Version classiqueVersion mobile

Assistance spirituelle dans les services publics

 | 
Anne Fornerod

Troisième partie. L’assistance spirituelle à l’Université

La religion à l’Université : quelles pratiques ?

Bernard Senelle

Texte intégral

1Le sujet de cette étude vise à considérer la place de la transcendance à l’Université dans une société laïque et pluriculturelle. La problématique était au centre des Semaines sociales de France de 2008, « Les religions, menaces ou espoirs pour nos sociétés ». Les interventions et réflexions qui y ont été effectuées nous ont rappelé combien la question de la rencontre de l’autre dans sa religion est capitale si nous voulons contribuer à préserver la paix sociale. Ce n’est pas un des moindres enjeux de cette réflexion, qui a pour ambition de donner un éclairage européen à la problématique française, et ce, dans le cadre du monde universitaire.

2Qu’en est-il dans la pratique de la liberté de religion à l’Université ? Notre propos est centré sur la réalité de ce que nous appelons en France et dans certains pays d’Europe, aumônerie d’étudiants. Nous sommes conscients que la réalité est plus large et que les réalités sont bien différentes d’une confession à l’autre. Le terme aumônerie est surtout employé dans le monde catholique et protestant. Nos informations sont plus abondantes pour ce qui concerne l’Église catholique, car c’est au sein de cette confession que la présence est la plus ancienne et la plus structurée. Néanmoins, il s’agit ici de faire comprendre, à partir d’exemples concrets, qu’au sein de l’actuelle diversité, une coopération entre l’instance éducative qu’est l’Université et les grandes communautés religieuses est bénéfique et souhaitable pour la formation de la jeunesse estudiantine.

  • 1 Th.-X. Girardot, Intervention au colloque La laïcité à l’Université, organisé le 19 septembre 2003, (...)
  • 2 C. Kintzler, « La laïcité à l’Université : note sur la question des signes religieux à l’université (...)

3La question n’est pas neuve et semble posée dès le début du xixe siècle. Ainsi Thierry-Xavier Girardot indique-t-il qu’« en 1912, dans l’arrêt Abbé Bouteyre, le juge reconnaît la spécificité de l’enseignement supérieur par rapport à l’enseignement scolaire en admettant qu’un prêtre puisse être recruté comme professeur de l’enseignement supérieur. L’enseignant universitaire ne s’exprime pas au nom de l’État et s’adresse à un public doué de discernement »1. Elle vient d’être posée plus récemment encore par un membre d’une association laïque qui reconnaît la spécificité du monde universitaire par rapport au monde scolaire. Catherine Kintzler explique en effet que « les étudiants sont par définition des libertés constituées alors que les élèves sont par définition des libertés en voie de constitution. C’est pourquoi le domaine des convictions, comme on vient de le voir, n’est pas totalement étranger à l’université. La visibilité de cette distinction passe par la différence entre majeurs et mineurs, laquelle se redouble par la non-obligation et la non-gratuité de l’enseignement supérieur – n’oublions pas que les étudiants paient des droits d’inscription ! […] Interdire l’affichage religieux aux étudiants serait contraire à cette tradition et resterait largement incompris par l’opinion ainsi que par les étudiants, très attachés à cette liberté universitaire dont ils ne pouvaient pas jouir en tant qu’élèves dans l’espace scolaire »2.

  • 3 « Il apparaît tout à fait judicieux d’insérer dans ce type de convention une clause type interdisan (...)
  • 4 Le Monde, 10 septembre 2004.

4En 2004, à l’occasion de la rédaction d’un document Laïcité et enseignement supérieur. Guide par la Conférence des présidents d’université se manifeste la volonté de favoriser le dialogue à partir de bases claires et acceptées par tous. Cependant, il faut bien convenir que la philosophie qui sous-tend le propos est marquée par une herméneutique étroite du principe de laïcité. Le ton est sur la défensive et le religieux est appréhendé sous l’aspect presque exclusif du prosélytisme3 comme en témoignent des propos du journal Le Monde : « La Conférence des présidents d’université va diffuser un guide sur l’application des règles de laïcité dans l’enseignement supérieur. De la demande de salles de prière au port du voile islamique, le document veut traiter les nouvelles tensions, minoritaires, mais réelles, qui traversent les campus »4.

  • 5 Avant-propos de M. Laurent dans Ch. Mestre (dir.), Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. ci (...)
  • 6 Ch. Mestre, « Université : Discuter, mais rester ferme », Propos recueillis par C. Maillard, France (...)

5La Conférence des présidents d’université a voulu témoigner de son inquiétude à l’égard de certaines revendications ces dernières années : demande de salles de prière, organisation de conférences de nature religieuse, contestation de certains enseignements, refus de la mixité, port du voile islamique qui provoquent certaines tensions au sein des universités : « Dans les établissements d’enseignement supérieur, le principe de laïcité est de plus en plus fréquemment mis à mal et laisse parfois les présidents d’université désemparés face à des revendications communautaristes, le plus souvent à caractère religieux, d’un genre nouveau »5. Le principe de laïcité est envisagé dans ce document comme un principe d’équité de la République destiné à favoriser le fonctionnement et la mission du service public, notamment celui de l’enseignement supérieur. Il s’y manifeste une volonté de prévoir un cadre précis pour envisager le plus de situations possible : « Lors de manifestations organisées par les associations, je préconise la signature de conventions précises. Pour toutes ces démarches, le président d’Université ne doit pas rester seul, mais s’appuyer sur les organes existants »6.

6Il s’agit de nommer la cause des difficultés sans pour autant exclure toute activité religieuse de l’espace universitaire. Des groupes extrémistes ne doivent pas empêcher l’existence d’associations religieuses soucieuses d’accomplir leur mission dans le plus grand respect de l’espace universitaire et dans un esprit de collaboration avec la mission éducative. C’est dans cet état d’esprit que les choses se passent le plus souvent. Qu’en est-il exactement au sein des différentes confessions ?

I. L’aumônerie catholique

  • 7 Nous laissons de côté le droit canonique des Églises orientales.

7La place des aumôneries d’étudiants dans l’Église catholique trouve une traduction juridique dans son droit interne7. Selon le canon 813 du Code de droit canonique de l’Église latine, « L’évêque diocésain aura une vive sollicitude pastorale pour les étudiants, même en érigeant une paroisse ou du moins en affectant des prêtres de façon stable pour cette tâche, et il veillera à ce qu’auprès des universités même non catholiques, il y ait ces centres universitaires catholiques qui offrent à la jeunesse une aide surtout spirituelle ». En France, cette réalité porte le nom de Mission étudiante. Dans la pratique, la situation est très diversifiée selon les lieux et les acteurs en présence. Des tensions naissent parfois, comme en témoignent deux types de situation retenus ici.

A. Une situation contrastée

  • 8 C’est ce qui ressort de l’intervention de Madame Nathalie Becquart à la table ronde du 29 janvier 2 (...)
  • 9 Du 29 août au 2 septembre 2007.
  • 10 Voir infra, I, a, 1).

