Version classiqueVersion mobile

Dialogues en sciences humaines

 | 
Jean Florence
, 
Alphonse De Waelhens
, 
Gilles-Gaston Granger
, 
et al.

Formalisation et pratique dans les sciences humaines

Discussion

Texte intégral

M. Perelman

1Je suis fort intéressé par votre exposé. J’ai surtout eu mon attention attirée sur les deux remarques que vous avez formulées à la fin, concernant la manière de critiquer les sciences humaines ; tout d’abord, le fait que les concepts de ces sciences doivent tenir compte de leur histoire, de leur élaboration, et, deuxièmement, que ces sciences pourraient être critiquées par le fait qu’elles ne font pas place à ce qui devrait être l’objet de leur recherche.

2Je me suis posé la question : est-ce que tout ce que vous avez dit sur les sciences de l’homme n’assimilait pas les sciences de l’homme aux sciences naturelles, ou, du moins, ne faisait pas des sciences naturelles un idéal pour les sciences humaines que ces sciences n’auraient encore pu atteindre ? N’y a-t-il pas là une espèce de présupposé, je ne sais s’il faudrait l’appeler idéologique ou philosophique, mais en tout cas, il ne me paraissait pas aller dans le sens de vos exigences à l’égard des sciences de l’homme. Parce que, premièrement, est-ce que les sciences historiques dont vous faites la base des sciences humaines sont encore des sciences humaines dans votre conception de la science ? Deuxièmement, est-ce que, vraiment, les sciences humaines ont tellement pour but de prévoir plutôt que d’expliquer et de faire comprendre ?

3Je pense qu’on ne les opposerait pas aux sciences naturelles parce qu'elles sont fractionnées en des spécialisations très poussées. Alors, vraiment, l’objection que vous faites et qui est tout-à-fait pertinente montrerait qu’il y a certaines disciplines qui relèvent de ces sciences. Tout ceci tourne donc autour de l’idée de l’identification des sciences humaines aux sciences naturelles.

4N’y a-t-il pas là un postulat de base dont on pourrait demander dans quelle mesure il est fondé ?

M. Granger

5Je reconnais que l’on peut et que l’on doit se poser la question que M. Perelman vient de formuler. Je crois que je peux donner ma réponse d’abord comme une reconnaissance : je vais plaider coupable en quelque manière. C’est vrai que, en quelque sorte, je prends comme modèle de la science les sciences naturelles, c’est-à-dire qu’il me semble que les sciences de la nature constituent des paradigmes assez bien définis et où l’on peut connaître les frontières de la scientificité et de la non-scientificité. Mais cependant, je me défendrais d'assimiler les sciences humaines aux sciences de la nature et d’exiger des sciences humaines ce que l'on est en droit d’exiger des sciences de la nature.

6D’abord, en ce qui concerne la prévision. Je n’ai pas parlé de prévision pour la bonne raison que je me garderais bien d’exiger des sciences de l’homme qu’elles soient caractérisées essentiellement par la validité de leur prévision. Sans doute, je pense qu’il n’est pas mauvais qu’une sociologie puisse p.ex. prévoir le mouvement de mai 1968 avant, plutôt que de l’expliquer après. Cela aurait été quand même un beau fleuron à la couronne de la sociologie française ou autre de pouvoir dire quelques mois avant mai 1968 : « il va se passer quelque chose... » !

7Donc, je pense que la prévision, si elle n’est pas une condition absolument nécessaire pour la validité des sciences de l’homme est quand même quelque chose à quoi on peut s’attendre dans un certain nombre de cas. Je n’en fais pas une condition absolue, mais je pense que cela n’est pas exclu.

8En second lieu, l'histoire dont vous avez dit très justement qu’elle était étroitement associée à toutes les sciences de l’homme, est-elle ou non l’une des science de l’homme ? Ma réponse est qu'elle n’est pas à proprement parler une science de l’homme, mais une connaissance limite exactement comme les mathématiques, et antisymétriquement à elles, qui ne sont pas une science de la nature, et pourtant fournissent un paradigme très solide de leur scientificité sans nous permettre d'atteindre directement aucun objet de la nature. Elles sont la forme limite des sciences de la nature. Je dirais que l’histoire est la forme limite des sciences de l’homme, et, par conséquent, elle cesse d’être un bon exemple pour définir les sciences de l’homme. L’histoire, à mon sens, est une tentative pour reconstituer les comportements individuels, et lorsque cette reconstitution à la limite est achevée, on a plutôt une œuvre de romancier qu’une œuvre de sociologue. Néanmoins, comme il n’y a pas d’histoire pure, toute l’histoire se présente comme une des formes de sociologie ou de psychologie.

9Bien entendu, je ne formulerai pas pour l’histoire les mêmes critères que pour les sciences en général, même pas pour les sciences de l’homme en particulier. En somme, je me défends en même temps que je me reconnais coupable partiellement en disant premièrement : je pense que le caractère scientifique d’une discipline, si on veut le voir jouer à plein, c’est aux sciences de la nature qu'il faut s’adresser.

10Deuxièmement, on ne saurait néanmoins exiger des sciences de l’homme exactement les mêmes critères de scientificité que les sciences de la nature. Mais si l’on n’essaie pas d’établir un paradigme qui transpose celui des sciences de la nature, je crois qu’on perd toute possibilité de différencier p.ex. les sciences de l’homme d'une philosophie qui est aussi une connaissance de l’homme, et à certains égards, supérieure, plus valable, pour certains effets.

11Je pense que la difficulté dans laquelle je me trouve et l’accusation que vous pouvez formuler viennent du fait que les sciences humaines sont encore dans un état d’infantilisme que l’on n’est pas en mesure de discerner. Si on avait posé la même question à propos de la mécanique juste avant Galilée, je crois que cela aurait été la même chose. À ce moment-là, le paradigme aurait été la mathématique. On aurait dit : « Exigez-vous de la théorie des mouvements la même chose que vous exigez de la mathématique ? » Mon correspondant de ce siècle aurait répondu : « Dans un certain sens, oui ; Je voudrais donc bien faire ici de la mathématique. Néanmoins, je sais bien que cela ne peut être de la mathématique et qu’il faut intégrer d’une certaine manière des qualités, pas comme Aristote l’a fait, mais autrement ».

M. Perelman

12Je crois qu’il serait intéressant de réfléchir à l’analogie que vous avez établie entre la mathématique et l’histoire.

