Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Zoé Gatti de Gamond, l’enseignement et la religion

Robert Van Nuffel

Texte intégral

  • 1 BAUDART (Blanche J.), Isabelle Gatti de Gamond et l’origine de l’enseignement secondaire des jeunes (...)
  • 2 Cf. notamment l’article nécrologique paru dans Le Peuple du 12 octobre 1905 : Un deuil socialiste.

1La renommée d’Isabelle Gatti de Gamond a quelque peu fait oublier celle dont sa mère put s’enorgueillir alors qu’elle était bien jeune encore. Et pourtant, Madame Baudart l’a bien montré1, c’est à Zoé que la célèbre pédagogue socialiste2 est redevable de son inspiration ; c’est sur les modèles qui lui avaient été légués qu’elle allait concevoir et organiser l’enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique. Nous disions bien sur les modèles : nous n’affirmerons pas que ce fût dans le même esprit. Isabelle, engagée politiquement, avait opté résolument pour les doctrines rationalistes s’éloignant ainsi des idéaux qui avaient animé sa mère.

  • 3 La plupart des biographies se trompent dans la chronologie de Zoé de Gamond : ils la font naître le (...)
  • 4 Cf. L’Université de Bruxelles pendant vingt-cinq ans (1834-1860). Statuts, Discours, Rapports, Tabl (...)
  • 5 WAUTERS (Alphonse), Notice sur Zoé Gatti de Gamond dans Biographie Nationale, t. VII, 1883, col. 47 (...)
  • 6 Bruxelles, Berthot, 1834.
  • 7 Cf. sous le pseudonyme Marie de G.... Vie d’Alfrieri écrite par lui-même, dans Recueil Encyclopédiq (...)

2Zoé de Gamond naquit à Bruxelles le 11 février 18063 : elle était fille d’un avocat-avoué du barreau de Bruxelles, qui devint, par la suite, conseiller à la Cour d’appel de Bruxelles et fut chargé, pendant une très brève période, avec le titre de professeur extraordinaire, du cours de « Code de procédure civile et ordre des juridictions » à l’Université de Bruxelles. Une mort prématurée (17 avril 1835) vint mettre fin à son enseignement qui couronnait une brillante carrière : Pierre-Joseph de Gamond avait, en effet, exercé les fonctions de gouverneur de la province d’Anvers4. Il n’est pas étonnant que dans son milieu familial, la jeune Zoé ait développé fort tôt une intelligence très vive, qui, au dire d’Alphonse Wauters5, prit un rapide essor, stimulé par la conjoncture historique qui marqua la destinée de la Belgique. « La tourmente politique de 1830 ne se borna pas, écrit ce biographe, à renverser des trônes, à chasser ou à dépouiller des dynasties, elle provoqua dans les idées un mouvement qui atteignit, en quelques années, le maximum d’intensité et poussa une foule d’esprits distingués dans des voies toutes nouvelles... Les questions les plus ardues, les plus difficiles agitèrent et passionnèrent les esprits ; les doctrines d’Owen, de Saint-Simon, de Fourier se propagèrent avec rapidité et comptèrent, pendant quelques années, un très grand nombre de partisans. Mlle de Gamond, dont le caractère était ardent et accessible à l’enthousiasme, ne put échapper à ce tourbillon qui faillit emporter la société européenne. » Des saint-simoniens, Zoé de Gamond adopta sans réticence, le principe de l’égalité absolue de l’homme et de la femme. Tandis qu’elle consacrait une partie de son temps aux études littéraires, elle entra en lice pour l’émancipation féminine. Dès le mois de décembre 1832, elle confiait à la « Revue Encyclopédique » de Paris la première de ses quatre Lettres sur la condition de la femme : ces articles seraient réunis en volume sous le titre De la condition sociale des femmes au dix-neuvième siècle6. A la même époque, elle consacrait une série d’essais à Vittorio Alfieri7. Mais qu’elle s’occupe de littérature ou de l’émancipation de la femme, Zoé de Gamond se plaît à mettre en évidence l’importance et le rôle de l’éducation.

  • 8 Recueil Encyclopédique Belge, t. I, p. 33.

3Paraphrasant et commentant pour les lecteurs du « Recueil encyclopédique belge » la Vita d’Alfieri, scritta da esso, la critique se laisse certes aller à des amplifications des émotions du poète astésan. Mais elle nous présente aussi le résultat de ses méditations personnelles : elle considère, notamment, l’ouvrage qu’elle recense sous l’aspect très particulier de la satire de l’éducation : « l’instruction morale, lit-on, qui développe les croyances, fortifie les bonnes inclinations, forme les hommes à la vie publique et à la vie privée, détermine les vocations et ouvre à chacun une carrière assurée ; cette partie de l’éducation n’existe en aucun pays ; elle est toute (sic) entière à créer, et peut-être n’est-elle pas compatible avec les institutions qui régissent actuellement les sociétés »8.

