, hope for if no turning is found on this dread road ? The worst to be feared and the best to be expected can be simply stated. The worst is atomic war. The best would be this : a life of perpetual fear and tension ; a burden of arms draining the wealth and the labor of all peoples ; a wasting of strength that defies the American System or the Soviet system or any System to achieve true abundance and happiness of the peoples of this earth. Every gun that is made, every warship launched, every rocket fired signifies, in the final sense, a theft from those who hunger and are not fed, those who are cold and not clothed8.

42Le discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations unies le 8 décembre 1953 reprend les mêmes thèmes en mettant de l’avant l’engagement immédiat des États-Unis dans l'utilisation pacifique de l’énergie atomique et dans le rôle accru de l’Agence pour l’énergie atomique :

  • 9 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/Atoms_For_Peace_UN_spe (...)

The United States knows that peaceful power from atomic energy is no dream of the future. That capability, already proved, is here – now – today. Who can doubt, if the entire body of the world’s scientists and engineers had adequate amounts of fissionable material with which to test and develop their ideas, that this capability would rapidly be transformed into universal, efficient, and economic usage9.

  • 10 J.B. Duroselle, op. cit., p. 159 et S. Bernstein et P. Milza, op. cit., p. 242-244.

43De janvier 1953 à janvier 1961, Eisenhower vise à renforcer la sphère d’influence américaine et à la consolider hors du continent européen. En effet, même si toutes les questions ne sont pas entièrement résolues, il semble qu’une certaine stabilité, toute relative, se soit installée entre les deux blocs le long du rideau de fer. D’autres zones, notamment l’Asie, émergent de la décolonisation. Elles doivent être partie prenante de la sphère américaine. C’est ainsi que plusieurs traités sont signés. Présents depuis plusieurs décennies dans le Pacifique, les États-Unis signent un pacte avec les Philippines (30 août 1951), avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande (Ier septembre 1951) et le Japon (8 septembre 1951). L’administration Eisenhower complète ces alliances par un traité de défense mutuelle avec la Corée du Sud (1er octobre 1953), par un traité d’assistance et de défense mutuelle avec le Pakistan (19 mai 1954) et par un pacte de défense mutuelle avec la Chine nationaliste (2 décembre 1954). Pour concrétiser l’alliance régionale, le traité de Manille (8 septembre 1954) scelle la création de l’OTASE (Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est, ou SEATO pour l’acronyme anglais), sur le modèle de l’OTAN10.

44Face aux crises qui secouent la sphère d’influence soviétique, l’administration Eisenhower semble avoir eu une double attitude : par la voix de Radio-Europe libre, les insurgés hongrois avaient été encouragés dans leur combat. Par contre, une fois la bataille perdue, les appels à l’aide lancés par Imre Nagy restèrent lettre morte. Cet exemple illustre la reconnaissance tacite de la sphère d'influence soviétique, d’où découle la non-intervention pour soutenir les opposants. Cette ligne de conduite sera à nouveau décelable après la crise de Suez.

4. L’Europe de l’Ouest

45En 1956, les pays d’Europe, alliés des États-Unis ont des préoccupations aussi diverses que leur politique étrangère nationale. La France, la République fédérale d’Allemagne (RFA) et le Royaume-Uni sont confrontés à des enjeux spécifiques. Cette situation a des retombées sur les avancées souhaitées par les six États membres alors engagés dans la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA).

46Sous la IVe République, l'instabilité semble être une constante, en dépit des nouvelles forces politiques en présence et du rôle accru de l’Assemblée nationale. A partir de mars 1952 et avec le retour de la droite au pouvoir, les gouvernements d’Antoine Pinay et de Pierre Mendès France, puis de Guy Mollet sont confrontés aux mouvements indépendantistes dans l’Empire colonial, d’abord en Indochine, dans les protectorats du Maroc et de la Tunisie et en Algérie, puis en Afrique occidentale et équatoriale. L’engagement européen dans la CECA constitue l’autre axe de la politique étrangère. Fer de lance de l’intégration européenne, les hommes politiques Robert Schuman et Georges Bidault, secondés par Jean Monnet portent haut et fort l’influence de la France dans cette construction sectorielle. Laboratoire conçu pour organiser une paix durable par l’outil économique, la CECA sert à créer une interdépendance entre les États en créant une solidarité de fait. Dans cette logique, la locomotive franco-allemande est au cœur du processus communautaire. Le projet de la Communauté européenne de défense (CED) est lancé le 24 octobre 1950 par le président du Conseil, René Pleven. Après des mois d’atermoiement, le gouvernement de Mendès France, sur une question de procédure, rejette la CED et la Constitution politique européenne (CPE). L’abandon de la CED renvoie la question du réarmement allemand aux partenaires de l’OTAN. Donc, la décolonisation, les rapports franco-allemands et l’engagement européen tissent le canevas de la politique française de 1956.

