Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Les écoles primaires protestantes en Belgique au début du XIXe siècle

Avant la première loi organique de 1842

Émile-Michel Braekman

Texte intégral

Introduction

1Trois remarques préliminaires sont nécessaires avant de commencer cette étude ; deux sont d’ordre limitatif, la troisième de terminologie.

    • 1 La seule école secondaire protestante pour filles ne fut créée qu’en 1920 par l’Eglise Méthodiste b (...)

    Les écoles que nous étudierons sont celles qui relèvent uniquement de ce qu’on appelle l’enseignement primaire. Les Eglises protestantes en Belgique au XIXe siècle n’ont jamais organisé des enseignements de niveau secondaire ou normal1.

  1. Nous ne traiterons ici que des écoles dont les Eglises protestantes ont assumé la direction, générale ou locale. Nous excluerons donc celles qui furent fondées par des groupes ou des individus à titre privé, même s’ils se réclamaient de la confession protestante.

  2. A l’aube du XIXe siècle, les quelques communautés protestantes — une quinzaine — qui avaient pu se maintenir, plus ou moins clandestinement, sous l’Ancien Régime, reçurent une première organisation grâce à la promulgation des Articles organiques du 18 Germinal an X. La plupart de celles-ci furent englobées dans les Eglises réformées de l’Empire français.

2Après la campagne napoléonienne des Cent-Jours, le roi Guillaume Ier réorganisa le culte réformé dans les Provinces méridionales du Royaume des Pays-Bas par le décret du 16 avril 1816. Aux vingt Eglises nominalement désignées venaient s’ajouter dix aumôneries de garnison. A la veille de la Révolution belge, 56 localités étaient pourvues d’une Eglise protestante, parmi lesquelles 25 paroisses de garnison.

  • 2 Depuis sa fusion en 1969 avec la Conférence belge de l’Eglise Méthodiste ce corps porte le nom de S (...)

3Lorsque la situation politique se fut stabilisée par la ratification mutuelle du Traité des XXIV articles, les seize consistoires qui se trouvaient sur le territoire de la Belgique se constituèrent les 22 et 23 avril 1839 en un Synode de l’Union des Eglises Protestantes Evangéliques du Royaume de la Belgique. Nous désignerons ce corps et les communautés qui en dépendent sous les noms de Synode et Eglises synodales2.

  • 3 En 1969 ce corps ecclésiastique prit le nom d’Eglise réformée de Belgique (ERB).
  • 4 Cf. E. M. BRAEKMAN, La vie protestante en Belgique (1800-1865), Louvain-Paris, 1968, p. 134-161 (Ca (...)

4Parallèlement à l’action des Eglises synodales, un groupe de chrétiens, fermement attachés aux principes du Réveil, avait constitué en 1837 une Société Evangélique belge. Après avoir surmonté bien des difficultés, cette Société se transforma en 1849 en Eglise chrétienne missionnaire belge3. Nous citerons l’organisme sous le signe S. E. B. et les communautés sous le nom d’Eglises missionnaires4.

***

Sous le régime français

  • 5 H. PIRENNE, Histoire de Belgique, t. VI, Bruxelles, 1926, p. 72-80.

5Le 9 vendémiaire an IV (1er octobre 1795), les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège sont annexés au territoire de la République française et forment les neuf « départements réunis »5. La constitution de l’an III y est appliquée. Celle-ci stipule :

« Art. 296. Il y aura dans la République des écoles primaires où les élèves apprennent à lire, à écrire, les éléments du calcul et ceux de la morale.

  • 6 L. LEBON, Répertoire historique, analytique et raisonné de l’enseignement populaire en Belgique, t. (...)

Art. 299. Les particuliers ont le droit de faire des établissements particuliers d’instruction et d’éducation »6.

6La loi organique de l’Instruction publique du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795), qui fut étendue en 1797 aux Départements réunis, porte qu’il sera établi une école primaire dans chaque canton. Les instituteurs sont examinés et nommés par un jury départemental, ils sont logés aux frais de l’Etat, payés par leurs élèves et soumis à la surveillance des administrations municipales. Toutefois, le quart des élèves peut être exempté du payement de la rétribution scolaire pour cause d’indigence.

  • 7 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 58.

7Deux modifications importantes furent apportées à cette loi par les décrets du 27 brumaire an VI (17 novembre 1797), qui rend l’instruction obligatoire, et du 7 pluviôse an VI (26 janvier 1798), qui place les écoles privées également sous l’inspection des administrations municipales7.

8Cette loi ne reçut qu’une exécution incomplète, principalement à cause du manque d’instituteurs. Sous l’Empire, l’école primaire est laissée dans un abandon complet, et lorsque celui-ci décide de s’en occuper, en 1812, la situation politique en voie de détérioration empêche toute action positive.

9Il n’est pas étonnant dès lors que les quelques Eglises protestantes songèrent d’abord à leur réorganisation avant de s’occuper de la question de l’enseignement. Un exemple nous est fourni par l’Eglise de Bruxelles, qui jette les bases d’une organisation scolaire, mais qui ne peut arriver à mettre celle-ci en vigueur.

10Le 13 vendémiaire an XII (6 octobre 1803) eut lieu la première « Assemblée générale des Membres de la Communion protestante contribuant aux frais de l’entretien du Culte » et ce même jour fut « constituée » l’Eglise de Bruxelles. Le « Comité » ou consistoire qui fut élu au cours de cette séance avait pour mandat de « délibérer sur les arrangements à prendre tant relatifs à la réparation de l’Eglise qu’au choix du ministre ».

11La deuxième assemblée générale du 14 germinal an XII (4 avril 1804) procéda à l’élection du pasteur Jean Pierre Charlier. Ensuite, les séances du consistoire furent occupées par les démarches pour faire reconnaître le pasteur, la nomination d’un organiste, l’octroi de la concession du cimetière dit « des Protestants », et enfin la fondation d’une école, lors de la séance du 29 fructidor (16 septembre 1804). Le procès verbal porte :

  • 8 Archives de l’Eglise protestante de Bruxelles (A. EPBr.), Registre des procès-verbaux du consistoir (...)

« 5. La compagnie délibère sur la vocation d’un maître-d’école. Le Président [J. P. Charlier] se charge de prendre des informations à ce sujet »8.

12Le procès verbal de la séance du 24 brumaire (15 novembre 1804) porte laconiquement :

  • 9 A. EPBr., Registre..., p. 18.

« 3. Délibération sur le maitre-d’école. La compagnie arrête d’en référer à l’Assemblée générale »9.

13Deux séances plus tard, le 11 frimaire (2 décembre 1804), le premier point de l’ordre du jour est libellé comme suit :

  • 10 A. EPBr., Registre..., p. 19.

« La délibération sur le maître-d’école ayant été reprise, le Comité arrête de convoquer l’assemblée générale pour le 16 du courant [soit le dimanche 16 décembre], à l’issue de l’exercice [du culte]. »10.

14Après avoir confirmé les mesures prises en vue de l’organisation du culte, les membres présents prirent une « Seconde Résolution » :

  • 11 A. EPBr., Registre..., p. 21.

« L’Assemblée générale des Membres-Souscripteurs du Culte protestant à Bruxelles,
Sur la proposition du Comité
Arrête :
Art. 1. Il y aura un maître-d’école-organiste, de la religion protestante, attaché à l’église.
Art. 2. Les revenus de cette charge sont fixés ainsi qu’il suit : 1° Traitement fixe, de huit cents à mille francs.
2° Rétribution des élèves
première classe paiante à volonté
seconde classe paiante trois francs par mois
troisième classe paiante deux francs par mois
quatrième classe paiante un franc par mois.
Art. 3. Les deux tiers des produits des Aumônes sont affectés aux frais de l’école.
Art. 4. Le Comité est autorisé à choisir parmi les aspirants celui qui lui paraîtra le mieux convenir aux besoins de l’église et à lui délivrer acte de nomination »11.

15A la suite de ces décisions de l’assemblée générale, le consistoire reprit la question dans sa séance du 16 nivôse an XIII (6 janvier 1805) :

  • 12 A. EPBr., Registre..., p. 23.

« 3. Elle [la compagnie] arrête, de faire venir, dès que la saison le permettra, les aspirants à la place de maître-d’école-organiste afin de pouvoir juger par elle-même de leurs talents et de leur capacité »12.

16Comme aucun candidat ne semble s’être présenté, le consistoire décide, dans sa séance du 12 ventôse (3 mars 1805), de prendre une mesure nouvelle :

  • 13 A. EPBr., Registre..., p. 24.

« 3. Conformément à ce qui a été résolu à la séance du 6 janvier l’assemblée arrête d’inviter Mr Forster, maître-d’école à Vaels, de se rendre aux frais de l’église à Bruxelles, pour y donner une preuve de ses talens »13.

