Version classiqueVersion mobile

Droit et religion en Europe

 | 
Philippe Auvergnon
, 
Françoise Curtit
, 
René de Quenaudon
, 
et al.

Deuxième partie. Droit canonique

Le motu proprio Ubicumque et Semper : aspects canoniques et pastoraux

Jean-Luc Hiebel

Texte intégral

1Le 13 octobre 2010 paraît dans l’Observatore Romano une lettre apostolique de Benoît XVI en forme de motu proprio par laquelle le pape constitue un nouvel organe de la Curie romaine : le Conseil pontifical pour la Promotion de la nouvelle évangélisation.

1. Une lettre apostolique en forme de motu proprio qui crée un nouvel organe de la Curie

2Dans la hiérarchie des normes, une lettre apostolique n’a pas le poids d’une Constitution apostolique dont la forme plus solennelle signifie l’importance ecclésiale dans le domaine de la foi, des mœurs ou de l’administration de l’Église. Plus technique, elle n’a pas non plus, en général, la consistance théologique d’une Lettre encyclique visant précisément un enseignement du pape. La lettre apostolique motu proprio contient un ou des actes législatifs pris par le Souverain pontife de sa propre initiative, c’est-à-dire sans qu’elle ne réponde à une requête particulière qui lui aurait été adressée.

  • 1 Léonce Cellier, « Notes bibliographiques. Félix Grat, Étude sur le Motu Proprio des origines au déb (...)

3Par la lettre apostolique Ubicumque et semper du 12 octobre 2010, le pape crée un nouveau Conseil complétant la série des Conseils qui l’assistent dans sa tâche de gouvernement. Ces Conseils désormais au nombre de douze sont-ils toujours créés par une lettre apostolique motu proprio ? Si le Consilium de Laicis qui deviendra le Conseil pontifical pour les laïcs en 1976 a été créé par Paul VI en 1967 par le Motu proprio Catholicam Christi Ecclesiam, c’est par la Constitution Pastor bonus de 1988 que ses missions sont redéfinies, en même temps que, p. ex., celles du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens qui était né peu avant le début du Concile Vatican II. Reste que c’est par un motu proprio qu’ont été créés la plupart des dicastères de la Curie romaine et que la plupart de ces Conseils répondent à une volonté propre du Souverain Pontife. Cela correspond tout à fait à la tradition médiévale qui comprenait les motu proprio (privilèges ou mandements) comme des actes « relatifs au fonctionnement des bureaux et offices de la Curie » appelés à devenir par la suite des actes gracieux « intéressant l’administration spirituelle et temporelle de la Curie et de l’Église »1.

  • 2 Christophe Henning, « La curie romaine prend un coup de jeune », Pèlerin, 8 juillet 2010, no 6658 : (...)

4Le magazine catholique Le Pèlerin interprète cette décision de Benoît VI comme l’affirmation par le pape d’une volonté de gouverner l’Église, une décision que le magazine relie à d’autres décisions prises dans le même mouvement comme le remplacement des cardinaux Giovanni Battista Ré (76 ans) et Walter Kasper (77 ans) « touchés par la limite d’âge, en charge respectivement de la nomination des évêques et du dialogue œcuménique, par des prélats plus jeunes aguerris aux débats de société »2. Sont cités le cardinal Marc Ouellet (Canada) et Mgr Kurt Koch (Suisse). La création du nouveau conseil n’était pas une surprise, Benoît XVI l’ayant déjà annoncée dans une homélie du 28 juin précédent en célébrant la fête des apôtres Pierre et Paul dans la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs de Rome. La signature du motu proprio presque quatre mois après en la fête de St Matthieu, apôtre et évangéliste, donne une première indication sur l’intention proprement apostolique du pape.

5Créer un nouvel organe dans la Curie n’est évidemment pas sans conséquences au plan organisationnel. Une première série de questions surgit quant au rapport que le nouveau conseil entretiendra avec les autres dicastères de la Curie romaine. Frédéric Mounier, correspondant de La Croix à Rome pointait déjà celle d’une éventuelle collaboration avec le Conseil pontifical de la culture présidée par Mgr Ravasi en charge depuis sa création en 1993 du dialogue avec les cultures, les non-croyants et les indifférents :

  • 3 Frédéric Mounier, « Benoît XVI crée un nouveau dicastère pour la nouvelle évangélisation », la-Croi (...)

C’est à ce titre que Mgr Ravasi s’est saisi de l’appel du pape pour un ‘ Parvis des Gentils’ (le 21 décembre 2009 dans ses vœux à la Curie). Comment le nouveau dicastère va-t-il s’articuler avec ce projet ? Fonctionnera-t-il sur une base territoriale ou thématique ? Nul ne sait. D’une façon générale, comme le confie un cardinal de curie à La Croix, ‘ la transversalité n’est pas le propre de notre organisation’. Le nouveau dicastère devra donc avec souplesse et pragmatisme, travailler son articulation avec les instances existantes. Ce sera son premier défi3.

  • 4 Cf. José San José Prisco (Salamanque), « Benedicto XVI, Carta apostolica en forma de motu proprio U (...)

6Une autre série de conséquences résulte de ce que nécessite pratiquement la création du nouveau dicastère en personnel et en matériel. Parmi les nominations annoncées par Benoît XVI, on remarque celle de Mgr Rini Fisichella, jusque-là Président de l’Académie pontificale pour la vie et recteur de l’Université pontificale du Latran à la présidence du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Le nouvel organisme dont les bureaux se situent pour le moment sur la Via della conciliazzione, c’est-à-dire à la jointure entre le Saint-Siège et la ville de Rome, comprend conformément à la constitution Pastor Bonus et au règlement général de la Curie, un secrétaire et un sous-secrétaire, l’assemblée des consulteurs (cardinaux et/ou évêques, résidant à Rome ou non) et des ministres (ministri) « ainsi qu’un nombre approprié d’autres officiers (officiales) »4. Le Président et le Secrétaire sont membres de plein droit du dicastère.

2. En amont du texte

7Si la décision de Benoît XVI de créer un conseil destiné à donner à l’évangélisation une impulsion nouvelle correspond à une volonté plus ancienne dans son pontificat, cette initiative s’inscrit dans un développement qui, d’un côté, la précède et, de l’autre, la prolonge. Le préambule des dispositions organisant la nouvelle structure affiche cinq références importantes pour le pape. En amont, ce préambule renvoie au Nouveau Testament, puis au concile œcuménique Vatican II, ensuite à Evangelii nuntiandi de Paul VI et à l’exhortation post-synodale Christifideles de Jean-Paul II et enfin à sa première lettre encyclique Deus caritas est.

