Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Église et l’État à l’époque contemporaine

 | 
Gaston Braive
, 
Jacques Lory

L’apport de Mgr Simon à l’histoire contemporaine de la Belgique

Roger Aubert

Texte intégral

1Lorsque, après une vingtaine d’années passées dans l’enseignement moyen comme professeur de IIe latine puis comme directeur de l’Institut St-Boniface à Bruxelles, l’abbé Simon fut parachuté dans l’enseignement supérieur à l’âge de 45 ans pour reprendre au pied levé une bonne part de l’enseignement du chanoine Fl. Delannoy à la Faculté de Philosophie et Lettres St-Louis, il était bien conscient du gros handicap que constituait le hyatus de deux décennies entre la fin de ses études d’histoire à l’Université de Louvain et la nouvelle carrière qui s’ouvrait devant lui. Mais ce qui aurait pu engendrer un complexe d’infériorité insurmontable fut au contraire le stimulant qui l’incita à s’engager le plus rapidement possible dans la recherche scientifique active afin de se faire reconnaître par ses pairs, qui avaient pu à juste titre s’étonner de cette nomination inusuelle.

2Cette décision, qui n’allait pas sans un certain courage, est à l’origine d’une vingtaine d’ouvrages et de plus de 60 articles, sans parler des nombreuses notices rédigées pour la Biographie nationale, qui se succédèrent à un rythme rapide en moins de vingt ans, ensemble imposant plus encore par sa portée que par sa masse.

3Sans doute, ces publications trahissent-elles souvent une certaine hâte, non seulement dans le style mais dans la mise au point de certains détails d’érudition, mais c’est que Mgr Simon croyait préférable de courir au plus pressé dans un domaine où presque tout restait à faire, plutôt que de s’attarder à des mises au point de détails. Elles ont en tout cas notablement contribué à renouveler les perspectives en ce qui concerne l’histoire politique et religieuse du XIX e siècle belge, sans parler de l’intérêt, que nous ne pourrons qu’évoquer très rapidement, de certaines d’entre elles pour l’histoire de la politique pontificale au XIX e siècle et surtout pour celle du Risorgimento italien, qui était devenu au fil des ans l’un de ses domaines de prédilection.

***

  • 1 Il en avait tiré deux brefs articles : La grande conquête de la liberté de l’enseignement : l’Univ (...)
  • 2 Le vicaire général Sterckx et la constitution belge (1830-1831), dans Miscellanea historica in hon (...)
  • 3 Le cardinal Sterckx et la condamnation de Ubaghs en 1843, dans Collectanea Mechliniensia, t. XXXI, (...)
  • 4 Le cardinal Sterckx et le traité des XXIV articles, dans Miscellanea historica in honorem Alberti (...)
  • 5 Wetteren, 1949. Gd in-8, 147 p.
  • 6 Wetteren, 1950. Gd in-8, 2 vol., 624 et 480 p.

4Mgr Simon avait présenté comme dissertation de fin d’études un travail élaboré sous la direction du professeur Ch. Terlinden sur les vains efforts de l’épiscopat belge aux environs de 1840 en vue d’obtenir pour l’Université de Louvain la personnification civile1 et il avait eu l’occasion de se rendre compte de l’importance du rôle joué au lendemain de l’indépendance belge dans la vie religieuse et aussi politique du pays par l’archevêque de Malines Engelbert Sterckx, ainsi que de l’abondance de la documentation conservée dans les archives diocésaines, qui permettrait de traiter avec l’ampleur qu’il méritait ce sujet demeuré jusqu’alors inexploré. Il se mit donc au travail, élargissant au fur et à mesure le champ de ses recherches, et peu à peu, à partir de 1946, commencèrent à paraître sous forme d’articles quelques Vorarbeiten, dont la nouveauté des sources mises en œuvres et les qualités critiques ne tardèrent pas à retenir l’attention des spécialistes : Sterckx et la constitution belge de 18312, Sterckx et la condamnation par le Saint-Siège de la philosophie traditionaliste enseignée à Louvain3, Sterckx et le traité des XXIV articles4. Dès ce premier stade apparaît déjà ce qui sera un des traits majeurs de l’œuvre de Mgr Simon : par son objet, celle-ci paraît relever avant tout de l’histoire ecclésiastique, mais, en fait, par sa façon d’envisager celle-ci dans ses rapports avec la société civile, rapports particulièrement étroits en Belgique où l’interférence entre les questions religieuses et les options politiques a toujours été grande, cette œuvre a abouti à projeter des lumières très neuves sur des aspects capitaux de l’histoire politique. Il suffit de parcourir la table des matières de son premier ouvrage, publié en 1949, L’Eglise catholique et les débuts de la Belgique indépendante5, pour constater la place qu’y tiennent les questions politiques : Aux alentours de la Constitution, Les circonstances politico-religieuses en 1831, Le Roi et le parti catholique, La loi de 1835 sur l’enseignement supérieur, L’enseignement primaire et la loi de 1842, L’enseignement moyen et la loi de 1850. Et le tome I de son grand ouvrage Le cardinal Sterckx et son temps6, publié l’année suivante, tout entier consacré aux rapports entre l’Eglise et l’Etat durant le premier tiers de siècle de la Belgique indépendante, constitue une contribution de première valeur, tant par l’ampleur de la documentation que par la perspicacité de l’interprétation, à l’étude des divers problèmes qui constituèrent la trame de la vie politique belge durant le règne de Léopold Ier. C’est du reste l’importance de cet apport, dépassant de loin l’intérêt d’une biographie épiscopale ordinaire, qui explique l’accueil très élogieux qui fut réservé, bien au-delà du cercle des spécialistes en histoire religieuse, à cet ouvrage qui demeurera longtemps fondamental et qui consacra d’emblée la réputation de Mgr Simon comme un des meilleurs spécialistes belges en matière d’histoire contemporaine.

