Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Léopold Ier et le catholicisme en Belgique : documents inédits de 1859

Jean Stengers

Texte intégral

  • 1 Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiqu (...)

1Une des études les plus fines que Mgr Simon ait consacrées au premier roi des Belges est sa communication à l’Académie, en 1961, sur Léopold Ier et les partis en Belgique1. Mgr Simon y montre fort bien, entre autres choses, que la faveur du Roi, dans la politique belge, a été avant tout aux catholiques. Le mot « faveur » doit s’entendre évidemment dans un sens assez limité, compatible avec l’impartialité de la fonction royale. Léopold Ier, dans l’exercice de sa charge, n’a jamais pris d’attitude partisane. Son tact et son habileté seuls l’en eussent détourné, et bien au-delà de l’habileté et du tact, le Roi avait une trop haute idée de ce qu’était son magistrat pour se laisser entraîner dans la politique de parti. Sous le masque glacé de l’arbitre impartial, cependant, il y avait un homme. Cet homme assistait chaque jour à la lutte — qu’il avait trouvée engagée dès le début de son règne — entre catholiques et libéraux. Elle ne pouvait pas ne pas éveiller en lui certaines sympathies et certaines antipathies. Sur ce plan, que l’on peut appeler celui des inclinations, on doit conclure comme le faisait Mgr Simon : les sympathies du Roi le portaient vers les catholiques.

  • 2 Dépêche du comte de Montalto du 2 novembre 1847, TURIN, ARCHIVES DE L’ETAT, Lettere Ministri, Belg (...)

2En concluant de la sorte, on rejoint, il faut le noter, ce que savaient et ce que disaient déjà les contemporains bien informés. Le ministre sarde à Bruxelles, en 1847, écrivait à propos de l’arrivée au pouvoir des libéraux : « Le Roi, dont les sympathies sont, comme tout le monde le sait, pour le parti conservateur qu’on appelle catholique, n’a subi que comme une nécessité le ministère actuel »2.

  • 3 Le Roi à Conway, 15 juillet 1859, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papiers Conway, no 16.
  • 4 Le Roi à Conway, 30 mars 1864, ibid., no 20.

3Le meilleur témoignage est d’ailleurs celui du Roi lui-même. Dans une heure d’épanchement, se confiant à un des membres de sa maison avec qui il est sur un pied de grande intimité, l’intendant de la Liste Civile Conway, il écrit en 1859, à propos des catholiques : « J’ai lutté sans cesse pour eux »3. J’ai été, disait-il encore en 1864, toujours à Conway, « leur plus fidèle ami depuis trente-deux ans, le seul qui ne les a jamais trahis »4.

  • 5 Le Roi à Conway, 8 novembre 1852, ibid., no 9. Voir de même sa lettre du 11 novembre 1852 : « L’id (...)

4Un des moments où l’appui et la fidélité du Roi furent les plus nets est celui où, en 1852, le parti catholique fut accusé — à l’étranger d’ailleurs beaucoup plus qu’en Belgique même — de pencher vers Louis-Napoléon et vers la France. « On le suspecte dans la plupart des pays qui nous intéressent de vouloir nous vendre à la France », observe Léopold Ier en novembre 18525. Contre ces soupçons et ces accusations, le Roi réagit. Il défend les catholiques. Dans une lettre au Premier Ministre britannique, Lord Derby, en octobre 1852 — et il s’agit ici d’une lettre importante, écrite à tête reposée, qui a la valeur d’un acte politique —, il explique :

  • 6 Cette précision chronologique — « for 16 years » — est fort curieuse. Sans doute le Roi ne voit-il (...)
  • 7 Le Roi à Lord Derby, 25 octobre 1852, Papiers du 14e Earl of Derby à Knowsley, Prescot (Lancashire (...)

« Our Catholic party is in fact our conservative party, and for 16 years it proved very national and conservative6... A Cabinet formed bona fide by them would have rather my confidence notwithstanding Louis-Napoleon’s intrigues. The men of that party have been my most faithful servants through all our political difficulties. Louis-Napoleon may intrigue much and try to make our Catholics believe that they will be more exposed here to persecutions of the Liberals than they would be in France, but I don’t believe that it would seduce them, as their position here as a conservative party, on terms of great confidence with the Crown, must be safer and give them more real religious liberty.
I have dwelled at some length on this subject because it is of importance and generally not well understood out of this country. Though a protestant I have hitherto always had not only the support but even the affection of the Clergy, in consequence of an honest system of government, not deviated from these 22 years, and, it must be said, facilitated by the Catholics being our really and sincerely conservative party »7.

5Comment s’expliquer les sympathies politiques de Léopold Ier ?

