Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Une étape dans la Question romaine : la visite des souverains belges dans la ville éternelle en 1922

Jacques Willequet

Texte intégral

1Il est à peine besoin de rappeler comment était née, en 1870, la « Question romaine ». Le Roi, unificateur de l’Italie, avait fixé sa capitale à Rome et promulgué une « Loi des Garanties » aussitôt repoussée avec indignation par le Saint-Siège. Le Pape s’était enfermé au Vatican, avait interdit aux catholiques tous rapports officiels avec l’Etat (le fameux « non expedit »). Souverain dépossédé mais toujours légitime, il avait annoncé qu’il considérerait comme blessante à son égard toute visite officielle faite au Quirinal par un chef d’Etat catholique étranger. Bien entendu, le visiteur eût été chaleureusement accueilli, s’il s’était incliné devant les prescriptions protocolaires symbolisant la souveraineté temporelle du Pontife — mais dans ce cas, ce sont les portes du Quirinal qui se seraient fermées devant lui : le Roi pouvait difficilement admettre — sauf circonstances très exceptionnelles, comme la visite du roi Albert au front italien en 1918 — qu’on vînt le saluer ailleurs que dans sa capitale, et qu’on allât par la même occasion s’incliner devant le Pape-Souverain. De souverains, il ne pouvait y en avoir deux sur les bords du Tibre. La situation était sans issue.

  • 1 E. DEVOGHEL, La Question romaine sous Pie XI et Mussolini, Paris, 1929, p. 14.

2Sans doute les progrès du « péril révolutionnaire » (retenons ce facteur, il se retrouvera plus loin) avaient-ils poussé Pie X, en 1903, à atténuer la rigueur du non expedit : un rapprochement discret avait été autorisé entre catholiques et leaders des « partis d’ordre », le Pape avait toléré qu’il y eût désormais en Italie, « des catholiques députés, mais pas de députés catholiques »1.

  • 2 A. E. B. Série générale Saint-Siège, vol. 24, Erp à Favereau, 15 juillet 1904.
  • 3 « Déjà, le monde romain semble habitué à la coexistence de deux ordres de choses où se meuvent deux (...)
  • 4 A. E. B. Série générale Saint-Siège, ibid., Erp à Favereau, 7 mai 1904.
  • 5 A. E. B. ibid., sous le numéro 13 bis.
  • 6 A. E. B. Série générale Italie, ibid., Verhaeghe à Favereau, 21 mai 1904.

3Quant aux visites protocolaires toutefois, la doctrine resta inchangée. Le très pieux empereur François-Joseph dut renoncer à se rendre auprès de son allié italien. Lorsque le président Loubet vint dans la Ville Eternelle en avril 1904, Giolitti et Delcassé eurent beau s’entendre pour éviter, dans les toasts notamment, toute allusion à Rome capitale ou à la glorieuse armée italienne2. Rien n’y fit. Observateur attentif, le Ministre de Belgique au Quirinal avait pris ses désirs pour des réalités, en rapportant que, sans doute, la chose se passerait sans dommages3. Dès que le Président de la République eut le dos tourné, le Pape déclara que l’incident devait être considéré comme « une offense grave à sa dignité et à ses droits »4, une circulaire de protestation fut adressée à tous les pays catholiques5, l’Osservatore Romano demanda comment la France aurait pris une visite à Guillaume II en Alsace-Lorraine6 et l’affaire joua son rôle dans la dégradation des rapports qui, bientôt, allait entraîner la rupture entre la France et le Vatican.

  • 7 A. E. B. Dossier 11.384, Voyage des Souverains belges à Rome en 1922, coupure de la Gazette de Laus (...)
  • 8 A. E. B. Corr. pol. Saint-Siège, vol. 18, de Pitteurs à Chimay, 3 août 1888.
  • 9 P. NEURISSE, Le Pape, chef de l’Eglise catholique et chef d’Etat, Bordeaux, 1940, p. 66.

