Version classiqueVersion mobile

Le manifeste Conscience africaine (1956)

 | 
Nathalie Tousignant

Avant-propos

Nathalie Tousignant

Texte intégral

1S’il est toujours difficile d’introduire un travail collectif, ce recueil est l’occasion de réunir des chercheurs belges et congolais, appartenant à différentes disciplines et à différentes générations. C’est en quelque sorte le témoignage du regain d’intérêt que suscite l’histoire du Congo en Belgique depuis quelques années. C’est enfin tenter l’analyse croisée et contradictoire si nécessaire pour rendre compte de la réalité historique des événements survenus entre 1955 et 1960.

2En ayant privilégié un moment phare, la publication du manifeste Conscience africaine le 30 juin 1956 ou le 1er juillet 1956, on attire l’attention sur l’événement retenu a posteriori pour établir la chronologie de la prise de conscience politique des Congolais. Ce point de vue est réducteur, comme le montrent à l’envi les contributions réunies ici. Cependant, la commémoration s’accommode difficilement des explications plus conjoncturelles et structurelles qui permettent d’interpréter l’événement dans sa cohérence, avec les contradictions inhérentes au jeu d’échelle géographique et temporel. Que s’est-il donc réellement passé le 30 juin 1956 ? Date symbolique de l’histoire récente du Congo, l’événement a été vécu et interprété de manière très différente. Une réappropriation univoque dans le cadre de la commémoration des cinquante ans ne témoigne pas de cette diversité. Il convient donc dès lors de contextualiser ce « réveil », cette « première manifestation publique » d’une conscience d’appartenir à un groupe social distinct par l’analyse du contexte immédiat et de l’héritage, réel ou supposé, attribué à Conscience africaine.

3Dans un premier temps, on a voulu identifier des facteurs extérieurs à la colonie du Congo belge. Les contributions de Nathalie Tousignant et de Valérie Piette analysent d’une part le contexte géopolitique de 1956 et d’autre part la situation politique en Belgique. Il ne s’agit pas d’identifier quelques éléments décisifs, mais bien de montrer que le Congo belge participe de cette évolution globale.

4Dans un deuxième temps, c’est la société congolaise qui est au cœur des contributions. Martin Kalulambi Pongo replace le moment Conscience africaine en identifiant les racines, les influences et les réactions de cette prise de parole. Ce faisant, il met en évidence les dynamiques de fond qui mobilisent la société congolaise depuis le début de la seconde guerre mondiale. En une brillante synthèse de ses multiples travaux, Jean-Marie Mutamba Makombo livre les principales clés pour comprendre le terme « évolué », ce qu'il représente comme catégorie sociale dans le Congo belge et ce qu’il traduit d’une élite en formation. La réalité juridique encadre l’émergence de ces Congolais formés qui souhaitent prendre une part active dans le Congo de demain, pour paraphraser le titre d’un article de Paul Lomami Tshibamba. A cet exposé général, répond l’étude de cas de la province du Katanga développée par Donatien Dibwe dia Mwembu. L’éducation et la politique sociale prennent une autre dimension dans cette région dominée par l’extraction minière. Exception ou exemple du paternalisme belge, le Katanga supervise la présence des élites depuis le début du xxe siècle, notamment par les réformes de l’enseignement, tel un écho des débats métropolitains.

5Dans un troisième temps, l’analyse de l’héritage de Conscience africaine s’inscrit dans le débat plus large de la décolonisation précipitée, de l’absence d’une élite congolaise pour prendre le relais des Européens, de l’impact de la colonisation belge au Congo avec ses repentances et ses réclamations. A travers la figure de Patrice Lumumba, Jean Omasombo Tshonda et Nathalie Delaleeuwe mettent en miroir le drame individuel et le drame collectif des élites congolaises. Au fil des déceptions, des non-dits, le fossé entre les Congolais et les Belges appelés à construire une communauté de destin dans le chef des plus optimistes s’élargit au point de rendre illusoire cette coopération marquée au coin par le paternalisme. Emblème de ce divorce, Patrice Lumumba s'inscrit pourtant dans un groupe plus vaste comme le montre Gauthier de Villers, notamment par les multiples clivages qui prennent racine dans le Congo de l’après-1945. Le 30 juin 1960 n’est pas une coupure significative dans l’éclosion des consciences et des pensées politiques. Ce phénomène, complexe et diversifié, connaît des inflexions géographiques, ethniques et sociologiques. Autant de repères qui permettent alors de saisir la fonction symbolique de Conscience africaine dans le développement de la postcolonie congolaise, comme l’argumente Isidore Ndaywel è Nziem.

6Dans un dernier temps, ce sont les représentations des évolués que l’on traque dans le film de famille (André Huet) ou dans le film colonial (Samuel Tilman). Images de la société coloniale qui se met en scène, qui témoigne de son action, qui enregistre les menus détails de la vie quotidienne et les grands moments de la vie, ces films ont servi d’amorce à une réflexion élargie de l’histoire coloniale dans ses articulations, ses contradictions, ses silences.

7Loin de nous l’idée ou l’espoir d’avoir épuisé le thème des élites, de la société coloniale, des enjeux et de l’héritage légué aux Congolais et aux Belges. Cette collaboration montre bien tout l’intérêt de réunir les chercheurs européens et africains afin d’écrire cette histoire commune à quatre mains.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search