Version classiqueVersion mobile

Droit et religion en Europe

 | 
Philippe Auvergnon
, 
Françoise Curtit
, 
René de Quenaudon
, 
et al.

Troisième partie. Relations églises-états

Le discours de Benoît XVI au Konzerthaus de Fribourg : la « démondanisation », paradigme pour un catholicisme minoritaire

Michel Deneken

Texte intégral

  • 1 Cette traduction du terme Entweltlichung est celle que le Saint-Siège retient dans la version franç (...)

1Les prises de parole du pape Benoît XVI, lors de son voyage en Allemagne, qui, du 22 au 25 septembre 2011 l’a conduit de Berlin à Fribourg-en-Brisgau, ont créé l’événement. Dans le discours au Konzerthaus de Fribourg adressé à un parterre d’invités engagés dans la vie de l’Église et de la société, dernière intervention, la plus développée, véritable point d’orgue du voyage, le pape invite l’Église à la Entweltlichung, la démondanisation1. Prenant à rebours le concept de sécularisation, considéré comme paradigme explicatif des relations entre Église et société depuis un siècle, qui servit de clé de lecture au concile Vatican II.

1. Le contexte

  • 2 Voir, par exemple, Bernard Sesoüé, « Magistère “ordinaire” et magistère “authentique” », in Bernard(...)
  • 3 Voir Peter Hünermann, « Quo vadis ? Au sujet de l’importance du concile Vatican II pour l’Église, l (...)
  • 4 Les encycliques de Benoît XVI tranchent avec celles de son prédécesseur. Si Caritas in Veritate de  (...)

2La parole magistérielle des papes recourt à des formes conventionnelles qui permettent d’en mesurer le degré d’autorité. Ces formes ne sont toutefois pas figées ; elles évoluent au gré des circonstances et selon la personnalité des papes2. La notion de genre littéraire, s’agissant des paroles du magistère romain, apparaît pertinente, d’une part parce que les circonstances peuvent secréter un type de textes nouveau, tels que les que les productions du concile Vatican II3, d’autre part parce qu’un contenu peut subvertir une forme, comme on peut le dire des encycliques de Benoît XVI4. Toujours à situer à partir du genre littéraire dans lequel elle se coule, à mettre en perspective avec la tradition interprétative qui la précède, la parole magistérielle, comme tout discours, doit être lue de manière décontextualisée. La contextualisation des discours du magistère, doit, entre autres, prendre en compte les auditoires auxquels ils s’adressent, les lieux où ils sont prononcés et les références auxquelles ils font appel. Par exemple, que le pape s’adresse en allemand, sa langue maternelle, dans le pays qui l’a vu naître, à ses compatriotes, constitue un élément de contexte déterminant pour l’interprétation d’un discours qui révèle une particulière attention aux questions qui animent l’Allemagne. Avec un Benoît XVI plus professoral et docte que son prédécesseur, le voyage allemand a donné lieu au déploiement d’une véritable stratégie du verbe jusqu’au discours final, prononcé au Konzerthaus de Fribourg, dont la dimension testimoniale n’est pas le dernier trait d’originalité.

3Si lors d’un déplacement pontifical officiel, toute une série de discours est dédiée à la parole diplomatique, à l’accueil par les chefs d’État ou leurs représentants, par les autorités ecclésiales, le discours au Konzerthaus de Fribourg n’appartient pas, quant à lui, à ce genre littéraire. Au Bundestag, Benoît XVI surprend par le contenu philosophique de son adresse aux députés, méditation sur la justice, le bien commun, la justesse de l’action et le discernement qui incombe l’homme politique. À Erfurt, il recourt davantage à l’exposé doctrinal pour définir la position actuelle de l’Église par rapport aux Réformés. Lors de la soirée avec les jeunes à Fribourg, il adoptera la forme de la méditation spirituelle. Le discours du Konzerthaus, lui, relève d’un genre littéraire que l’on peut rapprocher de celui qu’il a tenu en 2008 au Collège des Bernardins à Paris, sur la culture5. Que le pape s’exprime dans sa langue maternelle devrait écarter toute source de malentendu, de déformation médiatique de son propos et lever tout soupçon de méconnaissance du contexte local. Or, les malentendus avec son pays natal remontent à très tôt6. On se souviendra du fameux discours de Ratisbonne qui a soulevé un tollé et contraint les autorités vaticanes, et finalement le souverain pontife lui-même, à rectifier le propos7.

  • 8 http://mediathek.daserste.de/sendungen_a-z/442936_das-wort-zum-sonntag/8231742_papst-benedikt-xvi-s (...)

4La stratégie que le pape met en œuvre commence par la prise de parole télévisée dans laquelle il annonce sa venue en Allemagne. Il enregistre le Wort zum Sonntag, sur ARD, la première chaîne de télévision allemande8, chronique religieuse diffusée le samedi soir à 22 heures, qui depuis quarante ans, alternant intervenants catholiques et protestants, introduit au dimanche. Si cette chronique donne le la, elle le fait presque en sourdine ; ce sera pour mieux finir sur le claquement de timbale dans le Konzerthaus. Après avoir évoqué les différentes étapes de son voyage il affirme que :

Tout cela ne relève pas du tourisme religieux et encore moins du show. Ce dont il s’agit, le thème de ces journées le dit : « Là où est Dieu, là il y a de l’avenir ». L’enjeu est donc celui-ci : que Dieu entre de nouveau dans le champ de notre horizon, ce Dieu si souvent totalement absent et dont nous avons tant besoin.

  • 9 Elmar Güthoff, Stefan Haering, Helmuth Pree (dir.), Der Kirchenaustritt im staatlichen und im kirch (...)
  • 10 Les Églises d’Allemagne gèrent, outre les paroisses, de nombreuses institutions scolaires, universi (...)
  • 11 Notamment par la puissante ONG Misereor, qui travaille d’ailleurs aussi pour le gouvernement fédéra (...)
  • 12 Mouvement né en Autriche, en 1995, qui revendique des réformes telles que l’ordination de prêtres m (...)
  • 13 Voir Marianne Heimbach-Steins, Gerhard Kruip, Saskia Wendel (dir.), « Kirche 2011. Ein notwendiger (...)

5L’Église catholique allemande qui accueille le pape au début de l’automne 2011 demeure institutionnellement puissante et ses représentants, épiscopat, ministres du culte, théologiens, laïcs permanents, intellectuels et hommes politiques, restent souvent influents dans la société. Présente dans les débats de société, notamment dans les grands médias, elle occupe une place importante, mais ne reste plus hors de portée des critiques. Les nombreuses affaires de pédophilie, révélées au cours de l’année 2010, ont fortement ébranlé le prestige de l’institution et de plus de plus nombreux sont les catholiques qui demandent à sortir de l’Église9. Avec plus de 1,3 millions de salariés, les Églises sont, après l’État, le deuxième employeur d’Allemagne10, et l’impôt ecclésiastique reste un levier déterminant. Cette puissance économique donne à l’Église catholique allemande un poids considérable, faisant vivre beaucoup d’Églises d’Afrique11. En même temps, une certaine tradition critique marque le catholicisme allemand. Régulièrement, des appels à une réforme, voire à un troisième concile du Vatican, se font entendre. Des pétitions de théologiens ou des initiatives de courants importants tels que « Wir sind Kirche »12 en appellent à une réforme en profondeur : mariage des prêtres, voire ordination des femmes, et, en contexte allemand, surtout, la revendication à une avancée plus franche dans le rapprochement avec les Églises protestantes. Dans la Süddeutsche Zeitung en février 2011, 200 théologiens allemands, estimant que les scandales de pédophilie traduisent une défaillance institutionnelle patente, signent un manifeste, « Église 2011. Un indispensable renouveau »13. Une crise de confiance entre l’institution ecclésiale et les chrétiens engagés semble s’installer durablement.

6L’épiscopat allemand apparaît, quant à lui, tiraillé. Les nominations récentes rompent avec une certaine tradition consensuelle, une ligne centriste et de profils généralement choisis parmi les théologiens. Le président de la conférence épiscopale, Robert Zollitsch, apparaît certes comme la figure de proue d’une sensibilité fortement conciliaire, prête à avancer sur un certain nombre de questions, adoptant des positions nuancées, considérées comme des ouvertures, au sujet notamment de la question des divorcés remariés, si présente dans les débats ecclésiaux allemands. Mais le choix des nouveaux évêques atteste une volonté de nommer des profils plus conservateurs. Les hommes politiques, quant à eux, ne sont pas en reste, qui, en Allemagne, n’hésitent pas à prendre des positions personnelles concernant la vie de l’Église. Ainsi le président de la république, Christian Wulff, dans son adresse de bienvenue au pape, loue le travail remarquable que l’Église fournit dans le domaine de la diaconie et de la solidarité. Rappelant qu’en Allemagne, chose heureuse, l’Église et l’État sont séparés, il précise qu’ils ne constituent pas pour autant des mondes parallèles. Pour cette raison il s’autorise à poser la question :

  • 14 Le texte officiel du discours de bienvenue de Christian Wulff se trouve sur le site de la présidenc (...)

Avec quelle miséricorde [l’Église] traite-t-elle les vies des personnes marquées par des ruptures ? Et comment le fait-elle avec les ruptures qui dans sa propre histoire font apparaître des comportements fautifs de ses ministres ? Quelle place est réservée aux laïcs, aux femmes à côté des hommes ? Que fait l’Église pour venir à bout des divisions entre catholiques, protestants et orthodoxes14 ?

