Version classiqueVersion mobile

Dialogues en sciences humaines

 | 
Jean Florence
, 
Alphonse De Waelhens
, 
Gilles-Gaston Granger
, 
et al.

Formalisation et pratique dans les sciences humaines

Science de la pratique et pratique de la science dans le domaine des faits humains*

Gilles-Gaston Granger

Texte intégral

  • * Ce texte, recueilli au magnétophone, a été relu par l’auteur, mais demeure une production orale do (...)

1Monseigneur, Monsieur le Recteur, mes chers Collègues,

2Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs.

3J’ai donc l’honneur aujourd’hui pour introduire surtout une discussion, de vous présenter, ce sujet : « Science de la pratique et pratique de la science ». Le problème, que je me propose non pas de résoudre mais de formuler, est le suivant : s’il est vrai que les sciences de l’homme sont et doivent être associées à l’action, comment et jusqu’à quel point peuvent-elles demeurer des sciences ? Je crois qu’il y a là une question qui ne peut manquer de préoccuper tous les savants, tous les chercheurs qui s’intéressent actuellement au domaine de la psychologie, de la sociologie, de l’économie et des différentes branches et subdivisions de ces disciplines.

4J’essaierai simplement de mieux préciser les limites de cette question et de me demander si elle a un sens véritable, et quel est ce sens.

5Je vous livre le plan que je vais suivre :

61° je poserai quelques indications au sujet d’une forme que revêt actuellement le problème dont je m’occupe, à savoir la présentation d’une crise que j’appellerai crise des anti-sciences. Il existe un livre récent en France : « L’anti-économique » ; il y en a eu sur l’antipsychiatrie, et nous en verrons d’autres sur les différentes disciplines des sciences humaines ;

72° pour essayer de répondre aux questions posées par cette présence d’une anti-science, il faut savoir comment se constituent les champs de la connaissance dans le domaine des disciplines humaines ;

83° tentative d’approfondissement de ce problème du découpage de l’objet dans les sciences humaines : connaissance structurale et théorie des décisions.

9Et enfin, nous terminerons par quelques remarques sur les sciences humaines dans le corps social.

10Je vais donc commencer par évoquer une situation tout-à-fait contemporaine, à savoir le surgissement d’ouvrages et de personnes qui se proclament les représentants de l’anti-science. Une nouvelle critique de la psychiatrie, de l’économique se développe, qui reproche essentiellement trois choses aux sciences de l’homme :

  1. ce sont de simples facteurs de reproduction de la société telle qu’elle est ;
  2. ce sont des moyens de pérenniser un cloisonnement de la connaissance, cloisonnement qui n’est pas véritablement fondé dans la nature des choses ;
  3. on reproche à certaines d’entre elles de se complaire dans un formalisme mathématique qui peut apparaître comme tout-à-fait vain car n’ayant aucune prise sur le réel.

11Cette triple critique, assurément, n’est pas entièrement dépourvue de tout fondement. Néanmoins, je crois qu’elle n’est que le rajeunissement d'une critique, peut-être fondamentale, mais qui est aussi vieille que toutes les tentatives pour connaître l’homme, à savoir le reproche fait à ce genre de connaissance de ne pouvoir atteindre à la neutralité, d’être toujours assujettie à se présenter, d’une manière plus ou moins dissimulée et plus ou moins hypocrite, comme défenseur, représentant d’une certaine idéologie, en tout cas d’une certaine philosophie de la nature humaine.

12Pourquoi ce problème est-il aujourd’hui plus pressant qu’il n’a pu l'être, p.ex. dans les années du XIXe s. où il s’est trouvé mis en lumière en Allemagne, à propos de la nature de l’histoire, à propos de la nature de la jeune science sociale ? C’est parce qu’il n’est plus seulement l’objet d’un débat académique, d’un débat d’épistémologues qui se demandent quelle est la nature de la science, mais qu’il est devenu un lieu commun de la pensée politique elle-même. A la faveur d’une certaine laïcisation de la science, je veux dire : d’une pénétration de la science dans des milieux qui ne sont plus seulement ceux des personnes qui essaient de faire et de diffuser la science, on voit apparaître la nécessité pour l’homme public lui-même, pour le politicien ou pour le praticien des affaires, de s'interroger sur les postulats normatifs, plus ou moins cachés, qui pourraient être présents au développement apparemment théorique de ces disciplines. Bien entendu, les conditions matérielles dans lesquelles se diffusent les connaissances ou les pseudo-connaissances de nos jours ne font que renforcer ce caractère extrêmement pressant de l’interrogation posée aux sciences de l’homme concernant leur neutralité ou, au contraire, leur engagement dissimulé.

13Il en est donc ainsi dans notre société contemporaine. Je viens de rattacher cette critique à une critique de fond qui n’est pas du tout, quant à elle, le produit de certaines circonstances. Je pense qu’il est possible de se référer au passé de l’histoire de la philosophie et de la connaissance de l’homme qui nous permet, non pas de trouver une solution tout faite à ce problème contemporain, mais peut-être de nous orienter d’une certaine manière. En effet, Aristote déjà avait distingué une théorie et une science pratique. Si l’on se réfère à la parole même du philosophe, on s’aperçoit que cette distinction qui, si l’on ne s’en tient qu’au vocable, peut apparaître aujourd’hui comme tout-à-fait usée, et justement mise en cause, a un sens qui mérite encore d’être médité.

14Je la propose, non pas comme une solution possible, mais comme une formulation en tout cas plus pertinente que beaucoup de ces formulations qui aujourd’hui sont à l’ordre du jour.

