Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Pour la « reformation des prestres et la manutention de la discipline ecclésiastique ». Les ordonnances synodales des archevêques de Bourges et des évêques de Limoges (xvie-xviiie siècles)

Jacques Pericard

Texte intégral

1Les ordonnances synodales produites entre le xvie et le xviiie siècle paraissent au premier abord extrêmement stéréotypées et la récurrence des thèmes qu’elles contiennent peut conduire à banaliser ce genre de sources. Il est cependant difficile d’ignorer une législation locale appliquant, voire interprétant, les grandes décisions conciliaires et le droit séculier. Adressé principalement au bas-clergé, étranger aux grands débats doctrinaux, ce droit particulier offre un éclairage essentiel sur la société dans laquelle évoluent les prêtres ruraux dont le mode de vie diffère peu de celui des fidèles qu’ils sont censés encadrer.

  • 1 Cette contribution est l’occasion de mettre à jour Le répertoire des statuts synodaux des diocèses (...)
  • 2 Extrait tiré du préambule des ordonnances de 1643 de Pierre d’Hardivilliers, Bourges, Bibliothèque (...)

2Nous avons porté notre attention sur les ordonnances des archevêques de Bourges depuis les premières années du xvie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle et, à titre de comparaison, sur celles de leurs suffragants, les évêques de Limoges. L’ensemble représente sur la période un corpus conséquent1. Au sein de diocèses immenses – chacun comportant plus de 800 paroisses sous l’Ancien Régime – la difficulté à galvaniser l’ensemble des prêtres justifie l’inévitable redondance des prescriptions synodales, adressées à un clergé toujours trop peu instruit, auquel il faut constamment rappeler ses missions les plus élémentaires. L’extrait fort peu poétique cité dans notre titre signale d’ailleurs le but premier des ordonnances synodales2. Dans cette modeste contribution, nous n’envisageons pas de revenir sur le détail des thèmes retenus dans les documents produits à Bourges et à Limoges. Il nous paraît en revanche essentiel de rappeler tout d’abord le contexte dans lequel fut produit ce droit synodal, fréquemment renouvelé dans les deux diocèses. Il faut ensuite souligner ses particularités qui résident essentiellement dans la méthode de compilation et la nature des sources employées.

I. Contexte de production de la législation synodale en Berry et Limousin

  • 3 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, Ordonnances synodales du 9 mai 1680, cha (...)

3Le synode donne l’occasion de publier une série d’ordonnances dont la régularité dépend du dynamisme des évêques, de leur implication dans le diocèse et de leur présence sur le terrain. Comme partout ailleurs, le synode se tient en général une quinzaine de jours avant Pâques ou quelques jours avant la Toussaint. Une ordonnance donnée en 1680 à Bourges précise que le synode aura désormais lieu le 18 octobre, jour de la saint Luc : les prêtres sont alors vivement incités à se rendre au séminaire pour reprendre « L’Esprit ecclésiastique, & faire une revueë sérieuse sur leurs Obligations et sur leur vie », séminaire exceptionnellement ouvert du 10 au 27 octobre. L’espoir est donc de s’assurer de la pleine disposition mentale des prêtres et de démultiplier l’impact moral du synode, tenu en milieu de séjour3.

  • 4 J.-Y. Ribault, « Crises et réformes (xve-xvie siècles) », dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bo (...)
  • 5 II fait en effet restaurer la cathédrale, en particulier la tour située au nord et la salle de l’of (...)
  • 6 Sur le passage de Calvin à Bourges, D. Crouzet, Jean Calvin. Vies parallèles, Paris, 2000, p. 75-76 (...)
  • 7 J. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, t. 33, col. 1141 et suivantes. Voir L. (...)
  • 8 Édition donnée par A. Leroux, Documents historiques concernant principalement la Marche et le Limou (...)
  • 9 A. Artonne et alii, op. cit., p. 276, mentionnant l’unique manuscrit des Statuta sinodalia dioecesi (...)

4Du xvie au xviiie siècle, la production est très variable, au gré des problèmes rencontrés à résoudre et du contexte politique. À Bourges, la première série d’ordonnances connue est l’œuvre du cardinal Antoine Bohier (1515-1519), composée en 1516 selon un plan méthodique : en 22 titres divisés en 70 articles, il estime nécessaire, en début de pontificat, de rappeler des préceptes essentiels du dogme catholique, agrémentés de considérations très matérielles touchant à l’entretien des églises. Le diocèse a connu auparavant des pontificats laborieux et le niveau du clergé est manifestement déplorable4. Antoine Bohier est par ailleurs présenté comme un archevêque vertueux, voulant faire résidence, bon administrateur, engageant des travaux importants pour la cathédrale au moment d’ailleurs où Bourges connaît un renouveau architectural général5. Mais il faut aussi se souvenir qu’au début de xvie siècle, cette ville profite également d’une effervescence intellectuelle certaine. L’Université de Bourges, créée en 1463, attire des intellectuels de toute l’Europe. Quand bien même le Berry souffre de l’éloignement des grands axes de communication, il est un terrain propice au développement des nouvelles idées et l’influence de la duchesse de Berry, Marguerite de Navarre, accélère ce renouveau durant le premier tiers du xvie siècle. L’humanisme juridique prospère à Bourges grâce à Alciat, Doneau et bien sûr Cujas. Quelques années plus tard, c’est aussi à Bourges que Calvin entre 1529 et 1531 vient écouter Melchior Wolmar qui fut lui-même étudiant à l’Université berruyère6. Dans ce contexte, avant la réaction de Trente, une réforme est entamée à Bourges. En 1528, l’archevêque François de Tournon (1526-1536) réunit un concile provincial dans le but de combattre les idées de Luther7. Le même effort est fourni à Limoges grâce à Philippe de Montmorency (1517-1519), autre évêque bâtisseur qui entreprend en outre la réforme de son diocèse comme en témoigne les statuts synodaux de 1519 détaillés en 33 importants chapitres dans lesquels il est question tant de la discipline des clercs, du respect des sacrements, que de la tenue des églises8 ; ce texte fut complété en 1533 par les statuts de Jean de Langeac (1533-1541), associant également renouveau architectural et réforme cléricale9.

  • 10 Sur Jacques Le Roy, L. de Raynal, Histoire du Berry, t. 3, p. 330 et suivantes. Sur les guerres de (...)
  • 11 La prédication protestante est forte en Berry, en particulier à Bourges, Aubigny-sur-Nère, Issoudun (...)
  • 12 À titre d’exemple, N. Jacques-Chaquin, M. Préaud (dir.), Les Sorciers du Carroi de Marlou. Un procè (...)
  • 13 Sur le concile de 1584, nous renvoyons à la contribution de Clément Meunier dans ce même volume.
  • 14 BM Bourges, BY 15497, p. 6-7 : « Et pour le regard de ceux qui prendront provision de leurs bénéfic (...)
  • 15 F. Michaud, art. cit., p. 189 ; L. de Raynal, op. cit., t. 4, 1847, p. 157 et suivantes. Sur son im (...)