7Plus loin, s’étant réjoui de l’étape du lendemain à Erfurt, où le pape doit rencontrer les représentants des Églises protestantes, et de l’esprit de dialogue qui anime les différentes confessions présentes en Allemagne, le président Wulff, non sans une certaine provocation, ajoute :

Je me réjouis également que l’Église catholique en Allemagne ait entamé un processus de dialogue dans ses propres rangs. Je sais, des nombreuses discussions qui ont eu lieu en préparation à votre venue, que les laïcs engagés ne sont pas les seuls à en attendre beaucoup. Et l’Église a besoin de tous, laïcs et ecclésiastiques.

8Le président allemand, catholique pratiquant, lui-même divorcé remarié, exprime ce que nombre de catholiques vivent. Les débats et discussions préparatoires auxquels il fait allusion ont abouti à des doléances exprimées qui en général souhaitent, entre autres, une meilleure implication des laïcs dans la prise de décision, leur consultation dans le choix des évêques. Or, dès sa première rencontre avec les Berlinois au stade olympique, le 22 septembre à Berlin, Benoît XVI refroidit les velléités de réforme selon une dialectique qui lui est familière :

  • 15 Secrétariat de la conférence épiscopale allemande (dir.), Apostolische Reise seiner Heiligkeit Paps (...)

Le Christ est venu pour appeler les pécheurs. Ils ont besoin d’un médecin, eux, et non les bien-portants (cf. Lc 5, 31 s.). C’est ainsi que, comme l’affirme le concile Vatican II, l’Église est le « sacrement universel du salut » (Lumen Gentium 48), instituée pour les pécheurs, pour nous, afin de nous ouvrir le chemin de la conversion, de la guérison et de la vie. C’est là la grande et immuable mission que l’église reprend à la suite du Christ15.

9Le pape insiste toutefois sur l’immutabilité de la mission de l’Église, reçue du Christ, qui fonde le primat de la pérennité promise sur les réformes structurelles. Benoît XVI avait, le matin de son accueil, accusé une fin de non-recevoir aux quelques questions du président Wulff. Le soir même, il précise que la fidélité au concile n’est rien moins que l’expression de la fidélité au Christ. Il se livre à un exercice qu’il affectionne, en commençant par présenter les arguments négatifs pour mieux faire ressortir le caractère positif de sa position :

  • 16 Ce chant, qui figure dans les recueils de cantiques paroissiaux est lié au baptême.
  • 17 Apostolische Reise…, op. cit., p. 52.

Certains en restent à une vision de la forme (Gestalt) extérieure de l’Église. Alors l’Église leur apparaît plutôt comme une des nombreuses organisations au sein d’une société démocratique, à l’aune et aux lois de laquelle l’entité « Église » est elle aussi jugée et traitée de manière impropre. Si l’on y ajoute le fait que dans l’Église nous faisons la douloureuse expérience qu’en son sein vivent des poissons bons et mauvais, qu’y croissent le bon grain et l’ivraie, et que le regard demeure fixé sur ce qui est négatif, alors le grand et beau mystère de l’Église ne peut plus se révéler.
Alors il n’y a plus aucune joie à appartenir à cette vigne « Église ». Se développent alors l’insatisfaction et le désagrément quand on ne voit que les représentations superficielles et fautives de l’« Église » et que nos propres « rêves d’Église » ne deviennent pas réalité ! Alors se tait le chant, « Je rends grâce au Seigneur qui, par grâce, m’a appelé dans son Église »16, que des générations de catholiques ont chanté avec conviction17.

  • 18 Voir Ludwig Ring-Eifel, « Kontext und Horizont der Freiburger Konzerthausrede des Papstes », in J. (...)

10La dialectique entre la pérennité de la forme et l’immutabilité de la mission de l’Église, d’une part, et les accommodations et les contextualisations, d’autre part, se traduit par une mise en tension entre l’institution réelle et l’institution rêvée. Les traumatiques scandales pédophiles et les appels répétés à la réforme dans l’Église ont marqué le contexte de préparation du voyage pontifical. La stratégie du discours, systématiquement déployée18, entend y répondre. Ainsi, en évoquant les « rêves d’Église » Benoît XVI vise une double cible. D’une part les tentatives d’étouffement ou de minimisation des affaires de pédophilie qui ont ébranlé la confiance de beaucoup de catholiques en l’institution ecclésiale ; il ne peut que constater que l’ivraie pousse aussi dans l’Église. D’autre part, le débat sur les réformes structurelles que réclament nombre de catholiques allemands qui les estiment indispensables pour donner à l’Église les moyens de rester crédible chez les contemporains ; il ne peut cautionner ce qui ne serait qu’effet de mode ou d’aubaine. Distinguant la structure du mystère, il met en œuvre une conception platonicienne du visible et de l’invisible, qui lui est connue.

  • 19 Le Zentralkomitee der deutschen Katholiken (ZdK) regroupe les représentants des conseils diocésains (...)

11Alors qu’à Berlin il procède par allusion, contexte oblige, il se montre plus explicite le 24 septembre, à Fribourg, devant le très puissant comité central des catholiques allemands19, recourant au « nous » inclusif pour parler des catholiques :

  • 20 Apostolische Reise…, op. cit., p. 122.

Permettez-moi d’évoquer ici un point de la situation spécifique de l’Allemagne. En Allemagne, l’Église est organisée au mieux. Mais derrière ces structures, les forces spirituelles correspondantes sont-elles à l’œuvre ? – force de la foi au Dieu vivant ? Je pense, en toute honnêteté, qu’existe chez nous un surplomb de la structure sur l’esprit. Et j’ajoute : la véritable crise de l’Église dans le monde occidental est une crise de la foi. Si nous ne trouvons pas le chemin vers un véritable renouveau de la foi, toutes les réformes structurelles resteront sans effet20.

12En recourant au « nous » inclusif, Benoît XVI esquive le reproche d’exclure une critique similaire que l’on ne manque pas d’adresser, en Allemagne, à l’appareil du Vatican. Toutefois à l’aréopage de catholiques en responsabilité il renouvelle son refus de réformes structurelles. Le pape avait déjà recouru au nous inclusif dans son discours devant les chrétiens de l’ex-Allemagne de l’Est, signifiant ainsi qu’il assume aussi, non seulement comme pasteur universel, mais aussi comme Allemand, cette partie-là de l’histoire de l’Église de son pays natal :

  • 21 Apostolische Reise…, op. cit., p. 93.

Nous sommes tous persuadés que la liberté nouvelle a contribué à conférer à l’homme une plus grande dignité et à ouvrir de multiples possibles. Nous pouvons souligner avec gratitude nombre de facilitations pour l’Église qu’il s’agisse de nouvelles possibilités d’activités paroissiales, de la rénovation et de l’agrandissement d’églises ou de centres communautaires, d’initiatives diocésaines d’ordre pastorales ou culturelles. Mais cette question est cependant devant nous : ces possibilités nous ont-elles également apporté un plus de foi ? Le terreau dans lequel la foi et la vie chrétienne s’enracinent n’est-il pas à chercher plus profond que la liberté dans la société21 ?

  • 22 Ibid., p. 40.
  • 23 L. Ring-Eifel, « Kontext und Horizont der Freiburger Konzerthausrede des Papstes », op. cit., p. 20 (...)

13La critique papale contre la structure qui menace d’étouffer la foi et de scléroser la pratique religieuse revient donc de manière provocatrice dans une partie de l’Allemagne qui a recouvré les libertés civiques et s’est vu rétablir les droits élémentaires. Or cette liberté n’a pas contribué, loin s’en faut, à infléchir les courbes descendantes de la pratique religieuse dans les nouveaux Länder de l’ex-Allemagne de l’Est. Benoît XVI n’ignore pas non plus la critique de nombre d’Allemands de l’Est qui estiment avoir souffert, et souffrir encore, d’une occidentalisation de la part l’ex-RFA qui, faisant triompher le libéralisme économique, aurait détruit autant, voire plus, que construit. Le pape avait déjà dénoncé en 2006 à Munich, lors de son voyage en Bavière, la tiédeur missionnaire de l’Église d’Allemagne. Il avait alors évoqué des évêques africains qui, ayant loué la générosité des Églises allemandes si solidaires des jeunes Églises d’Afrique remarquaient que s’ils rencontraient des évêques allemands aux portes et aux bras largement ouverts lorsqu’ils leur demandaient une aide ou une collaboration en matière de structures sociales, les trouvaient bien réservés lorsqu’ils leur demandaient une aide pour un projet d’évangélisation : « Assurément il semble régner chez certains l’idée qu’il faille répondre avec le plus grand empressement aux projets sociaux ; quant aux choses de Dieu, ou s’agissant de la foi catholique, cela relèverait du particulier et ne serait pas aussi urgent22. » Dans cette allusion, Ludwig Ring-Eifel voit, non sans raison, le germe des discours qui ont ponctué le voyage de 201123.

  • 24 26e dimanche du temps ordinaire de l’année A.

14Le dernier élément de contexte est donné le jour même du discours au Konzerthaus, dans l’homélie prononcée au cours de la messe célébrée le dimanche matin, 25 septembre 2011. Le pape commente, comme il se doit, l’évangile du jour24 :

  • 25 Apostolische Reise…, op. cit., p. 134.

« Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole » (Mt 21, 31-32). Traduite en langage de ce temps, l’affirmation pourrait correspondre plus ou moins à ceci : les agnostiques, qui au sujet de la question de Dieu ne trouvent pas la paix ; les personnes qui souffrent à cause de leurs péchés et ont le désir d’un cœur pur, sont plus proches du royaume de Dieu que ne le sont les fidèles « de routine », qui dans l’Église voient désormais seulement ce qui paraît, sans que leur cœur soit touché par la foi.
Ainsi la parole doit faire beaucoup réfléchir, et même, doit nous secouer tous. Ceci, cependant, ne signifie pas qu’il faille considérer tous ceux qui vivent dans l’Église et travaillent pour elle comme loin de Jésus et du royaume de Dieu. Absolument pas ! Non, c’est plutôt le moment de dire une parole de profonde gratitude à tant de collaborateurs bénévoles ou salariés, sans lesquels la vie dans les paroisses et dans l’Église tout entière serait impensable. L’Église en Allemagne a de nombreuses institutions sociales et caritatives, dans lesquelles l’amour pour le prochain s’exerce sous une forme qui est aussi socialement efficace et jusqu’aux extrémités de la terre. À tous ceux qui s’engagent dans la Caritas allemande ou dans d’autres organisations ou qui mettent généreusement à disposition leur temps et leurs forces pour des tâches de volontariat dans l’Église, je voudrais exprimer, en ce moment, ma gratitude et mon appréciation. Ce service demande avant tout une compétence objective et professionnelle. Mais dans l’esprit de l’enseignement de Jésus il faut plus : le cœur ouvert, qui se laisse toucher par l’amour du Christ, et donne ainsi au prochain, qui a besoin de nous, plus qu’un service technique : l’amour, dans lequel se rend visible à l’autre le Dieu qui aime, le Christ. Alors interrogeons-nous aussi à partir de l’évangile d’aujourd’hui : comment est ma relation personnelle avec Dieu, dans la prière, dans la participation à la messe dominicale, dans l’approfondissement de la foi par la méditation de la sainte Écriture et l’étude du catéchisme de l’Église catholique ? Chers amis, le renouveau de l’Église, en dernière analyse, ne peut se réaliser qu’à travers la disponibilité à la conversion et à travers une foi renouvelée25.

  • 26 Créé par le motu proprio Ubiqui et semper le 21 septembre, il est présidé par Rino Fisichella. En o (...)

15Ce passage n’a pas manqué de faire son effet sur l’aéroport de Fribourg qui accueillait la liturgie pontificale. Dès la fin de la messe, les commentateurs des médias soulignaient le caractère offensif de ce discours contre la routine, l’institution et l’esprit d’appareil. Ce qui relèverait davantage d’une critique de gauche, procède plutôt chez le pape d’une critique que les nouvelles communautés chrétiennes et les mouvements de réveil spirituels de la mouvance charismatique adressent à une institution tiédie, qui n’évangélise plus que de manière implicite. Cette position relève donc d’une sorte d’esprit de revival, de restauration intérieure et spirituelle. Mais surtout, nous sommes dans le contexte du lancement de la nouvelle évangélisation. Qui s’est senti visé au cours de cette messe ? Les évêques, ou du moins certains, ceux de l’aile centriste, libérale, donc plutôt les anciens ? Les chrétiens venus nombreux et qui ont souvent manifesté, avant l’arrivée du souverain pontife, leur désir de réforme ? Le renouveau spirituel auquel Benoît XVI appelle, constitue le levier de l’entreprise de nouvelle évangélisation qu’il veut mener à bien. Notons, non sans ironie, que pour ce faire, le pape a créé en 2010, une institution à Rome, le conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation26.

2. Le discours au Konzerthaus de Fribourg

16À Berlin, Benoît XVI commence par affirmer que si l’on conçoit l’Église seulement comme institution, on ne comprend pas son essence et qu’on ne saurait alors appréhender à son juste niveau le type de réforme dont elle a besoin. À Erfurt, il interpelle plus nettement les chrétiens d’Allemagne sur le risque que le contexte de liberté retrouvée pour les Länder de l’ex-RDA pourrait finalement ne pas représenter un gain en richesse de foi et de conviction dans un contexte de relativisme et d’indifférentisme. À son arrivée à Fribourg, il va encore plus loin lorsque, de manière explicite, il s’en prend à la dimension institutionnelle de l’Église qui peut étouffer l’Esprit ; il y a trop de structure et pas assez d’Évangile, pourrait-on résumer. Enfin, au cours de la messe du matin à l’aéroport de Fribourg, il radicalise encore sa critique, qu’il double d’une invitation au sursaut spirituel.

17Désignée par le site officiel francophone du Vatican comme la « Rencontre avec les catholiques engagés dans l’Église et la société », la conférence donnée au Konzerthaus réunit un auditoire de 1 500 invités, responsables de l’Église catholique, du monde politique, social et culturel, auquel Benoît XVI réserve le dernier, le plus long et le plus percutant de ses discours. Reprenant les différents points abordés au cours des autres étapes du voyage, ce discours, autant point final et point d’orgue que coup de théâtre, constitue le véritable clou de ses prises de parole. La relecture, d’aval en amont, des discours qui ont ponctué le voyage de Benoît XVI en Allemagne en septembre 2011, fait certes apparaître celui du Konzerthaus comme une synthèse en même temps qu’un point d’orgue, parce que, reprenant les discours précédents, les met dans la perspective du concept d’Entweltlichung. En même temps, en raison de l’âge du pape, 84 ans, ce discours se lit aussi comme un message d’au revoir à une Allemagne qu’il ne visitera probablement plus. Il fallait donc laisser à ce peuple quelque élément de réflexion consistant, de quoi susciter spontanément le débat et le nourrir pour un bon moment.

18Pour assurer à son message un large écho, Benoît XVI, qui a déjà plusieurs fois fait l’expérience de polémiques occasionnées par certaines de ses prises de parole, soit en raison de l’équivocité d’une formulation, soit dans la réception médiatique affectée de malentendu, ne renonce pas pour autant à la formule provocatrice. Trop bon connaisseur de son pays d’origine, même s’il en est physiquement éloigné depuis plus de trente ans, il sait qu’une expression telle que Entweltlichung fera la une et provoquera le débat, voire la polémique ; ce qui ne manquera pas d’arriver. Si l’on comprend le discours du Konzerthaus comme une feuille de route donnée à l’Église d’Allemagne pour les années à venir, l’appel à la dé-mondanisation en constitue la première étape, indispensable pour réveiller un catholicisme endormi dans sa routine.

19Benoît XVI commence par éluder un débat qui a agité les esprits en Allemagne lors des préparatifs, marqués par de nombreux appels à la réforme, au changement, à la démocratisation et de critiques de l’institution ecclésiale. Or d’emblée le pape écarte toute solution allant dans ce sens. Certes il souhaite le changement ; c’est même un axe thématique porteur de sa visite pastorale. Mais en reprenant une formule de Mère Teresa, dont personne, dans l’auditoire, n’osera contester la légitime parole de femme engagée dans le monde pour les plus pauvres, il en indique la nature, qui est la conversion à l’Évangile.

À la bienheureuse Mère Teresa il fut demandé un jour de dire quelle était, selon elle, la première chose à changer dans l’Église. Sa réponse fut : « Vous et moi » !
Ce petit épisode nous rend évidentes deux choses. D’une part, la religieuse entend dire à son interlocuteur que l’Église n’est pas uniquement les autres, la hiérarchie, le Pape et les Évêques ; l’Église, nous la sommes tous : nous, les baptisés. Par ailleurs, elle part effectivement du présupposé : oui, il y a motif pour un changement. Il existe un besoin de changement. Chaque chrétien et la communauté des croyants dans son ensemble, sont appelés à une conversion continuelle (§ 3).

20Les changements structurels n’ont aucune pertinence pour Benoît XVI, dont le conservatisme institutionnel n’est pas en contradiction avec son appel à la dé-mondanisation. Le changement ne sera donc pas de l’ordre d’un ravalement de façade ou d’un « réaménagement interne ». Le seul critère de changement est la fidélité à la mission de l’Église, dans une metanoia permanente de chacun de ses membres, une conversion intérieure, donc, un changement spirituel, et non une thérapie à partir des structures. Or, pour réaliser sa mission, l’Église « devra prendre continuellement distance de son milieu, se « dé-mondaniser » pour ainsi dire » (§ 6).

21Comme dans son discours au stade olympique de Berlin, le pape commence par mettre en évidence l’essence de l’Église :

Son sens consiste à être un instrument de la rédemption, de se laisser pénétrer par la parole de Dieu et de transformer le monde en l’introduisant dans l’union d’amour avec Dieu. L’Église s’immerge dans l’attention complaisante du Rédempteur envers les hommes. Elle est là où vraiment elle est elle-même, toujours en mouvement, se mettant continuellement au service de la mission, qu’elle a reçue du Seigneur. C’est pourquoi elle doit toujours s’ouvrir aux préoccupations du monde – auquel elle appartient –, se consacrer sans réserve à elles, pour continuer et rendre présent l’échange sacré qui a commencé avec l’Incarnation (§ 8).

22Dans un passage suivant, le pape revient, en la détaillant et en l’amplifiant, sur la critique qu’à Berlin il avait adressée à l’Église institutionnalisée, pour noter que dans son développement historique missionnaire se manifeste aussi « une tendance contraire, celle d’une Église qui est satisfaite d’elle-même, qui s’installe dans ce monde, qui est autosuffisante et s’adapte aux critères du monde. Elle donne assez souvent à l’organisation et à l’institutionnalisation une importance plus grande qu’à son appel à l’ouverture vers Dieu, qu’à l’espérance du monde pour l’autre (§ 9) ».

23Il n’y a pour le pape qu’un seul chemin pour sortir de la logique perverse de l’institutionnalisation : celui de la libération de l’Église de la sécularité qui l’entrave, par un mouvement d’auto-sécularisation, en quelque sorte :

Pour correspondre à sa véritable tâche, l’Église doit toujours de nouveau faire l’effort de se détacher de sa « mondanité » pour s’ouvrir à Dieu. C’est ainsi qu’elle suit les paroles de Jésus : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde » (Jn 17, 16), et c’est ainsi qu’Il se donne au monde. En un certain sens, l’histoire vient en aide à l’Église à travers les diverses périodes de sécularisation, qui ont contribué de façon essentielle à sa purification et à sa réforme intérieure.