4La règle, il est vrai, pouvait s’assouplir lorsqu’il s’agissait d’un souverain protestant, auquel on ne pouvait évidemment pas reprocher un manque de piété filiale à l’égard du Saint-Père. Un protocole rigoureux avait été prévu en pareil cas. C’est ainsi qu’à l’occasion de son séjour officiel au Quirinal en octobre 1888, le Kaiser émit le souhait, aussitôt exaucé, d’aller saluer Léon XIII. Les équipages royaux étaient à la disposition de l’Empereur pour le véhiculer dans Rome — sauf bien entendu s’il s’agissait de le conduire au Vatican. Il y avait bien les carrosses pontificaux mais, comme leur propriétaire, ils étaient enfermés depuis 1870. Une solution coûteuse fut trouvée : pour la visite d’une demi-heure qu’il fit au Pape, Guillaume II quitta la Légation de Prusse (territoire allemand !), et il fit l’aller et retour dans sa victoria envoyée tout exprès de Berlin, « attelée à la Daumont et précédée de deux piqueurs à la livrée de l’Empire »7. La fiction de ce qu’on appellerait plus tard en droit international le « voyage continu » avait été respectée : c’est comme si l’Empereur était venu tout droit de Berlin, dans sa propre voiture ! Considérant la religion de l’auguste visiteur, la Curie s’était résignée, avait feint de ne pas savoir qu’il était en même temps l’hôte du roi d’Italie. Tout ce qu’on demandait — crainte vaine — c’est que le précédent ne suscite tôt ou tard un problème du côté de François-Joseph8. Parce qu’en ce qui concerne les déplacements éventuels de têtes couronnées d’obédience catholique, on en restait à la doctrine qui, en 1895, avait entraîné une rupture des relations diplomatiques entre le Portugal et le Vatican : à cette époque, en effet, le roi Carlos avait émis la prétention de rencontrer à Rome son oncle le roi Humbert9.

  • 10 ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cabinet du Roi Albert, IV B 35. Ursel à P. Hymans, 15 août 1919. Ne manquo (...)

5On en était toujours là en 1919, lorsque courut le bruit d’une visite du roi Albert à Rome. Le Ministre de Belgique au Vatican, Léo d’Ursel, qui en ignorait tout, lut un beau matin dans le Popolo Romano que cette information était prématurée. Aussitôt, il prit le premier prétexte venu pour aller en parler incidemment à Gaspard. — « Si le roi des Belges venait à Rome, répondit le Secrétaire d’Etat, le Pape ne pourrait pas le recevoir. Il est préférable que toute équivoque soit, dès à présent, dissipée à cet égard. La règle établie reste entière ». — « Mais, objecta le Belge, le Président brésilien ne vient-il pas d’être reçu, alors qu’il était allé voir en même temps Victor-Emmanuel ? » Gasparri poussa un gros soupir. Erreur regrettable, rétorqua-t-il : la Curie s’était fondée sur un précédent qui remontait à une vingtaine d’années, à l’époque où une audience avait été accordée à M. Campos Salles. Mais ce qu’on avait oublié, c’est que jadis, le Pape avait uniquement accueilli le Brésilien parce qu’à cette date, le roi Humbert était en voyage à Turin...10.

  • 11 E. DEVOGHEL, op. cit., p. 25.
  • 12 A. E. B. Dossier 11.384, Van den Steen à Jaspar, 12 janvier 1921 : « [M. Nitti] s’était mis au mieu (...)
  • 13 « M. Nitti est presque persona grata au Vatican » (A. E. B. Doss. 11.384, Ursel au Ministre, 15 avr (...)
  • 14 A. E. B., ibid.

