Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Les évêques belges et les élections de 1830 à 1847. État de la question

Els Witte

Full text

1On sait que l’un des conflits traditionnels de la vie politique belge réside dans l’opposition du cléricalisme et de l’anticléricalisme et qu’il prend ses racines dans un passé lointain. La période de 1830 à 1847 fut particulièrement importante pour son évolution dans laquelle les évêques belges exercèrent un rôle influent et décisif. Si nous sommes mieux renseignés à présent sur leur rôle et sur certains des aspects spécifiques, on le doit avant tout à celui à qui ce volume d’articles est offert en hommage. L’œuvre considérable de Mgr Simon est parvenue de nos jours à réaliser auprès des historiens une quasi unanimité concernant l’étude de ce problème.

  • 1 Citons entre autres celles de R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat en Belgique au XIXe siècle, dans Res Pu (...)

2Examinons succinctement son évolution à l’aide des synthèses existantes1. En 1830 il s’agissait pour les catholiques belges de se dégager avant tout du carcan concordataire imposé par Napoléon I et maintenu par Guillaume Ier. Dans les secteurs vitaux de la vie publique où jusqu’alors son hégémonie était contestée, l’Eglise fut forcée de supporter l’intervention de l’Etat. Dans les efforts pour imposer la conception chrétienne de vie à l’ensemble de la société — entre autres par le biais de l’enseignement — elle ressentait avec aigreur la diminution de son ancienne puissance. Elle chercha dès lors à la retrouver dans un autre système politique. Comme la bourgeoisie moyenne aux conceptions libérales voulait briser le despotisme éclairé du monarque par l’instauration d’un régime parlementaire à responsabilité ministérielle, les catholiques belges cherchèrent à se rapprocher de cette classe sociale hostile au régime hollandais. Dans les libertés garanties par une constitution, ils voyaient un moyen de reconquérir un pouvoir réel, cette fois par leurs propres efforts, sans le secours d’un roi bienveillant. A l’aide d’une majorité parlementaire, il était possible de faire voter, grâce aux libertés de l’enseignement, du culte et de la presse, des lois dont les effets seraient la formation d’une société entièrement chrétienne. Avec les libéraux modérés, pratiquants pour la plupart, dont le but principal était d’accéder au pouvoir et pour qui la religion était un facteur d’ordre — quoique s’opposant à une domination cléricale — il y avait moyen de faire un bout de chemin ensemble et d’élaborer un programme commun d’opposition. Le groupe des libéraux anticléricaux, qui visaient la laïcisation de l’Etat et qui considéraient la religion comme une simple affaire privée, était trop petit pour avoir voix au chapitre dans la coalition effective, vers la fin des années vingt, entre les libéraux et les catholiques.

3L’évolution politique durant la période de 1830 à 1847 prouva que les catholiques ne furent guère déçus dans leurs aspirations. En échange de la liberté religieuse pour les autres confessions — une concession qui, dans un pays foncièrement catholique, ne comportait guère de grands risques — l’Eglise obtenait un statut constitutionnel, la protégeant, sans toutefois l’entraver dans son expansion. La Chambre des Représentants et, dans une plus grande mesure encore, le Sénat étaient jusqu’en 1847 peuplés par une majorité de catholiques. A une exception près, par ailleurs de courte durée, les gouvernements portèrent ou bien un sceau catholique très marqué, ou bien ils offraient les garanties requises du fait de l’union de ministres catholiques et de libéraux modérés enclins aux compromis, sous l’œil bienveillant d’un monarque, dont les intérêts concordaient avec ceux des catholiques. Ces années furent bénéfiques pour l’Eglise : la catholicisation des institutions de l’Etat avait débuté.

4Il ne fait pas de doute que cette action politique orientée était dirigée par un groupe aux intentions bien définies. L’épiscopat belge fonctionna comme un pouvoir de coordination qui dictait sa loi aux parlementaires, les inspirait, les dirigeait et, en dernières instances, exerçait sur eux un contrôle actif. Son intervention dans le mécanisme à la base de tout le système, c’est-à-dire dans les élections, est clairement établie.

  • 2 Un exemple : Ch. POPLIMONT, Révolution belge. La Belgique depuis mil huit cent trente (1830-1848), (...)
  • 3 L’ouvrage de F. VAN KALKEN, La Belgique contemporaine (1789-1930). Histoire d’une évolution politiq (...)

5On se rend compte combien grand fut le rôle de Mgr Simon en tant qu’historien établissant d’une manière aussi convaincante la problématique qu’on vient d’esquisser, quand on en établit l’historiographie. Si on laisse de côté les chroniques relatant les événements du temps2, il est possible de distinguer trois sortes de versions. Par exemple, celle qu’on pourrait qualifier de « patriotique », qui considère la période envisagée comme une des meilleures des mondes politiques, dans laquelle triomphèrent les principes de liberté, où les héros de la glorieuse Révolution dirigeaient le pays dans une atmosphère neutre, équilibrée, dépouillée de conflits, et en complète union avec leurs citoyens, sous la houlette pacificatrice du monarque. Bref, une image unioniste où, bien sûr, on ne faisait aucune allusion à une quelconque intervention des évêques en matière électorale, mais qui convenait à merveille à une histoire commémorative lors du centenaire de l’Etat belge. Que les ouvrages de cette tendance parurent aux environs de 1930 ne fut certes pas un effet du hasard3.

  • 4 Citons par exemple E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), d’après des documents inédits, Bruxel (...)
  • 5 G. GUYOT de MISHAEGEN, Le parti catholique belge de 1830 à 1884, Bruxelles, 1946, p. 59.
  • 6 C. de GERLACHE, Essai sur le mouvement des partis en Belgique depuis 1830 jusqu’à ce jour, dans Œuv (...)
  • 7 M. DAMOISEAUX, La Belgique contemporaine, Essai d’histoire contemporaine, Louvain-Bruxelles-Paris, (...)
  • 8 L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier et la formation de la Belgique contemporaine, Bruxelles, 1928, p. 8 (...)
  • 9 On ne peut pas sous-estimer le rôle joué par H. HAAG à ce propos comme le prouvent ses ouvrages Les (...)
  • 10 Pour une bibliographie somplète de l’œuvre de Mgr A. Simon, voir In memoriam Monseigneur Alois Simo (...)

6Mais il y en a une autre, celle qui prend position à l’égard du conflit. Elle est moins perceptible chez certains historiens libéraux du siècle dernier, qui cependant en tant que libéraux ne négligèrent pas de prêter attention aux manigances catholiques et donc épiscopales4. Par contre, jusqu’au milieu du XXe siècle un certain nombre de leurs confrères catholiques furent prisonniers d’une historiographie extrêmement engagée, dont la propagande pour leurs idées n’était nullement exclue. Dans leurs œuvres les catholiques détiennent le monopole du sens patriotique et national ; ils sont les serviteurs du bien commun, qui ont toujours fait un usage équitable des libertés et qui, parce qu’ils étaient de bonne foi, furent sujets aux attaques provocantes et déloyales des anticléricaux. Sur l’intrusion des évêques dans la politique, on trouve naturellement fort peu. Pour certains, la concordance du bien commun et des intérêts catholiques est si parfaite, que le phénomène leur semble évident et qu’il ne nécessite aucune justification. Pour d’autres il est réduit aux dimensions d’un élément de la propagande anticléricale. D’autres encore assurent simplement que les prélats « traitent seulement de principe sans jamais s’immiscer dans la politique du moment »5. Les ouvrages les plus combatifs virent le jour dans la période du siècle précédent où le conflit idéologique atteignait son paroxysme ou était près de l’atteindre6 ; toutefois vers 1930 et même au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale parurent encore des travaux qui envisageaient les choses dans la même optique7. Et pourtant entretemps avait paru la grande synthèse de Pirenne, de même qu’une autre tendance frayait son chemin, celle pour laquelle l’examen des sources était capital. Finie la sempiternelle répétition d’une historiographie superficielle, engagée, basée exclusivement sur les discours parlementaires. La correspondance de Léopold Ier et de catholiques éminents, les lettres pastorales des évêques, ouvrirent déjà de nouveaux horizons8, qui furent encore étendus lorsque les archives ecclésiastiques devinrent accessibles et donc utilisées. Quoiqu’il ne fut pas le seul9, ce fut cependant Mgr Simon qui nous fournit la plus grande quantité de sources, de données et de commentaires. Documents de la nonciature de Bruxelles, lettres de fonds privés inconnus, correspondance ignorée de notre premier monarque, rapports des réunions annuelles des évêques, lettres que ceux-ci échangèrent entre eux, tout cet amoncellement d’archives fut consulté, analysé et présenté dans une longue série d’articles et de livres, qui percèrent avec clairvoyance les mobiles de la politique catholique durant la période considérée10. Les historiens futurs ne doivent pas songer à de nouveaux apports originaux ; tout au plus peuvent-ils éclairer un aspect particulier et l’envisager d’une manière un peu plus systématique. Le but des pages suivantes n’a guère d’autre ambition.

