Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

Aux sources de l’Unionisme et du Libéralisme : l’Observateur belge 1815-1820

John Bartier

Texte intégral

1Au début de 1814, leur défaite obligea les Français à abandonner la Belgique qu’ils dominaient depuis vingt ans. S’engagea alors, pour leur ancienne conquête, une période d’incertitude qui ne se termina que lorsqu’en 1815, elle fut réunie à la Hollande sous le sceptre de Guillaume I. En un sens même, le destin du nouvel Etat ne fut scellé que le 18 juin 1815 lorsque Waterloo brisa les derniers espoirs de Napoléon.

2Pendant cette grosse année, les Belges se préoccupèrent de leur avenir et voulurent faire entendre leurs revendications aux puissances qui allaient décider de leur sort.

  • 1 Thielt, 8 février 1787 — Bruges, 7 février 1851. Sur l’abbé de Foere, voir STECHER (J.), art. de F (...)

3Mais ils étaient loin d’être d’accord entre eux. Sans même parler d’une fraction qui rêvait de rester française, deux groupes se partageaient l’opinion : le libéral et le traditionaliste ou catholique. Les tenants des deux thèses les exposèrent dans de nombreuses brochures, puis, à partir de 1815 profitant de la tolérance du reste relative, dont bénéficiait la presse, ils eurent recours à des journaux et à des revues. Deux périodiques mirent surtout à profit la liberté nouvelle, du côté catholique, Le Spectateur belge, créé à Bruges par l’abbé de Foere1 et de l’autre L’Observateur belge.

  • 2 Le 15 janvier se forme à Bruxelles une société « de jurisconsultes et d’hommes de lettres ». Elle (...)
  • 3 COURTOY (F.), Notes sur l’histoire du département de Sambre et Meuse, Namur, 1914, dans Annales de (...)

4Etabli d’abord à Bruxelles, L’Observateur fixa ensuite son siège à Louvain après un changement dans sa direction2. Il était la tribune d’intellectuels et de grands bourgeois qui tous avaient été liés au régime déchu, soit au temps de Napoléon, soit dès le Directoire. L’un d’eux, Tarte cadet avait même été un des premiers à réclamer dès l’époque de Dumouriez l’absorption des Pays-Bas autrichiens par la République3.

  • 4 Il existe sur Van Meenen une bibliographie relativement abondante. Sa mort, survenue à Bruxelles, (...)
  • 5 Tournai, 23 septembre 1773 — Bruxelles, 22 février 1835. Cf. sur lui la notice d’A. VANDER MEERSCH (...)
  • 6 Bruxelles, 21 mai 1872 — Bruxelles 1857. Cf. STAPPAERTS (Félix), art. Elhoungne (Antoine-François- (...)
  • 7 Bruxelles 21 mai 1769-19 mai 1821. — Cf. VAN HULST, F., Vies de quelques Belges, Liège, 1841, p. 1 (...)
  • 8 Hougarde, 31 mai 1783 — Lanklaer 23 avril 1848. Cf. DELHASSE, F., Ecrivains et Hommes politiques d (...)
  • 9 C’est le cas de Van Meenen (VERHAEGEN, P., La Belgique saus la domination française, t. IV, Bruxel (...)

5Le principal rédacteur de la revue fut Pierre-François Van Meenen4. Né en 1772, il avait salué avec enthousiasme en 1794 la chute de l’Ancien Régime, et avait figuré parmi les agents du Directoire. Il avait approuvé, semble-t-il, le coup d’Etat du 18 Brumaire, en tout cas, il était resté dans l’administration sous le Consulat, mais on peut penser que l’Empire lui avait moins plu puisqu’on le voit quitter alors la fonction publique pour le Barreau. Ses deux principaux collaborateurs furent Philippe Doncker5 qui donna surtout des articles satiriques et François d’Elhoungne6, fonctionnaire des contributions qui s’intéressait en premier lieu aux questions économiques et fiscales. D’autres rédacteurs venaient à l’occasion renforcer l’équipe et notamment un riche brasseur louvaniste, J. B. Plasschaert7, Joseph Haumont8, métaphysicien qui gagnait sa vie comme fonctionnaire et Norbert Cornelissen, lui aussi un ancien républicain de 1794 dont nous aurons l’occasion de reparler. En outre, il est intéressant de noter que la plupart des « observateurs », comme on disait à l’époque, appartenaient à la franc-maçonnerie et étaient éloignés de l’orthodoxie catholique9.

  • 10 BARTIER (J.), Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, t. X, 1968, no (...)

6Le but essentiel de l’équipe paraît avoir été d’empêcher que la chute de l’Empire qu’elle ne regrettait guère, entraîne la disparition des conquêtes révolutionnaires comme l’égalité devant la loi auxquelles elle était farouchement attachée. Elle souhaitait que l’Etat qui allait naître soit une monarchie constitutionnelle garantissant à ses sujets les libertés modernes. Les observateurs étaient inquiets à ce sujet, car ils assistaient à une campagne menée en faveur d’un retour à l’Ancien Régime. Elle les gênait d’autant plus qu’elle était encouragée par ceux auxquels les puissances alliées avaient confié l’administration provisoire de la Belgique. Le baron d’Eckstein notamment qui avait pour leur compte la haute main sur la police de Gand n’avait pas hésité à prendre publiquement position en ce sens10.

  • 11 Cf. par ex. S. B. (= Spectateur belge), t. I, p. 234-250 et 273-301, passim.
  • 12 Ibid., t. IV, p. 229, 239, 273, 291 et 351-368, passim.

7Mais l’attitude du Spectateur était encore plus significative. Selon la revue brugeoise, les anciennes institutions qui assuraient le bonheur du peuple belge avaient été détruites contre son gré par la conquête française. Ce qui avait été établi par la force devait disparaître avec elle. C’est pourquoi le Spectateur condamnait les projets de constitution qui se multipliaient à l’époque, même s’ils étaient favorables au clergé et à la noblesse, comme inutiles, voire dangereux. On devait simplement rétablir les choses telles qu’elles existaient en 1794 et en particulier les provinces avec leurs assemblées issues des trois ordres. Après cette restauration on pourrait modifier, si la nécessité s’en faisait sentir, les institutions traditionnelles11. Encore faut-il noter que certains amis de l’abbé de Foere envisageaient de façon curieuse ces hypothétiques changements. L’un d’eux fait invinciblement songer à la phrase fameuse sur les émigrés revenant en France « sans avoir rien appris, ni rien oublié ». En effet ce correspondant du Spectateur, souhaitant avant tout rendre au clergé sa représentation aux Etats de Flandre, veut rétablir les évêchés supprimés par le Concordat, et restaurer les anciennes abbayes avec leurs possessions ou, à défaut, avec des biens nouveaux, des terres en friche par exemple. Sans se soucier du mal qu’avaient fait jadis à l’Eglise les dissensions entre haut et bas clergé, il réclame l’exclusion des Etats des curés et des doyens, hommes trop faciles à manier par le gouvernement et qui manquent « de la dignité et de l’éclat convenable dans un temps où la pauvreté inspire le mépris »12.

  • 13 BARTIER (J.), art. cit., p. 35, 37, 57.

8Tout au contraire L’Observateur ne cesse de dénoncer les tentatives faites par les clercs et les nobles pour reconquérir leurs anciens privilèges. Il proteste aussi contre les persécutions qui, dans plusieurs villes, frappent les fonctionnaires du régime français ou les acquéreurs de biens nationaux13.

***

9Waterloo vint modifier profondément les données du jeu politique. Jusqu’alors en effet, Guillaume I craignant de s’aliéner l’un ou l’autre parti, ne se hâtait ni d’organiser son royaume, ni de préciser ses intentions à cet égard. Inversément la crainte de « Buonaparte », comme on disait alors, obligeait les catholiques comme les libéraux à ménager le roi et ses ministres et maintenait en somme autour de la couronne une sorte d’union sacrée.

10La disparition de l’empereur dévoila les motifs d’opposition qui existaient entre Guillaume et ses nouveaux sujets. Mais les reproches qu’ils lui faisaient n’étaient pas les mêmes dans le clan catholique et dans le libéral.

  • 14 O. B. (= Observateur belge), t. VIII, p. 31-34.
  • 15 O. B., t. III, p. 357-361 ; t. IV, p. 372-373, t. V, p. 57-61, t. VI, p. 217-234, et passim.
  • 16 Cette critique entraîne celle de l’impérialisme anglais mais se combine avec une admiration profon (...)
  • 17 L’association comprit notament des comités à Gand, Louvain et Bruxelles. Ce dernier eut pour secré (...)

11Du côté de L’Observateur, tout en étant en principe favorable à la liberté des échanges14, on critique le sacrifice de l’agriculture et de l’industrie belges qui réclamaient le protectionnisme, au commerce hollandais qui avait besoin d’un système douanier plus souple15. On dénonce en outre, la faiblesse d’un Etat qui pour des motifs de politique étrangère laisse l’Angleterre inonder le marché national de produits vendus à si bas prix qu’ils provoquent l’arrêt des puissantes manufactures léguées à la Belgique par le régime napoléonien16. L’Observateur mettra même sur pied une « Association pour le soutien de l’industrie nationale »17.

  • 18 O. B., t. III, p. 309-311 ; t. IV, p. 309-313 ; t. V, p. 97-109.
  • 19 O. B., t. III, p. 198, 271-276 ; t. V, p. 289-314 ; t. VI, p. 288-312 ; 334-342 ; 345-370 ; t. VII (...)
  • 20 O. B., t. III, p. 91-95 ; 226, η. 1 ; t. VI, p. 215-216, t. VII, p. 399-403 ; t. VIII, p. 255-256  (...)
  • 21 O. B., t. III, p. 79-80 ; 326-327 ; 368 ; t. IX, p. 161-170 ; 314-318 ; 369-370 et passim.

12On reproche aussi au gouvernement de maintenir, la paix revenue, des contributions de guerre18 et d’établir un système fiscal moins juste et plus tatillon qu’avait créé la France révolutionnaire19. L’Observateur ne met pas moins d’énergie à stigmatiser l’injustice dont les habitants des provinces méridionales pâtissent dans la répartition des emplois publics20. Enfin, la revue s’élève sans cesse contre les tentatives faites pour réduire au profit du néerlandais, le rôle du français, langue de toute l’Europe lettrée21.

13Il s’agit ici de griefs économiques ou nationaux auxquels bien des catholiques auraient pu souscrire. Mais dans d’autres cas, l’opposition de L’Observateur se fonde sur la doctrine libérale telle que la définit Van Meenen, assisté parfois par ses collaborateurs.

  • 22 O. B., t. III, p. 108.
  • 23 O. B., t. II, p. 220.
  • 24 à Van Meenen, 10 déc. 1815 (AVM, IV A).
  • 25 Le 6 août 1815, il communique à Van Meenen une brochure dont l’auteur veut renouveler au nom de la (...)
  • 26 O. B., t. II, p. 20 ; cf. aussi t. III, p. 96.

14Marqué par les expériences de sa jeunesse, Van Meenen a gardé un mauvais souvenir de la fin de l’Ancien Régime et étend sa condamnation aux époques antérieures22. Mais il hait surtout cette révolution brabançonne à qui conviendrait mieux le nom de contrerévolution, puisqu’elle avait été marquée par le triomphe des privilégiés. C’est en frémissant qu’il évoque ces temps caractérisés par les « horribles divisions qui déchirèrent alors le sein de la patrie et qui en armèrent les enfants les uns contre les autres ; des pillages, des meurtres, des assassinats provoqués, prêchés, exécutés au nom de la religion ; de la violation contre les citoyens les plus illustres et les plus dévoués à la patrie, de ces mêmes lois dont le maintien, disait-on, était l’objet de la révolution ; de la souveraineté usurpée par les représentants soi-disant nés et uniques de la nation auprès du souverain ; des scènes grotesquement atroces où les prétendus souverains redescendaient au rôle de démagogues pour ramener une multitude égarée contre les défenseurs des droits du peuple et du souverain ; d’une guerre follement entreprise, follement soutenue et terminée d’une manière déshonorante ; des fureurs de l’esprit de faction alimentées pendant plusieurs années après la révolution même, et transformant plusieurs villes de Belgique en une arène d’excès journaliers que l’invasion étrangère fit seule cesser »23. C’est avec une colère identique que son ami Cornelissen parle de ceux qu’il nomme les « hommes de 1790 », voire dans un raccourci énergique « les 90 »24, et Carton raisonne de même25. L’amertume des libéraux est d’autant plus vive qu’ils ont vu revenir sur la scène leurs anciens adversaires « avec des listes de proscriptions dans une main et des projets de meurtre et de pillage mal déguisés de l’autre »26.

