Version classiqueVersion mobile

Droit et religion en Europe

 | 
Philippe Auvergnon
, 
Françoise Curtit
, 
René de Quenaudon
, 
et al.

Troisième partie. Relations églises-états

Trois lettres et un discours de l’empereur Constantin le Grand aux évêques

Marcel Metzger

Texte intégral

  • 1 Lexikon der christlichen Ikonographie, Freiburg, Herder, vol. 2, 1970, p. 550-551 ; Jean Maury et R (...)

1Dans l’église des Quatre-Saints-Couronnés, à Rome, la chapelle Saint-Silvestre est pourvue de fresques du xiiie siècle, illustrant la prétendue donation de Constantin au pape Silvestre (314-335). L’une des scènes représente le pape à cheval, revêtu de tous ses attributs et bénissant l’empereur Constantin qui, à pied, tient le cheval du pontife par la bride. Une autre scène représente l’empereur s’agenouillant pour remettre au pape, assis sur son trône, la tiare, comme insigne de la souveraineté sur la ville de Rome1. Cette iconographie a certainement contribué plus encore que la légende elle-même à imprimer dans les esprits une certaine idée des relations de l’Église romaine et de l’Empire.

  • 2 Louis Duchesne, Le Liber Pontificalis, rééd. par C. Vogel, vol. I, Paris, De Boccard, 1981, p. cix- (...)

2La prétendue donation de Constantin semble avoir été confectionnée vers la fin du viiie siècle. Elle a servi d’argument dans les relations entre les papes et les princes, pour justifier l’affirmation de la papauté. À partir du xve siècle, son authenticité a été contestée2. Mais les fresques sont restées en place, et en Occident le portrait imaginaire de l’empereur Constantin a été affecté pour longtemps par les divers récits légendaires le concernant. À présent, un meilleur accès aux sources historiques authentiques et les progrès de la recherche en ces domaines conduisent à une connaissance des faits plus proche de la vérité historique.

  • 3 Pierre Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, Paris, Les Belles Lettres, 2010, 306 p. L (...)

3À cet égard, la publication récente d’une quarantaine de lettres et de trois discours de Constantin le Grand par Pierre Maraval3 ouvre de nouvelles perspectives. J’en ai tiré le plus grand profit pour la présente étude, dans laquelle je tenterai de mieux discerner quelle fut la vraie nature des relations entre l’empereur et les représentants des Églises. J’ai grand plaisir à offrir cette contribution à mon collègue et ami, Francis Messner, en hommage aux recherches stimulantes et aux nombreuses études qu’il a menées sur de tels sujets, dans d’autres contextes, il est vrai.

4Dans le recueil de P. Maraval, j’ai sélectionné trois lettres et un discours, représentatifs de la pensée de l’empereur. J’en propose quelques extraits, que je replacerai d’abord dans leur contexte, par une brève présentation de Constantin et de l’état des Églises à l’époque. J’en tirerai quelques conclusions sur la politique religieuse de l’empereur.

Le règne de Constantin et l’état des Églises

  • 4 P. Maraval, La véritable histoire de Constantin, p. 7-99 ; chronologie, p. 185. Le contexte histori (...)
  • 5 Il s’agit du labarum, emblème représentant la croix glorieuse et le monogramme du Christ. Récits hi (...)

5Constantin est né entre 272 et 277, fils de Constance Chlore et de sa concubine Hélène4. En 293 la première tétrarchie se partage le pouvoir, jusqu’en 305 : Dioclétien et Maximien sont Augustes, Constance Chlore et Galère deviennent Césars. Constantin est élevé à la cour de Dioclétien. Il accède au pouvoir le 25 juillet 306, lorsque, à la mort de son père, ses troupes le proclament empereur ; Galère accepte de le reconnaître comme César, mais c’est Sévère qu’il nomme Auguste. La même année, Maxence est également proclamé empereur par ses troupes. En 307, Constantin s’attribue le titre d’Auguste, que Maximien lui reconnaît. L’année suivante, Licinius est proclamé Auguste, tandis que Constantin continue à se faire appeler Auguste. Le 28 octobre 312, après la bataille du pont Milvius contre Maxence, Constantin entre à Rome. Avant cette bataille, il avait fait appel au Dieu des chrétiens, dont il avait perçu un signe favorable, dans la vision d’une croix de lumière. Il fit de cette croix un trophée, placé à la tête de ses troupes, comme un gage de victoire5.

  • 6 Lettre 0 dans le recueil de P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 1-5.

6En mars 313, Constantin et Licinius se rencontrent à Milan. Dans un document appelé communément « édit de Milan6 », les deux empereurs manifestent leur volonté de ne mettre d’obstacle à aucun culte ; ils reconnaissent explicitement aux chrétiens la liberté d’observer leur religion et leur en accordent la possibilité, en faisant restituer les locaux qui leur avaient été confisqués lors des persécutions. Dix ans plus tard, en 324, les relations entre Constantin et Licinius se dégradent, Constantin l’emporte sur Licinius. La même année, il décide la fondation d’une nouvelle capitale, qui devait porter son nom, dans la partie orientale de l’empire. Constantin est mort le 22 mai 337 à Nicomédie, après trente ans de règne.