8Il faut souligner avec Mme Nathalie Becquart8, responsable du Service national de l’évangélisation des jeunes scolaires et étudiants (SNEJSE), que les choses varient beaucoup en fonction des personnes. Si certaines aumôneries se heurtent à des tenants d’une laïcité dure, d’autres n’établissent pas forcément de lien avec l’université. À Versailles, un travail de fond est effectué pour faire reconnaître l’association au sein des autres associations étudiantes tandis qu’à la Sorbonne les liens sont inexistants. Les Journées nationales étudiantes ont été accueillies sur le campus universitaire à Bordeaux9. À Nanterre, un partenariat d’accueil des étudiants handicapés a été mis en place entre l’aumônerie et l’université. À Nice, une interview du doyen a été réalisée sur Radios Chrétiennes Francophones et l’accueil est bon, l’affichage et le tractage facilités. À Assas (Université Paris II), un lieu d’affichage et un local sont mis à disposition, mais le problème des intégristes rend les choses difficiles10.

9La grande diversité est toujours d’actualité et les relations avec les autorités universitaires sont inégalement développées. Les rencontres entre aumôniers et présidents d’université demeurent le plus souvent sporadiques. Mais en dehors de la présidence et dans un certain nombre de lieux, d’autres types de contacts existent. Les petites entités favorisent les relations les plus consistantes, car les contacts personnels sont plus fréquents. Certaines aumôneries accentuent la dimension cultuelle, d’autres l’aspect solidarité avec les étudiants étrangers ou en difficulté. D’autres encore investissent beaucoup dans la formation chrétienne. La typologie doit aussi tenir compte de la taille de ces communautés.

10La situation de Strasbourg et de Metz semble privilégiée et dans l’ensemble, malgré des durcissements liés pour l’essentiel à des questions de personnes, il faut reconnaître que les choses se passent plutôt paisiblement.

1. La réalité locale à Strasbourg et Metz

  • 11 Intervention à la table ronde du 29 janvier 2009.

11D’une manière générale, Jean-Michel Strub, l’aumônier diocésain des étudiants de Strasbourg souligne que le caractère harmonieux de l’activité religieuse est dû au style de présence qui soutient les dynamismes déjà ancrés, davantage qu’au concordat ou au statut local11. L’organisation à Strasbourg de deux Nuits des religions au Palais Universitaire, le 29 mars 2006, « Vie et mort de la religion en Europe » et, le 25 octobre 2007, sur le thème « Un corps-décor » en est une belle illustration. Les deux manifestations ont permis la rencontre d’universitaires et d’artistes de différentes confessions religieuses. Elles ont rassemblé respectivement 400 et 300 personnes. Dans le même esprit, le colloque qui s’est déroulé du 18 au 22 mars 2009 sur « L’espace sacré aujourd’hui, quels défis pour l’architecte ? » illustre bien le caractère fructueux des collaborations. C’est à l’initiative d’étudiants en architecture fréquentant l’aumônerie universitaire catholique le Domino et désireux d’aborder des thèmes trop peu souvent développés (religion, valeurs spirituelles en architecture) dans un cadre de travail original, que l’idée est venue d’organiser un événement qui puisse combiner les deux souhaits. Un enseignant du département affirme : « avec un projet comme celui-ci, on sort de nos cases habituelles, les cloisons tombent, c’est ça qui est motivant. »

12À Metz, les relations avec la présidence sont un peu distendues, mais relèvent d’un certain contexte. La personne chargée de la communication de l’université veille à ce que la Mission étudiante soit présente dans le guide de l’étudiant. Il est possible d’entrer dans les établissements pour afficher, la difficulté semble venir davantage de la frilosité des étudiants à faire cet affichage : ils n’aiment pas être étiquetés « cathos ».

2. La situation dans les autres départements et au plan national

  • 12 Dans un courrier du 4 décembre 2004 en réponse à l’enquête de la Mission Étudiante Catholique de Fr (...)

13Il existe des situations très favorables. Aumônier à Créteil, Nathalie Becquart fait pour ainsi dire partie du personnel de l’université. À Malakoff, le doyen fait bon accueil à l’aumônerie. Dans le même sens, l’aumônier des étudiants de l’Université d’Alençon-Damigny écrivait en réponse à l’enquête de la Mission étudiante du 20 novembre 2004 : « Nous avons des rapports réguliers et très courtois avec les autorités administratives de presque tous les lieux de formation (Écoles d’ingénieurs, les IUT, le DEUG de droit, l’école de la Croix rouge : École d’infirmières, École de Kiné…). Partout l’aumônier peut entrer dans l’établissement et a l’autorisation (que je redemande chaque année) d’afficher. Une visite pastorale de l’évêque a même permis de resserrer des liens déjà très simples12. »

  • 13 Réponse à l’enquête de l’aumônier de janvier 2004.

14À Marne-la-Vallée, l’aumônerie est considérée comme les autres associations étudiantes. Elle bénéficie de biens en nature (papeterie, photocopie du tract d’année), d’un stand. Elle est présente dans le livret des étudiants, est autorisée à afficher, l’aumônier a accès au restaurant de l’École des Ponts et chaussées. Il en est de même dans les grandes universités lorsque des liens personnels unissent des membres de l’aumônerie aux autorités universitaires. Ainsi, à Paris VIII (Vincennes – Saint-Denis), « les rapports sont cordiaux sur le plan personnel, mais stricts sur le plan officiel. Finie pour beaucoup la période de suspicion sur nos intentions de prosélytisme. […] Les musulmans, souvent, ne posent pas les problèmes de diffusion comme nous. Ils ont des organisations culturelles, le plus souvent ethniques ou nationales. À ce titre, ils peuvent organiser une soirée ‘culturelle’ pendant le ramadan, même si, au début de la soirée, quelques-uns installent discrètement leurs tapis de prière dans quelque salle avoisinante »13.

15Les relations existent aussi ailleurs, mais le plus souvent dans le cadre de la solidarité avec les services sociaux, avec le CROUS. C’est le cas à Strasbourg ou encore à Villeneuve-d’Ascq. Les relations personnelles le plus souvent avec des interlocuteurs dans la mouvance catholique facilitent également les choses.

  • 14 L’aumônier Christiane Joly nous fait part de difficultés constantes dans les relations avec les aut (...)

16Des aumôneries comme l’association Gard’Le Nord à Versailles14 s’efforcent d’avoir un positionnement juste. L’identité catholique est claire et il y a des portes d’entrée diverses : formation humaine et chrétienne, accueil des étrangers et solidarité avec les personnes âgées. L’ouverture aux autres convictions religieuses ou non existe sans pour autant brader le message évangélique.

  • 15 Réponse à l’enquête du 13 décembre 2004.

17Nathalie Becquart mentionne aussi le fait que la possibilité de collaboration sur le terrain d’une proposition en culture religieuse est particulièrement absente. Les aumôneries pourraient peut-être rendre ce service. Mais rien n’est acquis d’une manière institutionnelle et les aumôniers n’entendent pas jouer un rôle officiel de représentant d’une religion. La nécessité d’un local suscite peu d’intérêt. Le témoignage d’un aumônier de Lyon résume bien la situation : « Il faut faire attention à rester pragmatique, à ne pas se lier soi-même pour des raisons idéologiques (par exemple, défendre le principe d’un droit comme les autres à un local, et se retrouver avec un local nul, à partager avec d’autres associations, sans liberté réelle, sans moyens efficaces, etc.) »15.

