Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Les synodes diocésains de Besançon sous l’épiscopat du cardinal de Choiseul-Beaupré (1754-1774)

L’art et la manière de s’assembler

Manuel Tramaux

Texte intégral

  • 1 Code de droit canonique, Paris, Centurion – Cerf – Tardy, 1983, c. 460, p. 84.
  • 2 Ibid., c. 461.

1Le Code de droit canonique de 1983 au canon 460 rappelle que « un synode diocésain est la réunion des délégués des prêtres et des autres fidèles de l’Eglise particulière qui apportent leur concours à l’évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière [...] »1. S’il s’agit effectivement d’une réunion, elle se distingue des autres d’une façon singulière, comme nous le révèle furtivement le canon suivant : « Le synode diocésain sera célébré [...] »2. La nature particulière de ce moment exceptionnel pour la vie diocésaine, est parfaitement rendue par ce verbe à la double acception. Il nous indique, dans sa première signification venue du latin celeber qu’il y a concours de foule et dans un sens étendu, déjà ancien dans sa compréhension, que l’événement est marqué par une cérémonie.

  • 3 P. Jounel, « La célébration du synode diocésain », dans L’année canonique, 31, 1988, p. 291.
  • 4 Ibid.
  • 5 O. Pontal, « Évolution du synode diocésain », L’année canonique, Hors-série, vol. II (1990), p. 523 (...)

2Le synode s’apparente par conséquent à un acte public de nature liturgique, comme peut l’être la messe que l’on célèbre aussi. « Que le déroulement d’un concile ou d’un synode s’inscrive dans une ample célébration liturgique, toute la tradition en témoigne »3, comme l’indique Pierre Jounel qui précise encore que « pour se mettre à l’écoute de la parole de l’Esprit, peut-on trouver cadre plus approprié que l’assemblée de l’Église en prière qui se groupe autour de l’évêque »4. L’Esprit-Saint est bien au cœur de ces assemblées qui ne sauraient être comprises comme de simples sessions législatives. C’est lui selon la Tradition qui les habite et les inspire, d’où l’importance de la prise de décision collégiale dans laquelle on reconnaît sa manifestation : « les textes font même état de cette inspiration comme d’une participation effective »5. La présence active de l’Esprit-Saint justifie son invocation sinon sa convocation comme le montre la liturgie dont s’entourent les synodes.

La liturgie synodale

  • 6 Au canon II de la xxive session De reformatione.
  • 7 Nous recommandons pour son aspect pratique, la traduction intégrale du texte du Caeremoniale Episco (...)
  • 8 Promulgué par Clément VIII en 1595.
  • 9 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale [.. (...)

3Le concile de Trente6 ne parle du synode diocésain que pour en rappeler les obligations, notamment celle de le tenir tous les ans. En cela d’ailleurs, il ne fait que se conformer au concile de Bâle (1441-1443). Le Caeremoniale Episcoporum, édité en 1600, qui s’inscrit dans le mouvement de restauration liturgique engagée par le concile de Trente, consacre un chapitre aux rites et cérémonies de la célébration du synode provincial ou diocésain7. Ces rites complètent ceux que l’on trouve dans le Pontifical Romain8 sous le titre De ordine ad Concilium provinciale, seu Synodum celebrandam. Bien que la liturgie synodale paraisse très encadrée par ces différents textes normatifs, il faut tout de même admettre qu’il existe une certaine variété d’usages ainsi qu’on peut le lire chez Durand de Maillane : « En France, la manière de tenir les synodes n’est pas uniforme. Le concile de Bordeaux tenu en l’année 1584, porte qu’il faut se conformer à l’usage de chaque diocèse particulier, pour la tenue de ces assemblées, et pour la forme du synode épiscopal ou diocésain »9.

Le cas bisontin

  • 10 Mandement de son Eminence Monseigneur le Cardinal de Choiseul, Pour l’interdiction des anciens Brév (...)

4Précisément, le diocèse de Besançon sous l’épiscopat du cardinal Antoine-Clériadus de Choiseul-Beaupré (1707-1774), semble avoir une pratique particulière du synode diocésain. Caractérisé par un esprit gallican très marqué, Choiseul est connu entre autres choses pour la réforme liturgique qu’il mène dans le diocèse de Besançon à l’insu du pape Clément XIII : révision du bréviaire en 1761 puis du missel en 1766, le tout imposé à son clergé par un mandement défendant l’usage des livres liturgiques antérieurs10. Dans ce texte il exprime assez clairement ses motivations :

  • 11 Ibid., p. 3.