  • 9 De la condition sociale des femmes..., p. 24.

4Cette carence des institutions a, selon le jeune écrivain, les conséquences les plus regrettables pour les femmes. « C’est au système d’éducation qui régit aujourd’hui les femmes, écrit-elle, que je crois pouvoir rapporter tous les maux qui, dans l’état actuel de la société, se réunissent pour aggraver encore leur condition »9.

  • 10 Cf. GATTI DE GAMOND (Zoé), Fourier et son système, Paris, Desesarts, 1838. Dans la 2e Partie du tom (...)
  • 11 Cf. GATTI DE GAMOND (Zoé), Réalisation d’une commune sociétaire d’après la théorie de Charles Fouri (...)

5Zoé de Gamond ne se contentera jamais — et elle le prouvera en mainte circonstance — d’élaborer des théories : elle s’efforcera toujours de présenter des solutions pratiques, voire de les mettre en œuvre. Ne verra-t-on pas, en effet, cette disciple de Charles-Louis Fourier10, tenter, en 1842, avec l’aide de deux philanthropes anglais, les frères Young, la réalisation d’une « commune », d’inspiration fouriériste, à l’abbaye de Cîteaux11. Pourtant, déjà à cette époque, elle émettait de sérieuses réserves à l’endroit de certaines doctrines de son maître, auxquelles elle reprochait de mettre en danger la famille, de conduire au désordre organisé des mœurs et d’abolir, de fait, le mariage.

  • 12 Zoé de Gamond épousa le 18 mai 1835 l’exilé italien Jean-Baptiste Gatti.
  • 13 De la condition sociale des femmes..., p. 95.
  • 14 Id., p. 142.

6Comment Zoé Gatti de Gamond12 conçoit-elle l’éducation des jeunes filles ? Elle expose pour celles-ci un programme très complet d’études où l’on s’étonnera, sans doute, de relever, qu’à ses yeux, il faudrait borner leur formation à l’enseignement de l’écriture, de la lecture et du calcul « un plus grand développement de l’intelligence ne pouvant être que très pernicieux aux personnes destinées à vivre du travail de leurs mains »13. Nous n’entrerons pas ici dans un examen détaillé des projets qu’elle expose, et auxquels elle donnera une fois de plus un commencement d’exécution ; notre propos est de voir comment la pédagogue envisageait le rôle de l’Etat, comment elle interprétait la notion de liberté d’enseignement inscrite dans la Constitution belge et quelle place elle entendait assigner à la préparation religieuse dans cet enseignement. Répétons, une fois de plus, que pour Zoé de Gamond, l’école devait être, en tout premier lieu, un foyer d’éducation. On peut résumer sa pensée en citant une de ses phrases : « La science ne doit pas être précisément le but de l’instruction, mais l’instrument avec lequel on exerce l’esprit à penser, observer, juger, raisonner, réfléchir, enfin à toutes les fonctions qui lui sont propres et qui lui assurent sont entier développement »14.

  • 15 Id., p. 80.
  • 16 Id., p. 81.
  • 17 Ibidem.

7Quel rôle l’Etat doit-il assumer dans la formation de la jeunesse ? Selon Zoé de Gamond, il devrait en assurer l’entière responsabilité. Elle expose, pour justifier son point de vue, une situation de fait qui, selon elle, est défavorable au plein épanouissement de l’instruction publique. Tant en Belgique qu’en France, il existe toute une gamme d’établissements : les écoles instituées par le gouvernement, celles créées par des particuliers — qu’elles soient religieuses ou laïques — enfin celles « fondées par la bienfaisance du gouvernement ou des particuliers ». Ce système s’appelle liberté d’enseignement et présente des désavantages indéniables puisqu’il engendre nécessairement la confusion, chacun pouvant, sauf de légères garanties, enseigner « ce qu’il veut, où il veut et quand il veut »15. « La liberté d’enseignement a pour inconvénients que l’instruction est donnée au hasard, sans règles, ni limites, ni méthode »16. Il semble bien, par conséquent, que la condamnation du principe soit sans appel. Et pourtant, aussitôt après, l’auteur affirme avec force : « Et néanmoins, dans la société actuelle, où toutes les institutions reposent sur le principe de la concurrence, la liberté de l’enseignement est l’une des plus précieuses que l’on possède, et les abus même en sont nécessaires pour faire naître les améliorations »17.

  • 18 Id., p. 84.

