Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Les réactions belges au XX settembre

Jacques Lory

Texte intégral

  • 1 La célébration du centaire de Rome capitale de l’Italie a suscité de nombreuses publications dont (...)

1A l’aube du 20 septembre 1870, les troupes du général Cadorna entraient à Rome par la brèche de la Porta-Pia. Après une brève résistance de la petite armée pontificale, le drapeau blanc était hissé sur la coupole de Saint-Pierre. Le dernier chapitre de l’unité italienne s’achevait1.

  • 2 Pour un aperçu global, voir La fine del potere temporale e il ricongiungimento di Roma all’Italia. (...)
  • 3 Le ministère d’Anethan fut formé le 2 juillet 1870. Ministre de la Justice (1843-1847), unioniste (...)

2Les réactions immédiates de la Belgique à l’occupation de Rome ne diffèrent pas fondamentalement de celles des autres nations occidentales à majorité confessionnelle catholique2. Elles présentent cependant l’originalité de s’être déroulées dans un pays alors politiquement dirigé par des catholiques libéraux3 qui, devant manœuvrer entre un épiscopat tout dévoué à la cause du Saint-Siège, une opinion ultramontaine très excitée et une opposition libérale vigilante, essayèrent de concilier, dans le respect des dispositions constitutionnelles et en particulier de celles régissant les rapports entre l’Eglise et l’Etat, la protection des intérêts des croyants avec les obligations internationales de la Belgique.

  • 4 Les réactions des volontaires pontificaux appartiennent à un domaine plus spécifique, dont s’occup (...)

3On examinera successivement les réactions de la presse, les remous suscités par l’affaire romaine au sein du Parlement, l’assemblée protestataire tenue par les catholiques à Malines le 11 octobre 1870, les témoignages des diplomates belges en poste en Italie et l’attitude du gouvernement d’Anethan4.

La presse

4La chute de Rome n’eut pas, dans la presse belge, les répercussions auxquelles on pourrait s’attendre. Si les journaux, tant libéraux que catholiques, trouvèrent — pour des motifs divers — l’événement considérable, l’importance quantitative qu’ils lui accordèrent et l’intérêt qu’ils lui portèrent furent, à quelques exceptions près, plutôt maigres.

  • 5 J. LORY, Panorama de la presse belge, 1870-1871, Louvain-Paris, 1963, p. 4-6 (Cahiers du Centre in (...)
  • 6 Adrien de Lannoy à Albert de Robiano, s.d. (1870), cité dans A. SIMON, Catholicisme et politique. (...)

5Que certains facteurs aient joué en faveur de cette « inattention », ne fait guère de doute. La guerre franco-allemande d’abord, dont on a signalé ailleurs l’incidence générale sur l’opinion publique et sur la presse5. Si elle ne relégua pas dans l’ombre tous les autres événements, elle leur conféra en tout cas un intérêt moindre. « Les événements de France nous étourdissent tellement, notait un contemporain, qu’on fait à peine attention à ceux de Rome, qui pourtant sont d’une bien plus grande importance »6.

  • 7 On verra dans le tableau en annexe que la place consacrée aux extraits de presse est de l’ordre de (...)

6La volonté assez délibérée d’indifférence, ensuite, de plusieurs quotidiens libéraux. Voulant minimiser la portée de l’événement, l’Echo du Parlement et l’Indépendance, par exemple, s’abstinrent de tout commentaire, et se contentèrent soit de reproduire purement et simplement bulletins télégraphiques, commentaires et extraits de presse, soit de les reprendre non modifiés dans leur bulletin politique. D’articles de fond, peu ou prou7.

  • 8 « L’occupation de Rome est un événement considérable qui passe pour ainsi dire inaperçu au milieu (...)

7D’autres, tels le Journal de Liège, le Journal de Gand, la Chronique, ne firent que critiquer les feuilles ultramontaines, ou insister sur le mince intérêt que l’opinion avait manifesté à l’égard de l’occupation de Rome8. Un peu trop. Car leur insistance paraît elle-même un indice de l’attention qu’ils accordaient eux aussi à l’événement. Si l’on examine, en effet, le relevé que nous avons effectué dans une série de dix-huit quotidiens, pour les 22, 23 et 24 septembre 1870, on verra que, d’une façon générale, les organes de presse libéraux ne consacrèrent pas — quantitativement — beaucoup moins de place à la chute de Rome, que leurs confrères catholiques. A commencer par ceux qui en diminuaient le retentissement.

8Mis à part ces facteurs extrinsèques, il demeure que les réactions immédiates ne furent pas proportionnelles aux dimensions réelles de l’événement. Les répercussions qui suivront quelques mois plus tard, quand le mouvement en faveur du Saint-Père battra son plein, auront une tout autre ampleur.

9D’où la nécessité d’essayer de démêler l’écheveau des motivations qui ont pu jouer par un examen plus particulier des réactions exprimées par les journaux.

  • 9 Meuse, 22 septembre 1870.
  • 10 Précurseur d’Anvers, 22 septembre et 9 octobre 1870 ; Echo du Luxembourg, 24 septembre 1870.

10Les quelques appréciations qui échappèrent aux feuilles libérales ne firent pas mystère de leur profonde satisfaction devant « l’un des grands événements attendus depuis longtemps »9. Bien loin d’être une cause de deuil comme chez les catholiques, l’annonce de la chute de Rome était « une bonne nouvelle », « un résultat heureux » dont on ne pouvait trop se réjouir10.

  • 11 Meuse, 22 septembre 1870.

11Aucune réserve ne fut formulée, si ce n’est dans la Meuse, qui, d’un ton modéré, comme c’est chez elle l’habitude, déclara : « Nous eussions préféré la voir [la question romaine] se terminer non par la force, mais par la volonté officiellement exprimée du peuple romain (...), parce que n’aimons pas les annexions qui s’opèrent par la puissance des armes... »11.

  • 12 Nouvelliste de Verviers, 22 septembre 1870.
  • 13 Patrie, 23 septembre 1870.
  • 14 Courrier de l’Escaut, 24 septembre 1870.
  • 15 Journal de Bruxelles, 22 septembre 1870.
  • 16 Bien Public, 22 septembre, Ami de l’Ordre, 23 septembre et Courrier de Bruxelles, 25 septembre 187 (...)
  • 17 Journal de Bruxelles, 13 octobre 1870.
  • 18 Bien Public, 22 et 25 septembre 1870.
  • 19 En 1871, cette conception historico-juridique de la souveraineté temporelle fut longuement dévelop (...)

12Les feuilles de droite de toutes nuances furent évidemment moins avares de commentaires. « Mauvaise action »12, « odieuse iniquité »13, « sacrilège attentat, lâcheté indigne, spoliation infâme »14, « énormité, forfait, brigandage politique et annexionniste »15, « crime abominable »16, « trahison parricide »17, aucun terme ne parut assez fort pour qualifier l’acte de celui que le Bien Public n’appela plus désormais que le « roi-larron », l’« Iscariote piémontais » ou le « conspirateur couronné »18. Les critiques exacerbées de la presse de droite reposaient sur une conception de la souveraineté temporelle élaborée au cours des vingt années précédentes, et relativement simple dans son argumentation, qui se ramenait à une double proposition : 1° Rome et les Etats pontificaux appartiennent historiquement à la catholicité ; 2° Rome et les Etats pontificaux sont la garantie de l’indépendance spirituelle du Saint-Père et de la liberté de conscience des catholiques du monde entier19.

  • 20 Revue catholique, nouv. sér., t. V, 1871, p. 67.
  • 21 Bien Public, 22 septembre et 15 décembre 1870 ; Journal de Bruxelles, 27 octobre, 7 novembre et 25 (...)
  • 22 Journal de Bruxelles, 7 novembre, Gazette de Liège, 25 novembre et 29 décembre 1870.
  • 23 Courrier de l’Escaut, 23 septembre et 25 décembre ; Gazette de Liège, 29 décembre 1870 ; Bien Publ (...)
  • 24 V. DECHAMPS, La Question romaine, p. 70 citant un discours de Thuriot de la Rosière, à l’Assemblée (...)

13Dans une telle optique, occuper Rome, c’était porter une atteinte fatale » à la liberté religieuse des catholiques20, commettre l’« infraction la plus flagrante contre le droit des gens »21, « effacer la morale et le droit du code des nations »22, « remplacer la force du droit par le droit de la force », ou par « le droit nouveau »23. De tels arguments sont essentiels pour la compréhension de la mentalité de l’époque : repris et répétés en toute occasion, commentés et interprétés, ils fourniront un prétexte à l’extension de la Question romaine en une question nationale pour chaque pays, puis enfin internationale. En réclamant la restauration du Saint-Père dans ses Etats, les catholiques ne demanderont jamais que le rétablissement d’un droit « sacré », à leurs yeux « supérieur » à celui des Italiens sur Rome parce que « antérieur »24.

  • 25 Etoile belge, 19 novembre 1870. Cf. aussi Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870 : « De telles opini (...)
  • 26 Journal de Gand, 30 septembre 1870.

14Tous ces arguments n’étaient évidemment que billevesées pour les libéraux. « Prétendre que le territoire pontifical est aussi bien la propriété des catholiques belges que celle des Italiens (...) est une pure fiction politique », écrivait l’Etoile Belge25. Mais, ajoutait de son côté le journal de Gand, « il y a un droit dont on ne peut disconvenir, c’est celui des Italiens longtemps éloignés de Rome par la politique étrangère et par les manœuvres de l’ultramontanisme, d’y rentrer dès que l’état de l’Europe et les grands changements qui s’y sont opérés leur permettraient de le faire. L’Etat normal de l’Italie est d’être aux Italiens, et Rome a été de tout temps la vraie capitale politique de l’Italie »26.

  • 27 La Cloche du dimanche, 2 octobre 1870.
  • 28 Revue catholique, nouv. sér., t. V, 1871, p. 392-393.
  • 29 Eclairant à ce sujet est cet extrait de l’ultramontaine Gazette de Liège, 29 décembre 1870 ; « Qua (...)

15A quoi les catholiques répliquaient, faisant appel à la notion assez fumeuse de la papauté « gardienne et garantie du droit de l’Europe »27, que le droit des Romains était « nécessairement subordonné à un double droit : au droit de l’Europe, pour qui la suppression du pouvoir temporel du pape serait une cause permanente d’agitation et de troubles ; et au droit de la catholicité tout entière »28. Bref, il s’agissait d’une énième formulation des vieux principes réactionnaires de légitimité et d’équilibre européen29.

  • 30 Gazette de Liège, 25 novembre 1870.
  • 31 Précurseur d’Anvers, 9 novembre 1870, Indépendance, 3 février 1871, Journal de Gand, 22 avril et 2 (...)

16Or, les libéraux avaient ici matière à répondre pertinemment. L’invasion des provinces pontificales était une « violation des traités solennels qui ont reconnu l’autorité de ces provinces sous le sceptre du pontife-roi »30. Fort bien, mais qu’avaient fait les catholiques belges en 1830, sinon exactement la même chose ? Niant à la nation italienne le droit de disposer de soi-même dont ils avaient eux-mêmes usé quarante ans plus tôt, les catholiques de Belgique ne donnaient-ils pas une preuve d’insigne mauvaise foi31 ? Se prononcer sur la question romaine revenait à se prononcer sur l’unité italienne. La condamner, c’était, selon les libéraux, renier « ipso facto » l’œuvre de 1830 !

17Mais leurs adversaires se gardèrent bien de s’aventurer sur un terrain que les discussions de la thèse et de l’hypothèse avaient déjà miné. Eludant une réponse « ad rem », ils se réfugièrent dans des considérations extérieures qui avaient l’avantage de ne pas les engager directement.

  • 32 D. GARCIA de la VEGA, Les grandes unités nationales et les petits Etats, Bruxelles, Decq, 1870, p. (...)
  • 33 Journal de Bruxelles, 13 octobre et Bien Public, 12 novembre 1870.
  • 34 Revue générale, nouv. sér., II, 2, 1870, p. 543.
  • 35 D. GARCIA de la VEGA, op. cit., p. 9.

18L’unité italienne ? Qu’était-ce, sinon un « mensonge »32, une « monstrueuse agglomération »33, sans aucune raison d’être : ni historique, ni traditionnelle, ni géographique, ni raciale, ni religieuse34. Rien ne la justifiait, rien non plus ne la requérait. La seule aspiration que les Italiens avaient jamais eue, c’était « la délivrance du joug étranger »35.

  • 36 Bien Public, 22 septembre, Nouvelliste de Verviers, 23 septembre, Vlaamsche Land, 27 et 29 septemb (...)
  • 37 Revue générale, nouv. sér., II, 2, 1870, p. 542.
  • 38 Gazette de Liège, 23 septembre 1870.
  • 39 Journal de Bruxelles, 8 décembre, La Cloche du dimanche, 6 novembre et Gazette de Liège, 15-16 oct (...)
  • 40 La Cloche du dimanche, 6 novembre 1870.
  • 41 Bien Public, 22 mars 1871.
  • 42 Voir p. ex. Gazette de Liège, 23 septembre, Bien Public, 1-2 novembre et Journal de Bruxelles, 5 d (...)
  • 43 Ainsi Ludovic d’Ursel à de Villermont, 4 septembre 1870 : « Quels graves et tristes événements se (...)
  • 44 Cf. compte rendu d’un sermon prononcé à Maeseyck par l’évêque de Liège Mgr de Montpellier, dans Jo (...)

19Comment, dès lors, en était-on arrivé à la situation du 20 septembre ? Il avait sans doute fallu, expliquaient les publicistes catholiques, un singulier concours de circonstances, mais aussi la « félonie » de la royauté italienne alliée à la Révolution et, surtout, la déchéance de l’Europe, celle en particulier de la France, fille aînée de l’Eglise36. Que la France ait été « la complice, sinon l’auteur de l’unité italienne »37, voilà qui ne devait faire de doute pour personne. Encore moins qu’elle ait été la grande responsable de l’invasion de Rome : celle qu’hier encore on qualifiait de « nation catholique » avait « failli à sa mission »38, commis une « infidélité », une « faute », une « trahison »39 et finalement « sacrifié la papauté »40. D’ailleurs, les événements que l’on vivait s’étaient chargés de démontrer eux-mêmes que la justice de Dieu s’exerce dès ce bas monde. Pour tous les catholiques — et ils étaient singulièrement nombreux ! — qui étaient convaincus de comprendre le « sens de l’Histoire », il était clair que la rapide succession des désastres, puis la défaite finale de la France n’avaient pour seule explication qu’un châtiment divin « en dehors de toutes les règles ordinaires »41. Ce thème, fréquent dans les journaux et publications catholiques42, se retrouve dans les correspondances privées43, et il sera exploité avec prédilection par le clergé dans les sermons et discours destinés à de vastes auditoires44.

  • 45 Gazette de Liège, 23 septembre 1870. Cf. aussi Bien Public, 25 octobre et Journal de Bruxelles, 5 (...)

20Autant que la France, ou presque, l’Italie était évidemment coupable de l’attentat commis contre le Saint-Père et la chrétienté. L’Italie, c’est-à-dire non pas tellement, aux yeux des catholiques belges, la nation que la royauté italienne et sa complice, la « Révolution ». L’une s’était mise au service de l’autre. Mais de même qu’après l’abandon du Pape, Napoléon III avait été balayé, de même « le Pape renversé, la Révolution ne fera que poursuivre son programme en renversant le Roi qui l’a conduite contre le Pape, et qu’elle avait gardé jusqu’à cette heure pour cette besogne. Lui jeté bas, ces fanatiques criminels continueront d’obéir à la logique fatale de l’anarchie en se déchirant eux-mêmes »45.

21Responsabilité des puissances européennes indifférentes au sort de la papauté, responsabilité de la France qui l’a livrée, responsabilité de la monarchie italienne qui l’a détrônée pour accomplir l’œuvre de la Révolution, avènement final d’un régime d’anarchie totale : tous ces thèmes seront agités et constitueront, avec les arguments tirés de la conception du pouvoir temporel dont ils sont en quelque sorte les prolongements, l’arsenal de base des partisans du « Pontife-Roi ». Bien que simplistes en apparence et faciles à réfuter, ils garderont longtemps un dynamisme étonnant, qui suffira à cristalliser les rancunes et les haines comme à satisfaire les besoins inconscients d’explication et de justification de beaucoup de consciences catholiques, inquiètes de l’évolution des événements contemporains.

Le Parlement

  • 46 B. Dumortier (1794-1878). Fondateur du Courrier de l’Escaut (1829), leader du mouvement antihollan (...)
  • 47 « ... Nous avons d’autant plus de motifs de maintenir nos droits à la reconnaissance publique, dan (...)

22Dès le 22 septembre, un essai fut tenté à la Chambre des représentants pour provoquer un débat sur la question romaine. Interpellant le ministre des Affaires étrangères sur le langage de la presse allemande à l’égard de la Belgique, le bouillant et « romantique » député tournaisien B. Dumortier46 en profita pour enchaîner sur l’invasion de Rome par les troupes italiennes, contre laquelle il protesta hautement. Reprenant le thème lancé le matin même par la presse catholique — prise de Rome = violation du droit des gens —, il lui donna une application précise et « percutante » en assimilant la situation de la Belgique à celle des Etats pontificaux47.

  • 48 Sur Louis Defré (1814-1880), avocat et pamphlétaire, député de Bruxelles (1858-80) et bourgmestre (...)