15Au contraire, Van Meenen et ses amis restent fidèles à la révolution française et affirment que la Belgique a gagné à être réunie à la République.

  • 27 O. B., t. XVIII, p. 295-296.
  • 28 d’Elhoungne écrit par exemple « La France trouvait dans son assemblée constituante la plus rare ré (...)
  • 29 Suivant de près tout ce qui se publiait dans le domaine de la théorie politique, Van Meenen, lorsq (...)

16Au journal officieux, l’Oracle qui avait osé soutenir que le pays n’avait rien tiré de cette époque, L’Observateur rétorquera violemment : « Rien si ce ne sont pas de belles et bonnes institutions que le jury, que le rappel à l’égalité devant la loi, que notre système de répartition des contributions, que la séparation de l’autorité administrative du pouvoir judiciaire, que la liberté de conscience, que la publicité de la procédure, etc., etc. ; rien, si l’extirpation de la mendicité, du vagabondage et de tous les désordres, résultats d’une police sans vigueur, si une législation perfectionnée ne sont plus des bienfaits ; rien, si l’abolition de la torture et d’une multitude de peines afflictives, les unes plus barbares que les autres, si la suppression des corps et métiers, l’abolition de la féodalité, de la noblesse, des corporations monastiques, de la dîme, du droit de chasse, du droit de bourgeoisie, etc., etc., ne sont point des bienfaits inappréciables ; rien si la division des propriétés, si la conquête des deux tiers de notre sol sur la mainmorte, si la rentrée de cette masse de propriétés dans le commerce ne sont pas devenues pour nous des sources inépuisables de prospérité ; rien, si les progrès de notre agriculture pendant les 25 dernières années, ne doivent pas être attribués à l’abolition de l’ancienne législation sur le commerce du grain, à l’abolition de la dîme de la féodalité, à l’aliénation du domaine, à l’ouverture de nouveaux débouchés ; rien si l’essor imprimé à l’industrie manufacturière pendant cette période pouvait être révoqué en doute ; rien si le commerce intérieur ne s’est pas étendu et n’a pas redoublé d’activité pendant la réunion de la Belgique à la France ; rien si ce n’est pas un avantage éminent résultant de l’occupation française que d’avoir respiré en paix pendant que le reste de l’Europe était en butte aux invasions ; rien si nos artistes n’ont pas été puiser dans les ateliers des David et des Girodet, le goût de l’antique, du beau ». Et L’Observateur termine ce panégyrique en énumérant tous les grands travaux qui avaient été réalisés à l’époque révolutionnaire et impériale, en Belgique. Une seule remarque tempérait l’enthousiasme de ce tableau, à savoir la dénonciation des mesures arbitraires qui s’étaient multipliées sous Napoléon et que maintenait d’ailleurs le nouveau gouvernement27. De même la correspondance échangée entre Van Meenen et Cornelissen montre qu’ils n’avaient pas oublié les fautes commises par la Convention ou le Directoire. Il est manifeste que de toutes les assemblées de la Révolution, leurs préférences allaient à la Constituante28 et que c’est d’elle que ces bourgeois belges se réclamaient surtout. Pour eux son exemple et celui de l’Angleterre devaient guider le nouveau royaume, comme le montre le projet de constitution élaboré par Van Meenen. Mais on ne juge bien ce texte qu’en tenant compte de deux autres éléments. D’une part, Van Meenen est par tempérament un théoricien, féru de métaphysique et soucieux de construire un système politique dominé par la raison ; de l’autre, comme les doctrinaires français ses contemporains, il souhaite tenir compte des enseignements de l’expérience. La conciliation de ces deux points de vue n’étant pas aisée, sa pensée souffre de quelques obscurités, voire de contradictions. Quoi qu’il en soit, il condamne tout à la fois « l’empirisme du vulgaire », le « grossier fatalisme de Hobbes » et la « subtile métaphysique de Jean-Jacques Rousseau » et s’appuie sur les théoriciens du droit naturel comme Puffendorf et Barbeyrac en même temps que sur Locke et Bentham29 pour affirmer que « le pacte social se réduit... de la part de chaque associé à l’échange de l’exercice indépendant de ses droits contre la garantie sociale de ces mêmes droits ». Selon lui « C’est pour avoir confondu l’exercice individuel et indépendant de ces droits avec la liberté qui est un de ces droits, que des publicistes ont imaginé, les uns une aliénation totale, les autres une aliénation partielle de la liberté de chacun des membres au profit de l’association ; de là les absurditées dans lesquelles sont tombés les premiers et l’embarras des seconds pour déterminer la portion de liberté aliénée. « Ils n’ont pas vu que la liberté consiste dans la faculté de suivre une règle dont l’indépendance suppose l’absence ».

17Lorsque, par besoin de sécurité, quelques individus aliènent une partie de leurs droits, ils peuvent surveiller eux-mêmes aisément l’usage qu’en fera le groupe auquel ils adhèrent. Mais si ce dernier est fort grand, le contrôle ne peut plus être qu’indirect, et sera le fait, non de tous, mais de quelques délégués. Il en résulte que « l’établissement du gouvernement est donc un moyen d’assurer les droits politiques de la nation et non de les anéantir ou de les altérer ». La même nécessité oblige à distinguer les trois pouvoirs et à les coiffer « d’un pouvoir modérateur tout puissant pour les contenir et les protéger, impuissant pour les détruire », à savoir le pouvoir royal. C’est pourquoi Van Meenen regrette le mot « constitution » qui pourrait faire erronément croire que « les nations ne préexistaient pas aux pouvoirs établis pour les gouverner ». Aussi souhaite-t-il qu’on fasse précéder les constitutions d’un rappel des principes fondamentaux du droit, ce qui, note-t-il, a d’ailleurs été fait dans certaines chartes médiévales et depuis la fin du XVIIIme siècle en France et dans d’autres pays. Pour sa part, il suggère d’adopter ce préambule : « La nation garantit à ses membres la jouissance de leurs droits naturels, politiques, constitutionnels et civiques. Cette garantie est exercée sous l’autorité du roi par les pouvoirs établis par la constitution ». Il range parmi les droits naturels la liberté de la religion, car on ne peut renoncer à l’autonomie de sa conscience, la liberté de presse et celle de « n’être soumis qu’à ses supérieurs légitimes dans le cercle de leurs attributions ». Il doit être entendu que « ces droits n’ont de limite que les droits d’autrui ».

18Les droits politiques reviennent à n’être justiciable que de ses supérieurs légitimes, à ne pouvoir être arrêté que selon la manière déterminée par la loi, à n’être jugé pour un crime que par un jury et enfin à pouvoir présenter « ses plaintes et remontrances » à n’importe quelle autorité.

19Quant au droit constitutionnel, il se résume « dans la capacité d’élire et d’être élu à toutes fonctions électives et nommé à toutes les autres ». A propos de l’élection, Van Meenen distingue entre sa possession commune à tous les nationaux et son exercice réservé aux hommes d’au moins 30 ans et payant au moins 50 francs de taxe foncière. Cette distinction est justifiée par lui par l’existence d’incapacités telle que celle qui frappe les mineurs et les femmes en puissance de mari. Il se sent évidemment plus embarrassé pour justifier le privilège qu’il accorde aux riches et s’en tire en expliquant qu’on provoquera ainsi l’émulation alors qu’un suffrage plus étendu favoriserait l'envie et la servilité, ces fléaux sociaux. Ces prémisses établies, il en déduit la constitution. Elle doit être « monarchique et représentative ». Il accorde au roi l’inviolabilité et lui confie le commandement des forces armées, la prérogative de déclarer la guerre et de conclure la paix ; il lui attribue le droit de grâce et celui de conférer la noblesse, la nomination des ministres, des pairs et des juges ordinaires et lui réserve enfin le soin de convoquer ou de dissoudre le corps législatif. Ce dernier comprend deux chambres, l’une composée de 50 pairs siégeant à titre héréditaire et ne pouvant remplir aucune fonction dans l’Etat si ce n’est celle de ministre, et celle des députés, élus pour 5 ans au suffrage direct. Van Meenen ne prévoit aucun cens d’éligibilité, mais le caractère bourgeois de l’assemblée est implicitement assuré par la gratuité des fonctions.

20Le souverain forme avec les deux chambres le pouvoir législatif. Les deux assemblées ont l’initiative en matière de loi, mais les députés en disposent seuls en matière d’impôt et lorsqu’il s’agit de la liste civile.

21Chaque projet de loi ne peut être sanctionné qu’après avoir été soumis à discussion publique. Les chambres se réunissent de plein droit et, dissoutes, gardent leur pouvoir jusqu’à la nouvelle élection.

22En matière judiciaire, Van Meenen préconise toute une série de mesures destinées à assurer l’indépendance des magistrats et à empêcher les lois d’exception. De même il protège le citoyen contre l’arbitraire en matière fiscale et en matière militaire.

23Après avoir exposé ce plan, Van Meenen montrera comment il découlait de sa conception du contrat social. Il met l’accent sur la primauté de l’individu disant par exemple « que de sang et de larmes ont coûtés depuis trois siècles, et sans aucune compensation, ces mots : d’Etat, d’indépendance, de gloire, d’honneur, de liberté, de légitimité, de raison d’Etat, de volonté générale, de bonheur commun, de balance, d’équilibre, etc., considérés séparément des intérêts individuels ou par opposition à ces intérêts ». Toutes ces abstractions ne servent qu’à sacrifier « la génération présente et l’espoir des générations futures à l’ambition d’un seul homme ou au succès d’un système que le déplacement d’un ministre va faire abandonner pour un autre ». Aussi condamne-t-il avec la même énergie les systèmes despotiques et le communisme et affirme que le meilleur système de législation est « celui qui procure le mieux » la sûreté individuelle. Dans de toutes petites communautés ce rôle pourrait être rempli par l’assemblée du peuple, mais pour les grandes nations, la théorie comme l’expérience, démontrent qu’il faut utiliser la monarchie héréditaire, mais soumis au contrôle national et limitée par une chambre des pairs, l’inamovibilité des juges et les libertés modernes.

24Ce dernier point est peut-être l’essentiel. L’histoire enseigne que les constitutions les meilleures ne sont rien si elles n’assurent une solide protection à chaque individu. C’est pourquoi la première rédaction de la loi fondamentale des Pays-Bas semblait insuffisante à Van Meenen. Il lui reprochait d’entrer dans tellement de détails qu’elle semblait plutôt un recueil de règlements qu’une vraie constitution. Il insistait également sur le fait qu’une charte nationale ne devait accorder aucun privilège à une religion ou une classe. Dans le premier cas, une telle faveur irait contre le contrat social parce que « ce n’est ni sa raison, ni sa conscience qu’on met en commun » et dans le second elle nuirait à l’Eglise puisque « tout religion qui aspire à des protections civiles renonce par cela même à son indépendance et fait du culte une question d’Etat ».

  • 30 O. B., t. I, p. 225-232 ; 289-295 ; 388-395 et t. II, p. 29-40 et 92-127 passim.