7Les lettres et les discours réunis par P. Maraval datent des années 313 à 337. Elles font connaître les réactions et les interventions de l’empereur dans le contexte de plusieurs affaires graves survenues dans les Églises et dont il considéra que certaines menaçaient l’unité religieuse et politique de l’empire.

  • 7 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XIII ; Histoire du christianisme, 2, p. 23 (...)
  • 8 Conciles gaulois du ive siècle, éd. Jean Gaudemet, éd. Sources chrétiennes (abrégé : SC) 241, p. 35 (...)

8Il s’agit d’abord du donatisme, un schisme qui opposait un parti rigoriste, regroupant des évêques de Numidie, à l’évêque de Carthage, Mensurius († vers 312), et à son diacre, puis successeur, Cécilien (destinataire de la lettre 2 du recueil), accusés d’avoir manqué de fermeté pendant la persécution (303-305). Les rigoristes mirent en place une hiérarchie concurrente, avec Donat à Carthage7 (315-355). Constantin intervint, pensant pouvoir rétablir l’unité. Il réunit une commission à Rome en 313 (lettre 4 au pape Miltiade), puis un concile à Arles8 en 314 (lettres 5 à 7) ; il veilla ensuite à l’application des décisions prises, pour réduire l’obstination du parti donatiste (lettres 8-12).

  • 9 Importante littérature sur le sujet. Histoire du christianisme, 2, p. 254-288 ; DECA 1, art. « Ariu (...)

9À partir de 320, d’autres dissensions, plus graves encore, devaient semer la division dans les Églises, en commençant par la partie orientale de l’empire. Arius, un prêtre d’Alexandrie, propageait sa propre doctrine sur les relations de Dieu Père et de son Fils, dont il affirmait qu’il était inférieur et subordonné au Père9. Constantin convoqua un concile œcuménique à Nicée en 325, pour surmonter la crise provoquée par Arius et obtenir l’adhésion à une profession de foi commune ; la foi de Nicée a confessé que le Christ est « de même nature que le Père » (lettres 16 à 25).

  • 10 DECA 2, art. « Mélèce de Lycopolis », p. 1610-1611. Histoire du christianisme, 2, p. 280.

10Avant ces conflits de nature doctrinale, l’Église d’Alexandrie avait été affectée, elle aussi et pour longtemps, par un schisme ; comme à Carthage, celui-ci avait été provoqué par un parti rigoriste, à la suite de la persécution de 303. Le meneur en était Mélèce, évêque de Lycopolis, qui s’opposa à l’évêque d’Alexandrie, Pierre, jugé trop modéré envers les apostats. Mélèce suscita une hiérarchie parallèle, en ordonnant des évêques pour les sièges alors vacants du fait de la persécution10. En 328, ses partisans s’opposèrent à l’élection d’Athanase comme évêque d’Alexandrie. À la mort de Mélèce, Jean Arkaph prit la tête de son parti (lettre 35).

Un recueil de lettres et de discours

11Outre celles insérées dans le Code Théodosien, on connaît de nombreuses autres lettres de l’empereur Constantin, transmises par les Histoires ecclésiastiques d’Eusèbe de Césarée, Socrate, Sozomène, et d’autres écrits. P. Maraval en a publié une quarantaine, leur joignant trois discours, dans une traduction française. Grâce au recoupement avec des témoignages externes, les historiens ont pu écarter les doutes qui ont pesé sur l’authenticité de ces textes et les soupçons sur de possibles interventions de l’évêque Eusèbe de Césarée, un familier de l’empereur.

12À lire certains propos tenus dans ces lettres, on imagine mal qu’un conseiller ecclésiastique les y aurait introduits, comme cette réaction de l’empereur apprenant que des évêques s’opposaient entre eux à propos « de mesquines et vaines querelles de mots » ; selon Constantin, « c’est là chose vulgaire, et plus en accord avec l’irréflexion des enfants que convenant à l’intelligence d’hommes sains et sensés » (lettre 16,16) ! La lettre aux évêques réunis à Tyr est encore plus sévère : « De toute évidence vous ne voyez pas ce qui plaît à Dieu en raison de votre dispute futile avec ceux qui vous sont proches, dispute dans laquelle vous ne voulez pas avoir le dessous » (lettre 37,1.10-11).

Les destinataires des lettres et des discours

13La quarantaine de lettres et les trois discours du recueil de P. Maraval ont été adressés à une trentaine de destinataires différents. Six lettres ont été adressées à des fonctionnaires impériaux, en poste en Afrique (lettres 1, 3, 6, 8, 10, 10 bis). La lettre 40 est adressée au roi de Perse, Sapor II. Les lettres 13 et 15 étaient destinées, l’une à l’ensemble de la population de l’empire, et l’autre « aux provinciaux d’Orient », et plus particulièrement à « ceux de l’extérieur », selon le langage du Nouveau Testament (1 Co 5,12 ; Col 4,5 ; 1 Th 4,12), c’est-à-dire, dans notre vocabulaire, les païens. Toutes les autres lettres et les trois discours avaient pour destinataires des chrétiens. On en propose une liste ci-après, par catégories et groupes, en reproduisant le cas échéant le langage employé dans les titulatures. Les chiffres entre parenthèses correspondent au classement des lettres dans le recueil de P. Maraval.