17Or, il se fait que quelques jours plus tard, une offre est faite au consistoire, ainsi que le note le procès verbal de la séance du 26 ventôse (17 mars 1805) :

  • 14 A. EPBr., Registre..., p. 25.

« 3. Le Président communique à la compagnie que le sieur Hollstein, domicilié en cette ville et tenant école d’Arithmétique, a offert ses services comme maître-d’école. L’assemblée arrête que vu la correpondance avec Mr Förster, il ne sera point statué provisoirement sur l’objet de la demande du dit Hollstein »14.

18Un mois plus tard, le 1er floréal (21 avril 1805), la réponse de Förster est communiquée. Celle-ci est négative :

  • 15 A. EPBr., Registre..., p. 29.

« 4. Le Président annonce que le Sieur Förster a refusé de se rendre à l’invitation du consistoire. L’assemblée arrête de faire venir le sieur Schuchmann, lequel a présenté ses services comme maître-d’école-organiste et qui lui a été recommandé par Mr Hartmann pasteur à Dusseldorff »15.

19Le 22 prairial (11 juin 1805), le consistoire est avisé du refus de Schuchmann. De nouvelles démarches sont immédiatement entreprises :

  • 16 A. EPBr., Registre..., p. 29.

« 1. La Président communique à la Vénér. Compagnie que le sieur Schuchmann a refusé la place de maître-d’école-organiste. Il demande a être autorisé d’inviter Mr Tips de Solingen à venir aux frais du consistoire à Bruxelles donner une preuve de ses talens et voir si la dite place peut lui convenir. Arrêté »16.

20Les mois passent et le consistoire ne se lasse pas, malgré les refus successifs, ainsi que nous le voyons dans le procès verbal de la séance du 14 messidor (3 juillet 1805) :

  • 17 A. EPBr., Registre..., p. 31.

« 4. L’assemblée
Ouï la communication du Président lequel annonce le refus du sieur Tips
Sur les rapports avantageux de Mrs Stutberg et Wilberg en faveur de Mr Charles-Auguste von Rad, Instituteur,
Autorise le Président à écrire au dit Instituteur pour l’inviter à venir à Bruxelles aux frais de l’église pour y faire connaître et juger les choses par lui-même »17.

21Toutes ces tractations ont révélé au consistoire que la résolution qui avait été prise lors de la troisième assemblée générale manquait de précision, aussi va-t-il consacrer une partie importante de sa séance du 16 thermidor (4 août 1805) à définir les tâches de l’instituteur :

  • 18 A. EPBr., Registre..., p. 32-33.

« 1. L’assemblée prend la résolution suivante
Le Consistoire
Vu la résolution de l’assemblée générale du 16 décembre 1804
Considérant, qu’il importe de faire l’organisation de l’école,
Arrête
Art. 1. Le maître-d’école-organiste, dont s’agit dans la dite résolution aura le titre de Recteur de l’école protestante à Bruxelles.
Art. 2. Les fonctions du Recteur sont :
L’instruction publique et particulière de la jeunesse protestante.
Le Service des orgues.
La lecture d’un sermon au défaut du pasteur.
La conduite des convois funèbres et les discours sur les tombes.
Art.3. Le Recteur consacrera provisoirement deux heures par jour à l’instruction publique et six heures à celle particulière.
Art. 4. Sont objet d’instruction : la lecture, l’orthographe, l’écriture, le calcul, les principes de la religion, l’histoire, la géographie, les langues française, allemande et latine.
Art. 5. Le service des orgues demeure réglé conformément à la délibération des 22 Avril et des 6 Mai 1804.
Art. 6. Le Recteur jouira d’un traitement fixe de mille francs par an.
Art. 7. Les élèves publics lui paieront la rétribution suivante :
Image 100000000000011300000054E5A0DB02.jpg
Les rétributions des élèves particuliers ne sont pas compris dans le présent taux.
Art. 8. Le Recteur sera sous la surveillance immédiate du Président du Consistoire »18.

22A la même séance, le pasteur J. P. Charlier annonce l’arrivée de von Rad pour le soir même ou le lendemain. Toutefois, à la séance suivante, le 25 thermidor (13 août 1805), ce dernier n’est pas encore arrivé, et le pasteur donne connaissance des documents qu’il a reçus. Toutefois,

  • 19 A. EPBr., Registre..., p. 33-34.

« 2. Le Consistoire considérant que parmi ces papiers il ne se trouve aucun témoignage de mœurs, autorise le Président à s’informer confidentiellement et au nom du consistoire de la moralité du sieur von Rad auprès de Monsieur Jacobi, Président du Consistoire Général de Cologne, dont ressort l’église luthérienne de Gemund que le dit aspirant a desservie.
3. L’élection du Recteur est ajournée jusqu’au retour de Messieurs P. Lausberg et J. P. Stutberg »19.

23A la séance suivante, le 28 fructidor (dimanche 15 septembre 1805), le consistoire acte :

  • 20 A. EPBr., Registre..., p. 34-35.

« 2. Lecture de la réponse de Monsieur Jacobi à la lettre que le Président lui a écrite conformément à la résolution consignée au paragraphe 2 du procès verbal de la dernière séance. L’information n’est point du tout favorable au sieur Ch. A. von Rad.
3. Le Consistoire
vu sa résolution du 3 Juillet, année courante (4 [pour 14] Messidor) relative au sieur Ch. A von Rad et le paragraphe 1 du Procès Verbal de la séance du 13 Août (25 Thermidor) qui annonce l’arrivée du dit aspirant à Bruxelles. Vu pareillement la lettre de Monsieur Jacobi, Président du Consistoire général de la Confession d’Augsbourg à Cologne sous la date du 4 fructidor année courante, où il est dit :
« que Mr C. A. von Rad, Pasteur démissionnaire de Gemund, n’est pas » recommandable du tout et qu’il s’est conduit de manière à ce que lui (Président) aurait du provoquer sa destitution et que ce n’est que pour éviter un scandale public qu’il lui a permis de prendre sa démission, sous condition qu’il retournerait dans sa patrie ».
Considérant qu’une moralité intacte est une condition indispensable pour aspirer à la place de Recteur
Arrête
Art. 1. Le sieur Ch. A. von Rad ne sera plus admis à concourir pour la place de Recteur de l’école protestante à Bruxelles.
Art. 2. Il sera alloué au dit sieur une indemnité pour frais de route »20.

24Cette dernière tentative semble avoir lassé la persévérance du consistoire, car on ne trouve plus de mention de l’école pendant sept ans. Ce n’est qu’à la séance du 19 janvier 1812, que le consistoire se penche à nouveau sur cette question :

  • 21 A. EPBr., Registre..., p. 75.

« 4. Le Consistoire délibère sur l’établissement d’une école. Il est résolu de s’occuper de cet objet, de consulter les pères de famille à l’effet d’ouvrir une souscription volontaire pour les appointements du maître-d’école-organiste. Le tout lorsqu’on aura trouvé un sujet convenable. Le Président se charge de la correspondance »21.

25A la séance du 10 mai 1812, une candidature est déposée, ainsi que le fait savoir le pasteur J. P. Charlier :

  • 22 A. EPBr., Registre..., p. 77.

« 3. Lecture d’une lettre écrite au Président par le sieur Arnold Guillaume Eichholz, Maître-d’Ecole à Kaiserwerth (Grand Duché de Berg) jeune homme fortement recommandé par Monsieur le pasteur Hengstenberg de Ratingue (même païs). Le sieur Eichholz déclare jouir d’un revenu de mille francs par an, les leçons particulières y comprises et d’un logement convenable. Il se montre disposé à préférer Bruxelles à Kaiserwerth dans le cas où le consistoire lui assurerait un sort honnête. La Vble Compagnie applaudit aux sentiments qu’exprime le sieur Eichholz, mais elle ne prendra de résolution définitive que lorsqu’elle sera assurée que cet Instituteur possède la langue française. Le Président s’engage à lui en écrire. Les Pères de famille, Membres du Consistoire s’occuperont des moyens d’ouvrir, s’il y a lieu, une souscription volontaire à l’effet de couvrir les frais de l’établissement »22.

26Lors de la séance suivante, le 26 juillet 1812, deux faits nouveaux sont intervenus, mais sans apporter de solution à la question de l’opportunité de l’ouverture d’une école :

« 3. Lecture d’une lettre française du sieur Eichholz, adressée au Président. Ce candidat y annonce connaître la langue de l’Empire sans la posséder.

Lecture d’une lettre écrite au Président par le sieur Dupenet de Bâle. Cet instituteur y offre ses services pour la place de Maître-d’Ecole-Organiste.

