Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

L’Église et l’État face à la question ouvrière en France au milieu du XIXe siècle

Paul Droulers

Texte intégral

  • 1 A propos de l’enseignement social du Saint-Siège, dans S. H. SCHOLL 150 ans de Mouvement ouvrier ch (...)

1« Le mouvement ouvrier n’est pas tout le social », observe bien Mgr Simon1, mais il en est devenu la manifestation la plus importante, la plus efficace. Il n’est donc pas superflu d’en étudier les antécédents au siècle dernier, au sein du mouvement social chrétien pris en général.

2Sur le retard à prendre conscience de la question sociale ouvrière, au XIXe siècle, dans l’opinion publique française et notamment dans le monde catholique, on a beaucoup écrit péremptoirement ; mais on a encore bien peu approfondi l’analyse historique des facteurs qui y ont contribué, qui l’expliquent — c’est le rôle de l’historien d’expliquer, autre chose est justifier —, qui en précisent les dimensions réelles. Nous voudrions ici tenter un essai, à partir de données de fait et non de nos idées d’aujourd’hui.

3Une phrase rencontrée au détour d’un mandement épiscopal permettra de heurter l’attention et d’exciter la réflexion. Au carême de 1839, l’évêque de Rodez, Mgr Pierre Giraud, écrit :

  • 2 Œuvres complètes du Cardinal P. Giraud, 5me éd., Lille, 1863, p. 210 B (c’est nous qui soulignons), (...)

« éteindre la mendicité, question d’économie politique, dont nous n’avons point à nous occuper »2.

4En clair, cela signifie bien, semble-t-il, que l’économie politique relève de la compétence de l’Etat ou de celle des économistes, point de celle de l’Eglise. Poutant cette proposition est pleine d’équivoques de tous ordres : chercher à en démêler l’écheveau peut aider à mettre en meilleure lumière divers aspects du problème ci-dessus.

***

  • 3 H. A. FREGIER, Des classes dangereuses de la population 2 vol., Paris, 1839 ; VILLERME, Tableau de (...)

5On sait que, vers cette fin de la première moitié du siècle, la question de la misère ouvrière, dans les quelques gros centres d’industrie manufacturière, textile ou métallurgique, ou bien minière du pays, est généralement désignée, comme en Angleterre, sous le nom de « paupérisme ». Misère causée par les bas salaires et qui signifie journées de travail indéfinies, ordinairement sans repos hebdomadaire, travail des enfants et des femmes pour compléter l’insuffisance du salaire du père de famille, habitation dans des taudis, vêtements minables, sous-alimentation, famine véritable à la moindre crise de chômage par manque de toute possibilité d’épargne chez les travailleurs. L’opinion publique générale, l’Administration et le Gouvernement ont l’attention attirée sur ces situations par les grèves locales ou les troubles socio-politiques plus graves — tels ceux de Lyon en 1831 et 1834, avec le drapeau noir des canuts, « Vivre en travaillant ou mourir en combattant », ou bien la vaste « grève des quatre sous » aux mines de charbon d’Anzin en 1834 —, par les enquêtes restreintes ou plus larges auxquelles se livrent et que publient des médecins, des hommes d’œuvres, des sociologues ou administrateurs civils. La plus célèbre de celles-ci est celle qui fut mandatée par l’Académie des Sciences morales et politiques et publiée en 1840 par Villermé ; mais la même année paraît celle de Buret, en 1839 parut le livre de Frégier sur Les classes dangereuses de la population dans les grandes villes, et on peut citer pour l’époque un nombre important de travaux de moindre envergure3.

  • 4 Cf. P. DROULERS, Action pastorale et problèmes sociaux sous la Monarchie de Juillet chez Mgr d’Astr (...)
  • 5 Cf. R. RUDE, Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, 1944, p. 318 sv ; E. DOLLEANS, Hist (...)

6De 1839 à 1841 se discute laborieusement au Parlement la première et bien médiocre loi sociale française, celle sur le travail des enfants dans les manufactures. En 1840, le Gouvernement fait mine de s’intéresser beaucoup à la question du « paupérisme », afin de répondre à l’inquiétude de l’opinion sur l’extension de la misère, mi par souci philanthropique du malheur des pauvres, mi par crainte pour « l’ordre » social et politique : le ministre de l’Intérieur Charles de Rémusat adresse aux préfets, aux évêques, des circulaires sur le paupérisme et l’organisation de la « charité légale », « l’extinction de la mendicité »4, il diffuse telle conférence de M. d’Aulteroche sur le dernier sujet, de 1839... Mais est-il besoin de dire que ce n’est point là tenter de remédier vraiment à la question sociale ouvrière ? le Gouvernement et l’opinion « libérale » bourgeoise, dont il est l’émanation, ne veulent point intervenir en ce domaine, à raison des principes fondamentaux, considérés « scientifiques », de l’économie libérale partout régnante : il faut laisser jouer, sans contraintes aucunes, les « lois naturelles » économiques, qui, en développant leurs effets, ne manqueront pas, les spécialistes reconnus l’assurent, de finir par procurer le bonheur de toutes les classes de la société. Ceci n’est pas une simple inférence virtuelle. Qu’on songe aux objections faites au Parlement au projet de loi sur le travail des enfants, ou au fait, plus éclatant encore, du désaveu infligé au préfet de Lyon, qui en 1831 avait accepté d’être intermédiaire et arbitre entre les fabricants et les canuts pour arriver à une équitable modification des tarifs5 : on lui avait substitué le canon, pour faire respecter la « liberté du travail », alors qu’à l'origine de ce soulèvement ouvrier ne se trouvaient encore que des motifs de bon sens et de justice, peu ou point des intentions politiques subversives, républicaines ou socialistes.

  • 6 Œuvres card. Giraud, p. 344 sv ; A. NAT., F19 5485, Cambrai, fév. 1845, corr. Giraud et Martin du N (...)
  • 7 Il s’y trouve seulement le centre minier et métallurgique de Decazeville, créé en 1825 « en un lieu (...)
  • 8 Cf. J. B. DUROSELLE, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951, p. 238-2 (...)

7L’évêque de Rodez est un esprit distingué et un homme de caractère. Auvergnat d’origine, il avait prêché un carême à la cour de Charles X ; il était ami de l’abbé Maurice de Bonald, dernier fils du célèbre Rouergat, philosophe-sociologue, et futur cardinal archevêque de Lyon ; il deviendra archevêque de Cambrai et cardinal, le plus remarquable des prélats qui ont régi ce diocèse au long du siècle ; c’est là qu’en 1845 il sera le premier évêque français à publier un mandement qui traite directement du « Travail » et de la condition indigne des ouvriers d’industrie, en des termes d’une rare énergie, même si on pourra en trouver les conclusions assez courtes, et le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Martin du Nord, le remarquera avec intérêt6. L’Aveyron était un département à peu près exclusivement agricole7 ; le Nord sera au contraire le plus industriel de France, avec Lyon, et le prélat, aux prises avec la réalité immédiate, ne pensera pas que la question sociale ouvrière relève uniquement de l’Etat et en aucune manière de l’Eglise, il s’en préoccupera au point de lire des études d’économie sociale, et il interviendra8.

  • 9 Cas de Mgr d’Astros à Toulouse, dans P. DROULERS, Action pastorale, p. 50 sv. (chapitre II. l’Eglis (...)

8Lorsque Mgr Giraud, en 1839, dit que les questions d’« économie politique », parce que politique, sont du ressort de l’Etat et donc point de celui de l’Eglise, il ne se contente pas de céder peut-être à une association de mots, de « langage », dont on pourrait discuter, ou à une vue que d’aucuns trouveraient au contraire très moderne, en matière d’assistance et de bienfaisance sociale, bien qu’elle soit un legs de l’Ancien Régime. Il entend d’abord rappeler un principe, aussi traditionnel qu’actuel : l’indépendance réciproque du Pouvoir temporel et du Pouvoir spirituel en leurs domaines propres. C’est ce qu’en France tous les évêques à l’envi ont rappelé au lendemain de la Révolution de 1830 et du changement de dynastie, insistant auprès de leurs prêtres pour qu’ils ne se mêlent pas de politique — entendons, en dépit des sympathies « légitimistes » qui sont le plus ordinairement les leurs — et au cours de la Monarchie de juillet ils ne cesseront de protester de leur volonté de loyalisme, à l’adresse tant des gouvernants que du clergé. Il y a d’ailleurs là non seulement un devoir de principe, mais aussi une nécessité de fait, sévèrement imposée par la situation politique qu’a créée l’avènement de la monarchie libérale nouvelle9.