14On dénombre une dizaine d’évêques, destinataires de lettres personnelles : Miltiade de Rome (4), Cécilien de Carthage (2), Chrestus de Syracuse (5), Eusèbe de Césarée (14, 38, 39), Alexandre d’Alexandrie (16), Athanase d’Alexandrie (32b, 34), Théodote de Laodicée (21), Alexandre de Constantinople (25), Macaire de Jérusalem (26), Jean Arkaph, évêque de Lycopolis, chef des Mélitiens (35).

  • 11 Histoire du christianisme, 2, p. 283.

15D’autres lettres ont pour destinataires des groupes d’évêques. Il s’agit de la convocation au concile de Nicée (17), à laquelle on joindra les discours II et III, présentés comme des interventions de Constantin lors de ce concile. Pour résoudre les conflits provoqués par le schisme donatiste, l’empereur s’adressa autant aux « évêques catholiques d’Afrique » (7, 11), et plus tard à ceux de Numidie (12), qu’aux évêques donatistes (9). En 335, il convoqua un concile à Tyr, pour mettre fin aux conflits entre Athanase d’Alexandrie et les Mélitiens et à ceux provoqués par Arius et ses partisans11. Dans ce contexte, il adressa des lettres aux évêques concernés (36 et 37). Pour la restauration du site biblique de Mambré (Gn 18, etc.), il adressa ses instructions, dans un courrier commun, « à Macaire (Jérusalem) et d’autres évêques de Palestine » (27).

16Plusieurs lettres étaient destinées à des Églises. En voici les adresses. La lettre 11 : « à tous les évêques catholiques d’Afrique et au peuple de l’Église catholique ». La lettre 22 : « aux évêques et aux peuples » ; elle ordonne la destruction des livres d’Arius. Les lettres 18, 32 et 33 sont adressées « aux Alexandrins », « à l’Église catholique des Alexandrins », « au peuple de l’Église catholique d’Alexandrie ». La lettre 19, « aux Églises » de Syrie, et la lettre 20, « à l’Église catholique de Nicomédie ». Enfin la lettre 29, « au peuple des Antiochiens ».

  • 12 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XXIII ; Id., La véritable histoire de Cons (...)

17Le discours I est à ranger dans ce même groupe, vu son adresse : « à l’assemblée des saints ». Les circonstances dans lesquelles Constantin l’a prononcé ne sont pas indiquées dans le texte12. Les historiens ont tenté de les discerner. L’auditoire devait être une assemblée réunie sur convocation de l’empereur, le jour de Pâques ou un jour proche de la fête, en 325. C’était une assemblée de chrétiens, auxquels l’empereur applique le titre de « saints », selon le langage du Nouveau Testament (1 Co 1,2 ; Ep 1,1 ; etc.). Il s’agit d’un long exposé faisant l’éloge du christianisme.

  • 13 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 82.

18Les quatre lettres restantes, dans ce classement, sont adressées à des fauteurs de schismes : tantôt à Arius directement (16, 24), tantôt à Arius et à ses partisans, « les Ariens qui sont avec lui » (23). La lettre 28 est adressée « aux hérétiques athées », interpellés en ces termes : « vous Novatiens, Valentiniens, Marcionites, Pauliens et ceux qu’on appelle Cataphrygiens, et tous ceux, en un mot, qui constituez des partis13 ».

  • 14 Lettre 5,2, à Chrestus de Syracuse, P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 11.

19Cet inventaire met en évidence la multiplicité et la diversité des destinataires des lettres et des discours. Constantin se comporte en souverain de toutes les populations de l’empire et des adeptes de toutes les religions. S’agissant des chrétiens, il s’adresse aussi bien aux évêques qu’aux Églises elles-mêmes. Une seule lettre est adressée à l’évêque de Rome (lettre 4, à Miltiade). Cependant, dans la convocation au concile d’Arles (en 314), l’empereur se réfère à lui14 :

J’avais ordonné qu’on fasse venir de Gaule quelques évêques, qu’on convoque d’Afrique ceux qui, dans chacun des partis opposés, combattaient les uns contre les autres avec obstination et constance, et que l’évêque de Rome soit présent.

20Constantin s’est surtout adressé aux Églises d’autres métropoles, Carthage, Antioche et Alexandrie, dont les difficultés sollicitaient davantage son attention. Une seule lettre concerne l’Église de Constantinople, qui en était encore à ses débuts : c’est l’empereur lui-même qui veille à l’équiper en exemplaires de la Bible (lettre 38). Quant aux Églises de Palestine, Constantin y fait construire et restaurer les sanctuaires (lettres 26 et 27).

  • 15 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, rééd. par C. Vogel, 3 vol., Paris 1981.
  • 16 Marcel Metzger, « Évolution de la liturgie à Rome autour des ve et vie siècles », dans Martin Klöck (...)