5Ce « premier jet » au début du xvie siècle est exemplaire. Les ordonnances d’Antoine Bohier sont reprises opportunément en 1541 par l’archevêque Jacques Le Roy (1537-1572), au début d’un pontificat marqué par des affrontements chroniques entre catholiques et protestants qui conduisent au saccage de la ville de Bourges en 1562 puis en 157210. Il faut attendre une quarantaine d’années pour connaître une nouvelle série d’ordonnances à l’initiative de Renaud de Beaune (1581-1602). Voulant appliquer la législation de Trente, l’archevêque doit cependant composer avec une situation urgente à traiter : les luttes toujours violentes entre catholiques et protestants. La Réforme s’épanouit sur les terres berrichonnes où se constituent plusieurs bastions dont on fait le siège11. Le pontificat de Renaud est d’autre part parsemé d’embûches : peste et famine sévissent à la fin du xvie siècle. Par ailleurs, sur ce terreau favorable, la sorcellerie se répand largement, comme en témoignent plusieurs affaires12. Dans ce contexte pénible, Renaud de Beaune convoque un concile provincial en 1582 qui ne se tient finalement à Bourges qu’en septembre 1584 ; évidemment, les 46 canons publiés abordent principalement les questions de dogme et d’hérésie13. La même année, l’archevêque publie une série d’ordonnances synodales reprenant strictement les prescriptions conciliaires. Une seconde série d’ordonnances publiées en 1588, à l’occasion du synode local, se concentre sur un problème récurrent : l’obligation de résidence pour les détenteurs de bénéfices ecclésiastiques ayant charge d’âmes. En écho à la remise en question du régime bénéficiai, Renaud précise que les bénéfices obtenus « en Court de Rome », n’ont de valeur que s’ils sont reconnus par l’archevêque14 ; le synode est d’ailleurs, précise-t-il, l’occasion de vérifier la régularité des bénéfices. Face à l’adversité, la tâche de l’archevêque n’est pas simple dans un diocèse divisé entre Ligue et Réforme. Soutenant Henri III, Renaud de Beaune doit fuir en 1589 devant les ligueurs qui envahissent Bourges et se réfugie à Sancerre, ville acquise aux royaux. Il faut attendre quelques années pour que « beaucoup de Berrichons finissent par comprendre les efforts de leur archevêque pour décider Henri de Navarre à abjurer du protestantisme » en 159315.

  • 16 Voir infra.
  • 17 J.-Y. Ribault dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 114-115.

6Le Berry s’extrait du xvie siècle ravagé. Les guerres de religion l’ont profondément divisé et entraîné notamment l’abaissement moral et intellectuel du clergé. Dans un diocèse immense et enclavé, l’épiscopat doit pallier le manque de formation des prêtres. Le même problème survient en Limousin. Si la législation conciliaire de 1584 y est bien reçue16, les troubles qui agitent également cette région, la compromission de l’évêque Henri de la Marthonnie (1587-1618) avec la Ligue, repoussent l’avènement d’une véritable réforme catholique. À Bourges comme à Limoges, celle-ci n’intervient franchement qu’au xviie siècle. Elle s’apprécie au travers le nombre croissant d’ordonnances et l’engagement de leurs auteurs. Il est en effet remarquable que les archevêques et évêques qui ont produit le plus d’ordonnances sont aussi ceux qui ont organisé des visites pastorales d’envergure, menées parfois personnellement. Nos sources révèlent alors le rapport existant entre réalité du terrain et production d’un droit local adapté. C’est parce que l’archevêque de Bourges André Frémyot (1602-1621), au terme de plusieurs visites, trouve le diocèse dans un état déplorable qu’il décide une réforme indispensable, évoquée dans ses ordonnances synodales de 1608 réparties en 70 titres. Conscient des limites de son clergé, il publie en complément un manuel sacerdotal et veille durant son pontificat au développement des congrégations religieuses au sein de son diocèse17.

  • 18 Éléments biographiques donnés par J. Jenny, « Le testament de Pierre d’Hardivilliers, archevêque de (...)
  • 19 Nous reprenons à J. Jenny, art. cit., p. 39, le témoignage de l’archidiacre Boisseau dans une lettr (...)
  • 20 Ordonnances de 1643, BM Bourges, BY 2895, dénonçant, entre autres, la non résidence des prêtres, le (...)
  • 21 Séminaire remis ensuite par l’un de ses successeurs, Phélypeaux de la Vrillière, aux mains des Sulp (...)

7Ancien recteur de l’Université de Paris, Pierre d’Hardivilliers (1639-1649) arrive à Bourges avec pour modèles Borromée et Bourdoise18. Les visites pastorales lui révèlent cependant l’écart existant entre ses exigences et le niveau du clergé rural19. Dans un sentiment mêlé de « terreur et de courage »20, il s’attelle toutefois à combattre les travers dans lesquels tombent régulièrement les prêtres du diocèse. Tous ces errements sont dénoncés dans les différentes séries d’ordonnances synodales publiées entre 1643 et 1645. En fondant en 1644 un séminaire à Bourges, il espère sans doute y remédier en partie21.

  • 22 J.-Y. Ribault dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 116-117. Constatant les lacunes du (...)
  • 23 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, 1676. Il ne faut pas oublier les ordonna (...)
  • 24 Archives départementales du Cher (désormais AD Cher), 2 G 12. Édite par J. Jenny, « Le mémoire des (...)
  • 25 Dans le préambule des ordonnances de 1680, il fait allusion à des ordonnances qu’il aurait déjà pro (...)
  • 26 Seule une aile de ce bâtiment fut construite ; la famille ayant réclamé au roi une lettre de cachet (...)

8Le même souci anime Anne de Lévis de Ventadour (1649-1662), défenseur de l’Église gallicane, qui au travers cinq séries d’ordonnances publiées entre 1652 et 1662 et de lettres pastorales également produites à l’occasion des synodes, insiste à son tour sur les questions de discipline ecclésiastique22. L’archevêque Michel Poncet (1675-1677) précise dans ses ordonnances d’avril 1676, alors qu’il vient de gagner son siège de Bourges, qu’il n’a pas encore pu procéder aux visites mais juge nécessaire d’endiguer l’indiscipline ambiante : « Nous ne pouvons différer de remedier, pour en empêcher le progrez, & à cette fin Nous avons fiait les présentes Ordonnances, en attendant que Nous puissions en faire de plus amples, selon les besoins que Nous aurons reconnu dans le Cours de nos Visites »23 ; il rien a pas le temps puisqu’il décède l’année suivante. En revanche, son successeur Michel Phélypeaux de la Vrillière (1677-1694) nous a laissé un mémoire de visite effectué en 168324. Il est le résultat de tournées méthodiques débutées en 1680, à l’aide de clercs le devançant, dressant un état du diocèse et l’informant des pratiques du clergé et des fidèles. Les trois séries d’ordonnances synodales publiées entre 1680 et 1685 se bornent à rappeler les préceptes de base de la vie cléricale25. La réforme si souvent souhaitée est accompagnée d’une politique de grands travaux : la rénovation du séminaire, la conception des jardins de Turly au pied de la cathédrale et le projet de construction d’un somptueux palais archiépiscopal26.

  • 27 L. Perouas, « L’activité pastorale des évêques de Limoges aux xviie et xviiie siècles dans les camp (...)
  • 28 Sur cette législation limousine, L. Perouas, « Deux statuts synodaux de Limoges en l’espace de cent (...)
  • 29 Voir infi-a.

9En Limousin, un climat également plus favorable s’instaure sous les pontificats de Raymond de la Marthonnie (1618-1627) et de François de La Fayette (1627-1676)27. Onze séries d’ordonnances sont publiées, la majorité au-delà des années 167028. L’effort est maintenu jusqu’à la fin du xviie siècle grâce à deux évêques : Louis de Lascaris d’Urfé (1676-1695) et François de Carbonnel de Canisy (1695 1706), compilant leurs ordonnances et celles de leur prédécesseurs sous forme de recueils29.