25Pour Van Meenen en principe une constitution devait provenir d’une assemblée élue par le peuple, mais il confessait que parfois des circonstances « bien décisives » justifiaient une autre procédure. A défaut de la nation, elle pouvait émaner d’une commission désignée par le prince que sa fonction plaçait au-dessus des intérêts particuliers30.

  • 31 « Cette classe moyenne qui est la base et la force de la société, l’asile des mœurs, le foyer des (...)

26En somme, tout l’effort de Van Meenen aboutissait à justifier, par la théorie et par la force des choses, un système monarchique assurant à la fois la liberté de conscience et l’égalité des citoyens mais aussi la prépondérance de la bourgeoisie31.

  • 32 Cf. notamment sa défense de la Loi fondamentale contre Mgr de Broglie (O. B., t. II, p. 394-411).
  • 33 O. B., t. XV, p. 276-289 ; t. XVIII, p. 311-317.
  • 34 En 1817, L’Observateur constatant qu’il n’existait pas « un recueil exact, circonstancié et comple (...)

27La Loi fondamentale, revisée par une commission de juristes puis appliquée malgré le vote des notables, ne répondit évidemment pas aux espérances de Van Meenen. Pourtant, comme elle proclamait la liberté religieuse et faisait du Royaume des Pays-Bas une monarchie constitutionnelle, elle fut soutenue par L’Observateur32. Mais le ralliement de Van Meenen et de ses amis n’était que conditionnel. Pour eux la question essentielle était de savoir si, en pratique, le nouvel Etat s’inspirerait de l’exemple britannique. C’est pourquoi, leur revue consacrera beaucoup d’attention aux Etats-Généraux. Ce souci se traduit par l’accent mis par L’Observateur sur les élections33 et plus encore sur le fonctionnement de la deuxième Chambre34. Se faisant le mentor des élus, L’Observateur ne cessera de les exorter à défendre leurs prérogatives et à soumettre les ministres à un contrôle effectif.

  • 35 Par ex. O. B., t. X, p. 340-347 ; t. XVIII, p. 318-320.
  • 36 Ainsi, L’Observateur affirme que l’impôt sur les patentes est indigne « de figurer parmi les resso (...)

28En outre, les observateurs continuent à réagir vigoureusement chaque fois que les nobles et les prêtres tentaient de recouvrer leurs privilèges35. Contre les tenants de l’Ancien Régime, la revue se fera le porte-parole de la bourgeoisie. Pour la défendre, L’Observateur n’invoquera pas seulement les droits de l’homme, mais usera à l’occasion d’arguments dignes de Saint-Simon36.

***

  • 37 S. B., t. I, p. 13 à 21 ; cf. aussi VAN IN, op. cit., p. 112 et sv.
  • 38 VAN COLEN (J.), Essai sur la première langue dans S. B., t. VI, p. 198-204.

29Le gouvernement de Guillaume I, après Waterloo se heurta aussi à l’hostilité du Spectateur belge, mais pour des motifs bien différents. Loin de blâmer, comme L’Observateur, la politique linguistique du roi, l’abbé de Foere l’approuvera chaudement car il paraissait juste d’administrer la Flandre dans la langue du peuple. Il proclamait en outre que ses mérites valaient bien et même dépassaient ceux du français37. Il était du reste plus modéré sur ce point que l’un de ses collaborateurs qui affirmait que le néerlandais, ayant été parlé par Adam et Eve au paradis terrestre, primait tous les autres idiomes38.

  • 39 Quelques disciples du Vicomte de Bonald, dans Miscellanea Historica... Van der Essen, t. II, Bruxe (...)

30De Foere continue à regretter l’ancien système d’ordres et de corporations, mais son argumentation s’est faite plus subtile, et s’inspirant désormais des traditionalistes français dont l’influence a été jadis mise en évidence par Henri Haag39, il réclame le retour à l’Ancien Régime par des arguments philosophiques et historiques.

  • 40 De la Civilisation dans (S. B., t. IV, p. 49-150) ; sur la reprise de l’article en volume, cf. HAA (...)
  • 41 TERLINDEN (Ch.), Guillaume I, roi des Pays-Bas et l’Eglise catholique en Belgique, t. I, Paris, 19 (...)

31Aussi Le Spectateur insérera-t-il un mémoire du marquis Ernest de Beaufort qui assurait le lien entre les amis de Bonald de la France et de Belgique40. Mais plus encore que ceux de la noblesse le Spectateur défend les antiques droits de l’Eglise. C’est pourquoi, il soutiendra vigoureusement le combat mené par les évêques et en particulier par celui de Gand, Maurice de Broglie. Les prélats, qui souhaitaient obtenir pour le catholicisme un statut privilégié dans le sud du nouveau royaume, avaient fait pression sur les notables pour les empêcher d’adopter le projet de Loi fondamentale parce qu’elle reconnaissait la liberté religieuse. Ils y étaient parvenus, mais le roi, utilisant ce que les contemporains nommaient l’arithmétique hollandaise, se comporta comme si le projet avait été approuvé. Broglie et les autres prélats tentèrent d’entraver l’application de la nouvelle constitution en interdisant aux magistrats et aux fonctionnaires d’y prêter serment. S’engagea alors entre l’Eglise et l’Etat une querelle, dont nous retiendrons seulement qu’elle força Broglie à s’exiler pour éviter l’incarcération. En revanche, l’abbé de Foere poursuivi à son tour pour avoir publié dans sa revue des documents relatifs à ce conflit, fut durement frappé par la justice. Condamné en 1817, il allait passer deux ans à la prison de Vilvorde41.

***

  • 42 Par exemple « Enfin, toute justice est foulée aux pieds » (O. B., t. IX, p. 229). « Il est digne d (...)
  • 43 Biographie nationale de Belgique, t. II, Bruxelles, 1868, col. 574-576 (Notice d’A. VANDER MEERSCH (...)
  • 44 « Chose étonnante !... l’écrivain scolastique par excellence, l’intrépide panégyriste des doctrine (...)
  • 45 S. B., t. VII, p. 4. De son côté, Van Meenen avait écrit à propos des poursuites engagées contre l (...)

32Rien n’était plus éloigné des thèses défendues par l’Observateur que celles dont Broglie et Léon de Foere s’étaient fait les champions. Pourtant la revue libérale protesta avec une vigueur extraordinaire contre la condamnation des deux hommes d’Eglise42. L’attitude de Van Meenen surprit beaucoup les milieux gouvernementaux. La revue officieuse, Les Ephémérides belges que rédigeait un certain Van Boeckhout43 souligna à maintes reprises tout ce que ce rapprochement entre Van Meenen et l’abbé avait d’inattendu44. A son retour de captivité, ce dernier, reprenant la publication de son périodique, insistait de son côté sur cette entente surprenante avec ses anciens adversaires disant par exemple : « Dans l’ordre moral, comme dans l’ordre physique, les petites forces se réunissent et produisent de grands résultats. Des efforts isolés mais dirigés vers un centre commun suppléant un peu à l’impuissance de l’homme, surtout lorsqu’on y met de l’ordre, de la dignité et de l’énergie dans leur application ». Il allait même jusqu’à écrire « Si le Spectateur n’a pu observer en tout le mouvement des passions humaines dans la Belgique, s’il n’a pu étudier la marche générale des affaires d’Etat dans ce pays, d’autres observateurs ont rempli le vide qu’il a laissé avec cette éminence de talent et de courage qu’il eut en vain voulu atteindre »45, ce qui revenait à ranger les deux revues dans le même camp alors qu’elles avaient commencé par s’affronter vigoureusement.

33On en arrive alors à se demander comment Léon de Foere et Van Meenen ont été conduits à s’allier malgré tout ce qui les séparait.

  • 46 O. B., t. III, cahier de 16 p. placé entre les pages 288 et 289 ; cf. aussi, t. VII, p. 66 et pass (...)

34On observera d’abord que dès le départ et sans se connaître ils estimaient mutuellement leurs talents. Cette considération transparaissait dans leur polémique qui, malgré sa vivacité, restait si courtoise que l’Observateur n’avait pas hésité à insérer un long article de l’abbé46.

  • 47 Anvers, 12 juillet 1769 — Gand 31 juillet 1849. Cf. QUETELET (A.), Sciences mathématiques et physi (...)
  • 48 VAN HULST (F.), op. cit. p. 81-115 ; sur l’attachement de Van Meenen à Lambrechts, cf. O. B., t. I (...)
  • 49 Cf. une lettre qu’on ne peut dater avec précision, mais qui est certainement de 1797 (AVM, IV A).
  • 50 Il rangera parmi eux Rouppe et suivra désormais avec une haine vigilante la brillante carrière de (...)
  • 51 « On a dit, imprimé et déclaré que les auteurs des troubles qui ont désolé une partie des départem (...)
  • 52 Comme sur un faux bruit les prêtres n’osent pas célébrer la messe, Cornelissen note que « Peut-êtr (...)
  • 53 « Hommes paisibles d’ailleurs, et jouissant tous de cette confiance que donnent l’ascendant de leu (...)
  • 54 QUETELET, op. cit., p. 709, η. 1.

35Puis, comme le montrent des documents d’archives, le respect mutuel tourna à l’amitié entre les deux hommes grâce à l’intervention de Cornelissen47. Il avait participé à la Révolution brabançonne du côté des partisans des idées nouvelles, les Vonckistes, puis s’était rallié en 1794 à la cause française, avait rédigé le journal Le Républicain du Nord et occupé divers emplois administratifs. Comme Van Meenen et le futur bourgmestre de Bruxelles, Rouppe, il avait figuré parmi les rares boursiers belges de l’Ecole normale supérieure de Paris. Comme ces deux hommes encore, il avait bénéficié de la protection de Lambrechts, ancien professeur de Louvain qui deviendra ministre de la République, sénateur et que Napoléon fera comte, malgré l’opposition qu’il avait marquée à l’établissement de l’Empire48. La ferveur républicaine s’alliait chez Cornelissen à une grande indépendance d’esprit. S’il blâme la conspiration de Babeuf, il n’en déplore pas moins la misère du peuple49. Il stigmatise ceux qui voyaient dans le nouveau régime une source de profits personnels50, il n’hésite pas à demander aux Français de mieux comprendre la psychologie des Belges51, et son farouche anticléricalisme de l’époque52 ne l’empêche pas de prendre la défense d’ecclésiastiques qu’il trouve injustement persécutés53. Ses réactions expliquent sans doute pourquoi sa carrière fut moins brillante qu’elle s’annonçait, au temps du Directoire. En fin de compte, ce Brabançon se fixa à Gand, y devint employé à l’Hôtel de Ville et professeur à l’athénée. Gai compagnon, fort cultivé, curieux de botanique comme de littérature, d’art comme d’histoire — ne fut-il pas un des premiers à réhabiliter Jacques van Artevelde ? —, versifiant aisément dans plusieurs langues et de surcroît bon administrateur, Cornelissen avait fini par détenir à Gand, voire dans les deux Flandres une influence discrète mais considérable. Il semble notamment que ses avis poussèrent Falck à débarrasser Gand du baron d’Eckstein54.

  • 55 AVM IV A passim.
  • 56 à Van Meenen, 11 mai 1817 (AVM IV A).
  • 57 O. B., t. XVII, p. 52 et sv. et VAN IN, op. cit., p. 38, n. 2.
  • 58 VAN IN, op. cit., p. 43, η. 1.

