Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Anathème ou collaboration. L’instruction religieuse dans l’enseignement secondaire de l’État après la guerre scolaire de 1879

André Tihon

Texte intégral

1L’école a constitué le lieu central des affrontements entre les forces catholiques et anticléricales en Belgique pendant la seconde moitié du XIXe siècle. La guerre scolaire de 1879-1884 a marqué le paroxysme de la lutte entre le clergé et les libéraux mais cet épisode ne fait que manifester des tensions quotidiennes qui dépassent le secteur de l’instruction populaire. La concurrence est aussi forte entre les collèges et instituts dirigés par le clergé et les athénées et écoles moyennes de l’Etat.

2Organisé par la loi de 1850, l’enseignement de l’Etat comprend l’instruction religieuse. Celle-ci suppose, dans le système ecclésiastique et juridique en vigueur, une collaboration entre le clergé et les pouvoirs civils. La lutte scolaire de 1879 va remettre en question le compromis qui a permis l’application partielle de la loi de 1850. Allait-on vers la constitution de deux blocs, un réseau civil où toute influence religieuse est exclue et un enseignement catholique dirigé exclusivement par le clergé ? Une telle conséquence ne répondait pas à la politique globale des catholiques telle qu’elle se manifeste clairement dans l’enseignement primaire après 1884. Mais il faudra vaincre de nombreuses résistances avant d’atteindre le but : la présence du clergé dans tous les établissements d’enseignement.

  • 1 Sauf la loi de 1850, les problèmes de l’enseignement secondaire n’ont guère fait l’objet de publica (...)

3L’étude de la restauration ou de la création de cours de religion dans l’enseignement secondaire de l’Etat constitue en outre un lieu intéressant d’une recherche d’histoire politico-religieuse concrète où s’entremêlent les facteurs nationaux et locaux. Pour étudier ce phénomène après la lutte scolaire, il faudra cependant brièvement évoquer la situation créée par la loi de 1850 et ses conséquences1.

Situation privilégiée du clergé et limite de l'action de l’Etat (1850-1878)

  • 2 Pour cette loi, voir, en plus de ma thèse et des travaux qui y sont cités, A. BROSENS, De strijd om (...)

4Œuvre d’un gouvernement libéral homogène, la loi du 1er juin 1850 crée l’enseignement secondaire de l’Etat : dix athénées et un maximum de cinquante écoles moyennes de garçons2. Elle reconnaît aux provinces et aux communes le droit d’ouvrir leurs propres établissements. Les communes qui n’ont pas d’établissement officiel conservent le droit d’accorder leur patronage à un établissement privé dirigé en fait par le clergé. Les évêques obtiennent que le cours de religion soit inscrit officiellement dans la loi. L’article 8 stipule en effet que « L’instruction moyenne comprend l’enseignement religieux. Les ministres des cultes seront invités à donner ou à surveiller cet enseignement dans les établissements soumis au régime de la présente loi ». Mais les évêques ne sont pas parvenus à faire reconnaître par la loi un certain nombre de garanties leur donnant un droit de regard sur l’ensemble de l’enseignement.

5L’absence de ces garanties entraîne la rupture entre le gouvernement et les évêques soutenus par le pape, mais après quelques années, la « Convention d’Anvers » ratifiée par le roi le 5 avril 1854 apporte une solution partielle au conflit. Le règlement destiné à l’athénée d’Anvers, négocié par le ministre libéral et l’archevêque de Malines, reprend les principales garanties exigées par le clergé. Le cours de religion est reconnu comme partie essentielle du programme, y compris pour les résultats globaux des examens. Seule la religion catholique est enseignée par un prêtre nommé par l’évêque et admis par le Roi ; les élèves non-catholiques sont dispensés du cours. En plus du cours, les élèves sont tenus d’assister à la messe aux jours d’obligation, sous la surveillance de professeurs. Les livres religieux sont choisis par l’évêque. Les autres livres ne peuvent rien contenir qui soit contraire à la religion et le professeur ecclésiastique doit faire partie de la commission qui choisit les livres de prix. Les professeurs doivent favoriser l’amour de la religion et éviter dans leur conduite et leurs leçons ce qui peut contrarier l’instruction religieuse. Il faut souligner l’importance accordée à la religion et le caractère assez contraignant de l’obligation : même si les élèves peuvent être dispensés par leurs parents en vertu de l’article 15 de la Constitution, les évêques ont averti le ministre qu’il ne pourront tolérer des dispenses injustifiées. L’assistance au cours est la norme, la dispense doit rester l’exception. On convient en outre qu’un ecclésiastique fera partie du bureau d’administration chargé de surveiller l’école.

6Destiné à être repris par les autres établissements du pays, le règlement d’Anvers, auquel s’oppose une quinzaine de représentants libéraux, n’est pas appliqué partout. En 1857, avant le retour au pouvoir des libéraux, la Convention d’Anvers ou son équivalent est appliquée dans 4 athénées sur 10, dans 31 écoles moyennes sur 49 et dans 9 établissements communaux sur 17. Dans cinq provinces (Anvers, Brabant, Limbourg, Luxembourg et Namur) les accords sont nombreux (34 écoles sur 39), tandis que dans les autres (Flandres occidentale et orientale, Hainaut et Liège), leur nombre est très réduit (10 sur 37).

7Jusqu’à la veille de la guerre scolaire, les communes prennent la relève de l’Etat, limité par la loi de 1850, pour créer de nouveaux établissements, collèges et écoles moyennes. Dès 1859, le gouvernement a déclaré qu’il considérait la Convention d’Anvers comme lettre morte et il refuse désormais de sanctionner de nouveaux accords. Le clergé entre pourtant dans certaines écoles, mais il en abandonne également quelques-unes.

8En juillet 1878, 3 athénées sur 10, 30 écoles moyennes de l’Etat sur 50, 7 collèges communaux sur 16 et 6 écoles moyennes communales sur 14 ont un professeur de religion. En 20 ans la proportion d’établissements sans cours de religion est passée de 42 à 49 %.

  • 3 Voir L. RECHT, Contribution à l’histoire des écoles normales de l’Etat à Bruxelles, rue Berkendael (...)
  • 4 Pour cette école, voir B.J. BAUDART, Isabelle Gatti de Gamond et l’origine de l’enseignement second (...)

9La loi de 1850 ne prévoyait pas d’enseignement secondaire féminin. Les seuls pensionnats et écoles pour jeunes filles d’un niveau supérieur à l’instruction élémentaire étaient des institutions privées dirigées par des religieuses ou des laïques. Les libéraux se préoccupent cependant de créer des écoles moyennes communales pour jeunes filles. En 1851, la ville de Bruxelles avait adopté l’ancienne école primaire supérieure du gouvernement pour jeunes filles, institution qui était dirigée par une commission spéciale. En 1858, celle-ci reprend également une école fondée à Ixelles l’année précédente par la société « Les Pères de Familles »3. L’événement le plus marquant est cependant la création par la ville de Bruxelles d’un Cours supérieur d’éducation sous la direction de Mlle Gatti de Gamond4. Cette fondation a lieu en 1864, l’année même de la création de la Ligue de l’enseignement.

  • 5 Voir L. HYMANS, Histoire parlementaire de la Belgique de 1831 à 1880, t. IV, Bruxelles, 1877-1880, (...)

10D’autres écoles moyennes sont créées dans différentes communes du pays, surtout après 1870. Ces créations posent une série de problèmes où la question religieuse occupe une place importante. Au plan politique, le débat porte sur la loi qui régit cet enseignement. Dès le 21 décembre 1864, un député catholique interpelle le ministre de l’Intérieur au sujet de l’école Gatti de Gamond5. Cette école relève-t-elle de la loi sur l’instruction primaire de 1842 ou de celle de 1850 sur l’enseignement moyen ? Le fond du débat vise l’introduction de l’enseignement religieux, mais la question n’est pas tranchée. En fait l’école n’aura pas d’enseignement religieux.

  • 6 Voir le budget de 1871 déposé le 25 janvier 1870 dans Documents parlementaires, Chambre des représe (...)
  • 7 Discussion à la Chambre du 17 au 31 mars 1870 (L. HYMANS, op. cit., t. V, p. 38-39).
  • 8 Voir le Rapport triennal sur la situation de l’instruction primaire en Belgique, 1870-1872, p. LXX,(...)

11En 1870, le ministère libéral projette d’accorder un subside aux écoles moyennes de filles dont l’existence est soumise, selon lui, à la loi de 18506. Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement catholique affirme son intention de voir l’enseignement des filles se développer dans le cadre de la loi de 1842, ce qui permettrait de le soumettre au contrôle du clergé. Il est prêt à accorder des subsides aux communes qui placent leur enseignement sous la loi de 1842, mais il est forcé de reconnaître qu’il le fera même si le clergé n’accorde pas son concours. Un crédit de 50.000 francs est voté à cet effet au budget de 18717. Jusqu’en 1878, une douzaine d’écoles sont subventionnées par le gouvernement, mais il y en a probablement autant qui dépendent uniquement des communes8. Il est difficile de connaître la situation religieuse de ces écoles. Certaines n’ont aucun enseignement religieux. D’autres ont probablement des cours de catéchisme dans les classes préparatoires. Il est vraisemblable qu’il n’y a aucun ecclésiastique comme professeur de religion.

La guerre scolaire

  • 9 Pour cette loi, voir J. LORY, Les libéraux et la réforme de l’instruction primaire en Belgique, de (...)

12En arrivant au pouvoir en 1878, les libéraux sont décidés à réaliser les parties de leur programme sur lesquelles ils sont tombés d’accord. Abandonnant le problème de l’instruction obligatoire, ils veulent promouvoir la réforme de l’école primaire et l’extension de l’enseignement secondaire officiel. La loi de 1879 sur l’instruction primaire transforme les programmes, renforce l’action du gouvernement et introduit la laïcité dans l’éducation populaire9. La loi de 1842 rendait, en effet, l’instruction religieuse obligatoire et accordait aux inspecteurs ecclésiastiques un droit de surveillance sur l’ensemble de l’enseignement. La loi de 1879 écarte le clergé de l’enseignement général mais exclut également l’instruction religieuse du programme tout en y intégrant la morale qui serait nécessairement neutre. La loi prévoit cependant qu’un local de l’école sera mis à la disposition des ministres des cultes pour y faire le catéchisme en dehors des heures des classes. Cette nouvelle législation rencontre l’opposition vigoureuse et absolue des évêques qui interdisent la fréquentation des écoles communales sous peine d’excommunication et qui imposent la création d’écoles catholiques dans toutes les paroisses.

  • 10 Des difficultés à propos de dispenses surgissent à Aarschot et à Hal. A Maaseik par contre, le bure (...)

13Dans cette atmosphère tendue, le clergé quitte une série d’établissements d’enseignement secondaire, soit que les communes fassent supprimer la Convention d’Anvers, que le professeur refuse de continuer parce que l’autorité a accordé des dispenses qu’il juge injustifiées ou qu’en butte à des tracasseries il soit retiré par son évêque10. De 1878 à juin 1881, 16 professeurs ont abandonné leur poste.

  • 11 Voir le Rapport triennal sur la situation de l’instruction primaire, 1876-1878, p. LXXXIV et le R. (...)
  • 12 Sur cette loi, voir C. DAMIEN, La loi du 15 juin 1881 sur l’enseignement moyen, Université catholiq (...)
  • 13 Séance du 6 avril 1881 (A. P., Chambre, 1880-1881, p. 923-925).

14Le gouvernement prépare la nouvelle loi sur l’enseignement secondaire en subsidiant de nouvelles écoles moyennes de garçons créées par les communes et en faisant passer les écoles de filles dans l’enseignement moyen11. La loi du 15 juin 1881 crée des écoles moyennes pour filles et supprime les limitations imposées au gouvernement par la loi de 185012. Elle fixe au contraire un chiffre minimum d’établissements de l’Etat. Le statut officiel de l’enseignement religieux n’est pas changé : l’article 8 de la loi de 1850 n’est pas modifié, malgré la demande des députés radicaux. Le ministre de l’Instruction désire son maintien pour des raisons politiques mais il réinterprète cet article dans le sens de l’article 4 de la loi de 1879 sur l’instruction primaire13. Cette nouvelle interprétation constitue en fait une transformation profonde de la signification de la loi de 1850 dans laquelle les catholiques étaient parvenus à faire admettre la religion comme partie intégrante de l’enseignement. La loi de 1879 par contre n’offre que la possibilité d’une formation religieuse totalement séparée de l’enseignement ordinaire.

  • 14 L’établissement de Thuin s’intitule « Collège royal ».
  • 15 Une trente-sixième, l’école moyenne d’Ixelles, est déjà transformée en athénée
  • 16 Voir R. T., 1878-1881, p. XCIII, et 1882-1884, p. LXXXIX-XC.

15Grâce à la loi de 1881, le gouvernement transforme 15 établissements communaux en athénées d’Etat14. Il prévoit la création de 63 écoles moyennes pour garçons dont 35 fonctionnent en juillet 188415 et de 52 écoles de filles dont 36 sont ouvertes à la même époque16.

16Avant la chute du gouvernement libéral, l’enseignement moyen pour garçons compte 25 athénées, 85 écoles moyennes de l’Etat, 3 collèges communaux et 5 écoles moyennes. Face à ces 118 établissements officiels, le clergé dirige 113 instituts, dont le collège communal de Beringen. L’enseignement officiel est surtout important dans les provinces wallonnes : les trois quarts des établissements de la province de Luxembourg (7 sur 9) et de Namur (13 sur 18), les deux tiers dans le Hainaut qui compte le plus d’écoles (31 sur 46), plus de la moitié dans le Brabant (20 sur 35) et la moitié dans la province de Liège (12 sur 24). Dans les provinces flamandes, l’influence du clergé est dominante. Il contrôle environ les deux tiers des établissements : 10 sur 16 dans le Limbourg, 16 sur 28 en Flandre occidentale, 14 sur 21 dans la province d’Anvers et 23 sur 34 en Flandre orientale.

  • 17 R. T., 1882-1884, p. 228-233.

17Dans l’enseignement féminin, l’Etat possède 36 écoles et subsidie 5 écoles communales. Une commune, Anvers, dirige deux écoles non subventionnées17. Il est impossible de faire la comparaison avec l’enseignement congréganiste ; les données fournies par le Rapport triennal sont trop incomplètes à cette époque.

  • 18 Le règlement était en grande partie conforme à celui de la Convention d’Anvers. Il est attaqué par (...)

18La reprise par l’Etat de certains établissements communaux entraîne parfois le départ du clergé qui abandonne également ses fonctions dans certaines écoles dont le statut n’a pas été changé. Depuis la loi de 1881 jusqu’à la fin du gouvernement libéral, le clergé se retire encore de 13 écoles. Il ne reste que 14 anciens établissements où l’enseignement religieux est encore donné par un prêtre. Un seul athénée sur 25 garde un professeur de religion. A Bruges en effet, un prêtre a été nommé en 1877 à la demande de l’administration catholique18. Sur les 50 anciennes écoles moyennes de l’Etat pour garçons 11 ont encore un professeur de religion. A part celle de Bruges, toutes ces écoles sont situées dans des villes peu importantes où l’administration est libérale dans 6 cas sur 10. Le clergé est également resté dans deux collèges communaux : à Nivelles où l’administration, catholique depuis 1872, a introduit le cours et à Tirlemont qui est un fief libéral.

19La création de nouvelles écoles, tant pour filles que pour garçons, met le clergé dans une situation délicate. En lutte avec le gouvernement au plan de l’enseignement primaire, ce serait déforcer sa position que de nommer des professeur de religion dans les écoles moyennes et de reconnaître ainsi la valeur de l’enseignement de l’Etat et de la législation nouvelle. Cette acceptation est d’autant plus difficile que le ministre a donné une interprétation de l’article 8 de la loi de 1850 qui le met sur le même pied que l’article 4 de la loi de 1879. Mais cette interprétation, même si elle est faite par un ministre, ne peut modifier aussi radicalement la portée de la loi.

20Il faut en outre que le clergé soit invité à donner l’enseignement religieux et l’initiative de la démarche revient au bureau d’administration de chaque établissement et donc à l’administration communale. Pour accepter, le clergé doit avoir des garanties sérieuses que son action sera efficace. Refuser d’autre part, c’est admettre dans les faits la séparation totale de l’enseignement général et de la religion, séparation qui est la base même de ce que les évêques condamnent dans la loi de 1879.

  • 19 Voir A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique. 1868-1883. Procès-verbaux, Louvain - Paris, 1961, (...)

