Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

L’impossible ambassade

À propos des premières relations diplomatiques entre la Belgique et le Vatican, 1832-1837

André Boland

Texte intégral

  • 1 L’article repose en majeure partie sur des correspondances. Les lettres officielles sont conservées (...)

1Nouer des contacts diplomatiques n’est pas chose aisée : des difficultés surgissent parfois là où elles ne sont guère attendues. Les premières relations diplomatiques entre la Belgique et le Vatican1 en foisonnent, peut-être surtout par le fait de deux hommes qui, dans la phase finale, s’affrontèrent. Sans doute aussi parce que, dans la phase initiale, avait règné une certaine improvisation, source de malentendus.

Les revers de la courtoisie

  • 2 Cf. SIMON, Sterckx, t. II, p.333. L’indication contredit l’affirmation que « de 1830 à 1834, le gou (...)
  • 3 de Muelenaere à Vilain XIIII, 23 août 1832 (AAE).

2On sait qu’en matière de politique étrangère la jeunesse sinon l’impéritie de ceux qui avaient arraché l’indépendance de la Belgique était largement compensée par l’expérience — et la susceptibilité — de Léopold I er. Par l’entremise de Metternich, il obtint, en août 1832, le principe d’une mission belge auprès du Saint-Siège. Il s’agissait au premier abord d’un geste de pure courtoisie : prier Grégoire XVI de vouloir bien reconnaître le nouvel Etat et son Roi et montrer qu’on attachait le plus grand prix à l’estime du chef religieux de la majorité des Belges. Mais au-delà d’inoffensives apparences, des mobiles politiques se laissaient déjà discerner. En demandant, en contre-partie, une nonciature à Bruxelles2, le Roi ne cachait pas ses intentions de contrebalancer l’influence du menaisianisme dans le jeune clergé. Le gouvernement3 entendait couper court aux bruits qui circulaient ici ou là d’un prochain rattachement à la France et favoriser le clergé dont le rôle était jugé nécessaire dans l’enseignement, surtout primaire.

  • 4 H. HAAG, Les droits de la cité, Bruxelles, 1946, p. 63. — Sur Charles Vilain XIII, ci. aussi P. DE (...)
  • 5 « L’esprit d’intrigue caractérise les membres de la famille Vilain XIIII, dont le chef, tout en se (...)
  • 6 Retards et imprécisions étaient en partie dus à l’instabilité gouvernementale. Le général Goblet su (...)
  • 7 Sur ces questions et leur à-propos diplomatique, cf. P. VAN ZUYLEN, La première mission de Vilain X (...)

3L’initiative apparaissait normale ; sa réalisation devait être, pensait-on, sans histoire. C’était compter sans la personnalité de celui qui fut nommé pour cette mission de courtoisie : le vicomte Charles Vilain XIIII. Historiens et documents s’accordent pour en faire « le plus brillant représentant de la jeune noblesse belge »4, en même temps qu’ils soulignent son ambition et ses vastes projets d’avenir5. Agé de 29 ans, Vilain XIIII est raffiné, droit, généreux — non sans excès —, confiant jusqu’à la naïveté. L’envoyer en mission purement protocolaire tenait de la gageure : aussitôt en place — novembre 1832 —, il en fait une véritable mission diplomatique. Et puisque les rapports et instructions ne lui parviennent pas à temps6, il en tire justification des étonnantes libertés qu’il s’attribue aussitôt : il veut un démenti formel du concordat de 1827, la création d’un évêché à Bruges, la nomination immédiate d’un titulaire au siège vacant de Namur7.

  • 8 Rapport après la nomination de l’évêque de Namur (Th.).

4Tout ce qu’il réclamait, il l’obtint avec plus ou moins de bonne grâce : aux professions de foi et d’amitié du Vatican pour la Belgique se mêlait quelque impatience vis-à-vis de l’envoyé. Intelligent, celui-ci le comprit ; bouillant, il en conçut de la déception. Dans son rapport après la nomination de Mgr Barett à Namur, son langage donne le ton de son humeur : « Mon langage a été pressant et quelquefois très vif, mes sentiments de catholique et de belge se confondent pour trouver la conduite du Vatican peu généreuse et peu reconnaissante à notre égard. Il me semblait qu’on nous traitait trop en amis et sans façons, tandis que tous les ménagements étaient pour le roi Guillaume que, dans le fond, on déteste cordialement... »8. Tout se passe comme si s’entrecroisaient diverses actions diplomatiques divergentes. Au niveau supérieur, on parle de choses différentes : Rome justifie sa position par les questions de Vilain XIIII, Bruxelles se préoccupe de la Conférence de Londres et des efforts pour traiter honorablement avec la Hollande ; au niveau inférieur, Vilain XIIII mène une action personnelle.

  • 9 Commentaire de cette lettre dans VAN ZUYLEN, op. cit.

5En 1833, la courtoisie s’estompe. Dans une lettre du 10 janvier9, interceptée par le cabinet noir de Metternich, le diplomate suggère explicitement la suppression de l’ambassade à Rome. La rupture, sinon formelle, du moins de fait, du concordat la rend désormais inutile ; les rapports entre le clergé et le Vatican ne regardaient que les intéressés ; un ambassadeur coûterait au trésor public trois fois autant qu’un chargé d’affaires et entraînerait en contre-partie une nonciature à Bruxelles, dangereux instrument politico-religieux pour la domination du parti-prêtre, aux mains de personnalités souvent de peu de foi et de capacité. La conclusion était formelle : le Vatican ne comprenait pas la Belgique.

6Ce jugement ne pouvait que déplaire aux milieux romains. Les termes en étaient souvent abrupts et d’une certaine intransigeance. La teneur pouvait apparaître comme la thèse de certains catholiques-unionistes sur les relations entre Eglise et Etat. De là à accuser son auteur de complaisances menaisiennes, le pas fut vite franchi. Au lendemain de Mirari Vos (août 1832), le soupçon était grave.

  • 10 La lettre est citée par G. GOYAU, Le porte-feuille de Lamennais, Paris, 1930, pp. 75-79. Cf. H. HAA (...)
  • 11 Du Roi à Metternich, 20-10-32, AEV.

7Que Vilain XIIII ait été, un temps, menaisien, le fait est certain. Il avait correspondu avec Lamennais en août 1827, en juillet 1829. Lorsque parut Les Progrès de la Révolution et de la guerre contre l’Eglise (1829), il avait écrit : « Votre livre a paru, Monsieur, et a été pour moi comme une vive lumière qui a subitement éclairé ce coin obscur où je tâtonnais depuis si longtemps, j’ai vu la vérité, je me suis jeté ardemment sur ce trésor tant désiré, je m’en suis emparé, je l’ai fait mien et, depuis ce temps, papiste, ultramontain, j’ai retrouvé le calme et la tranquillité... »10. Le menaisianisme de Vilain XIIII fut un ralliement aux thèses de 1829 : le Pape et le Peuple. Au temps de l’Avenir puis de Mirari, ses sympathies sont plus politiques — défendre la Constitution belge — que doctrinales. Le 20 octobre 1832, le Roi juge le menaisianisme de son envoyé : « Le vicomte Vilain XIIII est en quelque façon de ce parti, mais j’ai tout lieu de croire qu’il est guidé par des intentions pures. Si l’on parvenait à Rome à le convertir, cela ne pourrait qu’influer en bien sur ceux qui pensent de même ici, dont les intentions sont droites, mais qui se laissent tromper par l’apparence »11.

  • 12 La première mission de Vilain XIIII ne concernait pas seulement la cour pontificale, mais aussi le (...)

8Si le plaidoyer fut entendu, la lettre de janvier 1833 en ruina les effets. Lorsqu’il quitte Rome le 16 avril 183312, Vilain XIIII est devenu « persona non grata ». La mission de courtoisie tournait court.

***

  • 13 Sur la politique royale, cf. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts..., p. 63-64 ; TERLINDEN, op. (...)
  • 14 DELATTE, Les instructions de Mgr Gizzi, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 1933, (...)

9Le Roi, cependant, s’obstine : d’avril 1833 à décembre 1835 il multiplie les démarches, recourant aux bons offices de Metternich, à l’entremise du nonce à Vienne. Son but : obtenir une nonciature à Bruxelles. Ses raisons : toujours contrôler le jeune clergé gagné aux idées nouvelles et obtenir par cette présence de « bonnes élections » et une Chambre docile13. En juillet 1834, ses efforts aboutissent : Mgr Gizzi est nommé internonce à Bruxelles, ses instructions rejoignent les préoccupations royales : « Les bons catholiques de Belgique désireraient voir certains évêques, curés et autres ecclésiastiques, s’occuper avec plus de zèle de la chose publique, spécialement de l’élection des députés à la Chambre, vu que de celle-ci dépend le bien-être de l’Etat et de l’Eglise »14.

