Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Les statuts synodaux des archevêques d’Albi (1679-1763)

Philippe Nelidoff

Texte intégral

  • 1 Françoise Hildesheimer, « Albi, archevêché entre Bourges et Toulouse, Pouvoirs et société en pays a (...)
  • 2 Sur l’épiscopat de Daillon du Lude, se reporter à Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, ses évêques (...)

1Peu d’archevêchés sont créés en France à l’époque moderne. Justifié par la démographie et le rôle de capitale du royaume très-chrétien, il y a celui de Paris érigé par Grégoire XV en 1622 par soustraction à la province ecclésiastique de Sens et il y a celui d’Albi. Troisième archevêché du Languedoc après Narbonne, dont la primauté est indiscutable du point de vue historique, et Toulouse (1317), l’archevêché d’Albi est érigé par le pape Innocent XI le 3 octobre 1678 par démembrement de la province ecclésiastique de Bourges. Les raisons de fond de cette création sont connues1 : la géographie (l’éloignement entre Bourges et Albi), l’importance d’Albi comme « point d’ancrage de la réforme catholique » et de la lutte contre le protestantisme, la richesse de ce diocèse dont témoignent à la fois le montant du bénéfice archiépiscopal (estimé à 120 000 livres au xviiie siècle) et la taxation aux décimes. Cette création doit beaucoup également à l’action déterminée du dernier évêque d’Albi, Gaspard de Daillon du Lude2, évêque d’Albi de 1635 à 1676. Il fut transféré d’Agen à Albi après la déposition et l’exil d’Alphonse II Del Bène en 1632 qui avait participé au soulèvement du Languedoc contre le pouvoir royal et Richelieu. Neveu du maréchal de Schomberg, vainqueur à Castelnaudary du duc de Montmorency, gouverneur de la province qui s’était soulevé contre le pouvoir central, l’évêque Daillon du Lude est nommé à Albi pour reprendre en main la situation d’une manière énergique après plusieurs années de vacance du siège épiscopal. C’est ce qu’il fait, au grand dam des habitants, d’où un certain nombre de conflits locaux concernant principalement l’exercice de la justice (l’évêque s’oppose à l’établissement d’un siège présidial ainsi qu’au viguier royal) et l’élection des consuls dont il résultera de nombreux affrontements et des procès. Aux Etats du Languedoc également dominés par l’Église, on connaît la querelle qui l’opposa, à propos du montant du don gratuit, aux États de 1664 à l’archevêque de Toulouse : Charles d’Anglure de Bourlemont, ancien évêque de Castres qui avait pris la présidence des États de la province en raison de l’exil de l’archevêque de Narbonne, François Fouquet, le frère du surintendant des finances dont il partagea la disgrâce. Considéré à tort ou à raison comme le dernier évêque « féodal » d’Albi, Gaspard de Daillon du Lude employa les dernières années de sa vie à obtenir pour Albi le titre recherché d’archevêché. Deux ans après sa mort est donc érigé l’archevêché d’Albi auquel sont rattachés jusqu’à la Révolution les évêchés de Rodez, Castres, Cahors, Vabres et Mende.

2Avant d’étudier la législation synodale produite dans l’archevêché d’Albi à partir de 1679, il est nécessaire d’évoquer les figures archiépiscopales de cette période qui, en un peu plus d’un siècle, voit se succéder sur le siège d’Albi sept prélats caractéristiques d’un épiscopat gallican qui entretient une grande proximité avec le pouvoir royal.

I. Les archevêques d’Albi

  • 3 Sur l’épiscopat de Hyacinthe Serroni, on consultera Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., (...)

3Le premier archevêque d’Albi c’est l’évêque de Mende, Hyacinthe Serroni (1617-1687)3 qui gouvernera le diocèse de 1679 à sa mort. Né à Rome, entré chez les Dominicains de la Minerve (1644) où il occupe une chaire, Serroni fait partie de l’entourage de Mazarin et vient en France avec le frère du cardinal, le Père Michel Mazarin, poursuivant la lignée de ces ecclésiastiques pour lesquels le service de l’Église se confond avec celui de l’État. Vicaire apostolique de la province de Tarragone puis intendant de la Marine et de Provence, visiteur général et intendant de l’armée en Catalogne, Serroni est commissaire du roi pour le règlement des limites entre la France et l’Espagne et participe à la conférence de Saint-Jean-de-Luz. Nommé évêque d’Orange (1646), puis de Mende (1661), il prononce devant l’assemblée du clergé l’éloge funèbre de la reine-mère, Anne d’Autriche (1666), dont il avait été le premier aumônier au couvent des Grands Augustins à Paris. Il est également abbé de Saint-Robert de La Chaise-Dieu (1672). Il publie un ouvrage intitulé Les entretiens affectifs de l’âme avec Dieu. À Albi, où il fait son entrée solennelle le 26 février 1679, il publie des statuts synodaux dès son arrivée et fonde le séminaire qu’il confie aux jésuites en 1683 alors que ces derniers dirigeaient le collège d’Albi depuis une soixantaine d’années. Mort à Paris le 6 janvier 1687, il sera inhumé à Saint-Thomas d’Aquin, alors église du noviciat des Dominicains.

  • 4 Sur l’épiscopat de Charles le Goux de la Berchère, Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p (...)
  • 5 Georges Minois, Le confesseur du roi, les directeurs de conscience sous la monarchie française, Par (...)
  • 6 Matthieu Desachy, « Un saint albigeois légendaire : saint Clair », Bulletin de la Société des Scien (...)

