Version classiqueVersion mobile

Assistance spirituelle dans les services publics

 | 
Anne Fornerod

Deuxième partie. L’assistance spirituelle dans l’enseignement secondaire public

Les aumôneries catholiques de l’enseignement public

Claire Escaffre

Texte intégral

I. Le nombre d’aumôneries

1Il est toujours difficile de répondre à la question du nombre des aumôneries catholiques de l’enseignement public, car les chiffres changent selon que l’on prend en compte la réalité administrative ou la réalité pastorale ecclésiale. Si l’on prend en compte les services d’aumônerie officiellement reconnus auprès d’un établissement par le rectorat, l’on peut dire qu’il y a environ 2 800 aumôneries catholiques. Mais si l’on considère la réalité pastorale ecclésiale – à savoir les équipes d’aumôneries nommées par les autorités diocésaines pour rejoindre les collégiens et lycéens de l’enseignement public –, on évalue à environ 2 000 le nombre d’aumôneries, qui rejoignent des jeunes de 3 600 établissements. Car il n’est pas rare qu’une aumônerie soit constituée pour plusieurs établissements. C’est souvent le cas dans les villes, où l’on trouvera une aumônerie pour les différents lycées de la ville, même s’il existe une reconnaissance pour chacun des établissements, soit qu’il s’agisse de regroupements récents, soit qu’il en ait été décidé ainsi dès la création des aumôneries, notamment lors de la construction des villes nouvelles.

2Pour continuer dans l’ordre des chiffres, les aumôneries rejoignent actuellement environ 100 000 jeunes, accompagnés par 10 000 adultes ou jeunes aînés.

II. Fonctionnement des aumôneries : interne ou externe

3À la création des aumôneries, au xixe siècle, le modèle était bien celui d’un fonctionnement interne à l’établissement sous la forme de cours d’instruction religieuse dispensés aux élèves dont les parents faisaient la demande par un prêtre, ou un adjoint, cours intégrés aux horaires de l’ensemble des enseignements. Ce modèle a peu à peu volé en éclats d’abord sous l’effet des changements de pédagogie de la foi, faisant sortir du modèle instruction-enseignement, mais aussi avec l’« explosion » scolaire des années 1960-1980.

4L’ouverture massive de collèges, puis de lycées a vu des centaines de parents demander l’ouverture d’aumôneries dans les nouveaux établissements, mais aussi s’engager pour animer ces aumôneries, comme responsables ou comme catéchistes-animateurs.

5Contrairement aux établissements anciens dont l’aumônerie fonctionnait naturellement à l’intérieur, car scolarisant des jeunes venant d’un large territoire, ce qui justifiait souvent l’existence d’un internat, ces nouveaux établissements ont été construits au plus proche de l’habitat des jeunes. Particulièrement en zone urbaine, la reconnaissance d’aumônerie est alors souvent accordée avec fonctionnement externe, l’aumônerie étant considérée comme capable de rassembler les jeunes à proximité de leur lieu d’habitation. En revanche, en zone rurale, le fonctionnement interne à l’établissement est très souvent autorisé (y compris ces dernières années), même lorsque l’établissement n’offre pas d’internat.

6D’après les chiffres dont nous disposons, parmi les aumôneries reconnues, environ 600 le sont avec une autorisation de fonctionnement interne à l’établissement, parmi lesquelles on peut estimer que, aujourd’hui, entre 150 et 200 fonctionnent réellement à l’intérieur des établissements. Si un certain nombre d’entre elles ont préféré faire le choix de rencontrer les jeunes à l’extérieur de l’établissement, souvent pour des questions de disponibilité à la fois des jeunes et des animateurs, un bon nombre n’a pu maintenir une présence à l’intérieur des établissements à la suite de difficultés rencontrées avec l’administration, allant des horaires réservés à l’aumônerie, dissuasifs pour les jeunes, à l’absence de salle ou au refus pur et simple opposé, malgré la reconnaissance officielle de l’aumônerie, avec autorisation de fonctionnement interne.