  • 15 Cf. séances de la Chambre du 14 septembre 1835, du 29 janvier 1836 (sur le budget des Aff. étr.). L (...)
  • 16 D’après un « rapport sur les négociations qui amenèrent l’agréation de Vilain XIIII à Rome » (Th.), (...)

10Il reste à rallier le gouvernement et les Chambres au projet parallèle d’une représentation belge à Rome. Les objections ne manquaient pas : certains, comme Dumortier, invoquaient la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ou, comme Doignon, dénonçaient un danger pour les libertés religieuses, le risque de compromettre la liberté de l’Eglise de Belgique ; d’autres la refusaient comme une reconnaissance, au lendemain d’une révolution libérale, d’un pouvoir absolu : la puissance temporelle du Pape, que nul ne songeait alors à mettre en cause, n’exigeait au mieux qu’un chargé d’affaires. A l’opposé, on avançait les arguments les plus divers : récompense pour un pays dont les institutions laissaient une si grande latitude au clergé, utilité d’un intermédiaire en cas de conflit dans le clergé ou entre celui-ci et Rome ou le gouvernement, l’exemple d’autres pays, comme la Bavière et la Hollande, accrédités auprès du S. Siège. Puisque la Belgique ne pouvait se passer d’une représentation auprès des cours de Naples ou de Florence — deux bastions du pouvoir absolu — la refuser au Vatican serait mal interprété. Enfin, le pays avait un impérieux besoin de débouchés, d’un réseau de relations commerciales, spécialement avec l’Italie15. Un dernier baroud d’honneur fut engagé sur les incidences financières : Lebeau et de Muelenaere obtinrent le vote d’un crédit de 40.000 francs. Le 14 septembre 1835, la discussion est close, le principe d’une ambassade auprès du Vatican admis. Le 5 décembre 1835, Vilain XIIII est nommé officiellement ministre plénipotentiaire à Rome, Edouard Blondeel, secrétaire de légation16.

  • 17 Les détails sur les débuts de la carrière de Blondeel sont évoqués par de HAULLEVILLE, Les missions (...)
  • 18 Petit in-folio semi-hebdomadaire satyrique paraissant depuis le 1er janvier 1831. Cf. A. WARZEE, Es (...)
  • 19 Cf. de HAULLEVILLE, op. cit., p. 467.
  • 20 Lettre de Fornari à Pecci, supra. Il est à remarquer que les « boutades » à l’endroit de Goblet qui (...)
  • 21 Cf. ibidem. « Homme d’Etat éclairé et supérieurement distingué, dont les opinions sont semblables à (...)
  • 22 M me Lefebvre, veuve d’un avocat de renom de Bruxelles, hébergea en 1827, sur les instances de la c (...)
  • 23 Le détail est dans la lettre de Fornari, supra. D’après le recensement de 1816 (Archives de l’Hôtel (...)

11Dans la diplomatie des premières décennies de la Belgique indépendante, Blondeel17 tient une place étonnante : personnage énigmatique, carrière éblouissante. Né le 14 décembre 1809 à Gand, enfant naturel d’une couturière de 27 ans et de son patron, il intente, à sa majorité, une action en justice en vue de l’adoption légale et, ayant obtenu gain de cause, il se fait dès lors appeler Blondeel van Ceulebroeck. D’abord cabaretier dans un village flamand, professeur de français à Cologne en 1830, commis-voyageur en vins, il se lance dans le journalisme au Méphistophélès18. Son entrée dans la carrière diplomatique, le 31 octobre 1832, a été diversément expliquée : le général Goblet l’aurait introduit aux Affaires étrangères pour le remercier d’avoir été précepteur de son fils19, ou pour acheter son silence20. Selon une autre hypothèse, il dut sa carrière à Mgr Capaccini21 qu’il aurait connu en 1827 chez Mme Lefebvre22 où le diplomate romain et le futur commis aux Affaires étrangères avaient élu domicile : devenu le gendre de son hôtesse23, Blondeel aurait su intéresser à son avenir l’ancien internonce à La Haye, employé depuis 1831 à la sous-secrétairie d’Etat du Vatican.

  • 24 Sur les divers postes diplomatiques de Blondeel, cf. AE, Registre matricule de la diplomatie, Dossi (...)

12La carrière de Blondeel van Ceulebroeck semble ensuite liée à la confiance personnelle du Roi. Après Rome, il est consul général à Alexandrie (1837), à Mexico (1845), commissaire général du gouvernement au Guatémala. Chargé d’affaires (1848) puis ministre résidant (1853) à Constantinople, il en est expulsé pour avoir conçu — prématurément — le projet d’unir la Valachie et la Moldavie en un royaume autonome qu’on aurait offert au fils de Léopold. L’échec interrompt nullement sa carrière : ministre résidant à Washington (1859), envoyé extraordinaire à Mexico (1865) pendant la période troublée qui aboutit au désastre de Querétaro, envoyé extraordinaire en Espagne (1868). Mort à Madrid le 13 septembre 1872, il fut inhumé dans sa propriété de Borgo San Sepolchro, à côté même de celle de Mgr Capaccini24.

Les nécessités d’un compromis

13Associer dans une même mission deux hommes aussi différents d’origine et d’éducation tenait déjà du défi. Les circonstances transformèrent le pari en un imbroglio tantôt délicat, tantôt burlesque. A peine réunis, les deux hommes se trouvent séparés : dès le 26 janvier 1836, Blondeel est en poste à Rome, Vilain XIIII ne le rejoindra qu’en juin 1837.

  • 25 Cf. H. HAAG, Les droits de la cité, pp. 61-72.
  • 26 Paroles prononcées à la Chambre et rappelées dans une lettre de Lambruschini à Gizzi, le 23 août 18 (...)
  • 27 H. HAAG, Les origines..., p. 130 et 193, note 1. Cf. aussi ID., Les droits..., p. 66. Une note sur (...)

14Diverses raisons retardent le départ du ministre. D’abord il faut lui trouver un successeur au poste de gouverneur de la Flandre orientale : choix difficile, car dans des circonstances délicates et au milieu de passions déchaînées par la presse, Vilain XIIII s’était taillé une excellente réputation en fixant et réussissant un programme d’envergure, clore l’époque révolutionnaire par un essor industriel et culturel et par une politique sociale énergique25. Ensuite, Vilain XIIII reste « persona non grata » à Rome. Outre ses tendances menaisiennes qui ne sont oubliées, on lui reproche désormais son saint-simonisme : il est en rapport avec Marjolin qu’il a fait nommer à l’Université de Gand, il signe ses lettres « Saint-Simon », il voit dans ce courant « une religion pleine de bonheur et d’avenir »26. Mais, en 1836, les saint-simoniens ne sont déjà plus ce qu’ils avaient été et la pensée elle-même s’est muée en un idéal vague de libération sociale... Enfin, et c’est le fond du problème selon toute apparence, Rome n’a pas oublié la mission de courtoisie de 1832, les excès de langage de cet « esprit vif, pétillant, à la française »27. Les préventions demeurent, d’abord murmurées (Gizzi en parle au Secrétaire d’Etat Lambruschini dès le 6 décembre 1835), puis plus pressantes, au moment où l’on parle du départ imminent du ministre, en août 1836.

  • 28 Lambruschini à Gizzi, le 23 août 1836 (AV).
  • 29 Gizzi à Lambruschini, 20-9-1836 (AV).

15Dans une lettre au nonce, Lambruschini fait part du déplaisir du Pape devant le choix de l’envoyé : Rome aurait consenti à le recevoir pour ne pas avoir l’air de blâmer l’attitude des autres cours italiennes où il était aussi accrédité ; mais on croit savoir maintenant qu’il ne serait plus accrédité qu’auprès du St-Siège. On exige au préalable un démenti formel de ses idées saint-simoniennes28. Embarrassé, le nonce songe dès lors à permettre à l’intéressé une « honorable retraite »29.

  • 30 Gizzi à Lambruschini, 14-9-1836 (AV).

16Mais l’espérance tourne court : en l’absence du ministre de Muelenaere, Nothomb, secrétaire général aux Affaires étrangères, prend la défense de son subordonné. Les lettres de créance auprès des autres cours italiennes sont prêtes et le saint-simonisme dont on l’accuse n’a jamais dépassé le stade d’un engouement de jeunesse. Gizzi expédie la réponse30, sans commentaire... ni conviction : Nothomb est l’ami de Vilain XIIII.