4Son successeur, Charles le Goux de la Berchère (1647-1719)4 inaugure la lignée des archevêques d’origine française. Né le 23 octobre 1647 à Vif, près de Dijon, il appartient à une famille parlementaire. Son grand-père paternel, son père, son oncle sont premiers présidents des parlements de Bourgogne ou de Dauphiné. L’un de ses frères sera intendant de plusieurs généralités après avoir été conseiller au parlement de Metz. Le cursus ecclésiastique de Le Goux de la Berchère est classique : formation initiale par un chanoine de Dijon, collège d’Harcourt à Paris, docteur en Sorbonne, séminaire de Saint-Sulpice (octobre 1672 – mars 1673) où il se lie avec le futur cardinal Le Camus. Aumônier du roi (1672), il le suit en Hollande, rencontre à Rome le Père La Chaize (1675) qui, en tant que confesseur du roi (1674-1709) 5 va devenir son protecteur. Dès l’âge de trente ans et au moment où vont redoubler les édits antiprotestants (1679-1685), Charles le Goux de la Berchère est nommé évêque de Lavaur (1677) avec mission de lutter contre le protestantisme qui sera l’un des grands axes de sa politique pastorale. Il y installe les Filles de la Croix chargées de l’instruction des filles et en particulier des nouvelles converties. Type même du prélat réformateur dans l’optique du Concile de Trente, il multiplie les visites pastorales, organise les conférences ecclésiastiques, publie des statuts synodaux. À l’image de la plupart de ses confrères, Charles le Goux de la Berchère soutient les thèses gallicanes. Il défend en particulier avec talent lors de la petite assemblée du clergé de 1681, l’archevêque de Toulouse, son métropolitain, contre le pape Innocent XI dans l’affaire de la régale. Nommé à l’archevêché d’Aix dont il sera temporairement l’administrateur, le Goux de la Berchère est proche de Serroni qui aurait exprimé le désir qu’il lui succédât. Fort de l’appui décisif du Père de la Chaize, il hésite entre les archevêchés d’Aix, Albi, Toulouse, tout en gardant un œil sur ceux de Lyon, Paris et Narbonne avec en point de mire le chapeau de cardinal. Finalement, ce sera Albi où il arrive le 6 mars 1687. En délicatesse avec la papauté comme tous les ecclésiastiques signataires de la déclaration des quatre articles de 1682 qui peut être considérée comme la charte du gallicanisme, Charles le Goux de la Berchère n’obtiendra l’investiture canonique pour Albi du pape Innocent XIII qu’en 1693 au moment du règlement du conflit de la régale. Jusque-là, il administre le diocèse avec le titre de vicaire capitulaire du chapitre ou d’archevêque nommé. La prise de possession effective ne date donc que du 12 décembre 1693 et son entrée officielle le 4 juin 1694. À Albi, il poursuivra sa politique de réforme multipliant les prédications et les missions, implantant définitivement le séminaire à proximité du couvent des jacobins, multipliant les visites pastorales. Son souvenir est surtout lié à la création de l’hôpital général à Albi (1689) desservi par des sœurs hospitalières venues de Gaillac (1698) ainsi qu’à un certain nombre d’aménagements au palais de la Berbie et à la cathédrale Sainte-Cécile. On lui doit notamment le transfert à Albi des reliques de Saint-Clair, évêque « légendaire »6 d’Albi (22 septembre 1700) installées dans la chapelle du même nom située sous le clocher qui entraînera malheureusement l’amputation de la partie centrale du jugement dernier qui datait de l’époque de Louis Ier d’Amboise. À la mort du cardinal Pierre de Bonzi en 1703, Charles le Goux de la Berchère est transféré à l’archevêché de Narbonne, ce qui couronnera sa carrière épiscopale et lui donnera la présidence des Etats du Languedoc. Là encore, il publiera des statuts synodaux et devra faire face aux évènements de l’époque : les séquelles de la guerre contre les camisards, la guerre de succession d’Espagne (1701-1714), les conséquences dramatiques de l’hiver 1709. A son actif également, sa politique visant à intéresser les Etats de la province à la publication de l’Histoire du Languedoc. Il présidera aussi l’assemblée du clergé en 1715. À sa mort, survenue le 2 juin 1719, il recevra les grands honneurs des Etats du Languedoc après plus de quarante ans d’un épiscopat placé sous le signe de la réforme. Il était depuis 1707 abbé commendataire de Saint-Gilles, bénéfice qui s’était ajouté à d’autres revenus : le prieuré de Saint-Maurice-de-Senlis et la baronnie de Pouilly-sur-Saône héritée dès 1652 de son parrain Charles de Stainville.

  • 7 On ne dispose que de peu de renseignements sur l’épiscopat d’Henri de Nesmond : Hippolyte Crozes, L (...)

5Originaire de l’Angoumois, Henri de Nesmond7, archevêque d’Albi de 1703 à 1719 est le fils d’un président au parlement de Toulouse. Abbé de Chésy dans le diocèse de Soissons, il est nommé évêque de Montauban (22 août 1687) où il pose les fondations de la nouvelle cathédrale. Promu à l’archevêché d’Albi, il est reçu à l’Académie française (30 juin 1710) à la place d’Esprit Fléchier avec lequel il partage des talents de prédicateur. Il avait prononcé en 1700 une harangue au roi d’Angleterre à Saint-Germain-en-baye et sera l’auteur de plusieurs discours aux assemblées générales du clergé, en particulier en 1711 et 1715. Abbé du Mas-Grenier dans le diocèse de Toulouse, il sera transféré à la tête de cet archevêché (5 novembre 1719) jusqu’à sa mort survenue le 27 mai 1727, après quarante ans d’épiscopat. L’un des membres de sa famille fait toujours partie du chapitre métropolitain d’Albi à la fin de l’Ancien Régime.

  • 8 Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 138-139 ; chanoine Louis de Lacger, États adminis (...)
  • 9 II eut comme auxiliaire de manière éphémère Charles-Joseph de Quiqueran de Beaujeu, neveu de l’évêq (...)

6Armand-Pierre de la Croix de Castries8 est issu de l’ancienne maison de Mont-Arnaud. Son père, René Gaspard, marquis de Castries, est lieutenant du roi en Languedoc et gouverneur de Montpellier et sa mère Isabelle appartient à la famille de Bonzi. Docteur de l’université de Paris, il est grand archidiacre de Narbonne (1685), abbé commendataire de Valmagne dans le diocèse d’Agde (1697), abbé de Saint-Chaffre dans le diocèse du Puy (1703), aumônier de la duchesse de Bourgogne (18 décembre 1698) puis de la duchesse de Berry. Cumulant les bénéfices ecclésiastiques et profitant de la protection du duc d’Orléans, il est nommé directement à l’archevêché de Tours (1717) puis d’Albi (1719) où il n’entre que le 13 juin 1723 et qu’il occupera9 jusqu’à sa mort survenue le 15 avril 1747. Commandeur de l’ordre du Saint-Esprit (1733), il est à l’origine du transfert du consulat d’Albi dans l’immeuble qu’occupe toujours la municipalité, et des grandes orgues de la cathédrale Sainte-Cécile réalisées en 1734 par le facteur d’orgues Christophe Moucherel.

  • 10 Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 139 à 144 ; chanoine Louis de Lacger, États admin (...)
  • 11 Pour une approche des discussions liées à la constitution civile du clergé, on peut se reporter à n (...)

7Né à Saint-Elpis dans le diocèse de Mende, Dominique de La Rochefoucauld (1712-1800)10 est issu de la branche des La Rochefoucauld-Langeac. Remarqué au moment de sa confirmation par son évêque, il est placé sous la protection de son parent Frédéric Jérôme de La Rochefoucauld, archevêque de Bourges. Après un passage à Saint-Sulpice et un doctorat en Sorbonne, il devient grand vicaire de Bourges. De là, il accède à l’archevêché d’Albi en 1747 à l’âge de trente-quatre ans où il laissera le souvenir d’une grande générosité en particulier lors d’une famine survenue en 1752. Il parcourt également son diocèse lors de visites pastorales. Pourvu de la riche abbaye de Cluny en 1757, à la mort de l’archevêque de Bourges, il est ensuite transféré à l’archevêché de Rouen (1759) qu’il occupe jusqu’à la Révolution et où il se distingue par une politique d’aide aux hôpitaux, aux prisonniers et aux infortunés. Homme réputé courageux, il s’oppose à la suppression des parlements lors de la réforme Maupeou (1771), il est créé cardinal (1778) et présidera les assemblées du clergé en 1781 et 1782. Député aux Etats généraux, il préside l’assemblée de son ordre en 1789 et prend la tête du parti qui s’oppose aux innovations et reste attaché à la séparation des ordres. Hostile à la constitution civile du clergé, il adhère à l’exposition des principes de Boisgelin, archevêque d’Aix, et est le destinataire du Bref quod aliquantum (10 mars 1791) par lequel le pape Pie VI condamne la constitution civile du clergé11. Après avoir refusé le serment, il émigrera après le 10 août 1792 vers les Pays-Bas et résidera à Maastricht, Bruxelles et Munster où il meurt en septembre 1800 après plus d’un demi-siècle d’épiscopat. Ses restes seront transférés à la cathédrale de Rouen le 20 avril 1876.

  • 12 Sur l’épiscopat de Léopold Charles de Choiseul-Stainville : Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op (...)
  • 13 Rite dit également de Vintimille, archevêque de Paris de 1729 à 1756.