21Il agit de même dans tout l’empire, et surtout à Rome, en faisant lui-même construire des basiliques pour le culte chrétien. Son activité en ce domaine est connue, non par les lettres, mais par une chronique ecclésiastique, le Liber Pontificalis15. L’Église de Rome disposait alors de locaux aménagés dans les quartiers d’habitation et qu’on appelait tituli, soit une vingtaine au ive siècle16. Le Liber Pontificalis attribue leur aménagement ou leur construction aux évêques de Rome. Mais Constantin compléta cet équipement en faisant construire sept basiliques à l’intérieur et hors les murs de la ville. Pour chacune, le Liber Pontificalis indique, le cas échéant, les commanditaires : seules deux basiliques, Saint-Pierre et Saint-Paul, ont été construites à la demande de l’évêque de Rome, le pape Silvestre (314-335), tandis que Sainte-Agnès l’a été à la demande de Constance, une fille de l’empereur. Pour la construction des autres édifices, dont le Latran, il s’agit d’initiatives de l’empereur.

Les documents

22Dans le cadre limité de cette contribution, on ne pouvait transcrire que quelques échantillons représentatifs des écrits de Constantin. On a choisi les lettres 4, 15 et 16, et un des discours au concile de Nicée ; on y discerne les orientations caractéristiques de la politique de Constantin à l’égard de la religion des chrétiens. Des lettres 15 et 16, assez longues, on n’a retenu que quelques extraits.

Lettre 4

  • 17 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 10. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, (...)

23En 313, Constantin convoquait une assemblée d’évêques pour rétablir la concorde entre les Églises d’Afrique. La lettre de convocation a été recueillie par Eusèbe de Césarée, dans l’annexe de son Histoire ecclésiastique17.

  • 18 Il pourrait s’agir de l’archidiacre, P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 180, (...)

Constantin Auguste, à Miltiade, évêque des Romains et à Marc18.
1. De nombreux et importants écrits m’ont été envoyés par Anullinus, le clarissime proconsul d’Afrique, dans lesquels il est rapporté que Cécilien, l’évêque de la cité de Carthage, est blâmé sur de nombreux points par quelques-uns de ses collègues qui siègent en Afrique. Il me semble très pénible que dans ces provinces que la Providence a spontanément remises à Mon Dévouement et dans lesquelles il y a une nombreuse population, on constate que le peuple persévère dans de mauvaises dispositions, autrement dit qu’il est divisé, et qu’il y a des différends entre évêques. 2. En conséquence de quoi, j’ai décidé que Cécilien lui-même s’embarque pour Rome, accompagné de dix des évêques qui semblent le blâmer et de dix autres que lui-même supposerait nécessaires à sa propre cause, afin que là, en votre présence, mais aussi celle de Réticius, de Maternus et de Marinus, vos collègues, à qui, à cette fin, j’ai ordonné de venir en hâte à Rome, il puisse être entendu, comme vous savez qu’il est conforme à la très auguste loi. 3. Du reste, afin que vous puissiez avoir parfaitement connaissance de cette affaire, j’ai joint à ma lettre les copies des documents qui m’ont été envoyés par Anullinus, et je les ai envoyés aussi à vos collègues susdits. Après les avoir lus, Votre Fermeté jugera de quelle manière il faut examiner en détail la susdite cause et y mettre fin selon la justice. Il n’échappe pas à Votre Sollicitude que, présentement, je porte un tel respect à l’Église catholique reconnue par la loi que je ne veux pas que vous tolériez en quelque manière aucun schisme ou division en quelque lieu que ce soit.
Que la divinité du grand Dieu vous garde de nombreuses années, très honoré.

Extraits de la lettre 15

  • 19 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, II, 48-60, FC 83, p. 276-288 ; P. Maraval, Constantin le Gran (...)

24Dans ce message envoyé « aux provinciaux d’Orient » en 324, l’empereur adresse à Dieu une importante action de grâce. Il se présente comme l’artisan d’un dessein attribué à Dieu, pour le bien commun de l’univers. La lettre a été recueillie par Eusèbe de Césarée19.

  • 20 Il s’agit du labarum, n. 5.
  • 21 Ses prédécesseurs, les empereurs persécuteurs des chrétiens.
  • 22 Les sanctuaires des religions ancestrales.