  • 7 Documents relatifs à la Révolution belge, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. (...)
  • 8 Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome, 1958. Gd in-8, 300 p. (Analecta Vaticano-belgic (...)
  • 9 Ibid., 1956. Gd in-8, 228 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 1).
  • 10 Ibid., 1959. Gd in-8, 280 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 3).
  • 11 Ibid., 1961. Gd in-8, 277 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 4).
  • 12 La nonciature de Fornari à Bruxelles, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. XLIX, 1954, p. 462- (...)

5Parmi les dépôts d’archives consultés en vue de cette étude sur le cardinal Sterckx et son temps, l’un des principaux était celui du Vatican, qui jusqu’alors n’avait pratiquement pas été exploité par les historiens belges de la période contemporaine (exception faite de Ch. Terlinden dans sa thèse sur Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, et l’Eglise catholique). L’attention de Mgr Simon se porta en premier lieu sur les correspondances des nonces, et il eut tôt fait de constater que celles-ci étaient souvent plus intéressantes encore pour l’histoire politique que pour l’histoire religieuse. Dès 1946 et 1948, il en avait donné un avant-goût en montrant l’éclairage que projettent sur la révolution belge de 1830 les correspondances des diplomates pontificaux à La Haye et à Paris7. Une fois publiés les deux gros volumes de son Cardinal Sterckx, il consacra une bonne partie de son temps durant les dix années suivantes à éditer (sous la forme, imposée par l’Institut historique belge de Rome, de résumés détaillés) la correspondance des représentants du Saint-Siège à Bruxelles de 1834 à 1846 : Documents relatifs à la nonciature de Bruxelles, 1834-18388, qui illustrent les raisons (en bonne partie politiques) qui amenèrent Léopold Ier à souhaiter la présence d’un nonce en Belgique et qui permettent de suivre l’action du premier, Gizzi ; Correspondance du nonce Fornari, 1838-18439, sur le nonce qui entra le mieux dans le jeu politique que Léopold Ier entendait lui faire jouer ; Lettres de Pecci, 1843-184610, à propos desquelles Mgr Simon relève que, par l’attitude qu’il prit dans l’affaire des jurys universitaires, le futur Léon XIII contribua à rendre impossible sur le plan psychologique la poursuite de l’alliance entre catholiques et libéraux, alors que précisément il avait réussi à convaincre le Saint-Siège de revenir sur ses préventions contre cette « alliance monstrueuse » et de soutenir désormais des ministères mixtes. Ces trois volumes ont été complétés par les Instructions aux nonces de Bruxelles, 1835-188911, où se reflète à travers le prisme de la pensée du Saint-Siège la vie politico-religieuse de la Belgique pendant un demi-siècle. L’intérêt de ces publications est doublé, d’une part, par les substantielles introductions qui analysent avec finesse à la fois la personnalité des nonces et la situation politico-religieuse à laquelle ils eurent à faire face, d’autre part par la mine de renseignements que constitue l’abondante annotation, puisée dans une vaste documentation inédite. Mais leur auteur les complèta en outre par plusieurs articles12 visant à dégager la « signification politique de la nonciature de Bruxelles » au cours du premier demi-siècle de la Belgique indépendante. Il y montre combien fréquentes — et souvent efficaces — furent les interventions des nonces tant dans les élections que dans l’activité gouvernementale, pour conclure que « sous des formes diverses, soutien du Roi, sympathie envers l’union, appoint aux constitutionnels, aux conservateurs, aux catholiques libéraux ou à la Droite parlementaire, aide au parti confessionnel catholique, les nonces ont tenté, sous la direction du Saint-Siège, de réaliser en Belgique une théocratie parlementaire ».

  • 13 Réunions des évêques de Belgique. Procès-verbaux, 1 : 1830-1867 ; II : 1868-1883, Louvain-Paris, 1 (...)

6Si les archives du Vatican ont fourni à Mgr Simon la matière de quatre volumes de documents, il en a tiré deux autres, tout aussi utiles aux historiens du XIXe siècle belge, de celles de l’archevêché de Malines : l’édition, introduite comme toujours par des aperçus éclairants sur les hommes et les situations, des procès-verbaux de la conférence épiscopale belge de 1830 à 1883, c’est-à-dire jusqu’à la mort du cardinal Dechamps13. On y trouve de nombreuses indications sur la réorganisation ecclésiastique du pays au cours des premières années de l’Indépendance et sur la gestion courante de l’Université catholique de Louvain, mais également sur les divers problèmes politico-religieux, surtout à propos de l’enseignement et du temporel du culte, et aussi quelques renseignements relatifs à la presse catholique.

  • 14 In Memoriam. Mgr Alois Simon, 1897-1964, Bruxelles, 1965, p. 11.
  • 15 Israël en Belgique, dans Séminaires d’histoire juive contemporaine, Bruxelles, 1964, p. 39-58.
  • 16 Paris-Louvain, 1957, Gd in-8, 38 p. (C. I. H. C., 2).
  • 17 Paris-Louvain, 1957, 1958 et 1960. Gd in-8, 40, 49 et 59 p. (C. I. H. C., 3, 5 et 14).
  • 18 Paris-Louvain, 1961. Gd in-8, 100 p. (C. I. H. C., 21).
  • 19 Dans Revue du Nord, t. XLIV, 1962, p. 151.