  • 31 Vilain XIIII à de Theux, 17-9-1836 (Th.). L’accusation de légèreté est retenue par de HAULLEVILLE, (...)
  • 32 Gizzi à Lambruschini, 12-10-1836 (AV).
  • 33 Dietrichstein à Metternich, 2-11-1836, AEV. Gizzi reconnaissait qu’il n’était au courant des vérita (...)
  • 34 Tout se passe comme si on n’invoquait des raisons anciennes ou mineures que pour n’être pas contrai (...)

17Tout semble réglé et, brusquement, tout est remis en cause : le 13 septembre — date fixée pour son départ —, Vilain XIIII est encore à Bruxelles et le bruit court qu’il n’est plus question pour lui de partir. L’intéressé, qui accuse le ministre de légèreté, se résigne à solliciter du ministre de l’Intérieur de Theux le poste de bourgmestre de Leuth31. A l’agitation précipitée d’un moment succède aussitôt la réflexion : de Muelenaere prépare une solution, Vilain XIIII se tait, Gizzi se raccroche à l’idée d’une « retraite honorable »32. Une lettre de l’ambassadeur autrichien à Bruxelles laisse entrevoir l’explication : le nonce a finalement dévoilé à Nothomb les véritables raisons d’un refus que Rome a d’abord fait connaître à Vienne33. Tout laisse croire que, pour le Vatican, c’est une question de principes ! Lesquels34 ?

  • 35 Il s’agissait d’un projet de mariage de la princesse Victoria avec un Saxe-Cobourg et de la situati (...)
  • 36 Gizzi à Lambruschini, 23 (ou 25) août 1836, AV. La lettre a pour principal objet la relation d’une (...)

18Le Roi n’a pas attendu pour réagir. Avant de se rendre à Londres où l’appellent des affaires personnelles et politiques35, il fait savoir à de Muelenaere par van Praet son désaccord : le Saint-Siège a changé de politique à l’égard de la Belgique, il suscite des difficultés à un moment où la décision, par les préalables qu’elle entraînait, est irrévocable. Et d’affirmer : il y a du Blondeel là-dessous36.

  • 37 Lambruschini à Gizzi, 8-11-1836, AAE... La réponse tardive de Rome semble devoir être attribuée au (...)

19Rome, à son tour, se montre surprise de la réaction du Roi, maintient ses prétentions pour un désaveu des idées jugées peu orthodoxes de Vilain XIIII. Sa volonté de protéger Blondeel est explicite et... imprudente37.

  • 38 Blondeel à de Muelenaere, 26-2-1836, AAE. La correspondance du secrétaire revient souvent sur l’inf (...)
  • 39 Blondeel à de Muelenaere, 8-3-1836, AAE.

20De part et d’autre, l’attention est attirée sur le secrétaire de légation. Promu chargé d’affaires en l’absence du ministre, Blondeel s’est installé dans ses fonctions. Les circonstances jouent en sa faveur : Capaccini, son protecteur, depuis peu Secrétaire aux affaires extraordinaires, l’a installé avec magnificence. Le Secrétaire d’Etat Lambruschini lui aurait confié peu après son arrivée : « Maintenant que vous êtes ici, nous n’avons plus besoin de M. Vilain XIIII »38. Reçu bientôt en audience par le Pape39, il agit en maître. En novembre 1836, on lui dépêche un attaché de légation, van der Noot, qui arrive à Rome le 22 décembre.

  • 40 Lettre chiffrée du 8-3-1836, AAE.
  • 41 Lettre du 22-12-1836, AAE.
  • 42 Lettre du 29-12-1836, AAE.

21Dans les rapports envoyés à Bruxelles par Blondeel, il est malaisé de faire le partage entre une sincérité non feinte, un souci de se montrer à la hauteur de la tâche et l’ambition, voire l’intrigue. Dans un climat favorable, avec des protecteurs dont il a gagné l’estime par un don réel de sympathie, il s’acquitte de sa tâche avec empressement, rejoint les consignes qu’on lui transmet. En même temps, sa correspondance présente un subtil mélange de simplicité et de finasserie : le mot employé cache souvent une « pointe », il jette à la tête de ses ennemis l’encens et... l’encensoir. Mais il semble avoir l’art suprême de savoir à qui il peut se fier, de qui il doit se méfier. Dans le cas précis, il certifie qu’il a pris auprès des autorités romaines la défense de Vilain XIIII, assurant qu’il s’était « converti » de ses outrances..., mais il ajoute des phrases qui laissent planer un doute — réel ou feint ? — sur le succès de son intervention : « ... maintenant que vous êtes ici, nous sommes satisfaits », lui aurait dit le Pape40. En décembre 1836 encore, il revient sur le soupçon que le Vatican continue à nourrir à l’égard du ministre désigné41. Et lorsqu’il annonce l’acceptation par Rome de l’arrangement intervenu, il ajoute que Mgr Gizzi recevra l’ordre de la présenter comme une preuve d’attachement au Roi et d’amitié réciproque42.

  • 43 Vilain XIIII à de Muelenaere, Basele, 12-11-1836, Th.
  • 44 de Muelenaere à Capaccini, 28-11-1836, Th. ; de même de Muelenaere à Gizzi /26-11-1836/, minute, Th
  • 45 Ibidem. Dans cette lettre, de Muelenaere affirme qu’il porte à Blondeel le plus vif intérêt et que (...)

22Un compromis était en effet intervenu. Né d’une proposition de Vilain XIIII43 qui, assurant le ministre de sa disponibilité, exprimait le désir de n’être éloigné du pays que le temps strictement nécessaire à sa mission, l’arrangement s’arrêtait au principe d’une mission temporaire de quatre mois, après quoi Blondeel serait accrédité chef de légation44. Ainsi formulée, la proposition engageait de Muelenaere qui, depuis le début, ne cachait pas ses sympathies pour Blondeel45.

  • 46 Gizzi à Lambruschini, 14-12-1836, AV.
  • 47 Lambruschini à Gizzi, 29-12-1836, AV. Le même jour (29-12), Capaccini, qui ne semble pas encore au (...)
  • 48 Gizzi à Lambruschini, 29-12-1836, AV. Dietrichstein (à Metternich, 14-1-1837, AEV) présente le comp (...)
  • 49 Gizzi à de Theux, 17-1-1837, Th. Depuis le 13 janvier, de Theux cumule les deux départements de l’I (...)
  • 50 Dietrichstein (à Metternich, 25-2-1837, AEV) écrit, à cette occasion, que Vilain XIIII va implorer (...)
  • 51 Sur le départ de Mgr Gizzi, cf. A. SIMON, Sterckx..., t. II, p. 339-340 (met en avant des raisons d (...)

23La satisfaction semble règner, lorsque de Muelenaere démissionne. Gizzi voit sombrer le projet « attendu que les autres ministres sont favorables à Vilain XIIII »46 ; Rome s’étonne qu’un accommodement pris au nom du Roi puisse être rendu caduc par un changement de ministre47. L’émotion s’apaise aussitôt : de Theux, chargé ad interim des Affaires étrangères, a annoncé qu’il maintenait le compromis48. Rome n’accepte qu’après avoir obtenu de de Theux la garantie que la clause concernant Blondeel serait respectée49. Tout est préparé pour la mission : lettres de créance, instructions. Vilain XIIII part le 26 février 183750, passe d’abord à Florence où la maladie le retarde, arrive enfin à Rome où il est reçu par le Pape le 13 juin 1837. Quelques jours plus tard, Gizzi quitte la nonciature de Bruxelles51.

***

  • 52 Dietrichstein à Metternich, 2-11-1836, AEV.
  • 53 Dans une lettre au Pape (AV), le Roi parle d’interruption de la mission pour des circonstances indé (...)

24Dans l’imbroglio où s’entrecroisent sincérités et contrariétés, aggravé par la démission de de Muelenaere et par le retard des courriers, le compromis apparaît d’abord comme une victoire du Roi. A Bruxelles, les cercles diplomatiques en ont conscience. L’ambassadeur autrichien, rapportant une entrevue avec Gizzi, l’écrit à Metternich : c’est lui qui a tenu à ce choix en dépit de toutes les observations du nonce et de sa connaissance des antécédents, peu rassurants, du diplomate52. Mais c’est une victoire ambigüe : la volonté53 de faire des deux séjours de Vilain XIIII (1832, 1837) une seule et même mission ne cadre pas avec le fait de deux nominations et de deux arrêtés dont le second prétend inaugurer un « régime nouveau ». Victoire à la Pyrrhus, peut-être : la mission était temporaire, laissant à Blondeel le ferme espoir que son ambition serait aussitôt après comblée. Le compromis apparaît alors comme une victoire du secrétaire de légation. Mais aussi comme une victoire romaine : fidèle à ses habitudes de pondération, la cour pontificale ne voulut rien brusquer. Persuadée dans un premier temps que l’affaire ne s’arrangerait pas, que Bruxelles ne pourrait passer outre à l’attitude de son envoyé en 1832, elle fut obligée de compter avec la ténacité royale ; dès lors, tout en se rendant, par souci de déférence, aux raisons invoquées d’une décision longuement préparée et qui, délaissée, jetterait le discrédit sur une personnalité politique belge en vue, elle s’obstina à tenir à tous les points d’un arrangement qui lui permettait de sauver la face.