III. La demande des parents

7C’est la demande des parents qui fonde et justifie l’existence des aumôneries dans le cadre de l’enseignement public, aumôneries qui permettent de « concilier obligation scolaire avec le désir de parents de faire donner une éducation religieuse à leurs enfants s’ils le souhaitent » comme l’a rappelé encore récemment la circulaire du 18 mai 2004, sur l’application de la loi sur la laïcité du 15 mars 2004.

  • 1 Articles L. 141-2 et L. 141-3 du Code de l’éducation.

8C’est en effet en contrepartie de l’obligation scolaire qui a force de loi sur l’autorité parentale que l’État s’engage à assurer aux parents qui le demandent la possibilité pour leurs enfants de recevoir un enseignement religieux dans le cadre scolaire public, en vertu du principe constitutionnel de liberté de conscience1. Cette demande des parents, comment la voyons-nous se manifester aujourd’hui ? Quelles évolutions pouvons-nous repérer ? La situation est souvent à l’image du système scolaire, ainsi qu’à l’image du tissu social et ecclésial, qui pourrait engendrer différentes « catégories » d’aumôneries.

9Les aumôneries de centre-ville (et pas seulement dans les grandes villes) constituent la catégorie historiquement la plus ancienne, avec un milieu social équilibré, même s’il est diversifié. Les établissements scolaires « classiques » touchent des jeunes de milieux sociaux plutôt favorisés où les parents ne craignent pas d’inscrire leurs enfants. L’aumônerie s’appuie alors sur une demande cohérente de parents, solide et convaincue. Dans le cas de nouveaux établissements, ces parents se manifestent et s’organisent pour demander la création d’une aumônerie.

10Le « périurbain » présente des situations très contrastées en fonction des situations et des populations, qui peuvent amener des bouleversements notables, notamment avec des transformations de la population de certains quartiers. À titre d’exemple, à Montpellier, un quartier habité à l’origine par une population ouvrière d’origine française, a vu ses habitants peu à peu remplacés au fil des déménagements-emménagements, par des familles originaires du Maghreb, si bien que l’aumônerie catholique, très vivante dans les années 1970-1980, s’est peu à peu vidée des jeunes qui la fréquentaient. Il faut également considérer les quartiers de cités populaires où sont arrivées des familles antillaises et africaines à forte proportion catholique, avec une forte demande de transmission religieuse. Ces jeunes se retrouvent nombreux dans bon nombre d’aumôneries des banlieues.

11Le « rurbain », qui correspond à ces villes-dortoirs aux grandes périphéries des zones urbaines, souvent mal desservies par les transports. Des zones où viennent habiter de plus en plus de familles des classes moyennes, chassées par le prix de l’immobilier des grandes villes. Cet afflux de population nouvelle et souvent jeune amène la création de nouveaux établissements scolaires, notamment des collèges. Mais c’est une population où la demande d’aumônerie est plutôt faible, tant pèse sur leur rythme de vie le poids des transports et de la fatigue du travail.

12Le rural se compose de situations extrêmement diversifiées, entre le rural qui n’a pas encore achevé les mutations de l’exode rural, avec une population vieillissante qui continue à diminuer si bien que des établissements se vident et ferment, et d’autres zones qui attirent des populations nouvelles, notamment par les effets de l’attrait touristique. Souvent, la demande est alors suffisamment forte de leur part pour permettre l’ouverture d’aumônerie, avec fonctionnement interne quand l’établissement couvre un périmètre très élargi de carte scolaire qui ne permettrait pas de réunir les jeunes autrement.

13Il ne faut pas oublier que les jeunes majeurs peuvent faire pour eux-mêmes la démarche de demande d’ouverture d’une aumônerie. Ce qui arrive, même si ce n’est pas la majorité des situations.

IV. Le choix du lien avec la réalité scolaire de la vie des jeunes

  • 2 Circulaire no 2004-084 du 18 mai 2004, JO du 22 mai 2004.