36Resté en contact avec son ami de jeunesse, Van Meenen, il lui donna quelques articles pour l’Observateur, mais surtout le conseilla discrètement. Or, dans les lettres qu’il lui envoya, il fut souvent question de l’abbé de Foere. Dès le 19 septembre 1815, il lui écrivait à propos d’une attaque menée contre l’Observateur par une feuille officieuse : « Je préfère en vérité la fastidieuse diatribe du Spectateur : Dieu me le pardonne, il est de meilleure foi que l’autre ». Il notait encore quelques semaines plus tard, que Le Spectateur était « décemment écrit ». Vers la fin de la même année, il eut l’occasion de rencontrer l’abbé et l’entrevue se passa fort bien : « J’aime mieux M. de Foere, annonçait-il à Van Meenen, quand il parle que quand il écrit ; il cite avec bonheur, il a de l’instruction, une heureuse figure » et il ajoutait, préludant ainsi à un rapprochement entre les deux publicistes : « Il vous aime beaucoup quand vous parlez Angleterre, administration, finances, législation ; mais... au reste il compte aller vous voir un jour, dit-il ». Dès ce moment, Cornelissen tenta d’organiser cette rencontre55. Bien qu’on n’en ait pas la preuve certaine, il est vraisemblable qu’elle eut lieu. En tout cas, pendant sa détention à Vilvorde, l’abbé reçut la visite de Cornelissen56 et utilisa Van Meenen comme conseiller juridique57. Ce dernier lui facilita même, pendant son emprisonnement, la publication d’un de ses écrits58.

  • 59 LE ROY, (A.), Notice..., p. 37-38.

37Ainsi s’étaient établies, entre le champion du libéralisme et le défenseur de l’Eglise, d’excellentes relations. Elles avaient peut-être été facilitées par un trait que les deux hommes avaient en commun, l’admiration de Bossuet. Bien qu’il ne partageât pas son gallicanisme, de Foere plaçait l’évêque de Meaux au premier rang des écrivains catholiques. Quant à Van Meenen, féru de métaphysique, renonçant au sensualisme de sa jeunesse, il avait fini par se construire un système purement spiritualiste et déiste, proche des idées qu’allaient professer, à la même époque, les éclectiques français. Cette doctrine n’en faisait certes pas un catholique romain, mais pourtant il en avait trouvé les fondements dans les écrits de Bossuet qu’il proclamait un des plus grands philosophes de tous les temps59.

38Il serait absurde de croire que des hommes aussi attachés à leurs idées que l’étaient l’abbé de Foere et Van Meenen, aient pu y renoncer parce qu’ils avaient établi entre eux des liens d’amitié et qu’ils partageaient quelques admirations. Mais le dialogue qu’ils avaient établi leur permit de rapprocher leurs points de vue en matière politique.

  • 60 Cf. notamment S. B., t. III, p. 45-70.

39Une longue polémique les avait mis aux prises au sujet de la tolérance. Pour résumer l’essentiel de cette discussion, l’abbé distinguait trois sortes de tolérances : la dogmatique, la politique et la civile. Il rejetait, bien entendu, la première qui aurait signifié que l’Eglise n’était pas la seule détentrice de la vérité. Il n’admettait pas plus la seconde, car elle revenait dans la pratique à favoriser l’erreur ; en revanche, il prônait la troisième, c’est-à-dire les sentiments de bonté et de miséricorde que le catholique devait témoigner aux sectateurs de l’hérésie. Il soutenait que ses vues en la matière ne faisaient que réfléter la pensée de l’Eglise. Il ne niait pas assurément que les hérétiques aient subi des persécutions, mais il en trouvait l’origine non dans la pensée catholique, mais dans les erreurs individuelles des clercs et des fidèles et surtout dans l’exploitation par les princes et à leur profit, des conflits religieux60.

  • 61 Cf. par ex. O. B., t. III, p. 4-11. En outre, Van Meenen affirmait contre l’abbé que le progrès ma (...)

40Van Meenen n’était pas choqué le moins du monde par l’intolérance dogmatique. Elle lui semblait n’être pas le monopole des catholiques, puisque les partisans de chaque doctrine croient posséder seuls la vérité. Il ne pouvait évidemment qu’approuver la défense par Léon de Foere de la tolérance civile. En définitive, leur opposition portait uniquement sur l’intolérance politique, c’est-à-dire sur l’obligation pour l’Etat de favoriser une religion au détriment des autres. Sur ce point, qui avait été à l’origine de l’opposition des évêques à la Loi fondamentale, le désaccord entre le libéral et l’homme d’Eglise était irréductible61. Mais dans la pratique, son importance était beaucoup moins grande qu’on pourrait le penser. Depuis l’application de la Loi fondamentale, l’Eglise ne pouvait plus guère espérer un statut privilégié, d’autre part, l’abbé de Foere ne définissait pas clairement les droits qu’il entendait réserver au catholicisme ; il n’établissait pas une frontière nette entre l’intolérance politique et la civile et, comme on l’a vu, il condamnait les persécutions. La controverse perdant de son acuité devenait en somme une querelle de vocabulaire.

41On conçoit dès lors que le rapprochement du philosophe et du prêtre soit devenu moins ardu à réaliser. D’autres éléments venaient encore le favoriser. Pendant ces années où le royaume des Pays-Bas s’installe, l’Eglise se heurte à une administration tâtillonne qui prétend appliquer, non seulement le Concordat impérial, mais aussi les articles organiques avec toutes les conséquences qu’on pouvait en tirer. Aussi les légistes du roi Guillaume, anciens serviteurs souvent de Napoléon, voire de Joseph II, maintiennent les prétentions léguées aux Pays-Bas par l’Ancien Régime autrichien et par la France dans des matières telles que le placet.

  • 62 O. B., t. XIV, p. 273, 274, t. XIX, p. 107 et s.
  • 63 L’Observateur soutiendra notamment les efforts entrepris pour doter la Belgique d’écoles lancastri (...)
  • 64 Selon lui, le monopole de l’instruction publique exercé par le gouvernement, avec ou sans le conco (...)
  • 65 L’Observateur prend parti dans le conflit qui oppose le curé de Lubbeek (arr. Louvain) à un propri (...)
  • 66 Gand, 10 août 1816 (AVM IV A). L’article était d’ailleurs l’œuvre non d’un collaborateur habituel, (...)
  • 67 Cf. notamment O. B., t. XV, p. 88, 123-124 ; t. XIX, p. 177-202.

42Or, malgré son anticléricalisme, l’Observateur est résolument hostile à ces exigences. L’idéal de Van Meenen, même s’il ne le précise pas toujours et s’il n’en tire pas toutes les conséquences pratiques, est, dès cette époque, la séparation de l’Eglise et de l’Etat. « Prince, — s’écrie-t-il — voulez-vous n’avoir rien à démêler avec les gens d’Eglise ? N’attribuez aucun effet temporel à leurs actes. Et vous, ministres de la religion, voulez-vous jouir de toute l’indépendance qui doit vous appartenir ? Renoncez, comme ministres de la religion, à toute influence temporelle. Répétez, avec Jésus-Christ : Mon règne n’est pas de ce monde, et on n’hésitera pas à se joindre de toutes parts à vous pour dire aux princes : Votre règne n’est que de ce monde ». « Malheureusement — ajoutait-il —, le spirituel est un outil, excellent autrefois et aujourd’hui même d’un assez bon emploi, pour opérer sur le temporel. C’est donc à qui s’emparera de cet outil »62. On le voit, il était assez proche de l’abbé de Foere qui, nous le savons, attribuait la férocité des luttes religieuses à des motifs politiques. On notera aussi que tout en souhaitant des écoles laïques63, Van Meenen était favorable à une très large liberté de l’enseignement64, ce qui le mettait en harmonie avec les catholiques. Enfin, il faut souligner que son anticléricalisme était beaucoup moins âpre que celui d’autres libéraux. Sans doute l’Observateur s’en prend-il à l’occasion à des hommes d’Eglise ; il relève des faits d’intolérance ou les persécutions dont sont victimes les acquéreurs de biens nationaux65, mais il prend très rarement l’offensive. Du reste, lorsque la revue insère un article où l’on brocardait les moines, Cornelissen le blâmera, trouvant que ce genre de raillerie ne convenait plus à une époque où ils étaient généralement « pauvres, vieux et infirmes »66. Bien plus, l’Observateur prend souvent la défense des catholiques des provinces septentrionales et déplore le destin que leur réserve la dureté calviniste67.

***

  • 68 Au surplus les nombreux articles d’apologétiques publiés par le Spectateur sont souvent repris à d (...)

43Dans quelle mesure l’accueil qu’il avait rencontré du côté de l’Observateur modifia-t-il les vues de Léon de Foere ? Quelques faits empêchent de répondre avec certitude à cette question. En effet, la captivité de son directeur interrompit pendant deux ans la publication de sa revue et, bien entendu, son dialogue avec l’Observateur. Peu de temps après la libération de l’abbé, l’Observateur arrêta définitivement sa parution. Quant au Spectateur, il survécut jusqu’en 1823. Mais Léon de Foere, qui ne tenait pas à retourner en prison, était devenu prudent et d’autant plus que, comme nous le verrons, ses supérieurs freinaient désormais sa fougue. Aussi évite-t-il, autant que possible, les sujets brûlants et insère-t-il d’énormes articles sur des thèmes aussi lénifiants pour le commun des lecteurs que le catalogue interminable, et en outre schématique, des erreurs de Luther68.

  • 69 Cette collaboration commence en 1822 (au tome XVII). Les articles donnés par Eckstein seront plus (...)
  • 70 S. B., t. XVIII, p. 314.
  • 71 BURTIN (N.), Un Semeur d’idées au temps de la Restauration : Le baron d’Eckstein, Paris, 1931, p.  (...)

44Pourtant, en regardant Le Spectateur de près, on peut y déceler les traces certaines d’une évolution. Cet examen montre notamment que l’allégeance de l’abbé au traditionalisme français s’est effacée. Sans doute, entretient-il des rapports étroits avec un représentant de cette école, Eckstein, qui donne au Spectateur de nombreux articles, mais en les signant d’un « E » si discret que sa participation a sans doute échappé aux contemporains, comme plus tard aux historiens69. En outre, Eckstein n’était au fond qu’un traditionaliste de rencontre. Faut-il rappeler qu’il était né au Danemark dans une famille juive passée au protestantisme, que sa noblesse était imaginaire, sa formation intellectuelle allemande et que sa carrière abondait en épisodes inquiétants ? Fixé en France et devenu influent dans les cénacles littéraires et politiques, Eckstein s’était d’ailleurs éloigné des idées qu’il professait en 1814. Son indépendance d’esprit se montrait, par exemple, lorsque, étudiant les sociétés secrètes, il se moquait de l’abbé Barruel qui faisait dériver le « complot maçonnique » contre les Bourbons, du manichéisme antique70. Mais surtout, ce défenseur de la monarchie absolue se transformait en champion des droits populaires et en une sorte de catholique libéral71. En revanche, le Spectateur parle désormais moins souvent de Bonald.

  • 72 Elle débute au t. XIII (p. 20-31) et se continuera dans de nombreux articles jusqu’au t. XX.
  • 73 VAN IN, op. cit., p. 168.

45Plus significative encore est la polémique menée par la revue contre Joseph de Maistre lors d’une publication posthume de quelques-unes de ses œuvres72. Une société bruxelloise qui diffusait de la littérature catholique avait en effet publié le Pape et les écrits de Maistre contre le gallicanisme. Or, bien qu’attaché à la prédominance romaine, l’abbé ne pouvait admettre que Maistre transformât en dogme l’infaillibilité pontificale sur laquelle l’Eglise ne s’était pas encore prononcée. Il était scandalisé aussi par le ton injurieux adopté par Maistre pour parler des Pères conciliaires et des défenseurs du gallicanisme, à commencer par Bossuet. Mais l’illustre Savoyard trouva en Belgique de fougueux défenseurs. S’engagea alors une lutte qui fut d’autant plus cruelle que les adversaires de Foere ne se contentèrent pas de polémiquer avec lui, mais tentèrent de lui nuire en recourant même à des lettres anonymes. Or, les ennemis de l’abbé ne se recrutaient pas seulement dans le clergé, mais aussi dans l’aristocratie, comme le prouve notamment une correspondance qu’il entretint avec le comte L. F. de Robiano-Borsbeek73.

  • 74 S. B., t. XV, p. 273-282.