Nous avons toujours pensé, Nos très-chers frères, qu’un des devoirs les plus essentiels de notre Ministère, était de donner au culte extérieur de notre sainte Religion toute la splendeur qui convient à sa dignité ; l’appareil pompeux de nos Cérémonies frappe les sens, pénètre nos âmes et nous élève jusqu’à Dieu11.

  • 12 Antonii-Cleriadi de Choiseul-Beaupré, Compendium libri ritualis seu Manuale sacerdotum, Vesuntione, (...)
  • 13 Mandement, op. cit., p. 5.
  • 14 B. Dompnier, « La publication d’un cérémonial diocésain, acte de l'autorité épiscopale », C. Davy-R (...)

5Il ajoute par la suite un rituel12 qu’il avait annoncé dans son mandement comme un recueil « [d’] instructions les plus touchantes et les plus propres à exciter des sentiments de piété dans le cœur des fidèles qui se disposent à recevoir les Sacrements »13, preuve s’il en fallait de l’emprise qu’il entendait exercer sur la liturgie. Besançon n’est pas un cas à part, l’adaptation liturgique est le reflet d’une situation locale. Comme l’écrit B. Dompnier « Chaque cérémonial s’inscrit évidemment dans un contexte particulier, à l’articulation du développement de la réforme catholique dans le diocèse considéré et des orientations spirituelles et pastorales du prélat qui est alors à sa tête »14. C’est dans cet environnement très particulier que se réécrit le rituel bisontin de la liturgie synodale et c’est aussi pour cette raison que cette étude ne vise pas à décrire une procédure qui s’appliquait partout, mais une liturgie locale toutefois assez proche des usages tridentins.

  • 15 « L’extrême difficulté de convoquer des conciles dans les provinces détermina le concile de Basle à (...)

6Conformément aux prescriptions du concile de Trente, le synode se tient tous les ans dans le diocèse de Besançon selon la coutume le lundi après l’Ascension et dure deux jours. Comme en fait mention un discours synodal prononcé par le cardinal de Choiseul en 1764, le diocèse de Besançon a connu jusqu’en 1636 deux synodes annuels. Le premier se tenait le mardi avant la pentecôte et le second dans le cours du mois d’octobre, au mercredi qui suit la fête de saint Luc Evangéliste. Cet usage « fut interrompu par les malheurs des guerres qui ont affligé et ravagé la province »15.

Le premier jour

  • 16 Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-10.
  • 17 Il s’agit de l’évêque auxiliaire. Les suffragants de l’archidiocèse de Besançon ne participent pas (...)
  • 18 Procès-verbal du synode de 1760, Bibliothèque diocésaine, Archives du Chapitre métropolitain, ms. 4 (...)
  • 19 P. V. du synode de 1762.
  • 20 P. V. du synode de 1768.
  • 21 P. V. du synode de 1760.
  • 22 P. V. du synode de 1763.
  • 23 P. V. du synode de 1771.
  • 24 Ibid.

7Le synode est un événement pour l’Église, mais aussi pour la cité comme le manifestent les cloches des églises de la ville qu’on sonne « depuis les premières vêpres jusqu’au soir »16 pour en annoncer l’ouverture. Au dernier coup de vêpres sonné, vers deux heures de relevée, Monseigneur de Choiseul-Beaupré sort de ses appartements et entre dans la salle synodale où se sont rassemblés son suffragant17, ses vicaires généraux, l’official et le pro official ainsi que les promoteurs, et les doyens ruraux, tous en habit de chœur. L’archevêque est revêtu de sa capa magna18, les dignitaires cités plus haut arborent une cape rouge19 ou une « chape de saison »20 quand les doyens ruraux portent invariablement le surplis21. Le costume de l’archevêque fait l’objet de plusieurs descriptions dans les procès-verbaux, celui-ci évolue, notamment après son élévation au cardinalat en 1761. A l’occasion du synode ouvert le 16 mai 1763, le cardinal se produit en « chape de cardinal et rochet »22, alors qu’en même situation le 13 mai 1771, il est décrit sortant de la Salle de la Croix, salon contigu à la salle synodale, « revêtu du rochet, du camail et de l’étole précieuse »23. Lorsqu’il ne porte pas ses ornements sacerdotaux, avec lesquels on le verra plus tard au cours de la cérémonie, il est précisé que la livrée de son éminence, portée par un laquais, le suivra avec le cortège jusque dans la cathédrale en passant toutefois « par la porte près de la sacristie »24.