6Un premier élément dont il faut tenir compte est le sentiment de hérissement que le Roi éprouvait devant certains hommes politiques libéraux, et non des moindres. A droite aussi, bien sûr, il apercevait parfois des hommes dangereux, et au début du règne surtout, les catholiques démocrates lui avaient inspiré une véritable horreur. Mais, en fait d’hommes, il avait ses principales méfiances à gauche.

  • 8 Notes autobiographiques de Mathieu Leclercq, dans Une lignée de juristes, Bruxelles, 1942, p. 256- (...)
  • 9 Ibid., p. 363.

7Le cas de Charles Rogier est à cet égard le plus frappant et le plus curieux. Le Roi semble avoir éprouvé à l’endroit de Rogier, pendant de longues années, une antipathie presque pathologique. Se confiant à un de ses anciens ministres, en 1845, il lui explique, sans rire, que Charles Rogier « était un jacobin, un bonnet rouge de 93, qu’il n’avait que de l’exaltation, qu’il avait déjà eu plusieurs coups de sang et qu’il ne finirait que fou, que jamais on ne le déterminerait à embrasser un tel homme », etc.8. Trois ans plus tard, alors que Rogier avait pris la direction des affaires, le Roi répétait au même interlocuteur qu’il regardait son chef du Cabinet « comme un idiot exalté, ayant un grain de folie »9.

8Mais ces animadversions personnelles étaient peu de chose à côté de considérations plus fondamentales tenant à la nature même des partis en présence. Le mot-clé est dans la lettre à Derby : le parti catholique, aux yeux du Roi, est « sincèrement conservateur ».

  • 10 Cf. A. SIMON, Léopold Ier et les partis en Belgique, p. 224.

9De tous les partis politiques européens, celui qui, sans conteste, plaît le plus au Roi est le parti conservateur anglais. Quand il parle du « conservative party », on sent chez lui comme une secrète jubilation. Il est conservateur dans l’âme. Sans doute ne trouve-t-il en Belgique aucun équivalent parfait de son cher « conservative party ». Les deux partis belges se disputent l’honneur d’être « conservateurs », et un des griefs que les libéraux font parfois aux catholiques est d’avoir usurpé cette étiquette qui, disent-ils, convient infiniment mieux au parti libéral qu’à la droite. Mais s’il faut choisir, le Roi n’a pas d’hésitations : le parti le plus authentiquement conservateur, pour lui, est bien le parti catholique. C’est de ce côté qu’il aperçoit la meilleure garantie, en particulier, pour le principe monarchique10.

  • 11 Propos de Léopold Ier au nonce Pecci, dans Pecci à Lambruschini, 31 janvier 1844 (A. SIMON, Lettre (...)
  • 12 Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie belge du XIXe siècle, 1830-1855 (...)

10La meilleure garantie, aussi, pour l’ordre social. Le Roi est de ceux qui considèrent — et l’on peut d’ailleurs se demander qui, dans les classes supérieures, ne pense pas comme lui — que la religion (c’est-à-dire nécessairement, en Belgique, le catholicisme) est indispensable à la « tranquillité de l’Etat »11. Raison de plus pour soutenir ceux qui soutiennent le mieux l’Eglise. « L’élément catholique seul », dit-il à Dechamps en 1846, « peut rendre la Belgique heureuse »12.

11On notera enfin, dans la lettre à Derby, une autre qualité importante que le Roi reconnaît au parti catholique : il a été, écrit-il, « very national ». C’est là, dans la vision que Léopold Ier se fait de la politique belge, un élément d’un poids réel, et qui a peut-être été jusqu’ici un peu méconnu. Il est utile, croyons-nous, d’éclairer cet aspect de la pensée du Roi en versant au dossier deux documents qui datent de 1859, et dont l’intérêt nous paraît grand.

***

  • 13 De Vrière à Frère-Orban, 28 septembre 1860, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Frère-Orban, no(...)
  • 14 Alphonse Vandenpeereboom, Notes et souvenirs, 1862-1867 (Bibliothèque de l’Université de Gand, Ms. (...)
  • 15 Ibid., à la date du 28 octobre 1864 ; publié dans J. GARSOU, Léopold 1er et le parlementarisme. Un (...)
  • 16 Frère-Orban à Van Praet, 3 mars 1865, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Frère-Orban, no 51 ; (...)

