Version classiqueVersion mobile

Dialogues en sciences humaines

 | 
Jean Florence
, 
Alphonse De Waelhens
, 
Gilles-Gaston Granger
, 
et al.

Formalisation et pratique dans les sciences humaines

Introduction

François Tulkens

Note de l’éditeur

Séance du vendredi 3 mai (après-midi), organisée par la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques

Texte intégral

1Monseigneur, Monsieur le Recteur, Mesdames, Messieurs,

2La Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, contrairement à ses deux vénérables Facultés-sœurs, est entièrement (je veux dire : depuis sa naissance) l’œuvre de Monseigneur Van Camp.

3C’est dire que, comme lui, elle est très jeune, et sans prétention ; mais c’est dire surtout que le colloque scientifique auquel elle vous a conviés aujourd’hui est l’expression d’une gratitude sans partage : sans l'initiative prise par Monseigneur Van Camp aux environs du printemps de 1965, les sciences sociales ne seraient pas pratiquées ici avec l’ampleur que l’on connaît, peut-être même n’y seraient-elles pas pratiquées du tout.

4Pour donner la mesure de cette gratitude, nous pourrions refaire l'histoire des décisions, des hésitations, parfois, des intuitions, nombreuses, qui ont jalonné ces neuf années d’existence et de développement.

5En quantité, nous serions tous impressionnés ; et ceux qui ont vécu ces événements, à un titre quelconque, ne fût-ce qu’en partie, y retrouveraient sans doute sans déplaisir leur Recteur comme un homme de jugement et de décision — oserai-je dire, un manager ?

6Mais il est un titre, beaucoup plus important que celui des fonctions administratives, auquel cette Faculté se reconnaît également débitrice envers Monseigneur Van Camp : au titre de professeur, il a donné à plusieurs centaines d’étudiants — qui sont déjà économistes ou sociologues de métier — la formation philosophique, intellectuelle et humaine dont lui seul a le secret. Entre anciens de St-Louis, la pédagogie très personnelle de Monseigneur Van Camp est encore aujourd’hui volontiers discutée ; mais la conclusion à laquelle conduisent ces discussions est toujours unanime : comme éveilleur d’idées, comme accoucheur des esprits jeunes, le Professeur Van Camp n’a pas son pareil en Belgique. Ceux de cette Faculté qui ont bénéficié de son enseignement mesurent, je pense, leur privilège.

***

7Les mots que je prononce ici ne sont peut-être pas ceux qui plairont le plus à celui dont il est question. Mais ils devaient être dits, dans un cercle plus restreint, et même après ce qui fut dit ce matin, pour simplement reconnaître que c’est aussi comme Recteur et comme Professeur que Monseigneur Van Camp a fait vivre cette Faculté.

8Si je dis « aussi », c'est évidemment parce que ces deux fonctions, qui ont été assurées au moment où elles devaient l’être, nous renvoient maintenant à l’essentiel de son rôle intellectuel et académique : elles nous renvoient au philosophe que vous êtes d’abord, et sans lequel cette Faculté n’aurait pas les ambitions ni les caractéristiques qui sont les siennes.

9Il suffit en effet d’ouvrir le programme des cours pour constater l’originalité philosophique de l’enseignement des sciences sociales dispensé ici ; il faut surtout ouvrir les cours eux-mêmes — ou mieux, les entendre — pour vérifier qu’ici, aucun savoir n’est dispensé sans qu’au moment opportun son statut épistémologique ne soit mis en question. Le philosophe qui a présidé aux premières destinées des sciences sociales à Saint-Louis les a marquées de sa discipline, en empêchant qu’elles prennent l’allure utilitariste d’un enseignement directement professionnel, en exigeant un statut scientifique indiscutable des matières enseignées, en suscitant enfin l’intérêt pour la réflexion philosophique en sciences sociales.

10C’est à cette « corde philosophique » du fondateur de notre Faculté des sciences économiques, sociales et politiques que s’adresse surtout le colloque de cet après-midi, et le sujet choisi exprime directement cette intention.

11En nous interrogeant sur l’épistémologie de certains aspects du savoir en sciences sociales, et en particulier sur ses méthodes, nous avons voulu illustrer, le plus vivement et le plus largement possible, combien la présence de Monseigneur Van Camp rend impossible, ici, l’affirmation d’un savoir non critique, coupé de ses fondements.

12Mettons-nous donc au travail, non sans avoir remercié dès maintenant, et très vivement, Monsieur Gilles Granger, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, d’être venu nous aider dans ce sens.

***

13Je cède maintenant la parole à Monsieur Henri Declève, professeur de philosophie à la Faculté, qui présidera la séance et organisera le débat qui suivra la conférence.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search