  • 30 Dynamisme qui contraste avec l’absence totale, à notre connaissance, d’ordonnances sous des pontifi (...)
  • 31 Toutes ces ordonnances sont assemblées en un recueil étudié dans notre seconde partie.
  • 32 Cl. Laude-Faucher, Les visites pastorales de Mgr de La Rochefoucauld dans le diocèse de Bourges au (...)
  • 33 Il produit notamment un nouveau rituel et un manuel diocésain en 1746, un livre d’église à l’usage (...)

10Nos sources se tarissent ensuite : en Limousin, si le xviie siècle est le siècle des évêques-législateurs, le xviiie siècle est celui des évêques-administrateurs. Après celles de Lascaris et Carbonnel, nous ne connaissons que deux séries d’ordonnances que l’on doit à Antoine de Charpin de Gennetines (1706-1729) en 1709 et 1711. L’institution synodale semble en déroute. À l’inverse, le nombre d’ordonnances en Berry augmente considérablement. Dix-sept séries d’ordonnances sont aujourd’hui répertoriées pour le xviiie siècle30, œuvres de deux archevêques : Frédéric Jérôme de Roye de la Rochefoucauld (1729-1757) et Georges-Louis Phélypeaux d’Herbault (1757-1787). Le premier cité publie très régulièrement ses ordonnances, parfois deux fois par an au rythme des synodes. Nous constatons toutefois une concentration chronologique étonnante de ses publications, pour un pontificat de presque trente ans31. Concentrées entre 1738 et 1744, elles semblent résulter de visites réalisées en personne par l’archevêque entre 1732 à 1740, menées méthodiquement archiprêtré par archiprêtré au rythme de deux paroisses par jour en moyenne, et consignées dans un journal divisé en trois importants volumes in-folio32. Ses ordonnances sont donc nourries d’une expérience concomitante de terrain perceptible, par exemple, à la lecture des ordonnances de 1740 relatives à l’état des églises et du mobilier liturgique. L’absence d’ordonnances au-delà de 1744 s’explique vraisemblablement par l’accroissement des responsabilités religieuses politiques et administratives de la Rochefoucauld. Nommé en 1745 ambassadeur à Rome auprès de Benoît XIV, abbé de Cluny à partir de 1747, cardinal la même année, Grand Aumônier de France en 1755, l’archevêque est désormais éloigné de son diocèse. Son importante œuvre littéraire et liturgique devait toutefois compléter ses ordonnances synodales et guider clercs et laïcs33.

  • 34 L. de Raynal, op. cit., t. 4, p. 458 et suivantes.
  • 35 À la décharge des prêtres faibles, certaines ordonnances peuvent paraître confuses. La Rochefoucaul (...)
  • 36 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, lettre distribuée au synode du 17 avril (...)

11Son successeur, Georges-Louis Phélypeaux d’Herbault, s’inquiète à son tour dans ses ordonnances de la résidence des prêtres, de leur mode de vie et de la réalisation de leur mission34. Les problèmes restent malheureusement les mêmes et les injonctions deviennent banales35. L’archevêque recourt cependant à un moyen original de stimuler intellectuellement les prêtres de son diocèse, en dehors des courts séjours au séminaire. Il est ainsi décidé au synode d’avril 1766 d’accorder chaque année une récompense aux prêtres « qui composeront le mieux sur le sujet que Monseigneur l’archevêque aura déterminé ». Le prix décerné à deux lauréats par an est en fait constitué de livres afin d’entretenir et de parfaire la culture du clergé. Les prêtres hors de Bourges, n’ayant pas accès aux bibliothèques de la capitale, sont explicitement visés par ce concours36. Les sources ne permettent malheureusement pas d’apprécier les fruits de cette démarche originale.

12Ce dernier exemple montre en tout cas que les évêques ne ménagent pas leur peine pour élever par tous les moyens possible le niveau de leur clergé. Parallèlement, leurs efforts pour conférer au droit synodal une autorité incontestable sont remarquables. La méthode de compilation comme le choix des sources méritent ici d’être soulignés.

II. « Donner un corps de reglemens ». Méthode et sources employées pour le droit synodal

  • 37 Remarque faite par L. Perouas, « Deux statuts synodaux de Limoges en l’espace de cent ans : 1519-16 (...)
  • 38 Soit celles de 1619, 1629 (les plus volumineuses), 1673 et 1678. En 1678, il avoue avoir cru taire (...)
  • 39 A. Artonne et alii, Répertoire, p. 278, mentionnant des exemplaires dans les bibliothèques de Besan (...)

13En Berry comme en Limousin, les ordonnances du xvie siècle témoignent d’une volonté de traiter de manière universelle un grand nombre de domaines, depuis l’habit du prêtre jusqu’aux détails liturgiques. Il en résulte des textes assez longs, répartis en chapitres et articles sans véritable ordre thématique37. À la fin du xviie siècle, la méthode change avec l’apparition de recueils d’ordonnances établis et complétés régulièrement. À Limoges, l’évêque François de la Fayette présente en 1629 une édition revue et augmentée des ordonnances antérieures de ses prédécesseurs. L’expérience est renouvelée par Louis de Lascaris d’Urfé qui publie en 1683 toutes les ordonnances synodales du xviie siècle, n’ignorant cependant pas les circonstances exigeant de nouvelles réponses38. Son successeur François de Carbonnel de Canisy procède de même en 1703 en rassemblant, outre ses propres ordonnances produites à partir de 1695, celles de ses prédécesseurs depuis 1619. Cette œuvre, établie selon un ordre chronologique, assortie d’une table des matières indiquant la date, l’auteur des ordonnances et la nature des thèmes abordés, fut d’ailleurs largement diffusée au-delà des limites du Limousin39.

  • 40 AD Haute-Vienne, I H 5, p. 189.
  • 41 Ibid., p. 240, relayant « la remontrance qu’on Nous a faite de la nécessité qu’il y avait présentem (...)

14Face à la récurrence des problèmes, les anciennes ordonnances synodales qui ont exploré tous les facettes possibles de la vie cléricale – et surtout ses travers – constituent une tradition locale bénéficiant d’une autorité renforcée par les rééditions successives. Ainsi, Louis de Lascaris d’Urfé juge nécessaire d’imprimer de nouveau ces textes, de les mettre à jour et de les rassembler en un recueil unique : « C’est pourquoi Nous n’avons pas crû depuis notre entrée à l’Episcopat, qu’il fût nécessaire de faire beaucoup d’Ordonnances, mais nous avons jugé qu’il étoit plus à propos de confirmer, de renouvelles & de mettre à exécution celles qui avoient été si saintement faites par ceux qui nous ont devancé ». Les visites pastorales l’on convaincu que les problèmes de son clergé « ne viennent pas tant du défaut d’Ordonnances, que de l’inexécution de quelques-unes, & de la négligence qu’on a eue à les bien observer ». Enfin il précise qu’il a « revu et examiné les susdits Statuts Synodaux ; & au lieu d’y rien ajouter, Nous les avons abrégez dans les endroits qui paroissoient un peu trop étendus, retranché ce que Nous avons crû n’être pas nécessaire »40. En préambule de son recueil de 1703, François de Carbonnel de Canisy fait le même constat, puisque « il y a quelques personnes qui se sont vainement persuadées que ces saints Réglemens n’étoient plus en vigueur depuis le decez de nos Prédécesseurs quoy qu’ils ayent été faits dans les Assemblées Synodales par forme de Statuts ». Il pose par ailleurs la question de la connaissance même des ordonnances synodales et des statuts synodaux et affirme répondre à la demande exprimée par une partie de son clergé de réimprimer les anciens statuts. Enfin, il ajoute qu’une nouvelle compilation est nécessaire depuis le recueil composé par son prédécesseur une vingtaine d’années auparavant, afin de joindre ensemble les ordonnances synodales produites depuis la mise à jour de 1683 et imprimées jusque là uniquement sur des « feuilles volantes »41.