7Au fur et à mesure qu’il poursuivait ses recherches, stimulé par l’accueil de plus en plus favorable réservé par ses collègues historiens à ses publications, Mgr Simon se rendait compte de ce qu’à côté des archives officielles — civiles ou ecclésiastiques — les papiers privés jettent un jour irremplaçable sur les dessous des controverses et notamment sur les motivations humaines, qui intéressèrent toujours davantage l’ancien commentateur de Racine et de Virgile que les infrastructures économiques et sociales, auxquelles s’arrêtent de préférence les historiens de la nouvelle génération. Ses nombreuses relations et son habileté souriante lui facilitèrent l’accès à quantité de dépôts inconnus, dont il s’appliqua avec une générosité qui faisait l’étonnement de beaucoup, à mettre aussitôt les richesses à la disposition des travailleurs. Le professeur J. Barder n’a pas hésité à dire qu’« il rendit ainsi à tous les historiens des services comparables à ceux qu’un Gachard leur avait fournis au siècle dernier »14. Sans parler des répertoires des sources relatives aux exilés italiens en Belgique, publiés à diverses reprises dans la revue Risorgimento, et d’une note d’une vingtaine de pages15, où, après avoir rompu une lance en faveur d’une histoire des Israélites dans la Belgique contemporaine, il présente l’inventaire de deux fonds d’archives à utiliser dans ce but (dans des dépôts publics, il est vrai, mais négligés jusqu’à présent), on doit à Mgr Simon cinq Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine qui, sous une forme ou sous une autre, constituent des guides facilitant l’accès à des archives peu connues et qu’il avait souvent été le premier à repérer : dès le début du Centre, de brèves Notes sur les archives ecclésiastiques16 : Vatican, diocèses belges, congrégations religieuses, paroisses ; puis trois fascicules intitulés Inventaires d’archives17 donnant un aperçu sommaire de huit fonds ecclésiastiques (dont deux églises protestantes) et de huit fonds de famille (dont les papiers Béthune, Van Meenen et surtout Villermont, particulièrement riches) ; enfin un volume d’une centaine de pages intitulé Evêques de la Belgique indépendante, 1830-1940. Sources d’archives18, signalant pour chaque évêque décédé avant 1940 les sources conservées dans des dépôts publics ou privés qui sont de nature à éclairer leur position, leur action ou leurs tendances politiques, un recueil dont le professeur Dhondt écrivait : « Parmi les instruments destinés à faciliter le travail dans le domaine de l’histoire contemporaine de la Belgique que le Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine publie depuis quelques années, celui-ci constitue sans contexte l’un des plus importants »19.

  • 20 Bruxelles, 1953. In-8, 182 p.
  • 21 Wetteren, 1955. Gd in-8, 281 p.
  • 22 Wetteren, 1956. Gd in-8, 183 p.
  • 23 Wetteren, 1958, Gd in-8, 199 p.
  • 24 Moniteur belge, 7 nov. 1963, p. 10867.

8Mais Mgr Simon ne s’est pas borné à orienter les historiens vers les fonds privés qu’il avait découverts, il a publié aussi plusieurs recueils regroupant les pièces les plus intéressantes autour de l’un ou l’autre thème, en les faisant précéder de substantielles introductions où se précisait peu à peu sa pensée quant à la véritable position des hommes politiques sympathisant avec les libertés modernes en dépit des réticences romaines et quant au sens, souvent flou et fluant, des étiquettes utilisées à l’époque telles que « catholiques libéraux », « ultramontains », « cléricaux », etc. : La politique religieuse de Léopold Ier. Documents inédits20, choix de correspondances provenant des papiers d’un secrétaire à l’ambassade belge au Vatican, où l’on voit l’intérêt porté par le Roi protestant à l’Eglise catholique, qui était à ses yeux une garantie de l’ordre social et qu’il espérait utiliser en instrument de gouvernement par l’intermédiaire de la nonciature ; Catholicisme et politique. Documents inédits 1832-190921, où, après avoir relevé que la « Séparation » (il serait préférable de parler de l’Indépendance) entre l’Eglise et l’Etat désirée par les constituants de 1830 n’était pas exclusive d’une action de l’Eglise sur le terrain politique par le biais du Parlement et de l’opinion publique, il montre comment, après une première période où ce fut l’épiscopat qui dirigea l’action politique des fidèles, cette direction passa progressivement aux d’hommes politiques laïcs qui, de de Theux à Woeste, surent conserver leur indépendance à l’égard de la hiérarchie dans les questions temporelles en même temps qu’ils refusaient d’engager le parti dans les voies contraires à l’esprit de la constitution auxquelles beaucoup d’ultramontains continuèrent à rêver jusqu’au pontificat de Léon XIII ; L’Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédits, 1839-190722, qui s’ouvre par des « Propos sur le catholicisme politique belge », éclairants pour l’histoire du parti catholique tant à ses origines qu’au lendemain du Syllabus et où l’auteur éclaire par de nombreux documents puisés dans cinq fonds privés (les papiers de Hemptinne notamment) et dans quatre dépôts publics, d’une part les rapports entre l’ultramontanisme et les débuts de la démocratie chrétienne en Belgique, d’autre part les remous qui agitèrent la presse catholique belge au cours du pontificat de Pie IX ; Aspects de l’unionisme, 1830-1857. Documents inédits23, où on relève les têtes de chapitres suivantes : Autour du congrès national, Premières transactions sur l’enseignement, Incidences anticléricales et francs-maçons, Poussées démocratiques (à propos de lettres adressées à A. Gendebien de 1834 à 1856 par des amis républicains), Action royale et crises ministérielles. Tous ceux qui ont eu l’occasion d’utiliser ces recueils seront d’accord avec le jury du Prix quinquennal d’histoire nationale 1956-1960 pour estimer qu’ils offrent aux historiens « une mine inestimable de renseignements sur la vie politique et religieuse de notre pays durant les premières décennies de son indépendance » et aussi pour estimer comme eux que, par les longs commentaires qui introduisent les documents, ces volumes « sont en réalité autant des études historiques que des publications de textes »24.

  • 25 België van 1840 tot 1848, België van 1848 tot 1865, België van 1865 tot 1884, dans Algemene Geschi (...)

