Version classiqueVersion mobile

Minorités religieuses, religions minoritaires dans l’espace public

 | 
Anne-Laure Zwilling

Troisième partie. Visibilité et stratégies de visibilisation

Création d’entreprises et visibilités commerciales chez les « minorités nouvelles ». Comparaison des Turcs et des Chinois

Stéphane de Tapia

Texte intégral

I. Ethnic business, Helâl business : l’émergence des études sur l’entrepreneuriat étranger en France

1La création d’entreprise immigrée est certainement un phénomène aussi ancien que l’immigration elle-même, dès lors que la question de l’origine de la personne sur un territoire politique donné est une information prise en compte par les autorités et les populations locales. Rome comme les cités grecques et, bien plus tôt, les cités mésopotamiennes avaient des catégories précises de nomination des étrangers en fonction de leurs origines ou plus encore de leurs statuts sociaux ou juridiques. Quel aurait été aujourd’hui le statut entrepreneurial d’un Leonardo da Vinci, artiste reconnu mais aussi entrepreneur (cabinet d’architecture, ingénierie du bâtiment, ou nouvelles technologies ?) non soumis à visa puisque ressortissant de l’espace Schengen ? Peut-être aurait-il été maire du Clos-Lucé, sa dernière résidence, à l’image de ces ressortissants britanniques du Sud-ouest français, agriculteurs, épiciers ou cafetiers du village où résident de nombreux ressortissants du nord de l’Europe.

  • 1 Ma-Mung Emmanuel, « L’expansion du commerce ethnique : asiatiques et maghrébins dans la région pari (...)

2Il est logique de constater que c’est la sociologie américaine qui a mis en exergue la notion d’ethnic business pour qualifier une entreprise créée par un étranger à l’usage de son propre groupe d’origine, créneau plus « facile » de création d’entreprise sur une « niche » économique autour d’une clientèle captive (du fait de sa langue, son origine, sa confession, ses traditions culinaires, normes et valeurs, comme la norme halal pour les musulmans ou la kasherout pour les Israélites), mais cette notion met du temps à pénétrer en France ; il faudra attendre la fin des années 1980 et le début des années 1990. Le commerce ethnique peut être selon divers auteurs cités par Emmanuel Ma Mung : « le commerce pratiqué par les étrangers, acception la plus courante ; le commerce pratiqué par des groupes ethniques (le critère de la nationalité n’intervient plus) ; le commerce pratiqué par certains groupes ethniques en direction de leur propre communauté » […] mais il le définit comme tel : « […] activité pratiquée par des personnes qui utilisent et s’appuient sur des réseaux de solidarité ethnique sur le plan du financement, mais aussi sur le plan de l’approvisionnement, sur celui du recrutement du personnel et parfois même sur celui de l’achalandage lorsque ce commerce vise en premier lieu comme clientèle la communauté dont est issu le commerçant »1.

3En France, MIGRINTER, laboratoire poitevin du CNRS, et son fondateur, Gildas Simon, entouré de ses premiers collaborateurs et étudiants (Michelle Guillon, Emmanuel Ma Mung, Hassen Boubakri, Anne Guezenguar…) semble jouer un rôle de précurseur. Deux ouvrages collectifs peuvent être cités pour leur caractère novateur pour l’époque : Marchands ambulants et commerçants étrangers en France et en Allemagne fédérale, édité à Poitiers en 1984, et sous la direction d’E. Ma Mung et G. Simon, Commerçants maghrébins et asiatiques en France. Agglomération parisienne et villes de l’Est, édité chez Masson en 1990.

  • 2 Belbahri Abdelkader, « Diversité de l’entreprenariat étranger », Revue Européenne des Migrations In (...)
  • 3 Begag Azouz, L’Immigré et sa ville, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984.

4Cette équipe n’est bien sûr pas isolée dans son époque : à Paris, les équipes IRESCO, URMIS (avec inter alia Nancy Green, Isabelle Taboadda-Leonetti, Michelle Guillon, Solange Montagné-Villette…), à Marseille, Émile Kolodny, Alain Tarrius, Michel Peraldi… commencent à publier les premières recherches et encadrer les premiers étudiants travaillant sur les entrepreneurs, souvent informels dans un premier temps, qui émergent dans le lot des immigrés généralement peu qualifiés qui restent massivement ouvriers. L’agglomération lyonnaise n’est pas en reste et fournit des terrains de recherche à des chercheurs comme Abdelkader Belbahri2 ou Azouz Begag3. On assiste donc à l’émergence d’un courant qui s’intègre dans les travaux sur les champs et circulations migratoires (de Daniel Courgeau à Alain Tarrius), ou sur l’économie des migrations internationales (de Georges Tapinos à Yann Moulier-Boutang) qui caractérisent cette vision essentiellement dynamique, en rupture sur la trilogie française « insertion/intégration/assimilation » des migrations internationales.

