Version classiqueVersion mobile

Droit et religion en Europe

 | 
Philippe Auvergnon
, 
Françoise Curtit
, 
René de Quenaudon
, 
et al.

Préface

Michel Deneken

Texte intégral

1Le parcours impressionnant de Francis Messner ne justifie pas ce volume d’hommage… il l’impose ! Francis Messner, en effet, par sa longue et brillante carrière de chercheur, d’enseignant et d’expert, aura marqué les sciences juridiques, canoniques et religieuses de son empreinte. Durablement.

2Francis Messner, né en 1947, a commencé sa carrière de chercheur à l’Université de Syracuse dans l’État de New York en tant qu’assistant de recherche et d’enseignement de 1975 à 1976. De retour à Strasbourg, il soutient en 1978, devant un jury présidé par le doyen Marcel Simon, une thèse de Sciences religieuses portant sur Les revues de religion et de théologie aux États-Unis. À la suite de la soutenance de sa thèse de doctorat d’État en droit canonique sur Le financement des religions en droit des cultes reconnus (1802-1980) dirigée par Jean Schlick et obtenue en 1982 à Strasbourg face à un jury présidé par le recteur Jean Imbert et d’un doctorat d’habilitation à diriger les recherches en droit des religions en 1986, cet ancien élève de la Ve section de l’EPHE a mené essentiellement des recherches en droits des religions en mettant l’accent sur la comparaison des statuts des cultes et, plus largement, du droit des religions en Europe. Recruté en tant que chargé de recherche au CNRS en 1982 et affecté au Centre de recherches et de documentation sur les institutions chrétiennes (CERDIC), équipe de recherche de l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg associée au CNRS, il a été, de 1986 à 1989, boursier de la Fondation von Humboldt (Humboldt Stiftung) et mis à disposition par le CNRS de la chaire de droit ecclésiastique et de philosophie du droit de la faculté de droit de l’Université de Fribourg-en-Brisgau occupée par le professeur Alexander Hollerbach. De retour à Strasbourg et après avoir été promu directeur de recherche en 1991, il s’est engagé résolument à développer des projets de recherches collectifs et à prendre en charge l’animation et l’administration de la recherche dans son unité d’affectation.

3Les recherches de Francis Messner se sont essentiellement articulées autour de quatre axes : le droit comparé des religions des États européens ; le droit français des religions, droit général et droit local ; les droits internes des religions dans une perspective comparative et enfin les sciences des religions.

4Fort de ses séjours scientifiques à l’étranger, Francis Messner a joué un rôle pionnier en France dans les années 1980-1990 dans le domaine de l’étude comparative des statuts des cultes, et plus largement des droits appliqués aux religions dans les États européens. Ces droits et statuts étaient alors mal connus et surtout peu étudiés, en l’absence en France, contrairement à d’autres États européens, d’une tradition universitaire établie en la matière alors que la demande sociale était très forte. Il participa au développement de bases de données et de sites d’information en droit comparé des religions et mena des recherches sur les composantes communes aux différents statuts des cultes des États européens, sur les traitements différenciés des religions par les États et sur les procédures permettant l’accès des religions minoritaires aux statuts avantageux des religions majoritaires. Les religions socialement controversées, communément appelées « sectes », ont également fait l’objet d’études particulières. Ces investigations ont été motivées par la recherche d’un modèle européen de droit des religions, problématique qui traverse l’ensemble de ses investigations. Depuis 2010, ses efforts se sont concentrés sur les modes de financement des Églises, religions et groupements philosophiques par les pouvoirs publics en Europe dans le cadre d’un programme financé par la Commission européenne (Religare).

5Parmi les travaux menés en droit français des religions, il convient de citer en premier lieu le Traité de droit français des religions qui constitue l’aboutissement d’un investissement mené sur de nombreuses années. Ce premier grand traité du xxie siècle, succédant au Traité d’administration des cultes d’A. Dubief et V. Gottofrey de la fin du xixe siècle, a été réalisé grâce à un travail d’équipe piloté par Francis Messner, Pierre-Henri Prélot et Jean-Marie Woehrling. Il s’adosse à l’imposante série de travaux collectifs dirigés par Francis Messner sur la culture religieuse à l’école, le statut des minorités, l’enseignement religieux, les « sectes » et le droit en France.