9Les introductions si éclairantes de ces recueils de documents de même que celles qui précèdent les éditions des correspondances des nonces et des procès-verbaux des réunions des évêques suffiraient à elles seules à prouver que Mgr Simon n’était pas seulement un érudit mais un véritable historien, excellant à faire revivre, à partir des textes, les hommes et leurs problèmes et n’hésitant jamais à remettre en question les idées reçues. Mais il ne s’est pas borné à ces esquisses dans lesquelles il réussissait à exprimer en quelques pages des choses parfois fondamentales et en tout cas toujours suggestives, ni non plus aux chapitres écrits pour l’un ou l’autre ouvrage général25 où, tout en jalonnant avec précision les grandes lignes du sujet, il fournit au spécialiste plus d’un aperçu nouveau. Il nous a laissé plusieurs volumes de synthèses où les trésors d’érudition qui affleurent à chaque page débouchent sur des conclusions très personnelles. J’ai déjà signalé sa monumentale biographie du cardinal Sterckx, ouvrage auquel s’applique comme à peu d’autres l’épithète de bahnbrechend. Le tome I est fondamental par les vues qu’il ouvre sur la façon dont s’est amorcé, au milieu de difficultés et d’incompréhensions sans cesse renaissantes, le délicat équilibre qui caractérise depuis près d’un siècle et demi les relations entre l’Église de Belgique et les pouvoirs civils ; il renouvelle notamment en bien des points ce que l’on croyait savoir sur les dessous de l’élaboration de la législation dans le domaine de l’enseignement et sur les raisons profondes de l’évolution des libéraux vers une politique de sécularisation systématique de la vie publique. Mais le tome II est très remarquable également par tout ce qu’il apporte de neuf sur l’action pastorale multiforme du prélat et surtout sur les principes et les options qui inspiraient celle-ci et dont on peut dire que le diocèse de Malines — et même dans une bonne mesure la Belgique catholique toute entière — a vécu pendant près d’un siècle.

  • 26 Bruxelles, 1958. In-8, 155 p., dans la collection Notre Passé. L’ouvrage, publié dans une collecti (...)
  • 27 Tel est le jugement du Jury du Prix quinquennal d’histoire nationale 1956-1960, dans Moniteur belg (...)

10Pour être moins volumineux, plusieurs autres ouvrages n’en sont pas moins remarquables eux aussi au plan de la synthèse. En premier lieu, Le parti catholique belge, 1830-194526. Après un exposé théorique des rapports existant entre la constitution belge, le parlementarisme, les partis et le catholicisme politique, l’auteur décrit en quelques chapitres les débuts tâtonnants de ce qui allait devenir le parti catholique, les multiples influences que celui-ci a subies, les crises qu’il a traversées, l’évolution de son organisation et de son programme et enfin, plus sommairement, ses réalisations dans les divers domaines de la vie publique. Cette étude a des faiblesses : on sent que Mgr Simon connaît mieux la période de 1830-1885 que le demi-siècle suivant et que la problématique des interventions de l’Église dans la vie publique retient davantage son attention que les questions de politique générale ; on peut également regretter qu’il s’intéresse davantage au rôle des hommes, évêques ou hommes politiques, qu’aux courants d’opinion qui influencent ceux-ci (encore que certaines considérations sur le poids du mouvement flamand soient dignes d’intérêt). Il n’en reste pas moins que, outre l’effort d’impartialité et de respect scrupuleux de la vérité auquel les recenseurs ont rendu un hommage unanime, cet essai dense et vigoureux, remarquable de précision et de clarté, constitue un apport de première qualité « tant par la nouveauté du sujet que par la pénétration de l’analyse historique »27. L’A. en effet, à la différence de la plupart des histoires de partis, laisse de côté l’événementiel, déjà relativement bien connu, et n’insiste guère — peut-être même trop peu — sur la façon dont le parti catholique belge a réalisé son programme, mais cherche plutôt à faire comprendre comment et sous quelles influences son programme s’est formé et, d’autre part, n’hésite pas à montrer, à la lumière des faits, comment le parti a finalement plutôt desservi l’idéal religieux dont il avait voulu être l’instrument.

  • 28 Bruxelles, 1963. In-8, 159 p., dans la collection Notre Passé. Comme pour le volume précédent, il (...)
  • 29 Revue belge de philologie et d’histoire, t. XLII, 1964, p. 658.

11Soucieux de montrer que son œuvre, où l’Église et les hommes d’Église tiennent une si large place, avait une portée qui dépassait de loin l’histoire religieuse, Mgr Simon a voulu récrire, après d’autres, la biographie de Léopold Ier28. Plus encore que le précédent, cet essai a ses limites : l’Α. ne montre pas suffisamment l’ampleur des transformations en profondeur de la société belge, de la bourgeoisie en particulier, qui ont conditionné l’action du roi, et même au plan strictement biographique, il ne met pas assez en lumière, comme l’a relevé le professeur R. Demoulin29, à quel point Léopold Ier demeurait par divers traits un homme du XVIIIe siècle et il néglige trop sa politique à l’égard de l’Allemagne et de la France au profit de ses tentatives d’intervention dans les questions italiennes. Mais le même recenseur s’est plu à reconnaître que « cet essai biographique, bien différent des œuvres de Corti et Buffin et de L. de Lichtervelde, est un nouveau témoignage de l’indépendance de pensée de son auteur ». Celui-ci conclut en effet que, tout compte fait, le bilan du règne est plutôt négatif et, qu’on se rallie ou non à ce jugement, on ne pourra plus écrire sur Léopold Ier et son œuvre sans tenir compte des pages que lui a consacrées Mgr Simon : à cause de la finesse de ses analyses psychologiques, où une fois de plus il excelle, mais aussi à cause de tout ce que l’utilisation de sources privées inconnues de ses prédécesseurs (notamment les papiers de Theux) lui a permis d’apporter de nuances et d’éléments nouveaux comme aussi de suggestions, discutables parfois mais toujours stimulantes.

  • 30 Le cardinal Mercier, Bruxelles, 1960. In-8, 181 p., dans la collection Notre Passé.
  • 31 A noter aussi les pages lucides sur Le cardinal Mercier et la politique, dans Res publica, t. VI, (...)

