Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Autorité épiscopale, légitimité des curés : les synodes diocésains à Lyon aux xviie et xviiie siècles

Bernard Hours

Texte intégral

  • 1 Statuts et ordonnances synodales de l’église métropolitaine de Lyon, primatiale des Gaules, reveues (...)
  • 2 Prières, cérémonies et manières de tenir le synode selon l’usage de l’Église de Lyon, A Lyon, chez (...)
  • 3 Le rythme en était semblable dans le diocèse de Bordeaux : après les fêtes de Pâques, l’archevêque (...)
  • 4 Reglemens et ordonnances faictes par Monseigneur l’Illustrissime & Reverendissime Archevesque & Com (...)
  • 5 Ordonnance de Mgr l’archevêque de Lyon pour le règlement de son diocèse, Lyon, A. Jullieron, MDCCI, (...)

1Ordinairement, il se tient à Lyon deux synodes annuels. Comme le rappellent les statuts de 15771 et encore le cérémonial publié en 16572, ces assemblées également nommées « Senes », se réunissent à dates fixes : la première au printemps, le mercredi qui suit le second dimanche après Pâques ; la seconde à l’automne, le mercredi après la fête de saint Luc évangéliste, célébrée le 18 octobre3. L’institution en est bien antérieure à la Réforme catholique, et les archevêques n’y dérogent pas par la suite. Les synodes qui ont donné heu à publication d’ordonnances ou de statuts, ont été convoqués plus volontiers aux mois d’avril (1614, 1621, 1657, 1760 et 1761) ou de mai lorsque la date de Pâques était tardive (1631), exceptionnellement en octobre (1705). Tous ces synodes sont réunis aux dates fixées par les statuts de l’Église de Lyon, sauf celui de 1657, tenu le vendredi 27 avril, alors qu’il aurait dû l’être le mercredi 17. D’autres textes publiés sous l’autorité de l’archevêque, sous le nom de « règlements » et/ou « ordonnances », ne sont pas directement liés à la réunion du synode. Ils peuvent résulter plutôt des visites pastorales effectuées par les prélats ou leurs grands-vicaires. En 1663, Camille de Neuville précise que sa dernière visite l’a persuadé « que la réforme des peuples doit commencer par celle du clergé » ; en conséquence, il publie ses « reglemens et ordonnances » pour remédier aux « abus et dereglements » qu’il a pu constater pendant sa tournée4. En 1701, Claude de Saint-Georges, invoque « les manquements» découverts « pendant le cours de la visite que nous avons faite dans les paroisses de notre diocèse qui sont dans les provinces du Dauphiné, de Bresse, Bugey, comté de Bourgogne, Beaujolais, et dans la souveraineté de Dombes »5. Parfois, la publication peut précéder le synode (en 1670, de « nouveaux règlements et statuts » sont signés le 26 mars) ou le suivre de quelques semaines (en 1718, l’archevêque signe son ordonnance le 25 novembre).

  • 6 AD. Rhône, 10 G 533, Copies des statuts et actes capitulaires établissant les droits du chapitre, 1 (...)
  • 7 Les statuts de 1663 sont datés du 1er mars et Pâques est célébrée le 25, ceux de 1670 sont datés du (...)

2Autrement dit, la réforme tridentine n’a pas modifié dans le rythme de réunion des synodes lyonnais, et cela, pour une raison qui ne relève ni du spirituel, ni de la pastorale. La réunion des « Senes » était assortie des droits synodaux de cire et d’encens perçus par les chanoines du Chapitre Saint-Jean en vertu des statuts les plus anciens de l’Église de Lyon6. La perception de ces droits suscita à notre époque de nombreux procès avec les curés qui négligeaient de s’en acquitter, en particulier avec le clergé de Bresse, et sans doute n’encourageait-elle guère le clergé paroissial à considérer la valeur pastorale de telles assemblées. En théorie, comme le rappelait le cérémonial de 1657 déjà cité, rien n’empêchait l’archevêque de « convoquer [un synode extraordinaire] en un autre jour de l’année et où bon leur semble de leur diocèse ». Dans la pratique, ils ne semblent guère avoir recouru à cette possibilité, préférant se conformer à des usages sur lesquels les chanoines veillaient de près. On ne connaît en particulier aucun synode réuni à l’extérieur de Lyon. Comment se déroulaient les synodes ordinaires, ceux qui ne donnèrent pas lieu à publication de statuts ? Quelle fut effectivement leur régularité ? Les sources disponibles ne permettent guère de répondre à ces questions, mais il est probable que l’absentéisme l’emportait largement. En publiant des textes réglementaires hors synode, comme Charles Miron en 1627, ou Camille de Neuville en 1663 et 16707, l’archevêque affirmait-il son autonomie par rapport au puissant chapitre Saint-Jean, gardien des usages, et son autorité sur le clergé paroissial ? Il est difficile de répondre faute d’études complémentaires sur les relations de l’archevêque avec son clergé. Tout au plus, une note manuscrite portée sur la page de garde du cérémonial de 1657, précise-t-elle, après avoir rappelé la définition du synode, que « les décisions [y] sont prises d’après l’avis et le consentement des curés ». Le clergé diocésain fut-il, dès la seconde moitié du xviie siècle, influencé durablement par les thèses « richéristes » ? Les choix d’Antoine Malvin de Montazet, à la fin de notre période, sont peut-être significatifs : nommé en 1758, il tient deux synodes aux printemps 1760 et 1761 au séminaire Saint-Irénée et non pas au palais épiscopal. Ce sont les seules assemblées de son règne marquées par la publication de textes réglementaires. Voulait-il couper court à la suspicion d’autoritarisme en se rapprochant symboliquement de son clergé ? Les mandements de convocation ou les préambules des statuts en disent long sur la difficulté, pour les évêques, de trouver le ton juste en s’adressant à leur clergé.

« La manière de tenir le synode » : la règle et la réalité

  • 8 Cf. supra note 2.
  • 9 Il semble qu’un mandement ne soit publié qu’en vue des synodes généraux. On en conserve deux : le m (...)
  • 10 J. Gadille (dir.), Le diocèse de Lyon, Paris, 1983, p. 151.