  • 5 Rino Fisichella, « L’actualité de l’annonce », L’Osservatore romano, 11 août 2012.
  • 6 He, 13, 8.

8La référence fondamentale est Matthieu, 28, 19-20 : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés ». Comme le souligne Mgr Rino Fisichella dans l’Osservatore romano lors de la conférence nationale « Prochain 2012 » à Chatwood en Australie, le pape commence par placer Jésus Christ au départ de sa recommandation : « Cet incipit souligne tant la nécessité de placer Jésus Christ au centre de la nouvelle évangélisation que l’importance de reconnaître que la foi reçue par les apôtres et celle qui doit être prêchée est précisément la personne de Jésus Christ »5. L’extrait choisi comprend le verset 20 où la consigne de garder les commandements de Jésus donne à cet envoi une tournure morale et déjà canonique. Pierre angulaire de la mission confiée aux apôtres, Jésus est comme le souligne clairement la référence suivante à la lettre aux Hébreux « le même, hier, aujourd’hui et pour toujours »6 c’est-à-dire pour reprendre les termes de Rino Fisichella, « la révélation entière, immuable et définitive du Christ », « premier et suprême évangélisateur ».

9Les références à la 1re lettre de Pierre sont plus pratiques en explicitant le programme assigné à l’Église, proclamer les œuvres admirables de Dieu (1 P 2,9), non sans accent conciliaire (« vous êtes le peuple que Dieu s’est acquis »), et rendre raison de l’espérance qu’elle porte (1 P 3, 15 qui situe le témoignage chrétien dans le cadre d’une comparution devant un tribunal). Le canoniste doit constater ici la connexion désormais très étroite entre la théologie et le droit dans l’argumentation explicite prévenant la décision du magistère. Celle-ci est également signifiée dans le rappel formulé ici de manière très générale d’un axe essentiel du Concile Vatican II, à savoir « la relation entre l’Église et ce monde contemporain ». Benoît XVI cite deux de ses prédécesseurs qui ont inscrit l’évangélisation comme une exigence de cette relation. Après le Synode de 1974, Paul VI, dans son exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi du 8 décembre 1975, établissait déjà la nature, les contenus, les voies, les acteurs et l’esprit de l’évangélisation. De cette exhortation, Benoît XVI retient spécialement la nécessité de la première annonce (pré-évangélisation) « à cause des situations de déchristianisation fréquentes de nos jours, pour des multitudes de personnes qui ont reçu le baptême mais vivent totalement en dehors de toute vie chrétienne » (no 52) et l’exigence de « chercher constamment les moyens et le langage adéquat » pour reproposer la révélation et la foi aux non-pratiquants (no 56).

  • 7 Comme l’indiquent les Lineamenta et comme le rappelle Jean-François Petit, c’est le pape Jean-Paul (...)
  • 8 Paris, Éditions Cheminements, 1963, 160 p., p. 5.

10De son prédécesseur immédiat également très inspiré sur le sujet7, Benoît XVI cite longuement le no 34 de l’Exhortation post-synodale Christi-fideles laici évoquant les mêmes phénomènes d’une « diffusion incessante de l’indifférence religieuse, de la sécularisation et de l’athéisme… (dans) ce qu’on appelle le premier monde ». Reprenant toutes ces analyses à son compte, il « considère opportun d’offrir des réponses adéquates afin que l’Église tout entière, se laissant régénérer par la force de l’Esprit Saint, se présente au monde contemporain avec un élan missionnaire en mesure de promouvoir une nouvelle évangélisation. » Le théologien de la pastorale reconnaît ici les accents d’un Jean XXIII ouvrant la voie à l’aggiornamento de l’Église. Il convient de rappeler ici que ces accents s’inscrivent dans une spiritualité que signent de grands noms de l’histoire contemporaine de l’Église comme Foucauld, Theilhard ou Peyriguère. Préfaçant un ouvrage du P. Marcel Cornélis au titre suggestif (Sortis du Ghetto. Spiritualité de la pré-mission. Jalons pour une spiritualité de la prémission à la lumière de Foucauld, Teilhard, Peyriguère), le P. Rétif alors curé doyen du Sacré-Cœur de Colombes avance cependant une compréhension plus modeste de la situation de l’Occident chrétien : « Désireuse d’être tout entière un jour, en état de mission, l’Église commence seulement aujourd’hui à prendre la mesure de sa tâche. Son diagnostic est lucide : “En plusieurs siècles, l’Église a réussi à planter les Missions étrangères, non à planter l’Église” » (Mgr Constantini). Et il reste beaucoup à faire pour que l’ensemble des chrétiens sorte d’un esprit de « ghetto » (K. Rahner), créé par une longue tradition d’inattention à « ceux qui sont au loin », une spiritualité de non-engagement aux réalités temporelles, un « entre soi » de chrétienté aussi contre-évangélique que périmé8. En amont de l’exhortation apostolique de Benoît XVI, le canoniste découvre un paysage plus contrasté qu’il ne paraît et il ne peut s’économiser le passage par une attention socio-pastorale sans cesse à actualiser.

3. Structure du texte du motu proprio

11Dans ses lettres apostoliques motu proprio, Benoît XVI peut énoncer rapidement l’objet de la décision qu’il prend comme c’est le cas du motu proprio L’antica e venerabile basilica du 31 mai 2005 sur la basilique St-Paul-hors-les-murs et son complexe extraterritorial ou, plus récemment, celui du 11 octobre 2011, Porta fidei, par lequel est promulguée l’Année de la foi. Lorsque la décision appelle un appareil juridique plus complet, le motu proprio comprend deux parties, la première pour expliquer et présenter la décision, la seconde pour en préciser le contenu par la rédaction d’articles le plus précis et concis possible. Les exemples ne manquent pas, ainsi Summorum Pontificium (réhabilitation du Missel romain de S. Pie V) du 7 juillet 2007, Antiqua Ordinatione (nouveau statut de la Signature apostolique) du 21 juin 2008, Venti anni orsono (approbation du nouveau statut du Bureau Central du Travail du Siège apostolique) du 7 juillet 2009, Omnium in mentem (modification du Code de droit canonique) du 26 octobre 2009 ou encore dans une moindre mesure Quaerit semper (modifiant la Constitution apostolique Pastor bonus) du 30 août 2011 ou la lettre apostolique pour la prévention et la répression des activités illégales en matière financière et monétaire du 30 décembre 2010. Tel est le cas pour Ubicumque et semper qui fait précéder les quatre articles de la décision par une introduction consistante dans laquelle le Souverain Pontife explique pourquoi il procède à la création d’un nouveau dicastère.