23Cette protestation était aussi inattendue, semble-t-il, du côté libéral que du côté catholique et elle ne trouva aucun écho sur les bancs des parlementaires. Il y eut des interruptions, l’anticlérical L. Defré48 s’écria bien : « Nous n’avons pas à nous occuper de cela », mais ce fut tout. L’habile baron d’Anethan se garda évidemment de se laisser entraîner sur le terrain glissant de la neutralité belge : il se borna à répondre à la première partie de l’interpellation et ne souffla mot de la seconde.

  • 49 Chronique, 12 octobre 1870.
  • 50 La Gazette de Liège y consacra 103 lignes, le Journal de Bruxelles 43, L’Ami de l’Ordre 35, le Cou (...)
  • 51 Journal de Bruxelles, 23 septembre 1870.
  • 52 Gazette de Liège, 24 et 25 septembre 1870.
  • 53 Journal de Bruxelles, 23 septembre 1870. A. Delmer (1835-1915). Rédacteur à l’Universel (1859) pui (...)
  • 54 Courrier de Bruxelles, 25 septembre 1870.
  • 55 Bien Public, 23 septembre 1870.
  • 56 Gazette de Liège, 24-25 septembre 1870.

24C’était donc, comme l’écrirait peu après la Chronique, « une affaire ratée »49, une mesure pour rien. Mais la presse catholique se chargea de la faire mousser50. Elle applaudit vivement le député tournaisien d’avoir été le premier parlementaire européen à protester officiellement contre l’invasion de Rome51, et de s’être montré, à défaut du chef du Cabinet, le véritable porte-parole de la Belgique catholique52. Elle reprit ses idées, les commenta et les élargit pour les besoins de la cause. « Si la conscience publique ne proteste pas avec indignation contre la conduite infâme du gouvernement italien vis-à-vis du Saint-Siège, c’en sera bientôt fait de l’autonomie des petits Etats », disait en avertissement A. Delmer, dans le Journal de Bruxelles53. Deux jours plus tard, il enchaînait dans le Courrier de Bruxelles : « Il faut qu’on le sache à l’étranger : si la Belgique est neutre, elle ne saurait être indifférente aux actes qui se passent au-delà de ses frontières, et qui renversent les droits sur lesquels repose sa propre existence. L’agression de Victor-Emmanuel a précisément ce caractère : elle est une menace pour tous les Etats qui n’ont pas 300 mille hommes pour se défendre »54. Prenant à partie la réplique de Defré, le Bien Public précisait que « cette indifférence égoïste pourrait bien se retourner contre nous le jour où nous nous trouverions, comme Pie IX, seuls aux prises avec la ruse et la force »55. Quant à la Gazette de Liège, elle allait plus loin en prétendant que « outre l’indépendance des petits Etats, ce que l’Italie achève d’immoler au-delà des Alpes, c’est le respect des traités »56.

  • 57 Voir Echo du Parlement et Journal de Liège, 23 septembre, Etoile, 23 et 24 septembre, et Gazette d (...)
  • 58 « La Gazette [de Liège] voudrait sans doute que la Belgique déclare la guerre pour soutenir le pou (...)
  • 59 Etoile, 24-25 septembre 1870.

25La presse libérale n’était guère d’humeur à engager une polémique sur le droit des gens ou sur celui des petites nationalités. Aussi se contenta-t-elle de souligner, avec une satisfaction non dissimulée, le silence avec lequel le chef du Cabinet avait répondu à M. Dumortier57, d’ironiser58 et de recommander aux catholiques de s’en prendre, non à eux mais à leurs représentants59.

  • 60 Cf. Annales parlementaires. Sénat, session extraordinaire de 1870, p. 41-42. Sur Ernest Solvyns (1 (...)

26En réalité, les esprits n’étaient pas encore assez échauffés pour qu’un débat révélateur surgit de cette discussion. C’est pourquoi, le 26 septembre, une nouvelle interpellation fut adressée à d’Anethan, au Sénat cette fois et par l’industriel ultramontain E. Solvyns60.

  • 61 Annales parlementaires. Sénat, session extraordinaire 1870, p. 41-42.

27Tout comme à la Chambre, la tentative se révèla infructueuse. Mais elle incita le ministre des Affaires étrangères à sortir de son mutisme et à préciser quelque peu la position du gouvernement. Au préopinant qui avait protesté « au nom de la foi » contre « la spoliation dont le chef de la chrétienté est victime », et demandé si l’on avait pris des mesures pour rapatrier les Belges qui avaient défendu l’Etat pontifical, il répondit qu’en sa qualité de ministre d’un Etat neutre, il n’avait pas à se prononcer sur les faits auxquels on venait de faire allusion ; que, par ailleurs, des instructions avaient été données aux représentants de Belgique à Rome et à Florence pour qu’ils viennent en aide à leurs compatriotes en cas de besoin, qu’aucun Belge, du reste, n’avait été tué sur le champ de bataille et que tous les secours possibles avaient été prodigués aux blessés61.

  • 62 Ibid., p. 42. Sur N. Reyntiens (1821-1879), disciple de Huet et ami intime d’E. de Laveleye, sénat (...)

28Cette déclaration fut suivie par une contre-protestation du sénateur libéral Reyntiens contre l’assimilation faite, selon lui, par E. Solvyns de la Belgique, pays libre, aux Etats romains défendus par des « mercenaires »62. Toutefois, le débat fut rapidement clos.

  • 63 Sans trop insister néanmoins. Le Journal de Bruxelles (27 septembre 1870) fit une diversion en pub (...)
  • 64 Gazette de Liège, 29 septembre 1870.
  • 65 Bien Public, 27 septembre 1870.
  • 66 Gazette de Liège, 29 septembre 1870.

29Comme quelques jours auparavant, c’est la presse catholique, et plus précisément la presse ultramontaine qui monta en épingle l’interpellation. Non plus pour des motifs de publicité : les ultramontains, en effet, étaient vivement mécontents de la déclaration gouvernementale que la Patrie et le journal de Bruxelles approuvaient de leur côté63. Manifestement, ils avaient espéré que le Cabinet, à la victoire duquel ils avaient contribué au mois de juin précédent, s’associerait aux sentiments exprimés par le sénateur E. Solvyns ; ou qu’au moins, réservant sa liberté, il se limiterait à un silence qui ne compromettait aucun principe et donnait satisfaction à toutes les opinions64. Au lieu de quoi, d’Anethan se prononçait dans le sens d’une très stricte neutralité qui, à leurs yeux, était une prise de position négative devant les événements de Rome. « Notre neutralité, concluait l’organe des ultramontains gantois, ne peut aller jusqu’à nous faire abandonner la cause d’un Etat neutre, opprimé par l’invasion, car ce serait déserter notre propre cause. Il est au contraire de notre intérêt de maintenir en tout, partout et toujours, la force du droit contre le droit de la force. Faute de le faire, on s’expose à voir traiter la neutralité d’indifférence et de scepticisme politique »65. Enfourchant le thème souveraineté temporelle = garantie de la liberté de conscience des catholiques, la Gazette de Liège se demandait quant à elle : « Le sort de cette souveraineté peut-il rester indifférent au gouvernement chargé de nous assurer l’usage de nos droits, et la neutralité constitutionnelle l’oblige-t-elle à nous priver, de gaîté de cœur, de la principale garantie de la liberté, constitutionnelle aussi, de notre culte ? »66.

30Nous reviendrons plus loin sur le problème, si essentiel et si complexe, de la neutralité de la Belgique dans la question romaine. Pour l’instant, remarquons que ce problème fut soulevé dès les premiers jours qui suivirent la chute de Rome.

  • 67 Meuse, 2 octobre 1870.

31Commentant ces diverses réactions, le correspondant bruxellois du quotidien libéral liégeois La Meuse écrivait : « Le langage unanime des feuilles épiscopales, à l’exception du Journal de Bruxelles dont M. d’Anethan dispose à son gré, traduit en termes non équivoques l’irritation du clergé à propos de l’abandon du Saint-Père par ses féaux de Belgique »67. Jugement perspicace. Un mois plus tard, l’évêque de Namur déclarait à d’Anethan :

  • 68 Il aurait pu ajouter : et du St-Siège lui-même. Dans une lettre personnelle adressée à d’Anethan, (...)
  • 69 Gravez à d’Anethan, 31 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique politique intérieure, 1845-85, (...)

« Quant à la manière dont vous vous êtes exprimé à l’égard des affaires de Rome, Monsieur le Ministre, vous me pardonnerez si je vous dis franchement que je ne partage pas votre appréciation. Si vos paroles ont produit un bon résultat en empêchant vos ennemis de vous attaquer, elles ont d’un autre côté, affligé vos meilleurs amis et tous les cœurs franchement dévoués au St-Siège68. Ceux-ci ne se persuaderont jamais que la neutralité de la Belgique impose à ceux qui la gouvernent l’obligation de se montrer neutres et indifférents à l’égard de la violation manifeste du droit des gens et de la spoliation de l’Eglise catholique »69.

32En termes moins nets, c’est ce que l’assemblée des catholiques à Malines avait également voulu signifier au gouvernement.

L’Assemblée des catholiques à Malines (11 octobre 1870)

  • 70 Joseph de Hemptinne (1822-1909), grand industriel gantois, co-fondateur du Bien Public, « était ul (...)
  • 71 Cet avocat bruxellois appartenait notoirement au groupe ultramontain. Cf. K. VAN ISACKER, op. cit. (...)
  • 72 Papiers de Villermont, II, G.9.

33L’idée de réunir à Malines une assemblée pour protester publiquement contre l’invasion des Etats pontificaux germa rapidement. Il faut l’attribuer, semble-t-il, au chef de file de l’ultramontanisme belge, au mystique et théocrate Joseph de Hemptinne70 qui, à partir d’une suggestion d’Auguste Beckers71, secrétaire de la Société de Saint-Vincent de Paul, conçut un projet à la mesure de ses principes. « Il faudrait, écrivait-il le 25 septembre à son correspondant, une grande assemblée à Malines présidée par S. G. l’Archevêque (...). On rédigerait une protestation qui serait signée séance tenante ». Et de préciser qu’à son avis il ne convenait pas à la Société de Saint-Vincent de Paul mais « bien à L’œuvre du Denier de Saint-Pierre de prendre l’initiative du mouvement »72.

  • 73 P. C. C. Bogaerts, vicaire général de Malines depuis 1866.
  • 74 Sur Victor-Auguste Dechamps (1810-1883), prédicateur de talent et publiciste fécond, devenu succes (...)
  • 75 Ch. Malingié à de Villermont, 27 septembre 1870, Papiers de Villermont, II, D.111
  • 76 Bogaerts à de Villermont, 2 octobre 1870, ibid., II, D. 5.
  • 77 Ibid., et A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique, 1868-1883. Procès-verbaux, Louvain-Paris, 19 (...)

34Le projet fut soumis au président du Conseil central du Denier73, puis par lui à l’archevêque Mgr Dechamps74 qui l’approuva immédiatement. Deux jours plus tard, les deux co-promoteurs furent invités à Malines où l’on discuta de l’organisation de l’assemblée et de l’ampleur à lui donner75. Il fut décidé qu’une réunion des présidents de toutes les œuvres catholiques aurait lieu à Bruxelles le 30 septembre et qu’on rédigerait une convocation76. Celle-ci, approuvée à quelques modifications près par les évêques qui s’étaient de leur côté réunis à Malines le 1er octobre77, portait :

  • 78 Cette lettre, datée du 30 septembre, fut reproduite dans les journaux catholiques du 9 octobre. El (...)

« La récente invasion des Etats du St-Siège et de la ville de Rome impose de graves devoirs aux catholiques. L’attentat inouï du gouvernement de Victor-Emmanuel ne peut être consommé sans qu’une protestation ne vienne conserver au droit sa force et sauvegarder l’honneur de notre foi. C’est dans ce but que les présidents des œuvres catholiques ont décidé qu’une assemblée générale des catholiques belges aura lieu mardi 11 octobre à 11 h ½ dans la grande salle du petit séminaire de Malines. Nos Seigneurs l’Archevêque et les Evêques sont priés d’y assister »78.

  • 79 De Hemptinne voulait primitivement une assemblée générale des membres du Denier de St-Pierre, et d (...)
  • 80 Sur les congrès de Malines, voir outre l’ouvrage de M. DEFOURNY, Les Congrès catholiques en Belgiq (...)

35L’initiative était donc présentée comme étant quasi exclusivement laïque. C’était habile à plusieurs points de vue. D’une part, l’épiscopat évitait de se mettre à l’avant-plan dans l’organisation d’une manifestation qui, à n’en pas douter, ne plairait pas particulièrement au gouvernement. D’autre part, en élargissant à toutes les œuvres catholiques la responsabilité de l’entreprise79, on évitait de lui donner une couleur trop ultramontaine qui aurait pu froisser les catholiques libéraux. Enfin, on espérait secrètement que l’organisation par les présidents des œuvres d’une assemblée à Malines n’irait pas sans rappeler le souvenir des précédents et fructueux congrès de 1863, 1864 et 1867, où la coordination et la promotion des bonnes œuvres avaient été, sinon le but réel, du moins le but prétexté et répété à l’envi80.

  • 81 « La ville de Malines avait vu trois fois de 1863 à 1867, des milliers de catholiques accourir dan (...)
  • 82 Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870. Cf. aussi Chronique, 17 octobre 1870 : : « Malines verra san (...)

36Si la confusion assemblée-congrès fut plus ou moins entretenue chez les catholiques81, elle fut réelle chez bon nombre de libéraux qui pensèrent, comme le Précurseur d’Anvers, « qu’on eut dit une répétition générale ou une reprise des séances d’ouverture de feu le Congrès de Malines. Même théâtre, même décor, mêmes acteurs, même public et même pièce. Rien de changé. Le catholicisme est immuable »82.

37En réalité, on était à cent lieues des congrès de Malines. Autant par le but, intrinsèquement différent (une protestation), que par le caractère plutôt ultramontain de la réunion du 11 octobre.

  • 83 Charles-Antoine Hennequin de Villermont (1815-1893). Membre du conseil provincial de Namur (1849 s (...)
  • 84 François-Joseph-Ghislain (de) Cannart d’Hamale (1815-1888). Docteur en droit, premier président de (...)
  • 85 La Fédération des Cercles catholiques posa les premiers jalons de l'organisation d’un véritable pa (...)
  • 86 « ... l’évêque de Tournai redoute que l’excellent Canart (sic) ne se laisse circonvenir par ses am (...)

38On n’avait pas obtenu un ralliement unanime à cette orientation. Chacun des présidents d’œuvres n’était pas aussi soumis au Syllabus et à l’Encyclique que le Comte de Villermont83 ou J. de Hemptinne. L’un d’eux, F. Cannart d’Hamale, président de la Fédération des Cercles catholiques84, était un homme de tendance nettement catholique libérale. Influencé par ses amis parlementaires, fort de sa position de chef d’une association politiquement influente85, ne pouvait-il faire dévier la manifestation projetée ? L’évêque de Tournai le redoutait86. Il n’en fut rien cependant et la séance se déroula sous le signe de l’intransigeance des principes.

  • 87 A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique, 1868-1883, p. 55. Voir une analyse de ces documents da (...)
  • 88 Lettre pastorale du 2 octobre 1870, dans Collectio epistolarum pastoralium decretorum, aliorumque (...)

39Quant à l’effacement des évêques, il n’était qu’apparent. Dans leur réunion du 1er octobre, ils décidèrent d’adresser chacun un mandement à leurs diocésains « contre les injustices commises envers le St-Père »87, dans le but bien évident de préparer la manifestation de Malines. La lettre pastorale de l’archevêque, lue en chaire de vérité le dimanche 9 octobre et publiée dans les journaux catholiques du 10, était particulièrement explicite. Après avoir esquissé le devoir qu’avaient tous les catholiques de protester contre le « véritable attentat (...) commis en Italie », Dechamps précisait : « L’occasion nous sera donnée bientôt, à vous et à nous, N. T. C. F., de prouver que notre foi ne meurt pas »88.

40Avant d’avoir eu lieu, l’assemblée de Malines devenait l’œuvre de l’épiscopat. Exemple parmi d’autres d’un phénomène souvent constaté dans l’histoire politico-religieuse de la Belgique à l’époque contemporaine : le glissement aux mains de l’autorité ecclésiastique d’une organisation dont l’initiative revient à des laïcs.

  • 89 Ibid., p. 391. Nous soulignons.

41Que le primat de Belgique eût jugé bon de recommander la réunion du 11 octobre n’aurait cependant que peu contrarié le gouvernement, s’il ne s’était avancé plus loin et n’avait fait allusion aux autorités politiques du pays, déclarant : « ... qu’à sa voix [la voix de la foi] toujours redoutable, parce que ce qu’elle annonce s’accomplit, répondent les voix des maîtres de la science, les voix contemporaines les plus dignes d’être écoutées dans les assemblées des peuples et dans les conseils des rois... »89.

  • 90 A. Delmer, Journal, t. XXXI, 4 octobre 1870, Papiers Delmer (Bruxelles).
  • 91 Idem, 10 octobre 1870.

42Les inquiétudes que nourrissait depuis plusieurs jours déjà d’Anethan se trouvèrent confirmées. Parce qu’il ne s’était pas prononcé au Parlement contre l’occupation de Rome, des attaques seraient sans doute dirigées contre lui par des rapporteurs du Congrès90. Aussi recommanda-t-il fermement à Delmer de se montrer très prudent dans le compte rendu que publierait le Journal de Bruxelles, et surtout de ne décerner aucun éloge aux ultramontains91.