21Dès le mois de mai 1882, un prêtre est nommé à l’école moyenne des filles d’Alost, sans que l’évêque de Gand ait consulté ses collègues. Un peu plus tard, suite à la demande de l’administration communale de Bruges, l’évêque demande au cardinal si on peut « sur les instances d’une régence catholique accorder un professeur de religion et de morale, prêtre, aux écoles moyennes de filles ». La question est certainement traitée à la réunion des évêques des 31 juillet et 1er août 1882, mais le procès-verbal n’en garde aucune trace19.

  • 20 Le R. T., 1882-1884, p. XCVI, mentionne que l’enseignement religieux est donné à Péruwelz, mais le (...)
  • 21 Lettre du 10 janvier 1884 citée par A. MELIN, Une cité carolingienne. Histoire de la ville et du ba (...)
  • 22 (A. R. O., 1885, p. 612). Le R. T., 1882-1884, p. XCVI, fait en décembre 1886, ne mentionne cependa (...)

22Un professeur de religion est nommé dans les écoles de garçons et de filles de Termonde et à l’école des filles de Bruges en 1883, quelques mois après l’ouverture de ces établissements. Ces deux communes, comme celle d’Alost, ont une administration catholique, mais en Wallonie deux communes libérales vont également obtenir un professeur de religion pour leur nouvelle école de filles. A Péruwelz, où l’école de garçons a conservé son professeur de religion, un prêtre est nommé à l’école de filles dès 188220. A Andenne également le clergé enseigne toujours à l’école des garçons et le bureau administratif invite le doyen à faire cours de religion à l’école des filles. Pour justifier sa démarche, le bourgmestre explique au directeur général de l’enseignement moyen que « cette mesure a été dictée à ce collège par l’assurance que c’est le meilleur moyen de donner un coup à l’établissement des religieuses... L’établissement des religieuses a une nombreuse population : nous avons la certitude que la nomination proposée aura pour effet de la réduire considérablement ». Si l’accord ne se fait pas, « nous préférerions que le refus vint du clergé pour avoir l’opinion avec nous »21. Le doyen accepte de faire cours et est nommé le 22 janvier 188422.

23Pour ces écoles, les documents officiels, rapports triennaux et almanachs royaux, mentionnent explicitement que la religion est donnée « en vertu de l’article 8 de la loi de 1850 », pour exclure, du moins officiellement, tout accord semblable à la Convention d’Anvers.

  • 23 R. T., 1882-1884, p. LXXVI-XCVI.

24Dans la plupart des autres écoles où l’enseignement religieux n’est pas donné par un ecclésiastique, les instituteurs font répéter la lettre du cathéchisme par les élèves des classes préparatoires23.

25A la fin du gouvernement libéral, la position du clergé est donc très faible dans l’enseignement officiel : il n’est présent que dans 1 athénée sur 25, 12 écoles moyennes de garçons sur 85, 3 collèges communaux sur 4 et aucune école moyenne communale sur 5. Dans l’enseignement féminin, il n’y a que 5 professeurs dans les 36 écoles de l’Etat et aucun dans les 7 établissements communaux.

La réaction cléricale

  • 24 Mgr Faict y voit une manœuvre de la loge : « Nec mirum, siquidem nihil hostilius, nihil astutius ad (...)

26Le premier ministère catholique de 1884 est celui de la revanche. Il lui faut sinon détruire, du moins transformer et réduire l’œuvre de son prédécesseur. La loi du 20 septembre 1884 permet aux communes de supprimer les écoles primaires officielles, d’adopter à nouveau des écoles privées et de rétablir, si elles le jugent bon, l’enseignement religieux, qui est effectivement réintroduit dans la plupart des écoles. Une série de grandes villes maintiennent cependant le statu quo. Le clergé est d’ailleurs parfois réticent : il craint que cette mesure ne soit guère efficace là où les maîtres sont peu coopérants ou franchement hostiles, et qu’elle ne serve qu’à exclure toute faculté de subsides aux écoles catholiques24 et à dépeupler celles-ci.

27La même loi renverse les normes fixées pour l’extension de l’enseignement secondaire de l’Etat, en établissant comme limite supérieure les minima stipulés par la loi de 1881 : 20 athénées, 100 écoles moyennes de garçons et 50 de filles. Il faut donc supprimer 5 athénées, dont 4 redeviennent des collèges communaux et le cinquième une section latine annexée à l’école moyenne. Le gouvernement ferme immédiatement 3 écoles moyennes pour garçons dans les communes catholiques de Grammont, Enghien et Bree.

  • 25 Charles Woeste né à Bruxelles le 26 février 1837 et décédé dans cette ville le 5 avril 1922. Fils d (...)
  • 26 Jean-Joseph Thonissen (1816-1891), magistrat, commissaire d’arrondissement puis professeur de droit (...)
  • 27 Joseph-E. Devolder (1842-1919). Avocat, il remplace Woeste au ministère de la Justice en 1884 puis (...)

28Les années suivantes, Woeste25, qui, dès octobre 1884, a été écarté du pouvoir par le Roi et qui devient le leader de la fraction réactionnaire de la droite, harcèle le ministre de l’Intérieur pour obtenir la fermeture des écoles qu’il juge inutiles parce que leur population est insuffisante. Pendant le ministère de Thonissen26, homme suffisamment indépendant, une seule école est supprimée, en 1886 : l’école des garçons d’Ellezelles où l’administration est passée aux mains des catholiques en 1884. Woeste profitera de la plus grande souplesse du ministre Devolder27, qui succède à Thonissen en octobre 1887, pour faire supprimer deux écoles de garçons en 1888, dans la commune catholique d’Audenaerde et dans la commune libérale de Selzate, et deux écoles de filles, celle de Binche en 1889 où l’administration est à nouveau catholique depuis 1881 et celle de Couvin en 1890, où l’administration est libérale. Une dernière école sera supprimée en 1895 : l’école de garçons de Léau. La plupart de ces écoles ont une population très faible : Couvin, qui n’a pas de section préparatoire, détient le record avec 20 élèves en 1887, 17 l’année suivante et 16 en 1889.

  • 28 H. VAN DAELE, op. cit., p. 134-139. Les deux écoles ne sont mentionnées dans les rapports triennaux (...)

29Après 1895, l’enseignement de l’Etat ne subira plus de changement. En 1914, il y a 20 athénées, 78 écoles moyennes pour garçons et 34 écoles de filles. L’enseignement communal ne se développe guère. Le collège communal d’Ypres est supprimé en 1893. Il n’y a que la commune de Schaerbeek qui ouvre un athénée en 1913 mais la commune de Saint-Gilles ajoute une section d’humanités à son école moyenne. En 1914, il y a 8 collèges ou athénées communaux et 6 écoles moyennes pour garçons. Le nombre d’écoles de filles est plus difficile à préciser. Il y a 11 écoles communales subsidiées par le gouvernement, mais il y a des écoles non subventionnées comme celle d’Anvers28 qui ne sont pas mentionnées dans les rapports triennaux.

  • 29 A. TIHON, op. cit., t. I, p. 313. Aux chiffres repris dans ce tableau on a ajouté trois écoles cong (...)
  • 30 La liste fournie par le R. T., 1909-1911, p. 630-641, est certainement incomplète. Il est, de plus, (...)

30Les catholiques ont profité d’un gouvernement favorable pour étendre considérablement leur réseau scolaire. En 1911, ils dirigent 170 établissements de garçons alors que les pouvoirs publics n’en possèdent plus que 11029. Pour les filles, il y a 250 écoles tenues par des religieuses pour environ 50 écoles officielles30.

L’initiative de Woeste en 1888 et son accueil

31Après la victoire des catholiques aux élections de 1884, aucune initiative n’est prise pour introduire l’enseignement religieux dans les écoles moyennes, comme le nouveau parlement le fait pour l’enseignement primaire.

  • 31 Pierre-Lambert Goossens (1827-1906). Professeur puis vicaire de 1851 à 1856, il devient secrétaire (...)
  • 32 Lettre du 3 novembre 1886, de l’archevêque au ministre, annonçant qu’il est disposé à charger un pr (...)
  • 33 Avant de nommer le professeur, l’archevêque a demandé des renseignements au directeur de l’athénée (...)

32En 1886, l’archevêque de Malines, Mgr Goossens31, décide de nommer un professeur de religion dans les établissements d’enseignement secondaire de sa ville épiscopale et dès le 4 décembre un prêtre est désigné pour l’école moyenne des filles. Mgr Goossens annonce bientôt la nouvelle avec satisfaction au doyen de Malines32. Il attend cependant encore un an avant de nommer un professeur à l’école moyenne de garçons qui comprend à ce moment les deux classes préparatoires de l’athénée (septième et sixième)33.

33Il est certain que l’administration communale catholique a facilité cette reprise, de même que la bonne volonté du directeur de l’athénée et de l’école moyenne. Bientôt une initiative de beaucoup plus grande envergure va être prise par le gouvernement à la demande de Charles Woeste.

  • 34 C. WOESTE, Mémoires pour servir à l’histoire. contemporaine de la Belgique, t. I, Bruxelles, 1927, (...)
  • 35 C’est un argument qu’il développera plus tard à l’occasion de l’ouverture de l’école normale provin (...)

34Le 22 mars 1888, pendant la discussion du budget de l’instruction publique, Woeste demande que l’article 8 de la loi de 1850 rendant obligatoire l’enseignement religieux soit réellement exécuté. Cette demande est faite dans un discours où l’essentiel porte sur le gaspillage scolaire et sur la nécessité de fermer des écoles moyennes et normales. Il est difficile de cerner les mobiles qui ont poussé Woeste à accomplir cette démarche. Alors que, dans ses mémoires, il rappelle qu’il est revenu à la charge pour faire supprimer quelques écoles et qu’il a défendu l’enseignement libre, il ne souffle mot de son intervention en faveur de l’enseignement de la religion34. Il est probable qu’il a tenu compte de l’arrivée d’un ministre plus souple à l’Intérieur où Devolder a remplacé Thonissen. S’il intervient publiquement, c’est aussi pour forcer le ministre à prendre une position publique et à s’occuper activement du problème. Mais ce qui pousse Woeste n’est certainement pas le souci du développement de l’enseignement officiel. Il estime sûrement que le prêtre pourra avoir une bonne influence dans ces écoles malgré la composition du corps enseignant35. On peut supposer également que cette préoccupation s’inscrit dans sa conception plus large de la place de l’Eglise dans la société. Il faut encore rappeler que la première école de filles qui eut un professeur de religion est celle d’Alost, fief électoral de Woeste.

  • 36 Hubert-J.-W. Frère-Orban (1812-1896), avocat, chef de l’aile doctrinaire du parti libéral, représen (...)
  • 37 Léopold-F.J. Hanssens, né à Turnhout en 1832. Avocat et représentant libéral progressiste de l’arro (...)
  • 38 Séances des 22, 27 et 28 mars 1888 (A. P. Chambre, 1887-1888, p. 881-882, 911, 925-926 et 936-937).

35Pour le député catholique, le gouvernement doit faire appliquer la loi, si les bureaux administratifs négligent leurs obligations en n’invitant pas le clergé. Dans la discussion, Frère-Orban36 et Hanssens37, députés liégeois, ne s’attaquent pas de front à la proposition de Woeste mais ils demandent si on exigera la reprise de la Convention d’Anvers comme garantie pour obtenir la collaboration du clergé. Woeste estime que cette convention ne sera pas nécessairement appliquée mais que rien n’interdit des accords de ce genre entre les communes et le clergé. Sans entrer dans cette controverse, le ministre promet que les bureaux administratifs seront rappelés à leurs obligations et qu’en cas de refus le gouvernement interviendra lui-même38.

  • 39 Des journaux catholiques comme Le Journal de Bruxelles ou L’Ami de l’Ordre, ou libéraux comme l’Ind (...)
  • 40 Les bureaux administratifs sont composés du collège des bourgmestre, qui préside, et échevins de la (...)
  • 41 R. T., 1888-1890, p. 120-121.
  • 42 R. T., 1888-1890, p. 19-24.

36La presse ne fait guère écho à cette discussion39, mais le ministre passe à l’action. Le 19 juin 1888, il envoie une circulaire aux présidents des bureaux administratifs40 leur demandant s’ils ont déjà fait des démarches pour obtenir un professeur de religion. Si une telle invitation n’a pas été faite, le bureau est prié de se conformer à la loi en entreprenant les démarches nécessaires41. Peu après, le nouveau programme d’études, arrêté le 30 août, replace la religion parmi les matières obligatoires42.

  • 43 La synthèse des réponses est donnée dans le rapport du 20 mars 1889 de la section centrale de la Ch (...)
  • 44 Le rapport cite 17 écoles de garçons mais il y en a 2 pour lesquelles il signale que le professeur (...)
  • 45 R. T., 1885-1887, p. LXXXVI.
  • 46 Par comparaison, on peut supposer que les mêmes bureaux ont également fait la démarche pour trois é (...)
  • 47 C’est le cas du bureau de l’école moyenne de filles à Lierre (Lettre à l’archevêque du 6 juillet 18 (...)
  • 48 On peut le vérifier pour le diocèse de Malines où dans les six cas mentionnés par le rapport on pos (...)
  • 49 Ecoles des garçons de Binche (1888), Virton et Fosse (1889), et Pecq.
  • 50 Ecole des garçons de Lessines, Stavclot et Saint-Hubert (1889).
  • 51 Pour Verviers, le cours de religion est supprimé pendant les vacances de 1846 (Journal historique e (...)

37Les bureaux administratifs réagissent de manières diverses à l’initiative du ministre43. Sur les 135 établissements, 20 athénées, 79 écoles moyennes de garçons et 36 écoles de filles, il n’y a pas de problèmes pour 20 institutions, 1 athénée, 13 écoles de garçons et 6 de filles, où la religion est donnée par un prêtre en juin 188844. Dans 25 cas, 15 écoles moyennes de garçons et 10 de filles, les bureaux répondent que l’enseignement religieux est donné par les professeurs laïcs. En fait cette réponse n’en est pas une. Il s’agit ici d’enseigner « la lettre du catéchisme » dans les classes préparatoires45. Une telle réponse revient dans beaucoup de cas à éluder l’invitation du ministre. Pour les écoles de garçons, 7 bureaux qui avaient répondu ainsi estiment que c’est au gouvernement d’inviter le clergé et un bureau rappelle ses démarches antérieures46. Dans 4 cas, dont 3 écoles de filles, le bureau est cependant favorable à la nomination d’un prêtre et il a déjà invité le clergé47. Le ministre signale en effet l’avis favorable du bureau pour 19 établissements, 2 athénées, 11 écoles de garçons et 6 de filles. Il s’agit en fait des bureaux qui se sont adressés directement à l’évêque ou au clergé local48. Cette attitude positive ne concerne qu’un sixième des établissements intéressés, mais le chiffre est certainement trop bas. Parmi les écoles où un professeur est nommé en 1888 ou 1889, il y en a 4 sur lesquelles le rapport est muet49. Il est impossible qu’un ecclésiastique ait été nommé si tôt dans ces établissements sans le consentement et même la collaboration de l’autorité locale. Dans 13 cas, 2 athénées et 9 écoles de garçons, auxquels il faut ajouter 2 écoles de filles qui ont le même bureau, l’administration se borne à rappeler les démarches qu’elle a déjà faites pour obtenir un professeur de religion. Cette attitude peut avoir plusieurs significations. Dans le cas où un titulaire est désigné rapidement, la réponse a vraisemblablement un sens positif50. Dans les autres cas l’interprétation est plus difficile : veut-on souligner l’ancienne mauvaise volonté du clergé et justifier ainsi l’abstention actuelle du bureau ? Veut-on simplement montrer l’inutilité d’une nouvelle démarche ? Dans le cas de Verviers, où il n’y a plus de professeur de religion depuis 1846, la première réponse est presque certaine. Pour d’autres écoles, créées récemment ou ayant perdu leur professeur de religion après 1878, le doute est permis51.

  • 52 Lettre de Devolder à Goossens du 22 septembre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).
  • 53 Cette tactique est soulignée par A. SMETS, Le clergé dans l’enseignement moyen, dans la Revue pédag (...)
  • 54 Le bureau de l’école moyenne de Léau signale que la religion n’est pas au programme de 1881, qu’il (...)