12Nos textes ont trait aux relations entre le Roi et le Cabinet libéral de 1857, qui fut le dernier Cabinet du règne. Ces relations, presque dès le début du ministère, furent difficiles. En 1860, dans une lettre à Frère-Orban, le ministre des Affaires étrangères, de Vrière, exhale des plaintes amères : « On n’a vu nulle part un gouvernement comme celui-ci : le Roi ne veut pas travailler avec ses ministres et il enraye tout, entrave tout. Et puis, quelles formes hargneuses dans toutes ses communications ! On dirait le Pape subissant un ministère Cavour ! ». « Traiter les ministres libéraux comme des chiens », ajoute de Vrière, semble être « une des parties du système »13. Le ministre de l’Intérieur, Alphonse Vandenpeereboom, use quelque temps après d’une autre comparaison. « Le Roi », note-t-il, est devenu « très difficile, même pour ses plus anciens et meilleurs valets de chambre, ce qui nous fait dire qu’ils sont traités en ministres »14. La tension, au fil des années, ne fera que s’aggraver. « Nous sommes, pour le Roi, des suspects. Chaque acte préparé est contesté, on n’est jamais sûr de vivre encore demain, on est paralysé, dégoûté », écrit Vandenpeereboom en 186415. « Il n’y a pas de patience humaine qui puisse résister au régime que nous subissons », déclare de son côté Frère-Orban ; on ne peut rien obtenir du Roi, « même les choses les plus indifférentes, qu’à l’aide du forceps »16.

  • 17 Le Roi à Charlotte, 5 octobre 1861, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX.
  • 18 Le Roi à Charlotte, 11 et 27 janvier 1864, ibid.
  • 19 Le Roi à Charlotte, 11 janvier 1864, ibid.
  • 20 Le Roi à Conway, 30 mars 1864, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papiers Conway, no 20.
  • 21 Le Roi à Conway, 30 novembre 1864, ibid.
  • 22 Le Roi à Conway, 11 décembre 1864, ibid.
  • 23 Le Roi à Conway, 4 janvier 1865, ibid., no 21.

13La correspondance du Roi abonde en expressions non moins aigres, et elle révèle les griefs qu’il nourrit contre le Cabinet. « Ici nous allons assez bien », écrit-il à sa fille Charlotte en octobre 1861, « mais mes pitoyables ministres me donnent de l’ennui, et la politesse ne permet pas de les traiter comme ils devraient être traités »17. Ces ministres, se plaint-il un peu plus tard, sont responsables d’une « persécution des gens tranquilles », ils ont agi de telle manière que « le parti conservateur est véritablement opprimé »18. « Les partis », écrit-il encore, « sont d’une extrême violence et d’une haine dont on ne se fait pas d’idée ; ce sont les Francs-Maçons, les Ministres, etc..., qui poussent cela »19. Comme j’aimerais, dit-il à Conway, être « libéré (de ces) hommes qui par leurs fantaisies ont amené cette profonde division dans le pays »20. Les lettres à Conway, à la fin du règne, traduisent une progression des sentiments qui a sans doute un côté pathologique. 30 novembre 1864, à un moment où l’on a accusé le Roi, dans le public, d’avoir manœuvré en vue de garder les libéraux au pouvoir : « L’idée de favoriser des hommes qui viennent presque me tuer par leur insolence est vraiment par trop absurde, quand depuis quatre ans surtout je n’ai plus tenu de conseil avec ces ministres que je ne considère depuis longtemps que comme les agents d’un parti qui malheureusement a la majorité dans une Chambre qui est omnipotente »21. 11 décembre 1864 : « Les ministres me traitent indignement », ce sont « des gens qui me sont odieux »22. Et le 4 janvier 1865 enfin cette phrase étonnante : « Ils » — les ministres — « ne sont plus qu’un comité révolutionnaire » !23.

14En 1859, qui est la date des textes que nous allons reproduire, on n’en était pas encore à ces paroxysmes. Déjà cependant la situation était fort dégradée.

  • 24 Van Praet, on le sait, était chef de Cabinet du souverain avec le titre de Ministre de la Maison d (...)

15En novembre 1859, Charles Rogier, qui est à la tête du ministère, s’adresse au chef de Cabinet du Roi, Jules Van Praet24, pour lui exposer ses difficultés. Bon nombre d’arrêtés royaux, explique-t-il, « attendent l’approbation de Sa Majesté » et il les a « vainement réclamés à diverses reprises ». « Il en est qui remontent à plus de six mois ».

16« Je ne veux pas insister sur la position extrêmement difficile que l’inertie opposée aux propositions des ministres fait à ces derniers. Si l’on manque de confiance en eux, si l’on scrute avec une espèce de minutie défiante chacun de leurs actes administratifs, si, par suite de ce refus de concours administratif, ils sont chaque jour exposés à voir mettre en doute ou leur autorité, ou leur exactitude, ou leur zèle, il n’est pas possible que le découragement ne s’empare de leur esprit ». Cela risque de mener à des démissions.

