Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Des structures efficaces dans un diocèse borroméen : les synodes de Bordeaux au xviie siècle

Philippe Loupes

Texte intégral

1Notre propos n’est pas de reprendre l’analyse de l’œuvre synodale qui a été menée à bien par Bernard Peyrous et Jean-Claude Tillier, mais simplement d’étudier la mécanique synodale dans un diocèse qui s’est mis précocement à l’école de Milan.

Le commencement de l’année 1600 estant funeste à la ville de Bordeaux par la maladie contagieuse qui la travailloit au mois de febvrier et de mars, nonobstant tout le danger, Monseigneur le Cardinal y arriva sur le commencent de mars, méprisant tous les honneurs d’une entrée pontificale accosutumée d’estre dignement rendus aux archevêques à leur première arrivée, désirant plustost d’entrer dans les âmes et dans les cueurs et par sa doctrine et par ses actions de prélat....

2C’est en ces termes que Jehan de Bertheau, décrit le premier contact de François de Sourdis avec sa cité épiscopale. En effet, conformément à la tradition, les archevêques de Bordeaux faisaient toujours une entrée très solennelle, en arrivant par le fleuve.

  • 1 La formule est du chanoine Grimaud dans son Oraison de François de Sourdis. Jusque dans les années  (...)

3D’emblée, François de Sourdis se place dans un parcours borroméen, en bravant, contre l’avis de ses conseillers, cette « si furieuse contagion »1. Charles Borromée s’était illustré par son courage et sa charité lors de la grande peste milanaise de 1576 ; fort de cet exemple, Sourdis ne pense pas pouvoir différer sa venue en raison d’une de ces pestes qui frappent souvent Bordeaux, mais son entrée se fait avec une discrétion évangélique.

  • 2 D’après le témoignage de Bertheau, « il désiroit passionnément de recevoir les bulles de sa promoti (...)

4Contrairement à nombre d’évêques de son temps qui n’étaient guère pressés de se rendre dans leur ville épiscopale dès la réception de leurs bulles, Sourdis manifeste une hâte de bon aloi, comme l’avait fait en 1561 son digne prédécesseur, Antoine Prévost de Sansac, premier introducteur de la Réforme tridentine avec son grand concile provincial de Bordeaux de 15822.

5En fait, rien ne semblait prédisposer Sourdis à un tel engagement. Il était né en 1575 dans une famille noble du Bas-Poitou au service de la monarchie, un milieu de grands serviteurs royaux et de diplomates qui voyaient dans les dignités ecclésiastiques des biens héréditaires destinés à récompenser des services rendus. D’abord destiné à la carrière militaire, il avait suivi son père dans la vie des camps et semble plus destiné au service du roi qu’au service des autels. Mais à dix-neuf ans, il accompagne le duc de Nevers, ambassadeur de France à Rome, et c’est au contact de la cour de Clément VIII que s’éveille sa vocation religieuse : « Ce fut ce bon accueil qui lui bailla une si forte impression intérieure d’embrasser la vie ecclésiastique » écrit Jehan de Bertheau. Grâce à sa cousine germaine Gabrielle d’Estrée, sa carrière est fulgurante : cardinal-diacre en 1598, sur les instances d’Henri IV et malgré l’opposition du cardinal d’Ossat, nomination directe au siège archiépiscopal de Bordeaux en 1599. La promotion est certes familiale, mais la conversion pour spectaculaire qu'elle soit, n’en est pas moins sincère, placée qu'elle est sous le patronage de Charles Borromée.

6La fréquentation de l’Oratoire de saint Philippe Néri, les rapports avec des personnalités exceptionnelles telles que Bellarmin et Frédéric Borromée, neveu de Charles, expliquent la profondeur de l’engagement. Charles Borromée, qui sera canonisé dès 1610, s’impose à Sourdis comme la référence. Il est le modèle absolu, tant par ses vertus privées que par le gouvernement exemplaire de son diocèse. L’avertissement qui précède les Ordonnances du diocèse de Bordeaux rappelle que Sourdis

prit pour phare et flambeau les actions admirables du grand saint Charles, cardinal Borromée, archevêque de Milan, pour s’y conformer autant que la condition de ce diocèse le pourroit porter.

  • 3 Peyrous Bernard, La Réforme Catholique à Bordeaux, 1600-1719, Bordeaux, FHSO, t. I, p. 120-124. C’e (...)

7Au témoignage de son secrétaire, il fait constamment référence à l’archevêque de Milan dans sa conversation ; il en est de même dans ses ordonnances, par exemple, en 1609, dans l’instauration des congrégations foraines. L’influence borroméenne s’accentue au cours des séjours italiens : Rome en 1600, Milan en 1605 ; elle est d’ailleurs entretenue par la correspondance épistolaire avec Frédéric Borromée, qui occupe alors le siège de saint Ambroise. Ces lettres, conservées à la Bibliothèque Ambroisienne, ont été révélées et remarquablement étudiées par Bernard Peyrous3.

  • 4 Godeau Antoine, La vie de saint Charles Borromée, cardinal du titre de sainte Praxède et archevêque (...)

8Sourdis porte donc une extraordinaire admiration au neveu de Pie IV et lui voue même une véritable dévotion. À l’occasion d’un séjour à Rome en 1605, le cardinal Sfondrato, neveu de Grégoire XIV, lui offre le rochet que portait l’archevêque de Milan au moment où, en prière, il avait été atteint par une arquebusade, à l’occasion d’une tentative d’assassinat par un religieux de l’ordre décadent des humiliés4. Sourdis expose à la dévotion des fidèles la précieuse relique sur un autel de la cathédrale Saint-André et obtient de Frédéric Borromée des portraits de son oncle, dont un en 1621 pour sa chère Chartreuse, sa fondation de prédilection.

9En 1610, contrairement à ses projets, Sourdis ne peut assister à Rome à la canonisation, en raison de l’assassinat de Henri IV, mais au témoignage du chroniqueur Jean de Gaufreteau, les fêtes bordelaises revêtent un éclat exceptionnel :

  • 5 Gaufreteau Jean (de), Chronique bordelaise, Extrait des Publications de la Société des bibliophiles (...)

le cardinal de Sourdis, archevesque de Bourdeaux faict un pompeux et magnifique service, dans l’église métropolitaine Sainct André, pour la canonisation de sainct Charles Borromée, archevesque de Milan. La messe haute se célébra devant la grande porte du choeur, où l’on avait mis un autel portatif, et l’oraison ou prédication fut faicte dans ladite église, messieurs du Parlement y assistants en corps avec tous les ordres, et grande affluence de peuple de tout sexe et condition5.