47En RFA, 1956 se caractérise par la résolution de la question de la Sarre et du réarmement. Le chancelier Konrad Adenauer souhaite que ce litige trouve un dénouement rapidement. Pour rappel, jusqu’en 1935, la Sarre servit de dommage de guerre, réclamé par Georges Clémenceau dans les négociations de Versailles. Par plébiscite, le rattachement au Reich fut décidé. Territoire indépendant en 1947, cette entité constitue une pomme de discorde entre Paris et Bonn, bien que plusieurs traités entre la France et la Sarre aient réglé les liens économiques et défensifs. L’européanisation de la Sarre semble être la meilleure solution pour régler le différend. Les négociations portent donc sur les modalités. Cependant, les Sarrois votèrent contre ce statut et réclamèrent le rattachement à la RFA lors de la consultation du 23 octobre 1955. L’accord Guy Mollet-Konrad Adenauer d’octobre 1956 entérine l’union politique à partir du 1er janvier 1957 et l’union économique à partir du 1er janvier 1960.

48L’échec de la CED pose en d’autres termes le réarmement de la RFA. En effet, puisque l’idée d’une « armée européenne » comprenant des troupes allemandes est reléguée aux oubliettes, il faut utiliser les alliances existantes pour permettre cette intégration militaire qui avait été un des éléments du débat en France. L’Union occidentale (UO) est le premier lieu pour régler ce contentieux. En effet, créée par le traité de Bruxelles (1948), cette alliance compte cinq membres : le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Avec la création de l’OTAN (avril 1949), ses activités s’inscrivent désormais en synergie avec celles du Pacte atlantique. L’Union de l’Europe occidentale voit donc le jour en accueillant la RFA comme sixième membre. L’adhésion à l’OTAN était donc possible pour la RFA. Cette solution permet donc la reconstitution d’une armée nationale, avec un état-major, des divisions autonomes. La RFA devait aussi renoncer à la fabrication d’armements ABC (atomiques, biologiques et chimiques) et à l’acquisition de vecteurs stratégiques (sous-marins et bombardiers).

49Si l’on revient aux questions communautaires, il est utile de rappeler que l’échec de la CED amène les partenaires des six États membres à désigner un successeur à Jean Monnet, président démissionnaire de la Haute-Autorité, et à imaginer de nouveaux projets pour relancer la dynamique de l’intégration européenne. Pilotés par les ministres des Affaires étrangères des pays Benelux, le Belge Paul-Henri Spaak, le Néerlandais Johan Beyen et le Luxembourgeois Joseph Bech, les différends mémorandums sont présentés et débattus à la conférence de Messine (juin 1955) réunissant les six ministres des Affaires étrangères de la CECA. La déclaration finale annonce le nom du successeur de Jean Monnet, le Français René Mayer, et la liste des projets qui seront étudiés par le comité présidé par Spaak. Plusieurs réunions et rapports intermédiaires seront communiqués jusqu’au dépôt du document final, le rapport Spaak, en avril 1956 qui retient la création d’une union douanière et la création d’une entente sectorielle sur l'utilisation de l’énergie atomique à des fins civiles. Dès avril 1956, la conférence intergouvernementale travaille à l’élaboration de ce qui deviendra les traités de Rome, signés le 25 mars 1957.

50On voit donc l’enchevêtrement des enjeux se produire alors que le contexte bipolaire connaît une évolution vers la détente, le dégel et la coexistence pacifique. Les crises, limitées dans le temps et dans l’espace, n’ont pas disparu. Elles se sont déplacées, notamment avec les forces centrifuges qui secouent les empires coloniaux. Dans cet ordre international, on voit poindre un nouvel acteur : le tiers-monde.