11. Maintenant je t’invoque, Dieu très grand. Sois clément et favorable à tes Orientaux et tous les provinciaux qui ont été accablés par cette longue calamité, et accorde la guérison par moi ton serviteur. Je ne demande pas cela sans une bonne raison, ô maître de tout, Dieu saint. Car sous ta direction j’ai entrepris des actions salutaires et je les ai menées à bien : en mettant partout en avant ton sceau20, j’ai conduit une armée victorieuse. Et si le bien public l’exige, j’avance contre les ennemis en suivant les mêmes mots d’ordre de ta vertu. 12. À cause de cela, je t’ai consacré mon âme, purement mêlée d’amour et de crainte, car j’aime véritablement ton nom et je révère ta puissance, que tu as montrée par plusieurs signes, en rendant ma foi plus solide. Je me hâte donc et je prends moi-même sur mes épaules de restaurer ta très sainte maison, que ces hommes infâmes et très impies21 ont ravagée par leurs absurdes destructions. 13. Je désire, pour le bien commun de l’univers et de tous les hommes, que ton peuple soit en paix et reste exempt de troubles. […] 14. Mais il faut que ceux qui ont de saines pensées soient convaincus que seuls vivront de manière sainte et pure ceux que toi-même appelles à se reposer sur tes saintes lois (Rm 2,17). Mais ceux qui s’en écartent, qu’ils gardent, s’ils le veulent, les temples du mensonge22. Quant à nous, nous avons la demeure très resplendissante de ta vérité, que tu nous as donnée en accord avec la nature. Cela, nous le demandons pour eux aussi, afin que grâce à la concorde commune eux aussi obtiennent ce qu’ils désirent. 15. Notre politique n’a rien de nouveau ni de révolutionnaire, mais nous croyons, depuis que la belle ordonnance de l’univers a été solidement établie, que tu as demandé cela avec l’adoration qui t’est due ; mais le genre humain est tombé, entraîné par de nombreuses erreurs. Mais toi, par ton Fils, pour que le mal ne l’accable pas davantage, tu as fait briller une pure lumière et les as tous fait se ressouvenir de toi.

Extraits de la lettre 16

  • 23 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 46. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, (...)

25Parmi les documents qu’il a réunis sur la crise arienne, Eusèbe de Césarée a recueilli cette lettre, envoyée en 324 à Alexandre, l’évêque d’Alexandrie, et à un prêtre de cette Église, celui qui propagea l’hérésie christologique portant son nom, l’arianisme, un des plus graves conflits doctrinaux du christianisme antique23.

  • 24 Allusion aux rivalités, conflits entre partis et guerres civiles dans l’empire. L’État : oikoumenè,(...)
  • 25 L’hérésie d’Arius.
  • 26 Constantin a perçu qu’il s’agissait d’un désaccord dans la compréhension d’un passage de la Bible.

Vainqueur Constantin Très grand Auguste, à Alexandre et Arius.
1. Un double motif me pousse à entreprendre ce qui est le devoir de ma charge : j’en prends Dieu à témoin, lui qui, comme de juste, est mon aide dans mes entreprises et le sauveur de l’univers. 2. Mon premier désir a été d’unifier l’attitude envers la divinité de toutes les nations, mon deuxième de restaurer et de rétablir dans son harmonie le corps de l’État, qui avait été gravement blessé24. 3. En ayant en vue ces objectifs, je me suis efforcé de réussir le second avec la puissance de l’armée, en sachant que si j’établissais une véritable concorde entre les serviteurs de Dieu selon mes propres vœux, le cours des affaires publiques profiterait aussi du changement, en accord avec les pieuses pensées de tous. 4. Une folie intolérable avait en effet saisi toute l’Afrique à cause de ceux qui, avec une impudente légèreté, ont osé diviser la religion de la population en divers partis ; quand j’ai voulu contenir cette maladie, je n’ai trouvé aucun autre remède approprié à cette affaire que celui-ci : […] j’enverrais quelques-uns d’entre vous aider à se réconcilier ceux qui étaient mutuellement en discorde. […]
6. Mais ô parfaite et divine Providence, quelle grave blessure a atteint mes oreilles, ou plutôt mon cœur lui-même, quand on m’annonça que la discorde survenue parmi vous était beaucoup plus grave25 que celle de ceux que j’avais laissés là-bas, de sorte que vos régions ont davantage besoin de soins, vous par qui j’avais espéré procurer aux autres la guérison. 7. Alors que je considérais l’origine et l’occasion de cette affaire, j’en ai trouvé le prétexte tout à fait trivial et absolument indigne d’une telle querelle. C’est pourquoi, contraint d’écrire cette lettre, en écrivant à votre commune intelligence et en appelant d’abord la divine Providence à assister mon action, je m’offre moi-même pour être entre vous comme un arbitre pacifique de votre mutuel désaccord. 8. Avec l’aide du Tout-Puissant, même si la cause de la dispute était d’importance, je pourrais facilement confier ma parole aux saintes intentions de mes auditeurs et conduire ainsi chacun vers une position plus profitable. Puisque ce qui constitue un obstacle général est petit26 et presque trivial, comment cela ne me fournirait pas la garantie d’un règlement plus rapide et plus facile ? 9. […] À partir de là, parce qu’une divergence d’opinion s’est élevée entre vous, l’union a été rejetée et le peuple très saint, divisé en deux partis, s’est éloigné de l’harmonie d’un corps commun. 10. Eh bien donc, en faisant preuve l’un et l’autre de dispositions identiques, recevez ce que votre compagnon de service vous conseille avec justice. Quel est ce conseil ? Il aurait convenu déjà de ne pas poser la question sur de tels sujets. […] 16. Examinons donc ce qui est dit avec une meilleure réflexion et réfléchissons-y avec une plus grande intelligence : est-il sensé que des frères s’opposent à des frères à cause de mesquines et vaines querelles de mots parmi vous et que le bien précieux de l’union soit brisé parmi nous, qui nous disputons pour de pareilles vétilles, nullement nécessaires, par une divergence d’opinion impie ? C’est là chose vulgaire, et plus en accord avec l’irréflexion des enfants que convenant à l’intelligence d’hommes sains et sensés. 17. Écartons-nous de plein gré des tentations diaboliques. Notre grand Dieu, le Sauveur commun de tous, étendait sa lumière à tous : avec l’aide de sa Providence, permettez-moi, à moi le serviteur du Tout-Puissant, de mener jusqu’à son terme cette tâche, de sorte que je vous ramène, vous ses peuples, par ma parole, mon assistance et l’insistance de mon avertissement, à la communion de l’entente. […] 19. […] Nous ne voulons, ni que tous pensent la même chose sur tous les sujets, ni qu’une seule disposition ou une seule opinion règne parmi vous. 20. Donc, en ce qui concerne la providence divine, qu’il y ait parmi vous une seule foi, une seule manière de comprendre, un seul accord sur le Tout-Puissant…