  • 16 Mouvement de la jeunesse catholique de France.
  • 17 Réponse à l’enquête du 21 décembre 2004.

18C’est sur le terrain du local que se cristallisent certaines difficultés. Les aumôneries qui doivent partager un local avec d’autres finissent par y renoncer surtout quand cela engendre la confusion comme c’est le cas dans plusieurs aumôneries de Paris. À Assas (Paris II), l’aumônerie partage un minuscule local avec l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et les « Étudiants catholiques », association intégriste reconnue par la Faculté. Selon une réponse à l’enquête nationale de la MECF, « la présence des ‘Étudiants catholiques’ est à Assas une véritable difficulté. Par leur nom, ils trompent facilement des étudiants. Ils sont une émanation de la MJCF16, proches de Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Certains étudiants participent aux rencontres des deux associations. J’ai obtenu il y a deux ans que nos panneaux d’affichage ne soient plus l’un en face de l’autre et nous avons été obligés dans les années passées de nous désolidariser publiquement de prises de position qui avaient été faites »17.

  • 18 Des aumôniers catholiques constatent certains faits. Ainsi, à Villeneuve-d’Ascq, un aumônier soulig (...)
  • 19 Courrier précité du 13 décembre 2004.
  • 20 M. Guillaud, réponse à l’enquête, courrier du 17 décembre 2004.

19Cet exemple nous amène à souligner que pour les catholiques comme pour les musulmans, la difficulté vient souvent des intégristes ou des traditionalistes qui sèment la confusion dans l’esprit des étudiants18. Cela rejoint l’actualité de l’Église catholique. À Lyon, les « Étudiants chrétiens de France affichent sans aucune mesure, ni quant au contenu, ni quant à l’espace et l’amalgame est vite fait »19. Un autre aumônier ajoute de son côté : « La première année, nous avons affiché des papiers disant qu’il n’y avait aucun lien entre l’aumônerie et la liste ECF. La deuxième année, ils sont venus discuter et le contact a été plutôt bon. Ils n’ont pas eu d’élus20. »

  • 21 Ce « diagnostic » fait écho à ce qui a pu être observé au niveau des aumôneries de l’enseignement s (...)

20Cette enquête laisse à penser que si l’action des aumôneries n’est pas entravée par l’application du principe de laïcité, c’est parce qu’elles s’en sont accommodées, mais le plus souvent, leur action dans les universités n’est pas facilitée. Les aumôneries catholiques sont souvent considérées comme prosélytes sinon en acte, du moins en puissance et donc suspectes. Il existe parfois un malaise des autorités universitaires devant le phénomène religieux qu’elles appréhendent avec difficulté et la présence des intégristes n’arrange rien. Mais si les étudiants ont du mal à distribuer leurs tracts et à se faire connaître comme catholiques à l’intérieur des établissements, c’est aussi en raison de leur malaise propre et de leur réticence à s’afficher comme tels21. L’examen des situations particulières dont nous avons eu connaissance permet de confirmer ce diagnostic.

B. Exemples de situations difficiles

  • 22 Ch. Mestre, Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. cit., p. 17.

21Des situations plus difficiles se rencontrent. Elles sont l’illustration du « tout pour tous ou rien pour tous »22 et traduisent une difficulté à gérer l’élément religieux voire à tolérer sa présence. Il est exclu d’accorder aux catholiques ce que, par ailleurs, on n’entend pas octroyer aux autres, qu’il s’agisse de locaux, de tractage ou d’affichage, c’est-à-dire en matière d’expression religieuse. L’aumônerie de Rennes a fait les frais de cet état d’esprit.

1. Rennes23

  • 23 Nous faisons ici état d’un témoignage recueilli lors de contacts téléphoniques ou épistolaires avec (...)
  • 24 Voir l’article 2 des statuts de l’association « Association Saint-Yves », en application de la loi (...)
  • 25 Lettre du 28 avril 2004 au président de l’Université de Rennes I.

22L’association Saint-Yves, composée d’étudiants catholiques de Rennes, a vu son sort réglé dans un contexte assez polémique. Selon ses statuts, « cette association a pour but de rassembler les étudiants en droit désireux de réflexion et d’échanges autour de la pensée chrétienne. Association culturelle de réflexion et de formation, elle organise à cet effet, ou participe à l’organisation de réunions et de conférences »24. Le 8 mars 2004, le président de l’université constate que cette association dispose d’un panneau d’affichage et qu’elle n’a pas reçu d’autorisation de domiciliation des instances de l’université. Le 26 avril, les élus étudiants de l’UNEF interpellent les autorités universitaires sur la présence d’une association religieuse au sein de l’établissement et demandent au président le retrait de l’accès donné à l’association à un local de l’université. La lettre adressée au Président de l’Université indique que « cette association est enregistrée en préfecture au titre d’association cultuelle. Des dérives sérieuses ont été constatées par de nombreux étudiants, pouvant aller jusqu’à heurter certains d’entre eux. En effet, l’association reçoit, au cours de sa réunion hebdomadaire, le concours d’un ecclésiastique et donne à celle-ci le caractère d’un cérémonial religieux (chants, homélies). En outre, l’activité de réflexion (conférences ponctuelles) proposée par l’association est certes louable, mais ne nécessite en rien l’attribution d’un local associatif »25.

  • 26 Les articles 4 et 19 de la loi du 9 décembre 1905 confient à ces associations, qui doivent avoir ex (...)
  • 27 Lettre du 28 avril, op. cit.

23L’argument fondé sur le statut d’association cultuelle s’appuie semble-t-il sur un usage impropre de cette notion, vu le statut juridique spécifique d’une association cultuelle26. Par ailleurs, le caractère de dérive motivé directement par la présence d’un ecclésiastique laisse pour le moins perplexe. La lettre poursuit en ces termes : « Attachés au respect de la notion de laïcité au sein des établissements d’enseignement supérieur, nous estimons que l’attribution d’un local à cette association constitue une véritable atteinte à la neutralité de l’Université de Rennes I »27.

  • 28 CE, 26 juillet 1996, Université de Lille II, Rec., p. 924 et Droit adm., nov. 1996, p. 22.

24Le président de l’Université fonde sa défense sur l’objet de l’association et sur l’absence d’autorisation de domiciliation. Par ailleurs, il récuse toute violation des articles L. 141-6 et L. 811-1 du Code de l’éducation. La mise à disposition de locaux ne peut être que ponctuelle et le président invoque son droit de définition et de contrôle des conditions d’attributions de locaux aux associations. Mais il est permis de se demander pourquoi la décision est motivée en fonction de l’objet de l’association. L’arrêt du Conseil d’État en date du 26 juillet 199628, invoqué par la défense, rappelle que les expressions d’opinions religieuses sont autorisées à l’université pourvu qu’aucune pression ne soit exercée sur autrui et que le service public de l’enseignement et de la recherche ne soit pas troublé. Il ressort de cette jurisprudence qu’à l’université, comme dans l’ensemble de la société, la religion est un fait social que la communauté universitaire se doit de prendre en considération. C’est une laïcité finalement assez peu conforme à l’esprit de la loi de 1905 qui semble être le mobile de la décision : une exclusion de l’expression religieuse de l’espace social. La formulation de la lettre des étudiants de l’UNEF peut en effet susciter l’étonnement.