La voix du bon sens ?

  • 54 Vilain XIIII au ministre, 19 juin 1837, AAE.
  • 55 Vilain XIIII à de Theux, 19 juin 1837, Th. Cette lettre « confidentielle » n’est pas la même que la (...)
  • 56 Vilain XIIII à de Theux, 27 juin 1837 (Th.).

25L’accueil à Rome de l’ambassadeur indésirable est empreint de bienveillance. Tout se passe comme si on était résolu à respecter les formes de la dignité et de la bienséance. La cérémonie de remise des lettres de créance, fixée au 15 juin, a été marquée de difficultés parce que le texte n’était pas rédigé selon l’usage : Vilain XIIII rapporte l’incident sans y attacher autrement d’importance54. Il n’en attache pas plus à la proposition romaine de ne plus accréditer à Bruxelles qu’un chargé d’affaires : il n’y voit que l’obstination de Capaccini de donner à Blondeel une situation équivalente à Rome55... Après s’être installé, avoir pris contact avec le monde diplomatique du Vatican, le temps est déjà venu pour le congé traditionnel d’été : la chaleur romaine y invite, mais le choléra l’empêche de se réfugier à Naples56. Il ira donc à Florence.

  • 57 Le Père Rozaven, jésuite français expulsé de Russie en 1820 est Assistant du Général de l’Ordre jus (...)
  • 58 Vilain ΧIIII à de Theux, 23 juin, 7 juillet 1837, Th.

26Avec son secrétaire de légation, le ministre a d’abord adopté une attitude de neutralité, réduisant les contacts au strict nécessaire. Mais des incidents, d’abord mineurs, puis plus sérieux, balaient bientôt les bonnes intentions de façade. Blondeel avait pour cuisinière à son service une certaine Marie Lefebvre, qu’il congédia. Dépitée, la femme s’en va colportant les petits drames de la famille qui obtint « l’ordre de la faire mener à la frontière des Etats par la gendarmerie ». A trois reprises, une forte fièvre qui la retenait au lit la sauva de l’expulsion. Elle demanda alors protection au ministre qui s’engagea, par l’entremise du Père Rozaven57, à faire prouver son innocence. Interrogés, Blondeel et le chef de la Sûreté des Etats pontificaux — le cardinal-vicaire Prince Odescalchi — se renvoient la responsabilité : le premier accuse le second qui se défend en invoquant les instances de Blondeel depuis six semaines pour qu’on expulse cette femme qui n’est qu’un embarras pour la légation belge... Vilain XIIII n’est pas loin de penser que ce seul épisode suffirait à faire destituer un secrétaire de légation58. L’incident, pourtant, est mineur.

  • 59 Vilain XIIII à de Theux, 7-7-1837, note confidentielle, p. 4, Th.

27Un autre l’est moins. Deux lettres confidentielles de Vilain XIIII à de Theux — les 7 et 25 juillet 1837 — laissent éclater au grand jour l’incompatibilité des deux personnages. Le « hasard » a mis entre les mains du ministre une lettre de Blondeel à Capaccini lors de la démission de de Muelenaere (27 décembre 1836). Le texte, dont Vilain XIIII expédie à Bruxelles une copie, trahit l’anxiété devant la chute d’un protecteur, l’incertitude devant son successeur ; elle implore les conseils de son ami. « Les circonstances actuelles sont d’une si immense importance pour moi... » ; que doit-il dire au Pape ? que doit-il écrire à de Muelenaere ?... « Si vous avez fait beaucoup d’hommes, Monseigneur, je doute qu’il y en aient (sic) qui vous ont donné plus d’embarras, mais qui sont plus reconnaissant et plus sincèrement votre dévoué serviteur et ami... ». Dans son commentaire. Vilain XIIII cache mal une froide satisfaction : « absence complète de dignité et d’indépendance », Canossa, sacrifice de ses devoirs à un intérêt particulier. Blondeel, interrogé, n’a rien nié. Et le ministre de faire valoir sa propre conception de la diplomatie : « ... La seule réflexion que je me permettrai encore, parce qu’elle est dans la ligne de mes devoirs, c’est que la cour de Rome est pleine de soins et de déférence pour tous les gouvernements qui lui tiennent tête et qu’elle ne prend aucun souci des pays qu’elle est habituée à trouver doux, calmes et soumis. La reconnaissance est une monnaie sans valeur à Rome, et ici on ne respecte et on ne ménage qu’en proportion du mal qu’on redoute. Ainsi le Pape professe une grande amitié pour la Belgique, mais la Belgique est traitée sans conséquence, comme une amie dont on est sûr et pour laquelle les embarras sont inutiles ; pas un service ne lui a été rendu depuis 1830 ; ainsi, M. Blondeel, serviteur dévoué de toute la Prélature romaine, jouit d’une grande influence dans les bureaux de la chancellerie d’Etat, personne mieux que lui n’obtient pour les étrangers un baisement de pieds du Saint-Père, une bénédiction de chapelets ou des places réservées à la chapelle Sixtine, mais s’il veut entamer une affaire sérieuse, s’il veut essayer, par exemple, comme M. de Muelenaere le lui avait prescrit, un rapprochement entre le Saint-Siège et le Portugal, on lui tourne le dos en riant, on ne lui répond même pas. Il n’y a dans toute cette situation, Monsieur le Ministre, ni dignité ni profit. Que le Saint-Père soit parfaitement libre dans ses rapports avec le clergé belge, c’est son droit ; mais que Mgr Capaccini soit le chef et le maître de la légation de Belgique, qu’il puisse mettre un frein au successeur de M. de Muelenaere, c’est ce qui n’est pas écrit dans notre constitution »59.

  • 60 Vilain XIIII à de Theux, 25-7-1837, confidentielle, Th.

28La lettre du 25 juillet60 est plus modérée dans le ton. Mais à l’accusation maintenue, d’autres s’ajoutent : Blondeel a laissé entendre que le départ de de Muelenaere serait néfaste à la liberté de la religion, il a prêté sa qualité de diplomate à des opérations d’emprunt, il se fait passer pour Chevalier, mystifiant si bien son entourage qu’on entend parler à Rome de l’attachement à la foi catholique des Van Ceulebroeck, une des plus anciennes familles de Flandre...

  • 61 La mesure annoncée avec justification à de Theux (lettre non confidentielle du 7-7-1837, Th.) est n (...)

29Aussi, lorsque l’ambassadeur quitte Rome pour Florence puis pour Naples, il refuse d’accréditer son secrétaire comme chargé d’affaires ad interim, arguant du fait que les autres ministres qui, comme lui, sont accrédités auprès de plusieurs cours, agissent de même61.

  • 62 Vandevrecken à de Theux, 25 juillet 1837, Th. Le correspondant prie le ministre de brûler sa lettre (...)

30Mais les milieux romains interprètent le geste comme un signe évident d’hostilité. La diplomatie belge en subit le contre-coup : elle est devenue un sujet de conversations plus ou moins malveillantes et pour certains l’occasion de potins scandaleux entretenus et exagérés. Certains Belges, en résidence à Rome, s’en font l’écho. Ainsi le Père Vandevrecken62, qui s’efforce de clarifier une situation dont il souligne l’effet déplorable. A ses yeux, les faits se ramènent à deux lignes de force qui se recoupent. D’un côté, l’obstination de Vilain XIIII que les indiscrétions et les imprudences verbales avaient rendu si indésirable à Rome qu’il fallut l’intervention de Blondeel pour arracher de Capaccini, pendant une absence de Lambruschini, son admission temporaire. De l’autre côté, la protection, plutôt suspecte, dont jouit Blondeel auprès de Capaccini, les démarches de sujétion qu’il a accomplies ont fini par le compromettre lui aussi. Il reste, conclut le correspondant, que Vilain XIIII a pour lui l’avantage d’être le supérieur de Blondeel.

  • 63 Blondeel à de Theux, 25 juillet 1837, Th. Il se plaint de l’attitude de Vilain XIIII à son égard, p (...)
  • 64 de Merode à Blondeel, 17 novembre 1837, AAE ; de Merode est ministre sans portefeuille dans le gouv (...)
  • 65 Blondeel à de Merode, 10 décembre 1837, AAE. Il s’agit d’un plaidoyer a posteriori, puisque depuis (...)