8Cette vision des choses devait conduire le jeune écrivain à prendre parti dans un problème qui allait devenir, par la suite, un des éléments essentiels des luttes politiques belges : la question scolaire et on peut s’étonner de certaines opinions émises à l’époque par la fille d’un des premiers professeurs de l’Université Libre de Bruxelles. La citation est longue, mais elle mérite qu’on s’y arrête. Dans une note à la question : « n’est-il pas temps enfin, pour les peuples qui ont accompli de si notables révolutions, d’entrer, tant bien que mal, dans la véritable voie de la sociabilité ? »18, Zoé de Gamond observe :

  • 19 C’est nous qui soulignons.
  • 20 Relevons l’usage que Zoé de Gamond fait du terme « parti ». On sait que les « partis » ne furent co (...)

« Il est des pays, la Belgique, par exemple, où les libéraux se plaignent amèrement que le clergé accapare chaque jour davantage le domaine de l’instruction publique. De quoi les libéraux se plaignent-ils ? Le champ est ouvert à toutes les concurrences ; chacun peut y apporter son ambition et sa philantropie. Le clergé y apporte l’un et l’autre. Les libéraux, au contraire, en ceci comme en tout le reste, ont pour règle la funeste maxime d’insouciance : Laissez faire, laissez aller. Le parti catholique l’emporte, et doit nécessairement l’emporter sur un parti où il n’y a accord, ni ensemble de vues, ni efforts, ni persévérance. Le principe de la concurrence posé, les armes sont égales entre tous les partis : le gouvernement seul est le plus fort19 (lorsqu’il veut réellement exercer son action, qui sera toujours la meilleure lorsqu’il l’exercera sans se revêtir de la couleur d’aucun parti ; car dès lors, il est moins qu’eux tous, il n’est plus que leur instrument19 »20.

  • 21 Id., p. 82.
  • 22 Ibidem.
  • 23 Id., p. 83.
  • 24 Ibidem.

9On le voit, aux yeux de la pédagogue, l’enseignement organisé par l’Etat mérite toutes les préférences, pour autant qu’il se cantonne dans une stricte neutralité. A chacune des pages de son livre, on pourrait aisément découvrir qu’elle serait inclinée à accorder au gouvernement le monopole de l’instruction et, à ses yeux, cette option se justifiait à plus d’un titre. On l’a vu, Zoé de Gamond prône la pluralité des réseaux parce qu’elle fait naître une concurrence salutaire : mais celle-ci doit conduire, en dernier ressort, à « l’unité qui est la seule base possible d’une organisation réelle de l’instruction publique »21. Pourtant, c’est celui qui « exposera les meilleurs systèmes et possédera le plus de moyens pour les réaliser » qui s’emparera peu à peu de toute l’éducation. A l’estime de l’écrivain, le gouvernement — c’est-à-dire l’Etat — « seul possède assez de moyens, et peut s’entourer d’assez de lumières, pour parvenir à ce but »22. Il est entendu que ceci n’est vrai que si « le gouvernement est l’expression des progrès accomplis dans le système constitutionnel et représentatif à un instant donné »23. Si, au contraire, le pouvoir est animé « d’intentions mauvaises et rétrogrades, il faut poursuivre jusqu’à la plus entière destruction l’éducation nationale, et se réjouir de l’excès même du mal qui en résulte »24. Toutefois, ce danger ne paraît pas à craindre à l’époque où notre auteur expose ses plans.

  • 25 Id., p. 85.

10Quel que soit le système d’instruction publique que l’on veuille mettre en œuvre, il faut en tout état de cause s’adresser d’abord au gouvernement ; celui-ci dispose seul du moyen par excellence d’améliorer l’enseignement : le budget. Sans doute une réforme exigerait-elle un surcroît de dépenses. Mais les mandataires de la nation y souscriraient « plus consciencieusement, lorsque le ministère leur offrirait un plan arrêté de véritables améliorations »25.

  • 26 Id., p. 128.

11Ayant ainsi fixé une doctrine de l’instruction publique, Zoé de Gamond propose un plan complet d’éducation des jeunes filles. Notons, en passant, qu’elle réclame l’institution, dans toutes les villes et toutes les communes, d’écoles gratuites destinées aux orphelins et aux enfants d’indigents. Nous ne discuterons pas les projets de l’auteur et ne nous attarderons pas davantage aux moyens originaux de financement qu’elle suggère pour les différents types d’école. Nous voudrions examiner de plus près l’élément qui constitue le point de départ du débat sur la question scolaire : l’auteur qui entend accorder à l’Etat le rôle prépondérant dans l’éducation de la jeunesse exige, on l’a montré, la plus stricte neutralité de la part du gouvernement. Est-ce à dire qu’elle préconise une formation essentiellement laïque ? On ne peut certes conclure par la négative sous le prétexte que lorsqu’elle expose le but de la première éducation, elle écrit qu’elle doit servir « précisément la foi, et faire concevoir, bien imparfaitement sans doute, une société où la justice serait égale pour tous, et où la vertu et le vrai talent attireraient seuls l’attention »26. On pourrait ne voir dans la foi ainsi prônée que la croyance aux doctrines teintées de mysticisme du socialisme humanitaire à la Fourier.

