Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Une pratique synodale actuelle dans le diocèse de Cahors

Bernard Brajat

Texte intégral

1Mgr Norbert Turini a été nommé évêque de Cahors au printemps 2004. Ordonné en sa cathédrale le 10 octobre de cette année-là, il a réuni son Conseil presbytéral pour la session de janvier 2005. L’idée d’une « démarche synodale » ou plutôt d’un « chemin synodal » se fit jour à ce moment, bien qu'elle fut déjà dans l’air depuis quelques années.

2Un « comité de pilotage » fut désigné. Il était composé en février 2005 de quatre laïcs (dont un étudiant), une religieuse, un diacre permanent, trois prêtres (dont un étudiant en sociologie à Toulouse-Mirail). Mgr Turini me nomma responsable de ce comité : c’est à ce titre que j’ai suivi toutes les étapes de la démarche.

3Après avoir entendu le Conseil presbytéral, l’évêque ne souhaitait pas mettre en route un « synode diocésain » au sens strict tel qu’il est défini aux canons 460 à 468. En accord avec son Conseil, il préféra décliner cette démarche sous une forme plus libre : l’esprit synodal y demeurait mais non le cadre imposé par le droit canonique.

4Le dernier synode diocésain remontait à juillet 1958 sous Mgr Paul Chevrier ; auparavant des réunions synodales avaient été tenues sous l’épiscopat de Mgr Joseph Lucien Giray en septembre 1921.

5En 2005, le « synode » sera engagé par une lettre pastorale de Mgr Norbert Turini publiée pour le Carême et intitulée : « Quelle évangélisation pour le Lot ? ». Après une longue introduction il développait les étapes de cette démarche étalée sur trois ans :

  1. Réfléchir (2005-2006)

  2. Discerner et prier (2006-2007)

  3. Agir (2007-2008)

  4. Approbation et mise en œuvre (visites pastorales) 2008-2012

6Devrait suivre une phase d’évaluation des priorités missionnaires (2013-2014) au terme des visites pastorales que l’évêque aura engagées sur l’ensemble du diocèse (une semaine passée dans chaque groupement paroissial).

7Telles que nous les avons vécues à l’intérieur du Comité de Pilotage, ces différentes échéances seront parfois un peu « bousculées ». Lorsque à terme nous arriverons à la célébration d’une « Assemblée du Peuple de Dieu », pour Pentecôte 2008, et à la promulgation des cinq priorités missionnaires, le chemin parcouru révélera de fortes inflexions avec la feuille de route initiale... Mais l’Eglise diocésaine est une réalité vivante : il fallait aussi respecter les rythmes lents d’un département rural. J’ai fait le choix de parler ici de quatre étapes étalées de l’automne 2005 à l’hiver 2007-2008.

I. Une enquête « pré-synodale »

8Cette enquête va poser les bases de la réflexion que l’on souhaite engager à tous les niveaux de la vie diocésaine. En présentation du Calendrier, dont l’évêque a l’initiative, il y a une introduction significative :

2005-2006 : réfléchir. “Quelle évangélisation pour le Lot ?” : c’est tout le peuple de Dieu qui doit chercher et proposer des éléments de réponse, en se donnant avec l’enquête un instrument de travail et en définissant une méthode qui permette de :
– Donner la Parole et recevoir la Parole : à partir du partage de l’Évangile selon saint Marc, un peu partout dans les paroisses des équipes de lecture biblique se forment pour cette année pastorale 2005/2006.
– Recueillir
– Mettre en forme.

9Le calendrier de démarrage est ainsi présenté :

Date

Étape

Objectif

Du 5 septembre au 17 octobre 2005

Distribution du texte de l’enquête. La réponse, qui doit être rapide, sera facilitée par les contacts personnels.

Toucher toutes les catégories de la population (catholique ou non).

Du 1er au 15 novembre 2005

Dépouillement et restitution des réponses par le comité de pilotage aidé par des bénévoles. Rédaction d’une synthèse.

Il s’agit d’un premier constat tant quantitatif, c’est-à-dire les éléments qui reviennent le plus souvent, que qualitatif c’est-à-dire les données qui paraissent les plus significatives en positif ou en négatif.

À partir de janvier 2006 et pendant toute l’année pastorale

Un travail d’analyse, de réflexion et de compréhension est entrepris, à partir de cette première restitution par les divers groupes de chrétiens déjà constitués : paroisses, mouvements,

équipes diverses ou qui se constituent à ce moment-là.

Cette étape de réflexion demande un effort prolongé dans cet esprit de mission défini par notre évêque. On peut penser que six mois et plusieurs rencontres seront nécessaires pour transmettre au comité de pilotage des conclusions fécondes.

Juillet 2006

Document de synthèse proposant des chantiers concrets et nécessaires.

Ces chantiers seront ensuite soumis au discernement des Assemblées générales prévues en 2006-2007.

10Pour l’évêque de Cahors, « c’est tout le Peuple de Dieu qui doit chercher et proposer des éléments de réponse ». La base de cette réflexion a été élaborée dans une enquête lancée en septembre 2005. Cette enquête permit d’avoir une première « photographie » du diocèse. Notre évêque avait voulu que cette première étape soit engagée le plus largement possible – non seulement auprès des seuls catholiques – mais en direction de toutes celles et ceux qui se sentent concernés par l’Église, qui en attendent quelque chose. Il précisait également qu’il voulait prendre le temps d’écouter en acceptant de jouer le jeu, et que tout ne serait pas forcément facile à entendre.