46La réaction de l’abbé fut violente. Dans un article intitulé « Les Cabaleurs contre le Spectateur démasqués et déconcertés »74, il commençait pas résumer les bruits qu’on faisait courir sur son compte. On le traitait d’ennemi du pape, de gallican, de Janséniste déguisé. On allait disant que le Spectateur n’avait pratiquement plus de lecteurs alors qu’il comptait plusieurs centaines d’abonnés. On voulait ruiner l’établissement de charité auquel passaient les bénéfices de la revue. Un « jeune enthousiaste du comte de Maistre » prêchant dans une retraite réservée aux ecclésiastiques avait osé déclamer contre le Spectateur. D’autres ennemis prétendant que les vicaires généraux de Gand partageaient leurs « odieuses passions », soutenaient qu’ils avaient interdit à l’abbé d’écrire encore au sujet de Maistre. Or, les meneurs de cette campagne étaient des « individus qui regorgent de richesses » et qui se croient « humiliés lorsqu’ils voient... de simples roturiers qui sacrifient tout ce qu’ils possèdent pour... un établissement de bienfaisance ». Que penser, se demandait-il, de gentilshommes capables des pires perfidies alors qu’ils ont toujours à la bouche les mots de « loyauté » et de « délicatesse » ? S’imaginent-ils donc que leurs titres leur confèrent le monopole de ces sentiments, ne comprennent-ils donc pas que l’honneur se fonde sur la vertu et le mérite personnel ? Aussi, les « vrais » nobles sont uniquement ceux qui rehaussent leurs origines par des qualités individuelles. Le prêtre brugeois veut bien admettre que l’aristocratie peut tenir dans la société un rôle utile, mais il tient à stigmatiser « les ridicules prétentions de ceux qui voudraient que tout se tût devant leurs titres et qu’on sacrifiât tout, jusqu’à sa propre dignité d’homme ». Parlant soudain la langue de la révolution française, l’ancien défenseur des privilèges s’en vient à s’écrier « Ces temps d’esclavage et d’abjection sont passés et ils ne reparaîtront plus. L’homme raisonnable et sensé sait assez apprécier aujourd’hui sa propre dignité pour ne plus s’avilir ».

  • 75 S. B., t. XIII, p. 287-288 et 292 ; cf. aussi t. XVI, p. 105-108.

47Il y a plus qu’un mouvement d’humeur dans cet article d’inspiration plébéienne. A plusieurs reprises en effet, Foere va montrer tout ce qui le sépare désormais de l’école traditionaliste. On le verra blâmer chez Maistre, non seulement ses erreurs théologiques, mais aussi ses « préventions féodales ». « Je vois avec peine, écrit-il, raisonner M. de Maistre à côté de la question : si la royauté est une institution créée pour le peuple ou si le peuple est fait pour la royauté ». Il semble aller de soi, pour l’abbé, que les citoyens doivent l’emporter sur le monarque ; la preuve en est qu’on peut se passer de lui. « Les millions d’hommes gouvernés par les Etats-Unis de l’Amérique et par les cantons de la Suisse, s’écriera-t-il, n’existeront-ils pas comme nation ? Qui est-ce qui a songé à disputer aux Hollandais leur titre de nation avant leurs souverains Lucien Buonaparte et le prince d’Orange ? » Et à Maistre, affirmant que « la nation doit au souverain l’existence sociale », Foere rétorque « Les gendarmes ne sont-ils pas payés dans l’Amérique septentrionale pour maintenir la police aussi bien qu’en France ? ». Et il précise que, si les circonstances du temps ne lui font pas souhaiter l’établissement de la République, il n’en trouve pas moins cette forme de gouvernement légitime, car, dans le contrat social, le peuple tout aussi bien qu’un monarque, peut tenir de Dieu « ses droits et ses pouvoirs »75.

  • 76 S. B., t. X, p. 210-211.
  • 77 S. B., t. XVIII, p. 379-380.
  • 78 L’article est signé J. d’A. (S. B., t. XXI, p. 278).

48L’évolution de Foere se montre aussi à la disparition de l’Observateur. Sans doute est-il logique qu’il ait déploré la fin d’un périodique qui avait si vaillamment soutenu sa cause contre la justice du roi Guillaume et adopté, en matière de tolérance, une doctrine qui lui paraissait saine. Mais toute son amitié ne l’empêche pas de noter que la revue a inséré quelques pages qui, « sous le rapport de la religion », n’étaient pas « exemptes de reproches ». Au contraire, il ne fait pas la moindre réserve au sujet de la politique de l’Observateur, allant jusqu’à affirmer qu’il était « l’ouvrage le plus remarquable par le talent qui soit publié dans le royaume, et, sous le rapport du gouvernement et de son administration, l’ouvrage le plus utile à l’Etat »76. Définissant en 1823 la ligne de conduite de sa revue, l’abbé affirme qu’elle tient le juste milieu entre « la superstition et l’incrédulité..., la licence et le despotisme..., les ultra-libéraux et les ultra-monarchiques..., et blâme, au risque de choquer les « exaltés », la politique « illibérale » des seconds »77. Enfin, lorsque le Spectateur sera obligé de se saborder, un collaborateur du recueil y publie avec cette épigraphe significative : « Intelligenti pauca », un conte qui narre sous une forme symbolique les mésaventures de l’abbé. On y proclame la supériorité des sages sur les rois et l’on assiste aux persécutions que subit un des premiers parce qu’il prêche « l’égalité des conditions parmi les hommes »78.

  • 79 Kerk en Liberalisme in het Bisdom Gent (1821-1857) Louvain, 1972, p. 482 et sv. (Univ. te Leuven. (...)

49Que conclure de tous les textes que nous venons de citer si ce n’est que Léon de Foere sépare désormais nettement la défense du catholicisme de celle de l’Ancien Régime ? Ainsi tombe une des objections que ceux qui se réclamaient des principes de 1789 pouvaient faire aux champions de l’Eglise. L’abbé favorisait en somme le rapprochement entre les libéraux et cette bourgeoisie pieuse qui représentera en Flandre, au temps de Léopold Ier, un groupe dont l’importance a été mise en lumière par Μ. E. Lamberts79.

***

  • 80 GERLACHE (C. de), Histoire du Royaume des Pays-Bas, t. I, 2e éd., Bruxelles, 1842, p. 350-351 ; BA (...)
  • 81 Et notamment Le Roy et Stecher dans les notices qu’ils ont consacrées respectivement à Van Meenen (...)
  • 82 VAN IN, op. cit., p. 33-39.
  • 83 Tableau politique du Royaume des Pays-Bas, Paris, 1817, p. 22-23.

50Des contemporains de Van Meenen et de Léon de Foere80, suivis par quelques érudits81, ont vu dans le rapprochement des deux publicistes, l’annonce de ce qui allait être plus tard l'unionisme. M. Van In a nuancé ce jugement82. Pour lui, l’intervention de l’Observateur, mais aussi celle de journaux libéraux en faveur de l’abbé, s’explique avant tout par l’obligation où ils se trouvaient de défendre, contre le gouvernement, les droits de la presse. Comme le disait, à cette époque, Benjamin Constant, « tous les journaux de la Belgique ont pris parti pour l’abbé de Foere, bien qu’ils n’approuvassent, pour la plupart, ni ses opinions, ni sa doctrine. Ceux-mêmes qui combattaient ce qu’ils appelaient son fanatisme, ont défendu l’homme qu’ils considéraient comme fanatique ». Constant approuvait du reste cette attitude qui montrait, selon lui, « que les écrivains de Belgique ont fait assez de progrès en liberté pour sentir que la cause d’un seul individu est celle du corps social et de chacun de ses membres »83. On ajoutera que l’Observateur n’a pas soutenu le seul abbé de Foere, mais tous les journalistes persécutés. Ce souci tenait tant de place dans les préoccupations de la revue qu’une de ses principales rubriques s’intitulait « Liberté de la presse ». Pourtant l’analyse des deux périodiques a montré, croyons-nous, que leur rapprochement était plus que tactique.

51Si le fait a été négligé par la majorité des historiens, c’est parce que l’action de Van Meenen et de Foere a porté effet à longue échéance, mais n’a pas été approuvé par ceux qui en étaient les témoins. Cette incompréhension s’explique si l’on tient compte de leur public.

  • 84 Carton à Van Meenen, 7 et 9 février 1815 (AVM IV B 2). Quant au Spectateur, il tirait à, l’époque (...)
  • 85 L’Observateur « manuel de tous les malveillants » (Binder à Metternich, La Haye, 17 février 1816, (...)
  • 86 « ... Un journal très bien écrit, quoique d’une licence révoltante, intitulé L’Observateur » (Bind (...)
  • 87 AVM IV A.

52L’Observateur avait rencontré à ses débuts une vaste audience. Son premier numéro, tiré à 700 exemplaires, avait dû être réimprimé. Le second n’avait pas eu moins de retentissement. Dès ce moment, rien qu’à Bruxelles, la revue comptait 140 souscripteurs et, un peu plus tard, son administrateur se réjouissait d’avoir obtenu encore 100 nouvelles souscriptions en six jours84. Ce succès se maintint pendant plusieurs années. Même les ennemis de la revue reconnaissent son influence85 et admettent la qualité de sa rédaction86. Pourtant, son public ne le suit plus comme à ses débuts. L’Observateur avait commencé par prendre la défense de ceux qui avaient servi la France et qui craignaient la persécution. Mais leurs angoisses se dissipèrent rapidement car Guillaume Ier les utilisa comme l’avait fait Napoléon. Aussi Cornelissen pouvait-il écrire à Van Meenen à l’automne de 1815 : « Si plusieurs de vos lecteurs vous trouvent aujourd’hui plus amer que vous ne leur paraissiez il y a six mois, ce n’est pas vous, ce sont eux qui ont changé de position et plusieurs sont nobles et puissants », adjectifs qui montraient qu’ils avaient retrouvé leurs places dans l’administration87.

53Si ces nouveaux nantis font défection, il reste cependant à l’époque de nombreux fidèles qui approuvent la lutte menée par l’Observateur contre les erreurs ou les abus du gouvernement. Mais, nous l’avons vu, la critique de Van Meenen était double. Elle portait, d’une part, sur la théorie du régime représentatif et, de l’autre, sur la politique quotidienne. Or, on peut supposer que la plupart des lecteurs s’intéressaient avant tout à la seconde. Ce qui les gênait dans le nouveau régime, était le droit de chasse entravé par une législation introduite par les Prussiens, les tentatives des nobles, pour retrouver leurs privilèges seigneuriaux, un système fiscal tatillon et une situation économique déplorable. 1817 fut, à cet égard, une année tragique pendant laquelle les pauvres connurent la faim et le chômage, tandis que les industriels, incapables de résister à la concurrence anglaise, étaient obligés de fermer leurs manufactures.

  • 88 Guillaume I et la transformation économique des Provinces belges (1815-1830), Liège-Paris, 1938, p (...)
  • 89 Histoire des Troubles des Pays-Bas sous Philippe II par Vandervynckt ; ouvrage corrigé quant au st (...)
  • 90 Cf. par exemple 1817, t. I, p. 36.
  • 91 O. B., t. III, p. 154 ; Ephémérides, t. I, p. 221.
  • 92 AVM IV A.
  • 93 QUETELET, op. cit., p. 359. Le publiciste officieux Van Boekhout parle de « notre honorable ami, M (...)