1. Les moyens de puissance disponibles

  • 11 Rapport sur la conduite du clergé belge en 1830 par le chanoine Antonucci au Cardinal Secrétaire d’ (...)
  • 12 Lettre de Mgr Delplancq, évêque de Tournai, adressée au clergé de son diocèse, le 11 août 1831, cit (...)
  • 13 A. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts de la Belgique indépendante..., p. 25. Donnons encore q (...)

7Si on veut se faire une image plus ou moins exacte du pouvoir réel dont disposaient les évêques lors des élections, il est de toute évidence nécessaire de prendre comme point de départ le but qu’ils se sont assigné. Comme on l’a déjà vu, ils désiraient obtenir les lois les plus avantageuses en faveur de l’Eglise. En d’autres termes, les mandataires élus devaient, à ce propos, jouer le rôle déterminant. Les évêques en tiraient les nécessaires conséquences : les élections seraient le pivot de leur action politique. Déjà le choix des membres du Congrès National avait retenu toute leur attention11, mais en 1831, lors des premières élections pour le Parlement, ils n’hésitèrent pas à déclarer qu’elles seraient pour l’Eglise « un coup de mort ou de vie »12. Les nombreuses campagnes électorales, qui suivirent et qui furent l’objet de leurs soucis et de leurs manigances, illustrent qu’ils n’ont jamais sous-estimé la portée de ce « moyen efficace, sinon unique d’assurer le maintien et la vitalité de la religion »13.

  • 14 G. DELCUVE, Lettres pastorales des évêques de Belgique (1800-1950). Classement et étude analytique (...)
  • 15 E. DISCAILLES, Charles Rogier..., t. III, p. 98.

8La question à examiner ici est donc d’analyser l’envergure de leur puissance dans la désignation et l’élection des parlementaires catholiques. Quels étaient les moyens dont ils disposaient ? L’atout le plus spécifique et le plus important qu’ils détenaient provenait de leur autorité religieuse, qui pouvait en conscience dicter une ligne de conduite politique, à laquelle, vu leur crédit moral en tant que pasteurs, tout croyant était tenu d’obéir. Bref, ils étaient capables d’imposer des décisions contraignantes concernant les candidatures, susceptibles d’être appuyées par des sanctions spirituelles, puisque pour un électeur catholique convaincu tout acte politique était automatiquement, vu sous cet angle, un acte religieux. C’est cet élément de puissance qu’on retrouve dans la période de 1831 à 1847 ; les évêques alors ne rédigèrent pas moins de quinze lettres pastorales, ayant un caractère public ou semi-public, dont certaines ont une force de persuasion percutante14. Que ce soient les prières en vue de la victoire électorale ou l’appel à la grâce ou aux lumières de l’Esprit Saint et du Ciel, que ce soient les messes d’intention ou l’exposition du St-Sacrement « pour assurer le choix des meilleurs représentants »15, toutes ces lettres livrent un témoignage fort clair ; elles confondent dans un même amalgame religion et politique. Les menaces spirituelles qui allaient parfois de pair avec les injonctions montrent que le pouvoir des évêques leur permettait d’obtenir un résultat optimal entre les buts envisagés par eux et les voix des croyants le jour des élections.

  • 16 C’est ce qu’on lit textuellement dans une lettre pastorale de l’évêque de Gand du 15 janvier 1842 ( (...)

9Les évêques disposaient, en outre, d’un moyen de puissance supplémentaire. Pour répandre leurs instructions jusqu’à la base, ils avaient à leur service une organisation permanente, structurée, hiérarchisée, reconnue constitutionnellement, dont ils étaient les chefs et dont les maillons étaient si serrés qu’il était pratiquement impossible à l’électeur catholique de se soustraire à la sujétion politique qu’ils imposaient. Les décisions parvenaient à l’électeur via un appareil bureaucratique, dont les plus bas échelons disposaient des mêmes pouvoirs spirituels et moraux sur l’électeur croyant. Comme délégué du Christ on devait au prêtre obéissance ; les candidats qu’il désignait étaient les seuls légitimes16.

  • 17 J. Andries à Boussen, 10 févr. 1840 et 22 avril 1841, dans A. SIMON, L’Hypothèse libérale en Belgiq (...)
  • 18 E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme in bet bisdom Gent (1821-1857). Bijdrage tot de studie van bet lib (...)
  • 19 Sterckx à Van de Velde, évêque de Gand, 1 juin 1835 (ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV1).

10La portée de cette structure autoritaire avec sa discipline interne avait une efficience maximale, surtout quand les membres du clergé eux-mêmes voulaient se faire élire ; mais cela dépendait en dernière instance d’une décision épiscopale. Les lettres pleines de soumission que l’abbé Andries écrivit à ce sujet à l’évêque de Bruges17, le refus de ce dernier de la candidature de l’abbé De Haerne18 et l’interdiction d’officier que l’archevêque Sterkx s’apprêtait à lui notifier en 1835 s’il persévérait dans ses desseins19, illustrent bien le leadership de l’épiscopat en cette affaire.

  • 20 Voir plus loin, p. 601.
  • 21 E. WITTE, Electorale agenten aan de vooravond van de partijformaties. Aantekeningen bij brieven en (...)
  • 22 Voir note 14.
  • 23 Des données précises à ce propos concernent entre autres les élections à Gand (H. HAAG, Les origine (...)
  • 24 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 64-65 ; E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 234 (...)
  • 25 Cette méthode fut déjà suivie lors des élections pour le Congrès National (Rapport d’Antonucci adre (...)

11La candidature d’un membre n’était nullement un pion indispensable dans la stratégie épiscopale20, mais, par contre, sa collaboration dans une campagne électorale était de primordiale importance. On a déjà exposé ailleurs la tâche d’agitateurs électoraux impartie aux membres du bas clergé ; sur leurs épaules pesait la charge non seulement de diffuser la propagande, mais surtout de canaliser les voix sur le nom du candidat choisi21. Le système central de direction veillait à ce que les chefs des diocèses puissent disposer, lors de la mobilisation de leurs agents électoraux, de tout un arsenal de moyens efficients : lettres pastorales aux curés de leur diocèse avec l’injonction formelle de collaborer22, lettres personnelles aux doyens avec la demande expresse de mener campagne pour les candidats désignés23, la réunion des doyens et des curés en retraites et conférences24, l’envoi de personnes de confiance issues des rangs du haut clergé transmettant personnellement des instructions aux doyens et aux curés25. En un mot, il était loisible aux évêques de donner, sans peine et dans un délai relativement court, des directives électorales au moindre vicaire du plus petit village de son diocèse. Le droit à l’obéissance, privilège du prélat, faisait le reste.

12Quand on passe en revue ces divers moyens d’action disponibles, on pourrait en conclure que le pouvoir épiscopal était quasi total et qu’il lui permettait de décider à 100 % quel était le candidat ad hoc pour défendre effectivement les intérêts ecclésiastiques au Parlement.

13Cette conclusion nécessite des corrections essentielles, parce qu’elle est basée sur une série d’assertions qu’il convient de nuancer. Elle suppose implicitement :

  1. que l’establishment catholique du temps formait un bloc monolithique d’évêques unanimement d’accord, un haut et bas clergé complètement servile, un troupeau docile de politiciens catholiques laïcs et un Vatican bienveillant ;

  2. que les forces en dehors de la communauté catholique étaient si minimes et si faibles que l’épiscopat pouvait estimer les négliger.

14La réalité était tout autre. Bien sûr, les évêques constituaient le support fondamental des couches supérieures du catholicisme, mais ces couches répondaient entièrement aux caractéristiques de ce phénomène politique : tout d’abord, elles ne formaient pas un groupe complètement fermé ; il s’agissait plutôt d’un ensemble de coteries liées mutuellement et qui pouvaient même se concurrencer. Ensuite il convient de reconnaître les évêques comme des politiciens professionnels qui savaient que l’exercice réel du pouvoir était une question d’apprécier sans cesse ses propres possibilités et celles des adversaires, à la lumière des changements dans l’entourage. Ils étaient obligés de déterminer leur action politique d’après ce principe. En d’autres mots, il y avait un ensemble de circonstances et de facteurs qui exerçaient une influence limitative sur la totalité des moyens de puissance dont disposaient les évêques.

2. La limitation des moyens du pouvoir des évêques

  • 26 Sur la personnalité, le caractère et les opinions politiques des différents évêques belges de cette (...)

15Le premier facteur qui limitait le pouvoir de décision de l’épiscopat résidait dans l’organisation ecclésiale même, système central dirigé depuis Rome, mais qui, en Belgique, s’exerçait dans les diocèses disposant chacun d’une grande indépendance. Chaque évêque avait les rênes en mains dans sa circonscription, et n’avait rien à dire dans celle du voisin. Même l’archevêque n’était qu’un primus inter pares. En d’autres termes, l’Eglise de Belgique avait une structure organique qui ne se prêtait pas à une direction centrale, nationale, en matière électorale, mais qui, au contraire, exigeait le consensus de ses membres pour toute décision à prendre. Bien sûr, entre eux il y avait un accord de principe ; cependant, en fait, cet accord dépendait parfois des rapports réciproques concernant la préférence à accorder à tel ou tel candidat. Ces rapports étaient déterminés dans une large mesure par l’autorité personnelle de chaque individu à l’intérieur du petit groupe ; élément à mettre en corrélation avec le propre tempérament de chaque prélat. Quelles différences entre des figures prudentes et diplomatiques comme de Méan ou son successeur Sterckx et un Van Bommel agressif, dynamique et dominateur ; entre un Labis moins autoritaire, influencé par son entourage ou un Van de Velde, impulsif et moins subtil en politique, et des évêques comme Boussen et Delebecque, soucieux de la discipline et de l’autorité ! Différences qui pouvaient se faire sentir quand il s’agissait de questions de personnes et contrecarrer une collaboration unanime et la décision à prendre de commun accord26.