11Au comité de Pilotage, nous avons été surpris du taux de participation, lorsqu’on sait combien nous avions dû – sans budget particulier – « jouer » à l’économie. Ainsi, ce sont les réseaux habituels des paroisses, des mouvements et des services qui avaient diffusé le questionnaire sur l’ensemble du territoire lotois. Par la suite, c’est une petite armée de bénévoles qui sera engagée dans le dépouillement des réponses. Les spécialistes en sociologie qui ont accompagné cette étape étaient des plus exigeants quant à la méthode de travail.

12Le diocèse de Cahors correspond au département du Lot. Département au nord de la région Midi-Pyrénées, marqué par un fort exode rural, accentué depuis la seconde moitié du xixe siècle. La ville de Cahors (avec une activité essentiellement administrative) est au sud du diocèse. Autrefois – avant la création du Tarn-et-Garonne – la ville se retrouvait au centre de ce que fut le Quercy. La géographie est essentiellement marquée par l’existence de petits Causses, des vallées de la Dordogne au nord, du Célé à l’est et de la vallée du Lot au sud, viticole dans sa partie occidentale.

13L’activité économique liée à l’industrie agro-alimentaire et à l’aéronautique se regroupe au nord-est du département (ainsi, le bassin de vie de Figeac semble générer plus de vitalité économique que le sud du département). Le tourisme est un secteur essentiel du département. En Midi-Pyrénées il y a des ressemblances avec le Gers. Ajoutons que le département est sous l’influence de pôles extérieurs (universités, hôpitaux...) :

  • Montauban, mais surtout Toulouse pour les 2/3 ;

  • Brive pour la partie Nord, orientée sur le Limousin.

14L’axe structurant nord-sud est l’autoroute A 20 (Limoges – Toulouse).

15Les réponses de l’enquête correspondent aux catégories et aux tranches d’âges habituelles du département. D’ailleurs, les résultats de notre enquête pré-synodale ont de fortes similitudes avec celles résultant de l’enquête lancée par le Conseil général, un an auparavant.

Compte-rendu de l’enquête diocésaine lancée en vue du Chemin synodal du diocèse de Cahors

16L’enquête, lancée le 5 septembre 2005, a duré deux mois. Le logiciel utilisé est ETHNOS 4.1. Le questionnaire a été validé par le groupe de recherche en sociologie de l’université de Toulouse, tant dans sa rédaction que sur le plan méthodologique.

1 – Participation générale

Enquêtes distribuées

30 000

Réponses reçues

9 663

32,21 %

Réponses traitées

9 039

30,13 %

Hommes

3 648

40,35 %

Femmes

5 388

59,60 %

17Le nombre total de retours est de 9 663 soit une participation de 32,21 %. Cependant, n’ont été prises en compte dans le dépouillement que 9 039 réponses, soit 30,13 %. Les 2,08 % non traitées sont celles parvenues hors délai, hors cadre géographique ou inutilisables.

18L’enquête a été réalisée sur l’ensemble du diocèse de Cahors, et les résultats montrent une participation de l’ensemble du département du Lot.

2 – Participation par tranche d’âges

Tranche d’âges

Hommes

Femmes

13- 17 ans

8,25 %

12,25 %

18- 27 ans

10,13 %

8,88 %

28- 37 ans

6,15 %

4,87 %

38- 47 ans

6,16 %

9,49 %

48- 52 ans

4,11 %

8,90 %

53- 57 ans

14,17 %

8,18 %

58- 67 ans

26,14 %

24,07 %

68- 77 ans

17,37 %

20,01 %

78 et au-delà

7,45 %

6,14 %

3 – Dans quels secteurs d’activité ?

Industrie

4 %

Education

22,65 %

Art et culture

3 %

Commerce/artisanat

8,17 %

Social

11,32 %

Associatif

8,11 %

Agriculture

23,56 %

Services

9,56 %

Santé

5,27 %

Tourisme/hôtellerie

3,41 %

Autres activités

0.95 %

4 – Participation par profession

Collégiens/lycéens

6,33 %

Retraités

21,63 %

Employés

4,33 %

Artisans/commerçants

8,17 %

Dirigeants/cadres supérieurs

1,44 %

Fonctionnaires/enseignants

14,01 %

Femmes ou hommes au foyer

1,57 %

Etudiants

8,67 %

Exploitants agricoles

17,65 %

Ouvriers

6,23 %

Cadres moyens

3,89 %

Professions libérales

1,43 %

Chômeurs/RMIstes

3,22 %

Autres

1,43 %

5 – Votre vision de la vie

19Ce qui est essentiel pour vous...

La famille, le couple et l’avenir des enfants

18,59 %

Le travail

32,43 %

L’accession à la propriété

11,21 %

6 – Votre vision du monde

20Cette question permettait à chaque participant de se situer par rapport aux enjeux majeurs d’aujourd’hui et qui conditionnent l’avenir.