A. Le domaine turc : quelques généralités

  • 4 Abadan Nermin, « Le non-retour à l’industrie, trait dominant de la chaine migratoire turque », Soci (...)
  • 5 Nermin Abadan, Unat-Abadan ou Abadan-Unat, selon la période d’édition de ses travaux, a été la prem (...)

5Pour ce qui est plus particulièrement du cas turc, le constat de Nermin Abadan dans la revue Sociologie du Travail4 est presque sans appel : cette grande sociologue turque, qui aura accompagné l’émigration depuis sa naissance jusqu’à sa majorité, fait le constat que la population émigrée turque, du fait de ses origines sociales et trajectoires migratoires, n’acceptera jamais de garder le statut d’emploi salarié après l’intermède prolétarien de l’immigration en Allemagne.5 Venu du monde rural, au statut d’indépendant précaire, l’ouvrier immigré de retour au pays – on est bien là dans le modèle germanique du Gastarbeiter – n’aura de cesse que de reprendre un statut d’indépendant, quitte à ce que ce statut soit particulièrement modeste (commerçant, artisan, agriculteur, rentier de l’immobilier).

  • 6 Gitmez Ali, Wilpert Czarina, « A Micro-Society or an Ethnic Community ? Social Organization and Eth (...)

6Guidés par leurs directeurs de recherche, quelques étudiants français jouent un rôle précurseur : Çetinsoy à Stuttgart, Guezenguar à Cologne, Hassen Boubakri ou Nadine Weibel à Strasbourg, en ce qui concerne plus particulièrement les immigrés turcs. En Allemagne se détachent deux « écoles » (dont l’une reste active dans ce domaine) : le Zentrum für Türkeistudien ou Centre pour les Études Turques fondé par Faruk Şen, et le BIVS – Berliner Institut für Vergleichende Soziologie créé par Jochen Blaschke avec la collaboration d’Ahmet Ersöz. Ils ne sont évidemment pas seuls car à la même époque, Ali Gitmez, sociologue turc, et Czarina Wilpert, sociologue allemande d’origine américaine, éditent de passionnants articles sur l’émergence de l’entrepreneuriat turc à Berlin dans le cadre d’une « microsociété » qui se construit sous leurs yeux à Kreuzberg6.

7On en arrive ainsi à l’émergence de la notion de helâl business portée en France par Nadine Weibel et Altan Gökalp qui tous deux revendiquent son invention. Pour bien connaître ces deux personnes et avoir souvent discuté avec elles, je dirais que la notion s’est imposée d’elle-même à deux bons connaisseurs du terrain musulman immigré turc.

B. Le domaine chinois, ou plus généralement asiatique : quelques indications comparatives

8Michelle Guillon et Isabelle Taboadda-Leonetti éditent en 1986 un ouvrage intitulé Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris. C’est l’une des premières études présentées au public averti des choses de l’immigration venant à la fois préciser un tableau resté très flou, sinon fantasmatique de l’immigration chinoise (clandestine, innombrable, insaisissable, mafieuse : où l’on dit très sérieusement que les Chinois ne meurent jamais car immédiatement remplacés par d’autres clandestins munis de faux papiers) et analyser les processus de développement et de mutation rapide de cette population très diverse et très active. Avec les travaux d’Emmanuel Ma Mung, Live Yu-Sion, Le Huu Khoa, Catherine Guerassimov, la connaissance sur les définitions et caractéristiques de la diaspora chinoise et de ses dérivés historiques (composantes issues du Vietnam et du Sud-Est asiatique, très présentes en France) a très largement progressé ; l’entreprise et les réseaux commerciaux y tiennent une place centrale. Il faudrait aussi mentionner l’émergence de la recherche sur les groupes issus du subcontinent indien (Indiens, Pakistanais, Bengladeshis, Srilankais), certes moins nombreux et moins visibles qu’à Londres, mais bien présents à Paris.

  • 7 Conversations personnelles avec François Georgeon, Gilles Veinstein ou Irène Melikoff.

9Pour n’en rester qu’à notre idée initiale de comparaison entre Turcs et Chinois, avec ce qu’elle comporte de véritablement arbitraire et subjectif, constatons simplement que Turcs et Chinois se sont signalés par une instantanéité, une vitesse de développement de la fonction entrepreneuriale surprenante aux yeux des observateurs, mais aussi par une capacité d’ubiquité étonnante : les uns comme les autres s’implantent très vite hors des régions et des quartiers traditionnels d’immigration ; les uns comme les autres basculent très vite du statut de salarié industriel à celui d’indépendant. La restauration dans les deux cas joue un rôle majeur, mais si l’on s’y attendait avec les Chinois (avec les expériences américaines ou australiennes des Chinatown, voire les fronts pionniers de la sinité qu’ont représentés des lieux comme Singapour, au départ simple comptoir britannique à la pointe de la péninsule malaise), l’expérience turque surprend plus, y compris les historiens ottomanisants7. Mais les « créneaux locaux », comme la confection à Paris (Öztürk 1988) ou le bûcheronnage dans le Limousin (Yıldırım 2009), montrent une réelle capacité d’adaptation au local.