16Il y avait un deuxième élément qui empêchait l’épiscopat d’exercer sans dérangement un rôle d’autocrate en cas d’élections, c’était le courant émancipateur relativement fort qui influençait, durant la première décade après 1830, notamment le jeune bas clergé. Ce clergé connaissait une tradition pleine de succès sur le terrain de l’agitation politique. N’avait-il pas engagé la lutte contre les mesures étatisantes et centralisatrices de Guillaume Ier, mené des actions en vue des pétitions, participé à la révolution pour briser le pouvoir du Roi ? Qu’après la révolution ce clergé ne voulait sous aucune condition s’incliner devant un régime semblable, mais qu’au contraire il préconisait l’extension des libertés politiques, salutaire contrôle de l’Etat ; qu’il était partisan d’une décentralisation locale et que même une partie de ses membres se piquaient d’être républicains, rien d’étonnant.

17C’était d’autant moins étonnant que ce climat comportait en même temps un aspect socio-politique. Ce clergé provenait, en général, de classes moins favorisées et il avait de commun avec les laïcs, issus de ce même milieu, des aspirations tendant à renverser les structures établies. Cela renforçait l’ascendant qu’il pouvait avoir, du fait de sa position sacerdotale, sur la masse croyante. Plus grande était la participation de cette masse dans le système, d’autant plus grande était sa propre influence. Ses efforts visaient donc à construire un régime démocratique contre les catholiques conservateurs détenant le pouvoir, qui se recrutaient principalement dans l’aristocratie et le haut clergé. La mise en pratique de ces principes de liberté impliquait fatalement que ses membres s’insurgent contre l’autorité ecclésiastique dans toutes les affaires qui, à leurs yeux, ne concernaient pas la religion.

  • 27 Bornons-nous ici à donner les ouvrages principaux traitant de cette vaste problématique : H. HAAG, (...)

18Il ne faudrait pas en conclure que ces démocrates ne tendaient pas à réaliser une domination catholique et qu’en principe ils n’étaient pas d’accord avec la politique épiscopale. Mais les conceptions politiques spécifiques de leur groupe, qu’ils comptaient voir défendre par les candidats qu’ils appuyaient ne correspondaient pas toujours avec les vues des évêques. Ceux-ci ne pouvaient tolérer une atteinte au principe d’autorité, même en matière électorale. D’autre part, l’épiscopat était obligé de prendre en considération une situation de fait, puisque, en fin de compte, sur le bas clergé reposait, de prêtre à électeur, tout le travail de posélytisme électoral. Quand, par ailleurs, l'évêque avait dans son entourage immédiat des collaborateurs influents partisans des idées démocratiques, comme ce fut le cas à Gand et à Tournai, il va sans dire que leurs pressions constituaient un facteur supplémentaire de démantèlement éventuel de l’autorité27.

  • 28 Se référer pour ce problème aux introductions rédigées par Mgr A. SIMON dans ses différentes public (...)

19Il n’y a pas que la base qui tentait de restreindre la liberté de manœuvre des évêques, une même tendance était perceptible au sommet. C’est un fait bien connu qu’en 1830 le Vatican ne s’est nullement rangé du côté des évêques à cause de leur reconnaissance des libertés constitutionnelles. Mais comme l’Etat belge était devenu un fait accompli, il convenait au mieux de s’incliner. Ce qui voulait dire que Rome se réjouirait du remplacement éventuel du régime libéral par un Etat ultramontain. Comme il n’y avait qu’une majorité de parlementaires catholiques qui pouvaient réaliser ce vœu, il en résultait que le Vatican avait tout intérêt à voir augmenter le nombre de mandataires ultramontains. Les catholiques démocrates, qui mettaient en doute l’obéissance au Pape et dont certains récusaient l’appui du souverain légitime, devaient le plus tôt possible être écartés des Chambres belges et remplacés par des catholiques conservateurs, qui étaient d’accord pour accepter une alliance avec un roi qui défendait les intérêts de l’Eglise. A long terme, cet objectif fut pratiquement suivi par tous les évêques. Cependant ils ressentaient comme une capitis diminutio toute intervention directe et immédiate du Vatican pour sa réalisation. D’autant plus que le Vatican était capable de se mêler avec succès aux campagnes électorales, où l’adage « Roma locuta est » gardait toute sa pertinence. Pour la réalisation pratique, il lui était loisible de faire appel à un internonce ou à un nonce, qui recevait des instructions adéquates. Un tel personnage, sorte de « super-évêque », possédait le pouvoir potentiel d’endiguer l’autorité des évêques ; il pouvait agir d’une manière autonome, forcer les chefs des diocèses à la soumission, donner personnellement des instructions aux agents électoraux, approcher en dehors du haut clergé l’establishment catholique, monarque inclus, sans en référer aux évêques. Rien d’étonnant si les évêques ressentaient comme un frein mis à l’extension de leur pouvoir quand un nonce comme Fornari faisait un généreux usage de toutes ces possibilités. Tous les nonces ne se conduisaient pas comme Fornari, n’empêche que les évêques étaient tenus d’évaluer l’étendue de leur prestige en s’engageant dans l’arène électorale28.

20Un dernier assaut contre le leadership épiscopal venait de leur propre collectivité, c’est-à-dire des milieux catholiques laïcs. Il importe d’examiner une à une les diverses catégories de catholiques qui s’occupaient de politique pour se rendre compte de leurs aspirations à l’autonomie. Le prestige social des aristocrates, grands propriétaires terriens, alliés traditionnels de l’Eglise, était évidemment fort grand durant cette période. De leurs châteaux, il leur était loisible d’exercer une influence sur les électeurs de la campagne, qui bien souvent étaient à leur égard dans une situation de dépendance ; les relations personnelles avec d’autres notables locaux, clergé compris, faisaient le reste. Les parlementaires catholiques se conduisaient comme les autres mandataires. Ils essayaient de créer leur propre sphère d’influence sur le plan local, tissaient une toile de rapports suivis avec des ecclésiastiques, des notables et des agents électoraux influents aux fins de renforcer leur propre position, entretenaient des contacts avec leurs collègues ministres et essayaient eux-mêmes de gravir les échelons afin de devenir ministre. Une fois parvenus aux fonctions d’ambassadeur, de gouverneur ou de ministre, ils étaient en mesure par eux-mêmes ou par le truchement des fonctionnaires du gouvernement — moyens à ne pas sous-estimer — d’intervenir directement dans les campagnes électorales. Un rédacteur en chef d’un journal catholique exerçait également un rôle efficient pour conditionner l’opinion publique catholique. En bref, tous ces laïcs étaient en train de se bâtir un édifice de puissance en dehors de l’influence directe de la sphère épiscopale. Cet édifice était d’autant plus solide, s’il y avait cumul des différents éléments signalés plus haut, phénomène qui, dans cette période, était courant chez les politiciens catholiques. Citons à titre d’exemples les noms des de Theux, Malou, Vilain XIIII, De Muelenaere, d’Oultremont, de Nef, de Mérode et de Gerlache. Ce qui ne veut pas dire que ces catholiques pouvaient se passer des évêques ; par contre, ceux-ci avaient également besoin de leur aide efficace. On voit donc partout apparaître le même schéma politique : l’épiscopat devait compter avec ce parti exigeant, qui dans le meilleur cas demandait un droit d’intervention dans la désignation des candidats mais qui, au fil des années, était décidé à suivre une voie plus autonome. Eux-mêmes, et non les évêques, devaient être à la tête de l’action politique catholique.

  • 29 Nous avons donné une analyse succincte de l’influence et de l’action des différents groupes de laïq (...)

21Au lieu de la soumission à l’autorité des évêques en matière politique, leur but était de ranger ces chefs spirituels au second rang et même de les embrigader sous leur bannière. Inutile de dire qu’ils se heurtaient de ce fait à une vive opposition. Ce qui ne pouvait empêcher ce groupe d’exiger une participation réelle aux décisions à prendre29.

22Parmi les facteurs susceptibles de freiner les moyens de puissance des évêques en matière électorale, en dehors de leur propre collectivité, il convient de citer en premier lieu leur alliance avec le Roi. Pour quelles raisons conclurent-ils cette alliance ? A sa base, il faut considérer la pression exercée par l’ultramontanisme romain sur les évêques belges. Un monarque comme Léopold Ier, qui protégeait les intérêts de l’Eglise, était pour les évêques de première utilité pour atteindre leurs buts. Son influence sur les membres du parlement et sur ses ministres pouvait être extrêmement importante lors du vote de lois où la foi et l’Eglise étaient concernées. En outre, lors d’élections, il lui était loisible de mettre en branle tout l’appareil des fonctionnaires gouvernementaux.