31Le jugement d’un observateur qui a les apparences de l’impartialité suggère quelques remarques. L’attitude de Vilain XIIII paraît de plus en plus avoir été déplaisante : accrédité malgré de sérieuses réticences, il en a retenu plus le sentiment d’une victoire qu’une leçon de pondération. Il n’a pas fait oublier en 1837 l’impression défavorable de 1832. L’attitude de Blondeel apparaît cette fois encore plus mêlée. Il se sait sympathique à beaucoup et ne se fait pas faute d’en profiter ; il jouit de protections en haut lieu et sa première défense consiste à les employer. Il attend, pour se justifier plus complètement, une accusation formelle63. Celle-ci vint — fortement mitigée — du comte de Mérode qui, tout en reconnaissant les services rendus, déplore qu’il ait eu recours à des procédés contraires aux égards dûs à son gouvernement64. Blondeel voit ainsi l’occasion de plaider sa propre cause65.

  • 66 Ce point rejoint l’opinion du P. Vandevrecken.

32Un long rappel des faits, situés chronologiquement, souligne l’influence qu’il s’est acquise à Rome, le souci qu’il eut de prendre la défense de son supérieur auprès de personnes préalablement prévenues66. Quant à la fameuse lettre à Capaccini du 26 décembre, « dérobée dans son cabinet » et dont Vilain XIIII a tiré accusation de son attitude, elle ne peut avoir, remise dans le contexte de ses efforts pour faire accréditer le ministre, qu’une seule signification : puisqu’il avait été décidé qu’après le délai de quatre mois, il deviendrait chef de mission, il lui importait d’obtenir une garantie de son avancement du successeur de de Muelenaere dont la retraite pouvait tout remettre en cause. Le Pape le désirait comme ministre, il le lui avait dit : il fallait donc que le Vatican fît connaître à Bruxelles ses efforts pour faire admettre le compromis. Tel était le sens de « mettre un frein à l’ambition de Vilain XIIII » et de « tout peut dépendre de votre lettre à Mgr Gizzi ». En désservant Vilain XIIII, il se serait désservi lui-même !

  • 67 Vilain XIIII : c’est Mme Lefebvre qui a divulgué la lettre de Blondeel à Capaccini (lettre du 7-7-1 (...)
  • 68 C’est aussi l’avis de l’envoyé autrichien qui, cette fois, reconnaît l’imprudence de Blondeel, tout (...)

33Le plaidoyer est tout ensemble satisfaisant et inquiétant. Les arguments invoqués, même s’ils ne sont parfois que le contre-pied des accusations de Vilain XIIII67, ne manquent ni de rigueur ni de cohérence. Mais il y a, inlassablement, le retour sur son intérêt particulier, le sens de l’intrigue et, parfois, une note de bassesse dans le souci constant et scrupuleux de s’entendre avec Capaccini, de dire comme lui, de penser comme lui, de croire ce qu’il croit68.

***

  • 69 de Theux ne semble pas avoir donné suite à une suggestion de Vilain XIIII père, de faire intervenir (...)
  • 70 Titre d’un mémoire rédigé par de Theux en prévision de son rapport au Roi du 20 septembre 1837 (Th. (...)

34Entre-temps, de Theux, informé, a réfléchi69 et élaboré un projet de « mutations dans le corps diplomatique »70. Le 20 septembre 1837, il fait rapport au Roi : les faits sont ramassés, libérés de détails encombrants ou obscurs et analysés avec une pondération qui n’ignore pas la fermeté. Depuis son arrivée à Rome, Blondeel s’est taillé une influence considérable, mais les moyens employés (la lettre à Capaccini, par exemple) sont « ignobles ». Si on le maintient en place, il faudra souscrire aux souhaits de Rome et le nommer chargé d’affaires, admettre ainsi qu’on ne pourra plus contenir son ambition. Ni son âge, ni sa position, ni ses services antérieurs ne peuvent être invoqués en sa faveur ; par contre, l’éclat de son action indique chez lui une méconnaissance de ses devoirs et une servilité vis-à-vis du gouvernement auprès duquel il est accrédité. Il est donc impossible de le maintenir en charge.

  • 71 Rapport supplémentaire au Roi, 22 septembre 1837 (Th.). Le rapport contient ce que de Theux aurait (...)

35Un rapport complémentaire du 22 septembre71 confirme en raccourci son jugement : le maintien de Blondeel est impossible parce que sa conduite n’est pas justifiable, qu’elle porta atteinte à son supérieur hiérarchique et risqua la politique de son gouvernement ; aussi longtemps que Blondeel sera à Rome, une ambassade est inconcevable. Au Roi, désormais, de décider.

  • 72 de Theux à Blondeel, 12 décembre 1837, AAE, Dossier Blondeel. La formule du serment soulignait le m (...)
  • 73 La date du départ de Vilain XIIII est incertaine. Aux termes du compromis, il devait avoir lieu le (...)

36Le Roi se rallie aux propositions de son ministre. Le 30 septembre 1837, Vermeersch, attaché de légation à Paris et protégé de Le Hon, est nommé secrétaire de légation à Rome, Blondeel est nommé consul à Alexandrie avec mission « d’étudier et consolider les relations commerciales de la Belgique »72. Vilain XIIII, sa mission accomplie, reviendrait en Belgique ; un nouveau ministre à Rome serait nommé ultérieurement, lorsque les relations se seraient stabilisées et les difficultés oubliées73.

Epilogue

  • 74 Blondeel à Capaccini, s.d. (fin 1837) AV.
  • 75 de Theux à Blondeel, 4 avril 1837, AAE. Une première réponse est datée du 14 septembre 1837 (Th.).
  • 76 Rapport de Blondeel sur le gouvernement papal, 1-10-1837, Th.
  • 77 Vermeersch à de Theux, 22-3-1838, Th. L’amitié de Fornari pour Blondeel à cette époque est niée par (...)
  • 78 Vandevrecken à de Theux, Honthem, 6-2-1838 (Th.) qui communique la traduction d’une lettre du 19 ja (...)

37Par ces mesures immédiates, de Theux croyait sans doute s’être donné quelque répit pour les compléter en temps opportun. L’attitude de Blondeel le poussa à hâter le cours des décisions. Le consul-nommé d’Alexandrie, demeuré à Rome, multiplie les démarches auprès de Capaccini qu’il manque deux fois le même jour, cherche à obtenir une audience pontificale, se félicite d’avoir gagné à sa cause Van der Noot74. Il expédie à Bruxelles le 1er octobre un long rapport que de Theux lui avait demandé en avril75 sur la position de chacun des membres du corps diplomatique étranger en place à Rome et sur l’organisation des milieux diplomatiques romains : rapport circonstancié qui témoigne d’une grande connaissance des affaires76. En janvier 1838, il est encore à Rome, n’évoquant son départ qu’en affirmant son ferme espoir d’y revenir bientôt. Cette fois encore, les circonstances jouent en sa faveur : Vermeersch ne convient guère à son poste et se plaint d’être étroitement surveillé, Fornari — nommé chargé d’affaires à Bruxelles — y plaidera une fois encore sa cause77. Le discrédit le plus total pèse à nouveau sur la députation belge : il est plus qu’urgent d’y placer un chef mûr et expérimenté. Le Père Vandevrecken abonde dans ce sens78.

  • 79 de Theux à d’Oultremont, 16-4-1838, Th.
  • 80 de Theux à Lambruschini, 20-8-1838, Th.

38Pressé de toutes parts, de Theux hâte sa négociation finale. Il propose à d’Oultremont qui l’accepte, le poste du Vatican79. Fornari ne déçoit pas à Bruxelles80. En novembre 1838, les ambassades sont définitivement échangées ; Bruxelles et Rome se félicitent de leurs bonnes relations.

  • 81 Le billet est daté « mercredi soir », Th.
  • 82 Extrait d’une lettre datée de Rome le.... [17-6-1838], Th.

39C’est le temps où la comtesse Vilain XIIII invite à sa table le cousin de Theux81. Le temps où Blondeel van Ceulebroeck s’est enfoncé « dans les sables de l’Egypte où, du haut des pyramides, quarante siècles pourront contempler ses opérations consulaires »82.