17Et Rogier de citer des exemples d’arrêtés royaux ainsi bloqués : des propositions de décorations, des arrêtés soumis par le ministre de la Justice, Tesch. C’est Tesch, souligne-t-il, « qui a, pour le moment, le plus à souffrir de l’état de choses. Sa retraite serait le signal de la dislocation du Cabinet ».

  • 25 Rogier à Van Praet, 11 novembre 1859, dans E. DISCAILLES, Charles Rogier, t. IV, Bruxelles, 1895, (...)

18« Si l’on pense qu’une crise ministérielle peut se produire sans inconvénient, c’est une autre affaire et il ne me reste plus rien à dire. Je me borne à demander que les obstacles dont se trouve entourée la marche du ministère cessent d’une manière ou d’une autre... C’est pourquoi je vous prie de vouloir bien mettre le contenu de la présente sous les yeux de Sa Majesté »25.

19Van Praet déféra à ce vœu. La lettre de Rogier était du 11 novembre. Le 13 novembre, le Roi jetait sur le papier sa réponse, adressée elle aussi à Van Praet :

  • 26 Les mots en italiques sont soulignés dans les lettres du Roi.
  • 27 L’expression « Chefs de Gouvernement », on le notera, est fréquemment employée à l’époque pour dés (...)
  • 28 Copie en annexe à une lettre du Roi à Conway du 26 novembre 1859, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papi (...)

« Laeken, 13 novembre 1859.
Comme le Ministre de l’Intérieur (Rogier) a désiré que la lettre qu’il vous a écrite fût mise sous mes yeux, je vous prie de lui communiquer également ma réponse.
Le mode des propositions est d’envoyer au Roi un arrêté tout fait26 qui contient des propositions dont d’ordinaire il n’a eu aucune connaissance. Ces arrêtés sont souvent pour des choses qui ont un caractère permanent, qui intéressent la totalité du pays ou qui donnent à des hommes des positions permanentes. Le cabinet est par la force des choses un cabinet de parti, ses propositions ont donc nécessairement ce caractère. D’après la version du Ministre de l’Intérieur, un arrêté envoyé par le ministre au Roi doit être de suite signé par lui. Dans ce pays de liberté où le dernier des habitants a le droit d’avoir une opinion, le Roi seul n’aurait pas le droit de discuter une mesure ou d’avoir une opinion à lui.
Le ministre peut proposer une décoration pour un homme sur le mérite ou le caractère duquel le Roi peut différer d’opinion et même avoir des raisons à lui parfaitement connues pour croire que l’individu ne mériterait pas cette décoration. Malgré cela le ministre considérerait pareille divergence d’opinion comme un manque de concours de la part du Chef du Gouvernement27. La forme encore maintenue de la signature du Roi implique pourtant que le Roi peut de temps en temps avoir la faculté d’énoncer une opinion.
Le Ministre de l’intérieur dit que le Ministre de la Justice a eu à souffrir d’un manque de concours. Les nominations dans la magistrature ont un caractère permanent ; il est juste qu’après avoir fait une large part au parti dominant, il n’y ait pourtant pas une exclusion complète de magistrats qui n’appartiennent pas à ce parti.
Le Roi voit les noms pour la première fois dans l’arrêté qui lui est envoyé. Pour toutes ces sortes de mesures, il vaudrait mieux commencer par les traiter avant l’envoi d’un arrêté, on s’entendrait alors assez facilement.
Le Roi est venu dans ce pays-ci, qu’il a fondé et sauvé en 1831 de sa ruine immédiate, à certaines conditions, entre autres celle de ne pas être privé de toute participation à son propre gouvernement. Son âge, son expérience et sa position européenne lui donnent le droit de demander d’être traité avec indulgence et qu’on lui permette d’avoir quelquefois une opinion à lui, qui pourrait ne pas être tout à fait d’accord avec celle de ses ministres sur quelques détails d’affaires qui lui sont proposés »28.

20Tesch, le ministre de la Justice, avait envoyé au Roi une note — qui n’est pas conservée — à l’appui de ses propositions. Le Roi reprend la plume, toujours à l’adresse de Van Praet.

  • 29 Formule excellente pour désigner le futur Gouverneur de la Société Générale, qui allait se révéler (...)
  • 30 Le Roi était un lecteur attentif de l’Histoire de Thiers, pour laquelle il éprouvait une vive admi (...)
  • 31 Copie en annexe à la lettre à Conway du 26 novembre 1859, citée plus haut.