38Pour 9 athénées et 23 écoles moyennes de garçons, le bureau administratif décline toute compétence et estime que c’est au ministre à prendre la responsabilité d’une démarche auprès des autorités ecclésiastiques. En fait ce nombre est inférieur à la réalité : il faut par exemple y ajouter Vilvorde pour le Brabant52, mais il faut surtout tenir compte des douze établissements féminins qui ont le même bureau administratif que l’école des garçons. Cette réaction est certainement la plus importante : elle vise 43 des 115 établissements concernés. C’est ainsi qu’après hésitation, une grande partie des administrations libérales ont réagi53. D’autres se réfugient dans l’abstention complète ou dans un refus net54. Toute absence d’indication dans le rapport ne signifie pas pour autant que le bureau n’a pas agi positivement. Les quatre nominations faites en 1888 et 1889 pour lesquelles il n’est rien indiqué dans le rapport prouvent le contraire. Les bureaux pouvaient en effet s’adresser directement à l’autorité ecclésiastique sans prévenir le ministre, mais il est probable que les cas furent assez rares. Si on ne tient pas compte des 4 écoles où un professeur a été nommé rapidement, les bureaux administratifs de 22 établissements, 6 athénées, 10 écoles moyennes pour garçons et 6 pour filles ont réagi par l’abstention absolue.

  • 55 Des 25 établissements où la religion est enseignée par un laïc, on a retranché les 4 cas où le bure (...)

39Face à cette attitude majoritairement négative : ignorance (22 cas), renvoi au ministre (43 cas), rappel des échecs antérieurs (13 cas) et réponse dilatoire en indiquant que le catéchisme est enseigné par des laïcs (11 cas), soit 90 cas sur 11555, quelle sera l’attitude officielle du clergé ?

  • 56 Les évêques de Malines et de Namur envoient une lettre aux différents doyens concernés le jour ou l (...)
  • 57 Le procès-verbal de la réunion (A. A. M., Réunions des évêques et A. E., NAMUR, Carton 12) ne conti (...)

40Pour répondre à l’initiative du ministre et aux demandes individuelles des bureaux, les évêques réagissent d’abord en ordre dispersé. Certains consultent le clergé local56. A leur réunion du 1er septembre 1888, ils discutent de la nomination éventuelle de professeurs de religion et décident d’examiner chaque cas en particulier, mais sans arrêter de critères précis d’évaluation57.

  • 58 Lettre du 22 septembre à Goossens (A. A. M., F. S., Staatsscholen II) et du même jour à Faict (A. E (...)

41Le 22 septembre, le ministre ayant reçu une réponse d’une partie des bureaux administratifs demande à chaque évêque quelles sont ses intentions vis-à-vis des établissements pour lesquels l’administration locale a jugé que le gouvernement devait prendre l’initiative58.

  • 59 Les réactions des évêques sont données dans une lettre circulaire que Goossens envoie à ses collègu (...)
  • 60 Isidore-Joseph Du Rousseaux (1826-1897). Professeur puis directeur du petit séminaire de Malines. S (...)
  • 61 Le gouvernement « assurera au clergé les moyens de donner cet enseignement de manière honorable et (...)
  • 62 Jean-Baptiste Belin (1821-1892). Prêtre du diocèse de Tournai, il se consacre au ministère paroissi (...)

42Les réactions des évêques sont diverses mais vont toutes de la réserve plus ou moins grande au refus absolu59. L’évêque de Tournai, Mgr Du Rousseaux60 est « disposé à permettre le concours de son clergé dans les établissements où le clergé pourra, sans nuire à ses autres obligations, remplir sa mission honorablement et efficacement ». Il reprend ainsi les termes du ministre Rogier expliquant, en 1850, comment sera appliqué l’article 8 de la loi sur l’enseignement moyen61. Mgr Belin, évêque de Namur62, a répondu dans les mêmes termes au ministre, ajoutant qu’il ferait « toutes les concessions compatibles avec le grand intérêt religieux en question », mais il ajoute à l’intention de l’archevêque : « en fait, sur 18 établissements que contient mon diocèse, il y en aura probablement trois qui auront un aumônier ».

  • 63 Victor-Joseph Doutreloux (1837-1901). Docteur en théologie, professeur dans l’enseignement secondai (...)

43L’évêque de Liège, Mgr Doutreloux63, est plus hésitant. C’est d’ailleurs lui qui désire une concertation des évêques. Il propose de rétablir le cours de religion là où les circonstances permettent « d’espérer que les conditions indispensables à son succès seront acceptées et réalisées », mais il voudrait que les évêques conviennent des conditions à proposer et qui pourraient être extraites de la Convention d’Anvers.

  • 64 Henri-Charles Lambrecht (1848-1889). Docteur en théologie, professeur au grand séminaire de Gand, i (...)
  • 65 Il oublie l’école moyenne de Saint-Nicolas qui n’a pas de professeur de religion.
  • 66 Jean-Joseph Faict (1813-1894). Après quelques mois d’études à l’université, il est nommé professeur (...)
  • 67 Faict répond au ministre le 2 octobre, à propos des trois écoles citées par le ministre. « Tels que (...)
  • 68 Lettre au ministre du 9 novembre 1888 (A. E., BRUGES, Acta).

44Les évêques des régions exclusivement flamandes sont plus catégoriques. Mgr Lambrecht, de Gand64, a répondu au ministre qu’il était disposé à accorder le concours du clergé s’il recevait des garanties suffisantes, c’est-à-dire l’inspection de tous les livres employés par l’école et « la promesse que les professeurs ne diront rien qui soit contraire à la doctrine catholique ». Pour lui, il n’y a d’ailleurs pas de problème : les quatre communes où les écoles n’ont pas de professeur de religion n’en veulent pas et les autres en ont depuis longtemps65. Mgr Faict, de Bruges66, est plus sévère. Il n’a pas encore répondu au ministre. Pour lui, « il y a des établissements qui ont été créés dans un but hostile, et dont le personnel est ouvertement antireligieux. A ceux-ci nous ne pouvons prêter aucun concours ». Pour les autres, la collaboration doit dépendre de la promesse d’écarter « tout enseignement de tout livre contraire à la foi et aux mœurs »67. En fait l’évêque répondra finalement au ministre qu’il ne peut prendre de décision positive, craignant que les résultats de l’enseignement religieux ne soient pas satisfaisants68.

45L’archevêque de Malines reste prudent. Il faut envisager les circonstances propres à chaque établissement. Pour lui, il faut « l’assurance morale que le prêtre sera entouré du respect dû à son caractère et que son action sera appuyée par le corps enseignant de manière à la rendre efficace ». Une telle attitude peut sembler plus souple que celle des évêques flamands puisqu’elle ne brandit pas d’interdits mais elle est plus exigeante puisqu’elle demande l’appui actif du corps enseignant.

  • 69 Dans sa lettre confidentielle aux évêques du 7 novembre, Goossens, qui envoie sa réponse au ministr (...)

46En fait, Mgr Goossens négocie avec le ministre et obtient une partie des garanties qu’il souhaite69. Les trois conditions qu’il exige sont reprises dans la lettre officielle qu’il envoie au ministre le 6 novembre 1888.

« Puisque le gouvernement nous invite à donner l’enseignement religieux dans les athénées et les écoles moyennes de l’Etat, je ne puis douter que, reconnaissant l’importance de cet enseignement, il n’entende lui donner, dans le programme des études, la place qu’il mérite. Je suis convaincu aussi que, comme le prescrit formellement l’art. 5 de la loi de 1884 sur l’enseignement primaire, les professeurs seront tenus de s’abstenir, dans leur enseignement, de toute attaque contre les convictions religieuses des familles dont les enfants leur seront confiés, et que l’emploi de livres combattant la doctrine que le clergé est appelé à enseigner, ne sera ni autorisé, ni toléré.
Dans cette persuasion, je chargerai un prêtre de donner l’enseignement religieux dans les établissements où, dès à présent, j’ai lieu de croire qu’il le fera dignement et efficacement. »

  • 70 Lettre au ministre du 6 novembre (A. A. M., F. S., Staatsscholen II et A. P., Chambre, 1888-1889, p (...)

47L’archevêque promet de nommer un professeur dans 8 des 10 établissements indiqués par le ministre en juin70.

48Il est remarquable que certaines exigences des années 50 ne soient plus reprises. On ne demande plus l’inspection personnelle des livres scolaires. On ne fait aucune mention de l’exclusion des autres cultes, exigence qui avait constitué une pierre d’achoppement en 1851, mais le ministre s’efforce d’accorder le plus de garanties possibles à l’enseignement religieux.

  • 71 Arrêté royal du 30 août 1888 pour les athénées et pour les écoles moyennes de garçons. Arrêté minis (...)

49En août et septembre 1888, les règlements des athénées et des écoles moyennes avaient réintroduit le cours de religion dans l’horaire officiel et fixé le nombre d’heures qui lui était consacré71.

  • 72 Circulaires des 4 et 11 septembre 1888 aux préfets d’athénées et aux directeurs et directrices des (...)
  • 73 Circulaire du 3 décembre 1888 (R. T., 1888-1890, p. 125-126). Cette latitude laissée par le ministr (...)
  • 74 R. T., 1888-1890, p. 127-129.

50Le ministre rappelle bientôt que ce n’est qu’en vertu de l’article 15 de la Constitution que les pères de famille ont le droit de faire exempter leurs enfants72. Comme le nouveau programme ne doit entrer en vigueur que progressivement d’année en année à partir des classes inférieures, on peut supposer qu’il en va de même pour le cours de religion. En décembre cependant, le ministre rappelle que le temps prévu pour le cours de religion doit être effectivement inscrit à l’horaire mais que c’est au ministre du culte de décider s’il fera cours dans toutes les classes ou simplement dans la division inférieure. Si le cours n’est pas donné, il doit être remplacé par des répétitions, une étude ou de la gymnastique73. En mars 1889, le ministre indique le nombre de points à accorder à l’examen de religion74.

  • 75 Alfred-M.J. Magis (1840-1921), docteur en droit, conseiller communal de Liège en 1872 et échevin de (...)
  • 76 Séances des 4, 9, 10 et 11 avril 1889 (A. P., Chambre, 1888-1889, p. 875-878, 882-885, 911-912, 935 (...)

51Au moment de la discussion du budget de l’Intérieur en avril 1889, un débat s’engage de nouveau entre Woeste et Magis, un député libéral de Liège75, qui reprend les anciens arguments pour ou contre la Convention d’Anvers et les garanties accordées au clergé. A la fin de son intervention, Magis met l’accent sur l’inconstitutionnalité, selon lui, de la Convention qui exclut les ministres des cultes non-catholiques. La réponse de Woeste est assez embarrassée76.

  • 77 Le même titulaire est toujours en fonction en 1911 (A. R. O., 1911, p. 715). Il est remplacé l’anné (...)
  • 78 A. R. O., 1914, p. 716.

52Bientôt le problème sera symboliquement réglé dans le sens du pluralisme. A l’école moyenne des filles d’Arlon, un professeur de « religion israéliste » est nommé le 4 juillet 188977, quelques jours avant le prêtre catholique. Ce sera le seul cas jusqu’à la nomination d’un autre professeur juif à l’athénée d’Anvers en 191178. Il n’est pas sûr que le clergé catholique aurait admis la présence d’un pasteur protestant dont l’influence risquait d’être plus sensible parce que plus proche du catholicisme que la religion juive qui coïncidait avec un peuple particulier.

  • 79 Circulaire du bureau administratif citée par de Trooz et réponse du ministre (A. P., Chambre, 1890- (...)
  • 80 Lettre au préfet de l’athénée de Louvain, 12 janvier 1892 (R. T., 1892-1895, p. 34). Circulaire du (...)
  • 81 Malgré cela le clergé insistera toujours pour que les parents soient placés le moins souvent possib (...)

53Cette question reviendra encore dans les discussions de la Chambre en 1891, mais elle va être éclipsée par une autre plus importante concrètement. Quel est le caractère obligatoire du cours de religion ? Pour les libéraux, le cours est facultatif comme l’exprime une circulaire envoyée en 1890 par le bureau administratif de Louvain aux parents des élèves. « Nous envisageons le cours de religion comme facultatif et ne devant être suivi que par les élèves spécialement inscrits à cette fin ». Soucieux de donner satisfaction aux évêques, le gouvernement catholique adoptera toujours la thèse de l’obligation du cours. Il ne s’agit pas d’un cours facultatif comme un cours de musique ou d’une troisième langue, mais d’un cours qui doit être suivi par tous, sauf par les élèves dont les parents demandent la dispense en vertu de la liberté reconnue par l’article 15 de la Constitution79. Le gouvernement rappellera constamment cette pratique en interdisant aux bureaux administratifs d’envoyer des circulaires aux parents pour la dispense de ce cours80. Le problème ne sera en fait résolu qu’avec l’introduction en 1924 d’un cours de morale et la multiplication des professeurs de religion non-catholique. A ce moment, un des cours sera obligatoire et les parents seront obligés de choisir81.

Le rétablissement des cours de religion

  • 82 Voir le tableau I. Celui-ci a été dressé à partir de la date de nomination fournie par l’Almanach r (...)
  • 83 Le R. T., 1909-1911, p. LXXXVI, affirme que l’enseignement religieux est donné dans toutes les écol (...)
  • 84 A l’école de Spa, ouverte en 1906 par l’administration libérale, le cours de religion est créé en 1 (...)

54La création ou le rétablissement du cours de religion ne se fera que lentement. Les cas faciles sont réglés rapidement mais ils sont rares : 4 professeurs sont nommés en 1888, 9 en 1889 et 7 en 189082. Les nouveaux cours sont encore peu nombreux les années suivantes : 5 en 1891, 9 en 1892 et 6 en 1893. La période la plus importante se situe de 1894 à 1897, avec 16, 12, 9 et 21 nominations. A ce moment le cours est rétabli dans 119 établissements sur 132. Pendant les cinq années suivantes, on crée un cours de religion dans neuf écoles. A la fin de 1902, il ne reste que quatre écoles moyennes sans professeur de religion. Deux professeurs sont nommés en 1907 et 1908 et les deux derniers en 1922 et 192483. Dans l’enseignement communal, des professeurs de religion seront nommés dans tous les anciens collèges, mais il n’y aura qu’un professeur de religion dans une école moyenne, l’école des filles à Spa84.

  • 85 Il a fait préparer une liste des établissements sans cours de religion en 1896 (Note dans A. G. R.,(...)
  • 86 Voir la lettre du ministre de Trooz à l’évêque de Bruges du 30 août 1900 rappelant la lettre du 5 d (...)

55Si la lenteur des premières années manifeste les réticences et les refus des parties concernées, l’activité intense des années 1894 à 1897 s’explique par la volonté des catholiques de rétablir le cours de religion dans l’enseignement organisé par les pouvoirs publics. Elle coïncide avec le rétablissement du cours de religion au programme des écoles primaires que la loi de 1895 rend obligatoire pour toutes les communes. En 1896, le nouveau ministre de l’Intérieur, Schollaert, écrit aux évêques qui ont encore des écoles sans cours de religion dans leur diocèse85. Les années suivantes, lui et son successeur renouvellent leurs démarches auprès des retardataires86.

56Les facteurs qui ont favorisé ou retardé l’introduction de l’enseignement religieux sont multiples. Il est impossible d’étudier dans le détail les 111 établissements qui n’avaient pas encore de professeur de religion en 1888, mais il y a moyen de procéder à une double démarche à partir d’un cadre partiel peut-être mais malgré tout suffisamment englobant. Un premier type d’approche globale pourra mettre en avant quelques facteurs. Un second, plus ponctuel, permettra de confirmer, d’étoffer ou de nuancer le premier.

57La décision d’introduire un prêtre dans un établissement officiel d’enseignement revient en dernier ressort à l’évêque du lieu. Suivant la loi, le pouvoir public se limite à inviter un ministre du culte. Le gouvernement peut le faire ou ignorer la loi, mais l’initiative de Woeste a provoqué l’action gouvernementale. Le ministre de l’Intérieur offrira des garanties pratiques plus ou moins efficaces, nomination et surveillance des professeurs, choix des livres scolaires..., et pourra inviter les évêques de manière plus ou moins pressante à nommer un professeur de religion. Les ministres Schollaert et de Trooz ont agi de la sorte.

58Si l’attitude des évêques est décisive, elle tient compte d’une série d’éléments tout en étant également marquée par leurs options pastorales et leur mentalité commune ou individuelle. Tant qu’on en reste à une politique sélective, un prêtre ne sera nommé dans un établissement particulier que dans la mesure où on espère que sa situation y sera honorable et son action efficace. Cela suppose la collaboration ou du moins la neutralité de l’administration communale qui agit par l’intermédiaire du bureau administratif. L’attitude du corps professoral entrera aussi en ligne de compte. Finalement, la composition de la population scolaire peut également influencer l’évêque. Suivant que l’école est fréquentée surtout par des élèves de parents pratiquants ou de parents indifférents, l’efficacité du cours de religion risque d’être plus ou moins grande.

