Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

La Pastorale de Mgr Le Camus dans son diocèse de Grenoble (1671-1707)

Edmond Coffin

Texte intégral

1Prêtre à Grenoble, je me suis évidemment intéressé à l’histoire passionnante d’Étienne Le Camus qui, à l’époque de Louis XIV, fut évêque de Grenoble, et cardinal. Un dicton ancien, mais devenu classique chez les historiens locaux (et au-delà) résume ainsi sa carrière : « Evêque, par la volonté du Roi, sans attendre les lettres pontificales de préconisation ; cardinal, par choix du Pape, avant l’accord du Roi ».

2Pour ma part, je considérerai encore davantage sa biographie en un seul mot : « Converti. » Mon exposé sera donc un récit, évidemment assez bref, de cette conversion personnelle et de la pastorale que mena cet évêque réformateur dans le diocèse qui lui fut confié.

I. La Conversion d’Étienne le Camus

Points de repère

3Né à Paris en 1632, huitième enfant du couple Nicolas Le Camus – Marie de La Barre. Une famille d’ascendance marchande, devenue de robe et parlementaire. Le milieu est aisé. L’avenir des enfants paraît assuré.

4Étienne, celui qui va retenir notre attention, a été baptisé à Saint Nicolas des Champs. Peu de renseignements sur le cours de ses études jusqu’à la classe de rhétorique dont il sort à 15 ans. Destiné, sans doute par tradition familiale, à l’état ecclésiastique, il entre en Sorbonne. En 1664, il soutient une thèse qu’il dédie au jeune roi Louis XIV, lequel l’accepte gracieusement. Quatre ans plus tard, il est reçu docteur en théologie. À cette époque, mais sans plus de précision, il reçoit l’ordination presbytérale.

5Attaché à la Cour en qualité d’aumônier, il accompagne à Saint Jean-de-Luz Mazarin et la reine-mère pour le mariage du roi avec l’infante Marie-Thérèse. Le voilà bien inséré dans la haute société. Un vrai « prestolet ». Il partage la vie, les jeux, les fêtes et certaines aventures de ce milieu enchanteur. Le roi ne manque pas de lui témoigner, à l’occasion, une sympathie bien réelle.

6Mais cette existence sans souci devient source de dissipation. Il suffit qu’avec un groupe de jeunes frivoles et même libertins, il se laisse entraîner à certains excès, alors que s’ouvre pour les chrétiens la Semaine Sainte. Au lieu d’assister aux offices de l’Église, il se trouve embarqué dans ce qu’on a appelé « l’équipée de Roissy », un château de la région parisienne. Ce n’était certainement pas bien indiqué de s’y rendre pour « faire la fête ». Mais inquiet, risquant de céder à un véritable dévergondage, Étienne Le Camus, dans la nuit du jeudi au vendredi saint, quitte discrètement cette compagnie débauchée pour rentrer à Paris.

7L’affaire fit du bruit, évidemment. Mazarin tint à punir les coupables. Le Camus fut exilé à Meaux. La sanction fut toutefois vite abrégée, à la requête de son parent Colbert. L’incident n’eut pas de suite grave, le roi mieux informé de ce qui s’était passé, rendit sa confiance à l’abbé Le Camus. Il envisagea même un moment de le nommer précepteur du Dauphin.

8Un autre personnage intervient à cette époque dans la vie d’Étienne Le Camus : un de ses anciens condisciples, Rancé, qui avait connu, lui aussi, des heures de dissipation, mais s’était repris. Pourvu de la charge, ou plutôt des revenus d’une abbaye, il décide d’y résider pour mener strictement la vie d’un trappiste, et réformer profondément toute sa communauté. La rencontre fut déterminante. Le Camus crut qu’il était lui-même destiné à devenir moine, le dernier de tous. Cependant, l’abbé de Rancé, perspicace, discerne que son disciple était destiné par Dieu à suivre une autre voie.

9Le Camus se met alors à fréquenter l’Oratoire de Paris. Son avenir semble se dessiner. Ayant acquis un bénéfice de 4 000 £ de rente, il veut s’en défaire, constatant qu’il n’a pas suivi exactement la procédure canonique pour en être investi. En ce qui concerne sa qualité d’aumônier du roi, il reconnaît qu’il en est indigne et demande à en être relevé, au risque de froisser le prince qui l’en avait pourvu. Quant à cet évêché de Bazas dont le monarque pensait le nantir, il proclame qu’il ne l’avait jamais brigué.

