Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

La démocratie chrétienne dans les relations Église-État à la fin du XIXe siècle

L’action de Mgr Doutreloux

Paul Gerin

Texte intégral

« (...) L’avis de l’Evêque est dans l’Eglise catholique un secours considérable pour s’aider à voir juste et à bien faire, je vais vous le donner en toute charité sur la question dont il s’agit ». Mgr Doutreloux (Liège, 6/IX/1894).

  • 1 A son sujet : Biographie nationale, t. XXX, Bruxelles, 1958, col. 346 à 348, notice rédigée par A. (...)
  • 2 Citons : 1) Les archives de l’Evêché de Liège (sigle utilisé : A. E. L.), tout le fonds Doutreloux (...)

1Mgr Doutreloux a très rapidement été considéré comme un des chefs de l’Ecole de Liège1. Les congrès des œuvres sociales tenus en 1886, 1887 et 1890 dans sa ville épiscopale ont renforcé cette image. Sa Lettre pastorale sur la question ouvrière de 1894 a été pour beaucoup une interprétation autorisée de l’encyclique Rerum Novarum. Grâce à des documents inédits2, nous nous proposons de voir comment et pourquoi cet évêque, soucieux de la question sociale, a conçu la place de la démocratie chrétienne dans son diocèse, dans l’Eglise et dans le parti catholique, dans le cadre d’une tradition des relations Eglise-Etat telle qu’elle est exposée dans l’œuvre de Mgr Simon.

***

2Depuis 1890, le parti catholique s’est successivement divisé sur l’extension du suffrage et l’octroi au souverain du droit de consulter directement le corps électoral.

  • 3 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Archives Mgr Decrolière, Malines, 25/III/1892, le cardinal Goossen (...)

3Les deux questions ont provoqué une vive opposition de certains conservateurs menés par Charles Woeste et la mésentente politique au sein des catholiques a été ressentie avec inquiétude par l’épiscopat belge3.

4A cette occasion, les adversaires irréductibles de la démocratie se manifestent et laissent croire qu’il y a identité nécessaire entre conservatisme et parti catholique.

5La constituante de 1892 et 1893 accorde, au terme de longues discussions et d’une opposition antidémocratique, le vote plural. Désormais, une couche très large de la population va accéder à la politique. Le parti catholique doit lutter contre un parti ouvrier belge qui, sur le plan politique, défend le socialisme, doctrine condamnée par Léon XIII dans son encyclique Rerum Novarum (mai 1891). Le rapprochement du Parti ouvrier belge et du Parti libéral menace la position majoritaire des catholiques à la Chambre et au Sénat au risque de mettre en péril une œuvre politique — notamment en matière scolaire — péniblement élaborée depuis plusieurs années.

6Les évêques belges se trouvent dans une situation compliquée. Parmi eux, ceux qui sont ouverts à la solution rapide et juste de la question sociale sont encore plus mal placés. Quelles doivent être les limites des exigences politiques des démocrates ? L’Eglise en Belgique, le parti catholique ne risquent-ils rien dans une démocratisation de la politique ? Les démocrates chrétiens revendiquent une part dans le jeu politique ; peuvent-ils être acceptés comme tels dans les rangs du parti catholique ? L’extension du suffrage n’est-elle pas une exigence socialiste ? Ne convient-il pas de maintenir plus que jamais l’unité du parti catholique afin de mieux défendre l’Eglise dans l’Etat belge ?

7Mgr Doutreloux est bien embarrassé d’autant plus que dans son diocèse et avec ses encouragements, une action sociale s’est développée au lendemain des congrès de Liège, par l’effort des démocrates chrétiens. Ceux-ci se sont rendus compte très rapidement que, sous peine de demeurer stérile, leur action sociale et surtout leur idéologie sociale et économique doit déboucher dans une action politique. Pour eux, l’extension du suffrage est l’occasion d’entrer en politique et d’invoquer la nécessité d’une lutte antisocialiste mieux organisée. L’opposition de plusieurs conservateurs à la démocratie chrétienne, sociale et économique s’étend bien entendu au plan politique.

8Les foyers de l’opposition à la démocratie chrétienne liégeoise se situent non seulement à Liège mais aussi à Bruxelles. Le roi est, en effet, hostile à la démocratie.

  • 4 Sur Auguste Beernaert : Biographie nationale, t. XXXIII, Bruxelles, 1965, col. 69 à 105, notice par (...)
  • 5 Sur Charles Woeste : Biographie nationale, t. XXVII, Bruxelles, 1938, col. 382 à 392, notice par R. (...)
  • 6 G. STINGLHAMBER et P. DRESSE, Léopold II au travail, Bruxelles-Paris, 1944, p. 177.

9A la suite de différends qui l’ont opposé à Beernaert4, il se rapproche de Woeste, adversaire résolu de la démocratie5 et le consulte de plus en plus en affirmant davantage son autorité sur ses ministres6. Il est évident dès lors que sa politique antidémocratique va se renforcer.

  • 7 On y trouve notamment Joseph Begasse (cfr P. GERIN, Catholiques liégeois et question sociale (1833- (...)
  • 8 Sur cette Ligue : P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 390 sv.

10A Liège, un petit groupe de catholiques unis par des liens de famille, d’amitié et d’intérêt est farouchement résolu à empêcher les progrès de la démocratie chrétienne7. Il fonde dans ce but une Ligue pour la défense de l’industrie et de la propriété8. L’aide de la Gazette de Liège, quotidien catholique, lui est assurée de même que celle du Courrier de Bruxelles, journaux dans lesquels Léon Collinet écrit notamment sous les initiales O. R.

11De Liège, une action antidémocratique va s’exercer, à partir de 1893, dans deux directions. La première se fait en passant par Bruxelles avec l’appui de Charles Woeste. La deuxième se fait sur le pape, via l’entourage pontifical.

12De Bruxelles, une pression continue du roi et de Charles Woeste s’exerce à la même époque sur le cardinal, le pape et son entourage.

13Ces mouvements se rencontrent et conjuguent leurs forces pour que, finalement, Mgr Doutreloux soit obligé de s’opposer aux exigences politiques de la démocratie chrétienne.

***

  • 9 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 6/III/1893, Mgr de’t Serclaes à Mgr Doutreloux.
  • 10 Note de NN. SS. les Evêques de Belgique concernant la question et les œuvres ouvrières. Un exemplai (...)
  • 11 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Mgr Decrolière, Malines, 4/II/1893, cardinal Goossens aux évêques. (...)
  • 12 Ch. WOESTE, Mémoires, t. I, Bruxelles, 1927, p. 501.

14Au début de l’année 1893, le pape réprouve la division qui s’installe dans les rangs catholiques et n’hésite pas à faire intervenir les évêques pour rétablir l’entente9. Le cardinal et les évêques recommandent la prudence dans les questions sociales10. Une note invitant à la modération est communiquée aux démocrates chrétiens par l’entremise d’Arthur Verhaegen11 mais, devant la réticence de Mgr Doutreloux, n’est pas rendue publique12.

  • 13 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Namur, s.d., Mgr Decrolière au cardinal Goossens. Sur la Ligue démoc (...)

15Certains — comme l’évêque de Namur — considèrent cette communication unilatérale comme « une leçon indirecte à la Ligue démocratique et au groupe de l’Avenir social »13. Et sans doute n’ont-ils pas tort.

  • 14 Sur l’abbé Pottier, cfr Biographie nationale, t. XXX, Bruxelles, 1959, col. 726 à 730, notice par P (...)
  • 15 A. E. B., Correspondance politique Saint-Siège, t. XIX, Rome, 23/IV/1893, baron Whetnall, ministre (...)

16Dès avril 1893, le ministre de Belgique à Rome fait part à plusieurs reprises du mécontentement du roi contre l’abbé Pottier14 et son mouvement qu’il dit « empreint d’une véritable hostilité contre les patrons »15.

  • 16 A. G. R., Sch. H., 92, Bruxelles, 6/VII/1893, Mgr Nicotra à G. Helleputte.
  • 17 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 12/X/1893, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

17Le pape suit avec attention les efforts menés pour l’entente entre les catholiques belges16. Répondant aux vœux de Léopold II, il demande, le 12 octobre 1893, à Mgr Doutreloux d’intervenir auprès des responsables « del movimento operaio cattolico » pour qu’ils modèrent leur langage afin d’obtenir l’union nécessaire entre toutes les classes sociales, en vue surtout des élections prochaines17.

  • 18 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, décembre 1893, Mgr de’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

18Il est évident que les critiques formulées par le ministre de Belgique à l’égard de Pottier ont porté leurs fruits, contrairement aux affirmations lénifiantes de l’attaché à la Secrétairerie d’Etat, Mgr Rinaldini, à Mgr de’t Serclaes, directeur de St-Julien des Belges18.

19De Liège, les pressions sont exercées en sens divers mais avec force.

  • 19 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 2/IV/1894, le cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.
  • 20 Courrier de Bruxelles, 21/VII/1894, p. 1, Les conditions de l’union. Id., 22/VIII/1894, p. 1, c. (...)
  • 21 Pap. Desclée, Rome, 14/VI/1894, Mgr de’t Serclaes, à H. Desclée. — A son sujet : H. de MOREAU, Henr (...)

20En avril 1894, Léon Collinet se rend à Rome pour y exposer les idées de son groupe. Il n’est pas reçu par le pape mais peut rencontrer le cardinal Rampolla, secrétaire d’Etat19. Presque à la même époque, Henri Desclée ne se contente pas d’ouvrir les colonnes du Courrier de Bruxelles aux idées de Léon Collinet20 mais il intervient également à Rome21.

  • 22 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 3/VII/1894, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.
  • 23 A. E. L., Pap Doutreloux, 78, Rome, 22/XII/1894, Mgr de ’t Serclaes à Mgr Doutreloux.
  • 24 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 16/VII/1894, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

21En juillet, Mgr Doutreloux reçoit de nouvelles instructions lui recommandant de prêcher la modération à Pottier22. Léon XIII ne veut cependant rien faire qui briserait le mouvement ouvrier catholique23 et, dans ce but, il souhaite déjà que l’épiscopat adopte une ligne commune de conduite en conformité à Rerum Novarum24.

  • 25 Celle-ci groupe depuis 1893 les différentes associations démocratiques chrétiennes de Liège.
  • 26 Sur la campagne de la Gazette de Liège, P. GERIN, op. cit., p. 390.

22A la veille des élections législatives d’octobre 1894, en dépit de longs pourparlers entrepris à l’instigation de Mgr Doutreloux depuis novembre 1893, l’Union catholique se refuse finalement à accepter un compromis pour la formation d’une liste électorale commune avec l’Union démocratique chrétienne25. Elle se plie à la pression exercée sur elle par la Ligue pour la défense de l’industrie et de la propriété et subit la campagne d’opposition à l’entente menée systématiquement depuis la fin novembre 1893 par Joseph Demarteau dans la Gazette de Liége26.

  • 27 Charles de Ponthière, né à Liège en 1842 et décédé à Argenteau en 1929, cfr P. VAN MOLLE, Le Parlem (...)
  • 28 P. GERIN, op. cit., p. 391.

23Son président, Charles de Ponthière27 a d’ailleurs démissionné en juin 1894, au bénéfice de Max Doreye, un des membres actifs de la Ligue pour la défense de l’industrie et de la propriété28.

24Il est certain que, depuis le dernier trimestre 1893 jusqu’aux élections de 1894, les meneurs de l’action antidémocratique, Jules Dallemagne et Max Doreye notamment, ont été sûrs de leurs arrières pour agir contre la volonté de leur évêque.

  • 29 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Liège, 22/XII/1893, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon)  (...)

25Mgr Doutreloux a, en effet, interprété les instructions que lui a envoyées Rampolla au nom du pape comme une invitation à rapprocher immédiatement démocrates et conservateurs sur le plan politique29. Alors que cette invitation ne s’adressait spécifiquement qu’aux dirigeants du mouvement ouvrier.

26On peut donc affirmer que les meneurs de l’action antidémocratique ont agi avec autant d’audace à Liège face à leur évêque parce qu’ils connaissaient à leurs justes mesures les résultats de la pression exercée à Rome.

27En outre, les conservateurs ont tiré un double profit de l’intervention romaine : d’une part, ils ont eu les mains libres en politique, d’autre part, des conseils de modération ont été donnés en matière sociale et économique.

***

  • 30 Nous en parlons plus longuement dans notre travail consacré à la presse démocrate chrétienne, à par (...)

28A Verviers, Mgr Doutreloux intervient dès février 1893 pour que Le Démocrate, organe des démocrates chrétiens de cette ville, fasse preuve de modération dans les idées politiques et sociales qu’il défend30.

  • 31 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Liège, 6/IX/1894, Mgr Doutreloux à M. Doreye.
  • 32 L’hypothèse avancée par J. WYNANTS, Les origines de la démocratie chrétienne à Verviers, Bruxelles- (...)