Le développement de l’économie et l’élévation globale du niveau de vie

18,65 %

Le développement durable et la protection de l’environnement

19,31 %

Le développement des communications (informations, échanges, déplacements)

11,20 %

Les progrès de la médecine et de la biotechnologie

13,47 %

7 – Votre vision de demain

21À partir d’une vision de la société de demain, sur quel point est-il urgent d’agir ?

Le droit au logement et les conditions de logement

10,22 %

L’éducation et la formation des enfants et des jeunes dans tous les domaines

13,39 %

La lutte contre le chômage, la reconnaissance effective du droit au travail

16,59 %

8 – Votre religion et vos convictions

Catholiques

88,21 %

1 – Catholiques pratiquants

68,34 %

2 – Catholiques peu pratiquants

10,69 %

3 – Catholiques non pratiquants

9,18 %

22Ici, ce sont celles et ceux qui ont répondu directement à la question 14 de l’enquête « Vous êtes catholiques » et qui se sont donc situés dans l’Église, par rapport à leur pratique de la religion.

Autres religions et autres convictions

11,79 %

Musulmans

0.87 %

Autres Églises chrétiennes

3,80 %

Juifs

0,20 %

Bouddhistes

0,01 %

Libres penseurs

2,61 %

Athées

4,30 %

23Parmi celles et ceux qui – non catholiques – ont répondu à l’enquête diocésaine, il y a des membres d’autres Eglises chrétiennes (anglicans, protestants, orthodoxes...) et une forte minorité d’athées. On peut penser que les agnostiques se situent pour une part dans cette dernière catégorie et peut-être chez les libres penseurs.

9 – Questions posées aux non-catholiques

24A – Dans quelle circonstance avez-vous été en contact avec un prêtre ou d’autres chrétiens ?

À l’occasion d’un baptême

8,16 %

À l’occasion d’une sépulture

27,18 %

À l’occasion d’un mariage

14,89 %

Au travail

49,77 %

25B – Que diriez-vous de l’Église et des croyants ?

L’Église ne parle pas le même langage que moi

8,35 %

L’Église dit des choses intéressantes même si je ne suis pas d’accord avec elle.

23,33 %

J’admire l’engagement des chrétiens

13,41 %

Les chrétiens aident les gens à découvrir les valeurs de la vie

18,81 %

Les chrétiens ont quelque chose à apporter à la société et aux hommes d’aujourd’hui.

20,65 %

L’Église est déconnectée des problèmes de la société d’aujourd’hui

11,49 %

Ne se prononcent pas

3,93 %

26C – Qu’attendez-vous de l’Église et des chrétiens ?

Qu’ils livrent une parole d’espérance pour aujourd’hui

12,06 %

Qu’ils indiquent le sens de la vie et indiquent des valeurs

24,08 %

Qu’ils apprennent au gens à se rencontrer et soient artisans de paix

45,77 %

Qu’ils aident les gens à découvrir Dieu

16,87 %

Ne se prononcent pas

1,22 %

10 – Questions posées aux catholiques

27Les réponses qui suivent sont celles de 7 974 personnes catholiques, soit 88,21 % de l’ensemble des personnes interrogées (cf. plus haut « votre religion et vos convictions »).

28A – Êtes-vous membre d’un groupe ou d’un mouvement, ou avez-vous un engagement paroissial ou diocésain ?

Membre d’un Mouvement et/ou ayant un engagement

19,89 %

Non engagé

80,11 %

29B – Comment vivez-vous en chrétien(ne) dans votre famille ?

Mon conjoint et mes enfants pratiquent : ça ne pose pas de problème

23,00 %

Je suis seul(e) à pratiquer, mais mon entourage est bienveillant

41,04 %

Les échanges possibles sont rares avec les membres de ma famille

8,87 %

Je suis seule à pratiquer, mais j’essaie de faire passer mes convictions dans mon entourage

17,76 %

30C – Quels sont pour vous les défis les plus importants lancés à l’Église du Lot ?

La formation et la place des laïcs dans les paroisses

17,11 %

L’organisation des paroisses (regroupements paroissiaux, nouveaux découpages...)

20,45 %

L’indifférence et le désintérêt des plus jeunes

12,16 %

Le manque de prêtres (comment faire face au déficit)

14,33 %

11 – Question posée aux jeunes

J’essaie de participer à des activités de l’aumônerie, à des rencontres de jeunes

8,17 %

Je n’éprouve pas le besoin de parler de religion avec d’autres, cependant il m’est arrivé de participer à de grands rassemblements (par ex : les J.M.J...)

4,31 %

Je ne sais pas si j’ai une place dans l’Église

10,99 %

C’est difficile de vivre en chrétien

6,23 %

Je ne fréquente pas l’Église : pour moi le plus important c’est de respecter les autres et d’être vrai

20,89 %

Même si je ne suis pas d’accord avec tout ce que dit l’Église, je pense que c’est important que l’Église s’adresse à nous

15,39 %

Aller à la messe n’est pas important, ce qui compte c’est de faire des choses pour les autres

7,18 %

Aller à la messe est important, mais je n’y vais pas, à cause de l’influence des copains

10,44 %

Les messes sont tristes

7,20 %

On s’ennuie à l’église

6,33 %

L’Église ne s’adresse qu’aux personnes âgées

2,87 %

II – Une réflexion ouverte à tous

31La seconde phase occupera la période entre mars 2006 et février 2007 : ce sera le moment de réfléchir à partir de 17 fiches de travail, qui paraissaient – pour le comité de pilotage – résumer l’ensemble des attentes exprimées par le résultat de l’enquête. Lorsque nous sommes arrivés au terme du décryptage de l’enquête, en janvier 2006, le Comité de Pilotage s’était donné comme objectif de composer ces fiches de travail pour des chrétiens qui voulaient réfléchir, discerner et prier. Les deux mois de retard sur le calendrier initial proviennent essentiellement du taux élevé de retour de l’enquête que nous n'avions pas prévu.