13La mathématique, les mathématiques, fournissent des modèles aux sciences naturelles. L'histoire fournit-elle également des modèles aux sciences de l’homme ? Je me demande si, effectivement, l’histoire ne se sert pas beaucoup plus des sciences de l'homme. Au fond, il y a une interaction entre les deux. Parce que l’histoire ne cherche pas seulement à réunir des textes, elle cherche à faire comprendre tout ce que les sciences de l’homme nous ont renseigné. D’autre part, elle fournit aussi les éléments pour les sciences de l’homme. Il y a donc interaction. J’admets bien que, normalement, les historiens ne vont pas croire à des lois de l’histoire comme dans les sciences de l’homme on cherche des régularités, des lois. Mais d’autre part, ce phénomène de compréhension et d’explication qui est pour moi caractéristique des sciences de l’homme, empêche de dire quelles sont des enfants par rapport à l’adulte que seraient les sciences de la nature.

14Effectivement, il y a là une dialectique entre l’histoire et les sciences de l'homme ; l’histoire est fortement influencée par l’état des sciences de l'homme au moment où l’on écrit l’histoire. C’est toujours le problème de l’explication et de la compréhension qui, pour moi, est central.

M. Granger

15Le parallèle entre l’histoire et les mathématiques n’exige pas que les services rendus par chacun des extrêmes aux sciences qui leur sont associées soient symétriques. Les mathématiques fournissent des modèles aux sciences naturelles. Je dirais que l’histoire fournit plutôt un pôle d’attraction aux autres sciences, une manière d’expliquer des enchaînements individuels. Mais il est évident que la sociologie p.ex. ne se satisferait pas de se réduire à une histoire des sociétés.

16En tout cas, je pense que cette discussion montre bien deux positions philosophiques, relativement aux sciences de l’homme, qui ne coïncident pas ; en particulier en ceci, que je pense que les sciences de l’homme sont dans un état encore indéterminé de leur développement, et je les compare aux sciences de la nature avant Galilée ; tandis que pour M. Perelman, cet état se transformera, mais ce sera toujours un état de développement. Ce sont deux points de vue entre lesquels on ne peut pas trancher. L'avenir seul pourrait peut-être le faire...

M. Ladrière

17Je voudrais demander votre sentiment à propos d’une question qui se pose à la surface de raccordement entre le cadre conceptuel et la réalité qu’on peut voir.

18Dans le cas des sciences de la nature, la question est relativement claire ; la réponse est la théorie de la mesure qui nous permet de servir de raccord entre notre cadre conceptuel et ce qu’on peut observer.

19Dans le cas des sciences de l’homme, on pourrait envisager plusieurs possibilités : ou bien faire quelque chose qui soit analogue à une théorie de la mesure, c’est-à-dire isoler dans la réalité observable les aspects quantifiables qui pourraient faire l’objet d’une mesure à certaines conditions ; ou bien, on pourrait penser à des aspects isolables de caractère qualitatif, donc nécessairement mesurables, mais qui auraient un caractère objectif, je veux dire, qui seraient indépendants des significations ; ou bien, troisième possibilité, il faudrait nécessairement revenir, lorsqu’on observe la réalité, aux significations qu’on avait commencé par mettre entre parenthèses quand on avait construit le cadre conceptuel.

20Alors, croyez-vous qu'on peut maintenir jusqu’au bout la réduction initiale des significations, ou bien ne va-t-on pas être obligé de réintroduire les significations au moment où on va établir le contact entre les modèles conceptuels et ce qui est observable ?

M. Granger

21Je comprends très bien le problème ; mais il y a deux choses. Premièrement, je crois que cette réduction de la signification est fractionnée, elle s’effectue par étapes. Il n’y a pas une réduction unique. À mesure que la science progresse, cette réduction est de moins en moins gratuite, elle inclut de plus en plus d’éléments du phénomène qu’elle étudie. Ce n'est pas une réduction absolue.

22Deuxièmement, le point de retour vers le phénomène : bien entendu, au moment où une connaissance appartenant à une science de l’homme, sociologie, économie, politique, veut s’appliquer, il faut réintégrer les significations, mais on quitte le domaine de la science pour le domaine de l’art, au sens aristotélicien du terme. Il n’y a pas de science appliquée sans qu’à un moment ne se fasse le passage à l'art.

23Un très bon exemple est donné par la psychanalyse avec toutes ses ambiguïtés ; la psychanalyse, qui se présente pour certains comme science (ils n’hésitent pas à déclarer que c’est la science du psychisme humain), en réalité, comporte bien des éléments qui font qu’elle veut être une science, mais, en même temps, elle est essentiellement un art thérapeutique, ce qui explique qu’on puisse à la fois avoir de très bons résultats ou bien des échecs.

24Pour toutes les sciences humaines, mais d’une manière moins brutale, il y a le retour vers l’application qui pose que l’on réintègre une signification, c'est-à-dire que le sociologue doit revenir à l’homme qui a un parti politique, qui sait vers quoi il veut s'orienter, etc....

M. Ladrière

25Je me demande si le mouvement artistique, ou politique, dans l’application des sciences est identique au moment de la mise à l’épreuve, ou bien, si ces deux moments peuvent être distingués. S’ils peuvent être distingués, la difficulté recommence pour la mise à l’épreuve.

26La mise à l'épreuve relève d’une conception théorique, et l’application, d’autre part, vise l’utilisation.

27Alors, ces deux moments coïncident-ils, se recouvrent-ils, ou bien peut-on les distinguer ? Et si on peut les distinguer, vous ne pourriez pas dire de la mise à l’épreuve ce que vous venez de dire de l’application.

M. Granger

28Je crois qu’il faut les distinguer. Évidemment, à première vue, cela paraît la même chose parce que la mise à l’épreuve consiste à revenir vers le phénomène. Ce qui est différent, c’est l’orientation de celui qui met à l'épreuve ainsi que celle de celui qui applique. Celui qui applique, applique dans un système de normes, il s’est donné un objectif de transformation, de thérapeutique, etc.... Tandis que pour celui qui met à l’épreuve, sa perspective finalisée est beaucoup plus délimitée, plus précise. Je pense que le parallélisme avec l’expérimentateur dans les sciences naturelles et l’ingénieur vaudrait.

29Il y a la même différence entre le thérapeute analytique et le théoricien qui voudrait éprouver un point de la doctrine psychanalytique. Ce serait la même chose pour l’ingénieur qui construit un pont et qui dit appliquer telle formule de résistance des matériaux et le physicien qui veut vérifier dans quelle mesure cette formule est valable. Je pense que c’est la même différence.