6Tout changea, et très rapidement, au cours de ces douze mois qui séparent juin 1919 de juin 1920 : c’est-à-dire la période du Gouvernement Nitti. Premier des points : en prévision des élections législatives de novembre 1919, le non expedit, déjà laissé à l’appréciation des ordinaires depuis 1903, fut complètement aboli par Benoît XV. Dom Sturzo fut autorisé à constituer son Parti populaire à prédominance sociale-chrétienne. Il ne s’agissait pas d’un parti confessionnel qui eût engagé l’Eglise11 (laquelle d’ailleurs n’allait pas tarder à prendre ses distances à l’égard d’une formation trop encline à pencher vers la gauche). Les conséquences, toutefois, allaient bientôt se révéler inéluctables : Nitti, qui avait besoin de votes favorables à la Chambre, serait obligé de faire des concessions12. Ses sentiments intimes l’y engageaient de même que ses bonnes relations personnelles avec le cardinal Gasparri13. Autre fait nouveau, d’une importance capitale, et dont le poids joua dans les deux sens : la reprise des relations diplomatiques entre Paris et le Vatican avec la perspective (longtemps espérée encore que finalement ruinée par la maladie de Deschanel) d’une visite du président de la République française dans la Ville Eternelle14. Au moment où le porte-drapeau de l’anticléricalisme nouait de bons rapports avec le Vatican, l’Italie allait-elle rester seule à ignorer l’existence du Pape ? Et enfin et surtout, cette angoisse qui, partout dans la péninsule, commençait à étreindre les « hommes d’ordre » devant les grèves, les émeutes, les troubles croissants, la « menace révolutionnaire »... N’était-il pas temps de mettre une sourdine à certains jeux passionnants mais dépassés ?

  • 15 Selon les termes de Mgr Gasparri dans une lettre au nonce Nicotra, 18 février 1921, classée aux ARC (...)
  • 16 A. E. B. Doss. 11.384, Ursel à Ministre, 15 avril 1920.
  • 17 A. E. B. ibid., Télégr. d’Ursel, 14 avril 1920.
  • 18 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 15 avril 1920.

7Dès avril 1920, les deux diplomates belges accrédités à Rome — Léo d’Ursel au Vatican et W. van den Steen de Jehay au Quirinal — apprirent que des négociations discrètes avaient été entamées, « par l’intermédiaire d’agents officieux »15 en vue d’assouplir les règles qui présidaient aux visites de chefs d’Etats étrangers. Nitti le laissa entendre à van den Steen16, qui en fit part à Ursel17, et celui-ci s’empressa d’aller sonder « une haute personnalité du Vatican. Celle-ci m’a répondu qu’en effet des pourparlers étaient engagés et que tout portait à croire qu’ils aboutiraient. Comme j’exprimais mon étonnement d’une volte-face aussi complète après les déclarations du Saint-Siège lors de la visite à Rome du Président élu du Brésil et en présence des commentaires auxquels avait donné lieu sa réception par le Pape, mon interlocuteur m’a dit que bien des choses avaient changé depuis cette époque. Maintenir cette interdiction vis-à-vis des chefs d’Etats catholiques c’était, en empêchant un contact direct avec Rome, les priver d’avantages dont jouissaient les Souverains non catholiques. — Comme je faisais remarquer avec toute la discrétion voulue qu’on aurait pu s’aviser plus tôt de ces inconvénients, mon interlocuteur m’a répété que les récents événements motivaient ce changement d’orientation. Et de fait, c’est tout récemment que les pourparlers ont dû être entamés. Il est probable que l’initiative en a été prise par le Gouvernement italien... »18.

  • 19 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 1er juin 1920.

8Nous sommes incomplètement informés sur ces tractations qui devaient aboutir, grosso modo, à une extension aux chefs d’Etats catholiques du protocole adopté de longue date à l’intention des non-catholiques. Il y eut semble-il des « accrochages » et c’est encore Léo d’Ursel qui nous en informe : « Les pourparlers engagés entre M. Nitti et le Saint-Siège avaient subi un temps d’arrêt, faute d’une formule à trouver qui satisfît les deux parties. Le Pape demandait que la première visite fût pour lui, mais au Quirinal, on s’y est absolument refusé. Partout ailleurs qu’à Rome, les négociations eussent été rompues par une divergence aussi fondamentale. Mais l’Italie n’est pas pour rien le pays des « combinazioni », et voici celle sur laquelle on est tombé d’accord. Le roi d’Italie ira chercher à la gare son hôte qui devra arriver à une heure assez matinale et le ramènera au palais du Quirinal pour y saluer la Reine. Aussitôt ce devoir de politesse accompli, le Souverain étranger se rendra au siège de l’Ambassade ou de la Légation, d’où il partira pour le Vatican. Après la visite au Pape, il reviendra à l’Ambassade pour y recevoir la visite du Cardinal-Secrétaire d’Etat et donner audience à la colonie de son pays, après quoi il deviendra, définitivement cette fois, l’hôte du Roi. — Ce programme ne diffère de celui suivi pour les visites de Souverains non-catholiques qu’en ce que le chef d’Etat étranger, bien que reçu à la gare par le Roi, ne deviendra officiellement son hôte qu’après la visite au Pape... »19.