8Né au château de Lunéville le 6 décembre 1724, Léopold-Charles de Choiseul-Stainville12 est le descendant des comtes de Plessis-Praslin et le frère du célèbre ministre de Louis XV qui fut tour à tour secrétaire d’Etat aux affaires étrangères (1758-1761), à la Marine (1761-1766) et à la Guerre (1761-1770). Après un court passage à l’évêché d’Évreux (sacré le 29 octobre 1758), il est transféré à Albi dès l’année suivante (décembre 1759) où il restera jusqu’en 1764, date de sa promotion à l’archevêché de Cambrai qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1774. Arrivé lui aussi jeune à Albi, à l’âge de trente-cinq ans, Choiseul fait adopter dans son diocèse en 1762 le rite néo-gallican de type parisien13 édite un Missel d’Albi (1763), un Breviarium Albiense (1762) et un Cérémonial. Il a fondé également un asile pour aliénés à l’hôpital général (1763). Evêque administrateur, Choiseul s’est également préoccupé d’urbanisme et d’embellissements de la cité archiépiscopale qui perd son allure médiévale, ses tours et ses fossés étant remplacés par des promenades ainsi le jardin Choiseul (devenu depuis jardin national), des terrasses uniformes, et avec la construction du quai Choiseul (qui a gardé son nom jusqu’à nos jours) qui permet d’accéder de la cathédrale et du palais épiscopal au Tarn et au Pont-vieux. Par un curieux hasard de l’histoire, Choiseul sera remplacé en 1764 à l’archevêché d’Albi par François-Joachim de Pierre de Bernis auquel avait succédé au secrétariat d’Etat aux affaires étrangères son frère à la fin de l’année 1758. A cette époque, Bernis a déjà près de cinquante ans puisqu’il est né le 22 mai 1715 au château de Saint-Marcel dans le diocèse de Viviers.

  • 14 La bibliographie sur le cardinal de Bernis est très abondante. Sur sa carrière littéraire et politi (...)
  • 15 Voir notre Mémoire Société albigeoise et préparation des États généraux de 1789, DEA Histoire du dr (...)
  • 16 Pierre Rascol, « Correspondance échangée entre le syndic du diocèse d’Albi Salabert et le cardinal (...)

9La riche vie de Bernis (1715-1794) est un véritable roman qui a suscité, à juste titre, de nombreuses biographies14. Né l’année de la mort de Louis XIV, il mourra en exil (doré) à Rome après la chute de Robespierre. Passé par Saint-Sulpice mais barré par le cardinal de Fleury (1735), alors ministre de la Feuille, « dont l’immortalité désespérait les ennemis », Bernis a une revanche à prendre et se lance dans la littérature à une époque où la fortune passe par les salons. C’est d’abord un poète et un abbé de cour dont les capacités et les talents attirent les grandes protections comme les inimitiés durables. Protégé du cardinal Melchior de Polignac (son parent) puis de Madame de Pompadour, il obtient de premiers bénéfices : il est chanoine-comte de Brioude (1738), reçu à l’Académie française (29 décembre 1744), chanoine-comte de Lyon (1750), abbé de Saint-Arnoul de Metz (1755), abbaye qu’il échange dès l’année suivante avec celle de Saint-Médard de Soissons, abbé de Trois-Fontaines en Champagne. Son ascension politique correspond aux années 1750 : ambassadeur à Venise (1751) où il est ordonné sous-diacre, il entre au Conseil du roi au moment de l’attentat de Damiens (janvier 1757). Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères (1757-1758), il participe aux grandes affaires de l’État au moment du renversement des alliances et au début de la guerre de Sept ans. Le 2 octobre 1758, il reçoit le titre de cardinal qui semble le prédestiner à la fonction de principal ministre à laquelle il aspire mais tombe subitement en disgrâce. Exilé à Saint-Médard (1758-1764), il entreprend la rédaction de ses Mémoires alors que s’ouvre véritablement sa carrière ecclésiastique. Ordonné prêtre à Soissons (6 septembre 1760) par l’archevêque de Rouen Dominique de la Rochefoucauld (qui n’est autre que l’ancien titulaire d’Albi), il est nommé archevêque d’Albi en 1764, sacré à Sens (5 août 1764). Il entre à Albi le 19 octobre 1764 et prend possession personnelle le 25 octobre. Commandeur de l’ordre du Saint-Esprit, ancien ministre des affaires étrangères, Bernis est assurément un très grand personnage à la fois par son poids politique, sa haute culture, ses relations, sa richesse aussi car il cumule de nombreux bénéfices dont les revenus sont nécessaires pour faire face à toutes les dépenses de représentation et à la générosité qui est attendue selon les mentalités de l’époque d’un aussi grand protecteur. Albi d’ailleurs pourra compter sur ses interventions15 même si Bernis ne résidera qu’assez peu longtemps dans sa cité archiépiscopale. Appelé à Rome au début de l’année 1769 pour le conclave réuni à la mort du pape Clément XIII, Bernis fait partie du petit groupe des cardinaux qui éliront son successeur Clément XIV. Habile diplomate, Bernis fait merveille à Rome et Louis XV lui demandera de rester dans la ville éternelle pour y représenter officiellement la France auprès du Saint-Siège. C’est à ce titre que Bernis jouera à Rome un rôle éminent dans les affaires ecclésiastiques en particulier lors de « la grande affaire des jésuites » puis de la difficile négociation de la Constitution civile du clergé, finalement condamnée par le pape Pie VI en 1791, pape à l’élection duquel il participera également lors du conclave de 1774. Ayant refusé le serment, Bernis sera démis de toutes ses fonctions (15 mars 1791) et restera à Rome où il s’emploiera jusqu’à sa mort (3 novembre 1794) à venir en aide aux émigrés français. Le cardinal de Bernis s’était fait adjoindre d’abord comme vicaire général puis comme coadjuteur son cousin François de Pierre de Bernis (octobre 1784). De Rome, le cardinal de Bernis a continué à s’intéresser aux affaires de son diocèse comme en témoigne la correspondance qu’il a entretenue de 1777 à 1783 avec le syndic du diocèse Salabert16.

10Au total donc, l’archevêché d’Albi a été gouverné par sept titulaires entre 1678 et la Révolution française. La durée moyenne d’occupation du siège se situe autour d’une quinzaine d’années avec des cas particuliers : près du double pour La Croix de Castries et Bernis mais cinq ans seulement pour Choiseul. Compte tenu des revenus bénéficiaux importants (120 000 livres à l’époque du cardinal de Bernis) et des stratégies de carrière, l’archevêché d’Albi est convoité par de grands personnages. Les archevêques d’Albi sous l’Ancien Régime ont généralement été évêques auparavant et sont dotés d’une expérience épiscopale jusqu’au milieu du xviiie siècle. Ils appartiennent à la noblesse conformément à la tendance générale qui réserve de plus en plus les fonctions du haut clergé à cet ordre privilégié. Ils cumulent les bénéfices. Lorsqu’ils arrivent jeunes à Albi (trente-cinq/quarante ans), ils sont ensuite promus dans des archevêchés plus importants, en particulier Narbonne (qui emporte la présidence des Etats du Languedoc dominés par l’Eglise), Toulouse (en raison de la dimension parlementaire et universitaire), Rouen et Cambrai. Placés à la tête de leur diocèse dont ils sont les protecteurs naturels, les archevêques administrent, rendent la justice, visitent, gouvernent le clergé et les fidèles. Conformément à la tradition d’Ancien Régime, ils sont à la fois des pasteurs dans l’ordre spirituel et les seigneurs de la cité épiscopale albigeoise dans l’ordre temporel. Certains ont des talents de prédicateurs et sont de grands administrateurs. Reste à savoir s’ils ont été aussi des législateurs à travers les réunions de synodes et la promulgation de statuts synodaux.