  1. Les moyens de communication. Dans un diocèse où il est important de se rencontrer en défiant les distances, c’est un souhait qui s’exprimait à travers les réponses de l’enquête.

  2. Paroisses et Mission : comment revitaliser des communautés chrétiennes, passer de groupements paroissiaux (autant qu’il y a de cantons) en 20 à 25 paroisses, et impulser un nouveau dynamisme missionnaire ?

  3. Le catéchuménat et les personnes en recherche. Beaucoup de questions sont posées à l’Église et aux chrétiens, pas seulement par pure curiosité mais aussi pour l’intérêt que l’on porte à l’Église.

  4. Tourisme et pastorale : parce que c’est une réalité importante du Lot. Rocamadour, grand site de Midi-Pyrénées est encore très visité (malgré une érosion de cette dernière décennie), Cahors et Figeac avec un patrimoine architectural important. Le tourisme vert sur l’ensemble du département attire. Tout cela donne aux communautés chrétiennes – et certes, de manière saisonnière – une physionomie et un certain dynamisme. De plus, le département est traversé par les chemins de Saint-Jacques, en particulier la route du Puy-en-Velay, mais également la « dérivation » du nord ou de l’est par Rocamadour.

  5. Solidarité et justice. On est très sensible, dans le Lot, à la vie associative. On aime faire des choses très concrètes pour les autres, avec les autres.

  6. Dialogue œcuménique et dialogue interreligieux. D’autres croyants sont présents sur cette terre lotoise : la communauté anglicane (depuis l’établissement de nombreux Britanniques dans le Sud-Ouest ces vingt dernières années) est certainement la plus importante et des liens d’amitié ont été tissés.

  7. Sacrements et sacramentaux. On demande beaucoup de sacrements à l’Église et l’on est de plus en plus dans une situation catéchuménale.

  8. La formation des laïcs. Il y a une demande générale de formation, et de formation surtout de proximité.

  9. Les prêtres et les diacres : cette fiche ne sera pratiquement pas utilisée, alors qu’il semblait que ce fut un souci dégagé de l’enquête pré-synodale.

  10. Catéchèse et transmission de la foi : c’est une préoccupation majeure des personnes interrogées. Comment intéresser les plus jeunes à la foi en Jésus Christ ? Comment transmettre : ce n’est simple pour personne, et l’on verra par la suite que les jeunes sont assez sévères sur l’absence de transmission de la part de leurs parents.

  11. Les jeunes : la parole qui leur a été donnée grâce à cette fiche de travail donnera des résultats assez surprenants. Ainsi, quelque part, ils diront que c’est la génération de leurs parents qu’il faudrait évangéliser.

  12. Prière, spiritualité, parole de Dieu : parce qu’on sent bien que les communautés ont besoin d’être habitées de l’intérieur, et pas seulement procéder d’une réorganisation structurelle.

  13. Avenir de notre planète. Dans le Lot, on est très sensible au « cadre de vie », à la qualité de la vie. Par boutade, certains auront pu même dire : il y a le cadre... et pas toujours la vie. Mais si l’on tient un peu à la tranquillité de « l’entre-soi lotois », on porte un réel souci quant à l’avenir de notre terre à travers celui de nos terroirs.

  14. Éthique et santé. Le Lot comme département plutôt âgé, est marqué par la présence de retraités (parfois dépendants) et de maisons de retraites.

  15. La famille. Une valeur de refuge, dont les anciens portent le souci. Ainsi, c’est parfois une obsession dans certaines équipes de M.C.R. de préserver la famille. On exprime beaucoup de craintes quant à son évolution, dans cet environnement assez traditionnel. Les groupes de travail avaient révélé des sensibilités fort divergentes.

  16. Croyants et non-croyants. Qu’avons-nous en commun ? Sur quels projets pouvons-nous nous rencontrer ?

  17. Questions pour un groupe réunissant des chrétiens et des non chrétiens.

32Ce sont quelque 170 équipes différentes, de tous âges qui se lanceront dès mars 2006 dans cette 2e étape voulue par notre évêque. Ce document de synthèse produit, classé pour chacune des 17 fiches de travail, permettra d’avoir un tableau assez complet de la réalité de l’Église diocésaine, et l’expression des besoins, des attentes formulées par les chrétiens qui, le plus souvent, sont engagés dans la vie de l’Église. Le comité de pilotage utilisera toutes ces données pour produire un document répertoriant des axes missionnaires soumis au travail des différentes assemblées générales.