  • 30 Voir A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier

23Néanmoins quelques aspects négatifs altéraient cette alliance ; ils émergeaient particulièrement durant les campagnes électorales. Le Roi était sans doute bien disposé à l’égard de l’Eglise catholique et il la défendait contre l’anticléricalisme mais il ne tenait guère à voir un bloc épiscopal puissant dominer la majorité parlementaire. Il ne voyait dans l’Eglise, institution conservatrice, gardienne de l’ordre établi, qu’un moyen de consolider son propre pouvoir30. Soumettre les catholiques à son influence à l’aide de l’autorité épiscopale et d’un clergé obéissant, voilà le but de sa politique. Cela signifiait qu’ils devaient l’aider à éliminer ces parlementaires catholiques qui s’opposaient à l’extension de ses prérogatives. Or parmi ces derniers il y avait d’éminents hommes politiques. Que l’on songe aux démocrates du « Banc de Tournai ». Cette élimination n’était donc pas nécessairement en opposition avec la stratégie épiscopale. Inutile d’ajouter que l’ostracisme royal englobait également tous les candidats démocrates et ceux qui gardaient la nostalgie d’une république. A leur place il fallait nommer des catholiques monarchistes conservateurs.

  • 31 . Voir les ouvrages cités à la note 28.
  • 32 Instructions à Pecci, 1834, cité dans A. SIMON, Instructions aux nonces..., p. 79.
  • 33 Instructions à San Marzano, ibidem, p. 84.
  • 34 d’Oultremont à Lambruschini, 15 avril 1841, cité dans A. SIMON, La politique religieuse de Léopold (...)

24Il y avait un autre aspect négatif dans la politique unioniste de Léopold Ier sur le terrain électoral. Le Roi visait dans la mesure du possible à asseoir son pouvoir — c’est un fait bien connu — sur des gouvernements de centre droit, dans lesquels, à côté des catholiques, siégeaient également des libéraux modérés conservateurs. Cela impliquait que ces libéraux de compromis devaient rester en place et pouvoir compter sur l’alliance. Même quand les évêques estimaient que Léopold Ier leur forçait par trop la main et qu’ils voulaient se dégager de son emprise, il ne leur était pas permis de le faire, vu les excellentes relations que le souverain entretenait avec le Vatican. Avec l’arrière pensée de soumettre les évêques et le clergé récalcitrant, Léopold Ier recevait des internonces et, par après, même des nonces31. Rome leur envoyait des instructions destinées aux autorités religieuses les priant « d’entrer dans les vues sages et religieuses du gouvernement »32 et de « soutenir les efforts du Roi et d’intervenir avec prudence dans les élections »33. Bref, ces ambassadeurs romains devaient « exhorter les chefs des diocèses belges »34 à suivre la voie tracée par le monarque. Il était par conséquent impossible aux évêques de Belgique de se soustraire à l’influence de celui-ci.

  • 35 R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat..., p. 26-27.
  • 36 Rapport sur la conduite du clergé belge en 1830, cité dans A. SIMON, L’Eglise catholique et les déb (...)

25Les possibilités manœuvrières des évêques étaient en fin de compte réduites par leurs propres adversaires. On sait que pour de simples raisons tactiques l’Eglise avait reconnu les libertés protectrices figurant dans la constitution. En fait, elle se faisait de la société une image, qui n’était certes pas libérale ; ce qui n’enlevait rien au fait qu’elle avait conclu un pacte avec des partenaires, qui avaient de tout autres opinions qu’elle. Même s’ils étaient croyants, pour eux la constitution récusait toute ingérence de l’Eglise dans la société civile, ou du moins devait-elle être réduite au minimum35. L’étalage d’un pouvoir clérical trop flagrant provoquait inévitablement à la fois une augmentation de leurs effectifs et la radicalisation de leur anticléricalisme. L’intrusion des évêques et du bas clergé dans une campagne électorale constituait précisément un de ces cas flagrants, un de ces terrains où, de toute évidence, spiritualité et politique étaient à dessein confondus. La preuve : ce sont déjà les réactions indignées lorsqu’en 1830 et 1831 cette intrusion fut duement constatée36. Si les évêques ne désiraient pas accélérer le progrès de leurs adversaires, ils étaient obligés dans une certaine mesure de faire preuve de modération.

26En résumé, aussi bien à l’intérieur du système — l’Eglise — que dans la communauté catholique, mais aussi à l’extérieur dans le monde politique, on peut déceler un ensemble de facteurs qui, en matière électorale, limitaient la puissance épiscopale disponible. A la question de savoir de quelle envergure étaient ces freins, l’examen de l’interaction des forces en présence pourra donner une réponse à peu près satisfaisante.

3. L’exercice de l’autorité épiscopale dans les problèmes électoraux

  • 37 Pour une première approche de ce problème théorique, on peut se référer entre autres à J. E. ELLEME (...)
  • 38 Ibidem, p. 24.
  • 39 Fornari à Pecci, 19 févr. 1844, cité dans A. SIMON, Lettres de Pecci..., p. 150.

27Le pouvoir ne peut se constater que quand il est effectivement exercé et donc à l’intérieur de certains rapports de puissance37. Dans ce cas concret, il convient d’établir dans quelle mesure les évêques, dans la manipulation des moyens mis à leur disposition, furent influencés par les forces qui tentaient d’agir sur eux. L’observation du silence au sujet des rapports effectifs de puissance est une des techniques les plus sûres pour conserver cette puissance38. Une règle que les cercles ecclésiastiques du moment ne connaissaient que trop bien : « Ecrire en pareilles matières (électorales) est chose pleine de périls » ; on devait régler ces matières « de vive voix » ou « par personam interpositam en laquelle on a confiance »39. Une réelle information écrite à ce propos est donc très rare, de telle sorte qu’il ne peut être question d’une mesure exacte mais tout au plus d’une évaluation de quelques lignes de forces, dont le coefficient de certitude ne peut par ailleurs être fort élevé.

  • 40 Sterckx au doyen d’Anvers, J. B. Beeckmans, 26 mai 1841, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, I (...)
  • 41 H. HAAG, Les droits de la cité..., p. 53, 55, 107 ; ID., Les origines du catholicisme libéral..., p (...)
  • 42 H. HAAG, Les droits de la cité..., p. 108, La lettre de l’agent électoral gantois B. Dierick, du 9 (...)

28A l’égard des tendances émancipatrices du clergé, on constate que ce frein est déterminé primo par la personnalité des prélats et secundo par la pression exercée par le Roi et le Vatican. Des évêques moins autoritaires avaient tendance à tenir compte des désirs spécifiques de leur clergé et ils le laissaient même faire quand il ne s’agissait pas de candidats pouvant nuire aux intérêts de la religion. Quand le clergé bruxellois demanda à l’archevêque des garanties concernant le candidat qu’il désirait voir appuyer, le prélat fit effectivement des démarches en ce sens40. La bienveillance de Delplancq et de son successeur Labis à l’égard des desiderata du clergé tournaisien est bien connue41. L’évêque de la Flandre occidentale poussa cette bienveillance jusqu’à l’extrême : en 1835 il permit même que son clergé divisé présentât deux listes différentes, l’une démocratique et l’autre conservatrice. Le fait que, dans les deux cas, il s’agissait de catholiques, fut sans doute pour lui un élément déterminant42.

  • 43 Vilain XIIII à Hübner, 25 mars 1836, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la nonciature..., p.  (...)
  • 44 E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 163.
  • 45 Van Bommel à son beau-frère Peyrot, 1833 (ARCH. EVECHE LIEGE, Pap. Van Bommel, Lettres à Peyrot). « (...)
  • 46 Voir le chapitre « De aftakeling van de katholieke democratie in Vlaanderen (1838-1841) », dans E. (...)

29Une telle situation était impensable chez les évêques « durs », pour lesquels autorité et discipline étaient de primordiale importance. Déjà, en 1836, on disait que Boussen avait complètement dompté le clergé de Bruges43 et son attitude décidée à l’égard du démocrate De Haerne en fournit un exemple frappant44. A Liège, Van Bommel ne sembla pas avoir de problèmes électoraux avec un clergé « admirable de dévouement »45. On connaît suffisamment le dur combat, couronné de succès, qu’entreprit Delebecque (depuis 1838) pour tenir le clergé de la Flandre occidentale dans l’ornière électorale conservatrice46.

  • 47 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 212.
  • 48 Cette hypothèse très intéressante fut formulée par H. HAAG (ibidem).

30L’influence royale et romaine orienta la discipline dans le sens du renforcement ; on le remarque à la nette différence avant et après l’arrivée de l’internonce. Après il ne fut plus question d’éventuelles candidatures controversées ; avant 1838 il y eut peu d’exemples d’évêques qui s’opposèrent au choix délibéré de candidats fait par leur clergé. Même quand les ministres ou le Roi le demandaient personnellement, Van de Velde, Delplancq et Labis ne modifièrent pas leur attitude à l’égard des démocrates47. Mais peut-on parler dans ce cas concret d’une véritable limitation de pouvoir ? N’était-ce pas plutôt parce que les évêques à ce moment étaient mieux servis par un clergé divisé et que cette situation leur fournissait un argument péremptoire à l’égard du monarque qui voulait éliminer des catholiques utiles48 ?