15Aristote, en effet, distingue deux espèces de sciences et non pas deux espèces de connaissance dont l’une serait science et l’autre non-science ; mais quand il oppose theoria et science pratique, ce sont bien deux types de connaissance scientifique qu’il veut distinguer, de telle sorte que la coupure ne se fait pas, chez lui, entre l'homme et la nature à proprement parler (car il y a aussi bien, d’une certaine manière, une science de l’homme qu’une science de la nature, pour Aristote), mais elle s’effectue d’une autre manière, à laquelle le développement contemporain des sciences ne nous a pas accoutumés, ou plutôt dont il nous a déshabitués, à savoir entre une connaissance possible des essences et une connaissance possible de ce qui n'est pas essence mais genèse. Le mot, utilisé à plusieurs reprises en ce sens par Aristote, veut désigner par là des objets qui sont engendrés, non pas par un moteur qui leur serait interne, comme c’est le cas des objets naturels, mais par un moteur externe, que ce soit l’intelligence humaine ou quelque autre type de moteur. L’opposition s’effectue donc pour Aristote, non pas entre deux attitudes à l’égard de la connaissance, l’une étant une attitude pragmatiste (en termes modernes), qui chercherait l’efficacité d’une intervention, et l’autre étant une attitude spéculative qui chercherait simplement une connaissance désintéressée ; ce n’est pas du tout sur ce plan que s’effectue le clivage aristotélicien. Ce clivage s’effectue entre deux types d’objets : les objets naturels, en particulier l’homme en tant qu’il appartient à la nature, et les objets qui sont p.ex. des productions de l'homme, — ce seront les objets des sciences poétiques, — ou bien, des objets qui sont des actions humaines qui n’ont pas pour fin de produire d’autres objets, mais qui, d’une certaine manière, ont en elles-mêmes leur fin. Ainsi, la distinction entre théorie et pratique n’est pas une distinction d’attitude à l’égard de la connaissance, c’est une distinction entre des espèces d’objets. Je crois que c’est une leçon que nous pouvons retirer de la méditation d'Aristote sur ce point, à savoir que, peut-être, la solution de nos difficultés se trouverait dans le maintien de cette opposition entre des espèces d’objets et non pas des attitudes de connaissance. Car l’opposition entre une théorie et une pratique entendue au sens le plus courant du terme brouille les cartes et nous oblige à passer constamment de Charybde en Scylla. Cette connaissance sera-t-elle purement spéculative ? Sera-t-elle, au contraire, une connaissance tout-à-fait efficace et engagée ? mais alors elle ne sera plus véritablement scientifique. Si l’on se propose d'abandonner cette perspective et d’essayer de discerner des caractéristiques de l’objet des sciences humaines qui s’opposent aux caractéristiques de l’objet des autres sciences (pour lesquelles nous n’avons pas d’autres mots bien formés : nous dirons des sciences de ce qui n’est pas l'homme) peut-être alors, certaines de ces difficultés qui paraissent à première vue opposer irréductiblement théorie et pratique vont-elles disparaître.

16Pour terminer ce premier point, ce premier exament très superficiel de la réaction qui s’effectue actuellement contre les sciences de l’homme telles qu’elles sont en train de se constituer, je voudrais, en essayant de préciser le sens de cette critique, mettre également en garde contre les dangers d’une nouvelle rhétorique de l’anti-science qui ne se fait pas faute de se développer actuellement. Une rhétorique de l’anti-science consisterait à déconsidérer toute tentative de connaissance des faits humains, entreprise de déconsidération qui peut paraître, hélas, assez fondée par le peu de succès que rencontrent les sciences de l’homme. A l’heure actuelle, aucune des sciences de l’homme, même pas l’économique, ne peut se targuer de remporter des succès absolument définis. Quelles que soient les apparences que fournissent ainsi à leurs détracteurs les échecs de ces différentes sciences, je pense qu’il serait hors de propos de vouloir s'enfermer entre deux termes possibles d’une alternative : soit s’abandonner à l’innocence supposée d’un âge d’or (aucune science n’est nécessaire car la connaissance immédiate, directe lui suffit) ou bien, au contraire, recourir à une doctrine totalitaire de l’homme qui présenterait les conceptions normatives comme étant implicitement ou non, le seul Rationnel et le seul Nécessaire. Par conséquent, vouloir s’efforcer de découvrir ce que peut être une science de l’homme, c’est, me semble-t-il, se refuser à ces deux entreprises en deux sens différents également désespérées.

17Nous voulons maintenant essayer de préciser un peu le domaine et l’extension des difficultés qui se présentent à la constitution des différents sciences de l’homme. On peut se demander comment se découpent les objets mêmes de ces sciences avec, comme arrière-pensée, de savoir si c’est une pratique, sous quelque forme que ce soit, qui est la responsable fondamentale de ce découpage. Si la réponse était positive, il y aurait là évidemment une interprétation du conflit science-théorie et science-pratique, qui tendrait à annuler l’aspect proprement théorique de toute science de l’homme et à assujetir la connaissance que nous pouvons avoir de nous-mêmes à certaines exigences qui se manifestent seulement dans notre pratique.

***

18Comment donc se constituent les problématiques des sciences humaines ? Bien entendu, je ne puis ici que donner quelques indications extrêmement sommaires. Le point essentiel me semble être le suivant : la réalité humaine se présente directement comme symbolique, contrairement à ce qui se passe pour la réalité des choses que nous considérons comme non-humaines. Il ne nous est pas possible, quand nous envisageons le comportement d’un homme, nos sentiments à son égard, de ne pas saisir en même temps ces faits comme ayant un certain sens, comme signifiant quelque chose par rapport à une certaine vision que nous avons de l’ensemble de l’univers, même, plus précisément, que nous avons de ce qu’est la nature ou la destinée de l’homme. Tandis que, lorsque je considère les objets comme les objets des physiciens, du moins pour l’homme que nous sommes au XXe s., il n’est pas du tout difficile de nous abstraire de toutes les significations que ces objets peuvent néanmoins avoir, par exemple, pour le poète.

19Peut-être ce dépouillement n’a-t-il pas été toujours aussi facile, peut-être les hommes du XVe ou du XVIe siècle ont-ils eu un certain mal à se dégager de cet aspect signifiant qu’avaient pour eux les choses que nous appelons aujourd’hui objets du physicien ou du chimiste ou du biologiste, et c’est au prix d’une certaine ascèse, d’un certain renoncement que physique, mécanique, chimie ont pu alors se constituer en destituant de leurs significations ces objets désormais considérés comme des objets d’une description que l'on dira purement objective. En ce qui concerne les faits humains, cette transformation, cette réduction est certainement beaucoup plus difficile à faire d’une part, et d’autre part, elle n’est, en fin de compte, pas possible ni souhaitable pour une connaissance de la réalité humaine, car vouloir étudier les faits humains comme des choses est évidemment se résigner à laisser de côté ce qui constitue leur caractère spécifique. Le problème est alors de savoir comment objectiver ce caractère spécifique, tout en le conservant comme tel, problème qui, inutile de le dire, n’a pas encore été résolu...

20En tout cas, ce mode de perception des faits humains qui les saisit directement comme symboliques, comme exprimant quelque chose, est-il directement recevable comme connaissance scientifique ? Je crois que la réponse aujourd’hui est négative. Si l’on veut faire une science en déroulant le roman de l’existence humaine telle qu’elle nous apparaît à nous, plus ou moins poètes ou visionnaires, on établira tout autre chose qu’une connaissance de la réalité humaine, et dans ce cas, mieux vaut s’adresser aux romanciers, aux poètes ou aux dramaturges qu’à celui qui se veut psychologue, sociologue ou linguiste.