25À s’en tenir à la motivation du président de l’Université, on peut éprouver quelque difficulté à comprendre pourquoi une association culturelle qui a une simple attribution de locaux sans y être domiciliée doit mettre fin à ses activités dans l’enceinte universitaire. L’article L. 811-1 du Code de l’éducation, rappelons-le, semble clair dans la mesure où l’objet de l’association est culturel : « Ils [les étudiants] disposent de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels ». Il n’est pas établi que l’association visée trouble l’ordre public ni qu’elle fait montre de prosélytisme. Dès lors, on peut s’interroger sur le respect de la liberté de conscience et d’opinion, mais aussi d’expression et d’association. Certes, la décision du président de l’Université permet aux autorités administratives d’obtenir ainsi une sorte d’égalité négative, source de tranquillité. Il n’empêche qu’une question demeure : peut-on valablement s’appuyer sur le principe de laïcité pour justifier l’exclusion du religieux de l’espace universitaire ? Nous ne le pensons pas, car le principe de liberté d’expression des opinions et des convictions est en contradiction avec toute idée de contrôle idéologique de quelque manière qu’il s’opère.

  • 29 Faits rapportés par F. Mouret, président de l’Université de Haute Bretagne-Rennes II, intervention (...)
  • 30 Th.-X. Girardot, Intervention au colloque La laïcité à l’Université, organisé le 19 septembre 2003,(...)

26Il est possible, cependant, que la décision du président ait été influencée par des faits de type communautariste dont l’Université a été le théâtre. En effet, un professeur d’arabe et d’études islamiques à l’Université de Rennes a dû faire face pendant son cours à un mouvement de contestation systématique et à de nombreuses interruptions lorsqu’il utilisait le Coran. Des tracts de l’Association des projets de bienfaisance islamique en France ont été distribués à la sortie d’un cours et proposaient aux étudiants un autre cours ayant pour but de « diffuser la science de la religion correcte », enseignée « dans la croyance »29. Le président de l’Université de Rennes a dû traiter les deux affaires simultanément et il n’est pas impossible que la peur d’une situation difficilement gérable ait commandé son attitude vis-à-vis de l’aumônerie catholique assurément inoffensive. Les faits communautaristes de l’association islamique l’ont placé en présence d’un cas d’emprise religieuse tel que le Code de l’éducation en son article L. 141-6 la définit. Mais, pour autant, cette emprise n’est pas l’émanation de la majorité de la communauté musulmane. On remarquera que les décisions concernant les aumôneries catholiques se situent dans le cadre du traitement de communautés appartenant à la religion dominante. Même si, de fait, les problèmes viennent du contexte et des craintes que les minorités ne demandent la même chose, l’Église catholique en subit les conséquences. On s’écarte ainsi d’une laïcité qui a pour vocation de préserver la liberté de conscience des individus30.

  • 31 Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. cit., p. 22.
  • 32 M. Guillaud, aumônier à Lyon, arabisant et bon connaisseur de l’islam, rencontré à Strasbourg le 13 (...)

27Le traitement de cette affaire se situe dans la perspective rigide de la laïcité et d’une neutralité négative reposant sur le refus de toute relation entre l’institution publique et la religion. Ce qui est avancé dans l’argumentation31, c’est que la République ne reconnaît aucun culte. C’est oublier, nous l’avons noté plus haut, que l’État doit assurer la liberté de conscience et que le religieux demeure un fait social dont l’État ne peut se désintéresser, comme en témoigne l’existence « d’aumôneries dans les lycées, collèges, écoles, prisons, hospices et asiles ». Si l’université n’est pas un lieu fermé, il arrive que les étudiants n’aient pas facilement accès à un lieu de culte. Quant au spirituel, de façon plus large, « on a le choix de l’inclure en le gérant ou de l’exclure, il serait souhaitable qu’il y ait une régulation du spirituel à l’université. Sans cela, on nie une dimension de notre humanité et l’on se prive du moyen de la réguler », remarquait un aumônier catholique32. Mais la situation de Rennes n’est pas un cas isolé en France et il est intéressant de se pencher sur une autre affaire délicate.

2. Paris-Dauphine

  • 33 Nous avons rencontré les aumôniers le 8 février 2005 dans les nouveaux locaux de l’aumônerie, situé (...)
  • 34 Art. 8 : « Les locaux mis à la disposition des associations par l’Université ne peuvent être utilis (...)
  • 35 Pour l’anecdote, les aumôniers disposent encore d’une place de stationnement et d’un passe pour ent (...)
  • 36 Concernant le prosélytisme, c’est la crainte du loup dans la bergerie qui est le moteur de ces disp (...)

28Sans que l’affaire ait été portée en justice, l’aumônerie de l’Université Paris-Dauphine souffre d’une incompréhension de la part des autorités universitaires. Là encore, nous sommes en présence d’une laïcité qui éprouve de la difficulté à se situer par rapport au religieux33. L’aumônerie des étudiants de Paris-Dauphine est la première association d’étudiants créée en 1969 dans les locaux de l’université. En novembre 2001, un des membres du personnel décède. Il est incroyant et ses collègues demandent à l’aumônier nouvellement arrivé un temps de recueillement à l’aumônerie. À cette occasion, ils découvrent qu’on y célèbre des messes depuis plus de trente ans. Par la suite, le vice-président du CEVU est saisi d’une demande de domiciliation musulmane. Des étudiants musulmans veulent créer une aumônerie. Pour cela, ils ont emprunté les statuts des catholiques et, dans leur texte, se sont référés à l’association diocésaine. L’autorité universitaire, intriguée, demande à lire les statuts des catholiques et s’aperçoit que l’aumônier est membre de droit alors qu’il s’agit d’une association étudiante. L’Université ne les expulse pas, mais édite une charte des associations34 avec interdiction de célébrer un culte dans des locaux associatifs35. La charte, modifiée le 8 juin 2004, évoque les règles de domiciliation et de fourniture de moyens. Concernant la domiciliation, l’article 3 exclut « une association qui discriminerait les étudiants, notamment selon leur religion ou leur origine ethnique ». Il semble que l’intention de l’Université ait été ici de se protéger de toutes demandes provenant des musulmans, au risque d’écarter toute demande d’origine religieuse36. Mais se pose alors la question des associations dont l’objet repose précisément sur un engagement, une conviction : ne peut-il alors être en lui-même considéré comme discriminatoire ? Ce qui est visé ici est sans doute la discrimination illégale, mais, précisément, concernant les locaux, le président peut interdire le culte s’il estime qu’il est générateur de désordre.

29Entre l’enquête de la MECF et les situations difficiles évoquées, la situation des aumôneries catholiques à l’Université n’est pas uniforme. Si, en beaucoup de lieux, la question de la laïcité est vécue sereinement et surtout vue de loin par les acteurs religieux, il reste que l’on perçoit chez les responsables universitaires une crispation latente qui peut s’extérioriser au moindre incident. Soudain le ton peut se durcir et le dialogue cesser, toujours autour de la question du culte.

