Version classiqueVersion mobile

Dialogues en sciences humaines

 | 
Jean Florence
, 
Alphonse De Waelhens
, 
Gilles-Gaston Granger
, 
et al.

L'égalité : aspects juridiques et éthiques

Introduction et présentation

M. Van Bunnen

Note de l’éditeur

Séance du samedi 4 mai (matin), organisée par la Faculté de droit

Texte intégral

1Monseigneur, Monsieur le Recteur,

2Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

3J’ai le plaisir d’ouvrir ce matin la troisième séance de ce colloque organisé en hommage à Mgr Van Camp et dans le cadre de son thème général : « Dialogues en sciences humaines ». Faisant suite aux séances d'hier consacrées respectivement au rapport art-littérature-psychanalyse et à la formalisation et à la pratique dans les sciences humaines, la séance d’aujourd’hui, organisée par la Faculté de droit, sera consacrée aux aspects juridiques et éthiques de la notion d’égalité. Le dialogue entamé hier se poursuivra donc, cette fois entre le droit positif, la philosophie du droit et la philosophie morale.

4En ouvrant cette séance de notre Faculté de droit, je suis heureux et fier d’accueillir ici l’éminent juriste et l’éminent philosophe du droit qu’est M. le Professeur Batiffol. Car vous êtes l’un et l’autre, M. le Professeur, et il serait difficile de dire laquelle des deux qualités l’emporte sur l’autre. Vous enseignez à la Faculté de droit et de sciences économiques de Paris le droit international privé, la philosophie du droit et la théorie générale du droit. Vous dirigez avec Charles Eisenmann et Michel Villey la Bibliothèque de philosophie du droit de la Librairie générale de droit de jurisprudence. Vous êtes membre de l’Institut de droit international et en même temps membre du Comité de direction des Archives de philosophie du droit. Et cette activité bilatérale se traduit aussi dans vos nombreuses publications que je ne puis évidemment toutes citer ici. Qu’il me suffise de faire mention de votre « Traité de droit international privé », dont la5e édition a vu le jour en 1970, et, en parallèle avec cet ouvrage, de l’étude parue en 1956 dans la collection « philosophie du droit » sur les aspects philosophiques du droit international privé, où vous écrivez notamment que « les perspectives qui se dégagent des données acquises en jurisprudence et en doctrine ont un caractère philosophique, en ce sens qu’elles ne sont pas orientées vers l’explication des solutions existantes et la prévision des solutions à venir. Elles cherchent à dégager ce que le droit positif contient d’enseignement sur les réalités sociales que constituent les matières régies par le droit et le droit lui-même. L’expérience montre que le droit est une matière qui résiste ; il faut le penser et repenser pour en apercevoir toutes les implications et saisir la logique des continuités sous-jacentes à l’évolution des règles ».

5Et, dans le même ordre d’idées, vous écrivez dans l’introduction à l'un de vos ouvrages importants : « La philosophie du droit » : « Les lignes suivantes sont écrites par un juriste parti d’une réflexion sur la discipline qu’il cultive ».

6C’est ainsi que votre activité de juriste sous-tend votre activité de philosophe en lui fournissant les données d’une réflexion profonde, proprement philosophique.

7Le thème de l’égalité en droit que nous avons voulu traiter au cours de ces Journées de réflexion a été préparé sous ses divers aspects au sein de notre Faculté depuis plusieurs mois déjà, spécialement par des travaux de séminaire. C’est ainsi que cette valeur que constitue la notion d'égalité a fait l'objet, au cours de ces travaux, d’une approche historique, philosophique, et plus particulièrement éthique, axée notamment sur le problème de la justice, ainsi que d’approches multiples en droit positif, p.ex. la liberté d'association et les avantages accordés aux seuls syndiqués, le rapprochement des statuts des ouvriers et des employés, le lien de subordination en droit social, l'égalité et l’accès aux professions commerciales, et il faut faire ici mention spéciale de l’étude des rapports entre l’égalité et l’équité,... cette mystérieuse équité dont le Professeur Perelman disait, dans son étude « Justice et Raison » publiée en 1963, qu’on pourrait la considérer comme la « béquille de la justice ».

8Certains de ces travaux de séminaire et les réflexions auxquelles ils ont donné lieu feront l'objet, à la suite de votre communication, d’un bref exposé de la part de deux membres de nos Facultés. D’une part, M. Mahieu, en ce qui concerne l’égalité au regard du droit positif ; d’autre part, Mme van Drooghenbroeck, en ce qui concerne les aspects éthiques de l’égalité.

9Vous avez accepté, Monsieur le Professeur, de traiter l’aspect philosophique que comporte la notion d’égalité en droit, en nous parlant aujourd’hui de la signification de l’égalité pour la philosophie du droit. Nous avons maintenant hâte de vous entendre, et je vous cède la parole.

Auteur

Doyen. Facultés Universités Saint-Louis

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search