59La décision de nommer un professeur de religion dépend aussi de la situation de l’ensemble de l’enseignement dans chaque localité. L’école officielle peut être l’unique école de l’endroit et être fréquentée par tous les élèves de la localité. Souvent il existe en face d’elle une école catholique. Dans ce cas, l’urgence de nommer un professeur de religion dans l’établissement officiel est moins grande. Les parents qui désirent une instruction religieuse pour leurs enfants les enverront à l’école catholique. En fait le problème n’est pas si simple. A côté des partisans convaincus de l’école catholique ou de l’enseignement de l’Etat, il y a une masse plus ou moins grande de parents qui choisiront l’école en fonction de divers critères, où la religion peut intervenir à titre subsidiaire. Nommer un professeur de religion à l’école officielle peut entraîner certains parents à y mettre leurs enfants. C’est la grande crainte du clergé. C’est parfois l’espoir de l’administration communale, comme à Andenne en 1883.

60A côté de l’évêque et des instances officielles, un troisième groupe intervient : le clergé local, curés ou vicaires de paroisse, mais également directeurs ou professeurs de collège, et les catholiques qui soutiennent activement l’Eglise. L’évêque devra non seulement tenir compte de ces réactions mais souvent il ne sera au courant de la situation locale que par l’intermédiaire du curé de la paroisse où se trouve l’école.

61Trois situations peuvent faire l’objet d’une approche complète : la présence d’une municipalité favorable ou non au clergé, la concurrence au plan local entre un établissement de l’Etat et une école catholique et le type d’établissement officiel. Peut-on découvrir une différence significative entre le temps qu’il faut pour qu’un prêtre soit nommé professeur de religion suivant que l’administration communale est catholique ou non, qu’il y a concurrence ou non entre enseignement officiel et libre, ou qu’il s’agit d’une école moyenne ou d’un athénée ?

Religion et politique

  • 87 Pour étudier rapidement les tendances politiques des administrations communales, on a utilisé [F. L (...)

62Les rapports entre la tendance politique de l’administration communale et la rapidité de l’introduction de l’enseignement religieux dans l’école de l’Etat ne sont pas simples87.

  • 88 Voir le tableau IL Pour les établissements qui ont gardé leur professeur de religion pendant la gue (...)

63Sur les 132 établissements existant en 1914, 93 étaient dans une commune libérale, progressiste ou libérale-socialiste au moment de la nomination du professeur de religion, 37 dans une commune catholique et 2 dans une commune dirigée par une alliance libérale et catholique88. Ces deux cas ne seront pas retenus pour la suite de l’exposé.

64Pour pouvoir comparer les deux séries, on pourrait prendre l’année moyenne de la première nomination d’un professeur de religion, mais les écarts sont trop grands à cause d’écoles comme celles de Blankenberge ou de Nieuport qui n’ont un prêtre qu’en 1922 et 1924. On a donc retenu l’année médiane, celle où la moitié des établissements ont un professeur de religion. Pour les communes catholiques, elle se situe au début de 1893 tandis qu’il y a un décalage d’un an (milieu 1894) pour les communes libérales. Si on tient compte du fait que 106 établissements sur 132 ont un professeur de religion entre 1888 et 1900, soit pendant une période de 14 ans, la différence d’un an semble significative. Il est cependant intéressant de faire la contre-épreuve en ne tenant compte que des établissements où les nominations sont faites à partir de 1888. En effet, des 21 écoles où la religion avait été organisée avant 1888, 13 se trouvent dans des communes catholiques. Sur les 111 établissements restants la moitié des écoles situées dans une commune libérale ont un professeur de religion à la fin de 1894 tandis que du côté catholique cela ne se produit qu’au début de 1896. Ce renversement de situation constitue un problème qu’il faut tenter d’élucider.

65Bien qu’on puisse s’attendre à une plus grande collaboration de la part des administrations catholiques, ce sont souvent celles-ci qui retardent l’entrée du prêtre à l’école officielle. Les deux écoles où le professeur de religion n’est nommé qu’après la guerre de 1914 se trouvent dans des communes catholiques. Les communes où la majorité catholique est stable sont généralement les plus réticentes. Dans 4 communes (comptant 6 écoles) où il y a un changement électoral en faveur des catholiques avant que le cours de religion soit rétabli, un prêtre est nommé plus rapidement que dans les communes traditionnellement catholiques. Pour les 18 établissements restants, le prêtre entre « en moyenne » une année plus tard.

  • 89 Le doyen de Lierre souligne cette hostilité des notables catholiques qu’il a consultés. Même « les (...)

66Pour comprendre le phénomène, il faut voir au-delà de l’administration communale la tendance de ses électeurs. Dans les communes à majorité catholique, la population, généralement hostile à l’enseignement officiel, sera opposée à l’entrée du prêtre dans ces écoles. L’administration communale et le clergé seront très attentifs à cette réaction qu’ils partagent d’ailleurs souvent personnellement même s’ils sont conscients qu’ils ne peuvent refuser de créer un cours de religion pour ce motif89.

  • 90 Quelques années après l’événement, le professeur de religion de l’école moyenne de Schaerbeek rappe (...)

67Pour les administrations libérales par contre, il importe avant tout d’assurer l’existence de l’enseignement dirigé par les pouvoirs publics. Parmi les diverses tendances au sein des partis anticléricaux, les partisans de l’exclusion absolue du prêtre de l’école ne sont probablement pas majoritaires. Si les progressistes et les socialistes veulent la séparation totale de l’enseignement laïc et de la religion, les doctrinaires et leurs émules sont prêts à accorder au clergé l’entrée dans les écoles de l’Etat à condition qu’il reste dans les limites du droit commun. Ils seront cependant parfois obligés de prendre publiquement position contre l’entrée du prêtre à l’école sans que cette opposition soit sérieuse90.

Religion et concurrence

  • 91 Jules-M.L. Bara (1835-1900). Docteur en droit, représentant libéral de l’arrondissement de Tournai (...)
  • 92 Séance du 11 avril 1889 (A. P., Chambre, 1888-1889, p. 950).
  • 93 Le cas de Binche, où il y a un collège épiscopal et une école moyenne de l’Etat est douteux : il n’ (...)

68La concurrence entre établissement de l’Etat et école catholique risque d’avoir des conséquences plus importantes : le clergé peut être tenté de retarder ou de refuser un prêtre pour le cours de religion en vue d’obliger le maximum de parents catholiques à envoyer leurs enfants dans ses écoles. Dans son intervention à propos des premiers résultats de la circulaire de 1888, Bara91 s’en prend au clergé : « Je sais ceci : c’est que le prêtre, dans certains chefs-lieux de canton, là où il n’y a pas d’établissement de jésuites, de collège religieux, cherche à entrer dans l’école moyenne parce qu’il y trouve des avantages pécuniaires, mais ailleurs il s’abstient »92. Prononcées au mois d’avril 1889, ces paroles, mis à part peut-être l’aspect financier, reflètent assez bien la réalité. Des 7 écoles où un prêtre a été nommé depuis juin 1888, toutes sauf une sont situées dans de petites localités où il n’y a pas d’école catholique équivalente93, mais en est-il de même pour l’ensemble de la période ?

  • 94 Voir le tableau II. Pour établir la liste des établissements, autres que ceux pour garçons du diocè (...)
  • 95 Ecole des garçons de Châtelet, Messines, Rochefort et Vilvorde et école des filles à Diest.

69Il n’est pas toujours facile de déterminer avec certitude la présence d’un établissement catholique concurrent donnant une formation équivalente à celle de l’école officielle94. Le problème se pose surtout pour les écoles moyennes de garçons. Dans beaucoup de villes, il n’existe qu’un collège épiscopal ou congréganiste ayant des humanités anciennes, complètes ou non, et éventuellement une section professionnelle ou moderne dont les premières années sont plus ou moins semblables aux classes des écoles moyennes. Les sections moyennes proprement dites sont beaucoup plus rares au XIXe siècle. Pour les établissements féminins, le problème même de l’existence d’une école de niveau secondaire est parfois difficile à résoudre. Les listes publiées dans les rapports triennaux sont incomplètes et les recoupements par l’étude de la série des rapports ne donnent pas toujours de résultats. A cause de ces difficultés, 5 cas ont été éliminés : pour 4 écoles de garçons et une école de filles95.

70Les résultats sont ici nettement plus concluants que dans l’étude de la tendance politique. Parmi les 127 établissements de l’Etat, 84 ont en face d’eux une école épiscopale ou congréganiste de niveau équivalent tandis que 43 ont le monopole de l’enseignement à leur niveau. Lorsqu’il y a concurrence, le prêtre entre relativement tard dans l’enseignement officiel : à la fin de 1894, la moitié des écoles ont un professeur de religion. Là où l’école officielle est la seule de la localité, un prêtre est nommé dans la moitié des écoles dès le milieu de 1891. Manifestement, le facteur concurrence joue beaucoup plus fortement que le facteur politique. Il faut cependant nuancer cette affirmation. Le phénomène est surtout important avant 1888. Sur les 21 établissements qui ont un professeur de religion à cette date, 10 n’ont pas la concurrence d’une école libre. Si on ne tient compte que des établissements où la nomination d’un professeur s’est faite après 1888, on aboutit à un décalage moins important. La moitié des professeurs sont nommés dans des établissements sans concurrence au début de 1893 et la moitié des prêtres destinés aux autres écoles sont en fonction à la fin de 1895.

  • 96 Voir par exemple la note 89.
  • 97 Lettre du doyen de Vilvorde à Goossens du 4 octobre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II). Le do (...)

71Le clergé hésite à créer un cours de religion dans l’école officielle parce qu’il craint la défection d’une partie des parents qui envoyaient leurs enfants à l’école catholique. L’argument de l’absence d’un cours de religion tombant, ils pourraient être incités à choisir l’enseignement officiel pour de multiples raisons, proximité, coût éventuellement moindre, meilleure instruction dans certains cas, possibilité plus grande de débouchés... Souvent revient la crainte de mettre une « étiquette » qui attire les parents96. En octobre 1888, le doyen de Vilvorde s’inquiète parce que l’annonce de l’entrée éventuelle du prêtre à l’école moyenne de l’Etat « a suffi pour nous enlever déjà deux ou trois élèves », et il voit déjà son collège disparaître97.

  • 98 Seul le professeur de Ciney répond affirmativement à cette question. Pour la ville de Rochefort, on (...)
  • 99 Cf. la lettre du doyen de Vilvorde (note 97).
  • 100 Dans la majorité des écoles, la population scolaire évolue dans le même sens qu’avant. Elle diminue (...)
  • 101 Pour les écoles de filles, le caractère incomplet des rapports triennaux est trop flagrant pour qu’ (...)

72Dans son enquête de 1902 sur la situation de l’enseignement religieux, l’évêque de Namur demande aux professeurs si leur présence n’a pas attiré des élèves dans leur établissement. Si la réponse est largement négative98, la préoccupation manifeste clairement les appréhensions du clergé, qui risque également de voir se tarir partiellement la générosité des bienfaiteurs de ses écoles99. Ces craintes semblent vaines non seulement dans le diocèse de Namur mais également ailleurs. Dans le diocèse de Malines, l’introduction du cours de religion n’a pas entraîné de changement significatif dans la population scolaire des écoles officielles100. Il est impossible de trouver des exemples certains de ruine d’établissement catholique suite à l’entrée du clergé dans l’école officielle101.

Religion et caractère de l’école

  • 102 Voir le tableau II.

73La comparaison entre les différents types d’établissements permet deux constatations importantes. Il faut se limiter ici à la période après 1888 : il est en effet certain que l’ouverture d’écoles de filles en pleine lutte scolaire les a défavorisées par rapport aux écoles de garçons. La moitié des athénées ont un professeur de religion à la fin de 1896 et la moitié des écoles moyennes, tant de filles que de garçons, à la fin de 1894102.

  • 103 Seules les villes d’Arlon et de Tongres n’ont pas de collège catholique au moment où le professeur (...)
  • 104 Lettre du cabinet du ministre de Burlet à Goossens du 24 novembre 1894 (A. A. M., F. S., Staatsscho (...)
  • 105 Rapport du professeur de religion pour les années 1896-1897 et 1897-1898 (A. A. M., F. S., Enseigne (...)

74Il est manifeste que le clergé hésite davantage à entrer dans les athénées qui lui apparaissent comme les forteresses de l’enseignement laïque dans des villes libérales où il y a presque toujours un collège catholique pour leur faire contrepoids103. Même le ministre de l’Intérieur conseille de commencer par nommer un prêtre à l’école moyenne de Bruxelles plutôt qu’à l’athénée104. Le récit des premières difficultés du professeur de religion dans cet établissement vient d’ailleurs confirmer ces appréhensions. Le nouveau professeur a été plusieurs fois reçu « avec les vieilles rengaines connues » par ceux qui ne suivent pas son cours. Un jour, il a été accueilli en classe avec des cris de corbeaux. Envoyé chez le préfet, l’élève responsable en a été quitte avec des excuses faites en privé. Un des professeurs a eu une attitude indigne de son état. Lors de la distribution des prix en fin d’année, à laquelle le professeur de religion n’a pas osé assister, il y a eu un incident lors de la proclamation des résultats de religion105.

  • 106 L’évêque consulte le clergé local, parfois le directeur du collège épiscopal, mais jamais les respo (...)

75Il n’y a par ailleurs aucune différence entre les écoles moyennes de garçons et celles de filles. Le clergé, qui aurait pu considérer ces écoles comme une innovation scandaleuse et préférer s’abstenir de les cautionner, n’a fait aucune distinction. Le fait que les écoles catholiques concurrentes ne dépendaient pas directement de lui a probablement ôté ou diminué l’obstacle106.

76L’entrée du prêtre dans un établissement officiel dépend finalement de l’appréciation du clergé sur l’école et ceux qui la contrôlent.

  • 107 Lettre du doyen à Mgr Verhulst, vicaire général, du 11 juillet 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen(...)

77L’attitude générale des membres du bureau administratif peut être directement visée par le clergé, mais les déclarations négatives sont rares à ce sujet. Celles du doyen de Tirlemont sont virulentes. Le bureau est « composé de la fine fleur de la gueuserie tirlemontoise ». Le président a interdit à son fils de fréquenter le cours de religion au collège communal. Le secrétaire est « rédacteur en chef de l’archigueuse Gazette de Tirlemont qui ne cède en rien aux feuilles les plus impies et les plus ordurières du pays ». Malgré tout, le doyen estime qu’on ne peut refuser un prêtre pour l’école moyenne des filles, mais celui-ci, malgré la présence d’un ecclésiastique au collège communal, ne sera nommé que huit ans plus tard, l’année des dernières nominations faites dans le diocèse de Malines107.

  • 108 Consulté, le curé de Saint-Boniface à Ixelles demande des renseignements au préfet de l’athénée qui (...)
  • 109 Lettre du doyen de Walcourt à Charlier, vicaire général de Namur, du 8 janvier 1897, rappelant les (...)

78Le clergé attache plus d’importance à la position des professeurs vis-à-vis du catholicisme. Dans l’avis qu’ils rendent à leur évêque, les curés d’Ixelles, Vilvorde et Tirlemont, donnent une appréciation, favorable ou négative, sur le directeur et certains professeurs108. A Walcourt, le directeur est un « homme sceptique et libre penseur ne mettant jamais les pieds à l’église ». Il ne faut donc pas « planter le drapeau catholique » sur cette école où « les élèves qui y entrent encore chrétiens ne tardent pas à en subir l’influence délétère »109.

  • 110 Lettre à Schollaert du 4 septembre 1895 (A. G. R., Fonds Schollaert-Helleputte, 4).
  • 111 Ayant eu la visite du nouveau directeur, qui désire que l’enseignement religieux soit organisé, le (...)
  • 112 Voir l’Almanach royal. On n’a pas fait de relevé systématique du phénomène qui n’implique pas toujo (...)

79La présence d’un directeur hostile ou simplement mal vu du clergé entraîne l’abstention. Désirant nommer un professeur à l’athénée de Liège, l’évêque attend d’abord de connaître le nouveau préfet110. Dans certains cas, le clergé attend le changement du directeur pour intervenir. A Wavre, c’est la démarche du nouveau directeur qui entraîne l’accord du clergé111. A Walcourt, à Huy, à Visé et probablement ailleurs encore, le professeur de religion est nommé en même temps ou peu après le nouveau directeur112.

