Version classiqueVersion mobile

Dialogues en sciences humaines

 | 
Jean Florence
, 
Alphonse De Waelhens
, 
Gilles-Gaston Granger
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Le colloque, dont ce volume reproduit les contributions ainsi que les discussions auxquelles elles ont donné lieu, a été organisé par les Facultés universitaires Saint-Louis les 3 et 4 mai 1974 en hommage à Mgr Henri Van Camp, président de leur Conseil d’administration. Ce dernier venait, en effet, en octobre 1973, d’accéder à l’éméritat après trente-sept ans d’enseignement de la philosophie, et de mettre terme à un rectorat de neuf ans.

2Il est difficile de mesurer tout ce que les Facultés lui doivent. Des milliers de jeunes universitaires ont découvert grâce à cet enseignement incomparable, exigeant pour l’étudiant, plus exigeant encore pour le professeur, mais doté d’une puissance suggestive sans pareille, le sens vivant en même temps que la rigueur du discours philosophique, ainsi que son absolue nécessité dans la formation de tout universitaire digne de ce nom. Chaque année signifiait une reprise à frais nouveaux de cette initiation qui menait droit aux problèmes les plus fondamentaux, sans s’attarder aux demi-mesures d’une « pédagogie » facile, mais aussi avec cet art de l'exemple, de la variation, de l’allusion, ce sens de l’humour, cette maîtrise brillante du langage et de ses jeux, qui en faisaient un enchantement chaque jour renouvelé pour ses auditeurs. Solidement enraciné dans les grands témoignages de la tradition philosophique, référé constamment, mais sans céder à la mode, à l’actualité sous toutes ses formes, branché sur les dimensions les plus variées de l’existence, scientifique, poétique, éthique, religieuse, un tel enseignement mobilisait toutes les forces et l’attention de celui qui le dispensait. Il ne l’a cependant pas empêché d’accepter et d’accomplir concurremment les lourdes tâches du rectorat depuis 1964.

3Pour faire le bilan de ce dernier, il ne suffit pas de rappeler à quelle période cruciale de la vie universitaire en général il a correspondu (problèmes d’expansion et de démocratisation de l’université en Belgique, crise de 1968 et ses répercussions), ni à quel moment important de la vie des Facultés, déjà centenaires en 1964, mais encore fort légèrement équipées pour répondre aux besoins actuels, il est survenu.

4Il ne suffit pas même de rappeler les principales réalisations qui 1 ont marqué : fondation d’une section, devenue ensuite Faculté des sciences économiques, sociales et politiques (dont la conception et le programme impliquaient et incarnaient toute une philosophie des sciences humaines et de leur rôle dans la formation universitaire), la mise sur pied rapide et loyale de structures de participation à tous les niveaux des Facultés, l’amplification généreuse des programmes et des instruments de travail, l’intensification des rapports et de la collaboration avec les universités belges et avec l’étranger, la construction d’un nouveau bâtiment fonctionnel et original, la fondation d'une section néerlandaise des Facultés, les Universitaire Faculteiten Sint-Aloysius (qui savent gré à un recteur francophone d’avoir pris cette initiative par souci d'équité et de fraternité).

5Tout cela ne dit pas encore l’essentiel : l’esprit que ce recteur exceptionnel a su communiquer à l’institution et à tous ses membres (professeurs, assistants, étudiants, administratifs), esprit de travail heureux, de responsabilité partagée, de respect réciproque et d’amitié profonde. Cet esprit est l’héritage le plus précieux, mais aussi le plus fragile, qu’il lui laisse.

6Les Facultés savent que la meilleure manière de remercier celui à qui elles doivent tant, est de maintenir et de raviver cet esprit. Elles ont tenu à exprimer aussi publiquement leur gratitude en organisant et en publiant le colloque qui fait la matière de ce volume. Comme le titre l’indique, il s’agissait d’apporter une contribution, modeste mais sérieuse, à un ensemble de problèmes auxquels Mgr Van Camp s’est toujours spécialement intéressé comme philosophe, comme enseignant et comme recteur : ceux de la rencontre interdisciplinaire en sciences humaines.

7Chacune des trois Facultés a donc fixé, à partir de ses préoccupations propres, un sujet qui met en œuvre ces problèmes dans un secteur déterminé. Pour les Lettres, ce fut le difficile et stimulant problème de l'« application » de la psychanalyse à la création littéraire et plastique, à partir de deux excellentes contributions de MM. J. Florence et A. De Waelhens, des Facultés, consacrées à deux textes célèbres de Freud. Pour les sciences économiques, sociales et politiques, la question, posée avec l'aide précieuse de M. G. G. Granger, de l’Université d’Aix-en-Provence, fut celle des rapports de la formalisation et de la pratique dans les sciences humaines. Quant au Droit, c’est la conjonction sur un thème commun, celui de l’égalité, de la réflexion éthique et de la discipline juridique, qui fut abordée grâce à la brillante conférence de Μ. H. Batiffol, de l’Université de Paris. Chacune de ces séances fut suivie d’un débat de grande qualité auquel prirent part de nombreuses personnalités et dont on trouvera également l’essentiel dans les pages qui suivent.

8Nul doute que ce livre n’intéresse tous ceux que concernent l’une ou plusieurs des disciplines touchées et leurs relations. Il intéressera certainement aussi tous ceux, anciens étudiants, collègues et amis, qui veulent s’associer à l’hommage ainsi rendu à Mgr Van Camp.