M. Duquesne de la Vinelle

30Est-ce que la mise entre parenthèses, même provisoire, de la signification est encore possible ? Vous avez parlé d’élections ; vous m'avez fait penser au petit incident qui s'est produit dans le fief de M. Chaban-Delmas : M. Mitterand faisant un exposé sur les grands problèmes et passant un peu au-dessus de la tête des auditeurs, on a expulsé de la salle un gars qui criait : « vas-y, Poulidor ! » Et Mitterand a dit : « Vous savez, Poulidor a fini par gagner ». Voilà l'élément informationnel qui vient un peu fausser le jeu des forces politiques, des influences de parti, etc....

31Si vous mettez entre parenthèses le fait que Poulidor ait été un champion national qui travaille à la chaîne dans les cols des Pyrénées, cela ne signifie plus rien, semble-t-il.

M. Granger

32Vous avez raison. L’informationnel est justement le moyen d’introduire ce qui, dans les significations, est objectivable. Mais vous laissez toujours quelque chose de côté. L’expérience de Poulidor, pour les gens qui étaient là et pour ceux qui sont ici, est infiniment nuancée. C’est cela la signification propre. Ce qu’on en retient est mis en formule d'une manière simple et véhiculable pour un assez large auditoire. C’est cela que j’appelle l’information, c’est-à-dire un encadrement de la signification, c’est un filet qui a les mailles trop grosses.

33Je prends le mot « signification » dans un sens un peu particulier pour désigner la spécificité d’un contenu vécu, pour un individu (c’est là où il a le sens le plus précis) ou peut-être pour une collectivité où il y a eu une certaine communauté du vécu. Ce vécu, on ne peut pas le mettre en forme totalement ; on en découpe des morceaux, on lui donne une certaine configuration logique. C’est cela que la science peut essayer d’introduire dans ses modèles. L’historien, au contraire, peut essayer d’aller plus loin ; il peut essayer de susciter le sentiment de ce vécu chez ses lecteurs. Michelet veut essayer de faire comprendre aux Français du 19e siècle ce qu’était la présence de Jeanne d’Arc p.ex. au 15e siècle. Michelet ne fait pas de la science, il est en fait un romancier qui tente d’expliquer des significations qu’il construit comme un poète, plus ou moins bien. L’historien essaiera le démêler des fils. Il sait très bien qu’il laissera tomber des choses. De même, l’homme politique a piqué dans la masse des significations possibles le halo qui entoure l’image Poulidor, ce qu’il fallait piquer pour que cela fonctionne.

M. Tulkens

34Je voudrais poser trois questions.

35En premier lieu, j’accepte entièrement votre diagnostic selon lequel les sciences sociales souffrent de défauts de conceptualisation de leur objet. Cependant, mettre en parallèle — comme vous semblez le faire — cette faiblesse avec l’inutilité des raffinements logiques qu’apporte la formalisation me paraît discutable, et soulever un problème important de méthodologie scientifique.

36Le rôle principal de la formalisation d’un concept est sans doute de rendre celui-ci précis. La littérature sociologique et économique fourmille d’idées, d’intuitions, de « visions », mais leur énoncé trop vague empêche de tirer tout le pouvoir explicatif qu’elles recèlent ; dans d’autres cas, l’imprécision cache leurs limites, et alimente, parfois pendant des décennies, des débats stériles au plan de la compréhension des phénomènes en cause : les sciences sociales ne sont alors, au mieux, qu’une confrontation de termes de vocabulaire qui n'ont pas le même sens dans l’esprit des protagonistes. N’est-ce pas dans de tels cas que l’exigence du « raffinement », imposée par la formalisation mathématique, transforme les idées vagues en concepts précis, ou encore chasse du discours scientifique celles qui s’avèrent inutiles pour le progrès de celui-ci ?

37Je voudrais prendre comme exemple la notion d’utilité, présente en économie politique depuis Adam Smith pour expliquer les actes de consommation. L’histoire de ce « concept » est édifiante en ce sens que c’est précisément sa formalisation qui en a fait voir finalement les limitations, pour ne pas dire l’inutilité (pour l’explication recherchée) ! L’étape la plus importante fut celle franchie par V. Pareto à la fin du siècle dernier, introduisant la notion de préférence sur les biens, parallèlement à celle d’utilité.

38L’étape terminale fut celle des travaux de G. Debreu en 1953, dans lesquels il est montré comment l’« utilité » à laquelle se sont référés les économistes (et avec eux bien des philosophes) n’est rien d’autre qu’une représentation numérique d'une relation de préordre définie sur l’ensemble des objets de consommation. Comme concept explicatif de la consommation, la notion d’« utilité » a ainsi perdu tout pouvoir, le concept central étant celui de préférence. Il est sans doute incontestable que c’est bien la formalisation mathématique rigoureuse de Debreu qui a permis de « régler son compte » à un concept évocateur peut-être, mais qui s'est révélé sans pouvoir explicatif fondamental.

39Je me demande dès lors si le jugement sur le caractère « excessif » de l'analyse formelle ne doit pas être très réservé, car il est toujours difficile de décider rapidement, après une analyse de ce genre, si celle-ci fait progresser effectivement la compréhension des propriétés d’un concept. Je ne crois pas que l'analyse formelle puisse par elle-même jamais produire un concept nouveau ; mais accepter de se passer de ses instruments, même les plus raffinés, n’est-ce pas se ménager un refuge commode devant les exigences de la rigueur ? Or, de tels refuges ne sont-ils pas une des causes principales de la stérilité du bien des « idées » ?

40Mon deuxième point concerne la distinction que vous avez introduite entre « modèle énergétique » et « modèle informationnel ». En cherchant un exemple, j’ai pensé à la théorie économique de l’échange concurrentiel, et aux apports dont elle a bénéficié récemment grâce à l'utilisation de concepts empruntés à la théorie des jeux coopératifs à personnes. Ma question précise est la suivante : dans un cas comme celui-ci, dans lequel une discipline extérieure à l’économie permet à celle-ci de progresser dans ses résultats, où situer ce qui relève de l’énergétique » et ce qui relève de l’« informationnel » ? Peut-on dire, par exemple, que le modèle économique de base, celui de l’échange, est du type énergétique, tandis que la structure formelle apportée par la théorie des jeux relève de l'informationnel ? Ou faut-il voir les choses différemment ?