  • 20 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 3 février 1921.
  • 21 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 3 février 1921.

9Quant à la raison profonde qui entraîna cette libéralisation, elle est sans mystère. « Indépendamment de la question du rapprochement... rapporte van den Steen, « [le Pape] estime qu’il serait contraire aux intérêts de l’Eglise et à l’esprit d’ordre social de mettre des obstacles dans les relations entre le roi d’Italie et les chefs d’Etats étrangers »20. Que Benoît XV ne s’y soit pas résolu de gaieté de cœur, il le laissa transparaître le même jour dans une audience qu’il accorda au comte d’Ursel. Ces règles nouvelles ne lui paraissaient guère satisfaisantes mais, bien entendu, il n’était pas question de revenir sur ce qui avait été dit. L’évolution était « due aux circonstances », déclara le Saint-Père ; elle s’expliquait par le désir de « renforcer les éléments d’ordre en face des difficultés dans lesquelles se débattait le monde »21.

10Le résultat des pourparlers Nitti-Gasparri fut publié dans l’Osservatore Romano le 23 mai 1920. L’encyclique « Pacem Dei » commençait par glorifier la paix, la conciliation et les principes du Christianisme. Puis, elle amorçait la courbe en des termes vagues et prudents : « Et puisque les visites que les chefs d’Etats et de Gouvernements ont coutume de se faire pour discuter des affaires importantes contribuent, dans une large mesure, à maintenir et à accroître cette concorde parmi les peuples civilisés, Nous, considérant les changements survenus et la tournure dangereuse des événements et, dans le but de concourir à ce rapprochement des peuples, serions disposés à atténuer, dans une certaine mesure, la rigueur des conditions justement établies par Nos prédécesseurs lors du renversement du pouvoir civil du Saint-Siège dans le but d’empêcher la visite officielle de Souverains catholiques à Rome ».

11Enfin, surtout, — et c’est d’ailleurs la partie la plus longue de ce document — le texte soulignait avec force que cette évolution « imposée par les circonstances » n’impliquait en aucune façon que le Pape envisageât de renoncer à ses « droits sacrés ». Bien au contraire, il renouvelait en termes solennels sa protestation contre la « situation anormale » qui lui était faite.

  • 22 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 1er juin 1920. En annexe, la coupure de l’Osservatore Romano.

12Comme il fallait s’y attendre, la presse commenta longuement cette encyclique. Les libéraux ironisèrent : en facilitant les visites de Souverains étrangers, le Saint-Père cessait de s’en priver lui-même. Les milieux parlementaires y virent une étape dans la voie de la réconciliation. Quant à Léo d’Ursel, il n’osa pas aller aussi loin : le Pape, écrivit-il, ne faisait que modifier certaines règles qui désormais apportaient plus d’inconvénients que d’avantages. Selon l’avis du diplomate belge, la question romaine était encore bien éloignée de sa solution22.

  • 23 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 11 décembre 1920.
  • 24 A. E. B. ibid., Note de la Politique à Jaspar, 29 décembre 1920.
  • 25 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 7 janvier 1921.