En effet, les sécularisations – qui furent l’expropriation de biens de l’Église ou la suppression de privilèges ou de choses semblables – signifièrent chaque fois une profonde libération de l’Église de formes de « mondanité » : elle se dépouille, pour ainsi dire, de sa richesse terrestre et elle revient embrasser pleinement sa pauvreté terrestre. Ainsi, l’Église partage le destin de la tribu de Lévi qui, selon l’affirmation de l’Ancien Testament, était la seule tribu en Israël qui ne possédait pas de patrimoine terrestre mais elle avait pris exclusivement Dieu lui-même, sa parole et ses signes comme part d’héritage. Avec cette tribu, l’Église partageait en ces moments historiques l’exigence d’une pauvreté qui s’ouvrait vers le monde, pour se détacher de ses liens matériels, et ainsi son agir missionnaire redevenait également crédible (§ 10-11).

  • 27 Klaus Nientiedt, « Als hätte er an die Kirche in Frankreich gedacht. Die Freiburger Konzerthausrede (...)

24Le discours de Benoît XVI, rappelons-le, s’adresse à des Allemands vivant dans une Église catholique qui demeure profondément ancrée dans la vie sociale et économique du pays. L’éloge d’un dépouillement qu’imposeraient aux catholiques les forces en action dans l’histoire trouvera des oreilles compréhensives dans un pays comme la France qui vit dans un régime de séparation entre l’Église et l’État, ce qui apparaît bien improbable en Allemagne. Klaus Nientiedt, analysant les réactions de la presse française au discours de Benoît XVI, montre que ce voyage pontifical en Allemagne a trouvé un large écho, plutôt inhabituel, dans la presse française. Il explique justement cette couverture médiatique par le fait que les commentateurs français y ont vite trouvé des accents qui leur sont familiers. Nientiedt comprend le discours du Konzerthaus « comme si le pape avait pensé à la France »27.

25Cette liberté d’un régime de séparation se paie bien entendu au prix d’une fragilité institutionnelle et financière et d’un risque d’insignifiance sociétale. Adressé à des Allemands, cet éloge de la sécularisation paraît pour le moins surprenant. Benoît XVI affirme que cet état de fait participe à la purification et à la réforme de l’Église :

Les exemples historiques montrent que le témoignage missionnaire d’une Église « dé-mondanisée » est plus clair. Libérée du fardeau et des privilèges matériels et politiques, l’Église peut se consacrer mieux et de manière vraiment chrétienne au monde entier ; elle peut être vraiment ouverte au monde. Elle peut à nouveau vivre avec plus d’aisance son appel au ministère de l’adoration de Dieu et au service du prochain. La tâche missionnaire qui est liée à l’adoration chrétienne, et qui devrait déterminer la structure de l’Église, se rend visible plus clairement. L’Église s’ouvre au monde non pour obtenir l’adhésion des hommes à une institution avec ses propres prétentions de pouvoir, mais pour les faire rentrer en eux-mêmes et ainsi les conduire à [Dieu]. Par ce style d’ouverture de l’Église au monde, est tracée aussi en même temps la forme dans laquelle l’ouverture au monde de la part de chaque chrétien peut se réaliser de façon efficace et appropriée (§ 12).

26En parlant de « privilèges », Benoît XVI prête assurément le flanc à une critique pouvant paradoxalement apporter de l’eau au moulin de ceux qui, tels que « Wir sind Kirche » fustigent régulièrement la richesse d’une Église trop mondanisée. Il n’hésite donc pas à heurter de front un épiscopat allemand, toutes tendances confondues qui, au quotidien, gère ce « fardeau » (Last) et voit, à côté d’indéniables inconvénients et lourdeurs, surtout le côté positif de son implantation dans la société. Cela commence par l’impôt ecclésiastique qui lui permet de vivre. Il ne s’agit pas de trouver une nouvelle stratégie pour relancer l’Église :

Il s’agit plutôt de déposer tout ce qui est uniquement tactique, et de chercher la pleine sincérité, qui ne néglige ni ne refoule rien de la vérité de notre aujourd’hui, mais qui réalise pleinement la foi dans l’aujourd’hui, la vivant justement, totalement dans la sobriété de l’aujourd’hui, la portant à sa pleine identité, lui enlevant ce qui est seulement apparemment foi, mais qui n’est en vérité que convention et habitude.
Disons-le encore avec d’autres mots : la foi chrétienne est toujours pour l’homme un scandale, et cela pas uniquement en notre temps. Que le Dieu éternel se préoccupe de nous êtres humains, qu’Il nous connaisse ; que l’Insaisissable soit devenu en un moment déterminé saisissable ; que l’Immortel ait souffert et soit mort sur la croix ; qu’à nous, êtres mortels, soient promises la résurrection et la vie éternelle – croire tout cela est pour les hommes, une véritable exigence.
Ce scandale, qui ne peut être aboli si on ne veut pas abolir le christianisme, a malheureusement été mis dans l’ombre récemment par d’autres scandales douloureux impliquant des annonciateurs de la foi. Une situation dangereuse se crée quand ces scandales prennent la place du skandalon premier de la Croix et le rendent ainsi inaccessible, c’est-à-dire quand ils cachent la véritable exigence chrétienne derrière l’inadéquation de ses messagers (§ 13-15).

27Au pays de la Réforme, le pape évoque les conditions d’une vraie purification de l’Église. Elle passe par une concentration sur le cœur de la foi, qui peut parfois aller à l’encontre des valeurs du monde contemporain. La vraie réforme, celle qui ne conduit pas au schisme et qui n’oblige pas, comme ce fut le cas pour la Réforme de Luther, de chercher refuge auprès des princes séculiers, conduit nécessairement à une précarisation institutionnelle, prix et garantie de la vraie liberté de l’Église vis-à-vis du monde.

3. Qu’est-ce que la Entweltlichung ?

  • 28 Professeur de théologie fondamentale à la Faculté de théologie catholique de l’Albert-Ludwig Univer (...)
  • 29 Magnus Striet, « Entweltlichung ? Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. mit Th. W. Adorno gegeng (...)

28Magnus Striet28, théologien invité au Konzerthaus pour le discours du pape, cherche à comprendre le sens d’un concept qui l’a surpris, et dont il a du mal à saisir le sens. Prenant Th. W. Adorno pour guide de « contre-lecture », il remarque d’une part que la courte phrase-clé dans laquelle le fameux mot apparaît, recèle aussi celui de « distance » à prendre avec le monde environnant et, d’autre part, que le pape pondère le terme de dé-mondanisation par un « dans une certaine mesure » (gewissermassen)29.

  • 30 Jürgen Erbacher, « Entweltlichung. Ein Blick in das Frühwerk Joseph Ratzingers », in J. Erbacher (d (...)
  • 31 Daniel Deckers, « Professor Papst. Eine Archäologie der Gedankenwelt von Benedikt XVI. », Frankfurt (...)
  • 32 J. Erbacher, « Entweltlichung. Ein Blick in das Frühwerk Joseph Ratzingers », op. cit., p. 82.

29Le sens du concept de Entweltlichung se précise à la lumière de l’œuvre théologique de Benoît XVI. C’est ainsi qu’en parcourant les premières œuvres du théologien Ratzinger, Jürgen Erbacher30, à la suite de Daniel Deckers31, montre que le concept, qui apparaît dès le début dans l’œuvre de Joseph Ratzinger, n’a pas bougé dans l’esprit de son auteur. Il opère chez le jeune théologien comme un marqueur partagé par sa génération, désignant la situation culturelle de l’Europe occidentale marquée par la sécularisation. Une ecclésiologie qui trouvera son expression magistérielle notamment dans Lumen Gentium, prend en compte une situation de l’Église non plus à côté, hors, et encore moins contre, mais dans le monde. L’histoire de cette préposition atteste du changement de paradigme qui a opéré alors. Cette vulgate théologique et sociologique a permis de définir une ecclésiologie qui pose l’indépendance de l’Église face aux pouvoirs, tout en refusant de diaboliser le monde, dans la reconnaissance de son autonomie. C’est l’esprit de Gaudium et spes. Cette Weltanschauung exclut tout radicalisme. Ceux qui ont cru entendre dans les propos de Benoît XVI une mise en cause des relations Église-État sont donc allés trop loin. Cette Entweltlichung se veut d’abord une invitation faite à l’Église de retrouver son sens spirituel. Il prône une dé-mondanisation par « renforcement du profil catholique »32.

  • 33 Voir M. Deneken, « “Cette histoire-là peut se raconter” : Benoît XVI et l’Allemagne », op. cit., p. (...)
  • 34 82. Katholikentag, Essen, 1968, édité par le Zentralkomitee der deutschen Katholiken, Paderborn, 19 (...)
  • 35 Cf. Gisela Muschiol, « Essen war anders Katholikentag 1968 », in G. Muschiol (dir.), Zaungäste oder (...)
  • 36 C’est de cette époque que date son introduction au christianisme. Einführung in das Christentum, Mu (...)
  • 37 Alexander Kissler, Der deutsche Papst. Benedikt XVI. Und seine schwierige Heimat, Fribourg-en-Brisg (...)