III – Les Assemblées de Doyennes

33Au terme de cette synthèse, le comité de Pilotage a réalisé un document laissé au discernement de cinq assemblées de Doyennés :

  • Gourdonnais – Causse central (de la bordure occidentale voisine du Périgord au plateau central du département).

  • Cère & Dordogne (le nord du diocèse, frontalier du Limousin et de l’Auvergne).

  • Doyenné de Cahors (autour de Cahors jusqu’au Tarn-et-Garonne, et le Causse de Limogne aux confins du Rouergue).

  • Figeacois (centre d’un bassin de vie touchant le Cantal, débordant sur l’Aveyron jusqu’à Decazeville).

  • Basse vallée du Lot (essentiellement la vallée viticole à l’ouest de Cahors jusqu’aux marches de l’Agenais).

34À ces cinq assemblées organisées de manière très libre, mais toutes fortement structurées dans leur préparation, il faudra ajouter :

  • Une assemblée générale des jeunes (ce fut d’ailleurs la première de toutes celles qui auront lieu par la suite, mais non pas l’une des plus faciles quant à la participation, et aux attentes des jeunes sur un tel rassemblement...).

  • Une assemblée de la vie religieuse.

  • Une assemblée générale des diacres.

  • Une assemblée générale des prêtres qui fut, en fait, une session extraordinaire du conseil presbytéral élargi à tous les prêtres.

35Ces trois dernières assemblées générales peuvent paraître comme un « supplément » aux Assemblées générales de Doyenné, un lieu où furent déclinés autrement des souhaits et les priorités à mettre en œuvre. Elles étaient la volonté de l’évêque qui, dans un souci pastoral, voulait faire communier toutes les forces du diocèse à l’effort missionnaire qu’il entend promouvoir pour l’Église diocésaine.

36Chaque Assemblée de Doyenné a été vécue comme un temps de rassemblement pour les chrétiens engagés dans les paroisses, mais également les mouvements et services présents sur le Doyenné. Le comité de pilotage aura préalablement présenté au travail de chaque Conseil de Doyenné sept axes missionnaires :

37I – Église en dialogue
II – Éthique et Santé
III – Familles
IV – La foi questionnée (accueillie, vécue, célébrée, transmise)
V – Formation et communication
VI – Paroisses et Mission
VII – Pour un avenir plus solidaire.

38Un seul Doyenné (Cère & Dordogne) avait fait l’option de travailler l’ensemble des axes missionnaires. Les autres Doyennés ont sélectionné ce qui était au plus près de leurs préoccupations. C’est essentiellement les thèmes « Église en dialogue », « Familles» et « Paroisses, Mission » sur lesquels l’intérêt des chrétiens s’est porté. Le Doyenné de la Basse Vallée avait retenu trois thèmes, celui de Cahors un seul.

39« Éthique et santé » avait retenu l’attention d’une catégorie que nous retrouvons dans l’enquête de septembre 2005 puisqu’une part de la population vieillissante utilise l’aide à domicile, qu’un grand nombre de maisons de retraites médicalisées sont installées dans le Lot, et que l’aide à la personne dépendante (place de l’A.D.M.R. comme employeur) est une réalité locale. Mais certainement cet axe situait mal la problématique en associant automatiquement « éthique » et « santé ».

40Quant à l’organisation des assemblées générales de doyennés, notre évêque imprime une marche à suivre :

41« L’assemblée de Doyenné comprendra trois temps :

Intervention

42Une personne ressource proposée par le comité de pilotage nous situera sur les attentes et les enjeux d’un synode.

Temps de rencontres et de discussions

43Le temps de rencontre comportera des travaux autour des 7 axes missionnaires en commission, et une plénière pour validation des propositions et orientations missionnaires.

Temps de célébration

44Célébration festive de l’Eucharistie et repas fraternel marqueront le troisième temps.

Assemblée de doyenné

1- Les membres de l’assemblée (Qui peut participer à l’assemblée)

  • Trois ou quatre membres de mouvements ou d’association existant sur le Doyenné. Ces personnes constituent la base des équipes de réflexion. Elles sont reparties sur les sept axes missionnaires.

  • Toutes les personnes désirant participer à l’assemblée sont les bienvenues. Les personnes pourront s’inscrire dans le groupe de réflexion de leur choix. Les organisateurs auront à cœur d’équilibre les groupes.

  • Les doyens en conseils de doyenné désigneront, deux secrétaires et un animateur par groupe.

2- Les commissions

  • Des commissions de réflexion autour des axes choisis.

  • Chaque commission devra avoir un animateur, deux secrétaires

3- Les plénières

  • Chaque plénière devra être dirigée par quelqu’un qui assure l’animation

  • Un secrétaire,

  • Un rapporteur.

4- Organisation des plénières

  • Compte rendu par chaque secrétaire

  • Débat sur chaque proposition (propositions clairement définies et formulées)

  • Dans les plénières, les questions non consensuelles doivent être soumises au vote des membres de l’assemblée de Doyenné.

45Chaque Doyenné s’occupera de l’organisation du temps et de la gestion matérielle de ce temps fort.

46Valider, amender, et dégager les priorités.