9Que l’Administration civile considère la situation sociale ouvrière comme de son ressort exclusif, et nullement de celui de l’Eglise, on en a une preuve dans un cas typique et qui touche au ridicule en même temps qu’à l’odieux : lors d’une grève des mineurs de Rive-de-Gier, en 1844(qui eut un écho national, mais qui apparaît purement à motif social et point d’intention « républicaine », quoique des « communistes » aient tenté de l’exploiter), l’armée est intervenue, il y a eu des morts, le cardinal de Bonald a fait savoir au curé qu’il désirait secourir les familles des victimes ; l’ayant appris par la presse légitimiste, le procureur général de Lyon, furieux, proteste aussitôt violemment auprès du Garde des Sceaux, Martin du Nord à ce moment :

« M. le Cardinal ne soupçonne pas sans doute qu’en agissant ainsi il est beaucoup plus agréable à la classe ouvrière qui s’agite sourdement en cette ville, qu’à cette autre classe où se trouvent les hommes d’ordre, laquelle est ici plus intéressée que partout ailleurs à ce que la révolte ne reçoive pas d’involontaires encouragements ».

10Le Ministre eut le bon sens et l’humanité de faire « classer » le rapport, mais celui-ci n’en est pas moins significatif. Deux semaines auparavant, c’est le préfet qui avait protesté auprès du même Martin du Nord contre un sermon de carême de l’abbé de Vancé, qui, au dire du commissaire de police, a tonné

« contre les riches qui ne se dépouillent pas de leur superflu en faveur des malheureux, disant que leurs fortunes ne leur appartiennent pas, que c’était le bien des pauvres, dont ils n’étaient que les trésoriers, et que malheur à ceux qui n’agiraient pas ainsi » ;

  • 10 P. DROULERS, Le cardinal de Bonald et la grève des mineurs de Rive-de-Gier en 1844, dans Cahiers d’ (...)
  • 11 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 393-397, etc., note quelques cas de prêtres « socialisants » dès avan (...)
  • 12 G. BOURGIN, Les catholiques sociaux sous la Monarchie de Juillet dans Revue d’histoire économique e (...)

11l’abbé Carboy est dénoncé aussi, pour avoir, « en serrant d’aussi près que possible la limite du délit », « successivement attaqué les fonctionnaires, les classes aisées, l’université, la société tout entière dans son organisation actuelle ». Bonald, à qui le ministre avait transmis la plainte, avait répondu courtoisement qu’il avait averti les orateurs de modérer un peu leur éloquence, mais que ce qui était reproché à de Vancé n’était que la doctrine la plus classique de l’Eglise, ajoutant, à l’adresse du policier : « il a été impossible de ne pas sourire de la simplicité de celui qui transmet les comptes-rendus »10. — Il est certain que des recherches dans les archives permettraient de multiplier de pareils exemples11. G. Bourgin a décrit, sur pièces, les difficultés qu’eut Mgr Affre, archevêque de Paris, à empêcher la suppression, par mesure de police, de la Société de S. François-Xavier pour la culture religieuse des ouvriers, parce que rassemblement d’ouvriers, comment en 1844 il lui fallut personnellement visiter le roi lui-même et la peine qu’il eut à rassurer Louis-Philippe sur l’animateur, l’abbé Ledreuille, « le prêtre des ouvriers », sur les buts éducatifs pacifiques de l’association, que nous jugeons bien anodine aujourd’hui en son action « sociale ». Bonald, à Lyon, eut lui aussi des difficultés à ce sujet12. Si l’on peut admettre que le Régime de Juillet est en partie excusable, de son point de vue, de se montrer à ce point sourcilleux, par le harcèlement auquel il est ou se croit soumis par les continuelles tentatives de troubles politiques et sociaux, « républicains » ou « légitimistes », les sociétés secrètes « communistes » et autres, en province comme à Paris, sa volonté est évidente d’empêcher toute intervention de l’Eglise en matière sociale ouvrière par raison ou prétexte d’ingérence politique.

  • 13 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 59-71.
  • 14 A. DEP. NORD, X 21/7, « Rapport sur l’objet de la lettre de M. le Ministre du Commerce du 28 avril (...)
  • 15 Nous connaissons, en Allemagne, des interventions de l’évêque de Spire, N. von Weis, auprès de l’au (...)

12L’embarras est grand pour les évêques, comme d’ailleurs aussi pour les gouvernants ou hauts fonctionnaires honnêtes et philanthropes, devant le fait flagrant et scandaleux du paupérisme ouvrier que développe l’industrie nouvelle mécanisée et concentrée. Car le libéralisme économique ou, comme l’on dit, le « manchestérianisme », n’est pas seulement un choix politique du Gouvernement bourgeois : c’est d’abord, à l’époque, une « vérité scientifique », universellement admise par les hommes dont la compétence en économie théorique ou pratique est reconnue par l’opinion « éclairée ». A la fin de la Restauration, le préfet du Nord, Alban de Villeneuve-Bargemont, avait exposé avec anxiété le problème de la misère dans son département en un rapport circonstancié et dramatique13, qui n’eut point de suite en raison de la Révolution de Juillet ; et quand il publia les mêmes faits, et d’autres, dans son traité d’Economie politique chrétienne, en 1833, son successeur, Méchin, interrogé par le ministre parce que la politique du nouveau régime était mise en accusation, répondit par un ample rapport justificatif et lénifiant sur la situation sociale et économique locale, selon ce que le Gouvernement pouvait désirer de lui14. Dans le Nord précisément, Mgr Belmas le prédécesseur de Giraud, paraît avoir été le tout premier évêque catholique de France, et peut-être de l’Eglise universelle15, à avoir fait allusion, avec une dure franchise d’ailleurs, à l’injustice et à l’ignominie que constituait la misérable condition des ouvriers de l’industrie et des mines dans son diocèse : en divers mandements de carême, de 1837 à 1841, il dénonce les employeurs, qui, par « cupidité » et passion de l’argent, contraignent leurs ouvriers à travailler avec excès, même le dimanche, au mépris non seulement de la loi de Dieu, mais de la nécessité corporelle d’un « repos que la nature elle-même réclame pour la réparation de leurs forces » :

« des hommes qui n’ont d’autre science que celle du calcul, ont la prétention de soumettre à ses règles toutes les vérités spéculatives ou pratiques proposées à notre croyance et destinées à diriger notre esprit et à régler notre cœur ; tout ce qu’ils ne comprennent pas n’est pas vrai, tout ce qui ne rapporte pas n’est pas bon ».

13Aux travailleurs on n’accorde qu’un salaire évidemment injuste, car il leur permet à peine de ne pas mourir plutôt que de vivre et il ne répond nullement à l’effort qu’ils fournissent :

« cette soif immodérée des richesses immole à ses fureurs ceux qu’elle emploie, et leur fait sacrifier leur temps, leurs forces, leur santé, par les travaux incessants qu’elle exige d’eux, ne leur abandonnant pour récompense qu’une faible portion de ce qu’ils produisent, laquelle répond à peine à une goutte, une seule goutte de leurs abondantes sueurs ».

14Evoquant à la fois la déchéance physique du monde ouvrier, constatée par l’autorité militaire lors des conseils de révision des jeunes gens, et les enfants arrachés par l’usine à l’instruction religieuse et à toute école, l’évêque, au soir de sa vie, clame en 1841 :

  • 16 Cf. L. MAHIEU, Mgr Louis Belmas, t. II, Paris, 1934, p. 382 sv. Sur ces mandements et ceux qui sont (...)

« la soif insatiable de l’or est devenu le sentiment dominant ; on lui sacrifie tous les autres ; on lui immole les forces, la santé de ses semblables, non seulement de la génération actuelle, mais des générations futures »16.

15Or à la fin de la même année, un des plus importants diocésains, si l’on peut dire, de Mgr Belmas, Auguste Mimerel, gros industriel textile de Roubaix, membre de la Chambre de Commerce de Lille, du Conseil Général du département, du Conseil Supérieur du Commerce et des Manufactures nationales, dans une Lettre publiée en réponse ou en réplique à une enquête ordonnée par le préfet Saint-Aignan, sur « les classes ouvrières et indigentes, les moyens d'améliorer leur sort », range son évêque et le mandement de celui-ci parmi les hommes incompétents et les textes qui ignorent tout des affaires et de la réalité économique, qui les dénigrent entièrement à tort — il ne dit pas : « sottement », mais il le pense — au Parlement et dans la presse, dans la chaire de vérité et dans des livres. Il s’agit « du paupérisme dans ses rapports avec l’industrie en France et en Angleterre ; dès les débuts, l’auteur prononce :

  • 17 Cf. J. B. DUROSELLE, Les débuts, p. 161.