« Le 19 novembre 1859.
Observations sur la note du Ministre de la Justice — Ce ministre est au fond un homme pratique29 qui raisonnablement ne devrait pas être un homme de parti. Tout homme qui veut bien faire usage de son bon sens, pour peu qu’il en possède, doit comprendre qu’en Belgique l’esprit de parti outré est sans objet réel et ne pourrait mener qu’à la destruction du pays.
La Belgique n’a pas de nationalité et vu le caractère de ses habitants ne pourra jamais en avoir. Elle peut avoir une existence qui fasse dire aux habitants : nous sommes bien, gardons-nous de changer. C’est le sentiment qui s’est fait jour en 1848.
Il n’y a au fond, pour la Belgique, aucune grande raison politique d’être ; mais elle avait de certaines particularités qui faisaient qu’elle ne se mêlait pas sincèrement aux pays étrangers qui la possédèrent. Une de ces particularités était son attachement au catholicisme. Napoléon s’était si pénétré de cela qu’il ne songeait en venant dans les départements belges qu’à ménager ce sentiment (voir Thiers)30.
Depuis 1840 et l’arrangement avec la Hollande, le parti doctrinaire et le parti libéral ont tout à coup décidé que les catholiques, et de fait les conservateurs, devaient être exclus de toute participation aux affaires du pays ; leur nombre dans la Chambre devait être limité à trente. Cette idée était alors d’autant plus dangereuse et absurde que la France était à peu près libéralement organisée comme la Belgique libérale voulait l’être ; tandis que les catholiques belges ne pouvaient raisonnablement désirer être ni Français, ni Hollandais, ni Prussiens, et se trouvaient donc essentiellement le seul parti tout à fait national.
Le parti libéral ayant depuis 1847 été presque constamment formant l’administration, son travail a été de faire disparaître ce que l’esprit local pouvait donner à la Belgique d’individuel. Le résultat est que le pays est actuellement une imitation de seconde et troisième classe d’un état d’esprit de forme et de manières françaises. Le catholicisme étant un élément qui résiste encore à ce travail de nivellement se trouve être l’objet sans cesse exposé à la hache destructive ; quand il aura disparu, on pourra appeler des préfets étrangers, qui ne rencontreront plus aucun obstacle dont jadis on se plaignait, et pourront manœuvrer sur le terrain entièrement nivellé comme ils le jugeront convenable dans l’intérêt étranger.
Si le parti libéral continue en plus à persécuter les conservateurs, il rendra une fraction considérable du pays non seulement indifférente à l’existence soi-disant politique de la Belgique, mais on lui inspirera le désir d’être plutôt gouverné par un véritable gouvernement qui gouverne tous ceux qui ne lui font pas d’opposition, sans esprit de persécution, que d’être soumis au régime d’un certain nombre de leurs concitoyens, qui se sont déclarés leurs ennemis et qui sont aussi leurs maîtres comme législature et comme pouvoir exécutif »31.

21La première des deux lettres de Léopold Ier, on le voit, concerne avant tout l’exercice du pouvoir royal ; elle sort des limites de notre sujet. La seconde, par contre, est, du point de vue qui nous occupe, passionnante.

  • 32 « Das Land zeigt sich, über meine Erwartung, national » : le Roi au duc Ernest de Saxe-Cobourg-Got (...)
  • 33 Le Roi à Nothomb, 18 avril 1848, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Nothomb, no 1.

22« La Belgique n’a pas de nationalité et vu le caractère de ses habitants ne pourra jamais en avoir » : cette phrase, sous la plume de Léopold Ier, peut paraître proprement extraordinaire. Le Roi, depuis le début de son règne, a été le témoin de l’attachement des Belges à leur existence nationale ; il a senti monter vers lui le loyalisme de populations qui, en acclamant leur souverain, acclament en même temps l’indépendance nationale dont il est le symbole. Il en a plus d’une fois été ému, notamment en 1848. « Le pays se montre national au-delà de mon attente », écrit-il en 1848 à un de ses neveux32. Et décrivant l’enthousiasme patriotique des Belges, il dit à Jean-Baptiste Nothomb : « J’espère que vous qui avez contribué avec un dévouement si inébranlable à l’indépendance et à l’existence politique de la Belgique, êtes fier de votre œuvre ; l’attitude de notre cher pays est admirable... Rester seuls honorablement debout dans une catastrophe aussi épouvantable, c’est là donner la preuve qu’on mérite d’être nation »33. Le Roi a vécu ces heures de patriotisme intense, il y a vibré. Et pourtant : « La Belgique n’a pas de nationalité... ». C’est que, selon toute apparence, il reste pénétré de la conception, si commune dans l’Europe du temps, et spécialement en Allemagne (et Léopold Ier, ne l’oublions pas, est un prince allemand qui est devenu un Européen) suivant laquelle la nationalité va de pair avec la langue, est liée à la langue. La Belgique souffre du handicap de ne pas avoir d’identité linguistique ; l’attribut essentiel de la nationalité lui fait donc défaut.