12On a déjà vu comment le pape a le souci d’inscrire sa décision dans une histoire où elle trouve un fondement biblique et théologique. Dans l’argumentaire déployé, le canoniste peut vérifier les multiples références implicites ou explicites au droit canonique en vigueur et ceci, dès la première phrase du motu proprio : « L’Église a le devoir d’annoncer toujours et partout l’Évangile de Jésus-Christ… » renvoie évidemment au c. 747 CDC : « § 1 Ecclesiae… officium est et ius nativum… omnibus gentibus Evangelium praedicandi. § 2 Ecclesiae competit semper et ubique… » qui ouvre le Livre III du Code sur la fonction d’enseignement de l’Église. De manière générale, le Code n’a pas vocation à traiter des situations particulières. Il dessine le cadre dans lequel s’exerce cette fonction d’enseignement de l’Église, le terme de fonction indiquant bien qu’il s’agit comme le rappelle le motu proprio d’une « expression de sa nature même ». Il n’envisage donc pas une action spécifique en fonction de l’indifférence et l’athéisme croissant observés par le Saint-Père dans les pays « d’antique tradition chrétienne ».

13Il n’en est pas moins marqué par son temps. Dans le Livre III, le Titre II De actione Ecclesiae missionali insiste encore sur le caractère missionnaire de l’Église : « Cum tota Ecclesia natura sua sit missionaria et opus evangelizationis habendum sit fundamentale officum populi Dei, christifideles omnes, propriae responsabilitatis conscii, partem suam in opere missionali assumant. » (C. 781 CDC). Mais ce qui est en vue dans les prescriptions qui suivent, c’est bien moins la mission de France pays de mission de l’abbé Godin que les œuvres missionnaires dans le monde au sens des missions extérieures que préconisent les c. 786 à 792. Quand le pape en vient à préciser le projet qu’il conviendrait de mettre en œuvre pour faire barrage à la sécularisation et à l’indifférence galopantes en Occident, il prend garde cependant à distinguer entre les « territoires… (où) la pratique chrétienne manifeste encore une belle vitalité et un profond enracinement dans l’âme de populations entières », « d’autres régions (où) on observe une prise de distance plus évidente de la société dans son ensemble à l’égard de la foi, avec un tissu ecclésial plus faible, bien que non privé d’une certaine vivacité », et d’autres régions « qui apparaissent pratiquement entièrement déchristianisées ». Un discernement est nécessaire.

14Ce discernement, le pape qui prend l’initiative de créer le nouveau dicastère le revendique pour lui-même. La formule qui noue les deux parties du motu proprio résume et qualifie l’acte de gouvernement qu’il pose de son propre chef en la circonstance : « Par conséquent, à la lumière de ces réflexions, après avoir examiné avec soin toute chose et avoir demandé l’opinion de personnes expertes, j’établis et décrète ce qui suit : » La formule est quasi liturgique (on songe à l’appel des ordinands). Elle rappelle que la décision requiert un examen sérieux et non unilatéral (« avec soin toute chose »), ainsi que la consultation d’experts. Il n’y a pas cependant de garantie que la consultation ait été ouverte à la critique qui n’est pas vraiment une tradition dans l’Église jusqu’ici. La participation qu’elle suppose reste un concept nouveau dans le champ canonique et pastoral. La formule « j’établis et décrète » souligne que la décision comporte en même temps une dimension institutionnelle et une dimension réglementaire.

4. Quatre articles à insérer dans Pastor bonus

15La deuxième partie qui comprend quatre articles énonce les termes de la décision prise. L’article 1er constitue le nouveau dicastère qui devra répondre aux normes prévues par la constitution apostolique Pastor bonus réorganisant la Curie en 1988. Le § 2 de l’article précise moins l’objectif que les modalités de l’objectif défini à l’article 3 : « en encourageant la réflexion sur les thèmes de la nouvelle évangélisation » et « en identifiant et en promouvant les formes et les instruments aptes à la réaliser ». Ce nouveau dicastère est donc juridiquement égal aux autres. Il sera, comme les autres, organisé conformément aux articles 2 à 10 de Pastor bonus (composition, archives p. ex.). Les prescriptions plus précises relatives à son organisation (l’ensemble des quatre articles) s’insèrent en quelque sorte dans la série des normes particulières aux conseils pontificaux énumérés au point V (articles 131 à 170).

16L’article 2 définit un champ d’action spécifique, « les territoires de tradition chrétienne où se manifeste avec une plus grande évidence le phénomène de sécularisation ». D’emblée est prévenu le risque de conflit de compétences dans la mesure où le nouveau conseil demeure « au service des Églises particulières » et « en collaboration avec les autres dicastères ». Il est vrai que la nature très diverse des missions de ces dicastères qui se situent sur différents plans peut facilement interférer avec celui-ci. Cela semble assez évident en ce qui concerne la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples, le Conseil pontifical pour les laïcs, le Conseil pontifical pour le dialogue avec les non croyants, le Conseil pontifical de la culture ou le Conseil pontifical pour les communications sociales.

17L’article 3 développe en cinq points les devoirs spécifiques du Conseil : 1. l’approfondissement du sens théologique et pastoral de la nouvelle évangélisation ; 2. la promotion et l’encouragement de l’étude, la diffusion et la mise en œuvre du magistère pontifical relatif aux thèmes liés à la nouvelle évangélisation ; 3. la divulgation et le soutien des initiatives liées à la nouvelle évangélisation déjà en cours et la promotion d’initiatives nouvelles en la matière ; 4. l’utilisation à cet effet des formes modernes de communication ; 5. la promotion et l’utilisation du Catéchisme de l’Église catholique « comme formulation essentielle et complète du contenu de la foi pour les hommes de notre temps ». Alors que le concept de « nouvelle évangélisation » renvoie dans sa terminologie même à l’Évangile, on peut s’étonner de cette dernière insistance catéchétique sans suggestion d’un travail biblique.

  • 9 La traduction française de Pastor bonus utilise le terme « officiers ».