14L’aumônerie catholique de l’enseignement public a toujours maintenu le choix d’entretenir, autant qu’il était possible, les liens institutionnels avec les établissements scolaires, à partir du moment où les demandes faites par les parents permettaient ces contacts, ainsi qu’avec les autorités académiques compétentes, rectorats ou inspections d’académie. Ce choix cherche à exprimer la prise en compte par l’Église de France du monde scolaire public, la reconnaissance de l’effort éducatif de ceux qui y travaillent et le souci des jeunes qui y sont scolarisés. En faisant exister les aumôneries catholiques de l’enseignement public, l’Église reconnaît la place que le fait et le temps scolaires occupent dans la structuration de la vie des jeunes, et donc pour leur foi, pour ceux d’entre eux qui sont croyants. Elle manifeste également son soutien à la démarche des parents qui souhaitent concilier l’éducation de la foi de leurs enfants avec leur scolarisation dans l’enseignement public2.

15Cette attention à la dimension scolaire des adolescents marque profondément le projet éducatif de l’aumônerie de l’enseignement public. L’aumônerie cherche à accompagner leur croissance humaine et spirituelle à travers tout ce qui fait leur vie de collégiens et de lycéens. Il s’agit de prendre en compte ce qu’ils vivent dans la classe ou dans l’établissement, où tant de choses se jouent dans les relations avec les autres, dans la construction de l’image de soi positive ou négative, mais aussi de pouvoir répondre aux questions de sens qu’ils se posent, dont certaines sont ouvertes par les différentes matières abordées en cours. Les animateurs d’aumôneries ont également le souci des questions abordées dans les programmes scolaires qui peuvent croiser les thématiques de construction de la réflexion croyante des jeunes : tout ce qui touche aux rapports entre la science et la foi, ce qui permet de concilier intelligence du monde et intelligence croyante. Ce sont aussi les textes bibliques abordés comme textes fondateurs de l’humanité, ou encore le fait religieux étudié notamment en histoire. Il s’agit là encore d’accompagner la croissance de l’intelligence et de l’esprit critique des jeunes en leur permettant de concilier exigence intellectuelle et foi, et ainsi les aider à grandir dans la liberté.

16Les différents projets de l’aumônerie de l’enseignement public s’attachent également à développer l’attention à la dimension sociale de l’éducation des adolescents, telle que l’éducation à la citoyenneté ou encore l’éveil à la solidarité internationale ou au développement durable, tous thèmes auxquels l’Éducation nationale porte attention, et qui rejoignent les jeunes dans leur désir d’être acteurs dans le monde, mais rejoignent aussi profondément les intuitions de l’enseignement social de la foi chrétienne.

17On peut noter un certain nombre de projets conjoints entre un collège et une aumônerie autour de thèmes communs, comme le développement durable, la préservation de l’environnement, la solidarité internationale, le commerce équitable, etc. Mais ce peut-être aussi tout ce qui touche à la vie sociale ou civique (les élections, les élections de délégués de classe). Des expositions communes ont ainsi pu être réalisées, des projets communs en lien avec des associations locales, des animations communes à l’occasion du Téléthon…

V. Les différentes formes d’aumôneries

18Qu’elles fonctionnent à l’intérieur ou à l’extérieur des établissements, quelles sont les différentes formes que prennent les aumôneries dans les rencontres avec les jeunes ?

Les aumôneries avec fonctionnement interne

19À l’intérieur des établissements, ce sont surtout des groupes de jeunes collégiens, élèves de sixième ou cinquième, qui se réunissent dans des salles mises à disposition, pendant les heures laissées libres par l’emploi du temps.

20Lorsqu’il n’est pas possible de trouver un créneau horaire commun aux élèves, ces rencontres sont proposées pendant les heures d’interclasses à midi. Généralement, les niveaux sont alors plus mélangés.

21En réponse à la demande de parents, la création d’une aumônerie avec fonctionnement interne est de droit lorsqu’il y a internat. Avec le développement de la demande d’internat aujourd’hui, des demandes nouvelles apparaissent de la part des parents et des jeunes, mais aussi parfois des établissements eux-mêmes. Une aumônerie interne a ainsi pu être instituée dans un collège avec internat scolarisant des jeunes porteurs de handicap en région parisienne. Ces jeunes connaissant de très grandes difficultés de déplacements, un local propre est réservé à l’aumônerie et les événements essentiels de la vie de l’aumônerie ne peuvent avoir lieu que dans l’établissement.