8Une fois dans la salle synodale, l’archevêque s’entretient avec les ecclésiastiques présents jusqu’à ce que son aumônier vienne l’informer que les vêpres vont commencer. Le cortège se forme alors pour se rendre à la cathédrale, séparée de la salle synodale du palais par un cloître :

  • 25 P. V. du synode de 1763.

Sur l’avis de son aumônier que les vêpres étaient sur le point de commencer, son éminence s’y est acheminée partant de la grand’salle précédée de sa masse de cardinal, de la croix archiépiscopale et de ses doyens ruraux, accompagnée de mondit Seigneur le suffragant, de ses vicaires généraux et autres officiers [...], suivie de ses gentilshommes, écuyers, secrétaires, valets de chambre et les laquais en avant, est entrée au chœur par la grande porte avec tout son cortège25.

  • 26 P. V. du synode de 1765.
  • 27 L’officier porteur de la masse cardinalice, bâton symbolisant la fonction.
  • 28 Selon la communication de P. Nélidoff au présent colloque : « Les archevêques d’Albi et leurs statu (...)
  • 29 Evoqué par Ph. Loupes dans son intervention : « Des structures efficaces dans un diocèse borroméen  (...)

9Certains détails nous révèlent le caractère baroque que pouvait prendre ce déplacement : le 25 mai 1765 l’encadrement du cardinal comporte un gentilhomme qui lui tient la main quand un autre porte la queue de sa chape26. Monseigneur de Choiseul mène grand train au palais archiépiscopal, on estime sa domesticité à près de quarante personnes. Au nombre sans doute élevé de personnel laïc entrant dans le cortège, il faut ajouter les enfants de chœur et de « bas chœur », près de quinze doyens ruraux selon les années et autant d’ecclésiastiques de haut rang précédant le prélat et ses acolytes – cruciféraire, massier27, etc. – jusqu’au chœur clôt de la cathédrale Saint-Jean. Ce déploiement de forces ne doit toutefois pas tromper, les synodes bisontins de cette époque limitant le clergé à sa plus stricte représentation. Bien des diocèses affichent un nombre beaucoup plus élevé de participants : à Albi vers la fin du xviie siècle, ce sont près de 240 personnes qui se réunissent28, à Bordeaux 350 à 4 000 clercs sont convoqués29.

10L’entrée dans la métropole se fait par la porte attenante au grand cloître. Le cortège franchit ensuite le portail du jubé et prendre place dans les stalles, chacun selon son rang : l’archevêque à la cathèdre, le porte-masse lui faisant face, les officiers – promoteurs, vicaires généraux, official etc. – dans les hautes stalles, les doyens ruraux dans les bases formes des deux côtés du fond du chœur. Les laquais, entrés par une porte latérale, attendent le retour du cortège dans le bas-côté de la nef, près de la sacristie. Après l’office de vêpres, la procession s’ébranle à nouveau pour faire le trajet en sens inverse dans le même ordre.

  • 30 Il s’agit de la barrette.

11De retour dans la salle synodale, l’évêque se retire pendant que le clergé retrouve les chanoines métropolitains revenus de l’office de complies. On se dispose ainsi dans la salle synodale : messieurs les chanoines installés par ordre d’ancienneté autour de la grande table recouverte d’un tapis traînant, les doyens ruraux sur des bancs contre les boiseries aux deux côtés de la salle. Le fauteuil de l’archevêque est placé sur une estrade recouverte d’un tapis et surplombée d’un dais, le tout à quelques distances de la table. À la droite de l’archevêque le porte croix prend place sur un tabouret, et à gauche, derrière une petite table avec une écritoire, le secrétaire de son éminence est assis sur une chaise. L’un des vicaires généraux, soutane, grand manteau et bonnet carré30, vient se poster entre la croix et le fauteuil, légèrement en retrait du trône. Il est précisé dans le procès-verbal de 1771, que les aumôniers encadrent le siège archiépiscopal, alors que l’année suivante ils se tiennent dans l’embrasure des fenêtres avec les secrétaires à leurs bureaux.

  • 31 P. V. du synode de 1760.
  • 32 P. V. du synode de 1758.
  • 33 P. V. du synode de 1760.
  • 34 Ibid.