  • 49 Ce principe fut explicitement formulé par l’évêque de Gand en 1843 (E. LAMBERTS, Kerk en liberalism (...)
  • 50 A. SIMON, Réunions des Evêques..., p. 47. Cette tendance centralisatrice se retrouve également dans (...)
  • 51 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 155-156.

31A côté de ces différences, fonctions du temps et de l’espace, on pouvait aussi déceler une tendance générale dans la manière de réagir des évêques au souhait de participation de leur clergé. Ils s’accrochèrent d’une façon intelligente à cette tendance. Ils n’hésitèrent pas à déléguer leur pouvoir de décision à la base concernant le choix des candidats49. Ils essayèrent bien sûr de contrôler et de superviser cette délégation. Quand les évêques discutèrent en 1838 de cet aspect de l’organisation électorale à l’ordre du jour de leur assemblée annuelle, ils tombèrent d’accord pour faire des doyens des personnages centraux, à la tête des comités électoraux locaux50. De ce fait, ils corroborèrent une situation de fait qui existait déjà dans de nombreux districts51. En d’autres termes, en ce qui concerne la relation évêque-clergé, un système s’était développé, qui maintenait en équilibre les aspirations à l’autonomie du clergé et la suprématie épiscopale et qui donnait une plus grande efficience aux campagnes électorales des catholiques. L’ultime pouvoir de décision demeurait d’ailleurs chez les chefs spirituels.

  • 52 Lambruschini à Sterckx, 16 avril 1836, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, Correspondance avec (...)
  • 53 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 66-68, 247-248.

32Les situations concrètes montrent que les politiciens catholiques laïcs conquirent une position de puissance très forte vis-à-vis des évêques, quand ils avaient une avance dans le temps ou quand ils parvenaient à faire usage d’une pression gouvernementale. C’est ainsi que les rapports entre Labis et les parlementaires du Tournaisis étaient fort probablement déterminés par la tradition et par l’influence que ces laïcs étaient parvenus à acquérir en matière électorale avant la nomination de ce prélat. Il aurait perdu la confiance de ses meilleurs diocésains s’il s’était opposé à eux, assurait l’archevêque en 1836 pour sa défense52. Quand Van Bommel s’immisça quelques mois après la révolution dans le camp catholique pro-belge, des relations de puissance étaient déjà clairement définies : des laïcs catholiques y fonctionnaient comme dirigeants. Les efforts opiniâtres de Van Bommel pour plier et maintenir en son pouvoir ces catholiques, le cas échéant avec une main de fer, échouèrent. La liberté de manœuvre qu’il leur laissa apparaissait beaucoup trop restreinte. Van Bommel ne réussit en fin de compte qu’à museler leur dynamisme et à s’isoler lui-même53.

  • 54 En 1835 de Theux demanda à Sterckx d’employer toute son influence auprès de son collègue de Gand po (...)

33Des dirigeants catholiques, qui avaient derrière eux tout l’appareil gouvernemental, se trouvaient, il va de soi, dans une position plus solide à l’égard de l’évêque ; le cas d’un de Theux, d’un de Nef et d’un de Muelenaere le prouve. De ces trois leaders catholiques, il est possible de citer notamment des exemples par lesquels ils ont modifié ou influencé le choix des candidats émanant aussi bien de l’archevêque Sterckx que des évêques Van Bommel, Boussen et Delebecque54.

  • 55 Deux exemples : en avril 1837 du Bus et Dumortier vont chez Sterckx « pour lui représenter de quell (...)
  • 56 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 258.
  • 57 Cf. supra, note 54. Voir aussi les lettres concernant la campagne électorale de F. Béthune en 1845 (...)
  • 58 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 154.

34Quoique ce sont là des faits irréfutables, il n’en demeure pas moins que les évêques refusèrent de s’incliner devant de telles situations. Quand ils en eurent les moyens, ils mirent tout en branle pour s’opposer à cette tendance. Ni Sterckx, ni Boussen, ni Delebecque, ni Labis ne laissèrent librement leurs décisions en proie à la critique des laïcs, même si ceux-ci essayaient de le faire en unissant leurs forces55. Il convient de voir dans cette perspective l’accueil plutôt froid réservé à l’action électorale centralisatrice qu’en 1843 l’« Association » de Bruxelles voulut réaliser56. Plutôt pas d’appareil d’un parti catholique unifié, qu’un appareil dominé par des laïcs, tel était leur raisonnement. Une collaboration effective sur un pied d’égalité dans ces conditions ne pouvait être réalisée que quand les laïcs parvenaient d’une manière ou d’une autre, à forcer la main des évêques. Boussen ne poussa, par exemple, aucun candidat si ce n’est quand il avait la certitude de l’appui du gouverneur de Bruges57. Les rapports de Delebecque avec Vilain XIIII étaient du même genre58.

  • 59 Ibidem, p. 152. Le « Projet confidentiel », ci-dessus cité, corrobore également cette hypothèse.

35Les évêques avaient une préférence pour une certaine collaboration, mais où les autres auraient été dans un état de subordination. Ils ne contestaient pas le fait que d’éminents laïcs puissent être impliqués dans le choix des candidats et les campagnes électorales, et que du dehors on leur réserve le premier rang ; ainsi aux yeux du monde extérieur ils pourraient à leur aise, derrière un écran, tirer les ficelles. Aussi longtemps que pareille action s’accomplissait dans le cadre des comités électoraux dirigés par les doyens, cette stratégie était dans leur optique la plus efficiente59. Le nombre d’exemples de ce genre est cependant trop petit pour affirmer avec suffisamment d’exactitude si cette sorte de relations de pouvoir l’emportait sur l’autre.

  • 60 Vilain XIIII à Hübner, 25 mars 1836, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la nonciature..., p.  (...)
  • 61 Voir supra, note 46.

36Au fond, dans les frictions qui opposaient les évêques à leur clergé ou aux laïcs, il s’agissait de problèmes internes à la communauté catholique. Il en allait autrement dans les rapports avec Léopold Ier, qui pouvait les forcer à des compromis dans le choix des candidats et même à des éliminations regrettables. On a déjà vu l’évolution de ces rapports concernant les démocrates. Avant l’arrivée de Fornari aucun évêque ne participe à l’éloignement de ces parlementaires. Même Sterkx, pourtant prompt à satisfaire les désirs du Roi, trouvait, selon Vilain XIIII, mille et un arguments pour ne pas devoir y donner suite60. La nomination en 1838 de Delebecque et de Fornari détermine un changement fondamental. Durant les élections de 1839 les démocrates livrèrent les derniers combats d’arrière-garde61. L’attitude des parlementaires tournaisiens évolua dans un sens ultramontain et conservateur. Bref, une évolution qui, en fin de compte, ne faisait pas trop perdre la face aux évêques, parce que les divers intérêts commençaient, dans les années trente, à concorder complètement.

  • 62 E. DISCAILLES, Charles Rogier..., II, p. 219. Il est vrai que Van Bommel s’opposait à cette candida (...)
  • 63 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 70-71.
  • 64 Ibidem, p. 84.

37Ce qui ne fut jamais le cas avec les compromis « unionistes » que Léopold Ier et son gouvernement imposèrent à l’épiscopat. Sur ce plan, on peut parler d’un mouvement allant crescendo. Dans le tout premier Cabinet siégèrent également, comme on sait, des libéraux. C’est donc parfaitement admissible qu’un Rogier en 1831 et en 1833 gardât son siège parlementaire, grâce au clergé de Turnhout, la famille catholique de Mérode et le commissaire d’arrondissement De Nef62 et que Lebeau, dans cette même période, pût compter à la fois sur le clergé hutois et sur le comte d’Oultremont63, sans l’opposition ouverte des évêques contre cet appui. Le problème de la consolidation de la révolution était à ce moment encore si urgent qu’on ne pouvait pas encore parler de véritables candidatures controversées. Il y a peu d’exemples connus de candidats imposés au nom de l’unionisme pendant la longue période où de Theux fut au gouvernement (1836-1840), à l’exception du libéral modéré Ernst à Liège auquel Van Bommel s’opposa64.

  • 65 A. SIMON, Correspondance de Fornari..., p. 138 ; A. SIMON, La nonciature Fornari. 1838-1843, dans R (...)
  • 66 Un exemple frappant en 1841 : Félix de Mérode était sérieusement menacé à Nivelles ; les catholique (...)
  • 67 Sterckx à J. B. Beeckmans, doyen d’Anvers, 21 mai 1841 ; J. B. Beeckmans à Sterckx, 26 mai 1841 ; S (...)