II. Visibilité commerciale, visibilité géographique, visibilité sociale

  • 8 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris, (...)
  • 9 Barthon Catherine, La « Petite Turquie » à Strasbourg-Saint-Denis : portrait d’un microcosme à Pari (...)
  • 10 El-Anwar Yacine Salem, « Commerce exotique ou communautaire ? Une étude comparative des restaurants (...)

10Michelle Guillon et Isabelle Taboadda-Leonetti, respectivement géographe et sociologue, nous livrent une analyse pertinente de la création d’entreprise asiatique qui de facto reste valable pour tout courant migratoire8. En particulier, la catégorisation des activités commerciales en commerces ethniques, exotiques, commerces de quartier / français / banaux, semble réellement heuristique, appliquée à l’entreprise turque, que ce soit à Strasbourg ou à Berlin, voire dans n’importe quelle implantation immigrée. Pour simplifier, le commerce ethnique (parfois dit communautaire) vend des denrées spécifiques à une clientèle spécifique de même origine que le vendeur ; le commerce exotique vend des denrées « ethniques » à une clientèle plus large incluant des autochtones intéressés par les saveurs et couleurs d’un pays d’origine ; le commerce de quartier est banal dans le sens où la clientèle est locale et le vendeur ne joue pas sur son origine, quand bien même il est désigné par cette origine : « l’épicier marocain du coin de la rue ». Depuis 1986, l’eau a coulé sous les ponts de la Seine. Catherine Barthon propose une notion complémentaire, le commerce cosmopolite, pour qualifier la vente de produits « étrangers » à une clientèle qui reste immigrée, mais où le vendeur propose des produits asiatiques, maghrébins, turcs, indopakistanais, africains… à une clientèle à revenus modestes massivement immigrée, sans exclusive9. Cette définition colle bien à la réalité d’une évolution très visible à Strasbourg (ou ailleurs), où des investisseurs immigrés ont racheté des grandes surfaces implantées dans des quartiers périphériques et desservent une clientèle populaire locale très… cosmopolite, comprenant les autochtones aux revenus modestes. On remarquera cependant que l’évolution d’un type à l’autre n’est pas linéaire et qu’elle peut même localement être inversée : une très intéressante étude sur les restaurants chinois du Caire10 montre comment l’exotique peut devancer le communautaire, tout simplement parce que la gastronomie chinoise a devancé chez les classes aisées cairotes habituées à la consommation internationale, approchée à Londres, Paris ou New York, l’immigration chinoise sur les chantiers égyptiens.

11Cette évolution est malgré tout différente de ce que les grandes surfaces nomment les rayons des « produits ethniques » (ethnic marketing), où l’on retrouve des standards très américanisés (spécialités dites tex-mex, cuisine asiatique assez indifférenciée, maghrébine, libanaise…), côtoyant des produits parfois régionaux localement « exotiques », comme des Flammeküche en Bretagne ou du cidre en Alsace, ou tout simplement espagnols, italiens…

  • 11 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris, (...)
  • 12 Voir notamment Paul Claval, Georges Prévélakis.
  • 13 Prévélakis Georges, La notion de territoire dans la pensée de Jean Gottmann, Actes du Colloque Le t (...)