3En 1657, Camille de Neuville fait imprimer un cérémonial précisant « les prières... et la manière de tenir le synode selon l’usage de l’Église de Lyon »8. L’assemblée est convoquée par un mandement « donnans temps compétent pour en avoir les advis nécessaires à un diocèse de si grande étendue »9. Au jour dit, sur les sept heures du matin, l’archevêque rejoint, dans la chapelle Sainte-Madeleine de la cathédrale, son clergé assemblé en surplis et bonnet, pour célébrer une messe basse du Saint-Esprit. Une procession est ensuite formée, ouverte par deux acolytes portant des cierges, un sous-diacre portant la croix, un autre l’encensoir et un diacre portant l’Évangile, suivis des curés deux à deux, deux prêtres portant la croix et la crosse de l’archevêque, et enfin de dernier. Cette procession entre au chœur. On entonne alors la récitation de litanies jusqu’au lieu où se tient le synode. En 1657, il existe déjà une salle dans le palais épiscopal pour accueillir les synodes : c’est là que Denis de Marquemont a tenu celui d’avril 1614. Mais Camille de Neuville en fit construire une nouvelle en 1662, destinée principalement à cet usage10. C’est pourquoi le cérémonial de 1657 évoque, dans le lieu du synode, un « théâtre » (estrade) où s’installe l’archevêque, flanqué du grand vicaire et des vicaires généraux à sa droite, des officiaux à sa gauche. L’archevêque s’assied dans un fauteuil sur un piédestal. La salle, du côté du « théâtre », doit être tapissée et ornée d’un « tableau de dévotion ». Le clergé s’installe en contrebas sur des bancs. Une table est réservée au secrétaire de l’archevêque, et deux sièges aux prêtres qui portent la croix et la crosse du prélat. Les litanies finies et l’oraison dite, le diacre chante l’Evangile de l’envoi en mission de disciples. Les clergeons, sous-diacres et diacre regagnent ensuite la cathédrale. L’archevêque entonne le Veni creator spiritus suivi d’une exhortation. On procède ensuite à l’appel des présents, par archiprêtré. « Monseigneur reigle la peine des absens sans légitimé cause », puis s’enquiert auprès des archiprêtres « des manquemens qui arrivent... touchant l’administration des sacremens, les messes et service divin, et touchant les mœurs des curez, vicaires et prestres, et des séculiers, s’il y a aucun scandale, inimitiez, et choses semblables. Sur quoy il ordonne selon sa prudence. » Il fait ensuite procéder à la lecture de statuts synodaux qui ont donc été préparés à l’avance et ne sont pas soumis, quoiqu’en dise la note manuscrite, « à l’advis des curez », ainsi qu’à la lecture des cas réservés. Celle-ci achevée, il donne sa bénédiction et l’assemblée se sépare.

  • 11 A.D. Rhône, 10 G 1426.

4En 1705, Claude de Saint-Georges convoque un « synode général » pour le 21 octobre. Le mandement est signé du 20 août et adressé « à tous abbez, doyens, prieurs, archiprestres, curez & autres ecclésiastiques seculiers et reguliers, exempts & non exempts, ayant charge d’âmes dans le diocese »11. Cependant dès le 18 août, le Père de Lamarest, chartreux lyonnais, en envoie un exemplaire à son correspondant parisien, le frère Léonard, Augustin déchaussé. Il lui a également envoyé quelques jours auparavant un « manifeste des mécontents ». En 1701, le prélat avait déjà publié une « ordonnance pour le règlement de son diocèse ». Elle n’abordait que quelques points (l’obligation de faire le catéchisme, de porter la soutane et de fréquenter les conférences ecclésiastiques, l’interdiction de confesser dans les sacristies et dans les chapelles privées, de chasser, de célébrer deux messes par jour sans dispense). Malgré des propos assez convenus, elle reçut probablement un accueil mitigé. Le ton du mandement laisse en effet deviner une certaine tension dans le diocèse. L’archevêque commence par évoquer le procès qu’il vient de soutenir contre celui de Rouen pour défendre les droits de la primatie attachée au siège archiépiscopal de Lyon et qui a été tranché, en sa défaveur, par l’arrêt du conseil du 12 mai 1702 : la métropole normande est désormais soustraite à la juridiction du primat lyonnais. Il se défend d’avoir pour autant négligé ses devoirs et rappelle que « quoyque... longtemps occupez à soutenir les droits de notre Eglise, nous n’avons pas cessé de nous appliquer au gouvernement de notre diocèse ». Puis il éprouve le besoin de légitimer cette convocation, comme s’il craignait qu'elle n’apparaisse sous un jour despotique. D’une part, il méditait depuis longtemps la convocation d’un synode général, d’autre part il se défend de vouloir y exercer une autorité abusive : « Nous pouvons vous asseurer devant Dieu que nous n’en faisons pas la convocation pour faire paroître notre autorité, mais pour vous assembler, afin de nous voir & de nous lier ensemble par la Charité qui est la source de la vie & le lien de la perfection... Nous [ne] nous servons de la puissance que Dieu a mise entre nos mains, [...] que pour guérir les infirmitez et non pas pour faire sentir notre autorité. » Il annonce la publication de nouveaux statuts, compilation des règlements de ses prédécesseurs, auxquels « nous en avons ajouté de nouveaux ». Puis il menace, comme s’il voulait prévenir tout mouvement de résistance assimilé à un schisme : « Nous avons reçu notre mission du Saint-Siège qui est le centre de l’unité ; ceux qui se séparent de nous en méprisant nos ordonnances, se séparent du Saint-Siège avec lequel nous sommes unis et par conséquent se trouvent hors de l’1glise, puisque l’Église n’est autre chose que les Pasteurs et les Troupeaux unis au S. Siège. »

5Les craintes de l’archevêque étaient fondées. Le P. de Lamarest raconte la manière dont se déroula le synode. Ce texte savoureux, daté du 24 octobre, est un peu long, mais la rareté de ce genre de témoignage justifie qu’on le rapporte in extenso :

  • 12 La fête de sainte Ursule, le 21 octobre, jour de la réunion du synode.
  • 13 « Présent ! »
  • 14 La bulle Vineam Domini fulminée par Clément XI le 15 juillet 1705, à la suite de la polémique soule (...)
  • 15 Sans doute est-ce à ce moment qu’il convient de placer le sermon, qui d’après un autre compte rendu (...)
  • 16 B.n.F, ms. fr. 19208, f° 221-222, lettre du 24 octobre 1705.