21Par conséquent, il faut certainement une transmutation de ce donné signifiant qui est celui que nous présente la réalité humaine. Il faut en particulier, que les questions que nous croyons être directement posées par notre vie quotidienne et par la pratique du politicien, de l’homme d’entreprise, etc. ... soient passées au crible d’une certaine critique qui permet de faire apparaître dans quelle mesure ces questions sont l’expression de préjugés, au sens le plus large du terme, d’exigences informulées, inconscientes, etc. ..., bref, sont l’expression de ce qu’on pourrait appeler une idéologie. Donc, la première difficulté devant laquelle se trouvent les sciences de l’homme du point de vue du rapport entre pratique et connaissance est la suivante : comment discerner ce qui, dans la position des problèmes, est l'expression de nos désirs ou de nos préjugés, et ce qui possède une portée différente que nous voudrions voir se rapprocher de l’objectivation que nous sommes capables d’atteindre lorsque nous examinons les faits humains ? Il est bien clair que les problèmes qui se posent, qui se sont posés, aux sociologues, aux économistes au cours de l’histoire de ces sciences nous apparaissent aujourd’hui, dans une certaine mesure, comme associés à des situations, à des conjonctures, ou en tout cas, d’une manière peut-être plus profonde, à la structure d’une société dans laquelle ils ont été formulés ; p.ex. il est bien certain que l’économique classique, en tant qu’elle s'oppose à l’économique mercantiliste qui l’avait précédée, pour dire les choses en gros, consiste d’abord à poser les problèmes autrement que ne les avait posés l’économique mercantiliste. Qui dira dans quelle mesure les problèmes de Smith p.ex. sont plus objectifs que l’économique telle que l’envisageaient les mercantilistes ? La question n’est sans doute pas ici d’attribuer un coefficient d’objectivité, mais de savoir dans quelle limite les problèmes posés à telle étape de l’évolution de la connaissance sont rattachés aux circonstances propres dans lesquelles ils ont été formulés, et dans quelle mesure cependant, ils peuvent les transcender. Dire que chaque problème est toujours l’expression des conditions d’une société, c’est évidemment se condamner soi-même. Et il est assez curieux que cette condamnation n’apparaisse pas comme éclatante à ceux qui, extrémistes, soutiennent que tout problème scientifique n’est finalement que l'expression d’une certaine structure sociale humaine, d’une certaine volonté idéologique d'une classe. S’il en est ainsi, comment échapper soi-même à cette dialectique ? En reconnaissant le caractère absolument évident de la détermination situationnelle de chacun des problèmes des sciences humaines, je pense donc que tout homme doit en même temps se demander dans quelle mesure cette détermination circonstantielle permet d’atteindre quelque chose qui dépasse les circonstances. Je voudrais, à ce propos, commenter brièvement le mot tellement connu de Marx : « l’humanité ne se pose que les problèmes qu’elle peut résoudre », texte que vous trouvez dans la préface de la Critique de l'économie politique, texte de 1859, donc contemporain de la préparation du Capital. Si Marx voulait dire que tout arrive à temps, que finalement il ne faut pas se préoccuper de voir en avant, il faudrait alors l’assimiler à une sorte de Hegel (renversé certes), pour lequel tout ce qui est réel est rationnel et tout ce qui est rationnel est réel, de telle sorte qu’il serait facile d’interpréter cette doctrine comme une espèce de quiétisme. Marx n’a pas voulu dire cela ; il commente du reste son expression en disant : « le problème lui-même ne surgit que là où les conditions matérielles pour le résoudre existent déjà, ou du moins, sont en voie de le devenir ». Marx parle donc ici de problème, non de connaissance, mais de pratique proprement dite ; il veut parler de situations sociales qui ne sont pensées qu’au moment où les circonstances permettent de trouver les éléments qui apporteront leur résolution. On peut récuser cette vue. L’intéressant, pour moi, est de bien dissocier la portée de ce mot de Marx d’une interprétation qui l’appliquerait directement à la connaissance proprement dite ; il n’est pas vrai que les problèmes se posent pour la science au moment même où ils peuvent être résolus. C’est tout-à-fait faux du point de vue de la connaissance ; c’est peut-être vrai du point de vue de la pratique. La vérité du mot de Marx réside en ceci qu’un problème n’est véritablement élucidé qu’au moment où l’on entrevoit la possibilité de lui trouver une solution. Je veux dire que les problèmes posés par la chute des corps p.ex. pendant le développement de la mécanique médiévale jusqu’à la période galiléenne, ont été retournés dans tous les sens, sans être, du moins d’une manière suffisamment prégnante, formulés de telle sorte que l’on puisse songer à une voie de sortie. En ce sens donc, ce n’est pas la position du problème qui est contemporaine de sa solution, mais c’est sa formulation précise. Il faudrait donc dire que, dans les sciences humaines, bien plus qu’ailleurs, le sentiment d’une difficulté peut précéder de bien loin le moyen de la résoudre, mais que la formulation même de la difficulté ne saurait précéder de très loin le moment où elle sera résolue, parce que, pour formuler une difficulté, il faut déjà poser les termes de sa solution. De telle sorte que si nous appliquons ceci à l’état actuel des sciences de l’homme, je crois qu'il nous faut reconnaître modestement que la plupart des problèmes ressentis par l’économiste, par le psychologue, par le sociologue, etc... ne sont pas encore des problèmes vraiment posés, et que, dans la mesure où certains d’entre eux p.ex. en psychologie, ont été posés, ils ont été résolus à la manière dont est résolu un problème scientifique, c’est-à-dire de façon provisoire, mais contrôlable. Dans la plupart des cas, pour les problèmes de l’économique, de la sociologie, il n’en est pas toujours ainsi.

22Ayant ainsi souligné d’une manière bien brutale, je le reconnais, l’état d’impuissance où se trouvent les sciences humaines aujourd’hui, je voudrais maintenant me poser une question qui est dans le prolongement de ce qui vient d’être dit : est-ce que l’objet, que doit se proposer le sociologue, le psychologue et ses confrères, peut être qualifié de donné ? et dans quelle mesure ?

23Nous avons déjà indiqué que, pour les sciences de l’homme, la saisie immédiate des faits était déjà une saisie structurée, élaborée, livrait des significations et non pas des objets vraiment manipulables. On pourrait se demander dans quelle mesure il existe un donné pour les sciences de l’homme ; à ce propos, je voudrais commenter une expression que j’emprunte au livre d’Attali et Guillaume, « L’anti-économique », déjà mentionné : « la science (les sciences, l’économique en particulier) est une exploration des possibles ». Je crois que dans cette formulation, qui s’oppose d’une manière diamétrale à l’idée d’une science qui d’abord s’attachait à définir un donné et à en découvrir les caractères, il y a, malgré tout, quelque chose de juste, mais en même temps, je crois, la possibilité d’une interprétation tout-à-fait fallacieuse. Il est vrai que, dans la mesure où, pour rappeler les termes d’Aristote, nous nous intéressons à une science pratique de l’homme et non pas seulement à une theoria de l’homme — que peuvent nous fournir la physiologie p.ex. ou certains fragments de la psychologie —, nous ne saurions confondre des états, des conjonctures, avec des situations fondamentales que les faits, en raison de leur historicité, ne nous révèlent pas immédiatement, comme je le rappelais tout à l’heure.