5. Bandung et Suez : émergence du tiers-monde ?

51Produit de la décolonisation, nourri par les idées wilsoniennes, ce vaste ensemble devient progressivement un acteur dans les relations internationales, notamment dans l’enceinte des Nations unies. États nouvellement indépendants, ils représentent une proportion élevée de la population mondiale, mais une part infime de la richesse mondiale. Le concept « tiers-monde », forgé en 1952 par Alfred Sauvy et Georges Balandier, est construit sur une analogie avec le tiers état de l’Ancien Régime français. Si la ligne de partage Est-Ouest se cristallise en termes de sécurité entre les deux sphères d’influence, le fossé Nord-Sud met en exergue le retard de développement économique qui existe entre les deux parties du globe.

  • 11 Les pays participants sont : Afghanistan, Cambodge, République populaire de Chine, Égypte, Éthiopi (...)

52Réunis à l’initiative du groupe de Colombo, composé de la Birmanie, de Ceylan, de l’Indonésie, de l’Inde et du Pakistan, vingt-neuf pays se retrouvent à Bandung, accueillis en Indonésie par le président Soekarno du 18 au 24 avril 195511. Quels sont les intérêts communs que défendent ces pays de l’afro-asiatisme ? Bien que trois tendances soient identifiables parmi les participants, la conférence est résolument anti-colonialiste. Tous condamnent la logique des blocs, même si certains sont alliés à la sphère d’influence américaine, comme le Pakistan ou la Turquie ou à la sphère d’influence soviétique, comme la Chine communiste ou le Vietnam du Nord, alors que d’autres ont choisi d’être non-engagés à l’exemple de l’Inde ou de l’Égypte. La déclaration finale, jugée vague, reprenant quelques caractéristiques de ce qui deviendra le non-alignement après la conférence de Brioni du 17 au 21 juillet 1956.

53Les recommandations s’organisent autour de plusieurs thématiques dont la coopération économique, les droits de l’homme, la paix mondiale ou les peuples dépendants avant d’énoncer dix principes.

54En matière de coopération économique, on préconise :

  • 12 C. Roosens, Les relations internationales de 1815 à nos jours, t. II, Après 1939, Louvain-la-Neuve (...)

l’établissement sans retard d’un fonds des Nations unies pour le développement économique, l’allocation par la Banque internationale de reconstruction et de développement d’une plus grande partie de ses ressources aux pays afro-asiatiques, la fondation rapide d’une corporation internationale financière qui devrait inclure dans ses activités l’engagement de procéder à des investissements, d'encourager l’organisation de projets communs entre les pays afro-asiatiques, dans la mesure où cela correspondra à leurs intérêts communs |...]12.

55On note le rôle accordé aux organisations internationales et la revendication de tenir compte des intérêts des pays concernés par le développement économique. La mise sur pied de la CNUCED (Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement) répond en partie à cette requête, répétée depuis la conférence de Belgrade (1961), pour apaiser les tensions commerciales lors des travaux de Genève (23 mars au 15 juin 1964).

56Voici les éléments de la déclaration finale de Bandung au sujet des droits de l’homme :

  • 13 C. Roosens, op. cit., p. 263.

1. La Conférence afro-asiatique déclare appuyer totalement les principes fondamentaux des droits de l’homme tels qu’ils sont définis dans la Charte des Nations unies et prendre en considération la Déclaration universelle des Droits de l’Homme comme un but commun vers lequel doivent tendre tous les peuples et toutes les Nations. La Conférence déclare appuyer totalement le principe du droit des peuples et des Nations à disposer d’eux-mêmes tel qu’il est défini dans la Charte des Nations unies et prendre en considération les résolutions des Nations unies sur le droit des peuples et des Nations à disposer d’eux-mêmes, qui est la condition préalable à la jouissance totale de tous les droits fondamentaux de l’homme.
2. La Conférence afro-asiatique déplore la politique et les pratiques de ségrégation et de discrimination raciales qui forment la base du système politique et des rapports humains dans de vastes régions d’Afrique et dans d’autres parties du monde. [...]
3. Considérant la tension existant au Moyen-Orient, tension qui est causée par la situation en Palestine, et considérant le danger que cette tension constitue pour la paix mondiale, la Conférence afro-asiatique déclare appuyer les droits du peuple arabe de Palestine et demande l’application des résolutions des Nations unies sur la Palestine et la réalisation d’une solution pacifique du problème palestinien. [...]13.