Le synode de ce diocèse s’est tenu ou se tient encore, car je ne vis personne hier pour m’apprendre s’il est fini. L’archevêque envoya dès la veille des 11 mille vierges12 des billets dans toutes les églises tant séculières que régulières de l’un et l’autre sexe, à la réserve des Chartreux ; et ces billets portoient que depuis six heures du soir jusqu’à huit on eût à sonner toutes les cloches. Les Jésuites n’en furent pas exceptez et vous sçavez en quoy consiste leur sonnerie et leur manière de sonner. La grosse cloche de St Jean commença, a quoy toutes les autres de la ville répondirent. Jugez du charivari. Le lendemain 21e au matin, la mesme cloche de St Jean sonna pour la procession qui fut très nombreuse et pleine de confusion. On s’y disputa longtemps pour le pas, et il s’y fit de grandes contestations. On y compta plus de neuf cens ecclésiastiques. Je ne sçay s’ils craignoient qu’on ne leur demandât de l’argent, mais pour prouver leur pauvreté prétendue, presque tous les curez estoient en soutanes déchirées et en surplis presque en lambeaux. Ils avoient mesme jeûné plusieurs jours par avance, tant ils estoient maigres et défaits. Le prélat étoit en chape et mitré. Il donnoit la bénédiction à droite et à gauche. M. de Cohade, docteur et socius de Sorbonne, comme premier curé fit le discours, qu’il récita très intelligiblement. La pièce est très latine et très bonne. Voilà à quoy la matinée se passa L’après-dînée le Prélat voulut parler des règlemens qu’il avoit fait : mais il ne pût gagner d’estre écouté. On crioit de toutes parts : cela n’est point, cela ne passera pas, et cent autres paroles beaucoup plus choquantes. On appela les curez (et ce fut le secrétaire de l’archevesché qui le fit) comme ils estoient obligés de dire Adsum13, et qu’il y en avoit quelques-uns qui n’y estoient pas, des séculiers cachés dans la foule respondoient pour eux le mesme mot d’Adsum, afin qu’on ne s’apperceut point de leur absence, ce qui donna occasion de rire à bien des gens qui sçavoient ce manège là. Comme le secrétaire, en nommant ces curez, s’oublioit quelques fois et disoit simplement le curé d’un tel lieu, il étoit d’abord relevé par d’autres qui luy crioient ; il est bien Monsieur pour vous. Enfin, jamais confusion semblable à celle de ce premier jour. Le 22e au matin l’archevesque le prit sur le haut ton, dès qu’il fut dans son trône, il invectiva fortement contre les murmures du jour précédent, dit qu’il pouvoit se vanter de sçavoir mieux les Pères et l’Ecriture qu’aucuns de ceux qui s’avisoient de contredire à ses statuts ; qu’il en avoit fait toute sa vie une étude particulière, que ses statuts seroient observez à la rigueur, qu’il quitteroit plutost son Archevesché que de molir sur la moindre chose, qu’il verbaliseroit contre le premier qui s’en plaindroit, qu’il le traduiroit à Paris, où il estoit sûr destre appuyé, le Roy l’ayant asseuré de sa protection. Il fallut entendre paisiblement la lecture de ces statuts qui sont en grand nombre, il se réserve vingt-quatre cas, autant que de lettres dans l’Alphabet. Je vous envoyeray ce livre au premier jour, car on le débite publiquement. Apres cette lecture on fit celle de la lettre du Roy pour l’affaire de la Constitution du Pape14, on lut après cette mesme Constitution, et enfin le Prélat finit cette séance du matin 22e par une semblable lettre ou exhortation à recevoir cette Bulle, purement et simplement, comme a fait Mr de Paris. Le soir on se rassembla encore, l’archevesque se radoucit fort, il a suspendu jusques au premier de janvier prochain l’exécution de ces statuts15. Jusques a ce temps là on pourra lui faire les objections qu’on trouvera à propos. Il ne s’est parlé d’aucun argent ; je viens de voir un des principaux de l’assemblée qui me l’a dit16.

6Les jours suivants, si l’on en croit toujours notre chartreux, le synode continue encore à susciter les commentaires publics, dans un sens que Claude de Saint-Georges n’avait assurément pas prévu :

  • 17 Ibid., f° 223 et v°, lettre du 29 octobre 1705.

Le prélat a maintenant de grosses affaires, il faut qu’il soit sans cesse sur le qui vive pour justifier ces inexorables ordonnances, et je ne sais comment il s’en tirera à son honneur... Ce livre des statuts et ordonnances a été couru avec tant de fureur que le libraire qui en avait tiré plus de deux mille exemplaires est sur le point de le réimprimer. Il n’y a pas une femmelette qui ne l’ait acheté, comme il est tout en français on le lit dans toutes les boutiques et dans toutes les assemblées, et cela pour se moquer des prêtres, qu’on dit devoir être bien vicieux, puisqu’on a été obligé d’en venir à des règlements si sévères. Vous en serez surpris quand vous les lirez : il aurait fallu du moins les mettre en latin, puisque les personnes pour lesquels ils sont faits, sont censées devoir l’entendre17.

  • 18 Ibid., f° 225, lettre du 2’novembre 1705.

7Et le 24 novembre, il assure encore que « tous ceux de cette ville sont encore fort gendarmés contre ces règlements »18. Il n’est pas impossible que ce mécontentement traduise une certaine fermentation janséniste au sein d’une partie du clergé du diocèse comme d’une partie des fidèles, mais il n’entre pas dans notre propos d’approfondir cet aspect de la question. Le comportement revendicatif de certains curés peut également traduire la fracture sociale qui tend alors à s’aggraver entre les prélats et le clergé paroissial. Celle-ci est manifestée de manière peut-être provocatrice par le port de soutanes élimées et de surplis déchirés, mais il ne faut pas oublier que l’année 1705 prend place dans la période la plus noire du règne de Louis XIV. L’opposition bruyante à certains articles des statuts pourrait aussi révéler l’émergence d’une nouvelle représentation de la hiérarchie ecclésiale : l’évêque ne saurait passer outre le consentement des curés et le synode deviendrait une sorte de parlement diocésain. N’est-ce pas ce que voulait rappeler la main anonyme qui écrivait, au vu de l’écriture très probablement dans la seconde moitié du xviie siècle, sur le cérémonial de 1657 : « Les décisions sont prises d’après l’avis et le consentement des curés » ? Le reproche de sévérité qui semble avoir été adressé à ces statuts va dans le même sens : il tend à dénoncer l’autorité despotique et abusive de l’archevêque. Et ce dernier, en acceptant que des « objections » lui soient faites, reconnaissait de fait le droit des curés à prendre la parole et rédiger des remontrances.

Des curés contestataires

  • 19 A.D. Rhône, 10 G 1426, cahier manuscrit non folioté.

8C’est précisément le mot qu’employèrent ceux de la conférence ecclésiastique de Saint-Claude pour introduire un long texte adressé à l’archevêque : « craignant de donner à ces mêmes statuts une explication contraire à l’intention de Votre Grandeur, [...] ils prennent la liberté de faire les remontrances suivantes à Votre Grandeur Illustrissime, vous suppliant très humblement, Monseigneur, de bien vouloir trouver bon que pour la sûreté de leur conscience et des peuples qui sont confiés à leurs soins ils demeurent dans le droit commun, et dans l’inexécution de ces mêmes statuts jusqu’à ce qu’ils aient reçu les éclaircissements qu’ils osent espérer de votre bonté pastorale »19.

9L’un des ressorts principaux de leur argumentation consiste à souligner l’inadéquation des statuts à la situation particulière des paroisses et du clergé du Haut-Jura, ce qui revient à dénoncer la méconnaissance des réalités diocésaines par l’archevêque. L’un des exemples les plus significatifs est celui des conférences ecclésiastiques, à l’assistance desquelles les statuts rappellent l’obligation pour chaque curé, y compris en automne et en hiver : « il est absolument impossible qu’on puisse tenir la congrégation de St Claude déz le mois d’octobre jusques a celuy d’avril, a cause des mauvais tems et des neiges qui rendent les chemins entièrement impraticables pendant ce six mois : aussy ne l’a-t-on jamais tenu pendant ces mois ».