24Il est donc tout-à-fait sain pour le psychologue, pour le sociologue et d’autres savants qui s’occupent de l’homme, de vouloir dépasser ce qui serait un donné immédiat pour explorer des possibles. Seulement, « explorer des possibles » ne peut signifier ici : construire d’une manière arbitraire, en se livrant à sa propre fantaisie ou encore aux règles de manipulation d'un calcul logico-mathématique p.ex. Il ne faut pas oublier que les possibles sont dans l’actuel, et que, par conséquent, c’est à partir de Factuel, de cet actuel qu’il nous faut dépouiller de ses significations les plus aberrantes, celles qui peuvent nous empêcher de voir des choses essentielles, que les sciences humaines déploient leur recherche des possibles.

25Je pense en particulier aux critiques que l’on peut faire à l’économique du marché. Je suis entièrement d’accord avec ces critiques jusqu’au point que je vais dire : il est aujourd’hui de bon ton d’affirmer qu’une théorie économique qui considère que l’objet économique essentiel est le marché est une théorie vieillotte, dépassée, qui laisse de côté la réalité concrète. Cela a été surabondamment montré, notamment par François Perroux, mais il n’en est pas moins vrai qu’il est erroné de conclure qu’il faut s’en désintéresser, comme d’une description fausse de la réalité, sous prétexte que le phénomène du marché n’est pas tout ce qu’il y a à voir dans le comportement économique des hommes. Si une économique, s’attachant à décrire une organisation de type socialiste p.ex., veut laisser entièrement de côté les phénomènes qui sont ceux qu’a étudiés l’économie classique du marché, elle peut très bien se trouver en présence de faits dont elle ne saurait rendre compte autrement qu’en disant qu’il y a des phénomènes de marché qui se produisent à l'intérieur d’un système conçu pourtant comme ne devant pas être régi par les lois de ces phénomènes. Tout ceci, non pas pour faire une polémique à propos d’une économique poussiéreuse contre une économique plus moderne, mais pour appeler à une certaine prudence à l’égard des excommunications qui pourraient être posées à la faveur d’un refus de ce qui est ancien et qu’il faudrait supprimer totalement pour le remplacer par des vues plus modernes.

26En réalité, explorer les possibles, c’est d’abord se demander quelles sont les limitations des phénomènes qui jusqu’alors ont été décelés dans l’actualité. Des phénomènes comme celui du marché sont évidemment des phénomènes limités, surtout tels que les décrit l’économie politique classique ou néo-classique ; il n’en reste pas moins que ce sont des phénomènes effectifs, découpés d’une manière très abstraite dans un tissu concret beaucoup plus complexe. Mais cette simplicité et cette abstraction n’ont jamais été pour aucune science une raison de se désintéresser de tels objets, bien au contraire !

27Bref, dire que la formule : les sciences de l’homme doivent surtout explorer les possibles, signifie qu’il faut jeter par-dessus bord toutes les études qui ont été faites jusqu’à présent et qui sont orientées par des conceptions normatives que nous répudions aujourd’hui, c’est faire à peu près comme si un mécanicien du XVIIe s., après Newton p.ex., avait dit : « ce n’est pas la peine de s’intéresser à la mécanique terrestre, c’est une absurde idéologie. La pesanteur existe sur la terre, mais si vous vous débarrassez de ce préjugé local, il vous faut concevoir une autre mécanique, toute différente, qui s’occupera des phénomènes qui se passent à une distance suffisante de cet objet qu’est la terre ». C’est à peu près le même genre de considérations qui ferait que, au profit d’une nouvelle économique ou d’une nouvelle sociologie, on se désintéresse des fragments de sociologie et d’économique existant déjà, sous le prétexte, vrai, qu'ils sont en partie déterminés par des normes qui dépendent de la nature de nos sociétés, disons capitalistes ou socialistes...

28Peut-être pourrait-on également, toujours à propos de ce découpage des phénomènes et de son rapport avec les idéologies, faire la remarque que ce qu’on appelle aujourd’hui théorie des systèmes (et qui est très à l’honneur chez nos sociologues, aussi chez les économistes, voire même chez les psychologues) est peut-être l'une des manières relativement concrètes d’introduire cet élément d’utopie, cette exploration des possibles. Si l’on considère ce que l’on appelle un système, dans la mesure où la chose est bien définie, (parce que la théorie des systèmes est souvent une informe rhétorique dont les éléments portent des noms scientifiques mais, en réalité, ne correspondent à aucun concept opérationnel), cette idée est intéressante dans la mesure où elle relativise l’objet que l’on veut étudier ; elle le définit comme un ensemble fonctionnel fermé, dont la fermeture est possible mais dont on sait bien qu’elle correspond mal à la réalité. En outre, ce système est défini par l’introduction explicite de certaines normes. La théorie des systèmes apporte quelque chose d’important du point de vue de l’épistémologie des sciences humaines dans la mesure où elle permet de considérer que cet objet qu’on utilise est un état parmi d’autres que l’on a défini d’une manière explicite en déterminant sa fermeture et en indiquant ses normes, quitte à montrer que ce système ou bien ne les décrit que très partiellement, ou bien se coordonne à d’autres systèmes différents de lui-même,

29Évidemment, le danger est de s’en tenir à des concepts déterminants très vagues et non-opératoires ; p.ex. en sociologie, les théories de Parsons qui ont précédé la théorie des systèmes sont très importantes par l’ampleur conceptuelle et les éléments apportés, mais demeurent tout-à-fait inopérantes parce que les concepts introduits pour définir les sociétés comme des systèmes sont des concepts absolument vagues et sans aucune possibilité de liaison opérationnelle avec les phénomènes observés. Il me semble que, finalement, sur ce point, la question essentielle pourrait être, sous une forme très générale, celle-ci : il est bien vrai que ce qu’on appelle des faits humains est toujours quelque chose qui est, partiellement au moins, déterminé par un état de la société dans laquelle vivent le sociologue, l’économiste, etc... Mais ceux-ci peuvent toujours s’efforcer de dissiper leur propre aveuglément à l’égard des postulats normatifs implicites qu’ils importent eux-mêmes dans leur définition des objets. Ils ne peuvent pas faire plus, ils ne peuvent pas empêcher que, à telle époque, ce qui intéresse les hommes, c’est de déterminer les rapports des flux monétaires entre eux et de définir de cette manière la richesse d’un pays p.ex. au XVIe ou au XVe s. Ils ne peuvent pas empêcher qu’au XVIIIe s., ce soient d’autres problèmes qui intéressent l’économiste, et que la question de la production de la richesse et de son attribution à différentes classes soit définie conformément à certains préjugés beaucoup plus qu’à des descriptions réelles. Ce qu’ils peuvent toujours s’efforcer de faire, et je crois que le savant contemporain est alors mieux armé, c’est de dissocier de leur description les préjugés normatifs qui sont impliqués dans cette détermination de l’objet. A ce moment-là, on sait de quoi l’on parle et on peut examiner les limites de la détermination de l’objet ; p.ex. lorsqu’un économiste s’interroge sur la notion de valeur et lorsqu’il propose une détermination de la valeur, il est mauvais qu’il la propose comme si elle allait de soi et comme si elle était d’une évidence éclatante. Lorsqu’on lit Marx, on s’aperçoit que, lorsqu’il veut définir la valeur, il procède par éliminations, processus qui n’a jamais convaincu personne dans les sciences bien développées, sauf dans les cas où on est sûr de pouvoir éliminer toutes les hypothèses possibles. Si la valeur « travail » est ce qui reste en effet parce qu’on a éliminé quelques autres hypothèses, on ne peut pas dire que ce soit là une détermination objective nécessaire et irrécusable ; on peut simplement dire : « je définis comme valeur ceci ou ceci », et alors, ce postulat est parfaitement net, clair et sans aucun doute important pour une description du système économique tel que Marx a voulu le faire à cette époque.