43En fait, il ne s’agissait de la part de l’archevêque que d’un ballon d’essai et il eut beau jeu de donner ses apaisements au chef de Cabinet :

  • 92 Dechamps à d’Anethan, 10 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique, politique intérieure, 1845- (...)

« J’apprends, que l’on craint de la part des rapporteurs des Œuvres pontificales, à la réunion de demain, des allusions ou des critiques relatives à l’attitude du gouvernement dans les affaires de Rome. Je suis convaincu que ces critiques ne sont pas à craindre, car j’ai fait recommander moi-même à ces M.M. de s’en abstenir. J’ai même fait plus, Monsieur le Ministre, et si vous parcourez le discours que je ferai demain et qui sera publié, vous y verrez que j’ai eu soin de distinguer formellement nos protestations de l’intervention des Etats neutres dans les conflits des grandes puissances »92.

  • 93 Id à id., 11 octobre 1870, ibid.

44Et le lendemain, il lui donnera de nouvelles assurances de la non-hostilité de ses intentions, affirmant que la protestation de Malines pouvait « être énergique sans compromettre notre neutralité »93.

***

  • 94 Les estimations relevées dans la presse varient de 4.000 (Bien Public, 12 octobre et Courrier de l (...)

45Le mardi 11 octobre, dès 10 heures du matin, une foule de plusieurs milliers de personnes94 commença à occuper la vaste salle du petit séminaire de Malines. Le local, où avaient siègé les congrès de 1863, 1864 et 1867, était sobrement décoré : d’un côté, un crucifix placé sur un voile noir, de l’autre un buste de Pie IX, entouré de drapeaux aux couleurs pontificales et belges.

  • 95 Mgr Steins, évêque de Calcutta et Mgr Ryan, vicaire apostolique de Buffalo.
  • 96 Ce qui faisait dire à Delmer : « Ce n’est plus sous le patronage des évêques, comme au congrès de (...)
  • 97 Exactement 12 sénateurs et 8 députés, soit une proportion de 19 % et de 6,4 % par rapport à l’ense (...)

46A midi, Mgr Dechamps entouré de ses suffragants et de deux prélats étrangers95 fit son entrée au milieu des acclamations, et occupa le fauteuil de la présidence96. Outre le recteur de l’Université catholique de Louvain, les vicaires généraux des divers diocèses, et les doyens de l’archidiocèse, on remarquait dans l’assistance une vingtaine de parlementaires97, les présidents des associations catholiques et un certain nombre de zouaves pontificaux.

  • 98 Assemblée générale des catholiques belges tenue le 11 octobre 1870 à Malines, Gand, Neuf, 1870, p. (...)
  • 99 Assemblée générale des catholiques belges..., p. 34-47. Diffusé en brochure sous le titre Discours (...)
  • 100 « L’archevêque ayant cessé de parler, B. Dumortier s’est approché du bureau et a demandé la parole (...)
  • 101 Assemblée générale des catholiques belges..., p. 48-49.
  • 102 Ibid., p. 49.
  • 103 Ibid., p. 49-50.

47La séance débuta par la lecture de deux rapports : l’un du journaliste gantois, G. Verspeyen, retraça l’évolution de l’œuvre du Denier de St-Pierre durant l’année écoulée ; l’autre, du comte de Villermont, exposa la situation des Œuvres pontificales et décrivit le comportement des zouaves belges lors de la prise de Rome98. Puis l’archevêque prononça un discours sur le thème du pouvoir temporel et de la question romaine99, à quoi fit écho, de manière intempestive, B. Dumortier100. Verspeyen reprit la parole pour donner lecture d’un projet d’adresse à Pie IX, qui fut ratifié par acclamation et signé, séance tenante, par les évêques et les présidents des œuvres catholiques101. Enfin, on donna connaissance d’une lettre de félicitations des catholiques allemands de Breslau aux catholiques belges102, et Dechamps communiqua le texte d’un télégramme à envoyer au Vatican « pour faire connaître au Souverain Pontife la décision des catholiques belges », et ainsi conçu : « Quatre mille catholiques belges, réunis à Malines, votent des protestations énergiques. Ils sollicitent la bénédiction du Saint-Père »103.

***

  • 104 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.
  • 105 Patrie, 13 octobre 1870.
  • 106 Courrier de l’Escaut, 13 octobre 1870.
  • 107 Ami de l’Ordre, 13 octobre 1870.

48De manière générale, les journaux catholiques chantèrent victoire. « Réunion imposante et nombreuse »104, « magnifique protestation »105, « une des plus belles pages d’histoire de notre pays »106, « solennelle démarche »107 : aucun qualificatif ne fut épargné pour caractériser la réussite de la manifestation.

  • 108 Patrie, 13 octobre 1870.
  • 109 Gazette de Liège, 13 octobre 1870.

49Dans le même ton, on encensa les orateurs qui s’étaient succédé à la tribune. Le rapport de Verspeyen sur l’Œuvre du Denier de St-Pierre en 1870 était « une des œuvres les plus parfaites due à sa plume vaillamment (sic) émue »108, et « une sorte de dialogue grandiose où, sans relâche, les protestations formidables et les cris unanimes de trois à quatre mille hommes ne se lassaient pas de donner la réplique »109.

  • 110 Ibid.
  • 111 Patrie, 13 octobre 1870.
  • 112 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.

50Le récit du Comte de Villermont sur les derniers jours de la Rome pontificale, « rempli de fortes pensées, de traits charmants et de conviction entraînante »110, résonant « d’accents les plus touchants pour faire cette histoire de la légion thébaine au XIXe s. »111, avait été accueilli par nombre de « vivats, d’applaudissements et d’acclamations »112.

  • 113 Gazette de Liège, 13 octobre 1870.
  • 114 Patrie, 13 octobre 1870.
  • 115 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.
  • 116 Bien Public, 12 octobre et Univers, 20 octobre 1870.

51Quant aux paroles prononcées par Mgr Dechamps, elles avaient été « inspirées par la plus haute et la plus sainte politique », elles étaient une « justification des plus nobles convictions »113. On n’aurait pu être « plus net, plus clair ». Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’elles « remuèrent toute l’assistance »114 et qu’elles furent « acclamées par toute l’assemblée avec un enthousiasme indescriptible »115. En un mot, le discours du primat de Belgique avait été « un événement »116.

  • 117 Indépendance, 12 octobre 1870.
  • 118 Journal de Liège, 13, 15 et 16 octobre 1870.
  • 119 Echo du Parlement, 12 octobre 1870.
  • 120 Etoile, 14 octobre 1870.

52La presse libérale émit un tout autre son de cloche. Ses comptes rendus furent courts, ses commentaires rares mais variés : les uns dédaigneux (Indépendance, Précurseur, journal de Liège), d’autres ironiques (Echo du Parlement, Chronique), certains plutôt neutres (Etoile, La Meuse). « Le menu de la séance a été assez maigre », nota l’Indépendance117, tandis que, de son côté, le journal de Liège écrivit : « médiocre succès : les évêques avaient compté sur une manifestation de premier ordre : ils n’en ont eu qu’une de troisième qualité. Peu d’hommes marquants de la politique cléricale y ont pris part »118. L’Echo du Parlement constata qu’« il y avait beaucoup d’ecclésiastiques », que « tous ces affligés paraissaient de bonne humeur et que la protestation n’a pas manqué de gaîté »119. Par contre, l’Etoile parla du « grand nombre de catholiques qui avaient assisté à la manifestation », en donna un long compte rendu et même le texte de l’adresse au Saint-Père120.

  • 121 Chronique, 29 octobre 1870.
  • 122 Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870.

53Si les rapports de Verspeyen et de Villermont furent peu remarqués par les organes de presse libéraux — encore que l’Echo du Parlement trouva le premier violent et le second ennuyeux, le discours de l’archevêque fut davantage commenté. Et critiqué. Tant au point de vue de la forme que du fond. « Si Mgr Dechamps reste au rang des plus fidèles défenseurs du St-Siège, ses récents discours ne tendent guère à prouver qu’il reste orateur », remarqua perfidement la Chronique121. « Pour lui (...), le droit des peuples est subordonné aux intérêts de l’Eglise. De telles opinions ne se discutent plus. Mgr Dechamps a si bien compris la faiblesse de sa thèse qu’il a senti le besoin de renforcer son autorité épiscopale et l’autorité infaillible du Pape, de celle de M. Thiers et de M. Guizot », écrivit le Précurseur en s’attaquant au contenu des paroles de l’archevêque122.

  • 123 C’était aussi l’opinion de P. de Haulleville, le futur directeur du Journal de Bruxelles : « De Ha (...)
  • 124 « Les Belges, vous le savez, sont fidèles à la foi de leurs ancêtres, et ils se sont efforcés de v (...)
  • 125 A. Delmer, Journal, XXXI, 11 octobre 1870.

54Que conclure de ces diverses impressions ? Une bonne mise au point est fournie par le témoignage de Delmer qui, au soir du 11 octobre, notait dans son journal personnel : « Le rapport de Verspeyen, vigoureusement écrit et débité avec chaleur, a eu un grand succès. Le rapport de Villermont, au contraire, a paru long, froid et ennuyeux (...). Mgr Dechamps a lu ensuite une conférence sur le pouvoir temporel. Il a eu des mots heureux mais, en général, il a trop cité Thiers et Guizot123. Ce n’était plus un discours. Il s’est un peu élevé à la fin et sa péroraison, qu’il a prononcée debout, a fait un certain effet. La partie saillante de son travail est une invitation très pressante adressée au pape pour qu’il vienne chercher en Belgique la liberté qu’il n’a plus à Rome. Par les témoignages invoqués ainsi que par le souvenir de la Reine défunte dont Mgr a rappelé la vie et la mort édifiante124, cette allocation exhalait un parfum très prononcé d’orléanisme. Il y a là-dessous une intention qui sera comprise en haut lieu. Le Pro Rege se continue avec le Pro Deo. Les Dechamps sont toujours diplomates »125.

  • 126 L’expression est du nonce qui, le lendemain, envoya une lettre de félicitations à l’archevêque. Cf (...)
  • 127 Sur ce point, cf. infra p. 426.

55L’intention du primat de Belgique, en donnant à son discours cette tournure « politico-diplomatique »126, était bien nette, mais en réalité double. Il s’agissait, puisque le Cabinet d’Anethan ne bougeait pas, d’intéresser le roi à la question romaine et d’obtenir finalement, qui sait ? qu’il intervînt auprès des souverains étrangers en faveur du St-Père. On tentait maintenant de l’impressionner en faisant appel au souvenir de sa mère, plus tard ce sera en déclenchant un vaste mouvement de pétitions qui lui seront personnellement adressées. Il s’agissait aussi, et plus précisément, d’obtenir que Léopold II ne s’opposât pas à une éventuelle arrivée de Pie IX en Belgique. Il avait beaucoup été question du départ du pape depuis le début de septembre, et la Belgique avait plus d’une fois été citée comme lieu de destination possible127.

  • 128 Assemblée générale des catholiques..., p. 6.

56Quoi qu’il en soit, un des buts de l’assemblée, le plus clairement avancé et le principal pour la plupart des membres présents, avait été de « protester avec la vigueur que donnent la foi et l’amour du droit contre l’acte liberticide et injuste perpétré à Rome »128. Dans quelle mesure fut-il atteint ?

  • 129 Journal, XXXI, 12 octobre 1870 et Journal de Bruxelles, 13 octobre 1870.
  • 130 Voir Mgr Manning, archevêque de Westminster, à Gravez, 16 octobre 1870, A. EV. NAMUR, c. 11 ; Mgr (...)
  • 131 Ce dont les catholiques belges n’étaient pas médiocrement fiers. Voir p. ex. Gazette de Liège, 17 (...)
  • 132 L’Univers, 20 octobre 1870.
  • 133 Roelants à Dechamps, 6 décembre 1870. A. A. M., Fonds du secrétariat, collège belge de Rome, cor. (...)

57On ne peut nier que la protestation de Malines ait eu un assez grand retentissement, aussi bien à l’étranger qu’en Belgique. Si elle ne fit pas, comme l’espérait A. Delmer, « le tour du monde »129, elle fut du moins connue et appréciée dans plusieurs pays d’Europe130. En France particulièrement où L’Univers écrivit : « La plus petite, mais non la moins noble des nations catholiques d’Europe, elle [la Belgique] a montré que les insolents triomphes de la force brutale et de l’impiété ne peuvent rien contre le droit (...). C’est un grand honneur pour la Belgique d’avoir fait la première131 entendre une protestation publique contre les iniquités sacrilèges que vient de consommer l’impiété italienne »132. A Rome également, où l’on fut très sensible au discours de Dechamps : pour en « saisir mieux toute la portée », le St-Père se le fit même traduire en italien133 !

  • 134 15 octobre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 5.

58Orchestré par la presse catholique et peu freiné par la presse libérale, le retentissement fut considérable en Belgique. « Nous entendons ici de tous les côtés, confiait Mgr Bogaerts à de Villermont134, que l’assemblée du 11 octobre a fait la meilleure impression. Espérons qu’elle sera le signal de bien d’autres manifestations semblables, et qu’elle portera plus tard des fruits pratiques ».

  • 135 « La réunion de Malines aurait dû être suivie d’effets que je ne vois pas apparaître. Les protesta (...)

59Des fruits pratiques, non pas tardifs comme l’espérait le président du Denier de St-Pierre, mais immédiats : voilà ce qui, en définitive, fit défaut à la manifestation de Malines. Il fallait battre le fer quand il était chaud135. Mais, faute d’organisation ou d’audace, les catholiques belges ne le feront pas. Ils hésiteront, aviseront, discuteront. Avant qu’ils ne reprennent leur mouvement de protestation, des semaines passeront... Sans doute, l’enthousiasme continuera à être entretenu par les mandements épiscopaux et par des manifestations religieuses de tous genres. Cela ne signifiait pourtant pas grand-chose au plan politique.

  • 136 Extraites d’une correspondance s.d. d’Adrien de Lannoy à Albert de Robiano, publiée par A. SIMON d (...)

60Les lignes suivantes136 sont très révélatrices de l’état d’esprit qui, fin octobre, règnait chez un certain nombre de catholiques conscients des difficultés de la situation.

  • 137 Cf. Correspondance de Genève, 21 novembre 1870.
  • 138 Jean-Baptiste Ponceau (1808-1882), vicaire général du diocèse de Tournai depuis 1858. Cf. E. MATTH (...)

« Quant à ce qui faisait l’objet de ma lettrre, c’est-à-dire les événements de Rome, je ne puis m’empêcher de déplorer le peu de suite que les catholiques mettent toujours dans ce qu’ils font. J’ai fait le même reproche au Congrès de Malines. Le résultat aurait dû être une espèce d’association internationale catholique comme il en existe une révolutionnaire ; et dans le fait, il en est resté bien peu de chose. Maintenant, cette manifestation de Malines a été enthousiaste. On a voté par acclamation avec beaucoup d’entrain une adresse au St-Père, qui était fort belle ; comment se fait-il que cette adresse n’ait pas été envoyée dans toutes les paroisses pour être présentée à la signature de tous les catholiques, pour être envoyée ensuite au St-Père ? Vous voyez, en Hollande, les catholiques envoyer une adresse au gouvernement137 pour lui demander de protester, de ne pas reconnaître l’annection (sic) des Etats pontificaux et pour qu’il proteste contre la captivité du St-Père. Ici, où l’on a peur de son ombre, je ne demanderais pas de mêler le gouvernement dans cette affaire, mais qui empêche les catholiques de faire individuellement une protestation ? J’ai écrit à ce sujet à Mgr Ponceau138, il m’a répondu qu’il y penserait, mais il suffit que l’idée vienne d’un laïque pour qu’elle reste là. Non seulement, il faudrait faire une protestation, mais il faut la faire de suite, et il eut été encore mieux de la décider à Malines ».

  • 139 Adolphe Dechamps (1807-1875), frère de l’archevêque et ancien ministre.
  • 140 Cattani à de Villermont, 26 octobre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 5. Cf. aussi Mgr Dechamps (...)

61C’était également l’opinion du nonce apostolique qui écrivait à de Villermont le 26 octobre : « J’ai vu hier à la station Monsieur A. Dechamps139 qui m’a dit qu’il allait à Malines pour combiner une adresse aux gouvernements en faveur des droits du St-Siège. C’est une bonne idée, et qui réparera en partie ce qui a manqué à la réunion du 11 »140. L’aveu est précieux, et il témoigne du regret (voire de l’insatisfaction) qui règnait aussi à la nonciature et peut-être dans certains milieux romains d’avoir laissé passer une si bonne occasion de susciter immédiatement une protestation générale au nom du « prisonnier du Vatican ».

  • 141 Chronique, 29 octobre 1870.

62Ce n’est qu’au début de 1871 que le mouvement de pétitionnement au roi et aux grandes puissances commencera à prendre de l’extension. En attendant, amis comme adversaires pouvaient penser comme la Chronique : « On demande des nouvelles de la grande manifestation des catholiques belges... Voilà plusieurs semaines qu’elle a eu lieu et l’on n’a plus entendu parler de rien... Si les catholiques belges ne se dépêchent pas de protester, ils risquent fort de faire long feu »141.

La diplomatie

  • 142 La consultation de la série « Correspondance politique, consulats », aux Archives du Ministère des (...)

63Les correspondances provenant des légations142 belges à Florence et à Rome, en 1870-71, offrent de vifs contrastes, tant par la personnalité que par l’opinion politique et la tournure d’esprit de leurs auteurs.