23Mais s’ils n’ont pas de langue propre, du moins les Belges ont-ils, aux yeux du Roi, un caractère qui leur donne une certaine individualité, qui les distingue de leurs voisins : leur caractère religieux, leur profond attachement au catholicisme. Ebranler cette particularité, la « niveler » — ce que font les libéraux — est saper la base de l’existence nationale. Les catholiques, qui défendent le caractère religieux du pays, sont les meilleurs défenseurs de sa survie même.

  • 34 Circulaire aux gouverneurs de province du 9 avril 1843, dans Rapport triennal sur la situation de (...)
  • 35 D’Anethan à Béthune, 21 mars 1852, dans L. DE BETHUNE, Le Baron d’Anethan d’après sa correspondanc (...)

24Ces idées, à l’époque, ne sont pas propres à Léopold Ier seul. On les trouve chez d’autres. En 1843, dans une importante circulaire analysant la loi organique de l’enseignement primaire, Nothomb, en sa qualité de ministre de l’Intérieur, écrivait : « Cette loi est destinée à assurer aux populations de tout le royaume... le bienfait d’une éducation conforme à leurs besoins moraux et matériels, conforme à l’esprit de nos institutions nationales. Elle doit aussi contribuer à conserver intact le caractère religieux que le peuple belge n’a jamais laissé altérer à travers tant de vicissitudes : ce caractère forme encore aujourd’hui notre individualité aux yeux des nations étrangères, et ce n’est pas la moindre garantie de notre indépendance »34. Quelques années plus tard, évoquant les progrès du libéralisme, un sénateur catholique, le baron d’Anethan, notait tristement : « Si les partisans du libre examen, les libres penseurs, en un mot, l’emportent encore longtemps, c’en est fait de notre esprit national, de nos anciennes traditions, c’en est fait peut-être de notre nationalité ». En effet, « on conçoit la Belgique catholique repoussant la France sceptique, la Hollande et la Prusse protestantes ; mais la Belgique rationaliste a évidemment bien moins de raisons d’être, comme nation indépendante »35.

25Ces mots de d’Anethan, comme ceux de Nothomb, auraient pu être prononcés par Léopold Ier. Mais ce qui est remarquable chez le Roi, c’est la place que ces pensées occupent dans son esprit, l’importance qu’il y attache.

  • 36 Ce Cabinet, expliquait-il à un directeur de journal qu’il recevait pour l’engager à ne plus autant (...)
  • 37 Dietrichstein à Metternich, 14 juin 1841, VIENNE, STAATSARCHIV, Staatskanzlei, Belgien ; cité (d’a (...)
  • 38 Dietrichstein à Metternich, 15 décembre 1841, ibid. Cité dans A. SIMON, Léopold Ier et les partis (...)
  • 39 Le Roi à Nothomb, 29 octobre 1842, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Nothomb, no 1.

26De là dérive, dans une large mesure, son hostilité aux libéraux. Ses confidences au ministre d’Autriche, en 1841, après la première expérience de ministère constitué entièrement de libéraux — le Cabinet Lebeau-Rogier, que Léopold Ier avait détesté36 — sont à cet égard révélatrices. « Je ne saurais assez le répéter », dit-il, « le catholicisme fait la nationalité de ce pays. L’administration de M. Lebeau tendait à effacer l’un et à ébranler l’autre par le triomphe des idées et des principes politiques français »37. Et encore : « L’opinion libérale a fait d’effrayants progrès ici grâce à l’influence délétère de l’administration de M. Lebeau ; ce n’est qu’en marchant prudemment qu’on peut espérer de se préserver du retour d’un cabinet de sa couleur qui... finirait pas assimiler la Belgique entièrement à la France, et lui ôter son caractère distinctif de catholicisme et de nationalité »38. « Si les libéraux anti-catholiques détruisent ce qui peut seul servir de base à une existence politique », écrit-il à Nothomb, « ils suicident le pays »39.

  • 40 Une lignée de juristes, op. cit., p. 256.

27Dans une conversation avec Mathieu Leclercq, en 1845, le Roi n’est pas moins vif. Les catholiques, dit-il, « ont seuls du patriotisme ; les libéraux n’en ont point, ils sont tous, ou Français, ou Hollandais, ou Prussiens révolutionnaires »40.

  • 41 Le Roi à Louis-Philippe, 8 novembre 1847, BRUXELLES, MUSEE DE LA DYNASTIE. Publié partiellement da (...)