30Je voudrais enfin, toujours dans cette perspective du rapport entre le découpage du fait et son caractère d’objectivité, conclure sur ce point en disant qu’il me semble finalement que la seule règle justifiée dans ce domaine serait de maintenir une distinction — par tous les moyens qui sont possibles, et en particulier celui que je viens de citer : expliciter les postulats normatifs ; il s’agit de la distinction, et pour ainsi dire même de la tension, de l’opposition constante, de l’état de conflit entre une explication des faits humains qui sont toujours délimités et donnent lieu à des modèles abstraits d’une part, et d’autre part, une visée d’intégration des faits humains dans une signification d’ensemble de la réalité humaine, intégration qui ne peut pas être réalisée par la science elle-même. C’est justement la tâche de la philosophie avec ses présupposés et ses méthodes, qui varient selon les philosophes, mais qui doivent posséder certains caractères pour que leur validité soit reconnue, d’essayer de présenter une sorte de recollement des morceaux qui n’aura jamais valeur de description objective de ce qu’est l'homme dans sa totalité. Il me semble que si cette distinction est maintenue (il s’agit d’une distinction dynamique, dialectique, c’est-à-dire qu’on se heurte constamment à la nécessité de ne pas aller trop loin et d’être insatisfait par cette délimitation qu’accomplit la science), la connaissance scientifique de l’homme n’a pas d’ambiguïté. Si l'économiste qui essaie de décrire un phénomène qu’il a bien délimité et dont il tente de démonter le mécanisme ne prétend pas pour autant en tirer une vue sur la nature humaine ou sur ce que sera ne varietur le comportement de l’homme dans telle ou telle société, alors il fait œuvre de science. Si, au contraire, il veut confondre sa description locale avec une détermination globale de la réalité humaine, alors, il est évidemment mal fondé à présenter sa proposition comme une proposition scientifique. De sorte qu’il y aurait, je crois, un double danger pour les sciences de l’homme en ce qui concerne la détermination de l’objet, danger d’une sorte de positivisme impérialiste (l’adjectif impérialiste apportant un adjuvant négatif au positivisme, en lequel je ne vois rien de négatif en tant que tel), qui affirme qu’il y a une connaissance contrôlable et démontrable possible de la réalité humaine considérée comme un tout ; autrement dit, la métaphysique peut être une science au sens où est une science la physique, la cosmologie, la mécanique, etc... Prétendre ceci, à mon sens, est une imposture, et en tout cas, ne peut que conduire la science à des impasses.

31Deuxième branche de l’alternative, également pernicieuse : conclure à un pragmatisme sceptique disant : la science ne peut atteindre l’humain puisqu’elle ne peut considérer comme objet l'homme dans sa totalité ; elle ne donne que des recettes, par conséquent, il n’y a pas, à proprement parler, de science de l’homme ; il y a une physique, une métaphysique, mais il n’y a pas de science de l'homme possible. Je pense que ces deux attitudes sont également inexactes. C’est il est vrai une profession de foi plus qu'une constatation puisque, en fait, les sciences de l’homme n’ont pas encore fait leurs preuves, elles ont seulement commencé de le faire. Néanmoins je pense que cette profession de foi n’est pas entièrement mal fondée et qu’une science de l’homme qui se borne à des déterminations locales peut parvenir au statut de science véritable. Pour ce faire, il faut voir comment s’effectue d’une manière plus précise l’articulation de la connaissance du fait humain et de la pratique. C’est ce que je voudrais évoquer brièvement dans une troisième partie : connaissance structurale et théorie des décisions.

***

32Je dirais d’abord que toute science, si elle veut vraiment être une science, ne peut que viser des objets, ce qui est une autre façon de répéter ce que je viens de dire à propos du caractère local de ce que la science veut décrire et expliquer. Elle ne peut opérer que sur des abstractions, que j’appelle des modèles (mot peut-être ambigu) ; ces modèles sont assortis de processus de contrôle suffisamment bien définis, ces processus de contrôle dépendant de chacun des domaines examinés. Lorsqu’on reproche à l’économie classique et néo-classique son excès de formalisme, lorsqu'on parle avec Attali p.ex. de « boîte vide » pour désigner les systèmes d’équations des économistes, la critique que l'on fait ne porte pas en réalité sur l’excès de technicité en lui-même, mais sur le défaut de conceptualisation de l’objet. Le système mathématique qui est présenté, p.ex. par l’économiste mathématicien, Gérard Debreux, est sans doute trop raffiné, en ce sens que ce dont il parle n’a pas de statut réel. Si ce sont des mathématiques pures, c’est très bien, mais alors, c’est banal pour le mathématicien. 11 faudrait que cela visât d’une manière concrète certains phénomènes. Il n’en est rien parce que les concepts qu'il faut créer au contact du phénomène lui-même n'ont pas été suffisamment élaborés et qu’à l’autre bout, la phraséologie mathématique ne se raccorde pas avec les concepts très sommaires, très vagues que l’économiste descriptif est en mesure de fournir.

33Je souscrirais très volontiers à ce mot d’un des articles récents de François Perroux, où il dit : « ce n’est pas d'un excès de mathématique que nous souffrons, c’est d’un manque de mathématique ». Et il le commente en disant : « je veux dire : on ne sait pas utiliser la bonne mathématique ». C’est vrai, mais tout de même, le jour où on saura mieux définir des concepts économiques à partir des phénomènes, qui soient suffisamment abstraits, formalisables, alors, il me paraît peu douteux que même les vieilles mathématiques classiques, la théorie des équations différentielles p.ex. auront quelque utilité pour l’économiste. Ce n’est pas seulement d’un défaut de technologie que souffre la science en tant que construction de modèles, c’est bien plutôt d’un défaut de conceptualisation.