41Quant à ma troisième question : je suis d’accord avec les trois conditions que vous avez mentionnées sur l'utilisation des sciences sociales dans la société : il faut qu'elles fournissent des modèles efficaces ; il faut que les modèles soient complets, avec un étage informationnel ; il faut enfin que la science soit produite dans une société apte à orienter sa propre action. Je me demande cependant qui va décider de ce que es trois conditions sont effectivement remplies ? Le scientifique ? ou l’utilisateur des sciences sociales ? Si c’est l’utilisateur, il me semble que les situations peuvent être parfois très différentes. Par exemple, s’il s'agit d'un chef d’entreprise qui s’interroge sur les réactions à telle ou telle modification des caractéristiques de son produit : il va se demander si la science est utilisable, selon les critères que vous avez mentionnés, mais aussi, par rapport à son propre profit. Au contraire, si l’utilisateur est un homme politique investi de responsabilités qui concernent toute la collectivité, les circonstances dans lesquelles, il admettra que la science est utilisable, pourraient être très différentes. En d'autres termes, d'accord avec les conditions énoncées, mais sont-elles elles-mêmes opérationnelles ? Pratiquement saurons-nous jamais si les sciences sociales sont utilisables ?

M. Granger

42Je me demande si cette dernière observation : « Qui décidera du degré d'efficacité d’une théorie ? » n’est pas quand même une hypothèse d’école. Qui peut utiliser les sciences de l'homme si ce ne sont des gens qui participent d’une certaine manière à la classe dominante d’une société, qu'ils en soient des membres au pouvoir, ou qu’ils en soient des opposants. Il est bien clair que, dans nos sociétés, les deux y sont participants.

43Y a-t-il une alternative entre l'utilisation par des utilisateurs privés, qui cherchent leur profit, et l’utilisation par des utilisateurs ayant un souci davantage collectif ? Je me le demande, car, en fait, ce ne sont pas les mêmes théories qui servent à l’un ou à l’autre.

44P.ex., la théorie de l’administration des entreprises ne peut servir directement à un Premier Ministre ou à un chef de parti ; elle est typiquement faite pour faire fonctionner ce système social qu'on appelle entreprise. Est-ce que le conflit peut effectivement apparaître de telle manière qu'on dise : telle théorie est utilisable dans telle circonstance et ne l’est pas dans telle autre ? Non, car elles sont faites dans une certaine perspective. Il y a un autre cas, celui où la même science peut servir à faire construire un pont et à le faire sauter...

M. Chaumont

45La dynamique de groupe est p.ex. fréquemment utilisée dans les entreprises comme moyen de manipulation des cadres, pour les faire adhérer aux objectifs entrepris. On peut imaginer un syndicat des cadres qui, s’il en avait les moyens utiliserait cette même dynamique de groupe.

M. Granger

46Si la dynamique de groupe servait à quelque chose, ce dont je suis bien prêt de douter, le syndicat l’utiliserait pour ses propres fins avec profit, et le patronat en ferait de même, mais pour des fins différentes....

M. Chaumont

47Le problème posé est finalement de savoir quelle est l'orientation politique de celui qui va utiliser la formation scientifique.

M. Tulkens

48D’accord avec votre réponse : les conditions de l'utilisation des sciences que vous avez énoncées apparaissent en effet tout-à-fait neutres par rapport aux raisons pour lesquelles on utiliserait les sciences.

M. Granger

49La deuxième question est à propos de l'apport de la théorie des jeux. Je suis entièrement d’accord avec vous pour dire que la théorie des jeux est une première tentative pour donner un statut précis à l’informationnel dans un domaine économique mais c’est une tentative qui ne fait droit qu’à l’informationnel, pas à l’énergétique. On n’a pas réussi à coupler d’une manière bien convaincante un système du type de la théorie de l'équilibre classique, purement énergétique, avec une théorie des jeux qui montre comment ce système énergétique est régulé par autre chose qui est de l’informationnel. Ce que fait, p.ex., une théorie du monopole et des oligopoles. Ce n’est pas encore parfaitement applicable, mais enfin, on est sur la voie.

50Votre question, si j'ai bien compris, était : est-ce que c’est le mathématicien qui introduit l'élément informationnel et l’économiste qui l’utilise à des fins énergétiques ? Le livre de von Neumann et Morgenstern est un livre qui traite des structures informationnelles d’un système économique, et pas du tout du soubassement énergétique, alors que la théorie de Walras est une théorie qui transpose uniquement dans l’énergétique les processus dont on sait bien qu’ils sont informationnels : la formation des prix sur un marché a bien certainement des éléments de type informationnel, mais il les a tous évacués par l'hypothèse d’information parfaite.

51Récemment, dans un numéro de la revue Économie Appliquée, M. Perroux a présenté un article rédigé par le mathématicien Lichnerowicz, d’après un papier posthume fait par son fils jeune économiste mathématicien, et qui est une tentative de nouveau modèle économique s’inspirant de la thermodynamique. Il y a là aussi des éléments qui rappellent la théorie des jeux. Il part de l'idée suivante : l’économie est une théorie des échanges. C'est un point de vue restreint, mais c’est un point de vue. Or, en physique, une bonne théorie généralisée des échanges, c’est la thermodynamique telle qu’on la présente aujourd’hui, c’est-à-dire comme mécanique statistique générale. Il envisage alors les partenaires économiques comme des cellules d’un espace de la thermodynamique avec des échanges. Ces échanges ne sont pas seulement énergétiques, mais ils sont liés à quelque chose qui fonctionne comme l’entropie. Celle-ci peut être interprétée comme un coefficient d’information. Il conçoit un modèle où il y a à la fois de l’énergétique et de l’informationnel, ce dernier élément prenant facilement figure de théorie des jeux.

52Votre première question concerne l’une des fonctions positives de la formalisation, fonction devant préciser les concepts. Ce rôle est la plupart du temps négatif (vous avez dit tantôt, avec peut-être trop de pessimisme, qu’on n’arrive jamais de cette manière à des concepts nouveaux), mais il consiste aussi à montrer le cœur des concepts anciens et ce qu’il y a en eux de précis. Le malheur est que, comme dans le cas que vous citez p.ex., ce qui subsiste au fond du creuset n’est plus reliable effectivement à une expérience concrète, alors qu’auparavant, on pouvait avoir l’illusion qu'une telle expérience était immédiate. Il reste cependant, qu’en précisant les concepts, on a fait table rase de tout ce qui n’est pas essentiel pour l’explication des phénomènes, ce qui est bénéfique.