13Quoi qu’il en soit, les portes du Vatican s’entr’ouvraient moyennant certaines conditions, sans que celles du Quirinal se refermassent pour autant. Les Belges allaient-ils être les premiers à en profiter ? Van den Steen y poussait, cela va sans dire. Si Albert et Elisabeth commençaient par se rendre à Madrid, estimait-il, cette priorité accordée à un Etat neutre produirait « une fâcheuse impression dans l’Etat ex-allié »23. Par ailleurs, n’était-il pas question qu’Alphonse XIII lui-même allât faire visite à Rome, et n’y aurait-il pas éventuellement avantage à le laisser, en quelque sorte, essuyer les plâtres ?24. Non, décidément, toutes informations prises, le roi d’Espagne ne « mettrait pas les pieds » en Italie, tant que de justes réparations ne seraient pas accordées « à son fidèle sujet et » ami, le duc de Bicona », dont les propriétés siciliennes venaient d’être dévastées par des émeutiers25.

  • 26 A. E. B. ibid., Télégramme de Victor-Emmanuel au Roi Albert, en date du 25 janvier 1921.
  • 27 A. E. B. ibid., Arschot à Jaspar, 15 février 1921.
  • 28 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 16 février 1921.

14Un autre diplomate œuvrait depuis des mois à la réalisation de ce voyage : le prince Ruspoli, représentant italien à Bruxelles. Rien d’étonnant donc, à ce que le Ministre des Affaires étrangères Sforza ait remis à son homologue Jaspar, le 25 janvier 1921, l’invitation officielle de son Souverain26. Il ne fallait pas s’attendre, bien entendu, à ce que le Pape prît une initiative semblable, qui eût été interprétée comme une conséquence de la première. C’est le roi Albert qui, le 15 février, fit part de ses intentions au nonce, lequel en parut très satisfait27, tandis que Benoît XV, des plus sensible à la démarche, se déclarait prêt à accueillir nos Souverains après la semaine de Pâques28.

  • 29 A. E. B. ibid., Jaspar à Ursel, 15 janvier 1971, et Ursel à Jaspar, 24 janvier 1921.
  • 30 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 7 février 1921. — La lettre de Mgr Gaspard se trouve dans les Archi (...)

15Toutefois, le protocole décrit naguère par nos diplomates était-il définitivement arrêté ? Ne risquait-on pas de surprise désagréable ? On posa la question à Léo d’Ursel, qui fit une réponse nette et rassurante29. Restaient bien des détails à régler. La visite à la reine Hélène, dès l’arrivée à Rome, était chose arrangée ; ne pourrait-on pas y joindre une politesse semblable, à l’intention de la reine-mère ? Que fallait-il entendre par « colonie belge », c’est-à-dire nos compatriotes de Rome qui seraient reçus le premier jour à la réception donnée dans les locaux de la Légation belge près le Vatican ? Par ailleurs, le Saint-Siège s’inquiétait fort des toasts et allocutions diverses, qui seraient échangées au Quirinal, et le secrétaire d’Etat Gasparri ne manqua pas de le faire savoir au nonce Nicotra, dans une lettre qui fut communiquée au Palais de Bruxelles. Les discours éviteraient toute allusion à Rome-capitale, rien ne pourrait donner à la visite le sens d’une réconciliation entre le Quirinal et le Vatican, et aucune manifestation de joie intempestive ne viendrait souligner trop lourdement cette présence d’un roi catholique à la Cour d’Italie. Il appartiendrait à ce Souverain ou à son Gouvernement, de faire entendre « au roi d’Italie ou au Gouvernement italien la convenance d’omettre dans les discours adressés au Souverain en visite toute phrase ou expression qui pourrait le mettre dans une situation embarrassante ou pénible »30.

16Qu’était-ce à dire ? C’était aux Belges qu’il appartiendrait de faire ces démarches ? « Le Vatican, rapporte d’Ursel, compte donc sur nous pour faire cette commission assez délicate. J’ai représenté au cardinal qu’il vaudrait mieux que le Saint-Siège s’en chargeât par l’intermédiaire des agents officieux dont il dispose. — Cela me paraît difficile, a répondu Son Eminence, mais j’y réfléchirai.

17Avant-hier, le cardinal m’a fait appeler pour me dire que, tout bien examiné, il serait préférable que l’initiative d’une conversation sur ce sujet vienne de notre côté. — J’en parlerai à mon collègue, ai-je répliqué, mais je ne sais s’il jugera pouvoir faire ce que désire le Vatican.