  • 27 Paris, s. édit. ; Bruxelles, Meline et Cans, avec la mention « publié par l’auteur ».
  • 28 Art. cit., col. 479.

12Nous demanderons donc à d’autres écrits de Zoé de Gamond de nous éclairer sur ce sujet. En 1846, la Société des Lettres et des Arts du Hainaut mettait au concours la question « Quels sont les droits et les devoirs du prolétaire dans une société bien organisée ? ». Notre sociologue y répondit par un mémoire Paupérisme et association27 qu’elle fit publier l’année même à ses frais. Alphonse Wauters28 commentant brièvement cet écrit estime qu’elle y « déploye encore toute sa ferveur pour les idées socialistes ». Nous verrons que ce jugement doit être nuancé et que l’ancienne disciple de Fourier — peut-être suite à l’échec de l’initiative de Citeaux — avait en quelque sorte renié son maître.

  • 29 Paupérisme et association..., p. 7.
  • 30 Ibidem.

13Le petit ouvrage porte en épigraphe une citation de l’Evangile : « Partout où vous serez trois réunis dans une même volonté, mon esprit sera avec vous ». D’entrée de jeu, Zoé Gatti de Gamond nous expose son credo religieux. Elle fait, en quelques pages, le procès des conceptions sociales du paganisme pour prononcer aussitôt l’éloge des conceptions judéo-chrétiennes : les tables de la loi apportées par Moïse ont proclamé les principes de justice et d’égalité parmi les hommes en édictant la règle : Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît. La loi de justice étant fixée, le christianisme la compléta en y ajoutant celle de fraternité et d’amour, devenant ainsi la « base du grand travail de constitution des sociétés humaines, à travers les décombres du monde antique et les torrents dévastateurs des hordes barbares »29. Un grand pas a été accompli ; mais le christianisme est toujours « en travail du code social qui doit appliquer au genre humain les principes de l’Evangile »30 : c’est que si l’individu est désormais régi par un code moral, les sociétés n’ont pas encore élaboré le code politique qui permettrait la mise en pratique des maximes d’égalité et de liberté qui découlent de la fraternité humaine.

  • 31 Id., p. 9.
  • 32 Id., p. 10.
  • 33 Ibidem.

14Zoé Gatti de Gamond n’évoque pas sans nostalgie les aspirations socialistes qui l’avaient enthousiasmée autrefois. Elle reconnaît à ces doctrines le mérite d’avoir résumé « les idées généreuses de tous les siècles et les progrès de toutes les philosophies »31 ; elles ont apporté un progrès réel à la « déclaration vague » des droits de l’homme en établissant que désormais le prolétaire a le « droit précis et positif au travail, à la participation de (sic) la richesse sociale, au déploiement des facultés »32. Tout en portant à l’actif des socialistes le mérite d’avoir réalisé ce progrès, elle leur reproche leur irréligiosité. Son jugement peut apparaître sévère : « ainsi que tous les systèmes qui ne s’appuient pas sur les vérités éternelles du christianisme, ces théories n’offrent que déceptions ; elles ne servent qu’à remuer les âmes, à aiguiser les esprits, et donner une idée d’une société meilleure sans les moyens de la réaliser. Les Saint-Simoniens, les Owénistes, les Fourieristes, n’ont même pu former une secte durable, comme les Moraves, les Quackers et tant d’autres sectes protestantes, qui du moins ne s’éloignent pas du principe chrétien. Les socialistes dont, au fond, la doctrine est païenne par le principe du sensualisme, n’ont pas en eux la puissance de se réunir même trois dans une même foi et dans un amour ; et c’est parce qu’ils n’ont pas cette puissance que Jésus-Christ n’a pu leur appliquer cette parole divine : réunissez vous trois dans une même volonté, et mon esprit sera avec vous »33.

15On le voit, la « ferveur pour les idées socialistes » de Zoé Gatti de Gamond s’était fortement attiédie. Esprit profondément religieux, elle ne semblait pouvoir admettre — tout comme son contemporain Mazzini — le matérialisme qui allait bientôt constituer la base essentielle du socialisme. Le petit bout de phrase « tant d’autres sectes protestantes, qui du moins ne s’éloignent pas du principe chrétien » nous paraît indiquer que les convictions de l’auteur sont catholiques et que c’est de catholicisme qu’elle entend imprégner l’éducation, élément primordial du progrès social. Quelques exemples suffiront, nous semble-t-il, pour étayer cette affirmation.