30Il n’est pas inutile de rappeler ici que dès la fin des années 1960, Joseph Ratzinger évoque l’athéisme qui œuvre jusqu’au cœur de l’Église33. De 1966 à 1969, il occupe une chaire de théologie dogmatique à la faculté de théologie catholique de la Eberhard-Karl-Uiversität de Tübingen. Hans Küng, alors doyen de la faculté, a tout fait pour que Ratzinger accepte cette nomination. C’est à Tübingen que l’on a voulu voir un tournant, une rupture, dans l’évolution théologique de Joseph Ratzinger. Pour certains, les événements de 1968 à Tübingen auraient causé un traumatisme profond chez Ratzinger, qui expliquerait son évolution théologique. Durant ces événements, Ratzinger continue son enseignement sans varier, alors que l’Allemagne politique, mais aussi universitaire et ecclésiale entre, comme presque partout en Europe, en ébullition. Le comité central des catholiques allemands (ZdK) adopte pour thème du Katholikentag « Au milieu de ce monde »34. C’est le Katholikentag qui, pour la première fois, voit émerger des mouvements alternatifs et se poser les questions de l’engagement politique des chrétiens et du féminisme35. Nombreux sont ceux qui pensent que dans la mouvance conciliaire, l’Église doit totalement démocratiser ses structures. Le courant théologique porteur est alors celui de la théologie politique, incarnée par J.-B. Metz et sa « théologie du monde ». Dans cette période post-conciliaire beaucoup de théologiens ont cru pouvoir identifier l’aggiornamento de Vatican II avec les aspirations de Mai 68. Face à cette théologie, sensible aux appels du monde et aux défis du temps comme autant de « signes des temps », Ratzinger enseigne en explicitant sa méfiance vis-à-vis des conceptions naïves de nombreux chrétiens qui croient trop au progrès et surestiment la capacité de changer les structures quand on ne met pas en avant le changement radical de l’individu36. Dès la fin du concile, en 1965, le théologien Ratzinger n’est pas sans critiques vis-à-vis des fonctionnements institutionnels et insiste beaucoup plus sur la collégialité épiscopale que sur le primat de l’évêque de Rome. C’est à cette époque aussi qu’il commence à susciter des critiques au sein de la communauté théologique allemande. Les provocations étudiantes s’étaient radicalisées jusqu’à ce slogan, « maudit soit Jésus », proféré par des étudiants théologiens protestants37 ; il en sera douloureusement affecté. Certains de ses cours sont interrompus par des happenings estudiantins et une certaine conception de la démocratie directe l’inquiète, surtout lorsqu’elle apparaît également dans les rangs de l’université et de l’Église. Ce « Psycho-Terror », qui lui rappelle le nazisme et le stalinisme, pousse Ratzinger à poser un acte de rupture. Il quitte Tübingen pour Ratisbonne dès la rentrée académique de 1969.

  • 38 John L. Allen, Cardinal Ratzinger. The Vatican’s Enforcer of the Faith, New York/Londres, Continuum (...)

31Dans sa lecture de l’après-concile, Ratzinger avait déjà mis en garde contre les dérives possibles d’une lecture unilatérale de Vatican II et pointé le relativisme doctrinal qui guette. Il se livre donc à sa manière à une critique institutionnelle qui consiste à interpeller l’Église de l’intérieur, selon le principe de réforme permanente. Sa critique de la théologie post-conciliaire relève de la même sensibilité ; elle se double d’une critique de l’institution ecclésiale. Le concile Vatican II, dont il fut un des théologiens écoutés et actifs, à peine clos, fait l’objet de sa part d’une évaluation critique. Il n’est donc pas exact d’affirmer, comme le fait son biographe américain John L. Allen, de dater le « coming-out » conservateur de Ratzinger de l’année 197138.

  • 39 A. Kissler, Der deutsche Papst…, op. cit., p. 47.
  • 40 Le cardinal-archevêque de Cologne, Josef Frings avait choisi le jeune Ratzinger comme son conseille (...)
  • 41 Joseph Ratzinger, « Demokratisierung der Kirche ? », in Joseph Ratzinger & Hans Maier, Demokratie i (...)
  • 42 Ibid., p. 25 s.
  • 43 Ibid., p. 26 s. « On fera bien de sortir aussi vite que possible le concept d’Église peuple de Dieu (...)

32Joseph Ratzinger s’est révélé très tôt comme un théologien libre et créatif. Dans le choix de ses lieux philosophiques et théologiques, il est proche d’un Henri de Lubac dans ses options épistémologiques. En prenant saint Bonaventure comme guide pour construire sa théologie de l’histoire, il opte pour une conception eschatologique du christianisme. Il se montre méfiant à l’égard de toutes les téléologies politiques et fort critique vis-à-vis d’une certaine naïveté qui consiste à vouloir adopter en théologie et pour l’Église la notion de progrès ou de démocratie, et à considérer qu’il n’y aura plus d’opposition entre Église et monde. Aux yeux du futur responsable de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ce type d’attitude trouve en Hans Küng son parangon39. Sur le terrain de la critique institutionnelle apparaît clairement la ligne directrice de Ratzinger. Ce que Ratzinger stigmatise, par Josef Frings40 interposé à Vatican II, se trouve déjà en germe quand il réagit contre une certaine scolastique sclérosante et prend Augustin comme modèle. Là encore cette posture théologique le rapproche de H. de Lubac. Le désenchantement d’après 68 ne constitue donc pas la motivation de sa critique ; tout au plus les événements lui donnent-ils raison. Dans Demokratisierung der Kirche ? en 1970, on comprend déjà clairement que Ratzinger prend ses distances par rapport à une lecture du concile qui porterait atteinte à la nature de l’Église par une interprétation gauchie de la participation des fidèles à sa vie41. Il critique autant la fonctionnarisation du ministère42, que les dérives interprétatives de la notion-clé d’Église « peuple de Dieu » telle que Vatican II l’a promue43.

33Enfin, un dernier élément biographique peut illustrer la prégnance du concept de dé-mondanisation et son ancienneté. Joseph Ratzinger rencontre, le 16 octobre 1976, des membres d’une communauté, la Katholische Integrierte Gemeinde (KIG) fondée par Herbert et Traudl Wallbrecher, à Bad Tölz, en Bavière. Elle vise, à travers une communauté de vie et le partage des biens, à mettre en œuvre l’idéal de l’Église primitive telle que décrite dans les Actes des Apôtres par engagement au sein de l’Église et dans le monde. Il s’agit là d’une des premières de ce que l’on désignera à partir des années 1980 les nouvelles communautés chrétiennes. Le couple fondateur, qui dispose d’une grande fortune par le mari, avocat, accompagné par un prêtre théologien, Joseph Degenhardt, futur cardinal-évêque de Ratisbonne, attire de premiers membres qui vivent dans des maisonnées, la plupart de ceux qui les rejoignent vendant tous leurs biens. Sur le site de la KIG44 on peut lire que grâce aux biens dont ils disposent, les membres peuvent vivre sans soutien de l’État ni besoin de recourir à l’impôt ecclésiastique. Bien vite des voix se font entendre pour dénoncer ce que certains théologiens et pasteurs n’hésitent pas à appeler une secte. Au cours de l’été 1976, au plus fort de la campagne de dénonciation, les membres de la KIG organisent des sit-in dans plusieurs cathédrales allemandes, à commencer par Munich. Le cardinal Döpfner avait laissé les nombreux courriers que les responsables de la communauté lui avaient adressés sans réponse, fit savoir, après le happening, que la KIG était un « groupe libre au sein de l’Église »45. Le cardinal mourut quelques jours après et la rumeur bien orchestrée fit porter aux membres de la KIG une part de responsabilité dans ce décès. En guise de représailles, on retira, par exemple, toute la littérature de cette communauté des librairies religieuses.

  • 46 Joseph Ratzinger, « Die neuen Heiden und die Kirche », Hochland 51, octobre 1958.
  • 47 A. Kissler, Der deutsche Papst…, op. cit., p. 107 s.

34Or, c’est dans ce contexte trouble, que le 16 octobre 1976 la communauté reçoit la visite du professeur Ratzinger, alors en poste à Ratisbonne. Cette rencontre changera le cours de l’histoire pour cette communauté, et ne sera pas sans marquer durablement le futur Benoît XVI. Il trouve là cette forme de vie chrétienne à laquelle il aspire, d’un christianisme détaché de la mondanité. Durant trente ans, Ratzinger accompagnera cette communauté. Dès 1958 Ratzinger affirmait que l’Église devait déconstruire pièce par pièce tous ses éléments d’appartenance au monde pour redevenir ce qu’elle doit être : la communauté des croyants46. Quelque jugement que l’on portera sur cette communauté, secte ou institution prophétique, la KIG a été et demeure le lieu dans lequel Benoît XVI retrouva l’idéal ecclésial et existentiel, celui d’une Église minoritaire, courageuse. « Quand Benoît XVI rêve d’hommes qui croient tirer leur existence spontanément, au jour le jour, gratuitement, de la main du Créateur, d’hommes dont le oui est oui et le non est non, et dont la vie n’est qu’un seul et même culte rendu à Dieu et constitue la preuve de son existence – alors Benoît XVI pense aux heures passées à Bad Tölz, à Munich, au Walchensee, et probablement esquisse-t-il un sourire »47.

  • 48 Walter Kasper, « Das Wesen des Christlichen », Theologische Revue 65 (1969).
  • 49 Magnus Striet, « Entweltlichung ? Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. mit Th. W. Adorno gegeng (...)

35Si la clé du concept de dé-mondanisation se trouve dans la Weltanschauung défendue et illustrée par constitution conciliaire Gaudium et spes, celle-ci affirme bien que l’Église est dans le monde, sans se confondre avec lui. Cette autonomie, les décrets sur la liberté de conscience et la liberté religieuse en scellent la réception par le magistère pontifical, alors qu’en même temps il y a une difficulté de tirer toutes les conséquences, par exemple dans une interprétation de type libérale, sur ce qui constitue quand même l’apport des Lumières. Dans sa remarque conclusive, s’appuyant sur Adorno, Magnus Striet, commence par rappeler que le platonisme dans lequel une certaine dialectique Église-monde s’est formulée, devait, selon des théologiens contemporains de Ratzinger, être remplacé par une confrontation avec la dimension historique de la Révélation48. Or l’usage d’un concept tel que Entweltlichung, même laissé à un certain flou, suppose l’idée que l’on pourrait rester indemne de tout contact avec le monde49. Le risque est grand d’interpréter la dé-mondanisation de l’Église comme une fuga mundi, un appel au « saint reste » à se tenir loin du péché, alors que la mission de l’Église est de changer le monde.