18Avec son amabilité et son tact habituels, M. le comte van den Steen, auquel j’ai exposé le cas, a profité d’une occasion pour pressentir le comte Sforza. Dès les premiers mots, celui-ci a répondu qu’il n’y avait rien à redouter et que tout marcherait à merveille. »

  • 31 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 8 février 1921.

19Et le diplomate belge de conclure, pour sa part, que le Quirinal était trop soucieux de ses bonnes relations avec le Saint-Siège pour ne pas avoir grand soin d’éviter toute allusion blessante. Tout au plus le syndic de Rome risquait-il de faire des siennes : ce M. Rava, en effet, était franc-maçon. Dans ce cas, il suffirait que le Roi ne relève pas ses propos31.

  • 32 A. E. B. ibid., Guillaume à Arschot, 27 janvier 1921 et ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cab. du Roi, Ursel (...)
  • 33 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 16 février 1921.

20Dans l’intervalle, on avait trouvé une solution aux deux autres points délicats. La réception donnée par Léo d’Ursel concernerait, stricto sensu, non pas la « colonie belge », mais les ecclésiastiques belges faisant partie de la Cour pontificale32. Et pas question de voir la reine-mère avant d’aller au Vatican : son cas ne faisait pas partie du minutieux protocole Gasparri-Nitti33.

  • 34 A. E. B. ibid., télégramme du Roi Albert en date du 15 mars 1921.
  • 35 ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cabinet du Roi, Arschot à Jaspar, 19 mars 1921.
  • 36 A. E. B. ibid., Arschot à Jaspar, 4 mars 1921.

21Tout était donc prévu pour fin mars 1921, à la satisfaction générale, lorsque le roi Albert se trouva obligé de remettre ses projets : la politique étrangère et les événements intérieurs exigeaient sa présence à Bruxelles. Par télégramme, il exprima ses regrets au monarque italien34. En ce qui concerne le Pape toutefois, il préféra la procédure plus discrète d’un entretien avec le nonce. « Il a semblé à Sa Majesté, rapporte le comte d’Arschot, qu’une démarche de cette nature était préférable à l’envoi d’un télégramme au Pape, télégramme qui aurait pu être publié dans les journaux italiens en même temps que celui du roi d’Italie, et la juxtaposition de ces deux télégrammes aurait pu être d’un effet peu heureux »35. Avec un même souci de prudence, on évita tout communiqué à la presse : les journaux auraient risqué de publier des commentaires tendancieux, les catholiques soupçonnant le Roi de ne pas avoir accepté les conditions du Pape, et les libéraux imputant l’échec à l’intransigeance du Saint-Siège36.

  • 37 A. E. B. ibid., Jaspar à van den Steen, 26 octobre 1921.
  • 38 E. BEYENS, Quatre ans à Rome (1921-1926), Paris, 1934, p. 30-36.

22Dans le courant de l’été, la situation intérieure belge (les élections de novembre) fit remettre encore une fois le voyage à janvier 192237. Léo d’Ursel, qui s’était donné tant de mal pour préparer la rencontre, fut la principale victime de ces retards : en août 1921, sa Légation fut élevée au rang d’Ambassade et confiée au personnage considérable qu’était le baron Beyens, ancien secrétaire du Roi, ancien Ministre à Berlin et, de 1915 à 1917, Ministre des Affaires étrangères de Belgique, lequel se prépara fiévreusement à accueillir son Souverain le 31 janvier 192238.

  • 39 A. E. B. ibid., télégramme de Jaspar à Beyens, 19 janvier 1922.
  • 40 Détails dans ARCHIVES DE LA DYNASTIE, dossier R E 67.