« Quand les hommes spéciaux se taisent, d’autres », « les orateurs de la Chambre [notamment lors des débats récents sur le travail des enfants], le Courrier français17, l’évêque de Cambrai, le président de la Société des Arts de Lille, MM. Villeneuve[-Bargemont], Sismondi, Buret, etc. », « prennent leur place et, malgré leur sincérité, de faits mal étudiés, mal compris, déduisent souvent de fausses conséquences » ;

  • 18 A. MIMEREL, Du paupérisme dans ses rapports avec l’industrie en France et en Angleterre. Lettre à M (...)

16il cite, d’après ces personnages, les griefs de manque de justice et de charité des « entrepreneurs », de gain excessif et de salaire infime ; « de là l’invasion inévitable d’un paupérisme et d’une démoralisation », dit le « mandement pour le carême de 1841 de Mgr l’Evêque de Cambrai », lesquels, en France comme en Angleterre, deviennent « chaque jour plus menaçants » ; suivent trente pages de réfutation en règle18. Sans nous arrêter à l’aspect de conservatisme social de ces lignes, retenons l’accusation péremptoire de sotte ignorance à l’égard de qui veut interférer, fût-ce au nom du respect de l’homme, dans le libre jeu des « lois économiques », puisque la condition de vie des ouvriers est « généralement moins mauvaise que vingt ou trente ans auparavant ».

  • 19 Bonald expose ces vues dès sa Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, Con (...)

17Les milieux économiques reprochent à l’Episcopat d’être hostile au progrès industriel. Ce n’est peut-être pas faux souvent, car beaucoup pensent encore en leur for intérieur, avec le Vicomte de Bonald, leur « docteur » en ces matières, que la civilisation industrielle nouvelle — née dans la protestante Angleterre, avec pour moteur la « cupidité » d’accumuler de l’argent et pour instrument le prêt à l’intérêt, proscrit par l’Eglise jadis et depuis l’Ancien Testament, concentrant la population dans les villes, dépeuplant les campagnes de la France catholique d’autrefois — est source de plus de maux et de vices que de bien et de vertus19 ; et ce qu’ils peuvent constater n’est guère de nature à les faire changer d’avis. De cette accusation d’obscurantisme rétrograde faite par le monde des économistes aux gens d’Eglise, qui se rencontre d’ailleurs dans la presse, on a la manifestation, par contraste, dans l’enthousiasme exultant avec lequel Michel Chevalier, naguère saint-simonien, célèbre, dans le fort libéral Journal des Débats, la bénédiction par l’évêque de Strasbourg, Mgr Raess, du nouveau chemin de fer de cette ville à Bâle, en septembre 1841 ; il salue l’événement comme le signe, heureux et imprévu, que l’Eglise s’ouvre à l’approbation des progrès modernes de la science et de l’industrie :

  • 20 Mgr l’Evêque de Strasbourg [RAESS], Quelques discours prononcés en différentes circonstances, Stras (...)

« Le clergé français dirige son attention et ses efforts du côté de l’industrie. Lisez les mandements de ses prélats les plus savants et les plus pieux. Ecoutez les prédications de ses plus éloquents apôtres », etc. 20.

  • 21 Mgr l’Ev. de Strasbourg, Quelques discours, p. 3.

18Les bénédictions de chemins de fer et de bateaux à vapeur vont se multiplier, sollicitées par les Compagnies et les autorités civiles pour des motifs qui ne sont sans doute pas uniquement de piété, et elles symbolisent l’« alliance éternelle » entre « la Religion, l’industrie et la science », qu’augurait le même Mgr Raess bénissant, en 1841 encore, les vapeurs du Rhin qui relieraient Strasbourg à Cologne21. A l’occasion de l’inauguration du chemin de fer du Nord, à Lille, en 1846, Mgr Giraud louera les merveilles de la vapeur, œuvre du génie dont l’humanité a été dotée par le Créateur, qui vont transporter à travers les continents et les océans les produits et les hommes, rapprocher et unifier pacifiquement les portions dispersées de la famille humaine, faciliter l’échange des idées et la diffusion de l’Evangile, et son optimisme est explicite :

  • 22 Œuvres compl. du card. P. Giraud, p. 383 A. Cambrai, d’évêché, redevient archevêché à la nomination (...)

« Les hommes sincères et dévoués à [la] cause [de la Religion] ont paru craindre pour elle cette impulsion nouvelle donnée à l’activité humaine, ce contact universel des esprits et des idées, comme devant amener l’inévitable résultat d’un affaiblissement sensible des croyances et des mœurs. Nous oserons dire à cet égard toute notre pensée ; Nous ne partageons point ces alarmes »22.

***

19On désire que « la Religion » loue et encourage le progrès industriel nouveau. Mais dès que le clergé tente de rappeler, comme c’est bien l’un de ses rôles, les principes les plus élémentaires de justice morale et sociale à propos de la condition faite aux ouvriers, agents immédiats de ce progrès magnifique, l’opinion libérale industrielle se fait sourde ou en appelle au « bras séculier » contre de tels « empiètements » du prêtre quand il prêche pour les ouvriers pauvres ou s’occupe d’eux. En 1845, le cardinal de Bonald rétorquera le grief avec une terrible sévérité, à l’occasion d’une querelle religieuse :

  • 23 Mandement de carême, 19 janvier 1845, p. 19-20. Compar. br. de Mgr Parisis, évêque de Langres, en 1 (...)

« Ceux qui parlent si haut de l’ambition cléricale et des usurpations de l’Eglise croient-ils que, si la charité ne nous défendait pas de soulever le voile qui les couvre, nous ne puissions à notre tour révéler et leurs usurpations et leurs empiètements et leur ambition ? Ont-ils une conscience si pure qu’il ne fût pas possible de découvrir sur elle quelques taches livides d’ambition et de cupidité ? Et dans ce faste, qui insulte à la misère de l’ouvrier et du pauvre, nous serait-il bien difficile de trouver des empiètements et des usurpations ? »23.

20Il est assez remarquable qu’au lieu du silence total des évêques en matière de « question sociale », auquel on a longtemps cru, on trouve en réalité quelque parole publiquement prononcée par eux sur ce sujet dans toutes les régions géographiques de France qu’il concernait principalement, et cela dès avant la révolution à caractère social de 1848 ; mais il n’est pas moins remarquable que ces paroles ne furent guère écoutées, disons : que l’opinion libérale, dominante dans la conduite de la société, très généralement ne voulut point écouter. On en a l’indice dans l’écho que trouvèrent ou ne trouvèrent pas les quelques mandements « sociaux » épiscopaux dans la presse, les journaux du moment, et dans l’oubli dans lequel ils tombèrent de ce fait.

21Dans la région du Nord, dès lors la plus industrialisée avec le textile, surtout à Lille, Roubaix, Tourcoing et environs, avec la houille et la métallurgie du bassin de Valenciennes, à Anzin, Denain, sur la haute Sambre : on a cité déjà les interventions de Mgr Belmas. Mgr Giraud, en 1845, dans son mandement de carême sur « la Loi du Travail », évoque l’industrie, « dont les prodigieux développements multiplient les classes ouvrières dans une proportion toujours croissante », avec déplacements de populations, « substitution de la machine à la main de l’homme », crises de surproduction et chômages périodiques, et qui contraint le législateur et le philosophe à s’en préoccuper avec « anxiété » ; mais on a « oublié » de consulter la Religion, pour réfréner les abus, cet odieux sort fait aux travailleurs, hommes, femmes, enfants, par le capitalisme libéral en ascension :

« et où serait le mal si la production fléchissait d’un septième [par l’observation du repos dominical] ? est-il nécessaire que le fabricant arrive à la fortune au pas de course, avec la promptitude de la vapeur qui met en jeu ses machines ?... est-il nécessaire que l’ouvrier périsse corps et âme, pour que le maître monte plus vite au sommet de l’opulence ? » ;

22au nom des « droits sacrés de la nature et de l’humanité », la foi chrétienne proteste « contre les âpres exigences de la cupidité »,

« et, pour tout dire en un mot, contre cette exploitation de l’homme par l’homme, qui spécule sur son semblable comme sur un vil bétail ou comme un agent et un pur instrument de production ; qui calcule froidement jusqu’à quelles limites on peut ajouter à sa tâche sans qu’il tombe écrasé sous le poids ; qui suppute goutte à goutte ce que des ruisseaux de sueur peuvent lui rapporter d’or »,

  • 24 Cf. Revue historique, 1963, p. 348-350.