12Ceci nous amène à évoquer le marquage de l’espace collectif11 qui rappelle la notion d’iconographie proposée par Jean Gottmann et développée par la géographie culturelle12. Reprenons une définition de Georges Prévélakis13 : « Une iconographie est faite de symboles, d’icônes. Elle peut inclure la religion, l’histoire, les tabous, le folklore ; ce n’est pas son contenu qui compte, mais sa fonction. Une iconographie joue le rôle d’un lien solide entre les membres d’une communauté ou encore entre la communauté et son territoire. Une iconographie est beaucoup plus coriace qu’une simple représentation spatiale. Elle se caractérise par une forte résistance au temps et a tendance à devenir plus rigide face au changement des conditions environnantes. Dans le même temps, elle peut changer, s’adapter à des conditions nouvelles, emprunter des formes nouvelles. » L’iconographie est donc ici un ensemble de signes marqueurs d’une identité, qui va de l’usage du drapeau du pays d’origine et du port de vêtements « nationaux » ou « religieux », de détails architecturaux parfois infimes (portique ou auvent « à la chinoise » sur une façade neutre, lions de granit devant la porte…) à l’utilisation des écritures d’origine (alphabets arabe, hébreu, japonais, coréen, indiens, plus ou moins exotiques, la présence des idéogrammes chinois comme élément de décoration et d’identification étant ici un signe fortement visible). Ce marquage est très variable selon l’établissement, il ne s’agit parfois que du simple et discret nom du propriétaire et de la raison sociale (restaurant « Au Phénix », « Le Bosphore », « Le Lion d’Or », « Anatolia »…), mais il peut être aussi véritable mise en scène (devanture et panneaux en chinois, portique, statues de lions, divinités de l’abondance, de la longévité…) qui assure le dépaysement du client avant même son entrée dans l’établissement. À cet égard, la construction du quartier dit Chinagora dans la banlieue parisienne (Alfortville) est un cas très particulier, sinon unique, de mise en scène globalisante, où architecture, certes adaptée à la modernité et à l’image que l’on veut donner, rejoint l’iconographie des Chinatown américaines ou australiennes qui va jusqu’à la construction d’arches monumentales marquant l’entrée dans la Chinatown.

A. Turcs, Indiens et Chinois à Paris

  • 14 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy, op. cit. ; Ma Mung Emmanuel, (...)

13Dans le cas parisien, un grand nombre de quartiers (XIIIe Arrondissement et « triangle de Choisy », rue de Belleville, Goutte-d’Or, marchés Barbès, Sainte-Marthe ou Château-d’Eau, Strasbourg-Saint-Denis, le Sentier en général), sont marqués comme quartiers à forte présence immigrée. Les activités de restauration, commerce et services, à usage communautaire, ou les activités fortement investies par un segment de l’immigration – comme les ateliers de confection et toutes les activités connexes comme le commerce de gros – marquent fortement le paysage urbain, mais ce marquage est parfois trompeur dans le sens où il peut y avoir un fort décalage entre habitat et activité commerciale ; entre visibilité et réalité sociale. Si les ateliers de confection sont souvent couplés avec un habitat privé très dégradé propice aux trafics de main-d’œuvre et autres « marchands de sommeil » (ceci permettant entre autres de mieux contrôler une main-d’œuvre rendue docile, de limiter le trajet lieu de résidence-lieu de travail, mais présente l’inconvénient de fragiliser l’entreprise en cas de descente de police, inspection du travail, contrôle fiscal…), dès que possible, dans la majorité des cas, les familles préféreront se loger en banlieue dans le parc HLM… en attendant mieux (achat d’un appartement privé ou d’un pavillon de banlieue, tel que le pratiquent les familles turques). Ainsi Catherine Barthon remarquait-elle que le « quartier turc » de Paris ne l’était que très imparfaitement, contrairement à Schaerbeek à Bruxelles ou Kreuzberg à Berlin où habitat et activité économique ne sont pas dissociés. Ce n’est pas le cas de quartiers « chinois » de Paris, comme le Triangle de Choisy ou la rue de Belleville, où au contraire habitat et activité professionnelle se superposent, les gérants vivant avec leur famille dans les tours qui surplombent le centre commercial14.

14Manifestations communautaires « traditionnelles religieuses » : deux événements peuvent être cités en exemple, l’un pour son caractère intrinsèquement religieux, l’autre pour son caractère relevant autant d’un traditionalisme folklorisé que de bases religieuses anciennes : le défilé du dieu-éléphant indien Ganesh et le Nouvel An chinois. Le défilé parisien de Ganesh que l’on peut suivre sur un site qui lui est consacré15 étonne par le décalage d’une manifestation typique du sud de l’Inde aujourd’hui établie dans les rues de Paris, avec des prêtres et croyants pieds nus et torse nu sur un macadam urbain à la propreté approximative, des femmes et jeunes filles aux saris aux couleurs vives et chatoyantes et sous un climat parfois peu tropical. Comme le Nouvel An chinois, il est devenu une institution rassemblant immigrés indiens, spectateurs parisiens et touristes nombreux, élus locaux. Le Nouvel An chinois rassemble aussi des milliers de spectateurs, au-delà des populations chinoises et asiatiques sud-orientales de l’Île-de-France, comme la présence obligée des élus parisiens, avec à leur tête le premier magistrat et ses adjoints. Une gigantesque parade de groupes aux costumes inspirés des traditions chinoises, dragons en tête, est devenue une attraction touristique comme à New York ou Los Angeles16.