II. La pratique synodale albigeoise

  • 17 « L’état de clerc dans le diocèse d’Albi d’après les statuts synodaux des archevêques (1679-1762) » (...)
  • 18 Les sources relatives aux statuts synodaux des archevêques d’Albi sont les suivantes : Archives dép (...)

11Nous avons déjà évoqué ailleurs17 l’état de clerc dans le diocèse d’Albi aux deux derniers siècles de l’Ancien Régime à travers la législation synodale des archevêques d’Albi18 en insistant sur l’amélioration progressive de la formation du clergé et le modèle du bon pasteur que véhicule cette législation diocésaine. Ce nouveau colloque nous donne l’occasion de reprendre la question en recherchant au-delà de l’évolution du contenu des ordonnances et des statuts synodaux les raisons qui expliquent la tenue de synodes généraux par les archevêques et la procédure suivie qui témoigne, nous semble-t-il de l’évolution des relations entre les archevêques et leur clergé à la fin de l’Ancien Régime.

  • 19 Olivier Cabayé et Guillaume GRAS, L’Albigeois au xviie siècle, op. cit., p. 22, note 82.
  • 20 Françoise Hildesheimer « Albi, archevêché entre Bourges et Toulouse... », art. cit., p. 228.
  • 21 II serait certainement très intéressant d’étudier les relations entre la justice ecclésiastique mét (...)

12En ce qui concerne les conciles provinciaux, l’historien de l’Église d’Albi aux xviie et xviiie siècles ne peut que constater l’absence des sources. Tout au plus peut-on mentionner une assemblée provinciale tenue le 1er juin 1699 à Albi relative à une mise à l’index et à des problèmes administratifs19. Il est difficile de rendre compte des relations exactes entre l’archevêque et ses suffragants même si existe au palais de la Berbie une aile des suffragants où ils devaient loger lors de leur passage à Albi. Il est vrai, comme le remarque Françoise Hildesheimer que « dans une Église gallicane très sensible à l’autonomie épiscopale »20, les pouvoirs de l’archevêque sur ses suffragants sont surtout honorifiques et de nature arbitrale, outre le rôle de juridiction d’appel que peut jouer, non sans difficultés, l’officialité métropolitaine21. En tout cas, on ne connaît pas pour Albi de statuts provinciaux et cela n’est guère étonnant puisque la création de l’archevêché d’Albi à la fin du xviie siècle se situe à une époque où se trouve consommé le déclin de l’institution du concile provincial comme cela a été dit dans plusieurs communications précédentes.

13En ce qui concerne les synodes, force est de constater que si le Concile de Trente prescrit la tenue d’un synode annuel autour de l’évêque qui le convoque, le préside, répond aux difficultés rencontrées en matière pastorale, veille à la discipline ecclésiastique, la pratique semble avoir été pour le moins discontinue. Serroni rappelle pourtant la règle selon laquelle le synode diocésain doit être réuni tous les ans le mercredi de la deuxième semaine après Pâques. Sont convoqués

  • 22 Statuts Senoni, fol. 121 à 126.

tous les prieurs, recteurs, curés et autres ayant charge d’âmes ainsi que les députés des chapitres qui devront se présenter en habit long, surplis et bonnet carré. Ils devront prendre [...] garde durant le cours de l’année de tous les accidents ou défauts qu’ils rencontreront dans l’exercice de leurs charges ainsi qu’aux difficultés et questions qui leur seront proposées afin que, sur le rapport qu’ils en feront, nous puissions leur donner tous les éclaircissements nécessaires. Les vicaires forains et autres ecclésiastiques devront dire en conscience les fautes notables et les manquements qu’ils reconnaissent soit aux églises, soit aux personnes, afin que nous prenions soin d’y remédier et que tous ces défauts soient purgés22.

  • 23 Statuts Choiseul, Mandement de Mgr l’archevêque sur l’ordre et les cérémonies qui doivent être obse (...)

14À l’époque de Choiseul pourtant, l’usage des synodes a été interrompu depuis longtemps dans le diocèse d’Albi puisque cet archevêque déclare n’avoir trouvé aucun vestige du cérémonial qui y était observé23. Le 22 mars 1762, Léopold Charles de Choiseul convoque un synode général qui aura lieu le 29 avril. Les affaires générales du diocèse ne lui ayant pas permis de faire la visite de son diocèse, il considère que la convocation de ce synode peut être regardée comme une « visite générale » du diocèse et servira de préparation aux visites qu’il se propose de faire. Rappelant les prescriptions du Concile de Trente prévoyant un synode annuel, il souhaite

  • 24 Ibid., pour la convocation d’un synode général, fol. II et III.

le rétablissement de ces assemblées si nécessaires pour maintenir la discipline de l’Eglise, rétablir les anciennes lois dans leur première vigueur, corriger les mœurs, réformer les abus, faire revivre l’esprit ecclésiastique et ranimer la ferveur des ministres des autels24.

  • 25 Ibid., Ordre de la procession, fol. XXVI.
  • 26 Sur le chapitre métropolitain d’Albi au xviiie siècle, consulter notre étude « Chanoines et bénéfic (...)

15Le mandement de Choiseul25 « sur l’ordre et les cérémonies qui doivent être respectés au synode » (22 avril 1762) nous donne d’utiles renseignements sur les ecclésiastiques qui doivent y participer. Il y a d’abord le chapitre métropolitain avec ses dignitaires en commençant par le chantre et le sous-chantre. Au total vingt chanoines dont le prévôt du chapitre26. Il y a ensuite les officiers de Tofficialité diocésaine (official – vice régent et promoteur), les députés des autres chapitres (deux députés par chapitre) : de Saint-Salvy (Albi) et de Saint-Michel (Gaillac), les archiprêtres (Notre-Dame de l'Isle-Saint-Pierre de Monestiés – Saint-Michel de Cordes – La Capelle de Puycelsi), les curés de la ville d’Albi (Sainte-Martiane, Saint-Affric, Saint-Julien, Saint-Etienne, Saint Loup du Castelviel) et ceux du diocèse. Le décompte de ces derniers permet d’obtenir le nombre de 200 curés pour le diocèse divisé en vingt districts. Au total donc, on arrive à environ au moins 240 ecclésiastiques qui participent au synode diocésain à cette époque : principalement les curés des paroisses rurales et secondairement les bénéficiers des chapitres. À noter l’absence de représentation des réguliers. Après la messe pontificale qui a lieu à la cathédrale Sainte-Cécile, la procession se dirige vers le palais épiscopal où doit avoir lieu le synode :

  • 27 Selon l’ordre de la procession, ces 20 districts sont (en 1762) : Albi et Gaillac, l’Isle et Rabast (...)

Il y aura dans le fond de cette salle un trône qui nous sera préparé. Notre croix archiépiscopale sera placée sous le même dais à côté du trône, à droite sera un fauteuil destiné à Mgr l’évêque d’Evrie, auxiliaire d’Albi. Il y aura ensuite des sièges de part et d’autre pour MM. les vicaires-généraux et après eux pour les archiprêtres, aux coins du marche-pied de notre trône seront à droite un siège et un pupitre destinés pour notre promoteur, à gauche un siège et une table pour notre secrétaire. Là seront rangés des deux côtés en demi-cercle des sièges destinés pour les chanoines de notre chapitre et pour les députés des chapitres de Gaillac et de Saint-Salvy. Les curés de notre ville métropolitaine seront placés à côté des archiprêtres, ensuite les curés du diocèse rangés par districts selon l’ordre de la procession. Il y aura au milieu de la salle sous un dais qui y sera suspendu une table couverte d’un tapis, sur laquelle sera un carreau où sera posé le livre des Evangiles ouvert27.