12Il en va de même pour une autre esquisse biographique30, celle qui devait amorcer la monumentale biographie du cardinal Mercier que Mgr Simon préparait depuis des années et qu’il n’a pas eu le temps d’écrire. Il n’avait pas seulement fréquenté lui-même dans sa jeunesse le grand cardinal, dont l’idéal sacerdotal l’avait marqué pour la vie, mais il avait pu interroger de nombreux contemporains de ce dernier aujourd’hui disparus et rassembler des centaines de lettres confidentielles, qui complètent les carnets intimes du prélat. On ne s’étonnera pas dès lors que, sur la personnalité de celui-ci, sur l’évolution de sa pensée et de son action épiscopale et plus encore sur ses interventions dans la vie politique belge31 et sur l’attitude qu’il adopta durant la première guerre, le petit volume de Mgr Simon apporte pas mal de nuances et un certain nombre de choses neuves qui tendent à « démythiser » quelque peu la figure de Mercier.

  • 32 Rencontres mennaisiennes en Belgique, Bruxelles, 1963. Gd in-8, 267 p. (Mémoires in-8° de l’Académ (...)

13Il reste à dire un mot du dernier ouvrage de Mgr Simon, rédigé avec une hâte fébrile alors qu’il se savait condamné mais qui est nourri de vingt années de réflexions sur un dossier sans cesse enrichi de nouveaux inédits : Rencontres mennaisiennes en Belgique32. Il y étudie les « incubations mennaisiennes » depuis 1815 et relève jusque tard dans le XIXe siècle les prolongements des élans menaisiens brisés par les condamnations de Grégoire XVI. Les méandres de sa pensée sont parfois difficiles à suivre à cause de ses hésitations devant la complexité du problème et de sa prudence à s’engager dans des affirmations trop catégoriques, belle leçon de probité scientifique dont témoigne d’ailleurs le titre de l’ouvrage, très significatif de cette prudence d’approche. Reprenant tous les aspects de la question à l’aide d’une masse impressionnante de documents, dont certains découverts dans de nouveaux fonds d’archives et d’autres déjà connus mais présentés sous un jour nouveau, confrontant sans cesse ses affirmations avec celles de ses devanciers, H. Haag et K. Jürgensen en particulier, dont il rejoint pour l’essentiel les conclusions tout en les nuançant sur l’un ou l’autre point, Mgr Simon estime en définitive que, tant dans le domaine de l’apologétique ou du renouveau de la philosophie qu’au plan des relations nouvelles à établir entre l’Église et la Société civile et à celui des préoccupations sociales naissantes, les rapports entre les publications fracassantes de Lamennais et ceux qu’on a considérés comme ses disciples en Belgique, furent beaucoup plus subtils qu’on ne l’a cru généralement et qu’au fond il s’est moins agi d’un véritable lien de causalité que de rencontres d’aspirations et de mouvements similaires. Rencontres d’ailleurs importantes et même capitales, comme le relève l’observation finale : « Influence ou rencontre mennaisienne ? Le problème ne devrait-il pas être posé autrement ? Ne pourrait-on pas se demander si la Belgique contemporaine n’est pas une des meilleures réalisations des idées défendues naguère par Lamennais ? La réponse me paraît devoir être affirmative ».

  • 33 Lamennais et la Belgique, dans Revue de St-Louis, novembre 1949, p. 5-23 et 279-299.
  • 34 P. GERIN, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LX, 1965, p. 573.
  • 35 C’est ce qu’il appelait, sous l’influence d’une méthodologie historique quelque peu dépassée, l’«  (...)
  • 36 Signalons parmi d’autres deux articles publiés dans la revue belge Risorgimento : Aspects du Risor (...)
  • 37 Evoquée avec une amicale ferveur par R. VAN NUFFEL dans Risorgimento, t. VIII, 1965, p. 5-8.
  • 38 Cet exposé ayant pour objet l’apport de Mgr Simon à l’histoire contemporaine de la Belgique, il n’ (...)

14Ce n’est pas un hasard si l’ouvrage qui peut être considéré comme le testament historique de Mgr Simon n’est que la reprise très développée et beaucoup plus nuancée d’un des premiers articles qui avaient marqué sa rentrée dans le monde des historiens33. « Lamennais, note un de ses anciens étudiants, combien de fois n’a-t-il pas parlé avec chaleur à ses élèves, à ses amis, de ce prêtre libéral dont le cœur se confondait avec l’intelligence ; à l’entendre, on se prenait parfois à se demander si ce n’était pas Lamennais lui-même que nous entendions parler »34. Tous ceux qui l’ont connu savent quelle sympathie douloureuse — qui n’excluait d’ailleurs pas la lucidité sur les limites du prêtre malouin — Mgr Simon avait pour Lamennais dont il avait si souvent rencontré la figure tragique et prophétique au cours de ses travaux. Il retrouvait chez ce dernier l’une de ses principales aspirations, qui fut aussi celle de tant de ces hommes du XIXe siècle dans la familiarité desquels il vécut durant une vingtaine d’années, le souci de voir régner, en tout et pour tous, la liberté. Toute l’œuvre scientifique de Mgr Simon, si probe et si méticuleuse, est soustendue par une froide passion pour la liberté sous toutes ses formes : liberté de jugement du savant, qui, dans son domaine, ne doit être lié que par la recherche sereine de la vérité35 ; libération vraie des travailleurs et des humbles, avec lesquels cet intellectuel d’origine bourgeoise vibrait profondément ; libertés du citoyen, telles qu’elles ont été proclamées par la Constitution de 1831, dont il savait tant de gré au cardinal Sterckx de l’avoir victorieusement défendue face aux appréhensions romaines ; en particulier la liberté d’enseignement, sur laquelle il avait longuement réfléchi sous l’influence de son expérience personnelle, de ses recherches historiques et de ses contacts avec ses amis incroyants ; et aussi la liberté religieuse, car il était de plus en plus conscient de ce que sa foi de prêtre catholique ne l’empêchait nullement de défendre avec ferveur les droits de l’homme bien compris contre toutes les oppressions, d’où qu’elles viennent. Ce fut d’ailleurs là une des raisons qui l’amenèrent à s’intéresser activement à l’histoire du Risorgimento36 : au-delà de ses chères amitiés italiennes, c’est son enthousiasme pour les grands idéaux humains du Risorgimento, dont il était convaincu que, par delà les incompréhensions du passé, ils rejoignaient les aspirations profondes du christianisme, qui explique la qualité si remarquée de ses interventions dans les congrès de l’Istituto per la storia del Risorgimento italiano, dont il était l’un des plus fidèles participants depuis sa lumineuse mise au point lors du congrès de Messine de 195437. C’est cet enthousiasme qui explique aussi l’énergie sans relâche avec laquelle il s’appliqua à stimuler dans son propre pays l’intérêt pour ce nouveau champ d’études, en fondant en 1958 avec le professeur Robert Van Nuffel un groupe belge rattaché à l’Istituto italien. Il en avait assumé la présidence et en anima avec un zèle infatigable la revue, Risorgimento, particulièrement attentive à exhumer la documentation relative aux exilés italiens qui furent si nombreux à chercher un climat de liberté dans la Belgique du deuxième tiers du XIXe siècle38.