  • 23 A. EPBr., Registre..., p. 78.

L’assemblée ajourne toute délibération à ce sujet jusqu’à ce que les Pères de famille se soient cotisés pour former un fonds à l’effet de couvrir les frais de l’établissement de l’école »23.

27Puis, c’est de nouveau le silence. Les procès verbaux se succèdent sans qu’une mention concernant la fondation d’une école soit actée. En même temps, l’étoile de l’Empereur Napoléon pâlit, l’Empire français s’effondre et les départements réunis deviennent les provinces méridionales du Royaume des Pays-Bas-Unis.

***

Pendant l’Amalgame

  • 24 F. VAN KALKEN, Histoire du Royaume des Pays-Bas et de la Révolution belge de 1830, Bruxelles, 1910, (...)
  • 25 H. PIRENNE, op. cit., t. VI, p. 240.

28Des accords secrets entre les alliés avaient cédé, le 21 juin 1814, les « Départements réunis » à la Hollande24, et le 16 mars 1815, Guillaume Ier prit le titre de roi des Pays-Bas25. De ce fait, la loi scolaire en vigueur en Hollande, c’est-à-dire, la loi de la République batave du 3 avril 1806 fut rendue applicable dans les provinces méridionales.

  • 26 F. VAN KALKEN, op. cit., p. 58-59.

29Le ministre de l’Instruction publique, Anton Reinhard Falk, puis son successeur en 1823 le Belge van Gobbelschroy, institua une organisation scolaire modèle. L’enseignement primaire, neutre et gratuit, doit être donné par des instituteurs diplômés, et placé sous le contrôle de l’Etat. Le programme est étendu aux sciences naturelles, à l’histoire et à la géographie. A la fin de l’Amalgame, il y a 4 046 écoles primaires, fréquentées par plus de trois cents mille élèves, sur une population de trois millions et demi d’habitants. Notons toutefois que l’enseignement n’est pas obligatoire26.

30Ces écoles sont de deux classes : les écoles publiques qui sont entretenues et salariées par une caisse publique (Etat, province, commune), par des fonds ecclésiastiques ou par une fondation. Les écoles privées qui, sans le secours d’aucune caisse publique, sont entretenues par des ressources particulières.

31L’article 6 du règlement général du 23 mai 1806 prévoit :

« A l’ouverture et à la sortie de chaque classe, il sera fait soit chaque jour, soit chaque semaine, une prière chrétienne, courte et convenable, composée avec dignité ».

32Toutefois, l’enseignement religieux est donné en dehors de l’école.

33Ce double système fit craindre au roi Guillaume Ier que son œuvre scolaire serait mise en péril par un enseignement confessionnel concurrent ; aussi, en 1824, les 1er et 11 février, publia-t-il deux ordonnances dirigées contre les associations religieuses vouées à l’enseignement. Ces mesures provoquèrent la disparition de toutes les écoles primaires fondées par les Frères de la Doctrine chrétienne, ou Ignorantins, religieux venus de France pour catéchiser la Belgique.

  • 27 F. VAN KALKEN, Histoire de la Belgique et de son expansion coloniale, Bruxelles, 1954, p. 532-533.

34La guerre scolaire menée par les catholiques contre les « écoles diaboliques » dirigées par le « bétail scolaire de van Gobbelschroy », tout en accusant le roi, ce « calviniste impie », de vouloir protestantiser la Belgique, fut une des causes de la Révolution belge27.

35Sous le régime de l’Amalgame, plusieurs Eglises protestantes tentèrent de fonder une école en s’adressant soit directement au roi Guillaume Ier, soit au gouvernement, ou encore à la Direction ecclésiastique provinciale du Limbourg (Provinciaal Kerkbestuur van Limburg), qui avait autorité sur les Eglises protestantes des provinces méridionales.

  • 28 H. R. BOUDIN, Le protestantisme à Ostende de 1815 à 1835, dans Société d’Histoire du Protestantisme (...)

36La plupart de ces demandes restèrent sans effet, par exemple celle effectuée dès 1816 par la communauté d’Ostende, qui invoquait l’octroi « d’un maître d’école afin de soustraire les enfants protestants à l’influence romaine »28.

37En fait, il semble que trois écoles seulement purent être créées sur des bases suffisamment stables pour survivre à la chute du régime lors de la Révolution belge : Sint-Maria-Horebeke, Anvers et Bruxelles.

38A la suite de démarches faites par le consistoire de Sint-Maria-Horebeke auprès du gouvernement en 1816, un traitement de 200 florins fut alloué à un poste d’instituteur. Celui-ci fut occupé par P. Leupen en qualité de sacristain et d’instituteur. Toutefois, il quitta cette place, le 30 mars 1818, pour se rendre à Ostende, et l’école, qui se tenait dans une maison particulière, fut dirigée par L. Blankendijl pendant deux ans.

39Entretemps, le pasteur J. W. H. Deussen et l’ancien Petrus F. van den Berghe avaient eu un entretien avec le commissaire de l’enseignement moyen et primaire Van den Ende, et celui-ci avait promis que, si le consistoire se rendait acquéreur d’un terrain, il s’engageait à fournir une somme de 1 000 florins de Hollande pour la construction du bâtiment scolaire.

40Le lendemain, 26 juillet 1818, après le culte, la communauté prit les décisions suivantes :

  1. d’organiser une collecte, qui rapporta immédiatement la somme de 114,8 florins de Flandre.

  2. d’acheter à Françoise Pede, veuve de Josias Blommaert, un terrain de 24 verges à 5 florins la verge.

  3. de donner connaissance de la transaction à son excellence le commissaire Van den Ende.

41Il manquait encore 6 florins, mais cette somme fut contribuée le 10 août par l’ancien P. F. Van den Berghe. Le 29 août, l’acte d’achat fut passé par devant le notaire Van Damme à Nederzwalm pour un terrain de 30 verges estimé à 127,50 florins. Le 31 décembre 1818, un arrêté royal accordait à l’Eglise protestante de Sint-Maria-Horebeke un subside de 1 000 florins, selon les promesses du commissaire.

42La communauté se mit au travail pour faire des briques et de la maçonnerie, tandis que des collectes auprès des consistoires de Courtrai, Gand et Amsterdam, et des dons fournis par la Société missionnaire néerlandaise (Nederlandsch Zendelinggenootschap) et le duc de Saxe-Weimar, permettaient de couvrir les frais de construction, qui s’élevaient à 4 000 florins.

  • 29 Een eeuw van het evangelisch-protestantsch onderwijs te Maria-Hoorebeke in Oost-Vlaanderen, 1820-19 (...)

43En novembre 1820, l’école était inaugurée, sous la direction de Dirk-Stephanus Lamers, qui la desservit jusqu’à sa démission, le 21 janvier 184429.

  • 30 Célébration du jubilé cinquantenaire du Synode, Bruxelles, 1890, p. 151.

44A Anvers, le consistoire résolut en décembre 1824 d’ouvrir une école protestante « parce qu’il y avait des enfants qui couraient les rues et ne fréquentaient aucune école, et que, d’autre part, les enfants protestants fréquentant les écoles catholiques de la ville, y subissaient l’influence funeste d’un esprit anti-protestant »30.

45Un an plus tard, le 12 janvier 1826, cet établissement qui portait le nom d’école « diaconale », parce qu’elle était gratuite et destinée aux enfants pauvres, était ouverte avec six enfants, qui furent confiés à l’institutrice Madame J. C. Van Ellekom.

46C’était un acte de foi, car le consistoire notait « zonder fondsen te hebben voor de school ». Par la suite, la direction de l’école fut remise à l’organiste de Ligny, puis à l’instituteur Julius en 1828 et à l’instituteur Adriaansen en octobre 1829.

  • 31 A. EPBr., Registre..., p. 92.

47A Bruxelles, la situation est toujours la même ; de temps en temps, des candidats se présentent — ainsi, le 4 décembre 1814, le sieur Speekmann de Wesel31 — mais les fonds manquent et le premier registre des délibérations du consistoire se clôt le 18 janvier 1818, sans que l’école soit fondée.

48La disparition des deux registres suivants, de janvier 1818 au 2 avril 1867, nous empêche de suivre les tractations du consistoire, sous la direction du pasteur J. P. Charlier, qui meurt subitement à Maestricht le 9 octobre 1822, et de son successeur, le pasteur Jean Henri Merle d’Aubigné.

49Toutefois, deux documents permettent de préciser les circonstances de la fondation de l’école protestante et les premières années de son existence.

50Le premier est une liste de souscriptions, dont l’intitulé des raisons est signé par J. H. Merle d’Aubigné le 27 avril 1826. Une note figurant en tête montre qu’elle fut soumise au consistoire le 18 juillet 1826.