12Lorsque tout le monde est en place, Monseigneur l’archevêque, ou à défaut son suffragant, prononce le discours d’ouverture. En règle générale, celui-ci commence par un rappel sur l’importance des synodes dans le gouvernement du diocèse : cette assemblée qui a pour rôle de « représenter tout le clergé du diocèse [dont les doyens sont] une portion distinguée qui mérite une confiance particulière »31 ne se réunit-elle pas pour « veiller au bon ordre et au maintien de la discipline ecclésiastique et [afin] de remédier aux abus qui pourraient s’être introduits »32 ? Les doyens ruraux, « coopérateurs [de l’évêque] dans le saint ministère »33, sont qualifiés par lui de « canaux qui [...] servent à répandre le dépôt sacré [de la foi] dans les fidèles confiés à [sa] sollicitude pastorale »34.

  • 35 P. V du synode de 1766.
  • 36 « Lorsqu’ils procèdent ou sont réunis capitulairement, les dignitaires et chanoines de l’église cat (...)
  • 37 P. V. du synode de 1758.

13Cette première prise de parole est aussi l’occasion pour Monseigneur de Choiseul de justifier ses nombreuses absences. Son suffragant donne alors lecture de la lettre qu’il ne manque jamais de faire parvenir à l’assemblée pour s’en expliquer : « Le premier pasteur de ce grand diocèse, cet illustre pontife qui le gouverne avec tant de sagesse, eût bien désiré de paraître dans cette assemblée respectable [...]. Mais vous le savez, messieurs, différents objets très intéressants pour son diocèse et pour son siège l’ont éloigné de nous et ne lui permettent pas de s’en rapprocher, sans les avoir terminés. [...] C’est le zèle qui produit son absence et c’est le zèle encore qui lui en fait éprouver les peines »35. Ce courrier s’accompagne parfois d’un mémoire contenant des recommandations particulières, celui-ci est lu publiquement. Lorsque l’archevêque préside le synode, c’est après le discours inaugural que sont lus à haute voix et en latin les statuts synodaux qu’il est prévu de promulguer. C’est l’un des vicaire-généraux qui se prête à cet exercice. L’assemblée est alors invitée à donner son avis en commençant par le haut-doyen, les dignités et chanoines, chacun selon son rang,36 puis la parole est passée aux doyens ruraux. On demande ensuite aux vicaires-généraux s’ils n’ont aucune observation à faire pour le bien du diocèse et « après avoir ouï leurs réponses, [l’archevêque] prie l’un de ses vicaires généraux de lire le précis de ce qu’il recommande particulièrement à messieurs les doyens »37.

  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.

14Après la lecture des statuts et une fois les opinions recueillies, le promoteur peut éventuellement prendre la parole pour lire une requête adressée par l’assemblée à Monseigneur l’archevêque. En 1758, la demande porte sur la création d’une maison de retraite pour le clergé : « [...] il serait très avantageux d’établir dans votre diocèse, un des plus vastes du royaume, une maison où les ecclésiastiques, après avoir longtemps travaillé, pussent se retirer dans leur vieillesse »38. L’argumentation avancée prouve que le projet a été mûrement réfléchi, concerté par avance et qu’il est viable : il n’attend plus qu’une décision de l’archevêque. Après avoir consulté le synode, celui-ci, dans le cas qui nous occupe, donne son accord immédiatement et charge le promoteur de suivre l’affaire : « Nous donnons acte au sieur promoteur de ses remontrances et réquisitions, et de l’avis et suivant les vœux de notre synode, nous lui permettons d’en poursuivre l’effet par toutes les voies qu’il trouvera convenir »39.

  • 40 P. V. du synode de 1763.

15Ces discours introductifs, comme ces lettres adressées par l’archevêque au synode, constituent des pièces très intéressantes pour comprendre les motivations de ces assemblées dans cette deuxième moitié du xviiie siècle secouée par des querelles politico-religieuses, aussi bien locales que nationales. La cura animarum est le souci principal est immédiat exprimé par l’archevêque, mais il a conscience que les glissements doctrinaux ou disciplinaires ont une cause supérieure dont la correction profite à l’Église en son entier : « Il n’est aucun de vous, messieurs, qui n’en connaisse toute l’importance et qui ne sache quels sont les rapports nécessaires de la discipline avec l’économie générale de l’Église, avec les mœurs, la foi des ministres et avec le salut des peuples »40. En outre le clergé peut s’exprimer et faire valoir des causes qui lui sont chères comme nous venons de le voir. La pompe synodale n’étouffe donc pas complètement les velléités cléricales, même si en l’absence de l’archevêque, les débats sont beaucoup plus nourris et le plébiscite moins spontané comme le sous-entend notamment le procès-verbal du 4 juin 1764 : « Après une assez longue délibération et conférence sur le tout, mondit seigneur le suffragant leva la séance ».