38Il en alla autrement à partir de 1841, lorsque l’unioniste Nothomb arriva au pouvoir. Depuis cette date les évêques perdirent la face. Qu’un Fornari et un Léopold Ier étaient satisfaits de l’intervention épiscopale dans les élections de 1841 et de 184365 est significatif pour la nouvelle relation de pouvoir, qui s’explique probablement par trois facteurs. Les évêques avaient à compter durant cette période, en sus du problème Fornari, avec un anticléricalisme militant. L’appui gouvernemental était d’autant plus précieux dans la lutte pour le maintien du statu quo parlementaire, qu’ils attendaient une loi favorable concernant l’enseignement primaire. Ils acquirent les deux, en compensation de l’aide qu’ils apportèrent à la politique centriste du Roi et de Nothomb. Dans plus d’un cas les évêques devaient payer le soutien gouvernemental à des mandataires catholiques en accordant leur soutien électoral à un candidat libéral modéré66. En 1841, ils ne couraient pas grands risques, témoin le cas de Henri De Brouckère. Ce politicien libéral, un des fondateurs et vice-président de l’U. L. B., avait à ce moment besoin de l’appui du clergé pour sa réélection. Il confessa dans le gilet du doyen d’Anvers « n’avoir jamais eu l’intention de combattre les intérêts du catholicisme », « que dans sa conduite il ne trouve que celle d’un catholique remplissant ses devoirs », « qu’il avait commis une faute en prêtant la main à l’érection de l’université libre et que plus tard il pourrait retirer cette main imprudente », « qu’il fera tout ce qui est en lui pour conserver et mériter de plus en plus l’estime de Son Eminence » et « qu’il n’a jamais appartenu à la loge et que jamais il n’y donnera son nom ». Après ces aveux significatifs Sterckx jugea opportun de « ne plus abandonner l’élection de la personne dont il s’agit »67.

  • 68 Note de Noyer, attaché à la Légation de Rome, 1845, dans A. SIMON, La politique religieuse de Léopo (...)
  • 69 Ibidem, p. 159 ; C. du BUS de WARNAFFE consacre tout un chapitre dans son livre Au temps de l’Union (...)
  • 70 « Mardi dernier dans une réunion du comité, à laquelle assistaient MM. les doyens, on a adopté comm (...)

39En 1843 et 1845 leur politique de compromis avait des résultats plus funestes. Nothomb parvenait à leur faire célébrer des messes pour des libéraux comme Goblet, et même à sacrifier des leaders éminents comme du Bus et Raikem68. On devait, il est vrai, trouver un nouveau compromis pour repêcher ces perdants. C’est ainsi que du Bus fut effectivement sauvé à Turnhout par Nothomb et De Nef69, en compensation de l’appui que le recteur de l’université de Louvain De Ram accorda à la réélection du ministre de la Justice, d’Anethan70. Bref, petit à petit la puissante forteresse de l’épiscopat commençait à s’effriter. L’ambition personnelle d’un ministre comme Nothomb devenait à ce point marquante que le Roi lui-même prenait conscience de son attitude dominatrice. Les élections de 1845 furent les dernières où il put encore jouer un rôle. Le Cabinet de Theux, qui succéda en 1846 à la brève expérience unioniste de Van de Weyer, rétablit l’ancienne alliance de l’Eglise, du monarque et du gouvernement.

  • 71 Fornari à Lambruschini, 7 mai 1841, cité dans A. SIMON, Correspondance de Fornari..., p. 136.
  • 72 K. JURGENSEN, Lamennais..., p. 163-164.
  • 73 Ibidem ; A. SIMON, Le Cardinal Sterckx..., t. I, p. 134-137. Sterckx se trouvait sur la liste du jo (...)

40« Veiller à ne pas faire crier les journaux libéraux »71 : voilà le fil conducteur de la tactique épiscopale à l’égard des adversaires, les anticléricaux. On le retrouve dès le début dans les interventions électorales. C’est ainsi que les évêques s’opposèrent à une représentation trop excessive de prêtres au Congrès National. Afin de ne pas compromettre le prestige de l’Eglise, il importait de maintenir ce nombre aussi bas que possible et de ne pas y faire siéger des membres du haut clergé72. On décida de cette façon, de commun accord, de conserver un Van Crombrugghe à Gand, sans le consentement toutefois de l’archevêque de Méan, mais le vicaire-général Sterckx devait abandonner sa place sur la liste anversoise73.

  • 74 Voir la lettre pastorale de Delplancq de 1831 (K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven..., p. 20-21) et (...)
  • 75 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 245.

41La prudence qui inspira toute l’activité électorale des évêques doit être vue dans le même contexte. Certains évêques y regardaient à deux fois avant de rendre publiques leurs lettres pastorales et interdisaient de les lire du haut de la chaire de vérité74. D’autres, comme Delebecque, ne montraient leurs instructions écrites à leurs curés que par l’intermédiaire d’hommes de confiance75.

  • 76 K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven..., p. 20, 21, 23, 26 ; L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier..., p.  (...)
  • 77 E. WITTE, Electorale agenten..., p. 220-221.

42Toutes les communications et lettres épiscopales concernant les élections, sans aucune exception, incitaient à ce moment le clergé à être extrêmement prudent dans les campagnes électorales76. Le prêtre devait influencer l’opinion du croyant avec sagesse, tact et circonspection en s’y prenant longtemps à l’avance77. Les évêques tâchaient de leur côté de ne pas paraître se mêler de ces affaires. En d’autres termes, ils fixèrent même des limites à la manipulation des moyens qu’ils avaient à leur disposition.

  • 78 « Ne craignons pas d’être appelés intrigants ; vaines menaces, vaines clameurs par lesquelles nos e (...)

43La question est de savoir si dans ce cas on peut vraiment parler d’une limitation de pouvoir. Toutes ces mesures mitigées ne furent-elles pas prises en fonction d’un exercice plus efficient du pouvoir ? Leur opposition contre l’élection d’ecclésiastiques au parlement n’avait-elle pas en premier lieu pour but d’amoindrir la méfiance libérale en faisant croire que l’Eglise n’avait pas de projets de domination. Comme si toute cette action derrière l’écran n’était pas destinée à mettre les adversaires sur une fausse piste. Cette attitude modérée n’avait au fond aucune influence négative sur l’objectif final que s’assignèrent les évêques. Le comportement de Van Bommel semblerait prouver le contraire. Son immixtion aggressive et manifeste en matière électorale78 détermina probablement la très rapide ascension de l’opinion libérale dans la province de Liège.

44Quelle conclusion tirer de l’intervention des évêques en matière électorale ? Divers groupes s’entendaient pour museler les moyens d’actions disponibles de l’épiscopat, en vue de renforcer leur propre pouvoir. On peut assurer que durant cette période, en ce qui concerne la communauté catholique, les évêques demeurèrent non seulement les guides spirituels, mais aussi les conducteurs de la politique électorale. Leurs concessions n’allaient pas au-delà d’une délégation de pouvoir et dans le cas limite à une condescendante collaboration. Il n’y avait que Léopold Ier qui, grâce à ses ministres, à ses fonctionnaires et à ses relations avec le Vatican, pouvait dans une certaine mesure, limiter la toute puissante intervention des évêques dans des élections.

Notes

1 Citons entre autres celles de R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat en Belgique au XIXe siècle, dans Res Publica, t. X, 1968, p. 9-31 ; H. HAAG, De Belgische buitenlandse en binnenlandse politiek van 1831 tot 1840, in Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IX, Utrecht-Antwerpen, 1956, p. 361-393 ; J. DHONDT, De politieke groei in België tussen 1789 en 1856, dans De Vlaamse Gids, t. XXXVII, 1953, p. 385-401 ; A. SIMON, België van 1840 tot 1848, dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. X, Utrecht-Antwerpen, 1955, p. 1-32.

2 Un exemple : Ch. POPLIMONT, Révolution belge. La Belgique depuis mil huit cent trente (1830-1848), ou tableau comprenant la réorganisation des trois grands pouvoirs de l’Etat, la création de son armée et les progrès amenés par sa nationalité, Bruxelles, 1848.

3 L’ouvrage de F. VAN KALKEN, La Belgique contemporaine (1789-1930). Histoire d’une évolution politique (Paris, 1930), est certes le plus représentatif de cette tendance. Le vicomte Ch. TERLINDEN suivit Van Kalken a la trace dans son « Histoire politique interne. Formation et évolution des partis » (dans Histoire contemporaine de la Belgique 1830-1914, Bruxelles 1929), bien que d’une manière plus nuancée et en accordant plus d’attention au conflit. Cette tendance datait du 19e siècle. L. HYMANS en témoigne dans son Histoire populaire du règne de Léopold Ier, roi des Belges, Bruxelles, 1864.

4 Citons par exemple E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), d’après des documents inédits, Bruxelles, 1892-1895, 4 vol. et E. VANDENPEEREBOOM, Du gouvernement représentatif en Belgique (1831-1848), Bruxelles, 1856.

5 G. GUYOT de MISHAEGEN, Le parti catholique belge de 1830 à 1884, Bruxelles, 1946, p. 59.

6 C. de GERLACHE, Essai sur le mouvement des partis en Belgique depuis 1830 jusqu’à ce jour, dans Œuvres complètes, t. VI, Bruxelles, 1859 ; J. J. THONISSEN, La Belgique sous le règne de Léopold Ier, Louvain, 1861, 2 vol. ; S. BALAU, Soixante-dix ans d’histoire contemporaine de la Belgique (1815-1884), Louvain, 1890.