  • 34 De la condition sociale des femmes..., p. 58.
  • 35 Id., p. 89.

16Lorsqu’elle parle de « l’éducation spontanée » des jeunes filles, la sociologue fait profession de foi spiritualiste : « Que serait donc à nos yeux le monde physique, si l’esprit n’attachait constamment sur toute sa surface des pensées de vie et d’intelligence qui en dérobent la lourdeur et l’immobilité ! Que serait à nos yeux la nature, si nous n’y placions un Dieu ; l’homme si nous n’y sentions une âme...34. Les écoles maternelles (« celles où l’on recevrait uniquement les jeunes enfants de deux à six ans ») n’ont aucune mission d’enseignement : elles n’ont pour tâche que « de garder les enfants, les empêcher de faire mal, les amuser avec des jeux de leur âge, leur mettre dans les mains des ouvrages très aisés, les familiariser avec l’idée de Dieu, leur enseigner des prières et des maximes morales »35.

  • 36 Id., p. 95.

17Dans les écoles élémentaires, la première partie de l’enseignement « qui dépendrait presque entièrement de la moralité des institutrices, de leur bon sens et de leur amour sincère du bien »36 serait essentiellement consacrée à l’éducation morale des jeunes filles : l’exemple et les conversations journalières sont ici beaucoup plus efficaces que les leçons et les principes. On nous objectera que, dans cet exposé, on ne retrouve plus l’exigence de la trame religieuse.

  • 37 Id., p. 99.

18Mais elle nous paraît implicite si nous examinons le programme des écoles du troisième degré — appelées écoles d’industrie — où l’on voit que la répartition des horaires est calquée sur celle des écoles élémentaires : on y consacrerait une partie du temps aux exercices religieux, aux enseignements moraux, etc... »37.

  • 38 Id., p. 103.

19Commentant son projet d’école normale, Zoé de Gamond l’assortit de considérations d’ordre éthique et religieux. Constatant qu’il est difficile de créer une institution de ce genre dans un monde où tous « cherchent leur salut sur la planche de l’égoïsme, sans se soucier de leurs compagnons d’infortune », l’auteur insiste sur la nécessité « d’un foyer de chaleur et de lumière qui ranime les croyances immortelles de la foi, de l’espérance et de la charité »38. Certes, c’est un christianisme social qui doit inspirer les enseignants :

  • 39 Id., p. 104.

« A l’ère nouvelle et au Moyen-Age, le christianisme, le pur amour de Dieu fut le lien social, la base de tout enseignement. Aujourd’hui c’est l’égalité sainte, l’amour du peuple provenant de l’amour de Dieu, le christianisme perfectionné qui doit rapprocher les hommes, resserrer le lien des sociétés, servir de base à l’éducation, ranimer et fortifier toutes les croyances...39 ».

20On ne pourrait, à ce qu’il nous semble, être plus explicite : en 1834, comme en 1846, Zoé de Gamond considère l’éducation comme le moteur indispensable de l’émancipation de la femme, mais aussi du progrès social en général : elle doit être imprégnée de foi religieuse et nous avons cru pouvoir l’affirmer, de catholicisme.

21On l’a souligné, notre pédagogue ne se contentait pas d’exposer des vues théoriques : elle voulait mettre à la disposition des futurs maîtres les manuels qui les aideraient dans leur tâche. Elle élabora donc le plan d’une « Bibliothèque d’éducation pour les religieux et les familles ». Cette collection devait comporter douze volumes : 1° abrégé de l’histoire sainte ; 2° biographie catholique ; 3° grands hommes de la littérature ; 4° artistes célèbres ; 5° géographie historique et descriptive ; 6° grammaire française, vingt-quatre tableaux ; 7° méthode pour les langues étrangères ; 8° éléments de musique ; 9° dessin linéaire ; 10° éléments d’astronomie, de physique, de chimie et d’histoire naturelle ; 11° les commandements de Dieu ; 12° les œuvres de Miséricorde ».

  • 40 Bruxelles, Périchon.
  • 41 Sur les idées pédagogiques et méthodologiques de Zoé de Gamond, cf. BAUDART (Blanche-J.), op. cit.,(...)