28Il est plus vif encore en 1847 dans une correspondance avec son beau-père, Louis-Philippe, lorsqu’il évoque un incident qui l’oppose au Cabinet libéral de Rogier. Le différend porte sur la rédaction du discours du Trône, qui doit exposer le programme du gouvernement. Il lance : « Le Roi ne peut pas être forcé d’exprimer (dans le discours du Trône) des satisfactions sur des choses qui par leur nature sont fort dangereuses pour l’existence politique d’un pays comme celui-ci. Les seuls véritables Belges de cœur et d’âme sont nos bons Catholiques, le reste est un salmi de Cosmopolites fit for nothing. Eux (c’est-à-dire ces « cosmopolites ») peuvent donc exprimer leur allégresse comme au grand opéra par des jeux et des danses, but I beg not to be of the party, car détruire dans un pays aussi faible sa meilleure base d’existence sociale et politique est un malheur qu’on peut supporter, mais dont à coup sûr on ne peut qu’éprouver de bien grands regrets »41.

  • 42 Conversation avec Léopold Ier du 9 avril 1852, dans NASSAU WILLIAM SENIOR, Conversations with M. T (...)

29Tout cela, on le voit, ne fait qu’illustrer le mot de 1841, qui donne la clé de la pensée du Roi : « Le catholicisme fait la nationalité de ce pays ». Rien n’est donc plus normal que d’entendre Léopold Ier, dans une conversation avec l’économiste anglais Nassau Senior, en 1852, décrire le parti catholique comme « the support of our nationality »42.

Notes

1 Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 1961, p. 196-230.

2 Dépêche du comte de Montalto du 2 novembre 1847, TURIN, ARCHIVES DE L’ETAT, Lettere Ministri, Belgio.

3 Le Roi à Conway, 15 juillet 1859, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papiers Conway, no 16.

4 Le Roi à Conway, 30 mars 1864, ibid., no 20.

5 Le Roi à Conway, 8 novembre 1852, ibid., no 9. Voir de même sa lettre du 11 novembre 1852 : « L’idée s’est répandue en Europe qu’ils (= les catholiques) désiraient se trouver sous le sceptre de Napoléon III » (ibid.).

6 Cette précision chronologique — « for 16 years » — est fort curieuse. Sans doute le Roi ne voit-il pas la possibilité de remonter, dans son éloge des catholiques, au-delà de 1836, c’est-à-dire au-delà de l’époque du vote de la loi communale : lors de la discussion de cette loi, on le sait, nombre de catholiques avaient adopté une attitude qui l’avait profondément irrité (cf. H. HAAG, Les Droits de la Cité. Les catholiques-démocrates et la défense de nos franchises communales, 1833-1836, Bruxelles, 1946, et du même, Les origines du catholicisme libéral en Belgique, 1789-1839, Bruxelles 1950, p. 224-225).

7 Le Roi à Lord Derby, 25 octobre 1852, Papiers du 14e Earl of Derby à Knowsley, Prescot (Lancashire). A Metternich, Léopold Ier écrit le 31 décembre 1852 : « Das Ausland hat sich die Ansicht gebildet, als neigten sich unsere Catholiken Frankreich zu. Eure Durchlaucht kennen die hiesigen Verhaltnisse genau und wissen, dass die Catholiken das letzte Cabinet exècrent, et pour cause, aber sonst immer treu und dem Lande sehr ergeben sind » (ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Acquisitions de la 4e Section, no 212).

8 Notes autobiographiques de Mathieu Leclercq, dans Une lignée de juristes, Bruxelles, 1942, p. 256-257.

9 Ibid., p. 363.

10 Cf. A. SIMON, Léopold Ier et les partis en Belgique, p. 224.

11 Propos de Léopold Ier au nonce Pecci, dans Pecci à Lambruschini, 31 janvier 1844 (A. SIMON, Lettres de Pecci, 1843-1846, Bruxelles-Rome, 1959, p. 249).

12 Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie belge du XIXe siècle, 1830-1855, Louvain-Paris, 1973, p. 575.

13 De Vrière à Frère-Orban, 28 septembre 1860, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Frère-Orban, no 51.

14 Alphonse Vandenpeereboom, Notes et souvenirs, 1862-1867 (Bibliothèque de l’Université de Gand, Ms. 2881), t. I, à la date du 29 mai 1862.

15 Ibid., à la date du 28 octobre 1864 ; publié dans J. GARSOU, Léopold 1er et le parlementarisme. Une crise ministérielle conjurée (octobre-décembre 1864), dans Le Flambeau, 1er novembre 1928, p. 212.

16 Frère-Orban à Van Praet, 3 mars 1865, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Frère-Orban, no 51 ; publ. partiellement dans J. GARSOU, Frère-Orban de 1857 à 1896, t. I, 1857-1878, Bruxelles, 1946, p. 131-132. Cette situation, très peu connue du public — la règle de la discrétion jouait —, l’était dans certains milieux diplomatiques. Le Ministre de Grande-Bretagne à Bruxelles, Howard de Walden, écrit peu avant la mort du Roi, en novembre 1865 : « Considering how little the King has done of late years, except oppose the measures of his own ministers... » (lettre privée de Howard de Walden à Clarendon, 28 novembre 1865, OXFORD, BODLEIAN LIBRARY, Papiers Clarendon, vol. 92).