  • 6 Peyrous Bernard, La Réforme..., op. cit., t. I, p. 124.
  • 7 Loupes Philippe, L’apogée du catholicisme bordelais, 1600-1789, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 49.

10Ainsi se met en place une union spirituelle entre Bordeaux et Milan ; la capitale de la Guyenne prend ainsi, selon la formule de Bernard Peyrous, « les dimensions d’un nouveau Milan »6. Cette union est représentée dans l’iconographie du palais épiscopal reconstruit et décoré par les frères Sourdis. Le grand corps de logis surélevé par Henri de Sourdis comprend une belle galerie ornée d’une série de vingt tableaux à thème hagiographique du chartreux espagnol Luis Pascual Gaudin où saint Charles figure en bonne place parmi les gloires de l’Église tridentine7.

  • 8 Godeau Antoine, La vie..., op. cit., p. 126

11Au lendemain de son arrivée à Bordeaux, Sourdis convoque un synode diocésain, geste éminemment tridentin. Dès sa nomination à Milan en 1564, Charles Borromée, retenu à Rome auprès de son oncle, avait convoqué un synode à Milan, rassemblant 1 200 participants dont il avait confié la présidence à son vicaire général Nicolas Ormanete8. Dès qu’ils sont sacrés, saint François de Sales et le bienheureux Alain de Solminihac agissent avec la même célérité. Richelieu à Luçon sera un peu moins diligent, puisque, arrivé en décembre 1608, il ne convoquera son premier synode qu’en 1610.

  • 9 Tillier Jean-Claude, Les conciles provinciaux de la province ecclésiastique de Bordeaux au temps de (...)
  • 10 AD Gironde, G 286, fol. 434. Sur proposition de Clément Molle, chanoine de Saint-Seurin et vicaire (...)

12Certes, réunir un synode n’a rien d’exceptionnel et il y a dans le diocèse de Bordeaux toute une tradition canonique et toute une pratique médiévale des conciles provinciaux et des synodes, qui ont été étudiées par Jean-Claude Tillier9. Le premier synode connu remonte à 1234. Pour le xvie siècle, les sources indigentes ne permettent pas d’établir une liste fournie, mais les mentions occasionnelles existent pour la première partie du siècle ; par exemple, le synode de 1546 qui devait avoir lieu pour la sainte Luce ne passe pas inaperçu car il est renvoyé à Pâques pour raison de peste10.

  • 11 Peyrous Bernard, La Réforme... op. cit., p. 48-64. Bernard Peyrous a pu étudier les visites pastora (...)
  • 12 Sourdis suscite la publication des actes de 1582 : Decrets du concile prorvincial tenu à Bourdeaux (...)

13Si la convocation du synode est normale, elle n’en est pas moins très rapide (entrée le 8 mars 1600, convocation pour le 18 avril), car elle est justifiée par l’état pitoyable d’un assez vaste diocèse de quelque quatre cents paroisses, sans évêque depuis neuf ans. Dès son arrivée, écrit Jehan de Bertheau « M. le Cardinal contemple la désolation de sa Jérusalem au milieu des ruines ». Derrière la phraséologie biblique et baroque, il y a une réalité tangible dont font état les vicaires généraux et qu’attestent les procès-verbaux de visites étudiés par Bernard Peyrous11. En raison des guerres de religion particulièrement violentes en Guyenne et de la vacance du siège épiscopal pendant presque une décennie, les décrets du concile provincial de Bordeaux de 158212 et des derniers synodes n’avaient pu être mis en pratique ; ainsi, selon la formule de Sourdis au synode de 1600, le peuple avait pu « aller son train », c’est-à-dire s’éloigner de la religion.

14Ce synode de 1600 est bien le premier acte de gouvernement de François de Sourdis et le point de départ de la réforme. Il porte la double empreinte des décrets du concile de Trente et des Actes de l’Église de Milan.

  • 13 Tillier Jean-Claude, Le premier synode du cardinal François de Sourdis (18 avril 1600), Bordeaux, B (...)

Dès le premier instant de son pontificat bordelais – écrit Jean-Claude Tillier – le nouvel archevêque met ses pas dans ceux de l’archevêque de Milan. Cette tendance ne fera que s’accentuer avec les années13.

15Combien de synodes diocésains pour le xviie siècle et à quelle fréquence ?

16La fréquence s’inscrit dans la tradition et dans les recommandations du concile de Trente et du concile provincial de Bordeaux de 1582, mais elle est renforcée par la volonté de Sourdis : en principe deux par an, en deux lieux différents, ce qui fait en réalité quatre synodes annuels. Selon l’héritage médiéval, il y a un synode de printemps, juste après Pâques, et un synode d’automne, peu avant Noël, synode dit de la sainte Luce (13 décembre). Ces deux synodes saisonniers sont-ils d’égale importance ? La réponse serait affirmative, au vu de la durée, mais l’activité législative semble plus importante au printemps.

17Pourquoi deux fois deux synodes avec deux localisations, Bordeaux et Blaye ? En raison des dimensions du diocèse qui comprend dix archiprêtrés et de l’isolement de sa partie septentrionale. Les liaisons entre la ville épiscopale et les deux archiprêtrés du nord-ouest, ceux de Blaye et de Bourg, demeurent difficiles à l’époque moderne : la Gironde fait quatre kilomètres de large entre Blaye et le Médoc et le premier pont à Bordeaux, « le pont de pierre », ne sera construit que sous la Restauration.

  • 14 Bellemer Émile (abbé), Histoire de la ville de Blaye depuis les origines, Bordeaux, G. Gounouilhou, (...)
  • 15 Durant les guerres de religion, les religieux de Cluny établis à Saintes avaient déposé secrètement (...)
  • 16 En 1606, exceptionnellement, en raison de la peste, le synode dit de Bordeaux est « délocalisé » à (...)

18Parlerons-nous de quatre synodes annuels ? À vrai dire, il serait plus juste de retenir deux synodes, avec deux prolongements « délocalisés », car Blaye, présidé par un vicaire général, ne fait généralement que répéter Bordeaux, en y ajoutant des problèmes locaux. Cela n’empêche pas François de Sourdis de présider en personne le synode septentrional lorsqu’il peut coupler cette tâche avec une autre obligation dans un calendrier lourdement chargé. La petite ville est idéalement située sur le trajet Bordeaux-Paris14. Cité fortifiée, port en eau profonde, qui est la clé de la défense de l’Aquitaine, elle est la halte obligée, le lieu d’embarquement pour tout grand personnage se rendant à Bordeaux. Qui plus est, Blaye a une dimension religieuse appréciable avec les deux abbayes de Saint-Romain et de Saint-Sauveur, que Sourdis, en partance pour Paris, visite et réforme le 2 mai 1608. L’archevêque de Bordeaux est bien un familier de la ville : lorsque au début de son épiscopat, il raccompagne à Saintes la relique de saint Eutrope, il fait à Blaye une halte aussi solennelle que pratique15. À l’occasion, Sourdis couple deux obligations : la présidence du synode et la visite pastorale de l’archiprêtré de Blaye ; ou bien il préside le synode de Blaye à l’occasion d’un voyage à Paris, comme c’est le cas en octobre 1602. D’ordinaire, le synode de Blaye ne rassemble que les ecclésiastiques des archiprêtrés de Blaye et Bourg ; parfois s’y adjoignent ceux de l’archiprêtré voisin de Fronsac. Exceptionnellement, en 1606, le synode de Blaye réunit tout le nord du diocèse (archiprêtrés de Blaye, Bourg, Fronsac, Entre-Dordogne) et le Médoc (archiprêtrés de Moulis et Lesparre)16.