10Sur certains articles, en particulier ceux du neuvième chapitre des statuts (« De la vie et mœurs des ecclésiastiques »), la bonne foi de ces curés semble un peu suspecte et leur discours ne manque pas de saveur. L’article 3 leur fait défense de porter des pistolets. Objection : entend-on déroger au canon qui l’autorise « extra civitates et in locis suspectis » ? Car la vie des curés de ces montagnes est pleine de dangers : « les loups font des grands ravages s’attaquant même aux hommes, ainsi que les ours et autres bêtes féroces ; [...] la proximité de l’hérésie expose tous les jours les prêtres du Seigneur à mille outrages dans l’administration des sacrements lorsque les hérétiques les voient hors d’état de se deffendre contre eux, de manière que les pistolets dans ce cas ne sont pas des armes offensives, mais deffensives ou plustost des moyens justes et nécessaires pour s’empescher d’estre attaqué et des précautions pour retenir ceux qui pourraient faire tomber les prêtres qui n’en porteraient pas dans quelque fâcheux accident ».

  • 20 Statuts, ordonnances et reglemens synodaux faicts par Monseigneur l’Illustrissime et reverendissime (...)

11De même, l’article 5 interdit aux ecclésiastiques de fréquenter les cabarets y compris « les jardins, maisons, chambres et autres lieux dépendants desdits cabarets »20. Objection qui ouvre les portes d’une casuistique infinie : « S’il y a plusieurs quartiers dans une maison, amodiés à différents locataires dont l’un est le cabaretier, [tombe-t-on] dans le cas de l’ordonnance quand on boit chez l’un de ces locataires qui sont sous le même toit et se servent d’une même porte d’entrée avec le cabaretier ? ». Et que dire du pauvre curé « fatigué d’avoir parcouru sa paroisse pour voir les malades » et qui s’oublie à prendre un peu de repos « dans une maison de sa paroisse où l’on vend du vin, laquelle est éloignée d’une demie lieuë de sa résidence et séparée de toute maison de sorte qu’il n’en peut trouver aucune pour se reposer et y faire porter ce qui luy est nécessaire pour sa réfection » ? Autant de dilemmes cornéliens dans lesquels nos curés hasardent la paix de leur conscience...

12Plus profondément, ces remontrances sont inspirées par le sentiment chatouilleux de la dignité du curé de paroisse, qui revendique à la fois une marge d’autonomie et d’initiative, et le soutien de l’archevêque face aux prétentions des familles. Ils répugnent à un contrôle trop étroit de leurs absences. Les statuts menacent de suspension ceux qui s’éloigneraient plus de quinze jours de leur paroisse pour une cause légitime, alors que cela « est permis [...] aux hauts bénéficiers». Il est vrai qu’ils ont sous les yeux l’exemple des moines de Saint-Claude, qui vivent depuis la fin du Moyen Age comme des chanoines et n’ont pas de scrupules à prendre des vacances de plusieurs semaines. De même, il leur paraît abusif d’avoir à attendre une permission qu’ils ont demandée suffisamment à l’avance ou d’avoir à solliciter l’autorisation de prolonger leur séjour lorsque les circonstances l’exigent. Ils aspirent également à une certaine autonomie en matière spirituelle ou canonique. Les statuts ne disent mot sur un point pour lequel les curés du Haut Jura demandent confirmation : « [le] pouvoir que les curés et les pasteurs ont reçu de Jésus-Christ, et qui leur est confirmé par les canons et les conciles, spécialement par le dernier œcuménique de Trente qui a esté reçu dans la comté de Bourgogne dans tous ses points, d’expliquer les cas équivoques selon les règles du droit commun pour le gouvernement de leurs paroisses surtout lorsque les cas demandent une prompte décision et une connaissance particulière de l’estat des lieux et des contrées et qu’on n’a pas le tems de consulter l’ordinaire ».

13Le mariage est l’un des sujets sur lesquels ils réclament que leur soit laissée une plus libre appréciation des situations alors que les statuts établissent, sous peine de suspension, des contraintes trop rigides à leurs yeux : est-il nécessaire de demander un certificat de l’évêque pour donner la bénédiction nuptiale à des étrangers au diocèse munis d’une simple remise de leur curé, « quand les uns et les autres sont bien connus » ? Faut-il vraiment exiger des extraits baptistaires d’étrangers au diocèse « quoyque voisins et connus » ? Pourquoi les curés ne pourraient-ils pas déléguer « tels prêtres qu’ils jugent à propos pour cette cérémonie et l’administration de ce sacrement » ? Ils revendiquent cette faculté comme un droit acquis et s’insurgent contre la prétention de l’évêque de se la réserver et contre l’excommunication dont il menace les contrevenants.

14Enfin le nombre des cas réservés au pape ou à l’évêque par les nouveaux statuts, suscite de nombreuses objections. Les curés demandent à ce sujet des éclaircissements très précis. Il est peu probable qu’il leur arrive effectivement d’être fréquemment confrontés à certaines situations qu’ils évoquent. Il semble plutôt qu’en essayant de développer des objections pointues et argumentées, en exigeant des précisions, ils veuillent démontrer leur compétence, notamment canonique, et asseoir leur légitimité. Par exemple à propos du blasphème : « [s’il] est réservé avant la dénonciation, ce que l’on entend par blasphémateurs publics, combien il faut de témoins pour qu’ils soient censés tels ». Ils suggèrent aussi des modifications dans la rédaction, par exemple la suppression d’une virgule qui, dans l’article sur les sacrilèges, semble faire de tous les cas de figure des cas réservés et pas seulement « les exploiteurs et violateurs des lieux saints ». En relevant fréquemment l’imprécision du texte, ils se posent en censeurs renvoyant pour correction un texte à améliorer. Le cas de la simonie, bien théorique car elle ne semble guère motiver de dénonciations ni de recherches pour cette période, en fournit un bon exemple : « Si toute sorte de simonies sont réservées au Pape ou si ce sont seulement celles qui sont pour les ordres et les bénéfices, et si tous ces cas réservés au Pape ont des censures annexées ».

  • 21 A.D. Rhône, 10 G 1426

15Il n’y a pas lieu de développer ici une analyse exhaustive de ce texte dont il s’agit surtout de mettre en évidence la tonalité. Les curés de la congrégation de Saint-Claude y revendiquent implicitement des rapports avec leur évêque sur un pied tout différent de celui que le mandement du mois d’août entendait instaurer. « Il est nécessaire que vous veniez à nous, écrivait-il, que vous écoutiez notre voix et que vous appreniez de quelle manière vous devez vous comporter, pour vous acquitter d’un emploi si saint et si relevé, par les règlements que nous vous donnons»21. Les cris lancés lors du synode se prolongent sur un ton grave et réfléchi par ces « remontrances », mais leur sens est le même : au fond l’évêque ne saurait posséder une compétence suffisante pour légiférer seul dans son diocèse. Il se doit de consulter ceux qui, sur le terrain, vivent au quotidien les réalités du ministère pastoral. Il faudrait une étude plus poussée pour comprendre les origines de cette attitude. Il serait probablement hâtif et anachronique d’y voir les prémisses d’une revendication de démocratie cléricale, telle qu'elle s’épanouira dans les deux décennies qui précèdent la Révolution. La situation particulière du Haut Jura méridional doit être prise en compte. La Terre de Saint-Claude y jouit d’un statut spécifique. Il est probable aussi que les curés y ont développé, face à l’abbaye autour de laquelle s’est structurée de longue date la vie régionale, le fort sentiment d’appartenir à un même corps. Corps dont ils entendent défendre les droits face à l’archevêque ordinairement lointain, comme face aux moines « hauts bénéficiers » issus de la noblesse comtoise. Sûrs de leur légitimité, n’ayant pas été entendus par Claude de Saint-Georges, les curés de Saint-Claude entament contre lui l’année suivante une procédure d’appel comme d’abus.