Notes

1 L’article repose en majeure partie sur des correspondances. Les lettres officielles sont conservées aux Archives des Affaires étrangères, plus précisément dans les fonds suivants : Correspondance politique Légations Saint-Siège 1, 1832-1840 (AAE), Dossier personnel Blondeel (no 34), Affaires étrangères de Vienne (copie, AEV), Archives vaticanes (copies faites sur les originaux par P. van Zuylen, AV) et Dossier Vilain XIIII.
Les lacunes de ces divers fonds sont presque partout comblées par le fonds de Theux (Th.), conservé aux Facultés N. D. de la Paix à Namur. Certains documents ont été reproduits dans La Belgique et le Vatican, 3 vol., Bruxelles, 1880 : l’ouvrage concerne la rupture des relations diplomatiques au moment de la guerre scolaire de 1879, mais il est précédé par un exposé historique des relations entre Bruxelles et le Vatican depuis 1830.
La documentation a été complétée par divers travaux. Certains traitent directement du problème soulevé dans ces pages. Ce sont P. de HAULLEVILLE, Histoire des relations diplomatiques de la Belgique avec la cour de Rome depuis 1830 ; Les missions du Roi des Belges auprès du Saint-Siège depuis 1830, dans Revue générale, t. XLVII, 1888, p. 457 sv.
Ch. TERLINDEN, Un siècle de relations diplomatiques belgo-vaticanes, dans Un siècle de l’Eglise catholique en Belgique, 1830-1930, Courtrai-Bruxelles, 1930. P. VAN ZUYLEN, La première mission du vicomte Vilain XIIII à Rome, dans Revue générale, t. CXXIV, 1930, p. 31-49.
Les rapports entre Bruxelles et Rome, entre l’Eglise belge et le Vatican retinrent souvent l’attention de Mgr Simon qui y consacra des monographies et éditions de textes. Dans un esprit d’hommage déférent, citons surtout : Le Cardinal Sterckx et son temps, 2 vol., Wetteren, 1950 ; L’Eglise catholique et les débuts de la Belgique indépendante, Wetteren, 1949 ; diverses correspondances dont Correspondance du nonce Fornari (1838-1843), Bruxelles-Rome, 1956 (Analecta Vaticano-Belgica, série II, section C, nonciature de Bruxelles I) ; Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles (1834-1838), Bruxelles, 1958 (Analecta Vaticano-Belgica, série II, section C, nonciature de Bruxelles, II) ; Instructions aux Nonces de Bruxelles (1835-1889), Bruxelles, 1961, (Analecta Vaticano-Belgica, série II, section C, nonciature de Bruxelles, IV). D’autres travaux seront cités en référence.

2 Cf. SIMON, Sterckx, t. II, p.333. L’indication contredit l’affirmation que « de 1830 à 1834, le gouvernement et le Roi s’abstiendront de toute démarche visant à l’établissement de rapports diplomatiques réguliers avec le S. Siège » (DELATTE, Les instructions de Gizzi, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 1933, p. 205). A moins de jouer sur le sens de « rapports diplomatiques réguliers »...

3 de Muelenaere à Vilain XIIII, 23 août 1832 (AAE).

4 H. HAAG, Les droits de la cité, Bruxelles, 1946, p. 63. — Sur Charles Vilain XIII, ci. aussi P. DE DECKER, Le vicomte Ch. Vilain XIIII, dans Revue générale, t. XXVIII, p. 15 sv. ; Th. JUSTE, Le comte Vilain XIIII, Bruxelles, 1875.

5 « L’esprit d’intrigue caractérise les membres de la famille Vilain XIIII, dont le chef, tout en se couvrant du masque de la religion catholique, a été un des coryphées de la Révolution, et ne rend en effet hommage à aucun autre principe qu’à celui de son intérêt et de son ambition » (Dietrichstein à Metternich, 6 septembre 1835, AEV) : le jugement provient d’une source hostile à la révolution belge. Ch. TERLINDEN (Guillaume Ier et l’Eglise catholique en Belgique 1814-1830, t. 2, 1906, p. 411) rapporte le jugement de Mgr Capaccini sur les catholiques-unionistes belges dont faisait partie Vilain XIIII.

6 Retards et imprécisions étaient en partie dus à l’instabilité gouvernementale. Le général Goblet succédait à de Muelenaere le 19 septembre 1832, et ne réunissait à former qu’à grand-peine, le 20 octobre, un Cabinet qui dès le 27 novembre était déjà démissionnaire. Reconduit le 17 décembre, il démissionna une seconde fois et, après les échecs de Theux et Fallon, le Roi ordonna, le 28 avril 1833, la dissolution des Chambres. Les élections de mai ne seront pas un succès ministériel, mais, en face de l’impossibilité de trouver une autre formule, le gouvernement reprit la tâche — de Mérode remplaçant Goblet aux Affaires étrangères — jusqu’à sa chute définitive et l’avènement, le 4 août 1834, d’une équipe dirigée par de Theux, avec de Muelenaere aux Affaires étrangères.
Sur les vicissitudes du cabinet Goblet, cf. de nombreux rapports de Dietrichstein à Metternich (AEV) : 26-12-1833 ; 30-12-33 ; 31-12-33 ; 22-1-34 ; 27-2-34...

7 Sur ces questions et leur à-propos diplomatique, cf. P. VAN ZUYLEN, La première mission de Vilain XIIII à Rome, dans Revue générale, 1930, surtout p. 41. Le Roi n’y était pas totalement étranger ; cf. A. SIMON, Sterckx..., t. II, p. 333.

8 Rapport après la nomination de l’évêque de Namur (Th.).

9 Commentaire de cette lettre dans VAN ZUYLEN, op. cit.

10 La lettre est citée par G. GOYAU, Le porte-feuille de Lamennais, Paris, 1930, pp. 75-79. Cf. H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique, Louvain, 1950, p. 131, note 1. Les deux premières lettres à Lamennais ont été publiées dans G. GOYAU, Trois correspondants de Lamennais : Vilain XIIII, Ch. de Coux, Louis De Potter, dans Revue générale, t. CXVI, 15 août 1927, p. 181 sv. Quelques considérations sur le menaisianisme de Vilain XIIII se trouvent dans P. VAN ZUYLEN, op. cit., p. 44-45. Sur l’influence plus générale de Lamennais en Belgique, cf. SIMON, Lamennais et la Belgique, Bruxelles, 1949 ; K. JURGENSEN, Lamennais und die Gestaltung des belgischen Staates. Der liberale Katholizismus in der Verfassungsbewegung des 19. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1963.

11 Du Roi à Metternich, 20-10-32, AEV.

12 La première mission de Vilain XIIII ne concernait pas seulement la cour pontificale, mais aussi le Royaume des Deux-Siciles (AAE, lettre à Goblet, le 11-12-32, qui annonce son prochain départ pour Naples) et Florence. Ce qui expliquerait que TERLINDEN affirme que la mission dura deux mois et demi (Un siècle..., p. 25). On comprend moins la proposition de JUSTE : « Vilain XIIII retourna (?) à Rome où il résida comme ministre plénipotentiaire jusqu’en 1834... »(?).

13 Sur la politique royale, cf. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts..., p. 63-64 ; TERLINDEN, op. cit., p. 25. La volonté d’apaiser les vaines querelles entre libéraux et catholiques, de gouverner avec une Chambre docile deviendrait progressivement la conception royale de l’unionisme.

14 DELATTE, Les instructions de Mgr Gizzi, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 1933, p. 213.

15 Cf. séances de la Chambre du 14 septembre 1835, du 29 janvier 1836 (sur le budget des Aff. étr.). Les divers arguments sont repris par A. SIMON, L’Eglise catholique et les débuts... L’argument des débouchés commerciaux est développé dans une « note sur Futilité des missions belges en Italie » (Th.).

16 D’après un « rapport sur les négociations qui amenèrent l’agréation de Vilain XIIII à Rome » (Th.), la nomination de Blondeel au poste de secrétaire souleva d’emblée des oppositions, de Vilain XIIII et d’autres : on évoque déjà des intrigues « bien connues » (p. 1), on s’indigne du traitement qui lui est alloué.

17 Les détails sur les débuts de la carrière de Blondeel sont évoqués par de HAULLEVILLE, Les missions..., dans Revue générale, t. XLVII, 1888, p. 465-467. Si l’acte de naissance y est reproduit (p. 465, note 1), les autres éléments sont donnés sans référence. Certains semblent douteux : ainsi la présence de Blondeel aux côtés de Vilain XIIII lors de la première mission de 1832 (l’auteur est le seul à l’affirmer, les documents n’en font jamais mention). Une lettre de Fornari à Pecci, le 14-12-1843 (AV) en ajoute d’autres.

18 Petit in-folio semi-hebdomadaire satyrique paraissant depuis le 1er janvier 1831. Cf. A. WARZEE, Essai historique et statistique sur les journaux belges, p. 365 ; H. GAUS et A. J. VERMEERSCH, Répertoire de la presse bruxelloise, 1789-1914, t. II, Bruxelles, 1968, p. 67-68 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, no 50).