18L’article 4 explicite en les reprenant textuellement les prescriptions de l’article 3 de Pastor bonus et 2 du Règlement général de la Curie romaine : présidence d’un archevêque, assisté par un secrétaire et un sous-secrétaire et collaboration d’un « nombre approprié » d’officiales (qu’on évitera peut-être d’appeler « officiaux »9). Le § 2 de l’article insiste sur la composition de membres et de consulteurs propres. Rien n’est précisé sur la qualité (prêtres ? religieux ? laïcs ?) de ce nouveau personnel.

19Dans la conclusion, on retrouve les formules d’usage « J’ordonne que tout ce que j’ai décidé… » et l’établissement de la promulgation dans l’Osservatore romano pour une entrée en vigueur immédiate le jour même de la promulgation. Le texte daté de la fête de St Matthieu (21 septembre 2010 à Castel Gandolfo) sera effectivement promulgué dans l’Osservatore romano du 13 octobre 2010.

5. En aval du texte, un synode des évêques consacré à la nouvelle évangélisation

  • 10 Mgr Nikola Eterovic est en outre membre de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et du (...)
  • 11 Préambule aux questions après l’introduction, DC, 1er mai 2011, no 2467, p. 450.
  • 12 Question 5, id.
  • 13 Question 68, id., p. 454.

20Quelques mois à peine après la constitution du nouveau dicastère est mis en chantier un synode des évêques dont le thème est précisément « la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne ». Ce synode doit se tenir à Rome du 7 au 28 octobre 2012. Les Lineamenta présentés en avant-propos par Mgr Nikola Eterovic, secrétaire général du Synode10, s’articulent en trois chapitres encadrés par une introduction et une conclusion et suivis, pour l’introduction et les trois chapitres par une batterie de 72 questions essentiellement pastorales et extrêmement précises. Pour le canoniste, il y a là une mine de pistes de recherches sur les institutions chrétiennes et comme une invitation à être attentif à la manière dont les Églises locales « ont, pendant les dernières décennies, vécu des étapes et des épisodes uniques et caractéristiques de leur contexte et de leur histoire »11. Ainsi, p. ex., après le constat que « nos communautés chrétiennes vivent aujourd’hui des périodes de profonds changements de leurs figures ecclésiales et sociales », la question est posée de savoir « quelles sont les caractéristiques principales de ces changements dans nos Églises locales » (on songe p. ex. aux regroupements paroissiaux en France)12. Ou bien quant à l’exigence de formes et de parcours de formation à l’annonce et au témoignage, « quels ministères institués, le plus souvent “de fait”, les Églises locales ont-elles vu surgir (ou bien ont-elles favorisés), avec cette claire finalité évangélisatrice ? »13.

  • 14 Lineamenta …, id., p. 428-429.
  • 15 Id., p. 429.
  • 16 Voir aussi le point 10 « Première évangélisation, sollicitude pastorale, nouvelle évangélisation » (...)

21Les canonistes ont besoin de définitions. Les Lineamenta consacrent tout un sous-chapitre à la question d’une définition de la nouvelle évangélisation. « Moyen pour communiquer des énergies en vue d’une nouvelle ferveur missionnaire et évangélisatrice », la nouvelle évangélisation n’est pas une nouvelle version de la première qui aurait échoué. Elle est « la capacité de faire nôtres dans le présent le courage et la force des premiers chrétiens », elle est donc « une action qui exige en premier lieu un processus de discernement quant à la santé du christianisme, au chemin parcouru et aux difficultés rencontrées »14. Elle indique « l’effort de renouvellement que l’Église est appelée à faire pour être à la hauteur des défis que le contexte social et culturel contemporain pose à la foi chrétienne, à son annonce et à son témoignage »15. N’est-ce pas le programme même de toute théologie pastorale, une discipline encore jeune et souvent peu considérée dans les parcours académiques actuels ? Le canoniste habitué très légitimement à lire le Titre II du Livre III du Code de droit canonique dans la perspective de la première mission, la mission ad gentes16, devra faire un effort d’imagination et compléter cette perspective par une interrogation et des propositions en rapport avec les défis du temps présent. On voit ainsi pour le moins confirmé le nécessaire rapport entre droit et pastorale tel que le formulait en son temps Paul VI. C’est encore en fidélité à Paul VI que la définition de cette nouvelle évangélisation entend promouvoir un véritable dialogue avec les autres religions et avec les non-croyants et se distinguer d’un prosélytisme qui ne respecterait pas l’autre dans sa différence.

  • 17 « Le synode des évêques sur la nouvelle évangélisation se prépare », www.eglise.catholique.fr/actua (...)
  • 18 Cf. Benoît XVI, Porta fidei. Lettre apostolique en forme de motu proprio pour proclamer l’Année de (...)

22Le douzième Conseil ordinaire du Secrétariat général du Synode des évêques se réunit les 23 et 24 novembre 2011 afin de préparer la treizième Assemblée générale de cette instance créée par Paul VI en 1965 afin de donner une suite permanente au Concile. Le site de la Conférence des évêques de France se fait l’écho de cette réunion en élargissant la thématique de cette « nouvelle évangélisation » : « Avec la Nouvelle Évangélisation, l’Église doit s’adapter aux modifications qu’impose la globalisation et répondre dans un climat culturel et moral sécularisé ou étranger au religieux. Il faut donc utiliser de nouveaux langages, de nouveaux media et des témoins crédibles, capables de parler à la jeunesse et aux contextes sociaux nouveaux. Parfois, c’est l’Église même qui a besoin de s’adapter pour parvenir à répondre correctement à qui cherche le Seigneur en annonçant l’Évangile, la conversion et le pardon des péchés17. » L’Instrumentum laboris présenté à la Pentecôte 2012 par Mgr Nikola Eterovic auquel s’est joint Mgr Fortunato Frezza, sous-secrétaire du Synode, constituait la dernière étape dans la préparation du synode. Le document relie explicitement le thème du synode au 50e anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, au 20e anniversaire de la publication du Catéchisme de l’Église catholique et à l’Année de la foi proclamée par Benoît XVI à partir du 11 octobre 201218. À ceux qui se demanderaient à quelles normes canoniques renvoie cette dernière initiative, il est facile de répondre en citant le canon 747 CDC faisant obligation à l’Église tout entière de « prêcher l’Évangile à toutes les nations, en utilisant les moyens de communication sociale qui lui soient propres ».

  • 19 « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Instrumentum laboris. XIIIe(...)
  • 20 Id., p. 722 et 724.