7 M. DAMOISEAUX, La Belgique contemporaine, Essai d’histoire contemporaine, Louvain-Bruxelles-Paris, 1926 ; A. MELOT, Le parti catholique en Belgique, Bruxelles, 1946 ; G. GUYOT de MISHAEGEN, Le parti catholique belge de 1830 à 1884, Bruxelles, 1946.

8 L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier et la formation de la Belgique contemporaine, Bruxelles, 1928, p. 82-83, 241 ; A. DE RIDDER, Fragments d’histoire contemporaine de Belgique, Bruxelles-Paris, 1931 ; Ch. du BUS de WARNAFFE, Au temps de l’Unionisme, Tournai-Paris, 1944.

9 On ne peut pas sous-estimer le rôle joué par H. HAAG à ce propos comme le prouvent ses ouvrages Les droits de ta cité. Les catholiques-démocrates et la défense de nos franchises communales 1833-1836, Bruxelles, 1946 et Les origines du catholicisme libéral en Belgique 1789-1839, Louvain, 1950.

10 Pour une bibliographie somplète de l’œuvre de Mgr A. Simon, voir In memoriam Monseigneur Alois Simon 1897-1964, Bruxelles, 1965, p. 15-22, et supra p. 7-18.

11 Rapport sur la conduite du clergé belge en 1830 par le chanoine Antonucci au Cardinal Secrétaire d’Etat Albani, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la Révolution belge de 1830, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. XXII, 1944-1946, p. 204-205 et dans A. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts de la Belgique indépendante, Wetteren, 1949, p. 133-135. Voir aussi A. SIMON, Les origines religieuses de l'Indépendance belge, in Chantiers, 15 nov. 1946, p. 13-17.

12 Lettre de Mgr Delplancq, évêque de Tournai, adressée au clergé de son diocèse, le 11 août 1831, cité dans K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven over politiek, Antwerpen, 1969, p. 18. Les lettres pastorales des autres évêques envoyées lors de ces premières élections législatives furent écrites dans la même optique (Ibidem, p. 16-21 ; L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier..., p. 80).

13 A. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts de la Belgique indépendante..., p. 25. Donnons encore quelques autres exemples témoignant du souci épiscopal pour les élections. Boussen, évêque de Bruges : « Si une fois nous avons le dessous dans les élections, c’en serait fait de nos libertés » (Lettre à Sterckx, 22 févr. 1838, ARCH. ARCHEVECHE DE MALINES, Fonds Sterckx, III 1) ; Delebecque, évêque de Gand : « Ab electionibus omnia pendent : salus patriae, religionis incolumitas, cuimuque félicitas et quies » (Lettre aux doyens du diocèse, 24 avril 1843, ARCH. EVECHE DE GAND, B XXXe, 115-116) ; l’archevêque Sterckx : « les membres du clergé doivent prier et faire prier les fidèles et faire voir aux électeurs combien il importe qu’ils choisissent des hommes probes et capables. Le clergé doit contribuer autant qu’il est en notre pouvoir à l’élection d’hommes religieux, probes et capables, amis de la religion et de la patrie. L’élection faite il doit leur abandonner le soin des affaires publiques... » (Note de la main de Sterckx, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV3).

14 G. DELCUVE, Lettres pastorales des évêques de Belgique (1800-1950). Classement et étude analytique des documents. Livre III. Archiépiscopat du Cardinal Sterckx, 1831-1867, t. I, Bruxelles, s.d., p. 27-28 ; K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven... p. 16-27 ; L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier..., p. 80-82.

15 E. DISCAILLES, Charles Rogier..., t. III, p. 98.

16 C’est ce qu’on lit textuellement dans une lettre pastorale de l’évêque de Gand du 15 janvier 1842 (G. DELCUVE, Lettres pastorales..., p. 90).

17 J. Andries à Boussen, 10 févr. 1840 et 22 avril 1841, dans A. SIMON, L’Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédits 1839-1907, Wetteren, 1956, p. 118, 127.

18 E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme in bet bisdom Gent (1821-1857). Bijdrage tot de studie van bet liberaal katholicisme en bet ultramontanisme, Leuven, 1972, p. 175.

19 Sterckx à Van de Velde, évêque de Gand, 1 juin 1835 (ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV1).

20 Voir plus loin, p. 601.

21 E. WITTE, Electorale agenten aan de vooravond van de partijformaties. Aantekeningen bij brieven en nota’s van senator F. Béthune, dans Revue belge d’histoire contemporaine, t. I, 1969, 2, p. 221-225 ; E. WITTE, Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste Belgische steden, 1830-1848, t. I, Brussel, 1973, p. 166-174. Signalons également à ce propos le « Projet confidentiel », manuscrit de 25 pages, se trouvant dans le fonds Sterckx des Archives archiépiscopales (IV3) et dans lequel on traite amplement du rôle du clergé lors des élections. La pièce n’est pas datée, mais plusieurs indices prouvent qu’elle a dû être rédigée au début des années 1840.

22 Voir note 14.

23 Des données précises à ce propos concernent entre autres les élections à Gand (H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 245), celles de 1841 et de 1845 en Flandre orientale (R. VAN EENOO, Partijvorming en politieke strekkingen bij de cijnskiezers te Brugge (1830-1893), 3 vol., thèse de doctorat stencilée, R. U. G., 1967-1968, I ; E. WITTE, Electorale agenten..., p. 241) et celles de 1840 à Liège (A. CORDEWIENER, Organisations politiques et presse en régime censitaire. L’expérience liégeoise de 1830 à 1848. Première Partie : Formation et évolution des organisations politiques de 1830 à 1848, Liège, 1971-1972, thèse de doctorat stencilée, p. 227).

24 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 64-65 ; E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 234-240.

25 Cette méthode fut déjà suivie lors des élections pour le Congrès National (Rapport d’Antonucci adressé au Secrétaire d’Etat, Albani, cité dans A. SIMON, L’Eglise Catholique et les débuts..., p. 133-134) ; (A. SIMON, Les origines religieuses..., p. 17). Delebecque nous en donna aussi une preuve en 1839 (H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 244-245).

26 Sur la personnalité, le caractère et les opinions politiques des différents évêques belges de cette époque et les relations entre eux, voir par exemple : Vilain XIIII à Hübner, 25 mars 1836, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles, 1834-1838, Bruxelles-Rome, 1958, p. 111-112 (Analecta Vaticano-Belgica, II, C), A. SIMON, Catholicisme et politique. Documents inédits 1832-1909, Wetteren 1955, p. 61 ; A. SIMON, Le cardinal Sterckx et son temps, t. I, Wetteren, 1950 ; A. SIMON, Réunions des Evêques de Belgique 1830-1867. Procès-Verbaux, Louvain-Paris, 1960, p. 8 ; E. LAMBERTS, Kerk, en liberalisme..., p. 192, 204.

27 Bornons-nous ici à donner les ouvrages principaux traitant de cette vaste problématique : H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral... ; K. JÜRGENSEN, Lamennais und die Gestaltung des Belgiscben Staates. Der liberale Katbolizismus in der V erfassungsbewegung des 19. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1963 ; A. SIMON, Rencontres mennaisiennes en Belgique, Bruxelles, 1963 ; E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme...

28 Se référer pour ce problème aux introductions rédigées par Mgr A. SIMON dans ses différentes publications de documents relatifs à la nonciature et aux nonces. (Correspondance du non ce Fornari 1838-1843, Bruxelles-Rome, 1956 ; Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles 1834-1838, Bruxelles-Rome, 1958 ; Lettres de Pecci, 1843-1846, Bruxelles-Rome, 1959 ; Instructions aux nonces de Bruxelles, 1835-1889, Bruxelles-Rome, 1961) et à son ouvrage La politique religieuse de Léopold Ier (Bruxelles, 1953).

29 Nous avons donné une analyse succincte de l’influence et de l’action des différents groupes de laïques catholiques lors des élections communales dans notre Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste Belgische steden... (p. 156-165). Il va de soi que cette action fut la même, sinon plus prononcée, lorsqu’il s’agissait des élections parlementaires.

30 Voir A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier

31 . Voir les ouvrages cités à la note 28.

32 Instructions à Pecci, 1834, cité dans A. SIMON, Instructions aux nonces..., p. 79.

33 Instructions à San Marzano, ibidem, p. 84.

34 d’Oultremont à Lambruschini, 15 avril 1841, cité dans A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier..., p. 84.

35 R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat..., p. 26-27.

36 Rapport sur la conduite du clergé belge en 1830, cité dans A. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts de l’Indépendance..., p. 135 ; A. SIMON, Le Cardinal Sterckx..., t. I, p. 175.

37 Pour une première approche de ce problème théorique, on peut se référer entre autres à J. E. ELLEMERS, Macht en invloed : begripsvorming en kenmerken, in J. E. ELLEMERS, P. R. BAEHR, J. BERTING, P. NYHOFF, H. J. VAN ZUTPHEN, W. A. A. M. DE ROOS, Macht, machthebbers, machtelozen, Meppel, 1969, p. 9-29.