  • 143 H. Solvyns (1817-1894). Fils de F. B. Solvyns, célèbre peintre de marines, ethnologue et militaire (...)
  • 144 Déjà, en 1867, on lui avait offert la succession de S. Van de Weyer, mais il avait décliné cette p (...)
  • 145 . Il était le cousin d’E. Solvyns (cf. supra, p. 401) et de Mgr T. Solvyns (1838-1910), chapelain d (...)
  • 146 Pycke à d’Anethan, 31 mars 1971, Papiers d’Anethan, c. affaires diverses, 1840-80, f. 7.

64Henri Solvyns qui, depuis 1861, représentait la Belgique auprès de la Cour d’Italie était sans doute le diplomate le plus remarquable que possédait la Belgique en 1870143. Ascendance célèbre, intelligence brillante, excellente connaissance de plusieurs langues, nombreuses relations internationales : rien ne lui faisait défaut. Deux ans plus tard, Léopold II le nommerait d’ailleurs à Londres144, où il deviendrait un des principaux collaborateurs de son œuvre coloniale. Bien que de famille catholique145, H. Solvyns appartenait notoirement au parti libéral. Ce qui explique, entre autres, la position exceptionnelle qu’il avait pu se créer à la Cour du roi Victor-Emmanuel. D’esprit modéré et tolérant, il avait des idées politiques très larges et des vues généralement teintées d’optimisme. Parlant de lui, son collègue de Rome disait au ministre des Affaires étrangères : « Il est de l’école des gens à sang blanc. Tout est pour le mieux, il faut s’accommoder de ce qui existe... Le fait pour lui a plus d’autorité que les meilleures théories, que les principes les mieux établis... »146.

65Pour Solvyns, la prise de Rome n’est que le dernier terme d’une évolution amorcée depuis longtemps déjà. En pactisant avec le parti radical, le gouvernement italien a joué à l’apprenti sorcier. Il se trouve à présent devant une force qu’il ne peut maîtriser. Sous peine d’être charrié à la première courbe, il doit en suivre le cours, inévitablement.

66Epilogue favorable ? Le diplomate belge ne se prononce pas. Pourtant, il souhaite intimement voir s’achever l’œuvre unitaire entreprise par Cavour. Libéral modéré, qui croit que le nouvel Etat italien doit être greffé sur le vieux tronc de la monarchie piémontaise, il suppute les chances de réussite face aux lourdes menaces d’anarchie :

  • 147 Marco Minghetti (1818-1886). Homme politique et économiste italien, de tendance libérale modérée. (...)
  • 148 Solvyns à d’Anethan, 10 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 561. Da (...)

« Le gouvernement italien est lancé dans une voie où il lui est impossible de s’arrêter. Il se flatte de l’espoir qu’il pourra occuper le territoire pontifical sans devoir s’emparer de Rome même. Mais le parti, dont au grand étonnement de tout le monde, il s’est constitué le serviteur, ne se contentera pas de demi-mesures : il faudra non seulement proclamer Rome capitale, mais y établir le siège du gouvernement. M. Minghetti147 et d’autres hommes de son parti ont toujours déclaré que le Pape ne devait pas cesser de régner dans l’enceinte Romaine. Rome, disaient-ils, sera la grande cité religieuse, l’oasis de la catholicité : le drapeau italien en défendra les bords mais ne sera pas planté sur le sanctuaire. Un pareil programme n’est pas réalisable, ou plutôt M. Cavour était seul capable de le réaliser. Il était assez fort pour se servir de la Révolution sans être dominé par elle... »148.

67Le lendemain, il précise sa pensée :

  • 149 Solvyns à d’Anethan, 11 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 562.

« ... c’est donc la peur, ce n’est pas un calcul d’ambition qui préside à ce qui se fait (...). C’est donc par crainte d’une explosion républicaine (...) qu’on se lance dans les aventures. C’est à contrecœur, sans former de plan arrêté, sans mesurer les difficultés à vaincre, sans confiance en soi-même qu’on s’expose à tout compromettre. Si, comme cela est très possible, l’Italie réussit dans cette entreprise, ce sera grâce à l’influence qui l’a protégée tant de fois, ce sera grâce à son heureuse étoile »149.

68Cause prochaine la plus déterminante, la crainte d’un soulèvement populaire n’est pourtant pas à ses yeux cause unique de la décision prise par le gouvernement italien d’occuper Rome :

  • 150 Solvyns à d’Anethan, 11 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 562. Su (...)

« Il y a, outre la peur, un autre sentiment qui n’est pas étranger à la décision qu’on a prise : ce sentiment, on l’avoue moins : c’est celui de la rancune des Piémontais. Le Piémont n’a pas pardonné à la dynastie d’avoir transféré la capitale à Florence. Rome, n’a-t-on cessé de répéter à Turin, ayant été déclarée capitale du royaume, c’est à Rome et non pas ailleurs que le roi avait le droit de fixer le siège du gouvernement »150.

  • 151 Solvyns à d’Anethan, 21 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 584. Cf (...)
  • 152 A. PINGAUD, L’Italie depuis 1870, Paris, 1915, p. 11.

69Quoi qu’il en soit des motifs, les résultats de l’entreprise ne laissent pas, selon lui, d’être singulièrement embarrassants. Comment résoudre le problème posé par la chute de Rome et du pouvoir temporel du pape ? « Pour le moment, écrit-il, il n’y a pas de solution possible aux questions que va créer cet étrange état de choses. Le temps, avec les changements qu’il amène, avec les habitudes qu’il fait naître, doit bien finir par déterminer nettement le nœud de la difficulté et aider à le défaire »151. C’était raisonner en Italien qui, par un fond de fatalisme héréditaire, est souvent porté à « attendre la solution des grandes affaires du jour d’un événement extérieur ou d’un concours de circonstances inattendu plutôt que d’un vigoureux effort personnel »152.

  • 153 Solvyns à d’Anethan, 16 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 591.

70Peu après, le ministre belge à Florence aura l’impression que le temps lui-même n’arrange pas grand chose, et que « plus le gouvernement italien étudie la question des rapports à établir entre l’Eglise et l’Etat ainsi que celles des garanties à assurer au pape pour le plein exercice de son ministère pontifical, plus la solution du problème paraît éloignée et difficile »153.

***

  • 154 Amédée-Edouard-Augustin Pycke de Peteghem (1824-1898). Fils d’Auguste-François P. de P., l’un des (...)
  • 155 Reusens, secrétaire de légation à Rome, à Lambermont, 7 août 1875, A. E. B., Papiers Lambermont, 1 (...)
  • 156 « Je trépigne douloureusement sur mon fauteuil à la vue des iniquités qui se commettent ici (...). (...)
  • 157 « ... au jour de danger on me trouvera à mon poste, sur la brèche, et bien résolu à défendre de mo (...)
  • 158 Reusens à Lambermont, 1er et 12 août 1875, A. E. B., Papiers Lambermont, 1851-75, n. 313 et 318, e (...)

71Tout à l’opposé de son collègue était le baron A. Pycke de Peteghem, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de Belgique auprès du Saint-Siège depuis 1867154. C’était un homme d’un caractère entier, absolu, « une main de fer qui ne met jamais de gant de velours »155 ; un homme d’action aussi, un lutteur, et, pour tout dire, un passionné qui se sentait parfois à l’étroit dans ses fonctions officielles où la modération et la prudence sont de règle156. Dévoué corps et âme à la cause pontificale157, il figurera au Vatican après 1870 comme le dernier représentant de cette diplomatie artistocratique et ultramontaine que chérissait particulièrement Pie IX158.

  • 159 Outre sa correspondance diplomatique et officielle, Pycke entretenait une correspondance privée av (...)
  • 160 Pycke à d’Anethan, 18 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Saint-Siège (= St-S.), XIII-, 186 (...)
  • 161 Id. à id., 19 septembre 1870, ibid., n. 301.
  • 162 Pycke à d’Anethan, 18 septembre et 4 décembre 1870, dans A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, (...)

72Pour Pycke qui, dans sa correspondance diplomatique comme dans ses lettres privées159, analyse les événements au jour le jour, de Rome au Royaume d’Italie est plutôt un point de départ qu’un point d’arrivée. A vrai dire, il n’y croyait pas trop. Aussi en parle-t-il comme d’un « fait si considérable au double point de vue de la politique et de la religion, qu’on ne saurait en calculer toute la portée »160. D’emblée, il est persuadé qu’on se trouve en présence d’une « agression brutale et illégitime à tous les points de vue », de « l’acte le plus audacieux », de la « plus grande iniquité politique des temps modernes »161. En effet, selon lui, cet acte ne « s’appuie sur aucune des considérations qui légitiment ou excusent la violation du principe de souveraineté » ; il est une « nouvelle application du principe contemporain : la force prime le droit », une pure « œuvre de la violence »162.

  • 163 Pycke à d’Anethan, 18 septembre 1870, ibid., n. 299.
  • 164 Pycke à d’Anethan, 18 et 23 septembre 1870, ibid., n. 299 et 308.

73Comment a-t-on pu en arriver là ? Tour comme son collègue de Florence, le ministre belge à Rome croit que l’absorption des Etats pontificaux et la fin du pouvoir temporel ont une cause lointaine bien précise : ils sont l’« œuvre de l’esprit révolutionnaire avec lequel le gouvernement italien a pactisé depuis plusieurs années et dont il subit aujourd’hui la loi »163. Mais alors que Solvyns pensait, et espérait, que l’Italie pouvait réussir dans cette entreprise, Pycke ne conçoit pas qu’une alliance aussi antinomique que celle du gouvernement et du parti radical puisse durer. Il est au contraire persuadé que les forces révolutionnaires mènent tellement le jeu que l’on touche « à la dernière étape de la démagogie », « et que la république ne tardera pas à couronner ce désordre »164.

  • 165 Id. à id., 19 et 23 septembre 1870, ibid., n. 301 et 307.
  • 166 Solvyns expliquait avec plus de vraisemblance : « ... La population des villes où ont pénétré des (...)
  • 167 Pycke à d’Anethan, 21 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 306. La (...)

74C’est que, en réalité, le diplomate belge a été profondément vexé par l’attitude de la population romaine à l’entrée des troupes italiennes. La veille, il croyait encore que le programme révolutionnaire de soulèvement des populations, à la vue du drapeau italien, recevrait à Rome, comme dans les autres villes de l’Etat pontifical, un éclatant démenti165. C’était se méprendre sur les motifs réels de ce manque d’enthousiasme166. Quels ne furent son étonnement et sa désillusion quand il vit les premières réactions. Du moment où les troupes royales eurent pénétré dans Rome, « l’aspect de la ville, écrit-il, fut transformé. Des drapeaux aux couleurs italiennes surgirent de toutes les fenêtres, tant des plus humbles habitations que des plus aristocratiques demeures. Ce fut en un mot un volte-face complet et qui abreuva de dégoût toutes les âmes honnêtes qui purent constater cette nouvelle manifestation du caractère italien »167.

  • 168 . Pycke à d’Anethan, 12 décembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 340.
  • 169 Id. à id., 18 septembre 1870, ibid., n. 299, et id. à id., 9 décembre 1870, ibid., n. 339.
  • 170 Id. à id., 23 septembre 1870, ibid., n. 307.
  • 171 Pycke à d’Anethan, 27 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 310. Il (...)
  • 172 Pycke à d’Anethan, 19 et 27 septembre, 25 novembre et 4 décembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., (...)
  • 173 Id. à id., 25 novembre 1870, ibid., n. 336.
  • 174 Pycke à de Villermont, 9 décembre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 21. Cf. aussi id. à d’Anetha (...)
  • 175 Pycke à d’Anethan, 13 décembre 1870, Papiers d’Anethan, c. aff. div., 1840-80, f. 7. Voir aussi, c (...)

75Pour se consoler des déceptions du temps présent, Pycke se persuade alors que « la situation, telle que les derniers événements l’ont faite à Rome, ne saurait être de longue durée »168. Comment pourrait-on d’ailleurs réaliser l’unité de la péninsule ? Elle ne sera jamais, croit-il, qu’une « construction artificielle (...) que contredit tant dans le passé que dans le présent un esprit invétéré de municipalisme », que « le résultat d’une aggrégation forcée de provinces sans aucun lien de cohésion entre elles »169. A preuve les difficultés sans nombre que rencontre la nouvelle administration italienne à Rome. Celle-ci, remarque-t-il pertinemment, a entrepris de « transformer moralement la ville », de lui imprimer un « caractère nouveau »170. D’une double façon : en l’affranchissant d’une « infinité de règlements restrictifs de la liberté », et en prescrivant des « mesures administratives qui la mettront au niveau matériel des autres cités »171. Mais ce travail se heurte à une montagne d’inertie. Idées, habitudes, esprit et caractère des populations, institutions implantées depuis des siècles, voire même monuments, dont la disposition et la structure sont des témoins de l’histoire de l’Eglise des dix-neuf derniers siècles, sont autant de forces qui paralysent les tentatives du gouvernement italien172. Le résultat est finalement un « profond et général mécontentement ». En effet, les radicaux sont furieux que les transformations ne s’opèrent pas à leur gré, et les nouveaux administrés vexés qu’on les traite avec pareille désinvolture et brusquerie173. Si l’on ajoute à cela le manque de sécurité qui règne partout en Italie, où « l’on se prend à persécuter la religion » et où « l’esprit maçonnique trône... »174, la stagnation des affaires, le manque d’étrangers et les incertitudes résultant de l’avenir175, on aura le « back-ground » sur lequel reposent les espoirs du diplomate belge.

76Ceux-ci apparaissent clairement dans sa correspondance privée, dont on se bornera à citer quelques extraits particulièrement significatifs :

77— 27 septembre 1870, à de Villermont :

« L’avenir ici est effrayant et le présent n’est guère rassurant. Rome n’est plus habitable pour qui l’a connue sous son ancien régime... »

78— 30 octobre 1870, à de Villermont :

  • 176 Metz, où s’était retiré Bazaine, capitula le 27 octobre 1870.

« La capitulation de Metz176 devrait hâter la solution de bien des choses, mais on a affaire à un parti qui sentirait lui échapper l’idée républicaine s’il traitait. Je ne crois pas que le dernier mot des difficultés soit dit. Ici on ne fait que des mécontents dans les deux camps. L’idée républicaine a fait tout le mal également parmi nous, et elle prolongera une situation qui devient chaque jour plus intolérable pour chacun. »

79— 11 novembre 1870, à de Villermont :

« ... Tout va au plus mal ici et le mécontentement se généralise prodigieusement dans tous les centres. Cette situation pourrait contribuer à une restauration, mais pas plus qu’à Naples, elle ne l’amènera à elle-seule. »

80— 19 novembre 1870, à d’Anethan :

« Le mécontentement général, à tous les degrés de l’échelle sociale, ne fait que croître (...). Au Vatican, on se résigne à attendre la tournure des événements d’Europe ; on les escompte même assez légèrement me semble-t-il, puisqu’ils font naître des espérances d’une restauration prochaine. »

81— 4 décembre 1870, à d’Anethan :

« L’état des choses ici et dans toute l’Italie va très mal. Il paraît impossible que cette situation se prolonge. Nous assisterons probablement à un écroulement de l’édifice y compris celui de la dynastie. »

82— 9 décembre 1870, à de Villermont :

« J’ai été hier le témoin d’une manifestation conservatrice qui fait bien augurer du réveil de l’opinion. On a acclamé sous le Vatican le Pape-Roi ! Une bagarre s’en est suivie, quelques coups de feu, etc. En un mot, la démonstration, si elle n’a pas été imposante, a été du moins significative. Au reste, tout va au plus mal ici, ce qui enhardit les timides et leur fait relever la tête (...). Je crois comme vous que l’effondrement en France devancera de peu celui auquel nous assisterons ici. Les deux édifices ont les mêmes bases... »

83— 13 décembre 1870, à d’Anethan :

« En somme c’est un régime d’intimidation et de terreur qu’on voudrait introduire à Rome, tant dans le but de paralyser l’action des honnêtes gens que dans celui de provoquer leur départ (...). En résumé, la situation me semble très mauvaise parce qu’elle ne satisfait personne. »

84— 21 décembre 1870, à de Villermont :

  • 177 Tous ces documents dans Papiers de Villermont, II, D. 21 et Papiers d’Anethan, c. aff. div. 1840-8 (...)

« ... la révolution travaille activement par ses excès en faveur de la Cause pontificale. Tout l’échafaudage qu’on établit ici avec tant de peine, croulera avant peu, soyez-en certain : il suffira d’un souffle lancé à propos pour arriver à un effondrement. Entretemps, les misères morales s’accumulent et ce sont celles qu’on relève le plus difficilement. Pressez et agissez à l’unisson — que la grande voix de la religion et de la conservation se fasse enfin entendre ! Elle écrasera par son seul retentissement ces maigres et stridentes voix haineuses qui voudraient s’imposer à 200 millions de catholiques sur l’inertie et la résignation chrétienne desquels elles n’ont que trop compté »177.

85Il est aisé de constater que ce sont toujours les mêmes thèmes qui reviennent sous la plume du diplomate belge, liés entre eux par l’implication mécontentement mauvaise situation écroulement de l’œuvre révolutionnaire restauration.

  • 178 Comparer notamment les textes des 19 novembre et 21 décembre (à de Villermont), cités p. 424.