57Encore une fois, les participants en appellent à l’ordre international tel que le représentent les Nations unies. En dénonçant le racisme, en prenant position dans la question israélo-palestinienne, les pays souhaitent faire entendre une voix qui se veut au-delà de la logique bipolaire.

58Les considérations sur la paix et la coopération mondiales renforcent encore cette interprétation :

  • 14 C. Roosens, op. cit., p. 263-264.

La Conférence afro-asiatique ayant considéré dangereuse la situation de tension internationale et les risques devant lesquels la race humaine tout entière se trouve par suite du danger de l’explosion d’une guerre totale dans laquelle le pouvoir destructif de tous les types d’armement, y compris les armes nucléaires et thermonucléaires, serait employé, porte à l'attention de toutes les Nations les terribles conséquences qui en résulteraient si une telle guerre devait éclater.
La Conférence considère que le désarmement et l’interdiction de la production, de l’expérimentation et de l’utilisation des armes de guerre nucléaires et thermonucléaires sont des nécessités impératives pour sauver l’humanité et la civilisation de la peur et de la perspective d'une destruction totale. Elle considère que les Nations d’Asie et d’Afrique assemblées ici ont le devoir envers l’humanité et la civilisation de proclamer leur soutien pour le désarmement et pour l’interdiction de ces armes, et fait appel aux Nations principalement intéressées et à l’opinion mondiale pour réaliser une telle interdiction. [...]
La Conférence déclare qu’un désarmement universel est une nécessité absolue pour le maintien de la paix et demande aux Nations unies de poursuivre leurs efforts. [...]14.

59La référence à la race humaine, à l’humanité et à la civilisation, otages de la menace nucléaire est caractéristique de la rhétorique de l’époque. Encore une fois, les participants se tournent vers les Nations unies pour que la course à l’armement s’arrête. Paradoxalement, il est à noter que nombre des participants auront à cœur d’acquérir la technologie leur permettant l’exploitation civile du nucléaire et de se doter de l’armement nucléaire avec ou sans l’accord du Club formé par les États-Unis et l’Union soviétique. Pour rappel, l’Inde procède à un premier essai nucléaire en 1974. La Chine est officiellement membre du club depuis 1964. Quant à l’Irak ou à l’Iran, les événements récents montrent que la quête nucléaire n’est pas terminée. Cette problématique illustre bien les contradictions qui traversent les débats de ceux qui se regrouperont en « non-alignés ».

60Par contre, au sujet des peuples dépendants, la condamnation est sans appel :

  • 15 C. Roosens, oρ. cit., p. 264.

La Conférence afro-asiatique a discuté les problèmes des peuples dépendants et du colonialisme et des maux résultant de la soumission des peuples à l’assujettissement de l'étranger, à leur domination et à leur exploitation par ce dernier. La Conférence est d’accord :
1. Pour déclarer que le colonialisme, dans toutes ses manifestations, est un mal auquel il convient de mettre fin rapidement ;
2. Pour déclarer que la question des peuples soumis à l’assujettissement à l’étranger, à sa domination et à son exploitation constitue une négation des droits fondamentaux de l’homme, est contraire à la Charte des Nations unies et empêche de favoriser la paix et la coopération mondiales ;
3. Pour déclarer qu’elle appuie la cause de la liberté et de l’indépendance de ces peuples ;
4. Et pour faire appel aux Puissances intéressées pour qu’elles accordent la liberté et l'indépendance à ces peuples. [...]15.

61Parmi les participants, Kwame N’Kruhmah, à la tête de la Côte-de-l’Or (Gold Coast) depuis les élections de 1951, symbolise la génération des leaders africains qui s’affirment dans le mouvement de décolonisation qui s’accélère dans les colonies britanniques. Les valeurs des Nations unies sont invoquées pour légitimer la condamnation. Il est à noter que les participants alliés de Washington auraient souhaité que la définition de l’assujettissement puisse inclure le contrôle idéologique tel que pratiqué dans la sphère d’influence soviétique.

62Quelques figures s’imposent : Zhou Enlai, représentant de la Chine communiste, est très écouté. Jawaharlal Nehru se pose en défenseur inconditionnel de la coexistence pacifique. Gamal Abdel Nasser se fait le porte-étendard du panarabisme, mais n’est pas reconnu comme porte-parole légitime de l’Afrique par N’Kruhmah. Les querelles internes et les rivalités de personnalités affaibliront le mouvement des non-alignés.