***

  • 39 G. de BERTIER de SAUVIGNY, dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. XLII, 1964, p. 1061.

15Il est temps de conclure. Si Mgr Simon s’était borné à mettre à la disposition des historiens la masse de documents inconnus qu’il a réussi à faire sortir de l’ombre, il se serait déjà acquis de sérieux titres à leur estime et à leur reconnaissance et son nom occuperait une place de choix dans tout aperçu des progrès de l’historiographie relative à la Belgique du XIXe siècle au cours du quart de siècle qui a suivi la dernière guerre. Mais cet infatigable fouilleur d’archives, à qui un « don de sourcier permettait de renouveler sans cesse les aspects des questions apparemment les plus rebattues »39, a aussi élaboré une œuvre originale dont j’ai essayé dans les pages précédentes de faire entrevoir la portée et la qualité. Comme toute œuvre humaine, elle avait ses limites et j’en ai déjà signalé l’une ou l’autre au passage. Trois faiblesses me paraissent devoir être surtout relevées.

16En premier lieu, Mgr Simon, qui a tellement enrichi notre documentation sur le XIXe siècle belge, n’a presque jamais utilisé la presse pour ses travaux. Il avait cependant pris assez vite conscience de l’importance que celle-ci peut présenter pour l’historien, sous l’influence de son ami Jan Dhondt notamment, et on en trouve la preuve dans la place qu’il accorda dans ses publications de textes aux documents relatifs à la presse et au soin qu’il eut dans plusieurs de ses ouvrages de consacrer un index spécial aux journaux mentionnés. Mais les conditions matérielles dans lesquelles il était obligé de travailler lui rendait pénible la consultation des journaux et il se disait un peu vite que d’autres s’en occupaient et que les trésors qu’il découvrait dans les papiers privés constituaient une compensation suffisante. Or, du coup, une certaine dimension lui échappait, le rôle des forces collectives n’apparaît pas suffisamment dans son œuvre, car tous les aspects de la réalité ne se trouvent pas dans les correspondances, qu’il savait si bien exploiter avec un sens aigu de la psychologie humaine.

  • 40 Pas totalement toutefois : c’est ainsi que dans son Léopold Ier, il apporte quelques éléments nouv (...)
  • 41 Un exemple : comme l’a relevé Ch. Verlinden (dans le Tijdschrift voor Geschiedenis, t. LXXII, 1959 (...)

17Mais précisément, nous touchons ici à une autre lacune de l’œuvre de Mgr Simon. Ayant reçu sa formation historique bien avant qu’on ne parle de « l’Ecole des Annales » et n’ayant pu suivre que de très loin pendant vingt ans l’évolution qui se produisait dans les méthodes et surtout les perspectives, il en est toujours resté à une certaine façon quelque peu impressionniste de faire de l’histoire, qui s’intéresse davantage aux individus marquants, éclairés par les lumières de la psychologie, qu’aux forces profondes qu’on essaie de scruter à l’aide des méthodes sociologiques et des analyses quantitatives. Les aspects économiques en particulier sont presque absents de son œuvre40 et surtout les éléments d’explication de type économique41. Il est également caractéristique que, dans son étude par ailleurs si neuve sur le parti catholique belge, on ne trouve jamais d’analyse un peu poussée des résultats électoraux, dans la ligne ouverte par l’École de Siegfried et de Goguel.

  • 42 Voir en particulier sa recension d’Aspects de l’Unionisme, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t (...)

18Un troisième reproche a été adressé à juste titre à diverses reprises à Mgr Simon : un manque de rigueur dans l’emploi de certaines expressions techniques. H. Haag notamment a plus d’une fois regretté dans ses recensions de ne pas trouver « plus de précision dans la définition de certains termes et de certaines formules » : unionisme42, ultramontanisme, libéralisme catholique, etc. Mais il n’était pas le seul : Mgr H. Wagnon reprochait de son côté à Mgr Simon de ne pas toujours parler à bon escient de « séparation entre l’Eglise et l’Etat » là où il eut été préférable d’employer le terme d’« indépendance ». Et les réactions suscitées par son livre sur la position philosophique du cardinal Mercier proviennent en partie d’une utilisation trop peu rigoureuse de termes tels qu’apologétique ou philosophie. Conséquence d’une certaine hâte dans l’élaboration de ses livres, à laquelle j’ai déjà fait allusion ? Ou, une fois de plus, d’une tendance à la critique impressionniste, héritée des années où il était professeur de poésie ? Ou peut-être d’une influence inconsciente de la manière du prédicateur et du conférencier sur le travail du savant ? En tout cas, le fait est incontestable et il en résulte parfois un certain flou dans ses analyses par ailleurs si pénétrantes.