86En fait, seul le dernier terme intéresse Pycke. Foncièrement, il croit que le rétablissement du pape dans ses droits est dans l’ordre des possibles. Mais il ne l’avoue pas toujours, et parfois même il voile sa pensée178, dans la crainte sans doute d’indisposer d’Anethan et le gouvernement qui, de leur côté, tiraient des conclusions toutes différentes de l’évolution des événements en Italie.

Le gouvernement

87Dès avant la chute de Rome, un problème avait sérieusement préoccupé le gouvernement : si Pie IX quittait la ville et cherchait refuge ailleurs, quelle conduite devait adopter le ministre de Belgique près du Saint-Siège ? Devait-il considérer sa mission comme suspendue ou accompagner l’illustre exilé ?

  • 179 Cf. notamment Pycke à d’Anethan, 18 et 19 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, (...)
  • 180 Au moins jusque juin 1871. Cf. La fine del potere temporale..., p. 352.
  • 181 Sur cet épisode voir R. AUBERT, Le pontificat de Pie IX, 1846-1878, nouv. éd., Paris, 1963, p. 34- (...)
  • 182 Journal de Bruxelles, 6 décembre 1870.
  • 183 La Paix, 25 décembre 1870.
  • 184 Etoile belge, 8 mars 1871.
  • 185 La Paix, 25 décembre 1870.
  • 186 E. de Jonghe d’Ardoye, ministre de Belgique à Vienne, à d’Anethan, 12 octobre 1870, A. E. B., Cor.(...)
  • 187 La fine del potere temporale..., p. 351.
  • 188 J. Greindl, ministre de Belgique à Munich, à d’Anethan, 13 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg. (...)
  • 189 « Dans Rome, le bruit s’est répandu que Sa Majesté ira en Belgique », De Meester attaché de légati (...)
  • 190 « S’il quittait Rome, m’assure M. de Thile (secrétaire d’Etat à Berlin), le St-Père se rendrait pr (...)

88L’hypothèse d’un départ ne paraissait pas gratuite. On en parlait beaucoup à Rome179, et il sera souvent question dans les mois qui suivront180, d’un exil volontaire du pape, sorte de réédition de la fuite à Gaète de 1848181. Aucun lieu de destination ne sera jamais tenu pour certain, quoique, pour des motifs très différents, Porto d’Anzio182, Malte183, la Corse184, la Suisse185, Mayence ou Cologne186, Pau187 et Salzbourg188 seront successivement ou simultanément avancés. Davantage : tout comme en 1848189, la Belgique fut désignée comme lieu d’exil possible du Saint-Père et, précisait-on, c’est à Anvers qu’il devait s’établir190.

  • 191 Voir sur ce « grand commis » de Léopold II, qui fut pendant 45 ans secrétaire général du Ministère (...)

89Quel que fut le choix de Pie IX, il créerait une situation qui ne laisserait pas d’être embarrassante. De prime abord, elle retint toute l’attention de d’Anethan qui s’en référa au fonctionnaire le plus habile et le plus compétent de son ministère, A. Lambermont191. Bien que hâtivement et brièvement rédigée, la note transmise par celui-ci est essentielle : elle contient plusieurs des éléments qui détermineront dans l’avenir la position du gouvernement :

  • 192 En 1848, le prince de Ligne avait rejoint Pie IX à Gaète.
  • 193 Note datée du 14 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 295.

« La Belgique n’entretiendrait pas auprès du Pape une légation de première classe s’il ne s’agissait que du souverain de quelques centaines de mille sujets. Nous n’avons pas de religion d’Etat, nous ne sommes pas, constitutionnellement, un Etat catholique. Mais il y a des faits dont la politique doit tenir compte. La très grande majorité de la nation professe la religion catholique. Précisément parce que la liberté de conscience est un des principes de notre constitution et que tous les cultes sont libres, les rapports de l’Etat avec le clergé peuvent avoir en Belgique un caractère plus délicat qu’en aucun autre pays. Notre histoire à ce point de vue, depuis quarante ans, dispense d’insister sur ce point. L’utilité, la nécessité pour le gouvernement belge d’avoir un organe auprès du chef de la catholicité a été comprise par tous les hommes d’Etat qui ont dirigé la politique de ce pays. Si le Pape doit quitter Rome, et sortir de ses Etats, on ne peut prévoir dès maintenant quelles seront les pérégrinations ultérieures du Saint-Siège. Mais mon avis est qu’en principe la présence d’un agent diplomatique belge auprès du Pape à Malte serait aussi justifiée que l’a été celle d’un ambassadeur du Roi auprès du même pape à Gaète192. Je conseillerais donc de prescrire provisoirement à M. Pycke de suivre le pape dans sa première station, fût-ce hors de ses Etats, et je réserverais de prendre une décision définitive d’après la tournure ultérieure des événements »193.

90Sur la base de ce document, d’Anethan écrivit au Roi pour lui demander s’il approuvait les instructions qu’il comptait adresser dans ce sens à Pycke, expliquant :

  • 194 D’Anethan à Léopold II, 14 septembre 1870 (min.), A. E. B., Correspondance politique, Légations, s (...)

« Un souverain purement temporel déchu de sa souveraineté ne peut évidemment pas demander à conserver près de sa personne les ministres accrédités près des souverains règnants. Mais le Pape a un double caractère : partout où il réside, il reste le chef de la chrétienté, et en cette qualité il peut continuer ses rapports avec les ministres étrangers. Ceux-ci ne me paraissent pas pouvoir refuser de l’accompagner, si S. S. réclame leur présence, et si le souverain du pays où le Pape établit sa résidence provisoire n’y met pas obstacle. Cette conduite me paraît commandée pour un ministre appartenant à un pays dont la majorité de la population est catholique »194.

  • 195 Note de de Borchgrave, 15 septembre 1870, ibid., St-S., XIII2, 1869-70, n. 296.
  • 196 Télégramme de d’Anethan à Pycke, 17 septembre 1870, ibid., n. 297.
  • 197 Dépêche du 8 octobre 1870 adressée à Nothomb, de Jonghe, Auguste d’Ancthan (Lisbonne) et van der S (...)

91Pour Léopold II, avant d’envoyer des instructions à Rome, il fallait connaître « l’endroit que le pape choisirait pour refuge ou pour résidence, si S. S. venait à quitter ses Etats »195. Aussi le ministre des Affaires étrangères télégraphia-t-il à Pycke de lui communiquer sans tarder ce renseignement196 et, pour éviter que la Belgique ne se singularisât, il fit surveiller l’attitude des autres pays intéressés à la question197.

92Entretemps, l’occupation de Rome par les troupes italiennes avait consommé la ruine du pouvoir temporel. Les conséquences qui devaient nécessairement résulter de ce nouvel état de choses obligeaient le Cabinet d’Anethan à définir une politique globale, acceptable par l’Italie aussi bien que par le Vatican. Il le fera de manière empirique et progressive, soucieux de ne froisser ni l’opposition libérale, ni la majorité catholique du pays, et attentif à l’évolution des relations internationales, à l’issue du conflit franco-allemand en particulier.

  • 198 Cf. supra p. 401-402.
  • 199 [E. BANNING], La Belgique et le Vatican. Documents et travaux législatifs concernant la rupture de (...)
  • 200 D’Anethan à Gravez, 31 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique, pol. intér., 1845-85, f. 7.
  • 201 Allusion à une alliance possible de l’Italie et de l’Allemagne, dont il sera ouvertement question (...)
  • 202 Cf. dépêche du Comte de Barrai à Visconti-Venosta, 8 novembre 1870, dans Documenti diplomatici rel (...)
  • 203 D’Anethan à Pycke, 30 décembre 1870 et 28 janvier 1871, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1 (...)

93On se rappelle la réponse donnée au Sénat à l’interpellation du 26 septembre198. A ce moment, comme l’a bien remarqué E. Banning, « les vues du gouvernement ne paraissent pas fixées »199. Elles revêtent une forme plus explicite dans une lettre de d’Anethan à l’évêque de Namur, du 31 octobre suivant200, dans laquelle la préoccupation majeure du gouvernement semble être de ne pas exposer, « par un langage imprudent », la Belgique à une rupture avec l’Italie, « voire avec d’autres puissances alliées ou amies de cette dernière »201, et dans un entretien que le ministre des Affaires étrangères eut, le 8 novembre, avec le représentant d’Italie à Bruxelles202. Mais ce sont trois instructions envoyées à la fin décembre 70 et en janvier 71 à Solvyns et à Pycke, qui exposent avec le plus de précision la ligne de conduite finalement arrêtée par le gouvernement belge, et ses justifications203.

  • 204 D’Anethan à Pycke, 30 décembre 1870.

94A la base, un préalable, déjà indiqué le 26 septembre : Etat neutre, la Belgique n’a pas à se prononcer sur l’occupation de Rome, « question exclusivement politique et territoriale » ne relevant que de l’Italie et du Saint-Siège. En revanche, elle n’a pas à « sanctionner par une approbation quelconque des faits ou des théories dont la portée pourrait n’être pas sans danger pour les Etats secondaires »204.

  • 205 Id. à id., 30 décembre 1870.

95Quant à la situation créée par les événements du 20 septembre, elle doit être envisagée sous un double aspect, religieux et politique. En se plaçant au premier point de vue, « le gouvernement considère la pleine indépendance du souverain pontife dans l’exercice de ses fonctions spirituelles comme réclamée par un grand intérêt social et religieux »205. En effet, développe longuement d’Anethan dans ses instructions au ministre belge à Rome :

  • 206 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871.

« La constitution belge garantit la liberté des cultes. Elle reconnaît aux ministres des cultes, entre autres dispositions tutélaires de ce principe, le droit de correspondre avec leurs supérieurs. Il est, par conséquent, dans l’esprit comme dans la lettre de notre pacte fondamental, que des relations libres existent entre le clergé catholique et le pape, chef de la catholicité.
« L’Etat a pour mission de protéger les intérêts de tous les citoyens. Les biens moraux n’ont pas moins de titres à sa sollicitude que les biens matériels. La protection que le gouvernement accorde aux intérêts du commerce et de l’industrie, il ne peut la refuser aux intérêts supérieurs de la religion ; il est tenu de protéger la liberté religieuse des catholiques tout comme il devrait, pour être fidèle à la Constitution, défendre le cas échéant et dans la limite de ses pouvoirs, la liberté religieuse de ceux de nos compatriotes qui professent un autre culte. C’est donc un droit, c’est même un devoir pour le gouvernement d’employer tous les moyens compatibles avec la situation que le droit public nous a faite pour aider à assurer l’indépendance complète du souverain pontife, indépendance qui est une condition indispensable de la liberté religieuse des catholiques de tous les pays »206.

  • 207 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871.
  • 208 Id. à id., 28 janvier 1871.
  • 209 Voir notamment A. DE RIDDER, La Belgique et les puissances européennes, dans Histoire de la Belgiq (...)

96Mais jusqu’où peut aller cette action du gouvernement ? C’est l’aspect politique du problème. A ce niveau, la Belgique ne peut faire abstraction de son statut international. « La Belgique, stipule l’article 7 du traité de 1831, formera un Etat indépendant et perpétuellement neutre. Elle sera tenue d’observer cette même neutralité envers tous les autres Etats ». Il importe toutefois de bien interpréter le sens de cette disposition. Sans doute, la Belgique ne peut-elle « intervenir par les armes dans aucun différend international », mais cette restriction ne lui enlève pas « son caractère d’Etat souverain ». Elle est libre de poser tous les actes qui conviennent à ses intérêts et à sa dignité207. C’est pourquoi-elle suit attentivement « les affaires qui se traitent dans le concert européen », et n’a pas hésité, en plusieurs circonstances, à « s’associer aux démarches de gouvernements étrangers »208. Ainsi, en 1863, a-t-elle accepté l’invitation d’assister à la réunion internationale projetée par Napoléon III et, en 1867, a-t-elle participé à la conférence chargée de règler la question du Luxembourg209. Sur la foi de ces précédents, il n’y a pas de raison pour que, dans le cas présent, elle ne participe pas à un congrès européen dont le but serait d’instituer une garantie internationale de l’indépendance du Saint-Siège par un accord entre les puissances.

  • 210 De Jonghe à d’Anethan, 8 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Autriche-Hongrie, XXXVII, 1870 (...)
  • 211 Ibid. Sur les clauses du traité de 1856, voir P. RENOUVIN, Histoire des relations internationales,(...)
  • 212 Nothomb à d’Anethan, 24 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Prusse, XXV, 1869-70, n. 85.
  • 213 Greindl à id., 13 octobre 1870, ibid., Confédération germanique, XIV, 1870, n. 178.

97Le projet de réunir « un aéropage européen qui aurait à traiter les grandes questions à l’ordre du jour et à établir la paix sur une voie solide »210 n’était pas neuf. Depuis des années, la Russie y poussait, espérant obtenir à cette occasion l’abrogation des clauses du traité de Paris relatives à la neutralité de la Mer Noire211. Le conflit franco-allemand et le rebondissement de la question romaine avaient remis l’idée sur le tapis. D’un peu partout, prudemment mais clairement, on avait fait des suggestions au gouvernement prussien, selon lesquelles il serait de l’intérêt même de l’Allemagne d’obtenir la sanction de l’Europe pour le traité qui interviendrait bientôt entre elle et la France. La réponse de Bismarck avait évidemment été négative212. Par ailleurs, plusieurs pays, dont la Bavière et l’Autriche, inquiets du sort de la papauté et soucieux de donner satisfaction aux revendications de leurs sujets catholiques, estimaient que la réunion d’un congrès européen était de nature à apporter une solution à l’épineux problème de Rome213.

  • 214 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871. Cf. aussi id. à Solvyns, 12 janvier 1871, évoquant son entreti (...)
  • 215 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871. Cf. id. à J. Devaux, 8 février 1871 : « Je vous renvoie la let (...)
  • 216 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1878. Cette précision fut également introduite par d’Anethan lui-mêm (...)

98Convaincu que les garanties unilatérales envisagées par le gouvernement italien étaient insuffisantes pour assurer l’indépendance du pape, d’Anethan jugeait une telle réunion indispensable214. Toutefois, il ne croyait pas que la Belgique avait à jouer un premier rôle. Elle ne déclinerait pas l’invitation qui lui serait adressée de s’y faire représenter, mais ne devait pas prendre elle-même l’initiative d’une convocation215. Elle ne devait pas davantage désigner les bases sur lesquelles pouvaient s’ouvrir les délibérations, car, pensait le ministre des Affaires étrangères, « toute indication d’un caractère exclusif et n’ayant pas fait l’objet d’une entente préalable pourrait créer des obstacles à la réunion même du congrès »216.

  • 217 Cf. R. AUBERT, Le gouvernement belge et les préliminaires de la conférence de Gaète, dans Atti del (...)
  • 218 « Je ne puis modifier cette ligne de conduite [définie dans les instructions à Pycke] qui est conf (...)

99En précisant ainsi la nature et les limites de son concours éventuel, le gouvernement demeurait fidèle à la politique antérieurement suivie par la Belgique dans des circonstances analogues. Quand, en 1849, il avait été question de réunir un congrès européen pour rétablir dans ses Etats le pape chassé par la révolution romaine, le Cabinet libéral Rogier avait observé la même ligne de conduite217. Pour d’Anethan, c’était « la seule vraiment constitutionnelle »218.

  • 219 Cf. J. LORY, Les réactions belges devant le transfert de la capitale italienne à Rome (juin-juille (...)
  • 220 Ibid., p. 36-39.

100Mais qu’elle fut pratiquée, vingt ans plus tard, par un ministère catholique n’était pas indifférent, surtout après les vives démonstrations d’attachement au Saint-Siège qu’un bon nombre de Belges, manifestées. Tiraillé entre ses amis et ses adversaires politiques, ne pouvant satisfaire les exigences des uns ni des autres, le gouvernement allait de plus en plus se trouver en butte à des sollicitations diverses, des critiques et des pressions qui s’exerceront aussi bien au Parlement — par le moyen d’interpellations et d’une vaste campagne de pétitions — que dans la presse et dans la rue — par la multiplication des pélérinages politico-religieux. Mais d’Anethan ne déviera pas des principes posés dans les instructions de décembre-janvier, même quand, quelques mois plus tard, en juillet 1871, les ultramontains gantois, excédés par l’attitude du gouvernement dans le transfert de la capitale italienne à Rome219, le menaçeront ouvertement de provoquer une scission dans la majorité catholique220.

  • 221 Sur H. J. Dolez (1808-1880), bâtonnier de l’Ordre des avocats près de la Cour de Cassation (1853 s (...)
  • 222 Annales parlementaires. Sénat, sess. 1870-71, s. du 3 juillet 1871, p. 288.
  • 223 Ibid.

101Dans le débat provoqué au Sénat sur cette question, l’ancien président de la Chambre des représentants, le libéral H. Dolez221 félicitera le Chef du Cabinet « d’avoir reconnu, quelles que fussent d’ailleurs ses convictions au point de vue religieux, qu’il devait être non pas le ministre d’un culte catholique, mais le ministre du gouvernement belge, et d’avoir agi conformément aux devoirs qu’il avait en cette qualité »222. Et il ajoutera cette réflexion, qui résume remarquablement « l’hypothèse » pratiquée en 1870-71 par les catholiques libéraux au pouvoir : « Nous devons sans cesse séparer nos croyances, comme membres d’un culte quelconque, de nos devoirs comme membres de la cité belge »223.