  • 17 Peyrous Bernard, La Réforme... op. cit., p. 1045-1050. Cette liste est susceptible d’être complétée (...)

19Combien de synodes pour l’ensemble du xviie siècle ? Le comptage théorique est facile, mais la réalité est autre. À partir de données croisées, Bernard Peyrous a pu empiriquement dresser la liste de synodes bordelais de 1600 à 171917 et il apparaît que la fréquence annuelle n'est pas totalement respectée.

  • 18 François de Sourdis a œuvré avec deux ou trois vicaires généraux à la fois. Citons Pierre de Cruzea (...)
  • 19 Par exemple en 1607, François de Sourdis est appelé à Paris par Henri IV.
  • 20 Par exemple, le synode de 1629 a échappé à Bernard Peyrous.

20Sous François de Sourdis, le rythme est très soutenu de par la volonté de l’archevêque réformateur et du soutien d’une équipe très resserrée d’ardents et efficaces vicaires généraux, au premier rang desquels il convient de placer Joachim Le Venier, chanoine et écolâtre de Saint-André18. Les liens de Sourdis avec le pouvoir royal, particulièrement avec Henri IV19, ses obligations auprès du Clergé de France, son attachement au trône de saint Pierre entraînent quelques absences, qui cependant ne modifient guère le rythme des synodes diocésains. Dans ce long épiscopat de vingt-huit ans, au vu de notre information très lacunaire (et sujette à complément20), on ne dénombrerait que sept années sans synode (1605, 1607, 1615, 1616, 1621, 1625, 1626), soit un quart. En 1605, le cardinal séjourne longuement à Rome, retenu qu’il est par les deux conclaves successifs qui élisent Léon IX et Paul V. Dans les années 1615-1621, ce sont les troubles politico-religieux qui constituent un empêchement majeur. Au synode de 1614, l’oraison épiscopale est centrée sur le thème des temps tragiques, avec la menace de guerre et de famine qui pèse sur Bordeaux : Dieu, déjà irrité par les hommes n’y ajoutera-t-il pas la peste ? Bertheau écrit : « Il fut très joyeux de tenir ce synode, prévoyant qu’il ne pourrait tenir de longtemps à cause des grandes affaires ». Effectivement, il n’y a pas de synode en 1615, ni 1616. Lors du synode de 1617, Sourdis discourt sur les misères du temps, tout en louant la miséricorde divine, la Guyenne ayant eu moins à souffrir que d’autres provinces. En dépit de la conjoncture toujours très difficile, Sourdis s’obstine à tenir les synodes de 1618 et 1619, mais, au témoignage de son secrétaire « les mouvements continuels de la France qui divertissent sa pensée, l’empêchent de vaquer à de nouveaux règlements ». Il y a donc chez Sourdis un volontarisme qui ne peut qu’impressionner ses contemporains. Un de ses collaborateurs les plus proches, le chanoine Grymaud, auteur de son oraison funèbre, le compare au « bouillant Achille » et reconnaît que « ses résolutions étoient un torrent, duquel l’impétuosité ne pouvoit souffrir d’arrêt et jamais en leur exécution, il ne pouvoit s’imaginer d’empêchement ».

21Sourdis tient à ces réunions biannuelles. En cas de peste à Bordeaux, il n’y a pas de suppression, ni même de report dans le temps comme c’était le cas au xvie siècle, mais « délocalisation » : tel est le cas en 1606, avec le déplacement du synode dit de Bordeaux, à Saint-Macaire, petite ville médiévale dont le poids religieux n’est pas négligeable, à quelque cinquante kilomètres en amont de Bordeaux.

  • 21 Il est connu pour sa victoire sur les Espagnols à Guétaria en 1638.

22Après le cardinal François de Sourdis, son successeur qui n’est autre que son frère Henri (1629-1645), continue sur la lancée réformatrice, mais avec un zèle sans doute moindre, car ses fonctions d’amiral le détournent quelque peu de son ministère pastoral21. Au vu de notre documentation actuelle, presque la moitié des années de cet épiscopat de longueur moyenne seraient sans synode. Sous le très consciencieux Henri de Béthune (1646-1680) qui réside en permanence, la régularité redevient la règle, avec cependant quelques « trous », peut-être imputables à notre documentation : seule l’absence de synode est une quasi-certitude entre 1650 et 1652, en raison des « événements » de la Fronde si violents à Bordeaux. Après Béthune, dans les deux dernières décennies du xviie siècle, nous n’avons plus guère de traces de synode (1681, 1689), mais notre documentation peut être défaillante.

  • 22 À Cahors, sont choisis le jeudi et le vendredi de la semaine suivant l’Évangile Ego sum pastor bonu (...)

23À quel moment de l’année se tient le synode ? Dans un souci de régularité et de pérennité, François de Sourdis confirme le calendrier hérité de la tradition médiévale et le précise même. En 1608, il décide que le synode de printemps s’ouvrira à Bordeaux le mardi après le dimanche de l’Évangile Ego sum pastor bonus, c’est-à-dire le deuxième dimanche après Pâques, appelé généralement dimanche du Bon Pasteur. Celui de Blaye se tiendra le mardi suivant, « sans qu’il y ait besoin d’aucun mandement pour convoquer ledit synode ». Notons d’ailleurs que c’est ce même calendrier que nous trouvons à Cahors quelques années plus tard, avec Alain de Solminihac22.

  • 23 Loupés Philippe, L’Histoire des Bordelais, Bordeaux, Mollat et FHSO, 2002, chap. 1er : « Le climat (...)