54Ce mécontentement s’atténua beaucoup dans les années suivantes. L’offensive nobiliaire échoua, la législation prussienne sur la chasse disparut, la fiscalité fut améliorée et enfin, et surtout, comme M. Demoulin l’a jadis magistralement démontré88, le roi encouragea, par des mesures ingénieuses, le progrès industriel. Aussi se gagna-t-il la confiance des négociants et des manufacturiers. Les milieux d’affaires partagent désormais l’optimisme de Tarte cadet. Cet ancien « observateur » écrivait en 1822 que « le gouvernement des Pays-Bas donne un exemple qui mérite d’être suivi ; il anéantit les droits élevés à l’importation des marchandises étrangères, crée un fonds spécial pour la protection des manufactures nationales et se réserve de prohiber l’introduction de quelques produits étrangers ». Il affirmait aussi que « la réunion des Provinces Belgiques nous représentent l’agriculture embrassant le commerce : l’une donne les matières d’échange et l’autre les fait valoir ». Aussi, tout en ne dissimulant pas que les Belges avaient encore quelques sujets de mécontentement, il n’en finissait pas moins par affirmer sa confiance dans le nouveau royaume89. D’autres voix font entendre le même son. Dans une revue en principe littéraire, mais où les préoccupations politiques ne sont pas absentes, Le Mercure belge, un libéral d’aussi bonne roche que Philippe Lesbroussart se montre lui aussi optimiste90. Barthélémy et Tarte abandonnent très tôt l’Observateur parce qu’ils trouvent exagérée son opposition au régime91. Quant à Cornelissen, dès décembre 1815, il reprochait à Van Meenen de se livrer trop systématiquement à la critique. « Trouvez-vous naturel, lui écrivait-il, qu’un grand nombre de vos amis, des amis de votre talent ne voient pas les choses si noires ; croyez et expliquez-vous sur cela que force fonctionnaires sont d’excellents fonctionnaires » et il lui disait encore l’année suivante : « Vous êtes désolant avec votre irrémédiable dégradation, je me pendrais si j’en croyais la moitié »92. Réaction qui se comprend d’autant mieux que Cornelissen entretiendra d’excellentes relations avec de hauts dignitaires du nouveau régime et obtiendra une charge importante à l’université93.

  • 94 Gand 3 janvier, sans doute 1817 (AVM IV A). — De même Lesbroussart se scandalise « de l’alliance d (...)
  • 95 Annales chronologiques, t. V, p. 375.
  • 96 Cf. à ce sujet les réflexions de P. HARSIN, op. cit., p. 17, et dans La Révolution de 1830 et l’In (...)

55En outre, les souvenirs laissés par les révolutions brabançonne et française et encore plus par les temps de réaction qui avaient suivi la chute de l’Empire, étaient encore trop vifs pour que le commun de ses lecteurs ait pu suivre Van Meenen dans son rapprochement avec l’abbé de Foere. Cornelissen, qui, comme nous le savons, en avait été l’artisan, n’en signalait pas moins à son ami que « on n’aime pas ici, mon cher, que vous disiez toujours et le Spectateur et l’Observateur et vice versa. En vérité, en vérité, vous n’êtes pas attelés au même char »94. Si l’on se souvient que Van Meenen et la plupart de ses collaborateurs étaient maçons, n’est-il pas révélateur de voir un périodique maçonnique parler en 1824 de « l’obscurant abbé de Foere »95. Enfin, il faut tenir compte du fait que les journaux libéraux sont aux mains de réfugiés français dévoués à Guillaume et indifférents, voire hostiles, aux thèses de l’Observateur96.

  • 97 GERLACHE (C. de), op. cit., ibid.
  • 98 Cf. notamment COLENBRANDER, op. cit., t. XXIII, no 804, p. 789 ; t. XXV, no 537, p. 469 et no 688, (...)
  • 99 La décadence de la revue se marque nettement dans les deux derniers volumes, où une place énorme e (...)

56Tout cela explique pourquoi l’Observateur finit par être abandonné par son public97. Aussi, après avoir résisté à bien des menaces98, Van Meenen, découragé, abandonna le combat en 182099.

***

  • 100 S. B., t. IX, p. 213-214 et 375-385 ; t. XI, p. 293-304 ; t. XIII, p. 182-202 et 234-240.
  • 101 S. B., t. III, p. 120 et sv. et 227-232 ; sur une autre réaction provoquée par une réflexion anodi (...)
  • 102 S. B., t. XVIII, p. 314, n. 1.
  • 103 BARTELS (A.), op. cit., p. 222 et 259 ; et surtout VAN IN, op. cit., p. 60-65.
  • 104 S. B., t. XXI, p. 385.
  • 105 BARTELS (A.), op. cit., p. 15 et 22. Catholique avancé, Bartels reprocha d’ailleurs à l’abbé d’êtr (...)

57La clientèle du Spectateur se montra tout aussi incompréhensive. La correspondance que l’abbé de Foere entretient avec ses lecteurs montre à combien de préjugés il se heurtait. Son hostilité à des pratiques superstitieuses lui valut d’amères reproches de l’abbé Derré qui perpétuait, à l’aube du XIXe siècle, une mentalité quasi mérovingienne. Ne voit-on pas ce curé rural attribuer à la fureur céleste la chute d’une pluie colorée et expliquer les exploits d’un ventriloque par le démon qui se dissimulait dans son corps100 ? Léon de Foere, si dévoué à Mgr de Broglie, n’en est pas moins tancé par un correspondant parce qu’il s’était permis d’indiquer très prudemment qu’il trouvait inopportune une phrase du prélat101. L’abbé connaissait si bien les susceptibilités de son public qu’il n’ose insérer la phrase dans laquelle d’Eckstein s’en prenait à Barruel qu’en l’accompagnant d’une note explicative102. Enfin, on a vu la violence des réactions qu’avaient suscitée dans le monde catholique les articles qu’il avait consacrés à Joseph de Maistre. Peut-être aurait-il pu résister à la tempête qu’il avait alors déchaînée, mais les ministres continuaient, depuis son procès, à le poursuivre de leur haine. Ils réclamèrent des autorités ecclésiastiques la suppression de la revue. Depuis la mort de Broglie, les relations du gouvernement et du haut clergé s’étaient améliorées. Les vicaires généraux de Gand sacrifièrent l’abbé103. En 1823, prétextant des charges nouvelles que lui imposait sa nomination comme aumônier d’un couvent, il annonçait à ses lecteurs que : « Ne jouissant pas de liberté pour écrire sur des matières qui, d’après le plan qu’il s’était proposé d’exécuter, devaient faire le sujet principal de ses discussions, et les fonctions du saint ministère l’appelant à d’autres devoirs, le rédacteur actuel du Spectateur finit ici la tâche qu’il s’était imposée »104. On remarquera l’habileté de la phrase car le « manque de liberté » à laquelle elle faisait allusion n’était pas seulement le résultat de ses nouvelles fonctions, mais découlait aussi de la volonté des vicaires généraux. On peut penser que ses supérieurs ne faisaient pas seulement preuve, en le frappant, de complaisance à l’égard des ministres, mais qu’ils sanctionnaient aussi son rapprochement avec les libéraux. Ce qui le donne à penser, c’est ce que nous rapporte un témoin bien informé, Adolphe Bartels, selon lequel « la tendance libérale de cette publication suscitait autant de craintes dans une partie du clergé qu’elle inspirait de terreur au gouvernement »105.

***

  • 106 Aux funérailles de Van Meenen, A. Roussel insiste sur le fait « qu’il servit de guide et maître à (...)
  • 107 Comme le faisait déjà Bartels écrivant « On peut dire que M. de Lamennais fut le principal fondate (...)

58Le grain jeté par Léon de Foere et Van Meenen a pourtant germé. En 1828, on retrouve le second dans l’équipe qui allait orienter le libéral Courrier des Pays-Bas dans un sens unioniste. Deux ans plus tard, la révolution accomplie, il retrouve l’abbé au Congrès national. Les deux hommes y joueront un grand rôle. Leur action y fut d’autant plus efficace qu’ils étaient fort écoutés par leurs pairs. Van Meenen n’était-il pas le maître à penser d’un des principaux révolutionnaires, Sylvain Van de Weyer106 ? Ils travaillèrent à faire de la constitution un compromis acceptable pour les catholiques comme pour les libéraux. Leur intervention mérite d’être retenue car elle ne devait rien à Lamennais dont on exagère parfois l’influence au Congrès107.

  • 108 Si nous avons choisi le sujet que nous avons traité ici, c’est parce que nous croyons qu’il aurait (...)

59Dans le royaume de Belgique, l’abbé et le jurisconsulte tinrent une place importante. Leurs espoirs de 1830 furent en grande partie déçus car ils assistèrent à l’affrontement des catholiques et des libéraux. Pourtant, leur œuvre n’avait pas été vaine. L’abbé fut de ceux qui maintinrent ses coréligionnaires dans la voie constitutionnelle. Quant à Van Meenen, il devint le premier recteur de l’Université de Bruxelles et un des dirigeants de la puissante association, l’Alliance. Il constituait ainsi un lien vivant entre la révolution française, le doctrinarisme de 1815, et le libéralisme de la Belgique censitaire108.

Notes

1 Thielt, 8 février 1787 — Bruges, 7 février 1851. Sur l’abbé de Foere, voir STECHER (J.), art. de Foere dans Biographie nationale de Belgique, t. VII, Bruxelles, 1880-1883, col. 160-164 ; la notice de SIMON (F.) dans le Nationaal biografisch woordenboek, t. III, Bruxelles, 1968, col. 313-324, et surtout le solide mémoire resté malheureusement inédit de M. Joseph VAN IN, Priester de Foere en « Le Spectateur belge » (1815-1823), Mémoire de licence présenté à la Katholieke Universiteit te Leuven, 1959.

2 Le 15 janvier se forme à Bruxelles une société « de jurisconsultes et d’hommes de lettres ». Elle est constituée par les avocats Barthelémy, Tarte cadet, et Van Meenen, le receveur des contributions directes Doncker, le gradué en droit F. d’Elhoungne et le propriétaire Carton. L’acte de fondation précise les tâches qui incombaient à chaque collaborateur. Le plus gros du travail revenait à Tarte cadet et à Carton, ce dernier assurant la gérance. Le premier numéro sortit de presse le 2 février. La revue fut fort bien accueillie par le public. Pourtant, plusieurs fondateurs abandonnèrent, dès avril, l’entreprise ; Barthelémy s’estimant trop pris par le Barreau et le Conseil municipal, Tarte, évoquant son état de santé, Carton enfin, trouvant la gérance trop absorbante. Mais il faut ajouter que ces retraits paraissent surtout avoir été provoqués par la prudence. Une nouvelle société se constituera le 15 juillet 1815, entre Van Meenen, Doncker et d’Elhoungne, ce dernier ajoutant à ses articles, l’administration du périodique. En février 1820, Doncker se retira de l’association. Elle disparut en avril de la même année lorsque l’imprimeur bruxellois, Demat, refusa de composer des articles qui risquaient de lui attirer un procès. L’Observateur parut d’abord deux fois la semaine, en livraison d’une feuille, puis il fut publié en fascicules plus copieux, mais à périodicité irrégulière. La collection comprend 20 volumes dont le dernier fut publié en 1820, malgré le 1819 porté au titre. Nous extrayons ces renseignements des archives Van Meenen (= AVM) que M. Pierre Van Meenen nous a laissé consulter avec une inépuisable complaisance. Qu’il en soit remercié ici.

3 COURTOY (F.), Notes sur l’histoire du département de Sambre et Meuse, Namur, 1914, dans Annales de la Société Archéologique de Namur, t. XXXII, 1914, p. 25 et 28. Sur Tarte cadet, cf. en outre VERHAEGEN (P.), art. Tarte (Jean-Henri-Joseph), dans Biographie nationale de Belgique, t. XXIV, Bruxelles, 1926-1929, col. 589-591.