6Francis Messner investit aussi, de manière intensive, le domaine très spécialisé du droit local des cultes alsacien-mosellan : rédaction de quatre fascicules de JurisClasseur, participation à la rédaction d’un Guide du droit local, chroniques annuelles détaillées dans la Revue européenne des relations Églises-États et publication de très nombreux articles de référence notamment dans la Revue du droit local.

7Dans le cadre de ses travaux en droits internes des religions Francis Messner a résolument privilégié l’approche comparative des divers droits, disciplines et règlements internes des grandes religions implantées en Europe (droits canoniques catholique, orthodoxe et anglican, disciplines et droits ecclésiaux protestants, règles bouddhiques, droit musulman, droit hébraïque et droit hindouiste) par le biais d’organisation de séminaires consacrés au statut des ministres du culte et des édifices cultuels dans les « droits internes des religions », à la définition de la secte dans chacune des religions précitées et aux représentations propres aux religions catholique, protestante, orthodoxe, musulmane, juive, bouddhiste ainsi que de celles des témoins de Jéhovah en matière de relations entre les Églises et les États, aux sanctions pénales dans les droits internes des religions, aux normes présidant à la formation des cadres religieux et enfin au pluralisme religieux dans les droits internes des religions.

8Cette approche thématique (édifices, ministres du culte, relations Églises-États, sectes, cadres religieux, pluralisme religieux) a été complétée par une investigation visant à comparer les caractères et les principes généraux structurant les droits et statuts internes des religions (droits canoniques, catholique, anglican et orthodoxe, droit musulman, droit hébraïque et règles bouddhiques) et des études visant à présenter de manière systématique les droits internes des grandes traditions religieuses comme le droit ecclésial protestant.

9Canoniste de formation, il est l’auteur de plusieurs articles de droit canonique (droit des associations, révocation d’un évêque, statut des prélatures personnelles, droit canonique confronté à la modernité) et a organisé un colloque international sur l’enseignement du droit canonique en Europe dont les contenus et la méthode peuvent varier selon les pays et les établissements d’enseignement.

10Les travaux de Francis Messner en sciences des religions se sont focalisés ces dernières années sur le contenu et les méthodes de l’enseignement de la théologie à l’Université et hors de l’Université. Il a notamment organisé un colloque international traitant du contenu et des méthodes de la théologie universitaire enseignée dans les universités publiques ou privées en France, en Allemagne, au Liban, en Grèce et au Canada et une journée d’études consacrée à la comparaison de la théologie universitaire avec les sciences des religions en Europe et enfin un colloque international sur l’enseignement de la théologie islamique dans les pays musulmans.

11La publication d’une série impressionnante de monographies, d’ouvrages collectifs, d’articles et de rapports n’a pas fait obstacle à son engagement dans l’animation et l’administration de la recherche. Entre 1990 et 2013, il a ainsi organisé 42 colloques internationaux, colloques nationaux et journées d’études.