23Selon l’Instrumentum laboris19, les transformations sociales et culturelles actuelles auraient pour conséquence « une désorientation qui se traduit par toutes sortes de méfiance à l’égard de ce qui nous a été transmis sur le sens de la vie, et une moindre disponibilité à adhérer totalement et sans condition à ce qui nous a été offert comme étant la révélation de la vérité profonde de notre être. » En réponse à ce défi, le synode devra travailler quatre chapitres « qui entendent fournir les contenus fondamentaux et les moyens de poursuivre la réflexion et le discernement »20 : redécouvrir « Jésus-Christ, évangile de Dieu pour l’homme », discerner les raisons et les conceptions de ce qui se réalise au temps de la nouvelle évangélisation, analyser les lieux, les moyens, les personnes et les activités permettant la transmission de la foi chrétienne, et enfin débattre de l’action pastorale pour la raviver. Dans le programme d’une telle envergure touchant à tous les domaines de la vie de l’Église (liturgie, catéchèse, charité), on peut penser l’apport du canoniste comme celui d’un conseil contribuant au respect des normes fondamentales de la vie chrétienne (droits des fidèles, souci de la vérité des sacrements, justice et paix dans la résolution des conflits, équilibre et patience dans les décisions pastorales, etc.). On peut augurer que les travaux du Synode d’octobre 2012 réorienteront encore ces pistes de travail.

6. Doctrine et commentaires canoniques

  • 21 José San José Prisco, « Benedicto XVI, Carta apostolica en forma de motu proprio Ubicumque et sempe (...)
  • 22 Id., p. 972 (trad. par nous).

24Le texte du motu proprio a été présenté dans différentes revues canoniques. C’est ainsi que José San José Prisco, doyen de la Faculté de droit canonique de l’Université pontificale de Salamanque présente et commente en quelques pages Ubicumque semper dans la Revista espagnola de derecho canonico de juin-décembre 201021. L’auteur souligne parmi les raisons qui ont poussé le pape à la création du nouveau dicastère, la montée du relativisme et du subjectivisme dans la société occidentale contemporaine. Un des extraits choisis pointe aussi la perte du sens du sacré. En réaction à ces tendances, le successeur de Pierre est tenu de faire de l’Évangile une parole de salut pour nos contemporains. Outre les observations techniques attendues d’un canoniste (poids canonique d’une lettre motu proprio, but et composition du nouveau dicastère), José San José Prisco observe l’assez long délai entre l’annonce de cette création lors de la fête de St Pierre et Paul en juin 2010 et la signature du texte à la fête de la St Matthieu, apôtre et évangéliste, en septembre 2010, un délai qu’il interprète comme une volonté du pape de manifester sa fidélité à sa mission pétrinienne. Reprenant les termes de Mgr Rino Fisichella à la conférence de presse du 12 octobre 2010, le Pr. Prisco retient le caractère normatif de l’Évangile : « La nueva evangelización debe hacer conocer, ante todo, a la persona histórica de Jesús y sus enseñanzas tal como ha sido trasmitido por la comunidad de los orígines y que encuentra en los evangelios y en los escritos del Nuevo Testamento su codificación normativa » (La nouvelle évangélisation doit surtout faire connaître la personne historique de Jésus et ses enseignements tels qu’ils ont été transmis par la communauté des origines et qu’ils trouvent dans les évangiles et dans les écrits du Nouveau Testamento leur codification normative)22.

  • 23 Fernando Puig, « Atti di Benedetto XVI. Lettera apostolica in forma di motu proprio Ubicumque et se (...)
  • 24 Fernando Puig, op. cit., p. 770 (trad. par nous).
  • 25 Id., p. 770-771 (trad. par nous).
  • 26 Cf. id., p. 772.

25On peut comparer ce commentaire à la note de Fernando Puig qui se livre au même exercice dans le no 3 de la revue Ius Ecclesiae de 201023. Si besoin était, le vocabulaire très théologique de la lettre démonte la critique d’une bureaucratie croissante : « Queste espressioni, ma soprattutto la realtà di fondo che contengono, dovrebbero essere sufficienti per scongiurare qualsiasi lettura della istituzione del Pontificio Consiglio che potresse far pensare a una sorta de burocratizzazione della forza apostolica e missionaria insita nelle instanze della nuove evangelizzazione » (Ces expressions, mais surtout la réalité de fond qu’elles contiennent, devraient suffire à conjurer toute lecture de l’institution du Conseil pontifical qui pourrait faire penser à une sorte de bureaucratisation de la force apostolique et missionnaire située dans les instances de la nouvelle évangélisation)24. F. Puig relève également que le but du nouveau dicastère est de l’ordre de la promotion : « All’interno della modalità attuative e delle attribuzioni di cui viene dotato, se rende evidente questa finalità di ideazione, di impulso e di coordinamento di energie che configurano una azione pastorale. » (À l’intérieur du mode attributif et des compétences dont il [le Conseil] a été doté, cette finalité de conceptualisation, d’impulsion et de coordination des énergies configurant une action pastorale paraît évidente)25, En ce qui concerne l’organisation juridique proprement dite, F. Puig remarque que le motu proprio pointe spécialement la suggestion de créer un organisme ad hoc au sein des Conférences épiscopales à l’art. 3 § 226.

  • 27 Libero Gerosa, « Die Anerkennung des neokatechumenalen Weges : eine neue pastorale Chance für die T (...)
  • 28 Heribert Hallermann, « Das Statut der päpstlichen Missionswerke von 2005 », AkKR, 174, 2005, p. 380 (...)
  • 29 Juan Gonzales Ayesta, « Atti della Santa Sede. Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli », I (...)
  • 30 Domingo Andrès Gutierrez, « La Congregacion para los Institutos de vida consagrada y las sociedades (...)
  • 31 Libero Gerosa, « Movimenti ecclesiali e Chiesa istituzionale : concorrenza o co-essenzialità », Nuo (...)
  • 32 On peut ajouter leur mise à disposition du mouvement.
  • 33 Voir les observations de Mgr Juan Ignacio Arrieta, alors secrétaire du Conseil Pontifical pour les (...)
  • 34 Cf. Statut du Chemin Néocatéchuménal, art. 1 § 3 et Conseil Pontifical pour les Laïcs, 28 octobre 2 (...)