34Ces modèles que le savant construit comportent deux postes principaux : un poste empirique qui est le phénomène, ce qu’on peut décrire au moyen de statistiques ou autrement, et puis, le système de notions abstraites que l'on manipule soit au moyen de la logique du langage ordinaire, soit au moyen des mathématiques. De ces deux postes, c’est le premier qui est déficitaire, c'est la constitution du concept destiné à médiatiser l’expérience. Cette difficulté n’est pas étonnante pour qui jette un regard sur l’histoire des sciences, puisque c’est toujours de cette façon que cela s’est passé. La difficulté pour les gens entre le XIVe et le XVIe s. pour construire une mécanique n’était pas tellement qu'ils manquaient d’instruments mathématiques ; à la vérité, les mathématiques de Galilée sont très rudimentaires et les grands scolastiques du XVIe s. auraient très bien pu faire, avec ce dont ils disposaient, les mêmes choses qu’a faites Galilée. La difficulté était de saisir les bons concepts. Que faut-il mesurer et observer pour décrire les phénomènes de mouvement ? Quand Galilée s’est aperçu qu’il fallait mesurer des temps et des espaces, et, par conséquent, des taux de variations de l'espace par rapport au temps, des vitesses, ensuite des taux de variations de vitesses, à ce moment-là, avec ses mathématiques élémentaires, il a pu résoudre son problème. Newton a évidemment fait mieux que lui avec des instruments meilleurs, mais le vrai problème était celui de conceptualiser l’objet et non pas seulement de trouver l’outil qui leur corresponde.

35À ce propos, me vient à l’esprit une digression apparente, mais c’est je crois, un problème qui a sa place ici : celui des difficultés de l’interdisciplinarité, ou de la « multidisciplinarité »... Pourquoi est-ce une notion importante, un mythe puissant de notre société, et pourquoi cela n’a-t-il pas encore débouché sur des choses vraiment remarquables ? (dans les sciences de l’homme en tout cas...). Je connais quelques exemples précis de tentatives très bien conduites et faites avec beaucoup de modestie et de ténacité par des sociologues et des économistes pour s’efforcer de travailler sur un même problème, p.ex. la distribution de niveaux de salaires dans les entreprises. C’est un thème de recherche de certains de mes collègues du Laboratoire d’économie et de Sociologie du travail, à Aix. Ils travaillent sur des questions de ce genre depuis plusieurs années mais reconnaissent qu’ils ne sont pas encore parvenus à une fusion ni de leurs préoccupations ni de leur méthodologie.

36Pourquoi y a-t-il une telle difficulté alors que le besoin se fait très justement sentir de modifier le découpage des faits humains tel qu’il nous a été transmis par une tradition déjà séculaire ?

37La difficulté est précisément la description des variables ; ce n’est pas tellement une difficulté de langage, c’est une question plus profonde : les uns et les autres visent dans le même phénomène des objets différents. Les uns visent certains facteurs qui leur sont suggérés par leur formation d’économistes, p.ex., tandis que les sociologues s’intéresseront à d’autres variables qui ne présentent pas avec elles de liaisons qui soient faciles à saisir. Dans la plupart des cas, la difficulté provient de l’impossibilité où se trouvent les savants de déterminer un rapport entre les variables stratégiques qu’ils choisissent ; car le problème particulier des sciences de l’homme, c’est que, beaucoup plus que dans les sciences de la nature, au moins jusqu’à l’état contemporain de celles-ci, la distinction qualitative des variables est fondamentale (il y a des variables qui sont considérées comme stratégiques, c’est-à-dire sur lesquelles il est possible d’influer pour modifier l’ensemble du système), mais cette désignation n’est nullement objective en tant que telle. Elle dépend très largement des normes qu’on a implicitement posées, ou bien même, de visées que l’on se propose d’atteindre ; de telle sorte que, pour parvenir à une interdisciplinarité véritable, il faudrait sans doute qu’il y ait la possibilité de s’entendre d’une manière profonde sur la définition, la conceptualisation des variables qui seront examinées ; et des rapports entre ces variables seraient alors étudiés également par les tenants des différentes disciplines.

38Pour en finir sur ce point, je m’en référerais encore à une comparaison avec les sciences de la nature : cette difficulté de l’interdisciplinarité n’a pas été inventée par les sociologues ou les économistes, elle s’est présentée d’abord, p.ex., aux physiciens et aux chimistes, il y a environ un siècle. A partir d’un moment, le développement de la chimie a été tel que les hypothèses faites par le chimiste se sont trouvées en contact avec des hypothèses de la nature de celles que faisait le physicien, p.ex. des hypothèses atomiques. A ce moment-là, comment s’est effectuée, sinon la répartition des tâches, tout au moins la convergence des tentatives ? Dans ce cas, on peut décrire en gros les choses de la manière suivante : le passage d’une discipline à l'autre s’est révélé comme étant un changement de niveau. C’est lorsque les niveaux se sont rapprochés que l’interdisciplinarité a fait son apparition, et qu’on a vu des physico-chimistes ou des biochimistes, etc... Il s’agit donc d’une disparité des niveaux d'étude du phénomène. Cette image de la dénivellation est facile à comprendre ; on pourrait la préciser, mais la situation est dans cet exemple favorable, en ce sens qu’il est relativement facile de trouver des règles de passage d'un niveau à l’autre. Lorsque le chimiste s’est trouvé en présence de phénomènes qu’il a spontanément schématisés par des structures atomiques, le physicien lui a facilement fourni des moyens d'interpréter ce que lui, physicien, étudiait, p.ex. des tensions entre particules intra-atomiques, en fonction de ce que lui, chimiste, était habitué d’étudier, p.ex. des phénomènes d’affinité entre des corps...

39Il y a donc ici des règles de passage entre ce qu’on pourrait appeler dans le vocabulaire de Bachelard, — et non dans celui de Kant —, passage du noumène, du modèle abstrait, au phénomène. Il n’en est pas de même, pour le moment, dans les sciences de l’homme. Lorsque le sociologue, ou le psycho-sociologue, vous décrit la structure d’un groupe et des rapports inter-groupes, et que, d’autre part, l’économiste s’occupe du rôle joué par les syndicats dans la fixation des prix sur le marché du travail, on ne réussit pas à découvrir les règles de passage qui permettraient d’interpréter ce que dit le psycho-sociologue en termes d’économie. Mais qu’on ne le puisse pas, ne signifie nullement que cela soit impossible, c’est tout simplement peut-être que nos sciences en sont encore à un état infantile.

***

40Je vais laisser de côté ce que je voulais dire sur la façon dont la conceptualisation, me semble-t-il, doit pouvoir s’effectuer dans les sciences de l’homme, mais j'insisterais seulement sur les deux difficultés maîtresses qui se présentent pour la construction de ces modèles dans les sciences de l’homme.