29A la suite des interventions conjuguées de Mgr Doutreloux et du curé-doyen de Verviers qui se situent à la fin du mois d’août et du début septembre 189431, les démocrates chrétiens verviétois renoncent à présenter une liste séparée pour les élections législatives32.

  • 33 Sur Alfred Simonis : A. ZUMKIR, op. cit., p. 265, 274. Sur Auguste Loslever : ibid., p. 274.
  • 34 Sur Nicolas Goblet, avocat, né en 1853 à Arlon et décédé à Liege en 1937, cfr P. VAN MOLLE, Le Parl (...)

30L’évêque de Liège peut parler « d’une entente bien difficile à réaliser et due en premier lieu à l’esprit de sacrifice et d’obéissance de Mr Pottier et deuxièmement à l’intelligence de la situation et des intérêts catholiques par M. Alfred Simonis, M. Loslever33 et surtout Mr Goblet »34.

31A Verviers, Mgr Doutreloux est parvenu à faire entendre obéissance aux démocrates en leur imposant Pottier comme candidat électoral. Pottier étant à la fois accepté encore à cette date par tous les démocrates verviétois et supporté par les personnalités de l’Association catholique de Verviers.

32Mgr Doutreloux est sûr de son candidat. Mais celui-ci n’est plus assuré de sa popularité car, dès le moment où il figure sur la liste catholique, Pottier se fait huer dans sa tournée de propagande électorale.

  • 35 « (...) L’alliance avec les conservateurs nous a discrédités, nous risquons de perdre le peu de con (...)
  • 36 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Louvain, 25/XII/1894, Mgr de Harlez à Mgr Doutreloux : « (...) Les d (...)
  • 37 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Verviers, 11/XI/1894, H. Boland à Mgr Doutreloux.

33Les chefs démocrates chrétiens verviétois, désabusés, se rapprochent davantage de l’abbé Daens35 et prennent leurs distances à l’égard de Pottier et de Mgr de Harlez qu’ils avaient toujours vivement appréciés36. Selon les démocrates, l’alliance imposée a eu des conséquences désastreuses. Beaucoup de sympathisants à la démocratie chrétienne deviennent socialistes car l’alliance « a été une amère désillusion pour une foule d’honnêtes chrétiens mécontents des anciens partis »37.

34Le durcissement se marque dans le journal Le Démocrate et l’attitude des démocrates chrétiens verviétois.

  • 38 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Verviers, 13/1/1895, abbé Wertz à Mgr Doutreloux. — Sur cette même l (...)
  • 39 L’abbé Florent Pire est né à Comblain-au-Pont le 22 septembre 1867 et est décédé à Louvain le 23 ao (...)
  • 40 L’abbé Florent Baras, né à Jemeppe-sur-Sambre le 28 août 1869, décédé à Chaudfontaine le 3 mars 192 (...)
  • 41 L’abbé Benjamin Charpentier, né à Ciney le 2 avril 1870, décédé à Fize le 4 janvier 1933. Ordonné p (...)
  • 42 L’abbé Jean-Baptiste Monville, né à Basse-Bodeux le 16 octobre 1868 et décédé à Verviers le 4 mars (...)
  • 43 L’abbé François Gilson, né à Bra le 26 septembre 1867, et décédé à Ocquier le 22 avril 1925. Vicair (...)
  • 44 L’abbé Henri Saur, né le 2 novembre 1861 à Setterich (Prusse rhénane) et décédé à Kettenis le 16 ma (...)
  • 45 L’abbé Herman Schröer, né le 21 novembre 1862 à Stappenberg, est décédé le 8 juillet 1937 à l’hôpit (...)

35A la suite de démarches menées par Louis Simonis et le doyen Wertz de Verviers, l’évêque invite, à la fin janvier 189538 son doyen à convoquer chez lui les membres du clergé de Verviers et des environs qui ont pris une part active dans « les œuvres de l’Union démocratique chrétienne de l’arrondissement de Verviers », c’est-à-dire Florent Pire, vicaire de Limbourg39, Florent Baras, vicaire à Petit-Rechain40, Benjamin Charpentier, vicaire à Hodimont41, Jean-Baptiste Monville42, François Gilson43, Henri Saur44 et Herman Schröer45.

  • 46 L’abbé Henri Pierre Collard, ne le 19 novembre 1863 à Verviers, est décédé le 14 mai 1921 à Jette-S (...)

36Lui-même reçoit à l’évêché les abbés Cuppens et Collard46.

37S’adressant au doyen de Venders, Mgr Doutreloux déclare :

« Vous leur direz (à ces prêtres) qu’en présence des violences, des exagérations et des imprudences commises par cette Union et spécialement par le journal qui lui sert d’organe, j’estime urgent et nécessaire que je dégage le clergé de toute responsabilité. Je me vois donc obligé de leur prescrire à ces prêtres de s’abstenir de participer aux réunions, aux œuvres organisées dans la ville de Verviers par les chefs de cette association ».

  • 47 A. E. L.,Ρap. Doutreloux, 77, s.d., Mgr Doutreloux à l’abbé Wertz, lettre antérieure à celle du 20 (...)

38Cette mesure que Mgr Doutreloux regrette d’être obligé de prendre, ne doit cependant pas, selon lui, impliquer l’abandon par le clergé de la cause démocratique telle qu’elle a été exposée dans sa lettre pastorale et encouragée par le pape47. A la suite de cela, l’abbé Cuppens, aumônier de l’Union démocratique chrétienne de Verviers, est nommé, le 11 février, à Liège aumônier des Petites sœurs des pauvres à l’Hospice de la Chartreuse ; l’abbé Collard est nommé curé de Becco ; l’abbé Gilson est nommé vicaire à Huy.

  • 48 Voir sur son action démocratique : J. WYNANTS, op. cit., p. 37.
  • 49 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 116.

39L’abbé Pire, vicaire de Dolhain48, quitte sa charge pour participer à la fondation de la Congrégation des Aumôniers du travail49.

40La démocratie chrétienne de Verviers est donc publiquement désavouée par Mgr Doutreloux. Les interventions entreprises par ce dernier pour l’entente dans son diocèse n’ont pas produit les résultats espérés.

41Un fossé sépare les démocrates chrétiens liégeois des démocrates chrétiens verviétois.

42Un autre sépare dans le diocèse les démocrates chrétiens des conservateurs.

***

43A Liège, Mgr Doutreloux est abandonné par les conservateurs qui lui tiennent tête.

  • 50 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Liège, 27/X/1894, Mgr Doutreloux à la baronne Marie de Fontbarré de F (...)
  • 51 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, brouillon de lettre postérieur aux élections d’octobre 1894, Mgr Dou (...)

44L’évêque ressent avec amertume sa situation mais puise la force dans sa fidélité au pape50. Il trouve par ailleurs en Pottier une obéissance à l’image de la sienne pour le pape51, pour lui, c’est une énorme consolation.

  • 52 Ch. WOESTE, Mémoires, t. II, p. 29.

45L’entrée des socialistes au parlement à la suite des élections de 1894 sert de prétexte à Charles Woeste pour envoyer, en novembre 1894, un mémoire au pape. Ce long réquisitoire contre la démocratie chrétienne s’efforce de prouver que la démocratie chrétienne se confond avec le socialisme52.

  • 53 « Si l’abbé Pottier, par exemple, mettait une partie de son activité au service des œuvres scolaire (...)
  • 54 Sur Adolphe Daens, cfr Biographie nationale, t. XXXI, Bruxelles, 1961, col. 245-247, notice par A. (...)

46Woeste y suggère pratiquement le retrait de l’abbé Pottier de l’action sociale53 car Pottier, ainsi que Daens54, sont la cause des divisions parmi les catholiques. En reprochant à la démocratie chrétienne sa « façon exagérée » de recourir à « l’intervention de l’Etat », son « excitation continuelle contre ceux qu’on appelle « les riches » et son « abstention (...) au point de vue des œuvres religieuses, scolaires et sociales (...) », Woeste agite un spectre qu’il sait ne pas être sans effet sur Léon XIII.

  • 55 « Quand Mgr l’Evêque de Bruges a été reçu par Léon XIII, ce dernier a dit devant l’Evêque, sa suite (...)
  • 56 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 40.
  • 57 Ibid., p. 42. — Léon van der Elst, né à Bruxelles en 1856 et décédé à Ixelles en 1933, cfr La noble (...)

47Il est incontestable qu’à ce moment au Vatican, l’audience de Woeste ne fait que croître55. Les interventions multiples du président du parti catholique portent leur effet56. Elles se conjuguent à nouveau avec celles que mène officiellement le baron van der Elst, envoyé du gouvernement à Rome spécialement pour ces affaires57.

  • 58 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 474.

48Au cours des premiers mois de 1895, le pape reçoit le cardinal Goossens auquel il conseille de modérer le mouvement démocrate chrétien58.

  • 59 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Ancône, 2/V/1895, le chanoine Lucas, secrétaire de l’Evêque, à Mgr Zo (...)
  • 60 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Angleur, 13/IV/1895, Jules Dallemagne à Mgr Doutreloux.
  • 61 [J. DALLEMAGNE], Mémoire sur la situation de l’industrie en Belgique et sur la question ouvrière pr (...)
  • 62 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, 26/IV/1895, Mgr Zomers à Mgr Rinaldini.
  • 63 Ch. WOESTE, op. cit., p. 40.

49Mgr Doutreloux part pour le Vatican à la mi-avril 1895. Il va y présenter un mémoire rédigé par Pottier. C’est une réponse aux attaques des conservateurs belges qu’il fait imprimer à Rome59. Le groupe des conservateurs liégeois n’ignore pas ce départ pour Rome60. Jules Dallemagne fait parvenir au pape et aux milieux intéressés le Mémoire sur la situation de l’industrie en Belgique et sur la question ouvrière ainsi que la Défense du mémoire61. Léon Collinet, de son côté, part également pour Rome62 et, selon ses dires, y aurait trouvé un terrain favorable63.

50Le 10 mai, Mgr Doutreloux est reçu par le pape qui a subi les influences conservatrices. Léon XIII est décidé à sévir contre Daens ; « il est très préoccupé de la situation en Belgique qu’il juge très grave ».

  • 64 Tout ceci forme un texte polygraphié signé Victor Joseph, évêque de Liège, Rome, le 20 mai 1895 (A. (...)
  • 65 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Rome (10 mai 1895), Mgr Doutreloux à Mgr Zomers.

51Doutreloux réussit cependant à sauver Pottier et son groupe en montrant avec habileté la nécessité d’associations professionnelles chrétiennes pour lutter contre le socialisme et l’irréligion libérale. Ce double argument touche personnellement Léon XIII. Par ailleurs, il évoque l’autorité de personnalités reconnues comme telles par le pape, et favorables à Pottier. Partant de la situation économique, il explique aisément que les associations professionnelles chrétiennes d’ouvriers aient demandé une entente politique avec les anciennes associations conservatrices. Elles n’ont donc pas créé un parti politique dissident64. Néanmoins, après son audience, l’évêque écrit d’urgence à son vicaire général « pour que le Bien du Peuple se contente en ce qui regarde Mr Daens de relater les faits sans les louer ou les relever d’une manière approbative quelconque » et « de ne pas donner dans le mouvement de la constitution d’un nouveau parti démocratique chrétien ». Cette modération « doit s’étendre aussi à ce qu’on dirait du ministère »65.

  • 66 Liège, 16/VI/1895, lettre de Mgr Doutreloux aux présidents de l’Union catholique et de l’Union démo (...)
  • 67 P. GERIN, op. cit., p. 475.

52Rentré à Liège, Mgr Doutreloux adresse une lettre aux présidents de l’Union catholique et de l’Union démocratique chrétienne dans laquelle il leur fait part du désir du pape de « l’alliance de tous les catholiques dans la lutte contre le socialisme et dans la poursuite de l’amélioration de la condition de la classe ouvrière »66. Il reprend, par ailleurs, ce texte dans une lettre qu’il adresse à tous les membres de son clergé67.

  • 68 « (...) Jusqu’à présent, je n’ai pas reçu un mot de Mr Doreye ; je regrette de ne pas être à Liége (...)
  • 69 Notamment le 25 juillet 1895, M. Doreye écrit : « (...) Mais l’annonce de l’envoi d’une lettre du S (...)
  • 70 Cette brochure : A Messieurs les Présidents et membres des comités de l’Union catholique et de l’Un (...)

53Mgr Doutreloux attend beaucoup de cet appel, surtout du côté des dirigeants de l’Union catholique68. Après plusieurs atermoiements très significatifs des relations qu’ils ont avec leur évêque69, les membres du bureau de l’Union catholique font parvenir une brochure imprimée de 24 pages, « Confidentiel », qui comporte la reproduction de l’invitation épiscopale du 16 juin, l’accusé de réception de cette lettre en date du 8 juillet et un long exposé de 18 pages in-8° sous forme d’une lettre, datée du 26 juillet, sur « les points qui nous séparent, à notre grand regret, des chefs de l’Union démocratique de Liège »70.