10Dans une lettre à son ami Pontchateau (8 juillet 1670), il fait le bilan de sa vie passée :

« Hélas, que de dissipations en vingt années de servitude volontaire à la Cour ! Que de dissipation dans les plaisirs, dans les entretiens, dans les bagatelles, dans l’ambition, dans les médisances, dans l’étude même ! Mais que de dissipation et dans l’ombre de pénitence qu’on dit dans le monde que je fais depuis 4 ans ! ».

11Pour le moment, à la suite d’un séjour à la Trappe, interrompu pour un accident de santé consécutif à des excès de mortification, Le Camus prend conseil. Lui-même souhaiterait mener une existence recluse dans une dépendance du jardin de l’Oratoire.

12Tout est bousculé par une décision du roi : l’abbé Le Camus est nommé évêque de Grenoble (5 janvier 1671). Le souverain n’a pas attendu les lettres de préconisation du Pape ! La cérémonie du sacre a lieu à Paris dans l’église des Chartreux (ce n’est pas un hasard) et le 24 août, fête de Saint Barthélemy (autre coïncidence). Cet acte religieux est suivi à Versailles du serment de fidélité au roi. Plus tard, de graves tensions apparaîtront entre l’obéissance due au pape et la soumission au pouvoir royal. On n’en est pas encore là. Puis c’est le départ pour le Dauphiné : adieux à sa famille, à la cour, à Paris qu’il ne devait jamais revoir.

II. L’arrivée à Grenoble

1. L’arrivée

13Elle se fit à l’improviste le 4 novembre 1671, jour où l’Église célèbre la fête de Saint Charles Borromée, le modèle que Le Camus s’était choisi, vu son rôle au concile de Trente et son activité réformatrice dans le diocèse de Milan.

14La ville avait prévu une réception solennelle. Déception ! Le prélat rejoint discrètement le palais épiscopal à 7 heures du matin. Dans les heures qui suivent, il reçoit à l’évêché MM de la Chambre des Comptes et les Trésoriers de France, sans faste. Les échanges sont strictement protocolaires. L’après-midi, après les vêpres, tout le clergé tant séculier que régulier s’assemble pour un premier contact avec son pasteur. La rencontre est respectueuse, certes, mais – il faut en convenir – mêlée d’une certaine appréhension.

15« Qu’allons-nous devenir, sous la conduite d’un homme si austère et si exigeant ? » (sous-entendu : serait-il janséniste ?)

2. État du diocèse

16a) Géographiquement, son étendue ne correspond pas strictement à celle du département actuel de l’Isère.

  • retrancher :

    • tout un espace qui dépend des archevêchés de Vienne et de Lyon.

    • et encore de l’évêché de Belley.

    • toute une partie sud (le Trièves) alors rattachée au diocèse de Die.

  • adjoindre le « Décanat de Savoie » qui s’étire depuis le bourg de Montmélian jusqu’à Chambéry et même le lac du Bourget : un territoire qui fait partie d’un état étranger, la Savoie. Anomalie issue d’une histoire ancienne qui ne sera corrigée que lors de la création du diocèse de Chambéry en 1779. En attendant, source de méfiances, de conflits de juridiction qui prolongent la traditionnelle hostilité larvée entre Savoyards et Dauphinois, (c’est aujourd’hui dépassé)

17b) Historiquement, l’épiscopat de Mgr Le Camus fut précédé par celui de Mgr Scarron qui dura 48 ans, auxquels il faut ajouter les quatre années d’intérim, sans titulaire. D’où l’existence de pas mal d’habitudes d’indiscipline, relevées tant chez le clergé que chez les laïcs.

18Le diocèse compte alors 304 paroisses dont 64 en Savoie.

19La ville même de Grenoble, obligée d’élargir ses enceintes successives n’en compte que deux. Encore faut-il préciser que :

  • l’une, Saint Hugues, est adjacente à la cathédrale et que son desservant est nommé par le Chapitre (- 217 - il y aura forcément des contestations entre le doyen et l’évêque)

  • l’autre, sur la rive droite de la rivière, dépend du prieuré de Saint Laurent : son territoire est exigu, car adossé à la montagne.

  • il y eut jadis une minuscule paroisse Saint Jean, qui ne survécut pas aux destructions des guerres de religion.