26Outre ces deux illustrations de l’attention vigilante des canonistes à la législation venant compléter le droit codiciel, la doctrine canonique éclaire parfois le texte canonique magistériel par d’autres biais. On en a quelques exemples avec les contributions de Libero Gerosa dans la revue Archiv für katholischen KirchenRecht (AkKR)27 sur « la reconnaissance du Chemin néocatéchuménal comme nouvelle chance pour les Églises particulières en Europe » ou de Heribert Hallermann sur « le statut des Œuvres pontificales missionnaires de 2005 » dans la même revue28. D’un point de vue thématique, on se reportera utilement à la présentation et au commentaire d’un texte précédent sur la mission par Juan Gonzales Ayesta29. Et puisqu’il s’agit de la naissance d’un nouveau dicastère, on trouvera un modèle de présentation d’un dicastère et une solide bibliographie sur le sujet dans l’article de Domingo Andrès Gutierrez sur la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique30. L. Gerosa connu pour avoir déjà fait le point sur la statut canonique des mouvements d’Église et des nouvelles associations ecclésiales31 montre comment le mouvement néocatéchuménal est parvenu à se faire reconnaître comme instrument officiel d’un catéchuménat post-baptismal en répondant précisément au problème d’une foi insuffisamment formée dans les pays de vieille tradition chrétienne. Outre la question du rapport de ce mouvement avec les paroisses dans lesquelles il est censé s’intégrer se pose la question de la vigilance de l’évêque dans différents domaines directement concernés (la formation32 des nouveaux prêtres, la rénovation pastorale des paroisses dans un sens missionnaire, la participation des laïcs aux charges pastorales paroissiales)33. On sait que le Chemin Néocatéchuménal a été doté depuis de la personnalité juridique comme fondation autonome de biens spirituels (C. 115 § 3 CDC)34.

  • 35 I. Storia et doctrina ; II. Norme. Cf. Heribert Hallermann, op. cit., p. 383 et 392.
  • 36 Dans sa présentation de l’Instruction De cooperatione missionali du 1er octobre 1998, Juan Gonzalez (...)

27C’est encore une question de statut, celui des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), qui est au cœur de la réflexion canonique de Heribert Hallermann, professeur de droit canonique à la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Wurzbourg. Le nouveau statut de 2005 abroge de fait l’ancien de 1980 bien qu’il ne soit l’objet d’aucun décret et qu’il ne soit que mentionné dans une lettre du Cardinal Seppe, alors Préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, en date du 2 juin 2005, pour entrer en vigueur le 26 juin 2005 après avoir été approuvé par l’Assemblée générale de la Congrégation et signé par le Cardinal à la demande du pape le 6 mai 2005 à Lyon lors de festivités à la mémoire de Pauline Jarricot. H. Hallermann présente les deux parties de ce statut35 en montrant son enracinement dans les textes du magistère (Ad gentes, Evangelii nuntiandi, Redemptoris missio etc.), finalement les mêmes que ceux qui fondent la nouvelle évangélisation lancée par Jean-Paul II, ainsi que les normes qui président à son fonctionnement jusqu’au plan national et diocésain. La lecture de cet article suggère plusieurs questions36. On n’en retiendra qu’une ici : le caractère fédératif de cette organisation ne permettait-il pas d’héberger la nouvelle structure que Benoît XVI érige en nouveau dicastère ?

7. Le canoniste sur le chantier des théologiens de la pastorale

28Introduit au pays des théologiens de la pastorale, le canoniste peut observer comment s’élaborent les propositions qui vont sous-tendre les orientations nouvelles du magistère. Son rôle n’est pas à proprement parler de participer directement au chantier. La décision pastorale reste évidemment au magistère. Lui-même demeure le spécialiste d’une technique juridique visant à y éviter les accidents. Nul pourtant ne peut s’abstraire de la réalité pastorale qui engage en entier ses acteurs. Sur ce terrain, la réflexion est foisonnante. Toujours en recherche sur les fondements du droit, le canoniste a le droit et le devoir d’être critique et de poser des questions. Sans rien écarter de façon trop hâtive et sans emballement, lui aussi devra faire le tri entre ce qui relève d’une recherche parfois polémique et ce qui fonde solidement et profondément l’institution dont le droit tisse progressivement l’armature souple et mouvante. Avec ses lourdeurs et ses limites, le caractère synodal de ce travail est un gage de fidélité à l’Esprit dans l’Église actuelle comme cela se vérifie dans la préparation du synode sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi.

  • 37 Lumen vitae, 67, 2012, no 2, p. 122-234 avec Luca Bressan, « Un synode pour la réforme de l’Église. (...)
  • 38 Id., p. 125.

29Exemplaire à cet égard, le no 2 de 2012 de la revue internationale de catéchèse et de pastorale Lumen vitae offre des éléments nombreux et consistants sur les questions abordées au synode d’octobre 2012 et confiées spécialement au nouveau dicastère37. L’éditorial de Roland Lacroix est explicite : « Plus de trente ans après l’homélie de Jean-Paul II à Nowa Huta, la nouvelle évangélisation trouve une nouvelle actualité dans la décision de Benoît XVI de créer un Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation (septembre 2010) et de réunir la XIIIe Assemblée générale du synode des évêques sur le thème La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne (octobre 2012). Il était donc important d’ouvrir ici ce dossier. » avec une première mise en garde : sa visée n’est pas de décrire les expériences, nombreuses et diverses et plus ou moins spectaculaires qui s’en réclament, la nouvelle évangélisation étant « peut-être d’ailleurs le plus souvent mise en œuvre dans des initiatives locales qui ne s’en réclament pas explicitement »38.

  • 39 Denis Villepelet, « Essai de problématisation de la nouvelle évangélisation. », id., p. 148-149.
  • 40 Thierry-Dominique Humbrecht, L’évangélisation impertinente. Guide du chrétien au pays des postmoder (...)

30C’est donc sur le terrain de la théorie pastorale que doit s’aventurer le canoniste intéressé par cette production de la théologie pastorale. L’un de ses représentants de l’ISPC, Denis Villepelet, a participé au Journées d’études sur la nouvelle évangélisation à Rome à l’invitation du Président du nouveau dicastère, Mgr Fisichella. Parcourant Alain Touraine, Charles Taylor, Marcel Gauchet, René Rémond, Georges Balandier et John Rawls, il diagnostique deux sécularités dans le monde globalisé d’aujourd’hui, la seconde (où la non croyance fait partie de la normalité humaine) n’étant plus foncièrement hostile au christianisme comme la première : « Dans le cadre symbolique et culturel de cette seconde sécularité, le christianisme occupe une place limitée mais il ne représente plus l’ennemi à combattre… Le croyant de cette seconde sécularité ne se considère ni comme faisant partie de l’institution religieuse ni comme un acteur engagé dans la mission. Son adhésion est personnalisée, modulée et mobile et s’intègre dans le patchwork de ses multiples adhésions. Même celles et ceux qui adoptent une forme de vie confessionnelle et deviennent “religieux” conservent quelque chose de leur liberté première par rapport aux Églises. La foi représente le plus libre de leur liberté39. » On est loin des thèses polémiques de Thierry-Dominique Humbrecht maudissant la modernité et la post-modernité de mai 196840 ! Il est clair que les mises en œuvres pastorales qu’appellent l’une ou l’autre interprétation du monde d’aujourd’hui et de son évangélisation ne sont guère compatibles et sollicitent le droit canonique de manière assez différente : combat déterminé en vue de faire reconnaître un ordre divin d’un côté, confiance en la capacité transformatrice du christianisme dans une société pluraliste, libérale, individualiste et areligieuse de l’autre.