24Le synode d’automne aura lieu à Bordeaux « le mardi d’après la fête de saint Luc (18 octobre) et le mardi suivant audit Blaye ». Pour l’automne, on renonce donc à la date médiévale de la sainte Luce, sans doute pour des raisons climatiques. Dans ce vaste diocèse, où les offensives du froid sont souvent spectaculaires en ce petit âge glaciaire23, les déplacements ne sont guère faciles en hiver ; notons, à la même époque, que pour les congrégations foraines, établies à Bordeaux en 1609 sur le modèle milanais, les réunions mensuelles sont suspendues en décembre, janvier et février.

25La date annuelle étant bien connue des ecclésiastiques, des convocations, au demeurant difficiles à faire parvenir aux intéressés dans un vaste diocèse, s’avèrent inutiles, mais le secrétariat possède une liste en bonne et due forme des participants.

26Vu son importance, le synode doit être vécu par chaque participant, avec concentration et solennité. Le choix de la date du synode de printemps s’y prête d’ailleurs. La semaine de la Passion et la fête de Pâques sont perçues comme un préambule spirituel au synode. Sourdis qui a accoutumé de passer « la fête de Pâques avec la dévotion, piété, ferveur ordinaire » (Bertheau) engage chaque participant à se préparer à cette grande rencontre diocésaine. Au synode de 1609, Sourdis recommande aux ecclésiastiques d’arriver à Bordeaux la veille, soit dès le lundi, « pour se disposer par le saint sacrement de pénitence à recevoir le saint sacrement de l’Eucharistie de notre main ou de notre grand vicaire ».

27Toute la ville connaît l’importance de l’assemblée, car les curés doivent faire « sonner leurs cloches à carillon à diverses réprimés, depuis le lundi midy jusques au soir et depuis le matin du synode jusque sur le midy ».

  • 24 Id., L’apogée... op. cit., p. 56. La cathédrale Saint-André, qui depuis le Moyen Âge prétend indûme (...)

28L’importance de la réunion et la solennité impliquent le choix du sanctuaire qui ne peut être que la Majestat, la cathédrale de Bordeaux si bien dénommée par la tradition24. Dans ce choix cathédral, on ne relève qu’une seule exception : en 1603, le synode de printemps est tenu à Saint-Seurin de Bordeaux (dans la collégiale le matin, au doyenné l’après-midi), sans doute pour des raisons stratégiques, en raison du conflit latent qui oppose l’archevêque à son chapitre cathédral ; mais l’hôtel du doyenné Saint-Seurin n’étant guère adapté à la réunion d’une assemblée importante, Sourdis revient logiquement à Saint-André dès l’année suivante.

  • 25 Archives historiques de la Gironde, t. 50, p. 296 (Journal de Bertheau). Décrets pris au synode de (...)

29La solennité du moment entraîne logiquement dans la tenue vestimentaire, la décence, maître mot de la Réforme catholique. Chaque participant doit se rendre au synode « en habit décent, sçavoir est qu’ils auront la couronne, southane, robe ou manteau long et bonnet carré, surpelis et ne porteront rabaz empesez, ne pourpoinctz déchiquetez, ni aultres habitz indecentz ». Quant aux réguliers, ils revêtiront les habits de leur ordre25.

30Le souci de solennité n’est pas réservé à Bordeaux. Le laxisme des réguliers de Saint-Sauveur et Saint-Romain entraîne en 1608 la codification du synode de Blaye : à l’avenir, les cloches sonneront la veille et le jour du synode ; les abbés et religieux des deux abbayes viendront en corps processionnellement chercher l’archevêque en son logis où il sera hébergé aux frais des deux abbés ; les clercs marcheront deux par deux, chaque abbaye d’un côté. En 1609, Sourdis ajoute en outre l’obligation pour les religieux des deux abbayes de l’accueillir processionnellement au port, sous peine de vingt écus applicables à une œuvre pie.

31La solennité a pour corollaire l’ordre dont le clergé doit donner l’exemple : tandis que les vicaires généraux se retrouvent « dans la chambre haute proche de la grands salle haulte, du cesté du midy », les autres clercs se regroupent dans la grande salle, chacun avec son archiprêtré, puis se dirigent vers la cathédrale pour assister le prélat et recevoir les sacrements. La musique du chapitre chantant et l’orgue jouant, la messe du Saint Esprit est dite par l’archevêque, qui prononce ensuite l’oraison synodale, véritable programme des réformes qu’il entend mener. L’après-midi, les participants retrouvent la grande salle, « chacun en sa chaire qui y étoit disdisposée ».

  • 26 Jean-Jacques Dusault est bien établi à Bordeaux. Fils de Charles Dusault, avocat au parlement de Bo (...)

32Exceptionnellement, Sourdis confère à son synode une grande solennité comme en 1613 en invitant des ecclésiastiques bien en cour, Jean-Jacques Dussault, évêque de Dax26, Gilles de Noailles, abbé de l’Isle en Médoc, Lancelot de Mullet de Volusan, abbé de Vertheuil en Médoc.

  • 27 AD Gironde, G 1032. Pourtant, quatre jours auparavant, le 10 avril, Sourdis, en conflit avec son pr (...)
  • 28 AD Gironde, G 292.

33Si Sourdis entend mener les synodes de main de maître, son action est cependant souvent freinée par des rivalités, par des conflits de préséances, propres aux sociétés d’Ancien Régime et tout particulièrement au clergé. En avril 1603, le chapitre collégial Saint-Seurin, qui pourtant bénéficie des faveurs épiscopales, refuse de prendre le surplis « parce que le doyen et chapitre de Saint-Emilion y vont en robe et bonnet » ; le cardinal n’hésite pas à les congédier en les traitant publiquement de « sotz »27. En 1609, c’est au tour du chapitre cathédral de vouloir avoir le pas sur l’abbé de Sainte-Croix, qui n’est autre que le fils du maréchal d’Ornano, gouverneur de Guyenne28.

34Ces querelles de préséance perdurent sous le successeur du cardinal, son propre frère Henri de Sourdis. L’orage éclate dès le premier synode lorsque le nouvel archevêque accorde aux abbés la préséance sur son chapitre cathédral. Au témoignage du chroniqueur Gaufreteau, le doyen d’Arche ose faire des remontrances à l’archevêque, « franchement et hautement », puis sort, suivi par ses confrères, « mesme ceux qui faisoyent estat d’estre de la maison archiépiscopale et créatures dudit sieur archevesque et de feu sieur cardinal, son frère ». Furieux, Henri de Sourdis se laisse aller « jusqu’à dire des paroles de grosses dents à ceux qui avoient été avancés » par son frère. Dans sa majorité, l’assemblée trouva mauvaise l’action du doyen, parce qu’il la fit publiquement, alors que les abbés avaient déjà pris place.

  • 29 Gaufreteau, Chronique... op. cit., t. II, p. 165-166.