PLACE ACCORDEE PAR LES QUOTIDIENS BELGES A LA CHUTE DE ROME (EN NOMBRE DE LIGNES)

PLACE ACCORDEE PAR LES QUOTIDIENS BELGES A LA CHUTE DE ROME (EN NOMBRE DE LIGNES)

Notes

1 La célébration du centaire de Rome capitale de l’Italie a suscité de nombreuses publications dont on trouvera un relevé dans la bibliographie de la Rassegna storica del Risorgimento, t. LV1I, 1970, p. 485-486 et 648-649 ; t. LVIII, 1971, p. 148-149, 343-344, 491 et 683 ; t. LIX, 1972, p. 150-151 et 303-304 ; t. LX, 1973, p. 154. Voir aussi Bibliografia dell’étà del Risorgimento in onore di Alberto M. Ghisalberti, t. II, Florence, 1972, p. 600 sv., en particulier 611 (Biblioteca di bibliografia italiana, LXVI).

2 Pour un aperçu global, voir La fine del potere temporale e il ricongiungimento di Roma all’Italia. Atti del XLV congresso di storia del Risorgimento italiano. Roma, 21-25 settembre 1970, Rome, 1972 (Istituto per la storia del Risorgimento italiano. Biblioteca scientifica, XIII).

3 Le ministère d’Anethan fut formé le 2 juillet 1870. Ministre de la Justice (1843-1847), unioniste sincère formé à l’école de 1830, puis catholique libéral convaincu de la nécessité de « l’hypothèse », Jules-Joseph d’Anethan (1803-1888) était l’une des personnalités les plus marquantes de la droite parlementaire. Sa modération, tout autant que son autorité et son talent, le firent désigner par Léopold II pour constituer le nouveau gouvernement issu des élections de juin 1870, dans lequel il se réserva le portefeuille des Affaires étrangères. De préférence à L. PLETTINCK, Biographie du Baron J. J. d’Anethan, 1803-1888, Bruges-Bruxelles, 1899, très vieilli, consulter L. de BETHUNE, Le Baron d’Anethan d’après sa correspondance, dans Revue générale, XL, 2, 1904, p. 593-606 et 764-777 ; H. de TRANNOY, Léopold II et Jules Malou. La révocation du ministère d’Anethan (novembre 1871), ibid., LIX, 1, 1926, p. 513-522 ; Biographie Nationale, t. XXIX, Bruxelles, 1957, col. 93-96 (A. COSEMANS).

4 Les réactions des volontaires pontificaux appartiennent à un domaine plus spécifique, dont s’occupe M. J. Lorette, conservateur au Musée royal de l’armée, qui prépare un ouvrage sur L’aide militaire belge au Saint-Siège, 1860-1870. Il n’en sera guère question dans les pages qui suivent.

5 J. LORY, Panorama de la presse belge, 1870-1871, Louvain-Paris, 1963, p. 4-6 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 32).

6 Adrien de Lannoy à Albert de Robiano, s.d. (1870), cité dans A. SIMON, Catholicisme et politique. Documents inédits, 1832-1909, Wetteren, 1955, p. 90, note 1. Cf. aussi Journal de Gand, 23 septembre 1870 : « Le moindre engagement sous les murs de Paris fait plus de bruit que ce fait politique ».

7 On verra dans le tableau en annexe que la place consacrée aux extraits de presse est de l’ordre de 48,9 % dans l’Echo du Parlement et de 19,3 % dans l’Indépendance, tandis que celle accordée aux articles de fond n’atteint pas 2 % pour le second journal et qu’elle est nulle pour le premier. L’écart entre le pourcentage moyen des articles de fond publiés par la presse libérale et par la presse catholique (respectivement 13,3 et 43,5 %) est également très significatif.

8 « L’occupation de Rome est un événement considérable qui passe pour ainsi dire inaperçu au milieu des graves préoccupations du jour : il n’en a pas moins une importance énorme », Journal de Liège, 22 septembre 1870 ; « ... à part le Bien Public et les autres feuilles ultramontaines, personne ne s’occupe de la chute du pouvoir temporel des papes (...). Il en est de cet événement comme du Concile. Pour la presse catholique, c’était l’événement du siècle. Or, combien il a peu produit d’effet, et comme il est oublié aujourd’hui », Journal de Gand, 23 septembre 1870 ; « Le pouvoir temporel est mort. Quel tapage ce trépas prématuré quoique prévu, eut provoqué en d’autres temps ! », Chronique, 29 septembre 1870.

9 Meuse, 22 septembre 1870.

10 Précurseur d’Anvers, 22 septembre et 9 octobre 1870 ; Echo du Luxembourg, 24 septembre 1870.

11 Meuse, 22 septembre 1870.

12 Nouvelliste de Verviers, 22 septembre 1870.

13 Patrie, 23 septembre 1870.

14 Courrier de l’Escaut, 24 septembre 1870.

15 Journal de Bruxelles, 22 septembre 1870.

16 Bien Public, 22 septembre, Ami de l’Ordre, 23 septembre et Courrier de Bruxelles, 25 septembre 1870.

17 Journal de Bruxelles, 13 octobre 1870.

18 Bien Public, 22 et 25 septembre 1870.

19 En 1871, cette conception historico-juridique de la souveraineté temporelle fut longuement développée par l’archevêque Mgr Dechamps dans La Question romaine. Discours, lettres pastorales et lettres privées, en partie inédites, Malines, Dessain, 1871, 163 p., et par le recteur de l’U. C. L., Mgr Laforêt, dans une série d’articles de la Revue catholique, nouv. sér., t. V, Louvain, p. 121-140, 225-252 et 377-402, repris en brochure sous le titre La Question romaine (Louvain, Peeters, 1871, 77 p.).

20 Revue catholique, nouv. sér., t. V, 1871, p. 67.

21 Bien Public, 22 septembre et 15 décembre 1870 ; Journal de Bruxelles, 27 octobre, 7 novembre et 25-26 décembre 1870.

22 Journal de Bruxelles, 7 novembre, Gazette de Liège, 25 novembre et 29 décembre 1870.

23 Courrier de l’Escaut, 23 septembre et 25 décembre ; Gazette de Liège, 29 décembre 1870 ; Bien Public, 31 janvier et 13 juillet 1871.

24 V. DECHAMPS, La Question romaine, p. 70 citant un discours de Thuriot de la Rosière, à l’Assemblée nationale française, du 18 octobre 1849.

25 Etoile belge, 19 novembre 1870. Cf. aussi Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870 : « De telles opinions ne se discutent pas... ».

26 Journal de Gand, 30 septembre 1870.

27 La Cloche du dimanche, 2 octobre 1870.

28 Revue catholique, nouv. sér., t. V, 1871, p. 392-393.

29 Eclairant à ce sujet est cet extrait de l’ultramontaine Gazette de Liège, 29 décembre 1870 ; « Quant aux luttes internationales, quelles en sont les causes incessantes ? C’est la méconnaissance tant prônée par le libéralisme des petites souverainetés ; c’est l’idée néfaste des grandes nationalités imaginaires : l’unité italienne hier, l’unité allemande aujourd’hui, demain l’unité russe, c’est le mépris des traités, de la possession légitime et des droits séculaires ; c’est la toute puissance laissée à la force : c’est enfin l’Europe précipitée en dehors de l’unité catholique et bien près de sortir même de l’unité chrétienne, c’est le manque d’un arbitre désintéressé des conflits nationaux, qu’il jugerait, non comme aujourd’hui les conférences d’après les intérêts égoïstes de chacun, mais d’après les seules règles de la justice éternelle ».

30 Gazette de Liège, 25 novembre 1870.

31 Précurseur d’Anvers, 9 novembre 1870, Indépendance, 3 février 1871, Journal de Gand, 22 avril et 24 mai 1871.

32 D. GARCIA de la VEGA, Les grandes unités nationales et les petits Etats, Bruxelles, Decq, 1870, p. 9.

33 Journal de Bruxelles, 13 octobre et Bien Public, 12 novembre 1870.

34 Revue générale, nouv. sér., II, 2, 1870, p. 543.

35 D. GARCIA de la VEGA, op. cit., p. 9.

36 Bien Public, 22 septembre, Nouvelliste de Verviers, 23 septembre, Vlaamsche Land, 27 et 29 septembre et Journal de Bruxelles, 3 et 21 octobre 1870.

37 Revue générale, nouv. sér., II, 2, 1870, p. 542.

38 Gazette de Liège, 23 septembre 1870.

39 Journal de Bruxelles, 8 décembre, La Cloche du dimanche, 6 novembre et Gazette de Liège, 15-16 octobre 1870.

40 La Cloche du dimanche, 6 novembre 1870.

41 Bien Public, 22 mars 1871.

42 Voir p. ex. Gazette de Liège, 23 septembre, Bien Public, 1-2 novembre et Journal de Bruxelles, 5 décembre 1870 ; Almanach populaire illustré pour 1871, Bruxelles, 1871, p. 54.

43 Ainsi Ludovic d’Ursel à de Villermont, 4 septembre 1870 : « Quels graves et tristes événements se sont passés depuis votre dernière visite, mon bon ami ! J’en suis navré. Pauvre France ! à quelle extrémité elle est réduite, et qui aurait pu s’attendre à un pareil désastre ! (...) L’abandon du St. Père est bien sévèrement châtié » (dans Papiers de Villermont, Boussu-en-Fagne, II, A. 36, farde Ludovic), et Adolphe Dechamps à sa fille, 18 février 1871 : « Nous assistons à l’un des plus grands spectacles de l’histoire ; la décadence et la mort d’un grand peuple chrétien, pour avoir trahi sa vocation catholique et Dieu... » (dans Papiers Ad. Dechamps, Eegenhoven, doss. I).

44 Cf. compte rendu d’un sermon prononcé à Maeseyck par l’évêque de Liège Mgr de Montpellier, dans Journal de Bruxelles, 8 mai 1871, les discours de Mgr Dechamps sur « les grandes épreuves de l’Eglise et du Saint-Siège », dans Œuvres complètes de S. E. le Cardinal Dechamps, t. X, Malines, s.d., p. 7 sv., et N. LAFORET, Les enseignements du Pape et la société moderne. Discours prononcé dans la réunion générale des catholiques belges à Louvain, le 30 avril 1871, Louvain, Peeters, 1871.

45 Gazette de Liège, 23 septembre 1870. Cf. aussi Bien Public, 25 octobre et Journal de Bruxelles, 5 et 10 novembre 1870.

46 B. Dumortier (1794-1878). Fondateur du Courrier de l’Escaut (1829), leader du mouvement antihollandais, fit le coup de feu en 1830. Membre du Congrès national, puis de la Chambre des représentants, où il siégea depuis 1831 jusqu’à sa mort. L’un des orateurs les plus écoutés du parti catholique. Voir Biographie Nationale, t. XXX, Bruxelles, 1959, col. 611-627 (E. de WILDEMAN et L. HAUMAN), et H. HAAG, Un politique romantique. Barthélémy Dumortier, dissert. dactyl., Louvain, 1941.

47 « ... Nous avons d’autant plus de motifs de maintenir nos droits à la reconnaissance publique, dans les circonstances actuelles, que nous voyons, dans une autre partie de l’Europe portée l’atteinte la plus grave possible à la nationalité d’un Etat respectable et respecté par l’Europe entière », Annales parlementaires. Chambre, session extraordinaire de 1870, p. 132.

48 Sur Louis Defré (1814-1880), avocat et pamphlétaire, député de Bruxelles (1858-80) et bourgmestre d’Uccle (1864-72), voir A. ERBA, L’esprit laïque en Belgique sous le gouvernement libéral doctrinaire (1857-1870), d’après les brochures politiques, Louvain, 1967, p. 121-284 (Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique, 43).

49 Chronique, 12 octobre 1870.

50 La Gazette de Liège y consacra 103 lignes, le Journal de Bruxelles 43, L’Ami de l’Ordre 35, le Courrier de l’Escaut 30, le Bien Public 27, Het Handelsblad 25, La Patrie 22.

51 Journal de Bruxelles, 23 septembre 1870.

52 Gazette de Liège, 24 et 25 septembre 1870.

53 Journal de Bruxelles, 23 septembre 1870. A. Delmer (1835-1915). Rédacteur à l’Universel (1859) puis, après la disparition de celui-ci (1861), au Courrier de Bruxelles, hebdomadaire politique fondé par H. Goemaere, et au Journal de Bruxelles (1863), qu’il quittera en juillet 1871 par suite d’un désaccord avec la direction sur la question romaine. Son Journal personnel manuscrit, qui couvre les années 1860-1887 est une mine de renseignements. Voir A. SIMON, L’Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédits, 1839-1907, Wetteren, 1956, p. 281-281-286 ; K. VAN ISACKER, Werkelijk en wettelijk land. De katholieke opinie tegenover de rechterzijde, 1863-1884, Anvers, 1955, p. 142-147 ; M. BLANPAIN, Le « Journal de Bruxelles » de 1863 à 1871, mém. dactyl., Louvain, 1960, p. 177.

54 Courrier de Bruxelles, 25 septembre 1870.

55 Bien Public, 23 septembre 1870.

56 Gazette de Liège, 24-25 septembre 1870.

57 Voir Echo du Parlement et Journal de Liège, 23 septembre, Etoile, 23 et 24 septembre, et Gazette de Mons, 24 septembre 1870.

58 « La Gazette [de Liège] voudrait sans doute que la Belgique déclare la guerre pour soutenir le pouvoir temporel du pape... », Journal de Liège, 24 septembre 1870.

59 Etoile, 24-25 septembre 1870.

60 Cf. Annales parlementaires. Sénat, session extraordinaire de 1870, p. 41-42. Sur Ernest Solvyns (1824-1885), docteur en droit de Louvain, fabricant de textiles à Gand, co-fondateur du Bien Public, membre du conseil provincial puis de la députation permanente de Flandre orientale, sénateur de l’arrondissement de Roulers (1870 sv.), voir Indépendance, Bien Public et Journal de Bruxelles, 20 janvier 1885.

61 Annales parlementaires. Sénat, session extraordinaire 1870, p. 41-42.

62 Ibid., p. 42. Sur N. Reyntiens (1821-1879), disciple de Huet et ami intime d’E. de Laveleye, sénateur de Bruxelles de 1870 à sa mort, auteur de plusieurs ouvrages et articles relatifs à l’Italie et au Risorgimento, voir Biographie Nationale, t. XIX, Bruxelles, 1907, col. 218-224 (E. GOBLET d’ALVIELLA).

63 Sans trop insister néanmoins. Le Journal de Bruxelles (27 septembre 1870) fit une diversion en publiant une véritable diatribe contre Reyntiens « insulteur du St. Père », « chevalier de l’ordre de SS. Maurice et Lazare », « italianissime à tous crins », etc...

64 Gazette de Liège, 29 septembre 1870.

65 Bien Public, 27 septembre 1870.

66 Gazette de Liège, 29 septembre 1870.

67 Meuse, 2 octobre 1870.

68 Il aurait pu ajouter : et du St-Siège lui-même. Dans une lettre personnelle adressée à d’Anethan, le 4 décembre 1870, Pycke, ministre belge à Rome, remarque que si le cardinal Antonelli ne lui a jamais parlé de l’attitude du gouvernement belge dans la question romaine, « le Pape a été plus d’une fois expansif vis-à-vis de moi, et il a trouvé regrettable que le gouvernement ne jugeât pas opportun de formuler son opinion, au point de vue du droit public, qui a été si audacieusement violé à son égard (...). D’autre part, je sais en effet que dans l’entourage du S.P., on a quelquefois jugé avec sévérité notre abstention gouvernementale, mais ces opinions ont généralement été émises par des cardinaux exaltés et parfaitement ignorants des nécessités dérivant du régime constitutionnel » (Papiers d’Anethan, c. affaires diverses, 1840-80, f. 7). Que des critiques aient été formulées au Vatican à l’adresse de d’Anethan est confirmé par d’autres correspondances privées. Cf. notamment Mousty à de Villermont, 17 octobre 1870, dans L. DE FIVES de St. MARTIN, Pro Petri Sede ou nos zouaves belges à Rome. Histoire documentée des invasions des Etats pontificaux en 1860, 1867 et 1870, t. III, Averbode, 1913, p. 241 ; Mgr Roelants à Mgr Dechamps, 6 décembre 1870 et 14 février 1871, A. ARCHEV. MALINES (A. A. M.), Fonds du secrétariat, collège belge de Rome, corresp. Mgr Roelants, 1869-72.

69 Gravez à d’Anethan, 31 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique politique intérieure, 1845-85, f. 7. Sur Th. Gravez (1810-1883), évêque de Namur de 1868 à sa mort, partisan décidé de l’infaillibilité et des thèses ultramontaines, voir Biographie Nationale, t. XXXI, Bruxelles, 1961, col. 417-418 (A. SIMON).

70 Joseph de Hemptinne (1822-1909), grand industriel gantois, co-fondateur du Bien Public, « était ultramontain dans ses conceptions politiques, dans son attachement filial au pape et dans les élans mystiques de sa vie chrétienne. Egaré dans le XIXe siècle, il était encore plus théocratique qu’ultramontain », A. SIMON, L’Hypothèse..., p. 8. Voir ibid., p. 132-134, une remarquable esquisse psychologique du personnage.

71 Cet avocat bruxellois appartenait notoirement au groupe ultramontain. Cf. K. VAN ISACKER, op. cit., p. 20, 70, 260 et 274.