  • 28 Ibid., Mandement... pour la convocation d’un synode général, fol. XXIV.

16Après avoir imploré de nouveau les lumières de l’Esprit-Saint et demandé l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la glorieuse Sainte-Cécile, patronne de ce diocèse, tout le monde étant assis, le promoteur appellera à voix haute les noms de tous ceux qui de droit ou de coutume sont obligés d’assister au synode28...

  • 29 Comme en témoigne le Recueil des Règlements faits par les synodes provinciaux du Haut Languedoc et (...)
  • 30 Statuts Serroni, fol. 8.
  • 31 Allusion aux traités de Nimègue (août 1678-février 1679).

17En ce qui concerne la législation synodale proprement dite, il faut souligner que trois archevêques seulement sur les sept titulaires qu’a connus le siège d’Albi entre 1678 et la fin de l’Ancien Régime ont publié des statuts synodaux. Il s’agit d’abord de Hyacinthe Serroni qui, en tant que premier archevêque d’Albi a certainement voulu affirmer son autorité en publiant dès le 19 avril 1679, moins de deux mois après son entrée solennelle dans la cité épiscopale, ses ordonnances synodales dans un contexte qui est aussi celui de la lutte antiprotestante29. En publiant ses ordonnances synodales, Serroni en fait le préliminaire à la visite générale du diocèse qu’il a « résolu de commencer dans peu » demandant à tous les prieurs, recteurs et curés de se tenir prêts à le recevoir. Ces statuts ont pour but, selon le nouvel archevêque, de régler la conduite ecclésiastique « selon le véritable esprit de l’Eglise universelle » qui repose sur « les décrets et les canons des Conciles que chacun de nous est obligé de révérer et de mettre en pratique »30. L’occasion « de travailler efficacement à une sainte réformation » n’a jamais été plus favorable en raison de la paix que vient de donner le roi à ses Etats et à toute la Chrétienté31. Les statuts synodaux de Serroni (126 p.) se présentent en vingt-deux titres d’inégale importance qui concernent d’abord l’état ecclésiastique : de la vie et mœurs des ecclésiastiques (9 p.), de la résidence (2 p.), du catéchisme (6 p.). La matière la plus développée (77 p.) est celle des sacrements avec des considérations générales puis le baptême, la confirmation, la pénitence, l’eucharistie, l’extrême-onction, le sacrement de l’ordre et le mariage. On trouve ensuite des prescriptions relatives au service divin dans les paroisses, aux églises et à leurs revenus (10 p.), des développements sur l’observation des dimanches et fêtes (8 p.), sur la messe paroissiale (2 p.), l’assistance aux offices divins (1 p.), les cimetières (2 p.). Les statuts se terminent par une rubrique sur les conférences ecclésiastiques organisées mensuellement (2 p.), la tenue annuelle des synodes (5 p.) et la publication semestrielle des statuts synodaux.

  • 32 Pour le diocèse de Lavaur qui appartient durant l’Ancien Régime à la province ecclésiastique de Tou (...)
  • 33 AD Tarn : Bib C 21, Ordonnance de Mgr Le Goux de la Berchère (1701) concernant le chapitre métropol (...)
  • 34 Statuts Le Goux de la Berchère, fol. 3 à 5.
  • 35 Ibid., fol. 6.

18Le 26 mai 1695, Charles le Goux de la Berchère publie de nouveaux statuts après avoir reçu une investiture canonique tardive en raison du conflit de la régale. Prélat réformateur, il publiera d’ailleurs des statuts synodaux dans tous les diocèses qu’il gouvernera : à Lavaur32 (1679), à Albi (1695), à Narbonne (1706). À Albi, il réformera également les statuts du chapitre métropolitain en 170333. Les statuts synodaux de Le Goux de la Berchère sont publiés lors du synode tenu à Albi le 26 mai 1695. Ils font référence à ceux de son prédécesseur qui « renferment les choses les plus importantes pour former la conduite des ecclésiastiques [du] diocèse dans leurs mœurs, dans l’administration des sacrements et dans les autres fonctions de leur état aussi bien que pour l’instruction des peuples ». Il s’agit simplement d’ajouter quelques articles « afin d’entrer plus particulièrement dans leur esprit pour les expliquer et pour en faciliter l’exécution, plutôt que pour les révoquer et les suspendre »34. Il s’agit de proposer de nouveaux remèdes à de nouveaux abus afin de veiller à « une discipline exacte dans l’Église » locale. Le mandement archiépiscopal pour l’observation de ces statuts se termine par un appel à l’obéissance. « Si c’est à Nous de montrer le chemin à nos ouailles, c’est à elles à le suivre fidèlement et à ne s’en écarter jamais. Les ecclésiastiques et principalement les prêtres, ces coopérateurs que Dieu nous a donnés dans notre ministère, les Réguliers, ces troupes auxiliaires si saintes et si utiles à l’Eglise, enfin tous les fidèles de quelque condition qu’ils soient dans notre diocèse sont également obligés à mettre en pratique ce qui leur est prescrit dans ces statuts »35.

19Suivent les statuts synodaux proprement dits qui occupent 81 pages avec les rubriques suivantes : célébration des synodes (3 p.), collation des bénéfices – leur vacance (3 p.) – fondations – obits (4 p.) – habit ecclésiastique (2 p.) – demeure et conversation (1 p.) – jeux, chasse – cabaret (1 p.) – affaires temporelles (1 p.) – livres (1 p.) – conférences (7 p.) avec un modèle de procès-verbal de conférence, retraites annuelles, résidence (4 p.) – messe paroissielle – vêpres (4 p.) – prône (1 p.) – doctrine chrétienne : catéchisme (2 p.) – soin des curés pour le bon ordre de leur paroisse (2 p.) – visite des malades (2 p.) – prédicateurs (2 p.) – écoles (2 p.) – prêtres étrangers – religieuses (2 p.) – églises (3 p.) – confréries – indulgences – images – reliques – tableaux (1 p.) – fonts baptismaux (1 p.) – saintes huiles (1 p.) – registres (3 p.) – chapelles – cimetières (1 p.) – maisons presbytérales – marguilliers (2 p.) – questes – carême – festes (2 p.) – vicaires et procureurs forains (4 p.). Les 20 dernières pages des statuts concernent les sacrements : baptême – confirmation – eucharistie – pénitence – l’extrême-onction – l’ordre avec les conditions d’âge, de science et de publicité, de revenus pour être reçus dans les ordres mineurs et les ordres majeurs – mariage. Les statuts se terminent par les modalités de leur publication qui doit se faire lors des quatre dimanches qui suivent leur réception par les curés ainsi que chaque année au prône durant le carême.