53Si nous nous tournons maintenant vers les auteurs, Gérard Debreu, p. ex., dans sa Théorie de la Valeur, ne dit pas que, finalement, il ne fait que des mathématiques pures...

M. Tulkens

54Pourtant, dans la préface de son livre, Gérard Debreu écrit en substance (je cite de mémoire) : lorsque le texte est imprimé en italiques, le raisonnement est purement mathématique ; mais le reste, imprimé en lettres romaines, constitue l’interprétation de la construction mathématique en termes d’une science sociale particulière. Il indique donc bien, au moins en termes généraux, quelle partie du réel sa construction formelle tente de décrire et d'expliquer.

M. Granger

55La théorie de la valeur de Debreu est un joyau, mais c'est un très bon exemple de l’incapacité où sont actuellement les mathématiques de fournir des modèles qui soient à la fois satisfaisants par leur précision et leur logique, et, en même temps, suffisamment opérationnels. Par ailleurs, vous dites que, par l’analyse formelle, on n'aboutit jamais à de nouveaux concepts, mais, en physique, c’est toujours comme ça qu’on aboutit à de nouveaux concepts...

M. Tulkens

56Eh bien, dans le cas précis qui nous occupe, il me semble que la formalisation très abstraite d’une économie de marché construite par Debreu en 1959 n’a guère apporté de concepts économiques nouveaux par rapport à la théorie, apparemment plus concrète, énoncée à l'origine par Walras en 1876.

57Cependant, les concepts en cause ayant ainsi été précisés et « épurés » si l’on peut dire, le terrain était alors prêt pour l'introduction d’éléments nouveaux dans la théorie proprement économique des marchés. Je pense en particulier aux phénomènes de groupes d'individus, dont le rôle sur les marchés a commencé à être traité de manière conceptuellement précise, grâce aux notions de coalitions et de noyau provenant de la théorie des jeux. L'utilisation de ces notions par la théorie économique eût été impossible sans la formalisation réalisée antérieurement par Debreu ; donc, si cette dernière n’a apporté par elle-même que peu de concepts nouveaux au plan strictement économique, il est certain qu'elle a permis par ailleurs des développements conceptuels ultérieurs très importants. La formalisation, par Debreu, de la théorie walrassienne me paraît ainsi avoir été une condition nécessaire de ces progrès récents de la théorie économique.

58On pourrait sans doute faire un développement semblable à propos de la théorie des choix collectifs, de sa formalisation par Arrow en 1951 (conduisant au célèbre « théorème d’impossibilité »), et des développements conceptuels qui ont suivi sur les procédures démocratiques d’agrégation des préférences, la théorie des votes, etc....

59Pour en revenir à ce qui a motivé ma question, il me semble donc que la crainte de certains — que vous avez rappelée — de voir la formalisation prendre le pas sur les progrès conceptuels, est mal fondée ; en effet, les exemples que j’ai cités cherchent à montrer qu'il ne s'agit pas d’une alternative ; au contraire, il semble y avoir dans l’histoire de toute théorie scientifique des moments cruciaux où ces progrès ne deviennent possibles qu'après une formalisation rigoureuse de ce qui a été acquis (et sans pour autant que celle-ci constitue en soi un progrès conceptuel).

M. Granger

60Je suis tout-à-fait de votre avis ; rejeter la formalisation serait sans doute rejeter aussi les concepts qu’elle a permis de forger. Néanmoins, il faut aussi se garder des excès d’enthousiasme des mathématiciens formalisateurs !

R. P. Robert

61Je voudrais vous poser une question à propos d’une chose dont vous avez moins traité, à ma connaissance, dans vos écrits ; et c’est la première fois que je vous en entends parler en public. C’est au sujet de cette fameuse notion de « science » de classe.

62Cela existe. Vous avez avancé la formule suivante : « la question est de savoir si cette fermeture exprime les intérêts d’un groupe et résiste aux chocs de l’extérieur. Si elle est ouverte, ce n’est pas une « science » de classe, sinon elle est fermée ».

63Ma question est celle-ci : est-il possible de s’ouvrir dans certains cas d’intérêts de classe, et n'y a-t-il pas au contraire une « classe privilégiée » ? Ma question viendrait ici suivant les principes et les réflexions de Goldman.

64Je reprendrais ma question à partir de l’une de vos formules : telle science est en conflit avec son groupe producteur, c’est-à-dire qu’il y a une lutte par laquelle on tente de se dépouiller de sa perspective de classe qui est donc nécessairement « fermeture ».

65De nouveau ma question : n’y a-t-il pas des cas où les circonstances n’étant pas mûres socialement, il est impossible à une classe de « s’ouvrir » à ce qui, précisément, permet à l'autre de voir clair ?

M. Granger

66Je remercie le Père Robert, de me faire réfléchir à une question à laquelle je n’avais pas pensé. Cela doit être une situation qui se présente historiquement, mais cela pose un problème : comment déterminera-t-on les critères de maturité d’une classe ? Il semble que ce que l'on peut constater, c’est que toute science est attachée à un groupe qui la produit par l’intermédiaire des appuis qu’il lui donne, etc... mais que cette assise aboutit toujours à des conflits plus ou moins larvés. Bien entendu, la science moderne, à ses origines, est un produit des classes dominantes de cette époque, parmi lesquelles se trouvait le clergé. Or, le conflit avec une partie importante du clergé s'est présenté très rapidement. La science du 18e s. dans l'Europe dominée par la France, est entrée rapidement en conflit avec sa propre classe, la bourgeoisie, qui a amené la Révolution de 1789. On ne peut pas dire que la science des années 80 était une science dont l’assise sociale était la noblesse. Il y avait certains membres de la noblesse qui se sont distingués, mais, dans l’ensemble, la science s’appuyait sur l’infrastructure bourgeoise de la société française. Le conflit a éclaté très rapidement : la République n’a pas besoin de savants, etc...

R.P. Robert

67La pensée de Goldman vous paraît donc inacceptable, même avec ses amendements ?

M. Granger

68Cette théorie me paraît quand même trop sommaire. Je crois davantage à la réalité des individus que Goldman. Je pense que la science se fait n’importe où. Pour faire de la science, il faut d’abord du génie. Quelle que soit la classe dominante, il faut qu'il y ait des individus de génie, et quelles que soient leur origine et leur appartenance de classe. Mais il me semble qu’il est impossible de refuser de voir que le développement d’une connaissance scientifique dont l’initiateur est un homme ou un groupe d’hommes de génie ne soit conditionné par la classe dominante. Or, cette classe dominante n’est pas particulièrement aveugle du fait qu’elle soit dominante.