72 Papiers de Villermont, II, G.9.

73 P. C. C. Bogaerts, vicaire général de Malines depuis 1866.

74 Sur Victor-Auguste Dechamps (1810-1883), prédicateur de talent et publiciste fécond, devenu successivement provincial des Rédemptoristes, précepteur des enfants royaux, évêque de Namur et, en 1867, archevêque de Malines, voir M. BECQUÉ, Le cardinal Dechamps, 2 vol., Louvain, 1956 ; Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XIV, Paris, 1960, col. 145-150 (M. BECQUÉ) ; Biographie Nationale, t. XXIX, Bruxelles, 1957, col. 509-514 (A. SIMON).

75 Ch. Malingié à de Villermont, 27 septembre 1870, Papiers de Villermont, II, D.111

76 Bogaerts à de Villermont, 2 octobre 1870, ibid., II, D. 5.

77 Ibid., et A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique, 1868-1883. Procès-verbaux, Louvain-Paris, 1961, p. 54 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 17).

78 Cette lettre, datée du 30 septembre, fut reproduite dans les journaux catholiques du 9 octobre. Elle était signée : P. C. C. Bogaerts, Bon Hipp. della Faille, Van de Walle de Ghelcke, F. Cannart d’Hamale, Cte de Villermont, Cte de Nedonchel, Cte de Limminghe, Cte d’Ursel, Cte O. d’Alcantara, J. de Hemptinne, A. Wesmael-Legros.

79 De Hemptinne voulait primitivement une assemblée générale des membres du Denier de St-Pierre, et des Œuvres pontificales, qui aurait été « une seconde édition » de celle qui avait eu lieu à Malines le 29 janvier 1868, au lendemain de l’installation solennelle de Mgr Dechamps comme archevêque, tandis qu’A. Beckers se demandait « s’il n’y aurait pas lieu d’y convoquer plus de catholiques ». — C’est cette solution qui prévalut. Cf. A. Beckers à de Villermont, 25 septembre 1870, Papiers de Villermont, II, G. 9.

80 Sur les congrès de Malines, voir outre l’ouvrage de M. DEFOURNY, Les Congrès catholiques en Belgique, Louvain, 1908, A. SIMON, Le parti catholique belge, 1830-1950, Bruxelles, 1958, p. 78-79 (coll. « Notre Passé »), et A. RUBBENS, De bezorgdheid van de Belgische katholieken voor het onderwijs vanaf het Mechelse Congres van 1863 tot aan de schoolwet van 1879, dans Collationes Brugenses et Gandavenses, t. XIV, 1968, p. 103-115.

81 « La ville de Malines avait vu trois fois de 1863 à 1867, des milliers de catholiques accourir dans ses murs pour défendre et revendiquer leurs droits et se rappeler mutuellement leurs devoirs, mais aucune de ces assemblées n’avait le caractère imposant que revêtait la réunion du 11 octobre 1870 », Assemblée générale des catholiques belges tenue le 11 octobre 1870 à Malines, Gand, Neut, 1870, p. 6 ; « Nous avons assisté à toutes les réunions fameuses du précédent congrès de Malines ; aucune n’a valu celle du 11, aucune n’a paru aussi simplement et aussi magnifiquement catholique, aucune n’a fait voir (...) pareil enthousiasme pour la revendication des droits de l’Eglise et pareille profession de dévouement au St-Père... », Gazette de Liège, 13 octobre 1870.

82 Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870. Cf. aussi Chronique, 17 octobre 1870 : : « Malines verra sans doute aujourd’hui une nouvelle édition du Congrès catholique ».

83 Charles-Antoine Hennequin de Villermont (1815-1893). Membre du conseil provincial de Namur (1849 sv.), député permanent de la province de Namur (1863 sv.), homme d’affaires, écrivain, collaborateur de l’Univers, directeur du Courrier de Bruxelles (1871-82), co-fondateur de la Société de St-Vincent de Paul de Bruxelles, organisateur et président des Œuvres pontificales belges. L’un des ultramontains qui défendirent le plus ardemment Pie IX et les droits du St-Siège. Voir Biographie Nationale, t. XXXI, Bruxelles, 1961, col. 713-715 (A. SIMON).

84 François-Joseph-Ghislain (de) Cannart d’Hamale (1815-1888). Docteur en droit, premier président de la Fédération des Cercles catholiques (1869), horticulteur et agronome distingué, sénateur de Malines (1861 sv.). Cf. Biographie Nationale, t. XXIX, Bruxelles, 1957, col. 414-416 (E. DE WILDEMAN).

85 La Fédération des Cercles catholiques posa les premiers jalons de l'organisation d’un véritable parti catholique en Belgique. Sur le rôle joué par cette association, voir M. DEFOURNY, op. cit., p. 55-57 et A. SIMON, Le parti catholique belge, p. 79 et 106-108.

86 « ... l’évêque de Tournai redoute que l’excellent Canart (sic) ne se laisse circonvenir par ses amis parlementaires et que la manifestation pontificale dont il s’occupe ne devienne une cantate constitutionnelle qui, bien loin de réjouir le St-Père, lui montrerait que ses enseignements ne sont pas compris ou du moins pas suivis. (...) le mieux serait d’obtenir que la manifestation préparée à Malines soit franchement ultramontaine et expressément soumise en tout », A. de Robiano à de Villermont, s.d., cité dans A. SIMON, Catholicisme et politique..., p. 319.

87 A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique, 1868-1883, p. 55. Voir une analyse de ces documents dans Lettres pastorales des évêques de Belgique, 1800-1950, IV : Archiépiscopat du Cardinal Dechamps, 1868-1883, dactyl., Bruxelles, s.d., p. 236-239.

88 Lettre pastorale du 2 octobre 1870, dans Collectio epistolarum pastoralium decretorum, aliorumque documentorum quae pro regimine dioecesis Mechliniensis publicata fuerunt, t. IV : 1868-1871, Malines, 1871, p. 390.

89 Ibid., p. 391. Nous soulignons.

90 A. Delmer, Journal, t. XXXI, 4 octobre 1870, Papiers Delmer (Bruxelles).

91 Idem, 10 octobre 1870.

92 Dechamps à d’Anethan, 10 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique, politique intérieure, 1845-85, f. 10.

93 Id à id., 11 octobre 1870, ibid.

94 Les estimations relevées dans la presse varient de 4.000 (Bien Public, 12 octobre et Courrier de l’Escaut, 13 octobre 1870) à 1.000-1.100 (Echo du Parlement, 12 octobre 1870). Cf. le témoignage de A. Delmer : « La salle du petit séminaire était tellement pleine que j’ai eu grand peine à me frayer un passage » (Journal, XXXI, 11 octobre 1870) et cet aveu de Hemptinne à Villermont, 8 octobre 1870 : « Il importe que la salle de Malines soit comble. Comme renfort, on me signale l’Université Catholique » (Papiers de Villermont, II, D.82)

95 Mgr Steins, évêque de Calcutta et Mgr Ryan, vicaire apostolique de Buffalo.

96 Ce qui faisait dire à Delmer : « Ce n’est plus sous le patronage des évêques, comme au congrès de Malines, c’est sous leur présidence effective que nous nous sommes placés » (Journal, XXXI, 11 octobre 1870).

97 Exactement 12 sénateurs et 8 députés, soit une proportion de 19 % et de 6,4 % par rapport à l’ensemble des membres de chaque chambre. La plupart étaient des représentants des provinces flamandes et, à part B. Dumortier, il n’y avait parmi eux aucun nom important de la Droite parlementaire.

98 Assemblée générale des catholiques belges tenue le 11 octobre 1870 à Malines, Gand, Neuf, 1870, p. 8-17 et 17-34. Sur G. Verspeyen (1837-1912), le « Veuillot belge » qui, pendant plus de quarante ans, défendra dans le Bien Public les thèses ultramontaines, voir Nationaal biografisch woordenboek, t. I, Bruxelles, 1964, col. 953-956 (E. VOORDECKERS).

99 Assemblée générale des catholiques belges..., p. 34-47. Diffusé en brochure sous le titre Discours prononcé par Monseigneur Dechamps, archevêque de Malines, primat de Belgique, dans la réunion des Associations catholiques, le 11 octobre 1870 (Malines, Dessain, 1870, 28 p.).

100 « L’archevêque ayant cessé de parler, B. Dumortier s’est approché du bureau et a demandé la parole. J’ai cru remarquer qu’un colloque assez vif, mais bienveillant, s’était engagé entre Mgr Dechamps et lui. Il a joint ses protestations comme patriote belge à celles que venait de formuler notre premier pasteur. Il a dit que le pape est souverain à Rome afin que la liberté puisse régner partout », A. Delmer, Journal, XXXI, 11 octobre 1870. Dechamps craignait-il que le député catholique, emporté par son éloquence, ne prononçât quelque parole imprudente à l’adresse du gouvernement ? En tout cas, les journaux ne soufflèrent mot de l’incident.

101 Assemblée générale des catholiques belges..., p. 48-49.

102 Ibid., p. 49.

103 Ibid., p. 49-50.

104 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.

105 Patrie, 13 octobre 1870.

106 Courrier de l’Escaut, 13 octobre 1870.

107 Ami de l’Ordre, 13 octobre 1870.

108 Patrie, 13 octobre 1870.

109 Gazette de Liège, 13 octobre 1870.

110 Ibid.

111 Patrie, 13 octobre 1870.

112 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.

113 Gazette de Liège, 13 octobre 1870.

114 Patrie, 13 octobre 1870.

115 Journal de Bruxelles, 12 octobre 1870.

116 Bien Public, 12 octobre et Univers, 20 octobre 1870.

117 Indépendance, 12 octobre 1870.

118 Journal de Liège, 13, 15 et 16 octobre 1870.

119 Echo du Parlement, 12 octobre 1870.

120 Etoile, 14 octobre 1870.

121 Chronique, 29 octobre 1870.

122 Précurseur d’Anvers, 12 octobre 1870.

123 C’était aussi l’opinion de P. de Haulleville, le futur directeur du Journal de Bruxelles : « De Haull. est d’avis que l’on a trop exalté le roi Pie IX et qu’on a mis l’Eglise au second plan. Il n’aime pas de voir glorifier ainsi ce qu’il y a de moins (sic) dans la Papauté ; en outre un archevêque ne doit pas pour défendre le pape emprunter les paroles d’un protestant comme Guizot et d’un voltairien comme Thiers » (A. Delmer, Journal, XXXI, 13 octobre 1870).

124 « Les Belges, vous le savez, sont fidèles à la foi de leurs ancêtres, et ils se sont efforcés de vous en donner plus d’une preuve (...). Ah ! qu’ils seraient bien récompensés, s’ils pouvaient aussi vous offrir un asile ! Les voyages des papes, St-Père, ont toujours été des bénédictions pour le monde. Venez donc, et soyez une bénédiction nouvelle pour lui et pour nous : oui, venez à nous, venez, venez (...). Messieurs, je ne puis finir sans vous rappeler qu’il y a aujourd’hui vingt ans, expirait à Ostende une noble fille de l’Eglise et du St-Siège, la pieuse Louise-Marie, première reine des Belges. Son nom, surtout en ce jour, appartient à une assemblée catholique, et son âme, n’en doutons pas, mêle sa prière à la nôtre pour obtenir la délivrance du pape, la liberté de l’Eglise, la paix du monde et la prospérité de notre patrie sous le règne de ses fils », Assemblée générale des catholiques..., p. 47.

125 A. Delmer, Journal, XXXI, 11 octobre 1870.

126 L’expression est du nonce qui, le lendemain, envoya une lettre de félicitations à l’archevêque. Cf. Cattani à Dechamps, 12 octobre 1870, A. A. M., Papiers Dechamps, c. III.

127 Sur ce point, cf. infra p. 426.

128 Assemblée générale des catholiques..., p. 6.

129 Journal, XXXI, 12 octobre 1870 et Journal de Bruxelles, 13 octobre 1870.

130 Voir Mgr Manning, archevêque de Westminster, à Gravez, 16 octobre 1870, A. EV. NAMUR, c. 11 ; Mgr Ledochowski, archevêque de Postnam, à Dechamps, 3 décembre 1870, A. A. M., Papiers Dechamps, c. III ; The Times, 12 octobre 1870 ; Correspondance de Genève, 27 octobre 1870.

131 Ce dont les catholiques belges n’étaient pas médiocrement fiers. Voir p. ex. Gazette de Liège, 17 octobre 1870, Bien Public, 12 octobre 1870 et Revue générale, VI, 2, 1870, p. 446.

132 L’Univers, 20 octobre 1870.

133 Roelants à Dechamps, 6 décembre 1870. A. A. M., Fonds du secrétariat, collège belge de Rome, cor. Mgr R., 1869-72. Le fait est confirmé par le correspondant romain du Journal de Bruxelles, 22 octobre 1870 (cor. Rome du 17 octobre).

134 15 octobre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 5.

135 « La réunion de Malines aurait dû être suivie d’effets que je ne vois pas apparaître. Les protestations énergiques qui étaient annoncées n’arrivent pas », Léopold Fabry, président du Comité des Œuvres pontificales de Liège à de Villermont, 8 novembre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 6.

136 Extraites d’une correspondance s.d. d’Adrien de Lannoy à Albert de Robiano, publiée par A. SIMON dans Catholicisme et politique, p. 90-91, note 1. D’après divers recoupements que nous avons pu opérer, ce document est antérieur au 31 octobre 1870.

137 Cf. Correspondance de Genève, 21 novembre 1870.

138 Jean-Baptiste Ponceau (1808-1882), vicaire général du diocèse de Tournai depuis 1858. Cf. E. MATTHIEU, Biographie du Hainaut, t. II, Enghien, 1903-1905, p. 244-245.

139 Adolphe Dechamps (1807-1875), frère de l’archevêque et ancien ministre.

140 Cattani à de Villermont, 26 octobre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 5. Cf. aussi Mgr Dechamps à Mgr de Montpellier, évêque de Liège, 31 octobre 1870 (A. EV. LIÈGE, Fonds de Montpellier, c. 9), s’efforçant de démontrer que l’assemblée de Malines n’a pas été « un coup manqué ».

141 Chronique, 29 octobre 1870.

142 La consultation de la série « Correspondance politique, consulats », aux Archives du Ministère des Affaires étrangères à Bruxelles (on citera A. E. B.), s’est révélée totalement négative.

143 H. Solvyns (1817-1894). Fils de F. B. Solvyns, célèbre peintre de marines, ethnologue et militaire. Entre en 1838 dans la carrière diplomatique après des candidatures en philosophie et lettres, et en droit à l’université de Gand. Avant 1861, occupe toute une série de postes diplomatiques à Stockholm (1838-41), Constantinople (1845-46 et 1858-60), Vienne (1846-48), Berlin (1848-53), Washington (1853-55), Londres (1855-58) et Lisbonne (1860-61), où il acquit une profonde connaissance de la politique européenne et internationale. Voir G. BRAIVE et I. MONDOVITS, Le corps diplomatique et consulaire belge en Italie (1830-1914), dans Risorgimento, t. XIII, 1970, 1, p. 67-69.

144 Déjà, en 1867, on lui avait offert la succession de S. Van de Weyer, mais il avait décliné cette promotion, préférant demeurer à Florence. Cf. J. Devaux à Ch. Rogier (s.d.) : « Solvyns ne donnera pas sa démission ; il fera comme le Pape : il se laissera faire et protestera. Comme il a au moins 50.000 fr. de rentes, il ne sera pas riche mais il ne sera pas pauvre. Sa véritable raison est une raison de paresse. Il a pris la douce habitude de farniente. Je le travaillerai vivement dans une lettre ce matin », ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Papiers Ch. Rogier, 110B

145 . Il était le cousin d’E. Solvyns (cf. supra, p. 401) et de Mgr T. Solvyns (1838-1910), chapelain d’honneur du souverain pontife.

146 Pycke à d’Anethan, 31 mars 1971, Papiers d’Anethan, c. affaires diverses, 1840-80, f. 7.

147 Marco Minghetti (1818-1886). Homme politique et économiste italien, de tendance libérale modérée. Ministre de l’Intérieur (1860-61), des Finances (1862), président du Conseil (1863-64), il dirigera le dernier Cabinet de droite de Victor-Emmanuel IL Cf. notamment Enciclopedia Italiana, t. XXIII, p. 362-63, et Encyclopedia universal ilustrada, t. XXXV, p. 604.

148 Solvyns à d’Anethan, 10 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 561. Dans la lettre suivante (ibid., n. 562) il revient sur la même idée qu’il développe en antithèse : « La situation est bien différente de ce qu’elle était en 1860. Alors M. de Cavour voulait fonder la monarchie italienne. Aujourd’hui, M. Lanza veut la sauver. Mais si M. Lanza est aussi peu scrupuleux que l’était le Comte Cavour, il est infiniment moins habile. Il faudrait, pour pouvoir se flatter de contenir longtemps le courant auquel on se confie, le génie souple et profond, l’audace et la prudence consommée du grand ministre Piémontais ».

149 Solvyns à d’Anethan, 11 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 562.

150 Solvyns à d’Anethan, 11 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 562. Sur l’idée de Rome-capitale, voir F. CHABOD, Storia della politica estera italiana del 1870 al 1896, t. I : Le premesse, Bari, 1971, p. 179-210 et A. M. GHISALBERTI, L’idea di Roma capitale nel Risorgimento, dans La fine del potere temporale..., p. 659-675.