  • 113 Rapports des différents professeurs de religion entre 1895 et 1911. Ces rapports sont parfois très (...)
  • 114 Rapports sur toutes les écoles officielles du diocèse pour l’année 1901-1902 (A. E., NAMUR, Rapport (...)

80Les rapports des professeurs de religion permettent également de jeter quelques lumières sur cette question. Ils ne font pas connaître généralement la situation antérieure à leur arrivée, mais celle-ci n’a guère varié lorsqu’il n’y a pas eu de changements importants dans le personnel. De plus, ils sont faits par des personnes qui, à la différence du clergé paroissial, sont dans la place et ont pu apprécier directement leurs collègues. Tant pour le diocèse de Malines113 que pour celui de Namur114, les professeurs de religion soulignent généralement l’attitude positive de leurs collègues et souvent la collaboration plus ou moins active du préfet ou du directeur. Les exceptions sont peu nombreuses : hostilité des directrices de Namur (1902) et de Laeken (1897 et 1898), réticences du préfet et attitude indigne d’un professeur de l’athénée de Bruxelles (1898). Les éloges sont beaucoup plus nombreux que les accusations.

  • 115 Lettre à Goossens du 4 octobre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen 11).

81Le risque de voir le cours de religion déserté ou fort peu suivi pourrait également influencer la décision du clergé. Sous le régime de la Convention d’Anvers, antérieurement à la guerre scolaire de 1879, l’assistance au cours était massive et les dispenses, autres que celles accordées au non-catholiques, étaient rares. Même si le gouvernement, aiguillonné par le clergé s’efforce de promouvoir la fréquentation du cours, on ne retrouvera jamais la situation d’avant 1879. Dans quelle mesure cependant la décision prise pour chaque établissement particulier a pu être influencée par la prévision de la réussite du cours au plan de sa fréquentation ? Dans les motifs qui justifient pour lui l’abstention, le doyen d’Anvers prétend que la plupart des parents n’enverront pas leur enfant au cours de religion « uniquement par haine de la Religion et par respect humain »115. Pourquoi nommer alors un professeur pour une petite minorité ? Il est probable que cette réaction a également joué ailleurs. Dans la crainte d’une abstention massive qui manifesterait clairement le recul de l’influence religieuse sur une partie de la jeunesse, le clergé préfèrera ne pas s’engager, d’autant plus qu’il craindra l’indifférence et surtout l’hostilité des élèves qui ne sont pas inscrits au cours de religion.

  • 116 Cf. notes 114 et 115.
  • 117 Le cas de l’école moyenne de filles d’Ixelles est exemplaire des variations à court terme : 38 % d’ (...)
  • 118 A l’école moyenne des garçons de Vilvorde, la fréquentation du cours passe de 79 % en 1896-97 à 82  (...)
  • 119 A l’école moyenne de Hal, la fréquentation tombe progressivement de 83 % en 1897-98 à 52 % en 1902- (...)

82Pour vérifier, très imparfaitement, cette hypothèse, on ne dispose que de données sur la fréquentation des cours de religion en 1901-1902 dans le diocèse de Namur et pour certaines années entre 1895 et 1910 dans le diocèse de Malines116. Les relevés faits dans ce dernier diocèse montrent qu’il peut y avoir de grandes variations dans la fréquentation du cours d’une année à l’autre117, mais aussi des évolutions dans le sens d’une diminution des dispenses suivie parfois d’une recrudescence118, ou le contraire119.

83Il est difficile de traiter ensemble le diocèse de Namur et celui de Malines parce que les chronologies de création du cours de religion sont très différentes. Dans le diocèse de Namur, celles-ci s’échelonnent beaucoup plus, de 1888 à 1902. On peut envisager de mettre en relation l’importance des abstentions et la date de la création du cours de religion. Trois catégories d’établissements se détachent. Il y a six établissements où le nombre d’abstentions est important et dépasse les 10 % : de 12 % à l’école moyenne des garçons de Dînant à 31 % à l’école des filles à Namur. Dans quatre cas, il y a moins de 10 % et plus d’une dispense : de 3 % à Neufchâteau à 6 % à Saint-Hubert. Enfin, sept écoles moyennes n’enregistrent aucune dispense ou une seule. Dans la première catégorie, les nominations sont assez tardives, en 1896 et 1897, sauf à Fosses où le professeur de religion est nommé en 1889. Dans la deuxième par contre, il y a trois nominations précoces et une en 1900. Pour les établissements où il y a unanimité de présences ou presque, les nominations s’échelonnent de 1855, à Andenne, à 1902 dans la ville de Ciney, six nominations sur onze étant faites avant la fin de 1892. Il semble qu’on ne puisse rien conclure de manière sûre, sauf peut-être une plus grande réticence pour les établissements où les abstentions sont assez nombreuses, mais ici d’autres phénomènes, concurrence, grande ville..., ont joué : dans tous les cas, sauf à Fosses précisément, il y a un établissement libre concurrent et, à part Marche, il s’agit des deux seules villes importantes du diocèse, Dînant et surtout Namur.

84Dans le diocèse de Malines, les écarts sont plus importants : plus des deux tiers d’abstentions à l’école moyenne de garçons à Schaerbeek, plus de la moitié dans les athénées d’Anvers, Bruxelles et Ixelles, où le nombre des élèves non-catholiques doit être assez important. Dans huit établissements, les variations sont assez grandes mais les abstentions dépassent presque toujours 20 % et atteignent parfois les 50 %. Les dispenses oscillent entre 7-8 et 20 % dans cinq écoles. Dans douze établissements, il y a toujours moins de 10 % d’abstentions ; certaines années n’enregistrent aucune dispense. Dans une seule école, à Turnhout, la fréquentation du cours de religion est unanime. Il n’y a pas moyen de déceler ici de relations significatives entre le taux de fréquentation du cours de religion et la date d’introduction de ce cours. Celui-ci a en effet été créé de manière assez systématique, surtout de 1894 à 1896. On notera que des établissements où l’abstention est forte ont un professeur de religion dès 1890 : écoles des garçons de Schaerbeek, athénée de Malines et de Louvain. Ce critère ne semble donc pas avoir joué dans les cas particuliers.

Religion et situations locales

85Des différents éléments envisagés, le facteur « concurrence » semble le plus important pour expliquer l’attitude du clergé. Il ne joue cependant pas de manière automatique. Des problèmes de relation avec les autorités locales, de caractère d’établissement, manifestés par le comportement différent vis-à-vis des athénées et des écoles moyennes, de situations locales dues aux luttes plus ou moins vives entre les partis, d’atmosphère de l’école créée par la personnalité du directeur et des professeurs, ont influencé les décisions.

86Différents types de localité se dégagent du point de vue de l’enseignement secondaire, des rapports entre le secteur officiel et le réseau catholique qui vont de la symbiose à la lutte à outrance en passant par l’ignorance réciproque. Il est impossible d’arriver à une classification totalement cohérente et parfaite mais il y a moyen de déterminer quelques grandes catégories sans vouloir ranger toutes les communes dans une de celles-ci. Il faudrait pour cela mieux connaître toutes les circonstances locales.

87Quelques localités, rarement fort importantes et dirigées de manière presque constante par une administration catholique, n’ont que des établissements confessionnels pendant toute la période, qu’ils soient libres comme à Enghien, patronnés comme à Geel ou même communaux comme à Beringen. Cette catégorie ne concerne pas directement notre étude. Nous ne retiendrons ici que les 88 communes où il y a un établissement d’enseignement secondaire de l’Etat.

88Certaines localités, également de faible importance et administrées par des catholiques, ne possèdent qu’un enseignement catholique, officiel et libre, que les établissements soient complémentaires comme à Binche après les difficultés de la guerre scolaire mais surtout à Turnhout, où il y a un collège libre, une école moyenne de l’Etat pour garçons où l’enseignement religieux est donné dès 1854, et une école de filles tenue par des religieuses, ou que les écoles fassent plus ou moins double emploi comme à Alost ou à Termonde.

89Dans une vingtaine de communes dirigées par une administration libérale ou de gauche, il n’y a que des établissements officiels et dans une dizaine d’autres il n’y a pas d’institution catholique équivalente aux différentes écoles officielles. Sauf les communes de Laeken, Molenbeek, Schaerbeek, Jumet et Seraing qui font pratiquement partie d’une agglomération plus vaste où se trouvent tous les types d’enseignement, et Pâturages, ces localités sont peu peuplées : quinze ont moins de 5 000 habitants en 1890 et les autres moins de 10 000. Dans ces communes où la concurrence ne joue pas, le clergé sera généralement prêt à envoyer assez rapidement un professeur de religion à l’école officielle. Des circonstances locales, difficultés passées, espoir de créer une école concurrente, mauvais esprit de l’école, peuvent cependant retarder la décision.

90Dans les communes plus importantes où les possibilités de recrutement sont suffisamment grandes pour permettre la coexistence de plusieurs types d’enseignement, l’attitude du clergé est généralement plus réaliste vis-à-vis des écoles officielles, quelle que soit la couleur politique de la commune. Il se rend compte que l’existence d’un tel enseignement est un phénomène irréversible et qu’il vaut mieux y être présent même si les résultats risquent d’être faibles. La peur d’entrer dans certains athénées le fera cependant hésiter quelque temps.

91Une dernière catégorie de communes, un peu disparate d’ailleurs, regroupe des localités, dont la population dépasse rarement 10 000 habitants, où la concurrence est forte entre les établissements catholiques et officiels. Le clergé local craint pour l’existence de ses propres établissements s’il entre dans l’école officielle et il s’oppose généralement à la création d’un cours de religion. Dans ces communes, l’administration est généralement libérale mais dans quelques localités les forces en présence sont telles que des changements de majorité se produisent au profit de l’un ou l’autre parti. Parfois, les renversements se sont passés fort tôt : l’école a été créée avec la collaboration d’une administration libérale qui perd le pouvoir en 1884 pour ne plus le retrouver avant 1914. Les cas de Blankenberge et de Nieuport sont les plus typiques à cet égard, mais ils se produisent aussi ailleurs. Dans ces circonstances, les catholiques essaient souvent de faire disparaître l’école officielle. Si leurs efforts n’aboutissent pas, ils retardent cependant le plus longtemps possible la création d’un cours de religion.

Religion et politiques épiscopales

92Comme la décision de créer un cours de religion dans un établissement relève finalement de l’évêque, celle-ci ne sera pas déterminée entièrement par la situation locale. Il faut tenir compte non seulement de la personnalité de chaque évêque et de ses conceptions sur la place de l’Eglise dans la société, de ses rapports avec le pouvoir civil et donc de sa théologie pastorale, mais également de la situation d’ensemble de son diocèse. L’évêque d’un diocèse où la majorité des administrations communales serait peu favorable ou franchement hostile à l’enseignement de la religion, sera tout heureux peut-être de trouver un peu de bonne volonté chez certaines, même si les garanties offertes sont aléatoires. Dans un diocèse où l’enseignement catholique est largement majoritaire, l’évêque sera beaucoup plus réticent pour nommer un professeur de religion dans un établissement officiel, même si les garanties de succès sont de loin supérieures à celles qui existent dans le premier cas. Comme l’étude des conceptions ecclésiologiques des évêques n’a pas été faite, on ne pourra qu’émettre des hypothèses et se baser essentiellement sur la situation concrète.

93Il semble qu’on puisse distinguer trois grands types de situations et de réactions épiscopales. Les deux Flandres où les évêques réagissent en situation de chrétienté en isolant quelques noyaux réfractaires. Les diocèses de Namur et de Liège où les situations sont beaucoup plus diverses mais où l’épiscopat est davantage obligé de compter depuis longtemps avec un libéralisme anticlérical qui n’est pas toujours antireligieux. Dans les diocèses de Malines et de Tournai, malgré les situations différentes, les évêques poursuivent et imposent une politique de présence partout malgré les divergences locales.

  • 120 Voir W. ROMBAUTS, Het paasverzuim in het bisdom Brugge (1840-1911), Paris-Louvain, 1971.
  • 121 Lettre au doyen Waffelaert du 18 juillet 1885 (A. E., BRUGES, Acta).
  • 122 « Cum autem haec scholae aliud non sit quant liberalismi seminarium, quis credat catholicis in cons (...)
  • 123 Lettre au bureau administratif de l’école de Furnes du 23 octobre 1888 (A. E., BRUGES, Acta).

94Le diocèse de Bruges, où la pratique religieuse est presque unanime120 est l’exemple le plus typique de la première réaction. Pour une population de près de 740 000 habitants en 1890, il n’y a que huit communes qui ont un établissement d’enseignement de l’Etat, avec toujours un concurrent catholique, alors que trois, puis quatre communes, ont des collèges ou des écoles moyennes patronnés et que cinq communes n’ont qu’un collège libre. Sauf Ostende qui garde une administration libérale au moins jusqu’à la guerre de 1914, toutes les autres communes ayant une école officielle sont administrées par des catholiques. A part Courtrai cependant, les libéraux ont été à la tête de l’administration de ces communes, jusqu’en 1875 pour Bruges, en 1884 pour la plupart et en 1890 pour Ypres. Grâce à la victoire des catholiques à Bruges, l’enseignement religieux est organisé à l’athénée et à l’école moyenne depuis 1877. Au moment de la lutte scolaire, l’administration communale parvient à vaincre les hésitations de Mgr Faict pour qu’il nomme un professeur de religion à l’école moyenne de filles. L’évêque est très hostile aux écoles de l’Etat. Bien que le cours de religion ait été maintenu depuis 1855, il met en garde le doyen de Nieuport pour qu’il n’accorde pas ses faveurs à l’école moyenne, d’où ne sortent que des libéraux121. En 1888, son attitude est franchement hostile à l’entrée du clergé dans les écoles de l’Etat dont certaines ne sont que des « séminaires de libéralisme » qu’un catholique en conscience ne peut encourager ni même tolérer s’il peut les éliminer122 d’autant plus qu’elles ont été érigées en haine de l’enseignement catholique123.

  • 124 Gustave-Joseph Waffelaert (1847-1931), docteur en théologie, professeur au grand séminaire de Bruge (...)

95Pendant tout son épiscopat, Mgr Faict ne désignera aucun professeur dans les écoles où il n’y en avait pas en 1888. Invité à revoir la situation, son successeur, Mgr Waffelaert124 agira très lentement. Deux prêtres sont nommés en 1897, un en 1899 et en 1900. A Furnes, le cours de religion n’est créé qu’en 1907. A l’école moyenne des filles à Nieuport, le premier professeur est nommé en 1922 et à celle des garçons de Blankenberge en 1924. Ce sont les deux seules écoles de l’Etat en Belgique qui n’ont pas de cours de religion avant la guerre de 1914.

  • 125 Mgr H.F. Bracq, évêque de 1865 à juin 1888, a nommé des professeurs de religion à de nouveaux poste (...)

96Le diocèse de Gand, dont la population est encore plus importante — 950 000 habitants en 1890 —, possède encore moins de villes où il y a un enseignement officiel. Après les suppressions opérées par le gouvernement catholique, il n’y a plus que 7 communes où il y a une école de l’Etat, avec une école libre qui lui fait concurrence. S’il n’y a pas d’établissement patronné, 7 communes n’ont qu’un établissement catholique dès 1884 et 9 avant la fin du XIXe siècle. Si l’administration de Gand est libérale pendant toute la période, 4 communes sont catholiques et 2 autres ont changé de couleur politique : Lokeren en faveur des catholiques en 1890 et Ninove au profit des libéraux en 1895. Des villes comme Alost et Termonde ont un enseignement libre et officiel catholique, où la religion est enseignée peu après la création des écoles de l’Etat. Ailleurs, le cours de religion n’est créé que lentement : dans l’école moyenne de Saint-Nicolas en 1891, dans les écoles de Lokeren en 1893, après la reprise de l’administration par les catholiques. Pour les autres villes, l’action est plus lente encore : une nomination en 1897, 1898 et 1899, et finalement à Ninove en 1908. L’opposition entre deux types de réactions, nomination rapide dans de bonnes conditions et retard ailleurs, est presque aussi manifeste qu’à Bruges. Il est difficile de définir une politique propre à chaque évêque125.