63Si la conférence de Bandung a peu de retentissement immédiat sur la scène internationale, la crise de Suez mobilise fortement la communauté internationale, spécifiquement la France et le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union soviétique, Israël et l’Égypte. Il convient de distinguer plusieurs phases de cette crise : les prolégomènes de la crise, l’intervention militaire et le modus vivendi postérieur aux événements.

  • 16 S. Berstein et P. Milza, op. cit. p. 258.

64Si la personnalité et le panarabisme de Nasser ont été mis de l’avant pour expliquer cet ultime épisode de la « diplomatie canonnière16 », il est nécessaire de rappeler le contexte de décolonisation qui touche l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, se traduisant par une perte d’influence des métropoles coloniales, Londres et Paris, concurrencées par les deux superpuissances, notamment les États-Unis pro-actifs dans la région lors des négociations aboutissant à la signature du Pacte de Bagdad.

65Pour Londres, il faut garder une influence dans cette région, même si ce n’est que comme second de Washington. Pour Paris, il faut neutraliser Le Caire, soupçonnée de soutenir les indépendantistes algériens. A cela s’ajoute la crainte d’Israël de voir son voisin s’armer avec du matériel « tchécoslovaque » et développer ainsi une force de feu menaçante pour le nouvel État. Les incidents se multiplient tout au long de l’été 1956. Fin mai, Nasser reconnaît la Chine communiste. Les tractations pour le financement du barrage d’Assouan se soldent par un échec. Le 19 juillet, John Foster Dulles annonce que les États-Unis ne financeront pas les travaux, entraînant le retrait des Britanniques. La BIRD, qui avait demandé la présence de ces garants pour consentir la moitié de la somme nécessaire du milliard de dollars estimé, se retire aussi. Le prêt avait été assorti de garanties de contrôle jugées inacceptables par Nasser. Enfin, seule la première phase des travaux pouvait être financée. Le 26 juillet, Nasser annonce la nationalisation de la Compagnie du Canal de Suez.

66Dès le 1er août, une conférence internationale se tient à Londres pour sortir de la crise. L’Égypte refuse d’y participer. John Foster Dulles annonce d’emblée que l’usage de la force est exclus. Les participants élaborent un projet d’internationalisation du canal qui doit être négocié avec l’Égypte. Nasser refuse ce projet le 9 septembre. Le secrétaire d’État lance la création d’une Association des usagers du Canal pour relancer le dialogue lors de la rencontre de Lancaster House du 18 au 22 septembre. Dans l’intervalle, les Britanniques et les Français s’étaient mis en ordre de bataille en rappelant les réservistes et en envoyant des troupes à Chypre. Ces deux pays saisissent alors le Conseil de sécurité devant la difficulté de sortir de la crise. Le 14 octobre, le Conseil approuve les six principes proposés par le secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld : liberté de transit, respect de la souveraineté égyptienne, fixation des droits de péage, procédure d’arbitrage.

67A cet entrelacs, se greffe l’intervention militaire israélienne. Dans la nuit du 29 au 30 octobre, le gouvernement Ben Gourion envahit le Sinaï, après divers incidents à la frontière israélo-jordanienne, après la livraison d’armes soviétiques au Caire, après la victoire des anti-Occidentaux jordaniens aux élections du 21 octobre. Le 30 octobre, la France et le Royaume-Uni lancent un ultimatum aux belligérants. Le 2 novembre, l’ONU exige l’arrêt des combats et le retrait d’Israël. Le 5 novembre, débarquement à Port-Saïd de troupes franco-britanniques et début de l’opération « Mousquetaire ». Cette opération est condamnée par la communauté internationale, notamment par les États-Unis qui ne s’impliquent pas dans le conflit et par l’Union soviétique qui se dit prête à utiliser tous les moyens à sa disposition, dont l’arme nucléaire pour mettre fin à l’expédition. A la fin de décembre, les derniers soldats ont quitté Suez.

68Après cette période de tensions, on note l’affaiblissement de la France et du Royaume-Uni sur la scène internationale. Si quelques velléités avaient subsisté dans le chef des dirigeants de ces deux puissances, Washington et Moscou leur ont signifié qu’ils étaient désormais les gendarmes du monde. Adversaires, certes, ils partagent des intérêts communs de sécurité collective, organisée voire blindée dans le système des sphères d’influence. Il restait à inclure dans ces alliances les plus rétifs, qui s’organisent dans le mouvement non-aligné, qui se revendiquent du nassérisme. La Guerre froide s’est bel et bien déplacée vers l’Afrique.