22On ne saurait marquer avec plus de netteté le sens que Zoé de Gamond entendait donner à l’éducation : l’autorité religieuse ne tarda d’ailleurs pas à approuver le projet et la reine Louise devait contribuer à sa réalisation par une souscription. Son auteur se mit d’ailleurs à l’œuvre incontinent et, en 1845, paraissait l’Abrégé de l’Histoire sainte40 auquel le vicaire général de l’archevêché, Pauwels, avait accordé l’imprimatur le 16 mai. La préface à ce volume, qui, on s’en souvient, ouvrait la « Bibliothèque d’éducation » contient un exposé très précis sur la méthodologie de l’enseignement41. Quel que soit son intérêt, nous ne nous y arrêterons pas, ces observations sortant de notre propos.

  • 42 Art. cit., col. 478.

23Dans la notice qu’il a consacrée à celle qui devait être nommée le 21 juin 1847 inspectrice des écoles primaires de la Ville de Bruxelles, Alphonse Wauters observe que le plan de Zoé de Gamond « péchait par un défaut essentiel. Ni l’histoire générale, ni la philosophie n’y figuraient »42.

  • 43 Bruxelles, De Mat, 1851.
  • 44 Liège, Dessain, 1849.

24La sociologue dut se rendre compte par elle-même de cette lacune. La collection en resta à son premier numéro. Mais d’autres manuels devaient voir le jour par la suite et parmi eux des Lectures historiques belges43 et un Manuel des salles d’asile, suivi du questionnaire pour les écoles primaires d’après la méthode de Pestalozzi44.

25La philosophie restait la parente pauvre ; mais, outre le fait qu’elle devait être peu accessible au public auquel était destinée la « Bibliothèque », on peut penser que l’importance accordée aux problèmes religieux et surtout à l’esprit dans lesquels ceux-ci étaient envisagés, faisaient, aux yeux de l’initiatrice, de la philosophie une matière accessoire.

  • 45 Paris, Delahaye, 1844.
  • 46 Bruxelles, Perichon, 1846.

26Au moment où Zoé Gatti de Gamond répondait à la question posée par la Société des Sciences, des Lettres et des Arts du Hainaut, elle se consacrait à des œuvres purement littéraires : en 1844, elle avait publié Fièvres de l’âme45 et, en 1846, Le Monde enviable46 où elle campe l’image d’un prêtre qui répond très exactement à ses propres aspirations, tantôt réformateur, tantôt mystique.

  • 47 Bruxelles, Perichon, 1848.

27Mais le concours montois allait la replonger dans les problèmes sociaux qui l’avaient préoccupée depuis ses débuts. Au moment où les révolutions de 1848 donnaient aux événements une tournure nouvelle, alors que Marx et Engels lançaient leur Manifeste du parti communiste, Zoé Gatti de Gamond revenait sur une question qui n’avait cessé de la passionner : elle publiait son mémoire, Organisation du travail par l’éducation nationale47.

  • 48 PIRENNE rappelle (Histoire de Belgique, t. VII, 2e éd., Bruxelles, Lamertin, 1948, p. 106) qu’il ne (...)
  • 49 Cf. outre PIRENNE (op. cit., p. 106-107), TERLINDEN (Vicomte Charles), Histoire politique interne d (...)
  • 50 Zoé de Gamond s’était, on l’a vu, rangée depuis longtemps à cet avis.
  • 51 Cf. TERLINDEN (Vicomte Charles), op. cit., p. 75.

28Depuis la parution de son premier livre, certaines choses avaient changé. Le Parlement avait voté à la quasi unanimité48 la loi du 24 mars 1842 sur l’enseignement primaire, qui sanctionnait un compromis entre les deux tendances qui s’affrontaient lorsque notre pédagogue écrivait la note que nous avons longuement citée49 : on rappellera que cette loi accordait aux libéraux une satisfaction importante, puisque l’Etat, exigeant le droit d’organiser l’instruction publique50, imposait à chaque commune l’entretien d’une ou de plusieurs écoles. Les catholiques recevaient, en contrepartie, la garantie de réserver au clergé la surveillance de l’enseignement au point de vue religieux ; les communes étaient, d’autre part, autorisées à adopter une école privée, c’est-à-dire, de facto, une école catholique. Les libéraux craignaient que l’inspection de l’enseignement de la religion et de la morale ne constituât, selon l’expression de Devaux, « un droit de vie et de mort donné à l’Eglise sur les écoles »51.

  • 52 Organisation du travail, p. 4.
  • 53 Id., p. 5.

29Dans son Organisation du travail par l’éducation nationale, Zoé Gatti de Gamond revient sur les idées qui lui sont chères : le droit au travail est inséparable du droit à l’éducation ; l’organisation du travail repose nécessairement sur un système d’éducation nationale qui embrasse tous les enfants sans exception. La réalisation d’une série de conditions est indispensable pour la solution du problème social ; citons parmi celles-ci « entourer de garanties bien plus fortes que par le passé, la religion, la famille et la propriété »52, « assurer la meilleure éducation possible à tous les enfants, éducation basée sur les principes religieux ; leur donner à tous l’éducation professionnelle, l’apprentissage de l’agriculture et de plusieurs métiers »53. L’auteur recommande de se confier à Dieu avant de se confier aux hommes.