15À Bourges, La Rochefoucauld compile en 1744 ses propres ordonnances synodales publiées depuis 1738. Les ordonnances sont classées chronologiquement mais également thématiquement : chaque série d’ordonnances aborde un thème particulier qui n’est jamais repris ensuite. Afin d’éviter une redondance certaine, il a constitué son recueil en sélectionnant seulement quelques ordonnances ? Ses publications annuelles très régulières – parfois deux fois par an, au rythme des synodes – nous permettent de connaître la quasi-totalité de sa production et montrent que l’archevêque a plutôt suivi un programme, fruit des visites pastorales menées en personne. Son préambule nous éclaire d’ailleurs sur la méthode adoptée : « afin de les [les ordonnances] rendre plus utiles, et d’en faciliter l’intelligence et la pratique, nous avons cru devoir les ranger par ordre de matiere et vous les proposer successivement dans chaque synode, nous reservant à en former dans la suite un receüil exact et complet ». Nous pouvons en effet apprécier au sein de chacune de ses séries d’ordonnances, sa méthode et son esprit de synthèse : il commence par introduire de façon générale le thème, prescrivant ou interdisant telle ou telle conduite, puis justifie ses injonctions en citant largement les textes appropriés, ayant recherché « avec soin les anciens reglemens de ce diocèse pour en prendre l’esprit et y conformer [ses] ordonnances ».

  • 42 Comme le fait à Limoges Raymond de la Marthonnie, repris dans le recueil de 1703, AD Haute-Vienne, (...)
  • 43 Recueil de 1703, AD Haute-Vienne, I H 5, p. 200. Il publie également une ordonnance signalant « que (...)
  • 44 II précise en effet en préambule d’un Rituel qu’il publia par ailleurs (AD Cher, 8° 351, p. V) : « (...)
  • 45 Il l’exprime dans le préambule de son recueil : « donner un corps de reglemens en y rappellant les (...)
  • 46 Pour les statuts de Raoul, Monumenta Germaniae Historien (MGH), Capitula episcoporum, P. Brommer(...)
  • 47 Les dépôts d’archives ayant malheureusement subi plusieurs incendies. Les statuts épiscopaux de Rao (...)
  • 48 Sur l’existence de ce concile, seulement cité par Adhémar de Chabannes, voir en dernier lieu Z. Rom (...)
  • 49 Les canons des conciles d’Albi (1254) et de Bourges (1276, 1286, 1336) sont en effet fréquemment ci (...)

16Ces « anciens reglemens » retiennent l’attention. Nous l’avons vu, les prélats font fréquemment référence aux ordonnances antérieures, complétant la législation tridentine42, les ordonnances royales de Blois et d’Orléans par exemple et les canons des conciles provinciaux, l’évêque de Limoges Louis de Lascaris d’Urfé citant en 1678 « le Decret du Concile provincial [de 1584] qui sert de Loy dans ce diocese »43. La Rochefoucauld fait également référence au concile provincial de 1584 qui trouve naturellement sa place au sein d’un corpus complété d’allusions aux « loix du royauroyaume »44. Il se distingue cependant en exprimant nettement sa volonté de puiser « aux fons qui nous sont propres »45 tirant des ordonnances anciennes, les chapitres utiles à la justification de ses propres injonctions. Il cite certes de façon classique des passages d’ordonnances des xvie, xviie et xviiie siècles – certaines sont inconnues par ailleurs – mais recourt aussi aux canons conciliaires médiévaux, remontant jusqu’à l’époque mérovingienne : mais seuls les canons des conciles auxquels ont participé les évêques de Bourges sont retenus ! Nous retrouvons ainsi des passages des conciles de Clermont (535) et d’Orléans (549). Les extraits cités, très sommaires et par ailleurs simplifiés, qu’il s’agisse par exemple du célibat des prêtres ou de leur discipline, n’ont d’autre intérêt que d’avoir été produits lors de conciles présidés par des évêques berruyers. Deux textes carolingiens prennent également place au sein de cette compilation : les statuts épiscopaux de Raoul de Bourges († 866) et la lettre pastorale de Vulfade, son successeur († 876). Sources normatives majeures pour le haut Moyen Âge, les éditeurs de ces textes n’ont pas eu connaissance de cette version certes très tardive46. Mais si nous la comparons aux copies plus nombreuses des ixe, xe et xie siècles, nous constatons une grande fidélité du texte qui nous assure de la qualité de la source utilisée par La Rochefoucauld et prouve qu’il existait auparavant à Bourges une bibliothèque plus importante que ce que suggèrent les inventaires : aujourd’hui, nulle trace de ces textes carolingiens dans les fonds d’archives berruyers47. La Rochefoucauld nourrit également ses ordonnances de canons des conciles de Bourges de 1031 – certes douteux48 – de Clermont de 1095, ainsi que ceux tirés d’une série de conciles tenus aux xiiie et xive siècles principalement à Bourges et Albi49. Le point commun de tous ces conciles étant, bien évidemment, la présence d’un archevêque de Bourges. L’ensemble composé par La Rochefoucauld donne l’impression d’une longue tradition normative et donne l’espoir à l’archevêque de doter son recueil d’une plus grande autorité. L’œuvre de mémoire est en tout cas remarquable et précieuse.

  • 50 À titre de comparaison, les statuts synodaux de l’archevêque Jean Cœur de 1451, manuscrits, ne nous (...)
  • 51 J. J-Y. Ribault, dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 97.
  • 52 Paroisse divisée entre les communes de La Celle et Bruère-Allichamps (dépt. Cher, c. St-Amand-Montr (...)
  • 53 Dépt. Creuse, c. Bénévent-L’Abbaye.
  • 54 Ordonnance de Lascaris d’Urfé de 1673 (AD Haute-Vienne, I H 5, p. 187).
  • 55 En 1643, l’archevêque de Bourges intime l’ordre « à tous curez de publier ou de faire publier par t (...)
  • 56 La Rochefoucauld attache une importance particulière au rôle de ses subordonnés dans une ordonnance (...)
  • 57 La proximité qu’entretiennent les prêtres avec leurs paroissiens doit leur permettre d’exercer une (...)
  • 58 À titre d’exemple, M. Malin, La criminalité ecclésiastique dans l’archidiaconé de Bourges de 1650 à (...)