41La première, c’est de décrire les données, parce que, me semble-t-il, elles peuvent se présenter à deux niveaux : un premier niveau que j’appelle niveau énergétique, sans aucunement prendre le mot « énergétique» autrement que comme une image, et l’autre niveau que j’appelle informationnel, qui n’est pas sur le même plan que le premier, qui, p.ex., en économique a jusqu’à présent été très peu intégré dans les modèles, et qui fonctionnerait un peu à la manière dont fonctionne le flux d’information dans les machines cybernétiques, flux d’information qui n’a pas d’influence directe sur ce qui entre et ce qui sort de la machine, mais qui en modifie cependant, d’une manière qui peut être fondamentale, le régime, le rendement, etc...

42Ce second type de données est très difficile à recueillir et à distinguer du premier. L’économiste est habitué à trouver dans ses statistiques des niveaux de prix ou des quantités de taux de production, mais non à découvrir des choses qui pourraient se rattacher à ce que j’appelle l’information. Or, les faits montrent qu’un modèle uniquement construit au niveau énergétique se trouve très souvent non vérifié ; auquel cas, l’économiste aime à dire que, s’il y a des choses qui ne marchent pas, c’est que les politiciens sont intervenus...

43Mais la science ne doit-elle pas s’expliquer aussi sur l’apparition de ces trouble-fêtes, qui, très souvent, fonctionnent justement comme des introducteurs d’information qui modifient le comportement des groupes, qui l’orientent vers certaines normes qu’ils leur proposent ou leur suggèrent, etc...

44Je voudrais simplement préciser ces indications tellement sommaires, par un cas bien connu de tous, où, dans une science de l’homme, au contraire, on n’a décrit que l’aspect informationnel d’un modèle ; et je voudrais insister sur le fait que c’est se tromper que de croire qu'il s'agit là de la description complète d’un fait humain, je veux parler de la théorie du système de parenté, p.ex. celle de Lévi-Strauss, la première qui ait été présentée d’une manière systématique et très intéressante. Lorsque Lévi-Strauss décrit le système de parenté, il décrit un schéma de type informationnel, il décrit un canevas des découpages de la relation entre les individus d’un groupe social, en laissant de côté les flux énergétiques, p.ex. les rapports de richesses entre les différents individus du clan, les rapports d’influence, les facteurs personnels, etc....

45Si nous trouvons un ethnologue, ou un sociologue, ou un socio-économiste, qui réussisse, en utilisant les schémas descriptifs de Lévi-Strauss (qui nous fournissent, en somme, les canaux selon lesquels un certain type d’information circule dans cette société), à combiner ceci avec une description des phénomènes auxquels sont accoutumés les économistes ou le sociologue en général, où apparaîtraient des rapports d’influence, des jeux de pouvoir, nous aurions un modèle, bon ou mauvais, mais authentique de ce qu’est un phénomène humain. Je ne pense pas qu'il existe véritablement de réalisation de ce genre de modèle qui soit tout-à-fait satisfaisante. Il y a une tentative de Pierre Bourdieu, parmi d’autres, pour décrire la famille tunisienne traditionnelle, où il fait appel à des considérations qui, me semble-t-il, correspondent à cette association d’aspect système informationnel et d’aspect système énergétique. Les rapports à l’intérieur de la famille sont décrits en termes de jeux d’influence qui supposent des circulations d’information, en même temps qu’un soubassement économique.

46Voilà donc la première difficulté : décrire les données à deux niveaux.

47La deuxième difficulté, c’est de coupler l’aspect informationnel avec l’aspect énérgétique ; autrement dit, comment, à l’intérieur d’un fait humain complexe, agissent et fonctionnent ce que j’ai appelé les informations ? Si, p.ex., on voulait expliquer une élection d’une manière satisfaisante pour l’esprit et utilisable, il faudrait qu’on puisse d’abord décrire un certain soubassement qui fait apparaître des forces qui entrent en conflit et qui serait donc un modèle énergétique, et puis que l’on puisse décrire aussi un appareil de circulation d’informations qui peut permettre de prévoir certaines modifications du fonctionnement du système, une certaine auto-régulation dans telle circonstance, ou, au contraire, un éclatement de la machine, etc.... Or, il n’en est rien, puisque, p.ex. aujourd’hui, si l’on veut prévoir le résultat d'une élection, il y a deux modèles grossiers d'explication. On ratiocine d’une part sur la puissance des partis politiques, les résultats obtenus par ceux qui étaient au pouvoir et ce que les autres peuvent prétendre fournir, etc... et, d’autre part, sur la collecte d’un certain type de données informationnelles au moyen de sondages. Cette collecte est faite, dans beaucoup de cas, d’une manière qui donne quelque chose d’authentique sur le corps exploré, mais il est impossible de raccorder ces données informationnelles aux autres types de données qu’on possède, p.ex. le taux de chômage, l’évolution des carnets de commande des entreprises, l’évolution du coût de la vie, toutes choses qui font partie d’un système énergétique, et on ne sait pas comment le système informationnel va pouvoir réagir sur cet ensemble ! D’où, les mécomptes rencontrés p.ex. dans les sondages à la veille d’un très grand nombre d’élections. Cet exemple est assez significatif...

48En somme, si nous en revenons à notre objet central, à savoir les rapports d’une connaissance et d’une pratique, nous voyons que (si l’on adopte la façon dont j’ai sommairement décrit ce que devait être une construction de l’objet pour les sciences de l'homme), toute connaissance dans ce domaine débouche sur une théorie de la décision, non pas forcément en tant qu’elle peut donner des conseils et fournir des moyens de mieux décider, mais dans la mesure où toute explication du fait humain va, à un moment donné, se trouver devant un phénomène de décision. Il faudra qu'à l’intérieur de cette explication apparaisse le phénomène de décision qui, évidemment, ne devra plus être simplement ce que notre intuition simple nous donne comme le résultat d’un mouvement d’une personne donnée à un moment donné, mais comme un choix entre plusieurs possibles, un système de probabilités, bref quelque chose qui présente des caractères d’objectivité.

49Donc, on peut dire que toute théorie de la décision, en ce sens, tend vers une description des conditions de l’insertion de l'informationnel dans l’énergétique ; et j'en reviens à ce que j’avais dit tout à l’heure, sous l’égide d'Aristote, à savoir que la distinction, ici, n’est pas vraiment entre une science comme possibilité d’application efficace et utile, mais entre une science qui, à aucun moment, ne rencontre des phénomènes de décision, p.ex. la physique ou la chimie, et une science, qui, nécessairement, de par la nature de son objet, rencontre des phénomènes de décision, situation liée au fait qu’on peut décrire les choses au moyen d’un double circuit énergétique et informationnel.