  • 32 A. EPBr., Pièces diverses no 34.

« L’institution que les protestans de Bruxelles doivent peut-être le plus désirer, maintenant surtout qu’ils ont le bonheur de vivre sous un gouvernement où tout ce qui est bien peut facilement s’exécuter, est l’établissement d’une école primaire tenue par un maître protestant. Parmi les nombreuses écoles dont la ville de Bruxelles est remplie, il n’en existe point encore de semblable. Les conséquences les plus fâcheuses en résultent. Quelques enfans viennent à l’âge de la confirmation sans savoir même lire, ce qui est inoui pour un enfant protestant : d’autres qui fréquentent des écoles tenues par des maîtres catholiques-romains (où ils sont souvent en butte à la raillerie) y puisent des notions tout-à-fait opposées à nos principes religieux ; ce dont il serait facile de citer de nombreux et tristes exemples.
Aussi dès la fondation d’une église protestante en cette ville, les membres de cette église regardèrent-ils comme une de leurs plus importantes tâches, de se procurer un maître d’école qui pût faire jouir les enfans de leur communion des bienfaits nombreux dont ils sont entourés dans les pays évangéliques. C’est ce qu’attestent les régistres de l’Eglise française-allemande. Des difficultés ont arrêté jusqu’à présent ce bienfaisant projet. La bonté et la générosité de Sa Majesté viennent de les faire disparaître en grande partie. Elle a daigné accorder à l’Eglise protestante wallonne et allemande avec 400 fl. d’appointement, un chantre-lecteur qui aux termes de l’arrêté royal pourra être chargé des fonctions de Catéchiste, et qui pourra aussi établir une école. Le Consistoire a arrêté d’ajouter 200 fl. par an des fonds de l’Eglise à la somme accordée par Sa Majesté. Mais il resterait encore quelques frais à couvrir, soit pour le logement de la personne nommée par Sa Majesté, soit pour l’emplacement et l’établissement de l’école : La dite personne est attendue incessamment.
C’est à cette fin que la présente souscription est ouverte. Nous avons la ferme espérance que Dieu qui a incliné le cœur de Sa Majesté, et nous a fait trouver un bon sujet (selon l’expression dont Sa Majesté s’est servie vis-à-vis de nous) inclinera aussi favorablement les cœurs de nos corréligionnaires. Nous nous adressons donc avec confiance aux protestans de Bruxelles, persuadé qu’eux qui ont donné à plus d’une reprise des preuves de leur générosité vis-à-vis de l’étranger, feront de même quand il s’agit de pourvoir aux plus pressans et plus importans besoins de leurs propres enfans, ou tout au moins des enfans de leur communion en cette ville »32.

51La liste comporte 44 noms de personnes qui souscrivent des sommes allant de 2 1/2 à 30 florins par an, et qui ont versé pour les trois premières années.

  • 33 A. EPBr., Procès-verbaux du consistoire, registre 4, p. 52.

52Le deuxième document est la minute d’un rapport présenté au consistoire par M. Romberg à la séance du 29 septembre 187033. La pièce n’est pas datée, mais d’après son contenu, il est certain qu’il s’agit du document qui fut soumis au consistoire :

« La commission des écoles s’est réunie cette année et a fait un examen approfondi de la situation. Elle a décidé qu’un rapport sera présenté au Consistoire. Monsieur Romberg a bien voulu se charger de cette mission et la lecture de ce document sert de base à une discussion sur les mesures les plus urgentes à prendre pour relever le prestige de ces institutions. »

53Heureusement pour nous, ce rapport débute par « quelques mots d’abord sur le passé de l’institution » :

  • 34 En fait elle le fut au plus tôt en juillet 1826, selon le document précédent. L’Historique de l’Eco (...)
  • 35 Archives du Synode de l’Eglise Protestante de Belgique (A. S. EPB.), carton no 19.

« L’Ecole fut fondée en 182534 ; elle était alors établie rue d’Or. Elle fut transférée en 1832 Rue du Musée dans un local que l’administration communale mit à la disposition du consistoire pour cet objet. En 1841 l’Ecole émigra rue de l’Arbre ; elle quitta ce local pour son siège actuel, rue Haute. Les classes de filles qui avaient un local spécial, rue Cuiller-à-pot, furent placées dans le même établissement. Il y avait en outre, anciennement, une seconde école, rue du Chien Marin qui compta jusqu’à 80 élèves »35.

54Le changement de régime, provoqué par la Révolution belge, ne semble pas avoir affecté le développement de ces écoles.

***

Une période d’indépendance scolaire

  • 36 F. VAN KALKEN, Histoire du Royaume des Pays-Bas, p. 168-169.

55Le 26 septembre 1830, alors que les troupes hollandaises occupaient encore le Parc de Bruxelles, un Gouvernement provisoire fut formé36. Dès le 12 octobre, il publia un décret :

  • 37 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 27.

« Les arrêtés qui ont mis des entraves à la liberté de l’enseignement sont abrogés. Les universités, les collèges, les encouragements donnés à l’enseignement élémentaire sont maintenus jusqu’à ce que le Congrès National ait statué sur la matière »37.

56Ainsi, toute la législation antérieure concernant l’enseignement était abrogée, en tant qu’elle y mettait des entraves, mais, d’autre part, elle était maintenue en ce qui touche aux encouragements. D’autres décrets, datés du 16 du même mois, proclamaient entre autres la liberté d’association, de culte et d’opinion :

  • 38 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 27-28.

« Art. 1 : Il est libre à chaque citoyen ou à des citoyens associés dans un but religieux ou philosophique quel qu’il soit de professer leurs opinions comme ils l’entendent et de les répandre par tous les moyens possibles de persuasion et de conviction.
Art. 3 : Les lois générales et particulières entravant le libre exercice d’un culte quelconque et assujettissant ceux qui l’exercent à des formalités qui froissent les consciences et gênent la manifestation de la foi professée, sont également abrogées.
Art. 4 : Toute institution, toute magistrature créée par le pouvoir pour soumettre les associations philosophiques ou religieuses, et les cultes, quels qu’ils soient, à l’action ou à l’influence de l’autorité sont abolies »38.

57Le 7 février 1831, le Congrès National faisait publier la Constitution. L’article 17 stipule :

  • 39 J. H. VLAEMMINCK, Le droit constitutionnel belge, Bruxelles, 1959, p. 167.

« L’enseignement est libre ; toute mesure préventive est interdite ; la répression des délits n’est réglée que par la loi. L’instruction publique donnée aux frais de l’Etat est également réglée par la loi »39.

58Ce principe d’absolue liberté était bon, mais son application fut funeste. Beaucoup d’administrations locales comprirent ces libertés dans un sens négatif : elles ne prirent plus en charge les traitements des instituteurs et ne s’occupèrent plus de l’entretien des locaux scolaires. Ainsi, deux mille écoles, soit près de la moitié de celles qui existaient précédemment, disparurent.

59Le gouvernement ne pouvait intervenir que par des encouragements ; en fait, il perdait la direction suprême de l’enseignement public. Il ne pouvait créer de nouvelles écoles, tandis qu’il devait lutter avec la concurrence d’une multitude de petites écoles, plus ou moins bien gérées. Quiconque pouvait ouvrir une école, sans autorisation, sans cautionnement, sans même fournir des preuves de connaissances scientifiques ou pédagogiques.

60Dans de telles conditions, l’analphabétisme se répandit de plus en plus, et vers 1842, il atteignait plus de 43 % des miliciens.

61Parallèlement, l’Eglise catholique renforçait sa position par la création d’écoles des Frères, et l’évêque de Liège, Mgr Van Bommel, définissait la ligne de conduite de l’Eglise en matière d’enseignement :

  • 40 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 119-121.

« L’instruction publique, pour être sociale, doit être essentiellement religieuse et morale ; la religion, non pas une vague religiosité, mais la religion positive doit en être la base, doit y avoir la principale part. L’union intime de l’Eglise et de l’école entre dans les conditions essentielles de la société, elle est la première condition de la civilisation ; cette union brisée, on retourne à la barbarie.
La religion n’est point d’institution humaine, le prétendre, c’est vouloir l’anéantir ; elle ne saurait être une propriété, une dépendance de l’Etat [...].
L’école est mixte : à l’Eglise sa part, à l’Etat la sienne [...].
L’Etat veille à ce que le matériel des écoles soit soigné et l’instruction civile en rapport avec les besoins des populations.
L’Eglise donne l’instruction religieuse et morale, surveille et dirige l’éducation qui forme l’homme social et moral. A elle la principale mission de l’école »40.

62Cette période d’absolue liberté, pour ne pas dire d’anarchie, qui s’étend du 12 octobre 1830 au 23 septembre 1842, va-t-elle marquer un changement dans l’optique des Eglises protestantes ?