  • 54 Id., p. 9.
  • 55 Id., p. 13.

30La sociologue prévoit la création de nouvelles communautés humaines, qui ne sont, en fait, que des communes d’un type quelque peu différent de celui prévu par les institutions, appelées « centres de population agricoles et industriels ». La loi de 1842 sera appliquée dans ces nouvelles entités puisque « chaque nouveau centre comprend deux écoles internes, une pour les garçons, une pour les filles contenant de sept cent (sic) à mille élèves depuis la tendre enfance jusqu’à l’adolescence »54. Les communautés sont gérées par un conseil communal, dont les « notables », entre autres le curé, font partie de droit. Un tel organe a « la surveillance de la haute direction des deux écoles » et en nomme le personnel55.

  • 56 Id., p. 18.
  • 57 Ibidem.

31Mais une évolution s’est produite dans la pensée de l’auteur, désormais « les enfants sont élevés dans la religion de leurs parents ; ils reçoivent l’éducation religieuse des ministres du culte »56. On le voit, le catholicisme n’a plus le monopole de l’éducation des jeunes, si la formation religieuse y joue un rôle important, puisque « la mission du corps enseignant est à la fois religieuse, morale et intellectuelle »57.

  • 58 Id., p. 32.

32La religion occupe toujours une place de choix dans les préoccupations de notre pédagogue : elle répète avec force qu’« il n’y a de garantie aux bonnes mœurs, il n’y a de base à la famille que la religion ; la constitution de la famille constitue la propriété : famille, propriété, religion, ces trois institutions viennent également de Dieu ; elles sont solidaires, toute société repose sur ces bases, il n’y a d’organisation possible en dehors de ce triple principe : famille, religion, propriété ; toute atteinte à l’un de ces principes entraîne la ruine de ses deux corollaires, et livre le monde à la plus effroyable anarchie »58.

  • 59 Est-il besoin de souligner l’intonation évangélique de cette phrase ?
  • 60 Ibidem.

33Le christianisme semble toujours être le grand inspirateur des pensées de Zoé de Gamond qui donne à son mémoire un grand élan lyrique : « que toutes les mères se réjouissent dans leurs enfants59, et que tout enfant puisse bénir de cœur sa famille, sa patrie de Dieu qui lui a donné l’existence. Qu’un concert d’amour et d’allégresse s’élève perpétuellement sur toute la surface de la terre pour bénir le créateur de toutes choses et celui qui a dit « paix aux hommes de bonne volonté »60 !

34Zoé de Gamond n’a guère varié dans ses idées, sauf sur un point. A ses yeux, l’Etat avec les moyens dont il dispose, les pouvoirs subordonnés qui y sont astreints par la loi de 1842, peuvent seuls organiser avec efficacité l’éducation nationale. Celle-ci doit être fondée essentiellement sur une « Weltanschauung » chrétienne ; la religion doit imprégner tout l’enseignement. Mais, en 1848, ce n’est plus le catholicisme seul qui détient la vérité morale ou religieuse ; d’autres « sectes » peuvent la partager avec lui : le projet de « centres de population agricoles et industriels » nous le montre à suffisance.

Notes

1 BAUDART (Blanche J.), Isabelle Gatti de Gamond et l’origine de l’enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique, Bruxelles, Castaigne, 1949, cf. p. 43 « Parler de l’influence décisive de l’hérédité et de l’éducation maternelle sur la vie d’un être humain est devenu un lieu commun. Et cependant il est rare que cette influence soit aussi marquée que chez I. Gatti. »

2 Cf. notamment l’article nécrologique paru dans Le Peuple du 12 octobre 1905 : Un deuil socialiste.

3 La plupart des biographies se trompent dans la chronologie de Zoé de Gamond : ils la font naître le 12 février 1812.

4 Cf. L’Université de Bruxelles pendant vingt-cinq ans (1834-1860). Statuts, Discours, Rapports, Tableaux des Cours et des Professeurs, Bruxelles, Van Meenen, 1860, p. 442-443.

5 WAUTERS (Alphonse), Notice sur Zoé Gatti de Gamond dans Biographie Nationale, t. VII, 1883, col. 474. Nous avons donné une révision de ce texte dans le t. XXXVIII, fasc. 1 (1973), de cette même Biographie Nationale (col. 241-250).