Le deuxième jour

  • 41 Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-12.
  • 42 Ibid., CaputXXXI-10.

16C’est à environ neuf heures du matin que commence la deuxième partie du synode annuel. Les vicaires-généraux, official, pro-official, promoteur, tous revêtus de l’habit de chœur, ainsi que les doyens ruraux en surplis, attendent son éminence dans la grande salle de l’archevêché. L’archevêque paraît alors en cape et le cortège, identique à celui de la veille, s’ébranle pour se rendre dans le chœur de la cathédrale. Les procès-verbaux de cette époque à Besançon ne décrivent pas plus la procession d’entrée dans la cathédrale. On peut toutefois se figurer qu'elle suivait les prescriptions du Cérémonial des évêques qui nous dit ceci : « Tous se rendront processionnellement [à la cathédrale] au chant de prières et de psaumes, selon le mode des processions dites litaniques [...] au son des cloches et de l’orgue dans l’église »41. C’est ce même cérémonial qui précise que les cloches doivent retentir jusqu’à ce que l’évêque soit entré dans la cathédrale42.

17Après avoir assisté à la messe du Saint-Esprit dans le chœur clôt, les participants se rendent dans la nef qui a été aménagée pour la dernière partie du synode.

  • 43 En 1763 on ne parle plus que d’une simple banquette ou même d’un banc comme en 1764.
  • 44 « In dioecesanis vero [...] disponentur Dignitates et Canonici Ecclesiae cathedralis parati hinc a (...)

18L’église métropolitaine de Besançon a pour particularité de posséder deux chœurs opposés l’un à l’autre comme cela peut se rencontrer dans certaines cathédrales de types rhénan. C’est contre la grille de ce deuxième chœur dit du Saint-Suaire qu’est disposé le faldistoire où prendra place le célébrant entouré des acolytes43. Le fauteuil de l’archevêque est placé au même niveau que celui du célébrant. À droite du trône archiépiscopal est installé le tabouret du porte-croix et à gauche celui de l’aumônier de Monseigneur. Les bancs à dossiers du chapitre métropolitain sont situés dans la longueur de la nef, côté chaire. Face à eux, côté porte, les bancs du corps des doyens ruraux occupent une longueur formant ainsi le troisième côté d’un carré qui se complète par les sièges des dignités, posés devant le jubé. Dans l’angle gauche, c’est-à-dire près des doyens, se trouve un lutrin. Le Cérémonial des évêques prévoit cette disposition, il autorise aussi que les dignitaires et chanoines soient placés en demi-cercle face à l’évêque44.

  • 45 P. V. du synode de 1758.
  • 46 Le faldistoire est un siège que l’on déplace selon les nécessités des cérémonies. Destiné primitive (...)

19Dès la fin de la messe, « les chantres et les familiers [sortent] du chœur les premiers par la grande porte, ensuite les doyens ruraux, les chanoines et Monseigneur l’archevêque qui, précédé de son porte-croix, s’en est allé mettre dans un fauteuil préparé sur une estrade couverte d’un tapis traînant de toute part à main droite près du grillage de la chapelle du Saint-Suaire »45. Comme dans le chœur, le massier fait face au prélat. Le célébrant accompagné du cérémoniaire arrive avec ses altaristes précédé de la croix de l’église et des enfants de chœur portant les chandeliers et les cierges allumés : « il s’est placé dans le faldistoire46 mis sur une ligne distante de quelques pas du fauteuil de Monseigneur l’Archevêque ». Le diacre et le sous diacre qui encadrent l’officiant, se placent devant leurs sièges. Le secrétaire du chapitre tient ici un rôle liturgique singulier, celui d’ôter la mitre du célébrant au cours des cérémonies en l’absence de l’archevêque. En 1766 et 1767, le suffragant semble officier lui-même, ce qui explique le rôle de cet acolyte auquel un « escabel » est attribué à côté du diacre.

  • 47 En l’absence de l’archevêque, ce n’est pas le suffragant qui bénit le diacre, mais le célébrant.
  • 48 Jn, 10, 11-16.

20Une fois l’assistance en place, tous se mettent à genoux et le célébrant entonne l’Alleluia et le Veni Sancte Spiritus. Cette séquence achevée, pendant que l’on se relève, le diacre, à genoux devant l’archevêque mitré et crossé, reçoit de lui la bénédiction47 puis va au lutrin chanter l’évangile Ego sum pastor bonus48.