54L’évêque reçoit cela comme une gifle. Nous avons trouvé une note écrite de sa main, vraisemblablement adressée à Mgr Zomers, son vicaire général :

  • 71 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, 27 juillet 1895.

« 27 juillet 1895.
Cher Ami,
Ci-joint le Mémoire de l’Union ; rapportez le moi demain matin. C’est un refus pur et simple confit en des phrases respectueuses.
Votre affectionné
† V. J. Ev. de L.
P. S. Ne venez pas ce soir »71.

  • 72 Eclaircissement et citations... (Liège) (18 août 1895), in-8°, 116 p.

55Un mois plus tard, il reçoit un autre mémoire intitulé : Eclaircissements et citations72.

56La première brochure est une défense publique en réponse à l’évêque de Liège. La deuxième est un pamphlet dirigé contre la démocratie chrétienne et l’abbé Pottier que l’on compare à l’abbé Daens. L’argumentation est donc semblable à celle que Woeste a utilisée en novembre 1894.

57La lettre publiée par le bureau de l’Union catholique, en date du 26 juillet, déclare que :

« La raison d’être de notre parti c’est la défense de notre foi, de ces droits et de ces intérêts religieux dont la reconnaissance et la satisfaction peuvent seules assurer la sécurité et la prospérité de la patrie belge (...).
Unis sur le terrain religieux et sur celui-là seulement, pour repousser les mêmes ennemis et faire triompher les mêmes vérités, nous ne pouvons nous en écarter, sans nous affaiblir mortellement.
Nous comptons dans nos rangs des protectionnistes, des libre-échangistes et des opportunistes ; des partisans ou des adversaires de la coopérative, des industriels, des propriétaires agricoles et des cultivateurs fermiers, des grands et des petits commerçants, il n’y a pas de question administrative, militaire, économique dont la solution ne nous partage (...) » (p. 8-9).
« (...) Nous ne pouvons donc assumer la responsabilité de la séparation de l’armée catholique en prolétaires d’une part et en bourgeois de l’autre. Nous vous en prenons avec confiance à témoin. Monseigneur, si cette division doit un jour s’effectuer à Liège, ce ne sera ni par notre fait, ni de notre agrément » (p. 9).

58La thèse défendue est adroite, elle doit toucher le pape et elle place Mgr Doutreloux devant ses responsabilités.

59Mgr Doutreloux ne perd cependant pas patience et ne fait aucun coup d’éclat. Il va mettre à profit la lettre pontificale que Léon XIII vient d’adresser à l’épiscopat belge.

  • 73 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 476. — Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 44-45.

60Pressenti à nouveau par le ministre de Belgique à Rome73, le pape s’est, en effet, décidé au début juillet à écrire au cardinal pour que cesse toute polémique publique entre catholiques.

  • 74 Ch. de ’t SERCLAES, Le pape Léon XIII, sa vie, son action religieuse, politique et sociale, t. III, (...)

61Les prêtres doivent être les gardiens de tous et non pas d’une classe seulement et ne peuvent prendre part à des luttes fratricides. Une série de recommandations confidentielles accompagnait la lettre pontificale74.

  • 75 Charles Woeste ne dit pas être intervenu pour empêcher la publication de ces recommandations comme (...)
  • 76 Ch. de ’t SERCLAES, Le pape Léon XIII..., t. III, p. 241 et Note des Evêques à lire dans la réunion (...)

62Le 8 septembre, les évêques adressent un commentaire de cette lettre aux fidèles de Belgique mais ne parlent pas des recommandations confidentielles75. C’est fort heureux pour les démocrates puisque parmi les recommandations confidentielles, on accorde aux associations ouvrières la pleine autonomie au point de vue des intérêts économiques mais on la leur refuse sur le terrain politique76.

  • 77 R. REZSOHAZY, op. cit., p. 242.
  • 78 Papiers Moest, Liège, 21/VIII/1895, Mgr Zomers, vicaire général, à Louis Moest, président de l’Unio (...)

63Il y a eu intervention en faveur des démocrates chrétiens pour limiter la publicité des instructions confidentielles. Tout permet de croire qu’en échange de cela, les évêques de Gand77 et de Liège78 ont pu obtenir de leurs diocésains démocrates leur accord pour une entente politique avec le parti catholique.

  • 79 P. GERIN, op. cit., p. 400.

64L’entente politique est finalement conclue à Liège en octobre 1895 pour les élections communales79.

  • 80 « Le bureau de l’Union catholique de l’arrondissement de Liège remplit avec bonheur le devoir de vo (...)

65Il ne faut pas en conclure trop rapidement que Mgr Doutreloux l’ait emporté haut la main. Bien sûr, les conservateurs liégeois ont admis l’entente, mais sous la contrainte du document pontifical et de la lettre collective des évêques80.

66L’autonomie politique des démocrates chrétiens n’a pas été reconnue, encore bien qu’elle n’ait pas été interdite.

67Par ailleurs, les recommandations pontificales aux prêtres ne peuvent-elles pas être considérées comme une mise en garde à tous les prêtres plongés dans l’action démocratique ?

  • 81 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, 29/VIII/1895, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon) (...)
  • 82 Bien du Peuple (Liège), 18/IX/1895, p. 1, A propos d’un voyage à Rome. De retour de Rome, l’abbé Po (...)
  • 83 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, (8/IX/1895), abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

68C’est dans cette perspective qu’il convient de situer le départ de l’abbé Pottier, le 29 août, pour Rome. Il est certain qu’il y est appelé par le pape81, mais Mgr Doutreloux prend à son compte cet ordre pontifical82 pour répondre d’ailleurs aux vœux du Souverain Pontife83.

69Après avoir été reçu par le cardinal Rampolla, le 3 septembre, Pottier est reçu en audience par le Pape le 8 septembre. Le cardinal Rampolla lui a trouvé trop d’ardeur et souhaiterait

  • 84 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 3/IX/1895, abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

« (...) une action même qui serait meilleure si elle s’abstenait de toute activité extérieure et se renfermait dans l’exercice professionnel de l’enseignement (...) »84.

70L’audience pontificale confirme l’entretien du 3 septembre :

« (...) Ma retraite est le sacrifice nécessaire à la pacification. Ce n’est point la formule, c’est la chose, que, naturellement j’ai accepté (sic) de grand cœur par devoir d’abord, par sentiment ensuite »

  • 85 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, (8/IX/1895), abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

71écrit Pottier à son évêque85.

72Pour éviter que cette retraite ne paraisse un blâme du mouvement social international, belge et liégeois, ainsi que de l’évêque de Liège, Léon XIII décide de remettre, par les soins de Pottier, une lettre à Mgr Doutreloux sur le mode pratique d’opérer cette retraite « de l’action publique ».

« (...) Le Saint Père, dit Pottier, m’a parlé assez longuement de la nécessité qu’il y avait de ne faire ni heurt ni éclat pour que ce qui existe n’ait point à souffrir et que dorénavant surtout après les instructions données par Sa Sainteté, c’est l’évêque qui devra surtout apparaître à l’action publique ou plutôt à la direction de cette action et que pour le moment ma place était plutôt dans la coulisse ou dans les conseils (...) ».

  • 86 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 10/IX/1895, Léon XIII à Mgr Doutreloux.

73Le pape propose une retraite progressive : abstention aux congrès publics, prudence dans les écrits, retrait progressif de l’action, référence continuelle à l’évêque pour le concours prêté ouvertement aux sociétés de travailleurs86.

  • 87 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, s.d., Mgr Doutreloux à Mgr Zomers : « (...) Si l’Abbé a la fr (...)

74Avant de connaître les décisions pontificales, Mgr Doutreloux se déclare soumis et obéissant au pape87.

  • 88 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 10/IX/1895, Léon XIII à Mgr Doutreloux.

75Le pape n’a pas désapprouvé l’action et l’enseignement de Pottier. L’accueil qu’il réserve à ce dernier a été chaleureux et celui-ci, à son avis, mérite les louanges de son évêque88. Il lui laisse son enseignement, — c’est important puisque Pottier enseigne la théologie morale au Grand séminaire.

76Il ne lui interdit pas de participer encore à l’action sociale mais lui ordonne de le faire sous certaines formes et sous certaines conditions.

  • 89 « (...) ut societates in bonum opificum constitutas pergat nempe adjuvare et fovere, sic tamen ut e (...)
  • 90 Voir supra, p. 265.
  • 91 Alors qu’à la même époque, Woeste fait remarquer au nonce « que si M. Pottier restait professeur au (...)

77Cependant convoquer Pottier et lui ordonner de ne plus prendre part à la vie politique et de se confiner petit à petit à l’action sociale stricto sensu envisagée comme une œuvre religieuse89, sont des décisions que l’on trouve suggérées sous la plume de Charles Woeste et des conservateurs90. Ceux-ci, néanmoins, n’ont pas obtenu de condamnation et Pottier reste professeur au séminaire91.

78Mgr Doutreloux connaît très bien les vœux du pape et la voie qu’il convient désormais de suivre.

  • 92 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Venders, 20/VII/1895, H. Boland à Mgr Doutreloux et Ibid., Verviers, (...)

79Sa condamnation du Démocrate en mars 1896, la distance qu’il prend à l’égard des démocrates chrétiens verviétois92, plus indépendants, plus déterminés à une action complète, se comprennent dans une certaine mesure à la lumière de ces faits connus aujourd’hui.

***

  • 93 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Bruxelles, 3/XII/1895, Mgr Nava di Bontife à Mgr Doutreloux, « Je se (...)

80La compétence et l’obéissance de l’évêque de Liège expliquent que la rédaction du programme d’action sociale à présenter dans les prochaines conférences diocésaines lui ait été confiée. A cet effet, le nonce attire son attention sur les Private istruzioni di Suà Santità concernant l’organisation électorale des catholiques93.

  • 94 Cette note polygraphiée de Mgr Doutreloux se trouve notamment conservée dans A. E. L., Pap. Doutrel (...)

81Répondant à ce vœu, Mgr Doutreloux ne manque pas d’envoyer une note polycopiée à tous ses collègues, note qui est une ébauche de toute la Note confidentielle annexée au document final de la réunion générale de Malines de mars 189694.

  • 95 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, note écrite par Mgr Zomers datée de Bruxelles, 16/XII/1895. — A. E. (...)

82De celle-ci cependant, les évêques ne traitent pas dans la réunion qu’ils tiennent chacun dans leur diocèse avec des responsables du parti et du mouvement social95.

83Mais ils se voient spécialement à ce sujet le 20 février 1896, avant la réunion générale de Malines. L’évêque de Liège est bien résolu à faire accepter par ses collègues son texte ; il écrit au crayon sur sa convocation :

  • 96 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, circulaire du cardinal Goossens et datée de Malines, 11/II/1896.

« Nécessité d’une affirmation nette contre l’unité entendue comme certains l’entendent, c’est-à-dire l’absorption »96.

  • 97 A. G. R., Sch. H., 112, Gand, 27/II/1896, Arthur Verhaegen à G. Helleputte.
  • 98 Question sociale. Note pour la réunion générale du 5 mars 1896. Un exemplaire de ce texte se trouve (...)
  • 99 « (...) Il y a de bonnes raisons en faveur d’une pleine autonomie de ces associations (ouvrières) a (...)

84Le corps épiscopal est d’accord sur le texte97 et, en annexe à la Note qui résulte de la réunion générale du 5 mars 189698 figure un autre texte imprimé et intitulé : Question sociale. Réunion générale de Malines. 5 mars 1896. Note confidentielle. Celui-ci, qui a recueilli l’adhésion de tout l’épiscopat le 20 février, reprend grosso modo tout le projet Doutreloux99. Il est très important parce qu’il concilie les vues pontificales avec la réalité politique belge nouvelle. Tout en partant du principe pontifical que l’autonomie des associations ouvrières ne peut passer du terrain économique au terrain politique, on en vient, au nom de la réalité politique belge nouvelle, — le suffrage quasi universel —, à demander une part proportionnelle pour ces associations économiques dans les élections politiques. Faute de quoi, ces élections politiques seront faussées parce que n’étant pas pleinement faites par la nation entière.

85Cette note est confidentielle. D’abord parce qu’elle découle des Private Istruzioni di Suà Santità..., ensuite parce qu’elle s’est élaborée au cours d’une période durant laquelle les pressions politiques extérieures de toutes sortes n’ont pas cessé pour qu’elle restât confidentielle. En effet, parallèlement aux travaux préparatoires à la réunion générale de Malines, les conservateurs liégeois veulent prouver que les démocrates chrétiens liégeois ne se limitent pas à l’autonomie économique telle qu’elle a été préconisée. Cette tactique doit leur permettre de trouver une audience favorable tant auprès des évêques belges qu’à Rome.