***

50Reste enfin à dire un mot sur la place des sciences humaines dans le corps social. Il serait évidemment un peu inélégant de laisser cette question entièrement de côté, puisqu’aussi bien, parler des rapports d’une science pratique et d’une pratique de la science, c’est se demander aussi dans quelle mesure les sciences humaines sont utilisées et utilisables.

51On peut se demander d’abord s’il est vrai qu'on puisse parler d'une science de classe. Nous avons déjà rencontré ce problème à propos du découpage même de l’objet des sciences humaines.

52Y a-t-il dans les sciences humaines, beaucoup plus qu'ailleurs, une science qui soit la science d’un groupe social et qui, comme telle, porte sa marque, marque qui, évidemment, aux yeux de ceux qui n’appartiennent pas au groupe, devrait la rendre suspecte ? Je crois que la question n’est pas aussi sommaire qu’il pourrait sembler. En fait, je dirais que ce qu’on pourrait appeler une « science » de classe, c’est un corps doctrinal fermé à la reconnaissance de certains faits d’une part, et à l’examen de certaines hypothèses d’autre part. Que cette fermeture existe pour certains états des sciences de l’homme, qu’elle ait existé à certaines époques plus qu’à d’autres, cela est certainement vrai. En ce sens, on peut dire que le corps de doctrine que les économistes classiques, mineurs contemporains de Marx (qu'il a si violemment fustigés dans beaucoup de ses écrits) développaient, se fermait à la reconnaissance de certains faits et à l’examen de certaines hypothèses. En ce sens, l’économie politique de Bastiat par exemple est vraiment l’économie politique d’une certaine fraction supérieure de la classe dirigeante de l’Europe du début du XIXe s. Mais je crois que la question ne se pose que dans des cas aussi extrêmes et dérisoires, car une telle science n’a pas été prise très longtemps au sérieux.

53En réalité, il s’agit de savoir si, lorsqu’elle existe, cette fermeture exprime les intérêts d’un groupe et dans quelle mesure elle résiste aux chocs de l’extérieur. Si elle résiste aux chocs de l’extérieur, elle est une vraie fermeture et on peut parler de science de groupe et de science de classe. Si, au contraire, elle ne résiste pas à ces chocs, elle est ce qu’est toute science : le produit d'une certaine situation sociale sans doute, mais un produit qui est capable de s’ouvrir à autre chose ; c’est ainsi que, si l'on examine la science économique dans l’après-première-guerre, on s'aperçoit que cette science économique, d’une certaine manière en effet, représente bien par ses normes implicites une certaine classe dominante dans la société de cette époque, mais qu’en fait, cette science s’est constamment trouvée en situation de s’ouvrir à autre chose ; les différents avatars de l’économie politique dans les sociétés capitalistes présentent des étapes successives d’ouverture plus ou moins réussies et plus ou moins larges ; de même, bien qu’étant l’expression de la classe dominante de ces pays, l’économie politique marxiste des pays soviétiques s’est trouvée aussi s’ouvrir, de différentes manières, à des phénomènes et à des modes de détermination auxquels elle se voulait fermée dans ses origines. Les tentatives d’introduction de la théorie de la programmation linéaire par exemple dans la perspective de la formation de la valeur dans l'économie soviétique représentent une ouverture extrêmement considérable qui montre jusqu’à quel point va l'idée de science rattachée à un groupe social. En fait, je crois qu'une science, si elle est science, ne peut être que constamment en conflit avec le groupe social qui en est le producteur.

54Si l'on rejette donc cette fatalité pour une science de l’homme de n'être que l’expression d’une idéologie, on peut se demander à quelles conditions une science de l'homme pourrait être utilisée effectivement, un peu à la manière des sciences de la nature. Je crois qu’il faudrait deux conditions très simples, mais très difficiles à réaliser :

  • qu’elle nous donne des modèles efficaces, c’est-à-dire où les variables stratégiques soient effectivement accessibles (ce qui, p.ex., n’est pas le cas des modèles mathématiques les plus fins et les plus subtils ni le cas d’un grand nombre de modèles moins fins et plus proches de la réalité) ;
    • que ces modèles soient des modèles relativement complets, en particulier, qu’ils tiennent compte de l’étage informationnel.

55Or, les modèles de la science économique actuelle sont assez loin de répondre complètement à ces exigences. François Perroux p.ex. a essayé cela, mais, en contre partie, les modèles qu’il nous donne restent bien vagues. La théorie des pôles de développement est séduisante et introduit des considérations de type informationnel, mais elle demeure trop vague pour pouvoir être effectivement rendue efficace.

56Une dernière question sur laquelle je voudrais terminer : comment peut-on enseigner les sciences de l’homme ?

57La question se pose car les sciences de l’homme n’existent pas, en ce sens que, si vous prenez deux traités d’économie politique, ils diront des choses très différentes l’un de l’autre, pourvu que vous les choisissiez bien ! Si vous prenez deux traités de physique, ils pourront dire des choses différentes, mais seront tout de même convergents, et deux traités de mathématiques, encore davantage, même s’ils ne sont pas d'accord sur les fondements.

58Donc, on ne peut enseigner les sciences de l’homme d’une manière dogmatique.

59Comment faut-il faire ?

60Il me semble qu'il faudrait éviter 1° l’académisme, c’est-à-dire d’enseigner avec routine ce qui a toujours été enseigné et qui est dans tous les manuels, 2° le philonéisme, qui coule à pleins bords : ce n’est pas parce qu'une doctrine est nouvelle qu'elle est forcément bonne ; elle mérite d’être examinée, c’est tout.

61De telle sorte que, dans les circonstances présentes, il me semble qu’on pourrait enseigner les sciences sociales, la sociologie, l’économique, la linguistique, la psychologie, d’abord en présentant les théories de façon à ce qu’elles ne soient jamais détachées de leur histoire et d’une critique conceptuelle (de telle manière qu’une théorie n’apparaîtra jamais comme ce que le maître a dit et qui est nécessairement véritable, ce que peut se permettre le mathématicien ou le physicien, à un niveau élémentaire). Ensuite, en contre partie, décrire les questions posées par la pratique sociale contemporaine et auxquelles ces théories ne font pas de place ou ne savent pas donner de réponse.

62Je crois qu’on aurait ainsi au moyen très radical, quoique peu commode à mettre en œuvre, pour éveiller des utilisateurs de l’économique, de la sociologie, de la psychologie, qui seraient conscients des ignorances du sociologue, du psychologue, de l'économiste, et aussi, de futurs chercheurs qui seraient disponibles pour la construction, que je vois apparaître dans le futur, de ces sciences qui auraient enfin légitimement acquis parmi nous droit de cité.

Notes de fin

* Ce texte, recueilli au magnétophone, a été relu par l’auteur, mais demeure une production orale dont la forme est improvisée.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search