23Hélas ! un nouveau contretemps survint : la mort de Benoît XV le 22 janvier. Le Quirinal se montra plein de compréhension39, et c’est enfin le mardi 28 mars 1922 que le Roi et la Reine des Belges arrivèrent, à 13 heures, à la gare de Termini. Tout se déroula comme prévu : accueil par Victor-Emmanuel, visite-éclair à la reine Hélène, passage symbolique chez Beyens, audience de Pie XI, contre-visite du secrétaire d’Etat et réception à l’Ambassade de Belgique près le Vatican — après quoi le séjour officiel en Italie commença, à 18 h 30, par la fameuse visite à la reine-mère, suivie d’un dîner de gala au Quirinal à 20 h 3040. Cette fois, les Souverains belges, pour se rendre au Vatican comme pour en revenir, avaient été pris en charge par les voitures du Saint-Siège pilotées par des chauffeurs en livrée bleu et or, battant pavillon pontifical avec la tiare et les clefs : ce drapeau, les Romains ne l’avaient plus contemplé depuis 1870. Le voyage officiel, pleinement réussi, devait se terminer quatre jours plus tard, le 21 mars.

  • 41 A. E. B. ibid., Beyens à Jaspar, 3 avril 1922.
  • 42 Y. DE LA BRIERE, L’organisation internationale du monde contemporain et la Papauté souveraine, Pari (...)

24L’enthousiasme de la presse fut énorme, au point que l’Osservatore Romano dut tempérer le triomphalisme des uns et l’allégresse prématurée des autres : la question romaine, rappela-t-il, restait intégralement posée41. Le Quirinal avait fait preuve d’une réelle compréhension, mais le Saint-Siège marquait un point capital. « Multa renascentur quae iam cecidere ! devait s’exclamer le R. P. de la Brière. Que de chemin parcouru depuis la brèche de la Porta Pia ! »42.

  • 43 A. E. B. ibid., Beyens à Jaspar, 8 avril 1922.

25C’était aussi l’opinion du baron Beyens. « Au Vatican, écrivit-il, on n’est pas moins enchanté de notre Roi et de notre Reine. On serait bien ingrat, si on ne se montrait pas reconnaissant de leur visite, car le Saint-Siège en a été le véritable bénéficiaire. Il a posé ses conditions et elles ont été acceptées ; il a fait voir au monde entier que l’autorité spirituelle du Chef de l’Eglise est supérieure, même aux yeux des Romains, à l’autorité temporelle du roi d’Italie ! De leur côté, nos Souverains ont rendu à la Papauté un réel service, en consentant à être les premiers Souverains catholiques qui fissent le voyage de Rome dans les conditions prescrites par elle au risque de complications toujours possibles de la part de deux Pouvoirs également ombrageux. Ils ont frayé la voie à d’autres visiteurs royaux qui n’auront plus qu’à suivre leur exemple. Je pense que le Saint-Siège ne l’oubliera pas, et que son affection pour notre Famille Royale et pour notre pays s’en trouvera accrue... »43.

26La preuve était faite une fois de plus : on ne résout les questions graves qu’à partir du moment où elles le sont devenues moins, et où elles ont fait place à des préoccupations encore plus importantes. La peur du bolchevisme aidant, la visite des Souverains belges à Rome fit date. Sept ans plus tard, la paix serait signée au palais de Latran...

Notes

1 E. DEVOGHEL, La Question romaine sous Pie XI et Mussolini, Paris, 1929, p. 14.

2 A. E. B. Série générale Saint-Siège, vol. 24, Erp à Favereau, 15 juillet 1904.

3 « Déjà, le monde romain semble habitué à la coexistence de deux ordres de choses où se meuvent deux actions diverses dont rien ne gêne l’indépendance réciproque... Le Vatican est demeuré dans un silence profond... » (A. E. B. Série Générale Italie, vol. 17, Verhaeghe de Naeyer à Favereau, 28 avril 1904).

4 A. E. B. Série générale Saint-Siège, ibid., Erp à Favereau, 7 mai 1904.

5 A. E. B. ibid., sous le numéro 13 bis.

6 A. E. B. Série générale Italie, ibid., Verhaeghe à Favereau, 21 mai 1904.

7 A. E. B. Dossier 11.384, Voyage des Souverains belges à Rome en 1922, coupure de la Gazette de Lausanne du 5 avril 1922, confirmée par Série générale Saint-Siège, vol. 18, Lichtervelde à Chimay, 13 octobre 1888.