15Manifestations communautaires « politiques » : elles sont probablement plus le fait des populations turques (incluant les activistes kurdes dans la mouvance du PKK) que d’autres populations immigrées qui peuvent cependant elles aussi descendre dans la rue et gagner une intense visibilité ponctuelle – par exemple : les pro-Gbagbo ou les pro-Ouattara récemment –, les Turcs ayant un long passé et une longue pratique de la contestation politique en Turquie déjà. Les sections turques et kurdes des défilés syndicaux du 1er mai, à Paris, Strasbourg, Lyon ou Berlin, sont de notoriété publique, mais les défilés massifs dus aux crimes racistes commis contre des familles turques à Mölln et Sollingen dans toutes les métropoles allemandes, avec leur déferlement de centaines de drapeaux turcs, sont restés dans les annales européennes des manifestations populaires, tout comme la manifestation annuelle massive à l’occasion de « l’anniversaire » de l’arrestation d’Abdullah Öcalan à Strasbourg et dans d’autres villes européennes. Les occupations pacifiques de places publiques par les Tamouls sri-lankais, avec femmes et enfants, pique-niques improvisés et mêmes tentes de toiles abritant des manifestants, pour certains pratiquant des grèves de la faim, sont d’autres manifestations de visibilité politique parfois dérangeante parce qu’insistantes, massives et incontournables.

B. Turcs et Chinois à Strasbourg-Kehl

16Les entrepreneurs turcs sont très présents et très visibles à Strasbourg comme à Kehl, entrepreneurs chinois (ou assimilés, car on retrouve ici aussi Vietnamiens, Laotiens et Cambodgiens dits Hoa) sont de plus en plus visibles et présents. On ne reviendra pas sur ce qui a été dit précédemment, au-delà des généralités, sinon en fonction du poids respectif des deux « communautés » commerciales. On sait combien les Turcs font partie du paysage de l’immigration alsacienne, avec un report non négligeable des activités économiques marchandes sur l’agglomération strasbourgeoise, alors que les emplois ouvriers de départ et le logement des familles sont dans le cas de l’Alsace – c’est là une originalité régionale – répartis sur toute la région. Quant aux enseignes asiatiques, elles montrent une réelle tendance à se multiplier, passant de la petite boutique assez discrète de banlieue ou de centre-ville à la grande surface affichant clairement sa provenance, comme Paris Store à Wolfisheim ou Thien-Long à la Meinau.

17Visibilité décroissante ? Simexal (région parisienne), Pro-Inter, Alimex, Ecofood, Paris Store (région strasbourgeoise) n’ont pas de références précises dans leur raison sociale, sauf si reprise en décor d’idéogrammes chinois ou éléments de décoration rappelant l’origine des entrepreneurs, comme Paris Store, chaîne française de supermarchés dont les propriétaires sont des Chinois d’Indochine (comme les Frères Tang). Les reprises de restaurants français par des propriétaires issus de l’immigration mais qui reprennent, et le nom de l’entreprise et la carte des mets présentés à la clientèle, sont assez fréquents ; ce phénomène mériterait d’être étudié (par exemple à Strasbourg : La Cigogne, à l’Ancienne Chapelle). Sauf si l’on connaît bien l’onomastique de tel ou tel groupe (lorsqu’apparaît le patronyme de l’entrepreneur), il est souvent difficile de déterminer la provenance des entrepreneurs en bâtiment, en confection ou bûcheronnage. La visibilité reste donc l’apanage de deux catégories : le commerce alimentaire et la restauration.

18À Strasbourg-Kehl comme dans la région parisienne ou ailleurs, ce sont les devantures des magasins et restaurants qui trahissent – ou revendiquent – l’origine de l’entrepreneur. Couleurs vives rappelant parfois les couleurs du drapeau national, parfois des symboles du pays d’origine (richesse, abondance, bonne fortune, majesté), utilisation de systèmes d’écriture (alphabets, idéogrammes), éléments extérieurs de décoration (portique, auvent, lions chinois, dragon, dieu de l’abondance…), raison sociale (par exemple : Istanbul, Izmir, Bosphore, Acropole, Dionysos, Beijing, Sseutchouan, Dragon du Poitou…) et annonces de spécialités (ex. à Paris, un restaurant annonçant « cuisine arménienne, grecque, kurde et turque », ou les nombreux « cuisines chinoise, vietnamienne et laotienne ») entrent dans le système iconographique de marquage à la fois identitaire, à analyser avec beaucoup de précautions, et territorial, comme dans le « triangle de Choisy » parisien.

III. Les Turcs à Bakou et dans les métropoles centrasiatiques : présence réelle, mais discrète

  • 17 Balci Bayram, Missionnaires de l’islam en Asie Centrale. Les écoles turques de Fethullah Gülen, Par (...)