Les statuts : le discours de l’autorité

  • 22 Reglements faicts au Conseil de... Monseigneur Charles Myron, Arcehvesque et Comte de Lyon... Pour (...)
  • 23 Statuta synodalia Ecclesiae metropolitanae et primitialis Lugdunensis, Lugduni, 1560.
  • 24 Statuta synodalia ecclesiae metropolitanae et primatialis lugdunensis denuo recognita et soelicius (...)
  • 25 Cf. note 1.
  • 26 Ordonnances et instructions aux curez du diocèse de Lyon. Faictes par Monseigneur le Reverendissime (...)
  • 27 Statuts et règlements généraux faits au Synode tenu à Lyon le 27 d’avril 1657, à Lyon, chez Jean-Ay (...)
  • 28 Cf. note 4.
  • 29 Nouveaux règlements et statuts pour le diocèse de Lyon, faits par Monseigneur l’archevesque, À Lyon (...)
  • 30 M.L. Rostagnat, « Les visites pastorales de Mgr Camille de Neuville », Cahiers d’Histoire, 1960, p. (...)
  • 31 Ordonnance de Monseigneur l’Archevêque de Lyon pour le reglement de son diocèse, à Lyon, chez Pierr (...)
  • 32 J. Gadille, op. cit., p. 178.

16Peuvent être considérés comme importants les synodes qui donnent lieu à la rédaction de statuts. Mais, dans la mesure où tous les synodes n’y donnent pas lieu, et dans la mesure où l’évêque peut publier des ordonnances ou de simples règlements indépendamment de la réunion de tout synode comme le fit en particulier Charles Miron en 162722, ne faudrait-il pas distinguer l’étude de ces deux instruments du gouvernement épiscopal ? En revanche, si l’on considère qu’il existe deux types de synodes, les synodes ordinaires dits (abusivement dans le premier cas) « de mai » et de la Saint-Luc, et les synodes généraux, exceptionnels et le plus souvent accompagnés (parfois précédés) de la publication des statuts, alors il devient légitime de lier l’étude des deux. En revanche, pour être complet, il conviendrait de relier l’étude de des statuts, à la pastorale des évêques, ou du moins à l’un de ses instruments, la visite pastorale. À bien des égards en effet, la réunion d’un synode général fournit l’occasion à l’évêque de faire le bilan ou de tirer les conclusions des observations faites pendant les visites, par lui ou par ses vicaires généraux. Les statuts qu’il publie alors, ont parfois l’ambition de présenter une large synthèse réglementaire, abordant tous les aspects du ministère paroissial, parfois au-delà lorsqu’est abordée la question des réguliers, toujours délicate pour l’ordinaire. Avant notre période, les statuts en 39 chapitres publiés par le cardinal de Tournon en 1560 ont constitué une référence pour ses successeurs immédiats23. Ils sont largement repris par Antoine d’Albon en 156624, puis, traduits en français, par Pierre d’Epinac au synode de Saint-Luc en 157725. Aux xviie et xviiie siècles, les quatre ordonnances rendues par Denis de Marquemont au synode du 16 avril 1614, sont en partie le fruit de sa tournée pastorale commencée l’année précédente et qu’il achèvera après le synode26. Les statuts publiés au synode d’avril 165727, complétés par les « règlements et ordonnances » de 166328 et les « nouveaux règlements et statuts » de 167029, adoptés hors synode, font le bilan des tournées de visite dirigées par Camille de Neuville en 1654, 1655-1656 et 1657-166230. Ceux de 1705, enfin, en une centaine de pages, sont les plus volumineux de tous. Par la suite, les brefs règlements de Villeroy en 171831, et les courts « avis » de Montazet en 1760 et 1761, sont indépendants des visites pastorales. Mais il n’est pas exclu que la rareté ou la brièveté des statuts synodaux soient compensées, sur le plan réglementaire, par la multiplication d’ordonnances consécutives aux visites pastorales. Ainsi, Montazet cesse très rapidement toute publication synodale ; en revanche, ses nombreuses ordonnances après visite attestent d’une activité réglementaire parallèle32.

  • 33 Sur son rôle dans le diocèse, cf. J. Gadille, op. cit., p. 150.

17Les informations sur la publication proprement dite des statuts sont très lacunaires. D’une part, il n’est pas nécessaire que l’évêque soit présent physiquement au synode qu’il peut faire présider par son grand vicaire, ce qui entraîne quelques modifications dans le cérémonial, précisées dans le petit « manuel » de 1657. Cette année-là justement, Camille de Neuville était à la Cour « pour affaires importantes » et plutôt que de différer la réunion du synode général, en confia la tenue à Antoine de Neuville, son demi-frère, abbé de Saint-Just, et grand vicaire33. C’est également ce dernier qui asura la publication des statuts. Mais de manière ordinaire, ils sont donnés par l’archevêque et mis en forme par son secrétaire qui signe de l’autorité du prélat : Basset pour Camille de Neuville en 1670, Debinis pour Montazet en 1760 et 1761.

18Habituellement un préambule précède les articles proprement dits. La personnalité de l’évêque et la représentation qu’il se fait de sa charge peuvent s’y révéler, tributaires des circonstances mais aussi de l’esprit du temps et de l’évolution de la sensibilité religieuse. Tous les prélats invoquent évidemment les devoirs de leur charge et la mission qu’ils ont reçue, mais tous ne le font pas de la même manière.

  • 34 Ordonnances et instructions aux curez du diocèse de Lyon. op. cit., p. 3.

19Chez Denis de Marquemont, titulaire du siège de 1612 à 1626, domine la douceur. Evoquant ses visites de l’année précédente, il commence par faire l’éloge des bons curés qu’il a pu rencontrer et qu’il encourage à persévérer : « La visite que nous commençâmes l’an passé nous donna subject de bénir et loüer la miséricorde de Dieu, qui parmy les troubles et les guerres, parmy l’ignorance et la pauvreté s’est réservé neantmoins plusieurs bons ecclésiastiques, bien zélés à leurs charges et bien soigneux de leur devoir, lesquels nous loüons de toute notre affection et les exhortons de continuer de bien en mieux, et se surmonter eux-mesmes »34. Il n’ordonne pas mais exhorte, fait état de son « affection », proteste de son « humilité », voire de son « infirmité » et requiert « les prières et oraisons de tous [ses] diocésains», assure qu’il poursuivra ses visites et son œuvre « de correction et de remède » aux désordres qu’il a pu constater, « le plus doucement que faire le pourrons, selon la grâce qu’il plaira à Dieu [lui] donner ». On retrouve ici le ton d’un voisin du prélat lyonnais, François de Sales, évêque de Genève à la même époque.