63C’est pour ces Eglises une période importante qui voit se fonder la Société Evangélique belge en 1837 et l’Union des Eglises en 1839. Le problème des écoles se pose dans le cadre général de la vie de l’Eglise et de l’organisation ecclésiastique. La création d’écoles, il y en aura une demi-douzaine pendant cette période, répond toujours aux trois impératifs que nous avons déjà rencontrés :

  1. Les enfants arrivent à l’âge de la confirmation sans savoir même lire.

  2. Il faut les soustraire à l’influence catholique ou anti-protestante.

  3. Il faut les empêcher de courir les rues.

  • 41 E. M. BRAEKMAN, Le Protestantisme liégeois depuis 1800, dans Le Flambeau, 52e année, no 4-5, 1969, (...)

64En 1832, était nommé à Liège le pasteur A. V. Richard, originaire d’Alsace. Cet organisateur-né, que l’on peut considérer comme le fondateur du Synode41, réorganisa sur des bases solides la communauté et la dota dès les premiers mois de son arrivée d’une école primaire.

  • 42 Archives de l’Eglise protestante de Liège (A. EPLg.), Registre de l’Ecole.

65Le registre de l’école, commencé en 183542, débute par un résumé historique :

« L’établissement d’une école protestante fut décrété par le vénérable consistoire de l’église évangélique française-allemande de Liège et le projet d’organisation fut présenté par le Pasteur dans la séance du 15 juillet 1832.
Ce projet ayant été mis en circulation fut discuté dans les séances du 12 Août, 18 et 30 Septembre de la même année et finalement revu, approuvé et signé dans celle du 7 Octobre 1832 [...].
Afin que la mémoire des membres du consistoire qui ont commencé et établi sur des bases solides, une œuvre aussi utile à l’église protestante de Liège, reste en bénédiction aussi longtemps que leur œuvre subsistera, il est de notre devoir de constater leurs noms dans ces fastes de l’école protestante. Voici ces noms.
Messieurs A. V. Richard, pasteur
J. Auguste Lynen, ancien
M. J. Charlier, ancien
Ch. L. Meigen, diacre
J. G. Huppertz, diacre
Le consistoire a choisi pour remplir la place de Régent à l’école protestante Mr Leeger de Stolberg, entré en fonction en 1832 mais qui ensuite a donné sa démission. Par intérim les fonctions de régent ont été remplies par Mrs Moos et Lynen, jusqu’à ce qu’en 1834 le consistoire a nommé à cette place Mr A. Decker qui a commencé son instruction le 1er Octobre de la dite année. »

  • 43 A. R. du 29 octobre 1832, portant que la somme de 150 florins, allouée au consistoire protestant de (...)

66Les fonds nécessaires à la création et au maintien de l’école provenaient de trois sources : des collectes à domicile parmi les membres de l’Eglise, un subside annuel de 100 francs accordé par la ville de Liège et un subside annuel de 600 francs alloué par le gouvernement43.

67Le premier règlement ne nous étant pas parvenu, nous extrayons de celui qui fut adopté par le consistoire, au mois d’août 1843, les articles suivants :

  • 44 A. EPLg. Pièces diverses.

« Cap : 1er. Du Régent.
Art. 2. Le Régent, homme de mœurs pures, et appartenant à la religion évangélique sera chargé de l’enseignement des diverses parties de l’instruction primaire énoncées plus bas. Il aura à donner ses leçons tous les jours de 9 à 12 et de 2 à 4 excepté l’après-dîner du jeudi.
Cap : IV. Objet de l’enseignement.
Art. 1. A. Grammaire française. B. Grammaire allemande. C. lecture française et allemande. D. écriture française et allemande. E. Calcul. F. principes de la musique et du chant. G. Géographie et histoire et principalement celle de la patrie, et réciter par cœur des morceaux édifiants des bons ouvrages.
Art. 2. Les ouvrages de femme seront enseignés par une institutrice choisie à cet effet.
Cap : V. De la Religion.
Art. 1. Le Pasteur sera chargé de l’enseignement de la Religion évangélique et de la surveillance des enfans en ce qui concerne la Religion.
Art. 4. Les livres adoptés par le Consistoire pour l’enseignement de la religion, sont A. le catéchisme. B. le nouveau testament. C. l’histoire de la Bible.
Cap. VI. Caisse de l’Ecole.
Art. 1er. La rétribution mensuelle pour tout enfant est de deux francs, payables d’avance.
Art. 2. Chaque enfant payera en outre et d’avance, trois francs pour le chauffage pendant l’année.
Art. 3. Le Consistoire pourra exempter des rétributions les enfans dont les parens seraient reconnus insolvables. Il ne perdra jamais de vue que l’école est plus spécialement pour les pauvres »44.

  • 45 En Souvenir du 75e anniversaire de la Société évangélique belge, Bruxelles, [1912], p. 36.
  • 46 L. ANET, Histoire des trente premières années de la Société évangélique belge ou Eglise chrétienne (...)

68Le groupe de pasteurs, qui avaient fondé la Société Evangélique belge, fut dès la deuxième séance du Comité45, le 27 novembre 1837, confronté au problème de l’enseignement des enfants protestants. La demande de la création d’une école à Dour avait été formulée par le pasteur Jonathan de Visme. Ayant pu réunir quelques fonds, il engagea en janvier 1838 l’instituteur Joseph Derbecq, recommandé par le pasteur de Lemé en France, et en septembre 1838, l’école fut ouverte46.

69Dans le premier rapport de la S. E. B., une lettre de Derbecq est insérée, dans laquelle il écrit notamment :

  • 47 Premier Rapport de la S. E. B., Bruxelles, 1839, p. 64.

« Le nombre de mes élèves est de 26, parmi lesquels se trouvent 12 catholiques. J’ai maintenant 4 classes, pour l’écriture : 1re, 3e, 4e, 5e, 4 demi-cercles de lecture sont occupés pour la lecture, et de même pour l’arithmétique. L’exercice de lecture est pour moi le plus pénible, car les moniteurs manquent souvent de fermeté et de gravité. D’ailleurs, ils ont, en général, moins de goût pour cet exercice que pour l’écriture et le calcul »47.

70En 1843, l’école de Dour passa de l’administration de la S. E. B. à celle de l’Eglise synodale de Dour.

  • 48 Sixième Rapport de la S. E. B. Année 1843, [Bruxelles], 1844, p. 19.

« Cet établissement pouvant se soutenir en grande partie par d’autres ressources que par celles qui ont subvenu jusqu’à présent à ses dépenses, et devant être mieux dirigé par le Pasteur appelé déjà par ses fonctions à le surveiller, il était naturel de prendre une telle détermination. Les prévisions n’ont point été trompées : l’école a prospéré, elle compte même un plus grand nombre d’enfants qu’auparavant »48.

  • 49 L. ANET, op. cit., p. 52-53.

71L’origine de l’école de garçons, fondée à Bruxelles en 1840 et gérée par la S. E. B., remonte en fait à une date antérieure à la constitution du Comité. En juillet 1837, le capitaine britannique Duff, de passage à Bruxelles, avait engagé les amis qu’il y avait rencontrés à ouvrir une école gardienne ou, comme on disait alors, une « salle d’asile ». Grâce à un don qu’il laissa lors de son départ, cette école put être ouverte le 6 août 1838, sous la direction de mademoiselle Charlotte Aguet, originaire de Suisse romande49.

  • 50 Premier Rapport de la S. E. B., p. 65-67.

72Dès ce moment, la S. E. B. a en vue l’ouverture d’une école de garçons, mais elle ne peut donner une suite immédiate à ce projet à cause du manque de local et de l’absence de celui qui a été désigné comme instituteur50.

  • 51 E. M. BRAEKMAN, Guy de Brès, I. Sa vie, Bruxelles, 1960, p. 6.

73Celui-ci, Pierre-B. Bähler, originaire de Hollande, avait publié à Amsterdam en 1836, sous le titre « Guido de Brès in zijn leven en sterven », une traduction de la notice de Jean Crespin consacrée au Réformateur belge51.

  • 52 En souvenir..., p. 35-36.

74Le procès-verbal de la première séance du Comité, le 16 novembre 1837, signale « qu’il accomplit à ce moment-là une mission en Hollande pour y faire connaître l’oeuvre d’évangélisation de la Belgique et lui gagner des amis »52.

  • 53 L. ANET, op. cit., p. 35.

75A la séance du 14 décembre 1837, il est nommé membre du Comité53, et le premier rapport annuel de la S. E. B. note à son sujet :

  • 54 Il s’agit de l’enseignement mutuel.
  • 55 Premier Rapport de la S. E. B., p. 63.