47Il faut un peu parler de ceux qui ont provoqué avec leur évêque cette démarche, à savoir : les prêtres. L’assemblée des prêtres eut lieu à Rocamadour le 13 décembre 2007. Elle se tenait après les autres assemblées générales auxquelles tous les ministres ordonnés avaient participé. Il y avait une cinquantaine de prêtres répartis en six carrefours pour faciliter l’échange de la matinée :

  • Par rapport à ce qu’ils ont retenu des assemblées synodales auxquelles ils ont participé (réactions...),

  • Sur ce qui leur apparaît prioritaire dans leur vie de prêtre,

  • Avec quelles collaborations voient-ils s’engager leur ministère dans les prochaines années.

48Ceci en est le résumé :

49A – L’expérience des assemblées synodales.

  • L’âge élevé des participants est le reflet de la réalité démographique du Lot. C’était pour l’essentiel des personnes âgées de 65 à 90 ans, en activité réduite. Peu de jeunes et de jeunes couples (sauf dans deux Doyennés : Cère & Dordogne et Cahors).

  • Si l’on assure encore le « culte des morts », nous avons bien conscience d’être les témoins de la fin d’une époque.

  • Le monde rural (et son avenir) en tant que tel (et pas seulement les personnes vivant sur l’espace rural) a été absent des préoccupations des assemblées de Doyennés. On y rencontre cependant – ici et là – des jeunes couples en activité, vivant de leur métier d’exploitants (pas uniquement des retraités ou des urbains transplantés). Dans un département à dominante rurale, rien des préoccupations spécifiques à ce monde n’est apparu. On aurait pu espérer qu’une réflexion s’engage sur ce sujet depuis le début du chemin synodal.

  • Il manquait des propositions « hardies ». Les personnes représentant l’avenir n’étaient pas toujours présentes et par voie de conséquence un manque d’imagination pour l’avenir.

  • On a noté que les personnes présentes se sont exprimées librement et se sont parlé. C’était très important.

  • Les assemblées de Doyennés ont souvent été perçues comme une occasion unique d’avoir le plaisir de se retrouver entre chrétiens. On sentait des gens heureux de pouvoir vivre un temps fort.

  • Les intervenants extérieurs (les pères Jean-Marc Micas, supérieur du Séminaire régional de Toulouse et Bernard Quintard, vicaire général de Rodez) ont été très appréciés dans la place centrale qu’ils occupaient dans le déroulement de chaque assemblée synodale.

  • Mais en même temps on a senti la difficulté de sortir de « l’entre-soi » pour aller vers les autres. La dimension missionnaire de la communauté est difficile à faire surgir. Autre difficulté : l’incapacité des chrétiens à « entrer en dialogue » ou « créer des espaces de dialogue ».

50B – Les priorités pour les pasteurs.

  • Il faut travailler à l’émergence par Doyenné, d’une communauté d’Église axée sur Jésus-Christ qui puisse se manifester de temps en temps autour d’une Eucharistie commune.

  • Si l’on a parlé longuement de ce qui fait notre vie de prêtre, sa spécificité, rien n’a été dit des aspects matériels de la vie de prêtre.

  • Ce qui est le plus important dans notre vie de prêtre et ce qui nous définit, ce n’est pas le « faire », c’est l’être. Les chrétiens commencent à le réaliser : le prêtre est d’abord un signe au sein des communautés (la paroisse), mais également pour ceux plus extérieurs (ou lointains) par rapport à l’Église, se situant parfois en opposition avec elle. La place du prêtre est à reprendre et à approfondir.

  • Porter une attention toute particulière à cet espace rural où parfois des personnes qui restent des « urbains » de culture viennent vivre (villages dortoirs, mais aussi jeunes retraités qui s’établissent dans le Lot). Le milieu rural possède un socle de réalités positives manifesté par des communautés locales : il ne faut pas négliger cette réalité en imposant des ruptures brutales.

  • Attacher de l’importance à ce que vivent des jeunes couples pris dans la vie professionnelle et les responsabilités, et qui sont en liens entre eux, malgré les distances (réseaux socio-professionnels).

  • Même si ce n’est pas la finalité de la démarche, mais une conséquence des orientations missionnaires, il faudra se reposer les questions de structures, tel que le découpage pastoral et la création de nouvelles paroisses en tenant compte des lieux de vie (plus larges que les cantons actuels).

  • Il faut établir une différence entre la communauté et l’assemblée qui rassemble des communautés. Faire comprendre aux gens ce qu’est l’assemblée eucharistique : non pas tournée sur elle-même, mais envoyée pour témoigner.

  • L’objectif prioritaire sera toujours l’annonce de l’Évangile, et qu’au-delà du « Service à rendre » les chrétiens ont à vivre leur baptême dans la perspective du témoignage (mission).

  • Il faut casser l’image du prêtre qui serait trop « installé » dans ses fonctions. Certes, il y a un décalage entre la demande des gens (qui veulent des rites) et le souci pastoral que nous avons de bâtir une Eglise où la communauté soit plus missionnaire.

51C – Quelles collaborations dégager pour l’avenir ?

  • La collaboration entre prêtres d’un même Doyenné, si elle est souvent bien réelle, mérite encore d’être renforcée et devient de toute manière indispensable. Il faut développer ou retrouver (selon les lieux) une vie fraternelle entre prêtres qui porte témoignage auprès des laïcs avec lesquels nous travaillons.