20Avec Camille de Neuville, deux thèmes nouveaux apparaissent. D’une part, la correction des laïcs dépend de l’exemplarité du clergé : « la réforme des peuples doit commencer par celle du clergé et il faut que cette source soit purifiée, puisque c’est par elle que Dieu fait couler ses grâces et ses bénédictions sur le reste des hommes ». Dans la perspective d’une ecclésiologie hiérarchisée d’inspiration bérullienne, dans laquelle le clergé est médiateur de la grâce divine, l’évêque n’éprouve plus le besoin de solliciter prières de ses ouailles, mais il rappelle solennellement leur responsabilité aux curés. Dautre part, s’il s’agit toujours de mettre fin aux « abus et dérèglements », il fonde ses espoirs sur les institutions qui assureront la formation initiale et permanente du clergé : en 1663, il insiste dès le préambule sur l’obligation de participer aux réunions mensuelles des conférences ecclésiastiques et il évoque le séminaire qu’il vient de fonder, dont il espère « un jour tirer de bons fruicts pour le service de Dieu et le salut du prochain ». En 1670, ses exhortations à appliquer ses ordonnances, s’accompagnent d’une mise en garde sans équivoque : « nous vous conjurons [...] d’observer les choses que nous allons que nous allons vous prescrire, en sorte que nous soyons dispensé de vous y contraindre par des poursuites rigoureuses qui répugnant toujours à la douceur et à l’esprit de l’Église, sont encore fort opposées à notre inclination particulière ».

21Claude de Saint-Georges s’appuie plus franchement encore sur le principe d’autorité. Son mandement d’août 1705, dans lequel nous avons vu à quel point est mis en exergue le pouvoir lié à sa fonction, sert de préambule aux statuts. La brève ordonnance qu’il avait publiée en 1701 à la suite de sa tournée pastorale dans la partie orientale du diocèse, campe l’évêque moins en pasteur, bien qu’il rappelle son souci de connaître « ses brebis », qu’en dépositaire de la prérogative de surveiller et corriger : « c’est par là qu’il examine de plus près si de leur part [les curés] l’instruction ou les bons exemples ne manquent point à ses diocésains. Enfin, c’est là où il exerce les fonctions de son ministère qui sont réservées à lui seul et qu’il trouve les moyens efficaces pour entretenir dans les uns et les autres le bien qu’il a trouvé et pour corriger les manquements qu’il y découvre ».

22Enfin, les propos de Montazet révèlent l’influence de l’esprit des Lumières chez un prélat qui s’est distingué pour avoir, l’un des premiers lors de l’assemblée générale du clergé en 1750 alors qu’il était encore évêque d’Autun, prononcé une philippique contre « l’impiété du siècle » et qui, en 1776, publiera sous son nom une Instruction pastorale sur les sources de l’incrédulité et les fondemens de la religion. Dans le préambule des Avis donnés au synode d’avril 1760, le prélat s’efface devant la loi, à l’unisson d’une époque qui a cru que seules de bonnes lois créaient les conditions dans lesquelles s’épanouiraient la vertu et le bonheur : « Le secours des loix étant absolument nécessaire pour faire fleurir dans l’Eglise la discipline & la régularité, nous avons donné notre première attention à celles que nos prédécesseurs ont publiées pour le gouvernement de ce diocèse. Les éditions en sont épuisées et les exemplaires très rares : mais nous en voyons heureusement la pratique affermie par un long usage et suivie par le grand nombre des ecclésiastiques. Cependant de peur que l’oubli des devoirs ne succède à l’esprit de ferveur, & n’introduise insensiblement les abus, nous nous proposons de donner un nouveau corps de loix, dans lequel nous réunirons les réglés les plus importantes pour la conduite particulière de notre Clergé & pour l’exercice du ministère pastoral ».

23L’objectif n’a pas fondamentalement changé : il s’agit toujours du « zèle des âmes et de l’édification des peuples », mais ce n’est plus un pasteur qui y conduit ses brebis, c’est un législateur qui travaille à en définir les conditions. Ce discours vient conforter l’impression rassurante que l’archevêque voulait donner de son autorité dans sa lettre de convocation au synode :

  • 35 Lettre de Monseigneur l’archevêque de Lyon..., op. cit., p. 3

24« Dans les plus beaux siècles de l’Église, on voyoit l’évêque entouré de son presbytère, suivre [3] le détail des fonctions de chaque ministre, partager les sollicitudes de tous, travailler au milieu d’eux comme leur semblable, les diriger comme leur chef, les consulter comme ses égaux. Cette heureuse intelligence faisoit la gloire de l’Église et la rendit bientôt féconde en fruits précieux de sainteté. Elle ne cessa point ; on ne fit qu’en sentir davantage la nécessité, à mesure que les Eglises se multiplièrent. La tenue fréquente des synodes était le moyen le plus propre à la conserver : aussi furent-ils bientôt ordonnés par les conciles ; et la pratique en a été plus constante lorsque les bonnes règles ont été en vigueur »35.

25Montazet a-t-il vraiment voulu transformer les relations hiérarchiques ? Anticipait-il le modèle qui sera mis en place par Scipione Ricci dans diocèse de Pistoia/Prato une vingtaine d’année plus tard ? Il y eut effectivement des contacts entre la Toscane et Lyon, mais ils furent plus tardifs. Par ailleurs, ces deux synodes de Montazet n’étaient pas généraux : seuls les archiprêtres y furent convoqués. Et enfin, ce furent les seuls. Après 1761, le synode cessa d’être un instrument de gouvernement du diocèse. Soit ces ouvertures conciliantes relevaient de la captatio benevolentiae, soit Montazet aurait renoncé rapidement à ses convictions jugeant que la situation n’était pas mûre, mais la première hypothèse semble plus probable.

La réglementation synodale

26Sans analyser en détail l’ensemble de la réglementation synodale depuis 1614 jusqu’à 1761, un tableau synoptique des sujets traités par les principaux textes publiés directement ou indirectement dans le contexte synodal permet de dégager quelques enseignements. Le lissage indispensable pour rendre comparables des rédactions qui n’abordent pas systématiquement les mêmes sujets, ni toujours avec la même précision, n’altère pas la singularité du texte le plus long, celui des statuts de 1705.

  • 36 Avis donnés par Monseigneur l’Archevêque de Lyon au Synode tenu de 30 avril 1760, à Lyon, P. Valfra (...)