151 Solvyns à d’Anethan, 21 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 584. Cf. aussi id. à id., 30 septembre 1870, ibid., n. 585 : « Le gouvernement italien n’a pas, en ce qui concerne la solution romaine, de plan arrêté. Il ne sait ni quand ni comment il doit aller s’implanter à Rome, de même que le Pape ne sait s’il doit quitter le Vatican ou y rester. Le gouvernement italien compte sur le temps, le Pape sur l’imprévu. S’il ne s’agissait d’une chose très grave, cette situation serait souverainement comique ».

152 A. PINGAUD, L’Italie depuis 1870, Paris, 1915, p. 11.

153 Solvyns à d’Anethan, 16 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 591.

154 Amédée-Edouard-Augustin Pycke de Peteghem (1824-1898). Fils d’Auguste-François P. de P., l’un des notables les plus considérés de Flandre Orientale. Après des études spéciales préparatoires à l’entrée dans le corps diplomatique faites à l’Université de Liège, en Angleterre et en Suisse, il gravit tous les échelons de la hiérarchie diplomatique et fut successivement attaché de légation à Turin (1847-49), secrétaire de légation à Paris et à La Haye (1849-57), conseiller de légation à La Haye (1857-61), ministre résident à Lisbonne (1861-67), avant d’être nommé à Rome, le 1er septembre 1867. Voir G. BRAIVE et I. MONDOVITS, art. cit., dans Risorgimento, t. XIII, 1970, 1, p. 55-57.

155 Reusens, secrétaire de légation à Rome, à Lambermont, 7 août 1875, A. E. B., Papiers Lambermont, 1871-75, n. 314.

156 « Je trépigne douloureusement sur mon fauteuil à la vue des iniquités qui se commettent ici (...). Mes fonctions me pèsent parfois tant j’éprouve le besoin de me jetter (sic) dans la mêlée afin d’y abattre les masques et de confondre les imposteurs », confiait-il à de Villermont, 16 janvier 1871, en évoquant les événements de Rome (Papiers de Villermont, II, D. 21).

157 « ... au jour de danger on me trouvera à mon poste, sur la brèche, et bien résolu à défendre de mon mieux la seule cause à laquelle je veuille me dévouer », (ibid.).

158 Reusens à Lambermont, 1er et 12 août 1875, A. E. B., Papiers Lambermont, 1851-75, n. 313 et 318, et van den Branden de Reeth à de Villermont, 25 août 1875, publié par A. SIMON, dans L’Hypothèse libérale en Belgique, p. 343-344.

159 Outre sa correspondance diplomatique et officielle, Pycke entretenait une correspondance privée avec le comte de Villermont, qu’il connaissait de longue date et auquel il se livrait à cœur ouvert. A partir de novembre 1870, persuadé que le gouvernement ne prêtait aucune attention à ses rapports, il décida de mettre « une belle sourdine » à son zèle administratif et d’envoyer au baron d’Anethan des lettres confidentielles dans lesquelles il lui narrait de petits faits qui « devaient servir à l’explication des grands ». Justification de son attitude, mais peut-être aussi tentative d’influencer par la bande le chef du Cabinet ? En tout cas, ces lettres conservées dans les Papiers de Villermont (II, D. 21) et dans les Papiers d’Anethan (c. affaires diverses, 1840-80, f. 7) révèlent divers aspects de la pensée profonde de leur auteur, et permettent parfois d’intéressantes comparaisons.

160 Pycke à d’Anethan, 18 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Saint-Siège (= St-S.), XIII-, 1869-70, n. 299.

161 Id. à id., 19 septembre 1870, ibid., n. 301.

162 Pycke à d’Anethan, 18 septembre et 4 décembre 1870, dans A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 299 et 337.

163 Pycke à d’Anethan, 18 septembre 1870, ibid., n. 299.

164 Pycke à d’Anethan, 18 et 23 septembre 1870, ibid., n. 299 et 308.

165 Id. à id., 19 et 23 septembre 1870, ibid., n. 301 et 307.

166 Solvyns expliquait avec plus de vraisemblance : « ... La population des villes où ont pénétré des troupes royales craignent d’acclamer le drapeau italien tant leur confiance dans la durée du nouveau régime est médiocre. Les démonstrations patriotiques se produiront lorsque les émigrés romains rentrés dans leurs foyers auront eu le temps de les préparer » (Solvyns à d’Anethan, 20 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, IV, 1868-70, n. 575).

167 Pycke à d’Anethan, 21 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 306. La joie manifestée par les Romains indignait vivement les ultramontains qui croyaient la population de Rome suffisamment attachée au Pape que pour s’abstenir de toute démonstration. Cf. id. à de Villermont, 4 octobre 1870 : « Rome a un aspect navrant pour qui l’aimait dans les conditions antérieures. On est écœuré à la vue de l’ignoble volte-face qui s’est produit ; l’agitation fébrile de la rue, les accents assourdissants de l’enthousiasme populaire agacent aussi singulièrement le système de ceux qui ont connu une joie moins malsaine » (Papiers de Villermont, II, D. 21), et V. Mousty à de Villermont, 22 septembre 1870 : « La sacrilège Italie s’unit par ses démonstrations de joie au crime de son gouvernement. Il y a, je n’en doute pas, des âmes qui souffrent, qui gémissent dans l’ombre : mais cela ne se voit pas à l’extérieur. Des cris de joie, des drapeaux aux fenêtres, les boutiques fermées, le peuple en habits de fête, partout des musiques et des chants : voilà ce qui se voit, voilà ce qui s’entend, ce qui éclate partout » (ibid., II, D.111)

168 . Pycke à d’Anethan, 12 décembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 340.

169 Id. à id., 18 septembre 1870, ibid., n. 299, et id. à id., 9 décembre 1870, ibid., n. 339.

170 Id. à id., 23 septembre 1870, ibid., n. 307.

171 Pycke à d’Anethan, 27 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 310. Il continue en notant « A cet égard, on ne saurait en disconvenir, la Rome pontificale était restée bien en dessous des moyens de l’époque ; la routine y dominait sans conteste, mais malgré ses défectuosités, Rome avait un cachet qui lui était propre et auquel se complaisait la population native et étrangère. C’est à lui faire perdre l’aspect de capitale de la chrétienté qu’on s’applique aujourd’hui, pour lui en donner un plus moderne ». Solvyns remarquait plus catégoriquement : « Lorsqu’on a transporté la capitale de Turin à Florence, on l’a transportée dans une ville moderne : la tâche était faite ; mais Rome est une ville du Moyen-Age » (lettre à d’Anethan, 15 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Italie, V, 1868-70, n. 590).

172 Pycke à d’Anethan, 19 et 27 septembre, 25 novembre et 4 décembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 301, 336 et 337.

173 Id. à id., 25 novembre 1870, ibid., n. 336.

174 Pycke à de Villermont, 9 décembre 1870, Papiers de Villermont, II, D. 21. Cf. aussi id. à d’Anethan, 23 décembre 1870 : « Toute la lie des autres provinces a fait invasion de notre résidence, aussi les attaques, les vols et les meurtres se succèdent-ils avec une fréquence effrayante » (Papiers d’Anethan, c. aff. div., 1840-80, f. 7), et à de Villermont, 26 janvier 1871 : « Ici on ne fait que progresser dans la voie des violences et des scandales, Rome est traitée brutalement par des sectaires en pays conquis... On rage, on grince des dents à tous les étages. Les idées, vraies ou fausses, de conciliation ont dégénéré en une véritable persécution contre tout ce qui est juste et honnête » (Papiers de Villermont, II, D. 21).

175 Pycke à d’Anethan, 13 décembre 1870, Papiers d’Anethan, c. aff. div., 1840-80, f. 7. Voir aussi, concernant les répercussions de l’absence de touristes étrangers sur l’économie romaine, J. Kleutgen à V. De Buck, 5 janvier 1871 : « Vous verrez le désastre de Rome : c’est vraiment affreux. Le Père Général m’en écrit dans des termes très forts, et il dit que les pertes sont immenses. Au lieu du gain qu’on avait dans l’hiver par le concours des étrangers, cette année on perd le gain de plusieurs hivers », Papiers V. De Buck (Gésù de Bruxelles), doss. 7, correspondance générale.

176 Metz, où s’était retiré Bazaine, capitula le 27 octobre 1870.

177 Tous ces documents dans Papiers de Villermont, II, D. 21 et Papiers d’Anethan, c. aff. div. 1840-80, f. 7.

178 Comparer notamment les textes des 19 novembre et 21 décembre (à de Villermont), cités p. 424.

179 Cf. notamment Pycke à d’Anethan, 18 et 19 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 298 et 301, et Journal de Bruxelles, 2, 21 et 22 octobre 1870.

180 Au moins jusque juin 1871. Cf. La fine del potere temporale..., p. 352.

181 Sur cet épisode voir R. AUBERT, Le pontificat de Pie IX, 1846-1878, nouv. éd., Paris, 1963, p. 34-36 (Histoire de l’Eglise s. dir. FLICHE et MARTIN (DUROSELLE et JARRY), 21).

182 Journal de Bruxelles, 6 décembre 1870.

183 La Paix, 25 décembre 1870.

184 Etoile belge, 8 mars 1871.

185 La Paix, 25 décembre 1870.

186 E. de Jonghe d’Ardoye, ministre de Belgique à Vienne, à d’Anethan, 12 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Autriche-Hongrie, XXXVII, 1870, n. 190.

187 La fine del potere temporale..., p. 351.

188 J. Greindl, ministre de Belgique à Munich, à d’Anethan, 13 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Confédération Germanique, XIV, 1870, n. 178, et Journal de Bruxelles, 13 novembre 1870.

189 « Dans Rome, le bruit s’est répandu que Sa Majesté ira en Belgique », De Meester attaché de légation à Rome, à d’Hoffschmidt, ministre des Affaires étrangères, 29 novembre 1848, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., IV, 1848, n. 205.

190 « S’il quittait Rome, m’assure M. de Thile (secrétaire d’Etat à Berlin), le St-Père se rendrait probablement en Belgique et se fixerait à Anvers », J. B. Nothomb, ministre de Belgique à Berlin, à d’Anethan, 12 octobre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Prusse, XXV, 1870, n. 89. Cf. aussi V. Vannutelli, auditeur à la nonciature de Bruxelles, à Kanzler, 13 octobre 1870, dans P. DALLA TORRE, Lettere inédite di Monsignor Vincenzo Vannutelli al general Ermanno Kanzler, 1870-1871 (Rivista di storia della Chiesa in Italia, I, 1947, p. 435-436), et trois lettres de V. Mousty, membre du comité des œuvres pontificales chargé de rapatrier les zouaves belges et hollandais, à de Villermont, 17, 18 et 20 octobre 1870, dans L. DEFIVES de St. MARTIN, Pro Petri Sede ou nos zouaves belges à Rome. Histoire documentée des invasions des Etats pontificaux en 1860, 1867 et 1870, t. III, Averbode, 1913, p. 240-243.

191 Voir sur ce « grand commis » de Léopold II, qui fut pendant 45 ans secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères, l’excellente étude de J. WILLEQUET, Le baron Lambermont, Bruxelles, 1970 (coll. « Notre Passé »).

192 En 1848, le prince de Ligne avait rejoint Pie IX à Gaète.

193 Note datée du 14 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 295.

194 D’Anethan à Léopold II, 14 septembre 1870 (min.), A. E. B., Correspondance politique, Légations, supplément, II2, n. 276.

195 Note de de Borchgrave, 15 septembre 1870, ibid., St-S., XIII2, 1869-70, n. 296.

196 Télégramme de d’Anethan à Pycke, 17 septembre 1870, ibid., n. 297.

197 Dépêche du 8 octobre 1870 adressée à Nothomb, de Jonghe, Auguste d’Ancthan (Lisbonne) et van der Straeten-Ponthoz (La Haye), ibid., Autriche-Hongrie, XXXVII, 1870, n. 106.

198 Cf. supra p. 401-402.

199 [E. BANNING], La Belgique et le Vatican. Documents et travaux législatifs concernant la rupture des relations diplomatiques entre le Gouvernement belge et le Saint-Siège, précédés d’un exposé historique des rapports qui ont existé entre eux depuis 1830, t. I, Bruxelles, 1880, p. LXXIII.

200 D’Anethan à Gravez, 31 octobre 1870, Papiers d’Anethan, c. Belgique, pol. intér., 1845-85, f. 7.

201 Allusion à une alliance possible de l’Italie et de l’Allemagne, dont il sera ouvertement question plus tard.

202 Cf. dépêche du Comte de Barrai à Visconti-Venosta, 8 novembre 1870, dans Documenti diplomatici relativi alla questione romana communicati degli Affari Esteri (Visconti-Venosta) nella tornata del 19 dicembre 1870, Camari di deputati, sessione 1870-71, prima della XI legislatura, Florence, 1870, p. 98-100.

203 D’Anethan à Pycke, 30 décembre 1870 et 28 janvier 1871, A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIII2, 1869-70, n. 342 et XIV1, 1871, n. 11 ; id. à Solvyns, 12 janvier 1871, ibid., Italie, V, 1871-73, n. 31. Ces documents furent communiqués à tous les agents diplomatiques belges à l’étranger, avec recommandation de « se pénétrer des vues qui y sont exprimées » afin d’éclairer, le cas échéant, le gouvernement auprès duquel ils étaient accrédités (minute s.d. d’une dépêche de d’Anethan à toutes les légations, ibid., Allemagne, I, 1871, n. 37). Ils seront lus au Sénat, le 3 juillet suivant, en réponse à une interpellation sur le transfert de la capitale italienne de Florence à Rome, pour justifier la conduite du gouvernement belge (Annales parlementaires. Sénat, sess. 1870-71, s. du 3 juillet 1871, p. 278-280). Cf. aussi d’Anethan à J. Devaux, chef de Cabinet du roi, 4 février 1871 : « Ces instructions sont d’accord avec tout ce que j’ai dit aux différents ministres étrangers, à mes amis et à sa Majesté elle-même », ARCHIVES ROYALES (A. R.), Cabinet de Léopold II, n. 4.

204 D’Anethan à Pycke, 30 décembre 1870.

205 Id. à id., 30 décembre 1870.

206 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871.

207 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871.

208 Id. à id., 28 janvier 1871.

209 Voir notamment A. DE RIDDER, La Belgique et les puissances européennes, dans Histoire de la Belgique contemporaine, 1830-1914, s. dir. J. DEHARVENG, t. I, Bruxelles, 1928, p. 172-174 et 184-186.

210 De Jonghe à d’Anethan, 8 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Autriche-Hongrie, XXXVII, 1870, n. 93.

211 Ibid. Sur les clauses du traité de 1856, voir P. RENOUVIN, Histoire des relations internationales, t. V : Le XIXe siècle. 1. De 1815 à 1871, Paris, 1954, p. 296-297.

212 Nothomb à d’Anethan, 24 septembre 1870, A. E. B., Cor. Pol., Leg., Prusse, XXV, 1869-70, n. 85.

213 Greindl à id., 13 octobre 1870, ibid., Confédération germanique, XIV, 1870, n. 178.

214 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871. Cf. aussi id. à Solvyns, 12 janvier 1871, évoquant son entretien du 8 novembre 1870 avec de Barrai : « ... je me suis empressé de revendiquer hautement l’indépendance du S. P. et d’émettre l’avis qu’il convenait de faire appel à un concert européen pour assurer cette indépendance ».

215 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1871. Cf. id. à J. Devaux, 8 février 1871 : « Je vous renvoie la lettre du Roi. J’ai supprimé dans ma dépêche la mention de la Pologne. J’ai parlé d’une manière hypothétique de la réunion d’un congrès, en disant que nous n’en prendrions pas l’initiative » (A. R., Cabinet de Léopold II, c. 4).

216 D’Anethan à Pycke, 28 janvier 1878. Cette précision fut également introduite par d’Anethan lui-même, comme le montre une note s.d. de la main du ministre, placée entre les dépêches des 17 et 18 janvier 1871 (A. E. B., Cor. Pol., Leg., St-S., XIV1, 1871, n. 9).

217 Cf. R. AUBERT, Le gouvernement belge et les préliminaires de la conférence de Gaète, dans Atti del XXXV Congresso di Storia del Risorgimento Italiano (Torino, 1-4 settembre 1956), t. III, Rome, 1958, p. 82-97 et, particulièrement, 88-89.

218 « Je ne puis modifier cette ligne de conduite [définie dans les instructions à Pycke] qui est conforme à tous les précédents, et qui est la seule vraiment constitutionnelle », d’Anethan à J. Devaux, 4 février 1871, A. R., Cabinet de Léopold II, n. 4.

219 Cf. J. LORY, Les réactions belges devant le transfert de la capitale italienne à Rome (juin-juillet 1871), dans Risorgimento, t. V, 1962, 1, p. 3-48.

220 Ibid., p. 36-39.

221 Sur H. J. Dolez (1808-1880), bâtonnier de l’Ordre des avocats près de la Cour de Cassation (1853 sv.), député de Mons (1836-53 et 1857-70), président de la Chambre des représentants (1867-70), sénateur de Bruxelles (1870 sv.), ministre d’Etat (1875 sv.), voir R. WELLENS, Inventaire des archives de la famille Dolez, Bruxelles, 1969, p. VII-VIII.

222 Annales parlementaires. Sénat, sess. 1870-71, s. du 3 juillet 1871, p. 288.

223 Ibid.

Table des illustrations

Titre PLACE ACCORDEE PAR LES QUOTIDIENS BELGES A LA CHUTE DE ROME (EN NOMBRE DE LIGNES)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/10092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540