38 Ibidem, p. 24.

39 Fornari à Pecci, 19 févr. 1844, cité dans A. SIMON, Lettres de Pecci..., p. 150.

40 Sterckx au doyen d’Anvers, J. B. Beeckmans, 26 mai 1841, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV3.

41 H. HAAG, Les droits de la cité..., p. 53, 55, 107 ; ID., Les origines du catholicisme libéral..., p. 211-212.

42 H. HAAG, Les droits de la cité..., p. 108, La lettre de l’agent électoral gantois B. Dierick, du 9 juin 1835, adressée à quelqu’un de l’archevêché, est pleine de détails concernant cette campagne ambiguë qui, d’après la lettre du commissaire du district de Moerman à Harlebeke au baron du Bois (7 juin 1835), avait été rendue possible par les vicaires-généraux : « ... ils ont envoyé notre bon Evêque à la campagne et ils en font un mystère de peur que des doyens et des curés iraient lui demander des conseils concernant les différentes listes ». (ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV3). Voir aussi E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 195.

43 Vilain XIIII à Hübner, 25 mars 1836, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la nonciature..., p. 112.

44 E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 163.

45 Van Bommel à son beau-frère Peyrot, 1833 (ARCH. EVECHE LIEGE, Pap. Van Bommel, Lettres à Peyrot). « J’ai un excellent clergé, fort uni et plein de jeunesse et de rigueur », dit-il déjà en 1832 (A. CORDEWIENER, Organisations politiques, p. 66).

46 Voir le chapitre « De aftakeling van de katholieke democratie in Vlaanderen (1838-1841) », dans E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 227-266.

47 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 212.

48 Cette hypothèse très intéressante fut formulée par H. HAAG (ibidem).

49 Ce principe fut explicitement formulé par l’évêque de Gand en 1843 (E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme..., p. 290). Qu’il se pratiquait aussi à Bruxelles en 1835, ressort d’une lettre du curé-doyen P. De Coninck à Capaccini (A. SIMON, Aspects de l’Unionisme. Documents inédits 1830-1857, Wetteren, 1958). Pour d’autres exemples concrets, voir E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 155-156, 166-167. Signalons encore que le « Projet confidentiel », mentionné ci-dessus (note 21) attribue les mêmes compétences aux curés.

50 A. SIMON, Réunions des Evêques..., p. 47. Cette tendance centralisatrice se retrouve également dans le « projet confidentiel » (Voir supra).

51 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 155-156.

52 Lambruschini à Sterckx, 16 avril 1836, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, Correspondance avec les nonces ; Sterckx à Lambruschini, 12 mai 1836, Ibidem, Fonds Sterckx, II1. L’influence des parlementaires tournaisiens sur leur évêque, ressort clairement d’une lettre de Van Bommel à Sterckx (25 mars 1843), dans laquelle ce premier se moquait même de cette situation (ARCH. ARCHEVEQUE MALINES, Fonds Sterckx).

53 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 66-68, 247-248.

54 En 1835 de Theux demanda à Sterckx d’employer toute son influence auprès de son collègue de Gand pour que celui-ci soutînt la liste gouvernementale. L’archevêque y consentit et lui écrivit une lettre à ce propos. (E. LAMBERTS, Kerk en liberalisme... p. 173). Le 28 novembre 1841 Delebecque fit part à son voisin de Bruges, Boussen, au sujet de la candidature de l’abbé De Haerne : « Je crois que la présence de M. De Haerne à la Chambre serait utile au moment de la discussion de la loi sur l’enseignement primaire, cependant je dois avouer qu’il ne serait pas prudent d’appuyer sa candidature avant de s’être assuré de la coopération de M. le gouverneur (de Muelenaere). Ce serait s’exposer à échouer... » (cité dans A. SIMON, L’Hypothèse libérale..., p. 129-130). En 1832 le commissaire d’arrondissement De Nef fit agir le clergé de Turnhout en faveur de la candidature de Charles Rogier, bien que l’opposition de Van Bommel contre ce candidat libéral datait déjà de 1831 ! (E. DISCAILLES, Charles Rogier..., t. II, p. 176, 219).

55 Deux exemples : en avril 1837 du Bus et Dumortier vont chez Sterckx « pour lui représenter de quelle importance étaient les élections prochaines ». L’archevêque émit plutôt des réserves à ce propos (François du Bus à son frère Edmond, 24 avril 1837, ARCH. FAMILLE DU BUS, Correspondance de famille, X). En 1833 ces mêmes parlementaires, en compagnie des représentants Raikem, Brabant et Doignon, font des démarches auprès de l’évêque brugeois en faveur de leur collègue De Haerne. Ils n’obtiennent aucun résuftat positif (L’abbé De Haerne à son oncle L. Van der Ghote, 19 novembre 1833, ARCH. EVECHE BRUGES, Fonds De Haerne, C/603).

56 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 258.

57 Cf. supra, note 54. Voir aussi les lettres concernant la campagne électorale de F. Béthune en 1845 (E. WITTE, Electorale agenten..., p. 238-243).

58 E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., p. 154.

59 Ibidem, p. 152. Le « Projet confidentiel », ci-dessus cité, corrobore également cette hypothèse.

60 Vilain XIIII à Hübner, 25 mars 1836, cité dans A. SIMON, Documents relatifs à la nonciature..., p. 112.

61 Voir supra, note 46.

62 E. DISCAILLES, Charles Rogier..., II, p. 219. Il est vrai que Van Bommel s’opposait à cette candidature en 1831, mais il n’y a aucune preuve que ce fut également l’attitude de Sterckx.

63 A. CORDEWIENER, Organisations politiques..., p. 70-71.

64 Ibidem, p. 84.

65 A. SIMON, Correspondance de Fornari..., p. 138 ; A. SIMON, La nonciature Fornari. 1838-1843, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. XLIX, 1954, p. 497 ; A. SIMON, Lettres de Pecci..., p. 110.

66 Un exemple frappant en 1841 : Félix de Mérode était sérieusement menacé à Nivelles ; les catholiques reçurent de Nothomb la proposition d’engager les fonctionnaires du district de Nivelles à voter pour de Mérode, si de leur côté les catholiques du district de Dînant appuyaient un candidat libéral. (VAN DER STRATEN-PONTHOZ, Note sur les Associations catholiques en Belgique, 1839-1847, ARCH. GEN. ROYAUME, Fonds Frère-Orban, 196).

67 Sterckx à J. B. Beeckmans, doyen d’Anvers, 21 mai 1841 ; J. B. Beeckmans à Sterckx, 26 mai 1841 ; Sterckx écrivit le brouillon de sa réponse sur le dos de la lettre de Beeckmans (ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, IV.,). Qu’il ne s’agissait pas seulement d’aveux, faits en vue des élections, ressort d’une lettre de François du Bus à son frère Edmond du 15 mai 1838 : « J’ai appris que Henri De Brouckère fait le catholique à Anvers, va à la messe et saisit toutes les occasions de faire l’éloge du Cardinal-Archevêque, qu’il a été voir deux fois et pour lequel il dit avoir une véritable vénération. Henri De Brouckère était religieux avant d’entrer au Congrès et avait été élevé dans d’excellents principes. Dieu veuille que ce soit un retour sincère », (A. SIMON, Le Cardinal Sterckx..., t. I. p. 225).

68 Note de Noyer, attaché à la Légation de Rome, 1845, dans A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier..., p. 126-127 ; A. SIMON, Lettres de Pecci..., p. 113, 195.

69 Ibidem, p. 159 ; C. du BUS de WARNAFFE consacre tout un chapitre dans son livre Au temps de l’Unionisme à cette campagne électorale.

70 « Mardi dernier dans une réunion du comité, à laquelle assistaient MM. les doyens, on a adopté comme candidat M. d’Anethan. On a résolu de lui faire avoir une aussi forte majorité que possible, à condition qu’à la première occasion il fasse tout ce qui dépendra de lui pour faire rentrer M. Dubus à la Chambre » (De Ram à Sterckx, 16 février 1844, ARCH. ARCHEVECHE MALINES, Fonds Sterckx, V2).

71 Fornari à Lambruschini, 7 mai 1841, cité dans A. SIMON, Correspondance de Fornari..., p. 136.

72 K. JURGENSEN, Lamennais..., p. 163-164.

73 Ibidem ; A. SIMON, Le Cardinal Sterckx..., t. I, p. 134-137. Sterckx se trouvait sur la liste du journal Den Antwerpenaer (19 oct. 1830, p. 1 col. 2).

74 Voir la lettre pastorale de Delplancq de 1831 (K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven..., p. 20-21) et l’attitude semblable de Sterckx (A. SIMON, Le Cardinal Sterckx..., t. I, p. 175).

75 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral..., p. 245.

76 K. VAN ISACKER, Herderlijke brieven..., p. 20, 21, 23, 26 ; L. de LICHTERVELDE, Léopold Ier..., p. 80.

77 E. WITTE, Electorale agenten..., p. 220-221.

78 « Ne craignons pas d’être appelés intrigants ; vaines menaces, vaines clameurs par lesquelles nos ennemis, plus intrigants que des démons, cherchent à nous maintenir dans l’inaction » (Van Bommel à Sterckx, 1831, cité dans A. SIMON, Le Cardinal Sterckx, t. I... p. 175). Voir A. CORDEWIENER, Organisation politiques..., p. 62-66.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Terms of use: http://www.openedition.org/6540