23qui suce « tout le sang » de la race et « toute la moelle de ses os » ; nommant « l’infâme trafic des esclaves africains, le prélat crie que la religion « ne transige pas plus avec la traite des blancs qu’avec la traite des noirs, qu’avec la traite de toute créature faite à l’image de Dieu », c’est-à-dire humaine. — Dans la région de Lyon, qui est appelée encore « la métropole industrielle de la France », avec la soierie lyonnaise, le charbon et la métallurgie du bassin de Saint-Etienne, le cardinal de Bonald a, depuis son arrivée en 1840, parlé plusieurs fois de la misère de la condition ouvrière et de la « justice » qui requiert qu’on y remédie, au nom de la philanthropie comme de l’Evangile : il a, en 1842, flétri la « cupidité », pour laquelle le travailleur n’est « rien autre chose qu’une machine qui fonctionne », et l’enfant « une pièce d’engrenage qui n’a pas encore toute sa puissance : voilà à ses yeux toute la dignité de la nature humaine » ; en 1847 et 1848, il demande au patron capitaliste « une justice rigoureuse pour proportionner le salaire au labeur, la récompense au service », et de déployer pour le bien de l’humanité ouvrière « un peu de cette énergie intelligente » qu’il exerce « pour une découverte nouvelle », pour faire plier à ses intérêts « quelque loi de la nature » : invitation à surmonter les fameuses « lois naturelles » de l’économie ; et au lendemain de la Révolution de Février il ne craint pas de s’écrier : « Il faut espérer qu’on montrera enfin un intérêt sincère et efficace à la classe ouvrière »24. — En Normandie, à Rouen, autre centre textile et industriel, l’archevêque, à propos de l’inobservation du repos du dimanche, revient à maintes reprises, en un style trop romantique et ecclésiastique, mais non creux, sur l’« esprit inventeur » qui chaque jour davantage « féconde vos belles provinces et y fait multiplier à l’infini les riches produits des arts et de la nature » : il déplore que celui-ci réduise l’homme-ouvrier

« à composer et à décomposer sans cesse la matière, l’enchaîne dans le monde du corps et ne lui permette jamais de prendre son vol vers sa patrie, le monde des intelligences ; c’est lui faire sentir à toutes les heures du jour les vives douleurs d’une honteuse servitude » ;

24il y a « nécessité d’une croyance publique », de la religion, pour raffermir « au milieu de nous l’ordre social qui menace ruine », « on regrette ses bienfaits et on a peur de son influence ». L’on connaît l’appel à l’Etat lancé, en 1838, par le même cardinal de Croy et qui sera cité au Parlement par Montalembert lors de la discussion de la loi sur le travail des enfants :

  • 25 Cf. Ibid., p. 342 : mandements de 1834, 1836, 1837, 1838.

« que des lois se hâtent d’étendre leur protection sur votre existence, et que la postérité lise avec étonnement sur le front de ce siècle si content de lui-même : En ces jours de progrès et de découverte, il fallut une loi de fer pour défendre de tuer les enfants par le travail ! »25.

25— A Paris, la capitale, où fermentent tous les problèmes, même si la grande entreprise manufacturière n’y est pas encore très développée, la misère existe dans le monde ouvrier, et se fait sentir la marginalisation prolétarienne nouvelle. Là aussi l’archevêque, Mgr Affre depuis 1840, s’intéresse réellement à la question des ouvriers : outre l’appui efficace à l’œuvre de Saint-François-Xavier, dont on a parlé, qui atteindra 15.000 membres, et à l’Œuvre du Travail, qu’elle mit sur pied, il est fort net en divers mandements. Il dénonce l’indifférence religieuse de nombreux employeurs qui « cessant d’être charitables, n’ont même pas conservé l’humanité ». Il fait, en 1843, le procès en règle de l’économie libérale en tant que système à la fois théorique et pratique, qui n’a d’autre fin que le culte de l’or : « les docteurs de cette science funeste » le disent « froidement après de longs calculs et des raisonnements infinis », ils ont « essayé de faire de l’immense majorité des hommes un vil instrument destiné à accumuler la richesse dans un petit nombre de mains privilégiées » ; et font esquissés quelques-uns des « raisonnements » de ces économistes ou industriels, bien connus des historiens de l’économie, comme ils l’étaient des contemporains. Le prélat montre dans le christianisme le levain capable d’inspirer la justice dans les relations entre classes et cette paix sociale, qui à l’époque donne tant d’inquiétude : c’est de la méconnaissance de cela que vient le mal dont souffre la société ; non point des « progrès de l’industrie », et il répète lui aussi :

  • 26 Cf. Ibid., p. 350-352 ; J. LEFLON, Mgr Denys-Auguste Affre, archevêque de Paris, Paris, Vrin, 1971, (...)

« l’industrie est bonne, ses progrès ne sauraient être mauvais ; en perfectionnant les arts propres à l’industrie, nous développons des facultés qui nous viennent de Dieu »26.

26On sait comment Affre tombera frappé, en juin 1848, en se rendant sur une barricade pour s’interposer entre les deux clans de ses « fils », bourgeois et ouvriers, qui s’affrontent dans le sang.

27Or parmi les journaux du département du Nord, les journaux libéraux, qu’ils fussent orléanistes ou constitutionnels d’opposition, ceux que lit l’influente bourgeoisie d’affaires ou de gouvernement — et dont ils reflètent par conséquent l’opinion : comme il est habituel, les journaux répondent aux idées de leurs lecteurs —, ne rapportent jamais les observations et critiques « sociales » des mandements que nous avons évoqués, les traitent par totale prétérition, ou bien ne citent que les aspects qui leur plaisent, déformant ainsi entièrement le sens des documents. L’Echo du Nord, de Lille, le plus ancien et principal journal de la région, ne signale jamais ces mandements ; pas davantage le Libéral du Nord, de Douai, la ville judiciaire et universitaire, ni le Courrier du Nord, de Valenciennes. Des journaux libéraux orléanistes modérés ont parfois quelques mots, mais savamment orientés : le Journal de Lille, organe de la préfecture, juge « fort remarquable » le mandement de Mgr Giraud en 1845, comme montrant « l’influence civilisatrice du christianisme », à l’encontre des « rêveurs d’utopies humanitaires toujours dangereuses », entendons, socialistes, et les extraits qu’il donne parlent seulement d’« adoucissements progressifs » du régime du travail ou du refus des oppositions de « classes » ou du respect du repos dominical ; à Douai, le Mémorial de la Scarpe cite avec éloge le mandement, mais en tirant prudemment ses citations du Journal de Lille ; à Valenciennes, l’Echo de la Frontière mentionne les mandements de Mgr Belmas en 1837 et 1838, mais en disant que le prélat s’y « plaint des discordes introduites dans la vie ouvrière » ou « s’élève contre l’indifférence en matière de religion et contre l’avidité du siècle, qui semble faire une idole de l’or », et il ose écrire simplement, en 1845, que Giraud « s’adresse particulièrement aux nombreux ouvriers des ateliers, fabriques et manufactures » ; à Avesnes, L’Observateur cite, en 1841, les phrases les plus fortes de Belmas sur l’exploitation du travail, notamment celui des enfants (la loi vient d’être votée), mais en 1845 il se contente de louer Giraud pour son « véritable traité sur le travail, où les grandes questions agitées dernièrement sur l’organisation et l’amélioration des classes ouvrières sont envisagées du point de vue catholique ».

28Les journaux légitimistes reproduisent ces mandements, parfois en entier, encore que ce soit souvent par habitude, comme ils le font chaque année pour le carême, ainsi la Gazette de Flandre et d’Artois, lilloise, ou L’Emancipateur, de Cambrai ; parfois ils les accompagnent d’un commentaire. Ainsi le second dit, en 1839, qu’il s’agit du chef-d’œuvre du prélat octogénaire », qui « rappelle leur sublime destinée à ces hommes que l’industrie ravale à la condition de machines » ; et la première, en 1845, en un éditorial, avoue avoir comme d’autres, cru « la vigilance épiscopale... endormie » devant l’iniquité de la condition ouvrière : « nous avions témérairement blâmé son silence » (le journal n’aurait donc pas pris garde aux paroles antérieures de Belmas qu’à vrai dire il n’aimait point), or voici que le « corps épiscopal », par la plume de Mgr Giraud déclare :

« Comment avez-vous pu croire que nous puissions adopter les fausses doctrines de ceux qui disent aux hommes que le religion conduit : « Laissez la société à elle-même, ne vous occupez point d’elle ; le royaume dont vous devez vous occuper n’est pas de ce monde ; que vous importe que la justice règne ou non sur la terre, puisque vous n’y êtes qu’en passant ? » ; [mais voilà les évêques] descendus dans les choses humaines, les choses humaines, espérons-le, seront l’objet de leurs obervations ».