20La population de la ville même de Grenoble est estimée à environ 20 000 habitants. « L’ignorance religieuse est infinie dans tous ces quartiers, relève l’évêque. On ne connaît de la vie chrétienne que confréries, indulgences et congrégations ». Certes, il y avait eu La « Compagnie du Saint-Sacrement », fondée en 1642, austère, rigoriste, rassemblant une partie de l’élite du monde parlementaire et quelques ecclésiastiques qui dénonçaient les comportements aberrants de la population, tout en étant dévoués à l’assistance aux malades et au souci des pauvres. Mais l’esprit trop combatif de certains de ses membres et le caractère quasi clandestin de cette organisation lui valurent la méfiance de Mazarin qui finit par interdire cette société trop secrète.

21Par ailleurs purent survivre les anciennes confréries, dites du Saint Esprit, de la Charité etc. et d’autres liées à certaines professions, mais nous verront que Mgr Le Camus fut sévère à leur égard quand leur caractère de piété et de solidarité s’accompagnait trop souvent de costumes grotesques ou de libations excessives, quand ce n’était pas de concurrence et de rivalités entre elles.

Les Visites Pastorales

22C’est sans doute l’activité qui a rendu célèbre au-delà des Alpes le ministère épiscopal de Mgr Le Camus. Il entreprit la première visite générale, et forcément rapide, pour se rendre compte sur place de la situation et des besoins du peuple à lui confié. Ce contact initial lui fit découvrir un diocèse en état de crise profonde, aussi bien du côté du clergé, censé rappeler doctrine et morale à ses ouailles, que dans la population elle-même, abandonnée le plus souvent à la misère, aux vices, à l’ignorance. Dès 1672 il découvre l’Oisans, ce vaste massif montagneux, au relief décourageant, aux multiples hameaux isolés. La sauvagerie du paysage semble avoir façonné celle des mentalités. Il l’exprime lui-même en termes très crus : « Il y a des villages entiers où jamais on n’a communié, ni parlé de Jésus-Christ ». A court d’ouvriers apostoliques, il jette un cri d’alarme vers ses amis parisiens : « Si vous trouvez sur votre chemin quelqu’un qui eût dévotion d’aller à la Chine, donnez-lui avis qu’il y a ici une Chine où l’on aura autant à faire, bien qu’on n’ait pas tant à traverser de pays ».

23Malgré une telle carence en personnel ecclésiastique responsable, il n’hésite pas à déchoir immédiatement de leur charge curiale dans le diocèse 60 prêtres, qui ne songèrent même pas à protester. Dans une lettre à un ami, il constate : « De 300 curés il y en a 10 qui ne sont pas corrompus ». Et d’énumérer les vices les plus fréquents : l’ivrognerie, les relations charnelles avec femmes et jeunes filles, la brutalité, l’usure... Et l’abbé Bernard Lions, secrétaire de Le Camus, raconte l’histoire à peine croyable de cet ancien curé d’Entraigues qui avait épousé sa servante devant le Saint-Sacrement et deux témoins requis sur place, et qui se justifiait en citant l’exemple de saint Pierre qui, selon les évangiles, avait été marié, et qu’il pouvait bien l’être, lui aussi.

24Encore s’agissait-il d’un prêtre qui connaissait l’existence des Saintes Ecritures. Que penser de cet autre à qui l’évêque demande de lui montrer le livre du Nouveau Testament et qui répond : « Monseigneur, je ne savais pas qu’il y eut un Nouveau testament ».

25Malgré certains progrès dans la conduite morale et les connaissances religieuses qu’on peut constater de tournée en tournée, les douze registres conservés contenant le compte-rendu de douze visites complètes effectuées en 36 années d’épiscopat, fourmillent d’épisodes ahurissants de ce genre qui révèlent la situation du clergé. Mais aussi de certains couvents. Par exemple chez les Ursulines de Vif. L’évêque demande à voir les religieuses. La Supérieure prend les devants et assure que ce n’est pas nécessaire : son rapport suffit. Raison de plus pour demander à rencontrer chacune des sœurs, séparément. Les révélations s’accumulent : la Supérieure gouverne de façon despotique sa communauté. Elle échange des lettres d’amourette avec deux religieux de Grenoble. Elle a fait représenter la pièce de Tartuffe de Molière dans le chœur de la Chapelle, etc. Tout cela se conclut par un dialogue :