27Un premier constat s’impose : la grande période de la réglementation synodale à Lyon, correspond aux deux longs épiscopats de Camille de Neuville (1653-1693) et de Claude de Saint-Georges (1693-1714). Sur les 152 occurrences que fait apparaître l’analyse thématique des statuts, les deux tiers concernent les textes publiés entre 1657 et 1705. En revanche, cette activité réglementaire décline très fortement par la suite, avec 23 occurrences pour les statuts de Villeroy et de Montazet36. On pourrait y voir l’effet des textes précédents qui insistaient sur l’une des missions essentielles des archiprêtres : la surveillance du clergé local et la visite des paroisses. Il n’est pas impossible non plus que les prélats, craignant un renouvellement de la contestation cléricale après le synode de 1705, aient préféré s’en remettre au traitement cas par cas, des problèmes signalés par leurs archiprêtres. On sent bien chez Vil leroy d’abord, chez Montazet ensuite, le souci d’apaiser la méfiance de leurs curés.

  • 37 Nouveaux règlements et statuts pour le diocèse de Lyon. op. cit., p. 5 : « Parce que nous apprenons (...)
  • 38 Statuts, ordonnances et reglemens synodaux faicts par [...] Claude de Saint-Georges..., op. cit., c (...)

28L’apogée de l’activité réglementaire est atteint avec Claude de Saint-Georges et avec les statuts qu’il publie en 1705, en plus d’une centaine de pages, quand ceux de son prédécesseur n’en dépassaient jamais la moitié. À eux seuls, et même après lissage des résultats, ils fournissent presque 30 % des occurrences. Ils compilent, précisent et complètent les textes précédents. Le prélat ne manque pas de se référer aux statuts précédents, parfois antérieurs au concile : ainsi, fondant les droits dûs par les curés aux archiprêtres sur les statuts du cardinal de Bourbon de 1487, il les modifie par un droit de 20 sols payable par tout curé au moment où il vient chercher les saintes huiles. Par ailleurs, il renvoie, à la dernière édition des statuts de son prédécesseur, parue en 1687, comme étant toujours en vigueur. De la même manière, Camille de Neuville, réglementant les conférences ecclésiastiques en 1670, renvoyait à l’ordonnance prise par Miron, hors synode, en juillet 162737. Les statuts de 1705 revêtent enfin une dimension didactique sont les textes précédents étaient dépourvus : elle se manifeste en particulier à propos du septénaire sacramentel qui, pour la première fois, fait l’objet non seulement d’une réglementation méthodique, incluse jusqu’alors dans le rituel du diocèse, mais également précédée pour chaque sacrement d’une instruction dogmatique. Enfin, Claude de Saint-Georges y brandit plus systématiquement que ses prédécesseurs la menace de sanctions canoniques à destination des contrevenants : suspension ou excommunication. Sans doute faut-il y chercher une explication au tollé qu’ils soulevèrent contre eux lors du synode : bien des curés, par exemple, pouvaient envisager avec quelque réticence d’avoir à excommunier des parents qui préféreraient faire ondoyer leur nouveau-né afin d’attendre pour le baptiser la date qui permettrait de réunir les parrain et marraine...38.

29Les points réglementés par les statuts peuvent être regroupés, sans surprise, en trois grands chapitres : le clergé, les bâtiments et le temporel, la pastorale. Avant Camille de Neuville, le deuxième chapitre n’est guère abordé. Dans ses statuts de 1614, Denis de Marquemont traite essentiellement la question des revenus extraordinaires (quêtes, casuel, fondations de messes et chapellenies). À propos des bâtiments, il passe sous silence l’église et le cimetière pour évoquer l’obligation faites aux paroissiens de construire une « maison curiale » s’il n’en existe pas encore. En revanche, Camille de Neuville et Claude de Saint-Georges se montrent attentifs à la décence de l’église, à la propreté et au bon état des fonds baptismaux, du tabernacle, du confessionnal, au bon ordre des bancs qui doivent être justifiés par une fondation. Aux archiprêtres, rappelle le second, il revient de faire retirer « les statues difformes, tronquées et mutilées ». Il n’est plus question du presbytère : pourtant, à l’aube du xviiie siècle, toutes les paroisses du diocèse de Lyon n’en sont pas encore dotées.

30Sur l’ensemble de la période, ce deuxième chapitre n’est pas le plus abondamment traité. Il fait l’objet de 36 occurrences, pour 61 et 55 respectivement au clergé et à la pastorale. Les points les plus fréquemment abordés concernent les curés. Les conférences ecclésiastiques, appelées ici « congrégations », constituent la principale préoccupation des archevêques lyonnais. Elles sont réglées pour la première fois par les statuts de Charles Miron en 1627, puis par tous ses successeurs partir de Camille de Neuville. Elles constituent au niveau du « terrain », avec les archiprêtres qui ne les président pas, mais doivent veiller à leur bonne organisation, le dispositif stratégique du gouvernement du diocèse. De même les conditions de réception des ordres sacrés, en particulier les retraites préalables et l’examen des compétences, font l’objet d’une insistance prioritaire. Les statuts visent à maintenir le clergé comme une « milice » disciplinée, astreinte à résidence et accomplissant avec zèle ses fonctions, en particulier le catéchisme, mais sous contrôle. Ainsi la liste des cas dont l’absolution est réservée à l’évêque ou au pape ne cesse de s’allonger au cours de la période : jusqu’à 25 pour le premier et 9 pour le second, selon les statuts de 1705 qui enjoignent aux curés d’en afficher soigneusement la liste dans leur sacristie. Enfin, une inquiétude surgit de façon récurrente à partir de 1663, peut-être liée à l’application des bulles successives contre le jansénisme : empêcher que des prêtres inconnus de l’ordinaire puissent prêcher et administrer les sacrements.

31Le synode, à Lyon comme ailleurs, constitue l’un des instruments du « bon gouvernement » diocésain à l’époque de la Réforme catholique. Il s’inscrit aussi dans une tradition pluriséculaire qui s’impose à l’archevêque et renvoie à l’autorité temporelle de son chapitre sur le clergé diocésain. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles l’assemblée synodale, espace canonique de publication de la réglementation épiscopale, devient parfois aussi le révélateur d’une sourde aspiration du clergé paroissial à affirmer sa propre légitimité. Aussi l’ordinaire l’aborde-t-il en usant alternativement, selon les sensibilités dominantes, de la douceur, de la rigueur ou de la séduction.

Notes

1 Statuts et ordonnances synodales de l’église métropolitaine de Lyon, primatiale des Gaules, reveues, augmentees et traduictes en langue Françoyse, pour l’instruction des curez & gens d’Église du diocese de Lyon, A Lyon, par Jean Stratius, MDLXXVII.

2 Prières, cérémonies et manières de tenir le synode selon l’usage de l’Église de Lyon, A Lyon, chez Jean-Aymé Candy, MDCLVII.

3 Le rythme en était semblable dans le diocèse de Bordeaux : après les fêtes de Pâques, l’archevêque tenait un synode dans son palais, et un second à Blaye, afin d’éviter au clergé des archiprêtrés de Blaye et de Bourg de traverser la Gironde ; deux autres assemblées se tenaient dans les mêmes lieux, le mardi après la fête de saint Luc et le mardi suivant, cf. Bernard Peyrous, La réforme catholique à Bordeaux (1600-1719), Bordeaux, 1995, t. 1, p. 284-285.