  • 27 Gazette de Flandre et d’Artois, 27-28 janvier 1845, p. 1 ; l’article s’achève sur un éloge du mande (...)

29L’auteur de l’article souhaite que d’autres évêques aussi viennent « donner aux hommes de notre époque des leçons d’économie politique, d’autant plus sages qu’elles auront la foi catholique pour base »27. Ceci est sans doute fort remarquable ; encore faut-il bien se souvenir que l’opinion légitimiste, à laquelle se rattache la majeure partie des catholiques, a désormais peu de poids dans la conduite du pays.

  • 28 A propos d’une malheureuse théorie de Giraud sur l’élévation du salaire grâce à la réduction de 1/7 (...)
  • 29 Cf. H. Joly, Le socialisme chrétien, Paris, 1892, p. 146-160.
  • 30 Œuvres compl. card. Giraud, p. 346 B.

30A l’extrême opposé, L’Impartial du Nord, de Valenciennes, dirigé par Charles Delescluze, un des futurs chefs de la Commune de Paris, journal « avancé », qui déclare que La Réforme, de Ledru-Rollin, « a toutes nos sympathies », qui est violemment anticlérical et qui s’intéresse beaucoup à l’organisation du travail, a par contre deux longs articles agressifs, « Des théories du clergé sur le travail », contre le mandement de 1845 de Mgr Giraud, qualifié de « notre adversaire » : le journal conteste les « hérésies » économiques du prélat28 ; il lui reproche de ne voir dans le travail qu’une peine, « la conséquence nécessaire et l’expiation obligée du péché originel » — c’est bien dénoncer une faiblesse de l’enseignement catholique de l’époque, le « pessimisme temporel » excessif hérité de Bossuet29, mais Giraud avait été plus nuancé, avait salué avec satisfaction les débuts « d’un certain tempérament qui ôterait au travail une partie de ses aspérités »30, tout en s’opposant en effet à l’optimisme naturaliste issu des Lumières, et on a vu qu’il n’était point contraire au « progrès » — ; Delescluze récuse surtout, au nom des principes, de la liberté, l’« infaillibilité archiépiscopale », il conteste à l’Eglise « le droit exclusif de se prononcer en dernier ressort sur tout ce qui tient à l’organisation matérielle et morale de l’humanité », car alors « que devient le libre arbitre ? ». Il rejoint en cela les libéraux bourbourgeois ; et le polémiste, par préjugé anticlérical pour le moins, refuse de répondre au pas que faisait vers ses propres thèses l’archevêque lorsqu’il dénonçait les abus du régime industriel régnant, tout insuffisantes que puissent être les solutions sociales qu’il envisageait. De son côté, Le Barbier de Lille, d’opposition républicaine, qui affiche sa sympathie pour la franc-maçonnerie, comme pour l’« amélioration du sort des classes ouvrières », et vénère « la morale évangélique », paraît répliquer au même mandement, sans le nommer, lorsqu’il fait observer benoîtement que,

  • 31 L’Impartial du Nord, 14 et 15 février 1845 ; Le Barbier de Lille, 9 mars 1845, p. 2 (cf. 1er mai 18 (...)

« si certains chefs d’établissement regardent l’ouvrier comme l’une des parties de leur appareil mécanique, la plupart de nos industriels sont animés d’une noble ambition, et l’ouvrier honnête et laborieux reçoit chez eux des témoignages de bienveillance et même d’amitié »31.

  • 32 Le Censeur, 10 février 1845, p. 1.

31Dans la région lyonnaise, on trouve des contrastes assez analogues. Les journaux libéraux gouvernementaux ne contiennent rien sur l’intérêt que, dans ses mandements, le cardinal de Bonald témoigne à la condition des ouvriers : ainsi le Courrier de Lyon, le Rhône, le Journal (ou le Fanal) du Commerce, le Journal de Saint-Etienne, le Mercure Ségusien, l’Indicateur Stéphanois, la Presse roannaise. Mais le Courrier, lors de l’avènement de l’archevêque en 1840, lui a reproché de n’avoir pas rappelé au peuple ouvrier l’interdiction par la loi chrétienne de « la révolte armée » (lors de l’insurrection d’avril 1834, la bourgeoisie libérale avait affecté d’accuser le clergé de complicité avec les ouvriers) ; et en 1845 il croit bon de mentionner avec éloges le mandement de Mgr Giraud à Cambrai, mais, comme l’orléaniste Journal de Lille, il n’en cite que ce qui est louanges au Gouvernement pour les Caisses d’épargne, la limitation du travail des enfants, ou mise en garde contre les socialistes « faiseurs de catégories », sans un mot sur l’énergique dénonciation des abus du travail industriel. Le Mercure dit seulement, du mandement du cardinal de Bonald en 1842, qu’il est « une construction étendue », qui « recommande l’observation des lois religieuses relatives à la sanctification du dimanche ». Le Censeur, de Lyon, important journal d’opposition bourgeoise de gauche, « démocratique », est continuellement intéressé aux problèmes du travail et très anticlérical : il est muet en 1842, mais en 1845, piqué sans doute par le reproche fait aux fabricants libéraux de leurs « empiètements » et « usurpations » sur la justice due aux ouvriers, que contient le mandement de carême, il se fait acerbe, il accuse l’archevêque d’avoir manqué à l’humilité, à la charité, à la « fraternité, ce grand principe écrit dans l’Evangile », d’avoir commis « un mensonge », une « déloyauté » en faisant le procès du Juif errant d’Eugène Sue, car celui-ci « a attaqué les mauvais prêtres, il n’a rien dit contre le Dieu des chrétiens », et viennent toutes les polémiques sur le mariage des prêtres, la liberté d’enseignement, etc32. L’Echo de la Fabrique, le journal « ouvrier » lyonnais, ne dit mot des paroles « sociales » du mandement de 1845.

  • 33 Cf. Cahiers d'histoire, 1954, p. 392-394 ; 1961, p. 273-278, 284. R. VOOG, Les problèmes religieux (...)

32En revanche, le journal légitimiste catholique de Lyon, Le Réparateur, cite et commente les mandements, en 1840 et 1842, met bien en relief que l’archevêque insiste aussi sur l’aspect humain et matériel de la question du repos dominical et du travail en général : la production et l’argent ne sont pas le tout de la société, le dimanche, les hommes de toutes conditions, réunis ensemble à l’église, s’entendent prêcher « leurs droits et leurs devoirs réciproques, ne séparant pas ceux-ci de ceux-là », les doctrines du mandement sont de haute valeur, « soit qu’on les prenne dans le sens chrétien, soit qu’on les prenne dans le sens social ». En avril 1844, c’est le successeur de ce journal, L’Union des Provinces, qui informe de l’offre de Bonald de secourir les familles des victimes de l’échauffourée de Rive-de-Gier. L’Institut Catholique, « revue religieuse » et de culture générale, fait l’éloge du mandement de 1842, lequel « prouve la nécessité de l’observation du dimanche pour le bonheur même temporel de l’homme »33.

33A Rouen, il y a polémique à propos du mandement de 1838 : le Mémorial de Rouen, favorable à l’archevêque, en reproduit un long extrait, avec commentaire admiratif, et ajoute :

  • 34 Mémorial de Rouen, 7 et 8 mars 1838.

« N’y aurait-il pas une souveraine injustice et un mensonge éclatant à attribuer à un sentiment d’hostilité [au progrès industriel et au régime de Juillet], à un besoin de critique amère, les passages du mandement qui ont été citées par lui »34.

  • 35 Le Commerce, 5 mars 1843, p. 2 ; Journal des Economistes, 1843, t. IV, p. 454, et t. V, p. 249, 253 (...)