17 Le Roi à Charlotte, 5 octobre 1861, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX.

18 Le Roi à Charlotte, 11 et 27 janvier 1864, ibid.

19 Le Roi à Charlotte, 11 janvier 1864, ibid.

20 Le Roi à Conway, 30 mars 1864, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papiers Conway, no 20.

21 Le Roi à Conway, 30 novembre 1864, ibid.

22 Le Roi à Conway, 11 décembre 1864, ibid.

23 Le Roi à Conway, 4 janvier 1865, ibid., no 21.

24 Van Praet, on le sait, était chef de Cabinet du souverain avec le titre de Ministre de la Maison du Roi.

25 Rogier à Van Praet, 11 novembre 1859, dans E. DISCAILLES, Charles Rogier, t. IV, Bruxelles, 1895, p. 119-120.

26 Les mots en italiques sont soulignés dans les lettres du Roi.

27 L’expression « Chefs de Gouvernement », on le notera, est fréquemment employée à l’époque pour désigner les chefs d’Etat. C’est ainsi que la loi du 12 mars 1858 concernant les souverains étrangers punit « l’attentat contre la personne du chef d’un gouvernement étranger » ou « le complot contre la vie ou contre la personne du chef d’un gouvernement étranger ».

28 Copie en annexe à une lettre du Roi à Conway du 26 novembre 1859, ARCHIVES DES PALAIS ROYAUX, Papiers Conway, no 16.

29 Formule excellente pour désigner le futur Gouverneur de la Société Générale, qui allait se révéler un grand homme d’affaires (cf. M. BOURGUIGNON, Un grand capitaine d’industrie, Victor Tesch, dans Industrie, t. XXI, 1967, p. 205-222).

30 Le Roi était un lecteur attentif de l’Histoire de Thiers, pour laquelle il éprouvait une vive admiration ; nous aurons l’occasion de le souligner prochainement dans une étude sur Léopold Ier et la France en 1852.

31 Copie en annexe à la lettre à Conway du 26 novembre 1859, citée plus haut.

32 « Das Land zeigt sich, über meine Erwartung, national » : le Roi au duc Ernest de Saxe-Cobourg-Gotha, 29 février 1848, dans Exposition Nationale Léopold Ier et son règne (Catalogue), Bruxelles, 1965, p. 215, no 938.

33 Le Roi à Nothomb, 18 avril 1848, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Nothomb, no 1.

34 Circulaire aux gouverneurs de province du 9 avril 1843, dans Rapport triennal sur la situation de l’instruction primaire en Belgique, Première période triennale, 1843-1844-1845, t. I, Bruxelles, 1846, p. 3-4.

35 D’Anethan à Béthune, 21 mars 1852, dans L. DE BETHUNE, Le Baron d’Anethan d’après sa correspondance, in Revue Générale, t. LXXX, 1904, p. 766.

36 Ce Cabinet, expliquait-il à un directeur de journal qu’il recevait pour l’engager à ne plus autant soutenir la politique ministérielle, « lui faisait l’effet d’une tisane de sauge amère, qui tient à la gorge et qu’on rejette aussitôt qu’on le peut » (Notes autobiographiques de Mathieu Leclercq, dans Une lignée de juristes, op. cit., p. 284).

37 Dietrichstein à Metternich, 14 juin 1841, VIENNE, STAATSARCHIV, Staatskanzlei, Belgien ; cité (d’après les copies de Vienne, aux archives du ministère des Affaires étrangères, à Bruxelles) dans A. DE RIDDER, Fragments d'histoire contemporaine de Belgique, Bruxelles-Paris, 1931, p. 28.

38 Dietrichstein à Metternich, 15 décembre 1841, ibid. Cité dans A. SIMON, Léopold Ier et les partis en Belgique, p. 225.

39 Le Roi à Nothomb, 29 octobre 1842, ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Nothomb, no 1.

40 Une lignée de juristes, op. cit., p. 256.

41 Le Roi à Louis-Philippe, 8 novembre 1847, BRUXELLES, MUSEE DE LA DYNASTIE. Publié partiellement dans Exposition Nationale Léopold Ier, op. cit., p. 154, no 690.

42 Conversation avec Léopold Ier du 9 avril 1852, dans NASSAU WILLIAM SENIOR, Conversations with M. Thiers, M. Guizot and other distinguished persons during the Second Empire, t. I, Londres, 1878, p. 94.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540