Cette remontrance, faicte en ladite assemblée scandalisa presque touts, et aporta de quoy parler dans la ville, notamment, à Messieurs du parlement qui appellerent cela : schisme29.

  • 30 AD Gironde, G 1020. Registre de délibérations de Saint-Seurin, 5 mai 1634, procès-verbal.

35Nouveau scandale en 1634 : les chanoines de Saint-André et Saint-Seurin quittent le synode, simplement parce que les vicaires généraux et les abbés sont placés sur des sièges plus élevés30.

  • 31 AD Gironde, G 291, fol. 38. Registre capitulaire de Saint-André, printemps 1601.
  • 32 AD Gironde, G 292. Registre des délibérations de Saint-André.
  • 33 AD Gironde, G 487. Procès de Saint-André.

36Arbitrer le délicat problème des préséances n’est pas le seul problème pour l’archevêque de Bordeaux ; il y a bien plus sérieux. Le synode peut devenir le cadre d’une opposition pour des compagnies qui voient d’un mauvais œil l’introduction de la Réforme tridentine par un archevêque très autoritaire. Dès 1601, le chapitre Saint-André tente de s’opposer à l’évocation au Conseil du procès qui l’oppose l’archevêque : pour ce faire, il envisage qu’un syndic général soit instauré au prochain synode31. Au printemps 1606, lors du transfert du synode de Bordeaux à Saint-Macaire pour raison de peste, le chapitre Saint-André déclare qu’il n’enverra aucun membre et qu’il n’observera pas la constitution et les ordonnances qui y seront prises32. Et le chapitre obtient en sa faveur des lettres d’Henri IV33.

  • 34 AD Gironde, G 292. Registre de délibération de Saint-André, fol. 174.

37Dans un contexte permanent de tension et de différends, le chapitre cathédral fait flèche de tout bois : en 1607-1608, il s’oppose à la nomination d’un syndic général du diocèse, cette fois parce que la proposition émane de l’archevêque et par crainte que ce fondé de pouvoir ne soit que l’homme de paille du cardinal34.

38En 1625, le mécontentement capitulaire prend une forme originale que le chroniqueur Gaufreteau analyse avec perspicacité et narre avec beaucoup d’esprit : « pressé de faire le voyage à Paris, vers le Roy », le cardinal avance d’une semaine la date traditionnelle du synode de printemps, sans consulter son chapitre cathédral, et même sans l’avertir. En conséquence, le chapitre n’y assiste pas, pas plus que sa célèbre psallette n’accompagne la messe synodale qui ne put être dite qu’après la canoniale. L’après-midi, le doyen du chapitre, Desaigues, conseiller-clerc au parlement, « homme grave et plein de mérite », vient faire remontrance à l’archevêque, puis se retire accompagné de ses confrères ; et notre chroniqueur bien informé d’ajouter :

  • 35 Gaufreteau, Chronique... op. cit., t. II, p. 143-144 : « Pour nous, seule la gloire des obsèques de (...)

Si les curés eussent ozé, ils s’en fussent bien plaincts de mesmes que le chapitre, pour causes justes et des plus légitimes, mais ils estoyent soubs la férule et coignoissoyent bien qu’ils n’eussent rien gagné, joinct qu’ils n’avoyent aucun qui ozat attacher la sonette au col du chat et qu’il leur restât aultre chose que l’obéissance en disant : obsequii nobis gloria sola manet35.

  • 36 Castille signifie querelle, noise, simulacre de combat.

39À nouveau en 1637, au lendemain de la révolte bordelaise de 1636, le doyen et les chanoines de Saint-André qui « ont tousjours à desmeler quelque petite castille36 et fusée avec l’archevêché », selon la pittoresque formule de Gaufreteau, refusent que la messe synodale soit célébrée par les vicaires généraux, « parce que bien qu’ils fuissent tous archidiacres, ils n’estoyentpas chanoines » ; en conséquence, l’office religieux est transféré chez les religieuses de Notre-Dame, rue du Hâ.

  • 37 Petot Patrick, Alain de Solminihac (1593-1659). De l’abbaye de Chancelade à l’évêché de Cahors. Par (...)
  • 38 Dans son éloge de Solminihac (le dernier de l’ouvrage, no CII), Antoine Godeau fait un récit partic (...)

40Il y a donc à Bordeaux, dans le cadre des synodes, quelques velléités de résistance, mais rien de comparable cependant à la violente révolte qui éclate au synode de 1651 à Cahors contre Alain de Solminihac37. Voulant mettre à profit l’état de santé de leur très réformateur et très chicanier évêque, un petit groupe de curés syndiqués, originaires pour l’essentiel du Bas-Quercy, multiplie les incidents et les provocations dès le premier jour. Le lendemain, recrutés par leurs soins, des hommes de main, armés d’épées et de pistolets se ruent dans la salle des séances aux cris de « Tyrannie ! Oppressions ! ». Un prieur rebelle va jusqu’à prendre place dans la cathèdre épiscopale « pour faire les fonctions de président »38. À Bordeaux, l’opposition à l’archevêque se limite heureusement à quelques manifestations de mauvaise humeur.

41Lors des vacances épiscopales, les synodes sont scrupuleusement tenus : c’est l’occasion pour le chapitre cathédral de se mettre en avant. Les huissiers du clergé vont demander aux paroisses de la ville de sonner les cloches la veille du synode. La croix de l’Église métropolitaine ouvre la procession qui, dans un geste signifiant, pénètre dans la cathédrale par la porte dite des archevêques. La communion n’est-elle aussi générale qu’avec l’archevêque ? Ce n’est pas une certitude : lors du synode de 1628, sede vacante, il est précisé que « la plupart » des ecclésiastiques sont communiés de la main de l’archidiacre célébrant.

  • 39 AD Gironde, G 35. Role des clercs devant assister au synode, sede vacante, préparé par L. de La Guy (...)
  • 40 Archives historiques de la Gironde, t. 49, p. 181.

42Quelle est l’assiduité aux synodes ? Les participants sont-ils convoqués individuellement ? Il semble que ce soit généralement le cas, comme tendraient à le prouver des listes conservées où le clerc invité est de mieux en mieux ciblé : à la fin du xvie siècle, ne sont mentionnés que les patronymes, tandis qu’au xviiie siècle, les participants sont bien connus, avec mention de leur nom et de leur fonction39. Toujours est-il que nul n’est censé ignorer le synode avec ses dates immuables, inscrites dans le calendrier liturgique et les clercs défaillants sont dûment « condamnés et multéss » (Bertheau). Les débuts de l’épiscopat du cardinal de Sourdis sont tellement fulgurants, avec une pluie d’amendes, qu’en mai 1604, le secrétaire ne peut que constater avec satisfaction la grande assiduité au synode de Bordeaux40.