19Caucase et Asie centrale forment le dernier « compartiment » historique de développement du champ migratoire turc. Cette région apparaît massivement à la suite d’une part des premières conséquences migratoires de la perestroïka gorbatchévienne, d’autre part avec l’accession à l’indépendance de plusieurs pays turcophones précédemment républiques soviétiques : agences officielles, investisseurs institutionnels turcs, mais aussi militants panturquistes et islamistes vont presser vers l’espace d’origine de leurs ancêtres (anayurt) avec un enthousiasme quelque peu brouillon qui va vite amener des déconvenues, sinon l’hostilité des autorités centrasiatiques. Cet article n’est pas le lieu idoine pour analyser l’état des relations turco-turciques ou turco-turkestanaises, on peut se reporter aux travaux de Bayram Balci17. Ce qui nous intéresse ici est la visibilité de l’entreprise « turque », à partir de premières missions effectuées à Bakou (2010) et dans les capitales ou métropoles de l’Ouzbékistan, de la Kirghizie et du Kazakhstan (2008).

20Ainsi, la grande majorité des 15 000 Turcs vivant en Azerbaïdjan réside dans la capitale, Bakou, mais assure une présence active autant que discrète. Les Turcs sont ici restaurateurs, cafetiers, pâtissiers, propriétaires de night-clubs, tailleurs, coiffeurs, vendeurs d’articles de confection, mode et ameublement-décoration, semblant même avoir acquis des positions fortes sur certains métiers (soins de la personne, habillement, restauration). Ils sont évidemment actifs dans le bâtiment et les travaux publics, l’hôtellerie (gamme moyenne et supérieure), la grande distribution, les centres commerciaux (construits par des entreprises turques) les transports internationaux, les agences de voyages, mais ces activités sont souvent aseptisées par leur caractère international, au-delà de l’usage de logos (comme Turkish Airlines). C’est donc a priori la première catégorie qui nous intéresse : l’entreprise de services de petite à moyenne taille.

  • 18 Image très étonnante (mais non relevée par les commentateurs français) de cette chanteuse du groupe (...)

21Pour un œil exercé, la présence turque est évidente, elle est même massive dans certaines rues du centre-ville (28 May, autour de la gare centrale) ou certains quartiers un peu décentrés comme İnşaatçılar ou au nord de la gare, le long de l’avenue Azadlıq et des rues parallèles ou adjacentes, bien moins prestigieuse que sur son tracé sud. Mais dans la mesure où les deux langues, turc de Turquie et turc d’Azerbaïdjan, sont très proches, c’est uniquement dans la raison sociale (l’usage comme en Turquie et en Europe, ou plus à l’est, en Asie centrale, de mentions de toponymes comme Istanbul, Ankara, Izmir, Anadolu, Anatolia, Marmara, Akdeniz, Kapadokya, Antalya, Marmaris, Bodrum…) ou la décoration de la vitrine que se marque l’origine de l’entrepreneur. L’usage d’un slogan proféré par l’ancien Président de la République d’Azerbaïdjan, Heydar Aliyev, « Bir Millet, Iki Dövlet » (Une nation, deux États), donne le diapason d’une amitié de bon aloi qui se décline sous la forme des deux drapeaux associés ou entrecroisés sur la porte ou la vitrine, mais toujours discrètement18. L’usage de l’adjectif « Türk » est fréquent pour qualifier la qualité de ce qui est proposé - türk yemekleri (spécialités turques), türk qadın geyimleri (confection turque pour femmes), türk uşaq geyimleri (confection turque pour enfants)… en azerbaïdjanais –, mais celui des couleurs du drapeau national, rouge et blanc, en fait bien moins visible qu’en Europe.

22Pour ce qui est des métropoles centrasiatiques, Tachkent, capitale ouzbèke, ou Bichkek, capitale kirghize, Almaty n’étant plus la capitale du Kazakhstan mais restant une métropole économique, hôtels, restaurants, cafés, agences bancaires et surtout grands chantiers passés ou en cours, marquent une présence turque plus discrète encore qu’en Azerbaïdjan. Là aussi, cafés et restaurants, boutiques de vêtements (avec les mêmes références qu’à Berlin ou Strasbourg !), montrent bien que les immigrés turcs ont investi dans le commerce et les services. Sauf dans les cas où le chantier était directement affecté à un investissement turc, les activités de la branche Bâtiment-Travaux Publics sont par définition éphémères, la visibilité limitée (des panneaux de maîtrise d’ouvrage – aux normes internationales à Almaty, quasiment absents à Bakou –, des panneaux publicitaires, des mentions des raisons sociales sur les véhicules de chantier, des consignes de sécurité en turc…) sont autant de preuves d’une présence turque qui peut être momentanément massive, comme dans les cas des chantiers Hilton à Bakou ou Esentay Marriott Lounges à Almaty, avec les groupes Koray et Enka, entreprises BTP dont les références à l’international sont impressionnantes. Plus étonnant, l’immense chantier qui jouxte le Parlement azerbaïdjanais et surplombe la présidence marque sa « turcité », autant que nous ayons pu en juger, par la simple apposition de consignes de sécurité à l’usage des employés et visiteurs, uniquement en turc. À partir des images disponibles sur Google Earth, il est possible de retrouver la dénomination anglaise du projet (Baku Flame Towers) qui de fil en aiguille et de site en site finit par nous indiquer que l’un des deux actionnaires principaux du constructeur azerbaïdjanais, DIA Holding, est bien turc : M. Ibrahim Çeçen, natif d’Ağrı, à la frontière de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, fondateur de IC Investment Holding, effectivement connu depuis 1969 dans la profession du BTP avec sa société İçtaş.