69Loin de la clameur et de la fureur qui bruissent aux quatre coins du monde, le Congo belge, érigé en colonie modèle depuis l’arrivée de la relève en 1945, ressemble à une bulle, isolée de toutes influences. Du moins, en apparence. Les héros autant que les hérauts du tiers-mondisme inspireront le mouvement vers l’indépendance tel qu’il a été incarné par la génération des « évolués ».

Notes

1 Y. Durand, « 1945. Les trois Grands terminent la guerre à Yalta », in L’Esprit de l'Europe, t. 1, Dates et Lieux, Paris, Flammarion, 1993, p. 179.

2 R. Rémond, Introduction à l'histoire de notre temps, t. 3, Le xxe siècle, de 1914 à nos jours, Paris, Seuil, 1974, p. 218-222 ; J.-B. Duroselle, Histoire des relations internationales, t. 2, De 1945 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2004 (14e éd.), p. 161-168 ; C. Wayne McWilliams et H. Piotrowski, The World since 1945. A History of International Relations, Boulder-Londres, Lynne Rienner, 2005 (6th ed.), p. 179-184 ; R. Crockatt, The Fifty Years War. The United States and the Soviet Union in World Politics, 1941-1991, Londres-New York, Routledge, 1995, p. 11 1-125.

3 S. Bernstein et P. Milza, Histoire du xxe siècle, t. 2, 1945-1973. Le monde entre guerre et paix, Paris, Hatier, 1996, p. 402.

4 Bien que Lyndon B. Johnson succède à John Fitzgerald Kennedy dès le 22 novembre 1963, on considère que l’élection de novembre 1964 marque le moment d’une politique étrangère plus personnelle de l’ancien vice-président. André Kaspi, Les Américains, t. 2, Les États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1998 (1986), p. 475-489.

5 J.B. Duroselle, op. cit., p. 164.

6 F. Fejtö, 1956 : Budapest, l'insurrection : la première révolution antitotalitaire, Bruxelles, Complexe, 1990 (1981), col 1. « La Mémoire du siècle », 12 ; P. Tigrid, 1953-1981 : révoltes ouvrières à l’Est, Bruxelles, Complexe, 1981, coll. « La Mémoire du siècle », 15. A ces classiques, il faut ajouter les ouvrages ultérieurs de ces auteurs et les mémoires des différents acteurs. Plusieurs étudiants en histoire ou en science politique ont contribué à la connaissance plus fine de cette année. A titre d'illustration : Y. Stelandre, Les relations entre la Belgique et l’URSS : de la mort de Staline au xxe congrès du PCUS (5 mars 1953-14 février 1956), Louvain-la-Neuve, 1990 ; A. Gérard, Les réactions belges au rapport Krouchtchev : perception de la déstalinisation en Belgique (février 1956-juillet 1956), Louvain-la-Neuve, 1991 ; C. Kornis, Les réactions belges à la révolution hongroise de 1956, Louvain-la-Neuve, 1988.

7 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/1953_inaugural_address.html (dernière consultation le 20 novembre 2007).

8 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/Chances_For_Peace.html(dernière consultation le 20 novembre 2007).

9 Discours consulté à l’adresse : http://www.eisenhower.archives.gov/speeches/Atoms_For_Peace_UN_speech.html (dernière consultation le 20 novembre 2007).

10 J.B. Duroselle, op. cit., p. 159 et S. Bernstein et P. Milza, op. cit., p. 242-244.

11 Les pays participants sont : Afghanistan, Cambodge, République populaire de Chine, Égypte, Éthiopie, Côte-de-l’Or (Gold Coast, futur Ghana), Iran, Irak, Japon, Jordanie, Laos, Liban, Liberia, Libye, Népal, Philippines, Arabie Saoudite, Soudan, Syrie, Siam, Turquie, République populaire du Vietnam, État du Vietnam et Yémen, en plus des cinq du groupe de Colombo.

12 C. Roosens, Les relations internationales de 1815 à nos jours, t. II, Après 1939, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2001 (2e éd.), p. 262.

13 C. Roosens, op. cit., p. 263.

14 C. Roosens, op. cit., p. 263-264.

15 C. Roosens, oρ. cit., p. 264.

16 S. Berstein et P. Milza, op. cit. p. 258.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search