43Qui doit se rendre au synode ? Quels sont les clercs convoqués, soit par lettre, soit tacitement ? La totalité des curés à charge d’âmes, les abbés et prieurs, les dignitaires des chapitres (à l’exclusion des simples chanoines) ; soit au total, environ 420 ecclésiastiques.

  • 41 François de Sourdis leur imposer la résidence à Bordeaux. Il oblige également les archiprêtres à av (...)

44L’accent est mis sur les clercs à charge d’âmes ; notons cependant que les vicaires amovibles ne sont pas invités. Parmi les compagnies, seuls les chapitres pèsent d’un poids non négligeable, avec une vingtaine de représentants, dont la moitié (onze au total) pour le seul chapitre cathédral. De toute évidence, la liste des convoqués est dans la tradition médiévale : poids des chapitres, importance des archidiacres41 (une fonction ancienne quelque peu vidée de son contenu que Sourdis essaie difficilement de valoriser), absence des supérieurs des fondations tridentines, ce qui montre la difficulté même pour un évêque réformateur aussi énergique que Sourdis à faire évoluer les choses.

45Pour évaluer l’assiduité à la fin de l’épiscopat de François de Sourdis, nous disposons de deux états complets concernant les deux synodes de printemps, pour 1628 et 1629, tenus par les vicaires généraux. Les listes d’absents étaient dressées par les archiprêtres dans le cadre de leur détroit.

  • 42 Aureilhan, Sanguinet, Mimizan. En 1790, ce pays de Born, appendice méridional et côtier du diocèse (...)

46Pour mai 1628, Bordeaux et Blaye cumulés, 36 ecclésiastiques sont excusés « pour juste cause », 30 n’ont pas daigné se manifester, ce qui représente un pourcentage d’absents de l’ordre de 16 %. La plupart des abbés sont absents, et seuls le cardinal de La Valette, abbé de La Sauve Majeure, et les deux abbés de Boug et Blaye se sont fait excuser. Parmi les curés « excusés », certains résident très près de Bordeaux comme les curés de Talence ou d’Ambarès, mais la majorité habitent aux marges du diocèse, comme le curé de Coutras ou le groupe des curés « landais » à l’extrémité méridionale du Buch-et-Born42.

  • 43 Terme de vieux français, qui signifie frapper d’une amende, couramment utilisé dans le monde ecclés (...)

47Au synode de printemps 1629, sede vacante, les choses ne s’arrangent pas : 46 excusés, 47 non excusés, soit un taux d’absentéisme de l’ordre de 22 % ! La vacance du siège entre les deux frères Sourdis ne doit pas être étrangère à ce relâchement. Seulement trois abbés sur dix se sont fait excuser, et les excuses d’un, l’abbé de Saint-Romain de Blaye, paraissent des plus douteuses, puisque les vicaires généraux envisagent de le « multer »43, « sauf de faire aparoir de la maladie alléguée ». La nouveauté en 1629, c’est l’absentéisme croissant des chapitres, surtout Saint-Seurin. Il y a donc un relâchement consécutif à la mort du terrible cardinal de Sourdis.

48Cela dit, il y a les absents « structurels » que sont les abbés commendataires, et puis des absents par entêtement ou incompréhension tel ce curé d’Ambarès à deux lieues, absent en 1629, comme il l’était en 1628, et qui se voit durement multé à 20 livres. Les prieurs-curés semblent plus négligents de leurs obligations que les simples curés et en conséquence plus touchés par les amendes.

49Pour lutter contre l’absentéisme, les amendes pleuvent ; et en cas de non paiement, on va jusqu’à la saisie du temporel. Le produit est destiné au vieil hôpital Saint-André et au collège des Irlandais, fondé en 1600, avec un partage par moitié. Au printemps 1628, le seul synode de Bordeaux, regroupant huit archiprêtrés, « rapporte » 227 livres ; un an plus tard, pour les deux synodes de Bordeaux et Blaye (dix archiprêtrés au total), la somme s’élève à 540 livres !

50En toute logique, le montant des amendes est en rapport avec la valeur des bénéfices. Les abbés commendataires, toujours non-résidents, sont les plus frappés : entre 6 livres et 30 livres en 1628, entre 20 livres et 30 livres en 1629. Le plus multé est toujours l’abbé de Sainte-Croix de Bordeaux à 30 livres, mais en fait, comparativement, les vicaires généraux ont la main beaucoup avec les petites abbayes en décadence. Pour le niveau des amendes, les dignitaires capitulaires viennent après les abbés : entre 10 et 20 livres. Pour les curés, l’amende la plus basse est de 3 livres, la plus fréquente de 6 livres.

51Il n’est pas dans notre propos d’analyser la production des actes synodaux, appelés aussi « constitutions synodales » qui ont fait l’objet de travaux antérieurs. Du point de vue pratique, tous ces règlements sont transcrits en son « plumetis » par le secrétaire du synode qui, sous Sourdis, est très probablement l’irremplaçable Bertheau.

  • 44 Archives historique de la Gironde, t. 49. p. 180.

52Notons simplement que c’est dans les trois premières années de son épiscopat que le cardinal de Sourdis déploie en synode la plus grande activité législatrice. La multiplicité des ordonnances et décrets est telle que le secrétaire ne peut pas toujours faire face. En 1604, J. Bertheau explique la perte de nombreux documents de la façon suivante : « le secrétaire de ce temps-là ayant été court à coucher les actions du Prélat qui en ces premières années remuoit tout »44. Par hyperactivité, mais aussi manque d’organisation voire négligence, les pertes sont nombreuses et précoces. Très tôt, Bertheau déplore la perte des actes de Blaye 1602, Saint-Macaire 1606, Bordeaux et Blaye à l’automne 1609. À l’hyperactivité des débuts, succède tout au long du xviie siècle un rythme de croisière.

53Les synodes diocésains sont bien un « outil de travail » hérité du passé et le poids de la tradition s’exprime dans la liste immuable des membres convoqués. A défaut de les faire évoluer dans leur structure, Sourdis les a utilisés comme moyen de réflexion et de gouvernement pour faire pénétrer la Réforme catholique. Vivifiés cependant dans un esprit borroméen, ils sont devenus une des institutions ordinaires du gouvernement diocésain jusqu’en 1789, avec une importance inégale : certains innovent, d’autres répètent.

  • 45 Archives historique de la Gironde, t. 50, p. 304-305. Journal de Bertheau.