97La situation dans les diocèses de Liège et de Namur est assez différente. Le diocèse de Namur, très étendu mais peu peuplé où seule la ville de Namur a plus de 10 000 habitants, comprend la province de Namur (335 000 habitants en 1890) et de Luxembourg (210 000 habitants). L’enseignement de l’Etat y domine nettement. Il y a des établissements de l’Etat dans 11 communes de la province de Namur et dans 5 communes du Luxembourg. Pour les 21 établissements de l’Etat, il n’y a que 11 écoles catholiques concurrentes, mais il y a 6 communes qui n’ont que des institutions libres. Aucune administration communale n’est dirigée exclusivement par des catholiques de 1881 à 1914 : 6 administrations restent libérales pendant toute la période et 3 jusqu’au début du XXe siècle. Les 7 autres voient leur majorité changer une ou plusieurs fois. Dans beaucoup d’endroits, les libéraux sont des catholiques pratiquants : leur anticléricalisme éventuel n’a rien d’antireligieux.

  • 126 Jean-Baptiste Decrolière (1839-1899). Professeur de collège, puis au grand séminaire de Tournai, il (...)
  • 127 Thomas-Louis Heylen (1856-1941). Chanoine prémontré, docteur en philosophie, en théologie et en dro (...)

98Si la guerre scolaire provoque la démission de tous les professeurs de religion sauf de celui de l’école moyenne des garçons à Andenne, un professeur est nommé à cette époque à l’école moyenne des filles de la même ville pendant le bref épiscopat du futur archevêque de Malines, Mgr Goossens. Dès la circulaire du ministre en 1888, une série de professeurs de religion sont nommés dans des écoles moyennes et à l’athénée d’Arlon : 1 en 1888, 5 en 1889, et 1 en 1891 et 1892. Sauf en 1892, ces nominations ont été faites sous l’épiscopat de Mgr Belin qui, animé de motifs essentiellement pastoraux, se préoccupe peu de stratégie politique. Les neuf nominations suivantes ne sont faites que de 1895 à 1897, dans les villes de Namur, Dînant, Couvin et Marche. Les dernières écoles, où le cours de religion sera introduit, sont celles de Walcourt en 1900, pour laquelle l’évêque a attendu le remplacement du directeur, et de Ciney en 1902, où le clergé craint de voir crouler l’école des frères si un prêtre est nommé à l’école officielle. Dans ce diocèse, les évêques ont dû davantage tenir compte de l’attitude positive de certaines administrations libérales et de l’absence d’établissements catholiques. Mgr Decrolière126 est décidé à régler la situation globalement de 1895 à 1897, mais il s’abstient d’intervenir là où les situations sont trop tendues. Son successeur, Mgr Heylen127, règlera les deux derniers cas assez rapidement.

  • 128 Il n’y a qu’un petit séminaire à Ferrières et un institut dirigé par des lazaristes allemands réfug (...)

99Le diocèse de Liège présente des situations plus diverses. La province flamande du Limbourg n’a que 223 000 habitants en 1890 et 4 villes où il y a un enseignement officiel. La tendance des administrations communales y est catholique sauf à Hasselt jusqu’en 1895. L’enseignement catholique y est aussi développé que l’enseignement de l’Etat. Dans la province de Liège, qui compte 752 000 habitants, par contre, les administrations des 9 communes où il y a un établissement de l’Etat sont libérales ou socialistes, sauf une commune où les catholiques sont au pouvoir de 1884 à 1899 et 2 autres où ils le partagent avec les libéraux à la fin du XIXe siècle. Il y a généralement des établissements catholiques en face des écoles officielles au moment où le clergé entre dans celles-ci, mais à part le collège patronné de Herve, il n’y a pratiquement pas de commune où il n’y a qu’un enseignement catholique accessible à tous128. Les créations de cours de religion s’échelonnent de 1889 à 1898 avec une nette prédominance pour les années 95 à 99 où 12 postes sont pourvus contre 7 de 89 à 94. Mgr Doutreloux, qui dirige le diocèse pendant toute cette période, manifeste une volonté de régler tous les problèmes un peu plus rapidement que ses collègues de Namur, mais la différence n’est pas très grande.

100Les diocèses de Malines et de Tournai se trouvent dans des situations assez différentes mais dans les deux cas l’action de l’évêque domine les particularités locales pour obtenir un règlement global de la question scolaire.

101Le diocèse de Tournai comprend la province de Belgique la plus peuplée après le Brabant, le Hainaut qui compte presque 1 050 000 habitants en 1890. L’enseignement officiel y est plus développé que partout ailleurs. Il y a 37 établissements de l’Etat, dont 5 athénées sur les 20 que possède la Belgique. Sur les 26 communes qui ont une école de l’Etat, 16 ne possèdent pas d’institution catholique équivalente. Il n’y a que 4 communes n’ayant qu’une école catholique. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les administrations sont libérales ou socialistes dans 21 communes, tandis que la vingt-deuxième n’a connu qu’un court intermède catholique de 1884 à 1887. Il y a 2 communes catholiques depuis 1884 et 2 autres depuis 1895. L’action de Mgr Du Rousseaux est progressive : elle débute en 1889 pour aboutir au rétablissement complet des cours de religion en 1897. La faiblesse de l’enseignement catholique et la position minoritaire du parti catholique a poussé l’évêque à sauver le maximum en collaborant avec l’enseignement de l’Etat.

  • 129 Dans son rapport sur l’état du diocèse fait au Saint-Siège en 1893, Goossens souligne les efforts q (...)

102Avec ses provinces d’Anvers (700 000 habitants en 1890) et de Brabant (plus de 1 100 000 habitants), le diocèse de Malines est de loin le plus important de Belgique. L’enseignement libre catholique y est largement majoritaire. Sur les 18 communes où sont situées les 32 écoles de l’Etat, il y en a cependant 5, toutes dans le Brabant, qui n’ont pas toutes les écoles catholiques équivalentes aux établissements officiels. Si la province d’Anvers possède 2 collèges patronnés et un petit séminaire dans des communes sans enseignement officiel, dans le Brabant il n’y a qu’une commune dans ce cas. Sur les 18 administrations des villes où il existe un enseignement de l’Etat, 10 sont libérales jusqu’à la fin du XIXe siècle et 2 autres n’ont connu qu’un intermède d’administration mixte pendant quatre ans. Si 2 communes ont changé de couleur politique, il n’y a que 4 communes à majorité catholique. La situation est nettement plus partagée ailleurs, mais dans un sens favorable aux libéraux. Dans le domaine de l’enseignement officiel, Mgr Goossens adopte une attitude plus conciliante que son prédécesseur. Dès avant l’initiative de Woeste, il a rétabli le cours de religion dans les écoles moyennes de sa ville épiscopale. Au moment de l’action ministérielle, il consulte le clergé local et ne prend de décision qu’avec son accord. Son action est relativement lente pendant les premières années ; 10 postes sont pourvus de 1890 à 1893 et pour 8 de ces postes, l’archevêque annonçait au ministre dès 1888 qu’il allait bientôt nommer un professeur129. A partir de 1894, il est décidé à régler complètement le problème. Sans s’arrêter à des considérations locales, il nomme à 12 places en 1894 et aux 5 postes restants en 1895 et 1896. Cette action accélérée, qui coïncide avec le rétablissement de l’obligation du cours de religion dans les écoles primaires, manifeste la volonté de l’archevêque, proche par sa position des milieux gouvernementaux, d’aboutir à une situation où l’enseignement religieux est à nouveau admis et reconnu partout. En dehors du souci de la formation religieuse des élèves pris individuellement, cette activité est l’expression d’une volonté de maintenir la collaboration entre l’Eglise et l’Etat, en faisant passer la règle générale au-dessus des contingences locales.

***

103Il a fallu trente-six ans pour que l’initiative prise par Woeste en 1888 aboutisse à un résultat complet. En fait, à part 5 cas réfractaires sur 132, tous les établissements de l’Etat ont un professeur de religion en 1900. La comparaison entre cette action lente et l’application de la Convention d’Anvers permet d’éclairer l’évolution globale de l’enseignement en Belgique, de la place du catholicisme et de l’attitude des évêques.

104Après la loi de 1850, les évêques sont en mesure d’exiger davantage du gouvernement, mais l’action de celui-ci sur les pouvoirs locaux est plus limitée qu’à la fin du siècle. En 1850, l’épiscopat a obtenu des garanties non seulement théoriques mais pratiques sur la valeur de l’enseignement profane et une collaboration des professeurs. La participation massive des élèves au cours de religion et même souvent aux offices religieux est pratiquement assurée. L’enseignement de la religion est donné dans un contexte de chrétienté où l’action du clergé est soutenue efficacement par les autorités et le corps professoral. Là où les conditions ne sont pas remplies, le clergé n’entre pas dans l’école. Si la Convention d’Anvers est appliquée rapidement de 1854 à 1857, elle ne l’est pas partout : 24 établissements sur 59 n’ont pas de professeur de religion.

105Après 1888, les situations sont transformées. Même si certains îlots de chrétienté se maintiennent, l’indifférence religieuse a augmenté et l’hostilité d’une partie active de la population s’est accrue. Le clergé ne peut plus espérer une position aussi forte dans l’enseignement de l’Etat qu’après 1850. Malgré la présence d’un gouvernement catholique dont la stabilité est assurée, il ne peut exiger autant de garanties qu’après 1850. Dans les villes et les communes importantes, le cours de religion ne sera plus fréquenté que par une partie des élèves d’origine catholique. Même s’il lutte pour préserver le caractère « obligatoire » du cours, la contrainte est beaucoup moins forte qu’avant la guerre scolaire et dans certains cas le cours est de fait facultatif et il n’est suivi que par une minorité d’élèves. Le clergé doit donc rentrer à l’intérieur d’un système qu’il ne contrôle plus et où sa place et son action apparaissent comme limitées et parfois très étriquées. Dans ces conditions, l’action des évêques sera circonspecte et prudente. Ceux qui dirigent des diocèses où les situations sont encore très favorables à l’Eglise hésiteront à s’engager dans cette voie, préférant se baser sur un réseau scolaire catholique florissant. Dans les régions où l’Eglise a perdu de sa puissance, les évêques seront plus attentifs à la nécessité de ne pas négliger une possibilité d’influencer la jeunesse.

106Finalement, l’enseignement religieux sera donné partout avec des garanties plus ou moins grandes et des auditoires variables. Sans qu’il l’ait voulu ni souhaité, le clergé est rentré dans une institution où son influence a été fort réduite et dans laquelle il devra de plus en plus agir sans l’appui du pouvoir civil.

TABLEAU I. Nomination des professeurs de religion par province

TABLEAU I. Nomination des professeurs de religion par province

(1) Anciens établissements.
(2) Ecoles créées depuis 1881.

TABLEAU II. Nomination des professeurs de religion en fonction des circonstances locales

TABLEAU II. Nomination des professeurs de religion en fonction des circonstances locales

(1) Anciens établissements.
(2) Ecoles créées depuis 1881.

Notes

1 Sauf la loi de 1850, les problèmes de l’enseignement secondaire n’ont guère fait l’objet de publications récentes. J’ai moi-même abordé la question de l’enseignement religieux dans ma thèse sur Le clergé et l’enseignement moyen pour garçons dans le diocèse de Malines (1802-1914), Université catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Louvain, 1970, 5 vol. polycopiés. On y trouvera une synthèse du problème au niveau du diocèse, avec une comparaison pour l’ensemble de la Belgique et un aperçu pour chaque établissement des provinces d’Anvers et de Brabant. Cet article s’y réfère globalement. Le problème de l’enseignement religieux dans les écoles officielles est abordé d’un point de vue essentiellement « politique ». Cette étude devrait être complétée par une analyse des objectifs poursuivis, des méthodes et du contenu de l’enseignement. Pour faire cet article, j’ai surtout consulté les Rapports triennaux sur l’état de l’enseignement moyen en Belgique, les Annales parlementaires et l’Almanach royal officiel. Les archives du ministère de l’Instruction publique ayant été détruites, seules les archives des évêchés ont été consultées. A part celles de l’archevêché de Malines, elles possèdent assez peu de documents. Les sigles suivants seront utilisés : A.A.M. = Archives de l’archevêché de Malines, F.S. = Fonds du secrétariat ; A.E. = Archives de l’évêché ; A.G.R. = Archives générales du Royaume, Bruxelles ; A.P. = Annales parlementaires ; A.R.O. = Almanach royal officiel, Bruxelles, et R.T. = Rapport triennal sur l’état de l’enseignement moyen en Belgique, paraissant en tiré à part ou dans les Documents parlementaires, Chambre des représentants, Bruxelles.

2 Pour cette loi, voir, en plus de ma thèse et des travaux qui y sont cités, A. BROSENS, De strijd om de wet van 1850 op het middelbaar onderwijs, dans Standen en landen, t. LIX, 1972, p. 79-127.

3 Voir L. RECHT, Contribution à l’histoire des écoles normales de l’Etat à Bruxelles, rue Berkendael 72, 1851-1951, Bruxelles, s.d., p. 12-14.

4 Pour cette école, voir B.J. BAUDART, Isabelle Gatti de Gamond et l’origine de l’enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique, Bruxelles, 1949, et J. BARTIER, Un siècle d’enseignement féminin. Le lycée royal Gatti de Gamond et sa fondatrice, s.l.n.d. (1964).

5 Voir L. HYMANS, Histoire parlementaire de la Belgique de 1831 à 1880, t. IV, Bruxelles, 1877-1880, p. 275.

6 Voir le budget de 1871 déposé le 25 janvier 1870 dans Documents parlementaires, Chambre des représentants, 1869-1870, no 50, p. 270-273.

7 Discussion à la Chambre du 17 au 31 mars 1870 (L. HYMANS, op. cit., t. V, p. 38-39).

8 Voir le Rapport triennal sur la situation de l’instruction primaire en Belgique, 1870-1872, p. LXX, 1873-1875, p. LXIX et 1876-1878, p. LXXXIV. Des écoles comme celle de Gatti de Gamond ou celles de la ville d’Anvers (H. VAN DAELE, 150 jaar stedelijk onderwijs te Antwerpen, 1819-1969, Anvers, 1969, p. 134-139) ou de Ath, Pecq et Tournai (A.R.O., 1873 à 1878) ne sont pas subsidiées par le gouvernement.

9 Pour cette loi, voir J. LORY, Les libéraux et la réforme de l’instruction primaire en Belgique, de la loi de 1842 à la loi de 1879, Université catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres, Thèse de doctorat, 1971, 4 vol. polycopiés.

10 Des difficultés à propos de dispenses surgissent à Aarschot et à Hal. A Maaseik par contre, le bureau administratif essaie d’obtenir le départ du professeur de religion qu’il accuse de torpiller l’école, mais l’évêque de Liège le défend pied à pied (Correspondance du 16 août 1881 au 1er juillet 1882, A. E., LIEGE, Fonds Doutreloux, dossier no 54).

11 Voir le Rapport triennal sur la situation de l’instruction primaire, 1876-1878, p. LXXXIV et le R. T., 1879-1881, p. CXI.

12 Sur cette loi, voir C. DAMIEN, La loi du 15 juin 1881 sur l’enseignement moyen, Université catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettre, Mémoire de licence, 1972.

13 Séance du 6 avril 1881 (A. P., Chambre, 1880-1881, p. 923-925).

14 L’établissement de Thuin s’intitule « Collège royal ».

15 Une trente-sixième, l’école moyenne d’Ixelles, est déjà transformée en athénée

16 Voir R. T., 1878-1881, p. XCIII, et 1882-1884, p. LXXXIX-XC.

17 R. T., 1882-1884, p. 228-233.

18 Le règlement était en grande partie conforme à celui de la Convention d’Anvers. Il est attaqué par Frère-Orban à la Chambre le 14 mars 1887 (L. HYMANS, op. cit., t. V, p. 457).

19 Voir A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique. 1868-1883. Procès-verbaux, Louvain - Paris, 1961, p. 137-144. La lettre se trouve dans les documents annexes, mais le procès verbal ne reprend que les questions relatives à l’Université de Louvain.

20 Le R. T., 1882-1884, p. XCVI, mentionne que l’enseignement religieux est donné à Péruwelz, mais le professeur de religion n’est pas indiqué dans l’A. R. O. de ces années. Il y a cependant un professeur en 1882, O. François (Le septante-cinquième anniversaire de l’Ecole moyenne des filles à Péruwelz, 1882-1957, s.l.n.d., p. 15) qui est vicaire à Péruwelz depuis 1880 (A. R. O., 1883, p. 523). Il quitte ce poste en 1884 (il n’apparaît plus dans l’A. R. O. de 1885). Il est possible qu’il ait été remplacé sans que le nom de son successeur apparaisse dans l’A. R. O.