69Elle sera fermée à certains aspects ; il y a des exemples constants à petite échelle : si on examine la science soviétique, p.ex. entre les deux guerres, il est clair que cette science, à ce moment-là, est contrôlée de façon très contraignante dans certains domaines, de telle manière que son développement est bloqué dans ces directions-là. La classe dominante de cette époque était telle qu’elle bloquait. Ce n’est pas parce qu’elle était classe dominante, c’est parce que l’ensemble des circonstances était tel.

M. Van Parys

70Ma question concerne les solutions que vous proposez aux maux dont souffrent les sciences humaines, et en particulier à ceux dont Attali et Guillaume, dans le livre que vous avez cité, dénoncent la présence en science économique.

71D’une part, pour que la science économique puisse devenir une « exploration des possibles », vous suggérez qu’elle recoure à la théorie des systèmes. Mais soit il s’agit simplement de la théorie des systèmes dynamiques, et alors la science économique le fait déjà, soit il s’agit de la « théorie générale des systèmes » ou de la « cybernétique », c’est-à-dire de théories extrêmement vagues, du moins dans leur application aux sciences humaines.

72D’autre part, pour que la science économique cesse d’être une « boîte vide », vous suggérez qu'elle joigne à sa conceptualisation énergétique une conceptualisation informationnelle. J’aimerais savoir si vous considérez que tous les efforts faits ou à faire pour que la science économique cesse d’être une « boîte vide » peuvent être ramenés à un tel élargissement conceptuel.

M. Granger

73D’abord, j’ai indiqué la théorie des systèmes à titre d’exemple. Je n’ai pas voulu dire que c’était la panacée ; je l’entends au sens de Bertalanffy. Je ne l’entendais pas au sens d'une théorie dynamique, qui peut être purement énergétique. Cette notion de théorie des systèmes me semble encore extrêmement vague, bien que ce soit déjà fort intéressant.

74À propos du livre d’Attali et Guillaume, vous me demandez dans quelle mesure les indications que je propose pour rendre plus scientifiques les sciences de l'homme répondraient aux critiques d'Attali. D’une part, pour Attali et Guillaume, la théorie classique de l’économie politique repose sur 2 axiomes qui sont arbitraires. De ce point de vue là, on peut dire que pour Attali ces axiomes sont arbitraires dans la mesure où ils se présentent comme décrivant une nature humaine, ne varietur, qui serait valable partout et toujours. Je ne pense pas qu'Attali & Guillaume refusent de considérer qu’une théorie du marché, qui est une de leurs cibles, ait quelque intérêt dans telle ou telle circonstance, à condition que ces circonstances soient parfaitement délimitées, autrement dit, qu’on ait plongé ce modèle partiel dans un modèle plus complet. C’est ce à quoi je faisais allusion à propos d’une théorie des systèmes.

75Une deuxième critique d’Attali et Guillaume est qu’ils disent : les théories classiques de l’économie, non seulement sont abstraites et arbitraires, mais encore reposent sur des présupposés normatifs non explicités et que nous refusons en tant qu’hommes de gauche, etc. ... C’est une autre forme de critique. Je m’associe à cela, non pas que je pense que les normes qui président à cette description, doivent être redoutées comme telles puisqu’elles sont appliquées dans certaines circonstances par certains groupes d’individus. Je suis d'accord avec les tenants de l’anti-économique pour dire qu’il n’y a pas lieu de nous présenter cette description d’un certain type de phénomènes normés d’une certaine manière comme étant la description de tout comportement humain possible, relativement à l’utilisation de biens rares. L’économie politique classique s’est présentée comme la description de ce que fait l’homme en présence de biens rares, quelles que soient les autres circonstances.

M. Van Parys

76Ce que j’aurais aimé savoir, en particulier, c’est si vous pensez qu’une réponse satisfaisante à ces deux critiques, et à d’autres semblables, doit nécessairement prendre la forme d’un passage de l’énergétique à l’informationnel.

M. Granger

77Je distinguais l’aspect volontariste et l’aspect positif. J’ai voulu dire qu’à mon sens, d’après les symptômes que je croyais voir, la clé de cette transformation réside dans cette adjonction d’un système informationnel, mais en ce qui concerne la positivité de la chose, je ne dirais pas que tous les perfectionnements de la théorie économique de ce siècle se ramènent à ceci. Il y a eu une tentative de formalisation meilleure, de raffinement des concepts, de meilleure collecte des données. Je crois que ces perfectionnements ne nous font pas franchir une étape ; ils se trouvent à l’intérieur d’un cycle d’évolution. Pour arriver au second cycle, il faudra qu’on trouve le moyen d’interpréter l’informationnel. La théorie des jeux en est une tentative. Le structuralisme de Lévi-Strauss en est une autre en sociologie. Mais c’est toujours une pomme coupée en deux, il n’y a pas de grandes théories à la fois informationnelles et énergétiques du comportement d’un groupe humain.

M. Chaumont

78L’impression que je ressens est que, quand M. Granger parle de sciences sociales, il a l’air de traiter de la même façon l’économie, la sociologie, la psychologie, et je me reconnais très peu, en tant que sociologue, dans la façon dont il pose le problème.

79J’ai l’impression de retrouver en vous une nostalgie du philosophe, c'est-à-dire d’une science de l’homme, alors que je pense qu’il y a des sciences à propos de l’homme, mais qu’il n'y a pas de science de l’homme ni au singulier ni au pluriel. Il y en a à propos de l'homme, pour la raison très simple que l'homme est un élément beaucoup trop complexe pour relever d’une discipline. J'ai un peu l’impression que tous les exemples que vous avez repris, et entre autre, la façon dont vous posez la problématique, le rapport avec la pratique p.ex., le fait que vous avez repris la proposition de Marx : « On ne pose que les problèmes qu’on peut résoudre... », etc. ... paraissent plus vrais pour l'économie que pour la sociologie, de même que l’idée de l’exploration des possibles. Qu’est-ce que cela signifie en sociologie ? Je vois bien ce que cela veut dire en économie, mais mal en sociologie. De même pour l’application : qu’est-ce qu'appliquer une proposition théorique en sociologie ?