  • 43 In Memoriam. Mgr Alois Simon, 1897-1964, Bruxelles, 1965, p. 11.

19Comme toute œuvre humaine, celle de Mgr Simon avait donc ses limites. Il n’en reste pas moins qu’après dix ans, alors que s’est dissipée l’émotion d’un départ prématuré et que les recherches auxquelles il avait souvent ouvert la voie se sont poursuivies selon des méthodes plus modernes, on ne peut, me semble-t-il, que ratifier l’appréciation que portait John Bartier le jour des funérailles43 : « A. Simon édifia, en une vingtaine d’années seulement, une œuvre magistrale. Elle avait pour thème central un problème essentiel : les relations de l’Église et de l’État dans la Belgique indépendante. Pour résoudre ce problème, Mgr Simon fut conduit à étudier des sujets connexes : les rapports de Rome et du clergé de notre pays, les relations des primats de Belgique avec le roi, les grands courants d’idées du XIXe siècle, l’unionisme qui caractérise les premières années de notre indépendance, l’apparition des partis politiques, la question scolaire et la question sociale, pour ne citer que les points principaux de sa vaste enquête. Sur chacun de ses aspects de l’histoire contemporaine, la contribution de Mgr Simon fut essentielle [...]. Sans doute, les vues qu’il formulait, les hypothèses qu’il forgeait n’étaient pas toujours admises sans réserve par ses confrères. Mais tous admettaient que ses exposés étaient de ceux qui ouvrent la voie à d’autres recherches, à de nouveaux travaux ; par là, ils reconnaissent que Mgr Simon se trouvait au premier rang des historiens, parmi ceux qui, sortant des sentiers battus, permettent à la science de progresser ».

20La fréquence avec laquelle nous sommes amenés, aujourd’hui encore, à nous référer à l’œuvre de Mgr Simon est la meilleure preuve de la pertinence de cette appréciation.

Notes

1 Il en avait tiré deux brefs articles : La grande conquête de la liberté de l’enseignement : l’Université catholique de Louvain, dans Collectanea Mechliniensia, t. XVI, 1927, p. 597-605 ; La question de la personnification civile de l’Université catholique en 1841-1842, dans Revue générale, t. CXX, 1928, p. 147-162.

2 Le vicaire général Sterckx et la constitution belge (1830-1831), dans Miscellanea historica in honorem L. van der Essen, t. II, Bruxelles, 1947, p. 983-990.

3 Le cardinal Sterckx et la condamnation de Ubaghs en 1843, dans Collectanea Mechliniensia, t. XXXI, 1946, p. 639-644.

4 Le cardinal Sterckx et le traité des XXIV articles, dans Miscellanea historica in honorem Alberti De Meyer, t. II, Louvain, 1946, p. 1268-1277.

5 Wetteren, 1949. Gd in-8, 147 p.

6 Wetteren, 1950. Gd in-8, 2 vol., 624 et 480 p.

7 Documents relatifs à la Révolution belge, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. XXIII, 1944-46, p. 181-217 ; La Révolution belge vue de Paris d’après les Archives vaticanes, dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. XXVI, 1948, p. 509-524.

8 Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome, 1958. Gd in-8, 300 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 2).

9 Ibid., 1956. Gd in-8, 228 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 1).

10 Ibid., 1959. Gd in-8, 280 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 3).

11 Ibid., 1961. Gd in-8, 277 p. (Analecta Vaticano-belgica, 2e série, section C, 4).

12 La nonciature de Fornari à Bruxelles, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. XLIX, 1954, p. 462-506 et 808-834 ; Signification politique de la nonciature de Bruxelles, 1835-1885, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. XXXIII, 1961, p. 617-648 ; Le Saint-Siège et l’union catholico-libérale, 1826-1846, ibid., t. XXXIV, 1962, p. 595-666.

13 Réunions des évêques de Belgique. Procès-verbaux, 1 : 1830-1867 ; II : 1868-1883, Louvain-Paris, 1960 et 1961. Gd in-8, 167 et 173 p. (Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine [C. I. H. C.], Cahiers, 10 et 17).

14 In Memoriam. Mgr Alois Simon, 1897-1964, Bruxelles, 1965, p. 11.

15 Israël en Belgique, dans Séminaires d’histoire juive contemporaine, Bruxelles, 1964, p. 39-58.

16 Paris-Louvain, 1957, Gd in-8, 38 p. (C. I. H. C., 2).

17 Paris-Louvain, 1957, 1958 et 1960. Gd in-8, 40, 49 et 59 p. (C. I. H. C., 3, 5 et 14).

18 Paris-Louvain, 1961. Gd in-8, 100 p. (C. I. H. C., 21).

19 Dans Revue du Nord, t. XLIV, 1962, p. 151.

20 Bruxelles, 1953. In-8, 182 p.

21 Wetteren, 1955. Gd in-8, 281 p.

22 Wetteren, 1956. Gd in-8, 183 p.

23 Wetteren, 1958, Gd in-8, 199 p.

24 Moniteur belge, 7 nov. 1963, p. 10867.

25 België van 1840 tot 1848, België van 1848 tot 1865, België van 1865 tot 1884, dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. X, Utrecht-Anvers, 1955, p. 1-32, 113-142, 143-172 ; België van 1884 tot 1914, ibid., t. XI, Zeist-Anvers, 1956, p. 251-273 ; le chapitre consacré au Vatican dans 150 jaar Katholieke arbeidersbeweging in West-Europa, 1789-1939, Bruxelles, 1961, p. 13-53 (édition française, Bruxelles, 1966, p. 7-47) ; et ceux relatifs à l’atitude de l’épiscopat belge face au développement du problème ouvrier publiés dans chacun des trois volumes de l’histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique dirigé par le chanoine S. SCHOLL (150 jaar Katholieke arbeidersbeweging in België, Bruxelles, 1963-1966, t. I, p. 111-142, t. II, p. 87-126 et t. III, p. 111-137).