II. Les aumôneries protestantes

30Vivant un rapport apaisé à la laïcité, les Églises protestantes bénéficient du fait que les autorités publiques, en France, manifestent une bienveillance à leur égard. La Fédération a su, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, charger son président d’exprimer auprès des instances gouvernementales les positions du protestantisme sur des sujets comme la justice sociale, le droit, la famille. Il existe, par ce biais, une véritable reconnaissance des communautés religieuses par l’État laïque et les aumôneries universitaires bénéficient de cette situation.

A. Les Églises réformées et luthériennes

  • 37 C’est ce qu’affirme monsieur Gérard Janus dans son intervention du 29 janvier 2009.

31Les animations et aumôneries universitaires protestantes des Églises réformées et luthériennes sont désignées par le sigle AUP (Aumônerie universitaire protestante). Selon le pasteur Gérard Janus, l’AUP de Strasbourg pratique une « laïcité ouverte » sans pour autant occulter son identité religieuse. Outre la présence au monde étudiant, l’aumônerie s’efforce d’être en relation avec les enseignants, les chercheurs et les services du monde universitaire. Elle se fait l’interprète de ce milieu auprès des Églises et des pouvoirs publics. L’AUP se veut en prise avec les questions de société d’aujourd’hui et organise avec l’aumônerie catholique un café d’actualité dans une cafétéria de l’Université. Comment être ancré dans une tradition et être ouvert aux questions de société et du monde universitaire ? Selon Gérard Janus, le nouveau président de l’Université de Strasbourg se dit intéressé par les propositions que peut faire une aumônerie protestante37. Ainsi, en 2008, des conférences organisées sur le créationnisme dont l’une avec le Museum National d’Histoire naturelle ont impliqué un partenariat de l’AUP avec le musée zoologique de l’ULP et de la ville de Strasbourg.

32Selon Gérard Janus, les relations avec les autorités universitaires semblent entachées par « la peur du 11 septembre ». Il remarque que le rapport Debray a été rédigé après ces événements. Ainsi, un président refuse de donner une salle pour une activité interreligieuse parce que, précisément, l’activité est trop connotée religieusement et pas assez culturelle. Le dialogue interreligieux est sans cesse à remettre sur le métier, mais si une activité de contact à la base s’avère indispensable, d’après lui, l’islam peut tout à fait prendre sa place dans une société laïque. Nous verrons que, dans la pratique, l’interreligieux n’est pas forcément une chance dans le contexte de laïcité. Cela n’aide pas forcément les aumôneries à s’intégrer dans les universités étant donné la méfiance nourrie à l’endroit de l’islam. Les réactions des présidents d’universités vont plutôt dans ce sens, nous le verrons.

33Au niveau national, il semble que la présence à l’université ne constitue pas une priorité et les rencontres se déroulent le plus souvent dans les locaux de l’Église réformée. Le plus souvent, dans les aumôneries, ce sont des pasteurs qui ont dans leur charge pastorale une activité en milieu étudiant. Ainsi, à Paris, il y a un aumônier à mi-temps et à Toulouse à plein temps. C’est le pasteur qui impulse la dynamique communautaire et il s’acquitte de cette tâche au milieu de ses autres missions.

34Il y a des manifestations d’ordre culturel et social et des demandes de locaux dans les Facultés peuvent être formulées au coup par coup.

B. Le protestantisme évangélique

  • 38 Statuts de l’Association des Groupes bibliques universitaires de France, art. 10.
  • 39 Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg, rencontré le 19 janvier 2005 à Strasbourg.

35C’est l’exemple d’une présence religieuse qui ne prend pas la forme d’une aumônerie. Les représentants des Groupes bibliques universitaires (GBU) sont attachés, en raison de leurs statuts, à la laïcité. L’AGBUF, « Association des Groupes Bibliques Universitaires de France, est attachée à la liberté religieuse et à la séparation des religions et de l’État. Elle est donc attachée à la laïcité »38. Ils souhaitent une laïcité respectueuse des convictions de chacun. Selon Christopher Sinclair39, ils ont pour vocation de maintenir l’identité évangélique des étudiants avec une dimension prosélyte.

  • 40 Séminaire protestant et restaurant universitaire, à Strasbourg.

36Ils sont présents à Strasbourg depuis les années 1960, ont eu un local boulevard de la Victoire entre 1960 et 1990, mais ont toujours eu la liberté de se réunir dans les locaux universitaires au sein de l’ancienne Université Marc Bloch et de la Faculté de médecine. Strasbourg est leur première ville d’implantation. Il leur est arrivé d’organiser des conférences publiques à l’intérieur des locaux universitaires, de distribuer des tracts, de tenir des stands sur le campus. À Strasbourg, il existe cinq groupes : trois groupes pour l’Université de Strasbourg dans une salle sur le campus, un groupe pour les Écoles qui se réunit chez les mennonites et un groupe pour les étudiants en médecine qui se réunit au Stift40.

37La place plus restreinte accordée au culte, principale pierre d’achoppement potentielle des catholiques avec l’université, pourrait expliquer que les communautés protestantes sont davantage en phase avec la laïcité à la française.

III. Le judaïsme et les aumôneries

  • 41 Rencontré à Bischheim (67) le 12 janvier 2005.

38La communauté israélite strasbourgeoise est importante. Aumônier pendant une quinzaine d’années, le rabbin Claude Lederer41 a exercé ses fonctions durant ce temps pour fédérer les personnes intéressées. Après une période où il a rassemblé des jeunes autour d’activités qui constituaient autant d’occasions de rencontre et après un temps axé sur les activités humanitaires, il notait que les jeunes contactés aujourd’hui étaient plus religieux. L’aumônerie concerne entre 50 et 80 jeunes environ. Cela va dans le sens du retour à la Tradition qui caractérise le judaïsme consistorial. La rencontre de cette réalité confessionnelle moins implantée sur les campus fait prendre conscience qu’au-delà du rapport à la laïcité, la part du religieux et du confessionnel est importante dans les associations d’étudiants israélites.

  • 42 Intervenant à la table ronde du 29 janvier 2009.

39Aujourd’hui, son successeur, le rabbin Eliacheff, en fonction depuis septembre 2008, souligne la surenchère des demandes religieuses, un désir de laïcité identitaire et parfois l’existence d’antisémitisme : « Ce qui se réglait facilement ne se fait plus. Pire, nous nous heurtons à un refus de discussion42. »

  • 43 Entretien téléphonique du 11 février 2005.
  • 44 Position exprimée au cours de la table ronde du 29 janvier 2009.

40En région parisienne, le rabbin Isaac Kapetas43 qui fut l’aumônier des étudiants à Vincennes et sur l’ensemble des universités parisiennes affirme que le premier souci d’un aumônier est de permettre aux étudiants juifs d’étudier en restant fidèles à leur tradition. Le rabbin Eliacheff estime que les étudiants ont pu rencontrer des difficultés en ce qui concerne l’organisation d’examens le samedi ou les jours de fêtes juives44. Ceci étant, il est possible d’avoir un local à l’université pour s’y retrouver, pour y manger voire pour y prier.