4 Reglemens et ordonnances faictes par Monseigneur l’Illustrissime & Reverendissime Archevesque & Comte de Lyon, Primat de France, Commandeur des ordres du Roy &son Lieutenant General au Gouvernement de Lyon, pays de Lyonois, Forests & Beaujollois, A Lyon, chez Antoine Jullieron, MDCLXIII, p. 3-7.

5 Ordonnance de Mgr l’archevêque de Lyon pour le règlement de son diocèse, Lyon, A. Jullieron, MDCCI, p. 4.

6 AD. Rhône, 10 G 533, Copies des statuts et actes capitulaires établissant les droits du chapitre, 1175-1207.

7 Les statuts de 1663 sont datés du 1er mars et Pâques est célébrée le 25, ceux de 1670 sont datés du 26 mars alors que Pâques est fêtée le 6 avril.

8 Cf. supra note 2.

9 Il semble qu’un mandement ne soit publié qu’en vue des synodes généraux. On en conserve deux : le mandement de Claude de Saint-Georges pour le synode d’octobre 1705 (cf. infra) et de Montazet, la Lettre de Mgr. l’archevêque de Lyon pour la convocation d’un Synode, Lyon, Valfray, 1760.

10 J. Gadille (dir.), Le diocèse de Lyon, Paris, 1983, p. 151.

11 A.D. Rhône, 10 G 1426.

12 La fête de sainte Ursule, le 21 octobre, jour de la réunion du synode.

13 « Présent ! »

14 La bulle Vineam Domini fulminée par Clément XI le 15 juillet 1705, à la suite de la polémique soulevée par l’affaire du cas de conscience, cf. F.-M. de Joncoux, J.-B. Louail, P. Quesnel, N. Petitpied et J. Fouillou, Histoire du cas de conscience, Nancy, 1705-1711 ; Dictionnaire de Théologie catholique, t. XIII, col. 1490-1500 ; J.M. Grès-Gayer, D’un jansénisme à l’autre : chroniques de Sorbonne (1696-1713), Paris, Nolin, 2007.

15 Sans doute est-ce à ce moment qu’il convient de placer le sermon, qui d’après un autre compte rendu, fut prononcé par l’archevêque sur le thème : « le devoir du curé est de paître son peuple par la parole, l’exemple et la prière, d’écouter l’Église, lui obéir et combattre pour elle », cf. Jacques Gadille, op. cit., p. 164.

16 B.n.F, ms. fr. 19208, f° 221-222, lettre du 24 octobre 1705.

17 Ibid., f° 223 et v°, lettre du 29 octobre 1705.

18 Ibid., f° 225, lettre du 2’novembre 1705.

19 A.D. Rhône, 10 G 1426, cahier manuscrit non folioté.

20 Statuts, ordonnances et reglemens synodaux faicts par Monseigneur l’Illustrissime et reverendissime Claude de Saint-Georges, archevêque et comte de Lyon, Primat de France, conseiller du Roy en tous ses conseils. Publiez au Synode General du Diocese de Lyon tenu par mondit Seigneur le 21 octobre 1705, A Lyon, chez Pierre Valfray, MDCCV, p. 75.

21 A.D. Rhône, 10 G 1426

22 Reglements faicts au Conseil de... Monseigneur Charles Myron, Arcehvesque et Comte de Lyon... Pour la function des Archiprestres (16juin 1627), et les Congrégations des Curés du Diocèse de Lion (28 juil. 1627).

23 Statuta synodalia Ecclesiae metropolitanae et primitialis Lugdunensis, Lugduni, 1560.

24 Statuta synodalia ecclesiae metropolitanae et primatialis lugdunensis denuo recognita et soelicius adaucta, Lugduni, apud Michaelium Jovium, sub signo nominis Jesu, 1566.

25 Cf. note 1.

26 Ordonnances et instructions aux curez du diocèse de Lyon. Faictes par Monseigneur le Reverendissime Archevesque, comte de Lyon, et publiée au Synode tenu le 16 avril 1614, A Lyon, Chez Pierre Rigaud, MDCXIIII ; Advertissement de Monseigneur le Reverendissime Archevesque, comte de Lyon. Primat des Gaules, au clergé de son diocèse. Touchant la promotion aux ordres et provisions des cures et autres bénéfices. Publié au Synode de Lyon le 16. avril 1614, A Lyon, Chez Pierre Rigaud, MDCXIIII ; Ordonnance pour la résidence des curez du diocèse de Lyon. Faicte par Monseigneur le Reverendissime Archevesque, comte de Lyon, et publiée au Synode tenu le 16. avril 1614, A Lyon, Chez Pierre Rigaud, MDCXIIII ; Ordonnance touchant les cas reservez. Faicte par Monseigneur le Reverendissime Archevesque, Comte de Lyon, et publiée au Synode tenu le mercredy 16. avril 1614, A Lyon, Chez Pierre Rigaud, MDCXIIII. Les procès-verbaux des visites de 1613-1614 ont été publiés par G. Guigue, Recueil des visites pastorales du Diocèse de Lyon aux xviie et xviiie siècles, t. I, Visite de 1613-1614, Lyon, 1926, 478 p.

27 Statuts et règlements généraux faits au Synode tenu à Lyon le 27 d’avril 1657, à Lyon, chez Jean-Aymé Candy, M DC LVII.

28 Cf. note 4.

29 Nouveaux règlements et statuts pour le diocèse de Lyon, faits par Monseigneur l’archevesque, À Lyon, chez Antoine Juillieron, MDCLXX.

30 M.L. Rostagnat, « Les visites pastorales de Mgr Camille de Neuville », Cahiers d’Histoire, 1960, p. 251-175.

31 Ordonnance de Monseigneur l’Archevêque de Lyon pour le reglement de son diocèse, à Lyon, chez Pierre Valfray, MDCCXVIII.

32 J. Gadille, op. cit., p. 178.

33 Sur son rôle dans le diocèse, cf. J. Gadille, op. cit., p. 150.

34 Ordonnances et instructions aux curez du diocèse de Lyon. op. cit., p. 3.

35 Lettre de Monseigneur l’archevêque de Lyon..., op. cit., p. 3

36 Avis donnés par Monseigneur l’Archevêque de Lyon au Synode tenu de 30 avril 1760, à Lyon, P. Valfray, 1760 ; Ordonnances et avis synodaux donnés par Monseigneur l’illustrissime et Révérendissime Antoine Malvin de Montazet, Archevêque et comte de Lyon, Primat de France, à Lyon, chez P. Valfray, M. DCC. LXI.

37 Nouveaux règlements et statuts pour le diocèse de Lyon. op. cit., p. 5 : « Parce que nous apprenons de plusieurs côtés que ces Assemblées quoique instituées pour de saintes fins, sont devenues des occasions de divertissement et de dissipation, nous voulons que ce qui a été ordonné par leu Monsieur de Miron, l’un de nos prédécesseurs archevêques de Lyon, soit exactement observé... »

38 Statuts, ordonnances et reglemens synodaux faicts par [...] Claude de Saint-Georges..., op. cit., chapitre II, « Du Baptême ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/9201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540