21 Lettre du 10 janvier 1884 citée par A. MELIN, Une cité carolingienne. Histoire de la ville et du ban d’Andenne, Liège, 1928, p. 259-260.

22 (A. R. O., 1885, p. 612). Le R. T., 1882-1884, p. XCVI, fait en décembre 1886, ne mentionne cependant pas l’école d’Andenne parmi les établissements où le cours de religion est donné. L’accord a pu se faire sans prévenir officiellement le ministère.

23 R. T., 1882-1884, p. LXXVI-XCVI.

24 Mgr Faict y voit une manœuvre de la loge : « Nec mirum, siquidem nihil hostilius, nihil astutius adversum novam legem excogitari possit ; et dubitare vix liceat istius modi procedendi ratione a secta massonica fuisse inspiratam. » (Lettre au doyen d’Ostende du 23 février 1885, A. E., BRUGES, Acta, 1885).

25 Charles Woeste né à Bruxelles le 26 février 1837 et décédé dans cette ville le 5 avril 1922. Fils d’un banquier allemand naturalisé en Belgique, il se convertit au catholicisme à 18 ans. Avocat, il entre très tôt dans la politique. Au Congrès catholique de Malines en 1863, il est rapporteur de la section de l’enseignement. Elu par l’arrondissement d’Alost en 1874, il mène une politique combattive qui trouvera son plein épanouissement dans la guerre scolaire. Ministre après la victoire des catholiques en 1884, il fait partie du gouvernement qui réforme radicalement l’œuvre des libéraux, mais il est rapidement écarté du pouvoir par le roi. Grâce à sa présidence de la Fédération des cercles catholiques, son influence restera énorme dans le parti catholique jusqu’à la guerre de 1914 (Biographie nationale, t. XXVII, 1938, c. 382-392, R. DEMOULIN).

26 Jean-Joseph Thonissen (1816-1891), magistrat, commissaire d’arrondissement puis professeur de droit à l’Université de Louvain et représentant depuis 1863. Il devient ministre de l’Intérieur lors du remaniement du gouvernement catholique en 1884. Il démissionnera en 1887 pour raison de santé, mais ses relations étaient difficiles avec le chef du gouvernement et avec Woeste (Biographie nationale, t. XXVI, 1930-1932, c. 112-119, C. TERLINDEN).

27 Joseph-E. Devolder (1842-1919). Avocat, il remplace Woeste au ministère de la Justice en 1884 puis Thonissen à l’Intérieur de 1887 à 1890. Il est représentant de 1886 à 1887 puis sénateur de 1894 à sa mort (Biographie coloniale belge, t. IV, 1955, c. 238-241, J.M. JADOT).

28 H. VAN DAELE, op. cit., p. 134-139. Les deux écoles ne sont mentionnées dans les rapports triennaux que de 1878-1881 à 1885-1887.

29 A. TIHON, op. cit., t. I, p. 313. Aux chiffres repris dans ce tableau on a ajouté trois écoles congréganistes dans la province de Namur, qui ne sont pas reprises dans le Rapport triennal.

30 La liste fournie par le R. T., 1909-1911, p. 630-641, est certainement incomplète. Il est, de plus, difficile de déterminer le niveau d’études de toutes ces écoles qui parfois ne doit guère dépasser l’enseignement primaire.

31 Pierre-Lambert Goossens (1827-1906). Professeur puis vicaire de 1851 à 1856, il devient secrétaire à l’archevêché puis vicaire général en 1878. Soucieux d’efficacité pastorale, il s’efforcera d’aboutir partout à concilier les tendances divergentes et à assurer le maximum de collaboration avec l’Etat, s’écartant ainsi des catholiques plus intransigeants (Biographie nationale, t. XXXI, 1962, c. 412-417, A. SIMON).

32 Lettre du 3 novembre 1886, de l’archevêque au ministre, annonçant qu’il est disposé à charger un prêtre de l’enseignement religieux. Réponse du ministre, le 8 novembre, marquant l’accord du gouvernement. Lettre de l’archevêque au ministre du 4 décembre 1886 désignant un professeur pour l’école des filles et lettre au doyen du 1er janvier 1887 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

33 Avant de nommer le professeur, l’archevêque a demandé des renseignements au directeur de l’athénée et de l’école moyenne qui souhaiterait que le cours soit aussi donné en cinquième et en dernière année de l’école moyenne (Lettre du 18 novembre 1887, A. A. M., Fonds Goossens, liasse VII). L’abbé Coppens est nommé le 13 décembre 1887 par l’archevêque qui précise que Coppens sera également chargé de quelques cours à l’athénée (Lettre du 13 décembre 1887 et du 16 janvier 1888, A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

34 C. WOESTE, Mémoires pour servir à l’histoire. contemporaine de la Belgique, t. I, Bruxelles, 1927, p. 384.

35 C’est un argument qu’il développera plus tard à l’occasion de l’ouverture de l’école normale provinciale du Hainaut. Woeste y fait allusion dans une lettre à Schollaert du 13 septembre 1906 (A. G. R., Fonds Schollaert-Helleputte, 45), et ses motifs sont rappelés dans une lettre du vicaire général de Tournai au cardinal Mercier du 12 juillet 1912 (A. A. M., F. S., Enseignement normal).

36 Hubert-J.-W. Frère-Orban (1812-1896), avocat, chef de l’aile doctrinaire du parti libéral, représentant de Liège de 1847 à 1894, ministre et chef du gouvernement de 1857 à 1870 et de 1878 à 1884. Frère-Orban était de ceux qui dès le début avaient combattu la Convention d’Anvers (J. GARSOU, Frère-Orban, Bruxelles, 1945).

37 Léopold-F.J. Hanssens, né à Turnhout en 1832. Avocat et représentant libéral progressiste de l’arrondissement de Liège de 1879 à 1894 (Personnages décédés depuis 1830, Lettre H, Bruxelles, Commission de la biographie nationale, 1967, p. 32).

38 Séances des 22, 27 et 28 mars 1888 (A. P. Chambre, 1887-1888, p. 881-882, 911, 925-926 et 936-937).

39 Des journaux catholiques comme Le Journal de Bruxelles ou L’Ami de l’Ordre, ou libéraux comme l’Indépendance belge ou La Réforme, ne mentionnent pas le fait dans leur résumé des débats mais bien dans le procès-verbal des séances. La Chronique, de tendance radicale, ne relève rien de la démarche de Woeste, mais dans son numéro du 24 mars elle cite en première page la circulaire du préfet de l’athénée de Malines, du 6 mars 1888, qui place le cours de religion à l’intérieur de l’horaire général, plutôt que de le mettre avant ou après les classes, « de façon à forcer en quelque sorte les élèves à avaler leur ration de catéchisme ». Le 28 mars, elle signale que le ministre Devolder « annonce qu’il fera respecter la loi qui force les directeurs d’écoles moyennes de faire donner des cours de religion par des ministres des cultes ».

40 Les bureaux administratifs sont composés du collège des bourgmestre, qui préside, et échevins de la commune où se trouve l’établissement, et de quatre à six membres nommés par le gouvernement sur une double liste proposée par le conseil communal.

41 R. T., 1888-1890, p. 120-121.

42 R. T., 1888-1890, p. 19-24.

43 La synthèse des réponses est donnée dans le rapport du 20 mars 1889 de la section centrale de la Chambre sur le budget du ministère de l’Intérieur pour 1889 (Documents parlementaires, Chambre des représentants, 1888-1889, no 128, p. 10-12).

44 Le rapport cite 17 écoles de garçons mais il y en a 2 pour lesquelles il signale que le professeur a été nommé après la circulaire ministérielle. Ce doit être également le cas pour l’école de Pecq : il n’y avait pas encore de professeur de religion à la fin de 1887 et le premier titulaire est nommé entre cette date et la fin de 1890 (R. T., 1888-1890, p. LX). Un professeur est mentionné pour la première fois dans l’A. R. O., 1891, p. 584, mais sans date de nomination. Il est peu probable qu’il ait été nommé avant la circulaire du ministre. Contrairement à l’affirmation du rapport de 1889, il n’y a pas de professeur à l’école moyenne de Visé (Cf. R. T., 1888-1890, p. LX). Le premier titulaire est nommé le 1er octobre 1894 (A. R. O. et F. HAKIN, Historique de l’Ecole moyenne et de l’Athénée royal de Visé, 1851-1951, s.l.n.d., p. 51).

45 R. T., 1885-1887, p. LXXXVI.

46 Par comparaison, on peut supposer que les mêmes bureaux ont également fait la démarche pour trois écoles de filles qui dépendaient d’eux.

47 C’est le cas du bureau de l’école moyenne de filles à Lierre (Lettre à l’archevêque du 6 juillet 1888, A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

48 On peut le vérifier pour le diocèse de Malines où dans les six cas mentionnés par le rapport on possède une correspondance avec le bureau ou l’indice de son action.

49 Ecoles des garçons de Binche (1888), Virton et Fosse (1889), et Pecq.

50 Ecole des garçons de Lessines, Stavclot et Saint-Hubert (1889).

51 Pour Verviers, le cours de religion est supprimé pendant les vacances de 1846 (Journal historique et littéraire, t. XIII, septembre 1846, p. 354). Les établissements créés après la loi de 1850 ont une histoire difficile au point de vue religieux : à Dînant la Convention d’Anvers est rompue en 1865 et à Spa en 1870 tandis qu’à Renaix, un professeur de religion n’est nommé qu’en 1875 et il quitte l’école en 1881. L’école moyenne de Verviers est ouverte en 1870 et les autres écoles après la loi de 1881.

52 Lettre de Devolder à Goossens du 22 septembre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

53 Cette tactique est soulignée par A. SMETS, Le clergé dans l’enseignement moyen, dans la Revue pédagogique belge (Molenbeek-Bruxelles), t. I, 1888, p. 382-389.

54 Le bureau de l’école moyenne de Léau signale que la religion n’est pas au programme de 1881, qu’il n’y a pas de section primaire et que la liberté devrait être laissée aux communes de mettre la religion au programme de l’enseignement moyen, comme la loi de 1884 le stipule pour l’enseignement primaire (Lettre au ministre du 20 juillet 1888 citée dans les A. P., Chambre, 1890-1891, p. 1276).

55 Des 25 établissements où la religion est enseignée par un laïc, on a retranché les 4 cas où le bureau est favorable, les 3 où il refuse d’agir lui-même et les 2 cas où il rappelle ses démarches antérieures. Face au 90 prises de position négatives, il y a 19 avis favorables et 6 endroits où le cours de religion est donné rapidement.

56 Les évêques de Malines et de Namur envoient une lettre aux différents doyens concernés le jour ou le lendemain de la circulaire ministérielle. Pour Namur, voir le Journal de Mgr Pirard, vicaire général de Namur, 22 et 23 septembre 1888 (A. E., NAMUR, Carton 14).

57 Le procès-verbal de la réunion (A. A. M., Réunions des évêques et A. E., NAMUR, Carton 12) ne contient rien à ce sujet, mais la lettre de Doutreloux à Goossens du 23 septembre 1888 y fait allusion en parlant de « notre décision un peu vague d’examiner chaque cas en particulier » (A. A. M., F. S., Staatsscbolen II).

58 Lettre du 22 septembre à Goossens (A. A. M., F. S., Staatsscholen II) et du même jour à Faict (A. E., BRUGES, Acta, à la date du 21 octobre).

59 Les réactions des évêques sont données dans une lettre circulaire que Goossens envoie à ses collègues le 13 octobre et qui reprend les lettres que ceux-ci lui ont écrites du 23 septembre au 11 octobre (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

60 Isidore-Joseph Du Rousseaux (1826-1897). Professeur puis directeur du petit séminaire de Malines. Soucieux de modération, il est nommé administrateur apostolique en 1879 puis évêque, en 1880, du diocèse de Tournai où le clergé était très divisé par la politique ultramontaine de Mgr Dumont (Biographie nationale, t. XXX, 1959, c. 752-753, A. SIMON).

61 Le gouvernement « assurera au clergé les moyens de donner cet enseignement de manière honorable et efficace ». Cité dans la Pasinomie, t. XXXI, 1850, p. 147.

62 Jean-Baptiste Belin (1821-1892). Prêtre du diocèse de Tournai, il se consacre au ministère paroissial jusqu’à sa nomination de vicaire général en 1880, après la destitution de Mgr Dumont. Comme évêque de Namur de 1884 à 1892, il manifeste avant tout un souci pastoral dégagé des querelles politiques (Biographie nationale, t. XXXI, 1962, c. 68-69, A. SIMON).

63 Victor-Joseph Doutreloux (1837-1901). Docteur en théologie, professeur dans l’enseignement secondaire puis au grand séminaire de Liège. Evêque de 1879 à 1901, il prend une attitude assez intransigeante pendant la guerre scolaire (Biographie nationale, t. XXX, 1959, c. 346-348, A. SIMON).

64 Henri-Charles Lambrecht (1848-1889). Docteur en théologie, professeur au grand séminaire de Gand, il devient évêque coadjuteur en 1886 et évêque de Gand en juillet 1887 (Annuaire de l’Université catholique de Louvain, 1890, p. III-VI).

65 Il oublie l’école moyenne de Saint-Nicolas qui n’a pas de professeur de religion.

66 Jean-Joseph Faict (1813-1894). Après quelques mois d’études à l’université, il est nommé professeur puis supérieur du petit séminaire de Roulers en 1849. Il joue un rôle important dans la réorganisation des études moyennes du diocèse. Il est nommé vicaire général en 1856 et devient évêque en 1864. Il représente la ligne dure et intransigeante de l’épiscopat (Biographie nationale, t. XXX, 1959, A. SIMON et R. VANLANDSCHOT, Van Schooloorlog tot reformbeweging. Ideologische achtergronden in het schoolbeleid van bisschop Faict, 1878-1886, dans Studien en berichten, Diocesaan Bureau van het katholiek onderwijs, Bruges, t. LXVI, 1969, p. 100-152).

67 Faict répond au ministre le 2 octobre, à propos des trois écoles citées par le ministre. « Tels que je crois les connaître, les établissements susdits sont loin de m’inspirer à ce moment la confiance qu’il faut pour me déterminer à leur prêter mon concours » (A. E., BRUGES, Acta).

68 Lettre au ministre du 9 novembre 1888 (A. E., BRUGES, Acta).

69 Dans sa lettre confidentielle aux évêques du 7 novembre, Goossens, qui envoie sa réponse au ministre datée du 6, souligne que, comme il l’a fait observer à leur rencontre de Tournai le 29 octobre, il n’a pas pu obtenir davantage de la part du gouvernement (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

70 Lettre au ministre du 6 novembre (A. A. M., F. S., Staatsscholen II et A. P., Chambre, 1888-1889, p. 912).

71 Arrêté royal du 30 août 1888 pour les athénées et pour les écoles moyennes de garçons. Arrêté ministériel du 30 août 1888 fixant le nombre d’heures de cours pour chaque matière dans les athénées et du 4 septembre dans les écoles moyennes de l’Etat. Arrêté ministériel du 16 septembre concernant le programme et l’horaire des écoles moyennes de filles (R. T., 1888-1890, p. 20, 23, 43-47, 81-87 et 281).

72 Circulaires des 4 et 11 septembre 1888 aux préfets d’athénées et aux directeurs et directrices des écoles moyennes notifiant les modifications du programme (R. T., 1888-1890, p. 121-123).

73 Circulaire du 3 décembre 1888 (R. T., 1888-1890, p. 125-126). Cette latitude laissée par le ministre au clergé scandalise A. Smets (Revue pédagogique belge, t. II, 1889, p. 33-34).

74 R. T., 1888-1890, p. 127-129.

75 Alfred-M.J. Magis (1840-1921), docteur en droit, conseiller communal de Liège en 1872 et échevin de 1873 à 1884. Représentant libéral en 1882 et sénateur de 1893 à 1900 et de 1901 à 1920 (P. VAN MOLLE, Le parlement belge, 1894-1969, Ledeberg-Gand, 1969, p. 230).

76 Séances des 4, 9, 10 et 11 avril 1889 (A. P., Chambre, 1888-1889, p. 875-878, 882-885, 911-912, 935-936, 939-941 et 950-951).

77 Le même titulaire est toujours en fonction en 1911 (A. R. O., 1911, p. 715). Il est remplacé l’année suivante.

78 A. R. O., 1914, p. 716.

79 Circulaire du bureau administratif citée par de Trooz et réponse du ministre (A. P., Chambre, 1890-1891, p. 1203-1204 et 1209).