4 Il existe sur Van Meenen une bibliographie relativement abondante. Sa mort, survenue à Bruxelles, le 5 mars 1858, donna lieu, à cause du caractère civil de son enterrement, à une vive polémique. Elle tint une grande place dans la presse et fut à l’origine de trois brochures : Pierre-François Van Meenen (Bruxelles, 1858) qui contient les discours prononcés lors des funérailles ; Pierre-François Van Meenen ou les quatre âges d’un homme politique (Louvain, 1858), attaque violente menée anonymement contre le défunt par l’abbé Adolphe Delvigne ; et VAN MEENEN (F.), Un Mirecourt belge ou l’auteur anonyme du libellé intitulé : Pierre-François Van Meenen ou les quatre âges d’un homme politique (Bruxelles — 1858), riposte du fils du disparu au pamphlet de Delvigne. D’autre part, Alphonse LE ROY a donné une bonne « Notice sur la vie et les travaux de Pierre-François Van Meenen » (Bruxelles, 1877) (Extrait de l'Annuaire de l’Académie royale de Belgique, t. XLIII, 1877, p. 259-351) et en a fourni un résumé à la Biographie nationale de Belgique, t. XIV, Bruxelles, 1897, col. 234-238. Enfin, Mgr. A. SIMON a dressé un inventaire des archives laissées par Van Meenen, dans Inventaires d’archives, Louvain-Paris, 1958, p. 27-35 (Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, no 5).

5 Tournai, 23 septembre 1773 — Bruxelles, 22 février 1835. Cf. sur lui la notice d’A. VANDER MEERSCH dans Biographie nationale de Belgique, t. VI, Bruxelles, 1878, col. 121-122, et surtout celle de REIFFENBERG, dans Biographie universelle, t. LXII, p. 536-537. On les complétera par BATTISTINI, M., La Vita di Scipione dei Ricci vescovo di Pistoia » di Luigi De Potter (extr. de Bilychnis, 2e série, 1930, no 86, p. 30 et 34) et du même Lettere di G. P. Vieusseux a Luigi De Potter (Rivista Storica degli Archivi Toscani, 5e a. 1933, p. 107).

6 Bruxelles, 21 mai 1872 — Bruxelles 1857. Cf. STAPPAERTS (Félix), art. Elhoungne (Antoine-François-Marie d’), dans Biographie nationale de Belgique, t. VI, Bruxelles, 1878, col. 534-537.

7 Bruxelles 21 mai 1769-19 mai 1821. — Cf. VAN HULST, F., Vies de quelques Belges, Liège, 1841, p. 143-199.

8 Hougarde, 31 mai 1783 — Lanklaer 23 avril 1848. Cf. DELHASSE, F., Ecrivains et Hommes politiques de la Belgique, Bruxelles, 1857, p. 223-255 et LE ROY, A., Notice... Van Meenen, p. 39-47.

9 C’est le cas de Van Meenen (VERHAEGEN, P., La Belgique saus la domination française, t. IV, Bruxelles, 1929, p. 432) ; de Plasschaert (VAN HULST (F.), op. cit., p. 148), de Doncker (Annales chronol. litt. et hist. de la maç. des Pays-Bas, t. II), p. 335-337, d’Elhoungne (Communication de M. F. Borné) et de Barthelemy (Almanach des Francs-Maçons... 5833, p. 48).

10 BARTIER (J.), Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, t. X, 1968, no spécial Les problèmes constitutionnels..., p. 33-106, plus particulièrement les pages 33-40 et 54-59.

11 Cf. par ex. S. B. (= Spectateur belge), t. I, p. 234-250 et 273-301, passim.

12 Ibid., t. IV, p. 229, 239, 273, 291 et 351-368, passim.

13 BARTIER (J.), art. cit., p. 35, 37, 57.

14 O. B. (= Observateur belge), t. VIII, p. 31-34.

15 O. B., t. III, p. 357-361 ; t. IV, p. 372-373, t. V, p. 57-61, t. VI, p. 217-234, et passim.

16 Cette critique entraîne celle de l’impérialisme anglais mais se combine avec une admiration profonde pour les libertés dont jouit le peuple de Grande-Bretagne (O. B., t. III, p. 189-195 ; t. VII, p. 120 et sv. ; t. VIII, p. 226-227 ; t. XVIII, p. 297-311, et passim).

17 L’association comprit notament des comités à Gand, Louvain et Bruxelles. Ce dernier eut pour secrétaire Van Meenen qui en avait rédigé la déclaration de principe. A Gand, les fondateurs s’engageaient sur l’honneur, non seulement à « ne pas employer sciemment des toiles, des draps et des étoffes de coton fabriqués à l’étranger », mais encore à « ne pas permettre qu’il en soit fait usage dans sa maison par des personnes qui sont sous sa dépendance » (O. B., t. XI, p. 17-25 et 369-381 ; t. XIV, p. 27-28).

18 O. B., t. III, p. 309-311 ; t. IV, p. 309-313 ; t. V, p. 97-109.

19 O. B., t. III, p. 198, 271-276 ; t. V, p. 289-314 ; t. VI, p. 288-312 ; 334-342 ; 345-370 ; t. VII, p. 129-149 ; 193-204 ; 273-300 ; 326-367 ; t. VIII, p. 321-348 et passim.

20 O. B., t. III, p. 91-95 ; 226, η. 1 ; t. VI, p. 215-216, t. VII, p. 399-403 ; t. VIII, p. 255-256 ; t. IX, p. 168-170 ; t. XV, p. 163 ; t. XVI, p. 271 ; t. XIX, p. 150-151, etc...

21 O. B., t. III, p. 79-80 ; 326-327 ; 368 ; t. IX, p. 161-170 ; 314-318 ; 369-370 et passim.

22 O. B., t. III, p. 108.

23 O. B., t. II, p. 220.

24 à Van Meenen, 10 déc. 1815 (AVM, IV A).

25 Le 6 août 1815, il communique à Van Meenen une brochure dont l’auteur veut renouveler au nom de la religion les « horreurs » de 1789 (AVM, IV B 2).

26 O. B., t. II, p. 20 ; cf. aussi t. III, p. 96.

27 O. B., t. XVIII, p. 295-296.

28 d’Elhoungne écrit par exemple « La France trouvait dans son assemblée constituante la plus rare réunion de talens dont les annales du monde font mention », et il affirme que ses membres traitant des finances publiques « ont ramené à sa première simplicité et à ses principes fondamentaux une science que des routiniers fiscaux étaient parvenus à changer en un grimoire » (O. B., t. VII, p. 161-162).

29 Suivant de près tout ce qui se publiait dans le domaine de la théorie politique, Van Meenen, lorsqu’il reviendra sur les problèmes constitutionnels, citera de nombreux contemporains et en particulier Benjamin Constant. Il convient d’ajouter que l’auteur qu’il estime le plus en ces matières restera Montesquieu.

30 O. B., t. I, p. 225-232 ; 289-295 ; 388-395 et t. II, p. 29-40 et 92-127 passim.

31 « Cette classe moyenne qui est la base et la force de la société, l’asile des mœurs, le foyer des lumières, le levier du travail, le dépôt de l’aisance et la source des richesses ». Au contraire, l’aristocratie se compose d’hommes « qui semblent n’avoir aucune existence propre et ne savoir subsister que de l’échange de leur indépendance contre le pouvoir d’opprimer ». Enfin, sous la bourgeoisie existe « une troisième classe à qui les vices et les corruptions de nos institutions ont donné les besoins, l’instinct et la férocité de la brute » (O. B., t. V, p. 359).

32 Cf. notamment sa défense de la Loi fondamentale contre Mgr de Broglie (O. B., t. II, p. 394-411).

33 O. B., t. XV, p. 276-289 ; t. XVIII, p. 311-317.

34 En 1817, L’Observateur constatant qu’il n’existait pas « un recueil exact, circonstancié et complet » des séances des Etats-Généraux, prétendit combler cette lacune (t. XII, p. 1). Mais les comptes-rendus parlementaires finirent par laisser si peu de place aux autres articles que la direction de la revue, se rendant compte « que l’accessoire étoufferait en quelque sorte le principal » (O. B., t. XIII, p. 549), fit machine arrière et réduisit la partie parlementaire, sans jamais se désintéresser pourtant de ce qui se passait dans les Chambres.

35 Par ex. O. B., t. X, p. 340-347 ; t. XVIII, p. 318-320.

36 Ainsi, L’Observateur affirme que l’impôt sur les patentes est indigne « de figurer parmi les ressources d’un gouvernement libéral » parce qu’il « grève exclusivement les classes laborieuses et productives ». Au contraire, la fiscalité devrait frapper plus lourdement les rentiers et surtout la classe « des non-producteurs qui recueille sans charge, sans travail, sans produire... et ne fait rien ou à peut-près pour l’Etat sous la protection duquel elle jouit de ses richesses » (O. B., t. XVIII, p. 33 et 37).

37 S. B., t. I, p. 13 à 21 ; cf. aussi VAN IN, op. cit., p. 112 et sv.

38 VAN COLEN (J.), Essai sur la première langue dans S. B., t. VI, p. 198-204.

39 Quelques disciples du Vicomte de Bonald, dans Miscellanea Historica... Van der Essen, t. II, Bruxelles, 1947, p. 949-956, et du même Les Origines du Catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950.

40 De la Civilisation dans (S. B., t. IV, p. 49-150) ; sur la reprise de l’article en volume, cf. HAAG (M.) Les Origines..., p. 19 et 55.

41 TERLINDEN (Ch.), Guillaume I, roi des Pays-Bas et l’Eglise catholique en Belgique, t. I, Paris, 1906, p. 72-235.

42 Par exemple « Enfin, toute justice est foulée aux pieds » (O. B., t. IX, p. 229). « Il est digne de l’époque que ce soit envers un homme dont la bienfaisance est peut-être une accusation contre les puissants ; envers un prêtre catholique dont les vertus édifient ; envers un écrivain distingué dont le courage et la noble franchise imposent qu’on fasse l’essai de cette monstrueuse subversion de tout ordre judiciaire » (ibid., p. 232). Et comme l’abbé a été arrêté en sortant d’une église, Van Meenen dénonce « l’esprit de l’intolérance calviniste, brûlant d’outrager le culte catholique à la porte de son temple même, dans la personne d’un de ses prêtres, au milieu de la foule assemblée pour l’exercice de ses devoirs religieux », et va jusqu’à se demander si cette provocation ne cacherait pas « une machiavélique perversité », une machination destinée à provoquer une émeute qu’on aurait attribuée à L. de Foere (Ibid., p. 242).

43 Biographie nationale de Belgique, t. II, Bruxelles, 1868, col. 574-576 (Notice d’A. VANDER MEERSCH).

44 « Chose étonnante !... l’écrivain scolastique par excellence, l’intrépide panégyriste des doctrines du bas empire, vient de donner la main, en signe d’alliance à des philosophes modernes, que, hier encore, il injuriait... » (Ephémérides..., t. II, p. 89).

45 S. B., t. VII, p. 4. De son côté, Van Meenen avait écrit à propos des poursuites engagées contre l’abbé « Ce n’est point la désunion qu’ils imputent à M. de Foere de chercher à répandre ; c’est cette union, qui se manifeste d’une manière si éclatante, si ferme et toujours si sage, si impartiale et si mesurée, qui fait le désespoir des ennemis de la Belgique et qui excite leur rage (O. B., t. IX, p. 244).

46 O. B., t. III, cahier de 16 p. placé entre les pages 288 et 289 ; cf. aussi, t. VII, p. 66 et passim.

47 Anvers, 12 juillet 1769 — Gand 31 juillet 1849. Cf. QUETELET (A.), Sciences mathématiques et physiques au commencement du 19e siècle, Bruxelles, C. Muquardt 1867, p. 331-366 ; et HYMANS (L.) Norbert Cornelissen, dans Messager des sciences historiques, 1882, p. 37-73.

48 VAN HULST (F.), op. cit. p. 81-115 ; sur l’attachement de Van Meenen à Lambrechts, cf. O. B., t. II, p. 49 à 82, et passim.

49 Cf. une lettre qu’on ne peut dater avec précision, mais qui est certainement de 1797 (AVM, IV A).

50 Il rangera parmi eux Rouppe et suivra désormais avec une haine vigilante la brillante carrière de son ancien camarade. (BIBL. UNIV. GAND, Ms 675 A, nos 25-26 et 26bis). Il dénonce la façon dont le commissaire du Directoire, Dubosch, se conduit dans le département de l’Escaut « depuis qu’il est devenu riche et qu’il a des équipages » (Ibid, no 27, lettre « au citoyen Gohier, Directeur », Paris, 10 Messidor, An VII).