20Datés de 1763, les statuts synodaux de Mgr de Choiseul comportent un peu plus de 200 pages de texte. Après un chapitre préliminaire qui rappelle la nécessité de convoquer les synodes chaque année, le mercredi de la troisième semaine après Pâques, la législation synodale est véritablement ordonnée pour la première fois en quatre parties. La première partie (48 p.) est consacrée aux ecclésiastiques en général en cinq titres : de la préparation à l’état ecclésiastique ; des mœurs et de la conduite des ecclésiastiques ; des bénéfices, bénéficiers, fondations et obits ; des prêtres étrangers ; des réguliers. La deuxième partie (50 p.) traite des pasteurs et autres personnes employées à la conduite et instruction des fidèles. Elle est ordonnée autour de cinq titres : des vicaires et procureurs forains ; des curés et de leurs principales fonctions ; des vicaires ; des prédicateurs ; des maîtres et maîtresses d’école. La troisième partie (38 p.) réunit en huit titres les matières relatives aux choses saintes et à ce qui a rapport au service divin : des églises et de la décence qui doit y être observée ; des cimetières et sépultures ; de la sanctification des dimanches et fêtes ; du trésor, des fabriques et des marguilliers ; des hôpitaux, des registres : des confréries et processions ; des jours de jeûne et spécialement du Carême. Enfin, une quatrième partie (63 p.) en sept titres traite des sacrements : après avoir évoqué les sacrements en général, les statuts synodaux reprennent chacun d’entre eux de manière traditionnelle : baptême, confirmation, Eucharistie, pénitence, extrême-onction et mariage. Il manque le sacrement de l’ordre qui a déjà été traité dans la première partie.

  • 36 Statuts Serroni, fol. 125.
  • 37 Statuts Choiseul, fol. XXXV.
  • 38 AD Tarn : G4, ordonnance de Mgr de Nesmond.
  • 39 AD Tarn : G4, ordonnance de Mgr de Nesmond, 27 juin 1714.

21Au-delà de cette présentation de la législation synodale dans l’archidiocèse d’Albi, il faut insister sur le fait que les archevêques ont été parcimonieux dans l’élaboration des statuts synodaux. Il n’est pas question pour eux d’innover mais de réformer dans le sens traditionnel de ce terme, c’est-à-dire de revenir à la pureté des règles originelles, de s’inscrire dans une tradition qu’ils recueillent de leurs prédécesseurs. Ainsi Hyacinthe Serroni en 1679 prend le soin de rappeler que ses constitutions synodales ne « divergent en aucune façon à celles faites par [ses] prédécesseurs »36. Tous d’ailleurs n’ont pas éprouvé la nécessité de rédiger de nouveaux statuts synodaux, préférant confirmer ceux de leurs prédécesseurs. Dans le mandement épiscopal pour la publication des statuts synodaux de 1763, Choiseul fait référence expressément aux statuts de Mgr Le Goux de la Berchère « confirmés par ses successeurs pour être la règle de [la] discipline ecclésiastique et qui jusque (là) ont servi de loix au diocèse »37. En 1705, Mgr Henri de Nesmond avait confirmé les statuts synodaux faits par son prédécesseur38 tout en insistant spécialement sur le chapitre « concernant l’habit ecclésiastique » et celui qui est intitulé « Demeure et conversation » avec les peines encourues, ce qui dénote un relâchement de la discipline ecclésiastique sur ces questions. Il y a aussi parfois des ordonnances épiscopales qui évoquent des points particuliers. Ainsi le même archevêque, Henri de Nesmond adopte-t-il en 1714 une ordonnance39 contre les curés et vicaires non résidents dans leur paroisse en leur enjoignant d’habiter les maisons presbytérales ou de les faire construire par les communautés si elles n’existent pas. Choiseul, en 1763, explicite en ces termes le sens de son intervention :

  • 40 Statuts Choiseul, Mandement..., fol. IV.

Nos ordonnances synodales... ne sont autre chose que les anciens statuts du diocèse avec les seuls changements ou augmentations que la différence des temps ou des usages, les nouveaux abus introduits et le besoin des remèdes proportionnés, enfin l’obscurité de certaines lois et le désir de les éclairer et de les expliquer ont rendu nécessaires. Les lois qui paraissent nouvelles, conformes d’ailleurs aux canons les plus anciens et les plus autorisés par l’usage... presque universel des diocèses ne sont le plus souvent que des conséquences des anciens statuts ou les statuts mêmes éclaircis, étendus et développés40.

  • 41 Ibid., Discours prononcé à l’ouverture du synode, fol., XXVII à XXI.

22Il faut également relever que la tendance est à mettre de l’ordre dans ces statuts et à les présenter d’une manière plus rationnelle. C’est surtout le cas pour les statuts de Choiseul qui, dans le discours prononcé à l’ouverture du synode, insiste sur le fait qu’il a souhaité que l’on se retrouve « en famille pour donner une expression plus convenable à nos jours des anciens statuts synodaux. Il a voulu y mettre ordre et clarté de manière à ce que l’on tende à l’uniformité des actions ecclésiastiques »41. Dans le mandement épiscopal pour leur publication, il dit avoir voulu revoir les statuts synodaux de ses prédécesseurs,

  • 42 Ibid., Mandement pour la publication des statuts synodaux, fol. XXXVI.

les refondre et former un corps de loix abrégé mais complet contenant les points les plus essentiels de la discipline ecclésiastique, y joindre de courtes instructions capables en exposant les motifs de ces lois... [de s’] en écarter le moins possible. Pour lutter contre le relâchement des derniers siècles, il a également jeté les yeux sur les règles les plus sages données par l’Église dans ces derniers temps et publiés par [les] évêques [...]42.

  • 43 Statuts Le Goux de la Berehère, fol. 6.
  • 44 Statuts Choiseul, fol. XXXVII.

23Il faut également remarquer que le clergé est associé à l’élaboration de la législation synodale. Déjà, les statuts synodaux de Le Goux de la Berchère en 1695 emploient le terme – aujourd’hui repris par le droit canonique – de « coopérateurs »43 à l’égard du clergé. S’agissant des statuts synodaux de Choiseul qui interviennent dans les années 1760, l’archevêque insiste sur la consultation de son clergé. Dans le mandement de publication des statuts synodaux44, il déclare solennellement :

Quoique le pouvoir de donner des lois est essentiellement inhérent à cette puissance qui nous vient du ciel, la juste confiance que nous avons de votre zèle pour le bien commun de ce diocèse nous a portés à ne point publier ces lois sans vous les communiquer et prendre vos avis.

  • 45 Ibid., Mandement..., fol. V.
  • 46 Ibid., fol. XXV.
  • 47 Ibid., fol. XXXVIII.
  • 48 Ibid.

24Concrètement, si le pouvoir de légiférer pour le diocèse appartient au seul évêque, Choiseul insiste sur son désir d’y associer son clergé. Il lui demande de l’éclairer sur les différents besoins de leurs paroisses, sur les abus qui s’y sont glissés et qui ont besoin d’être corrigés. Concrètement, ils doivent rédiger des Mémoires qui seront examinés par l’archevêque pour y faire droit dans le synode ou dans la suite. « Infiniment éloigné de cet esprit de domination interdit par l’apôtre Saint-Pierre, il déclare qu’il écoutera volontiers les difficultés et les observations concernant l’exécution des ordonnances synodales »45. Durant le synode et après la lecture faite des statuts synodaux, l’archevêque déclare qu’il écoutera ensuite « ceux qui auront quelque chose à [lui] proposer mais... avertit de ne faire aucune proposition sans en avoir conféré avec [lui] avant la séance et en avoir obtenu [sa] permission »46. Il est question aussi de respecter un certain ordre dans la pratique synodale de manière à « éviter la confusion »47. La maladie ayant finalement empêché l’archevêque de « multiplier les séances pour écouter les observations [faites par les ecclésiastiques] de vive voix » après la lecture des statuts présentés par l’archevêque, un délai de six mois sera donné afin de faire parvenir des remarques écrites « promettant de les lire avec attention et d’y faire droit suivant l’exigence des cas ». Il est mentionné lors de la publication finale que plusieurs membres du clergé ont répondu à cette invitation et l’archevêque dit « avoir eu égard à quelques-unes de [ces] représentations », comme en témoignent, dit-il, les statuts48.