Discours au concile de Nicée

  • 27 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 156-157. Eusèbe de Césarée, Vie de Constan (...)

26Ses premières démarches (lettre 16) n’ayant pas suffi, Constantin convoqua un concile universel à Nicée en 325, auquel il s’adressa personnellement. Son discours a été recueilli par l’évêque Eusèbe27.

1. Mes amis, c’était l’objet de mes vœux de jouir de votre compagnie, et maintenant qu’il est réalisé, je confesse en rendre grâces au roi de l’univers, car outre tant d’autres bienfaits, je veux dire de vous recevoir tous ensemble et de contempler l’accord unanime de vos sentiments. 2. Qu’aucun ennemi jaloux ne détruise votre prospérité, et maintenant que la guerre menée contre Dieu par les tyrans a disparu par la puissance du Dieu sauveur, que le démon malfaisant n’entoure pas d’une autre façon la loi divine par ses blasphèmes. Je considère la division interne dans l’Église de Dieu comme un trouble plus funeste que toute guerre et tout furieux combat, et ces choses-là m’apparaissent plus affligeantes que celles du dehors. 3. Car lorsque, par la faveur et l’assistance du Tout-Puissant, j’ai remporté les victoires sur mes ennemis, je pensais qu’il ne me restait plus qu’à en rendre grâces à Dieu et à me réjouir avec ceux qu’il avait libérés par notre intermédiaire. Mais lorsque j’ai appris, contre toute attente, votre dissentiment, je n’y ai pas prêté l’oreille comme à une chose secondaire, mais je vous ai tous convoqués sans retard, désirant y porter remède par mon ministère. 4. Je me réjouis de vous voir réunis, mais je juge que je n’aurai totalement réalisé mes vœux que lorsque je vous verrai tous unis par vos âmes et que sera affermie en tous une commune et paisible harmonie, qu’il conviendrait que vous, qui êtes consacrés à Dieu, annonciez aux autres. 5. Ne tardez donc pas, mes amis, ministres de Dieu et bons serviteurs de notre commun maître et sauveur, en commençant maintenant par mettre au clair les causes de vos divisions, à supprimer par les lois de la paix tout lien de controverse. En agissant ainsi, vous ferez l’œuvre la plus agréable pour le Dieu de tous et me donnerez, à moi votre compagnon de service, une joie extrême.

Aspects de la politique religieuse de Constantin

  • 28 Ces conclusions ont été établies à partir de l’ensemble des lettres, auxquelles renvoient les référ (...)
  • 29 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XVIII. François Heim, La Théologie de la v (...)
  • 30 L’apôtre Paul, dans Rm 13,1-7.

27La pensée politique de Constantin se manifeste clairement dans ces textes, avec sa dimension religieuse, qui en était indissociable28. Le début de la lettre 16 l’exprime en quelques mots : l’empereur s’est fixé comme objectif la restauration de l’empire, après les graves troubles survenus suite aux menaces extérieures et du fait des rivalités entre ses chefs. Cette tâche impliquait de réaliser son unité, la religion en étant le moyen privilégié. Le rôle religieux ainsi assumé par l’empereur correspondait à une tradition impériale établie depuis trois siècles29, Constantin l’a naturellement exercé en intégrant le christianisme. Pour les chrétiens de l’époque, cela semblait tout à fait dans l’ordre des choses, leurs textes fondateurs les exhortant à la soumission aux autorités politiques30. De fait, les Églises et leurs évêques reconnaissaient à l’empereur ce service de l’unité entre les peuples.

28Constantin voulait le salut de l’empire qui, dans les mentalités de l’époque, dépendait des divinités. Il était persuadé que le Dieu des chrétiens en était le meilleur garant (15,11 et 16,1) ; il cherchait à se concilier, non pas d’abord les Églises, mais la divinité ; les Églises ont pour mission, dans son raisonnement, de rendre la divinité propice ; ainsi s’expliquent d’une part toutes ses initiatives pour être agréable à Dieu, en lui édifiant des monuments grandioses et en permettant aux chrétiens de pratiquer dignement son culte (15,12), et d’autre part son souci de l’unité religieuse des Églises, étant persuadé que leurs divisions irritent Dieu (16,17).