54En apparence, ils sont un lieu d’échange et développent une œuvre collective. Les grands vicaires y jouent un rôle non négligeable, tout particulièrement sede vacante et les curés peuvent y présenter des doléances. En fait, la réalité est sensiblement différente. Certes, il y a généralement respect de formes, avec des précautions de vocabulaire pour ménager les susceptibilités, mais l’archevêque est bien le maître du jeu. C’est lui qui prend les décisions essentielles. Dans une conception très hiérarchique du diocèse, les synodes sont presque des chambres d’enregistrement. À l’occasion, ils sont le préambule à des gestes de majesté comme en 1608. À la fin du synode de Blaye, le vicaire général Le Venier ayant entendu dire que les religieux des deux abbayes « ne souffriroient pas sa visite, il leur fait savoir sur le champ qu’il la vouloit faire, à quoi il est reçu sans aucun contredit »45. Il est rare que les participants résistent longtemps à l’archevêque ; par exemple, en 1606, il demande d’élire un syndic diocésain, sans gages (mais frais remboursés) et consulte chaque archiprêtré à part. Le synode de Saint-Macaire accepte, mais celui de Blaye refuse. Finalement, Sourdis obtiendra gain de cause aux synodes suivants.

55Ce serait une erreur d’appréhender ces synodes isolément. Les constitutions synodales s’ajoutent aux procès-verbaux de visite pour constituer l’ensemble de la législation diocésaine (« ordonnances, règlements et décrets »). Les synodes sont donc un élément important dans une construction générale. Les actes synodaux complètent ou explicitent ceux des conciles provinciaux. Il y a une complémentarité avec la législation des conciles de Bordeaux de 1582 et 1628. À titre comparatif, notons que cette complémentarité est également très marquée à Cahors, où Solminihac fait imprimer et distribuer avant son premier synode (1638) les décrets du concile provincial de Bourges de 1584. Ainsi, les synodes apportent donc une pierre, la plus importante peut-être, mais pas la seule, dans une œuvre générale.

56Par ailleurs, en dépit de la solennité et du nombre de participants, les synodes constituent une opportunité de rencontre. Il y a là pour les curés de campagne une des rares occasions d’approcher leur archevêque. Ils le font collectivement dans la séance publique ; ils peuvent le faire à titre privé dans les heures qui suivent. Or, n’oublions pas que le contact épiscopal est un problème majeur et constant du vaste diocèse de Bordeaux, problème qui s’aggravera à la fin de l’Ancien Régime : les curés de campagne se plaindront alors amèrement de l’écran, constitué par les vicaires généraux, affublés du surnom ridicule de « béguinguins ». Ce barrage de la curie épiscopale, tant de fois dénoncé par le bas-clergé, nous rappelle que les synodes, importants rassemblements du clergé diocésain, ne peuvent être qu’un théâtre des vanités dans une société d’Ancien Régime, obnubilée par les préséances.

  • 46 Loupes Philippe, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Éditions de (...)

57Enfin, sur la longue durée, ils constituent un baromètre ou plus exactement un miroir des relations de pouvoir dans le cadre du diocèse. Au xviiie siècle, à une époque où les rapports entre l’archevêque et son chapitre cathédral se sont largement apaisés46, les synodes n’ont plus d’histoire ; ils disparaissent des chroniques.

Notes

1 La formule est du chanoine Grimaud dans son Oraison de François de Sourdis. Jusque dans les années 1630, voire 1650, Bordeaux connaît régulièrement des offensives de la peste. La plus forte est sans doute celle de 1585, « si grande et malicieusen », nous dit le chroniqueur Gaufreteau que le peuple l’a appelée « la grande contagion »

2 D’après le témoignage de Bertheau, « il désiroit passionnément de recevoir les bulles de sa promotion à l’archevêché de Bourdeaux pour se rendre à sa résidence et faire paroistre l’erreur de jugement du monde. Car les uns disoient que le roi le retiendrait à la cour, les autres que comme il avoit été nourri et élevé à la cour, aussi voudroit-il toujours demeurer en cet airs.

3 Peyrous Bernard, La Réforme Catholique à Bordeaux, 1600-1719, Bordeaux, FHSO, t. I, p. 120-124. C’est Bernard Peyrous qui a révélé l’existence de cette correspondance : 22 lettres entre 1600 et 1625, Ces lettres qui tournent autour de la Réforme catholique et témoignent des relations très cordiales entre les deux prélats. Par exemple, en 1604, ne sachant où se loger à Rome, Sourdis demande à Borromée de lui accorder l’hospitalité.

4 Godeau Antoine, La vie de saint Charles Borromée, cardinal du titre de sainte Praxède et archevêque de Milan, Paris, A. Courbe, 1657, chap. XX, De la réforme des Humiliez et de l’assassinat que l’on voulut faire de S. Charles. Sfondatro estima « qu’il ne pouvoit mieux consigner ce sacré dépost qu’entre les mains de celuy qui honorant la mémoire de ce grand sainct, en imitoit la vie, et de ce fait il luy bailla et livra entre ses mains pour honorer son Église » (Bertheau).

5 Gaufreteau Jean (de), Chronique bordelaise, Extrait des Publications de la Société des bibliophiles de Guyenne, éd. J. Delpit, t. II, Bordeaux, Charles Lefebvre, 1878, p. 102.

6 Peyrous Bernard, La Réforme..., op. cit., t. I, p. 124.

7 Loupes Philippe, L’apogée du catholicisme bordelais, 1600-1789, Bordeaux, Mollat, 2001, p. 49.

8 Godeau Antoine, La vie..., op. cit., p. 126

9 Tillier Jean-Claude, Les conciles provinciaux de la province ecclésiastique de Bordeaux au temps de la réforme grégorienne (1073-1100), Paris, BN, 1971, (extrait du Bulletin philologique et historique, 1968, p. 561-581).

10 AD Gironde, G 286, fol. 434. Sur proposition de Clément Molle, chanoine de Saint-Seurin et vicaire général de l’archevêque. Déjà le chapitre Saint-Seurin avait autorisé ses membres à quitter la ville, comme l’avait fait le parlement.

11 Peyrous Bernard, La Réforme... op. cit., p. 48-64. Bernard Peyrous a pu étudier les visites pastorales des années 1614-1618. Certes, ces visites qui correspondent au milieu de l’épiscopat de Fr. de Sourdis entérinent probablement une amorce de rétablissement, mais elles peuvent témoigner en gros de l’état au sortir des guerres de Religion : la situation est catastrophique, tant au point de vue moral qu’au point de vue matériel.

12 Sourdis suscite la publication des actes de 1582 : Decrets du concile prorvincial tenu à Bourdeaux l’an 1582, soubz Reverendissime Père en Dieu, messire Antoine Prévost de Sansac, archevesque de Bourdeaux, primat d’Aquitaine. Approuvez par le S. Siège Apostolique, Poitiers, Antoine Mesnier, 1612.