  • Nous prenons de plus en plus conscience de la nécessité de développer une formation de qualité. Cette formation devra mettre en relation l’aspect spirituel et fondamental de la foi, la connaissance du mystère de l’Église, prenant le pas sur l’organisation ; et s’adressant à tous : prêtres, diacres, religieux (ses), laïcs.

  • La collaboration et le travail avec des laïcs : c’est une évolution qui s’est dessinée dans l’Église depuis une vingtaine d’années. Les rôles et les perspectives ont changé progressivement et changeront encore, sans que nous sachions toujours comment ces rôles et les responsabilités se répartiront. C’est dans cette collaboration que pourront émerger des solutions nouvelles pour l’avenir.

  • Il faudra reprendre des initiatives engagées au niveau des équipes et des personnes relais, des Equipes d’Animation Pastorale et des Conseils pastoraux de paroisse. Ces perspectives ont été laissées de côté pour un temps : il ne serait pas inutile de les remettre à jour.

  • Donner sens à une EAP ou à un Conseil paroissial (ou pastoral) pour qu’il ne soit pas uniquement un lieu de « fonctionnalité » (avec des représentants de chaque « clocher », mais qu’ils deviennent des lieux où ses membres s’orientent en fonction de divers charismes – par exemple autour de quatre pôles : la vie liturgique, le caritatif, la mission d’évangélisation, l’administration).

  • Créer un Conseil Diocésain de Pastorale avec une majorité de laïcs.

  • Se poser ensemble – prêtres, diacres, laïcs – la question de l’évangélisation : sommes-nous des témoins de la Bonne Nouvelle (ou comment témoignons-nous de la Bonne Nouvelle) ? Lorsque nous parlons de « Mission », de quelle mission s’agit-il ? Et qu’est-ce que « évangéliser » ? Nous n’avons pas toujours la conviction que ce souci soit porté – ou pris en compte – par nos communautés (dans les Assemblées de Doyennés on a souvent rassemblé des gens du 3e âge... et beaucoup d’entre eux ont du mal à réaliser que nous ne sommes plus en situation de chrétienté...).

52Les différentes Assemblées générales avaient dégagé des priorités. Il fallait maintenant soumettre des propositions d’orientations missionnaires pour le diocèse à notre évêque, en vue de la promulgation prévue au terme de la célébration eucharistique de Pentecôte 2008. En même temps, nous devions organiser cette journée du dimanche 11 mai 2008.

53Nous avions retenu six priorités missionnaires :

  1. Aujourd’hui en mission.

  2. Accueillir et recevoir.

  3. Redéfinir l’organisation diocésaine au Service de la Mission.

  4. Les acteurs de la vie diocésaine.

  5. La formation et la communication.

  6. Les jeunes.

54Ces priorités, chaque fois détaillées en orientations et en propositions concrètes ont été présentées à notre évêque par le Comité de pilotage, en mars 2008. L’évêque formulera cinq orientations missionnaires en les organisant et les intitulant autrement.

IV – Pentecôte 2008 : fête et envoi

55Initialement, l’évêque de Cahors avait souhaité que la Journée du Peuple de Dieu de Pentecôte 2008 ait lieu à Rocamadour. Pour le symbole, Mgr Norbert Turini y tenait. C’était certainement très important, c’était aussi multiplier les difficultés. Résoudre ces difficultés, c’était un coût dix fois supérieur à une réalisation du dimanche de Pentecôte au « parc des expositions du pays de Cahors ». Notre diocèse, alors dans une situation financière délicate, ne pouvait se l’offrir. Nous avons donc opté pour cette dernière solution, tout en gardant Rocamadour pour une veillée de prière le samedi soir.

56L’accès immédiat à l’autoroute, le site équipé en parkings, la structure complète : l’ensemble offrait plus de possibilité à une grande journée diocésaine.

57Pour l’occasion, le Comité de Pilotage s’était ouvert à d’autres membres et avait réparti les tâches sur des compétences qui avaient pu s’exprimer lors des Assemblées générales de Doyennés.

58Au terme de la journée qui rassembla 2 500 chrétiens du Lot, la célébration eucharistique présidée par Mgr Norbert Turini fut conclue par la promulgation des cinq priorités missionnaires :

1. Repartir du Christ

59L’Église doit sans cesse revenir à sa seule source : le Christ. « C’est sur la route du Christ que l’Église doit marcher » (Vatican II – activité missionnaire de l’Église no 5). Nos communautés sont donc invitées à toujours revenir à la source.

  • Chaque année, au début de l’année pastorale, sera proposée une soirée « Bonne Nouvelle pour tous ». La première – dans la suite de Pentecôte 2008 – fut une soirée sur les Actes des Apôtres. La grille de lecture proposée est donnée à l’ensemble des Doyennés. Des journées de formation sur l’ensemble de l’année ont été proposées. Des groupes de lecture des Actes ont été constitués sur les paroisses.

  • Il est donné des orientations pratique pour une meilleure communication avec un guide annuel des formations diocésaines.

2. Un nouveau souffle pour faire communauté

60« Faire communauté » dans tous les secteurs de la vie diocésaine pour témoigner ensemble de la Bonne Nouvelle. Il appartient à notre Eglise diocésaine de développer des rencontres festives, proches des gens. Il convient de rechercher un langage simple, accessible au plus grand nombre.