  • 100 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 23/II/1896, Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier.
  • 101 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 28/II/1896, N. Goblet à Mgr Doutreloux et Ibid., Liège, 28/II (...)

86A Liège, il est vrai que certains démocrates chrétiens n’hésitent pas à établir, dans plusieurs paroisses, des comités politiques en dépit des instructions pontificales et épiscopales100. L’évêque intervient auprès des démocrates101 mais sans succès semble-t-il.

  • 102 A son sujet ; P. GERIN, op. cit., p. 466.
  • 103 A. E. L., Pap. Doutreloux, Malines, 5/ΙII/1896, cardinal Goossens à J. Demarteau. — Ibid., Liège, 2 (...)

87Par ailleurs, Joseph Demarteau, directeur de la Gazette de Liège, publie avec l’aide de Jules Frésart102 un Mémoire sur la démocratie chrétienne qu’il adresse à une série de personnalités dont les évêques, la veille de la réunion générale des œuvres sociales103.

  • 104 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Mgr Decrolière, Malines 26/II/1896, le cardinal Goossens aux évêqu (...)

88En réalité, le cardinal a déjà eu connaissance plus tôt du Mémoire. C’est la raison pour laquelle il a convoqué d’urgence ses collègues de l’épiscopat, le 4 mars104. On peut imaginer aisément qu’il y aura été décidé, pour ne pas aggraver la situation, de publier à part la note élaborée par Doutreloux en lui donnant une allure confidentielle, de telle sorte qu’on puisse la détacher du premier texte. Tout en évitant de froisser l’évêque de Liège, cette formule laissait à chaque évêque la liberté de communiquer la note confidentielle.

  • 105 A. G. R., Sch. H., 112, Gand, 14/I/1896, A. Verhaegen à G. Helleputte et ibid., Gand, 27/II/1896, A (...)

89De son côté, Charles Woeste conteste l’existence autonome de la Ligue démocratique belge et de ses sections105 depuis plusieurs semaines.

  • 106 Ch. WOESTE, op. cit., t. II, p. 77 et p. 107.
  • 107 Pap. de Favereau, Bruxelles, 22/III/1896, le nonce Mgr Rinaldini au baron de Favereau.

90Par ses contacts avec le gouvernement, le nonce et les évêques de Namur et de Bruges, il réussit à arrêter la communication de la Note confidentielle dans la presse et dans les diocèses de Namur et de Bruges106. A la suite de démarches du ministre des Affaires étrangères, le nonce parvient, par ailleurs, à faire partager le point de vue du gouvernement par le cardinal107.

***

  • 108 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Huy, 26/1/1897, abbé L. Grandmaison, curé doyen de Huy, à Mgr Doutre (...)
  • 109 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 407-410. — Finalement, les deux fédérations s’abstiennent pou (...)

91La participation politique des associations ouvrières catholiques de toutes tendances est donc remise aux calendes grecques. Mgr Doutreloux est à nouveau isolé. Ses idées sur la participation politique ont perdu le poids qu’elles auraient pu avoir par un acte collégial et public. L’évêque de Liège communique cependant cette Note à ses doyens et à certaines personnes de son diocèse108 et s’efforce de la faire appliquer lors des élections communales et du conseil des prud’hommes de 1897109.

  • 110 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 31/I/1897, Mgr Doutreloux aux curés de la ville de Liège.
  • 111 La Fédération ouvrière catholique fut créée en 1895. Elle réunissait différentes associations ouvri (...)
  • 112 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 24/II/1897, Mgr Doutreloux aux présidents et membres des comi (...)
  • 113 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 97.

92C’est en vain toutefois qu’il s’adresse aux curés de la ville de Liège110 et aux présidents et membres des comités de la Fédération ouvrière catholique111 et de l’Union démocratique chrétienne112. Les deux associations restent sur leurs positions. Woeste a écrit à ses amis de Liège pour s’opposer à ce qu’il considère être un dualisme politique113.

  • 114 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 24/II/1897, Mgr Doutreloux aux présidents et membres des comi (...)

93Quant aux démocrates chrétiens, ils préfèrent la lutte séparée aux élections communales. L’affrontement constitue un moyen pour les deux fédérations de se compter car le principe défendu, en théorie, par Doutreloux, peut se révéler malaisé dans son application. Sur quels critères, en effet, peut-on « (...) attribuer à chacune des deux associations le choix d’un nombre de candidats proportionnel à sa force électorale (...) »114, si ce n’est en s’affrontant d’abord sur le plan électoral.

94Mais cette lutte ne fait qu’approfondir le fossé entre le groupe catholique et les démocrates chrétiens.

***

95Entretemps, Pottier poursuit l’action sur le terrain économique. Il donne une conférence sur la coopérative dans le pays de Herve.

  • 115 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Blegny-Trembleur, 18/XII/1896, A. Ruwet, échevin, à Mgr Doutreloux. (...)
  • 116 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 106-107. — A. E. N., carton 12, Bruxelles, 3/III/1897, Charles W (...)
  • 117 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 9/II/1897, Mgr Doutreloux à Max Doreye, brouillon.
  • 118 Pap. de Favereau, (Liège, 12/I/1897), H. Francotte à Max Doreye.
  • 119 Pap. de Favereau, Rome, 16/II/1897, baron d’Erp au ministre de Favereau.

96Certains lui reprochent ce fait qu’ils considèrent être une intrusion sur le terrain politique115. Max Doreye, ami de Woeste116, mène la charge à Liège, chez l’évêque117, à Bruxelles, chez le ministre des Affaires étrangères118 et jusqu’à Rome, chez le ministre de Belgique119.

  • 120 Bien du Peuple, 6/II/1897, p. 2, La Gazette de Liége et M. l’abbé Pottier.

97En répondant publiquement à Henri Francotte120, l’abbé Pottier intervient dans la lutte.

  • 121 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 31/I/1897, Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier.
  • 122 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 14/II/1897, les dirigeants de la Société ouvrière St-Alphonse (...)
  • 123 Nous n’avons pas trouvé la lettre du 26 février mais celle du lendemain confirme la teneur de la le (...)
  • 124 Voir ce brouillon très significatif : « La décision que vous avez prise n’a pu me surprendre, vous (...)
  • 125 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 18/IV/1896, abbé Pottier à Mgr Doutreloux. — Ibid., (Liège, a (...)

98Il n’a pas oublié les recommandations pontificales qui lui ont été faites ni l’interdiction récente de l’évêque de participer aux réunions publiques121. Le 14 février, jour même de l’élection communale, il est décidé à se retirer complètement de l’action démocratique122. Et, le 26 février, il annonce à Mgr Doutreloux sa résolution d’abandonner dès ce moment toute participation par la parole, par les œuvres et même par la présence à l’action sociale et aux institutions de la démocratie chrétienne123. Cette décision est acceptée par l’évêque. Celui-ci ne l’a cependant ni provoquée ni ordonnée124 puisque, en avril 1896, il a encore poussé l’abbé Pottier à accepter de figurer dans le bureau de la Ligue démocratique belge afin d’y montrer la ligne de conduite tracée par les documents pontificaux et épiscopaux125. Il semble cependant que le nonce, Mgr Rinaldini, ait pesé dans la décision de Pottier.

  • 126 Ch. WOESTE, Mémoires, t. II, p. 90.
  • 127 Pap. de Favereau, Note destinée au baron d’Erp et transmise par le ministre de Favereau : « (...) i (...)
  • 128 Pap. de Favereau, Rome, 18/IX/1896, baron d’Erp au ministre de Favereau. Le baron Maximilien d’Erp (...)
  • 129 Ibid., Rome, 26/IV/1896, baron d’Erp au ministre de Favereau.
  • 130 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 90.

99Les interventions du gouvernement belge ont, en effet, été continues au Vatican. Woeste n’a pas arrêté de conseiller le roi depuis le moment où la Note confidentielle de Malines a été formulée126. Les positions du roi sont celles de Woeste127. Le baron d’Erp, nouveau ministre de Belgique à Rome, n’a pas cessé de rencontrer les milieux romains pour faire renvoyer l’abbé Pottier128 qui « ne perdra rien pour attendre un peu »129. Woeste avait, en effet, obtenu du Roi qu’il demande au Pape l’éloignement de Pottier du Grand séminaire130.

  • 131 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 6/I/1897, Mgr Rinaldini, nonce, à Mgr Doutreloux.

100Lorsque le nouveau nonce, Mgr Rinaldini, arrive en Belgique, il est chargé en premier lieu d’établir la pacification entre conservateurs et démocrates et de trouver un compromis acceptable entre les deux groupes, respectant dans une juste mesure la liberté d’action dans chaque sphère propre131.

  • 132 « (...) Je me persuade chaque jour davantage (...) qu’il n’y a guère d’espérance d’un changement de (...)
  • 133 Pap. de Pavereau, Rome, 27/II/1897, baron d’Erp au ministre de Favereau « Elle (Sa Sainteté) m’a di (...)

101Après les élections communales du 14 février 1897, le nonce est mécontent des affaires liégeoises et de certaines déclarations de Pottier132. Il semble qu’il ait aussitôt rencontré l’évêque de Liège et l’abbé Pottier133. Nul doute qu’il leur ait déclaré, comme dans sa lettre du 21 février, que son action et son influence pour la pacification étaient paralysées par les obstacles rencontrés en cours de chemin.

102Cette rencontre a confirmé Pottier dans sa décision et fait accepter celle-ci par l’évêque.

***

103Au début de l’année 1897, la démocratie chrétienne à Liège bat de l’aile.

  • 134 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Malines, 13/III/1897, cardinal Goossens à Mgr Doutreloux.

104Mgr Doutreloux n’a pas réussi à faire passer sur le plan national sa Note134 ni à la faire appliquer à l’intérieur de son diocèse. Son homme de confiance s’est retiré de l’action démocratique. L’échec semble complet. La retraite de l’abbé Pottier s’est opérée à l’encontre des vues épiscopales et désormais, l’évêque aura moins accès à la prise de décisions par la démocratie chrétienne de Liège.

  • 135 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 125 et R. REZSOHAZY, op. cit., p. 275.

105En dépit de ces nouveaux échecs, Mgr Doutreloux ne désarme pas. Il est décidé à réaliser dans son diocèse les recommandations de sa Note confidentielle. Les démarches que fait dans le même sens Arthur Verhaegen au nom de la Ligue démocratique auprès de l’épiscopat135 confirment l’évêque dans sa résolution.

  • 136 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 5/XI/1897, Mgr Doutreloux à E. Schoolmeesters, curé-doyen de (...)
  • 137 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 25/XI/1897, Mgr Doutreloux à Max Doreye.
  • 138 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 12/II/1898, Max Doreye à Mgr Doutreloux.

106En novembre 1897, Mgr Doutreloux communique la Note à certains responsables politiques et religieux de son diocèse136. Sous ses instigations, une commission spéciale est constituée pour l’étude et l’exécution de l’entente dans les luttes électorales dès le 26 novembre137 mais elle ne progresse pas dans ses conclusions138.

107Certains conservateurs restent opposés au dualisme politique.

  • 139 Pap. de Favereau, Rome, 12/X1I/1897, le baron d’Erp au ministre de Favereau.

108Le pape est résolu à obtenir l’unité du parti catholique tout « en reconnaissant le droit à sa place au soleil à la Ligue démocratique (...) » et dans cette perspective, il n’apprécie pas le refus systématique de Woeste et de ses amis aux propositions récentes de la Ligue démocratique139.

  • 140 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 135.
  • 141 Pap. de Favereau, Rome, 20/XII/1897, baron d’Erp à de Borchgrave d’Altena. — Ibid., Bruxelles, 21/X (...)

109Les conservateurs et Woeste perçoivent cette détermination140 et plutôt que d’insister à nouveau pour obtenir une intervention pontificale qui les mettrait mal en point, ils préfèrent attendre l’évolution des événements141.

  • 142 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 411.

110Après la visite faite par Mgr Doutreloux chez le Pape en janvier 1898142, ils comprennent que le vent a tourné en faveur des démocrates.

  • 143 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 10/I/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux. Charles de Pon (...)

111Max Doreye, président de l’Union catholique et Charles de Ponthière, président de l’Union démocratique chrétienne sont entendus par le nonce143.

  • 144 Pap. de Favereau, Bruxelles, 7/IV/1898, de Favereau au baron d’Erp : « (...) (que) Mgr Doutreloux s (...)
  • 145 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 10/IV/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux.
  • 146 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, Samedi Saint 1898, Max Doreye à Mgr Doutreloux et P. GERI (...)