80C’est pourquoi je pense que ce que vous avez dit se rapporte beaucoup plus à la science économique qu’à la sociologie, à l’exception de ce qui est le plus économique dans l’anthropologie, c’est-à-dire Lévi-Strauss et l’étude structuraliste des systèmes de parenté.

81Je voudrais illustrer cela en retenant ce que vous avez dit ; quand vous parlez de sociologie, vous citez deux choses : les sondages et Parsons. Personnellement, je crois que toute la sociologie est entre les deux, mais certainement ni chez Parsons ni dans les sondages. Alors, ma première question serait celle-ci : à quelle production sociologique faites-vous référence quand vous évoquez les problèmes que vous avez soulevés ? En second lieu : comment pourriez-vous illustrer une application quelconque d’une proposition sociologique dans la pratique ? Personnellement, je ne vois pas.

M. Granger

82Je suis un peu navré de ce désaccord d’un sociologue. Je pensais parler de toutes les sciences, car si je n’admets pas comme vous le singulier, la science de l'homme, moi, j’admets quand même le pluriel, les sciences de l’homme. Vous, vous êtes plus radical.

83Premièrement, vous avez dit : le possible en économie politique comporte quelque utopie. L’exploration du possible est de l’utopie, comme en parle d’ailleurs Attali. L'utopie se rattache quand même à une certaine forme de sociologie qui se rapporte à des circonstances concrétisables. C’est un des aspects de l’exploration du possible. À partir du moment où vous dites : il n’y a pas d’objet qui réponde à ce que je veux dire, je vais feindre un objet qui ressemble à ce qui existe. En tout cas, j’ai surtout insisté sur le fait que pour explorer le possible, il faut partir du réel. Quand vous dites : comment peut-on parler de l’utilisation d’une proposition sociologique ? je suis surpris car il n’est pas plus difficile mais aussi difficile d’en parler qu’en économie politique. Prenons p.ex. la théorie durkheimienne du suicide.

84Si vous croyez avoir établi un rapport entre le taux de suicide et un certain indice d’intégration sociale, il vous sera peut-être possible, dans certaines circonstances, d’agir sur une variable qui est supposée modifier ce taux d’intégration sociale. C’est le même problème en économie politique ; il est plus facile de modifier le taux d’escompte de la Banque de France que d’agir sur le taux de natalité des Français. La seule différence, c’est que les propositions économiques sont en général plus précises, pas forcément plus sûres.

M. Chaumont

85Ce n’est pas parce que c’est une formulation, c’est parce qu'il y a des relations isolables en matière économique qui ne le sont pas en matière sociale. Je reprends votre exemple : il y avait eu un nombre incroyable d’études sur l’Université française avant mai. Le système facile à étudier est le système éducationnel. Il est bien vrai que personne n’a prévu mai 68. C'est vraiment le type d’évènement qui, s’il n’est pas imprévisible, n'a pas lieu, ne serait-ce que parce que la police aurait été informée.

86Or, non seulement, cela a eu lieu, mais après mai 68, l’Université française ne sera plus jamais comme avant. Cela me paraît une différence qualitative d’importance, quant à l’objet des sciences de la nature et des sciences à propos de l’homme.

M. Granger

87L’objet d’études a définitivement changé. Ce que je voulais voir, c’est la différence que vous faites, très profonde, entre l'économie politique et la sociologie. Pour moi, le sociologue envisage des faits plus globaux que l’économie.

88Je ne vois pas pourquoi la sociologie, si elle avait des propositions bien contrôlées, ne serait pas de la même façon applicable que les propositions de l’économie politique. Que cela pose des problèmes éthiques, j’en conviens, et que ce soit plus compliqué aussi. Mais il y a des exemples de manipulation sociologique à différents niveaux. Et au niveau des petits groupes, même si ce n’est pas acceptable, il n’empêche que des tentatives ont pu être faites. Je ne pense pas qu’il y ait une différence de nature entre la notion d’application d’une proposition scientifique en économie et en sociologie.

M. Vanderveken

89Premièrement, est-ce que vous ne pensez pas que la réduction de l’humain, que l’on reproche souvent en disant qu’elle est implicite dans toute science humaine qui se constituerait comme telle, n’est pas finalement identique ou semblable dans son principe à la réduction de la nature qui a lieu dans les sciences naturelles qui ont un statut scientifique reconnu. Dans la mesure où l’objet d’une science qui se constituerait en tant que telle n’est pas un objet réel mais un objet de connaissance qui est défini par un système conceptuel qui fournit, en quelque sorte, des coordonnées pour le champ qu’il délimite, que c’est donc une forme unifiée de représentation qui, dans son noyau, n’est pas à proprement parler descriptive, mais qui prescrit la forme de description que l’on va imposer au champ que l’on traite, que donc, il y a un certain arbitraire dans cette forme, ce reproche que l’on ferait aux sciences humaines de réduire l’humain est tout-à-fait illégitime : on peut se demander dans quelle mesure une science en tant que telle doit parler de l’homme, comme on peut se demander dans quelle mesure la mécanique newtonienne dit quelque chose à propos du monde. Simplement le fait que le monde se laisse décrire par une théorie de cette forme dit quelque chose.

90De même, on peut s’interroger sur le fait de savoir si les sciences humaines en tant que telles diraient quelque chose de l’homme. En tout cas, si elles se constituent comme science, — c’est ma 2e question — ne croyez-vous pas que toute la distinction entre sciences humaines, sciences naturelles, sciences formelles pourrait être reposée d'un point de vue épistémologique, ou y aurait-il une épistémologie spéciale pour les sciences humaines, une épistémologie spéciale pour la science naturelle, une épistémologie spéciale pour les sciences formelles ?

91Finalement, les concepts d'humain, de nature et de forme sont des concepts idéologiques. Il faudrait alors interroger d’une point de vue épistémologique leur signification. P.ex. si la linguistique se constitue comme science, il me semble que ce sera une linguistique mathématique. Il est clair que le développement que Chomsky a apporté à la grammaire est, en grande partie, un résultat des emprunts qu'il a faits à la logique mathématique. Si on réussit à faire une théorie des composants de base des grammaires catégorielles, ce sera certainement par des emprunts, par des enrichissements de la théorie de la fonctionnalité et du lambda-calcul. De même qu'il faudra enrichir la sémantique mathématique à la Tarski qui est pauvre dans la mesure où elle oblige d’accepter la loi d’extentionalité. La linguistique sera-t-elle encore une science de l'homme ? Je ne dis pas qu’elle sera une partie des mathématiques, mais elle sera plus compliquée que certaines branches de mathématiques.