4. Marqueur d’un nouveau paradigme

  • 50 Michaël N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », in J. Erbach (...)

36En Europe, l’Église catholique est en train de devenir une religion minoritaire. Certes le substrat culturel demeure ; mais la pratique atteint un seuil subcritique qui laisse à penser que l’influence réelle des catholiques dans la société ne cessera de diminuer. Alors que le catholicisme a vocation à être une religion prégnante pour la culture, théologiquement multitudiniste et pastoralement hospitalière, le fait de devenir minoritaire lui fait adopter subrepticement un nouveau paradigme. Plusieurs options s’offrent à lui. Le cours que Benoît XVI fait prendre à son Église, le sociologue, spécialiste du catholicisme social, Michaël N. Ebertz, le définit comme « l’option d’une minorisation élitiste »50. Pour étayer son analyse, il passe en revue plusieurs autres options. La première est celle de la « stabilisation institutionnelle ». Elle suppose une pérennisation du modèle allemand. Rappelons ici que le seul Caritas-Verband, la fédération des œuvres caritatives catholique, avec ses 520 000 employés à plein-temps, n’est pas seulement la plus grande ONG d’Allemagne, mais d’Europe en nombre de salariés. Une telle option dans une Allemagne où les Églises sont des employeurs paraît socialement irresponsable et politiquement suicidaire.

37Une autre option, encore plus radicalement en rupture avec un catholicisme multitudiniste résolument « dans le monde », serait celle du fondamentalisme. On songera ici à la période où l’obsession antimoderniste traduisait dogmatiquement l’enfermement politique de la papauté, dont le pouvoir temporel s’est inexorablement réduit comme peau de chagrin. L’intransigeance dogmatique devient alors le levier de substitution d’un pouvoir temporel perdu. Cette option induit une confessionnalisation outrancière, impliquant un repli identitaire sur une communauté qui serait exposée à une rude concurrence. Cette option n’apparaît pas dans les discours allemands de Benoît XVI.

  • 51 Michaël N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. (...)
  • 52 On prendra pour exemple caractéristique de cette option les directives pastorales données en 2005 p (...)

38Ebertz présente une autre option, celle de « l’autorégulation pragmatique »51, par quoi il désigne une stratégie qui privilégie les réponses différenciées selon les défis posés par la sécularisation dans ses différents contextes. L’organisation de la pastorale et de la vie communautaire adapte selon les lieux et les cadres disponibles les moyens à la mission52. Ce modèle, qui épouse la logique de l’offre et de la demande et voit la fonction du prêtre se transformer toujours davantage en manager, n’apparaît pas comme tel dans le discours de Fribourg. Dans ce sens, les prises de parole de Benoît XVI en Allemagne se donnent comme un contre-modèle au pragmatisme adaptatif qui ne propose pas de démarcation nette entre l’Église et le monde.

  • 53 Ce que montre le débat autour du concept de Leitkultur. Plusieurs hommes et femmes politiques, dont (...)
  • 54 M. N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. 133.
  • 55 Hubert Windisch, « Einfach(er)e Seelsorge. Das Pfarrprojekt Paroikia », in Philipp Müller & Huberbt(...)
  • 56 Le concile Vatican II évoquera plusieurs fois l’image de l’Église comme sacrement. « Le Christ uniq (...)
  • 57 M. N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. 136.
  • 58 Ibid., p. 138.
  • 59 Leo Laeyendecker, « Secularization and the unity of the Roman-Catholic Church », in Rudy Laermans, (...)

39C’est l’option de « la minorité élitiste » qui correspond, selon Ebertz, au choix stratégique du pape allemand. L’Église catholique étant une force dominante dont l’influence ne fera que baisser dans la société, elle se concentrera de ce fait, immanquablement, sur le cœur de sa mission qui est l’annonce explicite de l’Évangile. Ce modèle correspond effectivement aux propos de Benoît XVI durant son voyage dans une Allemagne où l’idée même d’une culture marquée par le christianisme se trouve toujours plus contestée53. Une Église dont les ressources sont plus faibles et la volonté de puissance concentrée uniquement sur la force et la crédibilité du témoignage de ses membres, comprise comme étant pour le monde, mais pas du monde. Ebertz recourt à une image pertinente lorsqu’il décrit ce modèle comme un désarmement institutionnel quant aux structures et aux moyens, inversement proportionnel à un réarmement spirituel, qui redynamise le contenu54. Elle doit assumer, à frais nouveaux, le fait que le chrétien est un pèlerin, un étranger sur la terre55. Cela s’accompagne d’une prise au sérieux de ce que Vatican II déjà avait affirmé de l’Église signe, sacramentum du salut, sel de la terre56. Les catholiques sont donc invités à faire leur la mystique de l’élection, du petit reste, tel que jusqu’à présent Israël l’a vécu. Selon cette option, « l’identité religieuse prime sur la pertinence sociale » ; l’État comme la société de consommation représentent des « contre-horizons », mais certainement pas des références. Le prêtre n’est plus manageur, mais maître spirituel, exemple, qui tire son autorité de son lien de conformation avec le Christ pasteur57. Toutefois, cette option n’est pas exempte du danger de repli identitaire et de stérilité pastorale à long terme ; elle inclut une faculté à apprendre qui serait un vrai novum pour l’institution. Église enseignante, elle est moins facilement Église enseignée. Ce que Vatican II avait voulu désigner par les signes des temps censés lui indiquer des chemins de renouveau à suivre, ne semble plus parler autant. Si l’Église doit parler au monde, elle ne peut le faire qu’en apprenant aussi de lui. En est-elle capable ? Tel est le défi. Pour Ebertz, l’Église, qui tient debout depuis 2000 ans, « victime de son succès »58, souffre d’une « trained incapacity ». Si le pape parle d’un besoin de changement, mais pas d’un besoin d’apprendre, et encore moins d’une Église apprenante, illustre la thèse de Leo Laeyendecker qui soutient que l’Église n’a qu’une capacité limitée d’apprendre59.

  • 60 Stefan Muckel, « Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. aus der Sicht des deutschen Kirchenrechts (...)

40Nombre de commentateurs et de journalistes ont souligné, le soir même où il fut prononcé, que le discours de Benoît XVI affectait les relations Église-État. La question, posée sous cet angle, concerne à la fois le financement par l’impôt d’Église et les institutions caritatives, sociales et éducatives que les Églises dirigent. En fait, le discours pontifical n’a, à aucun moment, évoqué une sortie de ce système. Aussi haut porté soit-il, l’idéal évangélique d’une Église pauvre et délestée du carcan institutionnel qui l’entrave dans son élan nouvel-évangélisateur, la sortie pure et simple des catholiques du système d’impôt ecclésiastique, tout comme le renoncement à gérer quelque institution que ce soit, relèverait du scandale éthique parce que le coût social serait énorme. Rien de ce qui relève du Staatskirchenrecht, le droit civil ecclésiastique allemand, n’a été visé, peu ou prou, par le discours de Benoît XVI à Fribourg ; il n’y aurait donc pas lieu de s’émouvoir60. La révision du Staatskirchenrecht qui offre aux Églises un espace presque infini et une liberté de manœuvre totale, n’est pas à l’ordre du jour du côté de l’État. C’est donc à l’Église catholique qu’il reviendrait, le cas échéant, dans ce cadre très souple, de redéfinir ses priorités et de recibler ses champs d’intervention. Dans ce sens, le discours pontifical semble pointer un changement de cap, car l’on peut déduire de ses propos un désir d’abandonner un certain nombre de secteurs.

  • 61 Stefan Ruppert & Martin Valchanov, « Entwetlichung als Überlegungsstrategie », in J. Erbacher (dir. (...)
  • 62 Ibid., p. 189.
  • 63 Benoît XVI, Discours au Konzerthaus de Fribourg, § 12.
  • 64 S. Ruppert & M. Valchanov, « Entwetlichung als Überlegungsstrategie », op. cit., p. 189.
  • 65 Ibid., p. 190.

41La démondanisation prônée en une terre allemande marquée par la réussite économique, offrant une meilleure résistance aux effets de la crise de la finance et de la mondialisation, ne se révèle-t-elle pas, en dernier ressort, comme l’expression de ce que l’on peut désigner sans ambages comme une « stratégie de survie », ainsi que l’affirme Stefan Ruppert, député allemand du FDP61 ? Le politicien aux références chrétiennes explicites s’interroge sur l’intentionnalité du pape et de la conscience qu’il peut avoir des conséquences sur le domaine politique allemand. La question est alors de savoir si l’appel à la Entweltlichung de l’Église catholique allemande représente un congé pris par les autorités romaines du modèle du Staatskirchenrecht ou s’il s’agit seulement là « d’un chef-d’œuvre de plus de l’art homilétique du pape »62. Le débat qui a précédé la visite du pape, qui n’a fait que cristalliser des positions présentes dans l’opinion publique depuis quelques années, a bien mis en évidence le fait que le modèle allemand était en évolution et qu’il n’était pas contesté par les seuls opposants aux Églises, mais en leur sein même. Pour cette raison, lorsque le pape affirme que « libérée du fardeau et des privilèges matériels et politiques, l’Église peut se consacrer mieux et de manière vraiment chrétienne au monde entier »63, il jette en quelque sorte de l’huile sur le feu64. Une séparation de l’Église et de l’État à la française est de plus en plus souvent évoquée par des hommes politiques et des intellectuels. La troisième voie allemande, avec, notamment, le financement des Églises par la Kirchensteuer, et la gestion par les Églises de nombreuses institutions caritatives, sociales, scolaires et médicales en partenariat avec l’État, que Ruppert désigne comme un « modèle coopératif d’autorégulation dérégulé », atteint ses limites d’acceptabilité sociétale alors que le contexte allemand est en train d’imposer à côté du Kirchenstaatsrecht un Religionsverfassungsrecht. Cela ne doit pas pour autant entraîner une modification du Verfassungsrecht65.