– Ma Révérende Mère, où étiez-vous avant de venir à Vif ?
– Dans le monastère de Moirans, Monseigneur !
– Eh bien, retournez-y ! Tout de suite !
– Mais, votre Grandeur, je n’ai pas de monture pour m’y rendre !
– Eh bien ! prenez la mienne !
(Fin de la conversation)

L’échec de Le Camus chez les Dominicaines de Montfleury

26Les « Dames de Montfleury » résident dans un beau domaine qui surplombe la ville de Grenoble. Mais ce monastère n’a pas de clôture. Les familles et les amis des religieuses qui appartiennent à la haute société montent volontiers dans cette propriété si accueillante - et pas pour partager les exercices religieux de la communauté. Dès son arrivée, l’évêque s’est promis de porter remède à une situation aberrante. En 1683, il s’exécute. Mais les religieuses, avec une feinte soumission, multiplient les retards, les procès, les refus. L’évêque ne cède pas. Recours à Rome, qui approuve l’attitude de Mgr Le Camus. Mais le roi, de son côté, continue à défier le pape Innocent XI, surtout après la promotion de l’évêque au cardinalat, alors que son candidat avait été évincé. Et il soutient l’intransigeance des moniales : le Parlement refuse d’enregistrer le jugement qui les condamnait. Tout est bloqué et le restera.

Dans la ville de Grenoble

27Cette cité, capitale du Dauphiné, ne manque pas de personnel ecclésiastique. Le chapitre cathédral est constitué d’un doyen et de 18 chanoines. Le collège Saint André n’a pas de charge curiale, elle est exclusivement l’Eglise du Parlement : elle est composée d’un prévôt et de 15 chanoines. Il va sans dire que les deux chapitres sont fréquemment en conflit l’un contre l’autre, pour des motifs qui ne sont pas particulièrement évangéliques : places et préséances dans les célébrations, les processions, insignes distinctifs, etc. Quant au prieuré bénédictin de Saint Laurent, ayant charge paroissiale, il est réduit à 3 religieux (sacristain – curé – vicaire).

28L’évêque a rapidement constaté que cet équipement n’était pas adapté. Il a cependant préféré commencer les visites en milieu rural, soucieux de prendre son temps avant d’affronter cette ville qui ne lui était pas toujours favorable. Enfin il décide d’inspecter canoniquement les établissements religieux de la ville épiscopale. Outre les deux paroisses signalées, on comptait dans la cité 11 couvents d’hommes et autant de femmes. Une densité plutôt impressionnante, mais qui n’allait pas sans inconvénients, car la tentation était grande pour les supérieurs, d’invoquer l’autorité des fondateurs et les coutumes de leurs successeurs, pour échapper au contrôle de l’évêque et de ses conseillers.

29Et puis ce prélat mène un genre de vie tellement austère pour lui-même. On y reconnaît sans peine l’empreinte de son séjour à Port-Royal. C’est peut-être le moment de rappeler le régime presque monacal adopté

  • réveil à 2h du matin

  • prière jusqu’à 5h

  • il éveille ses domestiques, guide leur prière, célèbre la messe

  • 2h sont consacrées à l’étude

  • de 9h à 11h, audiences

  • à l’heure du dîner, repas avec tous ceux de la maison : portier, cuisinier, palefrenier, depuis le plus petit jusqu’au plus grand

  • lui-même ne mange jamais de viande et ne boit que de l’eau

  • le soir à la collation, une pomme ou du pain sec

  • en temps de jeûne, un seul repas à 6h du soir

30Son mobilier est extrêmement réduit :

  • un lit : 2 tréteaux, une planche, une paillasse et un chevet sous la tête rempli de paille

  • un drap, une couverture cachant discipline et cilice

  • à l’extrémité un petit oratoire en bois, avec son bréviaire, un prie Dieu, une chaise avec sa miséricorde.

31Il vérifiait ainsi sa devise : « Je n’ai pour moi que l’évangile et de la fermeté. » Pour se déplacer : un cheval ou une mule, une charrette pour le matériel indispensable.