  • 49 P. V. du synode de 1760.
  • 50 P. V. du synode de 1771.
  • 51 P. V. du synode de 1762.
  • 52 « Leguntur nomma omnium qui synodo interesse debent etpraesentes ad sua nomina surgunt et responden (...)
  • 53 « Absentes vero notantur et per Pontificem débita poena mulctantur ». Ibid.

21Après l’évangile, deux officiants ayant reçu eux aussi la bénédiction de l’archevêque ou à défaut du célébrant, se succèdent en chaire. Le premier, prononce l’oraison synodale en latin. La grande variété des titres cléricaux qui accompagnent la mention de leurs noms dans les procès-verbaux, nous laisse à penser que ces ministres particuliers sont d’abord choisis pour leurs qualités oratoires. Plusieurs fois leur prestation est remarquée et actée, comme en 1760 : « L’évangile chanté, le Sieur Renaud, prêtre vicaire de Saint-Pierre [...] est monté en chaire et a prononcé l’oraison synodale latine avec beaucoup d’éloquence et de solidité »49. Mieux encore, quelques années plus tard : « M. Poulin, professeur du Collège de Besançon [...] a prononcé l’oraison synodale très instructive et presque toute tirée de l’Ecriture Sainte et des saints Pères, lequel a été très applaudi »50. Lui succède donc en chaire le promoteur du synode qui publie solennellement « à haute voix »51 les statuts arrêtés la veille. Il lit ensuite la liste des juges synodaux, en moyenne une quarantaine de noms égrenés en latin accompagnés de leurs rangs et titres. Chacun répond Adsum en se levant52. Quant aux absents, ils sont réputés contumax et s’exposent à une amende, mais le cas est rarissime53.

  • 54 P. V. du synode de 1773.

22Cette formalité accomplie, l’archevêque revêtu de ses attributs pontificaux ou à défaut le célébrant, donne la bénédiction solennelle « en chantant les versets qui sont dans le cérémonial de l’Église »54. Il faut préciser que cette bénédiction est celle qui n’a pas été donnée à l’issue de la messe du Saint-Esprit, la session finale se trouve ainsi comme enclose dans cette cérémonie.

  • 55 Le Caeremoniale Episcoporum de 1752 donne la formule Recedamus in pace.
  • 56 P. V. du synode de 1772.

23Le diacre ayant chanté la formule de renvoi Recedite omnes in pace55, le cortège se reforme selon la préséance et prend la direction de la salle synodale : « Son Eminence [...] s’est rendue en son palais avec le même cortège qui l’avait accompagnée et s’est ensuite déshabillée et entretenue avec messieurs les vicaires-généraux et doyens ruraux jusqu’au dîner »56.

L’intemporalité de la forme synodale

24Lieu de l’exercice du pouvoir, le synode légifère pour le bien commun. Sans projeter sur le xviiie siècle des considérations contemporaines, il semble toutefois que Choiseul ait conscience de la difficulté que représente l’imposition d’un cadre juridique contraignant dans un domaine aussi délicat que le ministère pastoral. C’est ainsi qu’il introduit bien souvent les synodes par un discours sur l’utilité de la discipline ecclésiastique et la nécessaire observance des lois. La loi s’applique d’abord à l’évêque, puis aux clercs, modèles immédiats des fidèles qui leurs sont confiés comme il l’expose dans ces propos :

  • 57 Procès-verbaux des synodes 1758-1773, Bibliothèque diocésaine, Archives du Chapitre métropolitain, (...)

L’observance des lois fixe les fonctions et les devoirs du ministre de l’évangile, elle lui rappelle l’excellence et la sainteté de son caractère, l’obligation où il est de concilier l’estime des hommes pour les gagner à Dieu : d’ailleurs cette observance des lois prévient les désordres qu’entraîne pour l’ordinaire une conduite arbitraire et sans règles. En effet quel désordre ne produirait pas l’oubli de la discipline et le mépris des règles qui la soutiennent [...]. C’est pour veiller au dépôt sacré dont la conservation tient nécessairement à la discipline, que l’Église pour la maintenir a pourvu à la sévérité des saints canons ; ce qu’elle a fait pour le bien général, chacun des premiers pasteurs y est tenu et doit employer les mêmes moyens pour le bien particulier de son Église [...] entretenir et même à perfectionner ce qu’ils ont si heureusement commencé [...]. Nous ne vous imposons point messieurs, un joug inconnu aux siècles précédents, la discipline ecclésiastique est aujourd’hui bien éloignée de son ancienne sévérité ; ne cessons donc de travailler de concert à conserver les précieux restes de cette discipline [...] l’édification et la sanctification des peuples en dépendent57.