26 Bruxelles, 1958. In-8, 155 p., dans la collection Notre Passé. L’ouvrage, publié dans une collection destinée au grand public, ne comprend pas de note, mais on trouve en finale (p. 149-155) un aperçu extrêmement précieux sur les sources imprimées et surtout inédites (notamment sur les papiers privés d’hommes politiques) et sur les travaux les plus utiles.

27 Tel est le jugement du Jury du Prix quinquennal d’histoire nationale 1956-1960, dans Moniteur belge, 7 nov. 1963, p. 10867.

28 Bruxelles, 1963. In-8, 159 p., dans la collection Notre Passé. Comme pour le volume précédent, il faut souligner l’intérêt de l’« Orientation bibliographique » qui termine le volume (p. 153-157).

29 Revue belge de philologie et d’histoire, t. XLII, 1964, p. 658.

30 Le cardinal Mercier, Bruxelles, 1960. In-8, 181 p., dans la collection Notre Passé.

31 A noter aussi les pages lucides sur Le cardinal Mercier et la politique, dans Res publica, t. VI, 1964, p. 111-124. On doit encore relever parmi les Vorarbeiten, une note sur Désiré Mercier à Malines (1877-1882), dans Handelingen van de koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, t. LXV, 1961, p. 116-131 ; une conférence sur Le cardinal Mercier et l’Union des Eglises, dans Union et désunion des chrétiens. Recherches œcuméniques, Bruges, 1963, p. 109-137 ; et un Mémoire sur la Position philosophique du cardinal Mercier. Esquisse psychologique, Bruxelles, 1962 (Mémoires in-8° de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres et des sciences morales et politiques, LVI-1), qui attire l’attention sur des aspects négligés mais dont les conclusions ont été discutées (cfr G. VAN RIET, dans Revue philosophique de Louvain, t. LX, 1962, p. 444-447, et R. AUBERT, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LIX, 1964, p. 206-208).

32 Rencontres mennaisiennes en Belgique, Bruxelles, 1963. Gd in-8, 267 p. (Mémoires in-8° de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres et des sciences morales et politiques, LVI-3). Comme toujours, chez Mgr Simon, l’apport des inédits est souvent éclairant, mais l’absence d’utilisation de la presse et des brochures du temps est particulièrement regrettable dans un travail qui s’efforce de cerner les courants d’opinion.

33 Lamennais et la Belgique, dans Revue de St-Louis, novembre 1949, p. 5-23 et 279-299.

34 P. GERIN, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LX, 1965, p. 573.

35 C’est ce qu’il appelait, sous l’influence d’une méthodologie historique quelque peu dépassée, l’« objectivité » de l’historien, à laquelle il a consacré quelques pages qui ne sont certainement pas parmi les meilleures qu’il ait écrites : L’objectivité en histoire, dans Raisonnement et démarches de l’historien, sous la direction de Ch. PERELMAN, Bruxelles, 1963, p. 121-139.

36 Signalons parmi d’autres deux articles publiés dans la revue belge Risorgimento : Aspects du Risorgimento, t. III, 1960, p. 3-21, et Considérations sur le libéralisme, t. IV, 1961, p. 3-25.

37 Evoquée avec une amicale ferveur par R. VAN NUFFEL dans Risorgimento, t. VIII, 1965, p. 5-8.

38 Cet exposé ayant pour objet l’apport de Mgr Simon à l’histoire contemporaine de la Belgique, il n’y a pas lieu d’insister davantage ici sur son apport, qui ne fut pas négligeable, aux études relatives à l’histoire des idées dans l’Italie du XIXe s., ni sur l’influence notable que son œuvre a exercée dans la péninsule (on peut lire à ce sujet la notice que lui a consacrée F. FONZI dans la Rassegna storica del Risorgimento, t. LIII, 1965, p. 71-75). Mais on ne peut oublier que plusieurs des communications présentées par Mgr Simon lors des congrès d’histoire du Risorgimento ou des articles publiés par lui dans la revue Risorgimento éclairent l’un ou l’autre aspect des relations belgo-italiennes. Signalons en particulier : Le catholicisme libéral belge et ses influences sur le catholicisme libéral italien, 1815-1870, dans Rassegna storica toscana, t. IV, 1957, p. 351-351-380 ; Gioberti à Bruxelles, dans Risorgimento, t. I, 1958, p. 7-40 ; Projet de conférence à Bruxelles sur la question austro-sarde (1848-1849), ibid., t. II, 1959, p. 3-31 ; Arbitrages de Léopold 1er, roi des Belges, dans les affaires italiennes (1849), dans Atti del XXXV Congresso di storia del Risorgimento italiano, Rome, 1959, p. 345-356 ; La Belgique et les événements italiens de 1859, dans Atti del XXXVIII Congresso di storia del Risorgimento italiano, Rome, 1960, p. 97-114.

39 G. de BERTIER de SAUVIGNY, dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. XLII, 1964, p. 1061.

40 Pas totalement toutefois : c’est ainsi que dans son Léopold Ier, il apporte quelques éléments nouveaux à l’étude de la politique économique du roi, tirés des papiers de Theux.

41 Un exemple : comme l’a relevé Ch. Verlinden (dans le Tijdschrift voor Geschiedenis, t. LXXII, 1959, p. 441-442), il attribue l’équilibre du budget entre 1884 et 1914 aux mérites des ministres sans faire mention du caractère favorable de la conjoncture économique durant cette période.

42 Voir en particulier sa recension d’Aspects de l’Unionisme, dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LIV, 159, p. 593-598.

43 In Memoriam. Mgr Alois Simon, 1897-1964, Bruxelles, 1965, p. 11.

Auteur

Université Catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540