112Constatant de Bruxelles l’évolution des événements, les antidémocrates essaient, pour une dernière fois, de faire barre sur l’évêque de Liège, mais ils échouent144. Le 9 avril 1898, une réunion de conciliation a lieu à Bruxelles dans le cabinet du ministre des Affaires étrangères entre Verhaegen, de Ponthière et Max Doreye. Pressenti par le ministre pour présider cette rencontre, le nonce s’y refuse mais envoie une lettre au ministre, invitant celui-ci à provoquer la conclusion d’une entente électorale pour une liste unique. « Il est inutile, écrit-il, que je dise ici combien est vif le désir du S. Père, dont j’ai reçu ces jours-ci une nouvelle expression par son Eminentissime Secrétaire d’Etat, que d’une manière ou de l’autre, l’accord se rétablisse parmi les catholiques de Liége (...) »145. Répondant aux vœux du nonce, Charles de Ponthière et Max Doreye signent un pacte qu’ils promettent de faire accepter par les membres des différentes associations catholiques146.

  • 147 P. GERIN, op. cit., p. 412.
  • 148 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82 (s.d., après le 10/IV/1898) Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux. — Ibid., (...)

113En dépit du fait que ce pacte ne fait pas référence à la Note confidentielle mais à un contenu très pragmatique147, l’évêque de Liège a remporté une victoire. Il a été, en l’occurrence, habilement épaulé par le nonce et le cardinal Rampolla en conformité à la volonté épiscopale. Au lendemain de cette rencontre, l’évêque de Liège est d’ailleurs chargé par le cardinal Rampolla de veiller à ce que la promesse signée porte effet. Le nonce cède sa place à Mgr Doutreloux et l’autorise, conformément aux directives du cardinal Rampolla, à se prévaloir des recommandations pontificales148.

  • 149 Pap. de Favereau, Bruxelles, 7/IV/1898, le ministre de Favereau au baron d’Erp : « (...) Dans ce bu (...)

114C’est un double camouflet à l’égard du ministre belge des Affaires étrangères qui désirait, d’une part, la soumission de Mgr Doutreloux et, d’autre part, qu’elle lui fût communiquée directement par le cardinal Rampolla149.

  • 150 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 16/IV/1898, Mgr Doutreloux à Théophile Doutreloux, son neveu (...)
  • 151 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 23/IV/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux.

115Mgr Doutreloux profite des circonstances pour obliger l’Association catholique de Verviers à accepter la formation d’une liste commune150. Il n’hésite pas, à cet effet, à recourir au nonce qui intervient auprès du ministre de Favereau, lequel est bien obligé dans ce contexte nouveau de poursuivre le jeu et d’inviter les dirigeants de l’Association à accepter151.

***

  • 152 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, brouillon d’une lettre rédigée par Mgr Doutreloux et destinée à une (...)
  • 153 A. E. L.,Pap. Doutreloux, 82, Liège, 19/V/1898, M. Doreye à Mgr Doutreloux. — Ibid., Liège, 26/I/18 (...)

116Jusqu’à sa mort, survenue en 1901, Mgr Doutreloux s’efforce de réaliser l’entente électorale et intervient avec tout le poids de son autorité tant du côté des démocrates chrétiens152 que du côté conservateur153 pour éviter la rupture du pacte conclu en avril 1898.

117La représentation proportionnelle, admise en 1899, influe sur la volonté de l’évêque de Liège de ne pas faire perdre de voix au parti catholique.

118Il réussit parfaitement à Liège où, jusqu’à la fin de son épiscopat, les élections vont se dérouler sous le signe de l’entente.

  • 154 « Il paraît de plus en plus à craindre que les Démocrates de l’arrondissement de Verviers ne lutten (...)

119Mais, en dépit d’instructions précises adressées à tout le clergé de l’arrondissement de Verviers154 et de contacts personnels avec les dirigeants verviétois des deux tendances, Mgr Doutreloux ne parvient pas, en 1900, à imposer ses vues aux démocrates chrétiens de cet arrondissement. Ceux-ci refusent la première suppléance que l’évêque lui-même leur présente et veulent s’en tenir à une des trois candidatures de membres effectifs. Leurs prétentions semblent d’ailleurs exagérées en considérant leurs résultats électoraux obtenus dans le passé.

120A nouveau, c’est la rupture entre les démocrates chrétiens et les membres de l’Association catholique à Verviers.

121Mais c’est aussi la rupture entre l’évêque et certains de ses diocésains.

122Au terme de sa vie, l’évêque de Liège est parvenu à réaliser l’entente électorale à Liège mais il reste sur l’échec de Verviers.

123Comme il l’a fait souvent, Mgr Doutreloux a fait fi de ses sympathies personnelles pour le bien du parti catholique, pour ce qu’il considère être le bien de l’Eglise, en soumission complète avec le souverain pontife.

***

124Avec le recul historique, la retraite de l’abbé Pottier peut ne plus être considérée comme une défaite de la démocratie chrétienne. La soumission du prêtre liégeois à la hiérarchie a, dans une certaine mesure, servi les intérêts démocrates. En effet, en se retirant après que le Pape et les évêques belges aient reconnu le droit aux associations démocratiques de participer, selon certaines modalités, à la vie politique, Pottier a laissé la place à Woeste et à l’opposition conservatrice. Ceux-ci, par leur obstination répétée dans leurs exigences, ont finalement mécontenté le Pape, le nonce et le cardinal. Un revirement s’est produit en faveur des thèses de la Ligue démocratique belge et de Mgr Doutreloux dès 1898.

125L’entente admise sous la contrainte et la surveillance de sa réalisation confiée à Mgr Doutreloux, sont, non seulement une victoire de l’évêque de Liège mais encore, en partie, une victoire des démocrates chrétiens belges et liégeois.

126Le cas verviétois ajoute une ombre à cette réflexion. Les démocrates chrétiens de Verviers ont eu, par leurs exigences qui pouvaient se justifier, une attitude conflictuelle dans l’Eglise du XIXme siècle. Leur optique n’était pas de leur temps, c’est ce qu’ils n’ont — malheureusement pour eux — pas compris.

***

  • 155 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Liège, 22/XII/1893, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon).

127Au cours de cette étude, Mgr Doutreloux est apparu comme soumis au Pape. Il n’a rien de plus à cœur, comme il l’écrit lui-même, « (...) que de suivre la direction du Saint-Père dont les moindres désirs seront toujours pour moi des ordres auxquels je m’empresse d’obéir »155.

128La question se pose de savoir si, en définitive, l’évêque de Liège était démocrate chrétien ou un pasteur attentif à l’évolution de la société et aux besoins nouveaux de son troupeau. Nous pensons que Doutreloux n’a été ouvert à la démocratie chrétienne que dans la mesure où celle-ci répondait aux problèmes nouveaux de la société de la fin du XIXme siècle. La démocratie chrétienne, pour lui, c’était une réponse à la société qu’il considérait, en conformité avec les enseignements pontificaux, désorganisée par le libéralisme et troublée par le socialisme. Comme évêque, il ne pouvait rester insensible à une partie de son troupeau exposée au socialisme. C’est la raison pour laquelle il a soutenu la démocratie chrétienne. C’est ce que n’ont pas compris les conservateurs.

129Pasteur de tout un troupeau, il veut que tout ce troupeau entre avec égalité de droits dans la vie sociale, économique et politique.

130C’est pourquoi il œuvre très tôt pour une ouverture du parti catholique aux forces nouvelles de toute la nation. Il veut être le père de tous, le bon pasteur qui connaît ses brebis et qui n’en perd aucune. C’est la raison pour laquelle il exige des démocrates chrétiens qu’ils restent dans le parti catholique. C’est ce que certains d’entre eux n’ont pas compris, en particulier à Verviers.

131Il s’est heurté à l’hostilité d’un groupe conservateur qui a trouvé un écho favorable et une aide constante à Bruxelles auprès de Charles Woeste et du roi Léopold II et par conséquent, du gouvernement. A cet égard, le pouvoir personnel du Roi a profondément marqué, comme souvent en politique étrangère, l’action du gouvernement.

  • 156 Voir plus haut.
  • 157 A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier. Documents inédits, Bruxelles, 1953.

132Pour les conservateurs, reconnaître la démocratie chrétienne comme une nouvelle force politique, c’est aboutir à un dualisme politique ou tout au moins à une scission du parti catholique. Car, pour eux, le parti catholique se confond avec conservatisme. Le parti catholique doit être le meilleur garant de la survivance du passé dans un monde qui change. Ils établissent, comme Woeste, une identité entre le parti catholique et l’Eglise. Et vont même plus loin en déclarant qu’ils assurent de la sorte la sécurité de la patrie belge156. Cette perspective est également celle de Léopold II qui poursuit la politique religieuse de son père157.

133Les conservateurs se sont opposés à l’évêque de Liège et, au-delà de lui, au Pape.

  • 158 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 12/X/1893, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux : « (...) l’unio (...)

134Pour les premiers, le parti catholique devait, par sa finalité, s’opposer à la démocratie chrétienne. Pour les seconds, le parti catholique devait être un parti du centre où tous les chrétiens se rejoignent pour mieux défendre l’Eglise dans la société libérale et socialiste158.

135L’attitude Woeste est logique, à partir du moment où l’on admet sa vision du parti catholique car il est évident que la démocratie chrétienne doit, si elle est admise dans le parti catholique, le modifier dans ses structures et dans son programme. Tout cela explique l’attitude des conservateurs, des démocrates chrétiens et de l’évêque de Liège.

136Cela explique pourquoi, en un moment donné, le pape s’est décidé à obtenir une entente entre les deux tendances opposées des catholiques en dépit de l’opposition conservatrice. Le pape a généralement voulu laisser la manœuvre aux évêques. En intervenant, comme il l’a fait, il a rétabli le fléau d’une balance qui penchait finalement trop du côté des conservateurs.

137On peut se demander, par ailleurs, si le Roi n’a pas compris, à ce moment que, à tout prendre, il valait mieux le renforcement d’un parti catholique, toujours soumis à l’autorité religieuse, — sorte de régulateur, — plutôt que d’assister à l’effritement d’un grand parti dans la conjoncture inconnue de la représentation proportionnelle.

***

  • 159 « (...)Le Saint Père et les Evêques, dans cette direction, tiennent compte de la situation créée pa (...)

138La lutte qu’a menée Mgr Doutreloux pour la reconnaissance de la démocratie chrétienne dans le parti catholique, c’est, en définitive, la lutte de la démocratie dans la société contemporaine159. Grâce à Mgr Doutreloux, l’accès de la nation à la direction de la cité a été plus élargi.

139D’autre part, l’évêque de Liège s’est révélé comme un des principaux artisans d’un parti catholique clérical. Il a conféré à la démocratie chrétienne naissante une direction dans laquelle celle-ci devra évoluer pendant de longues années sous peine de ne plus être d’Eglise et de ne plus être chrétienne.

Notes

1 A son sujet : Biographie nationale, t. XXX, Bruxelles, 1958, col. 346 à 348, notice rédigée par A. Simon et Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, fasc. 80, Paris, 1959, col. 748 à 751, notice rédigée par P. Gérin.

2 Citons : 1) Les archives de l’Evêché de Liège (sigle utilisé : A. E. L.), tout le fonds Doutreloux que nous avons classé et dont nous publierons bientôt l’inventaire. 2) Les archives de l’Evêché de Namur (sigle utilisé : A. E. N.) classées avec soin par le Chanoine André Lanotte auquel nous rendons hommage. 3) Les papiers de famille du ministre de Favereau qu’il nous a été possible de consulter grâce à l’amabilité du baron de Favereau de Jenneret ; nous l’en remercions de tout cœur. 4) Les papiers de famille de l’avocat Louis Moest, ancien président de l’Union démocratique chrétienne qui nous ont été communiqués grâce à la serviabilité de Monsieur l’Avocat Paul Delbouille et de sa famille. Nous les en remercions aussi.
Les papiers de Favereau et Moest ont été entièrement exploités et ne concernent que ce sujet.
Nous utilisons aussi les papiers Schollaert-Helleputte (sigle utilisé : Sch. H.) conservés aux Archives générales du Royaume (A. G. R.), de même que les archives du Ministère des Affaires étrangères de Belgique (A. E. B.).
Nous remercions Monsieur André Deblon, Archiviste de l’Evêché de Liège, pour les précisions d’ordre biographique qu’il a bien voulu nous transmettre.

3 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Archives Mgr Decrolière, Malines, 25/III/1892, le cardinal Goossens aux évêques.