Nouvelle organisation du diocèse

32Un premier souci de Mgr Le Camus avait été de constituer autour de lui une équipe de proches collaborateurs. Il s’était déjà appliqué intellectuellement à bien se pénétrer des grands textes conciliaires qu’il fallait maintenant mettre en œuvre pour la réforme du diocèse. Il était temps, car plus d’un siècle s’était écoulé depuis la promulgation des décrets tridentins. Il choisit donc Charles de Lescot qu’il nomme Grand Vicaire et Official ; ce sera ensuite l’abbé de Poligny. Il leur adjoint des hommes de confiance rencontrés hors du diocèse : un oratorien, le Père de Monchy et l’abbé Bernard Lions, du diocèse de Riez, connu à Paris et qu’il institua son secrétaire-aumônier.

1. Création de 33 Archiprêtrés

33Avant l’arrivée d’Étienne Le Camus, le diocèse de Grenoble était divisé en 4 grands archiprêtrés : de Grenoble, de Viennois, du Drac, de Savoie. C’était insuffisant pour relayer les décisions épiscopales. Le nouvel évêque jugea nécessaire d’en porter le nombre à 33 archiprêtrés ruraux confiés à autant d’archiprêtres ayant fait leurs preuves dans un précédent ministère. Désormais s’y ajoutent d’autres responsabilités.

  • ils présideront aux conférences ecclésiastiques qui se tiendront dans leur canton

  • ils veilleront à la bonne exécution des ordonnances synodales

  • ils procéderont aux bénédictions qui ne sont pas réservées à l’évêque

  • ils pourront absoudre les cas réservés prévus dans l’ordonnance

  • ils pourront absoudre les cas d’hérésie dont ils dresseront les certificats en forme, pour les apporter au synode suivant

  • ils feront 2 fois par an la visite des paroisses du canton : l’une publique annoncée au curé et aux paroissiens, l’autre, secrète, sans prévenir, pour contrôler la régularité de la vie paroissiale.

2. Création de séminaires pour la formation du clergé, car il n’en existait pas dans le diocèse

34Dès sa nomination, l’évêque se préoccupe d’obtenir des lettres patentes du roi pour l’établissement de séminaires.

35Premier essai à la campagne, dans un ancien prieuré fondé par Saint Hugues, resté sous la responsabilité de l’évêque, à Saint Martin de Miséré.

36Les Pères de l’Oratoire, après avoir hésité, acceptent d’en assumer la direction. En 1682 cette maison comptait 21 jeunes gens en formation. Mais le nombre croissant des candidats et la distance entre le Séminaire et la ville (2 lieues) appellent le choix d’un nouvel emplacement. Ce sera hors des remparts, mais tout près du groupe cathédrale : une chapelle, un bâtiment pour les professeurs, un pour le logement des élèves. Cet ensemble subsistera jusqu’à la Révolution.

37L’ancien prieuré de Saint Martin de Miséré va devenir un petit Séminaire, collège ouvert aux jeunes qui veulent mûrir une vocation ecclésiastique, ainsi qu’à des fils de la société bourgeoise à qui leur famille souhaite faire donner une « bonne éducation », et encore 10 enfants pauvres dont l’évêque prend à sa charge la pension. Toujours sous la responsabilité des Pères de l’Oratoire.

38Un ancien couvent du Verbe Incarné dont les religieuses ont quitté la ville trop bruyante deviendra le Séminaire de Saint François de Sales pour les prêtres âgés ou malades, mais son ouverture n’aura lieu qu’après la mort de l’évêque Le Camus.

3. Missions

39Pour les fidèles catholiques et protestants, l’évêque organise des missions auxquelles il participe personnellement. Ses sermons sont très appréciés et pourtant ils durent plus d’une heure. Les sujets sont l’évangile du jour, les sacrements. C’est, de l’avis de l’avis de tous, un brillant orateur. Il fait aussi appel à des prédicateurs sélectionnés avec qui il prépare le contenu de leurs conférences spirituelles. L’ensemble de la doctrine et de la morale est ainsi proposé à des auditoires désireux d’avancer dans la vie chrétienne, mais souvent (avouons-le) tiraillés entre la sévérité janséniste, l’euphorie quiétiste, l’habileté des jésuites, le style recommandé pour les discussions avec les réformés protestants. Le tout, sans perdre de vue l’identité gallicane confronté à la fidélité romaine.