M. Granger

92Ce que vous dites va beaucoup plus loin que ma propre position. Je suis partiellement d’accord avec vous, mais je pense que vous allez beaucoup trop loin, et, à mon avis, cela ruine la thèse.

93D’abord, vous dites que la réduction de l’objet est liée au principe de toutes les sciences, et des sciences naturelles, bien entendu. C’est ce que je disais à propos de la mécanique galiléenne : le corps tombant de Galilée ressemble à la tuile qui me tombe sur la tête, comme l’Ours, constellations du ciel boréal ressemble à l’ours, animal mangeur de miel. Ce n’est pas la même chose. Seulement, vous oubliez que la réduction, dans le cas des sciences de l’homme, se heurte à un noyau qu’on ne trouve pas dans l’objet des sciences de la nature tel qu’il a été décrit à la suite de cette réduction : ce que j’ai appelé les signification. On peut essayer de les transcire formellement de manière partielle en sachant toujours qu’il échappe quelque chose. Si l’on accepte d'abandonner complètement cela, alors vous avez raison ; il y aura une science qui ne sera plus une science de l’homme en tant que tel, qui sera une science de certains traits qui sont assignés à des individus qu’on appelle des hommes, mais qui n’ont rien de ce qui caractériserait l’homme par rapport à d’autres types d’êtres. Ce sont les behavioristes qui ont formulé les premiers d’une manière cohérente, allant jusqu’au bout, ces conclusions. Je crois qu’on peut diagnostiquer un échec du behaviorisme radical, qui consiste à dire : l’objet des sciences est un objet réduit ; réduisons donc l’objet qu’on appelle humain : tout cela, c’est de l’idéologie ; on va décrire ce que l’on voit, ce que l’on peut mesurer. Je pense que c’est un point de vue qui s’est révélé insuffisant pour comprendre quoi que ce soit.

94Mon propos est qu’il faut autant que possible se rapprocher du processus de réduction des sciences de la nature en se rendant compte que ce processus doit être particulier et plus difficile lorsqu’on aborde ce que j’ai appelé les significations. Ce qui nous amène à votre exemple de la linguistique. Le langage est le prototype de ce que j'appelle un système de significations. Mais on peut réduire partiellement ce système de significations ; la forme extrême de réduction est la schématisation sous forme de ce qu’on appelle à tort une langue formelle, que ce soit à la Chomsky, que ce soit autrement. Cela fonctionne comme un système naturel ; mais ce que vous avez là est un squelette qui est très intéressant, très valable, mais ce n’est jamais qu’un aspect partiel du phénomène humain. Quand vous dites que la linguistique sera finalement mathématique, je pense que vous avez raison, mais elle sera partiellement mathématique peut-être, en tout cas pas au sens où Chomsky l’entend. Chomsky construit des systèmes formels ; il n’a jamais expliqué quoi que ce soit relativement à ce qu’est une langue. Les tentatives d’application à la psycho-linguistique sont extrêmement douteuses. On pourrait parier que cela mènera à un abandon des thèses les plus irréductibles de la théorie transformationnelle. Toute tentative de réduction à un modèle mathématique est bonne en tant que telle, sur le chemin de la science, mais devient mauvaise à partir du moment où on dit : c’est ce que Chomsky décrit. C’est exactement ce que disait feu Binet qui a pourtant fait faire un grand progrès à la psychologie, mais qui disait avec franchise : l'intelligence, c’est ce que mesurent mes tests. Le jour où Chomsky dira : la langue est ce que je fabrique avec mes règles de transformation, il aura seulement montré la limitation de sa compréhension du langage.

M. Vanderveken

95Je voudrais répondre à ce que vous dites concernant la linguistique, parce que la théorie de Chomsky ne concerne que la compétence, pas la performance. Vous parlez des sciences humaines comme unies à l’action. Je vois très bien votre critique. C’est un objet partiel dans la mesure où il ne rendrait pas compte de l’action. Bien entendu, je citais Chomsky comme un nom. Mais si l'on s’interroge maintenant sur la linguistique qui ne serait plus à proprement parler une théorie de la structure de la langue au sens de Saussure, mais qui serait aussi une théorie de l’acte de parole car les énoncés sont appropriés dans un acte de parole qui leur donne un sens, ce sont des actes illocutionnaires. Finalement, cela n’implique-t-il pas la possibilité d'une mathématisation de ces actes ? Comme Austin le remarquait déjà, tout acte illocutionnaire est un acte dont la performance coïncide en principe avec l’énonciation d’un énoncé performatif.

M. Granger

96Cela vous paraît des mathématiques ?

M. Vanderveken

97Non, à supposer qu’il soit possible de mathématiser les propriétés formelles des foncteurs performatifs. Je crois que c’est possible dans un cadre très compliqué de la pragmatique (qui est une sémantique) formelle à la Tarski, qui traite de la satisfaction et de la vérité, non plus seulement relativement à des interprétations possibles, mais aussi à des contextes d’emploi ; alors, on a là une mathématisation très stricte de ce qu’on appelle des actes de parole, ou les actes illocutionnaires. Je ne vois pas pourquoi cela devrait cesser, c’est-à-dire dans la mesure où l’on ne pourrait pas aussi mathématiser les règles qui présideraient aux jeux de langage dans lequel ont lieu des actes illocutionnaires pour faire une référence à Wittgenstein. Je ne vois pas pourquoi on devrait a priori dire que cela n’est pas possible. Alors, en ce qui concerne la logique des performatifs, je crois que c’est une erreur.

M. Granger

98Il est toujours mauvais pour un philosophe ou un épistémologue de dire : ceci ne sera pas. Je me garderais bien de l’avancer ! Je voulais simplement dire que, premièrement, ça n’existe pas encore et me paraît bien improbable sous la forme que vous indiquez. A mon sens, la pragmatique est un mot pour le moment.

M. Vanderveken

99Je pourrais vous référer à des articles qui vont être publiés d’un jour à l’autre ; car, comme vous le savez, en logique on est toujours en retard de 3 ou 4 années sur ce qui se fait en réalité.

M. Granger

100Admettons que cela existera ; mais, même ceci admis, à mon sens, cela ne suffit pas à formaliser complètement l’objet en question. Cela n’aura pas de rapport, p.ex. avec l’usage pathologique du langage, ou bien le rapport du langage avec d’autres comportements.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search