13 Tillier Jean-Claude, Le premier synode du cardinal François de Sourdis (18 avril 1600), Bordeaux, Bière, 1971 (extrait de la Revue juridique et économique du Sud-Ouest, série juridique, no 3-4, 1970, p. 7).

14 Bellemer Émile (abbé), Histoire de la ville de Blaye depuis les origines, Bordeaux, G. Gounouilhou, 1886 (rééd. 2003).

15 Durant les guerres de religion, les religieux de Cluny établis à Saintes avaient déposé secrètement le chef de saint Eutrope à Bordeaux, ville plus sûre. Le 17 avril, la procession menée par Sourdis, part solennellement de Bordeaux sur deux bateaux. La relique est déposée à l’abbaye Saint-Romain de Blaye et repart le lendemain en direction de Saintes où elle arrive le 21. Voir Bodin Emile, Histoire de Saint-Sauveur de Blaye a à travers les âges, Blaye, Brunette et Simon, 1906, 416 p.

16 En 1606, exceptionnellement, en raison de la peste, le synode dit de Bordeaux est « délocalisé » à Saint-Macaire, près de Langon. Sont convoqués à Saint-Macaire les ecclésiastiques des archiprêtrés du centre-est (Entre-Deux-Mers, Benauge, Cernés) et du sud-ouest (Buchet-Born).

17 Peyrous Bernard, La Réforme... op. cit., p. 1045-1050. Cette liste est susceptible d’être complétée, ponctuellement, mais pas massivement. Par exemple, on peut y ajouter les synodes de 1629.

18 François de Sourdis a œuvré avec deux ou trois vicaires généraux à la fois. Citons Pierre de Cruzeau, chanoine de Saint-Seurin, Jules Salviatti, abbé de Sainte-Croix, Joachim Le Venier, originaire du diocèse de Maillezais, donc appartenant à « l’équipe » familiale des Sourdis, nommé vicaire général en 1607, Pierre de Lurbe, nommé en 1617, Pierre Peyrissac, Jacques Miard, chanoine de Saint-Seurin. En 1608, le très énergique Le Venier profite du synode de Blaye pour imposer sa visite aux abbayes récalcitrantes de Saint-Sauveur et Saint-Romain.

19 Par exemple en 1607, François de Sourdis est appelé à Paris par Henri IV.

20 Par exemple, le synode de 1629 a échappé à Bernard Peyrous.

21 Il est connu pour sa victoire sur les Espagnols à Guétaria en 1638.

22 À Cahors, sont choisis le jeudi et le vendredi de la semaine suivant l’Évangile Ego sum pastor bonus.

23 Loupés Philippe, L’Histoire des Bordelais, Bordeaux, Mollat et FHSO, 2002, chap. 1er : « Le climat bordelais à l’époque moderne ».

24 Id., L’apogée... op. cit., p. 56. La cathédrale Saint-André, qui depuis le Moyen Âge prétend indûment à l’apostolicité, est l’église-mère, l’église matrice, l’église majeure, d’où sa dénomination très courante de Majestat sous l’Ancien Régime.

25 Archives historiques de la Gironde, t. 50, p. 296 (Journal de Bertheau). Décrets pris au synode de Bordeaux des 22 et 23 avril 1608.

26 Jean-Jacques Dusault est bien établi à Bordeaux. Fils de Charles Dusault, avocat au parlement de Bordeaux et d’Agnès Godin, petite-fille d’un chancelier de France et petite-nièce du cardinal Godin, il est chanoine de Saint-André, doyen de Saint-Seurin, évêque de Dax de 1600 à sa mort en 1623. Il est très en cour auprès de Henri IV, de même que Gille de Noailles.

27 AD Gironde, G 1032. Pourtant, quatre jours auparavant, le 10 avril, Sourdis, en conflit avec son propre chapitre cathédral, avait confirmé les privilèges de Saint-Seurin : « Désirons les y maintenir et tenir esgaulx aux doien, chappitre et chanoines de Saint-André ». Sourdis promet « qu’il leur bailheroit acte de son dire par lequel il seroyt escript qu'ilz estoyent des sotz » (14 avril 1603).

28 AD Gironde, G 292.

29 Gaufreteau, Chronique... op. cit., t. II, p. 165-166.

30 AD Gironde, G 1020. Registre de délibérations de Saint-Seurin, 5 mai 1634, procès-verbal.

31 AD Gironde, G 291, fol. 38. Registre capitulaire de Saint-André, printemps 1601.

32 AD Gironde, G 292. Registre des délibérations de Saint-André.

33 AD Gironde, G 487. Procès de Saint-André.

34 AD Gironde, G 292. Registre de délibération de Saint-André, fol. 174.

35 Gaufreteau, Chronique... op. cit., t. II, p. 143-144 : « Pour nous, seule la gloire des obsèques demeure ».

36 Castille signifie querelle, noise, simulacre de combat.

37 Petot Patrick, Alain de Solminihac (1593-1659). De l’abbaye de Chancelade à l’évêché de Cahors. Parcours et portrait d’un prélat réformateur du premier xviie siècle, thèse universitaire, Limoge, 2006, 4 tomes, p. 416-429.

38 Dans son éloge de Solminihac (le dernier de l’ouvrage, no CII), Antoine Godeau fait un récit particulièrement indigné (Godeau, Eloge... op. cit., p. 749).

39 AD Gironde, G 35. Role des clercs devant assister au synode, sede vacante, préparé par L. de La Guyonnie, doyen de Saint-André, 20 octobre 1592 On conserve une liste très voisine pour le synode du 11 avril 1595.
AD Gironde, G 72. Liste des participants au synode du 27 avril 1751, sous Audibert de Lussan.

40 Archives historiques de la Gironde, t. 49, p. 181.

41 François de Sourdis leur imposer la résidence à Bordeaux. Il oblige également les archiprêtres à avoir une maison à Bordeaux pour recevoir les mandements (synode de 1608).

42 Aureilhan, Sanguinet, Mimizan. En 1790, ce pays de Born, appendice méridional et côtier du diocèse de Bordeaux a été rattaché au département des Landes.

43 Terme de vieux français, qui signifie frapper d’une amende, couramment utilisé dans le monde ecclésiastique au xviie siècle. On retrouve le terme en espagnol avec le verbe « multar ».

44 Archives historique de la Gironde, t. 49. p. 180.

45 Archives historique de la Gironde, t. 50, p. 304-305. Journal de Bertheau.

46 Loupes Philippe, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1985, Voir chap. « L’affrontement entre les évêques et les chapitres », p. 343-366.

Auteur

UFR d’Histoire, Université Bordeaux III

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search