29Le salut et la prospérité de l’empire dépendant directement de la victoire sur les ennemis, Constantin a mené sa politique en chef militaire, comme ses prédécesseurs. Ses troupes l’ont fait empereur, avec elles il a triomphé de ses rivaux, avec elles il assurait l’ordre et la paix, contre les menaces intérieures et extérieures. Mais, selon les mentalités de l’époque, il comptait d’abord sur la protection divine. Dans ce sens, il a imposé à ses troupes cette prière :

  • 31 P. Maraval, La véritable histoire de Constantin, p. 140. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, IV, (...)

C’est toi que nous reconnaissons comme le Dieu unique, toi que nous agréons comme roi, toi que nous invoquons comme défenseur, c’est par toi que nous avons remporté des victoires, c’est grâce à toi que nous avons arrêté les plus forts de nos ennemis. Nous rendons grâces pour ces biens et en espérons d’autres à l’avenir. Nous sommes tous tes suppliants, t’implorant de garder sains et saufs et victorieux, le plus longtemps possible, notre empereur Constantin et ses fils aimés de Dieu31.

  • 32 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 9

30Constantin se considère comme le « serviteur du Tout-Puissant » (16,17), lui confessant dans sa prière : « Sous ta direction j’ai entrepris des actions salutaires et je les ai menées à bien » (15,11). Il se présente comme le « compagnon de service » des évêques (16,10 ; 18,3), qu’il appelle ses « frères » (7 ; 12,9 ; 14,2 ; 17 ; 27,8). Il ne se prive pas de leur reprocher leurs querelles (par ex. lettres 36 et 37). Il paraît très contrarié par leurs divisions (4,1 ; 16,4.10.16 ; etc.) et s’empresse de prendre toutes les initiatives possibles pour restaurer l’unité (4,3) et la paix dans le peuple de Dieu (15,13), se posant en arbitre (16,7), recourant aux méthodes éprouvées des procédures civiles32 (4,2) et convoquant un concile local à Arles en 314, et un concile universel à Nicée en 325 (17).

Conclusion

31Les propos tenus dans ses lettres et ses discours ne permettent guère d’imaginer que l’empereur Constantin en serait jamais venu à guider, pied à terre, le cheval du pape, en le tenant par la bride, comme l’imaginaient les peintres de la chapelle Saint-Silvestre, bien que son comportement envers les évêques ait toujours été empreint d’une authentique modestie. Son rapport avec les Églises était d’un autre ordre ; on en trouve une expression dans les rétractations des édits de persécution. En effet, dans une ordonnance impériale, dont Constantin fut l’un des signataires comme « César, Auguste, très grand Souverain Pontife », l’exposé des mesures prises en faveur des chrétiens est suivi de ce propos :

  • 33 Eusèbe de Césarée, HE VIII, 17,10, SC 55, p. 39-41.

En retour, conformément à cette clémence qui est la nôtre, ils devront prier leur Dieu pour notre salut, celui des affaires publiques et le leur33

32Cinq siècles plus tard, Charlemagne tenait des propos semblables, dans une lettre au pape :

  • 34 Jean Imbert, Les temps carolingiens, vol. I, Paris, Cujas, 1994, vol. I, p. 179.

À moi, il appartient avec l’aide de la divine piété de défendre… la sainte Église… À vous, très saint Père, il appartient, élevant les mains vers Dieu avec Moïse, d’aider par vos prières au succès de nos armes34.

  • 35 D’après l’Annuario Pontificio de 1979.
  • 36 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XXX.

33Revenons à Constantin et à ses titres, pour les comparer à ceux que se sont attribués les papes du deuxième millénaire, tels ceux-ci : évêque de Rome, vicaire de Jésus Christ, souverain pontife (summus pontifex) de l’Église universelle, patriarche d’Occident, serviteur des serviteurs de Dieu35. Or Constantin mérite plusieurs de ces titres. Il s’est lui-même présenté comme « serviteur du Tout-Puissant » et « compagnon de service » des évêques ; par certaines de ses initiatives il s’est comporté en vicaire de Dieu, et c’était lui, le pontifex maximus, selon la tradition impériale36. Pourtant, il était laïc, catéchumène jusqu’aux derniers instants. Mais un laïc très engagé, si l’on peut se permettre cet anachronisme pour une époque où on ne parlait pas encore de laïcat.

Notes

1 Lexikon der christlichen Ikonographie, Freiburg, Herder, vol. 2, 1970, p. 550-551 ; Jean Maury et René Percheron, Itinéraires romains, Paris, Téqui, 3e éd. 1975, p. 267 ; Agostino Paravicini Bagliani, « Les fresques de la chapelle Saint-Silvestre », dans Histoire du christianisme, dir. J.-M. Mayeur et al., vol. 5, Paris, Desclée, 1993, p. 553 et 600.