4 Sur Auguste Beernaert : Biographie nationale, t. XXXIII, Bruxelles, 1965, col. 69 à 105, notice par R. Demoulin.

5 Sur Charles Woeste : Biographie nationale, t. XXVII, Bruxelles, 1938, col. 382 à 392, notice par R. Demoulin.

6 G. STINGLHAMBER et P. DRESSE, Léopold II au travail, Bruxelles-Paris, 1944, p. 177.

7 On y trouve notamment Joseph Begasse (cfr P. GERIN, Catholiques liégeois et question sociale (1833-1914), Paris-Bruxelles, 1959, p. 462-463), beau-frère de Max Doreye (cfr P. GERIN, op. cit., p. 465-466),lequel est beau-frère de Léon Collinet (ibid., p. 463-464) et également le beau-père de Henri Francotte (ibid., passim et J. DEMARTEAU, Un catholique. Etude sur la vie et l’œuvre de Henri Francotte, 1856-1918, Liège, 1922), Jules Dallemagne (ibid., p. 464). — Sur les dynasties politiques liégeoises, cfr A. ZUMKIR, Les dynasties politiques dans la province de Liège à l'époque contemporaine, dans Annales du XXXVIe Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Gand, 1956), p. 282-283.

8 Sur cette Ligue : P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 390 sv.

9 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 6/III/1893, Mgr de’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

10 Note de NN. SS. les Evêques de Belgique concernant la question et les œuvres ouvrières. Un exemplaire dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 77.

11 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Mgr Decrolière, Malines, 4/II/1893, cardinal Goossens aux évêques. — Sur Arthur Verhaegen (1847-1917) : Baron Arthur Verhaegen. Toespraak gehouden voor de Vriendenkring der Drukkerij Het Volk, op 28 maart 1956 door Baron Pierre Verhaegen, Gand, 1956.

12 Ch. WOESTE, Mémoires, t. I, Bruxelles, 1927, p. 501.

13 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Namur, s.d., Mgr Decrolière au cardinal Goossens. Sur la Ligue démocratique belge, cfr R. REZSOHAZY, Origines et formation du catholicisme social en Belgique. 1842-1909, Louvain, 1958, p. 201 sv. — Nous consacrons plusieurs pages à l'Avenir social, journal démocratique chrétien de Bruxelles dans un travail à paraître.

14 Sur l’abbé Pottier, cfr Biographie nationale, t. XXX, Bruxelles, 1959, col. 726 à 730, notice par P. Gérin ; Chanoine CARDOLLE, Un précurseur, un docteur, un pionnier social ; Monseigneur Pottier (1849-1923), Bruxelles (1951).

15 A. E. B., Correspondance politique Saint-Siège, t. XIX, Rome, 23/IV/1893, baron Whetnall, ministre de Belgique au comte de Mérode, ministre des Affaires étrangères. — A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 15/XI/1893, Mgr Ch. de’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

16 A. G. R., Sch. H., 92, Bruxelles, 6/VII/1893, Mgr Nicotra à G. Helleputte.

17 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 12/X/1893, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

18 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, décembre 1893, Mgr de’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

19 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 2/IV/1894, le cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

20 Courrier de Bruxelles, 21/VII/1894, p. 1, Les conditions de l’union. Id., 22/VIII/1894, p. 1, c. 1.

21 Pap. Desclée, Rome, 14/VI/1894, Mgr de’t Serclaes, à H. Desclée. — A son sujet : H. de MOREAU, Henri Desclée, 1830-1917, Maredsous, 1920.

22 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 3/VII/1894, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

23 A. E. L., Pap Doutreloux, 78, Rome, 22/XII/1894, Mgr de ’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

24 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Rome, 16/VII/1894, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

25 Celle-ci groupe depuis 1893 les différentes associations démocratiques chrétiennes de Liège.

26 Sur la campagne de la Gazette de Liège, P. GERIN, op. cit., p. 390.

27 Charles de Ponthière, né à Liège en 1842 et décédé à Argenteau en 1929, cfr P. VAN MOLLE, Le Parlement belge, Ledeberg, 1969, p. 105.

28 P. GERIN, op. cit., p. 391.

29 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Liège, 22/XII/1893, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon) : « Votre Eminence a daigné m’adresser au milieu du mois d’octobre une lettre à laquelle j’ai tardé de répondre parce que je désirais non seulement lui donner l’assurance que les désirs du St-Père dont elle me faisait part seraient ponctuellement et filialement transmis aux chefs du mouvement démocratique mais lui donner la consolation d’apprendre que ses sages conseils avaient obtenu leur effet par la pacification des esprits dans la question sociale et l’union de tous les catholiques dans l’action politique. Cet effet, je l’avais espéré après que j’avais fait connaître personnellement aux chefs du mouvement les intentions de Sa Sainteté et j’ai cru un moment l’avoir obtenu. En effet, dans l’arrondissement de Liège, le chef des deux factions, après des pourparlers amiables, avait décidé de fédérer l’ancienne Union catholique avec les sociétés ouvrières catholiques créées depuis la publication de l’Encyclique pour travailler à l’amélioration de la condition des ouvriers (...) ».

30 Nous en parlons plus longuement dans notre travail consacré à la presse démocrate chrétienne, à paraître bientôt.

31 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Liège, 6/IX/1894, Mgr Doutreloux à M. Doreye.

32 L’hypothèse avancée par J. WYNANTS, Les origines de la démocratie chrétienne à Verviers, Bruxelles-Paris, 1960, p. 43, est ainsi confirmée et précisée. Sur la mésentente politique entre les catholiques verviétois, cfr J. WYNANTS, op. cit., p. 36 et sv.

33 Sur Alfred Simonis : A. ZUMKIR, op. cit., p. 265, 274. Sur Auguste Loslever : ibid., p. 274.

34 Sur Nicolas Goblet, avocat, né en 1853 à Arlon et décédé à Liege en 1937, cfr P. VAN MOLLE, Le Parlement belge, Ledeberg, 1969, p. 158.

35 « (...) L’alliance avec les conservateurs nous a discrédités, nous risquons de perdre le peu de confiance que certains ouvriers catholiques ont encore dans la démocratie chrétienne si Monsieur l’abbé Daens se retire à Alost devant l’homme exécré de la classe ouvrière, M. Woeste. Hier soir, nous avons été effrayés d’entendre de braves ouvriers à ce sujet : ils nous ont carrément déclaré que si M. Daens était forcé de se retirer, c’en était fait de la démocratie chrétienne ; que l’on disait déjà que l’Eglise prenait toujours le parti du fort contre le faible, Je n’apprécie pas, je rapporte les paroles d’ouvriers d’élite catholiques pratiquants (...) » (A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Verviers, 11/IX/1894, H. Boland à Mgr Doutreloux).

36 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Louvain, 25/XII/1894, Mgr de Harlez à Mgr Doutreloux : « (...) Les démocrates verviétois appellent Daens pour tâcher de ressusciter la démocratie mourante depuis les dernières élections (...) ». — Mgr Charles de Harlez, prélat domestique, professeur à l’Université de Louvain, est né à Liège en 1832 et décédé en 1899 (A. E. L.).

37 A. E. L., Pap. Doutreloux, 78, Verviers, 11/XI/1894, H. Boland à Mgr Doutreloux.

38 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Verviers, 13/1/1895, abbé Wertz à Mgr Doutreloux. — Sur cette même lettre se trouve la mention manuscrite de Mgr Doutreloux : « Lettre et réponse sur le même objet. Ordre donné au clergé de retirer tout appui aux dém(ocrates) exagérés de Verviers ».

39 L’abbé Florent Pire est né à Comblain-au-Pont le 22 septembre 1867 et est décédé à Louvain le 23 août 1960 (Institut des Aumôniers du travail, Seraing). Nommé vicaire à Limbourg le 7 mars 1893. Il démissionne le 15 octobre 1895 et participe à la fondation de la Congrégation des Aumôniers du travail (A. E. L.).

40 L’abbé Florent Baras, né à Jemeppe-sur-Sambre le 28 août 1869, décédé à Chaudfontaine le 3 mars 1927, est nommé vicaire à Petit-Rechain le 9 avril 1893, puis à Villers-l’Evêque le 12 janvier 1898. Desservant à Fraiture en Condroz le 13 décembre 1901, il démissionne le 7 avril 1917 (A. E. L.).

41 L’abbé Benjamin Charpentier, né à Ciney le 2 avril 1870, décédé à Fize le 4 janvier 1933. Ordonné prêtre en 1893. Successivement vicaire à Hodimont (1893), à St-Barthélemy-Liège (1899), curé de St-Severin (1903), curé de Marneffe (1911), curé de Fize-le-Marsal (1922) (A. E. L.).

42 L’abbé Jean-Baptiste Monville, né à Basse-Bodeux le 16 octobre 1868 et décédé à Verviers le 4 mars 1946. Ordonné prêtre en 1893. Successivement vicaire à St-Joseph Verviers (1893), vicaire à St-Pierre-Huy (1898), curé de Vinalmont (1901), curé de Lierneux (1906), retraité à Tihange (février 1939) (A. E. L.).

43 L’abbé François Gilson, né à Bra le 26 septembre 1867, et décédé à Ocquier le 22 avril 1925. Vicaire à St-Antoine-Verviers le 17 décembre 1892 puis à St-Remy-Huy le 21 décembre 1895. Nommé curé à Ernonheid le 18 décembre 1894, à Ocquier le 7 décembre 1910. Il démissionne le 17 mai 1922 (A. E. L.).

44 L’abbé Henri Saur, né le 2 novembre 1861 à Setterich (Prusse rhénane) et décédé à Kettenis le 16 mars 1937. Ordonné prêtre en 1884. Successivement professeur à Waremme (1884), vicaire à Membach (1887), vicaire à Ougrée (1888), vicaire de St-Roch-Andrimont (1891), curé de Dolembreux (1895), parti pour l’Allemagne (1920), curé de Kettenis (1922) (A. E. L.).

45 L’abbé Herman Schröer, né le 21 novembre 1862 à Stappenberg, est décédé le 8 juillet 1937 à l’hôpital de Benel (Allemagne). Vicaire à Dison le 28 décembre 1887 après son ordination. Nommé curé à St-Laurent-Andrimont le 5 novembre 1897 puis vicaire dans cette même paroisse le 17 juin 1915 (A. E. L.).

46 L’abbé Henri Pierre Collard, ne le 19 novembre 1863 à Verviers, est décédé le 14 mai 1921 à Jette-St-Pierre. Vicaire coadjuteur à Bois-de-Breux, le 16 février 1891, il est nommé vicaire à Herve le 17 août 1891, puis curé à Becco le 20 septembre 1895, curé à Beaufays le 9 mars 1903. Il démissionne le 30 juin 1919 (A. E. L.). L’abbé Auguste Cuppens, né le 22 mai 1862 à Beringen, est décédé le 1er mai 1924 à Loxbergen. Vicaire à Ans le 26 avril 1886, à St-Joseph (Verviers) le 6 juillet 1888. Il démissionne le 11 février 1895 et devient aumônier des Petites sœurs des pauvres à Liège. Vicaire à Bressoux le 8 mai 1896. Curé à Loxbergen le 2 décembre 1899 (A. E. L.).

47 A. E. L.,Ρap. Doutreloux, 77, s.d., Mgr Doutreloux à l’abbé Wertz, lettre antérieure à celle du 20 janvier 1895, adressée par l’abbé Wertz à Mgr Doutreloux.

48 Voir sur son action démocratique : J. WYNANTS, op. cit., p. 37.

49 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 116.

50 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Liège, 27/X/1894, Mgr Doutreloux à la baronne Marie de Fontbarré de Fumai (copie) : « (...) il me faut aussi l’appui des catholiques fidèles à leur Evêque et au Pape. Je sais que, comme toujours, je puis compter sur votre famille. Ce m’est une grande consolation au milieu du douloureux abandon, pour ne pas dire plus, que je constate de la part d’un si grand nombre. Je n’ai qu’à relire la lettre que le Pape a daigné m’adresser pour m’encourager (...) ».

51 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, brouillon de lettre postérieur aux élections d’octobre 1894, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla : « La lettre si paternelle que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser sur les ordres du St-Père m’a été d’un puissant encouragement, une nouvelle et précieuse lumière au milieu de mes peines et de mes difficultés, aussi m’inspire-t-elle avant tout la plus profonde reconnaissance envers Sa Sainteté et un attachement plus vif encore si possible à la Ste Eglise. J’ai eu un entretien avec M. l’abbé Pottier, je l’ai trouvé comme toujours décidé à ne jamais s’écarter en quoi que ce soit des ordres, des avis et conseils du St-Siège, il se conformera donc consciencieusement à ceux que je lui ai transmis. Tout en persévérant en ce que le St-Père approuve et loue dans sa conduite, il s’efforcera de garder la modération dans son zèle et sa propagande et de n’outrepasser en rien en des matières de ce genre la juste mesure (...). Si l’un ou l’autre point de détail répréhensible était signalé à votre Eminence, je lui aurais une profonde gratitude de me le faire connaître ; je sens profondément le besoin d’être éclairé et assisté et je ne me dissimule nullement le danger où je me trouve malgré ma bonne volonté et les avis dont je m’entoure, de pouvoir me tromper ».