17Pour conclure, il est permis, étant donné la récurrence des problèmes, de s’interroger sur l’efficacité des ordonnances synodales. En 1516, Antoine Bohier fut le premier archevêque de Bourges à faire imprimer ses ordonnances, leur assurant ainsi une meilleure diffusion50. Il exigeait d’ailleurs de ses prêtres d’en acquérir une copie. Cependant quatre ans plus tard, deux clercs de la paroisse de Lignières sont traduits devant l’officialité pour avoir servi de notaires, ce qu’interdisaient les ordonnances de 1516 ; les contrevenants se défendirent en prétextant qu’ils n’avaient pu acquérir les statuts51. Les copies des ordonnances des xviie et xviiie siècles sont moins rares comme en témoignent les fonds d’archives départementaux. Les ex-libris laissés par les prêtres signalent que les recueils d’ordonnances de la Rochefoucauld en Berry et de Carbonnel de Canisy en Limousin étaient respectivement connus dans les paroisses de La Celle-Bruère52 ou de Marsac53 par exemple. Le format réduit des recueils – in-8° ou in-16 – devaient susciter une utilisation courante. Les prêtres étaient chargés de porter à la connaissance des laïcs le contenu des nouvelles ordonnances54, devaient les lire et les publier trois dimanches de suite55. Les archidiacres – « les yeux de l’évêque » selon La Rochefoucauld en 1739 – archiprêtres et vice-archiprêtres56 étaient également tenus de divulguer les ordonnances et de veiller à leur respect57. Toutefois, l’importance de la criminalité cléricale laisse craindre la persistance de l’indiscipline au sein de territoires diocésains difficiles à maîtriser58.

Annexes

Annexe

Sont ici réunies les ordonnances synodales du diocèse de Bourges non signalées par A. Artonne, L. Guizard, O. Pontal, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France du xiiie à la fin du xviiie siècle, Paris, 1969, p. 149-153. Nous avons respecté la forme retenue par les auteurs du Répertoire. Sont en outre reprises ici des ordonnances déjà citées dans le Répertoire (signalées par un astérisque) mais complétées de références supplémentaires.

1588 – Renaud Debeaume
Articles synodaux ordonnez au synode tenu... le jeudy après Quasimodo, l’an mil cinq cents quatre vingts & huit. Bourges, Nicolas Levez, 1588, 12 p., in-8°.
BM Bourges, BY 15497.

1643, 16 avril – Pierre viii Dehardivilliers.
Ordonnances synodales... lues, publiées et enregistrées... au premier synode tenu par mondit Seigneur, le premier Jeudy d’après le Dimanche de Quasimodo, 16 avril 1643. Bourges, Jacques Levez, 1643, 16 pages, in-4°.
BM Bourges, BY 2895
Ind. et part. éd. : Statuts de 1738.

1644 – Pierre viii Dehardivilliers.
Ind. : Ordonnances de 1676.

*1654, 22 octobre – Anne de Lévis de Ventadour.
Une grande feuille.
BM Le Mans, Cat. Jur., p. 180, n° 1478.
Ind. : ordonnances de 1676.

1657 – Anne de Lévis de Ventadour.
Ind. : ordonnances de 1676.

1659, 23 avril – Anne de Lévis de Ventadour.
Lettre pastorale... donnée à Bourges en notre synode.
Bourges, Jean Chaudière, 1676, 17 p., in-4°.
Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841.

1662, 25 mai – Anne de Lévis de Ventadour.
Ind. : Ordonnances de 1739.

*1676, 2 avril – Michel Poncet.
Ordonnances synodales de Michel Poncet... publiées au synode de Quasimodo.
Bourges, Jean Toubeau, 1676, 4 p., in-8°.
Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841.
BM Le Mans, Cat. Jur., p. 180, n° 1478.
Ind. et part. éd. : Statuts de 1738, p. 9.

*1680, 9 mai – Michel iii Phelypeaux de Lavrillière.
Ordonnances synodales... fait, lu et publié au synode, tenue le neuvième de may 1680, 8 p., in-4°. Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841.
Ind. et part. éd. : Statuts de 1738, passim. Ind. : Lelong, Bibl. hist., t. I, p. 422, n° 6409.

*1739, 22 octobre – Frédéric Jérosme de Roye de La Rochefoucauld.
Ordonnances synodales de Mgr. F. J. de Roye de la Rochefoucauld.
Bourges, Vve J. Boyer, 1739, in-4°.
Bourges, AD Cher, 8° 351 ; BM Bourges, BY 2892 ; Bourges, Bibl. archevêché, Mandements, circulaires, ordonnances du diocèse de Bourges, 1739-1873 ; Paris,
BNE B 2272 et B 2745.

*1740, 5 mai – Frédéric Jérosme de Roye de La Rochefoucauld.
Ordonnances synodales de Mgr. F. J. de Roye de la Rochefoucauld.
Bourges, Vve Boyer, 1740, in-4°. Bourges, AD Cher, 8° 351 ; Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841 ; Paris, BNE B 2272 et B 2745.

*1741, 20 avril. – Frédéric Jérosme de Roye de La Rochefoucauld.
Ordonnances synodales de Mgr. F. J. de Roye de la Rochefoucauld.
Bourges, Vve J. Boyer, 1741, in-4°.
Bourges, AD Cher, 8° 351 ; BM Bourges, BY 3065 ; Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841 ; Paris, BNF., B 2272 et B 2745.

1764, 5 septembre – Georges-Louis Phelypeaux d’Herbault.
Ordonnances synodales... lues et publiées au synode tenu le 5 septembre1764.
Bourges, Vve Jacques Boyer, 3 p., in-4°.
Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841.
Ind. : ordonnances de 1770.

1765, 9 mai – Georges-Louis Phelypeaux d’Herbault.
Ordonnances synodales... lues et publiées au synode tenu le 9 mai1765.
Bourges, Vve Jacques Boyer, 4 p., in-4°.
BM Bourges, B Y 22551-10.

1768, 21 avril – Georges-Louis Phelypeaux d’Herbault.
Ind. : Ordonnances de 1770.

1770, 3 mai – Georges-Louis Phelypeaux d’Herbault.
Ordonnances synodales... lues et publiées au synode tenu le 3 mai 1770
Bourges, Vve Jacques Boyer, 2 p., in-4°.
Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841 ; BM, BY 22551-8.

1771, 18 avril – Georges-Louis Phelypeaux d’Herbault
Ordonnances synodales... lues et publiées au synode tenu le 18 avril 1771
Bourges, Vve Jacques Boyer, 4 p., in-4°.
BM Bourges, BY 22551-9.

Notes

1 Cette contribution est l’occasion de mettre à jour Le répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France du xiiie à la fin du xviiie siècle, dressé par A. Artonne, L. Guizard, O. Pontal, Paris, 1969. Dans le cas du Berry nous avons ainsi répertorié 36 séries d’ordonnances, alors que jusqu’ici 25 étaient comptabilisées dans le répertoire. Nous avons placé en annexe ces ordonnances supplémentaires. Pour Limoges, 16 séries d’ordonnances sont portées à notre connaissance. Précisons qu’il est rarement question dans nos sources de statuts synodaux, sauf à Limoges jusqu’au début du xviie siècle. Dans tous les autres cas, il s’agit d’ordonnances synodales ou de Constitutiones Synodales pour celles écrites en latin au début du xvie siècle. Quoi qu’il en soit, rien ne semble distinguer les ordonnances des statuts, ces derniers résultant de la même façon de la volonté du prélat. Dans notre corpus, les évêques eux-mêmes ne semblent guère faire de distinction entre ordonnances et statuts synodaux, qu’ils évoquent indifféremment pour désigner l’œuvre de leurs prédécesseurs.

2 Extrait tiré du préambule des ordonnances de 1643 de Pierre d’Hardivilliers, Bourges, Bibliothèque municipale (désormais BM), BY 2895.