19 Cf. de HAULLEVILLE, op. cit., p. 467.

20 Lettre de Fornari à Pecci, supra. Il est à remarquer que les « boutades » à l’endroit de Goblet qui foisonnent dans le Méphistophélès en septembre 1832, au moment de son arrivée au pouvoir, cessent brusquement le 12 octobre 1832, quelque temps avant l’entrée de Blondeel aux Affaires étrangères.

21 Cf. ibidem. « Homme d’Etat éclairé et supérieurement distingué, dont les opinions sont semblables à l’esprit » (Metternich au Roi, 14 juillet 1937, AEV), né à Rome le 14 août 1784, prêtre en 1807, la carrière diplomatique de Mgr Capaccini commence réellement avec sa mission aux Pays-Bas pour la négociation du Concordat de 1827 qui lui attire des démêlés avec de Méan et Sterckx en 1828. Sur les instances de Guillaume Ier, il est nommé, en 1829, internonce à La Haye. Pendant la révolution de 1830, il a une attitude plutôt équivoque. Rappelé à Rome à la sous-secrétairerie d’Etat (1831), il est envoyé en mission aux villes allemandes en 1837, puis, une seconde fois, à La Haye pour la revision du Concordat. Internonce à Lisbonne de 1842 à 1844, auditeur de la Chambre apostolique à Rome, fait cardinal en 1845, il meurt le 15 juin de la même année.

22 M me Lefebvre, veuve d’un avocat de renom de Bruxelles, hébergea en 1827, sur les instances de la comtesse de Robiano, Mgr Capaccini qui ne voulait résider ni à Malines, ni à Anvers pour ne pas être sous la coupe du Prince de Méan et du pléban (cf. A. SIMON, Sterckx, t. I, p. 95 sv.) et Blondeel, pour des raisons inconnues. Mgr Fornari aura, en 1843, ce mot sévère : « cianissima e ridicolissima che era legatissima in amicizia con Capaccini ».

23 Le détail est dans la lettre de Fornari, supra. D’après le recensement de 1816 (Archives de l’Hôtel de Ville de Bruxelles) la future femme de Blondeel semble avoir été Hortense qui, à l’époque (1816), a 14 ans.

24 Sur les divers postes diplomatiques de Blondeel, cf. AE, Registre matricule de la diplomatie, Dossier Blondeel. Le document ajoute la liste des nombreuses décorations qui consacrèrent ses succès. Sur certaines étapes de sa carrière, cf. A. DUCHESNE, Le consul Blondeel en Abyssinie, 1840-1842, dans Bulletin de l’Institut royal colonial belge, t. 30, 1953, no 3 ; O. PETITJEAN, Le premier projet de colonisation belge. Le voyage d’exploration du consul Ed. Blondeel en Abyssinie, 1840-1842, dans Revue générale, 15 juin 1924 ; J. FABRI, Les Belges au Guatémala, Bruxelles, 1955, passim.

25 Cf. H. HAAG, Les droits de la cité, pp. 61-72.

26 Paroles prononcées à la Chambre et rappelées dans une lettre de Lambruschini à Gizzi, le 23 août 1836 (cf. infra).

27 H. HAAG, Les origines..., p. 130 et 193, note 1. Cf. aussi ID., Les droits..., p. 66. Une note sur les difficultés qui opposèrent le St-Siège à la nomination de Vilain XIIII et sur les négociations qui mirent fin à ces difficultés (AAE) mentionne un article de l'Union qui prêtait au Pape s’entretenant en 1832 avec Vilain XIIII des propos peu favorables au gouvernement des Pays-Bas. L’article provoqua une réaction de colère tant à Rome qu’à La Haye. En 1843, Fornari (à Pecci, 12-12-43, AV) attribuera à Blondeel l’idée de cette publication.

28 Lambruschini à Gizzi, le 23 août 1836 (AV).

29 Gizzi à Lambruschini, 20-9-1836 (AV).

30 Gizzi à Lambruschini, 14-9-1836 (AV).

31 Vilain XIIII à de Theux, 17-9-1836 (Th.). L’accusation de légèreté est retenue par de HAULLEVILLE, op. cit., p. 468.

32 Gizzi à Lambruschini, 12-10-1836 (AV).

33 Dietrichstein à Metternich, 2-11-1836, AEV. Gizzi reconnaissait qu’il n’était au courant des véritables raisons que depuis peu et il aurait ajouté : « ce refus a certainement toute l’apparence d’une mystification pour Vilain XIIII ».

34 Tout se passe comme si on n’invoquait des raisons anciennes ou mineures que pour n’être pas contraint de révéler les vrais motifs. L’ambassadeur de Vienne revient sans cesse sur le comportement de 1832. Rome (v. Lambruschini à Gizzi, 8-11-1836, AAE) évoque des choses touchant les principes « tellement graves qu’on ne peut les dissimuler ». Quant à savoir avec certitude ces raisons « tellement graves », le silence s’épaissit aussitôt. L’accusation de menaisianisme est désormais écartée (Lambruschini à Gizzi, 8-11-1836, AV).

35 Il s’agissait d’un projet de mariage de la princesse Victoria avec un Saxe-Cobourg et de la situation critique du neveu du Roi au Portugal (Dietrichstein à Metternich, 16-9-1836, AEV).

36 Gizzi à Lambruschini, 23 (ou 25) août 1836, AV. La lettre a pour principal objet la relation d’une conversation avec de Muelenaere qui aurait tenté de rassurer le Roi sur les intentions du St-Siège et aurait assuré le nonce qu’il s’emploierait à faire comprendre à Vilain XIIII qu’il devait démissionner sans bruit.

37 Lambruschini à Gizzi, 8-11-1836, AAE... La réponse tardive de Rome semble devoir être attribuée au fait qu’on attendait le résultat de l’action de Muelenaere, que le nonce s’accrochait encore à l’idée d’une retraite honorable et qu’en septembre et octobre on ne parle plus d’un départ de Vilain XIIII (lettre de Gizzi du 12-10, supra). Ce n’est que le 26 octobre que Gizzi se rend compte de la fermeté du Roi.

38 Blondeel à de Muelenaere, 26-2-1836, AAE. La correspondance du secrétaire revient souvent sur l’influence de Capaccini à Rome, où il voit un gage de protection pour la Belgique (lettres du 4 juin, du 26 juillet...).

39 Blondeel à de Muelenaere, 8-3-1836, AAE.

40 Lettre chiffrée du 8-3-1836, AAE.

41 Lettre du 22-12-1836, AAE.

42 Lettre du 29-12-1836, AAE.

43 Vilain XIIII à de Muelenaere, Basele, 12-11-1836, Th.

44 de Muelenaere à Capaccini, 28-11-1836, Th. ; de même de Muelenaere à Gizzi /26-11-1836/, minute, Th.

45 Ibidem. Dans cette lettre, de Muelenaere affirme qu’il porte à Blondeel le plus vif intérêt et que le compromis tend à satisfaire le désir du St-Siège de voir accrédité Blondeel comme chef de mission. L’opposition à Vilain XIIII est rapportée, d’autre part, par Dietrichstein : le choix n’est pas le fait du ministre, mais du Roi (à Metternich, 30-1-1836, AEV). Le fait est confirmé par une autre lettre du 13 juin qui parle même d’une intrigue du Palais. Le ministre de Muelenaere n’a souscrit au compromis que par lassitude et avec le secret espoir que sa démission inspirerait au Pape de le rejeter (Dietrichstein à Metternich, 15-12-1836, AEV). Les rapports de l’ambassadeur autrichien semblent même suggérer que la démission de de Muelenaere est liée à l’affaire Vilain XIIII.

46 Gizzi à Lambruschini, 14-12-1836, AV.

47 Lambruschini à Gizzi, 29-12-1836, AV. Le même jour (29-12), Capaccini, qui ne semble pas encore au courant de la démission de de Muelenaere, lui fait savoir (Th.), en réponse à sa lettre du 28-11, que le compromis est accepté par Rome et que lui-même est heureux de la future nomination de Blondeel qui a su gagner la bienveillance et la considération de tous.

48 Gizzi à Lambruschini, 29-12-1836, AV. Dietrichstein (à Metternich, 14-1-1837, AEV) présente le compromis comme une condition sine qua non imposée par Rome et à laquelle de Theux devra souscrire. La version des faits, sous la plume de l’ambassadeur, est souvent durcie.

49 Gizzi à de Theux, 17-1-1837, Th. Depuis le 13 janvier, de Theux cumule les deux départements de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Une seconde lettre « confidentielle » du même jour (Th.) précise que l’acceptation par Rome de Vilain XIIII est conditionnée par la garantie qu’après la mission temporaire de quatre mois, Blondeel serait nommé chargé d’affaires. Les deux lettres sont le résultat d’une entrevue entre le nonce et de Theux.