34A Paris, la page de Mgr Affre en 1843 contre le système de l’économie politique libérale et ses méfaits sociaux, probablement la plus forte qui ait été écrite par un évêque de la Monarchie de Juillet, n’attire aucunement l’attention de la presse. Les grands journaux libéraux d’information, gouvernementaux ou de gauche, Le Siècle, La Presse, Le National, Le Constitutionnel, La Nation, Le Globe, ne signalent point le mandement, ni non plus la chronique de la Revue des Deux Mondes ; le Journal des Débats donne simplement le dispositif de carême et de même Le Commerce, qui ajoute ce commentaire apaisant (qui nous paraît aujourd’hui inconscience ou sanglante ironie), que le texte « se fait remarquer par sa simplicité, il ne contient ni censures, ni préceptes ». Quant au Journal des Economistes, il ne nomme point le mandement, mais est-ce pure coïncidence si, dès mars, dans sa chronique il défend la science économique d’être cause des abus de l’industrie, de rendre les cœurs indifférents à la misère ouvrière ? et si, en juin, Charles Dunoyer lui-même écrit tout un article pour répondre plus amplement à « quelques reproches adressés aux tendances industrielles de notre temps » ?35.

  • 36 Gazette de France, 6 mars 1843, p. 3 ; Quotidienne, 9 mars, p. 2 ; Univers, 5 mars 1843, p. 1, etc. (...)

35Chez les journaux légitimistes parisiens on trouve bien quelque écho au mandement : la Gazette de France, de l’abbé de Genoude, cite le dernier paragraphe, péroraison qui invite à l’aumône charitable envers le prochain, l’accompagnant d’une maigre présentation de l’ensemble de l’Instruction épiscopale, qui « est pleine d’un sentitiment de confiance dans l’avenir qui nous remplit de joie, elle est en même temps une révélation de tout le bien qui s’opère à Paris » ; La Quotidienne donne le même paragraphe et, sans autre indication ni commentaire, elle a sur l’ensemble cette qualification désarmante : « une touchante exhortation à l’aumône ». L’organe religieux L’Univers, que vient de prendre en mains Louis Veuillot, reproduit l’intégralité du mandement, mais le « chapeau » introductif n’en souligne point l’aspect proprement social ; quant au principal périodique ecclésiastique, L’Ami de la Religion, qui chaque année donne un abondant florilège de mandements de carême, cette fois il ne fait même pas à celui de Mgr Affre l’honneur de le mentionner : il est vrai qu’il n’aime pas l’archevêque et que celui-ci est souvent en difficulté avec le Gouvernement36.

  • 37 L’Atelier, t. VI, février 1845, p. 71-73 ; La Démocratie pacifique, t. IV, 23 à 28 février 1845 ; L (...)

36L’Atelier, des ouvriers buchéziens, La Phalange, fouriériste, diversement favorables à l’idée religieuse en même temps qu’anticléricaux, sont muets en 1843. — Pourtant lors du mandement de Mgr Giraud, en 1845, le premier et La Démocratie Pacifique, continuation de la seconde, exprimeront, moyennant quelques réserves, leur satisfaction de la bonne intention manifestée par l’archevêque de Cambrai. Et Le Correspondant, catholique libéral, le citera aussi, de même que le conservateur Ami de la Religion37.

***

  • 38 J. B. DUROSELLE, Les débuts du catholicisme social en France, p. 27-293 : avant 1848. Cf. P. DROULE (...)

37Quelles conclusions se dégagent de l’ensemble sommaire de données, qui vient de nous passer sous les yeux ? Assurément, l’épiscopat n’est pas la totalité du catholicisme français du temps de la Monarchie de Juillet, ni ne le représente entièrement : M. Duroselle a recueilli un nombre considérable de manifestations locales, plus ou moins étendues et de nature très diverse, de laïcs et de prêtres s’inspirant de leur catholicisme pour tenter de répondre, avec plus ou moins de bonheur, aux cruelles urgences de la condition ouvrière ; les interventions des évêques sont du moins un élément significatif de l’attitude et de la mentalité du catholicisme, un premier fil conducteur pour la recherche et la réflexion, à raison de leur caractère public et officiel38.

38Tout d’abord, on ne peut dire que l’Eglise officielle avant 1848, et donc déjà cinquante ans avant l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII (1891), n’ait point parlé de la grave injustice de la condition du prolétariat ouvrier dans la grande industrie nouvelle. Il est fort remarquable et point fortuit, que les quelques évêques qui en ont parlé soient précisément ceux de régions géographiques où le cas était le plus flagrant : celles du Nord, de Lyon, de Rouen, et de la capitale, Paris. Encore n’avons-nous point fait état d’un autre aspect, point proprement « social » : les appels à l’aumône pour les pauvres (pratiquement tous les ouvriers le sont), qu’on trouve, eux, chez tous les évêques, et qui ont contribué de façon fort importante, quoiqu’impossible à chiffrer, à soulager la misère et à suppléer l’absence totale alors d’assurances sociales d’Etat, à compléter l’action des bureaux de bienfaisance des municipalités. Il n’a pas été négligeable d’aider ces malheureux, dans l’immédiat, à ne pas mourir de faim !

  • 39 Cf. P. DROULERS, Action pastorale, p. 57, etc. ; S. CHARLETY, La Monarchie de Juillet (E. LAVISSE, (...)

39Puis l’ensemble de données de fait regroupées ci-dessus, et non le souci à priori de démontrer une thèse, fait apparaître que les évêques ne pouvaient alors parler de la question sociale ouvrière autrement qu’au niveau des principes et des faits généraux. Non pas seulement parce qu’ils étaient peu informés — ceux qui étaient le plus directement concernés en leurs diocèses se sont informés, le cas est particulièrement clair pour un cardinal Giraud, un Mgr Affre —, mais parce que le Gouvernement, l’Administration, la police, l’opinion dominante en politique ne leur eussent pas permis des interventions trop précises ; politiquement, économiquement, « scientifiquement », le libéralisme économique faisait loi dans ce monde de la Monarchie Bourgeoise, associé au libéralisme philosophique. Tout était prétexte à accuser les évêques de favoriser des menées politiques souterraines, légitimistes ou républicaines ou les deux à la fois (car les deux partis s’entendaient parfois). Gouvernement et police sont presque continuellement sur les dents, à raison des troubles socio-politiques fréquents et de l’action des sociétés secrètes qui les fomentent : à tous propos ils se montrent soupçonneux à l’extrême, des sondages dans les Archives Nationales, plusieurs Archives Départementales, le prouvent surabondamment. Et l’Autorité religieuse épiscopale a peu de poids aux yeux des gouvernants de ce temps, elle est bien moins indépendante et respectée qu’elle ne le sera un demi-siècle ou un siècle plus tard, elle se voit réprimandée, avec menaces, à la moindre occasion : ce n’est pas seulement le fait du système ecclésiastique concordataire napoléonien, qui donnait contrôle à l’Etat sur l’Eglise, faite d’évêques isolés n’ayant pas le droit d’avoir de lien entre eux ; c’était surtout l’ensemble de la législation répressive du régime, notamment en matière de presse, telle que la décrivent tous les ouvrages d’histoire générale ou spécialisée : qu’on se souvienne notamment des Lois de Septembre (1835) sur les délits de presse et les jurys, et de celles de 1834 sur les associations, à la suite des troubles d’avril39.

  • 40 Revue de l’Action Populaire, no 147, avril 1961, p. 457 ; Revue historique, t. CCXXIX, 1963, p. 381 (...)

40Les dernières nous aident ou nous contraignent à comprendre en outre que les évêques, à supposer qu’ils l’eussent voulu, n’auraient aucunement pu suggérer ou encourager l’association ouvrière de résistance, embryon de ce qu’est aujourd’hui l’organisation syndicale — dont on est fort tenté, nous l’avons noté jadis ailleurs40, de regretter qu’ils n’y fassent pas la moindre allusion —, et qui existait quelque peu dès lors, sous forme clandestine ou sous le couvert de sociétés ouvrières de secours mutuel par exemple. L’Etat les surveillait d’aussi près qu’il pouvait, la police effectuait des descentes dès qu’elle soupçonnait la moindre apparence de fait délictueux. On sait que, jusque 1864, l’association ouvrière pour la défense des intérêts du travail est un délit, et que les syndicats ne deviendront légaux qu’en 1884. Et, en cette première moitié du siècle, pareil moyen d’obtenir plus de justice sociale (que nous savons aujourd’hui être le plus efficace, et que Léon XIII a déclaré légitime et nécessaire en son principe et a expressément encouragé) pouvait difficilement attirer la sympathie ou la compréhension de l’épiscopat : car, au concret, il était alors pratiqué, comme on vient de dire, ordinairement par de petits groupes, animés d’une « philosophie » antireligieuse, en même temps que « républicaine » ou « communiste » ou « socialiste », de subversion sociale pacifique et plus souvent violente ; même s’ils en avaient eu la liberté, comment des prédicateurs de l’Evangile pouvaient-ils songer à approuver ce qui se présentait comme un instrument de bouleversement total et de guerre civile, avec le cortège d’injustice et de maux, voire de meurtres, que cela entraîne inévitablement ?