« Dans le premier numéro de nos Publications Mensuelles, nous avons dit que nous avions trouvé un frère, qui nous paraît être la personne qu’il faut pour seconder les vues du comité au sujet de ce département scolastique, et que la société des écoles Britannique et Etrangère, avait généreusement consenti à le recevoir pour qu’il pût s’instruire dans le système54 adopté par cette société pour les écoles [...].
En préparant notre frère Bahler, pour sa tâche difficile, la société de Londres nous a aidés, en même temps qu’elle a épargné nos ressources pécuniaires. M. Bahler, à son retour de Londres, s’est rendu à Dour pour visiter l’école que nous y avions ouverte depuis quelques temps afin de consulter l’instituteur qui est à la tête de cette école, et de lui donner aussi des conseils »55.

  • 56 L. ANET, op. cit., p. 55.
  • 57 Troisième Rapport de la S. E. B. Année 1840, Bruxelles, 1841, p. 8-9.

76En fait, depuis octobre 1838, la S. E. B. avait placé l’œuvre des écoles sous l’inspection de P. B. Bahler56, et l’année suivante, elle avait eu l’intention de l’envoyer à Charleroi, mais « le moment n’étant plus opportun », elle le désigna pour l’école des garçons à Bruxelles, qui s’ouvrit en avril 184057.

77Un an plus tard, le 17 juin 1841, il offrait sa démission :

  • 58 Archives de l’Eglise Réformée de Belgique (A. ERB.), Farde école no 1, dossier 7, document 1.

« Je vous prie par la présente lettre de vouloir bien communiquer en mon nom au Comité pour les Ecoles Evangéliques Belges, qu’ayant reçu vocation comme Evangéliste à Mons, j’ai cru devoir me rendre à cet appel et que je prends en conséquence ma démission comme instituteur de l’Ecole primaire de garçons à Bruxelles, pour le 1er juillet prochain »58.

  • 59 [J. B. B. L. ANDRY], Histoire du Synode de l’Union des Eglises protestantes évangéliques de Belgiqu (...)

78Suffragant du pasteur J. de Visme pour les communautés de Mons et de Pâturages, il s’installa dans cette dernière localité, mais les rapports entre le pasteur et l’évangéliste se tendirent peu à peu et, en 1844, P. B. Bähler accepta l’appel d’une Eglise en Hollande59.

  • 60 R. COLLINET, Un pionnier de l’Evangélisation en Belgique, Amand Cacheux, 1815-1895, Seraing - Bruxe (...)

79L’école de Bruxelles qui, en 1841, avait été transférée 24 rue Ducale, fut confiée aux soins d’Amand Cacheux60, mais, deux ans plus tard, il fut appelé par la S. E. B. à se consacrer à l’évangélisation, d’abord dans le Brabant wallon puis dans la province de Liège.

80Son successeur, Adolphe Cornet-Auquier, originaire de La Bouverie, restera jusqu’à la fermeture de l’école. Dès le 11 février 1850, il écrivait au Comité :

  • 61 A. ERB, Farde école no 1, dossier 7, document 22.

« D’importantes raisons : telles que ma santé, celle de ma femme et de mes enfants, de même que l’impossibilité où je me trouve de pouvoir vivre à Bruxelles avec mon petit salaire [1.200 francs par an], m’obligent à vous dire que je suis décidé à quitter le poste que j’occupe actuellement, et à vous prier de vouloir bien me faire savoir si vous comptez pouvoir me donner une école à la campagne »61.

  • 62 R. CASTIAUX, Heurs et malheurs d’une église du Borinage ou Notice historique sur l’église évangéliq (...)
  • 63 XXIII e Rapport du Comité d’évangélisation des Eglises synodales de Belgique (C. E. S.), 1879-1880,(...)

81Il est probable que la S. E. B. ne put lui trouver une place, car nous le retrouvons instituteur de l’école protestante de Pâturages de mai 1850 au 1er octobre 1853, puis de celle de La Bouverie, où son frère Hector venait d’être nommé pasteur62, du 1er octobre 1853 au 1er mars 187063.

82Le départ de Cornet-Auquier précipita certainement le processus de fermeture de l’école de garçons à Bruxelles, ainsi que le laisse entrevoir le rapport annuel de la S. E. B. :

  • 64 A cette date, les deux Eglises missionnaires de Bruxelles, dites « du Boulevard de l’Observatoire » (...)
  • 65 Treizième Rapport de la S. E. B. Exercice 1850-1851, Bruxelles, 1851, p. 29.

« D’un côté la nécessité de créer de nouvelles écoles pour les églises qui appartiennent à notre Société64, et de l’autre l’état de gêne financière, où nous nous trouvions, nous ont imposé la pénible nécessité de supprimer l’école de garçons que nous avions à Bruxelles. Elle a été fermée l’année dernière, au mois de juin. C’est avec bien du regret que nous avons dû par là cesser nos relations officielles avec notre frère A. Cornet-Auquier, qui a dirigé cet établissement environ 7 ans, avec intelligence, dévouement et bénédiction. Notre sympathie et nos prières l’ont accompagné à son nouveau poste »65.

  • 66 Quatrième Rapport de la S. E. B. Année 1841, Bruxelles, 1842, p. 18.

83Peu après l’ouverture de l’école de garçons à Bruxelles, le comité de la S. E. B. se préoccupa de créer, également à partir de la salle d’asile, une école de filles. Dans le rapport de 1841, il est fait mention du choix d’une maîtresse, madame Brand, et de la constitution d’un fonds de départ66, et l’année suivante, l’école est ouverte rue de la Paix à Ixelles :

  • 67 Cinquième Rapport de la S. E. B. Année 1842, Bruxelles, 1843, p. 16.

« La nouvelle institution pour les jeunes filles, ouverte dans un des faubourgs de la capitale, a eu à lutter contre une continuelle opposition ; elle a été malgré cela bien suivie, les travaux à l’aiguille ont été faits avec soin, et l’application des élèves à la lecture de la parole de Dieu est très-satisfaisante »67.

  • 68 L. ANET, op. cit., p. 135.
  • 69 Neuvième Rapport de la S. E. B. Année 1846, p. 34, et Dixième Rapport de la S. E. B. Année 1847, p. (...)
  • 70 Seizième Rapport de la S. E. B. Année 1853-1854, Bruxelles, 1854, p. 16.

84Le traitement de l’institutrice était fourni par une demoiselle Peterson68 mais, en 1846, elle quitta la Belgique, et le comité ne pouvant plus faire face aux dépenses, décida de fermer l’école des filles au 30 juin. Toutefois, un groupe de protestants bruxellois continua à pourvoir aux frais. Il semble que cette école ferma définitivement ses portes en juin 184769, à moins qu’elle ne fut reprise par l’Eglise missionnaire de « Belliard », qui gère une école de filles en 1852, mais dont nous ne connaissons pas la date de fondation70.

  • 71 R. CASTIAUX, op. cit., p. 3-4.
  • 72 XXIIIe Rapport du C. E. S., p. 13.

85En 1840, La Bouverie n’était qu’un hameau de Frameries, et ce n’est que par l’arrêté royal du 30 mars 1845 qu’elle fut érigée en commune distincte71. La seule école du hameau jusqu’en 1843 fut l’école protestante72, que le comité de la S. E. B. y avait ouverte en octobre 1840 :

  • 73 Il s’agit du pasteur Maton, originaire d’Esquéhéries (France), de la Société des Missions d’Europe, (...)

« Quelques jours après la décision qui établissait M. Bàhler à Bruxelles, le comité reçut une demande pressante de l’évangéliste73 et des pères de famille du troupeau de Labouverie, pour qu’une école leur fut accordée [...].

  • 74 Troisième Rapport de la S.E.B. Année 1840, p. 9-10.

86Plusieurs membres de la Société des Amis, MM. Gurney, Allen, Foster et Mme Fry [...] d’après l’exposé des besoins des chrétiens évangéliques de Labouverie, ils nous autorisèrent à faire pour leur compte, pendant un an, les frais d’une école dans cette contrée. L’instituteur se trouva bientôt ; un père de famille, ancien de l’église de Pâturages [...] nous offrit ses services. M. Devisme et l’évangéliste de Labouverie rendaient le meilleur témoignage à sa piété et à ses lumières, c’est pourquoi nous le priâmes de se rendre à Bruxelles et d’y suivre pendant quelques temps l’école de M. Bâhler pour se mettre au courant de la méthode d’enseignement »74.

  • 75 Célébration du jubilé..., p. 276.

87Il s’agissait de Norbert Andry, qui fut instituteur à La Bouverie de la fondation de l’école jusqu’au 1er octobre 1853, et à Pâturages, de cette date au 1er avril 1876, lorsqu’il résigna ses fonctions pour cause de santé. Il mourut au mois d’août de la même année75.