25L’examen de la pratique synodale dans l’archidiocèse d’Albi au dernier siècle de l’Ancien Régime nous semble confirmer les grandes tendances qui sont celles de l’Église de France à cette époque.

26D’abord les conciles provinciaux ont disparu en raison à la fois de la vigueur des corrections romaines et en sens contraire du développement d’une Eglise gallicane qui s’exprime à travers les assemblées du clergé qui, au plan national, vont traiter désormais de toutes les grandes questions.

  • 49 AD Tarn : G4 : plusieurs ordonnances de 1672, 1705 et 1706 relatives aux conférences ecclésiastique (...)

27Les synodes diocésains et donc les statuts synodaux qui en résultent ont connu un pic au derniers tiers du xviie siècle qui se caractérise par la remise en ordre opérée par Louis XIV. Paradoxalement, le gallicanisme intransigeant n’empêche pas la France de s’approprier les grandes prescriptions du Concile de Trente en particulier en matière de discipline ecclésiastique. Passé 1700, les synodes diocésains et les statuts synodaux sont moins nombreux. À cela des raisons de fond : le clergé est désormais mieux formé parce qu’il passe plus de temps au séminaire. Il suit les conférences ecclésiastiques49, participe à des retraites, reçoit la visite de l’évêque, utilise davantage les livres religieux. Les statuts synodaux se font plus rares et ils sont souvent remplacés par des ordonnances épiscopales qui rappellent la législation antérieure et se bornent à attirer l’attention du clergé sur tel ou tel point de discipline particulier. Pourtant, la pratique synodale ne disparaît pas car le synode permet de corriger les mœurs, de régler des différends, d’adapter des orientations générales aux problèmes locaux. Indéniablement, le synode diocésain est un instrument très utile en matière disciplinaire et pastorale. Il manifeste aussi cette nécessité de faire adhérer le clergé diocésain aux orientations épiscopales, de manière à en favoriser une application plus exacte. À travers l’institution du synode diocésain, l’évêque consulte son clergé, en particulier séculier, en vue d’une véritable coopération qui certes se fait selon les mentalités de l’époque, en respectant une procédure préétablie, en accordant une grande importance aux préséances et au rang de chacun, tel qu’on peut le repérer à travers les processions ou l’emplacement de chaque ecclésiastique lors de la réunion synodale. Ainsi donc, dans la France d’Ancien Régime, de même que le roi gouverne à grand conseil et non de manière solitaire, l’évêque lui aussi se doit de consulter largement son clergé et de légiférer in synodo, ce qui souligne une fois de plus cette grande tradition de l’Église selon laquelle l’exercice de l’autorité, toujours conçue comme un service, obéit à un double principe de hiérarchie et de collégialité.

Notes

1 Françoise Hildesheimer, « Albi, archevêché entre Bourges et Toulouse, Pouvoirs et société en pays albigeois », textes réunis par Philippe Nélidoff et Olivier Devaux, colloque d’Albi, décembre 1996, Centre albigeois d’histoire du droit et des institutions, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 1997, p. 225-236. Pour une présentation générale de l’histoire religieuse locale : chanoine Louis de Lacger, Histoire religieuse de l’Albigeois, Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1962.

2 Sur l’épiscopat de Daillon du Lude, se reporter à Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, ses évêques et ses archevêques, 1878, réédition (Le Bastion), 2000, p. 124-129 ; Emile Jolibois, « Troubles dans la ville d’Albi pendant l’épiscopat de Gaspard Daillon du Lude », Revue du Tarn [désormais R. T.] (1892), p. 49-61 et p. 135-145 ; baron de Rivières, Testament de Gaspard Daillon du Lude, évêque d’Albi, 7 octobre 1675 ; RT. (1895), p. 27-34 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs des anciens diocèses d’Albi, de Castres et de Lavaur, Paris-Albi, 1921, p. 312 et 313 (avec la bibliographie) ; Jean-Pierre Rouscan-Verrières, « À propos du don gratuit, la querelle de deux prélats aux États du Languedoc au xviie siècle », R.T. (1982), p. 375-406 ; père Bernard Desprats, « Sépultures albigeoises des évêques d’Albi », Église d’Albi (1992), p. 72 ; Julie Laskiawick, Albi au temps de la Fronde, société albigeoise et autonomie politique, Mémoire de maîtrise de l’Université Toulouse le Mirail (dir.° R. Souriac), 1996-1997.

3 Sur l’épiscopat de Hyacinthe Serroni, on consultera Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 129-133 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs, op. cit., p. 313-314 (avec la bibliographie).

4 Sur l’épiscopat de Charles le Goux de la Berchère, Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 133-137, chanoine Louis de Lackger, États administratifs, op. cit., p. 314-315 (avec la bibliographie). Il laut désormais consulter surtout Olivier Cabayé et Guillaume GRAS, L’Albigeois au xviie siècle, les visites pastorales de Charles le Goux de la Berchère, préface de Jean-Louis Biget, Albi, Archives et Patrimoine, 2009. Voir également Guillaume Gras, « L’Albigeois à la fin du xviie siècle », R. T., 187 (2002), p. 391-426.

5 Georges Minois, Le confesseur du roi, les directeurs de conscience sous la monarchie française, Paris, Fayard, 1988, avec le chapitre XVI sur le rôle modérateur du Père de la Chaize dans les grands dossiers du règne de Louis XIV (1674-1709).

6 Matthieu Desachy, « Un saint albigeois légendaire : saint Clair », Bulletin de la Société des Sciences, Arts et Belles Lettres du Tarn, no LXI (2007), p. 267-282.

7 On ne dispose que de peu de renseignements sur l’épiscopat d’Henri de Nesmond : Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 137 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs, op. cit., p. 315 (avec la bibliographie).

8 Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 138-139 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs, op. cit., p. 315-316 ; père Bernard Desprats, Sépultures albigeoises des évêques d’Albi, op. cit., p. 72.

9 II eut comme auxiliaire de manière éphémère Charles-Joseph de Quiqueran de Beaujeu, neveu de l’évêque de Castres (1735-1737) et surtout Jean-Pierre de Brunet de Pujol de Castelpers de Panat, évêque in partibus d’Évrie, sacré en 1740, prévôt du chapitre collégial de Saint-Salvy (10 février 1749), mort à Albi (18 février 1766).

10 Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 139 à 144 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs, op. cit., p. 316 (avec la bibliographie).

11 Pour une approche des discussions liées à la constitution civile du clergé, on peut se reporter à notre étude : « La régénération de l’Église au début de la Révolution française », Actes de la Table-ronde tenue à Bastia les 9 et 10 septembre 2004 par l’Association Française des Historiens des Idées Politiques sur Le Droit et les institutions en Révolution (xviiie-xixe siècles), Presses de l’Université Aix-Marseille, 2005, p. 169-185.

12 Sur l’épiscopat de Léopold Charles de Choiseul-Stainville : Hippolyte Crozes, Le diocèse d’Albi, op. cit., p. 144-145 ; chanoine Louis de Lacger, États administratifs, op. cit., p. 317 (avec la bibliographie).