42De nombreux responsables du catholicisme allemand, politiques ou religieux ont fait part de leurs interrogations, voire de leur inquiétude si l’on devait comprendre que l’« Église libérée du fardeau matériel et politique » prônée par le pape bavarois, devait sonner la fin du modèle en vigueur, ne serait-ce que du point de vue du financement. Or si l’on abandonnait l’impôt d’Église, un financement direct par l’État se révélerait du coup anticonstitutionnel puisqu’il heurterait le principe fondamental de la neutralité de l’État. Non sans ironie, le député allemand remarque que « les mystérieuses voies de la communication interne de l’Église qui conduisent à la Curie romaine semblent avoir bien fonctionné », puisque, à peine six semaines après le discours de Fribourg, le pape, lors de la présentation de ses lettres de créance que lui fit Reinhard Schweppe le 7 novembre 2011, le nouvel ambassadeur d’Allemagne près le Saint-Siège, saisit l’occasion pour préciser sa pensée :

  • 66 http://press.catholica.va/news_services/bulletin/news/28358.php?index=28358&po_date=07.11.2011 (...)

Les relations de bonne entente qu’entretiennent depuis de nombreuses années la République Fédérale d’Allemagne et le Saint-Siège ont produit dans l’ensemble beaucoup de bons résultats. Il faut se réjouir que l’Église catholique dispose en Allemagne de moyens d’action remarquables qui lui permettent d’annoncer l’Évangile en toute liberté et que dans de nombreuses institutions caritatives et sociales elle peut venir en aide aux hommes dans le besoin. Pour le soutien concret de ce travail qu’assurent l’État fédéral, les Länder et les municipalités, je suis vraiment reconnaissant. Parmi les nombreux aspects dignes de gratitude d’une collaboration positive entre l’État et l’Église, je ne mentionnerai à titre d’exemples que la protection du droit du travail ecclésial (kirchliches Arbeitsrecht) par le droit de l’État fédéral, le soutien des écoles catholiques ou des institutions caritatives dont le travail participe en dernier ressort au bien de tous les citoyens66.

  • 67 L’article 140 du Grundgesetz permet que soient couverts à près de 80 % les besoins des Églises par (...)

43La remise en question radicale du modèle allemand ne semble donc pas à l’ordre du jour. À la lumière du discours devant l’ambassadeur d’Allemagne, un aspect de celui de Fribourg s’éclaire : la démondanisation semble donc désigner d’abord un esprit qui doit inspirer les choix que l’Église doit opérer pour son avenir, dans le contexte de la sécularisation, mais aussi dans l’affirmation grandissante des revendications d’autres cultes tels que l’islam67.

  • 68 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme. La fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 332.
  • 69 Ibid., p. 325.
  • 70 Cf. Samuel Gregg, http://www.acton.org/pub/commentary/2010/09/22/benedict%E2%80%99s-creative-minori (...)
  • 71 Cette position est défendue et illustrée par le cardinal-archevêque de Paris : André Vingt-Trois, U (...)

44En France, le régime de séparation a induit dès le début du xxe siècle un changement de paradigme. Étudiant depuis trente ans le cas français, Danièle Hervieu-Léger a très tôt montré le changement de paradigme. Celui-ci affecte désormais le catholicisme allemand. Dans la conclusion de son étude, elle s’interroge sur les perspectives d’avenir de l’institution Église. Il faudrait qu’un retournement de tendance qui fait émerger un « catholicisme fragile » corresponde une « révolution ecclésiologique donnant sens à cette fragilité même68 ». Certes, « la fin d’un monde n’est pas forcément la fin du monde69 », mais le catholicisme allemand se trouve désormais, lui aussi, malgré sa force, devant un changement de paradigme qui doit lui permettre d’entrer dans une culture minoritaire au sein d’une société multiculturelle. Le concept d’Entweltlichung répond à la demande de réforme posée par la majorité des catholiques allemands. Marqueur d’un nouveau paradigme qui indique le passage de l’Église catholique allemande par une phase d’appauvrissement institutionnel salutaire, l’aidant ainsi à devenir ce qu’est le catholicisme devenu dans la plupart des pays d’Europe, c’est-à-dire minoritaire. La stratégie de Benoît XVI semble accompagner les catholiques allemands pour qu’ils apprennent à se penser comme « minorité créative »70, à l’instar de ce qui est déjà la situation de la France où être catholique doit résulter d’un choix et non d’une appartenance culturelle71. Si le catholicisme sait devenir et rester minoritaire là où il a été dominant sans se ghettoïser ou se replier sur lui-même restera à démontrer à l’épreuve du temps. Une stratégie de la démondanisation n’est pas, en dernier ressort, sans poser la question de l’essence même du catholicisme.

Notes

1 Cette traduction du terme Entweltlichung est celle que le Saint-Siège retient dans la version française officielle des discours de Benoît XVI sur le site vatican.va.

2 Voir, par exemple, Bernard Sesoüé, « Magistère “ordinaire” et magistère “authentique” », in Bernard Sesboüé, Le magistère à l’épreuve. Autorité, liberté et vérité dans l’Église, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p. 213-221.

3 Voir Peter Hünermann, « Quo vadis ? Au sujet de l’importance du concile Vatican II pour l’Église, l’œcuménisme et la société d’aujourd’hui », Recherches de Sciences Religieuses, 2012/1 tome 100, p. 27-44.

4 Les encycliques de Benoît XVI tranchent avec celles de son prédécesseur. Si Caritas in Veritate de 2009 assume la tradition des encycliques sociales, elle n’en adopte ni le style ni le plan. Deus Caritas est de 2006, et Spes Salvi, sur le concept d’amour de Dieu et sur l’espérance en Jésus-Christ, relèvent d’un mixte entre l’enseignement théologique et la méditation spirituelle. Une autre originalité marque ces encycliques : elles sont entièrement rédigées par le pape lui-même sans recours à des schémas rédigés par d’autres.

5 http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/speeches/2008/september/documents/hf_ben-xvi_spe_20080912_parigi-cultura_fr.html.

6 Michel Deneken, « “Cette histoire-là peut se raconter” : Benoît XVI et l’Allemagne », Revue d’Allemagne no 38, janvier-mars 2006, p. 95-112.

7 Michel Deneken, « Le “discours de Ratisbonne” : une bonne leçon », Revue des Sciences religieuses 83 no 4 (2009), p. 493-510.

8 http://mediathek.daserste.de/sendungen_a-z/442936_das-wort-zum-sonntag/8231742_papst-benedikt-xvi-spricht-das-wort-zum-sonntag.

9 Elmar Güthoff, Stefan Haering, Helmuth Pree (dir.), Der Kirchenaustritt im staatlichen und im kirchlichen Recht, Fribourg, Herder, 2011, Quaestiones disputatae ; Michaël N. Ebertz, Monika Eberhardt, Anna Lang, Kirchenaustritt als Prozess : Gehen oder bleiben ? Eine empirisch gewonnene Typologie, Berlin, Münster, Vienne, LIT Verlag, 2012.

10 Les Églises d’Allemagne gèrent, outre les paroisses, de nombreuses institutions scolaires, universitaires, caritatives et sociales. Elles emploient également des personnels dans la communication, les radios, les dispensaires de santé, les crèches, les écoles. L’essentiel des emplois est dans le domaine de la santé, qu’il s’agisse d’hôpitaux, de maisons d’enfants ou de personnes âgées. Un droit du travail qui leur est spécifique s’applique dans les institutions dirigées par les Églises.

11 Notamment par la puissante ONG Misereor, qui travaille d’ailleurs aussi pour le gouvernement fédéral.

12 Mouvement né en Autriche, en 1995, qui revendique des réformes telles que l’ordination de prêtres mariés, le sacerdoce féminin, l’équiparité entre prêtres et laïcs, etc.

13 Voir Marianne Heimbach-Steins, Gerhard Kruip, Saskia Wendel (dir.), « Kirche 2011. Ein notwendiger Aufbruch ». Argumente zum Memorandum, Fribourg, Herder, 2011. Pour le texte original : http://www.memorandum-freiheit.de/. En français : http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Religion/Le-manifeste-des-theologiens-allemands/Default-4-2394.xhtml.

14 Le texte officiel du discours de bienvenue de Christian Wulff se trouve sur le site de la présidence allemande : http://www.bundespraesident.de/SharedDocs/Reden/DE/Christian-Wulff/Reden/2011/09/110922-Papst-Begruessung.html. Sauf indication contraire, les traductions sont de l’auteur.

15 Secrétariat de la conférence épiscopale allemande (dir.), Apostolische Reise seiner Heiligkeit Papst Benedikt XVI. nach Berlin, Erfurt und Freiburg. Predigten, Ansprachen und Grussworte, Bonn, 2011, p. 51 s.

16 Ce chant, qui figure dans les recueils de cantiques paroissiaux est lié au baptême.

17 Apostolische Reise…, op. cit., p. 52.

18 Voir Ludwig Ring-Eifel, « Kontext und Horizont der Freiburger Konzerthausrede des Papstes », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung der Kirche ? Die Freiburger Rede des Papstes, Herder, Fribourg-en-Brisgau, 2012, p. 195. L’auteur y analyse ce qu’il désigne comme la « chorégraphie d’un voyage pontifical ».

19 Le Zentralkomitee der deutschen Katholiken (ZdK) regroupe les représentants des conseils diocésains, des associations et mouvements catholiques ainsi que les organisations de laïcs. Il est reconnu par la conférence épiscopale allemande comme « représentation du laïcat ». Les relations avec l’épiscopat sont parfois délicates, le ZdK étant assez souvent en pointe des revendications, notamment en matière de formation et de vie des prêtres, de la place des théologiens laïcs et des femmes dans l’Église tout comme les positions qu’il adopte en matière de mariage des prêtres ou la question des divorcés remariés.