25Le synode est perçu dans son organisation hiérarchique comme le canal qui irrigue le diocèse de la source à son point le plus éloigné. La force de l’exemple et le bon exercice des lois garantissent la sanctification commune de laquelle ne s’exclut pas l’archevêque.

  • 58 L. Loye, Histoire de l’Eglise de Besançon, Besançon, Jacquin, 1902, t. IV, p. 270.
  • 59 À l’instar du Caeremoniale Episcoporum, les P.V. des synodes du Cardinal de Choiseul ne donnent pas (...)
  • 60 M. Klockener, « La prière d’ouverture des conciles ‘adsumus’ de l’Espagne wisigothique à la liturgi (...)
  • 61 Cérémonial des évêques restauré par décret du 2e concile œcuménique du Vatican et promulgué par l’a (...)

26Les bonnes intentions de Monseigneur de Choiseul ne cachent pas cependant une pratique synodale quelque peu minimaliste et somme toute assez formelle. Réduit à deux journées dont la première commence à vêpres, le synode se tient bien souvent en l’absence de l’archevêque. Le nombre limité de participants auxquels on présente et impose quasi invariablement le renouvellement d’anciens statuts, trahit l’essoufflement de ce modèle d’assemblée consultative en cette fin d’Ancien Régime. De façon générale, on reconnaît volontiers le caractère surfait des formules employées par les procès-verbaux pour rendre compte de cet aspect consultatif, car le synode diocésain n’est plus à cette époque que la chaîne de transmission du pouvoir épiscopal. Il en ressort que le cardinal de Choiseul-Beaupré, inspiré par ses convictions gallicanes, gouverne son diocèse conformément aux pratiques de son temps : « Prince autant qu’évêque »58. Néanmoins, les procès-verbaux des synodes diocésains de cet épiscopat sont très documentés : on y consigne non seulement les propos qui s’y tiennent – à l’exception regrettable des oraisons synodales – mais aussi tous les rites liturgiques qui accompagnent ces assemblées59. Cela illustre bien le rôle central que joue le rituel dans le synode qui ne fait pas que s’encadrer d’une liturgie, mais est un processus liturgique en lui-même60. Quelles que soient l’époque et les errances du système, il s’agit bien d’une célébration dans la double acception du terme au cours de laquelle l’assemblée, « réunies sous l’impulsion du Saint-Esprit au nom du Seigneur et pour sa gloire, manifeste l’unité du corps du Christ qui brille au plus haut point dans la sainte liturgie »61.

Notes

1 Code de droit canonique, Paris, Centurion – Cerf – Tardy, 1983, c. 460, p. 84.

2 Ibid., c. 461.

3 P. Jounel, « La célébration du synode diocésain », dans L’année canonique, 31, 1988, p. 291.

4 Ibid.

5 O. Pontal, « Évolution du synode diocésain », L’année canonique, Hors-série, vol. II (1990), p. 523-524.

6 Au canon II de la xxive session De reformatione.

7 Nous recommandons pour son aspect pratique, la traduction intégrale du texte du Caeremoniale Episcoporum selon l’édition de 1752 : André Philippe M. Mutel et Peter Freeman (éd.), Le Cérémonial des évêques du Concile de Trente à Vatican II, Paris, éditions Hora Décima, 2006.

8 Promulgué par Clément VIII en 1595.

9 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale [...], Lyon, Joseph Duplain, 1776, t. V., p. 357.

10 Mandement de son Eminence Monseigneur le Cardinal de Choiseul, Pour l’interdiction des anciens Bréviaires, Missels et Livres de chant du Diocèse de Besançon, Besançon, Jean-Félix Charmet, 1770.

11 Ibid., p. 3.

12 Antonii-Cleriadi de Choiseul-Beaupré, Compendium libri ritualis seu Manuale sacerdotum, Vesuntione, Apud Fratres et Sorores Charmet, 1773.

13 Mandement, op. cit., p. 5.

14 B. Dompnier, « La publication d’un cérémonial diocésain, acte de l'autorité épiscopale », C. Davy-Rigaux, B. Dompnier, D.-O ; Hurel (dir.), Les cérémoniaux catholiques en France à l’époque moderne. Une littérature de codification des rites liturgiques-, Turnhout, Brepols Publishers, 2009, p. 147.