31L’analyse de Henri-Jérôme Gagey des Lineamenta en vue du Synode dessine une voie moyenne entre les deux positions :

  • 41 Henri-Jérôme Gagey, « La nouvelle évangélisation selon les Lineamenta », in Lumen vitae…, p. 157.

Il devient clair que si la déchristianisation n’est pas le fruit des menées hostiles des adversaires de l’Église (selon la perspective tenue par la plupart des leaders catholiques antimodernes au xixe siècle) la solution du problème qu’elle pose ne viendra pas non plus seulement d’une généreuse ouverture au monde moderne (selon le vœu des catholiques libéraux et progressistes du xxe siècle)41.

32On voit encore ici comment le thème de la déchristianisation se présente comme une toile de fond apparemment incontournable dans le discours sur la nouvelle évangélisation. Attentif à l’histoire du droit canonique et averti des distorsions de cette histoire, le canoniste est moins enclin à partager cette lecture de l’évolution du monde dit chrétien. Malgré les témoignages saisissants et probants d’une vie chrétienne toujours en développement, l’Occident a-t-il été véritablement christianisé et comment comprendre au juste cette expression au regard d’une évolution assez chaotique de ses mœurs et de sa civilisation ? Sans être relativiste, le canoniste plaidera ici pour une patience évangélique auquel, étrangement, invite son art qui a inventé procédures et dispenses et précisé aussi bien les conditions du vivre ensemble en communauté que les moyens du respect des droits de chacun dans le dialogue avec l’autre.

  • 42 Groupe de travail de l’ISPC, « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi. Rapport d (...)
  • 43 Conférence de Benoît XVI pour le Jubilé des catéchistes, cité ibid., p. 223.
  • 44 Cf. François-Xavier Amherdt, « Évangile, prophétie option pour les pauvres et nouvelle évangélisati (...)

33Un autre trait marquant des textes sur la nouvelle évangélisation et de l’orientation affichée du nouveau dicastère est la priorité catéchétique (l’insistance sur l’étude du Catéchisme de l’Église catholique p. ex.) et son inscription dans la perspective de l’enseignement. Cette exclusivité du trait semble se corriger parfois lorsqu’on admet que « l’Église vit [souligné par nous] pour elle-même les mutations culturelles qui lui font chercher une manière renouvelée de vivre [souligné par nous] et d’annoncer l’Évangile dans le cadre des conditions et des défis auxquels sont confrontés nos contemporains pour communiquer, travailler, être une personne ou se lier les uns aux autres »42. Benoît XVI lui-même en vient à présenter la nouvelle évangélisation qu’il hérite de Jean-Paul II comme une « expérience spirituelle qui invite l’Église à une réelle conversion »43. C’est dans cet esprit que le magazine La Vie organisait à Strasbourg des États généraux du christianisme le jour anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II. La nouvelle évangélisation, des actes plus que des paroles ? Telle est l’orientation que révèle encore le Forum « Fribourg Église dans le monde » de décembre 2011 reliant la nouvelle évangélisation à l’option pour les pauvres44.

34Acte « politique » dans sa charge de gouvernement, la constitution du Conseil pontifical pour la Promotion de la nouvelle évangélisation par le pape Benoît XVI n’intéresse pas seulement la capacité du canoniste à vérifier ses formes institutionnelles. Impulsion d’une nouvelle évangélisation, elle l’invite aussi à contribuer à sa place à évangéliser le droit canonique.

Notes

1 Léonce Cellier, « Notes bibliographiques. Félix Grat, Étude sur le Motu Proprio des origines au début du xvie siècle, Melun, Librairie d’Argences, 1945, 73 p. », Revue d’histoire de l’Église de France, 33, 1947, p. 140-141.

2 Christophe Henning, « La curie romaine prend un coup de jeune », Pèlerin, 8 juillet 2010, no 6658 : « Le pape gouverne l’Église et le manifeste par ses dernières décisions ».

3 Frédéric Mounier, « Benoît XVI crée un nouveau dicastère pour la nouvelle évangélisation », la-Croix.com, 28/6/10, mis à jour le 23/7/12.

4 Cf. José San José Prisco (Salamanque), « Benedicto XVI, Carta apostolica en forma de motu proprio Ubicumque et semper, con la que se instituye el Consejo pontificio para la promocion de la nueva evangelizacion. Texto y commentario », Revista espagnola de derecho canonico, 67, 2010, p. 965-973.

5 Rino Fisichella, « L’actualité de l’annonce », L’Osservatore romano, 11 août 2012.

6 He, 13, 8.

7 Comme l’indiquent les Lineamenta et comme le rappelle Jean-François Petit, c’est le pape Jean-Paul II qui a utilisé le premier cette expression de « nouvelle évangélisation » lors de son voyage en Pologne en 1979 (« Éditorial – La joie d’évangéliser », DC, 1er mai 2011, no 2467, p. 417).

8 Paris, Éditions Cheminements, 1963, 160 p., p. 5.

9 La traduction française de Pastor bonus utilise le terme « officiers ».

10 Mgr Nikola Eterovic est en outre membre de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation.

11 Préambule aux questions après l’introduction, DC, 1er mai 2011, no 2467, p. 450.

12 Question 5, id.

13 Question 68, id., p. 454.

14 Lineamenta …, id., p. 428-429.

15 Id., p. 429.

16 Voir aussi le point 10 « Première évangélisation, sollicitude pastorale, nouvelle évangélisation » (Id., p. 435).

17 « Le synode des évêques sur la nouvelle évangélisation se prépare », www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/actualites (Source : VIS du 1er décembre 2011).