  • 76 XXIII e Rapport du C. E. S., p. 13. de Theux fut chef de Cabinet et ministre de l’Intérieur du 31 m (...)
  • 77 Procès verbal de la séance du conseil communal, en date du 7 novembre 1868, cité par R. CASTIAUX, o (...)

88L’école, qui était attenante au temple, à la place du Champ Perdu, reçut sous le ministère de Theux un subside de 200 francs « à titre d’encouragement »76, et un autre de même valeur de l’administration communale en 1869, parce que l’école : « ne se trouve pas dans les conditions voulues pour être reconnue par la commune, considère cependant que ses classes sont très suivies et la majeure partie des élèves ne paient aucune rétribution, décide qu’il n’y a pas lieu d’adopter cette école, mais que, à titre d’encouragement, il sera accordé à l’instituteur Adolphe Cornet un subside de 200 francs pour l’année 1869 »77.

  • 78 Premier Rapport de la S. E. B., p. 46.
  • 79 Né à Aix (Nord, France), le 1er septembre 1810, évangéliste dans le Tournaisis, entré au service de (...)
  • 80 Deuxième Rapport de la S. E .B. Année 1839, no 1, Bruxelles, 1840, p. 17.

89Dans les premiers rapports de la S. E. B., il est encore fait mention des écoles de Taintignies et de Rongy. Dès la formation du comité, le pasteur François de Faye s’était adressé à lui pour obtenir une aide. Outre les trois lieux de culte de l’Eglise synodale qu’il desservait à Tournai, Rongy et Estaimpuis, il recensait des protestants dans sept villages « sur la frontière des deux Flandres ». Il ajoutait : « Cet évangéliste ferait sa résidence à Dottignies, point central des sept villages dont j’ai parlé »78. En mai 1838, il signale qu’il a trouvé un jeune homme, Constant-Joseph Dupont79, et le comité l’engage et le place à Dottignies. Il y prêche, ainsi qu’à Rollegem, Estaimpuis et Taintignies, où il s’établit en 184080.

  • 81 Troisième Rapport de la S. E. B. Année 1840, p. 10.

« Voyant combien, dans ce village et dans celui de Rongy, les enfants avaient peu de ressources d’éducation à leur portée, [il] a résolu de consacrer plusieurs jours par semaine à faire l’office d’instituteur. Il réunit maintenant une vingtaine d’élèves dans chaque localité »81.

90Il consacra de la sorte deux journées par semaine pour chaque école jusqu’à son départ pour Leers-et-Fosteau en 1845. L’école de Taintignies fut alors fermée, car elle ne figure plus dans les rapports des années suivantes.

91La lecture des rapports de la S. E. B. nous permet d’affirmer qu’une quatrième raison de créer des écoles protestantes s’est imposée à l’esprit des pasteurs et des fidèles à cette époque : le souci d’évangéliser les enfants :

  • 82 Cinquième Rapport de la S. E. B. Année 1842, p. 16.

« Si l’on nous demandait quelques preuves du bien accompli par ce genre d’évangélisation, nous répondrions : Est-ce peu de chose déjà que 300 enfants entendent lire ou lisent eux-mêmes le Nouveau Testament, et n’apprennent plus, à l’école, un catéchisme obscur et superstitieux ? Est-ce peu de chose encore qu’ils soient témoins d’une prière faite avec simplicité et onction au nom de Jésus, et ne récitent plus machinalement des Pater et des Ave ? »82.

92Le huitième rapport définit bien dans quelle optique la S. E. B. entend poursuivre son œuvre scolaire :

  • 83 Huitième Rapport de la S. E. B. Année 1845, Bruxelles, 1846, p. 27-28.

« Qu’il nous soit permis de faire encore remarquer à nos amis que l’accroissement de nos écoles démontre les progrès de l’évangélisation des adultes. Plus nos stations [= communautés] se développent, plus elles ont besoin d’écoles. On pourrait dire que les écoles sont des filles et en même temps des appuis des Eglises. Sans doute une Eglise pourra subsister quelques années, même dans un état prospère, sans avoir d’école, mais arrive un moment où ce secours lui devient nécessaire »83.

93Il semble que le pasteur Dupont, trop absorbé par son ministère à Taintignies, n’avait pu continuer à donner des leçons aux enfants de Rongy, car en 1841, le pasteur de Faye souleva le problème de la création d’une école au début de la session du Synode :

  • 84 A. S. EPB., Minute du procès-verbal de la session synodale du 22 juin 1841.

« Mr le pasteur Defaye expose au synode l’importance d’établir une école protestante à Rongie ; sa proposition est appuyée et développée par Mr le pasteur Vent fils, témoignant le désir que l’on emploie à l’établissement de cette institution les fonds ou une partie des fonds restant dans la caisse du synode. Il offre en outre de prêcher une fois chaque année pour recommander à la charité des membres de son église l’école protestante de Rongie.
Mr Borel [consul de Suisse, membre du consistoire de Bruxelles] objecte qu’un projet sur l’instruction primaire sera prochainement discuté dans les chambres et pense qu’il suffit d’inviter les églises à contribuer au soutient de l’école projetée.
Mr le pasteur Richard combattant également la proposition dont il s’agit offre comme Mr le pasteur Vent fils de prêcher un sermon chaque année en faveur de la dite école. Mr le pasteur Vent père se rallie à l’avis de Mr Richard. Il est unanimement décidé que cette question est plutôt une affaire individuelle que de la compétence du synode »84.

94Grâce à une lettre du pasteur de Tournai et Rongy, en date du 7 juillet 1841, nous apprenons que les tractations en vue de la fondation de l’école sont en bonne voie :

  • 85 A. S. EPB., Correspondance 1840-1842, lettre de F. de Faye à C. H. Vent.

« Je commence la présente pour vous prier ainsi que Mr votre fils [le pasteur E. H. Vent] d’agréer les remerciements de mon consistoire et les miens en particulier pour les bienveillantes intentions exprimées par votre obligeante lettre du 1er de ce mois. Nous ne pouvons en conséquence douter d’avoir bientôt la douce satisfaction de voir une école fondée à Rongy »85.

  • 86 Onzième Rapport du C. E. S., Saint-Josse-ten-Noode, 1861, p. 22-23.

95Il y a tout lieu de croire que l’école fut fondée à la fin de 1841 ou au début de 1842 et confiée aux soins de l’instituteur Bonte, jusqu’à son décès « dans la force des années » en 186086.

  • 87 L. HORMESS, Abrégé de l’histoire de l’Eglise Evangélique-Protestante d’Anvers, Anvers, 1865, p. 35.

96A Anvers, la Révolution belge, puis les événements de l’année 1831 avaient assez bien perturbé la vie de la communauté, aussi ce n’est que le 16 mars 1836 que l’école diaconale rouvre ses portes. Toutefois, la fraction allemande de l’Eglise désirait également qu’il soit pourvu à l’instruction de ses enfants, aussi le pasteur Sébastien Spoerlein proposa au consistoire, le 6 août 1840, la création d’une école de langue allemande. Le 4 février 1841 fut engagé comme maître d’école l’instituteur Auguste Volker, originaire de Stolberg87.

97Ainsi, au moment où l’Etat belge allait promulguer la première loi organique de l’enseignement primaire, les Eglises protestantes géraient plus de dix écoles : 1. les Eglises synodales : deux écoles à Anvers, une à Bruxelles, Dour, Liège, Sint-Maria-Horebeke et Rongy, soit sept écoles ; 2. les Eglises missionnaires : deux à Bruxelles, une à La Bouverie et une à Taintignies, soit quatre écoles.

Notes

1 La seule école secondaire protestante pour filles ne fut créée qu’en 1920 par l’Eglise Méthodiste belge à Uccle. C’est l’école dite « des Marroniers ». — E. M. BRAEKMAN, Le Protestantisme à Uccle, dans Quelques jalons de l’histoire d’Uccle, t. II, Bruxelles, 1969, p. 140-141.

2 Depuis sa fusion en 1969 avec la Conférence belge de l’Eglise Méthodiste ce corps porte le nom de Synode de l’Eglise Protestante de Belgique (S. EPB.).

3 En 1969 ce corps ecclésiastique prit le nom d’Eglise réformée de Belgique (ERB).

4 Cf. E. M. BRAEKMAN, La vie protestante en Belgique (1800-1865), Louvain-Paris, 1968, p. 134-161 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, no 54).

5 H. PIRENNE, Histoire de Belgique, t. VI, Bruxelles, 1926, p. 72-80.

6 L. LEBON, Répertoire historique, analytique et raisonné de l’enseignement populaire en Belgique, t. I, Bruxelles, 1871, p. 57-58.