41À côté des aumôneries proprement dites, ou en lien avec elles, il existe des associations qui ne sont pas d’abord à vocation religieuse. Ainsi, l’UEJF de l’Université Paris XI, syndicat étudiant fondé en 1944, compte maintenant 15 000 membres à travers la France répartis en une trentaine de sections. La section de Paris XI compte trois pôles d’activités : le jeu et la convivialité, le militantisme, le judaïsme. L’UEJF fédère les associations estudiantines autour de la religion, mais surtout autour de l’identité juive. Bon nombre des adhérents ne pratiquent ni ne recherchent la religion via l’UEJF. Chacun suit sa sensibilité et au sein de l’UEJF coexistent des réformés et des traditionalistes. Ce qui est mis en avant n’est pas la pratique du judaïsme, mais l’identité et la culture juives. Cela est confirmé par un aumônier de Nanterre : « L’UEJF a un local, mais elle se situe plutôt comme organisation culturelle que religieuse. Des sandwichs casher sont servis, mais les membres se présentent plus comme pratiquants d’un mode de vie que comme croyants. »

42Pour ce qui est des activités sur le campus, elles s’avèrent possibles moyennant une autorisation du doyen pour afficher dans l’établissement concerné. Les activités culturelles sont autorisées, mais pas les activités cultuelles, du moins habituellement. L’UEJF considère le culte non pertinent sur le lieu d’étude. Cependant, il leur arrive d’organiser des fêtes religieuses avec les étudiants, que des « sabbats pleins aient lieu dans des Grandes Écoles qui disposent de locaux permettant le culte (Polytechnique, HEC, Supélec…) ».

43De même, l’association des Juifs des Grandes Écoles (AJGE) organise des activités très diversifiées. À titre d’exemple, un colloque se tient chaque année autour d’un thème central du judaïsme : le temps au regard du judaïsme, le crime contre l’humanité, l’antisémitisme et les intellectuels, le juif dans la cité. Ces rencontres ont lieu dans les lieux prestigieux comme le Sénat, le Palais des Congrès de Paris, la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette. L’AJGE organise aussi des voyages et week-ends, des conférences, des soirées, des sorties au restaurant, au théâtre. Là aussi, plusieurs rendez-vous permettent de célébrer les différentes fêtes juives. Des allumages de bougies sont organisés dans les écoles comme HEC.

44On constate donc que la frontière entre cultuel et culturel est souple et ne semble pas poser de problème particulier aux yeux des responsables de ces associations, mais la religion s’extériorise plus au niveau des fêtes religieuses que de la prière quotidienne. Assez souvent, les personnes rencontrées ont évoqué le contenu de leur tradition religieuse. Mais, dans l’ensemble, ce n’est pas la confession de foi qui est mise en avant, mais l’identité d’une culture et d’un peuple. Il est très rare d’observer des actes de prosélytisme.

  • 45 Rencontré à Paris le 9 février 2005. On pourra consulter sa contribution dans E. Martini (dir.), La (...)
  • 46 F. Messner, P.-H. Prélot, J.-M. Woehrling (dir.), Traité de droit français des religions, Paris, Li (...)

45Concrètement, la revendication d’activité religieuse et cultuelle au cœur des campus est faible. Ce n’est pas le lieu où accomplir la prière qui, selon le rabbin P. Haddad45, est avec la bienfaisance la prescription de base du judaïsme. Le rabbin considère d’ailleurs qu’il est indigne de prier dans des lieux non appropriés et parfois insalubres. Étant saufs le respect des principales fêtes religieuses et du jour du sabbat, il considère que le lieu habituel de la prière est la synagogue. L’aumônerie a pour vocation d’exister comme lieu d’enseignement, d’échange sur des sujets d’actualité et de travail. Dans cette perspective, la dimension cultuelle n’y semble pas présente en tant que telle. Aux aumôneries d’établir une charte où les aumôniers se portent garants qu’il n’y aura pas de débordement et trouvent des garde-fous. Sa position, tout à fait favorable à la laïcité, est en parfaite consonance avec le principe fondamental du droit hébraïque qui gouverne le rapport de tout juif à l’État : « La loi du royaume a force de loi ». Dans cet esprit de laïcité, l’organisation du culte israélite en France est entrée sans difficulté dans la loi du 9 décembre 1905, sauf évidemment dans les départements d’Alsace-Moselle, dont le régime demeure fondé sur l’ordonnance royale du 25 mai 184446.

  • 47 J. Djibu, étudiant à Orsay, entretien téléphonique des 10 et 28 février 2005.

46Dans le même esprit, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), est favorable à la laïcité qui s’inscrit dans l’édification du citoyen de la République : les adhérents de l’UEJF se considèrent comme appartenant d’abord à la communauté citoyenne, comme le souligne son président : « Les adhérents de l’UEJF appartiennent à la ‘communauté des citoyens’ avant tout. Le religieux peut néanmoins être mis en avant dans la sphère privée47. »

IV. L’islam et l’aumônerie

  • 48 Courrier du 22 mars 2005.
  • 49 Entretien téléphonique du 28 août 2005.

47La prière, le port du foulard islamique et les prescriptions alimentaires sont au centre des débats et du questionnement sur la laïcité à l’Uuniversité. On retrouve le caractère problématique de l’exercice du culte et des signes trop visibles d’identité, vite interprétés comme du prosélytisme. Les remarques de l’aumônier Michel Guillaud48 sont intéressantes pour situer le cadre de la présence musulmane à l’Université : « Les aumôneries ont été inventées dans les pays sécularisés, où il n’y a pas d’enseignement religieux à l’école. En pays musulman, il y a un enseignement religieux obligatoire et noté jusqu’au bac quand ce n’est pas jusque dans l’enseignement supérieur. La société tout entière est religieuse et éducatrice ». Dans ces conditions, ainsi que nous le confirme M. Al Midani49, le droit interne islamique ne dit mot des aumôneries et de l’assistance spirituelle. Il n’y pas, selon lui, de règles précises concernant ces réalités dans le droit musulman. Des traditions existent selon les pays, mais rien n’est formalisé dans les textes.

  • 50 Expression qui désigne la France hormis les trois départements concordataires.

48Depuis la réforme du statut des associations et sa libéralisation en faveur des étrangers, les associations musulmanes étudiantes s’appuient, en Vieille France50 tout au moins, sur la loi de 1901. Quelle est la réalité locale ? Qu’en est-il dans le reste de la France ?

A. La réalité locale en Alsace-Moselle

  • 51 Pasteur protestant responsable des relations avec l’islam.

49D’après Ove Ullestad51, « il y a 60 lieux de culte musulmans en Alsace, 50 en Moselle ; la mosquée de la Meinau, gérée par des musulmans turcs ou d’origine turque, est la plus grande mosquée d’Europe. Mais l’espace religieux français est encore occupé majoritairement par les chrétiens ». Ce constat nous rappelle que le cadre dans lequel l’islam évolue en France et spécialement en milieu universitaire est celui d’une situation minoritaire. C’est ce qu’étayent les personnes de confession musulmane que nous avons rencontrées.