18 Cf. Benoît XVI, Porta fidei. Lettre apostolique en forme de motu proprio pour proclamer l’Année de la foi, 11 octobre 2011, AAS, 103, 2011, 723-734 et DC, 2011, no 2478, p. 968-975.

19 « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Instrumentum laboris. XIIIe Assemblée ordinaire du Synode des évêques », DC, 2012, no 2495, p. 718-759.

20 Id., p. 722 et 724.

21 José San José Prisco, « Benedicto XVI, Carta apostolica en forma de motu proprio Ubicumque et semper, con la que se instituye el Consejo pontificio para la promocion de la nueva evangelizacion. Texto y commentario », Revista espagnola de derecho canonico, 67, 2010, p. 965-973.

22 Id., p. 972 (trad. par nous).

23 Fernando Puig, « Atti di Benedetto XVI. Lettera apostolica in forma di motu proprio Ubicumque et semper con la quale si costituisce il Pontificio Consiglio per la Promozione della Nueva Evangelizzazione, 21 settembre 2010, “L’Osservatore Romano”, 13 ottobre 2010, p. 4-5 », Ius Ecclesiae, 22, 2010, p. 765-773.

24 Fernando Puig, op. cit., p. 770 (trad. par nous).

25 Id., p. 770-771 (trad. par nous).

26 Cf. id., p. 772.

27 Libero Gerosa, « Die Anerkennung des neokatechumenalen Weges : eine neue pastorale Chance für die Teilkirchen in Europa », AkKR, 171, 2002, 2, p. 357-370.

28 Heribert Hallermann, « Das Statut der päpstlichen Missionswerke von 2005 », AkKR, 174, 2005, p. 380-416.

29 Juan Gonzales Ayesta, « Atti della Santa Sede. Congregazione per l’Evangelizzazione dei Popoli », Istruzione « De cooperatione missionali » 1 ottobre 1998 (AAS, 91, 1999, p. 306-324), Ius Ecclesiae, 11, 1999, 3, p. 867-891.

30 Domingo Andrès Gutierrez, « La Congregacion para los Institutos de vida consagrada y las sociedades de vida apostolica (= CIVCSVA). Imagen de un dicasterio a traves de sus doce nombres », Commentarium pro Religiosis, 86, 2005, 1-2, p. 7-37.

31 Libero Gerosa, « Movimenti ecclesiali e Chiesa istituzionale : concorrenza o co-essenzialità », Nuova Umanità, 128, 2000, 215-246.

32 On peut ajouter leur mise à disposition du mouvement.

33 Voir les observations de Mgr Juan Ignacio Arrieta, alors secrétaire du Conseil Pontifical pour les Textes Législatifs et président de l’Institut de droit canon saint Pie X de Venise, à l’approbation définitive du Statut du Chemin Néocatéchuménal le 11 mai 2008 (Site du Chemin néocatéchuménal http://camminoneocatecumenale.it).

34 Cf. Statut du Chemin Néocatéchuménal, art. 1 § 3 et Conseil Pontifical pour les Laïcs, 28 octobre 2004, prot. N. 1761/04 AIC-110.

35 I. Storia et doctrina ; II. Norme. Cf. Heribert Hallermann, op. cit., p. 383 et 392.

36 Dans sa présentation de l’Instruction De cooperatione missionali du 1er octobre 1998, Juan Gonzalez Ayesta pose ainsi la question des priorités dans la planification pastorale de l’Église quand il explique : « Ed infatti, va ricordato che esse (le PPOOMM) hanno sempre avuto come obiettivo principale il sostegno dell’evangelizzazione propriamente detta, a differenza di altre istituzioni dove è prevalso l’aspetto socio-economico, e quindi sostengono in modo prioritario le Chiese povere perché possano far fronte ai loro bisogni pastorali » (Et en effet, on se rappelle que celles-ci ont toujours eu comme objectif principal le soutien de l’évangélisation proprement dite, contrairement aux autres institutions où a prévalu l’aspect socio-économique et qui, de ce fait, ont soutenu prioritairement les Églises pauvres dans la mesure où elles pouvaient faire face à leurs besoins pastoraux.) (Juan Gonzalez Ayesta, op. cit., p. 890 ; trad. par nous).

37 Lumen vitae, 67, 2012, no 2, p. 122-234 avec Luca Bressan, « Un synode pour la réforme de l’Église. Nouvelle évangélisation, renouveau spirituel et relance de la foi », p. 129-141, Denis Villepelet, « Essai de problématisation de la nouvelle évangélisation », p. 143-152, Henri-Jérôme Gagey, « La nouvelle évangélisation selon les Lineamenta », p. 153-162, Serge Tyvaert, « Une nouvelle évangélisation chez Jean-Paul II et Benoît XVI », p. 163-177, S.E. le Cardinal Gianfranco Ravasi, « Parvis des Gentils et nouvelle évangélisation », p. 179-189, Christophe Raimbault, « La nouvelle évangélisation. Et si nous relisions saint Paul ? », p. 191-202, François Moog, « La conversion missionnaire des communautés paroissiales. Un défi pour la nouvelle évangélisation », p. 203-219 et surtout Groupe de travail de l’ISPC, « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi. Rapport de l’ISPC en réponse aux Lineamenta de la XIIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques », p. 221-228 ainsi que François-Xavier Amherdt, « Évangile, prophétie option pour les pauvres et nouvelle évangélisation. Échos du 3e Forum “Fribourg Église dans le monde” du 1er au 4 décembre 2011 », p. 227-234.

38 Id., p. 125.

39 Denis Villepelet, « Essai de problématisation de la nouvelle évangélisation. », id., p. 148-149.

40 Thierry-Dominique Humbrecht, L’évangélisation impertinente. Guide du chrétien au pays des postmodernes, Paris, Éd. Parole et Silence, 2012, 284 p.

41 Henri-Jérôme Gagey, « La nouvelle évangélisation selon les Lineamenta », in Lumen vitae…, p. 157.

42 Groupe de travail de l’ISPC, « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi. Rapport de l’ISPC en réponse aux Lineamenta de la XIIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques », id., p. 222-223.

43 Conférence de Benoît XVI pour le Jubilé des catéchistes, cité ibid., p. 223.

44 Cf. François-Xavier Amherdt, « Évangile, prophétie option pour les pauvres et nouvelle évangélisation. Échos du 3e Forum “Fribourg Église dans le monde” du 1er au 4 décembre 2011 », Lumen vitae…, p. 227-234.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search