9On ne peut mieux conclure cet avant-propos qu'en lui donnant la parole et en reproduisant ici le texte de l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture du colloque, en réponse aux discours du recteur J. Dabin et de M. G. Brouhns, ancien étudiant des Facultés :

10Dans mon pays, dit René Char en terminant un poème qui serait signé Cézanne si ce poème était vraiment me peinture —, dans mon pays, on remercie.

11Puisque les heures laborieuses que nous allons vivre ensemble se présentent à juste titre comme une forme, pour moi amicalement contraignante, de remercîment qui me fera appartenir au même pays que vous et que René Char, quelle que soit la distance de notre nord d’avec son midi.

12Pouvoir, devoir dire merci, de quelque manière que ce soit, est une joie et peut-être la joie, du moins quand ce merci déborde l’enceinte de la chose ou de la cause isolées. C’est bien le cas maintenant où le merci que je vous dois à tous, recteur en tête, pour votre présence, pour la décision et la préparation de ces journées qui ont belle allure, vise en même temps qu’elles et par elles, ce qui les a récemment fait naître, bien sûr mais plus encore, bien plus, cette réalité pour moi, plus que toute autre, digne d’être reconnue et qui m’a pourtant inspiré, lorsque se dessinait le projet de ce colloque, un sentiment de confusion et de malaise et, il faut bien le dire, de mauvaise volonté. Je voudrais vous dire pourquoi. Je tiens à vous le dire, car c’est ma manière à moi, sans doute maladroite, de vous dire merci.

13C’est une certaine conception du temps qui est ici en cause. Il est vraiment nôtre, à nous les hommes. Il nous fait autant que nous le faisons. D’où la difficulté d’en parler, tout le monde sait cela et pas seulement les historiens, les romanciers ou critiques, les psychologues et psychanalystes, les philosophes, sociologues ou économistes. Car pour ce qui est du temps, le piège est le miroir qui ne tue pas que l’alouette.

14Ce qui me fait dire que mieux que la connaissance, c’est la reconnaissance qui convient au temps. Entendons par là la voie subtile, humble, tremblée, énigmatique mais vivante, audacieuse, courageuse et joyeuse parce qu’emplie d’espérance qui est à la fois le chemin de l’existence et celui de sa mémoire ou de son projet, toutes dimensions inséparables évidemment.

15Pour parler très concrètement, le temps de ma reconnaissance est celui de l’émerveillement d’avoir été et d’être avec vous et grâce à vous, comme le symbolisait et le symbolise encore aujourd’hui notre présence commune dans ces bâtiments, dans cet auditoire. « Vous », petit mot anonyme déjà bien meilleur quand il devient « nous » mais sans que la différence ou l'altérité s’en évade pour autant, et pour le pire. L’anonymat de ces pronoms devant être aussitôt levé, comme le mot lui-même de pronoms l'indique, en faveur des noms qui sont notre réalité puisqu’ils servent à nous appeler. C’est cet appel qui fut et qui est en cause dans la reconnaissance. Appel quotidien qui nous arrache au sommeil, quelle que soit l’acception de ce mot, pour nous sauver de n’être personne. Personne signifiant la seule réalité qui soit au monde, non pour l’illusoire autarcie de la substance ou de la conscience parfaite, mais pour son éphémère et inaliénable place dans la configuration de la parole, c’est-à-dire de l’action.

16Reconnaître aujourd’hui ce qui fut, c’est au-delà de tout ce que l’on peut périlleusement décrire, renvoyer à chacun de ceux qui, présents ou absents maintenant, ont tiré du néant, comme « On » les y appelait, ce tissu très particulier de l’histoire modeste mais si belle de la Faculté puis des Facultés Saint-Louis. L’immense chance de cette maison telle que je la ressens, c’est de n’avoir jamais oblitéré les noms, les visages sous les contraintes, idéologiques, sociales ou politiques. Administration ou technique, ce sont des noms, des personnes avec lesquelles on se sent invité et autorisé à en être soi-même. Collègues ou assistants de Saint-Louis, quelle chance j’ai eue de les rencontrer chaque fois que je les ai rencontrés pour le travail ou ailleurs. Mais j’en dis bien autant de mes collègues des universités belges ou étrangères, des autres personnalités responsables des questions universitaires ou scientifiques. Étudiants, centaines de jeunes étudiants, on pourrait croire à la masse anonyme de l'auditoire, à la série interminable des récipiendaires. Jamais je ne l’ai cru. Comment, sinon, au cours, aux examens, certaines choses auraient-elles été dites auxquelles aucun de nous n'avait pensé dans la solitude. Si le cœur de l'université, c'est, plus encore que nos bureaux ou nos bibliothèques, la recherche concertée en vérité, ma reconnaissance est d’en avoir fait l'expérience avec vous tous au hasard miraculeux des jours. La joie austère et profonde qui signale cette réalité défie tout récit.

17Risquant maintenant d’exprimer mon expérience au sens usuel et suspect du mot que je lui contestais plus haut, je finirai par une confidence simple et naïve.

18Au terme de cette longue période de travail universitaire, si j’ai essayé, avec le sentiment continu des mes insuffisances, de tout donner, je sais, comme depuis le premier cours que j'ai fait, que tout m’a été donné. Voilà ce que je voulais, en toute sincérité, reconnaître avant de continuer à travailler avec vous aujourd’hui, demain et le temps que je le pourrai encore.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search