50 Dietrichstein (à Metternich, 25-2-1837, AEV) écrit, à cette occasion, que Vilain XIIII va implorer le pardon du Pape, qu’aux dires de Gizzi, la démarche sera infructueuse et qu’en cas de refus de Rome, l’envoyé serait reçu à la cour du roi Ferdinand. Encore une fois, il semble que l’ambassadeur autrichien cherche à brouiller des cartes déjà mal distribuées, sans qu’on puisse déterminer le but qu’il poursuit.

51 Sur le départ de Mgr Gizzi, cf. A. SIMON, Sterckx..., t. II, p. 339-340 (met en avant des raisons de santé), de HAULLEVILLE situe le départ le 15 juin, mais le 20 une lettre du nonce est encore datée de Bruxelles. On parlera de lui comme substitut du Cardinal Secrétaire d’Etat ou comme nonce à Naples (Vilain XIIII à de Theux, 14-8-1837, Th.)... L’attitude de Gizzi, en l’occurrence, n’a pas toujours été nette : verbalement, il se répand en plaintes sur Vilain XIIII, en louanges sur Blondeel, mais sa correspondance le montre soucieux de discrétion, songeant surtout à permettre à l’intéressé une « retraite honorable ». A sa décharge, il semble que Rome ait embarrassé son action en ne lui révélant que tardivement les véritables griefs contre Vilain XIIII (Dietrichstein à Metternich, 2-11-1836, AEV).

52 Dietrichstein à Metternich, 2-11-1836, AEV.

53 Dans une lettre au Pape (AV), le Roi parle d’interruption de la mission pour des circonstances indépendantes. « La bienveillance dont Votre Béatitude a daigné honorer le vicomte Vilain XIIII durant la première partie de sa mission me fait espérer que Votre Sainteté l’accueillera avec une nouvelle bonté... »

54 Vilain XIIII au ministre, 19 juin 1837, AAE.

55 Vilain XIIII à de Theux, 19 juin 1837, Th. Cette lettre « confidentielle » n’est pas la même que la précédente. Un mois plus tôt, l’attaché d’affaires autrichien à Bruxelles prévoyait la réaction romaine : « J’ose prévoir que le S. Père tardera à remplacer Mgr l’Internonce afin de fournir un prétexte au gouvernement belge qui pourra justifier au yeux du public le rappel prochain du vicomte Vilain XIIII » (Thierry à Metternich, 26 mai 1837, AAE, Dossier Vilain XIIII, cité par A. SIMON, Correspondance du nonce Fornari, p. XI, note 3) ; cf. Ibidem, p. XIV.

56 Vilain XIIII à de Theux, 27 juin 1837 (Th.).

57 Le Père Rozaven, jésuite français expulsé de Russie en 1820 est Assistant du Général de l’Ordre jusqu’à sa mort en 1852. Auteur de plusieurs ouvrages sur Lamennais, son intervention dans l’incident rapporté ne manque pas d’étonner !

58 Vilain ΧIIII à de Theux, 23 juin, 7 juillet 1837, Th.

59 Vilain XIIII à de Theux, 7-7-1837, note confidentielle, p. 4, Th.

60 Vilain XIIII à de Theux, 25-7-1837, confidentielle, Th.

61 La mesure annoncée avec justification à de Theux (lettre non confidentielle du 7-7-1837, Th.) est notifiée à Blondeel (Vilain XIIII à Blondeel, 23 juillet, Th.).

62 Vandevrecken à de Theux, 25 juillet 1837, Th. Le correspondant prie le ministre de brûler sa lettre après lecture et de ne rien précipiter avant de nouveaux éclaircissements.

63 Blondeel à de Theux, 25 juillet 1837, Th. Il se plaint de l’attitude de Vilain XIIII à son égard, prie le ministre d’être juste malgré son amitié pour Vilain XIIII et de demander l’avis de Mgr Capaccini dont il annonce le passage prochain à Bruxelles. Mais la lettre ne contient pas d’autre justification.

64 de Merode à Blondeel, 17 novembre 1837, AAE ; de Merode est ministre sans portefeuille dans le gouvernement de Theux.

65 Blondeel à de Merode, 10 décembre 1837, AAE. Il s’agit d’un plaidoyer a posteriori, puisque depuis le 30 septembre, Blondeel est consul nommé à Alexandrie (cf. infra). A la fin de la lettre, le secrétaire exprime au passage sa reconnaissance à Montalembert et Lacordaire auprès de qui il a trouvé une aide précieuse. On a l’impression qu’il en « rajoute » : il ne manque aucune occasion de mettre en avant son influence et son crédit à Rome.

66 Ce point rejoint l’opinion du P. Vandevrecken.

67 Vilain XIIII : c’est Mme Lefebvre qui a divulgué la lettre de Blondeel à Capaccini (lettre du 7-7-1837, Th.). Blondeel : c’est Vilain XIIII lui-même qui l’a divulguée (lettre du 10-12-1837, AAE)...

68 C’est aussi l’avis de l’envoyé autrichien qui, cette fois, reconnaît l’imprudence de Blondeel, tout en soupçonnant une manœuvre du parti ultracatholique contre sa personne (Rechberg à Metternich, 18-10-1837, AEV).

69 de Theux ne semble pas avoir donné suite à une suggestion de Vilain XIIII père, de faire intervenir l’Autriche par l’intermédiaire de Hugener auquel son fils s’était lié d’amitié (à de Theux, 17 août 1837, Th.) ; il a même prié Vilain XIIII de s’abstenir de toute démarche à caractère décisif (21 août 1837, AAE). Une note manuscrite (Th.) envisage l’envoi de Serruys à Rome et de Blondeel en Grèce.

70 Titre d’un mémoire rédigé par de Theux en prévision de son rapport au Roi du 20 septembre 1837 (Th.).

71 Rapport supplémentaire au Roi, 22 septembre 1837 (Th.). Le rapport contient ce que de Theux aurait dit à Capaccini s’il était passé à Bruxelles, comme Blondeel l’avait annoncé (cf. supra). Il ne vint pas.

72 de Theux à Blondeel, 12 décembre 1837, AAE, Dossier Blondeel. La formule du serment soulignait le même but : « ... Je jure... de contribuer de tout mon pouvoir à tout ce qui peut avancer les intérêts du commerce et de la navigation belge » (5 décembre 1837, Ibidem). Son traitement était fixé à 12.000 francs, par arrêté royal du 2 octobre 1837.

73 La date du départ de Vilain XIIII est incertaine. Aux termes du compromis, il devait avoir lieu le 19 octobre (quatre mois après son arrivée) ; mais, à la demande de l’intéressé (il souhaite prolonger sa mission en Italie jusqu’au printemps suivant, lettre à de Theux, 1 septembre 1837, Th.), de Theux est disposé à lui accorder un sursis qui lui ferait gagner quelques mois (rapport au Roi, 20 septembre 1937, Th.). Puis il fixe la fin de la mission au 19-12 (rapport du 22 septembre, Ibidem). Vilain XIIII ne profitera pas de ce délai : après avoir installé et mis au courant Vermeersch arrivé en retard, il part pour Naples (lettre à de Theux, 1-12-1837, Th.), de HAULLEVILLE (op. cit., p. 471) fixe la fin de la mission à Rome en octobre, celle de Naples et de Florence en août 1839. La même opinion est exprimée dans La Belgique et le Vatican, Exposé, t. I, p. VI-VIII. Le jugement global de Haulleville est sévère : « La seconde mission du Vicomte Vilain XIIII n’eut d’autre importance que celle que lui accorda la bonté de la cour de Rome... Son action diplomatique fut nulle... ».

74 Blondeel à Capaccini, s.d. (fin 1837) AV.

75 de Theux à Blondeel, 4 avril 1837, AAE. Une première réponse est datée du 14 septembre 1837 (Th.).

76 Rapport de Blondeel sur le gouvernement papal, 1-10-1837, Th.

77 Vermeersch à de Theux, 22-3-1838, Th. L’amitié de Fornari pour Blondeel à cette époque est niée par d’autres : cf. un billet s.d. (Th.) d’une femme qui affirme que son mari voit tous les jours Fornari et que celui-ci voit en Blondeel un intrigant.

78 Vandevrecken à de Theux, Honthem, 6-2-1838 (Th.) qui communique la traduction d’une lettre du 19 janvier d’un ami qui suggère le nom de d’Oultremont.

79 de Theux à d’Oultremont, 16-4-1838, Th.

80 de Theux à Lambruschini, 20-8-1838, Th.

81 Le billet est daté « mercredi soir », Th.

82 Extrait d’une lettre datée de Rome le.... [17-6-1838], Th.

Auteur

Les Fontaines, Chantilly

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540