  • 41 Cf. p. ex. J. LHOMME, La grande bourgeoisie au pouvoir 1830-1880, Paris, 1960, p. 53, 121, etc. Nou (...)
  • 42 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 649, etc.

41Enfin ce serait une naïveté, faite de magnifique ignorance, de croire l’Eglise liée à la bourgeoisie d’affaires de 1840, qui se nourrit de la philosophie des Lumières autant que de « libéralisme » politique et économique41, et qui lui est ouvertement hostile, en sa majorité. J. B. Duroselle note par ailleurs qu’on ne rencontre au milieu du siècle qu’un seul homme d’affaires catholique à avoir des préoccupations sociales, Denys Benoist d’Azy, puis son frère Paul, aux Forges d’Alais, et leur beau-frère Denys Cochin, au Chemin de fer d’Orléans42 ; les autres patrons qui eussent été catholiques en privé n’étaient pas disposés à écouter et comprendre des prédications « sociales ».

42Au milieu du XIXe siècle, l’Etat, appuyé par l’opinion gouvernante, se considère seul habilité à s’occuper de la question sociale ouvrière, à l’exclusion de quiconque, aussi bien de l’Eglise ou des socialistes dits « utopistes » que des ouvriers associés. Et il estime qu’il n’a lui-même pas à y intervenir législativement ni administrativement sauf cas extrême comme celui du travail des enfants, mais au contraire à empêcher, fût-ce par la force, toute intervention qui interférerait sur la sacrosainte « liberté du travail », à laquelle il faut faire totale confiance pour la prospérité et le bonheur présent et à venir de l’ensemble de la société ; le seul remède aux maux, jugés simplement transitoires, qui en résultent pour la classe travailleuse, étant le remède tout extrinsèque de l’assistance bienfaisante publique et privée.

Notes

1 A propos de l’enseignement social du Saint-Siège, dans S. H. SCHOLL 150 ans de Mouvement ouvrier chrétien en Europe de l’Ouest, 1789-1939, Louvain-Paris, Nauwelaerts, 1966, p. 7. Cf. rapport d’ensemble de R. AUBERT, « Le Christianisme social », XIIIe Congrès international des Sciences Historiques, Moscou, Ed. Nauka, 1970, 23 pp.

2 Œuvres complètes du Cardinal P. Giraud, 5me éd., Lille, 1863, p. 210 B (c’est nous qui soulignons), dans « Instruction pastorale pour le carême de 1839 : Le principe de l’association considéré dans son application à la charité ». L’Evêque souhaite que se constitue, selon la loi, « dans chaque localité un peu considérable un fonds commun, administré par des mains dévouées et intelligentes, où viennent se verser toutes les libéralités privées », afin de parer aux déperditions que cause l’individualisme ; il s’agit de s’associer pour la bienfaisance, comme on le fait pour l’industrie ou le commerce, mais non point de l’affreuse « taxe des pauvres » de la voisine Angleterre, « qui donne au monde le double scandale de l’excessive richesse et de l’extrême misère » (p. 216 A). En 1846, à Cambrai, Giraud encouragera de même les salles d’asile, suscitées par le Gouvernement pour obvier aux nécessités nouvelles créées par l’industrie, p. 384 sv.

3 H. A. FREGIER, Des classes dangereuses de la population 2 vol., Paris, 1839 ; VILLERME, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, 2 vol., Paris, 1840 ; BURET, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, 2 vol., Paris, 1840. On pourrait trouver un assez grand nombre d’enquêtes locales, par exemple du Dr A. Guépin à Nantes (1835, etc.), du Dr Binaut et de la Sté de S. Vincent de Paul à Lille (1843), du Dr A. Gosselet sur le Nord (1845, etc.), etc. Cf. Mme RIGAUDIAS WEISS, Les enquêtes ouvrières en France entre 1830 et 1848, Paris, 1931 ; J. P. AGUET, Les grèves sous la Monarchie de Juillet, Genève, 1954 ; L. CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1958.

4 Cf. P. DROULERS, Action pastorale et problèmes sociaux sous la Monarchie de Juillet chez Mgr d’Astros, Paris, Vrin, 1954, p. 283 sv.

5 Cf. R. RUDE, Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, 1944, p. 318 sv ; E. DOLLEANS, Histoire du Mouvement ouvrier, t. I, Paris, 1936, p. 58 sv, etc...

6 Œuvres card. Giraud, p. 344 sv ; A. NAT., F19 5485, Cambrai, fév. 1845, corr. Giraud et Martin du Nord.

7 Il s’y trouve seulement le centre minier et métallurgique de Decazeville, créé en 1825 « en un lieu inhabité », qui comptera 8.000 habitants sous le second Empire.

8 Cf. J. B. DUROSELLE, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, 1951, p. 238-241, etc...

9 Cas de Mgr d’Astros à Toulouse, dans P. DROULERS, Action pastorale, p. 50 sv. (chapitre II. l’Eglise hors de la politique). L’évêque de Limoges au lendemain de 1830 a compris « qu’un ministre de la Religion pour exercer une salutaire influence sur les hommes de toutes les opinions doit, dans les circonstances actuelles, comme au temps des Apôtres, se renfermer strictement dans le cercle de ses attributions religieuses » (DISSANDRE DE BOGENET, Oraison funèbre de Mgr Prosper de Tournefort, Limoges, [1844], p. 25-26). Mgr Donnet, à Bordeaux, en une circulaire à ses prêtres, 2 juillet 1842, leur recommande d’être essentiellement « des hommes de piété et de miséricorde », « d’unité » et de « paix » : « Nous ne transigerons jamais sur les principes, mais dans les questions irritantes qui divisent si tristement les hommes nous n’interviendrons » que pour éclairer, consoler, rapprocher. Les dossiers d’évêques des Archives Nationales attestent que l’ensemble des chefs de diocèses a adopté la même attitude de loyalisme politique, en conformité d’ailleurs avec les directives données dès 1830 par le pape Pie VIII, et l’encyclique de Grégoire XVI Sollicitudo Ecclesiarum (1831) rappellera de façon générale le même principe de respect par l’Eglise du Pouvoir effectivement établi.

10 P. DROULERS, Le cardinal de Bonald et la grève des mineurs de Rive-de-Gier en 1844, dans Cahiers d’histoire (Lyon), t. VI, 1961, p. 265-285.

11 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 393-397, etc., note quelques cas de prêtres « socialisants » dès avant 1848 et de plaintes de l’Administration civile à leurs évêques.

12 G. BOURGIN, Les catholiques sociaux sous la Monarchie de Juillet dans Revue d’histoire économique et sociale, t. XI, 1923, p. 498-515 ; J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 242 sv, 255-259, etc.

13 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 59-71.

14 A. DEP. NORD, X 21/7, « Rapport sur l’objet de la lettre de M. le Ministre du Commerce du 28 avril 1835 provoquée par l’ouvrage de M. de Villeneuve », ms. long, s.d., en partie de la main de Méchin (l’aspect religieux est abordé par le préfet, mais pour être minimisé) ; 7 août, rép. du min.

15 Nous connaissons, en Allemagne, des interventions de l’évêque de Spire, N. von Weis, auprès de l’autorité civile à propos du travail du dimanche du 24 octobre 1842, etc. (F. X. REMLING, Nikolaus von Weis, Speier, 1871, I, p. 115 ; cf. E. RITTER, Die katholisch-soziale Bewegung Deutschlands im 19. Jhrdt u. der Volksverein, Köln, 1954, p. 63). Au Royaume de Sardaigne, en 1845, Mgr Rendu évêque d’Annecy, où se trouvait la manufacture textile sans doute la plus importante des Etats italiens, fait soumettre au roi Charles-Albert un très remarquable rapport sur la misérable condition ouvrière et la nécessité d’une intervention de l’autorité civile, mais la proposition est jugée inopportune (P. GUICHONNET, dans Rassegna Storica del Risorgimento (Rome), t. XLII, 1955, p. 305 sv. ; P. DROULERS, dans Revue de l’Action Populaire, no 147, 1961, p. 456), et l’évêque de Pignerol, Mgr Charvaz, en 1847, invite à créer des mutuelles corporatives ouvrières (cf. A. GAMBASIN, dans S. H. SCHOLL, 150 ans de mouvement ouvrier chrétien, p. 395 sv.).