3 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, Ordonnances synodales du 9 mai 1680, chapitre 15 : « Et parce que les exercices du Séminaires finiront le 15 du mois d’août pour ne recommencer que le 5 de Novembre, Nous exhortons tous les Curés, afin de reprendre l’Esprit Ecclésiastique, &faire une revueë sérieuse sur leurs Obligations & et sur leur vie, de venir faire retraite au Séminaire, qui sera ouvert pour ce sujet depuis le 10 d’Octobre jusqu’au 27 dudit Mois, en sorte qu’une partie de nos Curés puissent s’appliquer à ces saints Exercices huit jours avant le Synode, & huit jours aprez. Pour cela, & pour plusieurs bonnes considérations, Nous avons fixé à l’avenir la Tenue de nos Synodes, sçavoir, celuy de Pâques, au jeudy de la semaine de Quasimodo : Et celuy d’Octobre, au 18 du même mois [soit la saint Luc] ».

4 J.-Y. Ribault, « Crises et réformes (xve-xvie siècles) », dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, Paris, 1973, p. 74 et suivantes.

5 II fait en effet restaurer la cathédrale, en particulier la tour située au nord et la salle de l’officialité, appelée également salle du synode d’après L. de Raynal, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu’à la Révolution, Bourges, 1844-1847, t. 3, p. 264 (ne citant cependant pas ses sources) : « il fit abattre l’ancienne salle St-Guillaume, parallèle au côté méridional de l’église ; et à sa place, il fit élever avec une extrême rapidité, une salle nouvelle, de 30 mètres de long, qu’on nomma Salle de l’Officialité ou du Synode et qui n’a été détruite qu’en 1821, afin de dégager à cet aspect le vaste édifice et de faire une entrée au jardin de l’archevêché. C’était là que l’archevêque réunissait les synodes diocésains et que se tenaient les audiences de l’officialité ».

6 Sur le passage de Calvin à Bourges, D. Crouzet, Jean Calvin. Vies parallèles, Paris, 2000, p. 75-76. Le récent colloque réuni sous la direction de S. Geonget, Hommes de lettres, hommes de loi. Bourges à la Renaissance, Bourges, 4 et 5 juin 2009, a permis de renouveler les connaissances sur l’Université berruyère.

7 J. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, t. 33, col. 1141 et suivantes. Voir L. de Raynal, Histoire du Berry, t. 3, p. 303 et suivantes.

8 Édition donnée par A. Leroux, Documents historiques concernant principalement la Marche et le Limousin, Limoges, t. 1, 1883, p. 300-346. L. Perouas, « Deux statuts synodaux de Limoges en l’espace de cent ans : 1519-1619 », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin (désormais Bsahl), t. 132, p. 108-122.

9 A. Artonne et alii, op. cit., p. 276, mentionnant l’unique manuscrit des Statuta sinodalia dioecesis le movicensis denuo révisa et aduacta de Jean de Langeac, aujourd’hui perdu.

10 Sur Jacques Le Roy, L. de Raynal, Histoire du Berry, t. 3, p. 330 et suivantes. Sur les guerres de religion en Berry, F. Michaud, « Misères et apogée (xive-xvie siècles) » dans G. Devailly (dir.), Histoire du Berry, Toulouse, 1980, p. 181-189.

11 La prédication protestante est forte en Berry, en particulier à Bourges, Aubigny-sur-Nère, Issoudun, La Châtre, Saint-Amand et bien sûr Sancerre où les protestants résistèrent durant huit mois au siège militaire dressé par les catholiques. Y. Gueneau, « Les protestants dans le colloque de Sancerre de 1598 à 1685 », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, no 30-31, 1972, p. 3-232.

12 À titre d’exemple, N. Jacques-Chaquin, M. Préaud (dir.), Les Sorciers du Carroi de Marlou. Un procès en sorcellerie en Berry (1582-1583), Paris, 1998.

13 Sur le concile de 1584, nous renvoyons à la contribution de Clément Meunier dans ce même volume.

14 BM Bourges, BY 15497, p. 6-7 : « Et pour le regard de ceux qui prendront provision de leurs bénéfices en Court de Rome, & ne se presenteront pas par devant nous ou nosditz Vicaires, pour estre approuvez & receuz in forma dignum, Seront comme ilz sont des à present suspenduz & interdictz de la possession & exercice de leurs ditz benefices, & ou ilz s’immisceront sans se présenter, seront déclarez interdicts & excommuniez, suyvant les saincts Conciles & Constitutions Canonicques ».

15 F. Michaud, art. cit., p. 189 ; L. de Raynal, op. cit., t. 4, 1847, p. 157 et suivantes. Sur son implication politique, X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, 2002, p. 564.

16 Voir infra.

17 J.-Y. Ribault dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 114-115.

18 Éléments biographiques donnés par J. Jenny, « Le testament de Pierre d’Hardivilliers, archevêque de Bourges (1649) » Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry (désormais CAHB), 1973, p. 34-61.

19 Nous reprenons à J. Jenny, art. cit., p. 39, le témoignage de l’archidiacre Boisseau dans une lettre adressée à Bourdoise : « L’ivrognerie, l’impureté, l’avarice régnent presque partout... Il y en a qui ne peuvent dire ce qu’ils font quand ils disent la messe, qui par conséquent riont aucun respect pour ce saint mystère... Les prêtres sont dans une ignorance effroyable. Il y en a qui n’entendent pas un mit de latin et d’autre qui ne savent presque pas lire. On en a trouvé un qui étant curé depuis vingt ans, ne savait pas la forme de l’absolution, ni quelle partie du corps il fallait oindre lorsqu’on donnait l’extrême onction ».

20 Ordonnances de 1643, BM Bourges, BY 2895, dénonçant, entre autres, la non résidence des prêtres, leur fréquentation des cabarets et des femmes, mais aussi les mariages clandestins. Les sanctions sont-elles adaptées ? : « Que si nous témoignons peu de rigueur dans les peines que nous ordonnons contre les transgresseurs, c’est pour faire voir que nous espérons que nos Ordonnances seront plus efficaces par la soubmission de vos cœurs & la disposition que vous devez avoir à les observer, que par les censures & les peines qui sont fulminées contre ceux qui les violeront ».

21 Séminaire remis ensuite par l’un de ses successeurs, Phélypeaux de la Vrillière, aux mains des Sulpiciens ; après plusieurs années d’errance, le séminaire fut installé dans de nouveaux bâtiments dont la construction débuta en 1682. F. Auvity, B. de Roffignac, Histoire du Grand Séminaire de Bourges, Paris, 1932.

22 J.-Y. Ribault dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 116-117. Constatant les lacunes du bas-clergé, il organise à l’archevêché des conférences hebdomadaires pour les prêtres.

23 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, 1676. Il ne faut pas oublier les ordonnances publiées en 1673 par Jean de Montpezat de Carbon (1665-1674). Il est toutefois difficile d’en dire plus : nous n’en connaissons qu’un court extrait cité par La Rochefoucauld dans une ordonnance de 1739 (p. 9), à propos des prêtres étrangers au diocèse.

24 Archives départementales du Cher (désormais AD Cher), 2 G 12. Édite par J. Jenny, « Le mémoire des visites pastorales de Mgr Phélypeaux de la Vrillière archevêque de Bourges (1683) », dans Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 1976, p. 38-73 ; Id., « A propos des visites pastorales de Mgr Phélypeaux de la Vrillière, archevêque de Bourges de 1679 à 1694 : poursuites exercées contre des ecclésiastiques », dans Actes du 99 congrès national des sociétés savantes. La piété de 1610 à nos jours, Paris, 1976, p. 119-137.