80 Lettre au préfet de l’athénée de Louvain, 12 janvier 1892 (R. T., 1892-1895, p. 34). Circulaire du bureau administratif de Huy du 25 novembre 1892 et réponse du ministre (A. P., Chambre, 1892-1893, p. 311-312 et 325-326). Circulaire du ministre du 23 novembre 1896 (R. T., 1894-1896, p. 73) du 13 octobre 1897 et du 31 décembre 1898 (R. T., 1897-1899, p. 211-212 et 250-251) et du 5 décembre 1910 (R. T 1909-1911, p. 236).

81 Malgré cela le clergé insistera toujours pour que les parents soient placés le moins souvent possible devant un choix. En 1974, il rappelle encore que c’est spontanément que le chef de famille doit notifier les modifications de son choix (Pastoralia. Communications de l’archevêque de Malines-Bruxelles, 1974, p. 102-103).

82 Voir le tableau I. Celui-ci a été dressé à partir de la date de nomination fournie par l’Almanach royal, éventuellement rectifiée par des données d’origines diverses signalées dans les cas particuliers. On a compté le professeur de l’athénée de Malines parmi les nominations faites avant juin 1888, bien qu’il soit nommé officiellement en 1889 (Voir la note 33).

83 Le R. T., 1909-1911, p. LXXXVI, affirme que l’enseignement religieux est donné dans toutes les écoles moyennes de l’Etat pour filles, mais il n’y a pas de professeur de religion à l’école moyenne de Nieuport.

84 A l’école de Spa, ouverte en 1906 par l’administration libérale, le cours de religion est créé en 1912 lorsque la majorité passe du côté catholique. Sur cette école, voir Ville de Spa. Cinquantenaire de l’Ecole moyenne de l’Etat pour demoiselles, 12 et 13 mars 1955, s.l.n.d.

85 Il a fait préparer une liste des établissements sans cours de religion en 1896 (Note dans A. G. R., Fonds Schollaert-Helleputte, 455) et il envoie une lettre confidentielle à l’évêque de Bruges le 13 novembre 1896 (A. E., BRUGES, Acta, à la date du 15 décembre 1896) et à celui de Namur le 16 décembre (A. E., NAMUR, Rapport sur l’enseignement religieux dans les athénées, 1901-1902). Il est probable qu’il a envoyé des lettres semblables aux autres évêques qui sont dans la même situation.

86 Voir la lettre du ministre de Trooz à l’évêque de Bruges du 30 août 1900 rappelant la lettre du 5 décembre 1898 (A. E., BRUGES, Acta, à la date du 18 septembre 1900).

87 Pour étudier rapidement les tendances politiques des administrations communales, on a utilisé [F. LEGER], Tableau statistique des élections communales d’octobre 1884, par un docteur en droit, Gand, s.d., qui donne la couleur politique de la majorité du conseil après les élections de 1881 et 1884, [F. LEGER], Tableau statistique des élections communales de novembre 1895, par un docteur en droit, Gand, 1896, qui fait la même chose pour 1890 et 1895. Un relevé des résultats des élections de 1899 a été fait pour le ministre (A. G. R., Ministère de l’Intérieur. Département des affaires électorales, 4268). Pour les autres années, 1878, 1887, 1903, 1907 et 1911, on a utilisé la presse, principalement l’Indépendance belge et Le Soir, complétés parfois par des journaux régionaux comme L’Ami de l’Ordre, Le Journal de Liège, La Gazette de Liège, Le Hainaut et L’Avenir du Tournaisis.

88 Voir le tableau IL Pour les établissements qui ont gardé leur professeur de religion pendant la guerre scolaire, la couleur politique retenue est celle de l’administration entre 1878 et 1884.

89 Le doyen de Lierre souligne cette hostilité des notables catholiques qu’il a consultés. Même « les membres du bureau administratif, tout en donnant un avis favorable, par principe, ont reconnu que l’entrée du prêtre pourrait être selon l’expression de M. le Président, une étiquette trompeuse sur une fausse marchandise » (Lette du doyen à Goossens du 7 octobre 1888, A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

90 Quelques années après l’événement, le professeur de religion de l’école moyenne de Schaerbeek rappelle à son évêque que le conseil communal s’était opposé, mais seulement « pour la galerie » (Lettre du 30 octobre 1897, A. A. M., F. S., Enseignement moyen public I).

91 Jules-M.L. Bara (1835-1900). Docteur en droit, représentant libéral de l’arrondissement de Tournai de 1862 à 1894, sénateur de 1894 à 1900 et ministre de la Justice de 1864 à 1870 et de 1878 à 1884 (P. VAN MOLLE, op. cit., p. 7).

92 Séance du 11 avril 1889 (A. P., Chambre, 1888-1889, p. 950).

93 Le cas de Binche, où il y a un collège épiscopal et une école moyenne de l’Etat est douteux : il n’y a pas nécessairement équivalence.

94 Voir le tableau II. Pour établir la liste des établissements, autres que ceux pour garçons du diocèse de Malines, on a utilisé la liste des écoles publiée à la fin des rapports triennaux.

95 Ecole des garçons de Châtelet, Messines, Rochefort et Vilvorde et école des filles à Diest.

96 Voir par exemple la note 89.

97 Lettre du doyen de Vilvorde à Goossens du 4 octobre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II). Le doyen de Schaerbeek exprime la même crainte en des termes plus sereins : « Ce qui de prime abord paraît s’opposer à cette entrée, c’est le tort qui peut en résulter pour les établissements catholiques » (Lettre à Goossens du 3 novembre 1888, Ibidem).

98 Seul le professeur de Ciney répond affirmativement à cette question. Pour la ville de Rochefort, on signale que les frères, qui ont une école concurrente et qui sont donc directement concernés, affirment que la création du cours de religion a attiré les élèves à l’école officielle, mais le doyen, plus neutre dans l’affaire, nie le fait (A. E., NAMUR, Rapport sur l’enseignement religieux dans les écoles moyennes, 1901-1902). Voir la note 100.

99 Cf. la lettre du doyen de Vilvorde (note 97).

100 Dans la majorité des écoles, la population scolaire évolue dans le même sens qu’avant. Elle diminue à l’école moyenne de Diest et augmente à Laeken et à Wavre où il n’y avait pas d’écoles moyennes catholiques. Il y a une diminution, toute temporaire aux athénées de Bruxelles et d’Ixelles, mais il est difficile d’y voir une influence de l’introduction du cours de religion, à moins que quelques parents aient préféré, par principe, envoyer leur fils dans une institution laïque privée. Une explication très différente et probablement plus exacte est donnée par le professeur de religion de l’athénée d’Ixelles qui signale cette diminution dans son rapport de 1900-1901. Cette baisse de la population scolaire manifeste « un engouement de plus en plus vif pour les instituts privés laïques » parmi les familles libérales aisées. « L’absence à l’athénée de ces jeunes gens qui appartiennent généralement au monde, que, en langage électoral, on appelle doctrinaire et qui d’ordinaire est moins hostile à la religion que d’autres coteries politiques, constitue presque une perte sèche pour le cours de religion » (A. A. M., F. S., Enseignement moyen public I).

101 Pour les écoles de filles, le caractère incomplet des rapports triennaux est trop flagrant pour qu’on puisse tirer une conclusion de l’absence de mention d’une école dans un des rapports. Le cas semble d’ailleurs assez rare. Pour les garçons, la situation est mieux connue. Le cas de Rochefort est difficile à interpréter : les frères des écoles chrétiennes ont une section moyenne qui est mentionnée en 1890 et 1893 mais qui n’est plus signalée à partir de 1896, un an après l’introduction du cours de religion à l’école moyenne de l’Etat. Le nombre d’élèves de l’école de l’Etat augmente au cours de cette période, mais cette augmentation est constante depuis 1888. La section moyenne des frères semble être un essai infructueux où l’introduction d’un cours de religion à l’école officielle n’a pas joué un rôle essentiel. A Ciney, le cours de religion est introduit à l’école de l’Etat en 1902 et l’école libre n’aparaît plus dans les rapports après 1905, c’est-à-dire en 1908 et 1911. C’est certainement le fait d’une omission : l’école libre est plus florissante que l’école de l’Etat en 1905 et la population de cette dernière diminue de 1902 à 1905 et reste stationnaire ensuite.

102 Voir le tableau II.

103 Seules les villes d’Arlon et de Tongres n’ont pas de collège catholique au moment où le professeur de religion est nommé à l’athénée.

104 Lettre du cabinet du ministre de Burlet à Goossens du 24 novembre 1894 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

105 Rapport du professeur de religion pour les années 1896-1897 et 1897-1898 (A. A. M., F. S., Enseignement moyen public I). A l’athénée d’Ixelles, il y a aussi quelques cris dans la cour, mais le professeur, soutenu par le préfet, n’y attache pas beaucoup d’importance (Lettre du professeur de religion à Goossens du 28 mars 1896 et rapport de l’année 1895-1896, A. A. M., F. S., Staatsscholen I).

106 L’évêque consulte le clergé local, parfois le directeur du collège épiscopal, mais jamais les responsables d’instituts congréganistes, masculins ou féminins. Le clergé local semble souvent agir de même.

107 Lettre du doyen à Mgr Verhulst, vicaire général, du 11 juillet 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

108 Consulté, le curé de Saint-Boniface à Ixelles demande des renseignements au préfet de l’athénée qui est « un brave chrétien » (Lettre à l’archevêque du 23 décembre 1893, A. A. M., F. S., Staatsscholen II). Dans sa réponse définitive, il note que si tous les professeurs ne sont pas des catholiques, aucun ne se montrera hostile au cours de religion (Lettre du 9 mars 1894, ibidem). « Le corps professoral à deux exceptions près, et le directeur en tête n’inspire aucune confiance » au doyen de Vilvorde, par contre (Lettre à l’archevêque du 4 octobre 1888, ibidem). Les institutrices de l’école moyenne des filles à Tirlemont « seraient d’une conduite trop légère » (Lettre du doyen de Tirlemont à Goossens du 9 novembre 1888, ibidem). Une telle affirmation est plus importante que le fait lui-même dont il est difficile de voir en quoi il consiste et qui se produit probablement ailleurs sans qu’on prenne la peine de le relever.

109 Lettre du doyen de Walcourt à Charlier, vicaire général de Namur, du 8 janvier 1897, rappelant les paroles du vicaire général précédent (A. E., NAMUR, Rapport sur l’enseignement religieux dans les athénées, 1901-1902).

110 Lettre à Schollaert du 4 septembre 1895 (A. G. R., Fonds Schollaert-Helleputte, 4).

111 Ayant eu la visite du nouveau directeur, qui désire que l’enseignement religieux soit organisé, le doyen « n’y voit plus aucun inconvénient » (Lettre à Goossens du 5 décembre 1892, A. A. M., F. S., Staatsscholen II).

112 Voir l’Almanach royal. On n’a pas fait de relevé systématique du phénomène qui n’implique pas toujours une relation causale, car il peut y avoir de simples coïncidences. Le cas semble clair à Walcourt et à Huy ou dans les deux écoles le professeur de religion est nommé très tardivement, en 1900, et où l’hostilité du clergé est manifeste à Walcourt. Il est difficile de voir l’importance d’autres changements. A Visé, en plus du directeur, il y a un nouveau bourgmestre nommé la même année, entre deux élections. A Huy, un membre du bureau administratif, de Lhoneux, sénateur libéral, est remplacé. Une étude systématique des rapports entre de telles mutations et l’introduction de l’enseignement religieux serait possible mais extrêmement longue pour un résultat limité.

113 Rapports des différents professeurs de religion entre 1895 et 1911. Ces rapports sont parfois très complets mais d’autres sont très laconiques. Pour certaines écoles, ils sont faits de 1896-1897 à 1903-1904 ou 1904-1905 (écoles moyennes d’Anvers, Boom, Aarschot, Diest, Molenbeek et Vilvorde et athénées d’Anvers et Ixelles) pour d’autres pendant une ou deux années comme pour l’athénée de Bruxelles et les écoles moyennes de Wavre. Il n’y a aucun rapport pour les écoles de filles à Bruxelles et à Tirlemont (A. A. M., F. S., Enseignement moyen public I).

114 Rapports sur toutes les écoles officielles du diocèse pour l’année 1901-1902 (A. E., NAMUR, Rapports sur l’enseignement religieux, 1901-1902, deux liasses).

115 Lettre à Goossens du 4 octobre 1888 (A. A. M., F. S., Staatsscholen 11).

116 Cf. notes 114 et 115.

117 Le cas de l’école moyenne de filles d’Ixelles est exemplaire des variations à court terme : 38 % d’abstentions en 1895-96, 45 % en 1896-70, 50 % en 1897-98, 38 % en 1898-99, 27 % en 1899-1900, 31 % en 1900-1901, 43 % en 1901-1902, 29 % en 1902-1903 et 48 % en 1904-1905.

118 A l’école moyenne des garçons de Vilvorde, la fréquentation du cours passe de 79 % en 1896-97 à 82 % en 1898-99 et 91 % de 1900 à 1904. Le taux est inconnu pour les années suivantes mais en 1907-1908 il n’est plus que de 75 %.

119 A l’école moyenne de Hal, la fréquentation tombe progressivement de 83 % en 1897-98 à 52 % en 1902-1903 et remonte à 96 % en 1910-11.

120 Voir W. ROMBAUTS, Het paasverzuim in het bisdom Brugge (1840-1911), Paris-Louvain, 1971.

121 Lettre au doyen Waffelaert du 18 juillet 1885 (A. E., BRUGES, Acta).

122 « Cum autem haec scholae aliud non sit quant liberalismi seminarium, quis credat catholicis in conscientia licere ut hujusmodi institutum foveant aut tolerent cum eliminare possint » (Lettre de l’évêque au principal du collège épiscopal de Furnes du 25 juin 1888, A. E., BRUGES, Acta).

123 Lettre au bureau administratif de l’école de Furnes du 23 octobre 1888 (A. E., BRUGES, Acta).

124 Gustave-Joseph Waffelaert (1847-1931), docteur en théologie, professeur au grand séminaire de Bruges, vicaire général puis évêque de Bruges en 1895. Homme d’études avant tout, il est très soucieux du développement de l’enseignement catholique (Biographie nationale, t. XXXI, 1962, c. 719-723, A. SIMON et R. VANLANDSCHOOT, De bervorming der bumaniora door de Brugse bisschop Waffelaert in 1896. Ideologische achtergronden, dans Standen en Landen, t. LVIII, 1972, p. 225-257).

125 Mgr H.F. Bracq, évêque de 1865 à juin 1888, a nommé des professeurs de religion à de nouveaux postes en pleine lutte scolaire. L’initiative du ministre en 1888 n’a guère eu de conséquences : Mgr Lambrecht, évêque de juillet 1888 à juillet 1889, n’a pas eu beaucoup de temps pour agir et son successeur Mgr A. Stillemans, évêque de 1889 à 1916, adopte une attitude ferme mais plus souple que celle de ses collègues de Bruges (Biographie nationale, t. XXXI, 1962, c. 115-188 et 671-674, A. SIMON).

126 Jean-Baptiste Decrolière (1839-1899). Professeur de collège, puis au grand séminaire de Tournai, il devient vicaire général et reste en fonction jusqu’à sa nomination comme évêque de Namur en 1892 (Annuaire de l’Université catholique de Louvain, 1900, p. III-X). Il déploie une grande activité dans le domaine de l’enseignement. C’était un homme soucieux de concorde.

127 Thomas-Louis Heylen (1856-1941). Chanoine prémontré, docteur en philosophie, en théologie et en droit canon, il devient abbé de Tongerlo et vicaire général de son ordre en Belgique. Nommé évêque de Namur en 1899, il déploie une grande activité au plan international, mais aussi dans son diocèse où comme la plupart de ses collègues il s’occupe beaucoup du secteur de l’enseignement (Biographie nationale, t. XXXII, 1964, c. 295-299, A. SIMON).

128 Il n’y a qu’un petit séminaire à Ferrières et un institut dirigé par des lazaristes allemands réfugiés à Theux.

129 Dans son rapport sur l’état du diocèse fait au Saint-Siège en 1893, Goossens souligne les efforts qu’il a entrepris pour rétablir l’instruction religieuse dans les établissements officiels (Collectio epistolarum pastoralium... dioecesis mechliniensis, t. XIII, p. 331).

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Nomination des professeurs de religion par province
Légende (1) Anciens établissements.(2) Ecoles créées depuis 1881.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/10116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU II. Nomination des professeurs de religion en fonction des circonstances locales
Légende (1) Anciens établissements.(2) Ecoles créées depuis 1881.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/10116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540