2 Louis Duchesne, Le Liber Pontificalis, rééd. par C. Vogel, vol. I, Paris, De Boccard, 1981, p. cix-cxx ; Dictionnaire encyclopédique du christianisme ancien (abrégé : DECA), Paris, Éditions du Cerf, 1990, 1, art. « Donation de Constantin », p. 715. Lexikon für Theologie und Kirche, Freiburg, Herder, art. « Konstantinische Schenkung », vol. 6, 1997, col. 302-304. Charles Pietri, « Mythe et réalité de l’Église constantinienne », dans Les Quatre Fleuves 3 (1974), réimpression dans Charles Pietri, historien et chrétien, Paris, Beauchesne, 1988, p. 1-18.

3 Pierre Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, Paris, Les Belles Lettres, 2010, 306 p. Le contexte : Id., La véritable histoire de Constantin, Paris, Les Belles Lettres, 2010, 206 p. Id., Le Christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, PUF, 1997, 460 p. Id., Eusèbe de Césarée : la théologie politique de l’Empire chrétien, Louanges de Constantin (Triakontaétérikos), Paris, Éditions du Cerf, 2001, 216 p. L’auteur, professeur émérite de Paris IV Sorbonne, enseigna à Strasbourg, à la Faculté de théologie protestante.

4 P. Maraval, La véritable histoire de Constantin, p. 7-99 ; chronologie, p. 185. Le contexte historique : Paul Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien (312-394), Paris, Albin Michel, 2007, 321 p.

5 Il s’agit du labarum, emblème représentant la croix glorieuse et le monogramme du Christ. Récits historiques : P. Maraval, La véritable histoire de Constantin, p. 55-57 ; Id., Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XII.

6 Lettre 0 dans le recueil de P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 1-5.

7 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XIII ; Histoire du christianisme, 2, p. 230-248 ; DECA 1, art. « Donat », p. 712-714.

8 Conciles gaulois du ive siècle, éd. Jean Gaudemet, éd. Sources chrétiennes (abrégé : SC) 241, p. 35-67.

9 Importante littérature sur le sujet. Histoire du christianisme, 2, p. 254-288 ; DECA 1, art. « Arius », p. 238-244.

10 DECA 2, art. « Mélèce de Lycopolis », p. 1610-1611. Histoire du christianisme, 2, p. 280.

11 Histoire du christianisme, 2, p. 283.

12 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XXIII ; Id., La véritable histoire de Constantin, p. 136.

13 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 82.

14 Lettre 5,2, à Chrestus de Syracuse, P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 11.

15 L. Duchesne, Le Liber Pontificalis, rééd. par C. Vogel, 3 vol., Paris 1981.

16 Marcel Metzger, « Évolution de la liturgie à Rome autour des ve et vie siècles », dans Martin Klöckener et Benedikt Kranemann (édit.), Liturgiereformen, Munster Wf, Aschendorff, 2002, p. 192-193.

17 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 10. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, II, 64-72, éd. Fontes Christiani (abrégé : FC) 83, Turnhout, Brepols, p. 292-305 ; Id. Histoire ecclésiastique (abrégé : HE), X, 5,18-20, SC 55 p. 108-109.

18 Il pourrait s’agir de l’archidiacre, P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 180, n. 18. Miltiade : 310-314.

19 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, II, 48-60, FC 83, p. 276-288 ; P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 43. Id., La véritable histoire de Constantin, p. 123.

20 Il s’agit du labarum, n. 5.

21 Ses prédécesseurs, les empereurs persécuteurs des chrétiens.

22 Les sanctuaires des religions ancestrales.

23 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 46. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, II, 64-72, FC 83, p. 292-305. Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, éd. Pierre Périchon et Pierre Maraval, SC 477, p. 80-89.

24 Allusion aux rivalités, conflits entre partis et guerres civiles dans l’empire. L’État : oikoumenè, dans le grec.

25 L’hérésie d’Arius.

26 Constantin a perçu qu’il s’agissait d’un désaccord dans la compréhension d’un passage de la Bible.

27 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 156-157. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, III, 12, FC 83, p. 324-326.

28 Ces conclusions ont été établies à partir de l’ensemble des lettres, auxquelles renvoient les références (entre parenthèses) à l’ensemble des quarante lettres. Les thèmes constantiniens : P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XXIX-XXXIV.

29 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XVIII. François Heim, La Théologie de la victoire, de Constantin à Théodose, Paris, Beauchesne, 1992, 347 p.

30 L’apôtre Paul, dans Rm 13,1-7.

31 P. Maraval, La véritable histoire de Constantin, p. 140. Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin, IV, FC 83, p. 432.

32 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. 9

33 Eusèbe de Césarée, HE VIII, 17,10, SC 55, p. 39-41.

34 Jean Imbert, Les temps carolingiens, vol. I, Paris, Cujas, 1994, vol. I, p. 179.

35 D’après l’Annuario Pontificio de 1979.

36 P. Maraval, Constantin le Grand. Lettres et discours, p. XXX.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search