15 « L’extrême difficulté de convoquer des conciles dans les provinces détermina le concile de Basle à en remettre la célébration à tous les trois ans ; ce décret a été confirmé par le concile de Trente qui ordonne à l’égard des synodes diocésains qu’ils seront qu’ils seront tenus tous les ans. Je passe sous silence une infinité de règlements [...] sur la convocation régulière et fréquente des synodes. Ce que je viens de rapporter en montre assez l’utilité et même la nécessité » : Extrait du discours inaugural de Monseigneur de Choiseul, prononcé par son suffragant au synode de 1764, Bibliothèque diocésaine, fonds du Chapitre, ms. 45.

16 Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-10.

17 Il s’agit de l’évêque auxiliaire. Les suffragants de l’archidiocèse de Besançon ne participent pas aux synodes.

18 Procès-verbal du synode de 1760, Bibliothèque diocésaine, Archives du Chapitre métropolitain, ms. 45.

19 P. V. du synode de 1762.

20 P. V. du synode de 1768.

21 P. V. du synode de 1760.

22 P. V. du synode de 1763.

23 P. V. du synode de 1771.

24 Ibid.

25 P. V. du synode de 1763.

26 P. V. du synode de 1765.

27 L’officier porteur de la masse cardinalice, bâton symbolisant la fonction.

28 Selon la communication de P. Nélidoff au présent colloque : « Les archevêques d’Albi et leurs statuts synodaux (1678-1789) ».

29 Evoqué par Ph. Loupes dans son intervention : « Des structures efficaces dans un diocèse borroméen : les synodes de Bordeaux au xviie siècle ».

30 Il s’agit de la barrette.

31 P. V. du synode de 1760.

32 P. V. du synode de 1758.

33 P. V. du synode de 1760.

34 Ibid.

35 P. V du synode de 1766.

36 « Lorsqu’ils procèdent ou sont réunis capitulairement, les dignitaires et chanoines de l’église cathédrale ont la préséance sur tous les autres », Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-15.

37 P. V. du synode de 1758.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 P. V. du synode de 1763.

41 Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-12.

42 Ibid., CaputXXXI-10.

43 En 1763 on ne parle plus que d’une simple banquette ou même d’un banc comme en 1764.

44 « In dioecesanis vero [...] disponentur Dignitates et Canonici Ecclesiae cathedralis parati hinc a lateribus Episcopi, vel ante Episcopum, semicirculum patientes », Caeremoniale Episcoporum, op. cit., Liber primus, Caput XXXI-9.

45 P. V. du synode de 1758.

46 Le faldistoire est un siège que l’on déplace selon les nécessités des cérémonies. Destiné primitivement à être plié, il présente la forme d’un X plus ou moins stylisé.

47 En l’absence de l’archevêque, ce n’est pas le suffragant qui bénit le diacre, mais le célébrant.

48 Jn, 10, 11-16.

49 P. V. du synode de 1760.

50 P. V. du synode de 1771.

51 P. V. du synode de 1762.

52 « Leguntur nomma omnium qui synodo interesse debent etpraesentes ad sua nomina surgunt et respondent singuli : Adsum ». Pontificalis Romani, pars tertia, Ordo ad Synodum.

53 « Absentes vero notantur et per Pontificem débita poena mulctantur ». Ibid.

54 P. V. du synode de 1773.

55 Le Caeremoniale Episcoporum de 1752 donne la formule Recedamus in pace.

56 P. V. du synode de 1772.

57 Procès-verbaux des synodes 1758-1773, Bibliothèque diocésaine, Archives du Chapitre métropolitain, ms. 45.

58 L. Loye, Histoire de l’Eglise de Besançon, Besançon, Jacquin, 1902, t. IV, p. 270.

59 À l’instar du Caeremoniale Episcoporum, les P.V. des synodes du Cardinal de Choiseul ne donnent pas de textes euchologiques, ils se contentent de fournir les rubriques.

60 M. Klockener, « La prière d’ouverture des conciles ‘adsumus’ de l’Espagne wisigothique à la liturgie romaine d’après Vatican II », A. M. Triacca et A. Pistola (éd.), La prière liturgique, Conférence Saint-Serge xlviie semaine d’études liturgiques Paris 27-30 juin 2000, Strasbourg, Edizioni liturgiche, 2001, p. 171.

61 Cérémonial des évêques restauré par décret du 2e concile œcuménique du Vatican et promulgué par l’autorité du pape Jean-Paul II, Paris, Desclée, 1999.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/9207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/9207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search