22Dans les lycées, les rencontres d’aumônerie sont souvent proposées à l’heure de midi, quand les horaires le permettent, la journée continue rendant souvent difficile de pouvoir réunir les jeunes pendant ce créneau. Pour pallier cette difficulté, certains établissements ont pris la décision de fournir aux élèves inscrits à la cantine des paniers-repas pour leur permettre d’aller à l’aumônerie. Ces moments sont des temps d’accueil, d’écoute et aussi de débats entre jeunes sur différentes thématiques, souvent proposés par les jeunes eux-mêmes.

23Dans ces différentes formes de rencontres, la proposition de l’aumônerie est bien entendu une proposition confessionnelle. Elle s’attache cependant à respecter le caractère laïque du système éducatif public en donnant tout son poids à la dimension humaine et sociale de l’existence, considérée comme lieu de l’exercice de la vie de foi. Les membres des équipes d’aumônerie intervenant dans les établissements s’attachent à respecter le caractère de neutralité du lieu qui les accueille. Les réalités seront sensiblement différentes selon que l’aumônerie rejoint les jeunes dans ou à l’extérieur des établissements.

Les aumôneries avec fonctionnement externe

24Il s’agit là de la très grande majorité des aumôneries. Le lien aux établissements consiste alors à prendre contact avec le chef d’établissement pour convenir avec lui des modalités d’information de l’existence de l’aumônerie aux familles des nouveaux inscrits. Beaucoup de ces familles ne sont en effet pas forcément suffisamment en lien avec le réseau ecclésial local pour en être informées autrement. Ces contacts avec le chef d’établissement permettent également d’échanger sur les différents projets de l’établissement ou de l’aumônerie, parfois également de coordonner les calendriers de façon à éviter que des moments importants de l’aumônerie, telles que les retraites en vue de la profession de foi ou de la confirmation, aient lieu en même temps que des voyages scolaires, par exemple. Mais il demeure que ces liens restent très ténus, et n’ont que fort peu d’impact sur l’ensemble de la vie de l’établissement. Et au regard de la modestie de cet impact, il est toujours surprenant de constater la virulence de certaines réactions, notamment lors des conseils d’administration, quand la question de la création d’une aumônerie est mise à l’ordre du jour. Il apparaît là que l’on est face à des prises de positions idéologiques plus que rationnelles.

VI. Les rapports entre l’aumônerie de l’enseignement public et l’Éducation nationale

  • 3 Code de l’éducation, article L. 141-2 : « Suivant les principes définis dans la Constitution, l’Éta (...)

25Nous avons déjà souligné le choix fait par les aumôneries catholiques de l’enseignement public d’être toujours en lien avec les établissements et pour cela de faire jouer pleinement les liens institutionnels posés par la réglementation pour assurer le respect de toutes les croyances et de liberté des cultes et de l’instruction religieuse, inscrits dans le Code de l’éducation3.

Les liens d’institution à institution : rectorat et académie

26Pour tout ce qui concerne la reconnaissance d’aumôneries dans des établissements nouveaux ou non encore pourvus, ainsi que les agréments des nouveaux responsables d’aumônerie, c’est au niveau diocésain que les liens et démarches sont effectués, par l’évêque ou son représentant (souvent le responsable diocésain de l’aumônerie de l’enseignement public) entre le représentant de l’Éducation nationale, recteur ou inspecteur d’Académie, lorsque celui-ci a reçu délégation rectorale sur ces questions. Ces relations d’institution à institution se passent le plus souvent fort bien, les interlocuteurs chargés de ces dossiers connaissant généralement bien la réglementation et sont attentifs à ce qu’elle soit respectée. Il est cependant à noter qu’il n’existe pas de formulaire unifié à travers les différentes académies pour traiter ces questions, notamment en ce qui concerne les décisions des recteurs portant sur la création d’un service d’aumônerie dans un établissement, ce qui ne permet pas toujours de conserver des traces d’archives suffisamment précises des décisions prises.