  • Une fête des communautés chrétiennes sera célébrée chaque année dans chaque Doyenné. Elle sera intergénérationnelle.

  • Des temps spirituels seront proposés tout au long de l’année et inviteront à faire communauté.

  • Attention portée aux pèlerinages, aux messes des familles.

  • On tissera des liens avec ceux qui s’adressent de manière occasionnelle à l’Église.

  • On créera des lieux fraternels de rencontres. On veillera à soigner la qualité de l’accueil.

61Pour ce qui est de la vie paroissiale, même si la vie de l’Église diocésaine ne se limite pas aux paroisses, ces dernières se définissent par un territoire qui compte un ou plusieurs cantons en fonction des pôles d’activité et des bassins de vie. La vie et l’animation des paroisses repose sur une saine et active coresponsabilité des laïcs, ministres ordonnés, religieux(ses).

  • Veiller à la stabilité du territoire paroissial, quel que soit le nombre de prêtres.

  • Le Conseil paroissial a un rôle d’animation. Il doit être le reflet de tout ce qui existe au niveau de la diversité paroissiale. Il n’est pas une chambre d’enregistrement mais le lieu où s’établit une véritable stratégie missionnaire.

  • Là où il n’y a pas de curé, la paroisse pourra être confiée par l’évêque à une Équipe d’Animation Pastorale (avec un prêtre Modérateur).

  • Des équipes relais de proximité auront pour mission de maintenir une vie d’Église dans les villages et quartiers. Ces relais se généraliseront partout dans le diocèse.

  • C’est dans la prière que les paroisses se construisent. Chaque paroisse est une « famille eucharistique ».

3. Une Église qui pose des actes de communion et de solidarité avec tous et pour tous

62Nous ne sommes pas chrétiens seulement pour nous et entre nous. Et nous cherchons avec toute la famille humaine le bien de chacun et le bien commun. Nous avons à nous interroger sur notre participation à la vie de ce monde et sur l’esprit de service que nous y apportons ou pas. Au travers des médias, nous mesurons le chemin que nous avons à parcourir pour réduire la distance entre l’Église telle qu'elle est perçue et la réalité de vie des hommes et des femmes d’aujourd’hui.

63Édifier une Église « servante et pauvre » qui participe sans aucune suffisance à la recherche d’un avenir plus humain.

  • Créer des espaces de parole et d’accueil au niveau des paroisses.

  • Être présents dans tous les lieux de débat et de dialogue.

  • En lien avec la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs, s’organiser – surtout l’été – pour ouvrir les églises aux visiteurs.

  • Promouvoir et étoffer le Conseil diocésain de la Solidarité.

4. Une organisation diocésaine renouvelée au service de la Mission

64Le diocèse : il convient de mettre en place un cadre institutionnel de réflexion, de partage, d’expérience, d’impulsion et de propositions.

  • Un Conseil diocésain de pastorale présidé par l’évêque pour coordonner et la animer la vie de l’Église en lien avec le conseil presbytéral.

  • Ce conseil devra être attentif aux spécificités de l’espace rural, en établissant des ponts avec les responsables de ce milieu.

65Les Doyennés : sont des lieux d’impulsion, de coordination vis-à-vis des paroisses et des mouvements. C’est le niveau essentiel de communication et de formation.

  • C’est au niveau du Doyenné que seront redéfinis et reconfigurés les paroisses et limites du Doyenné.

  • C’est à cette échelle que sera coordonnée la formation de proximité Les acteurs de la Mission : ministres ordonnés dans la spécificité de leur ministère sont signes de la présence du Christ. Le plus important pour tous c’est ce qu’ils sont et pas seulement ce qu’ils font.

  • Les responsabilités dans l’Église sont portées en équipe. Les personnes accomplissent un service pour le bien de la communauté. Ce service s’exprime par un mandat confié pour une durée limitée.

  • La collaboration prêtres/laïcs est indispensable.

  • On sera attentif à développer le diaconat dans tous les milieux de vie.

5. Faire Église avec les jeunes

66Les jeunes ont toute leur importance dans communauté. Il faut veiller à ne pas les étouffer en exigeant trop d’eux, ne pas les survaloriser au risque de les fragiliser, respecter leur liberté. L’attention se porte plus particulièrement sur les 15-30 ans.

67Déjà nos communautés chrétiennes sont attentives à leur présence. Mais ils cherchent leur propre chemin de vie en Église. Ils la veulent vivante et souhaitent qu'elle réponde à leurs préoccupations et à celles de tous les jeunes.

  • Mettre en commun les initiatives prises dans chaque doyenné.

  • Offrir des formations spécifiques pour approfondir leur foi.

  • Les laisser prendre leur place et leurs responsabilités dans nos communautés.

  • Organiser chaque année une assemblée diocésaine des jeunes.

  • Créer des espaces d’expression dans les médias du diocèse.

68Au bout du compte, nous aurons vécu pendant trois années, beaucoup de rencontres, avec une occasion exceptionnelle donnée à la parole. Les chrétiens, les communautés auront pu s’exprimer comme jamais. Même s’il ne restait que ça, au regard des décisions prises, ce serait le plus important.

Auteur

Diocèse de Cahors

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search