7 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 58.

8 Archives de l’Eglise protestante de Bruxelles (A. EPBr.), Registre des procès-verbaux du consistoire (1804-1818), p. 16.

9 A. EPBr., Registre..., p. 18.

10 A. EPBr., Registre..., p. 19.

11 A. EPBr., Registre..., p. 21.

12 A. EPBr., Registre..., p. 23.

13 A. EPBr., Registre..., p. 24.

14 A. EPBr., Registre..., p. 25.

15 A. EPBr., Registre..., p. 29.

16 A. EPBr., Registre..., p. 29.

17 A. EPBr., Registre..., p. 31.

18 A. EPBr., Registre..., p. 32-33.

19 A. EPBr., Registre..., p. 33-34.

20 A. EPBr., Registre..., p. 34-35.

21 A. EPBr., Registre..., p. 75.

22 A. EPBr., Registre..., p. 77.

23 A. EPBr., Registre..., p. 78.

24 F. VAN KALKEN, Histoire du Royaume des Pays-Bas et de la Révolution belge de 1830, Bruxelles, 1910, p. 23.

25 H. PIRENNE, op. cit., t. VI, p. 240.

26 F. VAN KALKEN, op. cit., p. 58-59.

27 F. VAN KALKEN, Histoire de la Belgique et de son expansion coloniale, Bruxelles, 1954, p. 532-533.

28 H. R. BOUDIN, Le protestantisme à Ostende de 1815 à 1835, dans Société d’Histoire du Protestantisme Belge (S. H. P. B.), 5e série, 10e livraison, Bruxelles, 1974, p. 321-322.

29 Een eeuw van het evangelisch-protestantsch onderwijs te Maria-Hoorebeke in Oost-Vlaanderen, 1820-1920, s. I. n. d., p. 12-15. J. H. C. WAGENER, Histoire de la plus ancienne Eglise protestante de la Belgique, Bruxelles 1885, p. 43-46. S. DE JONGE, Bijzonderheden betreffende de gescbiedenis der gemeente te Maria-Horebeke, dans S. H. P. B., 4e série, 2e livraison, Bruxelles 1953, p. 89.

30 Célébration du jubilé cinquantenaire du Synode, Bruxelles, 1890, p. 151.

31 A. EPBr., Registre..., p. 92.

32 A. EPBr., Pièces diverses no 34.

33 A. EPBr., Procès-verbaux du consistoire, registre 4, p. 52.

34 En fait elle le fut au plus tôt en juillet 1826, selon le document précédent. L’Historique de l’Ecole primaire communale no 15, rue Haute 107, publié à l’occasion de son XXVe anniversaire, 1887-1912, rédigé par mademoiselle Rose BULS, déclare erronément, p. 2 « Il faut remonter à 1823 pour retrouver la première trace de l’existence de l’école ».

35 Archives du Synode de l’Eglise Protestante de Belgique (A. S. EPB.), carton no 19.

36 F. VAN KALKEN, Histoire du Royaume des Pays-Bas, p. 168-169.

37 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 27.

38 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 27-28.

39 J. H. VLAEMMINCK, Le droit constitutionnel belge, Bruxelles, 1959, p. 167.

40 L. LEBON, op. cit., t. I, p. 119-121.

41 E. M. BRAEKMAN, Le Protestantisme liégeois depuis 1800, dans Le Flambeau, 52e année, no 4-5, 1969, p. 289-290.

42 Archives de l’Eglise protestante de Liège (A. EPLg.), Registre de l’Ecole.

43 A. R. du 29 octobre 1832, portant que la somme de 150 florins, allouée au consistoire protestant de l’église de Liège, par A. R. du 5 juin de cette année, sera majorée de celle de 600 francs à partir du 1er janvier 1833, pour servir aux frais du culte et d’instruction des enfants pauvres de ce culte », Bulletin officiel des lois et arrêtés de la Belgique, t. V, 1832, no 961.

44 A. EPLg. Pièces diverses.

45 En Souvenir du 75e anniversaire de la Société évangélique belge, Bruxelles, [1912], p. 36.

46 L. ANET, Histoire des trente premières années de la Société évangélique belge ou Eglise chrétienne missionnaire belge, Bruxelles, 1875, p. 53.

47 Premier Rapport de la S. E. B., Bruxelles, 1839, p. 64.

48 Sixième Rapport de la S. E. B. Année 1843, [Bruxelles], 1844, p. 19.

49 L. ANET, op. cit., p. 52-53.

50 Premier Rapport de la S. E. B., p. 65-67.

51 E. M. BRAEKMAN, Guy de Brès, I. Sa vie, Bruxelles, 1960, p. 6.

52 En souvenir..., p. 35-36.

53 L. ANET, op. cit., p. 35.

54 Il s’agit de l’enseignement mutuel.

55 Premier Rapport de la S. E. B., p. 63.

56 L. ANET, op. cit., p. 55.

57 Troisième Rapport de la S. E. B. Année 1840, Bruxelles, 1841, p. 8-9.

58 Archives de l’Eglise Réformée de Belgique (A. ERB.), Farde école no 1, dossier 7, document 1.

59 [J. B. B. L. ANDRY], Histoire du Synode de l’Union des Eglises protestantes évangéliques de Belgique, Etterbeek, 1889, p. 45.

60 R. COLLINET, Un pionnier de l’Evangélisation en Belgique, Amand Cacheux, 1815-1895, Seraing - Bruxelles, [1932], p. 19-20.

61 A. ERB, Farde école no 1, dossier 7, document 22.

62 R. CASTIAUX, Heurs et malheurs d’une église du Borinage ou Notice historique sur l’église évangélique protestante de La Bouverie, La Bouverie, s.d., p. 16-24.

63 XXIII e Rapport du Comité d’évangélisation des Eglises synodales de Belgique (C. E. S.), 1879-1880, Etterbeek, 1880, p. 12-13.

64 A cette date, les deux Eglises missionnaires de Bruxelles, dites « du Boulevard de l’Observatoire » et de « Belliard » ne faisaient pas encore partie de la S. E. B.

65 Treizième Rapport de la S. E. B. Exercice 1850-1851, Bruxelles, 1851, p. 29.

66 Quatrième Rapport de la S. E. B. Année 1841, Bruxelles, 1842, p. 18.

67 Cinquième Rapport de la S. E. B. Année 1842, Bruxelles, 1843, p. 16.

68 L. ANET, op. cit., p. 135.

69 Neuvième Rapport de la S. E. B. Année 1846, p. 34, et Dixième Rapport de la S. E. B. Année 1847, p. 38.

70 Seizième Rapport de la S. E. B. Année 1853-1854, Bruxelles, 1854, p. 16.

71 R. CASTIAUX, op. cit., p. 3-4.

72 XXIIIe Rapport du C. E. S., p. 13.

73 Il s’agit du pasteur Maton, originaire d’Esquéhéries (France), de la Société des Missions d’Europe, qui desservit La Bouverie de 1837 à avril 1849.

74 Troisième Rapport de la S.E.B. Année 1840, p. 9-10.

75 Célébration du jubilé..., p. 276.

76 XXIII e Rapport du C. E. S., p. 13. de Theux fut chef de Cabinet et ministre de l’Intérieur du 31 mars 1846 au 11 août 1847.

77 Procès verbal de la séance du conseil communal, en date du 7 novembre 1868, cité par R. CASTIAUX, op. cit., p. 16.

78 Premier Rapport de la S. E. B., p. 46.

79 Né à Aix (Nord, France), le 1er septembre 1810, évangéliste dans le Tournaisis, entré au service de la S.E.B. le 28 mai 1838, puis en automne 1841 à Charleroi, au printemps 1842 il est de retour au Tournaisis, en 1845 à Leerset-Fosteau, en juillet 1859 à Houdeng-La Louvière, y décédé le 27 novembre 1873. — En Souvenir..., p. 38-41.

80 Deuxième Rapport de la S. E .B. Année 1839, no 1, Bruxelles, 1840, p. 17.

81 Troisième Rapport de la S. E. B. Année 1840, p. 10.

82 Cinquième Rapport de la S. E. B. Année 1842, p. 16.

83 Huitième Rapport de la S. E. B. Année 1845, Bruxelles, 1846, p. 27-28.

84 A. S. EPB., Minute du procès-verbal de la session synodale du 22 juin 1841.

85 A. S. EPB., Correspondance 1840-1842, lettre de F. de Faye à C. H. Vent.

86 Onzième Rapport du C. E. S., Saint-Josse-ten-Noode, 1861, p. 22-23.

87 L. HORMESS, Abrégé de l’histoire de l’Eglise Evangélique-Protestante d’Anvers, Anvers, 1865, p. 35.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540