25 Dans le préambule des ordonnances de 1680, il fait allusion à des ordonnances qu’il aurait déjà produites auparavant : « La connoissance que nous avons prise jusqu’à présent des affaires de notre Diocese nous ayant fait remarquer plusieurs désordres qui s’etoient glissés depuis longtemps, Nous avons crû n’y pouvoir apporter un remède plus présent qu’en faisant des Reglemens capables d’en empêcher la suite, & de rétablier l’ancienne & sainte Discipline des Canons. C’est pourquoy Nous recommandons aux Pasteurs de regarder ces Ordonnances Synodales comme la regle de leur conduite ». Et de rappeler dans le chapitre 1 : « Que tous les anciens Statuts Synodaux, qui ont été faits touchant le Culte de Dieu, l’Administration des Sacremens, l’Instruction du Peuple, la Conduite & les Mœurs des Ecclesiastiques, soient gardés & observés selon leur forme & teneur ».

26 Seule une aile de ce bâtiment fut construite ; la famille ayant réclamé au roi une lettre de cachet afin de freiner les dépenses de l’archevêque ! Sur la vie, l’œuvre et l’implication de cet archevêque dans la formation de son clergé, J. Jenny, « Un archevêque réformateur : Pierre d’Hardivilliers, archevêque de Bourges (1639-1649) », dans 31e Congrès de Fédération des Sociétés savantes du Centre, 1972, p. 597-609 ; ibid., « Le mémoire des visites pastorales », p. 43 et suivantes.

27 L. Perouas, « L’activité pastorale des évêques de Limoges aux xviie et xviiie siècles dans les campagnes limousines », dans BSAHL, 92 (1971), p. 207-222 : R. Morichon (dir.), Histoire du Limousin et de la Marche, 2e éd., 1982, p. 298 et suivantes.

28 Sur cette législation limousine, L. Perouas, « Deux statuts synodaux de Limoges en l’espace de cent ans : 1519-1619 », dans BSAHL, t. 132, p. 113-118 ; Id„ « Synodes et gouvernement épiscopal dans le diocèse de Limoges, du xviie au xxe siècle », dans J. Hoareau, P. Texier (éd.), Anthropologies juridiques. Mélanges Pierre Braun, Limoges, 1998, p. 627-634.

29 Voir infi-a.

30 Dynamisme qui contraste avec l’absence totale, à notre connaissance, d’ordonnances sous des pontificats parfois longs comme celui de Léon Potier de Gesvres (1694-1729). La Rochefoucauld précise toutefois dans le préambule de son recueil d’ordonnances qu’il ne fait que mettre en pratique le projet de son prédécesseur : « nous entrons dans les vues & les intentions de nôtre illustre Predecesseur, qui en avait formé le projet ; nous nous flattons qu’il voudra bien aider à l’exécuter ». Potier de Gèvres, éprouvé, se retire en effet en 1729, mais reste à Bourges jusqu’à sa mort en 1744.

31 Toutes ces ordonnances sont assemblées en un recueil étudié dans notre seconde partie.

32 Cl. Laude-Faucher, Les visites pastorales de Mgr de La Rochefoucauld dans le diocèse de Bourges au xviiie siècle, Thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1974. Ce journal se trouve aujourd’hui à la bibliothèque de l’archevêché (copie microfilmée, AD Cher, 1 Mi 23).

33 Il produit notamment un nouveau rituel et un manuel diocésain en 1746, un livre d’église à l’usage des laïcs en 1747, un livre d’heures pour les fidèles l’année suivante. Egalement soucieux de la liturgie, il révise les rites anciens et renouvèle le sanctoral berrichon. J. Jenny, dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 120.

34 L. de Raynal, op. cit., t. 4, p. 458 et suivantes.

35 À la décharge des prêtres faibles, certaines ordonnances peuvent paraître confuses. La Rochefoucauld établit ainsi dans une ordonnance de 1738 une distinction subtile entre « tavernes » et « maisons bourgeoises », les premières étant interdites aux prêtres, les secondes autorisées : « Nous n’entendons pas seulement les Hotelleries, Tavernes, & Maisons de Traiteurs qui donnent à boire ou à manger ; mais encore tous autres Lieux, Maisons, Cours, Jardins, ou Ramées qui appartiennent aux Cabaretiers, ou qu’ils empruntent pour donner à boire ou à manger à prix d’argent. Nous ne comprenons point sous le nom de Cabaret les Maisons bourgeoises où Ton ne vend que du Vin en détail & à pot, suivant l’usage du Païs ».

36 Bourges, Bibl. arch., Lettres archiépiscopales, 1659-1841, lettre distribuée au synode du 17 avril sur ordre de l’archevêque par son secrétaire Gaulmier : « Les Ministres des Autels étant la lumière du monde & le sel de la terre, la science ne leur est pas moins nécessaire que la piété. Les exercices des Séminaires font connoitre les dispositions des Sujets pour la science ecclésiastique, & leur en donnent les principes ; mais ils ne peuvent la conserver, en faire une application sûre dans le ministère & la perfectionner, qu’à l’aide d’une étude suivie. Pour étudier, il faut des livres : la modicité des revenus est pour un grand nombre, une raison ou un prétexte de passer leur vie sans ce secours. C’est pour obvier à cet inconvénient, que Ton a cru qu’il seroit utile de faire un fond produisant annuellement cinquante écus, que Ton employera en livres purement ecclésiastiques ». Suit le règlement du concours que l’on espère couronné de succès. Dans le cas contraire, la dotation serait reversée « pour augmenter le bénéfice de la retraite » ou, s’il existe un surplus, au bénéfice du Séminaire. Par ailleurs, « pour ne point éteindre l’émulation qui est l’âme du concours, ceux qui auront obtenu trois fois le prix sont priés de ne plus se présenter pour concourir » ! Le sujet proposé en 1766 est le suivant : « Une courte analyse des deux Epitres de S. Paul à Timothée ; on y joindra, selon la méthode de S. Chrysostome, une morale où Ton fera une application des principes contenus dans ces Epitres, aux principales obligations de Messieurs les Curés ».

37 Remarque faite par L. Perouas, « Deux statuts synodaux de Limoges en l’espace de cent ans : 1519-1619 », concernant les ordonnances limousines.

38 Soit celles de 1619, 1629 (les plus volumineuses), 1673 et 1678. En 1678, il avoue avoir cru taire l’économie de nouvelles ordonnances en se référant à la tradition et aux ordonnances de ses prédécesseurs en 1678 : « Nous avons déclaré dans les mêmes Synodes que nôtre intention n’étoit pas de faire de nouvelles ordonnances, jusqu’à ce que Nous eussions pris connaissance des besoins de nôtre Diocèse par nos visites ; mais que Nous desirions qu’on gardât exactement les autres Statuts Synodaux & les Ordonnances de nos Prédécesseurs ». Il constatait au cours des visites pastorales que les « susdits Decrets, tant du Concile de Trente, que de celuy de Bourges, & les Statuts Synodaux & Ordonnances de nos prédécesseurs ne sont pas exactement observés en certains lieux, & que quelques-uns en pourroient prétendre cause d’ignorance » ! (AD Haute-Vienne, I H 5, p. 192).

39 A. Artonne et alii, Répertoire, p. 278, mentionnant des exemplaires dans les bibliothèques de Besançon, Clermont-Ferrand, Périgueux, Reims et du Vatican.