4. Les synodes diocésains se succèdent assez régulièrement

40Plusieurs n’ont donné lieu qu’à la publication de résumés souvent succincts. Mais l’ensemble a été repris dans un manuel de 480 pages, édité à Grenoble en 1691, sous le titre « Ordonnances synodales du diocèse de Grenoble par Étienne Le Camus », devenu cardinal en 1686, dans des circonstances éminemment curieuses (remise de la calotte rouge le prélat étant couché ; de la barrette quelques jours plus tard par l’abbé de Servien ; du chapeau, à Rome, en 1690). Cette promotion au Sacré Collège a définitivement brouillé le roi Louis XIV (qui avait un autre candidat) et le pape et, par retombée, l’évêque de Grenoble. En effet Mgr Le Camus sera interdit par Louis XIV de se rendre à Rome pour le Conclave qui va élire Alexandre VIII. Peu de temps après, pour le Conclave qui choisira le pape Innocent XII, il ne sera pas autorisé à y participer, mais le roi le lui ordonnera (appréciez la nuance).

5. Le projet de 2 nouvelles paroisses pour la ville de Grenoble va progressivement se réaliser

  • L’une située à l’intérieur de l’enceinte, recevra le nom de Saint Louis (accompagnée des subsides du roi)

  • L’autre, hors les murs, reçoit le patronyme de Saint Joseph, que la piété carmélitaine a revalorisé.

41Normalement, me voici enfin amené à parler du contenu de ces ordonnances. Je ne le ferai cependant pas, afin de garder cette étude dans des limites raisonnables. Alors je me bornerai à citer quelques lignes de la préface d’un ton si humain et si lumineux que le cardinal a rédigée pour introduire les six titres divisés en articles et subdivisés en sections de ces ordonnances. « Les visites fréquentes que nous avons faites dans toutes les parties de ce diocèse, nous ont fait connaître tous les besoins et cette connaissance nous a engagé à faire divers règlements en exécution des canons des saints conciles, et particulièrement celui de Trente et conformément à l’esprit et aux maximes du grand Saint Charles. Nous avons fait un recueil des statuts synodaux faits par nos prédécesseurs. Nous en avons retranché les ordonnances qui étaient devenues inutiles, changé celles qui pourraient présentement paraître trop sévères et éclairci celles qui avaient besoin d’explications. Nous en avons aussi ajouté quelques-unes qui nous ont paru être nécessaires. Nous pouvons vous assurer que nous n’avons point agi par esprit de domination et pour faire valoir notre autorité. Nous n’avons pas cherché à dominer sur votre foi, comme parle l’Apôtre, mais à contribuer à votre joie ».

Dernières années et mort d’Étienne Le Camus

42En 1705, Mgr Le Camus entreprend la 12e visite générale de son diocèse. Il commence par l’Oisans, ce pays de montagnes qui lui est si cher. C’était d’ailleurs la région par laquelle il avait inauguré la série de ses tournées pastorales. Pays âpre, difficile à parcourir, austère, marqué par une forte présence protestante jusqu’à la Révocation de l’Édit de Nantes, ou il fallait cette fois-ci regrouper plusieurs de ces paroisses disséminées pour exercer encore ce ministère à la fois si pénible et si consolant de présence et d’évangélisation.

43La deuxième étape du parcours devait être le Décanat de Savoie. Malade, mais n’écoutant que la voix de son devoir pastoral, malgré les objections de son entourage, Étienne Le Camus part le 22 août 1707, en faisant cette réflexion qui ne surprend pas de sa part. « Un évêque est un soldat, laissez-moi mourir sur le champ de bataille ». Arrivé à Chambéry, à l’issue d’une cérémonie, il est pris d’un malaise. On le ramène d’urgence à Grenoble où il meurt le 12 septembre.

44Il avait exprimé ses recommandations, concernant ses funérailles : « je veux que mes obsèques soient faites sans pompe ni éclat, ni oraison funèbre ». Le dernier souhait seul fut respecté, bien que le Père Molinier, oratorien de Paris, ignorant cette ultime défense, en eût préparé une, fort longue, remplie d’éloges au superlatif, qu’il dut remettre dans sa poche.

45Mais la foule innombrable des Grenoblois était là, même ceux qui ne l’avaient pas toujours épargné (Messieurs du Parlement et autre corps de ville) avec le clergé et le peuple chrétien, riches, artisans, pauvres, tous s’associant aux paroles du chant « In Paradisum ».

Auteur

Archives diocésaines de Grenoble

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search