50« Il n’existe pas d’aumônerie universitaire à proprement parler, mais des groupes d’étudiants intéressés. Ils ont une action, mais pas de statut officiel », nous dit un responsable d’une mosquée de Strasbourg davantage tournée vers le Maghreb. L’islam essaie tant bien que mal d’utiliser le concept d’aumônerie. L’aumônier tient la place de l’imam dans une aumônerie d’hôpital, de prison. Il n’est pas impossible qu’un jour, il en soit de même à l’Université. À Strasbourg, les étudiants prennent contact avec la mosquée en début d’année universitaire pour demander un logement ou pour suivre un cours d’arabe. À cette occasion, il peut leur être demandé de prendre une part active à la mission notamment s’ils bénéficient d’un logement au sein de la mosquée. Il reconnaît la frilosité musulmane en ce que les musulmans ont peur d’attaquer le texte sacré par peur du blasphème. Aucune confession n’est épargnée par le phénomène identitaire et intégriste, mais fort heureusement, aucune ne saurait s’y réduire. L’ouverture est la règle notamment dans la rencontre des autres confessions.

  • 52 Intervenant à la table ronde du 29 janvier 2009.

51Mohamed Latahi52 considère le dialogue interreligieux comme un lieu d’écoute de l’autre, mais refuse d’y voir une instance où les dogmes sont discutés (que dit l’autre de sa foi ? Qui prie-t-il ? Etc.). Pour le musulman, l’efficacité de la prière est évidente et l’essentiel n’est pas dans les questions liturgiques.

  • 53 Rencontré le 22 décembre 2004 à la mosquée de Strasbourg.

52Un jeune53 en responsabilité attribue à la mosquée un rôle de formation et de traduction. Elle encadre les jeunes, donne des cours de religion notamment pour les convertis et les jeunes étudiants. Il y a un cours hebdomadaire. La priorité est de « sauver » les jeunes musulmans en perte d’identité ou qui sombrent dans la délinquance. L’objectif le plus important demeure de transmettre la religion, notamment l’islam spirituel trop effacé devant l’islam intellectuel ou l’activisme. Selon lui, on pourrait solliciter un lieu de prière dans une résidence universitaire, mais ce ne semble pas être une priorité et, d’une manière générale, le souci des jeunes ne figure pas au nombre des urgences. Le projet d’aumônerie existe, mais personne ne s’y attelle vraiment.

B. Dans les autres départements

  • 54 Étudiants musulmans de France.

53Selon M. Seddiki, de la Grande Mosquée de Paris, les aumôneries d’étudiants en France sont à l’état embryonnaire. Vingt-cinq étudiants suivent des cours d’islamologie à la Grande Mosquée. Ce n’est pas à proprement parler une aumônerie. L’EMF54 agit quant à elle dans quatre directions : le sport et les loisirs, l’aide sociale, l’engagement syndical, l’action culturelle. Le culte n’est pas cité dans cette liste. L’organisation participe à l’animation du campus universitaire par l’organisation de manifestations culturelles et scientifiques et aspire à défendre les intérêts de tous les étudiants et les intérêts spécifiques des étudiants musulmans. Elle contribue à la réflexion pour l’intégration de l’islam en France. L’étudiant musulman a une spécificité, il est porteur d’une éthique. Il ne se reconnaît pas dans le système universitaire actuel où il ne trouve pas de structure qui réponde de manière appropriée à ses besoins spécifiques. L’association lui propose donc un cadre qui puisse prendre en charge tous les aspects de sa vie universitaire.

  • 55 Propos d’un étudiant de Jussieu répondant le 22 décembre 2004 à l’enquête de la Commission laïcité (...)
  • 56 Aumônier de Vincennes, janvier 2005.

54À côté de l’EMF, dans l’orbite de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), tunisienne, existe l’Association des Étudiants islamiques de France, AEIF, marocaine. Les groupes musulmans sont présents à Jussieu où « l’association Averroès et l’UOIF présentent des listes aux élections des instances représentatives des étudiants et obtiennent des locaux vu le bon niveau de leurs résultats »55. Un aumônier à Vincennes-Saint-Denis fait la remarque suivante : « Les musulmans, souvent ne posent pas les problèmes de diffusion comme nous. Ils ont des organisations culturelles, le plus souvent ethniques ou nationales. À ce titre, ils peuvent organiser une soirée “culturelle” pendant le ramadan, même si au début de la soirée, quelques-uns installent plus ou moins discrètement leur tapis de prière dans quelque salle avoisinante56. »

55La question de l’égalité des religions se pose, en pratique, à propos des prières rituelles et en matière de nourriture. On peut penser qu’il semble difficile de prendre en compte les prières rituelles, à horaire mobile selon l’allongement des journées (d’autant que, en pratique, il est possible d’attendre la pause). De même, pour la prise en compte de l’heure (mouvante) de la rupture du jeûne en temps de Ramadan, les étudiants peuvent s’adapter. En revanche, on pourrait imaginer que l’École et l’Université prennent en compte les dates des deux Aïd, au moins pour ne pas y placer d’examen et tolérer une absence. S’il est envisageable de prendre en compte une ou deux grandes fêtes dans l’année, il semble un peu illusoire de modifier le rythme de chaque semaine ou de tout un mois dans l’année.

  • 57 Terme employé notamment au restaurant universitaire pour désigner une entrée ou un dessert.
  • 58 On se réfère ici aux réflexions écrites et orales de M. Guillaud.

56En matière de nourriture, presque tous les lieux de restauration collective proposent aujourd’hui une alternative à la viande de porc. Mais ils ne proposent pas de viande sacrifiée selon le rite musulman, ni de menu casher. Dans ces cas-là, il y a toujours possibilité de s’abstenir, ou de prendre le légume sans viande, ou un « périphérique »57 de plus. On fait des menus halal ou casher dans les lieux où les personnes sont privées de leur liberté de déplacement (prisons, hôpitaux). Ce n’est pas le cas à l’Université58.

  • 59 Ibid.

57En ce qui concerne la pratique du culte, l’Université Paris XIII a déploré le fait, pour certains étudiants, d’entrer et sortir de la salle de cours pour se passer un tapis de prière59. Là, nous sommes peut-être dans le cadre d’une provocation, mais il existe des demandes de lieux de prière à Villeurbanne de la part des étudiants musulmans. Il est vrai qu’en ce lieu qui rassemble les trois monothéismes et que certains appellent « la petite Jérusalem », ils sont les seuls à formuler cette demande.

58Il existe des salles de prières sur le campus à Saint-Denis, dans les résidences universitaires à Antony, à Villeneuve-d’Ascq ou à Bordeaux. Sur d’autres campus, des étudiants prient dans les escaliers, ou dans les sous-sols de leur université, comme à Bobigny (Paris XIII) plutôt que de fréquenter les mosquées voisines.

59Notre aperçu de la pratique des acteurs religieux nous amène au constat d’une activité déployée dans un grand respect des personnes, soucieuse des préoccupations des étudiants voire des enseignants, désireuse de contribuer à la tâche éducative de l’université. Là aussi, la réalité est variée et parfois antinomique. Il convient de souligner le caractère multiforme de la présence religieuse à l’Université et l’urgence qu’il y a à éviter les crispations identitaires que celles-ci soient religieuses ou laïques. Bien souvent, les grandes religions peuvent quelque peu apparaître comme les otages de leurs extrémismes. Une attitude ouverte est donc souhaitable, car il s’agit de coopérer à la même mission d’éducation.

Notes

1 Th.-X. Girardot, Intervention au colloque La laïcité à l’Université, organisé le 19 septembre 2003, p. 27-30. Voir http://www.cpu.fr/uploads/tx_publications/Actes_Laicite_2003.pdf (consulté le 10 mai 2012).