52 Ch. WOESTE, Mémoires, t. II, p. 29.

53 « Si l’abbé Pottier, par exemple, mettait une partie de son activité au service des œuvres scolaires et religieuses, il pourrait obtenir des résultats importants. Mais sur ce terrain, on ne le rencontre pas » (ibid., p. 30-31).

54 Sur Adolphe Daens, cfr Biographie nationale, t. XXXI, Bruxelles, 1961, col. 245-247, notice par A. Simon.

55 « Quand Mgr l’Evêque de Bruges a été reçu par Léon XIII, ce dernier a dit devant l’Evêque, sa suite et un de mes élèves que c’était une chose indigne que M. Woeste, un catholique si méritant, eut été mis en ballottage à Alost et presque mis en échec et cela par des socialistes, sous le nom de démocrates. Le mot a paru raide », cfr A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 15/I/1895, Mgr Ch. de ’t Serclaes à Mgr Doutreloux et ibid., Rome, 27/II/1895, Mgr de ’t Serclaes à Mgr Doutreloux.

56 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 40.

57 Ibid., p. 42. — Léon van der Elst, né à Bruxelles en 1856 et décédé à Ixelles en 1933, cfr La noblesse belge. Annuaire de 1933, t. II, Bruxelles, 1934, p. 104.

58 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 474.

59 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Ancône, 2/V/1895, le chanoine Lucas, secrétaire de l’Evêque, à Mgr Zomers. — Un exemplaire se trouve conservé dans les archives de l’archevêché de Malines. Le rapport a été publié à Rome et contient 48 pages in-8°.

60 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Angleur, 13/IV/1895, Jules Dallemagne à Mgr Doutreloux.

61 [J. DALLEMAGNE], Mémoire sur la situation de l’industrie en Belgique et sur la question ouvrière présenté à l’Assemblée générale des patrons catholiques belges tenue à Bruxelles le 5 juillet 1894, Liège, Demarteau, 1894, et [ID.], Défense du mémoire sur la situation de l'industrie en Belgique en réponse à une lettre des évêques belges du 24 septembre 1894, Liège, Demarteau, 1895.

62 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, 26/IV/1895, Mgr Zomers à Mgr Rinaldini.

63 Ch. WOESTE, op. cit., p. 40.

64 Tout ceci forme un texte polygraphié signé Victor Joseph, évêque de Liège, Rome, le 20 mai 1895 (A. E. L., Papiers Doutreloux, 79).

65 A. E. L., Pap. Doutreloux, 3, Rome (10 mai 1895), Mgr Doutreloux à Mgr Zomers.

66 Liège, 16/VI/1895, lettre de Mgr Doutreloux aux présidents de l’Union catholique et de l’Union démocratique chrétienne. Le texte polygraphié se trouve notamment dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 79 et dans A. E. N., 2e sect., 2e rayon, Mgr Decrolière.

67 P. GERIN, op. cit., p. 475.

68 « (...) Jusqu’à présent, je n’ai pas reçu un mot de Mr Doreye ; je regrette de ne pas être à Liége (...) » (A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Contrexeville, 24/VI/1895, Mgr Doutreloux à Mgr Zomers). — « (...) Je ne sais que penser du retard que les chefs de l’Union catholique mettent à convoquer le Comité (...) En tout cas, j’abandonne la chose au bon Dieu (...) » (Ibid., s.l., 30/VI/1895, Mgr Doutreloux à Mgr Zomers).

69 Notamment le 25 juillet 1895, M. Doreye écrit : « (...) Mais l’annonce de l’envoi d’une lettre du St-Père à l’Episcopat belge sur la question qui nous occupe, et l’analyse de cette lettre que nous avons lue dans les journaux nous impose, par respect pour la Parole Pontificale d’attendre la publication annoncée de cette lettre, avant de vous faire parvenir notre réponse. C’est ce que nous avons pensé, Monseigneur, à l’unanimité » (A. E. L., Pap. Doutreloux, Bois d’Avroy, 25/VII/1895, M. Doreye à Mgr Doutreloux).

70 Cette brochure : A Messieurs les Présidents et membres des comités de l’Union catholique et de l’Union démocratique chrétienne à Liége, le 16 juin 1895, suivies de deux lettres de l’Union catholique du 5 juillet et 26 juillet, s.l., (1895), 24 p., est conservée à la Bibliothèque du Séminaire d’histoire contemporaine de l’Université de Liège (Varia : Démocratie chrétienne).

71 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, 27 juillet 1895.

72 Eclaircissement et citations... (Liège) (18 août 1895), in-8°, 116 p.

73 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 476. — Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 44-45.

74 Ch. de ’t SERCLAES, Le pape Léon XIII, sa vie, son action religieuse, politique et sociale, t. III, Bruges-Paris-Lille, 1906, p. 241. — Ces Private Istruzioni di Suà Santità all’Episcopato belga sulla questione sociale se trouvent notamment dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 80.

75 Charles Woeste ne dit pas être intervenu pour empêcher la publication de ces recommandations comme le laisse entendre R. REZSOHAZY, Origines et formation du catholicisme social en Belgique (1842-1909), Louvain, 1958, p. 241, lequel confond ces Private istruzioni... avec la Note confidentielle du 5 mars 1896 en annexe à Question sociale. Réunion générale de Malines dont les textes se trouvent dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 80.

76 Ch. de ’t SERCLAES, Le pape Léon XIII..., t. III, p. 241 et Note des Evêques à lire dans la réunion diocésaine dans A. E. N., 2e sect., 2e rayon, Mgr Decrolière. — « (...) Ma che tale piena ed assoluta autonomia si estenda dal terreno economico al politico, cio tornerebbe a prejudizio degli interessi communi e supremi della nazione si religiosi e si civili e danneggiare in ultimo gli operai stessi » (Private istruzioni di Sua Santita...).

77 R. REZSOHAZY, op. cit., p. 242.

78 Papiers Moest, Liège, 21/VIII/1895, Mgr Zomers, vicaire général, à Louis Moest, président de l’Union démocratique chrétienne : « (...) Je reçois de Mgr l’Evêque une lettre pour laquelle il me charge de vous écrire d’arrêter la publication même restreinte de votre petite brochure L’Union des Catholiques. Elle préjuge la question que les Evêques sont officiellement chargés de résoudre, et expose la démocratie à être désavouée par la décision qu’ils prendront. Il suffira, j’en suis sûr, de vous avoir signalé ce double et grave inconvénient pour que vous obtempériez à la demande de Sa Grandeur ».

79 P. GERIN, op. cit., p. 400.

80 « Le bureau de l’Union catholique de l’arrondissement de Liège remplit avec bonheur le devoir de vous exprimer la profonde gratitude des deux mille deux cents membres de cette Association pour la lettre que Nos Seigneurs les Evêques de Belgique viennent d’adresser au clergé et aux fidèles de leur diocèse. Il croit répondre aux recommandations mêmes de cette lettre en se retenant d’insister sur les motifs de cette reconnaissance et sur les circonstances qui donnent aux commentaires si autorisés et si pratiques que cette lettre fait de l’appel du Saint-Père, une opportunité, une excellence toute particulière. Vous lui permettrez du moins de vous assurer que c’est de tout cœur que les membres de notre Association toujours désireux d’entendre et d’appliquer les enseignements du Saint-Père, comme celui-ci les entend et le désire s’emploieront plus que jamais à répondre de leur mieux aux prescriptions et aux conseils du Souverain Pontife et de l’Episcopat belge », cfr A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, 17/IX/1895, le président M. Doreye à Mgr Doutreloux.

81 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, 29/VIII/1895, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon) : « Pour répondre au désir que le St Père m’a manifesté, Mr l’abbé Pottier est parti pour Rome aujourd’hui ; dès son arrivée, il se présentera chez Votre Eminence pour recevoir vos ordres (...).

82 Bien du Peuple (Liège), 18/IX/1895, p. 1, A propos d’un voyage à Rome. De retour de Rome, l’abbé Pottier est reçu à la Société ouvrière St-Alphonse où il déclare : « (...) je désirais depuis longtemps revoir cette ville éternelle (...) et un désir formulé par mon Evêque était plus qu’il ne fallait pour me faire pousser jusqu’à Rome, un voyage depuis longtemps décidé en France et en Italie (...) ».

83 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, (8/IX/1895), abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

84 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 3/IX/1895, abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

85 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, (8/IX/1895), abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

86 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 10/IX/1895, Léon XIII à Mgr Doutreloux.

87 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Liège, s.d., Mgr Doutreloux à Mgr Zomers : « (...) Si l’Abbé a la franchise d’exposer au St Père les conséquences d’une retraite immédiate et complète, je ne puis penser qu’on s’y expose, c’est mon humble et petit avis, mais quoi qu’on décide, je l’accepterai avec la confiance que Dieu aura tout conduit pour le plus grand bien ; si les prévisions de l’Abbé s’accomplissent, il y aura un moment de crise pour l’application actuelle de l’Encyclique, un triomphe de ceux qui la combattent inconsciemment, mais l’œuvre de Dieu se poursuivra, peut-être plus sagement parce qu’elle sera conduite plus lentement. Enfin, je ne veux pas me perdre en considérations inutiles et peut-être téméraires : nous suivrons le Pape dans l’avenir comme nous l’avons toujours voulu suivre dans le passé ».

88 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 10/IX/1895, Léon XIII à Mgr Doutreloux.

89 « (...) ut societates in bonum opificum constitutas pergat nempe adjuvare et fovere, sic tamen ut externa actio ad te, Venerabilis Frater, tota deferatur (...) » (A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Rome, 10/IX/1895, Léon XIII à Mgr Doutreloux).

90 Voir supra, p. 265.

91 Alors qu’à la même époque, Woeste fait remarquer au nonce « que si M. Pottier restait professeur au Séminaire de Liége et s’il continuait à garder l’attitude agressive qu’il avait adoptée, la paix ne se rétablirait pas à Liége » (Ch. WOESTE, Mémoires, t. II, p. 59).

92 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Venders, 20/VII/1895, H. Boland à Mgr Doutreloux et Ibid., Verviers, 3/XII/1895, H. Boland à Mgr Doutreloux.

93 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, Bruxelles, 3/XII/1895, Mgr Nava di Bontife à Mgr Doutreloux, « Je serais bien content à Votre Grandeur, si après avoir rédigé le programme qui doit être adopté dans les prochaines conférences diocésaines, vous vouliez bien me faire parvenir un exemplaire. Je me permets ici d’attirer de nouveau l’attention de V. G. sur l’article 9ème des Instructions privées du St Père concernant l’organisation électorale des catholiques (...) ». — Sur les nonces dont il sera question, cfr : Ch. TERLINDEN, Un siècle de relations diplomatiques belgo-vaticanes, dans Un siècle de l’Eglise catholique en Belgique. 1830-1930, Paris - Courtrai - Bruxelles, s.d., p. 23-48.

94 Cette note polygraphiée de Mgr Doutreloux se trouve notamment conservée dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 79 et dans A. E. N., 2e sect. 2e rayon, Mgr Decrolière. Elle est intitulée : Question sociale. Note pour les réunions diocésaines. On y lit cette phrase : « (...) II. Les Evêques louent hautement l’entente généralement conclue, à l’occasion des élections, entre les associations politiques et les diverses associations ouvrières catholiques. Celles-ci doivent pouvoir proportionnellement exercer leur droits politiques dans les élections, mais elles doivent éviter toute tendance séparatiste, une lutte avec des candidats séparés ne pourrait que porter préjudice aux intérêts communs et suprêmes de la nation tant en matière religieuse qu’en matière civile et ces dommages avec d’autres encore atteindraient les ouvriers eux-mêmes. Il est nécessaire que de part et d’autre on s’étudie à conserver, à fortifier cette entente et à rechercher les moyens les plus sages et les plus équitables d’arriver à cette fin (...) ».

95 A. E. L., Pap. Doutreloux, 79, note écrite par Mgr Zomers datée de Bruxelles, 16/XII/1895. — A. E. N., 2e sect., 2e rayon, Mgr Decrolière, circulaire imprimée et intitulée Question sociale. Réunion du Comité diocésain de Malines en date du 20/I/1896. — A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, annexe à la lettre du 25/I/1896 du cardinal Goossens à Mgr Doutreloux.

96 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, circulaire du cardinal Goossens et datée de Malines, 11/II/1896.

97 A. G. R., Sch. H., 112, Gand, 27/II/1896, Arthur Verhaegen à G. Helleputte.

98 Question sociale. Note pour la réunion générale du 5 mars 1896. Un exemplaire de ce texte se trouve dans A. E. L., Pap. Doutreloux, 80.