  • 19 Balci Bayram, « Les relations entre la Turquie et l’Asie centrale turcophone, 1991-2004 », Outre-Te (...)
  • 20 À l’exception des marques des produits turcs made in Germany, les marques commercialisées en Asie c (...)

23Dans les deux régions, les Turcs ont déployé de gros investissements dans le domaine de l’éducation, allant des très nombreux cours du soir privés d’Azerbaïdjan (nombreux panneaux publicitaires dans les couloirs du métro) aux collèges, lycées et universités publics (liées à l’Éducation nationale turque) ou privés (généralement – mais pas uniquement - liés à la galaxie médiatico-éducative de Fethullah Gülen19), mais dans un cas comme dans l’autre, il faut vraiment savoir au préalable que la raison sociale d’origine est turque pour affirmer que l’on est en présence d’investissements liés à la Turquie. En Ouzbékistan comme en Azerbaïdjan, l’usage des alphabets latins pour transcrire des langues apparentées joue peut-être un rôle important dans l’invisibilité de cette présence turque, sauf à bien connaître ces raisons sociales et les marques turques (Beko, Vestel, Vakko, Karaca, ECA, Borusan, Akfa, Ülker – marque alimentaire que l’on retrouve jusqu’au Xinjiang ! –…)20 qui peuvent d’ailleurs être commercialisées par des autochtones sans participation de personnel originaire de Turquie, mais ce point est discutable. En effet, le kazakh comme le kirghiz emploient toujours le cyrillique mais le vocabulaire de base est souvent proche, du moins s’il n’est pas en russe. Par contre, centres commerciaux visités avec une certaine curiosité dans les quatre villes ou établissements éducatifs, comme l’Université Manas de Bichkek, justement parce qu’ils ont été construits par des architectes, ingénieurs et ouvriers turcs, ressemblent parfois étonnamment aux complexes construits à Istanbul, Ankara, Izmir ou Kayseri. Enfin, dernière petite anecdote, j’avais été frappé par la ressemblance de la route nationale kazakhstanaise M39 joignant Korday, poste-frontière kirghizo-kazakh, à Almaty avec les infrastructures anatoliennes, traitement de la chaussée comme abords immédiats, bornage de l’emprise publique, plantations dont la base des troncs est peinte en blanc… et pour cause !, c’est une entreprise turque qui a mené la rénovation pour le compte du ministère kazakhstanais…

24Tout indique qu’ici une présence massive momentanée – les chantiers du BTP – ou une présence diffuse stable – hôtellerie-restauration, commerce, services – n’est pas synonyme, contrairement à l’Europe et aux États-Unis, de marquage d’un territoire. Si l’iconographie définie par Jean Gottmann n’est pas absente, elle est remarquablement discrète en Azerbaïdjan et en Asie centrale, nouveaux terrains d’expansion du champ migratoire turc.

Conclusion

25Mettre en avant des « lois générales » de la mise en visibilité de « nouvelles minorités » est souvent difficile. Le local tient ici une place prépondérante ; la situation des Turcs ou des Chinois n’est pas la même dans un contexte berlinois (Kreuzberg), parisien (triangle de Choisy, « quartier turc »), bruxellois (Schaerbeek), strasbourgeois (Grand Rue, parfois dite Türkenstrasse dans les guides touristiques allemands !), bakinois ou tachkentois. On retrouve bien des éléments, comme ceux décrits supra, mais dans des proportions extrêmement variables. Jouent ici l’histoire de l’immigration et la composition des courants migratoires comme leur démographie, les pratiques politiques, juridiques et culturelles des notions d’interculturel ou multiculturel, le temps de la présence des populations issues de l’immigration et les relations intergénérationnelles, leurs statuts juridiques comme celui du marché foncier (habitat et activités professionnelles), les relations bilatérales entre pays d’origine et pays d’immigration, les concurrences éventuelles entre groupes, les spécialisations… L’iconographie de Jean Gottmann peut être ici particulièrement appropriée pour analyser la notion d’espace vécu, tant par les autochtones que par les allochtones.