16 Cf. L. MAHIEU, Mgr Louis Belmas, t. II, Paris, 1934, p. 382 sv. Sur ces mandements et ceux qui sont cités ensuite : P. DROULERS, L’Episcopat devant la question ouvrière en France sous la Monarchie de Juillet, dans Revue historique, t. CCXXIX, 1963, p. 335-362 ; cl. P. HAUBTMANN, P. J. Proudhon, genèse d’un antithéiste, Paris, Marne, 1969, p. 167-191, sq. (remarquable analyse de la mentalité socio-religieuse du temps).

17 Cf. J. B. DUROSELLE, Les débuts, p. 161.

18 A. MIMEREL, Du paupérisme dans ses rapports avec l’industrie en France et en Angleterre. Lettre à MM. les Membres du Conseil général des Manufactures, Lille, s.d. [1841].

19 Bonald expose ces vues dès sa Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, Constance, 1796, et dans ses ouvrages subséquents (P. DROULERS, Le cardinal de Bonald et la question ouvrière à Lyon avant 1848, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. IV, 1957, p. 298-301).

20 Mgr l’Evêque de Strasbourg [RAESS], Quelques discours prononcés en différentes circonstances, Strasbourg, 1865, p. 3-6 (lire 1841) ; Journal des Débats, 25 septembre 1841, p. 3, que cite l’Ami de la Religion, t. CX, p. 610 sv. Cf. J. B. DUROSELLE, dans Revue historique, t. CCXV, 1956, p. 233 cv.

21 Mgr l’Ev. de Strasbourg, Quelques discours, p. 3.

22 Œuvres compl. du card. P. Giraud, p. 383 A. Cambrai, d’évêché, redevient archevêché à la nomination de Giraud, en 1842.

23 Mandement de carême, 19 janvier 1845, p. 19-20. Compar. br. de Mgr Parisis, évêque de Langres, en 1844, Des empiètements : est-ce l'Etat qui empiète sur l’Eglise ? est-ce l’Eglise qui empiète sur l’Etat ? (Ch. GUILLEMANT, Pierre-Louis Parisis, t. I, Paris, 1916, p. 154).

24 Cf. Revue historique, 1963, p. 348-350.

25 Cf. Ibid., p. 342 : mandements de 1834, 1836, 1837, 1838.

26 Cf. Ibid., p. 350-352 ; J. LEFLON, Mgr Denys-Auguste Affre, archevêque de Paris, Paris, Vrin, 1971, p. 129-135 (Affre et la question sociale), etc.

27 Gazette de Flandre et d’Artois, 27-28 janvier 1845, p. 1 ; l’article s’achève sur un éloge du mandement de Mgr Fuzet, d’Orléans, et de ceux « d’autres prélats », et s’associe à l’hommage que leur rend La Quotidienne, parisienne. Présentation des articles de journaux de province et de Paris évoqués ici et plus loin : P. DROULERS, La presse et les mandements sociaux d’Evêques français avant 1848, dans Cahiers d’histoire, t. IX, 1964, p. 385-397.

28 A propos d’une malheureuse théorie de Giraud sur l’élévation du salaire grâce à la réduction de 1/7 du temps de travail par le respect du repos dominical (sans s’apercevoir que le prix de la vie serait par là relevé lui aussi de 1/7). Œuvres compl. card. Giraud, p. 351.

29 Cf. H. Joly, Le socialisme chrétien, Paris, 1892, p. 146-160.

30 Œuvres compl. card. Giraud, p. 346 B.

31 L’Impartial du Nord, 14 et 15 février 1845 ; Le Barbier de Lille, 9 mars 1845, p. 2 (cf. 1er mai 1846, p. 1).

32 Le Censeur, 10 février 1845, p. 1.

33 Cf. Cahiers d'histoire, 1954, p. 392-394 ; 1961, p. 273-278, 284. R. VOOG, Les problèmes religieux à Lyon pendant la Monarchie de Juillet et la IIe République, Ibid., t. VIII, 1963, p. 405-421, notamment à partir de l’Echo de la Fabrique et de la Tribune lyonnaise, omet de faire la critique historique de l’information, que cette presse interprète cependant avec une partialité assez souvent évidente.

34 Mémorial de Rouen, 7 et 8 mars 1838.

35 Le Commerce, 5 mars 1843, p. 2 ; Journal des Economistes, 1843, t. IV, p. 454, et t. V, p. 249, 253, etc.

36 Gazette de France, 6 mars 1843, p. 3 ; Quotidienne, 9 mars, p. 2 ; Univers, 5 mars 1843, p. 1, etc. ; Ami de la Religion, t. CXVI, 1843.

37 L’Atelier, t. VI, février 1845, p. 71-73 ; La Démocratie pacifique, t. IV, 23 à 28 février 1845 ; Le Correspondant, t. IX, 1845, p. 924-926 ; L’Ami de la Religion, t. CXXIV, 1845, p. 284-285 (et p. 308-309, cite un entrefilet du Siècle, favorable au mandement) ; cf. J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 240. Cf. Ami Relig., t. C, 1839, p. 518, mandement de Cambrai ; t. CXII, 1842, p. 385, mandement de Lyon ; t. CXXIV, 1845, p. 281, mandement de Lyon.

38 J. B. DUROSELLE, Les débuts du catholicisme social en France, p. 27-293 : avant 1848. Cf. P. DROULERS, Action pastorale, p. 8-12 : portée significative des mandement épiscopaux.

39 Cf. P. DROULERS, Action pastorale, p. 57, etc. ; S. CHARLETY, La Monarchie de Juillet (E. LAVISSE, Histoire de la France contemporaine, V), Paris, Hachette, 1921, p. 98-105, 116-123 ; etc.

40 Revue de l’Action Populaire, no 147, avril 1961, p. 457 ; Revue historique, t. CCXXIX, 1963, p. 381, no 1.

41 Cf. p. ex. J. LHOMME, La grande bourgeoisie au pouvoir 1830-1880, Paris, 1960, p. 53, 121, etc. Nous avons cité la curieuse relation, parfaitement caractéristique, d’une conversation entre un prêtre de St-Eustache, à Paris, et quelques gros patrons, au lendemain des Journées de juin 1848 (Mouvement social, no 57, 1966, p. 34 n. 99) ; on aurait tort de s’y arrêter uniquement à l’aspect apologétique simpliste (et regrettable) des propos de l’abbé, propos qui concrétisent d’ailleurs combien la classe la plus « déchristianisée » à l’époque est la bourgeoisie capitaliste, celle dont le clergé a donc d’abord le souci pour la ramener à la foi, par des approches qui aient chance de l’émou voir.
Sous la Monarchie de Juillet, « c’étaient les ouvriers qui allaient à la messe, et les patrons qui n’y allaient pas », nous disait il y a quarante ans le secrétaire général de la Chambre de Commerce de Lille (cf. chute brutale de la pratique religieuse du monde ouvrier seulement dans la dernière décennie du XIXe siècle à Roubaix, à Halluin, P. DROULERS, Politique sociale et christianisme, le P. Desbuquois et l’Action Populaire, Paris, 1969, p. 26, 42 et, du même, La déchristianisation ouvrière en France dans le Nord, dans Miscellanea Historiae Ecclesiasticae, t. III, Louvain, 1970, p. 329-339), en une boutade évidemment trop sommaire (cf. F. A. ISAMBERT, Christianisme et classe ouvrière, Paris, 1961 ; essai d’ensemble très soigné de J. BRUHAT, Anticléricalisme et mouvement ouvrier en France avant 1914, esquisse d’une problématique, dans Mouvement Social, no 57, 1966, p. 61-100). Après 1848, les situations de faits et de mentalités se transformeront progressivement (cf. P. HAUBTMANN, P. J. Proudhon, genèse d’un antithéiste, p. 194 sv.). Mais le contexte religieux et politique troublé de tout le XIXe siècle ne contribua point à faciliter et hâter l’évolution des esprits et des schèmes mentaux hérités du passé. Comme le disait en 1844 le clairvoyant Lacordaire : « combien les révolutions des esprits sont plus lentes que les révolutions des empires ! » (cf. P. DROULERS, Action pastorale, p. 395).

42 J. B. DUROSELLE, op. cit., p. 649, etc.

Auteur

Université Grégorienne, Rome

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540