12Il a pris la direction de l’équipe SDRE (Société, droit et religion en Europe), équipe de recherche en restructuration du CNRS (ERS), en 1996 et négocia son rattachement à l’Université Robert Schuman de Strasbourg. L’unité mixte de recherche CNRS/URS 7012 SDRE fut créée en 1997 et à la suite de l’intégration d’une équipe d’accueil de politologues, transformée en UMR PRISME en 2005. Francis Messner assura pendant 17 ans avec l’accord des tutelles la direction de l’ERS puis des UMR SDRE et PRISME. Ces unités de recherche accueillaient notamment des doctorants et des étudiants de masters et la volonté de mettre en place une synergie entre recherche et enseignement motiva son engagement en faveur de ce dernier. Chargé de cours à l’Institut de droit canonique et à la Faculté de droit de Strasbourg, il a également été le fondateur de deux masters : Droit canonique et droit européen comparé des religions en 2000 et Islamologie en 2009 dont il assura, et assure toujours pour le master d’islamologie, la direction. Directeur de 13 thèses soutenues et garant d’une HDR, il créa puis dirigea pendant trois ans le Groupement d’intérêt scientifique (GIS UNISTRA/CNRS) Sciences des religions et théologies. Très fidèle à son université de rattachement, il a été membre de plusieurs organes de cet établissement. Élu au premier conseil d’administration de l’Université unique de Strasbourg (2009-2012), il a également été désigné membre du conseil d’administration puis élu trésorier de la Fondation des Presses universitaires de Strasbourg.

13Les fonctions exercées par Francis Messner au niveau national et au niveau international viennent en reconnaissance de ses compétences en matière de recherche, d’enseignement et d’animation de la recherche. Il a notamment siégé pendant huit ans en tant que membre élu et membre nommé du bureau à la section « Sociologie et sciences du droit » du CNRS, qu’il a présidée en 2007. Membre titulaire des jurys d’admission de chargés de recherche et de directeurs de recherche pendant plusieurs années, il a également fait partie et présidé de nombreux jurys de recrutement et de sélection d’ITA du CNRS. Il a par ailleurs siégé pendant trois mandats à la section 76 du CNU. Outre ces fonctions directement liées à son statut CNRS et à son affectation à l’Université de Strasbourg, Francis Messner a été sollicité par la Mission Droit et justice du Ministère de la Justice (membre du conseil scientifique et grand électeur du prix Jean Carbonnier de 2002 à 2007) et par la HALDE, Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (membre du comité consultatif de 2005 à 2008). Il a été expert auprès de l’AERES et de l’ANR et participe aux travaux de l’Institut du droit local alsacien-mosellan en tant que membre du conseil scientifique et du bureau.

14Fondateur et responsable de la collection Société, droit et religion en Europe des Presses universitaires de Strasbourg, il est membre de plusieurs comités de rédaction : Revue de droit canonique de Strasbourg ; Revue Société, droit et religion ; Archives de Sciences Sociales des Religions jusqu’en 2010 ; Daimon. Annuario di diritto comparato delle religione. Il est en outre membre du comité éditorial de la collection Law and Religion publiée par Peeters. Membre de plusieurs associations scientifiques, il siège notamment au comité exécutif du Consortium européen de recherche sur les relations Église/État dont il a été le président en 2001.

15Professeur invité à la faculté de droit de l’Université de Sienne et de l’Université de Côme, il a enseigné par ailleurs à l’Institut des sciences religieuses de Hanoï. Son expertise a été requise par le Conseil de l’Europe, le Ministère fédéral de la Justice belge et le Secrétariat aux affaires religieuses de la République de Roumanie. Il est depuis 2012 responsable de la commission de réforme du statut des cultes du Grand-Duché du Luxembourg.

16Sollicité par le Ministère de l’intérieur, il a de concert avec trois autres membres de l’UMR PRISME participé à la Commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics (Commission Machelon, 2004-2005). Il est depuis mai 2012 chargé de mission auprès du Ministre de l’intérieur et de la Ministre de l’Enseignement supérieur aux fins de réfléchir sur la formation des cadres religieux musulmans.

17Directeur de recherche émérite au CNRS et professeur conventionné à l’Université de Strasbourg depuis septembre 2012, il est lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques (Prix Francis Durieux 2004) et a été nommé en 2012 chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

18Ce sont l’admiration, la gratitude, le respect non moins que l’amitié qui ont tenu la plume des contributeurs de ce volume d’hommage. Francis Messner, ce chercheur exceptionnel, souvent pionnier et toujours fédérateur, devait être honoré par ses pairs et amis. À celui qui a tant semé voici la gerbe d’une riche moisson !

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search