Notes

1 Ma-Mung Emmanuel, « L’expansion du commerce ethnique : asiatiques et maghrébins dans la région parisienne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 8, no 1, 1992, p. 39-51 (p. 40-41).

2 Belbahri Abdelkader, « Diversité de l’entreprenariat étranger », Revue Européenne des Migrations Internationales 8, 1, 1992, 61-72.

3 Begag Azouz, L’Immigré et sa ville, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984.

4 Abadan Nermin, « Le non-retour à l’industrie, trait dominant de la chaine migratoire turque », Sociologie du Travail 14, 3, 1972, p. 278-293.

5 Nermin Abadan, Unat-Abadan ou Abadan-Unat, selon la période d’édition de ses travaux, a été la première sociologue turque à bénéficier d’un contrat avec les autorités d’Ankara pour produire la première étude d’envergure sur le développement du champ migratoire turc (Abadan Nermin, Batı Almanya’daki Türk İşçileri ve Sorunları [Les travailleurs turcs en Allemagne occidentale et leurs problèmes], Ankara, TC Başbakanlık DPT, 1964, 280 p.). Parallèlement, elle a développé les études de genre en Turquie. Très productive (références éditées en turc, anglais, allemand, français, italien), elle a marqué de sa personnalité les études sur la migration internationale de travail turque.

6 Gitmez Ali, Wilpert Czarina, « A Micro-Society or an Ethnic Community ? Social Organization and Ethnicity amongst Turkish Migrants in Berlin », in Rex John, Joly Daniele, Wilpert Czarina, Immigrant Associations in Europe, Aldershot, Gower, 1987, p. 86-125.

7 Conversations personnelles avec François Georgeon, Gilles Veinstein ou Irène Melikoff.

8 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris, Paris, CIEMI/L’Harmattan, 1986.

9 Barthon Catherine, La « Petite Turquie » à Strasbourg-Saint-Denis : portrait d’un microcosme à Paris, Géographie, Poitiers, 1992.

10 El-Anwar Yacine Salem, « Commerce exotique ou communautaire ? Une étude comparative des restaurants chinois du Caire », Revue Averroès, Revue spécialisée sur le monde arabe, 3, printemps-été 2010 (http://www.revueaverroes.com/2010/11/28/commerce-exotique-ou-communautaire).

11 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris, op. cit.

12 Voir notamment Paul Claval, Georges Prévélakis.

13 Prévélakis Georges, La notion de territoire dans la pensée de Jean Gottmann, Actes du Colloque Le territoire, lien ou frontière ?, Paris-Sorbonne, 2-4 octobre 1995. Texte disponible à l’IRD ou par http://www.horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleinstextes/divers08-09/010014865-40.pdf.

14 Guillon Michelle et Taboadda-Leonetti Isabelle, Le triangle de Choisy, op. cit. ; Ma Mung Emmanuel, Simon Gildas, Commerçants maghrébins et asiatiques en France, Paris, Masson, 1990.

15 http://www.templeganesh.fr

16 Voir par exemple le site https://chine.in/.

17 Balci Bayram, Missionnaires de l’islam en Asie Centrale. Les écoles turques de Fethullah Gülen, Paris, Maisonneuve & Larose, Istanbul, IFEA (Passé ottoman, présent turc), 2003 ; Balci Bayram, « Les relations entre la Turquie et l’Asie centrale turcophone, 1991-2004 », Outre-Terre, Revue Française de Géopolitique (Turquie-Europe Express, 2014 ? [La question de Chypre]), 10, 2005, p. 297-316 ; Balci Bayram (dir.), Buchwalter Bertrand (collab.), La Turquie en Asie Centrale. La conversion au réalisme (1991-2000), Istanbul, IFEA, « les Dossiers de l’IFEA 5 (La Turquie d’aujourd’hui) », 2001.

18 Image très étonnante (mais non relevée par les commentateurs français) de cette chanteuse du groupe azerbaïdjanais qui a remporté la coupe de l’Eurovision 2011 : toute à son émotion, elle n’a cessé de brandir ou de serrer sur son cœur un drapeau… turc.

19 Balci Bayram, « Les relations entre la Turquie et l’Asie centrale turcophone, 1991-2004 », Outre-Terre, Revue Française de Géopolitique (Turquie-Europe Express, 2014 ? [La question de Chypre]), no 10, 2005, p. 297-316.

20 À l’exception des marques des produits turcs made in Germany, les marques commercialisées en Asie centrale dans les supermarchés sont les mêmes qu’en Turquie, sauf vente de produits locaux… qui peuvent être produits par des usines à capitaux turcs.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search