99 « (...) Il y a de bonnes raisons en faveur d’une pleine autonomie de ces associations (ouvrières) au point de vue des intérêts économiques ; mais, si cette pleine autonomie, cette autonomie absolue s’étendait du terrain économique au terrain politique, il en résulterait un préjudice aux intérêts communs et suprêmes de la nation, tant en matière religieuse qu’en matière civile, et des dommages qui atteindraient les ouvriers eux-mêmes. Voilà pourquoi il faudra trouver un juste tempérament afin que les associations ouvrières puissent proportionnellement exercer leurs droits dans les élections politiques comme les autres associations (...) » (A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Question sociale. Réunion générale de Malines. 5 mars 1896).

100 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 23/II/1896, Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier.

101 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 28/II/1896, N. Goblet à Mgr Doutreloux et Ibid., Liège, 28/II/1896, Mgr Doutreloux à N. Goblet.

102 A son sujet ; P. GERIN, op. cit., p. 466.

103 A. E. L., Pap. Doutreloux, Malines, 5/ΙII/1896, cardinal Goossens à J. Demarteau. — Ibid., Liège, 24/II/1896, Mgr Doutreloux au cardinal Goossens (brouillon).

104 A. E. N., IIe section, 2e rayon, Mgr Decrolière, Malines 26/II/1896, le cardinal Goossens aux évêques.

105 A. G. R., Sch. H., 112, Gand, 14/I/1896, A. Verhaegen à G. Helleputte et ibid., Gand, 27/II/1896, A. Verhaegen à G. Helleputte.

106 Ch. WOESTE, op. cit., t. II, p. 77 et p. 107.

107 Pap. de Favereau, Bruxelles, 22/III/1896, le nonce Mgr Rinaldini au baron de Favereau.

108 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Huy, 26/1/1897, abbé L. Grandmaison, curé doyen de Huy, à Mgr Doutreloux.

109 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 407-410. — Finalement, les deux fédérations s’abstiennent pour l’élection du Conseil des prud’hommes, cf. Ch. WOESTE, Mémoires..., II, p. 106.

110 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 31/I/1897, Mgr Doutreloux aux curés de la ville de Liège.

111 La Fédération ouvrière catholique fut créée en 1895. Elle réunissait différentes associations ouvrières et se situait dans l’obédience de l’Union catholique, cf. P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 366-370.

112 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 24/II/1897, Mgr Doutreloux aux présidents et membres des comités de la Fédération ouvrière catholique et de l’Union démocratique chrétienne à Liège.

113 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 97.

114 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 24/II/1897, Mgr Doutreloux aux présidents et membres des comités et de la Fédération ouvrière catholique et de l’Union démocratique chrétienne à Liège.

115 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Blegny-Trembleur, 18/XII/1896, A. Ruwet, échevin, à Mgr Doutreloux. — Ibid., 81, Liège, 10/I/1897, H. Francotte à M. Doreye.

116 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 106-107. — A. E. N., carton 12, Bruxelles, 3/III/1897, Charles Woeste à Mgr Decrolière.

117 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 9/II/1897, Mgr Doutreloux à Max Doreye, brouillon.

118 Pap. de Favereau, (Liège, 12/I/1897), H. Francotte à Max Doreye.

119 Pap. de Favereau, Rome, 16/II/1897, baron d’Erp au ministre de Favereau.

120 Bien du Peuple, 6/II/1897, p. 2, La Gazette de Liége et M. l’abbé Pottier.

121 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 31/I/1897, Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier.

122 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 14/II/1897, les dirigeants de la Société ouvrière St-Alphonse (L. Fichefet ; A. Lamotte ; Ch. Mestdagh ; H. Wilkin ; H. Nelissen ; A. Huskin ; Em. Nuton) à Mgr Doutreloux : « (...) L’effet n’en serait pas désastreux pour nos oeuvres et spécialement pour la société St-Alphonse si un semblant de vérité ne venait étayer ces dires, en effet Mr le Révérend Abbé Pottier, notre cher et vénéré Président semble se retirer des œuvres qu’il a créées (...). Nous ne pouvons croire à la retraite de M. Pottier car un pareil fait aurait des conséquences désastreuses pour l’opinion catholique à Liége (...). Par cet exposé des motifs nous sollicitons de Votre Grandeur le retour de M. le Révérend abbé Pottier parmi nous, indispensable à notre avis (...) ».

123 Nous n’avons pas trouvé la lettre du 26 février mais celle du lendemain confirme la teneur de la lettre du 26, cf. A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, abbé Pottier à Mgr Doutreloux.

124 Voir ce brouillon très significatif : « La décision que vous avez prise n’a pu me surprendre, vous m’en aviez plus d’une fois et récemment encore annoncé le projet (J’ai la confiance que pour autant qu’il dépendra de vous, vous en entourerez l’exécution de toute. Phrase barrée). Votre dévouement à l’Eglise et à la cause ouvrière m’est garant que vous avez pris et que vous prendrez encore les moyens d’exécution les plus propres à assurer une bonne issue à la crise que votre retraite ne peut manquer de susciter. C’est pour Dieu que vous (avez travaillé, que vous vous. Phrase barrée) êtes imposé tant de travail et de sacrifices que vous avez courageusement supporté des peines sans nombre et de tout genre. Non seulement il vous en tiendra compte, mais il exécutera les prières que vous lui adresserez pour que (le but que vous vous étiez proposé d’atteindre à l’honneur de la. Phrase barrée) les œuvres que vous avez commencées à l’honneur de la religion et pour le bien des âmes (soit activement poursuivi par ceux qui vous succèderont. Phrase barrée) tous les fruits que vous avez espérés (...) », cf. A. E. L., Pap. Doutreloux, 81 (Liège, 27/II/1897), Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier.

125 A. E. L., Pap. Doutreloux, 80, Liège, 18/IV/1896, abbé Pottier à Mgr Doutreloux. — Ibid., (Liège, après 18/IV/1896), Mgr Doutreloux à l’abbé Pottier (brouillon).

126 Ch. WOESTE, Mémoires, t. II, p. 90.

127 Pap. de Favereau, Note destinée au baron d’Erp et transmise par le ministre de Favereau : « (...) ils (les démocrates chrétiens) doivent entrer dans le giron, accepter la doctrine catholique et ce ne sont pas les catholiques qui doivent abdiquer leurs principes pour faire corps avec eux ».

128 Pap. de Favereau, Rome, 18/IX/1896, baron d’Erp au ministre de Favereau. Le baron Maximilien d’Erp de Holt et Baerlo est né en 1847 et décédé en 1936, cf. Etat présent de la noblesse du royaume de Belgique, t. VI, Bruxelles, 1962, p. 166.

129 Ibid., Rome, 26/IV/1896, baron d’Erp au ministre de Favereau.

130 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 90.

131 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 6/I/1897, Mgr Rinaldini, nonce, à Mgr Doutreloux.

132 « (...) Je me persuade chaque jour davantage (...) qu’il n’y a guère d’espérance d’un changement de la situation à Liége jusqu’à ce que l’abbé P.(ottier) restera à la tête de la démocratie chrétienne. Son nom est devenu comme un drapeau et un point d’attaque, contre lequel tous les coups sont visés et cela est triste et ne peut faire bonne impression sur les fidèles, puisqu’il s’agit d’un ecclésiastique et d’un professeur de séminaire », cf. A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 21/II/1897, Mgr Rinaldini, nonce, à Mgr Doutreloux.

133 Pap. de Pavereau, Rome, 27/II/1897, baron d’Erp au ministre de Favereau « Elle (Sa Sainteté) m’a dit qu’elle avait chargé Mgr Rinaldini de travailler de tout son pouvoir à l’apaisement des esprits, que Mgr Rinaldini avait vu récemment l’abbé Pottier et l’évêque de Liége et qu’à tous les deux, il avait tenu un langage des plus énergiques. Sa Sainteté a ajouté que le Nonce avait réclamé de l’Evêque l’éloignement de l’abbé Pottier du séminaire que l’Evêque aurait répondu qu’il cherchait une autre position pour l’abbé Pottier ». Cette dernière nouvelle était fausse, le baron d’Erp écrit à van der Elst : « (...) Le cardinal Rampolla m’a prié de faire savoir au Ministre que le Pape s’était trompé en s’exprimant comme il l’avait fait au sujet de l’abbé Pottier » (cf. Pap. de Favereau, Rome, 9/III/1897, baron d’Erp à van der Elst.

134 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Malines, 13/III/1897, cardinal Goossens à Mgr Doutreloux.

135 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 125 et R. REZSOHAZY, op. cit., p. 275.

136 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 5/XI/1897, Mgr Doutreloux à E. Schoolmeesters, curé-doyen de St-Jacques. — Ibid., Liège, 15/XII/1897, Mgr Doutreloux au R. P. Janssens, provincial de la Compagnie de Jésus. — Pap. Doutreloux, 82, Liège, 13/I/1898, Jos. Demarteau à Mgr Doutreloux.

137 A. E. L., Pap. Doutreloux, 81, Liège, 25/XI/1897, Mgr Doutreloux à Max Doreye.

138 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 12/II/1898, Max Doreye à Mgr Doutreloux.

139 Pap. de Favereau, Rome, 12/X1I/1897, le baron d’Erp au ministre de Favereau.

140 Ch. WOESTE, Mémoires..., t. II, p. 135.

141 Pap. de Favereau, Rome, 20/XII/1897, baron d’Erp à de Borchgrave d’Altena. — Ibid., Bruxelles, 21/XII/1897, de Favereau au baron d’Erp.

142 P. GERIN, Catholiques liégeois..., p. 411.

143 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 10/I/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux. Charles de Ponthière va d’ailleurs à Rome à cette époque (cf. P. GERIN, op. cit., p. 411).

144 Pap. de Favereau, Bruxelles, 7/IV/1898, de Favereau au baron d’Erp : « (...) (que) Mgr Doutreloux soit invité à faire tout ce qui dépend de lui-même le sacrifice de ses tendances démocratiques exagérées (...) ».

145 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 10/IV/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux.

146 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, Samedi Saint 1898, Max Doreye à Mgr Doutreloux et P. GERIN, op. cit., p. 412.

147 P. GERIN, op. cit., p. 412.

148 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82 (s.d., après le 10/IV/1898) Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux. — Ibid., Rome, 21/IV/1898, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux.

149 Pap. de Favereau, Bruxelles, 7/IV/1898, le ministre de Favereau au baron d’Erp : « (...) Dans ce but, S. E. le cardinal Rampolla jugera sans doute opportun de ne point faire passer par la Nonciature de Bruxelles, la communication destinée à Mgr Doutreloux et de la lui adresser directement ».

150 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 16/IV/1898, Mgr Doutreloux à Théophile Doutreloux, son neveu (copie).

151 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Bruxelles, 23/IV/1898, Mgr Rinaldini à Mgr Doutreloux.

152 A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, brouillon d’une lettre rédigée par Mgr Doutreloux et destinée à une réponse que doit faire M. Doreye en mai 1898 aux membres de la Ligue antisocialiste. — Ibid., Argenteau, 15/V/1898, Ch. de Ponthière à Max Doreye, copie.

153 A. E. L.,Pap. Doutreloux, 82, Liège, 19/V/1898, M. Doreye à Mgr Doutreloux. — Ibid., Liège, 26/I/1899, Mgr Doutreloux à J. Demarteau, brouillon.

154 « Il paraît de plus en plus à craindre que les Démocrates de l’arrondissement de Verviers ne luttent séparément aux élections législatives. Cette décision serait certes gravement nuisible, peut-être fatale aux intérêts de la Démocratie chrétienne ; en outre, elle serait évidemment contraire aux plus graves intérêts religieux et politiques de l’arrondissement et du pays tout entier. Nous croyons donc de notre devoir épiscopal de la désapprouver hautement et d’avance, d’autant plus que l’offre faite par l’association catholique aux Démocrates chrétiens répond à ce qu’ils peuvent raisonnablement et équitablement demander (...) ». Cf. A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 16/IV/1900, lettre particulière adressée par Mgr Doutreloux au clergé de Verviers.

155 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Liège, 22/XII/1893, Mgr Doutreloux au cardinal Rampolla (brouillon).

156 Voir plus haut.

157 A. SIMON, La politique religieuse de Léopold Ier. Documents inédits, Bruxelles, 1953.

158 A. E. L., Pap. Doutreloux, 77, Rome, 12/X/1893, cardinal Rampolla à Mgr Doutreloux : « (...) l’unione che è necessaria fra tutti le classe sociali (...) ».

159 « (...)Le Saint Père et les Evêques, dans cette direction, tiennent compte de la situation créée par le mouvement démocratique, par l’extension du droit de suffrage et par la divergence d’opinion en matière économique en Belgique : ce sont là des faits et où doit-on davantage tenir compte des faits qu’en politique (...) », cf. A. E. L., Pap. Doutreloux, 82, Liège, 5/XI/1897, Mgr Doutreloux à E. Schoolmeesters, curé-doyen de St-Jacques (copie).

Auteur

Université de Liège

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540