8 A. E. B. Corr. pol. Saint-Siège, vol. 18, de Pitteurs à Chimay, 3 août 1888.

9 P. NEURISSE, Le Pape, chef de l’Eglise catholique et chef d’Etat, Bordeaux, 1940, p. 66.

10 ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cabinet du Roi Albert, IV B 35. Ursel à P. Hymans, 15 août 1919. Ne manquons pas de remercier M. Van de Woude, qui nous a ouvert les dossiers du Palais avec son obligeance habituelle.

11 E. DEVOGHEL, op. cit., p. 25.

12 A. E. B. Dossier 11.384, Van den Steen à Jaspar, 12 janvier 1921 : « [M. Nitti] s’était mis au mieux — du moins il me l’assurait — avec le cardinal Gasparri et prétendait amener un grand rapprochement entre le Quirinal et le Vatican. C’était à l’époque où ses concessions aux socialistes n’avaient pas provoqué la scission... Il lui fallait un nouveau appoint... Il ne semble pas douteux que M. Nitti, périclitant, employait tous les moyens pour conserver une majorité à la Chambre. Les cent voix des « Populaires » le sauvaient ».

13 « M. Nitti est presque persona grata au Vatican » (A. E. B. Doss. 11.384, Ursel au Ministre, 15 avril 1920).

14 A. E. B., ibid.

15 Selon les termes de Mgr Gasparri dans une lettre au nonce Nicotra, 18 février 1921, classée aux ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cabinet du Roi.

16 A. E. B. Doss. 11.384, Ursel à Ministre, 15 avril 1920.

17 A. E. B. ibid., Télégr. d’Ursel, 14 avril 1920.

18 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 15 avril 1920.

19 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 1er juin 1920.

20 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 3 février 1921.

21 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 3 février 1921.

22 A. E. B. ibid., Ursel à Ministre, 1er juin 1920. En annexe, la coupure de l’Osservatore Romano.

23 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 11 décembre 1920.

24 A. E. B. ibid., Note de la Politique à Jaspar, 29 décembre 1920.

25 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 7 janvier 1921.

26 A. E. B. ibid., Télégramme de Victor-Emmanuel au Roi Albert, en date du 25 janvier 1921.

27 A. E. B. ibid., Arschot à Jaspar, 15 février 1921.

28 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 16 février 1921.

29 A. E. B. ibid., Jaspar à Ursel, 15 janvier 1971, et Ursel à Jaspar, 24 janvier 1921.

30 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 7 février 1921. — La lettre de Mgr Gaspard se trouve dans les Archives de la Dynastie (voir plus haut).

31 A. E. B. ibid., Ursel à Jaspar, 8 février 1921.

32 A. E. B. ibid., Guillaume à Arschot, 27 janvier 1921 et ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cab. du Roi, Ursel à Jaspar, 16 février 1921.

33 A. E. B. ibid., van den Steen à Jaspar, 16 février 1921.

34 A. E. B. ibid., télégramme du Roi Albert en date du 15 mars 1921.

35 ARCHIVES DE LA DYNASTIE, Cabinet du Roi, Arschot à Jaspar, 19 mars 1921.

36 A. E. B. ibid., Arschot à Jaspar, 4 mars 1921.

37 A. E. B. ibid., Jaspar à van den Steen, 26 octobre 1921.

38 E. BEYENS, Quatre ans à Rome (1921-1926), Paris, 1934, p. 30-36.

39 A. E. B. ibid., télégramme de Jaspar à Beyens, 19 janvier 1922.

40 Détails dans ARCHIVES DE LA DYNASTIE, dossier R E 67.

41 A. E. B. ibid., Beyens à Jaspar, 3 avril 1922.

42 Y. DE LA BRIERE, L’organisation internationale du monde contemporain et la Papauté souveraine, Paris, 1924, p. 228.

43 A. E. B. ibid., Beyens à Jaspar, 8 avril 1922.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540