13 Rite dit également de Vintimille, archevêque de Paris de 1729 à 1756.

14 La bibliographie sur le cardinal de Bernis est très abondante. Sur sa carrière littéraire et politique, il faut consulter ses Mémoires dans l’édition publiée à Mercure de France, Le Temps retrouvé, 1980 et 1986, avec la préface de Jean-Marie Rouart et les notes de P. Bonnet, reprise dans l’édition de poche en 2000. Voir également F. Masson, Les Mémoires et les lettres du cardinal de Bernis, Plon et Nourrit, 1878 ; Id., Le Cardinal de Bernis depuis son ministère (1758-1794), Paris, Plon, 1884 ; P. Breillat, Esquisse du Cardinal de Bernis, Albi, éd. du Languedoc, 1946 ; R. Vailland, L’éloge du Cardinal de Bernis dans le Regard Froid, Fasquelle, 1956 (réed. Grasset 1988) ; J. Sudreau, « François-Joachim de Pierre de Bernis », Travaux de recherche de la Faculté de droit et des sciences économiques, PUF, série « Sciences historiques », no 15, Paris, 1969 : S. Dahoui, Le Cardinal de Bernis ou la royauté du charme, Aubenas, éd. Lienhart, 1972 ; René Vaillot, Le Cardinal de Bernis, la vie extraordinaire d’un honnête homme, Paris, Albin Michel, 1985 : Jean-Marie Rouart, Bernis, le cardinal des plaisirs, Paris, Gallimard, 1998 ; Jean-Paul Desprat, Le Cardinal de Bernis, 1715-1794 ; la belle ambition, Paris, Perrin, 2000 ; Philippe Nélidoll, « La monarchie française selon le Cardinal de Bernis, La légitimité sans la force », Actes du colloque (organisé à Toulouse) de l’Association française des Historiens des Idées Politiques (AFHIP), Prendre le pouvoir : force et légitimité, Marie-Bernadette Bruguière (dir.), Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques, Études d’histoire du droit et des idées politiques no 6/2002, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, p. 151-167.

15 Voir notre Mémoire Société albigeoise et préparation des États généraux de 1789, DEA Histoire du droit à l’Université Toulouse I, 1985, (dir. Germain Sicard), publié par le Centre albigeois d’histoire du droit et des institutions, Presses de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, 1996, p. 97-104.

16 Pierre Rascol, « Correspondance échangée entre le syndic du diocèse d’Albi Salabert et le cardinal de Bernis entre le 29 décembre 1777 et le 17 mai 1783 », R.T. (1944-1945).

17 « L’état de clerc dans le diocèse d’Albi d’après les statuts synodaux des archevêques (1679-1762) », Bulletin de littérature ecclésiastique de l’Institut catholique de Toulouse, XCVI (1995), p. 199-217 et p. 275-290.

18 Les sources relatives aux statuts synodaux des archevêques d’Albi sont les suivantes : Archives départementales du Tarn (AD Tarn) : Bib C 21, Ordonnances synodales du diocèse d’Alby, imprimées par l’ordre de Monseigneur... Hyacinthe Serroni (19 avril 1679) à Albi chez François Patron, 1679, 126 p. ; Bib C 22, Statuts synodaux du diocèse d’Alby, publiez au synode tenu le XXVI may MDCXCV par... Mgr Charles le Goux de la Berchère – à Alby : par Jean et G. Pech, 1695, 194 p. ; B C 23, Statuts synodaux du diocèse d’Alby, publiés au synode tenu au mois d’avril de l’année MDCCLXII, par Mgr Léopold-Charles de Choiseul... à Alby, J.B. Baurens, 1763, 248 p.

19 Olivier Cabayé et Guillaume GRAS, L’Albigeois au xviie siècle, op. cit., p. 22, note 82.

20 Françoise Hildesheimer « Albi, archevêché entre Bourges et Toulouse... », art. cit., p. 228.

21 II serait certainement très intéressant d’étudier les relations entre la justice ecclésiastique métropolitaine albigeoise et les officialités diocésaines.

22 Statuts Senoni, fol. 121 à 126.

23 Statuts Choiseul, Mandement de Mgr l’archevêque sur l’ordre et les cérémonies qui doivent être observés au synode, fol. VIII.

24 Ibid., pour la convocation d’un synode général, fol. II et III.

25 Ibid., Ordre de la procession, fol. XXVI.

26 Sur le chapitre métropolitain d’Albi au xviiie siècle, consulter notre étude « Chanoines et bénéficiers du chapitre cathédral d’Albi, 1678-1790 », Actes du colloque : les cités épiscopales du Midi, organisé au Centre universitaire Jean-François Champollion les 31 mars-1er avril 2005, Presses de l’Université des Sciences sociales et du Centre universitaire Champollion, 2006, p. 179-202. Pour le xvie siècle, on trouvera d’utiles informations dans Olivier Cabayé, Albi au xvie siècle, gens de bien et autres « apparens », Presses du Centre universitaire Champollion, 2008.

27 Selon l’ordre de la procession, ces 20 districts sont (en 1762) : Albi et Gaillac, l’Isle et Rabastens, Giroussens et Cadalen, Labessonnié et Réalmont, Villefranche et Alban, Valence et Moularès, Pampelone et Monestiés, Cordes et Penne, Puycelci et Montmiral, Cahuzac et Villeneuve. Voir Statuts Choiseul, Ordre de la procession, fol. XXVI.

28 Ibid., Mandement... pour la convocation d’un synode général, fol. XXIV.

29 Comme en témoigne le Recueil des Règlements faits par les synodes provinciaux du Haut Languedoc et Haute Guyenne... par Me A. Pujol, notaire et ancien du Consistoire de l'Église de Castres, avec approbation du synode, à Castres, chez Raymond Barcoude, imprimeur du Roy et de la Ville, 1679. AD Tarn : Bib, C 2272. Il s’agit d’un Recueil de l’Église protestante (13 chapitres).

30 Statuts Serroni, fol. 8.

31 Allusion aux traités de Nimègue (août 1678-février 1679).

32 Pour le diocèse de Lavaur qui appartient durant l’Ancien Régime à la province ecclésiastique de Toulouse, on peut consulter aux AD Tarn, les statuts synodaux de Mgr René Le Sauvage (1675), Bib C 2049/1 et ceux de Mgr Nicolas de Malzieu (1729), Bib C 191.

33 AD Tarn : Bib C 21, Ordonnance de Mgr Le Goux de la Berchère (1701) concernant le chapitre métropolitain d’Albi. En annexe, les statuts antérieurs depuis l’époque du pape Boniface VIII en 1297 jusqu’à Mgr Serroni (1683) : Bullae et Statuta pro ordinatione Ecclesiae Albiensis.

34 Statuts Le Goux de la Berchère, fol. 3 à 5.

35 Ibid., fol. 6.

36 Statuts Serroni, fol. 125.

37 Statuts Choiseul, fol. XXXV.

38 AD Tarn : G4, ordonnance de Mgr de Nesmond.

39 AD Tarn : G4, ordonnance de Mgr de Nesmond, 27 juin 1714.

40 Statuts Choiseul, Mandement..., fol. IV.

41 Ibid., Discours prononcé à l’ouverture du synode, fol., XXVII à XXI.

42 Ibid., Mandement pour la publication des statuts synodaux, fol. XXXVI.

43 Statuts Le Goux de la Berehère, fol. 6.

44 Statuts Choiseul, fol. XXXVII.

45 Ibid., Mandement..., fol. V.

46 Ibid., fol. XXV.

47 Ibid., fol. XXXVIII.

48 Ibid.

49 AD Tarn : G4 : plusieurs ordonnances de 1672, 1705 et 1706 relatives aux conférences ecclésiastiques.

Auteur

Faculté de droit, Université Toulouse I

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search