51 « On a dit, imprimé et déclaré que les auteurs des troubles qui ont désolé une partie des départemens réunis étaient l’Angleterre et les prêtres... Il eut été plus exact de dire que l’Angleterre et les prêtres, ces ennemis odieux du nouvel ordre de choses, n’ont fait que mettre à profit des germes préexistans de mécontentement, et pousser à des excès une multitude de malheureux, qui avaient la conscience de l’oppression dont ils étaient victimes », etc., etc. (Ibid.).

52 Comme sur un faux bruit les prêtres n’osent pas célébrer la messe, Cornelissen note que « Peut-être pour la première fois depuis le 10e siècle il n’y a pas eu de théophagie à Diest. Non ! Monsieur, aucune messe n’a été dite hier ; le peuple n’en a pas moins été au cabaret selon les louables us du peuple de Diest » (à Van Meenen, 22 Floréal, An V (?) (AVM IV A). Le ton est du reste le même chez Van Meenen qui écrit, à propos des chanoines et des religieux de Louvain : « Il leur fallait à ces Messieurs de bruyantes musiques pour accompagner les chants latins et grecs qu’ils hurlaient sans les comprendre » (à Cornelissen, Louvain, 26 Germinal, An V, AVM IV A).

53 « Hommes paisibles d’ailleurs, et jouissant tous de cette confiance que donnent l’ascendant de leur ministère, l’âge et souvent, comme il faut être juste, la pratique des plus utiles vertus » (BIBL. UNIV. GAND, Ms 675 A, no 27).

54 QUETELET, op. cit., p. 709, η. 1.

55 AVM IV A passim.

56 à Van Meenen, 11 mai 1817 (AVM IV A).

57 O. B., t. XVII, p. 52 et sv. et VAN IN, op. cit., p. 38, n. 2.

58 VAN IN, op. cit., p. 43, η. 1.

59 LE ROY, (A.), Notice..., p. 37-38.

60 Cf. notamment S. B., t. III, p. 45-70.

61 Cf. par ex. O. B., t. III, p. 4-11. En outre, Van Meenen affirmait contre l’abbé que le progrès matériel et scientifique améliorait la moralité (O. B., t. 4, p. 409-411) et d’Elhoungne lui reprochait de prendre quelques libertés avec l’histoire, notamment lorsqu’il rendait les réformés responsables des guerres religieuses du 16e s. et qu’il parlait avec indulgence de la « redoutable fermeté » du duc d’Albe (O. B., t. III, p. 36, 121-122).

62 O. B., t. XIV, p. 273, 274, t. XIX, p. 107 et s.

63 L’Observateur soutiendra notamment les efforts entrepris pour doter la Belgique d’écoles lancastriennes ou mutuelles (O. B., t. VIII, p. 209-225 ; t. XVI, p. 209-224 ; t. XVII, p. 96 et 262-270). Cet enseignement qui faisait concurrence à celui des Frères des Ecoles chrétiennes était fort combattu dans le monde catholique.

64 Selon lui, le monopole de l’instruction publique exercé par le gouvernement, avec ou sans le concours des évêques « est, comme celui du commerce, une idée gothique qui ne peut plus se soutenir » (O. B., t. X, p. 356). De même Van Meenen défend au nom de la justice le droit à la pension pour les moines des couvents supprimés (O. B., t. III, p. 195-196), et affirme, contre un auteur anticlérical, que les prêtres comme les instituteurs doivent être dispensés du service militaire (O. B., t. VII, p. 89-90).

65 L’Observateur prend parti dans le conflit qui oppose le curé de Lubbeek (arr. Louvain) à un propriétaire des environs, Vandenberghe de Binkom, à propos de la destruction d’une chapelle miraculeuse, tout en glissant sur le fait qu’il s’agit d’un bien national (O. B., t. IX, p. 350-352). Mais L’Observateur défend parfois plus ouvertement les acquéreurs (par ex., t. VII, p. 79).

66 Gand, 10 août 1816 (AVM IV A). L’article était d’ailleurs l’œuvre non d’un collaborateur habituel, mais d’un correspondant romain qui doit être Louis De Potter (O. B., t. VII, p. 44-45).

67 Cf. notamment O. B., t. XV, p. 88, 123-124 ; t. XIX, p. 177-202.

68 Au surplus les nombreux articles d’apologétiques publiés par le Spectateur sont souvent repris à des publications étrangères, anglaises notamment, et ne répondent pas aux préoccupations de lecteurs belges. Sur leur découragement, cf. S. B., t. VIII, p. 69 et t. IX, passim.

69 Cette collaboration commence en 1822 (au tome XVII). Les articles donnés par Eckstein seront plus tard repris par lui dans Le Catholique.

70 S. B., t. XVIII, p. 314.

71 BURTIN (N.), Un Semeur d’idées au temps de la Restauration : Le baron d’Eckstein, Paris, 1931, p. 272 et sv., 296 et sv.

72 Elle débute au t. XIII (p. 20-31) et se continuera dans de nombreux articles jusqu’au t. XX.

73 VAN IN, op. cit., p. 168.

74 S. B., t. XV, p. 273-282.

75 S. B., t. XIII, p. 287-288 et 292 ; cf. aussi t. XVI, p. 105-108.

76 S. B., t. X, p. 210-211.

77 S. B., t. XVIII, p. 379-380.

78 L’article est signé J. d’A. (S. B., t. XXI, p. 278).

79 Kerk en Liberalisme in het Bisdom Gent (1821-1857) Louvain, 1972, p. 482 et sv. (Univ. te Leuven. Werken op het gebied van de Geschiedenis en de Filologie, 5e r., dl 8).

80 GERLACHE (C. de), Histoire du Royaume des Pays-Bas, t. I, 2e éd., Bruxelles, 1842, p. 350-351 ; BARTELS (A.), Documents historiques sur la Révolution belge, 2e éd., Bruxelles, La Haye, 1836, p. 5.

81 Et notamment Le Roy et Stecher dans les notices qu’ils ont consacrées respectivement à Van Meenen et à de Foere ; cf. aussi HARSIN (P.), Essai sur l'opinion publique en Belgique de 1815 à 1830, Charleroi, 1930, p. 18.

82 VAN IN, op. cit., p. 33-39.

83 Tableau politique du Royaume des Pays-Bas, Paris, 1817, p. 22-23.

84 Carton à Van Meenen, 7 et 9 février 1815 (AVM IV B 2). Quant au Spectateur, il tirait à, l’époque du jugement de l’abbé, à 3 ou 400 exemplaires (SIMON (F.) op. cit., col. 318).

85 L’Observateur « manuel de tous les malveillants » (Binder à Metternich, La Haye, 17 février 1816, dans COLENBRANDER (H. T.) Dr, Gedenkstukken der algemene geschiedenis van Nederland. La Haye, Martinus Nijhoff, 1915, Rijksgeschiedkundige publicaten, t. XXV, no 537, p. 469). « L’Observateur belge est un journal lu avec un très grand plaisir de la plupart des habitans de la Belgique » (Phull à Nesselrode, Bruxelles, 23 novembre 1816, ibid, no 688, p. 598). De même, les Ephémérides admettent la réussite de L’Observateur (t. I, p. 208 et 217).

86 « ... Un journal très bien écrit, quoique d’une licence révoltante, intitulé L’Observateur » (Binder à Metternich, La Haye, 7 nov. 1815, ibid, no 524, p. 453). Tout en attaquant vigoureusement l’Observateur, Van Boeckhout n’en reconnaît pas moins le talent de ses rédacteurs (Ephémérides, t. I, p. 16-107 et sv, 218-222 ; t. II, p. 88).

87 AVM IV A.

88 Guillaume I et la transformation économique des Provinces belges (1815-1830), Liège-Paris, 1938, p. 158 et sv. (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fasc. LXXX).

89 Histoire des Troubles des Pays-Bas sous Philippe II par Vandervynckt ; ouvrage corrigé quant au style et augmenté d’un discours préliminaire..., t. I, Bruxelles, 1822, p. XCIV, η. 1, CXXV et CCXLVIII.

90 Cf. par exemple 1817, t. I, p. 36.

91 O. B., t. III, p. 154 ; Ephémérides, t. I, p. 221.

92 AVM IV A.

93 QUETELET, op. cit., p. 359. Le publiciste officieux Van Boekhout parle de « notre honorable ami, M. Cornelissen » (Ephémérides, t. I, p. 408). On notera aussi la participation de Cornelissen aux Annales Belgiques, revue en principe apolitique, mais très loyaliste.

94 Gand 3 janvier, sans doute 1817 (AVM IV A). — De même Lesbroussart se scandalise « de l’alliance d’une opposition prétendûment libérale avec les prétentions du monarchisme » (Minerve belge, 1818, t. 2, p. 528).

95 Annales chronologiques, t. V, p. 375.

96 Cf. à ce sujet les réflexions de P. HARSIN, op. cit., p. 17, et dans La Révolution de 1830 et l’Influence française (Revue des Sciences politiques, Paris Félix Alcan, 1930, t. LIII, p. 266-279), p. 269. En revanche, Van Meenen et ses amis entretiendront à titre personnel d’excellentes relations avec les proscrits de la Restauration.

97 GERLACHE (C. de), op. cit., ibid.

98 Cf. notamment COLENBRANDER, op. cit., t. XXIII, no 804, p. 789 ; t. XXV, no 537, p. 469 et no 688, p. 598 ; t. XXVII, no 4, p. 7, no 7, p. 9, no 341, p. 369, no 388, p. 447 et no 447 et no 389, p. 447-448.

99 La décadence de la revue se marque nettement dans les deux derniers volumes, où une place énorme est tenue par le récit des démêlés entre F. d’Elhoungne et des officiers en garnison à Louvain.

100 S. B., t. IX, p. 213-214 et 375-385 ; t. XI, p. 293-304 ; t. XIII, p. 182-202 et 234-240.

101 S. B., t. III, p. 120 et sv. et 227-232 ; sur une autre réaction provoquée par une réflexion anodine à propos du cardinal Consalvi, cf. t. XIX, p. 182-188.

102 S. B., t. XVIII, p. 314, n. 1.

103 BARTELS (A.), op. cit., p. 222 et 259 ; et surtout VAN IN, op. cit., p. 60-65.

104 S. B., t. XXI, p. 385.

105 BARTELS (A.), op. cit., p. 15 et 22. Catholique avancé, Bartels reprocha d’ailleurs à l’abbé d’être resté un « doctrinaire constitutionnel engoué des institutions de l’Angleterre » (Ibid. p. 258).

106 Aux funérailles de Van Meenen, A. Roussel insiste sur le fait « qu’il servit de guide et maître à M. Vandeweyer » (Pierre-François Van Meenen, p. 12) ; cf. aussi LE ROY, op. cit., p. 5-6.

107 Comme le faisait déjà Bartels écrivant « On peut dire que M. de Lamennais fut le principal fondateur de notre constitution » (op. cit., p. 264).

108 Si nous avons choisi le sujet que nous avons traité ici, c’est parce que nous croyons qu’il aurait plu à Mgr Simon. Son souci constant n’était-il pas d’établir le dialogue entre celui qui croyait au Ciel et celui qui n’y croyait pas ? Il n’avait cessé de mettre toutes les ressources de son cœur et de son intelligence à la poursuite de ce but. Ses efforts avaient été couronnés de succès. Se gardant de lâches concessions comme d’un vain prosélytisme, il avait conquis la confiance et l’affection de ceux qui ne partageaient pas sa foi. Aussi on ne louera pas seulement en A. Simon le grand érudit et le bon historien, mais encore celui qui, dans un esprit de liberté et de fraternité, a lutté inlassablement pour que la paix règne sur la terre entre les hommes de bonne volonté.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540