40 AD Haute-Vienne, I H 5, p. 189.

41 Ibid., p. 240, relayant « la remontrance qu’on Nous a faite de la nécessité qu’il y avait présentement d’imprimer de nouveau les Réglemens et Statuts Synodaux de ce Diocèse, qui avoient été revus et réduits en un corps par l’ordre de Monseigneur d’Urfé nôtre Prédecesseur immediat l’an 1683. dautant que les Exemplaires sont presque tous débitez : & et que d’ailleurs les Ordonnances faites depuis ce temps-là par nôtre dit Prédecesseur, & et celles que Nous aurions jugé nécessaire d’y ajouter, n’ayant point été imprimées dans ledit corps des Ordonnances, mais seulement sur des feuilles volantes que l’on a peine à recouvrer, les Ecclésiastiques bien intentionnez de nôtre diocèse desiroient ardemment avoir toutes ces Ordonnances & Statuts réünies ensemble, afin de les pouvoir connoïtre plus facilement, & et de les observer avec plus de fidélité ».

42 Comme le fait à Limoges Raymond de la Marthonnie, repris dans le recueil de 1703, AD Haute-Vienne, I H 5, p. 94, ou bien encore Louis de Lascaris d’Urfé, en 1678, publiant une ordonnance « portant que de Décret du Concile de Trente touchant la vie et l'honnêteté des Ecclésiastiques, servira de Loy & de Règle dans le Diocèse » (Recueil de 1703, AD Haute-Vienne, I H 5, p. 194).

43 Recueil de 1703, AD Haute-Vienne, I H 5, p. 200. Il publie également une ordonnance signalant « que le Décret du Concile Provincial de Bourges, tenu en 1584 sera exécuté selon sa forme et teneur » (ibid., p. 194).

44 II précise en effet en préambule d’un Rituel qu’il publia par ailleurs (AD Cher, 8° 351, p. V) : « Nous n’avons point perdu de vue cet objet essentiel dès les premières années de notre épiscopat, et nous vous aurions donné depuis longtemps un nouveau rituel, si nous n’eussions été occupés à composer un Bréviaire, à publier des ordonnances et des statuts synodaux pour maintenir dans sa vigueur la discipline ecclésiastique, gérer votre conduite, la rendre conforme aux loix du royaume et propre à édifier les peuples qui vous sont confiés ». Et de citer plus explicitement, par exemple, l’ordonnance royale du 9 avril 1736 concernant les formalités du mariage, rappelées dans une ordonnance synodale de 1744.

45 Il l’exprime dans le préambule de son recueil : « donner un corps de reglemens en y rappellant les Canons des conciles de nôtre province, les Ordonnances de nos predecesseurs, et les statuts synodaux de ce diocèse, qui sont aujourd’huy pour la pluspart ou inconnus ou négligés. Ce sont des fons qui nous sont propres, et des sources salutaires dans lesquelles nous devons puiser les regles de nôtre conduite, et les remedes aux abus et aux relachements qui se glissent insensiblement dans la discipline, lorsque nous n’avons pas l’attention de ranimer nôtre zele et nôtre ferveur par les leçons et les exemples de nos Peres et de nos maîtres dans la foy ».

46 Pour les statuts de Raoul, Monumenta Germaniae Historien (MGH), Capitula episcoporum, P. Brommer (éd.), Hanovre, 1984, p. 229 et suivantes. Concernant la lettre de Vulfade, Patrologie latine, Migne (éd.), t. 121, col. 1135-1144 et MGH, Epistolae, t. 6, no 27, p. 188-192.

47 Les dépôts d’archives ayant malheureusement subi plusieurs incendies. Les statuts épiscopaux de Raoul de Bourges n’étaient seulement connus de l’archevêque de Bourges. Nous avons ailleurs évoqué la reprise de ces textes par les chanoines de Saint-Ursin de Bourges au XVIIIe siècle, tentant une ultime réforme disciplinaire au sein de leur collégiale. J. Péricard, « Les communautés canoniales en Berry. L’exemple des chapitres Saint-Ursin et Saint-Outrille (xie-xviiie siècle) », dans A. Massoni (dir.), Collégiales et chanoines dans le Centre de la France du Moyen Age à la Révolution (ancienne province ecclésiastique de Bourges), à paraître en 2009.

48 Sur l’existence de ce concile, seulement cité par Adhémar de Chabannes, voir en dernier lieu Z. Romaneix, Edition de semions d’Adémar de Chabannes et du compte rendu du concile de Limoges (novembre 1031) (BnF lat. 2469, fol. 76-112v), thèse de l’École nationale des Chartes, Paris, 2005.

49 Les canons des conciles d’Albi (1254) et de Bourges (1276, 1286, 1336) sont en effet fréquemment cités.

50 À titre de comparaison, les statuts synodaux de l’archevêque Jean Cœur de 1451, manuscrits, ne nous sont connus que très partiellement : G. Godineau, « Statuts synodaux inédits du diocèse de Bourges promulgués par Jean Cour en 1451 », dans RHEF, 72 (1986), p. 49-63.

51 J. J-Y. Ribault, dans G. Devailly (dir.), Le diocèse de Bourges, p. 97.

52 Paroisse divisée entre les communes de La Celle et Bruère-Allichamps (dépt. Cher, c. St-Amand-Montrond).

53 Dépt. Creuse, c. Bénévent-L’Abbaye.

54 Ordonnance de Lascaris d’Urfé de 1673 (AD Haute-Vienne, I H 5, p. 187).

55 En 1643, l’archevêque de Bourges intime l’ordre « à tous curez de publier ou de faire publier par trois Dimanches consécutifs nos présentes ordonnances afin que personne n’en puisse prétendre cause d’ignorance » (BM Bourges, BY 2895). En 1680, L’archevêque Phelypeaux de la Vrillière ordonne aux prêtres de respecter les anciennes ordonnances et de lire durant trois dimanches consécutifs les ordonnances récemment publiées (Bourges, Bibl. archevêché, Lettres archiépiscopales, 1659-1841).

56 La Rochefoucauld attache une importance particulière au rôle de ses subordonnés dans une ordonnance de 1739. Il consacre dans ce texte 9 articles aux archidiacres et 10 aux archiprêtres et vice-archiprêtres évoluant aux au sein des cantons. Et de préciser : « Nos mandements, Ordonnances & Statuts Synodaux seront adressés aux Archiprêtres pour en faire la distribution. Leur enjoignons de les faire tenir par des votes promptes & seures ; de veiller à leur exécution, d’y engager les autres par leur exemple, de faire une exacte recherche de ceux pourraient y contrevenir ». Une précision intéressante est donnée ici : en 1739, l’archevêque vient de terminer la visite quasi-complète de son diocèse, et reconnaît à ce moment la superficie exceptionnelle du diocèse qui l’oblige à déléguer désormais les visites pastorales.

57 La proximité qu’entretiennent les prêtres avec leurs paroissiens doit leur permettre d’exercer une visite efficace mais raisonnable : Chap. 4 : « Il y a une curiosité inutile ou dangereuse qu’il faut bannir des visites, il en est une autre prudente charitable, qu’on ne saurait trop recommander aux Pasteurs » ; chap. 5 : « Les curés ne négligeront rien pour mériter l’estime & la confiance de tous leurs Paroissiens, des personnes de conditions & biens elevées, par une politesse sans flaterie, par des deferences sans bassesse, par des complaisances sans lacheté, des personnes du commun, par une douceur & une affection cordiale ; des personnes grossières, par beaucoup de charité, mais sans familiarité : en un mot se proportionnant à chacun & se faisant tout à tous pour les sauver tous, réfléchissant qu’il n’y en à aucun dont ils ne doivent répondre ».

58 À titre d’exemple, M. Malin, La criminalité ecclésiastique dans l’archidiaconé de Bourges de 1650 à la Révolution, Université Paris-Sorbonne, 1972.

Auteur

Faculté de droit, Université de Limoges

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search