Les liens au niveau local avec les chefs d’établissement

27Localement, ce sont les responsables ayant reçu l’agrément du rectorat ou de l’académie qui entrent en relation avec le chef d’établissement, ou un membre de l’équipe de direction. Les relations sont souvent bonnes lorsqu’une certaine stabilité dans les nominations a permis au chef d’établissement de connaître le responsable d’aumônerie et de pouvoir constater et apprécier le travail éducatif réalisé par l’aumônerie auprès des jeunes. Le collège et le lycée correspondent à l’âge de la traversée de l’adolescence, avec tous les risques de fragilités potentielles que l’on connaît. Les chefs d’établissement savent reconnaître la qualité de la proposition éducative qu’offre l’aumônerie à leurs élèves. Cette reconnaissance mutuelle de compétence peut aider à des collaborations bénéfiques, particulièrement lorsque des jeunes vont mal. L’aumônerie peut même être appréciée comme ce lieu d’accueil, respectueux de la liberté de chaque jeune, qui permet écoute et accompagnement à ceux qui la fréquentent. Dans ces cas-là, la mise en place des modalités d’information aux familles ou de fonctionnement de l’aumônerie rencontre peu de problèmes.

28Les choses peuvent s’avérer en revanche plus difficiles lors de changements de chefs d’établissement, ou avec certains chefs d’établissements hostiles à l’aumônerie au nom de leur conception de la laïcité. Il s’avère que cette réserve est souvent liée à une méconnaissance des textes régissant l’existence et le fonctionnement des aumôneries même si des progrès ont été faits en ce sens, avec les derniers outils mis par le ministère à la disposition des chefs d’établissement, où figurent les textes concernant les aumôneries. Bien souvent, l’échange et l’information permettent de faire tomber les préventions et de trouver les modes d’information ou de fonctionnement de l’aumônerie. Parfois, cela ne suffit pas et peut justifier la mise en œuvre de clarifications institutionnelles. L’expérience montre que, bien souvent, quand les chefs d’établissement peuvent s’appuyer sur des documents clairs sur ces questions touchant à la laïcité, émanant du rectorat ou de l’inspection d’académie pour pouvoir répondre aux objections des différents membres de la communauté éducative, les choses s’apaisent plus facilement. Ils ne font alors qu’appliquer la loi, sans que l’on puisse leur reprocher d’agir au nom d’une position personnelle contestable.

VII. L’attention au monde scolaire

29Le projet de l’aumônerie catholique de l’enseignement public est d’accompagner la croissance humaine et spirituelle des jeunes collégiens et lycéens en tenant ensemble tous les pans de la réalité de la vie des jeunes, dont l’école est un des lieux les plus prégnants. C’est pourquoi les projets d’aumônerie visent à aider les jeunes à se sentir bien dans leur collège ou dans leur lycée et dans leur formation scolaire. Il s’agit pour l’aumônerie d’être à l’écoute de ce que les jeunes en disent, de ce qu’ils y vivent ; de se donner les moyens de connaître et comprendre la culture scolaire et les pédagogies mises en œuvre ; mais aussi de prolonger la réflexion sur les grandes questions existentielles de sens ouvertes par la culture scolaire. Il s’agit aussi de les faire grandir dans l’intelligence de la foi, à la hauteur de ce que l’école leur apporte sur le plan des connaissances et des compétences.

30L’aumônerie cherche à rejoindre les jeunes dans leur vie de collégiens et de lycéens, dans la conviction que l’école n’est pas la seule réalité de la vie des jeunes, ni leur seul lieu de rencontre, ou source de culture. Par le temps qu’ils y passent, les connaissances qu’ils y acquièrent, le carrefour social qu’elle constitue pour eux, la vie – et la vie chrétienne – des jeunes se joue aussi dans le cadre scolaire. L’éducation de leur foi ne peut l’ignorer.

Notes

1 Articles L. 141-2 et L. 141-3 du Code de l’éducation.

2 Circulaire no 2004-084 du 18 mai 2004, JO du 22 mai 2004.

3 Code de l’éducation, article L. 141-2 : « Suivant les principes définis dans la Constitution, l’État assure aux enfants et adolescents dans les établissements publics d’enseignement la possibilité de recevoir un enseignement conforme à leurs aptitudes dans un égal respect de toutes les croyances.
L’État prend toutes dispositions utiles pour assurer aux élèves de l’enseignement public la liberté des cultes et de l’instruction religieuse. »

Auteur

Conférence des évêques de France

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search