6 Bruxelles, Berthot, 1834.

7 Cf. sous le pseudonyme Marie de G.... Vie d’Alfrieri écrite par lui-même, dans Recueil Encyclopédique Belge, t. I, p. 32-45 et 125-137 ; Tragédies d’Alfieri (avec traduction italienne), dans L’Exilé, Cours complet de langue et de littérature italienne, ancienne et moderne, etc., t. IV, fasc. 10, Paris, Pihan-Delaforest, 1834, p. 82-113.

8 Recueil Encyclopédique Belge, t. I, p. 33.

9 De la condition sociale des femmes..., p. 24.

10 Cf. GATTI DE GAMOND (Zoé), Fourier et son système, Paris, Desesarts, 1838. Dans la 2e Partie du tome IV de leur Biographie des Hommes du jour (Paris, Pilout, 1838), SARUT et SAINT-EMDE estiment qu’« il a fallu la plume d’une femme pour que le nom de Fourier devînt populaire et que sa théorie fût mise à la portée de toutes les intelligences. » (p. 18). Le livre eut plusieurs rééditions.

11 Cf. GATTI DE GAMOND (Zoé), Réalisation d’une commune sociétaire d’après la théorie de Charles Fourier, Paris, impr. Cosson, 1840.

12 Zoé de Gamond épousa le 18 mai 1835 l’exilé italien Jean-Baptiste Gatti.

13 De la condition sociale des femmes..., p. 95.

14 Id., p. 142.

15 Id., p. 80.

16 Id., p. 81.

17 Ibidem.

18 Id., p. 84.

19 C’est nous qui soulignons.

20 Relevons l’usage que Zoé de Gamond fait du terme « parti ». On sait que les « partis » ne furent constitués comme tels que beaucoup plus tard. Relevons aussi une sévérité excessive à l’endroit des libéraux : l’exile Pietro Gaggia avait fondé, en 1829, un pensionnat d’inspiration nettement libérale où le futur mari de notre écrivain serait chargé d’un enseignement du dessin. L’établissement jouit d’une incontestable renommée et nombre de ses élèves firent une brillante carrière, cf. BATTISTINI (Mario), Esuli italiani nel Belgio. Un Educatore Pietro Gaggia e il suo Collegio Convitto a Bruxelles, Supplemento ai « Commentari dell’Ateneo di Brescia » per il 1934, Brescia, Vannini, 1935.

21 Id., p. 82.

22 Ibidem.

23 Id., p. 83.

24 Ibidem.

25 Id., p. 85.

26 Id., p. 128.

27 Paris, s. édit. ; Bruxelles, Meline et Cans, avec la mention « publié par l’auteur ».

28 Art. cit., col. 479.

29 Paupérisme et association..., p. 7.

30 Ibidem.

31 Id., p. 9.

32 Id., p. 10.

33 Ibidem.

34 De la condition sociale des femmes..., p. 58.

35 Id., p. 89.

36 Id., p. 95.

37 Id., p. 99.

38 Id., p. 103.

39 Id., p. 104.

40 Bruxelles, Périchon.

41 Sur les idées pédagogiques et méthodologiques de Zoé de Gamond, cf. BAUDART (Blanche-J.), op. cit., p. 43. Sur son œuvre d’éducatrice et sur les conditions qui déterminèrent sa vocation, voir GOFFART (Eugène), Madame Gatti de Gamond. (Notice lue à la séance du comité de littérature et des beaux-arts (de la Société d’Emulation de Liège), Liège, Carmanne, 1857 (Tiré à part de l’Annuaire de la Société d’Emulation).

42 Art. cit., col. 478.

43 Bruxelles, De Mat, 1851.

44 Liège, Dessain, 1849.

45 Paris, Delahaye, 1844.

46 Bruxelles, Perichon, 1846.

47 Bruxelles, Perichon, 1848.

48 PIRENNE rappelle (Histoire de Belgique, t. VII, 2e éd., Bruxelles, Lamertin, 1948, p. 106) qu’il ne se trouva que quatre opposants à la Chambre et que l’unanimité se fit au Sénat.

49 Cf. outre PIRENNE (op. cit., p. 106-107), TERLINDEN (Vicomte Charles), Histoire politique interne dans Histoire de la Belgique contemporaine, t. II, Bruxelles, Dewit, 1929, p. 74-75.

50 Zoé de Gamond s’était, on l’a vu, rangée depuis longtemps à cet avis.

51 Cf. TERLINDEN (Vicomte Charles), op. cit., p. 75.

52 Organisation du travail, p. 4.

53 Id., p. 5.

54 Id., p. 9.

55 Id., p. 13.

56 Id., p. 18.

57 Ibidem.

58 Id., p. 32.

59 Est-il besoin de souligner l’intonation évangélique de cette phrase ?

60 Ibidem.

Auteur

Université de Gand

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540