2 C. Kintzler, « La laïcité à l’Université : note sur la question des signes religieux à l’université », 3 décembre 2007, UFAL École, no 126, voir http://www.ufal.info/_archive_ufal/media_ecole/,article,46,,,,,_La-laicite-a-l-Universite-Note-sur-la-question-des-signesreligieux-a-lruniversite.htm (consulté le 10 mai 2012).

3 « Il apparaît tout à fait judicieux d’insérer dans ce type de convention une clause type interdisant clairement l’utilisation à des fins de prosélytisme religieux », dans Ch. Mestre (dir.), Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, 28 juillet 2004, p. 18.
Voir http://www.cpu.fr/uploads/tx_publications/Laicite_Enseignement_superieur.pdf (consulté le 10 mai 2012).

4 Le Monde, 10 septembre 2004.

5 Avant-propos de M. Laurent dans Ch. Mestre (dir.), Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. cit., p. 1.

6 Ch. Mestre, « Université : Discuter, mais rester ferme », Propos recueillis par C. Maillard, France-Soir, novembre 2004.

7 Nous laissons de côté le droit canonique des Églises orientales.

8 C’est ce qui ressort de l’intervention de Madame Nathalie Becquart à la table ronde du 29 janvier 2009, au Palais universitaire de Strasbourg, précédant la journée d’étude consacrée à la religion à l’Université.

9 Du 29 août au 2 septembre 2007.

10 Voir infra, I, a, 1).

11 Intervention à la table ronde du 29 janvier 2009.

12 Dans un courrier du 4 décembre 2004 en réponse à l’enquête de la Mission Étudiante Catholique de France (MECF).

13 Réponse à l’enquête de l’aumônier de janvier 2004.

14 L’aumônier Christiane Joly nous fait part de difficultés constantes dans les relations avec les autres associations étudiantes.

15 Réponse à l’enquête du 13 décembre 2004.

16 Mouvement de la jeunesse catholique de France.

17 Réponse à l’enquête du 21 décembre 2004.

18 Des aumôniers catholiques constatent certains faits. Ainsi, à Villeneuve-d’Ascq, un aumônier souligne la présence de plus en plus marquée des communautés musulmanes à tendance intégriste sur le campus de Lille I (Réponse du 17 décembre 2004 de l’aumônier à Villeneuve-d’Ascq à l’enquête de la MECF).

19 Courrier précité du 13 décembre 2004.

20 M. Guillaud, réponse à l’enquête, courrier du 17 décembre 2004.

21 Ce « diagnostic » fait écho à ce qui a pu être observé au niveau des aumôneries de l’enseignement secondaire public.

22 Ch. Mestre, Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. cit., p. 17.

23 Nous faisons ici état d’un témoignage recueilli lors de contacts téléphoniques ou épistolaires avec l’aumônier qui, en accord avec l’avocat, a bien voulu nous communiquer des éléments du dossier. Ces contacts datent de janvier 2005.

24 Voir l’article 2 des statuts de l’association « Association Saint-Yves », en application de la loi du 1er juillet 1901.

25 Lettre du 28 avril 2004 au président de l’Université de Rennes I.

26 Les articles 4 et 19 de la loi du 9 décembre 1905 confient à ces associations, qui doivent avoir exclusivement pour objet l’exercice du culte, le soin de recevoir les biens des établissements publics du culte après la séparation. En l’espèce, les services de la Préfecture avaient, par erreur, donné comme objet à l’association le culte. L’erreur a été corrigée par la suite.

27 Lettre du 28 avril, op. cit.

28 CE, 26 juillet 1996, Université de Lille II, Rec., p. 924 et Droit adm., nov. 1996, p. 22.

29 Faits rapportés par F. Mouret, président de l’Université de Haute Bretagne-Rennes II, intervention au colloque La laïcité à l’Université, organisé le 19 septembre 2003, op. cit., p. 19.

30 Th.-X. Girardot, Intervention au colloque La laïcité à l’Université, organisé le 19 septembre 2003, op. cit., p. 27.

31 Laïcité et Enseignement supérieur. Guide, op. cit., p. 22.

32 M. Guillaud, aumônier à Lyon, arabisant et bon connaisseur de l’islam, rencontré à Strasbourg le 13 mars 2005. L’association Saint-Yves a depuis gagné son procès dans un jugement du tribunal administratif de Rennes du 12 décembre 2006. La décision du Président de l’Université, en date du 8 mars 2004, a été reconnue comme insuffisamment motivée. Mais le fond n’a pas été examiné.

33 Nous avons rencontré les aumôniers le 8 février 2005 dans les nouveaux locaux de l’aumônerie, situés hors de l’Université.

34 Art. 8 : « Les locaux mis à la disposition des associations par l’Université ne peuvent être utilisés pour l’exercice d’un culte ou pour des activités prosélytes. »

35 Pour l’anecdote, les aumôniers disposent encore d’une place de stationnement et d’un passe pour entrer à l’Université.

36 Concernant le prosélytisme, c’est la crainte du loup dans la bergerie qui est le moteur de ces dispositions. Les activités d’aumônerie catholique dans certains établissements d’enseignement secondaire ont fait l’objet des mêmes réticences, pour les mêmes motifs, plus ou moins ouvertement déclarés par les chefs d’établissement. Voir supra, A. Fornerod, « L’aumônerie de l’enseignement secondaire public : état des lieux et pratiques administratives ».

37 C’est ce qu’affirme monsieur Gérard Janus dans son intervention du 29 janvier 2009.

38 Statuts de l’Association des Groupes bibliques universitaires de France, art. 10.

39 Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg, rencontré le 19 janvier 2005 à Strasbourg.

40 Séminaire protestant et restaurant universitaire, à Strasbourg.

41 Rencontré à Bischheim (67) le 12 janvier 2005.

42 Intervenant à la table ronde du 29 janvier 2009.

43 Entretien téléphonique du 11 février 2005.

44 Position exprimée au cours de la table ronde du 29 janvier 2009.

45 Rencontré à Paris le 9 février 2005. On pourra consulter sa contribution dans E. Martini (dir.), La prière, ce qu’en disent les religions, Paris, Les éditions de l’atelier/Éditions ouvrières, 2001, p. 23-47.

46 F. Messner, P.-H. Prélot, J.-M. Woehrling (dir.), Traité de droit français des religions, Paris, Litec, 2003, p. 229.

47 J. Djibu, étudiant à Orsay, entretien téléphonique des 10 et 28 février 2005.

48 Courrier du 22 mars 2005.

49 Entretien téléphonique du 28 août 2005.

50 Expression qui désigne la France hormis les trois départements concordataires.

51 Pasteur protestant responsable des relations avec l’islam.

52 Intervenant à la table ronde du 29 janvier 2009.

53 Rencontré le 22 décembre 2004 à la mosquée de Strasbourg.

54 Étudiants musulmans de France.

55 Propos d’un étudiant de Jussieu répondant le 22 décembre 2004 à l’enquête de la Commission laïcité de la Mission étudiante.

56 Aumônier de Vincennes, janvier 2005.

57 Terme employé notamment au restaurant universitaire pour désigner une entrée ou un dessert.

58 On se réfère ici aux réflexions écrites et orales de M. Guillaud.

59 Ibid.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search