20 Apostolische Reise…, op. cit., p. 122.

21 Apostolische Reise…, op. cit., p. 93.

22 Ibid., p. 40.

23 L. Ring-Eifel, « Kontext und Horizont der Freiburger Konzerthausrede des Papstes », op. cit., p. 204.

24 26e dimanche du temps ordinaire de l’année A.

25 Apostolische Reise…, op. cit., p. 134.

26 Créé par le motu proprio Ubiqui et semper le 21 septembre, il est présidé par Rino Fisichella. En octobre 2012 s’est tenu sous la houlette de ce nouveau conseil le synode des évêques « sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne ». Ce conseil a également créé un « Observatoire de la nouvelle évangélisation pour l’Amérique latine », justifié en raison de l’enjeu majeur, notamment numérique, que représente le sous-continent américain.

27 Klaus Nientiedt, « Als hätte er an die Kirche in Frankreich gedacht. Die Freiburger Konzerthausrede aus französischer Sicht », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 210-223.

28 Professeur de théologie fondamentale à la Faculté de théologie catholique de l’Albert-Ludwig Universität de Fribourg-en-Brisgau, Magnus Striet fait partie des nombreux théologiens allemands qui ont appelé, avant la venue de Benoît XVI, à des réformes significatives dans l’Église catholique, notamment de son appareil.

29 Magnus Striet, « Entweltlichung ? Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. mit Th. W. Adorno gegengelesen », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 140-149, ici p. 140.

30 Jürgen Erbacher, « Entweltlichung. Ein Blick in das Frühwerk Joseph Ratzingers », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 76-89.

31 Daniel Deckers, « Professor Papst. Eine Archäologie der Gedankenwelt von Benedikt XVI. », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27.09.2011, p. 10 ; « Die Botschaft von Professor Papst », Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung., p. 6.

32 J. Erbacher, « Entweltlichung. Ein Blick in das Frühwerk Joseph Ratzingers », op. cit., p. 82.

33 Voir M. Deneken, « “Cette histoire-là peut se raconter” : Benoît XVI et l’Allemagne », op. cit., p. 95-112.

34 82. Katholikentag, Essen, 1968, édité par le Zentralkomitee der deutschen Katholiken, Paderborn, 1968.

35 Cf. Gisela Muschiol, « Essen war anders Katholikentag 1968 », in G. Muschiol (dir.), Zaungäste oder Hauptfiguren ? Frauen machen Geschichte(n) auf Katholikentagen, Cologne, 1998, p. 16-18.

36 C’est de cette époque que date son introduction au christianisme. Einführung in das Christentum, Munich, Kösel Verlag, (6) 2000.

37 Alexander Kissler, Der deutsche Papst. Benedikt XVI. Und seine schwierige Heimat, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 2005, p. 38 s.

38 John L. Allen, Cardinal Ratzinger. The Vatican’s Enforcer of the Faith, New York/Londres, Continuum Publishing Group, 2000.

39 A. Kissler, Der deutsche Papst…, op. cit., p. 47.

40 Le cardinal-archevêque de Cologne, Josef Frings avait choisi le jeune Ratzinger comme son conseiller théologique pour le concile Vatican II.

41 Joseph Ratzinger, « Demokratisierung der Kirche ? », in Joseph Ratzinger & Hans Maier, Demokratie in der Kirche. Möglichkeiten, Grenzen, Gefahren, Limburg, Lahn Verlag, 1970, p. 9-46.

42 Ibid., p. 25 s.

43 Ibid., p. 26 s. « On fera bien de sortir aussi vite que possible le concept d’Église peuple de Dieu tel qu’il est mal entendu [dans le sens sociologique ou égalitaire] faute de quoi, on le ferait régresser en deçà de sa signification néotestamentaire », p. 29.

44 https://www.kig-online.de/.

45 A. Kissler, Der deutsche Papst…, op. cit., p. 87.

46 Joseph Ratzinger, « Die neuen Heiden und die Kirche », Hochland 51, octobre 1958.

47 A. Kissler, Der deutsche Papst…, op. cit., p. 107 s.

48 Walter Kasper, « Das Wesen des Christlichen », Theologische Revue 65 (1969).

49 Magnus Striet, « Entweltlichung ? Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. mit Th. W. Adorno gegengelesen », op. cit., p. 148 s.

50 Michaël N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 125-139.

51 Michaël N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. 131 s.

52 On prendra pour exemple caractéristique de cette option les directives pastorales données en 2005 par Robert Zollitsch, archevêque de Fribourg, Den Aufbruch gestalten. Pastorale Leitlinien der Erzdiözese Freiburg, 2005. À la page 28, le document évoque ce dont il faut se séparer pour encourager et conforter ce qui émerge. On y évoque même les deuils à assumer pour lesquels les organes ecclésiaux et les paroisses concernées devront être accompagnés.

53 Ce que montre le débat autour du concept de Leitkultur. Plusieurs hommes et femmes politiques, dont le chef de la CSU, Horst Seehofer et la chancelière Angela Merkel, ont affirmé en 2010 que le concept de Leitkultur ne devait pas être tabou. Estimant que la société multiculturelle était un échec et enjoignant les immigrés à mieux s’intégrer, ils veulent défendre une Leitkultur marquée entre autres par le christianisme et la Aufklärung à laquelle tout étranger qui veut vivre en Allemagne doit souscrire.

54 M. N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. 133.

55 Hubert Windisch, « Einfach(er)e Seelsorge. Das Pfarrprojekt Paroikia », in Philipp Müller & Huberbt Windisch (dir.), Seelsorge in der Kraft des Heiligen Geistes. Festschrift für Weihbischof Paul Wehrle, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 2005, p. 245-258 ; ici p. 250 s.

56 Le concile Vatican II évoquera plusieurs fois l’image de l’Église comme sacrement. « Le Christ unique médiateur, crée et continuellement soutient sur la terre, comme un tout visible, son Église sainte, communauté de foi, d’espérance et de charité, par laquelle il répand, à l’intention de tous, la vérité et la grâce. Cette société organisée hiérarchiquement d’une part et le Corps mystique d’autre part, l’assemblée discernable aux yeux et la communauté spirituelle, l’Église terrestre et l’Église enrichie des biens célestes ne doivent pas être considérées comme deux choses, elles constituent au contraire une seule réalité complexe, faite d’un double élément humain et divin. », Lumen Gentium. Constitution dogmatique sur l’Église, no 8,1. Voir Jean-Marie Pasquier, L’Église comme sacrement. Le développement de l’idée sacramentelle de l’Église de Moehler à Vatican II, Fribourg Suisse, Fribourg Academic Press, 2008.

57 M. N. Ebertz, « Päpstlicher Kirchenkurs. Die Option der elitären Minorisierung », op. cit., p. 136.

58 Ibid., p. 138.

59 Leo Laeyendecker, « Secularization and the unity of the Roman-Catholic Church », in Rudy Laermans, Bryan Wilson & Jaak Billiet (dir.), Secularization and Social integration. Papers in honor of Karel Dobbelaere, Leuven University Press & Presses universitaires de Louvain, Louvain, 1998, p. 107-124 ; Leo Laeyendecker, « Die beschränkte Lernfähigkeit der Kirchen », in Kristian Fechtner, e. a. (dir.), Religion wahrnehmen. Festschrift für Karl-Fritz Daiber, Marbourg, 1996.

60 Stefan Muckel, « Die Freiburger Rede Papst Benedikts XVI. aus der Sicht des deutschen Kirchenrechts », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 224-239 ; p. 225. Voir sur cette question : Axel von Campenhausen, « Das Staatskirchenrecht in der Bewährungsprobe : Benötigen wir eine Änderung der Verfassung ? », in Evangelische Verantwortung, no 7 et 8/2011, p. 7 : « S’émouvoir sans qu’il y ait de raison n’est jamais productif ».

61 Stefan Ruppert & Martin Valchanov, « Entwetlichung als Überlegungsstrategie », in J. Erbacher (dir.), Entweltlichung…, op. cit., p. 183-194.

62 Ibid., p. 189.

63 Benoît XVI, Discours au Konzerthaus de Fribourg, § 12.

64 S. Ruppert & M. Valchanov, « Entwetlichung als Überlegungsstrategie », op. cit., p. 189.

65 Ibid., p. 190.

66 http://press.catholica.va/news_services/bulletin/news/28358.php?index=28358&po_date=07.11.2011&lang=ge.

67 L’article 140 du Grundgesetz permet que soient couverts à près de 80 % les besoins des Églises par l’impôt ecclésiastique. Ce sont les cultes reconnus qui, ayant le statut de collectivité de droit public, sont autorisés à lever l’impôt, selon les dispositions juridiques propres à chaque Land. Voir Gerhard Robbers, « Allemagne », in Francis Messner (dir.), Droit des religions. Dictionnaire, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 43-48 ; « L’impôt ecclésiastique représente aujourd’hui entre 8 et 9 % de l’impôt sur les salaires et les revenus. Pour les grandes Églises, il est prélevé par l’administration fiscale, par le biais d’accords passés avec l’État. Les Églises versent en contrepartie à l’État une indemnisation s’élevant entre 3 et 5 % du produit de l’impôt ecclésiastique », p. 47.

68 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme. La fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 332.

69 Ibid., p. 325.

70 Cf. Samuel Gregg, http://www.acton.org/pub/commentary/2010/09/22/benedict%E2%80%99s-creative-minority.

71 Cette position est défendue et illustrée par le cardinal-archevêque de Paris : André Vingt-Trois, Une mission de liberté, Paris, Denoël, 2010.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search